Archives par mot-clé : annonce

Colloque – 26-27/02/2015 – Les techniques constructives dans les écrits d’architecture entre Italie, France et anciens Pays-Bas (16e-début 18e siècle)

Les techniques constructives dans les écrits d’architecture entre Italie, France et anciens Pays-Bas (16e-début 18e siècle) 

Colloque international organisé par l’Université catholique de Louvain en collaboration avec l’Université de Namur
Namur, Université de Namur – Bruxelles, Palais des Académies

Comité organisateur

  • Philippe Bragard (UCL)
  • Caterina Cardamone (UCL)
  • Pieter Martens (UCL)
  • Mathieu Piavaux (Université de Namur)

Comité scientifique

  • Philippe Bragard (UCL)
  • Caterina Cardamone (UCL)
  • Ralph Dekoninck (UCL)
  • Maarten Delbeke (Universiteit Gent, Universiteit Leiden)
  • Pieter Martens (UCL)
  • Mathieu Piavaux (Université de Namur)
  • Jean-Louis Vanden Eynde (UCL)

Intervenants :

  • Francesco Benelli (Columbia University)
  • Philippe Bragard (UCL)
  • Caterina Cardamone (UCL)
  • Krista De Jonge (KU Leuven)
  • Ralph Dekoninck (UCL)
  • Maarten Delbeke (Universiteit Gent, Universiteit Leiden)
  • Isabelle Gilles (Université de Liège)
  • Jeroen Goudeau (Radboud Universiteit Nijmegen)
  • Hubertus Günther (Universität Zurich, LMU München)
  • Patrick Hoffsummer (Université de Liège)
  • Frédérique Lemerle (CESR, Tours)
  • Pieter Martens (UCL)
  • Pier Nicola Pagliara (EPFL, Lausanne ; CISA Palladio, Vicenza)
  • Yves Pauwels (Université François Rabelais, Tours)
  • Mathieu Piavaux (Université de Namur)
  • David Vanderburgh (UCL)
  • Jean-Louis Vanden Eynde (UCL).

Détails pratiques & Inscriptions

Jeudi 26 février – Namur
De 19h00 à 21h00
Université de Namur
Faculté de Philosophie et Lettres – local L22
Rue de Bruxelles 61
5000 Namur

Vendredi 27 février – Bruxelles
De 9h00 à 17h30
Palais des Académies – Salle Prigogine
Rue Ducale 1
1000 Bruxelles

Participation gratuite mais inscription obligatoire. Pour s’inscrire, envoyer un courriel avant le 15 février 2015 à Caterina Cardamone et Nathalie Coisman.

Source : GEMCA.

CFP – Écritures et représentations du conflit dans la culture italienne du Moyen-âge à nos jours

SIES – Société des Italianistes de l’Enseignement Supérieur

Appel à communication – Journée jeunes chercheurs – 11 juin 2015

Écritures et représentations du conflit dans la culture italienne du Moyen-âge à nos jours 

En Italie, le conflit apparait souvent comme une forme de confrontation ancrée dans l’évolution historique et sociale nationale. Si le conflit consiste parfois en un affrontement direct, il peut également, et c’est la perspective que nous souhaitons développer, prendre la forme d’une « tenson », d’une joute verbale, d’un échange polémique. La discussion entendue comme débat dans lequel la parole de l’adversaire est aussi bien soupesée et soumise à vérification que tournée en dérision et dénaturée, s’exprime à travers des langages variés (littéraire, artistique, journalistique, etc.). Ces langages ont en commun la recherche d’un angle d’approche qui alimente à son tour la poursuite de l’échange et contribue parfois à sa virulence. Nous privilégierons les communications qui analyseront l’origine et le développement de ces conflits littéraires, sociaux, politiques. Cependant, la circulation et la réception du conflit pourront également être considérées à la lumière des prolongements, des inflexions et/ou des ruptures qu’ils suscitent.

Session Moyen Âge et Renaissance :
Cette session sera centrée sur les formes de l’échange polémique au sein des genres littéraires, de l’épître dédicatoire, à la préface, au pamphlet, etc. Les communications pourront analyser l’évolution du débat conflictuel à l’intérieur des genres qui l’hébergent et contribuent cependant à son développement. Alors que le conflit prend la forme du débat polémique au sein de l’humanisme italien, ses modalités sont multiples : « tenzone », « contrasto », l’« altercatio », mais aussi dialogue d’ascendance platonicienne, lettre dédicatoire, etc.

Session époque moderne et contemporaine :
On s’attachera dans le cadre de cette session à mettre au jour le rapport entre le conflit et l’évolution du rôle de l’intellectuel au sein de la culture et de la société italienne contemporaine. En effet, la fonction de l’intellectuel, souvent complexe et contradictoire, permet notamment aux conflits de trouver une expression à travers la presse d’opinion, les revues littéraires, les diverses écritures théâtrales, la littérature en général, le cinéma, les arts, etc.

 Comité scientifique :
Donatella Bisconti, Université Blaise Pascal-Clermont-Ferrand, Pérette-Cécile Buffaria, Université de Lorraine, Barbara Meazzi, Université de Nice-Sophia Antipolis, Flaviano Pisanelli, Université Paul-Valéry–Montpellier 3, Nicolas Violle, Université Blaise Pascal-Clermont-Ferrand.

Organisation, contact : irene.cacopardi(at)gmail.com

Les propositions de communication (assorties d’un titre, d’un résumé d’une quinzaine de lignes, d’une brève notice biographique, du nom du directeur de recherche et de l’indication du centre de recherche de rattachement) doivent parvenir avant le vendredi 21 Février 2015, délai de rigueur, aux adresses suivantes : irene.cacopardi(at)gmail.comflaviano.pisanelli(at)univ-montp3.fr

Les réponses du comité scientifique seront transmises aux intéressés le samedi 6 avril 2015. Seules seront prises en considération les propositions émanant de doctorants, ou de jeunes chercheurs ayant soutenu leur thèse moins d’un an avant cette journée des doctorants/ jeunes chercheurs, (soit avant juin 2014). Il est vivement conseillé aux doctorants de soumettre leur proposition à leur directrice/directeur de thèse avant de l’envoyer au comité scientifique de cette journée.

Source : Fabula.

Publication – DELACOMPTEE J.-M., Passions. La Princesse de Clèves

Jean-Michel Delacomptée, Passions. La Princesse de Clèves, préface de Pierre Bayard, Arléa Collection, 2014, 168 p.

ISBN : 978-2-36308-069-1
EAN : 9782363080691
Prix : 17€

arton892

La Princesse de Clèves, roman de Madame de Lafayette, fut publié en mai 1678, sans nom d’auteur. 1558, la cour du roi Henri II, durant la dernière année de son règne. Mlle de Chartres a quinze ans lorsqu’elle paraît au Louvre. Le prince de Clèves, homme d’une grande droiture morale, tombe amoureux d’elle dès qu’il l’aperçoit. Ébloui par sa beauté, il la demande en mariage. Mlle de Chartres n’a aucune expérience de l’amour et l’épouse sans être amoureuse de lui. Alors qu’elle est mariée, la princesse de Clèves rencontre, à la cour, lors d’un bal, le duc de Nemours. Naît entre eux une passion immédiate et complexe qu’ils vivront l’un et l’autre dans le tourment, et qui tourmentera et éblouira lecteurs et écrivains jusqu’à nos jours.

Sommaire:

RETOUR VERS LE ROMAN
UNE TRES JEUNE FILLE
SCENES DE COUR
LE COUPLE ORIGINAIRE
LES PARURES
L’AMOUR AUTHENTIQUE
LES FEMMES
LE MARI ET L’AMANT
LE BONHEUR CONJUGAL
EPOUSER M DE NEMOURS

Lien éditeur ici.

Publication – CALHOUN A., Montaigne and the Lives of the Philosophers

Alison Calhoun, Montaigne and the Lives of the Philosophers. Life Writing and Transversality in the Essais, Newark, University of Delaware Press, 2015, co-published with Rowman & Littlefield

EAN : 9781611494808
212p.
Prix: 70$

66546

Présentation :

In his Essais, Montaigne stresses that his theoretical interest in philosophy goes hand in hand with its practicality. In fact, he makes it clear that there is little reason to live our lives according to doctrine without proof that others have successfully done so. Understanding Montaigne’s philosophical thought, therefore, means not only studying the philosophies of the great thinkers, but also the characters and ways of life of the philosophers themselves. The focus of Montaigne and the Lives of the Philosophers: Life Writing and Transversality in the Essais is how Montaigne assembled the lives of the philosophers on the pages of his Essais in order to grapple with two fundamental aims of his project: first, to transform the teaching of moral philosophy, and next, to experiment with a transverse construction of his self. Both of these objectives grew out of a dialogue with the structure and content in the life writing of Plutarch and Diogenes Laertius, authors whose books were bestsellers during the essayist’s lifetime.

Alison Calhoun est assistant professor de français à la Indiana University.

Lien éditeur ici.

Conférence – R. VERMEIR, L’ambition du pouvoir: la noblesse aux Pays-Bas espagnols (16e-17e siècle)

L’Institut des hautes études de Belgique (asbl) de l’Université libre de Bruxelles organise durant le mois de février un cycle de conférences transdisciplinaires.

Dans le cadre de ce cycle, le professeur René Vermeir prononcera une conférence le mercredi 11 février à 19h autour du thème:

« L’ambition du pouvoir : la noblesse aux Pays-Bas espagnols, 16e-17e siècle« .

Programme complet des conférences

Jeudi 5 février 2015 : Véronique VAN DER STEDE, chercheur Musées Royaux d’Art et d’Histoir – titre à déterminer.

Mardi 10 février 2015 : Françoise VAN HAEPEREN, professeur d’histoire romaine à l’UCL – Honorer Dieu ou les dieux dans le port de Rome, Ostie (4e-6e siècle).

Mercredi 11 février 2015 : René VERMEIR, professeur d’histoire moderne à l’UGent – L’ambition du pouvoir :  la noblesse aux Pays-Bas espagnols, 16e-17e siècles.

Lundi 16 février 2015 : François BOUGARD, professeur d’histoire du moyen âge à l’Université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense – Les peseurs du monde, image de la majesté divine et de la majesté royale du IXe au XIIe siècle.

Mercredi 18 février 2015 : Mark HUNYADI, professeur de philosophie morale et politique à l’UCL – La tragédie morale de notre temps.

Mardi 24 février 2015 : Laurent THOLBECQ – professeur-chaire d’archéologie provinces romaines à l’ULB – La Nabatene et la province romaine d’Arabie : recherches archéologiques récentes à Petra (Jordanie) et à Hegra (Arabie Saoudite).

Jeudi 26 février 2015 : Pascale JAMOULLE, anthropologue (UMons, UCL, SSM Le Méridien) – Non-dits et ruptures dans les parcours d’immigration.

Adresse & informations pratiques :

Toutes les conférences débutent à 19h.
Institut des Hautes Etudes de Belgique (asbl)
Avenue Jeanne 44 (rez-de-chaussée)
ULB – CP 124
1050 Bruxelles
Tél : +32-2-649-75-39 ou +32-2-650-33-43
Courriel : iheb(at)ulb.ac.be

Source : site de l’IHEB.

CFP – Le siècle de la légèreté : émergences d’un paradigme du XVIIIe s. français

Le siècle de la légèreté : émergences d’un paradigme du XVIIIe siècle français

Journée d’études, Maison française d’Oxford, 15 mai 2015

Organisée par Marine Ganofsky (University of St Andrews) & Jean-Alexandre Perras (MFO-Voltaire foundation, Oxford)

Tandis que Voltaire écrivait à propos des Français que « la légèreté et l’inconstance ont fait le caractère de cette aimable nation », Caraccioli remarquait qu’« il y a longtemps qu’on accuse les Français de légèreté », mais « il y a longtemps qu’ils ne cherchent pas à s’en corriger ». Si la légèreté devient une question nationale pour la France du XVIIIe siècle, c’est surtout afin de promouvoir les « vertus civiles » dont elle serait le lieu par excellence. La nation française serait trop inconstante pour être sérieusement mauvaise. Cependant, cette légèreté du siècle ne fait pas l’unanimité, loin s’en faut, et plusieurs auteurs condamnent l’inconséquence d’esprit propre à leur siècle, faisant de la légèreté l’un des paradigmes autour duquel tout un siècle se définit, ou contre lequel il s’insurge. Mais cette notion ne concerne pas uniquement ces questions de morale, et s’applique à tous les domaines des connaissances humaines. Les amateurs louent la légèreté des œuvres qu’ils commentent, les auteurs allègent leur plume afin de la faire mieux courir, les scientifiques s’interrogent sur cette qualité de la matière… Enfin, couronnant le siècle de la légèreté, le ballon des frères Montgolfier et autres aérostats flottent dans l’azur et enchantent en les survolant les foules enthousiastes. Le siècle le plus léger est aussi celui qui s’est le premier élevé jusqu’aux cieux.

Propre à la façon dont le siècle se construit et se perçoit, la légèreté du XVIIIe siècle habite encore l’historiographie de la période. Pour ses successeurs, les représentations du XVIIIe siècle ne se limitent pas à un siècle des Lumières sérieux et progressiste, mais construisent aussi un siècle de la Légèreté, futile et immoral. Entre la bourgeoisie industrieuse du XIXe siècle considérant avec quelque nostalgie les voluptés des fêtes galantes, et l’intérêt de notre époque célébrant la frivolité (et la commercialité) du siècle de Marie-Antoinette et de Fragonard, il est certain que le XVIIIe siècle en sa légèreté n’a jamais cessé de séduire. Enfin, depuis quelques décennies, l’intérêt des universitaires, des romanciers, des cinéastes et des artistes pour cet aspect du XVIIIe siècle a beaucoup contribué à la pérennité, auprès d’un public de plus en plus vaste, du fantasme d’un dix-huitième siècle frivole, galant, voluptueux, riant : léger.

Ainsi, qu’elle soit l’objet d’une conquête (scientifique, morale, esthétique, etc.) ou de constructions historiques, la légèreté du XVIIIe siècle s’impose comme un paradigme dont il s’agira de soulever les enjeux, dans une perspective critique et historiographique. Cette démarche sera l’objet d’une journée d’études interdisciplinaire, qui aura lieu à la Maison française d’Oxford, le 15 mai 2015.

  • Quels liens les développements des belles-lettres françaises au XVIIIe siècle entretiennent-ils avec la notion de légèreté ? Dans quelle mesure l’opposition à lagravitas des Anciens a-t-elle contribué à définir une certaine légèreté stylistique correspondant aux modes littéraires et permettant d’explorer de nouvelles possibilités littéraires ? Par ailleurs, plusieurs genres littéraires étaient accusés de publier une dangereuse futilité et une frivolité coupable : ainsi des contes et des romans ; dans quelle mesure les auteurs ont-ils répondu à ces accusations ? Ou encore, la littérature française abonde en personnages légers, depuis les petits-maîtres jouisseurs et inconstants jusqu’aux sylphes et autres personnages plus ou moins palpables, en passant par les femmes et les petits abbés « à vapeurs ».
  • Les mémoires et les correspondances des contemporains abondent en commentaires et en réflexions faisant état de la légèreté du siècle. Quelles représentations ont inspiré pareils discours ? Dans quelle mesure ont-ils contribué à façonner la postérité d’un XVIIIe siècle comme siècle de la légèreté ?
  • Dans le domaine de la philosophie, plusieurs essais ont été écrits qui mettent en scène la frivolité, la joie, le plaisir sous un jour avantageux, tandis que la morale elle-même, peut-être en cherchant l’équilibre entre le docere et le placere, a été absorbée dans des récits plaisants et d’apparence superficielle, en cherchant à s’exprimer à travers des contes faits à plaisir et autres fables légères.
  • Dans les arts visuels et la critique d’art naissante, la légèreté peut être vue comme une qualité essentielle du peintre, tout en se faisant sujet de ses compositions, dont les « fêtes galantes » de Watteau, la Bulle de savon de Chardin, l’Escarpolette de Fragonard ou l’Oiseau mort de Greuze peuvent être des représentants exemplaires (pour les contemporains comme pour la postérité) de la légèreté morale du siècle.
  • En architecture, la légèreté a été définie comme « le peu de matière » et l’ouverture de la structure. Comment ces qualités ont-elles été interprétées par rapport aux différents styles architecturaux comme le gothique, le rococo, etc. ?
  • En musique, dans quelle mesure la légèreté est-elle une caractéristique du style français ; en quoi, par exemple, est-elle un enjeu de la Querelle des Bouffons?
  • En histoire des sciences et de la médecine, entre la théorie des vapeurs et les ballons des frères Montgolfier, comment la légèreté devient-elle un élément central dans les efforts accomplis pour comprendre ou maîtriser la nature ?
  • Enfin, d’un point de vue historiographique, quelle fortune critique la légèreté du XVIIIe siècle a-t-elle connu au cours des siècles suivants? Comment les différentes nations d’Europe, de même que les périodes suivantes se sont-elles définies à travers ou par opposition à la légèreté du XVIIIe siècle français ? Qu’indiquent ces représentations quant aux  cultures et aux époques qui les ont façonnées ?

Nous invitons les personnes intéressées à nous faire parvenir une proposition de communication d’environ 300 mots, ainsi qu’une courte bio-bibliographie, avant le 15 février 2015, aux adresses suivantes :

Mg216@st-andrews.ac.uk
jean-alexandre.perras@mod-langs.ox.ac.uk

Avec le soutien de:

  • Society for French Studies
  • TORCH (The Oxford Research Centre in the Humanities)
  • The Voltaire Foundation 

CFP – Héroïsme féminin, héroïnes et femmes illustres, XVIe et XVIIe s. : une représentation sans fiction

Héroïsme féminin, héroïnes et femmes illustres, XVIe et XVIIe siècles : une représentation sans fiction

Strasbourg, 28-30 janvier 2016

Il n’est sans doute pas innocent qu’en 1647, Vaugelas ouvre ses Remarques sur la langue française par une série de considérations sur la prononciation de héros, différentes d’héroïne et d’héroïsme : la famille lexicale est sur toutes les langues, au masculin comme au féminin. Si l’on en croit le lexicographe, le rapport entre les genres est d’équivalence lorsque le siècle s’achève. L’héroïne se définit comme une « fille ou femme qui a des vertus de héros, qui a fait quelque action héroïque » : la Pucelle d’Orléans, Judith, Lucrèce (Furetière, Dictionnaire Universel, 1690). On n’a jamais autant écrit sur les héroïnes et femmes illustres pendant le siècle qu’entre la Renaissance et 1650, où le dérivé féminin du grec herôs connaît une fortune extraordinaire ; tout y concourt, en un temps où la régente Anne d’Autriche fait l’objet d’éloges dithyrambiques, avant que la Fronde n’ait raison de cette inflation, tandis que le XVIIIe siècle s’ouvrira sur l’acte symbolique de la destruction sur ordre de Louis XIV (1711), quatre ans avant la fin du règne, des traces physiques de l’abbaye de Port-Royal des Champs, haut lieu de la geste héroïque collective des religieuses et des Solitaires qui ont vécu jusqu’au sacrifice la revendication de la liberté de conscience pendant toute la seconde moitié du siècle.

Que les XVIe et XVIIe siècles aient été ceux d’une reconnaissance autant que d’une exaltation d’un héroïsme féminin n’est pas une nouveauté : la fin des années 1970 a été marquée par le renouveau d’intérêt pour la vogue centenaire des éloges des femmes, à la suite de la diffusion grâce à l’imprimé du De Casibus de Boccace, ou au succès du De praexcellentia foeminei sexus de Cornelius Agrippa et de ses suiveurs; les Querelles des femmes qui ponctuent ces deux siècles sont désormais bien documentées, ainsi que la vogue pour les ouvrages consacrés aux femmes fortes et à leur réception en fiction, sur la scène ou en peinture. La recherche en histoire, histoire de l’art et histoire littéraire a mis en valeur le caractère particulièrement marquant de grandes figures féminines, reines, filles et soeurs de roi, grandes aristocrates prêtes à monter sur les barricades, dames de Lettres en leur salon ou saintes aux destinées extraordinaires.

Des illustres aux héroïnes, il n’y a qu’un pas, que la fiction a franchi aisément. Pour autant, il vaut la peine de revenir sur les modalités de qualification d’un héroïsme féminin hors du domaine de l’invention littéraire ou artistique, dans l’hypothèse d’une proximité plus étroite avec la vie morale et ses représentations dans une littérature non fictionnelle, à une période historique où la diffusion du néoplatonisme épurant le sentiment amoureux revivifie à terme les valeurs courtoises, où un augustinisme condamnant la vanité politique dont Charles Quint à l’Escurial reste sans doute l’image la plus frappante et où la crise des valeurs guerrières – celles qui qualifient le « héros » mi-homme, mi-dieu – avec les guerres de Religion a laissé une place inégalée jusqu’alors aux femmes, et non plus seulement à des femmes, sur le devant d’une société en pleine mutation. L’image du héros, au masculin comme au féminin, enregistre les mutations de l’idéal héroïque sur une longue durée. Si le héros est celui qui agit sur le champ de bataille, l’héroïne de la première modernité, quant à elle, ajoute à la prouesse militaire à laquelle elle ne répugne pas toujours, la piété, la sagesse, la culture, la chasteté et la beauté : autant de qualificatifs récurrents sous la plume d’Hilarion de Coste au long de sesLes éloges et les vies des reynes en 1630. Depuis les Guerres de religion, un capitaine (Brantôme), jusque bien au-delà de la Fronde, un sceptique (Montaigne), un augustinien (La Rochefoucauld), les chrétiens du « Petit Concile » (Fleury, Fénelon, La Bruyère), un libertin (Fontenelle), critiquent l’illusion de la gloire et de l’héroïsme guerrier, tandis que chez les mémorialistes la dénonciation de la morale de l’intérêt, des motifs privés et des passions négatives mine l’image héroïque des Grands et n’épargne ni les femmes ni les hommes. Comme un démenti opposé à la leçon générale issue du « monde », c’est dans une confrontation non moins violente avec les événements historiques, une fois qu’après la Fronde le pouvoir fut transféré aux mains d’un monarque absolu, que s’est développée la mise en mémoire de la résistance héroïque du couvent féminin de Port-Royal, sous l’autorité d’abbesses éminentes, à travers une multitude d’écrits conjuguant écriture personnelle et expression collective (ViesRelations, correspondance).

C’est cette construction d’un héroïsme féminin et de ses critères à travers les textes, hors des seuls codes de la fiction, en particulier romanesques, et à travers les mémoires, les biographies, les ouvrages traitant d’histoire ou de morale, les correspondances, qui pourrait retenir l’attention à l’occasion du présent colloque. Cette problématique, signifiante dans l’histoire des représentations, questionne notre modernité. Il se propose de reformuler une lecture féminine, mais pas nécessairement féministe, de l’engouement pour la figure féminine aux XVIe et XVIIe siècles, non seulement dans les représentations (femmes fortes, personnalités féminines historiques ou privées), mais aussi dans la réception de ces représentations, aussi bien à travers les faits et gestes qu’à travers un imaginaire collectif, en synchronie autant qu’en diachronie longue.

Les communications pourront concerner les champs suivants:

  • Constellation lexicale et constellation imaginaire: naissance et usages du mot « héroïne », et ses variations, ses synonymes, les évolutions de ses emplois (héroïsme et gloire, héroïsme et vertu, héroïsme et mérite, héroïsme et divinisation des valeurs féminines, héroïsme et courage, héroïsme et grandeur, héroïsme et magnanimité…)
  • Critères d’un héroïsme féminin v/s critères d’un héroïsme masculin : un héroïsme sans action d’éclat et sans gloire dans le monde ? Un héroïsme du quotidien et de l’humilité, sans coup d’éclat exceptionnel ? Un héroïsme de la prudence ? Comment la beauté se concilie-t-elle avec la notion d’héroïsme ?
  • Inconscient et non-dits : Y a-t-il un discours moral particulier attaché à de telles constructions mentales ? Existe-t-il une démarcation masculin/féminin dans le combat contre les passions que recommandent les moralistes ou les grandes figures spirituelles ?
  • Paradigmes et modèles : Comment, aux XVIe et XVIIe siècles, se constitue un modèle féminin d’héroïsme et de culture lettrée et mondaine ? Quelles sont les modalités d’élaboration d’un héroïsme féminin de plume ? Peut-on identifier un Panthéon des figures historiques de l’héroïsme féminin, littéraires et plastiques, Jeanne d’Arc, Marie Stuart ? Quelle part l’histoire contemporaine accorde-t-elle à la figure féminine héroïque ? Quels paradigmes la vie spirituelle et religieuse propose-t-elle, dans les confessions catholique et réformée, quel usage l’autorité, le fidèle en font-il ?
  • Héroïsme et politique : peut-on parler d’un usage politique des héroïnes, comment se constituent leurs légendes, blanche ou noire selon les besoins, pour quelle fortune?
  • Héroïsme et genre littéraires : comment se construire en héroïne, existe-t-il des stratégies discursives de l’écriture mémorialiste, épistolaire ou diariste chez les écrivaines des XVIe et XVIIe siècles ?
  • Réception : Comment envisager en réception longue les tendances hagiographiques d’une historiographie de ces figures à l’époque contemporaine ? Quels sont les pièges et les points aveugles de l’héroïsme féminin de la première modernité ?

Les propositions (300 mots) sont à envoyer avant le 15 février 2015 aux personnes suivantes :
Gilbert Schrenck (gschrenck@wanadoo.fr)
Pascale Thouvenin (thouve@unistra.fr)
Anne Spica (anne-elisabeth.spica@univ-lorraine.fr)

Source : Fabula.

CFP – Max-Planck Summer Academy for Legal History

The Max-Planck Summer Academy for Legal History, offered by the Max Planck Institute for European Legal History (MPIeR), provides an in-depth introduction to methods and principles of research in legal history. Although its main focus is on European legal history, there is special emphasis on global perspectives on legal history. It addresses a selected group of highly motivated early-stage researchers, usually PhD candidates, working on a research project with an interest in the basic research of historical formation and transformations of law and other normative orders.

The academy consists of two modules and lasts two weeks; the first week provides an introduction to the study of sources, methodological principles, as well as theoretical models and controversial research debates on basic research fields of legal history (module 1). During the second week the participants discuss a special research theme and develop their own approach to the theme (module 2).

Déposer sa candidature :

Prerequisites for participation are an above-average university degree and a very good command of written and spoken English. Knowledge of German is not a prerequisite. Additionally, candidates are required to work on an individual research project in legal history or related disciplines.

A complete application contains the following documents:

  • CV
  • Project draft of approx. 10 pages reflecting and making reference to the special theme of the Summer Academy. The main research questions and outline of the project or doctoral thesis should be the focus of this draft.
  • Brief letter of motivation: Applicants should write a short statement of no more than two typed pages in English as to why they wish to take part in the summer academy and whether they have previously studied legal history.

Applications have to be submitted by March 1st, 2015 in electronically form only (max. 10 MB) to summeracademy(at)rg.mpg.de

Participants will be selected and notified by mid April 2015.

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir 

Exposition – Entre les lignes: Dessins de maîtres anciens du Cabinet des Estampes de la Bibliothèque royale de Belgique

Entre les lignes: Dessins de maîtres anciens du Cabinet des Estampes de la Bibliothèque royale de Belgique

Le Cabinet des Estampes de la Bibliothèque royale de Belgique s’est plongé dans ses collections pour y sélectionner cinq des plus fascinants dessins de maîtres anciens qui méritent toute votre attention. Cinq fascicules accompagnent l’exposition dans lesquels vous en apprendrez plus sur ces dessins et leurs dessinateurs respectifs. Grâce à ce focus spécifique sur les dessins, l’exposition confrontera ceux-ci avec une sélection d’autres remarquables œuvres sur papier datant du XVIe au XVIIIe siècle.

Cette exposition est organisée dans le cadre d’un projet de recherche mené en partenariat avec les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, le Rijksmuseum d’Amsterdam et la Fondation Custodia, visant à étudier les dessins anciens pour la première fois dans leur ensemble et à les rendre accessibles en ligne.

Projet AGORA « La collection de dessins de la Bibliothèque royale de Belgique : identification et valorisation en ligne », financé par la Politique scientifique fédérale (promoteur Wouter Bracke).

L’exposition a été inaugurée à l’occasion des des nocturnes des musées bruxellois le 27 novembre.

L’exposition est accompagnée des publications suivantes :

  • Suiveur de Jérôme Bosch. Estropiés et mendiants
    (Joris Van Grieken)
  • Joris Hoefnagel. Vue de Séville 
    (Wouter Bracke)
  • Karel van Mander. Loth et ses filles
    (Ger Luijten)
  • Jacques Jordaens. Le Christ et la femme adultère(Sarah Van Ooteghem)
  • Laurent-Benoît Dewez. Dessin de parquet pour la bibliothèque de l’abbaye d’Orval
    (Sarah Van Ooteghem)

Edition de la Bibliothèque royale de Belgique, 2014
Disponible séparément ou sous forme de coffret de 5 exemplaires
20 p. avec illustrations en couleurs, éditions française et néerlandaise
Prix : 7,5 euros par fascicule / 35 euros pour le coffret de 5 exemplaires

Infos pratiques

Gratuit
Ouvert du 26.11.2014 au 14.02.2015
Uniquement le mercredi et le samedi
de 13:00 à 17:00
Bibliothèque royale de Belgique
Palais de Charles de Lorraine
Musée du XVIIIe siècle
Place du Musée 1 – B-1000 Bruxelles

Contact
téléphone : +32-(0)2-519.53.11
mail : info@kbr.be

Colloque – 27/02/2015 – Saints au nord de l’Italie (XVe-XVIe siècles) I : Vies et lectures

Saints au nord de l’Italie (XVe-XVIe siècles) I : Vies et lectures

09h15 : Mot de bienvenue, Simone Albonico et Nicolas Bock

09h30 : Piero Majocchi (Université de Lausanne), « Saints à la mode, saints démodés : prétentions politiques et identité urbaine de l’hagiographie à Pavie au Bas Moyen Âge / Santi di moda, santi fuori moda: rivendicazioni politiche e identità urbana nell’agiografia pavese tardomedievale (secoli XIV-XV) » (it/fr/angl)

10h15 : Discussion

10h45 : Pause

11h00 : Pier Luigi Mulas (Université de Pavie), « Saints ambrosiens dans deux manuscrits milanais enluminés (XIVe-XVe siècle) / Santi ambrosiani in due manoscritti miniati milanesi (XIV-XV secolo) » (it/fr)

11h45 : Discussion

12h15 : Repas

13h45 : Raymund Wilhelm (Université de Klagenfurt), « La tradition de quelques poèmes hagiographiques en Lombardie au XVe siècle / La tradizione di alcuni poemi agiografici nella Lombardia del Quattrocento » (all/it/fr)

14h30 : Discussion

15h00 : Pause

15h15 : Simone Albonico (Université de Lausanne), « Vies de saints en « terza rima” à Milan entre Visconti et Sforza / Vite di santi in terza rima a Milano tra età Viscontea ed età sforzesca » (it/fr)

16h00 : Discussion finale.

Responsable : Nicolas Bock
Site internet de l’Université de Lausanne
Adresse du colloque : Université de Lausanne, Unithèque, salle 511

Publication – BIARD M., La liberté ou la mort. Mourir en député (1792-1795)

Michel Biard, La Liberté ou la mort. Mourir en député, 1792-1795, Paris, Tallandier,  2015.

Capture-d’écran-2015-01-13-à-10.48.33

Entre 1792 et 1795, 86 membres de la Convention nationale ont eu une mort non naturelle. Comment sont décédés ces hommes dont la devise était « La Liberté ou la mort » ? Sous le couperet de la guillotine ? Assassinés ? Suicidés ? En prison, en mission ou en déportation ? Pendant deux siècles, l’historiographie s’est emparée de cette question politiquement sensible, avec des visions partisanes : ici favorables aux Girondins, là aux Montagnards, parfois hostiles aux deux. Fondé sur des archives inédites, l’ouvrage présente les rouages juridiques qui ont permis ces éliminations politiques. Le Peletier et Marat sont aussi deux cas célèbres, assassinés en 1793, puis entrés au Panthéon. Mais qui connaît tous les autres itinéraires particuliers ? Plus complexes, ils sont révélés par les sources policières, judiciaires et médicales, et donnent chair au récit. Au fil des chapitres, Michel Biard s’interroge sur les origines et les conséquences de ces morts brutales. Il offre une vision neuve des luttes politiques et des épurations successives de la Convention au temps de la « Terreur ».

Genre : Essais historiques
Parution : 8 janvier 2015
PRIX public TTC : 23,90 €
Nombre de pages : 368 pages
ISBN : 9791021007314

Lien éditeur ici.

Workshop – 6-7/02/2015 – The Global music culture of the Catholic Missions in the 17th-18th centuries

FRIDAY 6 & SATURDAY 7 FEBRUARY

THE GLOBAL MUSIC CULTURE OF THE CATHOLIC MISSIONS IN THE 17th-18th CENTURIES
for the BALZAN PROGRAMME IN MUSICOLOGY 2013-2016 “TOWARDS A GLOBAL HISTORY OF MUSIC”

King’s College London
Strand, LondonWC2R 2LS
Room SWB21

Convenors:
Tomasz Jez (University ofWarsaw);
Shubing Jia (Central Conservatory of Music, Beijing)

The first two sessions of the workshop will be dedicated to the missionaries’ activity in both Americas and Asia with particular focus on bilateral interchange. In the concluding session, the panel will address convergent/parallel forms of cultural institutions and the reverse impact of the overseas missions in Europe: its reception in the Old World.

Programme complet

Publication – PAVIOT J. (dir.), Les projets de croisade. Géostratégie et diplomatie européenne du XIVe au XVIIe siècle

Jacques Paviot (dir.), Les projets de croisade. Géostratégie et diplomatie européenne du XIVe au XVIIe siècle, Toulouse, PU du Mirail, 2014.

N° ISBN : 978-2-8107-0342-5
PRIX : 25.00 €
Format et nombre de pages : 16 x 24 cm – 346 p.

Mise en page 1

Passé l’élan victorieux de la première croisade, les Latins se heurtent en Orient à des difficultés toujours plus grandes. La perte de Jérusalem, conquise par Saladin en 1187, puis celle d’Acre, qui tombe en 1291, puis encore l’irrésistible avancée ottomane et la chute de Constantinople, en 1453, suscitent la rédaction de nombreux projets de croisade : devant l’accumulation des échecs, il apparaît désormais évident que l’organisation de nouvelles expéditions nécessite un effort de prévision et de gestion des moyens afin de mettre toutes les chances du côté des puissances chrétiennes.

Parfois, c’est un prince ou le pape qui commande un rapport ; plus souvent, les auteurs de ces projets de croisade agissent spontanément, parce qu’ils sont sincèrement préoccupés par le sort de la chrétienté ou pour faire progresser leur carrière en attirant l’attention d’un puissant. D’une façon ou d’une autre, ces textes illustrent le développement d’une pensée prospective qui, sans écarter les références aux Écritures et aux prophéties, se caractérise par sa visée pratique : il s’agit d’évaluer les forces et les faiblesses de l’adversaire, d’élaborer une stratégie et des tactiques de conquête, de susciter une coalition des forces chrétiennes et de trouver les moyens financiers, matériels et humains du succès.

Parce qu’ils n’ont, pour la plupart, jamais été suivis d’effets, ces textes ont été longtemps négligés par les historiens. Le présent volume participe d’un regain d’intérêt pour une source susceptible de beaucoup nous apprendre, en particulier sur les visions géostratégiques dominantes à la fin du Moyen Âge et sur l’évolution des rapports de force entre les puissances européennes.

Année : 2014
Réf. : MERCT 01
Code SODIS : F407430

Site des Presses universitaires du Mirail, cliquez ici.

Colloque – 27/02/2015 – Dag van het onderzoek du VNVNG – Globale en transregionale geschiedenis van de vroegmoderne tijd

Programme

10h 30 Accueil
10h 50 Ouverture par Joop Koopmans (Voorzitter VNVNG)

11h 00 Présentation des projets “Fighting Monopolies, Defying Empires 1500-1750: a Comparative Overview of Free Agents” et “Challenging Monopolies, Building Global Empires in the Early Modern Period” (Universiteit Leiden) avec les présentations de Cátia Antunes, Karwan FatahBlack, Edgar Cravo Bertrand Pereira en Erik Odegaard
12h10 Discussion

12h40 Lunch

13h 30 Présentation du projet « Crossing borders in early modern times » (KULeuven) avec les présentations de Violet Soen, Bram De Ridder, Alexander Soetaert en Sophie Verreyken
14h 40 Discussion
15h 10 Pause café
15h 30 Table ronde avec Violet Soen, Werner Thomas, Johan Verberckmoes et Catia Antunes, modérée par  Michiel van Groesen (UvA)
16h 30 Conclusions

Lieu et date : 

Vendredi 27 février 2015
Radboud Universiteit Nijmegen
Faculty Club huize Heyendael
Geert Grooteplein-Noord 9 (Nimègue)

Inscription (avant le 20 février) :

20€ (10€ pour étudiants en master) à verser en faveur du VNVNG avec la mention « Dag van het Onderzoek 2015 »
IBAN BE96 0682 3425 2805
BIC : GKCC BE BB (VNVNG te Antwerpen)

Griet Vermeesch (VUB) : griet.vermeesch(at)vub.ac.be

Site internet du Vlaams-Nederlandse Vereniging voor Nieuw Geschidenis (VNVNG).

Colloque – 5-6/02/2015 – Early Modern Sovereignties. Theory and Practice of a Burgeoning Concept in the Netherlands

Although sovereignty is often dealt with in articles and books on early modern political thought, there is no comprehensive historical study of sovereignty in the sixteenth and seventeenth centuries, when the idea itself took shape. Most studies focus on particular (often recurring) authors, such as Jean Bodin and Thomas Hobbes, or peculiar aspects, such as the division of sovereignty. What is conspicuously absent, moreover, is a fullfledged account about the ideas on sovereignty as developed by the fellows of the School of Salamanca – or the Spanish Scholastics as they are called otherwise. Although it is strongly questioned to what extent one could speak of a ‘school’, these authors could be seen as constituting a particular group in that they all used Thomas Aquinas’s Summa Theologiae as point of departure to develop a theory of the state. They had a lasting influence and inspired the work of, among others, the 17th century Jesuits, Grotius and Hobbes.

Comité organisateur :

Prof. Erik De Bom (KULeuven)

Prof. Werner Thomas (KULeuven)

Prof. Randall Lesaffer (Tilburg University)

Inscription : lectio(at)kuleuven.

Lieu et dates :

5-6 février 2015, Louvain (Belgique)

Irish College, Janseniusstraat 1

Programme (cliquez pour agrandir l’image) :

cliquez pour agrandir