Archives de catégorie : Evénements scientifiques et culturels

Dans cette catégorie on retrouvera les posts concernant les colloques, conférences, journées d’étude et workshops abordant la période moderne.

Colloque – 08-09/10/2015 – Femmes à la cour de France – charges et fonctions (Moyen Âge – XIXe siècle)

Femmes à la cour de France – charges et fonctions (Moyen Âge – XIXe siècle)

Date : 8-9 octobre 2015
Lieu : Institut d’études avancées de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou (Paris IVe, France)

Argumentaire
Ce colloque pluridisciplinaire et transchronologique a pour objet le statut et les fonctions des femmes à la cour de France : les dames des suites d’honneur, les épouses des grands officiers et ministres, les officiers féminins des maisons royales, les marchandes et autres femmes qui ont séjourné de manière régulière ou irrégulière à la cour.

Nous proposons d’étudier l’évolution de leur présence à la cour et les fonctions qu’elles y occupaient ainsi que l’impact de leur présence sur les structures et la vie quotidienne de l’entourage royal. Les engagements des femmes, leurs objectifs, leurs stratégies et leur marge de manœuvre, constituent un autre volet, comme leur rôle dans la gestion des intérêts familiaux et des carrières curiales ainsi que leur mécénat architectural, artistique et culturel. Nous nous interrogeons aussi sur la représentation et l’imaginaire qui s’attachent aux femmes de la cour dans la littérature et l’historiographie.

Inscription

Inscription gratuite obligatoire : http://cour-de-france.fr/article3761.html

Programme

Jeudi 8 octobre 2015

  • 9h : accueil
  • 9h15 : Caroline zum Kolk, IEA de Paris, Cour de France.fr, Introduction

Les maisons féminines de la cour

Présidence : Murielle Gaude-Ferragu, Université Paris 13

  • 9h30 : Aubrée David Chapy, Université Paris-Sorbonne, La « Cour des Dames » d’Anne de France et de Louise de Savoie : émergence d’un nouvel espace de pouvoir
  • 10h00 : Fanny Giraudier, Université Lumière Lyon II, Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (LARHRA), Une cour sans reine : parcours et statuts des femmes à la cour de France en l’absence de reine (1589-1600)
  • 10h30 : Charles Eloi-Vial, Université Paris IV, Bibliothèque nationale de France, La Maison de l’impératrice Marie-Louise face au déclin de l’Empire
  • 11h00 : Pause

Femmes et réseaux

Présidence : Kathleen Wilson-Chevalier, American University of Paris

  • 11h30 : Daniela Cereia, Université de Turin, Centro di Ricerca sulle Istituzioni e le Società Medievali (CRISM), Femmes à la cour de Marguerite de Bourbon et Claudine de Brosse, comtesses de Bresse (1471-1497)
  • 12h00 : Antoine Rivault, Université Rennes 2, Fondation Thiers, Le clan de la duchesse d’Étampes : pouvoir et fortune d’une favorite royale à la Renaissance (1525-1575)
  • 12h30 : Brian Sandberg, Northern Illinois University, “Je ne vis jamais cette cour plus plein de tourment” : Noblewomen and Confessional Parties at the French Court during the French Wars of Religion
  • 13h00 : Pause déjeuner
  • 14h30 : Mathilde Pérain, Université d’Angers, Centre de recherches historiques de l’Ouest (CERHIO, L’influence des épistolières du comte d’Argenson, ministre de Louis XV, à la cour de France
  • 15h00 : Benoît Carré, Université Charles de Gaulle Lille 3, Femmes, pensions et autres grâces royales à la cour de Versailles au XVIIIe siècle

Maîtresses et favorites

Présidence : Henriette Goldwyn, New York University

  • 15h30 : Pascal Firges, Institut historique allemand Paris, Extra-marital alliances? Concubinage and Power at the French Court in the Seventeenth and Eighteenth Centuries
  • 16h00 : Pause
  • 16h30 : Flavie Leroux, EHESS, Centre de recherches historiques (CRH), Laboratoire de démographie et d’histoire sociale (LaDéHiS), L’intégration des maîtresses royales au « système de la cour » (1661-1691)
  • 17h00 : Véronique Garrigues, FRAMESPA, Les clairs-obscurs de Françoise de Foix, dame de Chateaubriant (1494-1537) : Revisiter l’image d’une favorite royale (XVIe-XIXe s.)
  • 17h30 : Fin

Vendredi 9 octobre 2015

  • 9h15 : Accueil

Les femmes et les Arts

Présidence : Sheila Folliot, George Mason University, Medici Archive Project

  • 9h30 : Diane Brochier, Université François Rabelais de Tours, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, Les dames d’Azay-le-Rideau et de Chenonceau (1513-1560)
  • 10h00 : Elizabeth L’Estrange, University of Birmingham, Anne de Graville (v. 1490-1540) : une écrivaine et bibliophile à la cour de la reine Claude
  • 10h30 : Kathleen Wilson-Chevalier, American University of Paris, Dames de compagnie et la mise en scène du pouvoir au tournant du XVIe siècle
  • 11h00 : Pause
  • 11h30 : Pauline Ferrier, Université Paris-Sorbonne, Centre Roland Mousnier, Habiter Versailles : réflexion sur le logement des femmes des ministres au temps de Louis XIV
  • 12h00 : Youri Carbonnier, Université d’Artois, Centre de Recherche et d’Études ‘Histoire et sociétés’ (CREHS), Les Demoiselles de la Musique du roi (1661-1792)
  • 12h30 : David Hennebelle, Université d’Artois, Centre de Recherche et d’Études ‘Histoire et sociétés’ (CREHS), « Devenez Lulliste, Ramiste ou Vacarmiste ». Marie-Antoinette et la musicomanie féminine à la cour de France
  • 13h00 : Pause déjeuner

Charges et fonctions

Présidence : Fanny Cosandey, EHESS, CRH-LaDéHiS

  • 14h30: Sharon Farmer, University of California, The Life and Times of an Early Fourteenth-Century Royal Furnisher: Jeanne la Fouacière, Merchant of Fine Linens
  • 15h00 : Elisabeth Narkin, Duke University, Les charges et le personnel féminin de la cour des enfants (XVe – XVIIe siècle)
  • 15h30 : Oliver Mallick, chercheur indépendant, « Le principal passage pour aller à la ville de Dom Anna ». Mme de Beauvais et la charge de la première femme de chambre (1646-1666)
  • 16h00 : Pause
  • 16h30 : Pascale Mormiche, Université de Cergy-Pontoise, Les nourrices des Enfants de France (XVIIe-XVIIIe siècle)
  • 17h00 : Kathleen Wilson-Chevalier : Conclusion

Discussion finale

Colloque – 05-07/11/2015 – Palaces and Urban Dynamics: centers of power and knowledge in Europe

Palaces and Urban Dynamics: centers of power and knowledge in Europe

Date : 5-7 november 2015
Lieu : Evora

Argumentaire :

The European palaces established more than mere residences of monarchs, princes, cardinals, aristocrats and bourgeois. They were centers of power, solid social and political symbols, and also production centers for culture, arts and science. On the other hand, they played a fundamental role by motivating the renovation and expansion of cities. In a broad sense, we can consider the palace as a center that marked not only the inner spaces, but also its surroundings.

Starting from this premise and taking the opportunity of the celebrations of the 500th anniversary of the construction of the so called Palácio de D. Manuel in Évora, this is the ideal context for organizing an international conference entitled« Palaces and Urban Dynamics: centers of power and knowledge in Europe. ».

For this international meeting to be held in Évora, on 5, 6 and 7 November 2015, we have invited experts of a wide range of disciplines that includes the Arts, Humanities and Social Sciences. The areas that will guide the papers to be presented in this multilingual Congress will be:

  1. Palaces and polarization, the renovation and expansion of urban space;
  2. The palace in architectural and artistic reading;
  3. The palace, institutions and powers;
  4. The courts, label and social actors;
  5. Palace, culture and knowledge;
  6. Palace, tourism and new heritage uses

We would like to emphasize that the publication of the communications, after submission to scientific peer review, is assured.

Stage – 19-23/10/2015 – Initiation au manuscrit médiéval et au livre humaniste (domaines latin et roman)

Stage d’initiation au manuscrit médiéval et au livre humaniste (domaines latin et roman)

Centre Félix Grat, Paris.

L’IRHT organise un stage annuel d’initiation au manuscrit médiéval et au livre humaniste, destiné aux étudiants de Master I et II et thèse en lettres, en philosophie, en histoire (notamment de l’enluminure). Le prochain stage aura lieu du lundi 19 au vendredi 23 octobre 2015 à Paris.

La première journée de stage, lundi 19 octobre, consacrée à une présentation générale du manuscrit médiéval et de la codicologie, est commune aux étudiants inscrits aux différents stages proposés par l’Institut et aura lieu au Collège de France.

  • Le stage d’initiation au manuscrit médiéval et au livre humaniste, domaine latin et roman, se poursuivra du mardi 20 au vendredi 23 octobre au Centre Félix Grat.
  • La journée consacrée aux manuscrits arabes aura lieu le mardi 20 octobre, au Collège de France.
  • Le stage spécifique aux manuscrits hébreux se tiendra au Centre Félix Grat, du mardi 20 au jeudi matin 22 octobre. La présence aux ateliers des jeudi et vendredi après-midi est optionnelle.
  • Le stage consacré aux manuscrits grecs n’aura pas lieu cette année mais les étudiants qui le souhaitent peuvent s’inscrire à la journée du lundi ou à un des autres stages proposés.

Pour donner une perspective d’ensemble sur le travail et la recherche sur les manuscrits, différents thèmes sont abordés aux cours d’exposés magistraux et de séances en petits groupes : présentation de manuscrits et introduction à la codicologie, histoire de l’écriture, mise en page et décoration, transmission des textes, rapport texte/image, héraldique, histoire des bibliothèques, passage du manuscrit à l’imprimé, exercice d’édition de textes. Le stage est aussi l’occasion de découvrir l’IRHT et la documentation qu’il met au service des chercheurs.

Thèmes abordés : introduction à la codicologie, histoire de l’écriture, mise en page du manuscrit, rapport texte/image, transmission des textes, notions de reliure et d’héraldique.

Nous tenons à préciser que les séances ne comprennent ni apprentissage de la paléographie, ni exercice de lecture, ni histoire de l’art.

Le livret-guide du stage a pour objet de fournir les éléments essentiels pour s’initier à l’approche du manuscrit et de sa description, tels qu’ils ont été élaborés au fil du temps dans un laboratoire de recherche par des équipes spécialisées. Il est révisé chaque année et distribué sous format papier le premier jour du stage.

Contacts

Domaine latin et roman : stage-ms@irht.cnrs.fr
Manuscrits arabes : section.arabe@irht.cnrs.fr
Manuscrits hébreux : stage-ms@irht.cnrs.fr
Manuscrits grecs : pierre.augustin@irht.cnrs.fr

Informations pratiques

 

Colloque – 09-10/10/2015 – Cultures villageoises au Moyen Âge et à l’époque moderne

Cultures villageoises au Moyen Âge et à l’époque moderne.

XXXVIIe journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran

Date de l’événement: 09-10 octobre 2015

Lieu: salle de La Madeleine – Abbaye de Flaran. Valence-sur-Baïse, France (32310)

Résumé

L’objectif de ces XXXVIIe journées de Flaran est d’élargir à la paysannerie le spectre des groupes sociaux en mesure d’élaborer un capital culturel porteur de revendications sociales et politiques.  Même absence de restrictions sur les domaines recouverts par la culture, dès lors que celle-ci est envisagée dans une perspective d’histoire sociale : culture politique, culture religieuse, savoir spécialisé dans un domaine professionnel etc. Il s’agira également de voir dans la longue durée, les degrés de literacy des sociétés paysannes, la circulation des modèles culturels vers elles (depuis la ville, le clergé ou la noblesse), leurs dimensions politiques, leur contexte d’apparition, leurs finalités sociales (défense de positions menacées ?)

Argumentaire

L’objectif de ces 37e journées de Flaran est d’élargir à la paysannerie le spectre des groupes sociaux en mesure d’élaborer un capital culturel porteur de revendications sociales et politiques. On ne s’arrêtera pas sur une acception trop restrictive du titre de ces journées, en particulier sur le terme de « village », car c’est à l’ensemble des ruraux non nobles que l’on s’intéressera et à ceux qui assurent le rôle d’intermédiaires culturels dans les campagnes. Même absence de restrictions sur les domaines recouverts par la culture, dès lors que celle-ci est envisagée dans une perspective d’histoire sociale : culture politique, culture religieuse, savoir spécialisé dans un domaine professionnel etc. Il s’agira également de voir dans la longue durée, les degrés de literacy des sociétés paysannes, la circulation des modèles culturels vers elles (depuis la ville, le clergé ou la noblesse), leurs dimensions politiques, leur contexte d’apparition, leurs finalités sociales (défense de positions menacées ?)… Ce faisant, le regard pourrait aussi être porté sur la culture matérielle, notamment à travers le mobilier ou les habitations dont les vestiges mis au jour par l’archéologie  trahissent  parfois un même souci de distinction sociale ou d’adoption de modèles valorisants.

Le choix de ce thème résulte du constat de quasi occultation dans l’histoire culturelle de la place occupée par la paysannerie. À preuve, lorsque l’on associe « culture » et paysannerie à cette époque, c’est au sens premier du terme « culture » que chacun pense d’abord, comme production agricole, rarement pour l’autre sens du mot (connaissances, savoirs, représentations). Même si, considérée comme une histoire sociale des représentations, l’histoire culturelle a renouvelé bien des champs de l’histoire médiévale et moderne depuis une vingtaine d’années, les historiens restent volontiers focalisés sur la culture de la noblesse, celle des clercs ou celle de la bourgeoisie.  Dans l’historiographie, la culture des paysans est volontiers restée confinée à la « culture populaire », un domaine qui a rencontré un succès notable dans les années 1970-1980. La notion de « culture populaire » a donné lieu à de sérieuses remises en cause. De fait, la division culture savante / culture populaire sur laquelle elle repose paraît largement artificielle. Les notions de peuple et d’élite recouvrent des catégories plus complexes.

L’importance de ces renouvellements doit être soulignée. D’un point de vue épistémologique, ils offrent  en effet l’opportunité aux historiens travaillant sur les sociétés rurales d’affiner les concepts. Il s’agit tout d’abord de répondre à l’un des défis de l’histoire culturelle, ou plus exactement de l’histoire socio-culturelle, qui, à la faveur de l’inflexion culturelle de l’historiographie des ces 30 dernières années, occupe désormais une place centrale. Cependant, dans cette histoire culturelle qui se nourrit d’histoire sociale pour éclairer les comportements, les représentations des hommes et leurs manières d’interpréter le monde, dans cette histoire sociale renouvelée qui prend en compte le rôle des représentations, force est de regretter l’absence de projet d’ambition sur la culture des ruraux non nobles. Ce qui fragilise d’autant le dessein de globalisation que l’on prête parfois à la « galaxie socio-culturelle ».

Deuxième enjeu d’importance : une appréciation moins partielle des élites rurales non nobles des époques médiévale et moderne. L’intérêt pour les élites paysannes, sensible dans les travaux de ces dernières années, s’explique par le besoin de mieux appréhender la complexité des sociétés du passé. Or, si les historiens se sont surtout attachés à percer les fondements de la puissance sociale des ruraux dans le champ de l’économie (revenus, patrimoines), ou par l’examen de leurs fonctions de médiation de l’autorité seigneuriale, on sait que les logiques de distinction se déploient aussi dans le champ de la culture, puisque la distinction élitaire repose sur un savoir spécialisé (P. Bourdieu, La Distinction. Critique sociale du jugement). Les rapports de domination que s’efforcent de caractériser les sociologues – surtout quand ils ne sont pas visibles – reposent sur la possession d’un capital qui ne se limite pas au seul capital matériel. Ce capital intègre aussi les ressources immatérielles qu’il nous faut tenter d’appréhender si l’on ne veut pas paraître se satisfaire d’un concept à moitié opératoire. Il convient de rappeler que par ressources immatérielles on entend, à la suite de Pierre Bourdieu, à la fois le capital culturel (diplômes, connaissances, bonnes manières), le capital symbolique (prestige, statut) et le capital social (réseau relationnel). La place de chacun au sein des champs – dominant ou dominé – dépend ainsi du volume de capitaux à sa disposition, ce qui implique que les élites d’un champ ne sont pas forcément les mêmes que celles d’un autre.
Source: http://calenda.org/334069

Colloque – 25-26/09/2015 – Estimes, compoix et cadastres de l’Europe médiévale et moderne. Du document fiscal au patrimoine documentaire

Estimes, compoix et cadastres de l’Europe médiévale et moderne. Du document fiscal au patrimoine documentaire

Date de l’événement: 25-26 septembre 2015

Lieu: Vendredi 25 et samedi 26 matin
Agde, Moulin des Évêques,
Avenue du 8 Mai 1945
Samedi 26 après-midi
Montpellier, Archives départementales,
Pierresvives,
907, Avenue du Professeur Blayac

Résumé

Ce colloque entend faire le point sur les travaux sur les anciens cadastres réalisés au cours de cette décennie, mais aussi les mettre en perspective à travers les recherches conduites en Italie et en Espagne. Si le colloque de Bercy s’était placé dans l’optique d’une histoire fiscale, le regard se porte ici sur le document en tant que tel, dans son aspect matériel, comme à travers les termes qui le désignent, les rubriques qui le composent ou encore sa répartition sur le territoire. Il s’agit par conséquent de caractériser, de définir au mieux et de comprendre un instrument emblématique de la vie des communautés d’habitants, rurales et urbaines.

Argumentaire

Depuis la fin des années 1970, les estimes et les cadastres médiévaux et modernes de l’Europe méridionale font l’objet de nombreuses recherches et de programmes collectifs. Le colloque Le compoix et ses usages (Nîmes, 1999) et le cycle de colloques De l’estime au cadastre (Bercy, 2003-2005), ont concrétisé ces avancées, liées au développement de l’histoire de la fiscalité. Depuis 2007, des chercheurs et des archivistes d’un grand Sud ont lancé une vaste enquête à l’échelle de la France méridionale sur un document dont l’emprise spatiale n’est pas réellement connue, masquée par la diversité de la terminologie. Cette enquête cherche à établir un inventaire des estimes et des anciens cadastres conservés ou connus, comme l’avait souhaité dès 1983 Jean-Louis Biget et l’avaient réalisé en 1992 les auteurs des Compoix et cadastres du Tarn. L’objectif est en même temps de cerner géographiquement le phénomène des compoix, d’en mesurer les cadres chronologiques, mais aussi de mieux comprendre la nature même du document et ses variantes régionales. Plusieurs travaux ont été récemment produits, dont le principal est la thèse de doctorat de Bruno Jaudon sur Les compoix de Languedoc (XIVe- XVIIIe siècle) (2011 ; éd. 2014). Ce programme de recherche est relayé par l’ANR Modelespace dont le site héberge une base de données en ligne de l’inventaire succinct des compoix méridionaux.

Le colloque d’Agde-Montpellier des 25 et 26 septembre 2015 sur Estimes, compoix et cadastres de l’Europe médiévale et moderne. Du document fiscal au patrimoine documentaire entend faire le point sur les travaux réalisés au cours de cette décennie, mais aussi les mettre en perspective à travers les recherches conduites en Italie et en Espagne. Si le colloque de Bercy s’était placé dans l’optique d’une histoire fiscale, le regard se porte ici sur le document en tant que tel, dans son aspect matériel, comme à travers les termes qui le désignent, les rubriques qui le composent ou encore sa répartition sur le territoire. Il s’agit par conséquent de caractériser, de définir au mieux et de comprendre un instrument emblématique de la vie des communautés d’habitants, rurales et urbaines.

Les communications portent principalement sur les thèmes suivants :

  • matérialité et diversité formelle des documents
  • langue, texte et iconographie et hommes de l’art
  • l’apparition des plans cadastraux
  • documents conservés, documents disparus
  • traitement des données et mise en ligne : bases de données, cartographie
  • la géographie des anciens cadastres : répartition, densité, évolution
  • typologie, modèles et normes de production
  • estimes, cadastres et terriers seigneuriaux : quelles connexions ?

Responsabilité scientifique

  • Jean-Loup Abbé,
  • Florent Hautefeuille
  • Jean Le Pottier

Source: http://calenda.org/334094?utm_source=lettre%20et%20autres

Colloque – 01-02/10/2015 – À la recherche de la norme. Arts et lettres dans l’Italie de la Renaissance

À la recherche de la norme. Arts et lettres dans l’Italie de la Renaissance

Date de l’événement: 1-2 octobre 2015

Lieu: Salle Pousseur du « Complexe Opéra » de l’Université de Liège, Bâtiment O 2, Place République Française, 41 – Liège

Programme

Jeudi 1er octobre 2015

9h30-10h : Inscription et ouverture des travaux

10h-11h : Paolo TROVATO, Università di Ferrara, Norma o norme? Qualche sondaggio sull’italiano letterario del Cinquecento

11h-11h30 : Pause

L’application de la norme linguistique

11h30-12h : Paola MORENO, Université de Liège, Gli appunti grammaticali di Francesco Guicciardini, tra “fiorentino argenteo” e modello bembiano

12h-12h30 : Maria Irene TORREGROSSA, Università degli studi di Genova/University of Oxford, Revisioni ariostesche. Nel cantiere del Furiosoalla ricerca della norma

12h30-13h : Maria Chiara TARSI, Università Cattolica del Sacro Cuore di Milano, «Altre materie» e «altre parole»: norma e libertà nella poesia di Giovanni Guidiccioni

13h-14h30 : Déjeuner

14h30-15h : Antonino CALECA, Università di Pisa/Siena, Il volgare de «Le Vite» di Giorgio Vasari e la «Questione della lingua»

15h-15h30 : Marinella PIGOZZI, Università di Bologna, Pietro Lamo e la scelta del volgare per la sua Graticola di Bologna

15h30-16h : Andrea FELICI, Università per Stranieri di Siena, Da artifex a uomo di corte. Evoluzioni linguistiche e sociali nelle scritture di artisti del XVI secolo

16h-16h30 : Mauro SARNELLI, Università degli Studi di Sassari, Norma classica e norma sacra nella Roma sistina: Giulio Roscio fra Ovidio e l’epigrammatica artistica gesuitica

16h30-17h : Pause

La norme dans le discours théorique sur l’architecture et les arts (I)

17h-17h30 : Donatella FRATINI, Università degli Studi di Pisa, Il lessico teorico delle arti. Teoria e lingua nelle Vite di Giorgio Vasari e nei volgarizzamenti delle opere di Leon Battista Alberti

17h30-18h : Émilie PASSIGNAT, Università di Firenze, L’Invention au carrefour d’un système de normes. ‘Moti’, ‘compositioni’ et ‘forme’ chez Giovanni Paolo Lomazzo

Vendredi 2 Octobre 2015

La norme dans le discours théorique sur l’architecture et les arts (II)

9h30-10h : Michel PRETALLI, Université de Franche-Comté, Normes de la mise en écriture des savoirs militaires dans l’Italie de la seconde moitié du XVIe siècle

10h-10h30 : Emanuele VENTURA, Università per Stranieri di Siena, «Rocche, Cittadele, o Fortezze, che le vogliamo chiamare»: note sul lessico dell’architettura militare nel Cinquecento

10h30-11h : Sophie WOLF, Leopold Franzens-Universität Innsbruck, Laforza del parlare di Vitruvio – La ricerca di un linguaggio architettonico verbale e visuale di Francesco di Giorgio Martini

11h-11h30 : Emanuela SPECCHIA, Università degli Studi Roma Tre, I trattati di danza del Cinquecento: linguaggio e normativizzazione

11h30-12h : Pause

De la théorie à la pratique : la norme dans les arts

12h-12h30 : Bernd KULAWIK, ETH Zurich, gta Institute for the History and Theory of Architecture, Establishing Norms for a new Architecture. The Project of the Accademia della Virtù, Its Aims and Results

12h30-13h : Orietta LANZARINI, Università degli Studi Udine, Quando il disegno si fa norma. La rappresentazione dei frammenti antichi nei manoscritti del secondo Cinquecento

13h-14h30 : Déjeuner

14h30-15h : Charlotte MARIQUE, Université de Liège, Baccio Bandinelli comme maestro. Réflexions autour du Libro del disegno

15h-15h30 : Isabelle BOUVRANDE, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de Tours, Normalisation et conceptualisation d’une pratique picturale, l’enjeu de la réduction en art à la Renaissance: le cas du colorito

15h30-16h : Nicolas MISERY, Université Lyon 2 / LARHRA, Du babélisme à l’idéal de l’imitatio: Parmigianino dans l’atelier Mazzola (ca. 1519-1522)

16h-16h30 : Pause

16h30-17h30 : David EKSERDJIAN, University of Leicester, Establishing a Norm for the High Renaissance: Raphael and the Dissemination of a Style

17h30-18h : Clôture des travaux

Organisation et informations

Hélène Miesse et Gianluca Valenti:

recherchenorme@ulg.ac.be / http://web.philo.ulg.ac.be/transitions/fr
Source: http://web.philo.ulg.ac.be/transitions/wp-content/uploads/2015/06/A-la-recherche-de-la-norme-Programme.pdf

Colloque – 16-17/07/2015 – Social Networks 1450-1850

« Social Networks 1450-1850 » brings together scholars from across the world and from a range of disciplines – including History, English Literature, Archaeology, and Sociology – to explore the concepts, methodologies, and findings of their research into early modern social networks. At stake is the very nature of society: how did people connect to one another in the past, to what ends, and with what results?

The two day programme features panels on a range of themes, including exile, trade and industry, knowledge and communication, religion, kinship, and cities. Speakers include: Edward Muir (Northwestern), Emily Erikson (Yale), Naomi Tadmor (Lancaster), Mark Philp (Warwick), Lauren Kassell (Cambridge), and Phil Withington (Sheffield).

Registration is now open and will close on 12 June 2015. The conference fee is £45 (£35 for postgraduate students).

For details of how to register, please see the conference website: www.socialnetworksconference.wordpress.com

Programm

Day 1: Thursday 16 July 2015

9.00 – 9.10 Welcome

9.10 – 10.40 Panel 1: Nobilities
Hannah Leah Crummé (The National Archives, Kew), ‘Wilton at war: Spain and the Sidney-Herbert-Dudley network’

Jonas Van Tol (York), ‘The Rhineland nobility and their French connections on the eve of the French Wars of Religion, 1552-1562’

Violetta Trofimova (St. Petersburg, Russia), ‘French women writers in seventeenth-century England: personal and literary connections’

11.00 – 12.30 Panel 2: Cities and capital
Justin Colson (Exeter), ‘Social capital, merchant capital, not enough capital? Richard Arnold, his neighbours, and the social networks of trade in late fifteenth century London’

Jennifer Bishop (Cambridge), ‘Literary networks in the London livery companies in the early modern period’

Peter Claus (Oxford), ‘Sociobiology and City networks in the nineteenth century’

1.15 – 2.45 Panel 3: Exiles
Gaby Mahlberg (Northumbria), ‘The English republican exiles and their cross-confessional networks in Europe post 1660’

Rachel Rogers (Toulouse) ‘A radical network in exile? British members of the international community in early 1790s Paris’

Lisa Wynne Smith (Saskatchewan), ‘Hans Sloane and the Huguenots’

3.05 – 4.35 Panel 4: Life stages
Naomi Tadmor (Lancaster), ‘The settlement of the poor and family networks’

Chris Langley (Birmingham), ‘Orphans and bastards of the covenant: informality and child care networks in mid-seventeenth-century Scotland’

Oana Valentina Sorescu-Iudean (Regensburg), ‘Transylvanian Saxon testamentary networks in 18th century Hermannstadt’

4.45 – 5.45 Plenary 1: Edward Muir (Northwestern), ‘To trust is Good, But Not to Trust is Better’: The Italian Paradox’

Day 2: Friday 17 July 2015

9.00 – 10.00 Plenary 2: Emily Erikson (Yale): ‘Networks and early modern institutional change’

10.20 – 11.40 Panel 5: Knowledge
Lauren Kassell (Cambridge), ‘Networks of health and healing’

Margaret Small (Birmingham), ‘Beyond geography: Ramusio and his social network’

Evan Bourke (NUI Galway), ‘Women’s reputations and involvement in the Hartlib circle (c.1641-61)

11.50 – 1.10 Panel 6: Ego-centric networks
Aske Brock (Kent), ‘The incorporated early modern merchant: Thomas Papillon and his network’

Mark Philp (Warwick), ‘Degrees of intimacy and separation: William Godwin’s connections’

Kate Davison (Sheffield), ‘Ned Ward’s social network in early eighteenth-century London’

2.00 – 3.30 Panel 7: Trade and industry
Edmond Smith (Cambridge), ‘Entangled empires? London’s investment community and England’s global trade expansion’

Samantha Garwood (Sheffield), ‘Magnificent and mundane bottles: glass trade in the early modern Adriatic and networks for cross-cultural exchange’

Joseph Lane (London School of Economics), ‘Networks and knowledge in an early industrial district: the north Staffordshire potteries, 1750-1850’

3.50 – 5.10 Panel 8: Religion
Austen Saunders (Oxford), ‘Evidence of Elizabethan and Stuart clergymen’s social networks from subscribed copies of the Thirty Nine Articles’

Edward William Geall (Warwick), ‘‘Within any the Kynges Domynyons’: the foundations of the Royal Supremacy in Reformation Durham, c.1533-c.1547’

Anton Caruana Galizia (Newcastle), ‘Networking from the margins of eighteenth-century Europe: the correspondence of a Maltese nobleman’

5.15 – 5.40 Closing remarks: Lauren Kassell (Cambridge), Mark Philp (Warwick), and Phil Withington (Sheffield)

Kontakt

Kate Davison
eMail: kate.davison@sheffield.ac.uk

Source : hosozkult

Colloque – 11-12/06/2015 – Les arts du jardin de la Renaissance à l’Âge classique. Ornement, embellissement et paysage

Les arts du jardin de la Renaissance à l’Âge classique. Ornement, embellissement et paysage

Collège de France, EPHE et centre allemand d’histoire de l’art, 11-12 juin 2015

Programme

11 juin 2015
Collège de France
11, Place Marcellin Berthelot
75005 Paris

10h00 Christoph Luitpold Frommel (bibliotheca hertziana – Max Planck institut – Rome)
Architecture and Garden in the Italian Renaissance

10h40 Giorgio Galletti (Florence)
Venustas et utilitas. Ornements végétaux et collections d’antiquités, les jardins de Ferdinand Ier de Médicis à Rome et à Florence

11h30 Giovanna alberta Campitelli (Soprintendenza del Comune di Roma)
Sculptures végétales, statuaire, fontaines et fleurs rares dans les jardins romains

Pause déjeuner

15h00 Juliette Ferdinand (École pratique des hautes études – Paris Sorbonne – Università degli Studi di Verona)
Le jardin délectable de Bernard Palissy: ornement ou contre-ornement ?

15h40 Giulia aurigemma (Università di Chieti)
L’idée du jardin à l’automne de la Renaissance

16h30 Stefan Schweizer (Université Heinrich Heine – Düsseldorf)
The ornaments of parterre: patterns of legitimation for gardens as works of art (XVIth – XVIIth century)

17h20 George Farhat (Université de Toronto)
Du parterre au territoire : ornement et échelle visuelle dans les jardins en France (1550-1650)

12 Juin 2015
Centre Allemand d’Histoire de l’Art de Paris
45, Rue des Petits Champs
75001 Paris

9h40 Catherine Fricheau (Université de Paris 1 Sorbonne),
Art et nature : l’ornement du jardin de plaisir dans la première moitié du XVIIe siècle

10h20 Giada Lepri (La Sapienza – Università di Roma)
Érudition et passion pour l’Antiquité, nouvelle science botanique : le rôle de l’ornement dans le jardin romain entre XVIe et XVIIe siècles

Pause café

11h30 Iris Lauterbach (Zentralinstitut für Kunstgeschichte, Munich)
L’ornement futile : L’eau dans les jardins, XVIe-XVIIIe siècles

12h10 Clemens Wimmer (Paysagiste indépendant, Potsdam)
L’évolution de la broderie des jardins

Pause déjeuner

14h30 Michael Simonsen (École pratique des hautes études, Paris Sorbonne, Technische Universität, Dresden)
Traditions and changes in the use of herbaceous plants : the example of English knot gardens around 1600

15 h10 Monique Mosser (Centre André Chastel, Paris)
Le paramètre des « Serpenteaux » : tours et détours dans les jardins en France entre Rococo et Pittoresque.

15h50 Andrea Siegmund (Munich)
From Embroidered to Picturesque Texture : Thoughts on the Transformation of Ornament in the Landscape Garden

16h30 Table Ronde

Organisation

Colloque organisé par Pierre Caye, Sabine Frommel, Thomas Kirchner et Francesco Solinas.

Lieux

Collège de France
11, Place Marcellin Berthelot
75005 Paris

Centre Allemand d’Histoire de l’Art de Paris
45, Rue des Petits Champs
75001 Paris

Lien

Colloque – 11-12/06/2015 – Le premier Voltaire (1714-1726)

Colloque – Le premier Voltaire (1714-1726)

Date et heure: 11/06/2015 et 12/06/2015

Lieu: IEA de Paris, 17 quai d’Anjou, 75004 Paris

Colloque international organisé par L. Macé (Université de Rouen) et S. Menant (Université Paris-Sorbonne) en collaboration avec Nicolas Cronk (Université d’Oxford, IEA de Paris)

Comité d’organisation : Laurence Macé (Université de Rouen) et  Sylvain Menant (Université Paris-Sorbonne).

Comité scientifique : Nicholas Cronk (Université d’Oxford, IEA de Paris), Pierre Frantz (Université Paris-Sorbonne), Christophe Martin (Université Paris-Sorbonne), Christiane Mervaud (Université de Rouen), Claudine Poulouin (Université de Rouen).

L’histoire littéraire a consacré la statue de ‘Voltaire patriarche’, porteur des valeurs et des combats de son siècle. Les partis pris esthétiques du philosophe-poète, dont les liens avec ses combats futurs méritent d’être approfondis, trouvent pourtant leurs fondements dans les premières années du siècle où Arouet-Voltaire (né en 1694) se forme et se constitue en tant qu’auteur. Il a vingt et un ans à la mort de Louis XIV en 1715.

Après plusieurs colloques consacrés à la charnière des XVIIe et XVIIIe siècles (dont le colloque « Un siècle de deux cents ans ? » organisé par le CELLF en 2001 et le colloque « Entre deux mondes. Les frontières du XVIIIe siècle par le CEREdI en 2010),et à la veille de la publication du Siècle de Louis XIV et des Lettres philosophiques, les dernières pièces maîtresses de l’édition quasi achevée des Œuvres complètes de Voltaire, le colloque, organisé dans le somptueux décor de l’Hôtel de Lauzun, interrogera les premiers textes de Voltaire, de la genèse d’Œdipe (1714) au départ pour l’Angleterre (1726).

Ce colloque propose de s’intéresser à ce « premier Voltaire » – pas nécessairement autre – formé dans les débats et les querelles philosophiques et esthétiques du début du XVIIIe siècle.

Jeudi 11 juin 2015

14h30 Laurence MACÉ (Université de Rouen/CEREdI), Ouverture du colloque

Session 1. Entre deux siècles

15h Jean-Charles DARMON (Université UVSQ/ENS), « O maison d’Aristippe. O jardins d’Epicure ! ». Variations sur le « Jardin imparfait » des Modernes de Saint-Evremond à Voltaire ».

15h30 Catherine CESSAC (CNRS/CESR), « Voltaire et la Duchesse du Maine : la rencontre de deux esprits fervents du grand Siècle »

16h Discussion et pause

16h30 Jean-Alexandre PERRAS (Voltaire Foundation, Oxford University), « Sur les fréquentations du premier Voltaire : le ‘Catalogue des écrivains’ »

Divertissement musical proposé par Judith LE BLANC (Université de Rouen), autour de la Fête de Bélébat (1725)

Vendredi 12 juin 2015

Session 2. Modernité ?

9h30 Gianni IOTTI (Università di Pisa), « Modernité d’Œdipe »

10h Christophe MARTIN (Université Paris-Sorbonne, CELLF 16-18), « Voltaire et la querelle d’Homère »

10h30 Discussion et pause

11h Eleonora BARRIA (Paris), « Bribes de culture italienne dans les écrits du jeune Voltaire »

11h30 Christelle BAHIER-PORTE (Université de Saint-Etienne), « ‘Sur le penchant du mont’ : Houdar de la Motte et Voltaire »

Session 3. Idées

14h Catriona SETH (Université de Lorraine), « L’arrestation d’un poète »

14h30 Maria Susana SEGUIN (Université de Montpellier/IUF), titre à préciser

15h Joan DEJEAN (University of Pennsylvania), « Le premier Voltaire and the parisian Police in 1724 »

15h30 Discussion et pause

Session 4. Auctorialité, réception

16h Laurence DAUBERCIES (Université de Liège), « Liminarité, métadiscours et théâtre voltairien. Enjeux de la mise en place d’une image auctoriale »

16h30 Sylvain MENANT (Université Paris-Sorbonne, CELLF 16-18), « Le lecteur du premier Voltaire »

17h Discussion et conclusions du colloque

Lien

Colloque – 24-27/09/2015 – Pays bourguignons et Orient : diplomatie, conflits, pèlerinages, échanges (14e-16e siècles)

Centre européen d’études bourguignonnes (XIVe-XVIe siècles) – 56es rencontres – Mariemont-Bruxelles – 24-27 septembre 2015

Le Centre européen d’études bourguignonnes (CEÉB) est une instance de recherche d’envergure européenne dont le siège social se situe à Neuchâtel ; il organise chaque année, depuis plus de 50 ans, des rencontres scientifiques sur les pays bourguignons (grosso modo le Benelux actuel et le nord-est de la France) et les principautés contemporaines au cours des XIVe-XVIe siècles. Le Comité exécutif établit le programme et la liste des orateurs ; il assure la publication des actes. Chacune des sessions de rencontres voit ses actes paraître l’année suivant sa tenue. Le CEÉB rassemble de nombreux chercheurs belges et étrangers (en particulier issus des Pays-Bas, d’Allemagne, de France, d’Espagne, d’Italie, de Grande-Bretagne… jusqu’aux États-Unis et au Japon !), principalement universitaires. Le site Internet du CEÉB est hébergé par l’Université de Neuchâtel : http://www2.unine.ch/ceeb

Les Rencontres de 2015 auront pour thème les échanges entre pays bourguignons et Orient – c’est-à-dire le bassin méditerranéen oriental principalement : diplomatie, contacts politiques, projets de croisade, échanges culturels et littéraires, pèlerinages en Terre sainte, culte de saints et échanges de reliques… Une thématique riche qui répond parfaitement à la volonté d’interdisciplinarité du CEÉB. Ces rencontres permettront de faire le point quant à nos connaissances actuelles sur la diversité et la complexité de ces relations établies de part et d’autre de la Méditerranée. Deux lieux ont été retenus pour la tenue des conférences. D’une part, le Musée royal de Mariemont (Morlanwelz), ancien domaine de chasse fondé par Marie de Hongrie, sœur de Charles Quint, où s’est tenue, en 2010, l’exposition Mémoires d’Orient. Du Hainaut à Héliopolis ; de l’autre, le BIP, Maison de la Région Bruxelles-Capitale, située précisément à l’emplacement de l’ancien palais du Coudenberg.

Parallèlement, l’exposition D’or et d’azur. Mariemont à l’heure des ducs de Bourgogne proposera une sélection d’objets et documents en lien direct avec la période, tous issus des collections du Musée royal de Mariemont. Autographes, manuscrits, incunables, monnaies et autres pièces d’orfèvrerie méconnues seront exceptionnellement présentés à cette occasion dans la Salle carrée (sous-sol), du 24 septembre au 1er novembre 2015.

Pour toute information complémentaire veuillez contacter Gilles Docquier (Musée royal de Mariemont) : gilles.docquier@musee-mariemont.be

Programme (provisoire)

Jeudi 24 septembre

Auditorium Boël, Musée royal de Mariemont

Dès 9h15       Accueil et café

10h :Mot de bienvenue de la Direction du Musée royal de Mariemont

Allocution au nom du CEÉB par S.A.S. le Duc Léopold d’Arenberg, président du Centre

Introduction au colloque par Gilles Docquier, Membre du Comité exécutif du CEÉB, Conservateur au Musée royal de Mariemont.

10h15 : Jean-Charles Ducène, Directeur d’études, École pratique des Hautes Études (Paris) – Les Pays-Bas bourguignons vus du Caire à l’époque mamelouke

Pause

11h15 : Jaroslav Svátek, Centre d’études médiévales, Université Charles IV (Prague) – L’idéal du souverain dans le récit de Bertrandon de la Broquière

12h : Emmanuel Falzone, Doctorant en Histoire, Université catholique de Louvain – Les ducs de Bourgogne et l’empire byzantin : perspectives croisées sur l’ambassade de Philippe le Bon au concile de Ferrare/Florence (1438-1439)

Pause-déjeuner

14h : Gisela Naegle, Docteur en Histoire, Justus-Liebig-Universität (Giessen) – Pleurer, convaincre et réformer : défaites militaires, projets de croisade et réformation du monde dans l’espace bourguignon (XIVe-XVIe siècles)

14h45 : Hilmi Kaçar, Doctorant en Histoire, Universiteit Gent – Les batailles de Nicopolis (1396) et Varna (1444) selon les chroniques bourguignonnes et ottomanes : que disent les sources ?

Pause

15h45 : Bertrand Schnerb, Professeur, Université Lille III – Vie et mort d’un combattant de Nicopolis : Enguerrand VII, seigneur de Coucy

16h30 : Visite de l’exposition D’or et d’azur – collections permanentes

Vendredi 25 septembre

Auditorium Boël, Musée royal de Mariemont

Dès 9h30  : Accueil et café

10h15 : Ludovic Nys, Maître de conférences HDR, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis – Jean van Eyck s’est-il rendu à Jérusalem en 1427 ? À propos des Trois Marie au tombeau de Rotterdam

11h : Camille Rouxpetel, Membre de l’École française de Rome – Le Prêtre Jean à la cour de Bourgogne. Des envoyés des ducs sur les terres du Prêtre Jean, enjeu culturel et politique (première moitié du XVe siècle)

Pause

12h : Assemblée générale statutaire du CEÉB

Pause-déjeuner

14h : Bertrand Haquette, Docteur en Histoire, Université Lille III – Pèlerinages artésiens en Terre sainte sous les Valois de Bourgogne

14h45 : Marie-Cécile Bruwier, Directrice scientifique du Musée royal de Mariemont, Gilles Docquier, Conservateur au Musée royal de Mariemont, Alain Marchandisse, Maître de recherches du Fonds de la Recherche scientifique-FNRS à l’Université de Liège – En tous quartiers ou j’ay esté. Le récit de pèlerinage de Georges Lengherand, mayeur de Mons (1486-1487)

Pause

15h45 : Alexia Lagast, Doctorante en Histoire, Universiteit Antwerpen – Le récit de voyage en Orient du noble flamand Josse de Ghistelles (1481-1485)

16h30 : Visite de l’exposition D’or et d’azur – collections permanentes

Samedi 26 septembre

Salle Zinneke, BIP

Dès 10h : Accueil et café

10h30 : Jacques Paviot, Professeur à l’Université Paris Est-Créteil – Les Nouvelles du Levant à la cour de Bourgogne

11h15 : Michael Depreter, Docteur en Histoire, Université libre de Bruxelles – A la faiçon de Turquie. Philippe le Bon et l’artillerie du sultan : de l’admiration à la désillusion ?

Pause-déjeuner

13h30 : Matthieu Marchal, Maître de conférences à l’Université du Littoral Côte d’Opale – Voyages et conflits militaires au Proche-Orient dans la mise en prose bourguignonne de Florent et Octavien

14h15 : Louis Sicking, Professeur, Universiteit Leiden, Alain Servantie, Bruxelles – La mission de Cornélius de Schepper (Scepperus) à Constantinople (1533-1534)

15h30 : Visite du site archéologique du Coudenberg

18h : Visite au Grand Serment royal et de Saint-Georges des Arbalétriers de Bruxelles

Dimanche 27 septembre (horaire à préciser)

Tour de ville du cœur historique de Bruxelles sur les traces de Charles Quint, dirigé par Roel Jacobs (Visit Brussels)

Accueil et visite des collections du Musée de la Ville – Maison du Roi

Source : Centre Européen d’Etudes Bourguignonnes 

Colloque – 4-5/06/2015 – D’Adonis à Alexandre. Cartographie du masculin de la Renaissance aux Lumières dans les littératures européennes

Argumentaire

En juin 2012, le colloque comparatiste « Fiction(s) du masculin » s’est donné pour objet d’offrir des perspectives sur ces représentations dans les littératures du XIXe au XXe siècle, afin de montrer à quel point l’identité masculine était soumise à des projections culturelles variables. Nous souhaitons prolonger le questionnement vers les siècles antérieurs, plus particulièrement à un moment où les sexes et leurs attributions se sont redéfinis pour prendre une forme moderne dont nous héritons encore aujourd’hui.

L’objet de ce colloque sera donc « l’homme en tous genres » (pour reprendre le titre du livre dirigé par Gary Ferguson, L’homme en tous genres : Masculinités, textes et contextes, 2009) à travers les littératures de la Renaissance jusqu’aux Lumières. L’objectif est d’arpenter la sphère du masculin afin d’en proposer une cartographie : quelles en sont les frontières et les différentes contrées ? Qui fixe les bornes, qui les franchit, comment se meuvent-elles et en fonction de quels critères, quels sont les no man’s land du masculin ?

Programme

Jeudi 4 juin 2015,

Sorbonne, amphithéâtre Cauchy (esc. E ou F au 3e étage)

  • 13h30 Accueil des participants.
  • 13h45 Véronique Gély, Anne Debrosse, Marie Saint Martin, Aurélia Tamburini: Introduction.

Les qualités du masculin I : Normes

Présidente de séance : Florence Dupont

  • 14h00 Ariane Bayle (Université Lyon 3) : « La figure du bon médecin et le modèle héroïco-viril au début de l’époque moderne (textes médicaux / textes littéraires) ».
  • 14h45 Françoise Le Borgne (Université Blaise-Pascal) : « Les Amérindiens au XVIIIe siècle : des hommes sans virilité ? »
  • 15h30 Pause.

Président de séance : Jean-Christophe Abramovici

  • 16h00 Barbara Muller (Université de Strasbourg) : « “Cesse, mon frère, je te prie : et ne joue pas avec ce langage efféminé sur un sujet aussi sérieux.” : la virilité des métaphores dans les romances de William Shakespeare. »
  • 16h45 Nina Hugot (Université Paris-Sorbonne) : « « Monstre-toy non point femme, mais homme » : le masculin et sa représentation dans la tragédie humaniste ».
  • 17h30 Jean-François Lattarico (Université Lyon 3) : « Aux frontières du masculin. L’androgynie (anti)-héroïque dans les premiers romans italiens du XVIIe siècle ».
  • 19h00 Repas
  • 20h30 : Spectacle. Les Silencieuses, Sorbonne, amphithéâtre Richelieu. Texte et jeu :Nicolas Raccah. Co‐conception et mise en scène : Frédérique Ait‐Touati.

Vendredi 5 juin 2015

salle 35 de la Maison de la Recherche

Les qualités du masculin II : Déviances

9h00 : accueil des participants

Présidente de séance : Caroline Fischer

  • 9h30 Gary Ferguson (University of Delaware) : « Jeanne Flore pédéraste ».
  • 10h15 Charlotte Simonin (Lycée Poincaré, Nancy) : « D’Aza à Ziman, en passant par l’Autre Moi, Charmant, Clerval, Disenteuil, Doudou et Trazile : figures du masculin selon Françoise de Graffigny ».
  • 11h00 Discussion et pause

Présidente de séance : Véronique Gély

  • 11h15 François Lecercle (Université Paris-Sorbonne) : « La masculinité inquiète du théâtrophobe sur le travesti dans les polémiques contre le théâtre ».
  • 12h00 Caroline Fischer (Université de Pau et des Pays de l’Adour) : « L’homme qui par la bouche des femmes critiquait les hommes ».
  • 12h45 Repas

Présidente de séance : Ariane Bayle

  • 14h00 Delphine Amstutz (Université Paris-Sorbonne) : « Le favori travesti dans les romans de l’âge baroque. »
  • 14h45 Emmanuel Buron (Université Rennes 2) : « Les figures de l’homme dans les tragédies humanistes ».
  • 15h30 Pause

Président de séance : Gary Ferguson

  • 16h00 Nathalie Grande (Université de Nantes) : « Masculinité rêvée : la végétalisation des héros chez les conteuses au tournant des XVIIe-XVIIIe siècles ».
  • 16h45 Marie-Pierre Harder (Université Paris-Sorbonne) : « Être ou ne pas être un homme : Mythopoétique comparée d’une virilité “en crise” dans les (re)configurations discursives de la fable d’Hercule à la croisée des chemins, de la Renaissance aux Lumières ».

Samedi 6 juin 2015

salle des Actes de la Sorbonne

  • 9h00, accueil des participants.

Des corps qui comptent I : Sexualités

Présidente de séance : Nathalie Grande

  • 09h30 Cyril Gendry (Université Paris-Sorbonne) : « Parler d’amour entre hommes à la Renaissance : Achille et Patrocle comme modèle ».
  • 10h15 Dominique Bertrand (Université Blaise-Pascal) : « Dassoucy, un « mâle étrange » en mal de reconnaissance : trouble dans la représentation sexuelle ».
  • 11h00 Discussion et pause

Président de séance : François Lecercle

  • 11h15 Audrey Gilles-Chikhaoui (Université d’Aix-Marseille) : « Le corps masculin érotisé dans L’Heptaméron ».
  • 12h00 Colt Segrest (Universidad Carlos III) : « Représentations de la sexualité masculine amérindienne en Nouvelle Espagne au XVIe siècle ».
  • 12h45 Repas

Des corps qui comptent II : Le masculin et la virilité

Présidente de séance : Florence Lotterie

  • 14h00 Pierre Maréchaux (Université de Nantes) : « Pour ce que le muscle est le propre de l’homme : le culturisme masculin dans la République des lettres. »
  • 14h45 Raphaelle Brin (Université Paris-Sorbonne) : « Casanova : icône virile ? Enjeux et limites d’un “mythe sexuel”. »
  • 15h30 discussion et pause

Président de séance : Frédéric Regard

  • 16h00 Laëtitia Dion (Université Lumière Lyon 2) : « Hommes dévirilisés dans le roman Philandre de Jean Des Gouttes (1544) ».
  • 16h45 Natacha Salliot (Université Paris-Sorbonne) : « Les déplacements du masculin dans la littérature de dévotion (France, 1600-1620) ».

LIEUX

Université Paris Sorbonne
Paris, France (75005)

CONTACTS

Marie Saint Martin
courriel : saintmartin [dot] marie [at] orange [dot] fr

Source : Calenda

Colloque – 3-5/06/2015 – Penser l’après Louis XIV : histoire, mémoire, représentations (1715-2015)

Le tricentenaire de la mort du Roi Soleil fournit l’occasion de réfléchir à la longue et riche histoire des années 1660-1715 ainsi qu’à son héritage et à sa mémoire. Le présent colloque s’attachera à une analyse de l’après-1715 en adoptant une double perspective : d’abord celle de la longue durée en partant de la mort de Louis XIV pour aller jusqu’au début du XXIe siècle ; ensuite une perspective résolument européenne et comparatiste en croisant des regards venus de pays aussi différents que l’Angleterre, l’Allemagne, les Pays-Bas ou les États-Unis. Bien qu’à dominante historique, la réflexion laissera une place importante aux Arts et à la littérature, qui jouèrent le rôle que l’on sait dans la construction de l’image du Roi Soleil.

Programme

Mercredi 3 juin 2015 Institut Historique allemand – matin

9h15     Allocution de bienvenue de Thomas Maissen (Institut historique allemand)

Introduction par Sven Externbrink (université de Heidelberg) et Charles-édouard Levillain (université Paris Diderot)

Session I. Lectures critiques du règne de Louis XIV : l’âge des Lumières (1715-1789)

a) Une école française

Présidence : Isabelle Richefort (Archives diplomatiques)

09h45   Louis XIV, roi de la contradiction ? La lecture de Montesquieu, Catherine Volpilhac-Auger (école normale supérieure de Lyon)

10h15   Un immédiat panorama d’après-règne : les Mémoires de Robert Challe, Claire Quaglia (université Paris-Sud)

10h45   Débat et pause

11h30   Property rights and state planning. The legacy of Louis XIV’s monumentalism in xviiith century France, Allan Potofsky (université Paris Diderot)

Mercredi 3 juin 2015 – après midi

b) Regards étrangers

Présidence : Catherine Volpilhac-Auger (école normale supérieure de Lyon)

13h30   L’histoire de Louis XIV publiée par la communauté francophone de Hollande de la première moitié du xviiie siècle, Marion Brétéché (université Paris-Sorbonne)

14h00   William Hogarth, Hyacinthe Rigaud et le portrait de Louis XIV , Frédéric Ogée (université Paris Diderot)

14h30   The place of Louis XIV in Spanish reform projects c.1700-1808, Christopher Storrs (université de Dundee)

15h00   Débat et pause

Session II. Renouveau critique et triomphe des nationalismes (1789-1900)

a) Historiographie protestante : une « école germanique » ?

Présidence : Robert Mankin (université Paris Diderot)

15h45   La France de Louis XIV vue par Charles Henri de Stein, Heinz Duchhardt (université de Mayence)

16h15   Entre mémoire et histoire : l’image de Louis XIV dans l’œuvre de Johan Huizinga, Christophe de Voogd (Sciences Po Paris)

Jeudi 4 juin 2015 Archives diplomatiques, La Courneuve – matin

09h30   Allocution de bienvenue de Richard Boidin (directeur des Archives diplomatiques)

b) Historiographie protestante : convergences franco-anglaises

Présidence : Guy Rowlands (université de St-Andrews)

9h45     La publication des documents des négociations de la guerre de succession d’Espagne par François-Auguste Mignet, Isabelle Richefort (Archives diplomatiques)

10h15   From the aristocratic to the democratic state: revisiting the legacy of Louis XIV in xixth century France, Stephen Sawyer (American University of Paris)

10h45   Débat et pause

c) De la fascination pour Louis XIV à la construction d’une « légende noire » : le cas français

Présidence : Mathieu da Vinha (Centre de recherche du château de Versailles)

11h30   De la médiocrité à la grandeur : le regard fasciné de Saint-Simon sur son roi, Delphine Mouquin (université François-Rabelais de Tours)

12h00     Louis XIV au miroir du Second Empire, Paule Petitier (université Paris Diderot)

12h30   Ernest Lavisse juge de Louis XIV dans les manuels universitaires et scolaires de la fin du xixe siècle, Jean Leduc (professeur retraité en classes préparatoires, Toulouse)

Session III. Les xviiie-xxie siècles : représentations, aspects pratiques et perspectives de recherche

a) Arts et littérature

Présidence : Tony Claydon (université de Bangor)

14h15   Louis XIV et le destin de l’Amérique française dans Shadows on the Rock (1931) de Willa Cather, Mathieu Duplay (université Paris Diderot)

14h45   à la cour de Versailles : le souvenir de Madame Palatine dans les lettres allemandes, xviiie-xxie siècle, Jean Schillinger (université de Lorraine)

15h15   Débat et pause

b) Le point de vue étranger

Présidence : Heinz Duchhardt (université de Mayence)

15h45   La vie après la mort dans les pays étrangers : Louis XIV et les historiens anglo-saxons de Thackeray à nos jours, Guy Rowlands (université de St-Andrews)

16h15   L’historiographie du Roi-Soleil dans la péninsule italienne, 1700-1748, Giuliano Ferretti (université Pierre Mendès-France – Grenoble II)

16h45   L’historiographie allemande sur Louis XIV (mi-xixe-mi-xxe siècle), Christian Kühner (université de Fribourg-en-Brisgau)

Vendredi 5 juin 2015 Paris Diderot – matin

9h30    Allocution de bienvenue de François Brunet et Mélanie Torrent, directeur/co-directrice du Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones (université Paris Diderot)

c) Louis XIV mode d’emploi

Présidence : Lucien Bély (université Paris-Sorbonne)

9h45    Écrire une biographie de Louis XIV, Thierry Sarmant (musée Carnavalet)

10h15  Versailles et Louis XIV, Mathieu da Vinha (Centre de recherche du châtaeau de Versailles) et Raphaël Masson (château de Versailles)10h45  Exposer Louis XIV, Alexandre Maral, (château de Versailles)

11h15  Débat et pause

12h      Conclusions, Tony Claydon (université de Bangor) et Lucien Bély (université Paris-Sorbonne)

Organisateurs : Sven Externbrink (université de Heidelberg) et Charles-édouard Levillain (université Paris Diderot)

Colloque organisé par :

  • l’Institut historique allemand
  • les Archives diplomatiques de La Courneuve
  • le Centre de recherche du château de Versailles (CRCV)
  • l’université Paris Diderot et le Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones (LARCA)
  • Avec le soutien de la Région Île de France

Source : Centre de recherche du château de Versailles

Colloque – 8-10/06/2015 – Representing the Habsburg-Lorraine Dynasty in Music, Visual Media and Architecture, c. 1618–1918

The international conference will take place in Vienna from the 8th to the 10th of June 2015. It will be devoted to the new interdisciplinary research program “Representing Habsburg” – one of the main current research fields of the Institute for History of Art and Musicology (IKM) of the Austrian Academy of Sciences focusing on the history of fine arts and music in Austria and Central Europe in their general European context.

Programm

Monday, 8 June 2015

10:30–11:00 Registration

Opening
11:00–11:30 Werner Telesko – Director of the Institute of History of Art and Musicology

Topics and Media of Representation
Chair: Alexander Rausch, Werner Telesko

11:30–12:15 Andrea Lindmayr-Brandl – University of Salzburg
Vom Volkslied zur Kaiserhymne: „Gott erhalte, Gott beschütze / unsern Kaiser, unser Land!“

12:15–13:00 Friedrich Polleroß – University of Vienna
Repräsentation und Reproduktion. Der „Kaiserstil“ in den zeitgenössischen „Massenmedien“

13:00–14:30 Lunch Break

14:30–15:15 Adriana De Feo – Mozarteum Foundation, Salzburg
Selbstdarstellung und höfische Repräsentanz: dramatische Sujets zur Glorifizierung des Geschlechts der Habsburger in der barocken Librettistik

15:15–16:00 Irena Veselá – Moravian Museum, Brno
„Venga quel dì felice!“ Dynastisch-politische Botschaften in musikalischen Huldigungswerken für Karl VI. und Elisabeth Christine (1723)

16:00–16:30 Coffee Break

16:30–17:15 Allison Goudie – The National Gallery, London
Habsburg Portraiture face-to-face with the French Revolution

17:15–18:00 Olivia Gruber Florek – Delaware County Community College
The Absent Empress: Photomontage, the Habsburg Monarchy, and Celebrity in the Nineteenth Century

Evening Lecture
18:30 Michael Yonan – University of Missouri, Columbia
Interdisciplinary Material Culture Studies and the Problems of Habsburg Representation

Tuesday, 9 June 2015

Dy nasty, State and Nation
Chair: Richard Kurdiovsky, Stefan Schmidl

9:00–9:45 Andrea Baotić-Rustanbegović – University of Sarajevo
Presentation of the Habsburg Dynasty in Bosnia and Herzegovina under the Austro-Hungarian Rule 1878–1918: the case of public monuments

9:45–10:30 Nataša Ivanović – Research Institute for Visual Culture, Ljubljana
State and national representation in the case of Ljubljana Town Hall

10:30–11:00 Coffee Break

11:00–11:45 Timo Hagen – Kunsthistorisches Institut in Florenz
K.u.k. Militärbauten als Repräsentanten der Gesamtmonarchie in der siebenbürgischen „Peripherie“

11:45–12:30 András Gerő – Eötvös Loránd University, Budapest
Francis Joseph, the Hungarian hero

12:30–14:00 Lunch Break

Agencies and Networks
Chair: Anna Mader-Kratky, Stefan Schmidl

14:00–14:45 Milan Pelc – Institute of Art History, Zagreb
Leopold I. in der Sammlung Valvasor – Ikonographie des Kaisers aus der Perspektive eines Zeitgenossen

14:45–15:30 Stefan Seitschek – Austrian State Archives, Vienna
Der Wiener Hof in den Tagebüchern Kaiser Karls VI.

15:30–16:00 Coffee Break

16:00–16:45 Martin Krummholz – The Czech Academy of Sciences, Prague
Habsburgische Propaganda in Rom zur Zeit des Botschafters Johann Wenzel von Gallas

16:45–17:30 Jana Perutková – Masaryk University, Brno
Die von der mährischen Aristokratie in der ersten Hälfte des 18. Jahrhunderts veranstalteten musikdramatischen Aufführungen als Spiegel der musikalischen Feste am Wiener Kaiserhof

Wednesday, 10 June 2015

Ceremonial Spaces and the „Public“
Chair: Elisabeth Hilscher, Herbert Karner

9:00–9:45 Thomas Hochradner – Mozarteum University Salzburg
Spielball der Repräsentation? Überlegungen zur Kirchenmusik von Johann Joseph Fux

9:45–10:30 Andrea Zedler – University of Regensburg – Michael Pölzl – University of Vienna
Tafelzeremoniell, „Schau-Essen“ und Musik als Mittel der Repräsentation im Zuge der Hochzeitsfeierlichkeiten von Erzherzogin Maria Amalia und Kurprinz Karl Albrecht in Wien (1722)

10:30–11:00 Coffee Break

11:00–11:45 Mirjana Repanić-Braun – Institute of Art History, Zagreb
Representation of Habsburgs in the Croatian Historical Lands: Public Spaces and Art as Political Apparatus

11:45–12:30 Anne-Marie Wurster – University of Freiburg i.B.
„Unter Trompetten- und Paucken-Schall“: Die Fronleichnamsfeierlichkeiten zur Zeit Maria Theresias als Demonstration imperialer Macht

12:30–14:00 Lunch Break

14:00–14:45 Peter Konečný – Miroslav Lacko – Slovak Academy of Sciences, Bratislava
Der Herrscher im Bergwerk: Die Visitationsreisen der Habsburg-Lothringer in die ungarischen (slowakischen) Bergstädte (1751–1852)

14:45–15:30 Filip Šimetin Šegvić – University of Zagreb
Zagreb/Agram als zeremonieller Raum im Jahr 1895: Kaiser Franz Joseph und die dynastische Repräsentation

15:30 Concluding Discussion

Please register at: kunstgeschichte@oeaw.ac.at

Conference Languages: German and English

Contact

Univ.-Doz. Dr. Werner Telesko
Österreichische Akademie der Wissenschaften / Austrian Academy of Sciences
Institut für kunst- und musikhistorische Forschungen (IKM), Direktor / Institute for History of Art and Musicology (IKM), Director
Dr. Ignaz Seipel-Platz 2
A-1010 Wien
werner.telesko@oeaw.ac.at

Source : hsozkult

Colloque – 29/06/2015 – Histoire globale et transnationale de la France (1750-1950)

L’histoire de France peine encore, notamment dans les grands récits et les synthèses, à sortir d’un récit qu’on pourrait dire « internaliste », dans lequel les seules formes d’explication et de contextualisation mobilisées relèvent d’évolutions, de focales, d’institutions, de cohérences internes, prises dans le territoire national et son archéologie. En dépit de nombreuses invitations à prendre la mesure de tous les acteurs, toutes les dynamiques et toutes les territorialités autres que « nationales » qui ont pu contribuer à l’histoire de France, celle-ci reste marquée par ce qu’il est convenu d’appeler un « nationalisme méthodologique », quand nombre d’historiens d’autres pays, comme la Grande-Bretagne, les États-Unis ou l’Allemagne ont déjà expérimenté avec profit une telle ouverture. Or, pour comprendre l’histoire complexe de ce qu’on nomme « la France », depuis le XVIIIe siècle, soit la genèse contestée d’un État-nation, ses projections impériales en Europe et outre-mer, mais aussi l’ensemble des dynamiques qui animent les populations, les territoires et les institutions que ces formes stratifiés de pouvoir s’efforcent d’encadrer et de mobiliser, il nous semble nécessaire de l’inscrire dans des trames relationnelles différentes, que l’on peut désigner comme transnationales ou comme globales. [Lire la suite]

Programme

Matin

  • 10 h 00 – Quentin Deluermoz (Université Paris 13-IUF) et Blaise Wilfert-Portal (ENS),
    Introduction
  • 10 h 30 – Rahul Markovits (ENS),
    Vers un nouveau paradigme ? La révolution française à l’épreuve du global (à moins que ce ne soit l’inverse)
  • 11 h 00 – Stephen Sawyer (American University of Paris),
    Les origines internationales du républicanisme français. Louis Blanc, l’empire britannique et l’anti-étatisme Américain
  • 11 h 30 – Jean-Numa Ducange (Université de Rouen),
    Pour une approche transnationale du socialisme français à la fin du XIXe siècle
  • 12 h 00-12 h 45 – Discussion

Après-midi

  • 14 h 00 – David Todd (King’s College de Londres),
    « Franglobalisation » : ressorts, champs d’action, effets retou
    r
  • 14 h 30 – Stéphane Gacon (UB, centre G. Chevrier),
    Faut-il nécessairement qu’il soit question de gastronomie quand on évoque le fait alimentaire en France, en particulier dans une perspective transnationale et globale ?
  • 15 h 00 – Anne Sophie Bruno (Centre d’études de l’emploi),
    L’indemnisation des accidents du travail : circulations transnationales et spécificités nationales
  • 15 h 30 – Discussion

Informations pratiques

Organisateurs : Quentin Deluermoz (Université Paris 13), François Jarrige (CGC) et Blaise Wilfert-Portal (ENS)
Université de Bourgogne
Salle Georges Chevrier – 10 h 00 – 16 h 30 (plan d’accès ici)
Entrée libre sans inscription.

Source : Université de Bourgogne

Colloque – 10-12/06/2015 – Transitions historiques : rythmes, crises, héritages

Argumentaire

La dissection des « régimes d’historicité » par François Hartog en 2003 (Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Le Seuil, 2003) a amené cet historien à considérer que le régime actuel relevait de ce qu’il appelle le « présentisme », c’est-à-dire un régime où « le présent est omniprésent (…) [et] tend à devenir à lui-même son propre et son seul horizon ». Un tel constat pourrait paraître condamner d’emblée la notion même de « transition historique », si attachée à première vue à une réflexion sur l’ordonnancement du temps social comme du temps psychologique, à la construction d’une successivité entre l’avant, le pendant et l’après. Pourtant, au jour le jour, historiens, archéologues et anthropologues, chacun selon des modalités qui leur sont propres, continuent de pratiquer « l’art de la transition ».

L’objectivation du temps par les historiens et les archéologues aboutit à des périodisations comportant des ruptures et des moments de continuité, ce qui conduit à l’émergence de moments de transition dont la durée paraît varier selon le plus ou moins grand recul par rapport au point du passé considéré. L’une des questions qui se pose à cet égard est celle de la manière dont on identifie, dans le domaine archéologique par ex., ces transitions. Plutôt que de considérer la transition comme un simple sas entre deux périodes, n’est-il pas plus intéressant de la penser autrement et de prendre en compte, pour la définir, les interférences entre passé, présent et futur et les paramètres du changement au lieu de suivre le simple ordonnancement temporel ? De même, si la transition cesse d’être un tunnel chronologique, peut-elle acquérir une identité particulière en tant que période ? Ces périodes que l’on appelle des transitions de manière intuitive ne présentent-elles pas des similitudes ? La question serait ici de savoir s’il n’y a pas là une nouvelle manière de penser la transition en régime présentiste, qui ne relèverait plus d’un mode ancien d’écriture du passé.

Mais le temps tel qu’analysé par les anthropologues et les historiens est aussi un temps subjectif, où le ressenti des acteurs importe autant que les frises chronologiques au sein desquelles la mise à distance prétend les enfermer. La question se pose alors de savoir si les acteurs d’une transition « objectivée » la perçoivent ou l’ont perçue comme telle dans leurs activités quotidiennes, générant ainsi des conduites motivées par l’instabilité de leur vécu. Cette perception s’articule autour de trois notions-clés : d’abord celle d’héritage, souvent manipulée par les acteurs eux-mêmes pour exprimer soit un sentiment négatif de rejet d’un passé jugé envahissant, soit le sentiment positif de son indispensable patrimonialisation ; ensuite, celle de crise, qui vient parfois se substituer à celle de transition pour exprimer les doutes qu’éprouvent les acteurs vis-à-vis de leur avenir (et se pose ici de nouveau la question de savoir comment évaluer la durée d’une « crise ») ; enfin, celle de génération, paramètre aussi important pour les comportements en situation de transition que le sexe ou la situation sociale : en effet, lorsque le rythme des changements s’accélère, la transition est vécue de manière très différente selon l’âge auquel on est « entré en transition ».

Programme

Mercredi 10 juin – Rythmes

9h30 : Accueil des participants

9h45 : Frédéric Hurlet (UPOND, ArScAn, Directeur de la MAE) Présentation du colloque

Session 1

Claudia Moatti (Université Paris 8 Saint-Denis), Présidence

  • 10h : Christel Müller (UPOND, ArScAn) : Introduction
  • 10h30 : Jacques Revel (EHESS), Conférence plénière : Transition : usages, abus et limites d’une catégorie historiographique

11h30 – 11h50 : Pause

  • 11h50-12h20 : Isabelle Rivoal (CNRS, LESC) : Modèles sociologiques pour penser le glissement des valeurs à l’échelle de la vie humaine : ajustement, grandeur, congruence
  • 12h20-12h50 : Valentine Roux (CNRS, Préhistoire et Technologie): Structures de cuisson et période de transition : des choix instables avant sélection définitive

13h-14h : Buffet

Session 2

Roland Etienne (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne), Présidence

  • 14h-14h30 : Christelle Mazé (post-doc, HISoMA) : Quand les Égyptiens découpaient l’histoire en tranches… La Première Période intermédiaire (2150-1980 av. n. è.) dans la mémoire culturelle de l’Égypte ancienne et l’écriture de son passé.
  • 14h30-15h : Anna Heller (Université de Tours): Le Ier siècle av. J.-C. en Asie Mineure : « epigraphic habit » et périodisation en histoire ancienne.
  • 15h-15h30 : Caroline Saal (Université de Liège): Historiographie et régimes d’historicité au XVIIe siècle

15h30-15h50 : Pause

  • 15h50-16h20 : Maxence Bailly (Université Aix Marseille) et Agnès Caraglio (Université Aix Marseille) : Le seuil et les marges : le phénomène campaniforme et la transition Néolithique/Age du Bronze en Europe. Entre aporie méthodologique et opportunité réflexive.
  • 16h20-16h50 : Karine Rivière (École française d’Athènes) : Les actes de culte comme marqueurs des traditions : le problème du passage de l’époque mycénienne à l’époque archaïque

17h00 : Cocktail

Jeudi 11 juin – Crises

Session 3

Yann Rivière (EHESS), Présidence

  • 10h-10h30 : Hervé Inglebert (UPOND, ArScAn) : Les crises de l’empire romain (IIIe siècle ; Ve siècle ; VIIe siècle)
  • 10h30-11h : Marie Roux (UPOND, ArScAn): « Champs d’expérience » et « horizons d’attente » des aristocrates gallo-romains lors de l’apparition des premiers royaumes romano-barbares : caractériser leurs manières d’être au temps, dans un âge de transition, au travers des réflexions koselleckiennes
  • 11h-11h30 : Emmanuelle Tixier du Mesnil (UPOND, Orient et Méditerranée) : La crise andalouse du XIe siècle, une transition perçue comme une rupture définitive

11h30-11h50 : Pause

  • 11h50-12h20 : Magalie Charreire (Université de Montpellier) : Le « roman-histoire », mesure de la transition en 1830
  • 12h20-12h50 : Patrice Baubeau (UPOND, IDHES) : La révolution de 1848 : les trois temps de la crise et les trois temps de l’historiographie

13h-14h : Buffet

Session 4

Marie-Claire Lavabre (CNRS, ISP), Présidence

  • 14h-14h30 : Olivier Allard (EHESS) : Transition vers la démocratie ou instauration d’une ère d’abondance ? Les Amérindiens, la politique et la « révolution bolivarienne » au Venezuela
  • 14h30-15h : Caroline Dufy (IEP, Bordeaux): La Russie, « perdue dans la transition ? » (Liliya Shevtsova). Pour un réexamen critique des théories de la transition à la lumière de la Russie contemporaine
  • 15h-15h30 : Monica Heintz (UPOND, LESC) : « Transition historique » et désordre du changement

15h30-15h50 : Pause

  • 15h50-16h20 : Naïs Virenque (Université de Tours) : Les arts de la mémoire à la charnière entre Moyen-Âge et Renaissance
  • 16h20-16h50 : Bethany Honeysett (University of Edinburgh) : Coins, cosmopolitics and metropolitics: The legacy of generations in Syria’s regime of transformation

Vendredi 12 juin – Héritages

Session 5

Philippe Erikson (UPOND, LESC), Présidence

  • 10h : Charles Stewart (University College London), Conférence plénière : Affect, Epoch and Analogy: An Anthropology of History
  • 11h-11h30 : Frédéric Hurlet (UPOND, ArScAn, Directeur de la MAE) : Naître au début du principat d’Auguste. La génération d’Actium et le nouvel horizon politique

11h30- 11h50 : Pause

  • 11h50- 12h20 : Pierre Allard (CNRS, Préhistoire et Technologie) : Entre crise et héritage : « la révolution néolithique » en Europe tempérée
  • 12h20-12h50 : Violaine Héritier-Salama (UPOND, Doctorante au LESC) et al. : Comment disparaît une ville sous les champs… La transformation de la ville d’Aghmat (Maroc) en bourg rural entre les XIVe siècle et XVIe siècle, une simple transition politique et économique ?

13h-14h : Buffet

Session 6

Anne de Sales (CNRS, LESC), Présidence

  • 14h-14h30 : Cédric Yvinec (EHESS) : Devenir écologiste après avoir été chasseur-horticulteur, caféiculteur, trafiquant de bois et évangéliste : les récits historiques des Surui du Rondônia (Amazonie brésilienne) sur leur passé récent (années 1970-2010)
  • 14h30-15h : Giacomo Mantovan (EHESS) : « Personne dans la communauté n’est venu me dire que je suis de cette caste-là et que je dois souffrir. C’est toi, Papa, qui me l’as dit ». Réflexions sur l’héritage et les temporalités de l’histoire d’un révolutionnaire tamoul et de son fils exilés en France
  • 15h-15h30 : Guillaume Alevêque (University College London) : Quand les mauvais esprits redeviennent des ancêtres : héritage, appartenance et représentations de soi en Polynésie Française

15h30-15h50 : Pause

    • 16h : Pierre Allard (CNRS, Préhistoire et Technologie), Monica Heintz (UPOND, LESC), Yann Rivière (EHESS) : Conclusions

LIEUX
Bâtiment B, salle des conférences – Université Paris Ouest Nanterre Université
Nanterre, France (92)

CONTACTS

Source : Calenda