Tous les articles par modernum

CFP – Littératures grises et pouvoirs : méthodes et pratiques

Littératures grises et pouvoirs : méthodes et pratiques
Journée interdisciplinaire de jeunes chercheurs

Limite pour postuler : 17 avril 2015

Coordination : Sylvain ANDRÉ, Julia CONESA SORIANO, Arnaud DOLIDIER, Lise FOURNIER (École des hautes études hispaniques et ibériques, Casa de Velázquez, Madrid)
Organisation : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid)

Lieu :
Casa de Velázquez
C/ de Paul Guinard, 3
28040 Madrid

Présentation

En deçà de ses manifestations visibles, en deçà des discours officiels élaborés dans des formes codifiées et institutionnalisées, le pouvoir emprunte bien souvent des itinéraires sous-jacents, cachés, inconsistants. Bien avant qu’elle ne s’énonce ni ne s’annonce en tant que tel, en théorie comme en pratique, toute forme de pouvoir est avant tout le résultat de multiples processus d’élaboration. Dans des mesures variables selon les époques et les lieux, ces travaux de l’ombre ont laissé des traces. Archives d’État, rapports, comptes rendus de réunion, dossiers d’informations, actes notariés, livres de compte, formulaires, correspondances, billets informels, polyptiques, travaux de fin d’étude, plans, études ou encore projets architecturaux ou urbanistiques en sont autant de témoins.

Une part de cette « littérature grise » (Auger, 1979 ; Farace, Schöpfel, 2010) peut être, à juste titre d’ailleurs, envisagée comme la résultante naturelle de tout outillage bureaucratique et se trouver ainsi directement associée à la production administrative. En suivant cette optique elle permet de mettre à jour les phases préalables aux décisions, de dévoiler les enjeux souterrains et parfois souverains qui préexistent à l’effectivité du pouvoir. En suivant cette méthode, on mettra alors en lumière ses empêchements, ses réussites, ses échecs et on n’en comprendra que mieux ses réalisations postérieures. De ce point de vue, ces écrits doivent être entendus comme la forge de la décision politique : un vaste et polymorphe envers du décor.

Mais la « littérature grise » déborde aussi ces limites en ce qu’elle constitue per seun discours. Un discours du pouvoir, d’une part, mais aussi et surtout un discours sur le pouvoir. En tant qu’ensemble de documents officieux, produits et diffusés à l’intention d’un public restreint, circulant à travers des canaux de diffusion informels et/ou destinés à un usage interne, ces pratiques scripturaires constituent une parole qui révèle le pouvoir en amont de sa propre expression (discours officiels, accords, négociations, etc.) ou de ses mises en œuvre concrètes (législations, réformes, etc.). S’il en est bien ainsi, l’analyse de ce type de documentation doit permettre d’éclairer sous un autre angle les rapports de force, les relations de pouvoir et les stratégies de gouvernement. Par les silences, les allusions, les dissimulations qu’elle comporte, la littérature grise constitue déjà un espace de pouvoir.

C’est pourquoi nous aimerions orienter notre réflexion non pas vers la définition théorique d’un pouvoir en tant que tel, visible et identifiable, mais au contraire vers la mise en lumière de la multiplicité de ses expressions indirectes. Identifier le pouvoir, cerner ses diverses ramifications, implique de s’interroger sur les non-dits et les non-lieux : écrire le pouvoir, c’est produire des documents qui formalisent des décisions prises en amont, des documents qui ne disent pas directement le pouvoir mais laissent entrevoir sa présence.

Cette journée d’études a pour objectif d’articuler une réflexion transdisciplinaire sur la production de ces discours qui conduisent à la mise en récit du pouvoir. Au plan méthodologique, si ce type de recherches a traditionnellement été investi par les historiens (programme de recherche École française de Rome : « Écritures grises. Les instruments de travail administratifs en Europe méridionale – XIIe – XVIIe siècle »), un élargissement aux autres disciplines des sciences humaines et sociales mérite d’être encouragé. Ainsi, l’histoire, la géographie, l’urbanisme, la sociologie, l’anthropologie ou encore la philosophie doivent être associées à une entreprise de réévaluation des possibilités épistémologiques offertes par les « littératures grises ».

A cette fin, deux axes seront abordés. Le premier a pour vocation de partager réflexions et expériences sur les diverses méthodologies pouvant être utilisées. En creux, c’est la question de la nature de ces documents qui se pose, celle de leur matérialité. Le second volet de la journée tâchera de mettre en rapport cette documentation avec les pratiques de pouvoir.

Modalités pratiques
Langues utilisées pendant la journée d’études : français et espagnol

Les propositions ne dépassant pas 3 000 signes (espaces compris) sont à envoyer avant le 17 avril 2015 à l’adresse mail suivante : litteratures.grises@gmail.com.

Merci d’indiquer vos nom, prénom, coordonnées postales, électroniques et votre organisme de rattachement, ainsi qu’une liste de 5 mots-clés.

Le comité organisateur donnera une réponse aux candidats acceptés à la fin du mois d’avril 2015.

Les personnes dont la proposition a été acceptée devront envoyer avant le 5 juin 2015 un texte de 2 à 3 pages qui servira de support à la préparation des discussions.

Pour les communicants, la Casa de Velázquez prendra en charge les repas et deux nuitées en chambres doubles partagées. Les frais de transport restent à leur charge.

Comité d’organisation

Membres scientifiques de première année à l’École des hautes études hispaniques et ibériques, Casa de Velázquez (Madrid) :
Sylvain ANDRÉ
Julia CONESA SORIANO
Arnaud DOLIDIER
Lise FOURNIER

Source : Casa de Velázquez.

CFP – RefoRC Conference « Theological Controversies »

Theological Controversies

The John a Lasco Library (Emden), Leibniz-Institute for European History (Mainz) and The Institute for Evangelical Theology at the University Koblenz-Landau (Landau department) invite scholars to submit paper proposals for a RefoRC conference on « Theological Controversies and their social and political conditions in Europe in the 16th/17th Century », October 5-7th 2016, Emden.

This comparative conference deals with the complex interrelations – and their effects – between confession, polemical theology (Kontroverstheologie) and their contexts in European perspective. Which external (political and social) conditions and factors influenced the discussions between the various confessions and constituted their specific character? What where the discussions within a confessional tradition as well as the antagonistic controversies between various confessions. Are there any interconfessional analogies and regional or confessional specifics?

For information and paper proposals: Herman Selderhuis, John a Lasco Library (English papers) or Ulrich Wien, University Koblenz-Landau (German papers). Paper proposals are welcome before 1 June 2015.

Source : RefoRC

Conférence – 27/03/2015 – Carlo Ginzburg : Le hasard et le cas

Carlo Ginzburg – Le hasard et le cas

Ginzburg_affiche_bat

Le 28 mars prochain, l’Université de Liège remettra le titre de Docteur honoris causa à plusieurs personnalités : parmi celles-ci figure le Professeur Carlo Ginzburg que la Faculté de Philosophie et Lettres a choisi de mettre à l’honneur.

Le Professeur Carlo Ginzburg est connu comme l’un des principaux représentants de la micro-histoire. Il est aussi un historien soucieux de mettre au cœur de son travail des questions de méthode : il réfléchit en particulier aux modalités de la connaissance en prenant pour objet le statut de la preuve, la question de la vérité, les effets de la mise à distance, les jeux d’échelle…

À l’occasion de sa venue à Liège, le Professeur Carlo Ginzburg donnera une conférence intitulée Le hasard et le cas, le vendredi 27 mars de 16h à 18h à la salle des Professeurs, place du 20-Août.

Cette conférence sera suivie d’un apéritif : vous y êtes cordialement invités.

Contact

Publication – Helmer Helmers, The Royalist Republic. Literature, Politics, and Religion in the Anglo-Dutch Public Sphere, 1639-1660

Helmer Helmers, The Royalist Republic. Literature, Politics, and Religion in the Anglo-Dutch Public Sphere, 1639-1660, Cambridge, CUP, 2015.

  • ISBN: 9781107087613
  • Pris : £65 (Hardback)

In 1649, Charles I was executed before Whitehall Palace in London. This event had a major impact not only in the British Isles, but also on the continent, where British exiles, diplomats and agents waged propaganda battles to conquer the minds of foreign audiences. In the Dutch Republic above all their efforts had a significant impact on public opinion, and succeeded in triggering violent debate. This is the first book-length study devoted to the continental backlash of the English Civil Wars. Interdisciplinary in scope and drawing on a wide range of sources, from pamphlets to paintings, Helmer Helmers shows how the royalist cause managed to triumph in one of the most unlikely places in early modern Europe. In doing so, Helmers transforms our understanding of both British and Dutch political culture, and provides new contexts for major literary works by Milton, Marvell, Huygens, and many others :

  • Presents a wide range of previously unknown Dutch sources central to the study of English Civil War history and literature that adds considerably to our understanding of British and Dutch political culture in this period
  • The first book-length investigation of the impact of English and Scottish royalism on the continent, giving a new perspective on Anglo-Dutch relations in the seventeenth century
  • Offers a new transnational and interdisciplinary approach to early modern political literature and propaganda

Site de l’éditeur : Cambridge University Press

CFP – Runaways : Desertion and Mobility in Global Labor History (c. 1650-1850)

Runaways: Desertion and Mobility in Global Labor History, c. 1650-1850

22-23 October 2015, Amsterdam

Call for Papers
International Institute of Social History
Department of History, University of Pittsburgh

Early modern globalization depended on the mobility and work of millions of workers who were crucial to production, transport, protection, and warfare. Bound by contract, slavery or otherwise, most of the labour relations through which sailors, soldiers, craftsmen, convicts and slaves were mobilized and employed contained elements in which withdrawal from the labour relation was a punishable offence. Though the lives of the working people were ordained by powerful trading companies and state structures, these workers often tried to pursue their own social and economic interests. Walking away from work, often breaching contract or law, was a widespread phenomenon that had a crucial role in this early stage of globalization.

‘Desertion’ – as understood by authorities – was absence from work: a breach of a labor contract or an act of defiance. For this conference, we define desertion broadly (and is thus not limited to the military sphere) as ‘walking away from work where this was a punishable offence in labour relations underpinned by contracts, obligations or coercion’. It will compare different types of workers. The conference will also explicitly engage with perspectives ‘from below’. Walking away from work was perhaps the most common of all forms of quotidian acts of disobedience amongst the early modern workforce. The study of desertion provides information on the workers’ perception of economic opportunity, conditions of work, strategies of revolt and finally, how these practices among workers shaped the (much larger) history of empire and capitalism in the early modern period.

Desertion of workers thus provides an interesting perspective on early global connections. The mobility and boldness of deserting workers is not surprising. Throughout the world, a vast majority of them were often migrants. From this perspective, desertion can be related to the work place, labour conditions and workers strategies, but also to the opportunities offered by economic and political environments, varying from ‘open’ and ‘empty’ landscapes offering opportunities for settlement and freedom, to ‘urban’ and economically developed areas providing opportunities for (new) work, but also anonymity and shelter.

This conference aims to investigate the phenomenon of desertion from a comparative and global (labour) history perspective. In an earlier meeting, some first lines of the history of desertion in the Dutch empire have been explored, comparing cases from Europe, the Atlantic and Asian realms. This conference aims to broaden the perspective. Therefore, we invite (comparative) case-studies from different regions over the world in order test findings and to uncover new connections. We invite studies related to workers and communities from European and non-European histories. Examples of such cases could relate to:

  • Desertion in the British, French, Spanish, Portuguese and other empires;
  • Desertion in European, Asian or other armies;
  • Desertion from labour contracts in Europe, Asia and the America’s by contracted wage workers such as sailors, soldiers, maids, crafts men or others;
  • Escape from coerced labour services, such servants (Europe), herendiensten (Java) or oeliam services (Ceylon, present-day Sri Lanka);
  • Escape by convicts from work camps and prisons;
  • Escape by slaves from slave ships, plantations, households in the Atlantic and Asian world;
  • Escape by slaves, servants, sailors, and other workers in (West-) Africa;
  • Histories of maroon communities;
  • Individual desertions or mass desertions

The conference aims to bring together excellent and innovative scholars working on the history of labour and social history, but will also be open to economic and cultural historians who can provide interesting case studies and perspectives. Covering European, Atlantic and Asian environments, it encourages case studies that focus on one or multiple groups of workers engaged in the global economy. In doing so, this conference will trace and compare acts and patterns of desertion across empires, economic systems, regions and types of workers.

In order to study desertion comparatively way, we encourage participants to focus on the common research theme. The aim of the conference is to investigate the patterns of desertion and mobility as both economic and political responses to the processes at play in the early modern worlds of work and globalization. In order to engage with these patterns of desertion systematically, participants are invited to consider the impact of variables such as the labour relations involved; the definitions of ‘desertion’ for different types of work and workers by authorities, employers and workers; the quantitative evidence for the incidence of desertion (and where possible, to reconstruct ‘desertion rates’); general patterns of work and mobility; mechanisms of control; the economic and political interests at stake for authorities, employers and workers.

Abstracts of maximum 500 words, indicating the proposed topic, sources and research methods, can be sent to desertion2015@gmail.com before 15 April 2015.

Titas Chakraborty, University of Pittsburgh
Jeannette Kamp, Leiden University
Marcel van der Linden, International Institute of Social History
Marcus Rediker, University of Pittsburgh
Matthias van Rossum, International Institute of Social History

Source : VNVNG

Appel à candidature – Two Postdoctoral Research Associates in the Early Modern Period

CRASSH is seeking to appoint two post doctoral Research Associates to join the AHRC funded project, Making Visible, the Visual and Graphic Practices of the Royal Society led by Dr Sachiko Kusukawa (History of Science) and based at CRASSH. The project will run for four years from March 2015 to February 2019 and the positions will be held for 3.5 years from 1 September 2015. The RAs will work closely with the PI and co-investigators on all aspects of the research project. They will conduct archival research (mainly at the Royal Society); generate and maintain data on an image database; work effectively with curators and other specialists through interviews and study sessions; write research papers; generate content for the project website; collaborate on an exhibition to be held at the Royal Society and participate fully in the project’s output including public engagement activities and international workshops. Applicants must possess

  • A good first degree and a PhD in a relevant field of research
  • Research experience in early modern science and/or art and/or archives, and/or visual culture
  • Familiarity with current digital humanities research and technology (e.g. databases)
  • Familiarity with image research, academic blogs and podcasts
  • Experience in presenting research findings to both scholarly and non-scholarly audiences
  • Experience or ability to organise and participate in collaborative research initiatives/projects
  • Fluency in English and reading proficiency in Latin and/or at least one modern language relevant to the project’s research

Fixed-term: The funds for this post are available until 28 February 2019 in the first instance.

Applications should be made via the CRASSH website http://www.crassh.cam.ac.uk by 12pm midday (BST) on Wednesday 8 April 2015.

Please quote reference VM05464 on your application and in any correspondence about this vacancy.

The University values diversity and is committed to equality of opportunity.

The University has a responsibility to ensure that all employees are eligible to live and work in the UK.

Lien

CFP – Formes et usages de la mémoire des révoltes et révolutions en Europe (15e-18e siècles)

ANR « CURR », Cultures des Révoltes et des Révolutions – Colloque international

Formes et usages de la mémoire des révoltes et révolutions en Europe (XVe-XVIIIe siècles)
Casa de Velázquez, Madrid
10-12 décembre 2015

Organisateurs :
Manuel Herrero Sánchez (Universidad Pablo de Olavide, Sevilla), Stéphane Jettot (Université Paris-Sorbonne, Labex EHNE), Alexandra Merle (Université de Caen, ERLIS).

Le programme ANR « CURR », Cultures des Révoltes et des Révolutions, porté par Alain Hugon (CRHQ, Caen) et auquel sont associées plusieurs équipes (ERLIS, Caen), le CERHIO de Rennes et le Labex EHNE, se propose d’analyser les productions culturelles de toute nature (écrite, orale, iconographique) élaborées et diffusées lors des révoltes et révolutions – définies comme des événements contestataires au travers desquels s’exprime une volonté de rupture politique avec l’ordre en place – survenues en Europe de la fin du Moyen Âge jusqu’au début du siècle des Lumières.

Ce programme, dont les travaux ont débuté en janvier 2014, comporte un axe consacré à la transmission sur le temps long du souvenir des révoltes et révolutions, axe dans lequel s’inscrit cette rencontre scientifique internationale intitulée « Formes et usages de la mémoire des révoltes et révolutions en Europe ».

L’importance des productions culturelles de différente nature élaborées de façon ultérieure aux révoltes et révolutions et sur une longue durée invite en effet à s’intéresser aux mécanismes permettant la persistance et/ou la réactivation du souvenir de ces épisodes, et à analyser l’orientation et les finalités de ces évocations, sans négliger la possibilité d’une relégation dans l’oubli qui serait elle aussi porteuse de sens.

Les recherches que nous souhaitons mener s’appuient sur des travaux antérieurs, dont certains en relation avec le programme CURR ou ses prémisses : ainsi, un colloque sur la mémoire des révoltes dans les cultures orales du XVe au XVIIIe siècle a déjà été organisé par Éva Guillorel (CRHQ) en collaboration avec David Hopkin à l’université d’Oxford en 2014, et, en ce qui concerne le champ spécifique des révoltes flamandes, un programme de recherche intitulé « Tales of the Revolt. Oblivion, memory and identity in the Low Countries, 1566-1700 », a été conduit ces dernières années par Judith Pollmann (associée à l’ANR) à l’université de Leiden, avec l’objectif d’analyser les mécanismes de mise en mémoire (dans l’historiographie, dans les cultures locales, dans les mémoires individuelles et collectives) et leur contribution à la création ou à la redéfinition des identités politiques et sociales aux Pays-Bas.

Ces travaux récents ont attiré l’attention sur plusieurs phénomènes tels que l’existence de mémoires plurielles (notamment de la mémoire orale et des mémoires familiales, alternatives à la mémoire officielle, et d’effets de remémoration permettant à des individus ou à des groupes sociaux de se saisir d’un événement pour l’investir de nouvelles significations), la possibilité de réorientations au cours du temps ou encore l’importance de l’oubli.

Il semble souhaitable d’étendre ces recherches à l’ensemble des révoltes et révolutions européennes de la période considérée, en y ajoutant d’autres interrogations, concernant notamment le rôle performatif que peut jouer la mémoire d’une révolte dans la préparation ou l’éclatement d’un autre mouvement de contestation, y compris dans un autre espace socio-culturel.

Cette rencontre internationale s’articulera donc autour d’une double problématique : d’une part, pourquoi et comment une révolte engendre-t-elle la constitution d’une mémoire sociale ou de mémoires contrastées ? D’autre part, comment le souvenir de certaines révoltes peut-il à son tour influencer l’émergence ou la structuration de nouveaux épisodes contestataires ? En d’autres termes, il s’agira de réfléchir au rôle de la mémoire non seulement comme résultat – en aval – mais aussi comme moteur – en amont – de l’action révolutionnaire.

Sur le plan chronologique, les révoltes et révolutions des XVe-XVIIe siècles seront analysées en priorité. Mais la problématique mémorielle conduit nécessairement à élargir la période concernée, en intégrant le Moyen Âge central (pour étudier par exemple l’influence du millénarisme sur les mouvements contestataires du XVe siècle) et l’ensemble du XVIIIe siècle jusqu’en 1799 (pour comprendre la façon dont la Révolution française, en France et dans ses tentatives d’exportation en Europe, réinvestit la mémoire des révoltes et révolutions d’Ancien Régime).

Les propositions de communication (titre et résumé d’une quinzaine de lignes), accompagnées d’un bref Curriculum Vitae, doivent être adressées aux organisateurs avant le 15 avril 2015.

Comité scientifique

  • Lucien Bély (Paris-Sorbonne)
  • Laurent Bourquin (Le Mans)
  • Mickael Braddick (Sheffield)
  • Richard Cust (Birmingham)
  • Luis Antonio Ribot García (Real Academia)
  • Alain Hugon (Caen)
  • José Javier Ruiz Ibáñez (EHESS)
  • Xavier Gil Pujol (Barcelone)

Les communications pourront être faites en français, en anglais, en espagnol ou en italien.

Contact : jettot@yahoo.com, mahersan@upo.esalexandra.merle@unicaen.fr

Source : AMHUF

CFP – Femmes des anti-Lumières, femmes apologistes

À la suite du récent volume de la revue Œuvres et Critiques (2013, vol. xxxviii [1]) – qui a ouvert et balisé une part de ce champ de recherche –, la revue internationale Études sur le XVIIIe siècle (juin 2016, vol. 44) a décidé de consacrer un nouveau dossier et un volume thématique à cette problématique de l’histoire littéraire, de l’histoire religieuse, de l’histoire de la philosophie et des idées. Les contributions au volume seront le fruit des interventions partagées lors du colloque international organisé sur ce même thème à l’Université Libre de Bruxelles, à l’automne prochain (19-20 novembre 2015).

Le colloque privilégiera une orientation interdisciplinaire en fédérant des approches qui permettront de faire dialoguer histoire littéraire, sociologie de la littérature, théologie, philosophie, esthétique, histoire du livre, gender studies … La manifestation accueillera dans ce but des communications consacrées à des études de « cas », aux instances auctoriales de la production féminine (posture, anonymat, pseudonymat,…), à l’étude thématique, générique, rhétorique ou théologique d’œuvres singulières ou de courants artistiques, littéraires, philosophiques et religieux. Le colloque étudiera également les espaces (salons, clubs, sodalités, cercles illuministes, compagnies laïques,…) et les modes de sociabilités (cooptations, querelles, luttes d’influence …) au cœur des réseaux au sein desquels s’inscrivent les auteures. Il réservera une place à l’analyse de leurs stratégies éditoriales. Les contributions pourront également mettre en corrélation ego-documents, œuvres imprimées et manuscrites en envisageant les influences réciproques nourries entre romans, poésie, paraphrase biblique, théâtre, opuscules de piété, lettres de direction, écrits clandestins, propos des sermonnaires,… Enfin, une place sera accordée à l’analyse de la construction de ces catégories et objets de recherche (anti-Lumières, antiphilosophie) par l’histoire littéraire.

Les propositions de textes sont à adresser à Fabrice Preyat (Chercheur Qualifié honoraire auprès du FNRS – Professeur à l’Université Libre de Bruxelles) à l’adresse suivante : fpreyat@ulb.ac.be, avant le 15 avril 2015.

Argumentaire

La valeur intellectuelle et les origines presque exclusivement masculines de l’apologétique chrétienne ont longtemps oblitéré le rôle des femmes dans la défense de la foi. La pratique « genrée » de l’apologétique invite pourtant à élargir les frontières d’une « discipline » qui, au XVIIIe siècle, s’ouvre aux leçons de la raison et de la sensibilité.

Si, par son contenu, l’apologétique puise sans cesse aux sources de la Révélation, ses formes varient considérablement en fonction des périodes et des contextes culturels et sociaux au gré desquels elle se développe. Confrontée aux combats des Lumières, la défense de la foi se définit dans un rapport dialogique à la Philosophie contemporaine et témoigne, de ce fait, de considérables infléchissements théologiques et d’une vulgarisation qui l’enjoint sans cesse à se littérariser.

Développée souvent au gré de polémiques et querelles – au point de recouvrir largement le courant des anti-Lumières –, l’apologétique s’avère rapidement « contaminée » par l’évolution des mentalités et des jugements esthétiques. Elle n’échappe pas aux effets de mode qui, une fois apprivoisés, lui permettent d’élargir son audience et lui font espérer la conversion des incrédules de tout bord : « même en fait de preuves de la religion, écrit l’abbé Mérault de Bizy, il faut plaire en prouvant ou prouver en vain ». Contrainte de quitter progressivement la sécheresse de traités réservés naguère aux seuls controversistes, l’apologétique fait désormais siens l’expérience personnelle et le témoignage intérieur.

Forts des leçons tirées des Délices de l’esprit de Desmarets de Saint-Sorlin (1658) et de la réconciliation de la foi avec l’esprit et le goût que prône J.-G. Lefranc de Pompignan (La dévotion réconciliée avec l’esprit, 1754), les écrivains chrétiens optent pour une illustration de la dévotion en adéquation avec les progrès des sciences et des arts. L’apologétique cherche dès lors, parmi une gamme d’ingrédients littéraires et psychologiques, à toucher l’imagination et agrémente les registres de l’argumentation et de la polémique de celui de la séduction. Elle ne table plus seulement sur l’éloquence, mais joue d’ironie et de lyrisme. Elle adopte les stratégies de ses adversaires, emboîte le pas aux Philosophes, en appelle aux goûts de son public et révolutionne les genres où s’inscrira désormais sa pratique. Dictionnaires, romans épistolaires, nouvelles, comédies et tragédies voisinent honorablement, dans la seconde moitié du xviiie siècle, les essais théologiques ou les livres de piété et enferment l’efflorescence d’œuvres situées au carrefour des champs religieux et littéraire.

Ces métamorphoses découvrent des perspectives au sein desquelles la voix des femmes peut se faire entendre, au moment même où se modifie le regard que l’Église et la société portent sur elles. Irrémédiablement, l’apologétique s’en trouve bigarrée et répond à l’originalité de voix féminines qui sourdent de milieux sociaux, de réseaux littéraires et de courants philosophiques, théologiques ou religieux (jansénisme, protestantisme, quiétisme, illuminisme, etc.) disparates.

La dévote se fait femme savante, fine mais marginale théologienne – telle Marie Huber –, tandis que le siècle découvre une foule de passionarias dont les traités bibliques et les études exégétiques contribuent à consolider une piété éclairée (M.-A. Bataille de Chambenart, E.-S. Chéron, A.-L. de Béthune d’Orval, M.-M. d’Aguesseau,…). Nulle doctrine sociale chamboulée par les Philosophes n’est susceptible d’échapper à la vindicte de cette « Action catholique féminine » (M. Bernos) : Marie-Françoise Loquet s’empare ainsi des arguments les plus récents sur la quête du bonheur pour offrir, dans le Voyage de Sophie et d’Eulalie au palais du vrai bonheur, ouvrage pour servir de guide dans les voies du salut, un pendant chrétien aux réflexions philosophiques. Mme de Laval-Montmorency se tournera, dans le même esprit, vers le texte biblique pour apporter réponse aux doutes de sa génération : Le vrai bonheur ou la foi de Tobie récompensée. Nul genre ne paraît plus désormais impropre lorsqu’il se met au service d’une croyance assiégée de toutes parts. La Laïs philosophe, biographie fictive, écrite par Marie-Antoinette de Bavière, livre ainsi en 1760 un combat en règles contre les iconoclastes qu’elle campe en pleine errance et sur le point de se rétracter en réfutant par eux-mêmes l’« impiété », la « mauvaise conduite » et la « folie » de Voltaire. En 1786, l’œuvre de Mme Loquet intitulée Cruzamante ou la Sainte amante de la croix optera pour des tonalités sadiennes. Cet étendard d’un dolorisme outré fut justement épinglé pour sa proximité avec l’inspiration de Justine ou les Infortunes de la vertu. Le didactisme sage de Mme Leprince de Beaumont côtoie quant à lui l’œuvre pléthorique de Mme de Genlis, qui va jusqu’à s’inspirer des entreprises lexicographiques de l’abbé Mayeul Chaudon et de F.-X. de Feller, pour publier un Dictionnaire critique et raisonné des étiquettes de la cour, dont le titre voile habilement la dimension apologétique et le propos clairement antiphilosophique.

Dans leur sacrifice à l’esprit du siècle, les « Lumières chrétiennes » et féminines revêtent le masque de l’adversaire, usent superficiellement du même vocabulaire que la Philosophie, et, selon une perméabilité toute relative, assimilent ses valeurs ou réquisitionne des titres qui lui paraissent avoir été injustement usurpés. Loin de réduire le fossé idéologique qui sépare les deux camps, l’écriture bourgeonnante des auteures contribue à alimenter la vivacité et la richesse culturelle d’un débat qui affecte les identités de l’écrivain, de l’écrivain chrétien, du philosophe, du clerc et du laïc, dont les missions sociales se trouvent conséquemment bouleversées.

Mais la richesse de l’apologétique féminine constitue également sa faiblesse. Quel écart ne mesure-t-on pas entre plusieurs voix singulières, celles d’Anne-Marie de Schurmann ou de Gabrièle Suchon ; entre l’exégèse de Marie Guyon, les traités de Marie Huber ou les visions eschatologiques des « Églises » nouvelles prophétisées par une Suzette Labrousse ou une Jacqueline-Aimée Brohon, qui succombent à l’attrait des hétérodoxies, en même temps qu’à celui du romanesque ?

La critique contemporaine a longtemps ignoré l’œuvre des apologistes féminines, en dépit de la multiplicité des courants qu’elles ont illustrés, en dépit des qualités intrinsèques d’œuvres confirmées et à succès, en dépit parfois d’une fraîcheur de ton et, enfin, d’une omniprésence sur le marché de la librairie et au cœur des débats de société. L’étude de l’apologétique et, plus largement, des anti-Lumières féminines, constitue pourtant un enjeu fondamental pour la compréhension des débats idéologiques, de l’histoire des mœurs et des idées. Elle accompagne l’évolution des genres littéraires et sociaux et influe sur la définition des identités collectives.

Il s’agit aujourd’hui d’éclairer le rôle des apologistes et des anti-Lumières féminines dans la conformation du nouveau statut de l’« homme » de lettres au XVIIIe siècle et de jauger leur implication dans l’émergence de la figure de l’intellectuel(le) et de son rapport à l’espace public, au champ culturel en construction et au pouvoir. Pour ce faire, il convient d’étudier conjointement des « cas », les modes d’échange ou de circulation des discours, leur articulation rhétorique et les lieux des querelles.

À l’aide du préfixe « anti- » (anti-Lumières, antiphilosophie, anti-encyclopédisme,…), l’histoire littéraire a radicalisé les différentes tendances qui se sont côtoyées et qui n’ont cessé de s’hybrider tout en jouant sur la polysémie des termes qui désignaient la nature des polémiques (disputes, controverses, querelles, invectives personnelles). Les anti-Lumières ont en effet décliné des positions multiples qu’elles distinguent, mêlent ou confondent selon les besoins du moment et les objets du débat, quitte à alterner successivement les registres au sein d’un même ouvrage. L’œuvre de Mme de Genlis incarne sans doute le parangon de ce mélange des genres, depuis l’enrégimentement des ouvrages didactiques jusqu’au désir de produire une contre-encyclopédie, sans délaisser le roman historique, pour finalement retourner les armes dirigées contre l’Infâme vers les Philosophes, de manière à les réfuter « par leurs propres aveux, par les lettres qu’ils nous ont laissées, et par des citations de leurs propres ouvrages ». Parallèlement aux recours à la censure, aux injures et aux campagnes agressives de dénigrement – celle des Cacouacs, par exemple, orchestrée par Palissot, ou les réactions au scandale provoqué par De l’esprit d’Helvétius, dans les années 1750 –, il s’agissait aussi pour les adversaires de la Philosophie d’organiser positivement la « reconquête » et de susciter l’adhésion.

Les académies, les revues, les clubs et les salons montrent les « déplacements des fronts d’opposition » (D. Masseau). Ils dénoncent aussi la mouvance des alliances tactiques et politiques et l’opportunisme de prises de position idéologiques qui, parfois, ne répondent guère à des convictions personnelles. Tandis que plusieurs auteurs préfèrent, dans la dispute, agiter les spectres du complot et de la décadence – après la Révolution surtout –, d’autres jouent les conciliateurs entre les valeurs religieuses ou leur engagement doctrinal et les acquis de la philosophie moderne. D’autres encore cherchent à l’étranger, dans l’influence de l’Angleterre notamment, les causes d’une déperdition religieuse et de l’ascendant des Philosophes dans un pays qui a délaissé la « conversation » pour le « thé, le punch et la cohue » et a, simplement, oublié de « rester Français » (S. de Genlis) !

Quelle place les femmes, réputées « querelleuses » selon Richelet, ont-elles occupée dans ces échanges polémiques et selon quels domaines ? quel rôle exact ont-elles joué dans le déferlement des affrontements qui accompagnent la structuration du champ intellectuel en champs spécifiques (A. Viala) et dans l’appropriation de disciplines traditionnellement réservées à l’Église et à ses pasteurs ? dans quelle mesure leur éducation les a-t-elle préparées à ces échanges pro et contra ? existe-t-il des registres rhétoriques au sein desquels elles se sont spécifiquement ou principalement illustrées ? le recours à la fiction et aux séductions littéraires ne permet-il pas de donner un second souffle à des débats dont la dimension polémique paraît ainsi voilée ?

Colloque – 29/05/2015 – Orare aut laborare ? Fêtes de précepte et jours chômés du moyen âge au début du 20e siècle

Fêtes de précepte et jours chômés du moyen âge au début du 20e siècle

29 mai 2015
Université Saint-Louis – Bruxelles
Salle du Conseil
43 Boulevard du Jardin Botanique
1000 Bruxelles

 Programme

9 h – Introduction

9 h 15 – Bruno Dumézil (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : L’instauration du dimanche comme jour chômé. Etude comparative dans l’espace européen
9 h 40 – Charles Mériaux (Lille 3) : Jours chômés et fêtes dans le monde franc (VIe – XIe siècles)

10 h 05 – Discussion

10 h 35 – Catherine Vincent (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : Fixer, respecter et critiquer les fêtes de précepte au Moyen Âge: enjeux doctrinaux, pastoraux et sociaux
11 h 00 –Alain Cabantous (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) : Un calendrier à l’épreuve. Dimanches et jours de fête en Angleterre (fin XVIe – début XIXe siècle)

11 h 30 – Discussion

13 h 45 – Philippe Desmette (Université Saint-Louis Bruxelles) : Les fêtes de précepte : un enjeu entre épiscopat et pouvoir civil dans les Pays-Bas et la principauté de Liège du XVe au XVIIIe siècle.
14 h 10 – Philippe Moulis (Université Paris 13) : Prélats jansénistes et calendriers diocésains dans la France septentrionale

14 h 35 – Discussion

15 h 05 – Gaël Rideau (Université d’Orléans) : La fête processionnelle en France au XVIIIème siècle entre dévotion et police
15 h 30 – Philippe Martin (Université Lumières Lyon 2) : Assister à la messe : obligation ou geste de piété ?

15 h 55 – Discussion

16 h 20 – Silvia Mostaccio (Université catholique de Louvain) : Conclusions

Informations pratiques

29 mai 2015 – Bruxelles
Université Saint-Louis – Bruxelles
salle du conseil (4e étage)
43 Bd du Jardin Botanique
1000 Bruxelles (Belgique)

16 octobre 2015 – Lyon
Université Lyon 2 Lumière
Les programme et local seront communiqués ultérieurement

Comité organisateur
Philippe Desmette : philippe.desmette(at)usaintlouis.be
Philippe Martin : philippe.martin(at)univ-lyon2.fr

Comité scientifique
Catherine Vincent (Paris Ouest Nanterre La Défense)
Paola Vismara (Università degli studi di Milano)
Christian Sorrel (Lyon 2)
Philippe Martin (Lyon 2)
Silvia Mostaccio (Université catholique de Louvain)
Philippe Desmette (Saint-Louis Bruxelles)

Source : CRHiDI

CFP – After Iconophobia

In 1985, Patrick Collinson delivered the Stenton lecture on the topic ‘From Iconoclasm to Iconophobia: the Cultural Impact of the Second English Reformation’.  Thirty years on, this essay (published in 1986) has gone on to shape a generation of scholarly enquiry into the impact of religion on culture, and of culture on religion, in post-reformation England. The thirtieth anniversary seems a timely point to take stock and re-examine Collinson’s initial thesis, as well as flagging up some of the new directions that study of the areas explored in his lecture (religious drama, songs and ballads, and pictorial art) is taking.

This two-day workshop, which is taking place at the Shakespeare Institute, Stratford-upon-Avon, 2-3 July 2015, will consider the legacy of Collinson’s seminal article, as well as exploring the most exciting present and future trends in the study of religious drama, songs and ballads, pictorial art and material culture.  Confirmed speakers at the event currently include:

  • Tarnya Cooper (National Portrait Gallery)
  • Richard Cust (Birmingham)
  • Ian Green (Edinburgh)
  • Tara Hamling (Birmingham)
  • Andrew Morall (Bard College)
  • Adam Morton (Newcastle)
  • Matthew Milner (Toronto)
  • Helen Pierce (Aberdeen)
  • Alec Ryrie (Durham)
  • Laura Sangha (Exeter)
  • Adrian Streete (Glasgow)
  • Richard Williams (Royal Collections)
  • Jonathan Willis (Birmingham)
  • Lucy Wooding (King’s College, London)

We would like to invite proposals for short papers, and are particularly keen to hear from postgraduate students and early career scholars.  Rather than standard research presentations, we are asking for c.15-minute papers which reflect explicitly on Collinson’s article, and how it relates to/has influenced/is challenged by your own work.

Please send abstracts of 200-250 words to aftericonophobia@gmail.com. The deadline for abstracts is Friday 17 April.

Further information about registration will be circulated in due course, but we are hoping that all delegates at the conference will present a paper.

Source : site internet du workshop.

CFP – La nationalité en guerre (1789-1791)

La nationalité en guerre (1789-1791)

Lieu : Musée de l’histoire de l’immigration (Paris 12e) et archives nationales (Pierrefitte-sur-Seine)
Dates: 3-4 décembre 2015
Date limite de réponse à l’appel : 7 avril 2015

La guerre, temps de confrontation avec l’extérieur et simultanément de remise en ordre intérieur, est un moment critique de reconfiguration des formes d’inclusion et d’exclusion sociale et nationale : la nationalité des individus y devient donc un enjeu crucial. Elle prend, en situation de conflit, un sens nouveau, se chargeant de dimensions nouvelles théoriques, juridiques et pratiques. Les sorties de guerre entraînent également des modifications de frontières induisant l’arrivée ou le départ de populations et les questions de nationalité font partie intégrante des traités de paix. Hors des périodes de conflit, la guerre imprime sa marque sur les réflexions, les représentations et les définitions de la nationalité : qu’il s’agisse de dynamiser la démographie ou de traquer les éventuels « mauvais nationaux » ou ennemis intérieurs, ou de définir la loyauté ou la dignité nationale, l’épisode guerrier laisse toujours planer son ombre. Lors de ce colloque il s’agira d’aborder dans toutes ces dimensions la question des relations entre guerres et nationalité lors de la période contemporaine (1789-1991).

Lien

CFP – Voicing dissent in the long reformation

Voicing Dissent in the Long Reformation

Lieu : Universités Aix-Marseille et Montpellier
Date : 6-9 juillet 2016

The conference will concentrate on the expression and representation of Protestant Dissent, Nonconformity and Puritanism (1500–1800), with an emphasis on the relationship between written and oral cultures. Topics might include: preaching, singing and praying; public and private devotion; conferences and disputations; epistolary conversation; religion and politics; rumour and defamation; reading and publishing Dissent; the representation of emotions…

Papers on the works and reception of John Bunyan will be especially welcome, but papers need not be restricted to Bunyan.

Applicants are invited to send proposals for 30-minute papers or for panels (3 x 30-minute papers). Please include a title for the paper; a summary of no more than 300 words; a 100-word biographical outline; and a one-page CV.

Bursaries are available for doctoral students and young researchers. To apply, explain your need for support, your likely travel costs, and include a reference letter (from e.g. a supervisor).

Send all proposals and communications (Word documents only, no pdf) to: voicingdissentconference@gmail.com

Deadline: 31 May 2015
All answers by August 2015

Lien

CFP – Héraldique et papauté

Colloque international organisé par l’université du Havre à Rome, en partenariat avec l’École française, l’Académie de France, l’Association des historiens de l’art italien, les 19-21 mai 2016.

Modalités pratiques d’envoi des propositions
Propositions (fonction + bibliographie essentielle + résumé, le tout en une page) à envoyer pour le 1er juin 2015 à l’adresse suivante: yvan.loskoutoff@univ-lehavre.fr

Communications de 40 minutes.

Au Moyen Age comme à l’époque moderne, la papauté dispose d’imaginaires variés pour alimenter sa communication institutionnelle. On pense d’abord à l’Ecriture Sainte ou à l’hagiographie, à l’histoire, antique ou récente, à la mythologie, mais on aurait tort de négliger l’héraldique. Un nouveau pape apporte avec lui les images de son blason qui paraissent sur les monnaies, sur les sceaux, sur les médailles, sur la vaisselle et les ornements liturgiques, sur les reliures et les illustrations des livres, dans les armoriaux et dans la littérature de célébration ou de satire (pasquinades), sur les façades et les décors peints ou sculptés des bâtiments (succès dans la grotesque), dans les diverses fêtes et cérémonies, sur les monuments et les tombeaux, sans oublier les jardins, les fontaines, etc… Les cardinaux augmentent souvent leurs armoiries de celles du pape qui les a créés. Ce n’est pas un hasard si la Rome pontificale peut être considérée comme l’une des capitales les plus héraldiques du monde. Dans la peinture, cet imaginaire prend des formes allégoriques, depuis Raphaël et avant lui (Portrait de Léon X, ornement du fauteuil emprunté aux armes du portraituré, trait commun à de nombreux papes), jusqu’au Caravage et après lui (L’Amour triomphant, globe étoilé renvoyant aux armes des Aldobrandini). Les grands décors sont élaborés en programmes. Fritz Saxl avait ainsi étudié l’utilisation ‘hiéroglyphique’ du taureau des Borgia par Pinturicchio dans les appartements du Vatican. Michel Pastoureau s’est intéressé à l’emblématique des Farnèse, famille de Paul III. Carlo Ruffini a récemment consacré un livre à la symbolique héraldique de Grégoire XIII, Corinne Mandel puis Yvan Loskoutoff un à celle de Sixte-Quint.

Il reste encore beaucoup à dire. L’héraldique papale, dans ses différents emplois, n’a pas suscité tout l’intérêt qu’elle méritait. Vaste sujet, propre à stimuler historiens, historiens de la littérature et historiens de l’art.

Lien

CFP – Women in the Global Eighteenth Century

Women in the Global Eighteenth Century

Seton Hall University, South Orange, New Jersey,
Le colloque aura lieu au Grand Summit Hotel, à Summit, NJ les 5 et 6 novembre 2015.
Date limite de soumission des propositions :  15 mai 2015.
La conférence inaugurale sera dispensée par Dr. Lynn Festa, Associate Professor of English, Rutgers University.

In The Global Eighteenth Century , Felicity Nussbaum and her contributors urged scholars to see the eighteenth century as ‘wide’: a period with a geographical as well as temporal sweep.Such a perspective, Nussbaum contended, would require different, more complex narratives of the people, events, systems, and discourses of the age. In the spirit of our namesake Aphra Behn, whose poetry, drama, plays, and translations reflect a complex awareness of a widening world, The Aphra Behn Society for Women in the Arts, 1660–1830 takes up the challenge posed by The Global Eighteenth Century to invite papers exploring any aspect of women and the arts in this ‘global eighteenth century’. How does a wider, potentially global, lens change the view of people, places, and things both familiar and strange, domestic and imperial, Us and Other? How does gender affect those views?

The Aphra Behn Society for Women and the Arts invites papers addressing the intersection of gender and the global eighteenth century from a wide variety of disciplines, including but not limited to Literature, History, Art History, Music History, Modern Languages, Philosophy, Religious Studies, and Women and Gender Studies. We welcome papers on this topic from all sub-fields of these disciplines.

Lien

CFP – Dans l’ombre du roi-soleil

34e colloque annuel de la Société d’Etudes pluridisciplinaires du XVIIe siècle français (SE17)

Lieu : New Brunswick
Date(s) : 5-7 novembre 2015
Date limite de réponse à l’appel : 31 mars 2015
Les chercheurs de toutes disciplines sont invités à soumettre des propositions de communication (en français ou en anglais) relatives aux thèmes annoncés ci-dessous pour le 34e colloque annuel de la Société d’Etudes pluridisciplinaires du XVIIe siècle français :
1. Le Cabinet / The Cabinet
2. Cérémonies / Ceremonies
3. Pédagogie / Pedagogy
4. Réception du XVIIe siècle / Reception of XVIIth century
5. La violence / Violence
6. Voix libertines / Libertine Voices
7. Voyages et carrefours / Travels and Crossings

Lien