08/05/2015 – Une vie de recherche(s)

Une vie de recherche(s). Témoignages pluridisciplinaires autour des Temps Modernes

8 mai 2015, Bibliothèque royale de Belgique (Bruxelles)
Inscription via le formulaire ci-dessous

JE_1_affiche

Argumentaire

Pourquoi étudier les temps modernes ? Pourquoi choisir d’aborder cette période par le biais d’une discipline plutôt qu’une autre (à moins que ce ne soit la discipline qui crée l’intérêt pour la période) ? Quels rapports entretenir avec sa discipline ? Quel parcours de recherche envisager ? Comment construire un savoir historique ? En quoi le contexte dans lequel s’inscrit un chercheur l’influence-t-il ? Et, réciproquement, comment le chercheur peut-il influencer l’environnement scientifique ou la sphère publique ? Ces quelques questions sont sans doute parmi celles que tout chercheur se pose un jour. La vie de celui-ci ne se résume néanmoins pas aux murs d’une université, d’une institution scientifique ou d’un centre de recherches…

Pour inaugurer le réseau ModerNum, ses fondateurs ont souhaité donner la parole à quelques modernistes de Belgique francophone et les inviter à témoigner de leur parcours de recherche afin de permettre aux jeunes chercheurs de réfléchir à leur propre processus d’élaboration des savoirs ainsi qu’aux pratiques qui en découlent. Il ne s’agira donc pas tant de célébrer des trajectoires personnelles que d’offrir à chacun des pistes de réflexion méthodologique sur le métier de la recherche.

Ces premières rencontres organisées par ModerNum espèrent également être l’occasion d’engager des collaborations et des synergies entre les modernistes de la Fédération Wallonie-Bruxelles tout en ouvrant l’horizon aux réseaux et associations existants par ailleurs.

Programme

13h30 – Accueil

13h45 – Présentation de ModerNum par le comité

14h15 – Agnès Guiderdoni (FNRS, UCL) : Early modern entre textes et image : interdisciplinarité ou non-lieu des disciplines ?

15h – Paola Moreno (ULg) : Au commencement fut Erasmus. Mon parcours européen, entre philologie et humanité

15h45 – Pause

16h – Monique Weis (FNRS, ULB) : De l’histoire diplomatique à l’étude du fait religieux et à l’analyse de discours. Parcours d’une moderniste malgré elle

16h45 – Sabine Van Sprang (MRBAB) : Quand l’historien de l’art rencontre l’historien. Quelques réflexions sur l’approche interdisciplinaire dans l’analyse des peintures du XVIe et XVIIe siècles

17h30 – Conclusions suivies d’un drink de clôture

Cet événement est organisé avec le soutien de la Bibliothèque royale de Belgique et de l’École doctorale histoire, art et archéologie (ED4, FNRS).

Compte rendu de la journée

L’après-midi du 8 mai 2015, organisé à la Bibliothèque Royale de Belgique avec le soutien de cette même institution et de l’École doctorale d’histoire, histoire de l’art et archéologie (FNRS), a été conçu comme l’acte de naissance du réseau ModerNum. La vocation de celui-ci est de rassembler les spécialistes des Temps Modernes de Belgique francophone afin d’ouvrir un espace de discussion et d’échange. L’objectif de cet après-midi d’étude était de questionner l’activité du moderniste, indépendemment de sa discipline, en donnant la parole à des chercheurs confirmés pour nourrir la réflexion sur l’élaboration des savoirs et son contexte méthodologique.

Les interventions se sont articulées autour du thème de l’interdisciplinarité, à partir des exemples concrets vécus par les quatre oratrices qu’étaient Agnès Guiderdoni (FNRS-UCL), Paola Moreno (ULg), Monique Weis (FNRS-ULB), Sabine van Sprang (MRBAB).

Agnès Guiderdoni a posé le cadre des discussions en prenant l’analyse culturelle comme lieu d’intégration de la recherche interdisciplinaire (le non-lieu des disciplines devenant l’interdiscipline). Avoir des objets interdisciplinaires ne signifiant pas que la visée épistémologique le soit, la question centrale devient dès lors celle de la relation que noue le chercheur avec sa recherche. Face à un objet ou un corpus, le chercheur doit mobiliser ses propres connaissances disciplinaires pour le comprendre et faire appel à des savoirs d’autres domaines (le chercheur emprunte des outils qu’il n’a pas pour enrichir la(es) discipline(s) de base). C’est son point de vue qui se révèle crucial : le changement de place opéré constitue précisément l’interdisciplinarité et permet de tourner autour des objets d’étude. Avant tout, l’interdisciplinarité est un choix personnel ; elle est ce que l’on décide d’en faire !

L’intervention de Paola Moreno s’est structurée autour de deux pôles, la philologie et l’humanité (comme réalité historique connectée à l’humain). Son travail sur des cultures et traditions autres que celles dont elle est issue (changement d’objet) lui a permis de proposer l’image du passeur de culture pour le philologue. En continuant sur l’importance de la pluralité des disciplines (opposée à une culture uniformisée), elle a insisté sur l’urgence de déconnecter la modernité du progrès, entendu dans un sens plus large que politique : défendre la philologie, c’est défendre l’accès à la connaissance. Les différences méthodologiques acquises au sein des sciences humaines apportent des réponses aux questions des sociétés (capacité rhétorique, capacité à modéliser la réalité, capacité à poser des problèmes mal articulés, etc.) ; c’est ce qui fonde leur légitimité.

Monique Weis a développé l’évolution des actuelles études du fait religieux, qui ne tombent dans aucune discipline particulière car les traversant quasiment toutes. Le recours à l’expression sciences des religions n’est ainsi pas innocent. La pratique de la diachronie et de l’interdisciplinarité s’impose donc dans ce domaine de recherche où, comme historienne, elle a remarqué que les questions centrales n’étaient pas tant celles des sources – qui constituent tout de même le point de départ de la recherche – mais celles des idées, des discours et de la réception des textes, par exemple. Elle a également discuté l’impact de la sphère publique qui instrumentalise le discours de l’historien. Son rôle de transmission devient crucial pour nuancer et relativiser, sans raccourcis, l’affirmation actuelle selon laquelle “l’histoire se répète”.

Enfin, Sabine van Sprang a mis en exergue la pluralité des formes de carrière académique, en centrant son intervention sur les musées comme lieux de rencontre entre grand public et recherche. C’est en admirant les œuvres d’art que le public peut prendre connaissance d’un témoin, d’une trace du passé, ce qui pose d’emblée la question de la représentation du monde réel. Le traitement historique des toiles (qui ne peut en aucune cas être un renforcement de l’autorité de l’image comme représentation “photographique” du passé) devient essentiel, pour voir par-delà le réalisme apparent et comprendre qu’il s’agit d’une représentation et non pas de la “vérité”. L’importance de ne pas séparer forme et contenu place plusieurs questions à la frontière des disciplines : celle du rapport entre conception et exécution de l’œuvre, du “langage” de l’exécution, etc.

En conclusion, les arguments présentés lors de cette journée ont souligné l’importance du dialogue entre les disciplines, mais également la difficulté méthodologique de sa mise en place. Ainsi, à propos de la question de la périodisation, les domaines de recherche visés par un chercheur ne se rejoignent pas toujours. L’objet de recherche est composé de multiples facettes et peut être au centre de questionnements continuellement renouvelés, qui se dévoilent en fonction des interrogations qui traversent la société.

La prochaine journée d’étude de ModerNum aura lieu le 13 mai 2016 autour du thème des humanités numériques.

$

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *