Archives par mot-clé : histoire de l’art

CFP – Les réformes religieuses dans les anciens Pays-Bas (16e-17e s.)

« Les réformes religieuses dans les anciens Pays-Bas, XVIe-XVIIe siècles » 
Journée d’étude du Centre de recherche et d’Etudes Histoire et Sociétés (CREHS)

Lieu: Université d’Artois, Maison de la Recherche, Arras (France)
Date de l’événement: 10/11/2017
Date limite de réponse à l’appel : 01/10/2017

Argumentaire

Le programme de recherche pluridisciplinaire La Renaissance dans les Provinces du Nord a été lancé en 2015 avec pour objectif d’étudier, en croisant la diversité des sources, approches et thématiques, la singularité des provinces septentrionales de la France et celles des anciens Pays-Bas (Artois, Brabant, Flandres, Hainaut, Picardie), carrefour d’influences et creuset artistique, à une époque à la fois d’intenses conflits politiques et religieux mais aussi de foisonnement culturel, celle de la Renaissance, considérée sur le temps long, fin XVe – mi-XVIIe siècle.

Deux journées d’études ont déjà eu lieu (6 novembre 2015 et 4 novembre 2016). La première a permis de mettre en place un groupe de travail réunissant différents acteurs de la recherche sur la Renaissance dans les Provinces du Nord (enseignants-chercheurs, chercheurs, doctorants, post-doctorants, conservateurs de musée…). La deuxième fut consacrée à Échanges, hybridité et créativité dans les anciens Pays-Bas, xvie-xviiesiècles.

Comme la plupart des régions d’Europe au cours des XVIe et XVIIe siècles, les territoires constitutifs des anciens Pays-Bas furent secoués par des réformes religieuses aux conséquences d’ampleur inégalée jusqu’alors. Réceptacles de réformes nées ailleurs (luthérianisme, calvinisme, contre-réforme catholique), lieux d’expérimentation de mouvements plus ancrés dans les particularismes locaux (anabaptisme…), terres d’accueil de réfugiés religieux, champs de violents conflits armés fondés sur les dissensions religieuses (guerre de Trente Ans), les anciens Pays-Bas occupent une place singulière et majeure dans la reconfiguration politico-religieuse de l’Europe de la première modernité.

La journée d’études se propose d’interroger ces réformes dans leurs spatialités, temporalités et dimensions spécifiques. En ce sens, les communications peuvent porter sur les thématiques suivantes :

  • Historiographie
  • Religion et théologie
  • Congrégations religieuses
  • Arts et cultures
  • Chambres de rhétorique
  • Sociétés urbaines et rurales et réformes religieuses
  • Politique et réformes religieuses
  • Contacts, mobilités, et échanges transfrontaliers

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont à soumettre pour le 1er octobre 2017 au plus tard (charles.girydeloison@univ-artois.fr) et devront comporter, outre le titre, le nom et la qualité de l’intervenant un court résumé. Les communications pourront être en français ou en anglais et ne devront pas dépasser 30 minutes.

Contact : Pr Charles GIRY-DELOISON, EA 4027 CREHS, Université d’Artois, Maison de la Recherche, 9 rue du Temple, BP 10665, 62030 Arras cedex, France.

Journée d’étude – 05/05/2017 – Le moderniste dans la cité

Le moderniste dans la cité

5 mai 2017, Archives Générales du Royaume (Bruxelles)
Inscription via le formulaire ci-dessous

Argumentaire

Le recul au cours des années 70 et 80 des grands paradigmes explicatifs, comme le marxisme, le structuralisme et la théorie des systèmes[1], a entraîné une part des sciences humaines et sociales – tout particulièrement les chercheurs qui ont fait du passé leur objet d’étude – à réinterroger leurs pratiques et le sens de leur travail, les conduisant à prendre ce qu’on a qualifié de « tournant critique » ; voire de « crise »[2]. Comme d’autres avant elle, cette « crise » a aussi été une opportunité ouvrant sur des champs d’investigation originaux, sur de nouveaux développements épistémologiques et sur un dialogue réactualisé avec la société[3]. Mais, comme le montre la parution récente de l’History Manifesto[4], cette « crise », accentuée par la remarquable transformation, ces vingt dernières années, des instances universitaires et du marché du travail des Humanités, a pu également être perçue comme néfaste. En effet, les deux auteurs de cet ouvrage, Jo Guldi et David Armitage, déplorant l’enfermement des historiens dans des recherches de plus en plus spécialisées qui les éloignerait de la société et des pouvoirs de décision, militent pour le retour d’une histoire de la longue durée sur le modèle de celle proposée par Fernand Braudel dans les années cinquante[5]. Ils considèrent ce retour comme à la fois nécessaire face à la multiplication des études de faible portée et réalisable grâce au développement sans précédent des big data.

Sans prendre part directement à la vaste polémique qu’a entraîné cette sollicitation[6] et qui, sous des allures semblables, se retrouve aussi dans d’autres disciplines telles que la littérature[7], nous aimerions saisir la perche tendue et profiter de cette nouvelle journée d’étude de ModerNum pour éclairer pragmatiquement la place qu’occupent aujourd’hui les modernistes dans notre société et la capacité de ces chercheurs à rendre le passé intelligible face aux défis du présent.

La question est d’une part épistémologique. La recherche n’a en effet pas attendu l’History Manifesto pour proposer de nouvelles manières d’interroger l’époque moderne à l’aune du monde contemporain[8]. Il serait intéressant de voir à quel point les modernistes francophones de Belgique participent aujourd’hui à ces questionnements. D’autre part, cette sollicitation concerne toute une série d’acteurs, dans et hors des institutions de recherche, chargés de faire le pont entre l’histoire savante en acte et la société. Nous pensons aux maisons des sciences de l’homme, aux médias généralistes ou à l’enseignement (tout particulièrement aux chercheurs-didacticiens qui réfléchissent aux programmes et aux modalités d’apprentissage). Nous pensons également à la promotion et à la préservation du patrimoine mobilier et immobilier ainsi qu’aux musées et bibliothèques, via notamment leurs services pédagogiques. Nous pensons enfin à la vulgarisation scientifiques plus large, dont les dispositifs concrets de mise en œuvre sont multiples : ouvrages généraux ou visant des publics spécifiques mais aussi manifestations culturelles (par exemple le théâtre), scientifiques (cellules de diffusion des sciences) et/ou citoyennes.

Les questionnements – comme les acteurs qui participent à leur élaboration – sont nombreux et couvrent de vastes domaines du champ social et scientifique. Ils présentent en outre des liens étroits entre plusieurs disciplines telles que l’histoire de l’art, l’histoire, la philosophie ou la littérature. Par son aspect résolument interdisciplinaire, cette rencontre nourrit donc le désir de participer à la formalisation d’un discours autocritique sur notre place, en tant que modernistes, dans l’élaboration du sens que la société d’aujourd’hui se donne. À l’heure où de nombreux gouvernements, institutions et groupes d’intérêts manifestent le désir de statuer motu proprio sur le destin de la recherche en science humaine et sociale, une telle démarche nous semble également bienvenue si nous désirons prendre part activement et de façon éclairée au devenir de nos professions.

Les différentes communications ne devraient pas excéder vingt minutes. À l’issue de chacune des interventions, une courte série de questions-réponses sera engagée avec les auditeurs.

[1] Lyotard J.-F., La condition postmoderne. Rapport sur le savoir, Paris, Les éditions de minuit, 1979.
[2] « Histoire et sciences sociales. Un tournant critique ? », in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, t. 43/2 (1988), p. 291‑293 ; Chartier R., Au bord de la falaise : l’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, A. Michel, 1998.
[3] Boutier J. et Julia D. (dirs.), Passés recomposés. Champs et chantiers de l’histoire, Paris, Ed. autrement, 1995.
[4] Guldi J. et Armitage D., The history manifesto, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.
[5] Braudel F., « Histoire et sciences sociales : la longue durée », in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, t. 13/4 (1958), p. 725‑753.
[6] Voir notamment Annales. Histoire, sciences sociales, La longue durée on débat, t. 70/2 (2015) ; Noiret S., Delafontaine R., Verreycken Q., Arnesen E., « « The History Manifesto » : a discussion », in Memoria e ricerca. Rivista di storia contemporanea, t. 51/1 (2016), p. 97-126.
[7] Voir notamment Schaeffer J.-M., Petite écologie des études littéraires. Pourquoi et comment étudier la littérature?, Vincennes, Thierry Marchaisse, 2011.
[8] Pensons à l’histoire culturelle et des représentations proposées par Roger Chartier ; pensons au boom de l’histoire connectée de Serge Gruzinski et Sanjay Subrahmanyam qui se fonde sur les XVe et XVIe siècles pour formuler un nouveau paradigme explicatif de l’histoire mondialisée (Gruzinski S., L’histoire, pour quoi faire ?, Paris, Fayard, 2015.) ; pensons aussi aux tentatives de Denis Crouzet et de Jean-Marie le Gall pour rendre le terrorisme islamiste intelligible à travers une lecture actualisée des guerres de religion (Crouzet D. et Le Gall J.-M., Au péril des guerres de religion. Réflexions de deux historiens sur notre temps, Paris, PUF, 2015.) ; pensons enfin à l’histoire de l’environnement, de la mémoire ou encore au développement des humanités numériques.

Programme

10h : Accueil

Panel 1 – Présidente de séance : Lise CONSTANT (F.R.S.-FNRS – UCL)

10h30 : Annick DELFOSSE (ULg) : Mots d’accueil
Julien RÉGIBEAU (F.R.S.-FNRS – ULg) : Introduction

11h00 : Quentin VERREYCKEN (F.R.S.-FNRS – UCL / USL-B) – Big data, longue durée et expertise de l’historien.ne : les enjeux soulevés par l’« History Manifesto »

11h20 : Anne STAQUET (UMons) – Détruire la tour d’ivoire du moderniste ou y inviter la foule ?

11h40 : Mathieu FERRAND (UCL) – Quand le chercheur se fait chef de troupe : retour sur le spectacle ‘Combats pour l’Humanisme : Deux revues latines de la Renaissance’

12h00 : Discussion

12h30 : Déjeuner

Panel 2 – Président de séance : Renaud ADAM (F.R.S.-FNRS – ULg)

14h00 : Dominique ALLART (ULg) et Rachel BRAHY (MSH – Liège) – Des Maisons des Sciences de l’Homme en Belgique francophone : des champs d’action pour les disciplines humanistes ?

14h20 : Hélène HAUG (Maison d’Érasme, Anderlecht) – Communiquer nos disciplines : l’université à l’épreuve du musée

14h40 : Discussion – Pause

15h30 : Eric BOUSMAR (Université Saint-Louis) – Histoire publique et public de l’histoire. Quelles places pour l’historien face aux usages ludiques, idéologiques ou mercantiles du passé?

15h50 : Un jour dans l’histoire ou l’histoire (moderne) dans les médias : une rencontre avec Laurent DEHOSSAY (RTBF – La Première)

16h10 : Discussion

16h30 : Conclusions – Valérie LEYH (F.R.S.-FNRS – ULg)

Formulaire d’inscription

Cet événement est organisé avec le soutien de l’ED4, du Laboratoire de Recherches Historiques (LaRHis) et des Archives Générales du Royaume.

Contact: modernum.info@gmail.com

Comité organisateur: R. Adam (F.R.S.-FNRS – ULg), L. Constant (F.R.S.-FNRS – UCL), A. Delfosse (ULg), V. Leyh (F.R.S.-FNRS – ULg) et J. Régibeau (F.R.S.-FNRS – ULg).

Comité scientifique: R. Adam (F.R.S.-FNRS – ULg), S. Barthélemy (F.R.S.-FNRS – UCL), T. Cambrelin (ULB), L. Constant (F.R.S.-FNRS – UCL), S. Guri (ULB), V. Leyh (F.R.S.-FNRS – ULg), R. Loos (UCL), J. Régibeau (F.R.S.-FNRS – ULg).

Colloque – 30/03/2017-02/04/2017 – Annual Meeting of the RSA

Annual meeting of the RSA, Chicago
Sessions organisées par le GEMCA

Lieu: Chicago (USA)
Dates de l’évènement: 30/03/2017-02/04/2017

Sessions organisées par le GEMCA :

A Reassesment of the Impact of Scholasticism on Literature and the Arts
Agnès Guiderdoni : Emblematics in the Light of Scholasticism
Aline Smeesters : Natura between representation and theorization in Early Modern times
Ralph Dekoninck : Jesuit Art and Image Theory, Between Rhetoric and Philosophy

Heresy and Heterodoxy I: Visual Definitions

Birgit Ulrike Münch : Lutheranism as Heresy: Thomas Murner and Religious Polemic of the early 16th C.
Nicole Bensoussan : Heresy and the Theatrics of Subjugation in Late Renaissance Art
Walter S. Melion : “Haeretici typus, et descriptio”: Heretical and Anti-Heretical Imagemaking in Jan David S. J. ‘s Veridicus Christianus

Heresy and Heterodoxy II: Images

Ingrid Falque : The Afterlife of the iconographical programme of Henry Suso’s Exemplar in the 15th and 16th century
Morton Steen Hansen : Lotto’s Heresy
Tanya J. Tiffany : Divine Consecration or Demonic Possession:  Estefanía de la Encarnación and Miraculous Images in 17h-C. Spain

Heresy and Heterodoxy III: Topographies and Geographies

Bret L. Rothstein : Luca Pacioli’s Aesthetics of Error
Lee Palmer Wandel : Paths, Itineraries, and Descriptio of Creation
Ruth S. Noyes : Si scusano, che da Roma vengano le stampe: virtual geographies of the heterodox [im]prints c. 1600

Magnificence in the 17th century: the adaptation of a classical discourse

Alessandro Metlica : Theorizing the sublime or the magnificent? The debate on poetry in 1620’s and 1630’s France
Caroline Heering : Visible signs of piety: gift and magnificence in baroque Jesuit spectacle
Anne-Françoise Morel : Building for God, the patron or the devotee:  a religious interpretation of magnificence and decorum

Staging the gift-giving. Visual and textual representations of artistic donations in early modern period

Gwendoline de Mûelenaere : Images of power. Depictions of diplomatic donations of works of art in early modern Europe
Mathilde Bert : The ‘strange magnanimitie’ of artists : Gifts of works of art in early modern painting
Lise Constant : The gift of devotion. Representations of donations to and of miraculous statues of the Virgin

Source de l’info : GEMCA

Journée d’étude – 16-17/03/2017 – Faire entendre le spectaculaire dans l’ancien comté de Hainaut

Journées d’étude CERMUS

Titre : « Faire entendre le spectaculaire dans l’ancien comté de Hainaut »

Lieu : Louvain-la-Neuve, Collège Mercier, salle Jean Ladrière (A124, conseil ISP)
Date de l’événement : 16-17/03/2017

Argument

En mettant en place des dispositifs de connaissance et de reconnaissance de revendications politiques, communautaires et/ou religieuses, la « culture du spectacle » constitue un vecteur de structuration sociale dont l’importance n’est sans doute plus à rappeler. Celle-ci se déploie bien au-delà des espaces scéniques.
Loin de rester cantonnée aux théâtres, elle envahit la rue, les foires, les salons, les églises, mais également les représentations intellectuelles. Or si les formes spectaculaires se donnent à voir, elles se donnent aussi bien souvent à entendre. Processions, ducasses, entrées, représentations théâtrales, sont autant d’événements dont l’objet visuel se double d’une nécessaire dimension sonore. En prenant l’ancien comté de Hainaut pour terrain d’observation, ces journées d’étude entendent tirer profit d’un territoire dont les caractéristiques socio-économiques se distinguent de celles des grands centres habituellement pris en considération. Faiblement urbanisé, largement dominé par une économie rurale, le Hainaut ne dispose d’aucune des institutions–princières, épiscopales, universitaires ou parlementaires –propices au développement de grands événements spectaculaires. Et pourtant, situé au croisement de grandes routes commerciales, occupant une place sensible dans l’échiquier religieux et géopolitique de l’Europe d’Ancien Régime, zone de contact entre le royaume de France et les Pays-Bas méridionaux, le Hainaut se présente comme un territoire où le spectacle revêt une importance cruciale puisque celui-ci permet d’affirmer la nature des changements et des résiliences opérés à chaque convulsion de son histoire mouvementée. Plus généralement, sa position aux marges de plusieurs centres politiques et culturels offre l’opportunité d’appréhender les conditions de formation du spectaculaire au sein d’une culture frontalière.
Ces journées sont organisées par le CERMUS (UCL) dans le cadre du projet de recherche « Musiques en Hainaut – XVIIe-XVIIIe siècles », en collaboration avec le projet inter-universitaire « La société du spectacle – la fête baroque entre Italie et anciens Pays-Bas, 1585-1685 ».

Source de l’info : GEMCA

Summer School – Print Culture in 16th-century Europe

« Print Culture in 16th-century Europe »

Lieu : Anvers, University of Antwerp
Date de l’événement : 03-07/07/2017
Date limite de réponse à l’appel : 19/04/2017

Argument :

This summer school offers a thorough introduction into the world of the book in the 16th century, by expert speakers explaining how books were printed, published, distributed and read in those fascinating times.

Learn more about specific areas of publishing, such as bibles, literary fiction, or humanist text editions  and be part of an intellectual adventure in an exquisite ‘bookish’ environment, including the world-renowned Plantin-Moretus Museum.

Organization: Faculty of Arts, University Library and Ruusbroec Institute Library

Partners: Plantin-Moretus Museum and Hendrik Conscience Heritage Library

Source de l’info : UAntwerpen

Colloque – 23-24/02/2017 – La reconquête par le livre et l’image. Au cœur de la réforme catholique dans les Pays-Bas (XVIe-XVIIes.)

La reconquête par le livre et l’image. Au cœur de la réforme catholique dans les Pays-Bas (XVIe-XVIIes.)

Winning Back with Books and Prints. At the Heart of the Catholic Reformationin the Low Countries (16th-17th c.)

Lieu: Université de Liège, Salle des Professeurs, A1-Bâtiment central – Place du 20 Août

Date de l’événement: 23-24/02/2017

Programme:

8.45. Welcome coffee, registration /Accueil et inscription

9.15. Presentation

Session I 09.30-11.00

Heleen WYFFELS (KU Leuven) Assessing survival rates of widow-printers’businesses in sixteenth-century Antwerp

Rosa DE MARCO (ULg/Transitions) Les sources emblématiques des marques d’imprimeurs dans les Pays-Bas méridionaux (1561-1640)

Renaud ADAM (F.R.S./FNRS–ULg/Transitions) L’imprimerie à Bruxelles sous les archiducs Albert et Isabelle (1598-1633)

Pause

Session II 11.30-12.30

DirkI MHOF (Plantin-Moretus Museum) A lucrative illustrated prayer book for decades: Canisius’s Manuale catholicorum published by the Plantin Press

Renaud MILAZZO (Paris Saclay/Univ. Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) Les ventes internationales des livres d’emblèmes jésuites par l’officine plantinienne: l’exemple du Père Joannes David au début du XVIIe siècle

13.00. Lunch / Repas

Session III 14.30-15.30

Alexander SOETAERT (KU Leuven) A French book in the Low Countries: Matthieu de Launoy’s ‘Déclaration et réfutation’ and its reissues in Douai, Cambrai and Antwerp

Ruth S. NOYES (Wesleyan University) ‘Per modum compendii a Leonardo Damerio Leodiensi in lucem editum.’ Odo van Maelcote and Leonard Damery’s astrolabium aequinoctiale and the Catholic Reformation converting [im]print

Pause

Session IV 16.00-17.00

Paul ARBLASTER (Univ. Saint-Louis, Bruxelles/Louvain School of Translation and Interpreting) The rhetoric and imagery of crusading in some Antwerp responses to the Bohemian crisis

Johan VERBERCKMOES (KU Leuven) L’hilarité chrétienne au temps des Archiducs Albert et Isabelle

17.15. Cécile Oger, Conservatrice, Présentation des trésors de la Bibliothèque Alpha de l’Université de Liège et Stéphanie Simon, Responsable de la cellule numérisation, Présentation du programme de numérisation DONum (Dépôts d’Objets Numérisés) (http://donum.ulg.ac.be)

9.00. Coffee / Accueil

Session V 9.30-11.00

Walter S. MELION (Emory University) Haeretici typus, et descriptio: Heretical and Anti-Heretical Imagemaking in Jan David S.J.’s Veridicus Christianus

Annelyse LEMMENS (UCL/GEMCA) Les frontispices de livre à l’épreuve de la contre-Réforme: un rebranding par l’image

Gwendoline de MÛELENAERE (UCL/GEMCA) Les affiches de thèses dédiées à Léopold-Guillaume d’Autriche, au service de la Pietas Austriaca

Pause

Session VI 11.30-12.30

Valentine LANGLAIS (Univ. Paul Valéry, Montpellier/Univ. Genève) L’iconographie de la Dernière Cène dans l’Evangelicae Historiae Imagines de Jérôme Nadal, 1593

Marie-Élisabeth HENNEAU (ULg/Transitions) Pratiques de lectures dans les couvents féminins des Pays-Bas méridionaux et du pays de Liège (XVIIe-début XVIIIe s.)

13.00. Lunch / Repas

14.30. Exhibition / Exposition (Musée Grand Curtius): Une réforme, un livre : Luther et la bible palatine

 

Source de l’info: ULg

Appel à posters – Étude et réception de l’Antiquité romaine au siècle des Lumières : perspectives croisées

« “Il n’est guère de matière si vaste que celle des monumens de l’Antiquité”
Étude et réception de l’Antiquité romaine au siècle des Lumières : perspectives croisées »

Appel à posters

Lieu : Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain
Date de l’événement : 6 octobre 2017
Date limite de réponse à l’appel : 15/05/2017

Argument

La journée d’étude « “Il n’est guère de matière si vaste que celle des monumens de l’Antiquité”. Étude et réception de l’Antiquité romaine au siècle des Lumières : perspectives croisées » se tiendra à Louvain-la-Neuve (Université catholique de Louvain), le vendredi 6 octobre 2017.

Elle a pour objectif d’approfondir les questions de la réception et de l’appropriation de l’Antiquité romaine par les intellectuels des Lumières. Cette journée d’étude fait suite à une première rencontre organisée à l’Université de Florence le 26 mai 2016 (« Roma nell’età dei Lumi »). La perspective envisagée est résolument internationale et interdisciplinaire puisqu’il s’agira de réunir des spécialistes issus de différentes disciplines afin de traiter de cette thématique par le biais de divers aspects d’ordre historique, culturel et archéologique. Les langues de communication lors de la journée d’étude seront le français, l’italien et l’anglais.

Le comité organisateur de l’événement souhaite en outre mettre en avant les travaux de recherches innovants de jeunes chercheurs et de chercheurs confirmés. En complément aux communications proposées par des intervenants belges et étrangers, le programme de la journée comprendra donc une session de présentation de posters qui est l’objet de cet appel à contribution.

Les posters retenus seront présentés par leur auteur à la fin de la journée d’étude. Les présentations des différents auteurs seront intégrées aux actes de la journée d’étude.

Informations pratiques :

Les chercheurs intéressés par l’appel à posters sont invités à contacter les organisateurs de la session (olivier.latteur@uclouvain.be ; marco.cavalieri@uclouvain.be) au plus tard pour le lundi 15 mai 2017.

Il leur est demandé de fournir le titre du poster qu’ils souhaitent présenter lors de l’événement ainsi qu’un résumé de maximum 2.500 caractères espaces compris (en français, en anglais ou en italien). Toute proposition pourra être soumise, pour avis, au comité scientifique de l’événement.

L’avis d’acceptation parviendra à l’auteur de l’envoi par retour de mail. Les dimensions du poster seront communiquées dans l’avis d’acceptation.

Comité organisateur : Marco Cavalieri (UCL), Olivier Latteur (UNamur / UCL), Françoise Van Haeperen (UCL) et Pierre Assenmaker (UNamur).

Comité scientifique : Marco Cavalieri (UCL), Ida Gilda Mastrorosa (Università degli studi, Firenze), François de Callataÿ (KBR / ULB), Aline Smeesters (UCL), Pierre Assenmaker (UNamur), Françoise Van Haeperen (UCL) et Olivier Latteur (UNamur / UCL).

Colloque – 09-10/02/2017 – Flandes by Substitution : Copies of Flemish Masters in the Hispanic World (1500-1700)

Flandes by Substitution : Copies of Flemish Masters in the Hispanic World (1500-1700)

Lieu : Bruxelles, Institut royal du Patrimoine artistique (KIK-IRPA)
Date de l’événement : 9-10/02/2017
Date limite d’inscription : 03/02/2017

Argument :

The artistic heritage of the regions that once formed part of the former Spanish Empire includes a large number of painted copies after Flemish masters made during the sixteenth and the seventeenth centuries. Most of these works have received little attention even though they constitute a valuable source for understanding the artistic influence of the Southern Netherlands on Spanish and Latin American art and society in this period. Indeed, the study of copies of Flemish masters sheds light on a number of art historical issues, including the means of diffusion of artistic models, stylistic trends and the dynamics of the art market and the world of collecting. These copies are a valuable testimony to the political, commercial and cultural ties that existed between the Hispanic territories and the Southern Netherlands.

On 9 and 10 February 2017 an international conference will be held on the copies of paintings of Flemish masters from the sixteenth and the seventeenth centuries related to the Hispanic world. The event will take place at the Royal Institute for Cultural Heritage (KIK-IRPA) in Brussels and is organized in collaboration with the Spanish National Research Project COPIMONARCH. La copia pictórica en la Monarquía Hispánica, siglos XVI-XVIII (I+D HAR2014-52061-P) from the Universidad de Granada.

The conference will focus on the phenomenon of the copy from a large variety of approaches, ranging from workshop practices to collecting, trade and patronage. Papers on particular copies have been taken into consideration, but special attention has been paid to the driving forces behind the export-driven market of copies, such as artists, patrons, collectors and merchants. By taking into account cultural, religious, political and socio-economic dynamics, this conference aims to shed new light on the multifaceted artistic impact of the Southern Netherlands on the Hispanic world during the sixteenth and seventeenth centuries.

Scientific Direction:

David García-Cueto, Universidad de Granada
Eduardo Lamas-DeIgado, Royal Institute of Cultural Heritage, Brussels

Scientific Committee:

Elena Alcalá (Universidad Autónoma de Madrid)
Christina Ceulemans (KIK-IRPA, Brussels)
Maria Cruz de Carlos (Museo Nacional del Prado)
Christina Currie (KIK-IRPA, Brussels)
Hélène Dubois (Ghent University / KIK-IRPA, Brussels)
Pedro Flor (Universidade Nova de Lisboa)
Bart Fransen (KIK-IRPA, Brussels)
David García-Cueto (Universidad de Granada)
Pierre-Yves Kairis (KIK-IRPA, Brussels)
Eduardo Lamas-Delgado (KIK-IRPA, Brussels)
Didier Martens (Université Libre de Bruxelles)
Benito Navarrete (Universidad de Alcalá de Henares).

Source : KIKIRPA

Publication – Ralph Dekoninck dir., Les images miraculeuses de la Vierge au premier âge moderne, entre dévotion locale et culte universel, 2015

« Les images miraculeuses de la Vierge au premier âge moderne, entre dévotion locale et culte universel »
Revue de l’histoire des religions Tome 232, 2, 2015.

Date de publication : 2015
Direction de l’ouvrage : Ralph Dekoninck

Table des matières :

Ralph Dekoninck, « Les images miraculeuses de la Vierge au premier âge moderne, entre dévotion locale et culte universel ».

Ralph Dekoninck, « Une science expérimentale des images mariales. La Peritia de l’Atlas Marianus de Wilhelm Gumppenberg ».

Jean-Marie Sansterre, « Vivantes ou comme vivantes : l’animation miraculeuse d’images de la Vierge entre Moyen Âge et époque moderne ».

Olivier Christin, « Qui porte le monde ? Christophe, Atlas, Hercule et Marie (1570-1650) ».

Maarten Delbeke, Lise Constant, Lobke Geurs et al., « L’architecture des statues miraculeuses dans les Pays-Bas méridionaux ».

Morgane Belin, « Vénérer l’image miraculeuse, consoler l’image martyre. Pratiques de dévotion autour de Notre-Dame de la Colombe (1635-1648) »

Source (site éditeur) : Armand Colin et GEMCA

Publication – Utopia & More. Thomas More, de Nederlanden en de utopische traditie

« Utopia & More. Thomas More, de Nederlanden en de utopische traditie »
Catalogus bij de tentoonstelling in de Leuvense Universiteitsbibliotheek, 20 oktober 2016 – 17 januari 2017, Louvain, Leuven University Press, 2016.

ISBN : 9789462700932

Date de publication : 10/2016

Direction de l’ouvrage/Auteur : Dirk Sacré – Erik De Bom – Demmy Verbeke – Gilbert Tournoy

Résumé :

Vijfhonderd jaar geleden legde Dirk Martens in Leuven Utopia ter perse. Om de verjaardag van dit meesterwerk van Thomas More (1477/78–1535) passend te vieren organiseert de Leuvense Universiteitsbibliotheek in het najaar van 2016 een tentoonstelling. Die biedt een portret van More als humanist, staatsman en polemist, belicht zijn contacten met de Nederlanden en staat stil bij zijn terechtstelling en postume faam. Daarnaast gaat de tentoonstelling uitgebreid in op Utopia zelf en tal van bekende en minder bekende utopische werken. Prikkelende essays over al deze onderwerpen en gedetailleerde beschrijvingen van de tentoongestelde objecten vindt de lezer in de bundel Utopia & More. Thomas More, de Nederlanden en de utopische traditie. En voor wie nóg meer wil, bevat het boek ook een aantal extra lemmata die de context schetsen en meer werken voorstellen.

Table des matières (si disponible) :

— Woord vooraf

— D. Sacré, Ephemerides Moricae

Deel I: Thomas More

— M. Laureys, Liefde voor de letteren, gedrevenheid voor de staat, overgave aan God. Het leven van Thomas More

— J. Papy, De twee pennen van kanselier-literator Thomas More. Humanistische literatuur en ‘New Learning’ in het

Engeland van Hendrik VIII

— J. Papy, De orthodox Thomas More in de polemische stormen van de Reformatie. Van religieuze pennenstrijd

tot schavot

— G. Latré, De Engelstalige werken van Thomas More

— G. Tournoy, Terechtstelling en postume faam van Thomas More

— Catalogusnotities 1 t.e.m. 48

Deel II: Thomas More en de Nederlanden

— D. Sacré, Thomas More en de Nederlanden

— Catalogusnotities 49 t.e.m. 88

Deel III: Utopia en de utopische traditie

— E. De Bom, Het ongrijpbare Utopia. Zoektocht naar de ideale samenleving van Nergensland

— E. De Bom – T. Van Houdt, Van atopie tot utopie, van eutopie tot dystopie. Enkele krachtlijnen van de utopische traditie

— Catalogusnotities 89 t.e.m. 120

— Afkortingen

— Literatuurlijst

— Index nominum

Source (site éditeur) : KULeuven

Conférence – 22/03/2017 – ‘Nooit Meer Alleen’, een onderzoek naar het artistieke autobiografische beeldverhaal

Conférence « Miraeus Lectures »

Eva Cardon
‘Nooit Meer Alleen’, een onderzoek naar het artistieke autobiografische beeldverhaal
(conference en néerlandais)

Lieu : Anvers, Erfgoedbibliotheek Hendrik Conscience
Date de l’événement : mercredi 22/03/2017 (19h)

Argument :

Mijn artistieke loopbaan volgde geen lineair pad. In plaats van me op één medium te concentreren verkoos ik een hybride kunstpraktijk uit te bouwen. Naast het tentoonstellen, cureren en werken in opdracht raakte ik gepassioneerd door de narratieve mogelijkheden van het beeldverhaal. Op het einde van de 20ste eeuw ontwikkelde dit zich tot een volwaardige kunstvorm die aspecten uit de beeldende kunsten en literatuur combineert. Een van de belangrijkste hedendaagse genres binnen het stripmedium is de autobiografie. Maar vaak resulteert een puur persoonlijke getuigenis dan in eenvoudige beeldtaal en ligt de nadruk minder op de artistieke vorm. Mijn doctoraatsonderzoek in de Kunsten (promotoren Pascal Lefèvre en Gerda Dendooven) kan ik kaderen binnen een beweging van hedendaagse Europese kunstenaars die op een poëtische manier omgaan met het stripidioom. Na het publiceren van het experimentele beeldverhaal Wij Twee Samen (2015) over het verliezen van mijn dementerende vader, werk ik voor dit onderzoek opnieuw aan een verhaal met een autobiografische kern. Na enkele case study’s waarvoor ik o.a. samenwerkte met muzikanten en schrijvers bouw ik in de huidige fase van mijn doctoraatstraject in korte hoofdstukken een narratief op rond aspecten van het moederschap. Ik onderzoek de mediumspecifieke mogelijkheden van het beeldverhaal en probeer deze langzaamaan open te breken naar een kunstzinnige context.

Over de spreker: Eva Cardon (Ephameron) behaalde de meestergraden in Schilderkunst en Illustratieve Vormgeving. Ze doceert aan twee kunsthogescholen in België en voert een doctoraatsonderzoek in de Kunsten naar het artistieke autobiografische beeldverhaal. Haar narratief werk bevraagt de gevoelige kant van het leven, waarbij ze alledaagse en intieme drama’s documenteert. Onder kunstenaarsnaam Ephameron publiceerde ze haar illustraties in talrijke dagbladen en magazines zoals The New York Times, De Standaard, De Tijd en Knack. Zij is ook actief als curator en toont haar werk in tentoonstellingen over de hele wereld.

Source de l’info : Boekgeschiedenis

Publication – Mathilde Bert, Ingrid Falque, Maud Hagelstein (éd.), Images fixes / Images en mouvement, 2016

Mathilde Bert, Ingrid Falque, Maud Hagelstein (éd.), Images fixes / Images en mouvement, n° 5 de la revue « MethIS. Méthodes et Interdisciplinarité en Sciences humaines », 2016

Date de publication : 2016
Résumé :
Dans le domaine de la théorie de l’image (que celle-ci soit matérielle, imaginaire, animée, littéraire, onirique, etc.), la réflexion actuelle porte fréquemment sur les liens de l’image au mouvement. Et pour cause, ce lien s’avère essentiel : comme le montraient déjà les expérimentations chronophotographiques du pionnier de la photographie Etienne-Jules Marey, l’image – pourtant caractérisée par sa fixité – nourrit depuis toujours un rapport constant avec l’idée de mouvement. D’ailleurs, à observer les travaux récents des chercheurs concernés par le visuel, quand l’image fixe – picturale ou photographique – s’envisage désormais depuis le point de vue de la Dynamis, l’image animée est de plus en plus régulièrement valorisée dans sa fixité. Le plan peut ainsi par exemple être isolé du flux cinématographique, lorsque l’on interroge sa valeur d’exposition, ou lorsqu’il est érigé en image emblématique : le cinéaste Stanley Kubrick parlait à propos de telles images d’« unités insubmersibles » (non-submersible units) et exigeait d’un grand film qu’il en comprenne au moins six. L’image fixe serait fondamentalement liée à la perception d’une énergétique, quand l’image animée serait dépendante de la possibilité d’être immobilisée. Loin d’être paradoxal, ce constat définit à nos yeux la nature dialectique de l’image. Sans vouloir attribuer définitivement à cette dernière le caractère « fixe » ou « mouvant », il importera dans les textes rassemblés ici de proposer un modèle nuancé, capable de décrire concrètement la rythmique inhérente aux objets du champ visuel. Depuis les domaines de recherche variés qui nous occupent, et en repartant des cas concrets et particuliers qui attisent notre curiosité, on essaiera d’apporter notre contribution à une science culturelle transdiscipli- naire, convaincus que seule une vision transversale des médias permettra de saisir l’image dans sa complexité.

Table des matières :

Maud Hagelstein
Introduction

Hélène Collard
Les ambiguïtés de l’anthropomorphisme
De la divinité agissante à sa statue dans la céramique grecque

Stéphanie Derwael
Blattmasken
Un motif iconographique mêlant frontalité et dynamisme végétal

Florence Close
Imaginer l’indicible
A propos de la mise en mouvement des images dans les récits de visions de la Trinité des hagiographes et des mystiques médiévaux (VIIe – XXIIe siècles)

Ingrid Falque
Du dynamisme de l’herméneutique dévotionnelle à la fin du Moyen Age
L’exemple des Andachtsbilder flamandes

Sébastien Fevry & Ralph Dekoninck
Du pas à la chute
Pour une approche transhistorique des phénomènes de seuil et de transition dans les images fixes et animées

Natacha Pfeiffer
Corps fragmentés, images montées
Dura lex de Koulechov

Maud Hagelstein & Jeremy Hamers
L’atlas à l’épreuve de l’image en mouvement (Warburg, Farocki, Didi-Huberman)

Gert Meesters
La rupture dans le temps et dans l’espace en bande-dessinée
Naissance d’une norme chez Hergé et Vandersteen

Jonathan Thonon
Les écarts du photogramme
Entre photographie et cinéma

Denis Saint-Amand
Le mur et le masque
A propos de Banksy

Source (site éditeur) : ULg et GEMCA

Exposition – Une réforme, un livre : Luther et la bible palatine

Une réforme, un livre : Luther et la bible palatine

Lieu: Liège, Grand Curtius (Feronstrée 136)
Date de l’événement: Du 02/02/2017 au 30/04/2017

Commissariat scientifique assuré par Annick Delfosse (Transitions) et Cécile Oger (Réseau des Bibliothèques – Transitions)

Cette exposition a pour point de départ un très bel exemplaire de l’édition francfortoise de la traduction de la Bible par Luther (1561), connue sous le nom de Bible palatine, dont l’illustration a été confiée au graveur allemand Virgil Solis. Cet exemplaire sert de point de départ au développement de plusieurs thématiques en lien avec la réforme (les révision et traduction des textes bibliques, l’utilisation intensive par Martin Luther et de son entourage de l’imprimerie et de la gravure, le rapport complexe de Martin Luther à l’image et son recours à une production satyrique de plus en plus féroce, la production du graveur allemand Virgil Solis…). 

Source de l’info: Transitions