Tous les articles par modernum

CFP – Les gestes, à voir et à pratiquer, à l’époque moderne

Revue : Europa Moderna, n°5

Date de mise en ligne des articles : octobre 2015
Date limite de réponse à l’appel : 23 mars 2015

Le prochain numéro de la revue Europa Moderna portera sur une dimension majeure de l’histoire du corps à l’époque moderne, à savoir la gestuelle, que les historiens ont peu exploré depuis La raison des gestes dans l’Occident médiéval de Jean-Claude Schmitt en 1990. Le geste, les gestes sont ceux du corps en tant que médiateurs de l’individu et contribuent à sa présentation – dimension psychologisante évoquée par André Chastel (« L’art du geste à la Renaissance », Revue de l’art, n°75, 1987, p. 9-16) – tout en établissant les repères nécessaires à la communication entre les individus, voire l’interaction en vertu de leur performance dans des espaces ou territoires qui les déterminent en partie et les ritualisent. De l’espace de la maison, du lieu public et/ou institutionnel (cour de justice par exemple) à celui de la cour du prince, les gestes ont une identité propre fixée par la nature des relations de pouvoir et de sociabilité. Aussi, les gestes, dont les contemporains ont pu témoigner à travers des descriptions narratives et visuelles, sont notables par leur fonction sémiotique et les codes d’ordre culturel qu’ils révèlent en les reproduisant ou en les transgressant. Un geste, devenu une trace du passé, est un discours en soi dépassant l’acteur lui-même pour atteindre tout le groupe et prendre ainsi une « épaisseur » sociale (R. Muchembled, « Pour une histoire des gestes (XVe-XVIIIe siècles) », RHMC, 1987, p. 87-101) fortement liée à des pratiques culturelles d’ordre religieux, tel le baiser sur la bouche qui est repérable également dans d’autres sphères en signe d’égalité, ou d’ordre politique dans le cadre des cérémonies et des cérémonials – voir les nombreux gestes codifiés de la liturgie royale par exemple ou encore des événements politiques tels que les réceptions diplomatiques -, voire encore d’ordre civilisationnel avec l’élaboration des règles de civilité depuis la Renaissance. Il existe bien d’autres domaines d’expression du geste que ce numéro aimerait aussi mettre en évidence.

Les propositions, de 500 mots maximum avec une courte notice biobibliographique, seront envoyées à sylvene.edouard@gmail.com, avant le 27 mars 2015.

Après décision du comité de rédaction, les textes définitifs devront être envoyés à la rédaction avant le 30 juin 2015.

Source : Europa Moderna

École doctorale – 06-11/07/2015 – Le doctorat : mode(s) d’emploi

Ecole doctorale Université de Strasbourg – Le doctorat : mode(s) d’emploi

Quand : du 6 au 11 juillet 2015
: Université de Strasbourg, campus de l’Esplanade, bâtiment Le Patio
Public : Doctorants SHS de France et de l’étranger (NB : la priorité aux doctorants SHS, fin de 1ère et 2ième année)
Nombre de places : 70 (nombre de places limité)
Tarif : gratuité pour les doctorants SHS de l’Unistra, 250 euros pour les doctorants d’autres universités
Ouverture des inscriptions : 1er mars 2015
Contact : ecoledoc.shs@gmail.com

Première initiative, motivée par l’expression des attentes et besoins concrets des doctorants, l’école d’été doctorale EED Unistra 2015 a pour objectif de donner, en une semaine, aux doctorants en sciences humaines et sociales de fin de 1ère année (et au-delà), un ensemble construit d’outils transversaux, théoriques, méthodologiques et techniques, destinés à faciliter leur parcours doctoral.

Considérant le doctorat dans sa globalité, l’EED Unistra 2015 se compose de 6 modules, se suivant sur 6 jours, traitant des points-clés du doctorat, des plus connus (écriture scientifique, connaissance institutionnelle) aux moins abordés (la gestion du temps, du stress, de l’image de soi, de l’isolement) en passant par les plus indispensables (exploitation de logiciels de traitement de documents, modalités de travail collaboratif, insertion professionnelle).

6 Modules

  • Module 1/ Points de vue sur le doctorat (rôle des universités et ED dans la réussite doctorale, questionnements sur l’amélioration de la formation doctorale)
  • Module 2/ Produire des connaissances (Epistémologie des SHS, les données et leur traitement, outils logiciels de traitement et d’exploitation des données, avenir scientifique des SHS, …)
  • Module 3/ Ecrire des textes scientifiques (l’écriture de la thèse, la dimension heuristique de l’écriture scientifique, spécificités de l’écriture de la thèse, gestion technique des textes longs, postures de l’auteur, …)
  • Module 4/ Gérer son doctorat (la gestion du projet « thèse », images de soi du doctorant, formes de travail collaboratif, relation encadrant/doctorant, …)
  • Module 5/ Valoriser son doctorat (publications, organisation de colloques jeunes chercheurs, rédaction de posters, d’abstracts, communication orale, …)
  • Module 6/ Préparer son insertion professionnelle (perspectives de professionnalisation des doctorants, réseaux sociaux et professionnels, portefeuille de compétences, …)

Dispositif

  • Intervenants : représentants institutionnels (directeurs d’ED, représentants du HCERES), spécialistes réputés des thématiques abordées, doctorants, jeunes docteurs
  • Dispositif : conférences, tables rondes, débats ateliers (mise en situation, utilisation d’outils, jeux de rôle,…), témoignages
  • Outils : un certain nombre d’outils (évolutifs et perfectibles dans la suite du parcours doctoral) seront fournis à l’issue de l’EED : le Cahier de l’EED’2015 (comprenant les interventions des conférenciers et les supports d’ateliers), un formulaire d’auto-évaluation du parcours doctoral, un portefeuille de compétences, un CV et, selon les ateliers suivis, un chronogramme, un poster, un abstract, une partie de thèse rédigée en bonne et due forme.

Un réseau des doctorants de l’EED’2015 sera constitué à cette occasion.

Lien

Conférence – Silvia Ginzburg : Pietro Bembo et les arts aux temps de Léon X

Pietro Bembo et les arts au temps de Léon X

par Silvia Ginzburg (Roma Tre)

GinzburgS_affiche

Conférence de clôture du colloque « Être hommes de « lettres » : secrétaires et politiques culturelles au seizième siècle »

Organisation : Antonio Geremicca et Hélène Miesse

Détails pratiques
Vendredi 27 février 2015
18h
Université de Liège
Salle des professeurs (A1, 1e étage)
Place du XX Août, 4000 Liège

Source : Transitions

Colloque – 26-27/02/2015 – Être homme de “lettres”. Secrétaires et politique culturelle au 16e siècle

Colloque international – Être homme de “lettres”. Secrétaires et politique culturelle au 16e siècle (26-27 février 2015) 

26 février

10:00    Mot d’accueil de Dominique ALLART (Université de Liège, Présidente de « Transitions » )
10:15    Introduction aux travaux – Antonio GEREMICCA et Hélène MIESSE
10:30    Matteo PROVASI (Università di Ferrara ) – L’aristotelismo abortito. Il segretario, il principe, lo Stato nel Cinquecento

11:00    Pause-café

Présidence : Giovanni MUTO (Università di Napoli “Federico II”)
11:15    Andrea GUIDI (University of London, Birkbeck) – Le conclusioni ‘gagliarde’ del Segretario. Machiavelli : ingegno letterario ed efficacia politi-ca nella sua corrispondenza diplomatica e nella sua produzione cancelleresca
11:45    Paolo PROCACCIOLI (Università della Tuscia, DISBEC) – Pietro Aretino in carriera. Dal segretario di Pa-squino al segretario del mondo
12:15    Marcello SIMONETTA (Sciences Po, Paris) – « Segretarii cavalcanti e ziferali » : da Paolo Giovio a Gian Battista Leoni

12:45    Sandwich-lunch

Présidence : Silvia GINZBURG (Università di Roma Tre)
14:30    Hélène MIESSE (Université de Liège) – Goro Gheri secrétaire de Laurent II de Médicis : art et politique dans les copialettere
15:00    Antonio GEREMICCA (Université de Liège) – Cosimo I de’ Medici conteso. Rivalità tra Pietro Aretino e Pierfrancesco Riccio
15:30     Oscar SCHIAVONE (University College, London) – Luca Martini as an Art Consultant and Patron of Artists in Pisa (1547-1561)

16:00     Pause-café

16:15     Marco CALAFATI (Université Paris-Sorbonne EPHE, Università di Firenze) – Ugolino Grifoni e Bartolomeo Gondi : due cor-tigiani, segretari, diplomatici e mecenati alla cor-te di Cosimo I de’ Medici
16:45     Emanuele PELLEGRINI (IMT Institute for Advanced Studies, Lucca) – Due segretari e un artista : il caso dei Pagni alla corte di Cosimo I

27 février

Présidence : Paola MORENO (Université de Liège)
10:00     Claudia MARCONATO (Università di Padova) – Il Bibbiena ‘moccicone’ : l’autoironia e il classi-cismo come ingredienti del perfetto segretario e cortigiano
10:30     Gianluca VALENTI (Université de Liège) – Gian Matteo Giberti et son « amour des lettres » à la lumière de sa correspondance

11:00     Pause-café

11:15     Marzia GIULIANI (Università Cattolica del Sacro Cuore di Milano) – Intrecci inediti fra letteratura, arti e nuova scienza. Il pistoiese Bonifacio Vannozzi e le corti di Torino, Roma e Firenze
11:45     Veronica CARPITA (Fondazione Culturale d’Arte Trossi-Uberti, Livorno) – Francesco Angeloni (1587-1652) e il tramonto della figura del ‘perfetto segretario’ oratore e filosofo

12:30     Sandwich-lunch

Présidence : Annick DELFOSSE (Université de Liège)

14:00     Antonio VANNUGLI (Università per stranieri di Perugia) – Doni dall’Italia per il segretario Mateo Vázquez de Leca : Marcantonio Colonna e Ferdinando de’ Medici fanno a gara
14:30     Letizia MAFALE (Università di Milano, Université de Reims Champagne-Ardenne) – « Per ardua surgo » : les Laubespine-Villeroy, secrétaires politiques et lettrés à la cour des derniers Valois
15:00     Miguel PALOU ESPINOSA (European University Institute of Florence) – Alfonso Fontanelli (1557-1622) : A Musical and Courtly Autoritas for Il Segretario

15:30     Conclusions

Détails pratiques :
26-27 février 2015
Université de Liège
Salle des professeurs (A1, 1e étage)
Place du XX Août, 4000 Liège

Contact : Antonio Geremicca et Hélène Miesse

Source : Transitions

CFP – (Re)Building Networks: A Medieval and Early Modern Studies Conference

(Re)Building Networks: A Medieval and Early Modern Studies Conference

University of Maryland, College Park
October 9-10, 2015

Networks are widely recognized as modes of professional collaboration as well as objects of scientific inquiry. The University of Maryland’s Graduate School Field Committee in Medieval & Early Modern Studies will hold a two-day symposium that brings together scholars in a wide range of fields to exchange research on medieval and early modern networks within and across disciplines, social classes, and national boundaries.

We are also interested in examining the various methods by which contemporary researchers identify and analyze networks. How were networks constructed in the medieval and early modern periods, and how and why do we reconstruct them today? We aim to facilitate an interdisciplinary dialogue on the nature, interest, and potential of networks both as a practice and as an analytical concept.

Confirmed speakers include Ruth Ahnert (English, Queen Mary University of London), Sebastian Ahnert (Physics, University of Cambridge), Michiel van Groesen (History, University of Amsterdam), Alicia Walker (Art History, Bryn Mawr College), David Wallace (English, University of Pennsylvania), and Colin F. Wilder (Digital Humanities, University of South Carolina).

We invite proposals for 20-minute papers from scholars of all disciplines that address the medieval and/or early modern periods. Some proposals may be selected for alternative formats.

Topics may include:
• What constitutes a network?
• Networks and scientific collaboration
• Networks as/and interdisciplinarity
• Computer-aided networks analysis
• Visualizing/depicting networks
• Vehicles of transmission within networks
• Networks and space
• Networks over time
• Non-elite/popular networks

Please send a 250-word abstract and a short professional biography to rebuilding.networks@umd.edu by Friday, April 3, 2015.

Source : The Medieval Academy Blog.

Publication – À la place du roi Vice-rois, gouverneurs et ambassadeurs dans les monarchies française et espagnole (16e-18e siècles)

AZNAR D., HANOTIN G., MAY N. F. (éd.), À la place du roi Vice-rois, gouverneurs et ambassadeurs dans les monarchies française et espagnole (16e-18e siècles), Madrid, Casa de Velázquez, 2014, 260 p.

Détails techniques
Prix : 21 €
ISBN : 9788415636854
Format : 17 x 24 cms.
Broché
Collection de la Casa de Velázquez no 144

À l’aube des temps modernes, les monarchies espagnole et française se profilent comme les deux plus puissantes d’Europe occidentale. Rivales, elles sont néanmoins liées par d’innombrables liens, politiques et culturels. La volonté de s’affirmer, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de leurs états, impose à leurs princes de s’appuyer sur des individus capables de rendre visible, voire présente, leur autorité et leur dignité. Les vice-rois hispaniques, comme les gouverneurs français, ont alors pour mission de représenter l’autorité royale dans des lieux éloignés de la cour, où le roi ne peut être présent. L’affirmation de la majesté, de plus en plus individualisée dans la personne du souverain, semble métamorphoser le rôle de ces lieutenants territoriaux, jadis simples agents, en de véritables images reflétant la personne même du souverain. À l’étranger, cette fonction incombe aux ambassadeurs ainsi revêtus de « la gloire du roi ». Le faste, le cérémonial, les images, la gestualité et la parole, constituent les instruments de cette mission : tenir la place du roi en son absence.

Table des matières

DANIEL AZNARGUILLAUME HANOTIN NIELS F. MAY
Introduction

I. STRUCTURES

RENÉ VERMEIR
Les gouverneurs-généraux aux Pays-Bas habsbourgeois

NIELS F. MAY
Le cérémonial diplomatique et les transformations du concept de représentation au XVIIIe siècle

NICOLETTA BAZZANO
Ascanio Colonna à la cour de Philippe II (1582-1583). Pouvoirs présumés et réels du vice-roi de Sicile

II. INSTRUMENTS

ÉTIENNE BOURDEU
Le souverain, l’argent et l’ambassadeur. Représenter le Roi Catholique dans le Saint-Empire (1610-1620)

PAOLA VOLPINI
«Ho eletta… la persona di Vostra Eccellenza come un altro me stesso». El mandato de los embajadores mediceos enviados a España (siglos XVI-XVII)

ÁNGEL RIVAS ALBALADEJO
La embajada extraordinaria del VI conde de Monterrey en Roma (1628-1631). Instrumentos de delegación del poder real y líneas generales de su actuación política

III. REPRÉSENTATION ET MISE EN SCÈNE

DIANA CARRIÓ-INVERNIZZI
Las galerías de retratos de virreyes de la Monarquía Hispánica, entre Italia y América (siglos XVI-XVII)

GUILLAUME HANOTIN 
Représenter le roi de France à la cour de Madrid. Entre confiance, « majesté » et liens familiaux

DANIEL AZNAR
«Un morceau de roi». La imagen del gobernador de provincia en la Francia barroca

ALEJANDRO CAÑEQUE
El simulacro del rey

Source : Casa de Velázquez.

Exposition – Reunion: from Quinten Metsijs to Peter Paul Rubens: masterpieces from the Royal Museum reunited in the Cathedral

Until the re-opening of the KMSKA, the Cathedral of Our Lady in Antwerp will be hosting the exhibition « REUNION. From Quinten Metsijs to Peter Paul Rubens. Masterpieces from the Royal Museum reunited in the Cathedral. » The exhibition has been placed under the High Patronage of Her Majesty Queen Paola.

The Bishopric of Antwerp was founded in 1559. In honour of this event, the Church of Our Lady was re-baptized the Cathedral of Our Lady 450 years ago. An anniversary that will be celebrated with a prestigious exhibition!

During its 450-year existence, the Cathedral has become a veritable treasury of religious art, which was painted and sculpted by renowned masters. Until the French Revolution, they were commissioned with decorating the pillars, chapels and walls of the Cathedral. In the wake of this upheaval, several altarpieces were transferred to museums, among which the Royal Museum of Fine Arts in Antwerp.

The close collaboration with the Royal Museum of Fine Arts Antwerp has now made it possible to return eight of the most beautiful altarpieces in museum’s collection to the Cathedral. Next to these works, the Cathedral will also be showcasing eight works that are featured in its permanent collection. These are mostly imposing works, mainly triptychs, measuring up to 5 metres wide and 3 metres high. These works will be integrated in the cathedral’s current interior. This unique ‘in situ’ reunion will give visitors a spectacular overview of masterpieces created by the Antwerp school during the Golden Age.

Dr Ria Fabri and Dr Nico Van Hout, who are the curators of his exhibition, will provide an insight into the guilds’ and brotherhoods’ patronage of the cathedral by means of the altarpieces on display. Visitors will thus be able to re-discover the interwoven nature of society, religion, art and culture during the sixteenth and seventeenth centuries. The exhibition also sheds light on the iconographical and social-economic developments over the centuries. The exhibition’s beautifully illustrated catalogue will gather several art-historical and historical contributions on workshop practices, patrons, consumer patterns and the guilds.

At the same time, the Rockox House will be scheduling the exhibition « Gifts of God. Private patronage of the Antwerp churches during the sixteenth and seventeenth century ». Both exhibitions complement one another beautifully and bear testimony to the splendid talent available in Antwerp at the time and of its economic important for the city’s development.

Période et localisation
5 juin 2009 – 31 novembre 2017
Cathédrale Notre-Dame d’Anvers

Commissaires d’exposition

Ria Fabri
Dr. Nico Van Hout

Source : Codart.

Candidature – poste d’assistant-e en histoire de l’art de la période moderne (XVIe-XVIIIe s.) – Université de Genève

Un poste d’assistant-e en histoire de l’art de la période moderne (xvie-xviiie s.) 

Conditions :
Le-la candidat-e doit être titulaire d’une maîtrise universitaire ou d’un titre jugé équivalent.
Il-elle entamera un doctorat ès lettres en histoire de l’art de la période moderne (xvie-xviiie s.) sous la direction du professeur Jan Blanc. Sa maîtrise orale et écrite de la langue française doit être satisfaisante.

Cahier des charges :
Il s’agit d’un poste à 7/10 e qui passera à 10/10e dès la troisième année. Le poste comprend 2 heures hebdomadaires d’enseignement (bachelor) et suppose un engagement actif dans la recherche, ainsi qu’une participation aux différentes tâches du Département.

Traitement :
Fr 46’247.– par an en 1ère année. Le maximum du traitement est atteint après  4 annuités
(Fr 78’528.– par an).

Entrée en fonction : 1er septembre 2015.

Durée du mandat :
Les assistant-e-s sont nommé-e-s pour une première période de 2 ans; la nomination est renouvelable pour deux périodes successives, respectivement de 2 ans et de 1 an.

Documents requis et délai pour le dépôt des candidatures :

  • une lettre de motivation;
  • un curriculum vitae accompagné de la photocopie du procès-verbal de maîtrise;
  • un projet de doctorat ou une liste commentée des sujets et des domaines éventuels auxquels le-la candidat-e envisagerait de consacrer sa thèse (1-2 pages).

à envoyer avant le 1er avril 2015

à :  Jan Blanc, avec copie à marie-christine.gianola(at)unige.ch

Source : Université de Genève.

Séminaire – William Riguelle – Une dimension de la “nature urbaine” : contribution à l’étude de l’animal dans les villes de Bruxelles et Liège (17e-18e siècles)

Séminaire du GEMCA
Université catholique de Louvain

Orateur : William Riguelle, doctorant en histoire au Larhis (UCL)

Que la ville moderne ait fourmillé d’animaux est une certitude : hommes et « bestiaux » s’y côtoient dans une promiscuité toute particulière, faisant émerger le problème de leur cohabitation. C’est sur cette relation homme-animal que l’on se penche, ainsi que sur les conséquences et les motivations d’une telle proximité. Mobilisant des sources écrites et iconographiques, cette recherche se focalise sur la place et le rôle de la « bête » en ville, dans sa relation avec l’environnement urbain et les hommes qui y vivent : cet élément constitue une perspective enrichissante pour éclairer le rapport de l’homme à la nature.

Informations pratiques
Jeudi 26 février 2015
De 14h à 16h
Université catholique de Louvain
Le lieu précis sera communiqué ultérieurement

Source : GEMCA.

CFP – Art and Science in the Early Modern Low Countries

Art and Science in the Early Modern Low Countries

Anticipating plans for a future exhibition on Art and Science in the Early Modern Low Countries (ca 1550-1730), the Rijksmuseum and the Huygens Institute for the History of the Netherlands (Royal Dutch Academy of Arts and Sciences) organize a preliminary, two-day conference. This event will take place at the Rijksmuseum (September 17th) and the Trippenhuis (September 18th) in Amsterdam.

The Low Countries were flourishing in the early Modern Period, influenced by developments in Northern Italy and Southern Germany. First Antwerp and later Amsterdam emerged as centers of artistic and scientific innovation and creativity, and as nodal points in the exchange of goods, knowledge and skills. It is certainly no coincidence that a high level of artistic productivity in the Low Countries coincided with the so-called ‘Scientific Revolution’. Seen from a contemporary point of view, ars and scientia were complementary concepts, rather than opposites.

The aim of the conference is to explore the possibilities, prospects and also the pitfalls of the conjunction of ‘art and science’, and to contribute to the developing conversation between historians of art, historians of science and everyone interested in the visual and material culture of the sixteenth- and seventeenth-century Low Countries. The organizers look forward to receiving original submissions that address the relationships between art and science on both a material and a conceptual level.

Proposals which take objects, works of art, images, or illustrated texts as their point of departure are particularly welcomed. These may include ‘borderline’ topics – cross-overs between art and science, such as decorated shells, maps, models, pop-up books or anatomical preparations. Although the focus of the conference will be the Low Countries – both the South and the North – proposals which make reference to developments elsewhere shall certainly be considered, so long as the overall relevance for the main theme is clear.

Topics for discussion may include, but are not limited to:

  • the fluid borders between art and nature, both in theory and in practice ( eg life casting techniques, strategies of display),
  • the influence and use of new theories and instruments of visual representation ( eg the use of perspective, anatomical analysis, the telescope, microscope and camera obscura),
  • the processes and techniques that artists used for the visual representation of the increasing body of traditional and new knowledge, such as different print media and the use of color, multi-sheet and interactive prints.
  • the mediation of direct observation by visual conventions and the specific demands of illustrations concerned with the production of new knowledge (for instance with regard to previously unknown flora, fauna and peoples, and to anatomical and astronomical discoveries),
  • the emergence in visual materials of new conceptions of objectivity and trustworthiness (eg the meaning of ‘ ad vivum ‘ and its cognates; the character and use of illustrations in natural histories and ‘scientific’ treatises),
  • spaces where scholars, craftsmen and artists cooperated, discussed and produced new knowledge, such as cabinets of curiosities, the workshop, the anatomical theatre and the botanical garden,
  • the role of religion in the definition and construction of knowledge and its influence on the visualization of knowledge.

We invite proposals for 20-minute and 10-minute papers, presenting the results of new or ongoing research. A 300-word abstract (preferably including an image or reference to a work of art), together with a short curriculum vitae, should be sent to both :

Jan de Hond (j.de.hond@rijksmuseum.nl)
Eric Jorink (eric.jorink@huygens.knaw.nl)

Proposals should be submitted no later than April 15, 2015 .
The selection of proposals will take place during the following month.

Source : Achttiendeeuw.

Conférence – mars 2015 – Chaire Francqui au titre belge à l’Université catholique de Louvain avec Prof. W. S. Melion

Chaire Francqui au titre belge : Professeur Walter S. Melion
Université catholique de Louvain.

La Chaire Francqui au titre belge de la Faculté de philosophie, arts et lettres a été attribuée cette année au professeur Walter S. Melion (Emory University, Atlanta).

Le professeur Melion est Asa Griggs Candler Professor en Histoire de l’Art à l’université d’Emory à Atlanta, où il enseigne depuis 2004. Il a été précédemment professeur à l’université Johns Hopkins à Baltimore. Il a consacré de nombreuses publications à l’art hollandais et flamand, et à la théorie de l’art des XVIe et XVIIe siècles, aux théories jésuites de l’image, à la relation entre théologie et esthétique durant la première modernité. Renouvelant l’étude des relations entre textes et images, Walter Melion s’attache à la valeur rhétorique, poétique et esthétique des œuvres. Ses travaux intéressent ainsi non seulement l’histoire de l’art et des images mais aussi l’histoire littéraire et culturelle ainsi que la théologie et l’anthropologie historique.

Programme

Programme des conférences de la chaire en 2015

Mardi 17 mars 2015, 14h-16h (Erasme 54) ‘Evidentiae Resurrectionis: On the Mystery Discerned but not Seen in Pieter Bruegel’s Resurrection of ca. 1562-1563’

Jeudi 19 mars 2015, 14h-16h (Erasme 56) ‘Apellea et ipse manu: Hieronymus Cock and his Allegories of Art’ Vendredi 20 mars 2015, 14h-16h (C 211) ‘On the Generative Potency of Art and Nature in Hendrick Goltzius’ Venus and Cupid (1590) and Venus, Bacchus, and Ceres (1593)’

Vendredi 20 mars 2015, 14h-16h (C211)On the Generative Potency of Art and Nature in Hendrick Goltzius’ Venus and Cupid (1590) and Venus, Bacchus, and Ceres (1593)

Plusieurs conférences ont déjà eu lieu en 2014

Leçon inaugurale – Lundi 1 er décembre 2014, 10h45-12h00 (salle du Conseil) Mot d’accueil par Philippe Hiligsmann, doyen de la Faculté de Philosophie, Arts et Lettres Leçon de Walter Melion : ‘Convent and cubiculum cordis: The Incarnational Thematic of Materiality in the Cistercian Prayerbook of Martin Boschman (1610)’ 12h00 : Réception (salle du Conseil)

Mardi 2 décembre 2014, 10h45-12h45 (Erasme 55) ‘Visus, gustus, tacitus in te fallitur: Bodily Transience and the Imperishable Wounds of Christ in an Early Jesuit Prayerbook – Libellus piarum precum of 1575’

Mercredi 3 décembre 2014, 14h-16h (Erasme 74) ‘“Quis non intelliget hoc voluisse Christum’: The Significance of the Redacted Images in Jerónimo Nadal’s Adnotationes et meditationes in Evangelia of 1595”

Jeudi 4 décembre 2014, 14h-16h (Erasme 54) ‘Figured Personification and Parabolic Embodiment in Jan David’s Occasio arrepta, neglecta (1605)’

Source : GEMCA.

Candidature – 2 mandats de doctorats – Imagineering Violence: Techniques of Early Modern Performativity in the Northern and Southern Netherlands (1640-1690)

Imagineering Violence: Techniques of Early Modern Performativity in the Northern and Southern Netherlands (1640-1690)

The research foundations of Flanders and the Netherlands (FWO, NWO) have awarded a research grant to Karel Vanhaesebrouck (THEA, Free University of Brussels), Kornee van der Haven (GEMS, Ghent University), Inger Leemans (VU Amsterdam) and Frans-Willem Korsten (Leiden University), for the project Imagineering Violence – Techniques of Early Modern Performativity in the Northern and Southern Netherlands (1640-1690) (ITEMP-violence). The project grant includes funding for two PhD students.

The project investigates interconnections between violence, technique, emotions and physicality in 17th century theatre and public spectacles (1640-1690). The ambition is to realize the first systematic study of the theatrical representation of violence in both the Northern and the Southern Netherlands. Imagineering Violence will put to the test the historiographical assumption that a divergent theatrical culture developed in the Southern and Northern culture during this period, the first then being ‘baroque’ or ‘spectacular’, whereas the latter would be characterized by a gradual but steady classicization of theatre practice itself.

The two PhD students will analyse through which ‘techniques’ or performative strategies cultural imagination shaped and represented violence on the early modern stage, and how theatrical representation itself made early modern violence imaginable. Hence: ‘imagineering’. It is our aim to gain systematic insight not only in the actual technical means used in this particular period, but also in the rhetorical and performative strategies aimed at shaping or questioning violent behaviour. The set-up of the project is an explicitly comparative one, as the results of the PhD-projects will be systematically evaluated in the light of one another. Moreover, in the final phase our research results will be evaluated within the framework of an artistic laboratory, which will be set up in collaboration with artistic researchers from RITS.

One PhD student will be located in Brussels (THEA research group) and in Ghent (Group for Early Modern Studies), and one student will work in Amsterdam and Leiden. Full project descriptions are available via Prof. dr. Karel Vanhaesebrouck  or Prof. dr. Kornee van der Haven . For more information about the vacancy in Brussels (deadline 20 February 2015) and the selection procedure, click here: Vacaturetekst_VUB. For more information about the vacancy in Amsterdam/Leiden click here.

Source : GEMS

CFP – La facétie sur les tréteaux, 16e-17e siècles

« La facétie sur les tréteaux : XVIe–XVIIe siècles » (Paris, 30 mai 2015). Journée d’étude organisée dans le cadre des activités scientifiques du Labex Obvil (Observatoire de la vie littéraire), avec le soutien de la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme

L’élément le plus caractéristique sans doute de la posture adoptée par les promoteurs de la comédie, depuis sa renaissance au XVIe siècle jusqu’à la fin du XVIIe siècle, est la volonté de se distinguer des pratiques scéniques médiévales, de rompre avec les formes théâtrales d’inspiration farcesque. Conformément au projet de la Pléiade, Aristophane, et surtout Ménandre, Plaute et Terence, deviennent, à l’époque moderne, les modèles d’une comédie renouvelée, qui répudie le « badinage inutile » et les « paroles ridicules », et qui se présente d’abord et avant tout comme un « honnête » divertissement. Aussi, une des façons de concevoir la transition entre le théâtre du Moyen Âge et celui de la Renaissance est d’examiner la conversion des effets comiques « bas » et « grossiers » en éléments de langage très proches de l’esprit facétieux. Chez Cicéron, comme chez la plupart des penseurs humanistes, la facétie (entendue au sens premier de « bon mot ») doit éviter la bouffonnerie et l’obscénité ; elle doit maintenir le plaisir de la plaisanterie à l’intérieur des bornes posées par la décence. En cela, elle entre dans le paradigme de l’urbanitas, cette politesse raffinée et spirituelle fondée sur un idéal d’honnêteté ainsi que sur un ensemble de règles morales et esthétiques destinées à l’usage du gentilhomme.

Les titres mêmes de quelques-unes des premières comédies humanistes indiquent quelle place occupe ce registre sur la scène moderne. Le sous-titre de La Comédie Nephelococugie de Pierre Le Loyer (1579) précise qu’il s’agit d’une pièce « non moins docte que facecieuse ». De même, Pierre Larivey, le plus important auteur de comédie au XVIe siècle, qualifie ses six premières œuvres de « morales et facecieuses ». Ces indications, majeures sur le plan poétique, le sont tout autant au niveau de l’histoire des formes et des genres littéraires. Suivant la publication du De Sermone de Pontano (1509) et du Cortegiano de Castiglione (1528), où se donne à lire une définition de l’enjouement reposant sur l’emploi mesuré de la plaisanterie (facetudo), de nombreux recueils de narrations facétieuses sont publiés tout au long du XVIe siècle, dans la lignée du Liber facetiarum de Pogge – on peut citer, parmi les ouvrages les plus célèbres, Les Nouvelles récréations et joyeux devis de Bonaventure Des Périers (1558), ou encore  Les facétieuses journées de Gabriel Chappuys (1584). L’objet de cette journée d’étude sera de réfléchir au statut de la facétie au sein de la comédie renaissante et classique, de la question des frontières génériques à celle des emprunts textuels, en passant par les modalités performatives qui l’accompagnent et au travers desquelles elle contribue au spectacle théâtral.

Nous sollicitons des communications d’une vingtaine de minutes s’inscrivant dans la problématique décrite ci-dessus, et touchant plus spécifiquement à l’un ou l’autre des aspects suivants :

  • L’influence des modèles antiques (grecs, romains) et médiévaux ;
  • Les transferts littéraires, les échanges de pratiques textuelles d’une œuvre à l’autre, d’un genre à l’autre ;
  • Les éléments poétiques, stylistiques et rhétoriques mis en œuvre par la facétie ;
  • Le rôle que joue la facétie dans le cadre d’une théorie générale du rire sur la scène des XVIe et XVIIe siècles ;
  • Les phénomènes de récurrence des personnages, de circulation des thèmes et des motifs liés au facétieux ;
  • Le passage de la facétie racontée à la facétie jouée (la burla) ;
  • La prise en charge, par une instance énonciatrice, du discours facétieux ;
  • La vocation sociale de la facétie, les conditions de sa réception par le public de théâtre et la valeur qui lui est accordée.

Les propositions de communication, d’une longueur d’environ 300 mots, doivent être envoyées au plus tard le 15 mars 2015. Prière d’inclure votre nom, prénom, coordonnées ainsi que votre université d’attache.

Responsable : Vincent Dupuis (Université de Paris IV-Sorbonne)

Adresse : vincent.dupuis@mail.mcgill.ca

CFP – Lutheran Confessional Cultures in Early Modern Germany and Scandinavia

Conference Background and Purpose

Since the 1980s the paradigm of confessionalisation has become a common basis of a lot of research in the ‘confessional age’ in European history. Especially the German historians Wolfgang Reinhard and Heinz Schilling have argued that a process ofconfessionalisation, following in the wake of the Reformation, was an important phase in the development of the modern state. Within all of the three dominant confessions of Germany, Lutheranism, the Reformed Church, and Roman Catholicism, the outcome of the process was confessional societies in which church and state worked closely together, and ecclesiastical and social discipline played an important role in making people think and behave like devoted Christians. In opposition to this view the German church historian Thomas Kaufmann has formulated an alternative concept, namely that of ‘confessional culture’,Konfessionskultur. With this concept he points to the fact that although Lutheran, Reformed and Catholic territories in the German Empire to a certain degree went through the same social and political development, there were substantial differences within the cultural sphere: Each confession developed its own distinct confessional culture.

The purpose of the conference in January 2016 is to compare the confessional cultures that developed in the early modern period in the Lutheran parts of the German Empire and in the Nordic countries. Up to now very often German Lutheran concepts of confessional identity have been used as normative models for Scandinavian Lutheranism as well. This ignores the fact that the cultural and political conditions were very different. There is no doubt that Lutheranism had a deep impact on the societies dominated by this version of the Christian religion, but although the forms and consequenses of Lutheranism in the different German territories and estates and in the Scandinavian countries might be similar, they are by no means identic. Above all there seems not to be a Scandinavian parallel for the theological struggles of German Lutheranism, something which might be the origin for many other developments. Seeing Germany and Scandinavia as specific, but interconnected types of a multifold Lutheran confessional culture, the conference aims to historically reconstruct Lutheranism in unity as well as diversity.

Call for papers

Invited speakers at the conference include Charlotte Appel (Roskilde), Otfried Czaika (Oslo), Scott Dixon (Belfast), Jan Harasimowicz (Wrocław), Sabine Holtz (Stuttgart), Thomas Kaufmann (Göttingen) and Tarald Rasmussen (Oslo). An additional number of speakers will be found through this open call for papers, in which the organizers invite scholars from Germany and Scandinavia as well as from other countries to send in proposals for papers.

All topics enabling to characterise the confessional profile of Lutheranism in the sixteenth and seventeenth centuries can be presented in papers for the conference, whether it is the way that special Lutheran characteristics came to expression in legal, institutional, educational, liturgical, doctrinal or devotional regards, or it is specific Lutheran types of mentality or life style more in general.

Papers are expected to present new research results built on empirical material that can, besides from books, manuscripts and other written texts, encompass also pictures, monuments and buildings as well as other material objects. As a consequence papers are welcome not only from the disciplines of history and church history, but also from neighbouring disciplines such as history of art, literature and music. Papers can treat either Germany or Scandinavia, or both of these areas, but to fulfil the conference purpose it will in all cases be necessary to apply a comparative approach.

Papers shall have a length of 35-40 minutes. After the conference a publication with a leading university press is planned. Before the publication the contributions will go through a normal academic process of peer revision and editing.

Paper proposals

Paper proposals for the conference must include a title and an abstract of approximately 300 words, indicating empirical basis as well as approach and results of the research to be presented. Based on the abstracts the organizers will select the papers to be included in the conference. Scholars whose papers are included will have travel expenses as well as accommodation paid for by the conference.

Proposals shall be sent to the organizers, using the e-mail addresses below, no later than 15 April 2015. Scholars will be informed of whether their paper proposals have been accepted by 15 May 2015.

Organizers

The conference is organized by Professor of Church History at Aarhus University  in Denmark Per Ingesman and Professor of Church History at the Georg-August-University Göttingen in Germany Thomas Kaufmann.

Source : The Reformation Research Consortium

CFP – Les châteaux, demeures princières et seigneuriales en Provence, du Moyen Âge à nos jours

Colloque « Les châteaux, demeures princières et seigneuriales en Provence, du Moyen Âge à nos jours »

Appels à contribution

La Provence possède un des plus beaux châteaux médiévaux de France presque intact, le château de Tarascon, symbole du pouvoir des comtes de Provence, rois de Sicile. Les comtes de Toulouse, comtes de Venaissin et marquis de Provence, les papes, souverains du Comtat et fixés en Avignon aux XIVe et XVe siècles, les comtes de Savoie, devenus comtes de Nice, ont aussi construit des demeures princières.

De récentes fouilles ont permis, notamment à travers les cas des mottes, de suivre la genèse des premières fortifications privées aux horizons de l’an mil. Les familles de la noblesse provençale ont ensuite tissé un réseau de châteaux, symboles de leur puissance, de leurs richesses ou de leurs prétentions. Beaucoup sont en ruines ou ont disparu, qui font parfois l’objet de fouilles, de restauration et de protection. Des évêques, prélats et clercs ont aussi été à l’origine de constructions remarquables et fortifiées (palais épiscopaux, châteaux, abbayes, livrées cardinalices). Les lignages aristocratiques ont érigé des résidences urbaines accompagnées de tour – selon un modèle développé en Italie – bien représentées dans des cités du Comtat. Si certaines de ces demeures ont déjà été étudiées, ainsi que l’attestent des travaux d’archéologues et d’historiens, beaucoup n’ont fait l’objet que de minces ou confidentielles publications déjà anciennes, et attendent un renouvellement des études.

À l’époque moderne les châteaux de la haute noblesse provençale de cour rivalisent de luxe et d’élégance avec ceux de la nouvelle noblesse parlementaire aixoise qui va prendre le relais ou des riches familles avignonnaises, arlésiennes ou marseillaises. Ces châteaux ne se distinguent parfois pas des bastides les plus luxueuses. Nombre de bastides, mas ou « maisons des champs », et châteaux de village sont des résidences de campagnes annexes de la maison de ville familiale. Les châteaux peuvent être des résidences d’été mais aussi le siège d’un pouvoir, le cadre d’une façon de vivre princière ou seigneuriale et surtout les témoins et les instruments d’une volonté de représentation qui va au-delà de l’agrément campagnard. Leur acquisition, leur construction – y compris choix de l’architecte – font partie de ces stratégies sociales et de ces ambitions.

Dans une période plus contemporaine, la construction de grandes demeures, à Marseille, Hyères, Cannes, Nice ou Saint-Raphaël peut apparaître comme participant d’une même dynamique.

Aussi, il paraît important aujourd’hui de faire le point sur les recherches entreprises sur ces demeures en intégrant aux travaux des historiens les apports de l’archéologie, de l’histoire de l’art, de l’ethnologie et de la sociologie afin de pouvoir envisager, selon divers critères, une typologie du château provençal.

Modalités de soumission

Les propositions de communication doivent parvenir au siège de la Fédération historique de Provence, 18, rue Mirés, BP 10099, 31330 Marseille Cédex 03, ou par courriel : buti(at)mmsh.univ-aix.fr ou frederic.dagay(at)wanadoo.fr avant le 30 avril 2015.

Elles se présenteront sous la forme d’un résumé de 1500 signes environ (espaces compris). Les études les plus solides – large synthèse ou étude de cas ‑ et les plus novatrices seront retenues par le comité scientifique en charge de l’organisation du congrès qui informera aussitôt les auteurs. Par ailleurs, la publication des textes, après communication au congrès, dans la revue Provence Historique sera soumise à un comité de lecture. Le congrès se tiendra les 9 et 10 octobre 2015 à Tarascon.

Comité scientifique

  • Frédéric d’Agay, docteur ès Lettres, secrétaire général de la  Fédération historique de Provence.
  • Yann Codou, maitre de conférences d’Archéologie médiévale, Université  de Nice.
  • Noël Coulet, professeur émérite d’Histoire médiévale, Aix-Marseille Université
  • Nicolas Faucherre, professeur d’Archéologie médiévale, Aix-Marseille  Université
  • Mireille Nys, maître de conférences d’Histoire de l’art moderne, Université d’Aix-Marseille.
  • Thierry Pécout, professeur d’Histoire médiévale, Université de Saint-Etienne.
  • Valérie Piétri, maître de conférences d’Histoire moderne, Université de Nice.

Source : APAHAU