Tous les articles par modernum

Winter School Archives & Education 2018

Le thème central de cet événement éducatif de cinq jours sera la migration au départ des Pays-Bas vers l’Amérique du Nord au XVIIe siècle. Les premiers jours, l’attention sera portée sur les recherches de Open Education Resources (OER) et sur les instruments en ligne qui serviront ensuite pour constituer les éléments numériques que les participants devront utiliser pour créer un paquet éducatif à la fin des cours.

Date : du 29/01/2018 au 02/02/2018

Lieu : Gand

Contact : bart.denil@faro.be

Plus d’informations via le lien suivant : Winter_school

CFP – Zeuxis redivivus. Art et émulation dans l’Europe du XIVe au XVIIe siècle

Appel à contributions pour le colloque international  « Zeuxis redivivus. Art et émulation dans l’Europe du XIVe au XVIIe siècle » organisé par Mathilde Bert (UCL) et Laure Fragnart (ULg).

Date de l’événement: 28 et 29 septembre 2018

Date limite de l’appel à contribution: 1er mars 2018

Lieu: Bruxelles, Palais des Académies

Résumé: Appel détaillé

Le colloque se propose d’interroger la notion d’émulation dans la pratique artistique au premier âge moderne, en faisant dialoguer les œuvres avec la théorie et l’historiographie de l’art. La manifestation sera organisée par Transitions (Université de Liège) et le GEMCA (Université catholique de Louvain). Les propositions de communication devront parvenir par courrier électronique à Mathilde Bert (mathildebert@gmail.com) et à Laure Fagnart (laure.fagnart@uliege.be) pour le 1er mars 2018.

 

Publication – Un laboratorio di carte. Il linguaggio della politica nel ‘carteggio’ di Francesco Guicciardini

Hélène MIESSE (ULiège/Transitions)Un laboratorio di carte. Il linguaggio della politica nel ‘carteggio’ di Francesco Guicciardini, Strasbourg, ÉLiPhi (coll. « TraLittRo – À l’aube de la modernité », 1), 2017.

ISBN: 978-2-37276-021-8

Date de publication: 2017

Résumé:

Ce volume interroge les rapports entre la correspondance du penseur politique florentin Francesco Guicciardini (1483-1540) et ses autres écrits (Ricordi, Considerazioni sui ‘Discorsi’ di Machiavelli, Storia d’Italia). Partant de l’analyse des termes prudenza, discrezione, esperienza, congettura et opinione, l’ouvrage montre que l’apport de Guicciardini à la langue politique moderne ne consiste pas tant en la création de termes neufs, qu’en la précision du sens de mots hérités de la tradition dans des contextes linguistiques, discursifs, historiques ou politiques définis. L’examen minutieux des occurrences des cinq mots, à la fois dans le ‘carteggio’ et dans les œuvres, révèle les ramifications de l’intertexte guichardinien, dans lequel des nœuds conceptuels – tels que l’importance de l’expérience récente comme source d’enseignement pour répondre aux questions du présent, ou la nécessité de mettre en relation imminence et importance d’un péril pour régler sa conduite – traversent les écrits sans distinction de genre. Suivre la trajectoire de tels concepts à partir de leur genèse, souvent identifiée dans les lettres, permet de mettre en lumière le rôle de la correspondance pour l’enregistrement « à chaud » des réflexions de l’homme d’état sur les temps troubles qu’il vit : les guerres d’Italie. Une telle méthode rend évidentes la fonction de la correspondance comme réservoir de faits et de formulations auquel puise l’auteur pour la rédaction des œuvres, et l’importance de l’écriture épistolaire comme moyen mnémonique perpétuant les idées d’un écrit à l’autre.

Publication – L’historien dans son atelier. Anthologie du document pour servir à l’histoire du pays de Liège du VIIIe au XVIIIe siècle

Marie-Guy BOUTIER et Paul BRUYÈRE (dir.), L’historien dans son atelier. Anthologie du document pour servir à l’histoire du pays de Liège du VIIIe au XVIIIe siècles, Liège, Société des Bibliophiles liégeois, Imprimerie SNEL, 2017.

avec des contributions des membres de Transitions (ULg): Renaud ADAM, Franz BIERLAIRE, Sébastien DAMOISEAUX, Jonathan DUMONT, Marie-Elisabeth HENNEAU,Isabelle LECOQ, Christophe MASSON, Cécile OGER et Pierre-François PIRLET

 

Date de publication: 2017

Résumé:

Une coédition de la Société des Bibliophiles liégeois et de l’Imprimerie SNEL avec l’aide du Fonds National de la Recherche Scientifique

Dans l’atelier de l’historien : une approche typologique du document

  • L’Anthologie du document rassemble les contributions de 36 spécialistes, qui partagent leur savoir et leur passion avec tous ceux qu’intéresse la démarche historique
  • Chacune des 82 notices qui composent le livre est dédiée à un type particulier de document.
  • Le cadre choisi est celui de l’histoire du pays de Liège, depuis le début de son existence jusqu’à la fin de l’Ancien Régime.

Un quadruple questionnement

Chaque notice vise un objectif unique par quatre questions :

  • Comment se définit tel type de document :qu’est-ce qu’il est ?
  • Comment l’historien interroge-t-il le document : que peut-on y chercher ?
  • Quel est le document choisi comme exemple : dans sa transmission, son contexte ? dans son exemplarité ou sa particulariré ?
  • Comment exposer l’apport de ce document à l’histoire du pays de Liège ?

Liste des notices

Une entrée au cœur du document

  • L’ouvrage, imprimé avec soin, est illustré en sorte de faire voir et comprendre le document.
  • Un extrait choisi est montré, transcrit ou exposé. Une traduction accompagne les textes latins.

Exemple de notice : Chronique monastique

Les auteurs, le public

  • Les contributeurs : de profils différents, ils sont historiens (du Moyen Âge, des Temps modernes), historiens de l’art et de la musique, historiens du droit et des institutions, philologues et linguistes. Le concours de ces différents regards fait de l’Anthologie un livre unique.
  • Le public visé : étudiants, chercheurs confirmés et en formation, passionnés d’histoire…

Liste des auteurs

 

Publication – Sculpture gothique aux confins du royaume de France. Les portails du XIIIe siècle de Thérouanne et de Saint-Omer

Benoît VAN DEN BOSSCHE et Ludovic NYS (dir.), Sculpture gothique aux confins du royaume de France. Les portails du XIIIe siècle de Thérouanne et de Saint-Omer, Lille, Université de Lille – Sciences humaines et sociales (Revue du Nord, hors série, coll. « Art et Archéologie », 25), 2017.

avec des contributions des membres de Transitions : Emmanuel JOLY, Marie LEKANE et Benoît VAN DEN BOSSCHE

ISBN: 

Date de publication: 2017

Résumé: 

En 1239 était rapportée processionnellement à Paris par saint Louis et son jeune frère Robert, mis en possession depuis peu du comté d’Artois, la sainte relique de la Couronne d’épines complète. Cet
événement majeur fut sans doute à l’origine du chantier du portail sud de la cathédrale de Thérouanne, démantelé en 1553 mais dont plusieurs éléments sculptés de grande qualité sont aujourd’hui
conservés à Saint-Omer, à Londres et aux États-Unis. Le célèbre Grand Dieu de Saint-Omer qui se trouvait sur le sommet de son couronnement, quoi qu’il en soit, est bel et bien le premier
exemple attesté d’un Christ du Jugement portant ladite Couronne. Ce chantier suscita lui-même une autre entreprise comparable vers 1250-1270 en l’espèce du portail sud de la collégiale audomaroise.
Les deux ensembles offrent un témoignage d’autant plus remarquable de la grande sculpture monumentale du XIIIe siècle qu’ils se situent à la pointe la plus septentrionale de l’aire de rayonnement de l’art gothique français à l’époque des Capétiens.

Sommaire

 

Rencontres doctorales – Transition(s) : concept, méthodes et études de cas (XIVe-XVIIe siècles)

Première journée des rencontres doctorales co-organisées par L’Unité de recherches (UR) « Transitions. Moyen Âge et première Modernité » de l’Université de Liège, le laboratoire TRAME de l’Université de Picardie Jules Verne et le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de l’Université François Rabelais de Tours.

Avec une conférence de la Prof. Marion Uhlig (Université de Fribourg) intitulée « Barlaam et Josaphat (XIIIe-XVIIe siècles) : transmissions et métamorphoses  » (30 janvier, à 18h00)

Titre: « Transition(s) : concept, méthodes et études de cas (XIVe-XVIIe siècles) »

Dates: 30-31 janvier 2018

Lieu: Liège, Université de Liège, Site du 20-Août, Salle Wittert (R/120, A1, aile des Jésuites)

Programme: Séminaire-doctoral-2018

Publication – Des retables et des hommes

Brigitte D’Hainaut-Zveny, Des retables et des hommes, 2017.

ISBN: 978-2-8031-0625-7

Date de publication: décembre 2017

Résumé:

Ce livre est l’histoire d’une série d’objets investis pour matérialiser une présence du sacré dans les sanctuaires et pour donner aux fidèles les moyens d’avoir avec Celui-ci des relations nécessaires. C’est l’histoire des moyens investis, dans les sociétés médiévales et modernes, pour impliquer Dieu, le constituer, l’implorer et lui rendre grâce. 

Une histoire d’objets, de croyances, de pratiques et d’espaces qui ont contribué, par leurs interférences conjuguées, à constituer différentes manières de penser, de faire et d’être, emblématiques des systèmes religieux qui se sont succédé, et souvent superposés, en Occident entre le XIIIe et le XVIIe siècle. 

C’est une histoire « indisciplinaire » qui, prenant le parti d’enfreindre les limites balisées des disciplines académiques, entend considérer que ces retables sont tout à la fois d’histoire et d’histoire de l’art, de sociologie, d’anthropologie, de liturgie et d’imaginaires ; qu’ils sont, comme tout ce qui est, la résultant instable, multiple et complexe de l’irréductible diversité du réel. 

Une histoire des médiations créatives que les hommes surent aménager entre le réel et certains de leurs désirs, de leurs besoins et de leurs attentes toujours pressantes.

Brigitte D’Hainaut-Zveny est historienne et historienne de l’art, enseignante à l’Université libre de Bruxelles, vice-présidente de l’Académie royale d’Archéologie et co-directrice du Groupe d’Études sur le XVIIIe siècle.

 

 

Publication – Le patrimoine protestant de Wallonie. La mémoire d’une minorité.

DRUEZ Laurence et MAQUET Julien, Le patrimoine protestant de Wallonie. La mémoire d’une minorité, Institut du Patrimoine Wallon, 2017.

ISBN : 978-2-87522-196-4

Date de publication : 18/12/2017

Résumé :

Cette année a lieu le 500e anniversaire de la Réforme protestante. Fruit d’un partenariat entre les Archives générales du Royaume et l’Institut du Patrimoine wallon, un ouvrage sur le patrimoine protestant de Wallonie est en vente depuis ce 18 décembre 2017.

Il y a 500 ans, le 31 octobre 1517, Martin Luther publiait ses 95 thèses  contre les indulgences, qui marquent le début de la Réforme.

Basé sur des enquêtes de terrain et sur des dépouillements de nombreux fonds d’archives à ce jour peu exploités, le livre Le patrimoine protestant de Wallonie. La mémoire d’une minorité vise à faire connaître, dans toute leur diversité et dans leur contexte historique, les édifices les plus emblématiques du culte protestant – appelés communément temples – de Wallonie. À travers l’étude de leur conception, de leur construction, de leur aménagement, de leurs évolutions extérieures et intérieures, de leur environnement et de leurs multiples fonctions – pas seulement cultuelles –, le lecteur découvrira l’identité complexe d’une minorité religieuse discrète, mais vivante et largement méconnue, et ses mentalités, révélatrices d’un rapport à l’espace et au temps.

Fruit d’un partenariat entre les Archives générales du Royaume et l’Institut du Patrimoine wallon, cet ouvrage met également en valeur un patrimoine documentaire riche et unique – mais menacé – qui constitue la mémoire du protestantisme belge, cinq fois centenaire en cette année 2017, et contribue à une meilleure compréhension de son inscription dans notre société, marquée par le pluralisme religieux et philosophique.

Richement illustré, la publication a été rédigée par Laurence Druez, docteur en histoire de l’ULg et chef de travaux aux Archives de l’État de Liège, et Julien Maquet, docteur en histoire de l’ULg, directeur de l’Archéoforum de Liège et responsable des publications de l’Institut du Patrimoine wallon.

Plus d’informations ici.

 

Publication – Sacrale ruimte in de vroegmoderne Nederlanden

Premier numéro de la revue « Nieuwe Tijdingen »:  Liesbeth Geevers, Violet Soen (red.), Sacrale ruimte in de vroegmoderne Nederlanden, 2017.

ISBN: 9789462701199

Date de publication: octobre 2017

Résumé:

Eerste nummer van het tijdschrift ‘Nieuwe Tijdingen’
Terwijl de tijd vervliegt, is ruimte weerbarstig. Dat bleek in het bijzonder in de Reformatietijd van de zestiende en zeventiende eeuw. Toen werd het religieuze landschap weliswaar grondig hertekend, maar ruimtes die van oudsher een sacrale status hadden (zoals kerken, koren en kerkhoven) bleven vaak ononderbroken in gebruik, al dan niet met een andere functie. Deze Nieuwe Tijdingen onderzoeken daarom het (her)gebruik van sacrale ruimtes in tijden van ingrijpende religieuze verandering, een thema dat vandaag een belangrijk onderzoeksobject is geworden in het vroegmodern onderzoek. Tegelijkertijd brengen ze onderzoek over de Noordelijke en de Zuidelijke Nederlanden samen. Zo blijken ruimtes te lezen als palimpsesten, met laag na laag vol betekenis. Ruimtes laten niet gemakkelijk los.

Table des matières:

Kort bericht aan de lezer

Sacrale ruimtes in de vroegmoderne Nederlanden: perspectieven en dwarsverbanden
Violet Soen & Anne-Laure Van Bruaene

Ter promotie der devotie. Materiële voorzieningen en offervaardigheid voor de Sint-Leonarduscultus in Zoutleeuw (1453–1505)
Ruben Suykerbuyk

Aan de rand van het graf. De transformatie van het funeraire leven en landschap in Antwerpen en Brugge tijdens de calvinistische republieken (1577/1578 – 1584/1585)
Tiffany Bousard

De storm doorstaan: Continuïteit en verandering in de protestantse inrichting van middeleeuwse kerken ten tijde van de Republiek
Justin E. A. Kroesen

Grensoverschrijdende katholieke claims. De grenzen tussen publieke en private ruimte voor sacrale doeleinden in de zeventiende-eeuwse Republiek
Carolina Lenarduzzi

Een herinnerd religieus landschap: vroegmodern Amsterdam
Joke Spaans

Présentation d’une publication – Intrecci virtuosi. Letterati, artisti e accademie tra Cinque e Seicento

Présentation par Silvia Ginzburg et Emilio Russo, coordonnée par Renzo Bragantini, à l’Academia Belgica de Rome.

Titre: « Intrecci virtuosi. Letterati, artisti e accademie tra Cinque e Seicento« , édité par Carla Chiummo, Antonio Geremicca et Patrizia Tosini.

Date: 14 décembre 2017 (17h00)

Lieu: Rome, Academia Belgica, Via Omero 8

Conférence – De l’installation des frères de la Vie commune à l’actuelle Université de Liège

Conférence de la Commission royale des Monuments, Sites et Fouilles, présentée par Michelle Pfeiffer, Isabelle Graulich et Geoffrey Schoefs

Titre: « De l’installation des frères de la Vie commune à l’actuelle Université de Liège »

Date: 19 décembre 2017 (12h30-14h)

Lieu: Liège, Vertbois, siège du secrétariat de la Chambre régionale

Journées d’étude – Marie-Thérèse et les Pays-Bas autrichiens : la souveraineté à distance

Journées d’étude de l’Institut des Hautes Etudes de Belgique « Marie-Thérèse et les Pays-Bas autrichiens : la souveraineté à distance » et exposition virtuelle.

Dates: 20-21 décembre 2017

Lieu: Bruxelles, Palais des Académies

Argument:

Le 13 mai 1717 naissait à Vienne Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg, la fille aînée de l’empereur Charles VI. Peu préparée à l’incroyable destin qui allait s’imposer à elle, la jeune archiduchesse fut appelée à régner sur un immense empire pendant près de quarante ans. Elle fut ainsi la souveraine de nos régions, les Pays-Bas autrichiens, qu’elle gouverna depuis Vienne, secondée dans sa tâche par son beaufrère le prince Charles de Lorraine en sa qualité de gouverneur général.

Désireux de promouvoir de nouvelles activités en relation avec sa vocation de transmission d’un savoir d’excellence, l’Institut des Hautes Etudes de Belgique organisera les 20 et 21 décembre prochains une manifestation scientifique internationale qui s’interrogera sur l’exercice de la souveraineté à distance. Comment l’impératrice se tenait-elle informée des affaires relatives aux « provinces belgiques », ces pays si éloignés du centre de la monarchie ? Comment les réformes furent-elles conduites sous son règne ? Comment la souveraine était-elle représentée dans les Pays-Bas ? Une collaboration étroite avec les archives de l’Académie Royale de Belgique, les Archives Générales du Royaume et la Bibliothèque Royale de Belgique nous permettra de mettre en avant les traces, sources et témoins laissés dans nos dépôts d’archives et dans l’espace public par ce pouvoir caractéristique des monarchies complexes d’Ancien Régime : la réalisation d’une exposition virtuelle, diffusée sur le site dédié à l’événement, permettra de renvoyer le public aux documents originaux conservés dans ces différentes institutions.

L’organisation de ces journées d’étude bénéficie de l’appui de l’IHEB, du FNRS, de l’ARB, du Centre de recherche SociAMM (et du Groupe d’Étude du XVIIIe siècle) au sein de la Faculté de Philosophie et Sciences sociales de l’Université libre de Bruxelles, et de l’Université de Namur.
Les exposés se feront dans le cadre prestigieux de l’Académie Royale de Belgique, lieu idéal pour comprendre l’insertion du pouvoir dans la Cité. Créée sous le règne de Marie-Thérèse -, les lettres patentes qui ordonnent sa fondation seront exposées au public – l’Académie s’inscrit encore aujourd’hui dans le quartier Royal construit à la même époque pour héberger les principales institutions gouvernementales et judiciaires de la capitale des Pays-Bas autrichiens.

Comité organisateur :
Valérie André
Michèle Galand,
Isabelle Parmentier

Comité scientifique :
Valérie André (FNRS-ULB, ARB),
Michèle Galand (ULB),
Marc Libert (AGR),
Christophe Loir (ULB),
Isabelle Parmentier (UNamur),
Claude Sorgeloos (KBR)

Exposition virtuelle :
«URL:http://www.mtpba.be»

Personne de contact :
Madame Valérie André
vandre@ulb.ac.be

PROGRAMME

20 décembre 2017

17h30
Accueil des participants

18h00
Introduction
Valérie André, FNRS-ULB, et Michèle Galand, ULB

L’Académie thérésienne : soutenir les lettres et les sciences
Hervé Hasquin, Secrétaire perpétuel de l’Académie Royale de Belgique

18h30
Conférence plénière
Impératrice et mère : Marie-Thérèse et Marie-Christine, gouvernante des Pays-Bas autrichiens
Catriona Seth (Université d’Oxford)

19h45
Réception

21 décembre 2017

9h30
Accueil des participants

Journée d’étude présidée par Isabelle Parmentier (UNamur)

L’inauguration de Marie-Thérèse dans les Pays-Bas autrichiens
Thomas Cambrelin (ULB)

Les correspondances diplomatiques
Jean-Charles Speeckaert (Paris IV Sorbonne-ULB)

Une réforme manquée : Marie Thérèse et le droit naturel à Louvain
Ivo Cerman (Université de Bohême de Sud)

Les réformes de la police à Bruxelles : impulsion de Vienne ou initiative locale ?
Catherine Denys (Université de Lille 3)

La représentation de Marie-Thérèse dans les villes des Pays-Bas
Klaas Van Gelder (Université de Vienne-U-Gent)

La scène viennoise et les comédiens et danseurs de Bruxelles
Jean-Philippe Van Aelbrouck (CFWB)

Publications autour de Marie-Thérèse dans les Pays-Bas autrichiens
Claude Sorgeloos (Bibliothèque Royale de Belgique)

Conclusions : Bruno Bernard (ULB)

Inscription souhaitée :

– Première journée

– Deuxième journée

 

Publication – Le Grand Atlas de Ferraris

Réédition du Grand Atlas de Ferraris, Lannoo, 2017.

ISBN: 9789401442589

Date de publication: octobre 2017

Résumé:

L’édition de ce chef-d’œuvre historique comprenant les 275 célèbres cartes Ferraris fut épuisé en un temps record il y 8 ans. L’atlas est désormais réédité dans un tirage limité, à la demande expresse de paysagistes, historiens et amateurs d’histoire et de géographie locale.

L’année 1777. Le comte de Ferraris remet 275 cartes dessinés et coloriés à la main à l’empereur Joseph II. Elles constituent la Carte de Cabinet des Pays-Bas autrichiens et de la Principauté de Liège – disons, la Belgique actuelle. Jamais auparavant, un pays d’Europe occidentale n’avait été représenté à une échelle aussi détaillée et avec autant de finesse et de précision.

L’année 2007. Des spécialistes de la Bibliothèque royale de Belgique et de l’Institut géographique national entament le scannage des feuilles de la carte. À l’échelle 1:20.000, une feuille originale correspond à une double page de l’atlas.

En 2017, afin de répondre à la demande incessante, une nouvelle édition de cet atlas Ferraris voit le jour, entretemps devenu un véritable objet de collection, un must pour les amateurs d’histoire et de cartographie. Vous retrouvez dans cet atlas pratiquement chaque petit hameau de Belgique, avec son église, sa place, ses bois, ses vergers et parfois même un gibet.

Lien vers le site de l’éditeur.

Publication – La Belgique en estampes anciennes 1525-1875

Joris Van Grieken, Robert Nouwen, België in oude prenten / La Belgique en estampes anciennes 1525-1875, Lannoo/Racine, 2017.

ISBN: 978 94 014 47348

Date de publication:  Décembre 2017

Résumé:

Grâce à la découverte de l’imprimerie, l’estampe (impression d’une gravure) fut pendant quatre siècles ce que la photographie est aujourd’hui : une reproduction fidèle de la réalité. Cette sélection unique d’estampes, rassemblées pour la première fois, offre une image fabuleuse de l’évolution de nos villes et paysages. On peut aussi y voir de nombreux monuments disparus ainsi que d’anciens remparts, églises, palais et abbayes. Les estampes sont signées de la main de peintres dont certains célèbres tels Van Dyck, Brueghel, Hoolans ou encore Van der Borcht. Toutes les estampes sont ensuite complétées par de brefs commentaires à la fin du livre, qui expliquent en détail le contenu. Une histoire illustrée par des mots et des images.

Lien vers le site de l’éditeur