Journées d’étude – 06-07/04/2017 – Religieuses et semi-religieuses entre Gênes et Bruxelles : des agents féminins du catholicisme romain aux frontières du protestantisme

Religieuses et semi-religieuses entre Gênes et Bruxelles : des agents féminins du catholicisme romain aux frontières du protestantisme

Lieu: Université de Franche-Comté. Faculté des Lettres. Grand salon 18, rue Chifflet. 25000 Besançon
Date de l’événement: 6-7 avril 2017

Argumentaire

René Taveneaux a révélé l’action de Rome, après le concile de Trente, pour contenir le flux protestant puis reconquérir les terres perdues, en concentrant ses efforts «autour d’un axe correspondant à l’ancien tracé carolingien qui, parti de l’Italie, prenait l’Europe en écharpe, par le Milanais et la Franche-Comté, atteignait les Pays-Bas et la mer du Nord».

  1. Maintes expériences de vie consacrée féminine ont eu pour terre de naissance et d’expérimentation certaines régions situées sur la «dorsale catholique» (chanoinesses du Saint-Sépulcre, chanoinesses de la Congrégation Notre-Dame, ursulines de Dole, tiercelines, bénédictines réformées de la Paix Notre-Dame, capucines de Flandre…). Mais c’est l’ordre de l’Annonciade céleste qui dessine de manière la plus évidente cette ligne de front avec des monastères établis du Nord de l’Italie aux Pays-Bas méridionaux comme autant de citadelles de prières face à la menace protestante. Le choix délibéré par les acteurs féminins, religieuses ou semi-religieuses, apostoliques ou contemplatives, de la «dorsale catholique» comme espace privilégié d’implantation et de développement d’une reconquête et d’une réforme spirituelles demeure toutefois à confirmer. Il sera éclairant d’interroger et de comparer les récits de fondations de l’ensemble des communautés évoquées ci-dessus pour y découvrir les raisons qui ont pu les déterminer à élire ce couloir pour y développer leurs projets et de repérer les traces d’une prise de conscience de missions communes et particulières à accomplir en fonction de cette situation aux portes du protestantisme. On se penchera évidemment sur le profil des figures de proue, fondatrices d’ordres ou de maisons comme Alix Le Clerc, Anne de Xainctonge et Claudine de Boisset, Marguerite Borrey et Cristina Madruzzo, Florence de Werquignoeul… On se demandera notamment quelles ont été leurs facultés d’adaptation à une réalité de terrain et leurs aptitudes à répondre aux besoins spécifiques d’une région. Les circonstances entourant le déploiement de ces communautés religieuses seront également analysées avec soin. Il conviendra notamment de préciser les types de stratégies mises en place par les intéressées pour s’intégrer à un «appareil défensif savant et méticuleusement agencé, des tiné à lutter contre toute infiltration s’exerçant aux frontières» (Taveneaux), et y porter un projet de réforme intérieure ou à destination de la société. Par ailleurs, on ne manquera pas de faire état des difficultés rencontrées et des échecs encourus, en analysant leurs causes et leurs effets. Seront non seulement prises en compte les oppositions ponctuelles à la fondation de certains couvents mais aussi les condamnations plus radicales de certains projets ambitieux comme celui de Mary Ward et de ses «jésuitesses». Cette zone d’entre-deux constituera ainsi un terrain d’observation des interactions entre ces mondes féminins et leurs entourages respectifs ainsi que de la circulation des personnes qui collaborent à leurs projets (ou les contrecarrent). On sera donc attentif au rôle de tous les acteurs/actrices impliqués dans ces processus de fondation (autorités civiles et religieuses, autres réguliers, bienfaiteurs/trices laïques, réseaux familiaux…), en s’interrogeant sur ce qui, dans leurs manières d’agir, pourrait éventuellement apparaître comme une spécificité de l’espace considéré. Si politique d’expansion spécifique de la part de certains ordres il y eut, il sera intéressant de la comparer avec celle d’autres ordres qui n’ont pas limité leurs fondations à cette zone (Carmel déchaussé, Visitation…). On ne saurait en effet ignorer que ce fut une grande partie de l’Europe qui se couvrit d’institutions nouvelles axées sur la participation active des femmes à l’effort de reconquête spirituelle voulue par l’Église Afin de confirmer ou  non l’hypothèse de stratégies d’implantation sur ce limes, l’on se demandera si leurs établissements y furent plus nombreux qu’ailleurs. Les individualités les plus dévotes et combatives n’étaient-elles pas tentées de s’y retrouver? On ne manquera pas non plus de rapprocher l’histoire de ces implantations avec celle de certains ordres masculins qui semblent eux-aussi y avoir été particulièrement présents.
  1. Dans le prolongement des enquêtes menées sur les spécificités de ce territoire en matière d’expériences religieuses, on s’intéressera en outre aux processus qui amènent des établissements installés de longue date sur ces terres à se positionner de manière originale en faveur ou en marge des réformes en cours (chapitres nobles, bénédictines, cisterciennes, franciscaines, chartreuses…). Les réformes entreprises y présentent-elles des caractéristiques particulières, propres aux régions envisagées? Y sont-elles reçues et appliquées de la même manière qu’ailleurs? La résistance de certaines communautés reposent-elles sur des arguments spécifiques? Portent-elles sur des points particuliers (clôture, rapport au monde, juridictions, régularité, dévotions…)? On se penchera notamment à nouveaux frais sur les chapitres nobles, eux aussi massés sur ces frontières et dont il faut reconsidérer de fond en comble l’histoire à l’époque de la Réforme catholique. Comment justifient-ils leur existence dans ce contexte et donc leur résistance à des tentatives brutales de réforme de leurs établissements (nécessaires adaptations aux contraintes sociales)?
  1. Enfin, on examinera également les processus de fondation et les modes de fonctionnement de congrégations ou de compagnies (Dames de la Charité, Dames de la Purification) qui permettent à des laïques de se mettre au service de la Réforme catholique tout en restant attachées aux différents devoirs de leurs états respectifs. On dressera ainsi un bilan des recherches menées en archives sur ces institutions féminines, qui devrait permettre, avec la collaboration d’autres chercheurs, de confirmer ou non l’hypothèse d’une stratégie d’implantation sur cette ligne de front et d’apprécier l’investissement spécifique de ces femmes dans les œuvres de la Réforme catholique.

Jeudi 6 avril

Présidence: Anne WAGNER (U. FRANCHE-COMTÉ)

14h Accueil

14h15-15h Introduction par Corinne MARCHAL et Marie-Élisabeth HENNEAU

15h-15h10 Mot d’accueil par Paul DIETSCHY, directeur du Centre L. Febvre

15h10-15h40 Bertrand MARCEAU (EFR) Une frontière politico-religieuse? Les cisterciennes de la Dorsale catholique au XVIIe siècle

15h40-16h10 Marie-Élisabeth HENNEAU (U. Liège) L’implantation des monastères féminins sur la Dorsale: un choix délibéré de «Contre-Réforme»?

16h10-1630 Pause

16h30-17h Andreas NIJENHUIS-BESCHER (U. Savoie-Mont-Blanc) Des femmes au front confessionnel. Les klopjes néerlandaises aux confins de la catholicité tridentine

17h-17h30 Jean-Marc LEJUSTE (U. Lorraine) La novice face à son choix de vie, l’engagement religieux dans les diocèses lorrains XVIe–XVIIIe s.

17h30-18h Discussions

Vendredi 7 avril

Présidence: Philippe MARTIN (U. Lyon 2)

9h-9h30 Odon HUREL (CNRS) Le parcours de Catherine de Bar sur la Dorsale catholique

9h30-10h Fabienne HENRYOT (Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne) Élisabeth de Brème, en religion Benoîte de la Passion

10h-10h15 Pause

10h15-10h45 Julie PIRONT (FNRS /U. Liège) Bastions de pierres et de prières aux marges de la catholicité: objectifs, méthode et premiers résultats de la comparaison architecturale de couvents féminins établis dans les villes frontalières (1597-1677)

10h45-11h15 Bénédicte GAULARD (U. Bourgogne) Contrer la Réforme par l’image. La décoration des couvents féminins comtois aux XVIIe et XVIIIe s.

11h15-11h35 Discussions

Déjeuner

Présidence: Christophe Leduc (U. Artois)

13h30-14h Céline Drèze (U.C.Louvain) Les pratiques liturgiques chez les bénédictines de la Paix Notre-Dame: le reflet d’une spécificité de la Dorsale catholique?

14h-14h30 Corinne MARCHAL (U. Franche-Comté): Les dames nobles de Franche-Comté confrontées à l’esprit de Trente (XVIIe-XVIIIe s.)

14h30-15h Discussions

15h-15h45 Conclusions par Odon HUREL et Hugues DAUSSY

Source de l’info: ULg


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *