Archives de catégorie : Expositions

Dans cette catégorie sont reprises toutes les expositions scientifiques sur la période moderne.

Exposition – Une réforme, un livre : Luther et la bible palatine

Une réforme, un livre : Luther et la bible palatine

Lieu: Liège, Grand Curtius (Feronstrée 136)
Date de l’événement: Du 02/02/2017 au 30/04/2017

Commissariat scientifique assuré par Annick Delfosse (Transitions) et Cécile Oger (Réseau des Bibliothèques – Transitions)

Cette exposition a pour point de départ un très bel exemplaire de l’édition francfortoise de la traduction de la Bible par Luther (1561), connue sous le nom de Bible palatine, dont l’illustration a été confiée au graveur allemand Virgil Solis. Cet exemplaire sert de point de départ au développement de plusieurs thématiques en lien avec la réforme (les révision et traduction des textes bibliques, l’utilisation intensive par Martin Luther et de son entourage de l’imprimerie et de la gravure, le rapport complexe de Martin Luther à l’image et son recours à une production satyrique de plus en plus féroce, la production du graveur allemand Virgil Solis…). 

Source de l’info: Transitions

Exposition – Au prix de mes veilles. Le Nouveau Testament d’Érasme

Exposition

Titre : Au prix de mes veilles. Le Nouveau Testament d’Érasme

Lieu : Bruxelles, Maison d’Érasme

Date de l’événement : 07/12/2016 – 09/04/2017

« Au prix de veilles à peine croyables » : en ces quelques mots, Érasme évoque le travail colossal qu’il a fourni pour rafraîchir, rééditer et retraduire le texte du Nouveau Testament. Son édition critique en grec – et nouvelle traduction latine –, parue en 1516, constitue à ses yeux son œuvre la plus importante. Il fallait en effet de l’audace pour concurrencer le texte millénaire de la Vulgate. Il fallait même de la bravoure pour y joindre une série de notes critiques sur les cérémonies religieuses, la vie monastique, le culte des reliques, le mariage et autres institutions d’une société en mouvement.

Source de l’info : Erasmus House

 

Exposition numérique – Lectures italiennes de la première Modernité dans les collections de l’Université de Liège

Lectures italiennes de la première Modernité dans les collections de l’Université de Liège
Lorsque l’on évoque la littérature italienne de la Renaissance, les noms de ces figures incontournables que sont Dante, Pétrarque, l’Arioste, Baldassarre Castiglione, Machiavel ou encore le Tasse viennent immédiatement à l’esprit. Ces auteurs ont joui d’un grand prestige à leur époque et ont exercé une influence durable sur les lettres européennes. Les collections de la bibliothèque de l’Université de Liège font d’ailleurs écho du prestige de ces écrivains par l’accueil qui leur fut réservé au sein de ses rayonnages.

Cette exposition virtuelle a été réalisée par les étudiants de Master 1 et 2 en Histoire et Histoire de l’Art (HAA) de l’Université de Liège, dans le cadre du cours d’Histoire du livre à la Renaissance donné par Renaud Adam (F.R.S.-FNRS / Transitions). Elle s’inscrit dans un programme de recherches dédié à la diffusion de la littérature italienne à la première Modernité dans l’espace francophone (France, Suisse romane et Belgique) intitulé « L’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité » (EDITEF, Projet ANR-13-BSH3-0010-01), dirigé par Chiara Lastraioli (CESR – Tours) (http://editef.hypotheses.org).

Exposition – Héros d’argile et de papier

Héros d’argile et de papier

Dates : 21/05/2016 – 20/11/2016
Lieu : Musée Royal de Mariemont

En 2016, le Musée royal de Mariemont consacre plusieurs expositions au thème des mythologies. L’occasion idéale de présenter, en partenariat avec la Fondation Roi Baudouin, une sélection d’une soixantaine de pièces tirées de la collection Van Herck. En 1996-97, la Fondation Roi Baudouin a fait l’acquisition d’un riche ensemble de plus de 800 œuvres, patiemment constitué pendant près d’un demi-siècle par Charles Van Herck (1884-1955), issu d’une importante famille d’antiquaires anversois.

Hercule, Apollon, Vénus et Cupidon, Mars, Bacchus et ses bacchantes, Romulus et Rémus et bien d’autres héros, dieux et déesses du panthéon gréco-romain se déclinent dans des dessins, des essais et des modèles en terre cuite. Il s’agit d’œuvres préparatoires à des sculptures de commande destinées en grande partie à décorer des églises et des bâtiments religieux. S’étendant du XVIIe au XIXe siècle, l’ensemble présente un somptueux panorama de la période baroque et classique dans les anciens Pays-Bas méridionaux et sur le territoire de l’actuelle Belgique. Il apporte aussi un témoignage sur les processus de création en deux et trois dimensions et sur le goût pour l’antiquité qui prévalait à cette époque.

Les figures gréco-romaines se complètent dans l’exposition de scènes de l’iconographie chrétienne, avec notamment une crucifixion de saint Pierre.

L’exposition Héros d’argile et de papier est présentée jusqu’au 20 novembre 2016 dans la Salle Carrée du Musée royal de Mariemont, en même temps que deux autres expositions dédiées à la mythologie égyptienne. Elle fait également l’objet d’une publication éditée par le Fonds du Patrimoine de la Fondation Roi Baudouin.

Source : Fondation Roi Baudouin

Exposition – L’Art de guérir à la Renaissance

L’Art de guérir à la Renaissance

Dates : 01/06/2016 à 30/11/2016
Lieu : Musée de la Médecine

Du 1er juin au 30 novembre 2016, le Musée de la Médecine accueille une exposition sur L’Art de guérir à la Renaissance. Conçue dans le cadre du Carolus Festival, cette exposition retourne aux sources de la médecine du XVIe siècle et présente, au travers de plus de 80 objets et œuvres d’art, les changements idéologiques et méthodologiques qui incarnent les prémices de la médecine scientifique.

Partant des diverses sources antiques, médiévales et arabes qui ont nourri l’Art de guérir à la Renaissance, cette exposition invite à découvrir la richesse de la médecine au temps de Charles Quint. Les changements socio-politiques, géographiques et scientifiques qui se produisent en cette fin de Moyen Âge drainent avec eux une nouvelle mentalité, davantage tournée sur l’homme et le monde qui l’entoure. Plusieurs médecins et chirurgiens affirment une prise de distance vis-à-vis de l’enseignement scolastique des universités médiévales et par leur volonté de réviser les connaissances en se basant sur l’observation de la Nature. Vésale, le très célèbre médecin de Charles Quint, dissèque d’une main précise et d’un œil acéré les différentes couches du corps humain. Ambroise Paré, guidé par un geste chirurgical infaillible, incarne l’évolution de la chirurgie et plus particulièrement celle pratiquée sur les multiples champs de bataille des Guerres de religion. L’exceptionnel alchimiste et médecin Paracelse développe les bases de la chimie tandis que les premiers véritables pharmaciens classifient les plantes et quantifient de plus en plus précisément les substances médicinales à utiliser pour les remèdes. L’Art de guérir à la Renaissance revêt ainsi des formes variées, parfois contradictoires mais toujours fascinantes.

Infos pratiques :

Langue : français
Horaire : Du lundi au vendredi : 13h – 16h
Lieu : Salle Nobel (2e étage)
Musée de la Médecine
808 Route de Lennik
1070 – Bruxelles

Source : Musée de la Médecine

 

Exposition – La cartographie ou le miroir du monde. Mercator et Ortelius, deux géographes flamands

La cartographie ou le miroir du monde – Mercator et Ortelius, deux géographes flamands

Lieu : Musée de Flandre
Dates : 12 mars 2016 – 12 juin 2016

Argumentaire :

Gérard Mercator et Abraham Ortelius sont considérés comme les fondateurs de la géographie moderne. Tous deux originaires de Flandre, ils se rencontrent en 1554 et bien vite une amitié voit le jour. Leur travail va révolutionner la cartographie. À Mercator, on doit en 1569 la célèbre carte du monde : sur 21 feuilles gravées, la surface terrestre prend la forme d’un cylindre déroulé, ponctué de méridiens et de parallèles. Un an plus tard, Abraham Ortelius publie la première édition de son atlas, le Theatrum orbis terrarum, qui fera sa renommée, puisqu’il est considéré comme le premier atlas imprimé dans le sens moderne du mot. Jusqu’à présent, les cartes du monde n’avaient jamais été réunies dans un seul ouvrage. Au travers des découvertes de ces cartographes de génie, illustrées par une sélection d’ouvrages de références, de cartes anciennes, d’instruments de mesure, mais aussi de tableaux, l’exposition propose une immersion dans le XVIe siècle, période d’humanisme et d’ouverture à la connaissance.

La cartographie ou le miroir du monde bénéficie du concours exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France.

POUR LES VISITEURS INDIVIDUELS : Visites guidées tous les week-end et tous les jours pendant les vacances scolaires. Voir l’agenda.

POUR LES GROUPES : Visite guidée (1h-1h30-2h) du mardi au dimanche sur réservation au +33 (0)3 59 73 45 59 / reservations.museedeflandre@lenord.fr

POUR LE PUBLIC SCOLAIRE (de la maternelle au lycée) : Visites guidées et atelier (2h) sur réservation au +33 (0)3 59 73 45 59 / reservations.museedeflandre@lenord.fr

Source : Musée de Flandre

Exposition – Magie et raison. Elisa von der Recke et l’affaire Cagliostro

Magie et raison. Elisa von der Recke et l’affaire Cagliostro

Lieu : Université de Liège – Place du 20-Août 7, 4000 Liège
Dates : 2-15/05/2016
Argumentaire :

A l’initiative du “Groupe d’étude du dix-huitième siècle et des révolutions” de l’ULg se tiendra, du 12 au 14 mai prochains, un colloque intitulé “Elisa von der Recke. Contextes et perspectives”. À l’image de sa protagoniste interdisciplinaire, il nous invite à (re)découvrir la vie fascinante et l’œuvre multiple de cette femme d’exception du siècle des Lumières. Vouant un intérêt particulier aux biographies de femmes, Vera Viehöver, chargée de cours en littérature allemande, a découvert l’autobiographie de l’écrivaine courlandaise du XVIIIe siècle, Elisa von der Recke. D’une sincérité poignante, les lettres de l’époque de son mariage infortuné témoignent des violences conjugales subies lors de sa vie matrimoniale avec le chambellan Georg Magnus von der Recke : il s’agit là d’une thématique complètement taboue à l’époque. Fascinée, la chercheuse s’étonne que cet ouvrage n’ait fait l’objet d’aucune édition critique.

FEMME D’AVANT-GARDE

C’est le point de départ d’un voyage littéraire et culturel au sein d’une œuvre foisonnante. En mai prochain, la chercheuse organisera un colloque et une exposition sur l’écrivaine et son œuvre, avec l’aide de Valérie Leyh, chargée de recherche FRS-FNRS, et de Adelheid Müller, chercheuse à l’Akademie der Wissenschaften de Mayence. Deux manifestations qui ont permis de renforcer et d’intensifier les collaborations de l’ULg avec l’Allemagne et les Pays baltes. « Avant d’être sous domination russe à partir de 1795, la couche sociale la plus élevée en Courlande (Lettonie actuelle) était germanophone. Cela explique qu’à l’heure actuelle beaucoup de chercheurs baltes s’intéressent à ce passé germanophone », souligne Vera Viehöver.

Il faut dire qu’Elisa von der Recke a laissé des traces indélébiles, redécouvertes aujourd’hui à leur juste valeur. Femme d’avant-garde, elle a véritablement marqué son époque tant et si bien qu’elle a su en capter les subtilités et les contradictions. « Le siècle des Lumières est un grand champ de batailles idéologiques : catholiques contre protestants, rationalistes contre irrationalistes, francs-maçons contre illuminés, relate Valérie Leyh. C’est d’ailleurs sa prise de position contre le comte de Cagliostro, adepte des pratiques occultes, dont elle dénonce les escroqueries, qui rendra célèbre Elisa von der Recke dans l’Europe entière. » S’en suivront toujours avec autant de succès des textes autobiographiques, des écrits poétiques, politiques, philosophiques, dramatiques, des échanges épistolaires avec des acteurs incontournables de son époque (Casanova, Goethe, Schiller) ainsi que des journaux de voyage. « Il est toutefois impossible de la cantonner à ses seules œuvres littéraires, poursuit la chercheuse. Elle marquera également l’histoire culturelle de son temps grâce à ses chants religieux ou encore à sa contribution à l’histoire de l’art et au culte de l’amitié. »

RÔLE POLITIQUE

Par ses interventions diplomatiques habiles, elle joue également un rôle politique : « Étant la demi-sœur de Dorothée de Courlande et Sémigalle, dernière régente de Courlande, Recke fréquente également les hautes sphères de la noblesse européenne et adopte des positions déterminantes sur la scène politique, positions dont la portée est encore à découvrir et qui s’inscrivent dans des configurations régionales (Courlande) mais aussi internationales (Prusse, Pologne, Russie). Cette vision non plus verticale (Nord-Sud, France-Italie) de l’Europe est très novatrice pour l’époque », complète Vera Viehöver. Ce sont d’ailleurs ces multiples facettes de sa vie et de son œuvre qui fascinent aujourd’hui encore.

Voir aussi le site www.culture.ulg.ac.be/Evdr

 

Colloque Elisa von der Recke.  Contextes et perspectives

Du 12 au 14 mai, à l’ULg.

Salle des professeurs et salle de l’horloge, place du 20-Août 7, 4000 Liège.

Informations sur http://web.philo.ulg.ac.be/gedhsr/actualite/

Exposition “Magie et raison. Elisa von der Recke et l’affaire Cagliostro”

Réalisée avec le concours du Minister für Bildung und wissenschaftliche Forschung der Deutschsprachigen Gemeinschaft Belgiens, le service de littérature allemande et le service de traduction, du 2 au 14 mai, dans le hall d’entrée de la place du 20-Août 7, 4000 Liège.

Source : ULg

Exposition – Louis-Auguste Brun, peintre de Marie-Antoinette. De Prangins à Versailles

Louis-Auguste Brun, peintre de Marie-Antoinette. De Prangins à Versailles

Lieu : Musée national suisse – Château de Prangins
Date : 4 mars – 10 juillet 2016

Description :

Habile dessinateur, excellent portraitiste, animalier et paysagiste, l’artiste suisse Louis-Auguste Brun (1758-1815) est aujourd’hui principalement connu pour les œuvres qu’il réalisa à la cour de France, et notamment deux portraits équestres de Marie- Antoinette. Cependant, sa production fut bien plus vaste.

Comment un jeune peintre originaire de Rolle, ayant fait son apprentissage auprès d’un artisan local, a-t-il pu goûter aux fastes de Versailles et se voir introduit auprès de la reine? Avec une centaine de peintures à l’huile et de dessins, l’exposition retrace cette trajectoire remarquable. Elle rappelle le rôle décisif qu’ont joué les rencontres faites par Brun à ses débuts au château de Prangins, haut lieu culturel en Pays de Vaud. Le talent de l’artiste fera le reste. Très à l’aise lorsqu’il s’agit de dépeindre les distractions et l’insouciance de la classe privilégiée, Brun multiplie dès son arrivée à Paris portraits, paysages, scènes de chasse ou de courses. L’exposition présente aussi les œuvres réalisées à son retour de France, sur les bords du Léman. Enfin, elle raconte les surprenantes dernières années de sa vie, entre activités de marchand d’art, de collectionneur et de patriote vaudois.

Du 4 mars au 10 juillet 2016, le Musée national suisse — Château de Prangins présente une exposition dédiée au parcours remarquable de L.-A. Brun, peintre célèbre pour ses portraits équestres de la reine Marie-Antoinette. Une centaine d’œuvres ainsi qu’un film résumant les surprenantes dernières années de sa vie permettront aux visiteurs de s’immerger dans la vie de ce personnage inclassable. Des visites guidées olfactives, ainsi qu’un menu d’inspiration « Marie-Antoinette » au Café du Château sollicitent tous les sens.

Commissaires de l’exposition : Martine Hart et Helen Bieri Thomson

Source : CRCV

Exposition – Les exemplaires des Giunta de la Bibliothèque Universitaire de Caen

Les exemplaires des Giunta de la Bibliothèque Universitaire de Caen

MRSH – Hall d’expositions du 29 mars 2016 au 8 avril 2016

Responsables scientifiques : S. Fabrizio-Costa – H. Soldini

Projet réalisé grâce à la collaboration de la Bibliothèque Universitaire Droit-Lettres, Fonds patrimoniaux (Mme J. Titon), du Centre de Documentation de la MRSH (Mme C. Chuiton) et du service infographie de la MRSH (Mme A. Lacherez).

Dans le cadre de la journée d’études : « Les livres des Giunta : de Venise et Florence à la Normandie», MRSH, 1er avril 2016.

Source : UniCaen

Exposition – Hendrick De Clerck

Hendrick De Clerck

M Museum
L. Vanderkelenstraat 28
B-3000 Leuven
Belgium

11 février – 15 mai 2016

Hendrick De Clerck (ca. 1560-1630) might best be described as Albert and Isabella’s spin-doctor. This Brussels painter began his meteoric career as the court painter to Ernest of Austria and later to Archdukes Albert and Isabella. He painted an inspiring oeuvre under their patronage, ranging from impressive altarpieces to mythological paintings made in collaboration with Denijs Van Alsloot or Jan – Velvet – Brueghel.

These elegant representations are not merely pretty wall decorations for the royal palaces in the Netherlands and further afield. They might also rightly be described as political propaganda avant-la-lettre. His propagandist visual language was extremely successful. His works catalogue almost every theme and visual device used by absolutist monarchs in the following century. And even more strikingly, these topics and visual strategies continue to live on today.

Source : M Leuven

 

Exposition – Jheronimus Bosch – Visions de Génie

Jheronimus Bosch – Visions de Génie

Noordbrabants Museum

Verwersstraat 41
NL-5211 HT Den Bosch
The Netherlands

13/02- 8/05/2016

Du 13 février au 8 mai 2016 inclus, le musée Noordbrabants de Bois-le-Duc accueille l’exposition internationale Jheronimus Bosch – Visions de Génie. Cette immense rétrospective de l’œuvre de Jérôme Bosch (vers 1450 Bois-le-Duc 1516) s’appuie sur la plus vaste étude mondiale réalisée sur l’œuvre relativement restreinte du peintre néerlandais. Jamais autant d’œuvres n’ont été réunies jusqu’ici dans la ville qui les a vues naître.

Restaurations : 12 peintures en première mondiale à Bois-le-Duc

En prévision de l’exposition de Bois-le-Duc, un grand nombre de peintures ont été restaurées, suite aux travaux de recherche du Bosch Research and Conservation Project, subventionnés, entre autres, par la Fondation Getty (Panel Paintings Initiative). Ces 12 peintures seront présentées au public pour la toute première fois à l’occasion de cette exposition. La plupart des peintures auront dès lors retrouvé leur éclat initial en 2016. La présentation offrira de ce fait une vision neuve et surprenante sur l’œuvre réhabilitée de Jérôme Bosch.

Des œuvres majeures revenues des quatre coins du monde

Les dizaines d’œuvres sont prêtées par les plus prestigieux musées du monde, dont Le Chariot de foin du Museo Nacional del Prado (Madrid), La Nef des fous du Musée du Louvre (Paris), 4 panneaux des Visions de l’au-delà de la Gallerie dell’Accademia/Palazzo Grimani (Venise), et d’autres œuvres tout aussi remarquables du Museum Boijmans Van Beuningen (Rotterdam) et du Metropolitan Museum (New York). Le nombre exceptionnel d’œuvres prêtées pour l’exposition offre aux visiteurs l’occasion unique d’étudier en détail l’imagerie inventive et révolutionnaire de Jérôme Bosch.

À la base de l’exposition : le Bosch Research and Conservation Project

Les préparatifs de l’exposition au musée Noordbrabants ont démarré dès 2007. Les fondations des prêts exceptionnels pour cette exposition ont été posées par le BRCP (Bosch Research and Conservation Project), une ambitieuse étude internationale de grande envergure, dans le domaine de l’histoire de l’art, mise sur pied conjointement par la fondation Stichting Jheronimus Bosch 500 et l’université Radboud Universiteit Nijmegen. Ces six dernières années, une équipe d’experts internationaux dirigée par Jos Koldeweij et Matthijs Ilsink a, pour la première fois dans l’histoire, utilisé les techniques les plus récentes pour étudier et documenter l’œuvre quasi complète du maître Bosch de manière intensive et systématique. Ce dur labeur a nécessité une étroite collaboration avec tous les musées qui détiennent des peintures et dessins de Jérôme Bosch, collaboration sans laquelle l’exposition n’aurait pas été possible. Les résultats tant attendus du Bosch Research and Conservation Project forment le canevas de l’exposition organisée en 2016.

Source : Noordbrabants Museum

Exposition – Bruegel in Black and White: Three Grisailles Reunited

Bruegel in Black and White: Three Grisailles Reunited

Courtauld Gallery
Somerset House, Strand
London WC2R ORN
United Kingdom

4 février – 8 mai 2016

Despite his status as the most important Netherlandish painter of the sixteenth century, Pieter Bruegel the Elder (c.1525-1569) remains an elusive artist: fewer than forty paintings are attributed to him. This focused exhibition brings together for the first time Bruegel’s only three surviving grisaille paintings: The Courtauld’s Christ and the Woman Taken in AdulteryThe Death of the Virgin from Upton House (National Trust) and Three Soldiers from the Frick Collection in New York. Painted in shades of grey, these exquisite masterpieces were treasured by Bruegel and his friends. Christ and the Woman Taken in Adultery was one of the very few paintings the artist kept for himself, and The Death of the Virgin was owned by his close friend, the great map-maker Abraham Ortelius.

The exhibition will include replicas made by Bruegel’s sons, as well as other grisailles in order to shed light on this genre in Northern Europe. An associated display in the Butler Drawings Gallery will showcase other rare works by Bruegel from The Courtauld’s permanent collection.

Source : Courtauld

Exposition – De Floris à Rubens. Dessins de maîtres d’une collection particulière belge

De Floris à Rubens. Dessins de maîtres d’une collection particulière belge

Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique
3, rue de la Régence
1000 Bruxelles

20.01 > 15.05.2016

L’exposition présente une sélection de nonante dessins de maîtres flamands et hollandais, datant du XVIe ou début du XVIIe siècle. Collectionnées avec grand soin par leur propriétaire, ces feuilles appartiennent à l’une des périodes les plus fécondes et les plus riches d’invention dans l’histoire de l’art du dessin. Parmi les feuilles présentées, on compte ainsi de rares esquisses de grands maîtres tels que Frans Floris et Peter Paul Rubens qui ont servi de modèle pour des gravures, des tableaux, des vitraux ou des tapisseries. Le visiteur pourra également admirer les études de personnages de Hendrick Goltzius et de Cornelis De Vos ou les paysages d’une grande minutie de Pieter Stevens et d’Adriaen Frans Boudewijns. La majorité de ces dessins n’a encore jamais été présentée au public.

Jours d’ouverture

Mardi à vendredi : 10:00 à 17:00
Week-end : 11:00 à 18:00
Fermé : les lundis

Visites Guidées

le samedi 12/03 et 14/05/2016 à 14 heures

Source : MRBAB

Colloque – 13/11/2015 – François Pourbus l’Ancien. De l’abbaye Saint-Martin au Séminaire épiscopal de Tournai (XVIe – XXIe siècle)

François Pourbus l’Ancien. De l’abbaye Saint-Martin au Séminaire épiscopal de Tournai (XVIe – XXIe siècle)

Colloque du 13 novembre 2015 avec la collaboration de l’Institut royal du Patrimoine artistique de Tournai (XVIe – XXIe siècle).

Lieu : Séminaire épiscopal de Tournai (Grand auditorium du 1er étage), 28 Rue des Jésuites, B 7500 – Tournai
Exposition :
du 14 au 27 novembre 2015
Concert :
Samedi 21 novembre 2015 à 20h, Église du Séminaire de Tournai

Le récent traitement par l’IRPA des dix-sept panneaux peints par François Pourbus l’Ancien pour l’abbaye Saint-Martin de Tournai (Vie de saint Martin et Passion du Christ) a fourni une riche moisson d’informations nouvelles sur la composition de cet ensemble exceptionnel, classé comme «Trésor de la Communauté française » en 2013. Le colloque a pour objectif de faire le point sur les connaissances qui touchent à l’histoire, à la réalisation et à la conservation-restauration de ces dix-sept peintures. Les Actes seront publiés fin 2016 ou début 2017.

Voir le programme complet

Invitation cordiale de la part du Séminaire de Tournai :
Monique Maillard-Luypaert – Archives et Musée, Séminaire épiscopal
Rue des Jésuites, 28 – B 7500 Tournai
maillard.monique@skynet.be