Archives par mot-clé : annonce

Publication – Lancement de la base de données EDITEF

Lancement de la base de données EDITEF

Date de lancement : novembre 2017

Responsable scientifique : Chiara LASTRAIOLI
Chargée du projet : Giulia VENTRELLA-PROUST
Chercheur post-doctoral (2015-2016) : Massimo SCANDOLA
Stagiaire (2017) : Juliette LE GALL

L’équipe du projet ANR EDITEF est heureuse d’annoncer la mise en ligne en libre accès de la base de données EDITEF consacrée à l’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité.

Cet outil bio-bibliographique permet l’exploitation de données concernant des collections de livres imprimés entre 1450 et 1630 en langue italienne et conservées aujourd’hui dans l’espace francophone. La base rend disponibles des informations, connues ou inédites, concernant les personnages engagés dans le monde de l’édition (imprimeurs, libraires, correcteurs, graveurs de caractères, traducteurs, etc.) et de la conservation (collectionneurs, bibliophiles, etc.), tout en décrivant leur activité au sein des collectivités (associations d’imprimeurs, institutions religieuses et laïques, académies, etc.). Cet outil vise entre autres à reconstituer les réseaux familiers et professionnels (liens familiaux, collaborations professionnelles).

La base EDITEF permet en outre de relier des exemplaires précis à leurs possesseurs grâce à un travail de dépouillement des données émergeant de documents manuscrits (inventaires, testaments) et d’analyse des marques de provenance présentes sur les exemplaires imprimés, ayant été consultés dans les bibliothèques patrimoniales françaises, suisses et belges (voir la liste).

Ce travail est le résultat d’une collaboration fructueuse entre le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de Tours et de nombreuses bibliothèques de l’espace francophone (France, Suisse, Belgique).

Plus d’informations sur ce projet  dans ce pdf.

CFP – Quel lieu choisir ? Implantation, représentation et mention de l’édifice et de l’objet (XIe – XVIIe)

Deuxième volet d’un cycle de journées doctorales internationales organisées par l’UR Transitions – Moyen Âge et première modernité de l’Université de Liège, le Laboratoire Trame de l’Université de Picardie Jules Verne, et le Centre d’Étude supérieures de la Renaissance de l’Université de Tours

Titre : Quel lieu choisir ? Implantation, représentation et mention de l’édifice et de l’objet (XIe – XVIIe)

Lieu : Amiens. Logis de Roy

Date : 29-30 mai 2018

Pour plus d’informations :

Journées doctorales internationales – Amiens – 29 et 30 mai 2018 – Quel lieu choisir – FR&EN

Colloque – « Le miracle de guerre dans la chrétienté occidentale (4e-21e s.)

Argumentaire

Depuis les années 1980, et spécialement les travaux de Franco Cardini, le concept de « culture de guerre » s’est largement diffusé dans l’historiographie. Il tend à expliquer et à analyser la manière dont les contemporains ont perçu et vécu un conflit ce qui détermine leurs comportements, leurs peurs, leurs espoirs, leurs pratiques… L’idée est abondamment utilisée dans des ouvrages propres, comme ceux de George Mosse (Fallen Soldiers. Reshaping the Memory of the World War), des colloques, comme celui dirigé par John Horne (Vers la guerre totale. Le tournant de 1914-1915), des travaux d’équipes tels ceux pilotés par Stéphane Audoin-Rouzeau ou Annette Becker. Si longtemps, le religieux est passé souvent au second plan, il est désormais un des domaines les plus prometteurs de la recherche. C’est dans ce contexte que nous souhaitons inscrire ce colloque.

L’objectif consistera à examiner les interventions du surnaturel dans le cadre de conflits. C’est-à-dire la confrontation des hommes en tension, en opposition dans un contexte terrestre et matériel, à des forces qui les dépassent. Celles-ci sont susceptibles d’influencer, de modifier le cours des choses en faveur d’une des parties. Au-delà du cadre strict de la guerre, la destinée des vaincus, des prisonniers peut être envisagée sous cet angle également.

Ce cadre conflictuel doit être considéré au sens large. On pense bien entendu en premier lieu au fait d’armes, à l’affrontement militaire au cours d’un conflit, d’une bataille. Et les échelles sont en la matière des plus variables (de la guerre privée à la guerre publique dans toutes ses extensions). Le miracle peut se produire également dans le cadre d’une opposition confessionnelle ; la « divinité » soutient ici ses partisans – séparant d’initiative le bon grain de l’ivraie. La lutte catholicisme/protestantisme ou christianisme/Islam en sont des illustrations.

Le miracle est destiné à des individus qui, dans un monde bouleversé où ils ont perdu leurs repères traditionnels, se sentent « dans la main de Dieu » comme l’affirment bien des protagonistes de la guerre de Trente Ans. Il est aussi collectif lorsqu’une statue « sauve » une cité de l’invasion, que le Ciel épargne une localité face à la cruauté d’un envahisseur… Il est porté par une dévotion ancienne quand on voit nombre d’images mariales urbaines arrêter les tirs d’un ennemi. Mais le conflit est également créateur de piété avec, par exemple, l’apparition de Notre-Dame des tranchées protectrice miraculeuse des soldats français et belges dès 1914.

Se pose alors la question du déroulement. Pourquoi, d’abord, le fait se produit-il ? Résulte-t-il d’une requête, d’une sollicitation du futur bénéficiaire et sous quelle forme (prière, vœu, mise en avant de reliques,…) ? Ou l’initiative appartient-elle au dispensateur (apparitions). Ensuite en quoi consiste l’action miraculeuse ? S’agit-il d’une modification du cours des choses, par un acte concret, éventuellement même violent, ou d’une pression exercée par une apparition « opportune » ? Quelle est la nature de cette apparition ? Est-elle publique (elle s’adresse à tous) ou privée (elle s’adresse au chef) ? S’adresse-t-elle davantage au camp favorisé (par la galvanisation qu’elle lui apporte) qu’au camp adverse (par la terreur qu’elle lui inspire). Mais il peut s’agir aussi d’un message, d’un avertissement lié à un conflit à venir.

Quoi qu’il en soit, rien n’est possible sans acteurs. Bénéficiaires d’une part, distillateurs d’autre part. Les premiers ­— les hommes, qu’ils soient incarnés dans une institution, une Eglise, un camp ou non — reçoivent la faveur, le message. On entre ici dans une perspective anthropologique. Et la perception de l’éventuel perdant ou vaincu n’a rien de négligeable. De l’autre côté qui agit : une force imprécise, Dieu, la Vierge, un saint ?  Et dans ce dernier cas, peut-on identifier des intercesseurs plus prompts à intervenir sur le champ de bataille (protecteur de certaines armées ou nations) ? En d’autres termes, certains saints (on pense à saint Georges) sont-ils spécifiques à ce genre de miracles ?

On ne saurait aborder ces questions sans poser celle de la destinée du prodige. Qu’en est-il de la « tradition » de ces miracles ? Existe-t-il une mise par écrit (plus ou moins rapide ou réfléchie, officielle ou davantage littéraire) par des instances ecclésiastiques. Ou celles-ci affichent-elles une certaine prudence, voire de la réticence ? Dans une autre optique, on peut se trouver en présence d’un processus de transmission maîtrisé par des laïcs, voire porté par la tradition dans l’oralité. Dans cette ligne, surgit aussi la question des contextes et des climats de pensée : visions catholique ou protestante se rencontrent-elles ou au contraire s’affrontent-elles ? Et au sein de chacune voit-on s’afficher des conceptions monolithiques ? Comment la perception de ces miracles va-t-elle évoluer face à la montée de l’esprit philosophique et de la rationalité ?

En lien avec ces questions, on peut s’interroger sur les témoignages liés à l’action mémorielle. Constate-t-on des actes particuliers de remerciement ou de soumission ? Ou une utilisation dans une optique de propagande : objets (ex-voto), constructions (basiliques de remerciement à Paris ou Lyon), iconographie, commémorations ?

Ces questions pourront être abordées dans le vaste contexte de la chrétienté occidentale des origines à nos jours.

Ce colloque est co- organisé par l’Institut supérieur d’étude des religions et de la laïcité (ISERL) de l’Université Lyon II et le Centre de recherches en histoire du droit et des institutions (CRHiDI) de l’Université Saint-Louis – Bruxelles.

 

Programme

Université Lyon 2, 27-28 septembre 2017

Anne Wagner (Université de Franche-Comté) : « Les reliques en contexte militaire en Lotharingie ».

Esther Dehoux (Université de Lille) : « O milites, ecce venit auxilium quod vobis promisit Deus » Des saints sur le champ de bataille (XIe-XIIIe siècle) ».

David Fiasson (Université Lille 3) : « Miracles relatifs à la guerre de Cent Ans (évasions, guérisons de soldats blessés, survies à un massacre…) évoqués dans le Livre des miracles de sainte Catherine de Fierbois (seconde moitié du XVe siècle) ».

Eric Suire (Université Bordeaux 3) : « Miracle militaire et mémoire confessionnelle. La Délivrance (1562) et l’Escalade (1602) dans l’historiographie toulousaine et genevoise ».

Luc Duerloo (Universiteit Antwerpen) : « Nuestra Señora de la Frontera : La Vierge et les frontières contestées du monde hispanique aux Pays-Bas et aux Philippines, 1565–1648 ».

Bruno  Maes (Université de Lorraine) : « Récits et ex-voto de guerre : la construction d’une identité, les cas du Puy et Liesse ».

Silvia Mostaccio (Université catholique de Louvain) : « Des miracles en terre de Flandres : Guerre et récits d’étrangers (Bentivoglio, Starda, de Mendoza) ».

Yves Krumenacker (Université Lyon 3) : « Autour de la manière dont les protestants lisent les miracles de guerre de l’Ancien Testament ».

Isabelle Blaha (Université Lyon 2) : « Protection mariale, miracles et guerre contre les Mahométans en Méditerranée durant le XVIIe siècle napolitain ».

Giovanni Mutto (Università di Napoli) : « La devozione dei Vicère il ricorso ai santi patroni napoletani nelle congiunture belliche ».

Francisco Javier Ramón Solans (Université de Münster) : « La Vierge du Pilar au combat. Protection miraculeuse et soulagement lors des sièges de Saragosse (1808-1809) ».

François Cochet (Université de Limoge) : « Les « miracles » français de la Grande Guerre: essai d’historisation ».

Bruno Béthouart (Université du Littoral, Côte d’Opale) : « La petite Thérèse : un recours dans la Grande Guerre ».

Stéphane Michonneau (Université Lille 3) : « La « guerre des vierges » durant la première guerre mondiale ».

 

 

Université Saint-Louis Bruxelles, 19-20 octobre 2017

Charles Mériaux (Université Lille 3) : « Le miracle de guerre dans l’hagiographie franque (VIe-IXe siècle) ».

Alain Dierkens (Université libre de Bruxelles) : « Commemoratio meritorum Ursmari et Ermini quo meruerunt Lobienses ab Hungrorum obsidione eripi. Saints et miracles face aux incursions hongroises en Lotharingie (954-955) ».

François De Vriendt (Société des Bolandistes) : « L’irruption miraculeuse du saint dans les combats : un motif hagiographique ou historiographique ?  Relevé et réflexions à partir de cas issus de l’Europe occidentale (Xe-XIIIe siècle) ».

Jean-Marie Sansterre (Université libre de Bruxelles) : « Miracles et absence de miracles dans les guerres contre les musulmans en Orient et dans la péninsule ibérique aux XIIe-XIIIe siècles ».

Catherine Vincent (Université Paris 10) : « Le poids de la guerre dans la fréquentation des sanctuaires à la fin du Moyen Âge ».

Philippe Desmette (Université Saint-Louis – Bruxelles) : « Commémorations de victoires militaires et providentialisme, XVe-XVIIIe siècle ».

Nicolas Balzamo (Fonds national suisse / Université Rome I) : « Les miracles accomplis par des images aux XVe-XVIe siècles afin d’en dégager les  caractères structurels ».

Nicolas Le Roux (université Lyon 2) : « Miracles militaires 1589-1590 : Henri IV contre les ligueurs ».

Nicolas Guyard (Université Lyon 2) : « De la guerre à la croisade, les miracles dans la campagne contre les huguenots en 1621 ».

Philippe Martin (Université Lyon 2) : « Miracles et providentialisme durant la Révolution ».

Matthias Maudoux (Licencié en histoire) : « Les Anges de Mons (23-24 août 1914) : autour d’une « légende » et de son interprétation ».

Frédéric Gugelot (Université de Reims) : « La rationalité de l’irrationnel. Le recours aux pratiques magiques pendant la Grande Guerre ».

Marc Lindeijer (Société des Bollandistes) : « Did God Lead Him? Walter Ciszek on Divine Providence in Prison and in Labor Camps ».

Christian Sorrel (Université Lyon 2) : « Apparitions mariales, miracle et seconde guerre mondiale : une conjoncture originale ? » 

Informations pratiques

Lieux

27-28 septembre 2017 : Lyon, Université Lyon II

19-20 octobre 2017 : Bruxelles, Université Saint-Louis – Bruxelles

 

Comité organisateur :

Prof. Ph. Desmette (Université Saint-Louis – Bruxelles)

Prof. Ph. Martin (Université Lyon II)

 

Comité scientifique

Philippe Desmette (Université Saint-Louis – Bruxelles)

Robert Godding (Société des Bollandistes)

Philippe Martin (Université Lyon II)

Silvia Mostaccio (Université catholique de Louvain)

Christian Sorrel (Université Lyon II)

Catherine Vincent (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

 

Contact : philippe.desmette@usaintlouis.be et philippe.martin@univ-lyon2.fr

Colloque – Conflict Management in the Mediterranean and the Atlantic, 1200-1800: Actors, Institutions and Modes of Dispute Settlement

Congrès international:

Titre: Conflict Management in the Mediterranean and the Atlantic, 1200-1800: Actors, Institutions and Modes of Dispute Settlement

Lieu: Paris, IHMC-Paris I Panthéon-Sorbonne

Date de l’événement: 5-7/10/2017

 

Source de l’info:

https://www.universiteitleiden.nl/binaries/content/assets/geesteswetenschappen/institute-for-history/brochure-mcm-oct-2017.pdf

 

Colloque – Étude et réception de l’Antiquité romaine au siècle des Lumières : perspectives croisées

Titre : Étude et réception de l’Antiquité romaine au siècle des Lumières : perspectives croisées

Lieu : Sénat académique – 1 Place de l’Université, 1348 Louvain-la-Neuve

Date de l’événement : 06/10/2017

Au cours du siècle des Lumières, le continent européen est marqué, dans son ensemble, par un « universel retour à l’Antiquité » (M. Fumaroli) dans les domaines de l’art, de la culture ou encore de la recherche scientifique. L’histoire romaine figure parmi les sujets de prédilection des intellectuels du 18e siècle qui souhaitent aborder cette période dans une optique nouvelle : les travaux et les dissertations, souvent illustrés, se veulent en effet plus critiques et plus concis que les sommes volumineuses composées au cours des 16e et 17e siècles. À la même période, l’étude des vestiges antiques (monuments, inscriptions, monnaies, représentations iconographiques…) connaît une véritable révolution, notamment grâce aux campagnes de fouilles menées dans la péninsule italienne et au développement de nouvelles approches prônées par des autorités de renom telles que Bernard de Montfaucon ou le comte de Caylus.

Un grand nombre d’intellectuels du siècle des Lumières vont se pencher sur ce passé romain, dans le cadre d’études individuelles ou de recherches collectives de grande ampleur : les contacts entre érudits sont nombreux et parfois institutionnalisés par la création d’Académies qui favorisent l’émergence de projets collaboratifs. Bien souvent, ces recherches sont soutenues par les autorités politiques, soucieuses de promouvoir les Lettres, les Arts et les Sciences dans leur(s) état(s) et d’en accroître ainsi le rayonnement culturel.

L’objectif poursuivi lors de cette journée d’étude sera d’approfondir les questions de l’interprétation et de la réception de l’histoire romaine dans l’Europe du 18e siècle : il s’agira donc d’étudier l’appropriation de l’Antiquité classique par les intellectuels des Lumières mais aussi, plus généralement, leur rapport au passé. La perspective envisagée, internationale, envisagera prioritairement les espaces français, italiens et belges. Elle est également résolument  interdisciplinaire puisqu’il s’agira de réunir des spécialistes issus de différentes disciplines afin de traiter de cette thématique par le biais de divers aspects d’ordre historique, culturel et archéologique.

La journée d’étude comportera une session abordant la réception des textes des auteurs antiques au XVIIIe siècle, deux sessions portant sur le développement de l’antiquarisme et d’une forme de « proto-archéologie » à cette période et une session de présentation de posters par des doctorants et de jeunes chercheurs.

Programme

 

10:00-10:15 : introduction by Marco Cavalieri (University of Louvain, Belgium).

 

Session 1 : Roman History and litterature in the Eigtheenth Century (chair : Aline Smeesters, University of Louvain)

10:15-10:45 : Ida Gilda Mastrorosa (Università degli studi, Florence, Italy) : « Louis de Beaufort et la construction de la mémoire familiale dans la Rome antique ».

10:45-11:15 : Étienne Famerie (University of Liège, Belgium) : « La réception de l’Abrégé d’art militaire de Végèce en France au XVIIIe siècle ».

 

11:15-11:30 : coffee break.

 

Session 2 : Antiquarians, numismatists and archaeologists I (chair : Annie Verbanck-Piérard, Musée Royal de Mariemont)

11:30-12:00 : François de Callataÿ (Université libre de Bruxelles / Royal Library of Belgium) : « Les collections de monnaies romaines à travers le XVIIIe siècle ou la déroute des antiquailles ».

12:00-12:30 : Olivier Latteur (University of Namur and University of Louvain, Belgium) : « La Dissertatio de antiquis romanorum monumentis de Pierre-Joseph Heylen, premier inventaire des vestiges romains situés dans l’espace belge (1783) ».

 

12:30-14:00 : lunch.

 

Session 3 : Antiquarians, numismatists and archaeologists II (chair : Athéna Tsingarida, Université libre de Bruxelles)

14:00-14:30 : Véronique Krings (Université de Toulouse Jean-Jaurès, France) : « Relevés épigraphiques et dessins d’antiquités dans le Midi de la France : Jean-François Séguier, Léon Ménard et le marquis d’Orbessan autour des années 1750 ».

14:30-15:00 : Marco Cavalieri (University of Louvain, Belgium) : « Entre esthétique et recherche. La documentation archéologique dans le duché de Parme et Plaisance à l’époque des Bourbons ».

15:00-15:30 : Chantal Grell (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, France) : « Les réactions des amateurs et des antiquaires face à la découverte des cités vésuviennes ».

 

15:30-15:45 : coffee break.

 

15:45-16:45 : Poster session (chair : Françoise Van Haeperen, University of Louvain) :

  • Benoît Pilot (independant scholar, France), « Jean-François Séguier et le marquis d’Orbéssan, une correspondance d’ « antiquaires » dans la seconde moitié du XVIIIe siècle ».
  • Anna Guédon (Université de Toulouse Jean-Jaurès, France), « La documentation isiaque de l’Empire romain dans le Recueil d’antiquités du comte de Caylus ».
  • Déborah Moine (University of Louvain, Belgium), « De fascination en fascination : la Mensa Isiaca chez Bernard de Montfaucon ».
  • Céline Trouchaud (Université de Toulouse Jean-Jaurès, France), « La « mèche d’Horus », une création du siècle des Lumières anglais ? »
  • Sarah Andrès (Université Paris-Sorbonne, France), « Imagines illustrium : les galeries de portraits antiques à l’époque moderne ».
  • Novella Lapini (Università degli studi, Firenze, Italy), « Tacite traduit en sculpture. Une lecture peu connue d’Annales III 1, 4 ».
  • Christophe Burgeon (University of Louvain, Belgium), « La récupération d’exempla moraux de la période romaine chez Philippeaux ».
  • Katia Michini (Università degli studi di Pavia, Italy), « Reminiscences of Classical Antiquity in the Garden of Torre de Picenardi ».

16h45-17h15 conclusion (chair : Odile Parsis-Barubé, Université Lille 3, France).

 

Source de l’info :

https://uclouvain.be/fr/instituts-recherche/incal/cema/evenements/etude-et-reception-de-l-antiquite-romaine-au-siecle-des-lumieres.html

Colloque – Planifier, combattre, occuper : Nouvelles perspectives de l’Histoire des opérations militaires (XIIIe-XXe siècles)

Journée d’étude des doctorants du Service historique de la Défense (SHD)

Titre: Planifier, combattre, occuper : Nouvelles perspectives de l’Histoire des opérations militaires (xiiie-xxe siècles)

Lieu: Château de Vincennes, Pavillon du Roi, Salle des Cartes.

Date de l’événement: 26/09/2017

Source de l’info:

http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/?q=content/journ%C3%A9e-d%C3%A9tude-26-septembre

Colloque – Des métiers au corporatisme dans les villes brabançonnes (moyen âge – 20e s.)

Des métiers au corporatisme dans les villes brabançonnes (moyen âge – 20e siècle)

Dates : 15-16 septembre 2017

Lieu : Bâtiment Erasme, salle Juste Lipse, Faculté des Lettres KU Leuven (Blijde Inkomsstraat 21, 3000 Louvain)

Programme

Vendredi 15 septembre 2017
9.30 u. Ontvangst en registratie

10.00 u. Verwelkoming door prof. dr. Jo Tollebeek, decaan van de Faculteit Letteren (KU Leuven) en opening door prof. dr. Guido Marnef (Universiteit Antwerpen), voorzitter van de Stichting

10.30 u. Prof. dr. Bert De Munck (Universiteit Antwerpen) en prof. dr. Jelle Haemers (KU Leuven): Het politiek zelfbewustzijn van ambachtslieden: een lange termijn-perspectief

11.15 u. Koffiepauze

11.30 u. Drs. Thibault Jacobs (Université libre de Bruxelles) : Ambachtsgasthuizen in het veertiende-eeuwse Brussel en Mechelen. Over de redenen om een hospitaal te stichten en te beheren

12.00 u. Dra. Hadewijch Masure (Universiteit Antwerpen) : Solidariteit binnen ambachten in de Zuidelijke Nederlanden, 1250-1600

12.30 u. Discussie
13.00 u. Lunch

14.00 u. Dr. Brecht Dewilde (KU Leuven) : ‘Denkarbeid’: reflecteren en schrijven over ambachten in de negentiende en twintigste eeuw

14.30 u. Dr. Dirk Luyten (Cegesoma) : Het ‘reëel bestaande
Brabantse corporatisme’ van het Ancien Régime in de constructie van een modern Belgisch corporatisme in de jaren 1930 en 1940

15 u. Discussie
15.30 u. Koffiepauze

16.00 u. Stadsbezoek: thematische wandelingen naar keuze

18.00 u. Receptie aangeboden door de stad Leuven in het stadhuis
19.30 u. Diner voor de sprekers

 

Samedi 16 septembre 2017
10.00 u. Dr. A.J.C. van Leeuwen (Historische Vereniging Brabant) : Kerkelijke kunstateliers en ambachten in de negentiende eeuw

10.30 u. Prof. dr. Jan De Maeyer (KU Leuven) : De verbeelde middeleeuwen. De negentiende-eeuwse gildebeweging in Brabant in een vergelijkend perspectief

11.00 u. Koffiepauze

11.15 u. Dr. Hans Schippers (Technische Universiteit Eindhoven) : De corporatieve gedachte in Noord-Brabant (1891-1950)

11.45 u. Discussie

12.30 u. Lunch

14.00 u. Einde van het colloquium

 

Inscriptions

Het colloquium is toegankelijk voor alle geïnteresseerden.
Inschrijving (inclusief koffie, receptie, twee lunches en een exemplaar van de Handelingen) : 50 €

Voor studenten (inschrijving, koffie, receptie en twee lunches, zonder de Handelingen) : 15 €

De Handelingen worden in 2018 uitgegeven en verzonden.

Het inschrijvingsgeld moet vóór 15 augustus 2017 worden overgeschreven op rekening van de Stichting De Brabantse Stad :
IBAN : BE 25 4056 0625 5182
BIC : KREDBEBB

met vermelding: « Inschrijving Colloquium
Leuven + naam en voornaam »

Inschrijven vóór 15 augustus door een e-mail te sturen naar
Gustaaf.Janssens@kuleuven.be met opgave van naam, voornaam, functie of hoedanigheid en adres.

Un dépliant en français peut être obtenu sur simple demande.

Contact
Erik.Aerts@arts.kuleuven.be
Erasmushuis lokaal 5.21
Blijde Inkomststraat 21 bus 3307
B-3000 Leuven
Tel. +32 (0)16 32.49.84

 

Publication – Revue Early Modern Low Countries

Table of contents Early Modern Low Countries – volume 1, issue 1 (2017)
The very first issue of the multidisciplinary Open Access journal Early Modern Low Countries is now available online! Early Modern Low Countries is dedicated to the study of the history and culture of the Low Countries between 1500 and 1830. It is published by Uopen Journals (Utrecht University) and will appear twice a year.
We consider it as our mission to offer a home to state-of-the-art academic scholarship on any aspect of the early modern Low Countries and their overseas territories. If you want to stay informed about new issues or other developments please take a few moments to register.
Early Modern Low Countries is a peer-reviewed journal. Articles are refereed by internal and external experts with different disciplinary backgrounds. We will consider new contributions in the fields of history, literary studies, art history, and related areas of study. We also welcome suggestions for book reviews or notes. If you want to contribute to Early Modern Low Countries please visit our website.
The following is the table of contents of the first issue:
Articles
 
Anne-Laure Van Bruaene and Sarah Van Bouchaute
 
Martine van Elk
 
Dirk van Miert
 
Maartje Stols-Witlox
 
Lina Weber
 
Klaas Van Gelder
 
Book reviews
 
Brecht Dewilde
 
Eric Jan Sluijter
 
Erik Swart
 
 
 
 
Early Modern Low Countries is an initiative of the Study Group Seventeenth Century and the Dutch-Belgian Society For Eighteenth-Century Studies. For information about the journal please visit our website or contact one of the members of our team of editors.
 

Conférences – Luther anno 2017

Titre : « Luther anno 2017 – Grenzen aan de vrijheid ? »
Lieu : Anvers
Date de l’événement : 12/10, 9/11, 23/11, 14/12/2017

Résumé/argument :

Op 31 oktober 2017 is het 500 jaar geleden dat Maarten Luther zijn 95 stellingen over de aflaat publiceerde. Het Universitair Centrum Sint-Ignatius Antwerpen (UCSIA) organiseert, in het kader van deze herdenking, een (Engelstalige) publieke lezingenreeks – met seminaries voor studenten – aan de Universiteit Antwerpen, waar op academisch niveau onderzocht wordt hoe het mogelijk was dat de ‘zaak Luther’ zulke enorme weerklank kreeg. De rol van de (toenmalige) moderne media komt aan bod, alsmede de repercussies die Luthers optreden heeft gehad voor de Joodse inwoners van Europa.

Programme

12/10 : Grenzen aan de vrijheid ?

9/11 : Luther en het jodendom

23/11 : Religie, media en propaganda

14/12 : Leven en werk van Luther

Source de l’info : http://www.ucsia.org/main.aspx?c=*UCSIA2&n=122396&ct=122396

CFP – Les réformes religieuses dans les anciens Pays-Bas (16e-17e s.)

« Les réformes religieuses dans les anciens Pays-Bas, XVIe-XVIIe siècles » 
Journée d’étude du Centre de recherche et d’Etudes Histoire et Sociétés (CREHS)

Lieu: Université d’Artois, Maison de la Recherche, Arras (France)
Date de l’événement: 10/11/2017
Date limite de réponse à l’appel : 01/10/2017

Argumentaire

Le programme de recherche pluridisciplinaire La Renaissance dans les Provinces du Nord a été lancé en 2015 avec pour objectif d’étudier, en croisant la diversité des sources, approches et thématiques, la singularité des provinces septentrionales de la France et celles des anciens Pays-Bas (Artois, Brabant, Flandres, Hainaut, Picardie), carrefour d’influences et creuset artistique, à une époque à la fois d’intenses conflits politiques et religieux mais aussi de foisonnement culturel, celle de la Renaissance, considérée sur le temps long, fin XVe – mi-XVIIe siècle.

Deux journées d’études ont déjà eu lieu (6 novembre 2015 et 4 novembre 2016). La première a permis de mettre en place un groupe de travail réunissant différents acteurs de la recherche sur la Renaissance dans les Provinces du Nord (enseignants-chercheurs, chercheurs, doctorants, post-doctorants, conservateurs de musée…). La deuxième fut consacrée à Échanges, hybridité et créativité dans les anciens Pays-Bas, xvie-xviiesiècles.

Comme la plupart des régions d’Europe au cours des XVIe et XVIIe siècles, les territoires constitutifs des anciens Pays-Bas furent secoués par des réformes religieuses aux conséquences d’ampleur inégalée jusqu’alors. Réceptacles de réformes nées ailleurs (luthérianisme, calvinisme, contre-réforme catholique), lieux d’expérimentation de mouvements plus ancrés dans les particularismes locaux (anabaptisme…), terres d’accueil de réfugiés religieux, champs de violents conflits armés fondés sur les dissensions religieuses (guerre de Trente Ans), les anciens Pays-Bas occupent une place singulière et majeure dans la reconfiguration politico-religieuse de l’Europe de la première modernité.

La journée d’études se propose d’interroger ces réformes dans leurs spatialités, temporalités et dimensions spécifiques. En ce sens, les communications peuvent porter sur les thématiques suivantes :

  • Historiographie
  • Religion et théologie
  • Congrégations religieuses
  • Arts et cultures
  • Chambres de rhétorique
  • Sociétés urbaines et rurales et réformes religieuses
  • Politique et réformes religieuses
  • Contacts, mobilités, et échanges transfrontaliers

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont à soumettre pour le 1er octobre 2017 au plus tard (charles.girydeloison@univ-artois.fr) et devront comporter, outre le titre, le nom et la qualité de l’intervenant un court résumé. Les communications pourront être en français ou en anglais et ne devront pas dépasser 30 minutes.

Contact : Pr Charles GIRY-DELOISON, EA 4027 CREHS, Université d’Artois, Maison de la Recherche, 9 rue du Temple, BP 10665, 62030 Arras cedex, France.

Journée d’étude – 05/05/2017 – Le moderniste dans la cité

Le moderniste dans la cité

5 mai 2017, Archives Générales du Royaume (Bruxelles)
Inscription via le formulaire ci-dessous

Argumentaire

Le recul au cours des années 70 et 80 des grands paradigmes explicatifs, comme le marxisme, le structuralisme et la théorie des systèmes[1], a entraîné une part des sciences humaines et sociales – tout particulièrement les chercheurs qui ont fait du passé leur objet d’étude – à réinterroger leurs pratiques et le sens de leur travail, les conduisant à prendre ce qu’on a qualifié de « tournant critique » ; voire de « crise »[2]. Comme d’autres avant elle, cette « crise » a aussi été une opportunité ouvrant sur des champs d’investigation originaux, sur de nouveaux développements épistémologiques et sur un dialogue réactualisé avec la société[3]. Mais, comme le montre la parution récente de l’History Manifesto[4], cette « crise », accentuée par la remarquable transformation, ces vingt dernières années, des instances universitaires et du marché du travail des Humanités, a pu également être perçue comme néfaste. En effet, les deux auteurs de cet ouvrage, Jo Guldi et David Armitage, déplorant l’enfermement des historiens dans des recherches de plus en plus spécialisées qui les éloignerait de la société et des pouvoirs de décision, militent pour le retour d’une histoire de la longue durée sur le modèle de celle proposée par Fernand Braudel dans les années cinquante[5]. Ils considèrent ce retour comme à la fois nécessaire face à la multiplication des études de faible portée et réalisable grâce au développement sans précédent des big data.

Sans prendre part directement à la vaste polémique qu’a entraîné cette sollicitation[6] et qui, sous des allures semblables, se retrouve aussi dans d’autres disciplines telles que la littérature[7], nous aimerions saisir la perche tendue et profiter de cette nouvelle journée d’étude de ModerNum pour éclairer pragmatiquement la place qu’occupent aujourd’hui les modernistes dans notre société et la capacité de ces chercheurs à rendre le passé intelligible face aux défis du présent.

La question est d’une part épistémologique. La recherche n’a en effet pas attendu l’History Manifesto pour proposer de nouvelles manières d’interroger l’époque moderne à l’aune du monde contemporain[8]. Il serait intéressant de voir à quel point les modernistes francophones de Belgique participent aujourd’hui à ces questionnements. D’autre part, cette sollicitation concerne toute une série d’acteurs, dans et hors des institutions de recherche, chargés de faire le pont entre l’histoire savante en acte et la société. Nous pensons aux maisons des sciences de l’homme, aux médias généralistes ou à l’enseignement (tout particulièrement aux chercheurs-didacticiens qui réfléchissent aux programmes et aux modalités d’apprentissage). Nous pensons également à la promotion et à la préservation du patrimoine mobilier et immobilier ainsi qu’aux musées et bibliothèques, via notamment leurs services pédagogiques. Nous pensons enfin à la vulgarisation scientifiques plus large, dont les dispositifs concrets de mise en œuvre sont multiples : ouvrages généraux ou visant des publics spécifiques mais aussi manifestations culturelles (par exemple le théâtre), scientifiques (cellules de diffusion des sciences) et/ou citoyennes.

Les questionnements – comme les acteurs qui participent à leur élaboration – sont nombreux et couvrent de vastes domaines du champ social et scientifique. Ils présentent en outre des liens étroits entre plusieurs disciplines telles que l’histoire de l’art, l’histoire, la philosophie ou la littérature. Par son aspect résolument interdisciplinaire, cette rencontre nourrit donc le désir de participer à la formalisation d’un discours autocritique sur notre place, en tant que modernistes, dans l’élaboration du sens que la société d’aujourd’hui se donne. À l’heure où de nombreux gouvernements, institutions et groupes d’intérêts manifestent le désir de statuer motu proprio sur le destin de la recherche en science humaine et sociale, une telle démarche nous semble également bienvenue si nous désirons prendre part activement et de façon éclairée au devenir de nos professions.

Les différentes communications ne devraient pas excéder vingt minutes. À l’issue de chacune des interventions, une courte série de questions-réponses sera engagée avec les auditeurs.

[1] Lyotard J.-F., La condition postmoderne. Rapport sur le savoir, Paris, Les éditions de minuit, 1979.
[2] « Histoire et sciences sociales. Un tournant critique ? », in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, t. 43/2 (1988), p. 291‑293 ; Chartier R., Au bord de la falaise : l’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, A. Michel, 1998.
[3] Boutier J. et Julia D. (dirs.), Passés recomposés. Champs et chantiers de l’histoire, Paris, Ed. autrement, 1995.
[4] Guldi J. et Armitage D., The history manifesto, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.
[5] Braudel F., « Histoire et sciences sociales : la longue durée », in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, t. 13/4 (1958), p. 725‑753.
[6] Voir notamment Annales. Histoire, sciences sociales, La longue durée on débat, t. 70/2 (2015) ; Noiret S., Delafontaine R., Verreycken Q., Arnesen E., « « The History Manifesto » : a discussion », in Memoria e ricerca. Rivista di storia contemporanea, t. 51/1 (2016), p. 97-126.
[7] Voir notamment Schaeffer J.-M., Petite écologie des études littéraires. Pourquoi et comment étudier la littérature?, Vincennes, Thierry Marchaisse, 2011.
[8] Pensons à l’histoire culturelle et des représentations proposées par Roger Chartier ; pensons au boom de l’histoire connectée de Serge Gruzinski et Sanjay Subrahmanyam qui se fonde sur les XVe et XVIe siècles pour formuler un nouveau paradigme explicatif de l’histoire mondialisée (Gruzinski S., L’histoire, pour quoi faire ?, Paris, Fayard, 2015.) ; pensons aussi aux tentatives de Denis Crouzet et de Jean-Marie le Gall pour rendre le terrorisme islamiste intelligible à travers une lecture actualisée des guerres de religion (Crouzet D. et Le Gall J.-M., Au péril des guerres de religion. Réflexions de deux historiens sur notre temps, Paris, PUF, 2015.) ; pensons enfin à l’histoire de l’environnement, de la mémoire ou encore au développement des humanités numériques.

Programme

10h : Accueil

Panel 1 – Présidente de séance : Lise CONSTANT (F.R.S.-FNRS – UCL)

10h30 : Annick DELFOSSE (ULg) : Mots d’accueil
Julien RÉGIBEAU (F.R.S.-FNRS – ULg) : Introduction

11h00 : Quentin VERREYCKEN (F.R.S.-FNRS – UCL / USL-B) – Big data, longue durée et expertise de l’historien.ne : les enjeux soulevés par l’« History Manifesto »

11h20 : Anne STAQUET (UMons) – Détruire la tour d’ivoire du moderniste ou y inviter la foule ?

11h40 : Mathieu FERRAND (UCL) – Quand le chercheur se fait chef de troupe : retour sur le spectacle ‘Combats pour l’Humanisme : Deux revues latines de la Renaissance’

12h00 : Discussion

12h30 : Déjeuner

Panel 2 – Président de séance : Renaud ADAM (F.R.S.-FNRS – ULg)

14h00 : Dominique ALLART (ULg) et Rachel BRAHY (MSH – Liège) – Des Maisons des Sciences de l’Homme en Belgique francophone : des champs d’action pour les disciplines humanistes ?

14h20 : Hélène HAUG (Maison d’Érasme, Anderlecht) – Communiquer nos disciplines : l’université à l’épreuve du musée

14h40 : Discussion – Pause

15h30 : Eric BOUSMAR (Université Saint-Louis) – Histoire publique et public de l’histoire. Quelles places pour l’historien face aux usages ludiques, idéologiques ou mercantiles du passé?

15h50 : Un jour dans l’histoire ou l’histoire (moderne) dans les médias : une rencontre avec Laurent DEHOSSAY (RTBF – La Première)

16h10 : Discussion

16h30 : Conclusions – Valérie LEYH (F.R.S.-FNRS – ULg)

Formulaire d’inscription

Cet événement est organisé avec le soutien de l’ED4, du Laboratoire de Recherches Historiques (LaRHis) et des Archives Générales du Royaume.

Contact: modernum.info@gmail.com

Comité organisateur: R. Adam (F.R.S.-FNRS – ULg), L. Constant (F.R.S.-FNRS – UCL), A. Delfosse (ULg), V. Leyh (F.R.S.-FNRS – ULg) et J. Régibeau (F.R.S.-FNRS – ULg).

Comité scientifique: R. Adam (F.R.S.-FNRS – ULg), S. Barthélemy (F.R.S.-FNRS – UCL), T. Cambrelin (ULB), L. Constant (F.R.S.-FNRS – UCL), S. Guri (ULB), V. Leyh (F.R.S.-FNRS – ULg), R. Loos (UCL), J. Régibeau (F.R.S.-FNRS – ULg).

Conférence – 18/04/2017 – La lyre anthropomorphe C94 de Vienne. Un instrument emblématique de la Renaissance italienne

La lyre anthropomorphe C94 de Vienne. Un instrument emblématique de la Renaissance italienne

Lieu: ULg, Salle Wittert, 7, Place du XX Août, 4000 Liège

Date de l’événement: 18/04/2017, 18h

Conférence organisée avec la collaboration de la Société liégeoise de musicologie.
Source de l’info: ULg

Journées d’étude – 06-07/04/2017 – Religieuses et semi-religieuses entre Gênes et Bruxelles : des agents féminins du catholicisme romain aux frontières du protestantisme

Religieuses et semi-religieuses entre Gênes et Bruxelles : des agents féminins du catholicisme romain aux frontières du protestantisme

Lieu: Université de Franche-Comté. Faculté des Lettres. Grand salon 18, rue Chifflet. 25000 Besançon
Date de l’événement: 6-7 avril 2017

Argumentaire

René Taveneaux a révélé l’action de Rome, après le concile de Trente, pour contenir le flux protestant puis reconquérir les terres perdues, en concentrant ses efforts «autour d’un axe correspondant à l’ancien tracé carolingien qui, parti de l’Italie, prenait l’Europe en écharpe, par le Milanais et la Franche-Comté, atteignait les Pays-Bas et la mer du Nord».

  1. Maintes expériences de vie consacrée féminine ont eu pour terre de naissance et d’expérimentation certaines régions situées sur la «dorsale catholique» (chanoinesses du Saint-Sépulcre, chanoinesses de la Congrégation Notre-Dame, ursulines de Dole, tiercelines, bénédictines réformées de la Paix Notre-Dame, capucines de Flandre…). Mais c’est l’ordre de l’Annonciade céleste qui dessine de manière la plus évidente cette ligne de front avec des monastères établis du Nord de l’Italie aux Pays-Bas méridionaux comme autant de citadelles de prières face à la menace protestante. Le choix délibéré par les acteurs féminins, religieuses ou semi-religieuses, apostoliques ou contemplatives, de la «dorsale catholique» comme espace privilégié d’implantation et de développement d’une reconquête et d’une réforme spirituelles demeure toutefois à confirmer. Il sera éclairant d’interroger et de comparer les récits de fondations de l’ensemble des communautés évoquées ci-dessus pour y découvrir les raisons qui ont pu les déterminer à élire ce couloir pour y développer leurs projets et de repérer les traces d’une prise de conscience de missions communes et particulières à accomplir en fonction de cette situation aux portes du protestantisme. On se penchera évidemment sur le profil des figures de proue, fondatrices d’ordres ou de maisons comme Alix Le Clerc, Anne de Xainctonge et Claudine de Boisset, Marguerite Borrey et Cristina Madruzzo, Florence de Werquignoeul… On se demandera notamment quelles ont été leurs facultés d’adaptation à une réalité de terrain et leurs aptitudes à répondre aux besoins spécifiques d’une région. Les circonstances entourant le déploiement de ces communautés religieuses seront également analysées avec soin. Il conviendra notamment de préciser les types de stratégies mises en place par les intéressées pour s’intégrer à un «appareil défensif savant et méticuleusement agencé, des tiné à lutter contre toute infiltration s’exerçant aux frontières» (Taveneaux), et y porter un projet de réforme intérieure ou à destination de la société. Par ailleurs, on ne manquera pas de faire état des difficultés rencontrées et des échecs encourus, en analysant leurs causes et leurs effets. Seront non seulement prises en compte les oppositions ponctuelles à la fondation de certains couvents mais aussi les condamnations plus radicales de certains projets ambitieux comme celui de Mary Ward et de ses «jésuitesses». Cette zone d’entre-deux constituera ainsi un terrain d’observation des interactions entre ces mondes féminins et leurs entourages respectifs ainsi que de la circulation des personnes qui collaborent à leurs projets (ou les contrecarrent). On sera donc attentif au rôle de tous les acteurs/actrices impliqués dans ces processus de fondation (autorités civiles et religieuses, autres réguliers, bienfaiteurs/trices laïques, réseaux familiaux…), en s’interrogeant sur ce qui, dans leurs manières d’agir, pourrait éventuellement apparaître comme une spécificité de l’espace considéré. Si politique d’expansion spécifique de la part de certains ordres il y eut, il sera intéressant de la comparer avec celle d’autres ordres qui n’ont pas limité leurs fondations à cette zone (Carmel déchaussé, Visitation…). On ne saurait en effet ignorer que ce fut une grande partie de l’Europe qui se couvrit d’institutions nouvelles axées sur la participation active des femmes à l’effort de reconquête spirituelle voulue par l’Église Afin de confirmer ou  non l’hypothèse de stratégies d’implantation sur ce limes, l’on se demandera si leurs établissements y furent plus nombreux qu’ailleurs. Les individualités les plus dévotes et combatives n’étaient-elles pas tentées de s’y retrouver? On ne manquera pas non plus de rapprocher l’histoire de ces implantations avec celle de certains ordres masculins qui semblent eux-aussi y avoir été particulièrement présents.
  1. Dans le prolongement des enquêtes menées sur les spécificités de ce territoire en matière d’expériences religieuses, on s’intéressera en outre aux processus qui amènent des établissements installés de longue date sur ces terres à se positionner de manière originale en faveur ou en marge des réformes en cours (chapitres nobles, bénédictines, cisterciennes, franciscaines, chartreuses…). Les réformes entreprises y présentent-elles des caractéristiques particulières, propres aux régions envisagées? Y sont-elles reçues et appliquées de la même manière qu’ailleurs? La résistance de certaines communautés reposent-elles sur des arguments spécifiques? Portent-elles sur des points particuliers (clôture, rapport au monde, juridictions, régularité, dévotions…)? On se penchera notamment à nouveaux frais sur les chapitres nobles, eux aussi massés sur ces frontières et dont il faut reconsidérer de fond en comble l’histoire à l’époque de la Réforme catholique. Comment justifient-ils leur existence dans ce contexte et donc leur résistance à des tentatives brutales de réforme de leurs établissements (nécessaires adaptations aux contraintes sociales)?
  1. Enfin, on examinera également les processus de fondation et les modes de fonctionnement de congrégations ou de compagnies (Dames de la Charité, Dames de la Purification) qui permettent à des laïques de se mettre au service de la Réforme catholique tout en restant attachées aux différents devoirs de leurs états respectifs. On dressera ainsi un bilan des recherches menées en archives sur ces institutions féminines, qui devrait permettre, avec la collaboration d’autres chercheurs, de confirmer ou non l’hypothèse d’une stratégie d’implantation sur cette ligne de front et d’apprécier l’investissement spécifique de ces femmes dans les œuvres de la Réforme catholique.

Jeudi 6 avril

Présidence: Anne WAGNER (U. FRANCHE-COMTÉ)

14h Accueil

14h15-15h Introduction par Corinne MARCHAL et Marie-Élisabeth HENNEAU

15h-15h10 Mot d’accueil par Paul DIETSCHY, directeur du Centre L. Febvre

15h10-15h40 Bertrand MARCEAU (EFR) Une frontière politico-religieuse? Les cisterciennes de la Dorsale catholique au XVIIe siècle

15h40-16h10 Marie-Élisabeth HENNEAU (U. Liège) L’implantation des monastères féminins sur la Dorsale: un choix délibéré de «Contre-Réforme»?

16h10-1630 Pause

16h30-17h Andreas NIJENHUIS-BESCHER (U. Savoie-Mont-Blanc) Des femmes au front confessionnel. Les klopjes néerlandaises aux confins de la catholicité tridentine

17h-17h30 Jean-Marc LEJUSTE (U. Lorraine) La novice face à son choix de vie, l’engagement religieux dans les diocèses lorrains XVIe–XVIIIe s.

17h30-18h Discussions

Vendredi 7 avril

Présidence: Philippe MARTIN (U. Lyon 2)

9h-9h30 Odon HUREL (CNRS) Le parcours de Catherine de Bar sur la Dorsale catholique

9h30-10h Fabienne HENRYOT (Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne) Élisabeth de Brème, en religion Benoîte de la Passion

10h-10h15 Pause

10h15-10h45 Julie PIRONT (FNRS /U. Liège) Bastions de pierres et de prières aux marges de la catholicité: objectifs, méthode et premiers résultats de la comparaison architecturale de couvents féminins établis dans les villes frontalières (1597-1677)

10h45-11h15 Bénédicte GAULARD (U. Bourgogne) Contrer la Réforme par l’image. La décoration des couvents féminins comtois aux XVIIe et XVIIIe s.

11h15-11h35 Discussions

Déjeuner

Présidence: Christophe Leduc (U. Artois)

13h30-14h Céline Drèze (U.C.Louvain) Les pratiques liturgiques chez les bénédictines de la Paix Notre-Dame: le reflet d’une spécificité de la Dorsale catholique?

14h-14h30 Corinne MARCHAL (U. Franche-Comté): Les dames nobles de Franche-Comté confrontées à l’esprit de Trente (XVIIe-XVIIIe s.)

14h30-15h Discussions

15h-15h45 Conclusions par Odon HUREL et Hugues DAUSSY

Source de l’info: ULg