Archives par mot-clé : appel

Summer School – Print Culture in 16th-century Europe

« Print Culture in 16th-century Europe »

Lieu : Anvers, University of Antwerp
Date de l’événement : 03-07/07/2017
Date limite de réponse à l’appel : 19/04/2017

Argument :

This summer school offers a thorough introduction into the world of the book in the 16th century, by expert speakers explaining how books were printed, published, distributed and read in those fascinating times.

Learn more about specific areas of publishing, such as bibles, literary fiction, or humanist text editions  and be part of an intellectual adventure in an exquisite ‘bookish’ environment, including the world-renowned Plantin-Moretus Museum.

Organization: Faculty of Arts, University Library and Ruusbroec Institute Library

Partners: Plantin-Moretus Museum and Hendrik Conscience Heritage Library

Source de l’info : UAntwerpen

Appel à posters – Étude et réception de l’Antiquité romaine au siècle des Lumières : perspectives croisées

« “Il n’est guère de matière si vaste que celle des monumens de l’Antiquité”
Étude et réception de l’Antiquité romaine au siècle des Lumières : perspectives croisées »

Appel à posters

Lieu : Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain
Date de l’événement : 6 octobre 2017
Date limite de réponse à l’appel : 15/05/2017

Argument

La journée d’étude « “Il n’est guère de matière si vaste que celle des monumens de l’Antiquité”. Étude et réception de l’Antiquité romaine au siècle des Lumières : perspectives croisées » se tiendra à Louvain-la-Neuve (Université catholique de Louvain), le vendredi 6 octobre 2017.

Elle a pour objectif d’approfondir les questions de la réception et de l’appropriation de l’Antiquité romaine par les intellectuels des Lumières. Cette journée d’étude fait suite à une première rencontre organisée à l’Université de Florence le 26 mai 2016 (« Roma nell’età dei Lumi »). La perspective envisagée est résolument internationale et interdisciplinaire puisqu’il s’agira de réunir des spécialistes issus de différentes disciplines afin de traiter de cette thématique par le biais de divers aspects d’ordre historique, culturel et archéologique. Les langues de communication lors de la journée d’étude seront le français, l’italien et l’anglais.

Le comité organisateur de l’événement souhaite en outre mettre en avant les travaux de recherches innovants de jeunes chercheurs et de chercheurs confirmés. En complément aux communications proposées par des intervenants belges et étrangers, le programme de la journée comprendra donc une session de présentation de posters qui est l’objet de cet appel à contribution.

Les posters retenus seront présentés par leur auteur à la fin de la journée d’étude. Les présentations des différents auteurs seront intégrées aux actes de la journée d’étude.

Informations pratiques :

Les chercheurs intéressés par l’appel à posters sont invités à contacter les organisateurs de la session (olivier.latteur@uclouvain.be ; marco.cavalieri@uclouvain.be) au plus tard pour le lundi 15 mai 2017.

Il leur est demandé de fournir le titre du poster qu’ils souhaitent présenter lors de l’événement ainsi qu’un résumé de maximum 2.500 caractères espaces compris (en français, en anglais ou en italien). Toute proposition pourra être soumise, pour avis, au comité scientifique de l’événement.

L’avis d’acceptation parviendra à l’auteur de l’envoi par retour de mail. Les dimensions du poster seront communiquées dans l’avis d’acceptation.

Comité organisateur : Marco Cavalieri (UCL), Olivier Latteur (UNamur / UCL), Françoise Van Haeperen (UCL) et Pierre Assenmaker (UNamur).

Comité scientifique : Marco Cavalieri (UCL), Ida Gilda Mastrorosa (Università degli studi, Firenze), François de Callataÿ (KBR / ULB), Aline Smeesters (UCL), Pierre Assenmaker (UNamur), Françoise Van Haeperen (UCL) et Olivier Latteur (UNamur / UCL).

CFP – Le politique en terre d’islam. Pensée, modèles, lieux

Le Centre Arabe des Recherches et de l’Etude des Politiques (Tunis) & Laboratoire ESICMED Manouba

organisent un Colloque international :

Le politique en terre d’Islam. Pensée, modèles, lieux

À peine le prophète Muhammad s’est installé à Médine, après la courte période mecquoise marquée par le prosélytisme, qu’il s’est mis à commander les croyants et à organiser la vie communautaire dans cette ville. La daʿwa n’est plus pacifique, parfois l’organisationnel prime sur le spirituel. le politique est là : la deuxième année de l’hégire est surnommée « sanatu al-ʾamr » ( L’année du commandement), la neuvième est « sanatu al-wufūd » ( l’année des députations ) en rapport avec les représentants des tribus qui sont venus à Médine non seulement pour exprimer leur reconnaissance de la nouvelle religion mais aussi pour présenter leur allégeance au nouveau pouvoir. Avec al-ridda, on peut dire que la raison de l’Etat avait pris le pas sur les solutions religieuses. Désormais, on assiste à une inévitable interpénétration entre les préceptes de la nouvelle religion et les contraintes de l’organisation sociale voire politique. Cette rencontre semble continuer à se reproduire jusqu’au 19ème siècle et même d’être une conviction chez certains jusqu’aujourd’hui. L’imbrication du politique et du religieux,qui parfois se manifeste sous la forme d’ opposition, fut véhiculée, des siècles durant, dans les sources narratives, littéraires, ou de fiqh et surtout les traités politiques.

Force est de constater une perpétuelle confusion des discours et des concepts chez les auteurs musulmans classiques ou modernes entre religion et construction politique, entre « politique » et éthique, entre šarīʿa et démocratie ou entre « peuple » et nation…. Unepléiaded’écrits vit le jour depuis au moins le 2ème siècle de l’hégire/ 8ème jusqu’au 13ème h/ 19ème siècle lorsque, enfin, apparurent les véritables manuels tel « Aqwamu al-masālik » de Kheir Eddine at-Tūnussi qui a le mérite d’être le premier à utiliser un jargon jusqu’alors inconnu des musulmans, et des élites musulmanes tels les concepts de «  constitution », « révolution » ou «  libertés ». Le mot « šaʿb » (peuple), ne remplacera le terme «  milla » qu’au 20ème siècle. La citoyenneté est encore à chercher dans les écrits de la fin de ce même siècle.

En proposant ce colloque nous voudrions suivre de près l’évolution de la pensée politique en terre d’Islam. Comment les musulmans à travers les âges et dans les différentes aires ont pensé la chose politique ? Comment ce politique fut directement ou indirectement pensé ? Lekalām était –il à l’origine des discussions ou débats politiques ? Quand est-ce que le terme « siyāssa »   ou «  tadbīr » fut inventé ? quand est-ce qu’on l’a utilisé comme équivalent du terme «  politique » ( dans le sens grec ou occidental)?

Tout en évitant de disserter sur les formes et manières de transition des pouvoirs, les formes de gouvernement, les institutions et leur évolution ou l’ordre social et politique dans le monde musulman. Nous voudrions nous interroger sur les questionnements suivants :

Axe 1 : signification de la « siyāssa » ou « tadbīr » :

-Tout d’abord, il serait important de repérer les usages du mot « siyāssa », son évolution et ses significations à travers les âges et les différentes aires islamiques.

Axe 2 : L’art de gouverner d’après les sources musulmanes :

-Les propositions peuvent également s’inscrire dans la relecture des œuvres et manuels se rapportant à l’art de gouverner, ou les miroirs des princes et les œuvres qui font l’apologie de «  la sagesse et la morale politique qui conduit au bon gouvernement ou à la cité vertueuse », tout en essayant de mettre en exergue les influences persanes, hellénistiques ou hindoues .

Axe 3 : discours politiques :

– On se penchera aussi sur l’analyse du ou des discours politiques s’il y en a. On se demandera, aussi, dans quelle mesure et comment les sources musulmanes avaient exprimé la codification des règles et formes de gouvernement ? Qu’en est-il de la pyramide de Ghazāli : la religion (ad-dīn), le roi (al-malik), l’armée (al-ǧund), l’argent ( al-māl), la prospérité du pays ( ʿimāratū al-bilād ) et la justice ( al-ʿadl) ? Peut-on parler de règles contractuelles entre gouverneurs et gouvernés ou bien la règle est toujours : les droits s’acquièrent par la force et seront toujours protégés par cette même force?

Axe 4 : Vocabulaire politique :

– Une étude sémantique est privilégiée pour mieux saisir l’évolution de la gestion de la chose publique à travers le vocabulaire utilisé à chaque période et dans chaque région.On pourrait , d’autre part, repenser les fondamentaux de « l’ancien » vocabulaire islamique tels que « ǧihād », « choura » etc…

Axe 5 : Islam et modernité :

-Enfin, il serait utile de mettre en lumière l’influence de la modernité sur la pensée et la pratique politiques musulmanes. Des conclusions sur l’islam et la démocratie seraient incontournables. Par ailleurs on privilégiera   les approches sur les enjeux sociétaux actuels qui interpellent les chercheurs et les « poussent » à les repenser autrement.

Calendrier, conditions de participation et organisation générale.

Comité scientifique: Mehdi Mabrouk – Ibrahim Jadla – Omar Ben Hammadi – Abdellatif Hannachi – Mounir Kchaou – Adel Ayari (rapporteur)

Langues du colloque : arabe – français -anglais. Toute communication orale dans l’une de ces langues doit être appuyée par un résumé dans l’une des deux autres langues.

Les projets d’intervention devront être envoyés sous la forme suivante :

  1. Nom et prénom de l’intervenant(e)
  2. Adresse électronique
  3. Etablissement de rattachement
  4. Statut (enseignant – chercheur, doctorant, formateur, administrateur)
  5. Titre de la communication
  6. Langue de la communication
  7. Axe thématique choisi (précisez le n°)
  8. Résumé de l’intervention de 300 ou 400 mots comportant les mots-clefs, la problématique étudiée, la méthodologie de recherche, des éléments de conclusion.
  9. Bibliographie sélective

La date limite d’envoi des résumés d’intervention est fixée au 10/06/2015. Ils doivent nous parvenir à l’adresse électronique suivante :

  • tn@gmail.com

Toute demande d’information doit être adressée à:

Le comité scientifique notifiera les résultats des évaluations le 16/06/2015

La date limite des soumissions des articles finis: 10/09/2015

Les actes du colloque seront publiés ultérieurement.

Lien

CFP – Sexualités et institutions pénales

Sexualités et institutions pénales


Dossier coordonné par Régis Schlagdenhauffen et Gwenola Ricordeau

L’histoire des institutions pénales (prisons, établissements de redressement, centres de rétention, bagne, camps d’internement) est marquée par des préoccupations liées à la sexualité des personnes enfermées. Selon les périodes historiques et selon les régimes de sexualité en vigueur, selon qu’elles aient concerné le dedans ou le dehors des institutions de réclusion précitées, ces préoccupations ont évolué. Interroger la gestion de la sexualité au sein des institutions pénales permet de proposer une analyse multidimensionnelle de la variation des normes et des formes de déviances au sein d’organisations chargées justement d’encadrer ou de mettre à l’écart du reste de la société des personnes qualifiées de « déviantes ».

Au-delà de la description de l’agencement de la sexualité et des pratiques sexuelles dans les institutions pénales, ce champ de recherche est traversé par de nombreuses questions : dans quelle mesure les pratiques sexuelles dans ces institutions sont-elles comparables à celles existant dans le reste de la société ? Peut-on évoquer une sous-culture sexuelle propre à ces institutions ? Comment les formes de négociation et de transactions sexuelles s’articulent-elles à l’économie des pouvoirs existant dans ces institutions ? Quel rôle joue l’organisation spatiale ? Quels imaginaires sexuels sont produits par ces institutions ? À ces questions, s’ajoutent des considérations méthodologiques sur des enquêtes qui se confrontent aux difficultés traditionnellement rencontrées par les recherches menées sur la prison et par celles menées sur la sexualité.

Jusqu’à présent, les réponses qui étaient données à ces questions étaient fortement influencées par le concept d’« institution totale ». Que l’on observe une dé-totalisation de ces institutions ou bien que les travaux se situent dans les interstices de la clôture entre dehors et dedans, les analyses semblent se complexifier. Ainsi, la non-mixité (entre personnes détenues et entre surveillé-e-s et surveillant-e-s), fruit d’un long processus historique, est aujourd’hui battue en brèche. De même, la cellularisation ou l’individualisation des peines contribuent à modifier les formes de sociabilités – notamment sexuelles – entre « reclus-e-s ». Par ailleurs, la transformation culturelle des normes sexuelles (notamment la reconnaissance légale de l’homosexualité comme forme de vie instituée) n’est pas sans conséquences sur les normes et les formes de transgression de ces dernières. Enfin, les nouvelles technologies de l’information et de communication, tout comme l’évolution des méthodes de surveillance, contribuent aussi à transformer les rapports au sexuel au sein d’institutions pénales où la frontière entre dedans et dehors devient mouvante.

Afin d’éclairer les questions que suscite la sexualité au sein des institutions pénales, les articles de ce numéro thématique pourront notamment porter sur les quatre axes de réflexions suivants :

1. Politiques et organisation de la sexualité : Comment les institutions, et par-delà le législateur, règlement-ils la sexualité dans les institutions pénales ? Comment les discours sur la mixité et sur la cellularisation ont-ils contribué à structurer la sexualité dans les institutions de réclusion ?

2. La frontière dedans/dehors : Peut-on parler d’une adaptation ou d’une substitution des pratiques sexuelles en milieu fermé ? Quels sont les effets de la libération sexuelle, voire de la reconnaissance d’un « droit à la sexualité », sur les institutions pénales ?

3. Pratiques, représentations et discours : Comment se dit, à la première personne, la sexualité dans les récits de prisonniers, prisonnières et interné-e-s ? Comment les représentations de la sexualité des personnes enfermées participent-elles d’une hétérotopie sexuelle dans les productions culturelles (littérature, théâtre, cinéma) ?

4. Questions méthodologiques : Comment enquêter sur les sexualités dans les institutions pénales ? Comment s’articulent ou se confortent les contraintes des recherches sur les sexualités et celles des recherches dans/sur les lieux d’enfermement ?

***

Cet appel à contributions s’adresse en particulier aux chercheur-e-s travaillant en sociologie, anthropologie, sciences-juridiques et histoire, mais il reste ouvert aux autres approches disciplinaires. Il n’est pas restrictif quant aux périodes historiques et aux aires géographiques étudiées. Les doctorant-e-s et jeunes chercheur-e-s sont fortement encouragé-e-s à soumettre un article.

Bilinguisme

Les propositions de contribution peuvent être soumises en anglais ou en français. Ce dossier a pour ambition d’être bilingue : les auteur.e.s dont les articles sont acceptés sont invité.e.s (mais non obligé.e.s) à produire ou faire produire une version traduite des articles.

Normes de présentation

La taille attendue pour un article se situe entre 8 000 et 15 000 mots. Les articles doivent se conformer aux règles de présentation de la revue qui peuvent être consultées à l’adresse suivante : http://champpenal.revues.org/13

Comment soumettre les articles

Un résumé de la proposition de contribution doit être soumis au plus tard le 1er juin 2015.

La proposition de contribution doit être soumise au plus tard le 1er novembre 2015. Dans les deux cas, faire parvenir les textes aux deux adresses suivantes :

regis.schlagdenhauffen@univ-lorraine.fr

gwenola.ricordeau@univ-lille1.fr

Lien

CFP – Trajets de l’interprétation. Du corpus à l’exégèse : interpréter la peinture du XVIIe siècle en France, entre provinces et capitales européennes

« Trajets de l’interprétation »

Rouen, 10-11 décembre 2015

Dates : 10-11 décembre 2015
Lieu : Musée des Beaux-Arts, Rouen
Date limite de réponse à l’appel : 30 mai 2015

Ce colloque prend place dans un cycle (« Du corpus à l’exégèse : interpréter la peinture du XVIIe siècle en France, entre provinces et capitales européennes ») rassemblant des intervenants – doctorants ou universitaires confirmés – dont les travaux portent sur des études de cas exemplaires envisagés dans le cadre d’une approche interprétative : théories et pratiques anciennes de l’interprétation ; questions iconographiques et iconologiques ; approches contextuelles interdisciplinaires ; lectures plus théoriques d’ordre herméneutique ou exégétique s’interrogeant, notamment, sur les questions liées à l’intentionnalité ou à la réception. Les situations régionales sont considérées avec attention, mais dans une prise en compte, obligée au XVIIe siècle, des interactions permanentes entre provinces, Paris, mais aussi grandes capitales européennes (de Rome à Anvers via Madrid ou Londres), entre lesquelles pouvaient se déplacer œuvres et artistes français ou étrangers œuvrant en France.

Argument
L’interprétation peut, de façon originaire, être comprise avant tout comme relations et trajets: ceux d’Hermès en tant qu’herméneute
fondateur. L’interprétation serait ainsi mise en rapport d’une
œuvre non seulement avec d’éventuelles « sources » textuelles et visuelles (question abordée lors du premier colloque de 2014), mais
également : avec elle-même, dans un nécessaire « retour à l’œuvre » ; avec le contexte matériel, perceptif et conceptuel plus ou moins étendu qui est le sien et qui la constitue ; avec un certain nombre
d’acteurs qui suscitent, produisent ou reçoivent l’interprétation.
Nous privilégions, pour ces journées, deux directions possibles de recherche.
A/ L’œuvre comme lieu et forme d’interprétation
B/ Les acteurs comme vecteurs de l’interprétation