Archives par mot-clé : colloque

CFP – Zeuxis redivivus. Art et émulation dans l’Europe du XIVe au XVIIe siècle

Appel à contributions pour le colloque international  « Zeuxis redivivus. Art et émulation dans l’Europe du XIVe au XVIIe siècle » organisé par Mathilde Bert (UCL) et Laure Fragnart (ULg).

Date de l’événement: 28 et 29 septembre 2018

Date limite de l’appel à contribution: 1er mars 2018

Lieu: Bruxelles, Palais des Académies

Résumé: Appel détaillé

Le colloque se propose d’interroger la notion d’émulation dans la pratique artistique au premier âge moderne, en faisant dialoguer les œuvres avec la théorie et l’historiographie de l’art. La manifestation sera organisée par Transitions (Université de Liège) et le GEMCA (Université catholique de Louvain). Les propositions de communication devront parvenir par courrier électronique à Mathilde Bert (mathildebert@gmail.com) et à Laure Fagnart (laure.fagnart@uliege.be) pour le 1er mars 2018.

 

Rencontres doctorales – Transition(s) : concept, méthodes et études de cas (XIVe-XVIIe siècles)

Première journée des rencontres doctorales co-organisées par L’Unité de recherches (UR) « Transitions. Moyen Âge et première Modernité » de l’Université de Liège, le laboratoire TRAME de l’Université de Picardie Jules Verne et le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de l’Université François Rabelais de Tours.

Avec une conférence de la Prof. Marion Uhlig (Université de Fribourg) intitulée « Barlaam et Josaphat (XIIIe-XVIIe siècles) : transmissions et métamorphoses  » (30 janvier, à 18h00)

Titre: « Transition(s) : concept, méthodes et études de cas (XIVe-XVIIe siècles) »

Dates: 30-31 janvier 2018

Lieu: Liège, Université de Liège, Site du 20-Août, Salle Wittert (R/120, A1, aile des Jésuites)

Programme: Séminaire-doctoral-2018

CFP – Addressing the Public Abroad. Strategies of Cultural and Public Diplomacy in the Early Modern Habsburg World (1550-1750)

Appel à communication : Addressing the Public Abroad. Strategies of Cultural and Public Diplomacy in the Early Modern Habsburg World (1550-1750)

Dates de l’événement : 6-7 décembre 2018

Date limite de l’appel : 31 janvier 2018

Lieu : Bruxelles

Vous trouverez l’appel à communication ici.

CFP – The Economic History of the Book in the Early Modern Period

The Economic History of the Book in the Early Modern Period

Antwerp University, 4–6 October 2018

Call for Papers

A singular carrier of ideas, information, knowledge, and culture, the book has always held a special place in society. Aspects of production, distribution and consumption have been the subject of thorough study, but analyses of the economics of the book trade remain rare, or less than comprehensive. The special status of the book, its importance for pre-industrial economy as a whole, and the limitations of the sources available seem to have prevented the undertaking of comparative, diachronic and synchronic surveys from the economics point of view. Recently, the topic of the economics of the book trade has come to the fore. Scholars acknowledge the importance of the price of books and its impact on society. Especially in the absence of a system of freely accessible libraries, the price of books imposed an important obstacle to access to information and knowledge circulating in print in the Early Modern Period. It is important, therefore, to study the business models for production, price formulation and market development, starting with information about sales of new and second-hand books sold in shops, at fairs, and at public auctions.

This conference invites papers dealing with any aspects related to the economics of book production, book distribution and book consumption in the Early Modern Period. Potential topics are the cost of book production, the price of unbound versus bound books, the impact of paper and parchment on production costs; analyses of retail versus wholesale transactions; distribution costs for books (packing, transportation, tolls, unpacking, and insurance issues); and purely monetary issues of the book trade related to payments made in different currencies, in cash or on account. In particular, we welcome papers which address the methodological problems of a historical economical approach to handpress books and the different types of payments and currencies involved, in addition to surveys addressing this issue from a comparative point of view (comparison between printing shops, on local, regional or transnational levels). We wish to programme papers going beyond isolated cases, and including, for instance, analyses of wider synchronic or diachronic data sets, which will help to clarify essential trends and factors in the economy of the book in Early Modern Europe.

Deadlines

Please submit proposals for papers (c. 400 words) to goran.proot@gmail.com by 31 January 2018.

You will receive an answer by 15 March 2018.

Academic committee

– Dr. Renaud Adam, Université de Liège, Marie Skłodowska-Curie Research Fellow – LE STUDIUM – Institute of Advanced Studies of Loire Valley / Centre d’Etudes Supérieures de la Renaissance (Tours)

– Prof. dr. Pierre Delsaerdt, History Department, Antwerp University/ku Leuven

– Prof. dr. Kees Schepers, Ruusbroec Institute, Antwerp University

– Prof. dr. Johan van Heesch, History Department, ku Leuven/Brussels, Royal Library

– Prof. Angela Nuovo, Unversità di Udine

– Prof. dr. Jeroen Puttevils, History Department, Antwerp University

– Prof. dr. Violet Soen, History Department, ku Leuven

– Prof. dr. Bert Demuynck, History Department, Antwerp University

In collaboration with Antwerp University, Antwerp University Library and the Ruusbroec Institute, the EmoBookTrade project (Università di Udine), Flanders Book Historical Society, Antwerp Bibliophile Society, Museum Plantin-Moretus & Antwerp Heritage Library Hendrik Conscience.

CFP – La participation populaire au maintien de l’ordre public en Europe (18e – 20e siècle)

Appel à communication – Colloque international « La participation populaire au maintien de l’ordre public en Europe (18e – 20e siècle) / Popular Policing in Europe (18th – 20th centurires) »

Date de l’événement: 30-31 mai 2018

Date limite de l’appel: 15 janvier 2018

Lieu: Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain

Appel en anglais et français: CFP – Popular Policing in Europe

 

Colloque – Vergeten Reformaties : Lokale ontwikkelingen in de Nederlanden in de lange zestiende eeuw

Titre: Colloque “Vergeten Reformaties:Lokale ontwikkelingen in de Nederlanden in de lange zestiende eeuw” ;  Dag van de Nederlandse Kerkgeschiedenis : ‘Vergeten reformaties: Verspreiding van nieuwe overtuigingen’

Lieu: Utrecht, Museum Catharijneconvent

Date de l’événement: 6-7/10/2017

PROGRAMME

Vergeten reformaties – Lokale ontwikkelingen in de Nederlanden in de lange zestiende eeuw

Symposium – vendredi 6 oktober 2017

Locatie Museum Catharijneconvent, auditorium (Lange Nieuwstraat 38, Utrecht)

10:00 Inloop met koffie

10:30-10:45 Welkom door Henk van den Belt

Sessie 1 Reformaties op het platteland

Voorzitter: Henk van den Belt

10:45-11:15 Arjan Nobel, ‘De parochie als gemeenschapsideaal. Het voorbeeld De Lier’ 11:15-11:30 Korte pauze

11:30-12:00 Roman Roobroeck, ‘Van Geuzen tot Olijfberg: zelfconfessionalisering en de creatie van Gereformeerde identiteiten in zuidelijk Vlaanderen (1609- 1723)’

12:00-12:30 Pieter Koekkoek, ‘Reformaties in Woudenberg’

12:30-13:30 Lunch met posterpresentaties

Sessie 2 Vergeten reformaties of vergeten regio’s

Voorzitter: Fred van Lieburg

13:30-15:00

Inge Schipper, ‘Over de grens: reformaties binnen het hertogdom Kleve’

Gert Gielis ‘Vegen voor eigen deur. Confessionele transformaties in universiteitsstad Leuven (1519-1578)’

Harm Veldman, ‘De Reformatie – een lange weg naar het Groningse Westerkwartier’

15:00-15:30 Pauze

Sessie 3 Materiële en landschappelijke benaderingen

Voorzitter: Suzan Folkerts

15:30-16:30

Marianne Eekhout, ‘Katholieke kerkgoederen in gereformeerd Dordrecht’

16:00-16:30 Jos de Weerd, ‘Een sacraal landschap als ‘leesbare tekst’: Plattelandsreformaties op de Veluwe in de zestiende eeuw’

16:30-16:45 Besluit

Vergeten reformaties Verspreiding van nieuwe overtuigingen

29e Dag van de Nederlandse Kerkgeschiedenis – zaterdag 7 oktober 2017

Locatie Museum Catharijneconvent, auditorium (Lange Nieuwstraat 38, Utrecht)

11:00-11:30 Inloop met koffie

11:30-11:50 Welkom namens de VNK door Arnold Smeets Fred van Lieburg, ‘Inleiding: Vergeten of verdrongen?’

11:50-12:15 Suzan Folkerts, ‘Oude en nieuwe geschriften in een woelig tijdperk. De omgang met de Bijbel in stedelijke gemeenschappen’

12:15-12:45 Ad Tervoort, ‘Onderwijs en Reformatie in de 16e eeuw’

12:45-14:00 Lunch en posterpresentaties

14:00-14:15 Boekpresentatie Enny de Bruijn (red.) Reformatie in de Nederlanden (uitgeverij De Banier)

14:15-14:45 Inleiding op de tentoonstelling Luther door de conservator Tanja Kootte

14:45-17:00 Besluit en gelegenheid om de tentoonstelling te bezoeken

 

Colloque – « Le miracle de guerre dans la chrétienté occidentale (4e-21e s.)

Argumentaire

Depuis les années 1980, et spécialement les travaux de Franco Cardini, le concept de « culture de guerre » s’est largement diffusé dans l’historiographie. Il tend à expliquer et à analyser la manière dont les contemporains ont perçu et vécu un conflit ce qui détermine leurs comportements, leurs peurs, leurs espoirs, leurs pratiques… L’idée est abondamment utilisée dans des ouvrages propres, comme ceux de George Mosse (Fallen Soldiers. Reshaping the Memory of the World War), des colloques, comme celui dirigé par John Horne (Vers la guerre totale. Le tournant de 1914-1915), des travaux d’équipes tels ceux pilotés par Stéphane Audoin-Rouzeau ou Annette Becker. Si longtemps, le religieux est passé souvent au second plan, il est désormais un des domaines les plus prometteurs de la recherche. C’est dans ce contexte que nous souhaitons inscrire ce colloque.

L’objectif consistera à examiner les interventions du surnaturel dans le cadre de conflits. C’est-à-dire la confrontation des hommes en tension, en opposition dans un contexte terrestre et matériel, à des forces qui les dépassent. Celles-ci sont susceptibles d’influencer, de modifier le cours des choses en faveur d’une des parties. Au-delà du cadre strict de la guerre, la destinée des vaincus, des prisonniers peut être envisagée sous cet angle également.

Ce cadre conflictuel doit être considéré au sens large. On pense bien entendu en premier lieu au fait d’armes, à l’affrontement militaire au cours d’un conflit, d’une bataille. Et les échelles sont en la matière des plus variables (de la guerre privée à la guerre publique dans toutes ses extensions). Le miracle peut se produire également dans le cadre d’une opposition confessionnelle ; la « divinité » soutient ici ses partisans – séparant d’initiative le bon grain de l’ivraie. La lutte catholicisme/protestantisme ou christianisme/Islam en sont des illustrations.

Le miracle est destiné à des individus qui, dans un monde bouleversé où ils ont perdu leurs repères traditionnels, se sentent « dans la main de Dieu » comme l’affirment bien des protagonistes de la guerre de Trente Ans. Il est aussi collectif lorsqu’une statue « sauve » une cité de l’invasion, que le Ciel épargne une localité face à la cruauté d’un envahisseur… Il est porté par une dévotion ancienne quand on voit nombre d’images mariales urbaines arrêter les tirs d’un ennemi. Mais le conflit est également créateur de piété avec, par exemple, l’apparition de Notre-Dame des tranchées protectrice miraculeuse des soldats français et belges dès 1914.

Se pose alors la question du déroulement. Pourquoi, d’abord, le fait se produit-il ? Résulte-t-il d’une requête, d’une sollicitation du futur bénéficiaire et sous quelle forme (prière, vœu, mise en avant de reliques,…) ? Ou l’initiative appartient-elle au dispensateur (apparitions). Ensuite en quoi consiste l’action miraculeuse ? S’agit-il d’une modification du cours des choses, par un acte concret, éventuellement même violent, ou d’une pression exercée par une apparition « opportune » ? Quelle est la nature de cette apparition ? Est-elle publique (elle s’adresse à tous) ou privée (elle s’adresse au chef) ? S’adresse-t-elle davantage au camp favorisé (par la galvanisation qu’elle lui apporte) qu’au camp adverse (par la terreur qu’elle lui inspire). Mais il peut s’agir aussi d’un message, d’un avertissement lié à un conflit à venir.

Quoi qu’il en soit, rien n’est possible sans acteurs. Bénéficiaires d’une part, distillateurs d’autre part. Les premiers ­— les hommes, qu’ils soient incarnés dans une institution, une Eglise, un camp ou non — reçoivent la faveur, le message. On entre ici dans une perspective anthropologique. Et la perception de l’éventuel perdant ou vaincu n’a rien de négligeable. De l’autre côté qui agit : une force imprécise, Dieu, la Vierge, un saint ?  Et dans ce dernier cas, peut-on identifier des intercesseurs plus prompts à intervenir sur le champ de bataille (protecteur de certaines armées ou nations) ? En d’autres termes, certains saints (on pense à saint Georges) sont-ils spécifiques à ce genre de miracles ?

On ne saurait aborder ces questions sans poser celle de la destinée du prodige. Qu’en est-il de la « tradition » de ces miracles ? Existe-t-il une mise par écrit (plus ou moins rapide ou réfléchie, officielle ou davantage littéraire) par des instances ecclésiastiques. Ou celles-ci affichent-elles une certaine prudence, voire de la réticence ? Dans une autre optique, on peut se trouver en présence d’un processus de transmission maîtrisé par des laïcs, voire porté par la tradition dans l’oralité. Dans cette ligne, surgit aussi la question des contextes et des climats de pensée : visions catholique ou protestante se rencontrent-elles ou au contraire s’affrontent-elles ? Et au sein de chacune voit-on s’afficher des conceptions monolithiques ? Comment la perception de ces miracles va-t-elle évoluer face à la montée de l’esprit philosophique et de la rationalité ?

En lien avec ces questions, on peut s’interroger sur les témoignages liés à l’action mémorielle. Constate-t-on des actes particuliers de remerciement ou de soumission ? Ou une utilisation dans une optique de propagande : objets (ex-voto), constructions (basiliques de remerciement à Paris ou Lyon), iconographie, commémorations ?

Ces questions pourront être abordées dans le vaste contexte de la chrétienté occidentale des origines à nos jours.

Ce colloque est co- organisé par l’Institut supérieur d’étude des religions et de la laïcité (ISERL) de l’Université Lyon II et le Centre de recherches en histoire du droit et des institutions (CRHiDI) de l’Université Saint-Louis – Bruxelles.

 

Programme

Université Lyon 2, 27-28 septembre 2017

Anne Wagner (Université de Franche-Comté) : « Les reliques en contexte militaire en Lotharingie ».

Esther Dehoux (Université de Lille) : « O milites, ecce venit auxilium quod vobis promisit Deus » Des saints sur le champ de bataille (XIe-XIIIe siècle) ».

David Fiasson (Université Lille 3) : « Miracles relatifs à la guerre de Cent Ans (évasions, guérisons de soldats blessés, survies à un massacre…) évoqués dans le Livre des miracles de sainte Catherine de Fierbois (seconde moitié du XVe siècle) ».

Eric Suire (Université Bordeaux 3) : « Miracle militaire et mémoire confessionnelle. La Délivrance (1562) et l’Escalade (1602) dans l’historiographie toulousaine et genevoise ».

Luc Duerloo (Universiteit Antwerpen) : « Nuestra Señora de la Frontera : La Vierge et les frontières contestées du monde hispanique aux Pays-Bas et aux Philippines, 1565–1648 ».

Bruno  Maes (Université de Lorraine) : « Récits et ex-voto de guerre : la construction d’une identité, les cas du Puy et Liesse ».

Silvia Mostaccio (Université catholique de Louvain) : « Des miracles en terre de Flandres : Guerre et récits d’étrangers (Bentivoglio, Starda, de Mendoza) ».

Yves Krumenacker (Université Lyon 3) : « Autour de la manière dont les protestants lisent les miracles de guerre de l’Ancien Testament ».

Isabelle Blaha (Université Lyon 2) : « Protection mariale, miracles et guerre contre les Mahométans en Méditerranée durant le XVIIe siècle napolitain ».

Giovanni Mutto (Università di Napoli) : « La devozione dei Vicère il ricorso ai santi patroni napoletani nelle congiunture belliche ».

Francisco Javier Ramón Solans (Université de Münster) : « La Vierge du Pilar au combat. Protection miraculeuse et soulagement lors des sièges de Saragosse (1808-1809) ».

François Cochet (Université de Limoge) : « Les « miracles » français de la Grande Guerre: essai d’historisation ».

Bruno Béthouart (Université du Littoral, Côte d’Opale) : « La petite Thérèse : un recours dans la Grande Guerre ».

Stéphane Michonneau (Université Lille 3) : « La « guerre des vierges » durant la première guerre mondiale ».

 

 

Université Saint-Louis Bruxelles, 19-20 octobre 2017

Charles Mériaux (Université Lille 3) : « Le miracle de guerre dans l’hagiographie franque (VIe-IXe siècle) ».

Alain Dierkens (Université libre de Bruxelles) : « Commemoratio meritorum Ursmari et Ermini quo meruerunt Lobienses ab Hungrorum obsidione eripi. Saints et miracles face aux incursions hongroises en Lotharingie (954-955) ».

François De Vriendt (Société des Bolandistes) : « L’irruption miraculeuse du saint dans les combats : un motif hagiographique ou historiographique ?  Relevé et réflexions à partir de cas issus de l’Europe occidentale (Xe-XIIIe siècle) ».

Jean-Marie Sansterre (Université libre de Bruxelles) : « Miracles et absence de miracles dans les guerres contre les musulmans en Orient et dans la péninsule ibérique aux XIIe-XIIIe siècles ».

Catherine Vincent (Université Paris 10) : « Le poids de la guerre dans la fréquentation des sanctuaires à la fin du Moyen Âge ».

Philippe Desmette (Université Saint-Louis – Bruxelles) : « Commémorations de victoires militaires et providentialisme, XVe-XVIIIe siècle ».

Nicolas Balzamo (Fonds national suisse / Université Rome I) : « Les miracles accomplis par des images aux XVe-XVIe siècles afin d’en dégager les  caractères structurels ».

Nicolas Le Roux (université Lyon 2) : « Miracles militaires 1589-1590 : Henri IV contre les ligueurs ».

Nicolas Guyard (Université Lyon 2) : « De la guerre à la croisade, les miracles dans la campagne contre les huguenots en 1621 ».

Philippe Martin (Université Lyon 2) : « Miracles et providentialisme durant la Révolution ».

Matthias Maudoux (Licencié en histoire) : « Les Anges de Mons (23-24 août 1914) : autour d’une « légende » et de son interprétation ».

Frédéric Gugelot (Université de Reims) : « La rationalité de l’irrationnel. Le recours aux pratiques magiques pendant la Grande Guerre ».

Marc Lindeijer (Société des Bollandistes) : « Did God Lead Him? Walter Ciszek on Divine Providence in Prison and in Labor Camps ».

Christian Sorrel (Université Lyon 2) : « Apparitions mariales, miracle et seconde guerre mondiale : une conjoncture originale ? » 

Informations pratiques

Lieux

27-28 septembre 2017 : Lyon, Université Lyon II

19-20 octobre 2017 : Bruxelles, Université Saint-Louis – Bruxelles

 

Comité organisateur :

Prof. Ph. Desmette (Université Saint-Louis – Bruxelles)

Prof. Ph. Martin (Université Lyon II)

 

Comité scientifique

Philippe Desmette (Université Saint-Louis – Bruxelles)

Robert Godding (Société des Bollandistes)

Philippe Martin (Université Lyon II)

Silvia Mostaccio (Université catholique de Louvain)

Christian Sorrel (Université Lyon II)

Catherine Vincent (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

 

Contact : philippe.desmette@usaintlouis.be et philippe.martin@univ-lyon2.fr

Colloque – Conflict Management in the Mediterranean and the Atlantic, 1200-1800: Actors, Institutions and Modes of Dispute Settlement

Congrès international:

Titre: Conflict Management in the Mediterranean and the Atlantic, 1200-1800: Actors, Institutions and Modes of Dispute Settlement

Lieu: Paris, IHMC-Paris I Panthéon-Sorbonne

Date de l’événement: 5-7/10/2017

 

Source de l’info:

https://www.universiteitleiden.nl/binaries/content/assets/geesteswetenschappen/institute-for-history/brochure-mcm-oct-2017.pdf

 

Colloque – Étude et réception de l’Antiquité romaine au siècle des Lumières : perspectives croisées

Titre : Étude et réception de l’Antiquité romaine au siècle des Lumières : perspectives croisées

Lieu : Sénat académique – 1 Place de l’Université, 1348 Louvain-la-Neuve

Date de l’événement : 06/10/2017

Au cours du siècle des Lumières, le continent européen est marqué, dans son ensemble, par un « universel retour à l’Antiquité » (M. Fumaroli) dans les domaines de l’art, de la culture ou encore de la recherche scientifique. L’histoire romaine figure parmi les sujets de prédilection des intellectuels du 18e siècle qui souhaitent aborder cette période dans une optique nouvelle : les travaux et les dissertations, souvent illustrés, se veulent en effet plus critiques et plus concis que les sommes volumineuses composées au cours des 16e et 17e siècles. À la même période, l’étude des vestiges antiques (monuments, inscriptions, monnaies, représentations iconographiques…) connaît une véritable révolution, notamment grâce aux campagnes de fouilles menées dans la péninsule italienne et au développement de nouvelles approches prônées par des autorités de renom telles que Bernard de Montfaucon ou le comte de Caylus.

Un grand nombre d’intellectuels du siècle des Lumières vont se pencher sur ce passé romain, dans le cadre d’études individuelles ou de recherches collectives de grande ampleur : les contacts entre érudits sont nombreux et parfois institutionnalisés par la création d’Académies qui favorisent l’émergence de projets collaboratifs. Bien souvent, ces recherches sont soutenues par les autorités politiques, soucieuses de promouvoir les Lettres, les Arts et les Sciences dans leur(s) état(s) et d’en accroître ainsi le rayonnement culturel.

L’objectif poursuivi lors de cette journée d’étude sera d’approfondir les questions de l’interprétation et de la réception de l’histoire romaine dans l’Europe du 18e siècle : il s’agira donc d’étudier l’appropriation de l’Antiquité classique par les intellectuels des Lumières mais aussi, plus généralement, leur rapport au passé. La perspective envisagée, internationale, envisagera prioritairement les espaces français, italiens et belges. Elle est également résolument  interdisciplinaire puisqu’il s’agira de réunir des spécialistes issus de différentes disciplines afin de traiter de cette thématique par le biais de divers aspects d’ordre historique, culturel et archéologique.

La journée d’étude comportera une session abordant la réception des textes des auteurs antiques au XVIIIe siècle, deux sessions portant sur le développement de l’antiquarisme et d’une forme de « proto-archéologie » à cette période et une session de présentation de posters par des doctorants et de jeunes chercheurs.

Programme

 

10:00-10:15 : introduction by Marco Cavalieri (University of Louvain, Belgium).

 

Session 1 : Roman History and litterature in the Eigtheenth Century (chair : Aline Smeesters, University of Louvain)

10:15-10:45 : Ida Gilda Mastrorosa (Università degli studi, Florence, Italy) : « Louis de Beaufort et la construction de la mémoire familiale dans la Rome antique ».

10:45-11:15 : Étienne Famerie (University of Liège, Belgium) : « La réception de l’Abrégé d’art militaire de Végèce en France au XVIIIe siècle ».

 

11:15-11:30 : coffee break.

 

Session 2 : Antiquarians, numismatists and archaeologists I (chair : Annie Verbanck-Piérard, Musée Royal de Mariemont)

11:30-12:00 : François de Callataÿ (Université libre de Bruxelles / Royal Library of Belgium) : « Les collections de monnaies romaines à travers le XVIIIe siècle ou la déroute des antiquailles ».

12:00-12:30 : Olivier Latteur (University of Namur and University of Louvain, Belgium) : « La Dissertatio de antiquis romanorum monumentis de Pierre-Joseph Heylen, premier inventaire des vestiges romains situés dans l’espace belge (1783) ».

 

12:30-14:00 : lunch.

 

Session 3 : Antiquarians, numismatists and archaeologists II (chair : Athéna Tsingarida, Université libre de Bruxelles)

14:00-14:30 : Véronique Krings (Université de Toulouse Jean-Jaurès, France) : « Relevés épigraphiques et dessins d’antiquités dans le Midi de la France : Jean-François Séguier, Léon Ménard et le marquis d’Orbessan autour des années 1750 ».

14:30-15:00 : Marco Cavalieri (University of Louvain, Belgium) : « Entre esthétique et recherche. La documentation archéologique dans le duché de Parme et Plaisance à l’époque des Bourbons ».

15:00-15:30 : Chantal Grell (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, France) : « Les réactions des amateurs et des antiquaires face à la découverte des cités vésuviennes ».

 

15:30-15:45 : coffee break.

 

15:45-16:45 : Poster session (chair : Françoise Van Haeperen, University of Louvain) :

  • Benoît Pilot (independant scholar, France), « Jean-François Séguier et le marquis d’Orbéssan, une correspondance d’ « antiquaires » dans la seconde moitié du XVIIIe siècle ».
  • Anna Guédon (Université de Toulouse Jean-Jaurès, France), « La documentation isiaque de l’Empire romain dans le Recueil d’antiquités du comte de Caylus ».
  • Déborah Moine (University of Louvain, Belgium), « De fascination en fascination : la Mensa Isiaca chez Bernard de Montfaucon ».
  • Céline Trouchaud (Université de Toulouse Jean-Jaurès, France), « La « mèche d’Horus », une création du siècle des Lumières anglais ? »
  • Sarah Andrès (Université Paris-Sorbonne, France), « Imagines illustrium : les galeries de portraits antiques à l’époque moderne ».
  • Novella Lapini (Università degli studi, Firenze, Italy), « Tacite traduit en sculpture. Une lecture peu connue d’Annales III 1, 4 ».
  • Christophe Burgeon (University of Louvain, Belgium), « La récupération d’exempla moraux de la période romaine chez Philippeaux ».
  • Katia Michini (Università degli studi di Pavia, Italy), « Reminiscences of Classical Antiquity in the Garden of Torre de Picenardi ».

16h45-17h15 conclusion (chair : Odile Parsis-Barubé, Université Lille 3, France).

 

Source de l’info :

https://uclouvain.be/fr/instituts-recherche/incal/cema/evenements/etude-et-reception-de-l-antiquite-romaine-au-siecle-des-lumieres.html

Colloque – Planifier, combattre, occuper : Nouvelles perspectives de l’Histoire des opérations militaires (XIIIe-XXe siècles)

Journée d’étude des doctorants du Service historique de la Défense (SHD)

Titre: Planifier, combattre, occuper : Nouvelles perspectives de l’Histoire des opérations militaires (xiiie-xxe siècles)

Lieu: Château de Vincennes, Pavillon du Roi, Salle des Cartes.

Date de l’événement: 26/09/2017

Source de l’info:

http://www.servicehistorique.sga.defense.gouv.fr/?q=content/journ%C3%A9e-d%C3%A9tude-26-septembre