Archives de catégorie : Evénements scientifiques et culturels

Dans cette catégorie on retrouvera les posts concernant les colloques, conférences, journées d’étude et workshops abordant la période moderne.

Colloque – 29/05/2015 – Esthésies. Approches plastiques du sensible

La peinture semble révéler, avant toute chose, l’expérience sensible du voir. Mais ne peut-elle pas, aussi, dans certains cas, faire percevoir par l’œil quelque chose qui relèverait d’un autre ordre sensoriel ? Peut-on goûter, sentir, entendre, toucher avec les yeux ? Si les spécialistes se sont beaucoup interrogés sur le passage du sensible à l’art – notamment sur la place de la nature dans les œuvres d’art anciennes, où on sait l’importance culturelle qu’y exerçait la mimesis –, le passage de l’art au sensible est, quant à lui, plus rarement considéré. Les recherches antérieures sur le sujet tendent à privilégier une analyse que nous pourrions qualifier de sémiotique (qui donne à lire un sens), portant sur des images qui rassemblent un ensemble d’éléments visuels dotés d’une valeur symbolique. Il semble toutefois qu’il existe un autre type de regard possible, interrogeant différemment la peinture où le sensible est mis en jeu, et qui prendrait appui sur le concept d’esthésie. Les images esthésiques (qui donnent à percevoir une sensation) seraient ainsi celles qui semblent traduire l’expérience sensorielle elle-même. Il s’agira d’envisager tant la production que la consommation des images, c’est-à-dire la nature de l’effet sensible produit sur le spectateur par la contemplation d’une œuvre d’art. Comment l’art traduit-il non seulement le visuel, mais également le tactile, l’olfactif, l’auditif, le gustatif ? Comment, en somme, s’opère le passage secret qui conduit du visible à l’esthésique ?


Programme :

9h Accueil
9h15 Ouverture : Charles Bossu (Academia Belgica,Roma)
Sybille Ebert-Schifferer (Bibliotheca Hertziana/Institut Max Planck pour l’histoire de l’art, Rome), Carl Havelange (F.R.S.-FNRS/Université de Liège) et Viktoria von Hoffmann (Université de Liège) : Introduction

Séance 1 : Les Sens

Présidence: Ralph Dekoninck

09h50 Wietse de Boer (Miami University) : Ethics and Aesthetics: Sense Experience as a Key Problem in the Italian Renaissance
10h30 François Quiviger (Warburg Institute, London) : Aspects of Empathy in Renaissance Art, from Christian Imagery to Pagan Mythology
11h10 Pause café

Séance 2 : L’Invisible

Présidence: Carl Havelange

11h40 : Ralph Dekoninck (Université catholique de Louvain), Ressentir la peinture. L’application des sens à la peinture religieuse des anciens Pays-Bas (1585-1640)
12h20 : Emilie Corswarem (F.R.S.-FNRS/Université de Liège), Esthésies et musique
13h : Pause

Séance 3 : La Chère

Présidence : Viktoria von Hoffmann

14h00 : Florent Quellier (CNRS/Université de Tours), Figurer la bonne chère au XVIIe siècle, le recours à l’esthésie
14h40 : Jérémie Koering (CNRS/Centre André Chastel), L’image à la bouche : quelques réflexions sur les images que l’on mange
15h20 Pause café

Séance 4 : Les Arts

Presidence : Sybille Ebert-Schifferer

15h50 : Karin Leonhard (Universität Konstanz), Silence and Stillness in Still Life Painting
16h30 : Frédérique Desbuissons (Institut National d’Histoire de l’Art, Paris), Voir, sentir, toucher, goûter : la nature morte moderne et la question des frontières sensorielles
17h10 : Carl Havelange (F.R.S.-FNRS/Université de Liège), Mouvements de l’âme, Mouvements du Corps. Indéterminations du portrait à l’époque moderne et contemporaine

17h50 : Sybille Ebert-Schifferer (Bibliotheca Hertziana/Institut Max Planck pour l’histoire de l’art, Rome) et Viktoria von Hoffmann (Université de Liège), Conclusions

Informations pratiques :

Academia Belgica, Roma Via Omero 8
29 mai 2015

Information :
Ornella Rodengo Anna Paulinyi (+39) 06 69 99 32 27 rodengo@@biblhertz.itpaulinyi@biblhertz.it http://www.biblhertz.it Charles Bossu info@academiabelgica.it(+39) 06 20 39 86 305

Source : Université de Liège

Séminaire – 03/06/2015 – Images à manipuler (Lille)

Séminaire Culture matérielle et visuelle
 

Pour cette 5e année du séminaire, nous poursuivrons notre exploration des univers visuels et matériels dans une perspective multidisciplinaire. Chaque séance, sous la forme d’une journée, met en dialogue des chercheurs de niveau international de différentes disciplines (histoire, histoire de l’art, philosophie, sociologie, anthropologie, littérature…) en y associant des professionnels de renom. Ils s’expriment sur un sujet de leur choix auquel ils donnent une dimension méthodologique. Visualité, imaginaire, corps, fiction, émotion, mode, design, temporalité… la diversité est recherchée afin de se confronter aux débats et enjeux actuels en sciences sociales et humaines, sans a priori d’aire culturelle ni de période.

Centré sur les images et le visuel mais aussi sur la matérialité et les sens, sur les techniques et la culture, le séminaire entend mettre en pratique plusieurs principes : le refus du jugement esthétique a priori, la capacité à réfléchir sur nos propres schémas de pensée, et l’élaboration d’un savoir capable de rendre compte de la complexité des phénomènes étudiés.
Séance 3 mercredi 3 juin 2015 :

Journée « Images à manipuler » (coordonnée avec Manuel Charpy)
A l’heure où l’on entend parler à tort et à travers de dématérialisation, d’instantanéité ou de virtualité des contenus numériques, il est important de comprendre ce qu’est une image, ses modes d’existence passés et actuels, et les nouveautés que numérique introduit dans nos pratiques matérielles.

Judith Lyon-Caen (EHESS, GRIHL): Images à manipuler : portes et fenêtres érotiques de l’époque romantique.

Jude Talbot (BnF, Département des Estampes et de la Photographie): La vie des images, de l’objet à la numérisation (titre provisoire)
Pierre-Olivier Dittmar (EHESS, GAHOM): La prière numérique : ontologie et pratique de la photographie en contexte dévotionnel

Lien

Colloque – 9-11/09/2015 – What do we lose when we lose a library. A conference about the future challenges of libraries

A collaboration of the University of Leuven, Goethe-Institut Brüssel & British Council Brussels

Dates : 9-11 septembre 2015

Lieu : KU Leuven, University Hall & University Library

Date limite d’inscription : 31 août 2015

Argumentaire

To commemorate the centenary of the destruction of the Library in 1914, the Goethe-Institut Brüssel, the British Council Brussels and the University of Leuven (KU Leuven) are organising a three day international conference on the challenging topic: What do we lose when we lose a library?

The fragility of libraries in their material and digital dimension remains, 100 years after the fire, one of the greatest challenges for the transmission of human knowledge. The two conference themes Library & Heritage and Library & Digital Challenge will shed light on the vision and approach to the past and the future of libraries. The conference is addressed to scholars as pioneers of organising cultural memory through expertise and knowledge. The aim is to raise worldwide public consciousness of the important task of sharing collective and cultural memory, and to raise awareness of the challenges libraries face in performing this task.

Background on the fire of the library in the Great War

100 years ago, during the Great War, in the night of 25-26 August 1914, soldiers set the fourteenth-century University Hall and its eighteenth-century library wing of the University of Leuven (Belgium) ablaze. This was part of The Sack of Louvain, which made a tremendous impression on international public opinion. There was no hesitation in denouncing this act with powerful words and historical comparisons. The plundering of Leuven could clearly be compared with the sacking of Rome in 1527 and the Leuven Library fire with that of Alexandria.

To commemorate the Anniversary of the  Library’s destruction, the Goethe-Institut Brüssel, the British Council, Brussels and the University of Leuven (KU Leuven) are organizing a three day international conference on the challenging topic: What do we lose when we lose a library? The fragility of libraries in their material and digital dimension remains, 100 year after the fire, one of the great challenges for the transmission of human knowledge. Repositories with books and data files all over the world are developing strategies and generating research to pass on library and archival materials. The three day conference in Leuven aims to create a platform for cutting edge research and disseminations of ideas in the field of library, information and knowledge preservation. Moreover, it aims to reflect on the importance and the value of the ‘library’ as an institution guaranteeing transmission of knowledge to the next generations.

A General Session on the conference theme What do we lose when we lose a library? and two Special Sessions: Library & Heritageand Library & Digital Challenge [working Titles] will shed light on the vision and approach on the past and the future of libraries. The conference is addressed to librarians and scientist as pioneers of organizing cultural memory via expertise and knowledge. The meeting intends to raise public consciousness concerning this important task of sharing collective and cultural memory, and to raise awareness concerning the challenges libraries face in performing this task. The international conference is hosted by the University of Leuven (KU Leuven).

Organisation

  • Mel Collier, KU Leuven
  • Sonja Griegoschewki, Goethe-Institut Brüssel
  • Andrew Murray, British Council
  • Hilde Van Kiel, KU Leuven
  • Garrelt Verhoeven, KU Leuven
  • Lieve Watteeuw, Chair, KU Leuven

Organisation (KU Leuven)

Central Library; University Archives; Tabularium; Art Collection

Maurits Sabbe Library, Faculty of Theology; Illuminare, Centre for the Study of Medieval Art; Digital Humanities Summer School, Faculty of Arts; Digital Lab

Bibliothèques et Institutions partenaires

  • Goethe-Institut Brüssel, Brussels
  • British Council, Brussels
  • British Library, London
  • Lambeth Palace Library, London
  • Trinity College, Cambridge
  • Staatsbibliothek zu Berlin
  • Herzog August Bibliothek, Wolfenbuttel
  • Bayerische Staatsbibliothek, München
  • Library of Congress, Washington
  • Georg-August-Universität, Göttingen
  • University of Antwerp
  • Bibliothèque de l’Université catholique de Louvain
  • Flanders Heritage Library
  • Unesco Belgium
  • Trinity College Library, Dublin

Source : KULeuven

Colloque – 22/05/2015 – Paroles de femmes Rôles et images de soi dans les écrits privés (Europe, 16e-20e siècle)

Argumentaire

Les écrits privés féminins font l’objet depuis quelques années d’un intérêt renouvelé de la part des historiens. L’objectif de la journée d’étude est d’élargir l’analyse à une aire européenne, centrée principalement sur le Nord-ouest européen (France, Suisse, Hollande, etc.) et d’aborder la variété des rôles sociaux féminins, ainsi que les représentations que les femmes se donnent d’elles-mêmes. Les écrits féminins privés seront envisagés dans leur diversité afin de retracer les spécificités des différents genres (mémoires, journaux, correspondance) et de s’interroger sur les particularités éventuelles de l’écriture féminine.

Programme

  • Accueil 9h45-10h
  • Début 10h-10h15 : présentation de la journée et introduction (Emmanuelle Berthiaud, UPJV)
  • 10h15-10h45 : Isabelle Luciani, Aix-Marseille Université, Histoire sociale, histoire du genre ? Présence féminine dans les écrits domestiques à l’époque moderne, Provence, XVIe-XVIIIe siècle. 
  • 10h45-11h15 : Miriam Nicoli, Université de Lausanne, Entre public et privé : correspondances féminines dans le fonds de la famille Oldelli, XVIIe-XVIIIe siècles.
  • 11h15-11h30 : pause
  • 11h30-12h : Sylvie Moret-Pétrini, Université de Lausanne, « O pauvre femme que nous sommes dupes de nous marier ». La représentation du mariage dans les journaux personnels de jeunes filles, 1740-1820.
  • 12h-12h30 : Maïla Kocher-Grishunti, Université de Lausanne, Rôle social des maîtresses de maison au XVIIIe siècle en Suisse francophone. 
  • 12h30-13h : Danièle Tosato, Université de Lausanne, Paroles d’éducatrice. Un aperçu sur un rôle social féminin méconnu, Europe, XVIIIe– début XIXe siècle.  
  • 13h- 14h/14h15 : Repas
  • 14h-14h30 : Sylvie Mouysset, Université Toulouse Le Mirail, « Je ne traverse jamais cette maison sans la regarder » : la mémoire des lieux, une écriture féminine de soi ? (XVIe-XXe siècles).
  • 14h30-15h : François-Joseph Ruggiu, Université Paris-Sorbonne, Identités féminines et nobiliaires, XVIe-XVIIIe siècles. 
  • 15h-15h30 : Nahema Hanafi, Université d’Angers, De larmes et d’orgueil. Les mémoires protéiformes de Sophie d’Effinger, épouse d’Erlach (1766-1840) 
  • 15h30-15h45 : pause
  • 15h45-16h15 : Marion Trévisi, UPJV Amiens, Ida de Saint Elme et ses pseudo-mémoires : le roman autobiographique d’une aventurière de l’époque napoléonienne 
  • 16h15-16h45 : Annabelle Macré et Emmanuelle Berthiaud, UPJV, Amiens, « Former une jeune âme et former en soi-même le miel qu’il lui faut pour se nourrir » : Marie-Thérèse Ollivier, une mère éducatrice à travers ses carnets autobiographiques (fin XIXe siècle). 
  • 17h : clôture de la journée d’étude

LIEUX

Logis du Roy, square Bocquet
Amiens, France (80)

CONTACTS

Emmanuelle Berthiaud
eberthiaud [at] free [dot] fr

Source : Calenda

Colloque – 15-16/05/2015 – Droit, territoire et gouvernance

Société d’histoire du droit et des institutions des pays flamands, picards et wallons

Journées internationales d’histoire du droit et des institutions

Droit, territoire et gouvernance – Compiègne 

 

Programme

Vendredi 15 mai

Accueil et inscription à 9h. 
  • 9h30. –    Philippe Annaert (Président de la Société): Introduction aux Journées internationales d’histoire du droit et des institutions.
  • 9h35. –  Jacques BERNET (Société d’histoire moderne et contemporaine de Compiègne): «Compiègne et sa région: lieu d’histoire et de culture».
  • 10h. – Jean-Charles SPEECKAERT (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne): «La juridiction épiscopale de Monseigneur de Choiseul, archevêque de Cambrai, dans les Pays-Bas autrichiens, 1764-1774. Une source de tensions diplomatiques».
10h25. – Pause café
  • 10h50. – François-Xavier GERVASONI (Université de Bourgogne, Dijon): «La Religion dans le milieu carcéral « Doubien » au XIXe siècle».
  • 11h15; – Yann-Arzel DURELLE-MARC (Université Paris Nord-Paris 13): «Pour une édition électronique des sources du droit européen contemporain (1789-1815)».
12h. – Repas de midi (près de l’hôtel de ville)
  • 14h; – Stanislas HORVAT (Ecole Royale Militaire de Belgique, Bruxelles): «La Cour militaire de Belgique en 14-18: cour d’appel et de cassation en territoire belge non occupé».
  • 14h25. – Katrin VANHEULE (Katholieke Universiteit Leuven): «Mauvais Belges! – La répression du contre-espionnage allemand en Belgique après la première guerre mondiale».
  • 14h50. –  Georges VAYROU (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne): «Entre lobbying et expertise: l’apport discuté des professeurs de droit et du « Comité pour la réparation intégrale des dommages de guerre » à la loi du 17 avril 1919».
  • En fin d’après-midi et en avant-soirée : visite du château de Pierrefonds et de l’abbatiale de Saint-Jean-au-Bois
  • En soirée: banquet de la Société à Saint-Jean-au-Bois
Samedi 16 mai
Accueil et inscription à 8h45.
  • 9h. – Tiphaine DUPUY (Université libre de Bruxelles): «Le statut des internés civils américains durant la Seconde Guerre mondiale».
  • 9h25. – Marie-Anne WEISERS (Université libre de Bruxelles): «La justice belge et les crimes contre les Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. La condamnation d’un policier nazi pour crime contre l’humanité».
9h50. –  Pause café.
    • 10h05. –  Ilja VAN HESPEN (Ecole Royale Militaire de Belgique, Bruxelles): «Gouverner les mers. Le droit et la piraterie depuis le 16e siècle».
    • 10h30. – Jeroen M. J. CHORUS (Université de Leyde): «François Rabelais et les nouveaux principes directeurs du procès depuis 1976».
  • 11h30. – Visite du Palais impérial de Compiègne
13h. – Repas de midi (près du palais impérial)
  • 14h30. – Pierre BODINEAU (Université de Bourgogne, Dijon) : « Les réflexions d’un historien du droit sur les trois actes de la décentralisation à la française ».
  • 14h55. – Antonio GRILLI (Commission européenne, Bruxelles) : « Les débuts de l’Europe communautaire: primauté de la politique ou du droit? ».
  • 15h20. – Catherine LECOMTE (Présidente honoraire de la Société – Université de Versailles) : Conclusions et clôture des « Journées internationales d’histoire du droit et des institutions ».
15h35. – Assemblée générale de la Société
 
16h. – Activité scientifique et culturelle (durée prévue environ 1½ h)
Lieu
Centre Pierre Guillaumat de l’Université de technologie de Compiègne, amphithéâtre L 103, Rue du Docteur Schweitzer.
Les déjeuners du vendredi et du samedi auront lieu dans deux établissements de la ville.
Inscription: 
  • Journées: 20€ (incluant documentation, pauses-café)
  • Déjeuners: déjeuners des vendredi et samedi en sus pour 17€ chacun, à réserver au préalable.
Ces sommes sont à payer sur place.

Colloque 13-15/07/2015 – Cities and Citizens 17th-Century Studies Conference

Cities and Citizens 17th-Century Studies Conference

Date: 13th July 2015, 09:00 to 15th July 2015, 14:00

Lieu: Durham University

The 2015 conference focuses on the topic of ‘Cities and Citizens’ and will focus on the ways in which urban centres were perceived, experienced, understood and represented in the ‘long seventeenth century’ (c.1580-1720). The conference will be held within the World Heritage Site on Palace Green in the heart of the seventeenth-century bishopric capital of Durham.

The conference aims to provide an opportunity for scholars in a range of disciplines to meet and discuss their work on the city and citizenship. Our over-arching theme is the distinctive urban experience of the seventeenth century. How did the seventeenth-century European city arise from late medieval urbanism and become established in the New World? How did the European city stand between the Renaissance and the Enlightenment? How did cities and ‘citizenship’ function in non-European cultures? How did different urban cultures interact and influence one another?

This conference coincides with current research at Durham’s Institute for Early Modern Studies on Cities in History: Archives and Traces, 1100 –1700

Contact early.modern@durham.ac.uk for more information about this event.

Lien

Conférences – 30/04 et 07/05/2015 – La naissance des politiques scientifiques en Europe (17e-18e siècles)

Leçons organisées dans le cadre du Collège belgique (programme 2015)

La Révolution Scientifique du XVIIe siècle modifie les rapports entre monde savant et pouvoir politique. La « Nouvelle Science » exige des moyens matériels que seul l’Etat paraît capable de fournir. D’autre part, ses méthodes – le calcul et l’expérimentation – apparaissent applicables et susceptibles d’éclairer le politique dans les affaires d’Etat. A la cour savante du XVIe siècle se substitue une véritable notion de « politique scientifique » qui peut se résumer dans la formule « pour la science et par la science ». Amorcé au XVIIe siècle, le projet se décline et s’applique différemment selon les spécificités nationales. On l’analysera transversalement par des exemples choisis en France, Angleterre, Espagne, Prusse, Pologne, Russie, Pays-Bas du Sud et du Nord.

Le cours-conférence comprendra deux leçons:

1. Science et grandeur des Etats (30/04/2015)

On y traitera du mouvement des idées, de leurs porte-parole et de leurs relais depuis Francis Bacon, dont la « Maison de Salomon » esquisse une organisation étatique de la science. Il inspira les grands commis de l’Etat, les administrateurs de la science, les « faiseurs d’opinion » comme les Encyclopédistes.

2. Les outils (07/05/2015)

On y étudiera les institutions (académies, observatoires), les enquêtes et explorations (inventaire des ressources naturelles d’un pays, mais aussi espionnage industriel et prospection outre-mer), le système des pensions, la formation scientifique des cadres de l’Etat (officiers, ingénieurs et professions de santé).

Informations pratiques :

– coordinateurs : Robert Halleux – Chantal Grell
– lieu : 17h au Palais des Académies – Ecuries royales
inscription obligatoire via le site de l’Académie royale de Belgique

Source : Académie royale de Belgique

Colloque – 24-25/04/2015 – Considering women in Early Modern Low Countries

In April of 2015, the Rubenianum in Antwerp will host a two-day conference entitled “Considering Women in the Early Modern Low Countries.” This interdisciplinary event will bring together twenty-six international scholars to present their current research and to develop new approaches to the study of women and gender in the Low Countries from the sixteenth through the eighteenth centuries.

Women were fundamental actors in early modern Low Countries society, not only shaping the domestic sphere but also playing major roles in the dynamic environment of economic, artistic, and cultural exchange of both the Catholic Southern Netherlands (present-day Belgium and Luxembourg) and the Protestant Northern Netherlands (the modern-day Netherlands, founded during the Dutch revolt at the end of the sixteenth century). The Habsburg territories were governed by a string of women rulers, from Margaret of Austria (1480 – 1530) and Mary of Hungary (1505 – 1558) to the archduchess Isabella of Spain (1566 – 1633). More ordinary Netherlandish women ran businesses, pursued careers as painters and writers, joined religious communities, helped steer the course of debates between Protestants and Catholics, and patronized the arts. The wealthier among them had their portraits painted by the most famous artists of their time – Rubens, Van Dyck, and Rembrandt – while women of lesser means might find themselves in difficult situations, eking out a living in the “shadow” market for untaxed goods or imprisoned for committing crimes. At the same time, evolving traditions of the visual representation of women both reflected and determined attitudes towards gender. Understanding women’s roles in Netherlandish society and the formative part played by visual culture in defining these roles is critical for gaining a fuller picture of early modern Flemish and Dutch culture; yet despite remarkably rich archival and material resources, this field remains in many ways undeveloped.

The conference “Considering Women in the Early Modern Low Countries” represents a major step towards redressing this problem. It will be the first conference to focus on historical Netherlandish women in both the North and the South, and the program’s structure invites participants and attendees to make comparisons across the political and religious border. The conference is highly interdisciplinary: the speakers comprise eight art historians, seven social historians, and three literary scholars, and our panel chairs likewise come from diverse academic backgrounds. Subthemes that will be addressed include:

  • The representation of gender in the visual arts
  • Women as authors and artists
  • Women and aging
  • Marriage and family
  • Women’s work and economic roles
  • Convent culture and nuns’ textual and visual practices
  • Women’s artistic patronage
  • Women as religious activists
  • Women’s material culture
  • Gender in the legal system
  • Women’s fashion and dress
  • Traditional and innovative historical sources and methodologies

“Considering Women in the Early Modern Low Countries” will increase exchange among scholars working on these questions, and also aims to inspire both established and emerging researchers to take up the study of Netherlandish women.

Programme

Friday, April 24, 2015

8:30-9:00:       Coffee and Registration

9:00-9:15:       Welcome

Véronique van de Kerckhof, Rubenianum

Luc Duerloo, University of Antwerp

9:15-9:30:       Introduction, Amanda Pipkin, University of North Carolina Charlotte

9:30-11:00:     Panel I: Writing and Public Culture

Panel Chair: Lia van Gemert, University of Amsterdam

Judith Keßler, Radboud University: “The Perception and Self-Fashioning of the Antwerp Poetess Anna Bijns (1493-1575) in Male Vernacular Literary Society”

Martine van Elk, California State University Long Beach: “Publicizing Female Virtue: Mariamne in Plays by Elizabeth Cary and Katharina Lescailje”

11:00-11:30:   Coffee break

11:30-13:00:   Panel II: Picturing Nuns

Panel Chair: Aaron Hyman, University of California Berkeley

Andrea Pearson, American University: “Disability and Salvation in a Mechelen Besloten Hofje”

Margit Thøfner, University of East Anglia:  “‘Adorned With the Pictures of Many Devout Women’: Portraying Nuns in the Low Countries”

13:00-14:30:   Lunch

14:30-15:30:   Keynote Address I

Martha Howell, Columbia University: “The Problem of Female Agency: Assessing Gender Relations in the Early Modern Low Countries” 

15:30-16:00:   Coffee break

16:00-18:00:   Panel III: Feminine Ideals and Transgressions in the Dutch Republic

Panel Chair: Anne-Laure van Bruaene, Ghent University

Martha Moffitt Peacock, Brigham Young University: “The Maid of Holland – Allegory or Role Model?”

Manon van der Heijden, Leiden University: “Criminal Women in Early Modern Holland”

Mirjam de Baar, University of Groningen: “Representations of Female Dissenters in the Seventeenth-Century Dutch Republic”

Saturday, April 25, 2015

9:00-10:30:     Panel IV: Aesthetics of Authority and Aging

Panel Chair: Bert Watteeuw, Rubenianum

Cordula van Wyhe, University of York: “The Fabric of Female Rule in Leone Leoni’s Statue of Mary of Hungary, c. 1555”

Frima Fox Hofrichter, Pratt Institute: “Wrinkled Old Women (WOW!) – The Overlooked in the Early Modern Period”

10:30-11:00:   Coffee break

11:00-13:00:   Panel V: Marriage, Money, and Work

Panel Chair: Ariadne Schmidt, Leiden University

Danielle van den Heuvel, University of Kent: “Considering the Economic Role of Women in the Dutch Republic”

Tine de Moor, Utrecht University: “Yes, I do! Marriage Patterns in Early Modern Amsterdam”

Katlijne van der Stighelen, KU Leuven: “Anna Francisca de Bruyns (1604-1656): The Artist, the Mother and the Wife. A Contextual Approach to Her Early Career” 

13:00-14:30:   Lunch

14:30-15:30:   Keynote Address II

Diane Wolfthal, Rice University: “Foregrounding the Background: Images of Dutch and Flemish Household Servants” 

15:30-16:00:   Coffee break

16:00-17:30:   Panel VI: Writing and Convent Culture

Panel Chair: Ellen Decraene, University of Antwerp

Patricia Stoop, University of Antwerp: “Religious Women and the Writing of Vernacular Sermons in the Southern Low Countries (1550-1600)”

Ping-Yuan Wang, Ohio University Lancaster: “Sisters for Life: Narratives of Sisterhood in the Visitandine Necrologies in the Spanish Netherlands, ca. 1668-1715”

17:30-17:45:   Closing Remarks

Sarah Moran, Swiss National Science Foundation & University of Antwerp

Lieu

The Rubenianum
Kolverstraat 20
2000 Antwerp

This conference will take place at the Rubenianum – a research center founded in 1959 that promotes the study of Flemish art, in particular that of its golden age from Pieter Bruegel to Peter Paul Rubens. The Centrum Rubenianum has produced a number of publications related to this field, has collaborated on major exhibitions, and has organized international symposia for scholars and interested public.

Source : site internet du colloque

Cycle de conférences – Carolus Festival

VISITBRUSSELS et ses partenaires se sont associés afin de proposer une programmation touristique qui renforce la notoriété et la visibilité nationale et internationale de Bruxelles dans le paysage culturel et patrimonial autour du thème de Charles Quint et de son époque. Cette collaboration a pour objectif de développer cette thématique d’année en année afin de satisfaire les amateurs d’histoire et de patrimoine.

Pourquoi Charles Quint ?
Pour certains, cet empereur est un précurseur de l’unité européenne. Mais n’exagérons rien : il a fait la guerre à trois reprises à François Ier, roi de France et ses relations avec Henri VIII, roi d’Angleterre, n’étaient pas moins orageuses. Mais ce que l’on peut dire avec certitude, c’est que sous le règne de François Ier, Henry VIII et Charles Quint, l’Europe du Moyen Age bascule dans les Temps Modernes et que de ces trois souverains, Charles Quint est le plus puissant.

Pourquoi Bruxelles ?
L’époque de Charles Quint a marqué le destin de la ville. Pendant son règne qui dure 40 ans, de 1515 à 1555, c’est à Bruxelles qu’il passe le plus temps, faisant de la ville un centre de pouvoir pour son immense empire  » où le soleil ne se couche jamais « ; c’est dans la grande salle d’apparat de son palais de Bruxelles qu’il choisira d’ailleurs d’abdiquer en faveur de son fils Philippe II.

Programme conférences 2015

Erasme et le prince Charles

(NL traduit simultanément en FR)

Date : 21 mai – 20h
Conférencier : Wim Blockmans, professeur émérite d’histoire médiévale à l’Universiteit Leiden.
Organisateur : en collaboration avec le Masereelfonds
Entrée gratuite sur réservation (02/521 13 83 ou info@erasmushouse.museum)
Maison d’Erasme – rue du Capitre, 31 – 1070 Bruxelles.
Desiderius Erasmus entretenait d’étroites relations avec la cour des Pays-Bas. Il a rédigé son ‘Éducation du prince chrétien’ pour le jeune prince qui deviendrait Charles Quint. De nombreux autres écrits d’Érasme témoignent de ses positions tranchées en matière d’éthique du pouvoir. Mais l’empereur Charles n’était pas le meilleur élève du grand maître…
Durant cette conférence du Prof. Wim Blockmans, deux lecteurs interpréterons des fragments de l’œuvre d’Érasme.

L’image du palais du Coudenberg au cœur de la ville ancienne

Date : 14/5 – 18h30
Conférencier : Stéphane Demeter, Historien au Service public régional de Bruxelles
Musée de la Ville de Bruxelles – Grand-Place – 1000 Bruxelles
prix : € 4 / Réservation : 02/279 43 50 – www.museedelavilledebruxelles.be
Les nombreuses peintures et gravures du Coudenberg, conservées au Musée de la Ville de Bruxelles, sont de véritables sources historiques. Elles illustrent précisément la place qu’occupait le palais dans la ville du XVIe siècle tant d’un point de vue politique que d’un point de vue social. À l’occasion de cette visite-conférence, le musée sortira de ses réserves quelques documents exceptionnels.

Les tapisseries de la Ville de Bruxelles. Une collection en contexte

Date : 6 /6 – 10h
conférencier : Cecila Paredes
Musée de la Ville de Bruxelles – Grand-Place- 1000 Bruxelles
prix : €4 /réservation : 02/279 43 50 – www.museedelavilledebruxelles.be
Pendant des siècles, l’excellence des tapisseries provenant des ateliers bruxellois a établi la renommée de la ville bien au-delà des frontières des Pays-Bas méridionaux. Admirés par les visiteurs étrangers, convoités par les élites princières et religieuses, ces objets d’un luxe inouï se sont frayé un chemin à travers l’Europe, assumant une part importante de l’apparat princier.
À l’occasion de la sortie de l’Historia Bruxelles et la tapisserie

Le triomphe d’Isabelle, petite-fille de Charles Quint

Date : 15/9 – 19h30
conférencier : Sabine van Sprang
Musée du Grand Serment Royal et de Saint-Georges des Arbalétriers de Bruxelles
Entrée par l’Impasse du Borgendael / Place Royale 7 – 9 / 1000 Bru
Prix €6 ;5€ membres arbalétriers
réservation : museum@arbaletriers-saintgeorges.be – www.arbaletriers-saintgeorges.be
Docteure en histoire de l’art et archéologie et conservatrice de la section Peinture flamande des XVIe et XVIIe siècles aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique. Nous fêtons cette année le 400ème anniversaire de l’exploit de l’archiduchesse Isabelle, devenue Reine des Arbalétriers du Grand Serment en abattant le papegai en 1615. Les réjouissances qui ont suivi ont été immortalisées par le peintre Denis van Alsloot et ses collaborateurs en une série de huit tableaux dont sept ont pu être identifiés. L’analyse des peintures par le Dr Sabine van Sprang permet d’en comprendre les implications politiques, historiques, religieuses, architecturales et folkloriques.

À quel point Bruxelles est-elle orange

(NL traduit simultanement en FR)

Date : 2/6 – 19 h
Conférencier : Roel Jacobs
Organisateur Masereelfonds en collaboration avec le Davidsfonds
Musée du Grand Serment Royal et de Saint-Georges des Arbalétriers de Bruxelles
Entrée par l’Impasse du Borgendael – Place Royale 7-9 1000 Bruxelles
prix : €6 – 4€ membres Masereelfonds / gratuit membres des arbalétriers
Info et réservation : www.masereelfonds.be – +32( 0)2/502 38 80
Les Belges savent que leurs voisins du nord voient orange dès qu’il est question de leur maison royale ou de leur équipe de foot nationale. Mais combien de Belges – et de Néerlandais – savent-ils que cette histoire est bruxelloise ? La famille de Nassau a joué un rôle très important dans l’histoire de Bruxelles et Bruxelles a joué un rôle très important dans l’histoire de la famille de Nassau. Leur présence dans la ville est une illustration frappante du rôle politique international de Bruxelles aux 15e-16e siècles. Roel Jacobs nous emmène, durant son exposé, à bord d’une machine à remonter le temps à la découverte de cette page fascinante de l’histoire bruxelloise.

André Vésale et le Coudenberg

(NL traduit simultanement en FR)

Date : 24 /6 – 19h30
Conférencier : Paul Broos/KU Leuven
Organisateur en collaboration avec le Davidsfonds)
Coudenberg- entrée 5 rue Villa Hermosa – 1000 Bru
€ 6 – réservation brussel@davidsfonds.be, 0479/10.22.89 – www.brussel.davidsfonds.be
André Vésale (1514 – 1564) a été le premier à critiquer vivement la doctrine réputée infaillible de Galien. Il a magnifiquement décrit l’anatomie du corps humain.
Vésale a effectué des travaux de recherche à Paris et Louvain mais c’est durant son séjour de six ans à Padoue, de 1537 à 1543, qu’il marque réellement la science de son empreinte. Il est le premier à accompagner de belles illustrations, correctes d’un point de vue anatomique, d’un texte de haute valeur scientifique. Mais saviez-vous que la famille Vésale entretient un lien particulier avec le Palais de Bruxelles ? Non seulement André, mais également ses aïeux, étaient déjà liés à la cour. Après une carrière scientifique bien remplie, André junior entre en 1544 au service de Charles V comme médecin de la cour mais aussi comme … chirurgien militaire ! André est également présent lorsque, le 25 octobre 1555, Charles abdique dans la grande salle du palais de Bruxelles. Philippe II est désormais son maître. Celui-ci l’envoie en 1559 au chevet de son beau-père Henri II de France, mourant. Mais André ne peut que prédire la mort prochaine du souverain. L’œuvre de Vésale peut sans conteste être considérée comme l’un des plus grands trésors de notre civilisation occidentale. Son chef-d’œuvre De Humani Corporis Fabrica et l’Epitome qui l’accompagne, publiés pour la première fois à Bâle en 1543, marquent le début définitif de la science moderne, basée sur l’observation et la recherche. Vésale mérite sa place parmi les plus grands médecins de tous les temps aux côtés d’Hippocrate, Galien, Harvey et Lister.

Conférence – Carlo Ossola : Erasme et l’Europe

Pour saluer la parution de l’essai Érasme et l’Europe, l’Istituto Italiano di Cultura, les Archives et Musée de la littérature et la Maison d’Érasme ont le plaisir d’inviter l’auteur, Carlo Ossola, pour débattre des grands thèmes qui animent son écriture. Érasme et l’Europe analyse tour à tour le défenseur de la tolérance et de la liberté de conscience, l’auteur d’une satire mordante des mœurs de l’époque, le traducteur du Nouveau Testament, l’érudit incontournable qui a donné à l’Europe entière un souffle pour repenser le Christianisme et les Lettres.

Orateur

Carlo Ossola
Philologue et critique littéraire
Professeur au Collège de France
Filoloog en literair criticus
Hoogleraar aan het Collège de France

en dialogue avec Marie-France Renard, professeure émérite de l’Université Saint-Louis – Bruxelles et Vice-Présidente des Archives et Musée de la littérature, nous conduira à travers les époques jusqu’au XXe siècle, aux témoignages inoubliables de Johan Huizinga, Stefan Zweig et Marcel Bataillon.

Informations pratiques :
Lundi 20 avril 2015 à 19h
Maison d’Érasme
Rue du Chapitre 31, Bruxelles 1070
Tel. (+32) 02.521.13.83 – info@erasmushouse.museum
www.erasmushouse.museum

Entrée gratuite sur réservation
Inscription en ligne: www.erasmushouse.museum
Ou : 02/ 533 27 20

Source : Maison Erasme

Colloque – 16-17/04/2015 – Arcana Imperii. Gouverner par le secret dans l’Espagne Moderne

ARCANA IMPERII
GOUVERNER PAR LE SECRET DANS L’ESPAGNE MODERNE

Argumentaire

Dissimulation, pouvoir, mensonges : la sémantique attachée aux Arcana imperii se trouve au cœur des grands débats sur le politique à l’époque moderne. S’inspirant d’un aphorisme de Tacite, Eugenio Narbona écrivait en 1604 : « Lorsque certaines situations, liées aux affaires publiques, ne peuvent être résolues au vu et au su de tous, il peut être souhaitable de faire usage de quelque ruse ou artifice, mais sans recourir au mensonge : que le prince mente, ni Dieu ni les hommes n’y consentent ». En théorisant une raison d’État, les penseurs se sont heurtés à de nombreux problèmes politiques et moraux, tout particulièrement celui du secret et de la dissi-mulation (tacitisme, opposition entre bonne et mauvaise raison d’État, etc.). Sans doute est-ce pourquoi l’historiographie a surtout travaillé le secret à travers la prolifique littérature politique disponible. Aussi nous semble-t-il opportun de conduire nos recherches sur le terrain des pratiques politiques et des stratégies individuelles, deux approches par ailleurs indissociables. Doit-on considérer les mécanismes d’occultation, l’institutionnalisation du secret dans le domaine financier ou judiciaire, la compartimentation des savoirs ou la dissimulation comme des méthodes d’action à l’origine d’une modernisation gouvernementale et d’une progressive autonomisation du politique ? Ou faut-il au contraire envisager ces pratiques comme des modalités traditionnelles du pouvoir héritées du Moyen Âge ?

Programme

Jeudi 16 avril

9h30-10h

Ouverture

Michel BERTRAND (Directeur de la Casa de Velázquez)

Introduction

Philippe CASTEJÓN (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

10h-13h30

SECRET INSTITUTIONNALISÉ

Présidence : Pascal GANDOULPHE (CAER, Aix-Marseille Université)

Carlos GARRIGA – (Universidad del País Vasco/ Euskal Herriko Unibertsitatea) – Alma de las resoluciones. El secreto en los tribunales de la Monarquía hispánica

Anne DUBET – (Université Clermont 2) – Le bon gouvernement des finances en Espagne au début du XVIIIe siècle : un art du secret

Sylvain ANDRÉ (EHEHI, Casa de Velázquez (Madrid) /CAER, AMU) – Nuestro officio es oir y ver y callar. Étager le savoir et étager le pouvoir dans la Monarchie hispanique à la fin du règne de Philippe II

15h-18h30

DIFFUSION, CONTRÔLE, HOMMES DU SECRET

Présidence : Annick LEMPÉRIÈRE (Université Paris 1)

Margarita GÓMEZ GÓMEZ (Universidad de Sevilla) – El secreto en el despacho de los negocios: prácticas documentales de la Vía Reservada

Lucien FAGGION (CAER, Aix-Marseille Université) – Information, dissimulation et secret en Italie (XVIe-XVIIe siècle)

Jérémie FERRER-BARTOMEU (École nationale des Chartes) – Allusions, silences et ellipses. Le secret des correspondances politiques de Nicolas de Neufville, seigneur de Villeroy, secrétaire d’État du Royaume de France (c.1570-c.1595)

Vendredi 17 avril

10h-13h30

LE SECRET COMME STRATÉGIE SOCIALE

Présidence : Bernard VINCENT (École des hautes études en sciences sociales, Paris)

Alain HUGON (Université de Caen) – Le secret : nouvelle frontière entre la sphère privée et la sphère publique à l’âge baroque ?

Enrique SORIA MESA (Universidad de Córdoba) – Secretos, mentiras y corrupción. Linajudos y limpieza de sangre en la España del Siglo de Oro

Sébastien MALAPRADE – (École des hautes études en sciences sociales, Paris) – Dissimuler et contrôler sa parole chez les hommes nouveaux au XVIIe siècle. Les enjeux économiques et sociaux de la culture du secret

Conclusions – Pablo FERNÁNDEZ ALBALADEJO (Universidad Autónoma de Madrid)

Coordination :
Sylvain ANDRÉ (EHEHI, Casa de Velázquez, Madrid /CAER, AMU),
Philippe CASTEJÓN (Université Paris Ouest Nanterre La Défense),
Sébastien MALAPRADE (EHESS)

Organisation :
École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid)

Collaboration :
EA854 (Centre aixois d’études romanes, AMU), UMR8168 (Mondes Américains, EHESS, Université Paris 1)

Lieu  :
Casa de Velázquez
C/ de Paul Guinard, 3
28040 Madrid

Entrée libre

Source : Casa de Velázquez

Séminaire – 15/04/2015 – Empires ibériques. De la péninsule au global

Séminaire de la revue Diasporas (PU du Mirail), dirigé par Isabelle Lacoue-Labarthe, Laure Teulières et Marianne Amar, organisé avec le soutien du laboratoire FRAMESPA (UMR 5136 CNRS/Université Toulouse Jean-Jaurès), de l’IEP de Toulouse et du Musée de l’histoire de l’immigration (Paris).

Séance du séminaire « Circulations, migrations, histoire » coordonnée par Guillaume Gaudin.

Boris Jeanne (Centre de Recherches sur les Mondes Américains/Mondes Américains (UMR8168) : Trajectoires ibériques, échappatoires romaines. Arpenter le coeur européen de la Monarchie Catholique au second XVIe siècle.

Antonio de Almeida Mendes (Université de Nantes/Centre de recherches en histoire internationale et Atlantique (CRHIA)) : Du royaume aux comptoirs d’Afrique. L’empire portugais et ses migrants (XVe-XVIe siècles)

Jaime Valenzuela Marquez (Pontifica Universidad Catolica de Chile/Instituto de historia) : Conclusions. Les circulations dans l’espace hispano-américain (par visio-conférence)

Informations pratiques
Mercredi 15 avril, 14h-17h
Université Toulous – Jean Jaurès
Maison de la Recherche, salle D29
Entrée libre

Source : Guillaume Gaudin

Colloque – 22-23/05/2015 – Les grandes résidences urbaines en Europe (1500-1830)

Les grandes résidences urbaines en Europe (1500-1830)

Argumentaire

Les palais aristocratiques et les hôtels particuliers de la période moderne fascinent depuis longtemps le public qui y voit le suprême raffinement de l’art de vivre. Cet attrait se reflète dans les nombreuses études monographiques qui décrivent leur architecture et leur intérêt esthétique.

Sur le terrain de la recherche, l’histoire urbaine et l’histoire de l’architecture ont tracé deux grilles de lecture différentes de ces résidences, polarisant le débat et suscitant l’interrogation « Why are houses interesting ? » de Peter Borsay. [1]

L’histoire urbaine, elle-même partagée entre les notions d’urbs et de civitas, a dû appréhender et croiser les outils de l’urbanisme, de la démographie, de la socio-histoire et de l’histoire économique afin d’approfondir « la connaissance des formes, des pratiques et des modèles d’habitat » dans une approche interdisciplinaire que prônait déjà Olivier Zeller en 1999.[2]

Depuis, des avancées remarquables ont été enregistrées au sujet, entre autres, de la conception, de la construction et de l’implantation de ces grandes maisons dans la ville ainsi que des usages résidentiels, des représentations mentales et des pratiques sociales.

Pour autant, les occasions de pluridisciplinarité dans leur étude se révèlent encore peu suffisantes. C’est la raison pour laquelle ce colloque, issu d’une collaboration entre l’Université Libre de Bruxelles et l’Académie Royale de Belgique, a pour intention de confronter et allier différentes disciplines dans l’étude des grandes résidences particulières aux Temps modernes. Il réunit historiens, historiens de l’art et de l’architecture et archéologues autour des divers statuts de la grande maison urbaine (construction, habitation, patrimoine, repère urbain, médium politique et social) afin d’en saisir une (re)définition plurielle.

Ce colloque vise aussi à fédérer les recherches en Belgique et à les inscrire dans une dimension européenne soulignée par des débats très avancés dans des pays comme la France, la Grande-Bretagne et l’Italie, notamment.

[1] P. BORSAY, ‘Why are Houses Interesting?’, Urban History, vol. 34, n°2, 2007, pp. 338-46

[2] O. ZELLER et O. FARON, « Introductions. Histoire de l’habitat et histoire urbaine » in Ibidem,

(dir.), « Habiter la ville, XVIIè-XXè siècles », numéro spécial des Cahiers d’histoire, 4, 1999, p.1

 

P R O G R A M M E

VENDREDI 22

16 h 00
Accueil

16 h 15
Présentation du Palais des Académies – Le Palais des Académies : une résidence urbaine offerte au Prince d’Orange par les Belges – Francis Strauven (Professeur d’architecture émérite, U – Gent)

16 h 45
Visite guidée du Palais des Académies

18 h 00
Art de vivre et théâtre social. Quelques réflexions sur l’hôtel particulier parisien à l’époque moderne – Alexandre Gady (Professeur d’Histoire de l’art moderne, Université Paris I Panthéon – Sorbonne)

18 h 45
Séance de questions-réponses

19 h 00
Verre de l’amitié

SAMEDI 23

09 h 00
Accueil

09 h 15
Introduction : Les grandes résidences urbaines : un aperçu historiographique – Shipé Guri (Doctorante et assistante en Histoire moderne, Université libre de Bruxelles)

09 h 30
« Beaux quartiers » et mixité sociale à Bruxelles au siècle des Lumières – Claude Bruneel (Professeur émérite d’Histoire moderne, Université catholique de Louvain)

10 h 00
Choice and Reasoning in the Eighteenth Century London House -Rachel Stewart (Docteure en Histoire de l’art, Université de Reading)

10 h 30
Discussion

10 h 45
Pause-café

11 h 00
Apport de l’archéologie à la connaissance des demeures patriciennes urbaines : le cas de l’hôtel Merode-Westerloo à Bruxelles – Philippe Sosnowska (Post-doctorant, archéologue, CREA – Patrimoine, Université libre de Bruxelles)

11h30
Propriété aristocratique et ancrage politique à Vienne, 1680-1740 – Eric Hassler (Chercheur à l‘Institut d’Histoire moderne et contemporaine, Université Paris I – CNRS)

12 h 00
Discussion

12 h 30
Pause déjeuner

14 h 30
La Maison Daurade et l’hôtel Saige : deux palais urbains de la noblesse de robe bordelaise à un siècle de distance (2e moitié XVIIe siècle – 2e moitié XVIIIe siècle) – Michel Figeac (Professeur d’Histoire moderne, Université de Bordeaux 3 – Montaigne)

15 h 00
La « casa da nobile » et sa valeur : le cas de Milan (XVIe – XIXe siècles)
Michela Barbot (Chargée de recherches, CNRS – IDHE, École normale supérieure de Cachan)

15 h 30
Discussion

15 h 45
Pause-café

16 h 00
Le nom des espaces de la demeure patricienne à Liège au XVIIIe siècle – Isabelle Gilles (Docteure en Histoire, Art et Archéologie, Université de Liège)

16 h 30
Discussion et conclusions

Comité scientifique
Paul Janssens, Professeur émérite à U-Gent (Gand) et KUB Bruxelles
Christophe Loir, Chargé de cours à l’Université Libre de Bruxelles (ULB)
Olivier Damme, Archiviste de l’Académie Royale de Belgique
Shipé Guri, Doctorante et assistante de cours à l’Université Libre de Bruxelles (ULB)

Lieu :
Palais des Académies (salle Prigogine)
Rue Ducale, 1 – 1000 Bruxelles

Inscriptions auprès de Mme Leonore Poncin :
leonore.poncin@academieroyale.be
ou de M. Olivier Damme :
olivier.damme@academieroyale.be

Conférence – 22/04/2015 – Laurent Turcot – La naissance d’une culture des loisirs à Londres et à Paris (16-18e siècles)

Laurent Turcot (Université du Québec – Trois-Rivières)- La naissance d’une culture des loisirs à Londres et à Paris (16-18e siècles)

Conférence dans le cadre du cycle des conférences organisées par l’Institut des hautes études de Belgique.

L’Institut des hautes études de Belgique
L’institut des Hautes Études de Belgique naquit, conjointement avec l’Université Nouvelle, de la première contestation véritable que connut, en son sein, l’Université Libre de Bruxelles, à la fin du 19e siècle. Dès 1884, l’U.L.B. connut une longue période de crise, les progressistes mettant en cause le fonctionnement de la démocratie au sein de l’Université. En 1894, un incident vint précipiter les choses : l’affaire Reclus. Reclus joua, sans le vouloir, le rôle de détonateur à la phase ultime de cette longue crise. Élisée Reclus, géographe français de grande réputation, s’était vu décerner en 1893 le titre d’agrégé de l’U.L.B. ; il avait été invité à dispenser, dès 1894, un enseignement de “ géographie comparée ” à l’Université. Toutefois, alarmé par les écrits anarchistes de Reclus, le conseil d’administration de l’U.L.B., en sa séance du 30 décembre 1893, vota l’ajournement sine die du cours. Cette mesure provoqua des protestations et des incidents violents, dont les conséquences furent : d’abord, une scission au sein de l’Université qui aboutit à la création de l’Université Nouvelle et de l’Institut des Hautes Études où Reclus trouva sa place ; ensuite, la révision, souhaitée depuis longtemps, des statuts de l’U.L.B. et une nouvelle définition du libre examen.

Informations pratiques
Mercredi 22 avril 2015 à 19h
Avenue Jeanne 44, 1050 Bruxelles (rez-de-chaussée)
Tél.: +32 2 649.75.39 – 2 650.33.43
Fax : +32 2 649.27.82
Courriel : iheb@ulb.ac.be

Source : Institut des hautes études de Belgique

Colloque – 21-22/05/2015 – La transmission du pouvoir monarchique (moyen âge – 21e siècle)

La transmission du pouvoir monarchique du moyen âge à nos jours. Entre droits et devoirs.

21-22 mai 2015, Bruxelles
Université Saint-Louis – Bruxelles
Salle des examens
43 Bd. du Jardin Botanique, 1000 Bruxelles

Argumentaire

L’année 2015 est l’occasion de fêter le 500e anniversaire de l’émancipation de Charles Quint et du début de son gouvernement personnel. De même, l’abdication du roi Albert II en faveur de son fils, Philippe, est encore un souvenir vif. Ces deux événements, en écho l’un avec l’autre, semblent l’occasion de mener et de développer une interrogation sur les processus de succession, de formation et de préparation d’héritiers dans des systèmes monarchiques et ce dans la longue durée.

La succession d’un monarque ne se présente jamais simplement ; elle ne peut généralement pas être appréhendée de façon univoque. Elle revêt toujours plus ou moins de fantasmes et de mise en scène du pouvoir. C’est en ces instants que le rituel du pouvoir tente de transcender les particularités et de gommer les différences afin de prôner l’union, l’unité, la fusion, etc., des composantes sociales soumises au gouvernement de l’ancien et du nouveau dirigeant. Mais comment penser la succession ? Quels fondements doit-on lui fournir ? Quelles bases juridiques, sociales, etc., donner à la succession ou à l’abdication ?

La succession est aussi un moment où les rênes du pouvoir semblent à certains instants évanescents. Qui gouverne réellement dans cet entre-deux de pouvoir(s) ? Quelle prégnance garde l’ancien monarque ? Quelle autonomie est laissée au nouveau dépositaire du pouvoir ? Il est ici nécessaire d’étudier la logique des luttes internes du pouvoir à côté du rayonnement effectif de l’ancien ou du nouveau gouvernant.

La succession du prince peut néanmoins devenir tragique et être annonciatrice d’une période de troubles et de déstabilisation. Pour prévenir ou expliquer de telles périodes, les questions suivantes méritent encore l’attention. Comment le souverain envisage-t-il sa succession, et de quelle façon met-il en œuvre sa décision? L’héritier/héritière est-il/elle formé(e) convenablement ? Doit-on le préparer ou bien laisser « la fonction faire l’homme » ? Peut-il/elle s’appuyer sur l’expérience de son prédécesseur ? Doit-il/elle s’en distancier sans autre forme de procès ? Quelles sont les premières décisions du nouveau gouvernant ? Doit-il/elle inscrire ses pas dans les « vestiges » de son prédécesseur ou adopter une position de rupture radicale ?

Le thème est riche et doit permettre une approche doublement éclatée. Primo, elle doit être une invitation à penser de façon diachronique afin de confronter des expériences éloignées dans le temps, du moyen âge au XXIe siècle. Secundo, cette thématique est une invitation à traverser les frontières disciplinaires. Les points de vue de l’historien, du juriste (constitutionnaliste), voire de l’anthropologue vont pouvoir se confronter et permettre de canaliser ces approches multiples.

Programme 

Jeudi 21 mai 2015
8h30 : Accueil
9h00 : Mot d’accueil

9h15 : Gustaaf Janssens (KU Leuven – Commission royale d’histoire), Introduction générale
9h45 : Pierre-Joseph Laurent (Université catholique de Louvain – Académie royale de Belgique), Statut de l’individu et transmission du pouvoir dans les royautés mossi (Burkina Faso)
10h15 : Discussion
10h45 : Pause

11h15 : Bruno Dumézil (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), La transmission du pouvoir dans les royaumes romano-barbares
11h40 : Florence Close (Université de Liège), Transmettre un patrimoine et/ou sauvegarder l’Empire ? Retour sur les projets de partage du pouvoir de Charlemagne (806-813)
12h00 : Discussion
12h30 : Déjeuner

14h00 : Sophie Glansdorff (Université libre de Bruxelles – Centre National d’Histoire des Sciences), Le temps des traités et des serments : les successions dans l’Empire carolingien après le traité de Verdun (843- 900)
14h25 : Frédérique Lachaud (Université de Lorraine), La succession royale en Angleterre (milieu 12e – début du 14e siècle)
14h50 : Discussion
15h20 : Pause

15h50 : Eric Bousmar (Université Saint-Louis – Bruxelles), La transmission du pouvoir dans un régime monarchique non souverain. Le cas des ducs Valois de Bourgogne, 14e – 15e siècle
16h15 : Cédric Michon (Université du Maine, Institut Universitaire de France), Comparaison entre la succession de Louis XII en France et celle d’Henri VII en Angleterre (fin 15e – début 16e siècle)
16h40 : Discussion

17h10 : Fin de la première journée

Vendredi 22 mai 2015
8h30 : Accueil

9h00 : Nicolas Simon (FNRS – Université Saint-Louis – Bruxelles), Appréhender le retour des anciens Pays-Bas dans le giron espagnol après 1621
9h25 : Frederik Dhondt (Universiteit Gent), La « transformation » de Philippe V d’Espagne
9h50 : Klaas Van Gelder (Universiteit Gent), Succession et stratégies de légitimation de l’empereur Charles VI dans les Pays-Bas méridionaux
10h15 : Discussion
10h45 : Pause

11h15 : Pierre-Olivier de Broux (Université Saint-Louis – Bruxelles), Les successions de Léopold I et de Léopold II
11h40 : Vincent Dujardin (Université catholique de Louvain), Les successions monarchiques belges au 20e siècle
12h05 : Mathias El Berhoumi (Université Saint-Louis – Bruxelles), Les droits et les devoirs de l’héritier du trône de Belgique
12h30 : Discussion

13h00 : Jean-Marie Cauchies (Université Saint-Louis – Bruxelles, Académie royale de Belgique), Conclusions
13h30 : Déjeuner

Informations pratiques & inscription :

21 et 22 mai 2015

Salle des examens
Université Saint-Louis – Bruxelles
43 Bd du Jardin Botanique
1000 Bruxelles – Belgique

Inscription obligatoire (gratuite) à l’adresse crhidi@gmail.com ou via le formulaire suivant.

Comité organisation :
Pierre-Olivier de Broux (Université Saint-Louis – Bruxelles)
Philippe Desmette (Université Saint-Louis – Bruxelles)
Sophie Glansdorff (Université libre de Bruxelles – Centre national d’histoire des sciences)
Bérengère Piret (Université Saint-Louis – Bruxelles)
Nicolas Simon (FNRS/Université Saint-Louis – Bruxelles)
Françoise Van Haeperen (Université catholique de Louvain)

Comité scientifique :
Pierre-Olivier de Broux (Université Saint-Louis – Bruxelles)
Jean-Marie Cauchies (Université Saint-Louis – Bruxelles, Académie Royale de Belgique)
Philippe Desmette (Université Saint-Louis – Bruxelles)
Sophie Glansdorff (Université libre de Bruxelles – Centre national d’histoire des sciences)
Gustaaf Janssens (KU Leuven, Commission royale d’histoire)
Françoise Van Haeperen (Université catholique de Louvain)