Archives par mot-clé : histoire de l’art

Séminaires – ‘Fantasia’ et fait artistique. Discours et pratiques de l’imagination dans les théories de l’art du XVIe siècle

Cycle de séminaires « Fantasia et fait artistique. Discours et pratiques de l’imagination dans les théories de l’art du XVIe siècle », présenté par David Zagoury (Université de Cambridge)

L’imagination et le langage de l’art: terminologie et physiologie

Date: 05 décembre 2017 (10h-12h)

Lieu: Louvain-la-Neuve, Auditoires Socrate, local SOCR 41

Modus operandi et esthétique de la ‘fantasia’

Date: 07 décembre 2017 (14h-16h)

Lieu: Louvain-la-Neuve, Collège Erasme, local C 228

Traces matérielles de l’image mentale: quelques objets en question

Date: 12 décembre 2017 (14h-16h)

Lieu: Louvain-la-Neuve, Collège Erasme, local C 211

 

Bourse d’étude – Early Modern Prints from the Low Countries in Italian Collections. A Virtual Catalogue

Bourse d’étude de l’Academia Belgica à Rome, dans le cadre du programme de recherche « I Fiamminghi e l’Italia (XVI-XVII s.) », financé par le Fond Baillet-Latour.

Titre: « International research project. Early Modern Prints from the Low Countries in Italian Collections. A Virtual Catalogue »

Lieu: Academia Belgica, Rome

Dates : 1er février – 30 juin 2018

Date limite de candidature: 20 novembre 2017

 

 

Candidature – Doctorant « Kairós, or the Right Moment. Nachleben and Iconology »

Appel à candidature pour une bourse de doctorat en histoire de l’art à la KU Leuven dans le cadre du projet « Kairós, or the Right Moment. Nachleben and Iconology »

Date limite: 25 novembre 2017

Description de l’offre:

The Department of Art History of the KU Leuven (Belgium) invites applications for a full time 4-year PhD scholarship. The successful candidate will participate in the project ‘Kairós, or the Right Moment. Nachleben and Iconology’, funded by the Internal Funds of KU Leuven and supervised by prof. dr. Barbara Baert (KU Leuven) and dr. Han Lamers (KU Leuven / University of Oslo). See: https://www.arts.kuleuven.be/art_history/art_history

Project

The Greek term kairós expresses a complex notion of ‘grasping the right moment’, which travelled through art, literature, and philosophy. Combining perspectives from classical reception studies and iconology, this research initiative deals with the reception of kairós in the visual medium from antiquity to the Renaissance. How was kairós visualized in ancient, medieval, and Renaissance art? And how did text and image work together to transform the idea of ‘grasping the right moment’ in various contexts? Topics of interest dealt with by current members of the research team include the biblical, theological, and liturgical interpretations of kairós and their relevance to the visual arts; the role of kairós in early medieval art and in Annunciation scenes; kairós as pseudomorphosis, etc. The research team will gather and analyze the largely disconnected ‘textual’ and ‘visual’ research traditions in order to explore, more systematically than has been attempted before, the Nachleben of this motif in the visual realm. To achieve this, it will build an exhaustive database, or ‘Bilderatlas’, of visual representations of kairós.

The successful candidate will write a PhD thesis on an original topic of specialization which relates to project’s general research questions as explained above. S/he will be expected to finish her/his PhD within the time span of four years, to regularly present intermediate results at workshops and conferences, and to publish on the topic of specialization in international scholarly journals. As a member of the kairós research group, the successful candidate will also participate to all project meetings and contribute the project’s visual research database (‘Bilderatlas’).

Your profile

  • You hold an (R)MA or MPhil degree in one or more relevant fields, preferably including Art History
  • You have excellent research skills
  • You show an independent, cooperative, creative attitude
  • You have excellent command of English (both active and passive)
  • You have good reading skills in at least two additional foreign languages (preferably French, German, and/or Italian)
  • You show willingness to move to Flanders for the duration of the fellowship and participate in academic life at the KU Leuven campus
  • You are familiar with reference management software (Zotero) and asset management software (Cumulus) is a pre

Our offer

We offer you a full time salaried PhD position for four years and the chance to work in a challenging, international and interdisciplinary work environment. The initial contract has a duration of one year, and will be renewed after positive evaluation (max. 4 years).

Job applications

Interested candidates are warmly invited to submit the following information in one PDF-file (not zipped):

  1. letter of motivation / cover letter;
  2. curriculum vitae, with contact details of two referents;
  3. research proposal of max. 1500 words, explaining your research topic, method, and work plan, with specific emphasis on the ways in which visualisations of kairós were transformed from the Middle Ages onwards (special interest/expertise in the Renaissance and/or early modern context is particularly welcomed);
  4. academic transcript and certified overview of your study results (per year).

Please submit your complete application to Han Lamers via han.lamers@kuleuven.be before 25 November 2017.

At a later stage, you may be asked for a pdf-version of your MA-thesis (if you have not yet finished your thesis, you are expected to include a chapter of your thesis with a copy of your BA thesis).

 

Séminaire – L’art de la guerre dans les frontispices des traités de fortification à l’époque moderne

Séminaire de présentation des projets de recherche des membres du GEMCA

Titre: « L’art de la guerre dans les frontispices des traités de fortification à l’époque moderne« , présenté par Delphine Schreuder

Lieu: Louvain-la-Neuve, Collège Erasme, local C228

Date: 04 octobre 2017 (14h-16h)

 

 

CFP – Les réformes religieuses dans les anciens Pays-Bas (16e-17e s.)

« Les réformes religieuses dans les anciens Pays-Bas, XVIe-XVIIe siècles » 
Journée d’étude du Centre de recherche et d’Etudes Histoire et Sociétés (CREHS)

Lieu: Université d’Artois, Maison de la Recherche, Arras (France)
Date de l’événement: 10/11/2017
Date limite de réponse à l’appel : 01/10/2017

Argumentaire

Le programme de recherche pluridisciplinaire La Renaissance dans les Provinces du Nord a été lancé en 2015 avec pour objectif d’étudier, en croisant la diversité des sources, approches et thématiques, la singularité des provinces septentrionales de la France et celles des anciens Pays-Bas (Artois, Brabant, Flandres, Hainaut, Picardie), carrefour d’influences et creuset artistique, à une époque à la fois d’intenses conflits politiques et religieux mais aussi de foisonnement culturel, celle de la Renaissance, considérée sur le temps long, fin XVe – mi-XVIIe siècle.

Deux journées d’études ont déjà eu lieu (6 novembre 2015 et 4 novembre 2016). La première a permis de mettre en place un groupe de travail réunissant différents acteurs de la recherche sur la Renaissance dans les Provinces du Nord (enseignants-chercheurs, chercheurs, doctorants, post-doctorants, conservateurs de musée…). La deuxième fut consacrée à Échanges, hybridité et créativité dans les anciens Pays-Bas, xvie-xviiesiècles.

Comme la plupart des régions d’Europe au cours des XVIe et XVIIe siècles, les territoires constitutifs des anciens Pays-Bas furent secoués par des réformes religieuses aux conséquences d’ampleur inégalée jusqu’alors. Réceptacles de réformes nées ailleurs (luthérianisme, calvinisme, contre-réforme catholique), lieux d’expérimentation de mouvements plus ancrés dans les particularismes locaux (anabaptisme…), terres d’accueil de réfugiés religieux, champs de violents conflits armés fondés sur les dissensions religieuses (guerre de Trente Ans), les anciens Pays-Bas occupent une place singulière et majeure dans la reconfiguration politico-religieuse de l’Europe de la première modernité.

La journée d’études se propose d’interroger ces réformes dans leurs spatialités, temporalités et dimensions spécifiques. En ce sens, les communications peuvent porter sur les thématiques suivantes :

  • Historiographie
  • Religion et théologie
  • Congrégations religieuses
  • Arts et cultures
  • Chambres de rhétorique
  • Sociétés urbaines et rurales et réformes religieuses
  • Politique et réformes religieuses
  • Contacts, mobilités, et échanges transfrontaliers

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont à soumettre pour le 1er octobre 2017 au plus tard (charles.girydeloison@univ-artois.fr) et devront comporter, outre le titre, le nom et la qualité de l’intervenant un court résumé. Les communications pourront être en français ou en anglais et ne devront pas dépasser 30 minutes.

Contact : Pr Charles GIRY-DELOISON, EA 4027 CREHS, Université d’Artois, Maison de la Recherche, 9 rue du Temple, BP 10665, 62030 Arras cedex, France.

Journée d’étude – 05/05/2017 – Le moderniste dans la cité

Le moderniste dans la cité

5 mai 2017, Archives Générales du Royaume (Bruxelles)
Inscription via le formulaire ci-dessous

Argumentaire

Le recul au cours des années 70 et 80 des grands paradigmes explicatifs, comme le marxisme, le structuralisme et la théorie des systèmes[1], a entraîné une part des sciences humaines et sociales – tout particulièrement les chercheurs qui ont fait du passé leur objet d’étude – à réinterroger leurs pratiques et le sens de leur travail, les conduisant à prendre ce qu’on a qualifié de « tournant critique » ; voire de « crise »[2]. Comme d’autres avant elle, cette « crise » a aussi été une opportunité ouvrant sur des champs d’investigation originaux, sur de nouveaux développements épistémologiques et sur un dialogue réactualisé avec la société[3]. Mais, comme le montre la parution récente de l’History Manifesto[4], cette « crise », accentuée par la remarquable transformation, ces vingt dernières années, des instances universitaires et du marché du travail des Humanités, a pu également être perçue comme néfaste. En effet, les deux auteurs de cet ouvrage, Jo Guldi et David Armitage, déplorant l’enfermement des historiens dans des recherches de plus en plus spécialisées qui les éloignerait de la société et des pouvoirs de décision, militent pour le retour d’une histoire de la longue durée sur le modèle de celle proposée par Fernand Braudel dans les années cinquante[5]. Ils considèrent ce retour comme à la fois nécessaire face à la multiplication des études de faible portée et réalisable grâce au développement sans précédent des big data.

Sans prendre part directement à la vaste polémique qu’a entraîné cette sollicitation[6] et qui, sous des allures semblables, se retrouve aussi dans d’autres disciplines telles que la littérature[7], nous aimerions saisir la perche tendue et profiter de cette nouvelle journée d’étude de ModerNum pour éclairer pragmatiquement la place qu’occupent aujourd’hui les modernistes dans notre société et la capacité de ces chercheurs à rendre le passé intelligible face aux défis du présent.

La question est d’une part épistémologique. La recherche n’a en effet pas attendu l’History Manifesto pour proposer de nouvelles manières d’interroger l’époque moderne à l’aune du monde contemporain[8]. Il serait intéressant de voir à quel point les modernistes francophones de Belgique participent aujourd’hui à ces questionnements. D’autre part, cette sollicitation concerne toute une série d’acteurs, dans et hors des institutions de recherche, chargés de faire le pont entre l’histoire savante en acte et la société. Nous pensons aux maisons des sciences de l’homme, aux médias généralistes ou à l’enseignement (tout particulièrement aux chercheurs-didacticiens qui réfléchissent aux programmes et aux modalités d’apprentissage). Nous pensons également à la promotion et à la préservation du patrimoine mobilier et immobilier ainsi qu’aux musées et bibliothèques, via notamment leurs services pédagogiques. Nous pensons enfin à la vulgarisation scientifiques plus large, dont les dispositifs concrets de mise en œuvre sont multiples : ouvrages généraux ou visant des publics spécifiques mais aussi manifestations culturelles (par exemple le théâtre), scientifiques (cellules de diffusion des sciences) et/ou citoyennes.

Les questionnements – comme les acteurs qui participent à leur élaboration – sont nombreux et couvrent de vastes domaines du champ social et scientifique. Ils présentent en outre des liens étroits entre plusieurs disciplines telles que l’histoire de l’art, l’histoire, la philosophie ou la littérature. Par son aspect résolument interdisciplinaire, cette rencontre nourrit donc le désir de participer à la formalisation d’un discours autocritique sur notre place, en tant que modernistes, dans l’élaboration du sens que la société d’aujourd’hui se donne. À l’heure où de nombreux gouvernements, institutions et groupes d’intérêts manifestent le désir de statuer motu proprio sur le destin de la recherche en science humaine et sociale, une telle démarche nous semble également bienvenue si nous désirons prendre part activement et de façon éclairée au devenir de nos professions.

Les différentes communications ne devraient pas excéder vingt minutes. À l’issue de chacune des interventions, une courte série de questions-réponses sera engagée avec les auditeurs.

[1] Lyotard J.-F., La condition postmoderne. Rapport sur le savoir, Paris, Les éditions de minuit, 1979.
[2] « Histoire et sciences sociales. Un tournant critique ? », in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, t. 43/2 (1988), p. 291‑293 ; Chartier R., Au bord de la falaise : l’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, A. Michel, 1998.
[3] Boutier J. et Julia D. (dirs.), Passés recomposés. Champs et chantiers de l’histoire, Paris, Ed. autrement, 1995.
[4] Guldi J. et Armitage D., The history manifesto, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.
[5] Braudel F., « Histoire et sciences sociales : la longue durée », in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, t. 13/4 (1958), p. 725‑753.
[6] Voir notamment Annales. Histoire, sciences sociales, La longue durée on débat, t. 70/2 (2015) ; Noiret S., Delafontaine R., Verreycken Q., Arnesen E., « « The History Manifesto » : a discussion », in Memoria e ricerca. Rivista di storia contemporanea, t. 51/1 (2016), p. 97-126.
[7] Voir notamment Schaeffer J.-M., Petite écologie des études littéraires. Pourquoi et comment étudier la littérature?, Vincennes, Thierry Marchaisse, 2011.
[8] Pensons à l’histoire culturelle et des représentations proposées par Roger Chartier ; pensons au boom de l’histoire connectée de Serge Gruzinski et Sanjay Subrahmanyam qui se fonde sur les XVe et XVIe siècles pour formuler un nouveau paradigme explicatif de l’histoire mondialisée (Gruzinski S., L’histoire, pour quoi faire ?, Paris, Fayard, 2015.) ; pensons aussi aux tentatives de Denis Crouzet et de Jean-Marie le Gall pour rendre le terrorisme islamiste intelligible à travers une lecture actualisée des guerres de religion (Crouzet D. et Le Gall J.-M., Au péril des guerres de religion. Réflexions de deux historiens sur notre temps, Paris, PUF, 2015.) ; pensons enfin à l’histoire de l’environnement, de la mémoire ou encore au développement des humanités numériques.

Programme

10h : Accueil

Panel 1 – Présidente de séance : Lise CONSTANT (F.R.S.-FNRS – UCL)

10h30 : Annick DELFOSSE (ULg) : Mots d’accueil
Julien RÉGIBEAU (F.R.S.-FNRS – ULg) : Introduction

11h00 : Quentin VERREYCKEN (F.R.S.-FNRS – UCL / USL-B) – Big data, longue durée et expertise de l’historien.ne : les enjeux soulevés par l’« History Manifesto »

11h20 : Anne STAQUET (UMons) – Détruire la tour d’ivoire du moderniste ou y inviter la foule ?

11h40 : Mathieu FERRAND (UCL) – Quand le chercheur se fait chef de troupe : retour sur le spectacle ‘Combats pour l’Humanisme : Deux revues latines de la Renaissance’

12h00 : Discussion

12h30 : Déjeuner

Panel 2 – Président de séance : Renaud ADAM (F.R.S.-FNRS – ULg)

14h00 : Dominique ALLART (ULg) et Rachel BRAHY (MSH – Liège) – Des Maisons des Sciences de l’Homme en Belgique francophone : des champs d’action pour les disciplines humanistes ?

14h20 : Hélène HAUG (Maison d’Érasme, Anderlecht) – Communiquer nos disciplines : l’université à l’épreuve du musée

14h40 : Discussion – Pause

15h30 : Eric BOUSMAR (Université Saint-Louis) – Histoire publique et public de l’histoire. Quelles places pour l’historien face aux usages ludiques, idéologiques ou mercantiles du passé?

15h50 : Un jour dans l’histoire ou l’histoire (moderne) dans les médias : une rencontre avec Laurent DEHOSSAY (RTBF – La Première)

16h10 : Discussion

16h30 : Conclusions – Valérie LEYH (F.R.S.-FNRS – ULg)

Formulaire d’inscription

Cet événement est organisé avec le soutien de l’ED4, du Laboratoire de Recherches Historiques (LaRHis) et des Archives Générales du Royaume.

Contact: modernum.info@gmail.com

Comité organisateur: R. Adam (F.R.S.-FNRS – ULg), L. Constant (F.R.S.-FNRS – UCL), A. Delfosse (ULg), V. Leyh (F.R.S.-FNRS – ULg) et J. Régibeau (F.R.S.-FNRS – ULg).

Comité scientifique: R. Adam (F.R.S.-FNRS – ULg), S. Barthélemy (F.R.S.-FNRS – UCL), T. Cambrelin (ULB), L. Constant (F.R.S.-FNRS – UCL), S. Guri (ULB), V. Leyh (F.R.S.-FNRS – ULg), R. Loos (UCL), J. Régibeau (F.R.S.-FNRS – ULg).

Colloque – 30/03/2017-02/04/2017 – Annual Meeting of the RSA

Annual meeting of the RSA, Chicago
Sessions organisées par le GEMCA

Lieu: Chicago (USA)
Dates de l’évènement: 30/03/2017-02/04/2017

Sessions organisées par le GEMCA :

A Reassesment of the Impact of Scholasticism on Literature and the Arts
Agnès Guiderdoni : Emblematics in the Light of Scholasticism
Aline Smeesters : Natura between representation and theorization in Early Modern times
Ralph Dekoninck : Jesuit Art and Image Theory, Between Rhetoric and Philosophy

Heresy and Heterodoxy I: Visual Definitions

Birgit Ulrike Münch : Lutheranism as Heresy: Thomas Murner and Religious Polemic of the early 16th C.
Nicole Bensoussan : Heresy and the Theatrics of Subjugation in Late Renaissance Art
Walter S. Melion : “Haeretici typus, et descriptio”: Heretical and Anti-Heretical Imagemaking in Jan David S. J. ‘s Veridicus Christianus

Heresy and Heterodoxy II: Images

Ingrid Falque : The Afterlife of the iconographical programme of Henry Suso’s Exemplar in the 15th and 16th century
Morton Steen Hansen : Lotto’s Heresy
Tanya J. Tiffany : Divine Consecration or Demonic Possession:  Estefanía de la Encarnación and Miraculous Images in 17h-C. Spain

Heresy and Heterodoxy III: Topographies and Geographies

Bret L. Rothstein : Luca Pacioli’s Aesthetics of Error
Lee Palmer Wandel : Paths, Itineraries, and Descriptio of Creation
Ruth S. Noyes : Si scusano, che da Roma vengano le stampe: virtual geographies of the heterodox [im]prints c. 1600

Magnificence in the 17th century: the adaptation of a classical discourse

Alessandro Metlica : Theorizing the sublime or the magnificent? The debate on poetry in 1620’s and 1630’s France
Caroline Heering : Visible signs of piety: gift and magnificence in baroque Jesuit spectacle
Anne-Françoise Morel : Building for God, the patron or the devotee:  a religious interpretation of magnificence and decorum

Staging the gift-giving. Visual and textual representations of artistic donations in early modern period

Gwendoline de Mûelenaere : Images of power. Depictions of diplomatic donations of works of art in early modern Europe
Mathilde Bert : The ‘strange magnanimitie’ of artists : Gifts of works of art in early modern painting
Lise Constant : The gift of devotion. Representations of donations to and of miraculous statues of the Virgin

Source de l’info : GEMCA

Journée d’étude – 16-17/03/2017 – Faire entendre le spectaculaire dans l’ancien comté de Hainaut

Journées d’étude CERMUS

Titre : « Faire entendre le spectaculaire dans l’ancien comté de Hainaut »

Lieu : Louvain-la-Neuve, Collège Mercier, salle Jean Ladrière (A124, conseil ISP)
Date de l’événement : 16-17/03/2017

Argument

En mettant en place des dispositifs de connaissance et de reconnaissance de revendications politiques, communautaires et/ou religieuses, la « culture du spectacle » constitue un vecteur de structuration sociale dont l’importance n’est sans doute plus à rappeler. Celle-ci se déploie bien au-delà des espaces scéniques.
Loin de rester cantonnée aux théâtres, elle envahit la rue, les foires, les salons, les églises, mais également les représentations intellectuelles. Or si les formes spectaculaires se donnent à voir, elles se donnent aussi bien souvent à entendre. Processions, ducasses, entrées, représentations théâtrales, sont autant d’événements dont l’objet visuel se double d’une nécessaire dimension sonore. En prenant l’ancien comté de Hainaut pour terrain d’observation, ces journées d’étude entendent tirer profit d’un territoire dont les caractéristiques socio-économiques se distinguent de celles des grands centres habituellement pris en considération. Faiblement urbanisé, largement dominé par une économie rurale, le Hainaut ne dispose d’aucune des institutions–princières, épiscopales, universitaires ou parlementaires –propices au développement de grands événements spectaculaires. Et pourtant, situé au croisement de grandes routes commerciales, occupant une place sensible dans l’échiquier religieux et géopolitique de l’Europe d’Ancien Régime, zone de contact entre le royaume de France et les Pays-Bas méridionaux, le Hainaut se présente comme un territoire où le spectacle revêt une importance cruciale puisque celui-ci permet d’affirmer la nature des changements et des résiliences opérés à chaque convulsion de son histoire mouvementée. Plus généralement, sa position aux marges de plusieurs centres politiques et culturels offre l’opportunité d’appréhender les conditions de formation du spectaculaire au sein d’une culture frontalière.
Ces journées sont organisées par le CERMUS (UCL) dans le cadre du projet de recherche « Musiques en Hainaut – XVIIe-XVIIIe siècles », en collaboration avec le projet inter-universitaire « La société du spectacle – la fête baroque entre Italie et anciens Pays-Bas, 1585-1685 ».

Source de l’info : GEMCA

Summer School – Print Culture in 16th-century Europe

« Print Culture in 16th-century Europe »

Lieu : Anvers, University of Antwerp
Date de l’événement : 03-07/07/2017
Date limite de réponse à l’appel : 19/04/2017

Argument :

This summer school offers a thorough introduction into the world of the book in the 16th century, by expert speakers explaining how books were printed, published, distributed and read in those fascinating times.

Learn more about specific areas of publishing, such as bibles, literary fiction, or humanist text editions  and be part of an intellectual adventure in an exquisite ‘bookish’ environment, including the world-renowned Plantin-Moretus Museum.

Organization: Faculty of Arts, University Library and Ruusbroec Institute Library

Partners: Plantin-Moretus Museum and Hendrik Conscience Heritage Library

Source de l’info : UAntwerpen

Colloque – 23-24/02/2017 – La reconquête par le livre et l’image. Au cœur de la réforme catholique dans les Pays-Bas (XVIe-XVIIes.)

La reconquête par le livre et l’image. Au cœur de la réforme catholique dans les Pays-Bas (XVIe-XVIIes.)

Winning Back with Books and Prints. At the Heart of the Catholic Reformationin the Low Countries (16th-17th c.)

Lieu: Université de Liège, Salle des Professeurs, A1-Bâtiment central – Place du 20 Août

Date de l’événement: 23-24/02/2017

Programme:

8.45. Welcome coffee, registration /Accueil et inscription

9.15. Presentation

Session I 09.30-11.00

Heleen WYFFELS (KU Leuven) Assessing survival rates of widow-printers’businesses in sixteenth-century Antwerp

Rosa DE MARCO (ULg/Transitions) Les sources emblématiques des marques d’imprimeurs dans les Pays-Bas méridionaux (1561-1640)

Renaud ADAM (F.R.S./FNRS–ULg/Transitions) L’imprimerie à Bruxelles sous les archiducs Albert et Isabelle (1598-1633)

Pause

Session II 11.30-12.30

DirkI MHOF (Plantin-Moretus Museum) A lucrative illustrated prayer book for decades: Canisius’s Manuale catholicorum published by the Plantin Press

Renaud MILAZZO (Paris Saclay/Univ. Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) Les ventes internationales des livres d’emblèmes jésuites par l’officine plantinienne: l’exemple du Père Joannes David au début du XVIIe siècle

13.00. Lunch / Repas

Session III 14.30-15.30

Alexander SOETAERT (KU Leuven) A French book in the Low Countries: Matthieu de Launoy’s ‘Déclaration et réfutation’ and its reissues in Douai, Cambrai and Antwerp

Ruth S. NOYES (Wesleyan University) ‘Per modum compendii a Leonardo Damerio Leodiensi in lucem editum.’ Odo van Maelcote and Leonard Damery’s astrolabium aequinoctiale and the Catholic Reformation converting [im]print

Pause

Session IV 16.00-17.00

Paul ARBLASTER (Univ. Saint-Louis, Bruxelles/Louvain School of Translation and Interpreting) The rhetoric and imagery of crusading in some Antwerp responses to the Bohemian crisis

Johan VERBERCKMOES (KU Leuven) L’hilarité chrétienne au temps des Archiducs Albert et Isabelle

17.15. Cécile Oger, Conservatrice, Présentation des trésors de la Bibliothèque Alpha de l’Université de Liège et Stéphanie Simon, Responsable de la cellule numérisation, Présentation du programme de numérisation DONum (Dépôts d’Objets Numérisés) (http://donum.ulg.ac.be)

9.00. Coffee / Accueil

Session V 9.30-11.00

Walter S. MELION (Emory University) Haeretici typus, et descriptio: Heretical and Anti-Heretical Imagemaking in Jan David S.J.’s Veridicus Christianus

Annelyse LEMMENS (UCL/GEMCA) Les frontispices de livre à l’épreuve de la contre-Réforme: un rebranding par l’image

Gwendoline de MÛELENAERE (UCL/GEMCA) Les affiches de thèses dédiées à Léopold-Guillaume d’Autriche, au service de la Pietas Austriaca

Pause

Session VI 11.30-12.30

Valentine LANGLAIS (Univ. Paul Valéry, Montpellier/Univ. Genève) L’iconographie de la Dernière Cène dans l’Evangelicae Historiae Imagines de Jérôme Nadal, 1593

Marie-Élisabeth HENNEAU (ULg/Transitions) Pratiques de lectures dans les couvents féminins des Pays-Bas méridionaux et du pays de Liège (XVIIe-début XVIIIe s.)

13.00. Lunch / Repas

14.30. Exhibition / Exposition (Musée Grand Curtius): Une réforme, un livre : Luther et la bible palatine

 

Source de l’info: ULg

Appel à posters – Étude et réception de l’Antiquité romaine au siècle des Lumières : perspectives croisées

« “Il n’est guère de matière si vaste que celle des monumens de l’Antiquité”
Étude et réception de l’Antiquité romaine au siècle des Lumières : perspectives croisées »

Appel à posters

Lieu : Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain
Date de l’événement : 6 octobre 2017
Date limite de réponse à l’appel : 15/05/2017

Argument

La journée d’étude « “Il n’est guère de matière si vaste que celle des monumens de l’Antiquité”. Étude et réception de l’Antiquité romaine au siècle des Lumières : perspectives croisées » se tiendra à Louvain-la-Neuve (Université catholique de Louvain), le vendredi 6 octobre 2017.

Elle a pour objectif d’approfondir les questions de la réception et de l’appropriation de l’Antiquité romaine par les intellectuels des Lumières. Cette journée d’étude fait suite à une première rencontre organisée à l’Université de Florence le 26 mai 2016 (« Roma nell’età dei Lumi »). La perspective envisagée est résolument internationale et interdisciplinaire puisqu’il s’agira de réunir des spécialistes issus de différentes disciplines afin de traiter de cette thématique par le biais de divers aspects d’ordre historique, culturel et archéologique. Les langues de communication lors de la journée d’étude seront le français, l’italien et l’anglais.

Le comité organisateur de l’événement souhaite en outre mettre en avant les travaux de recherches innovants de jeunes chercheurs et de chercheurs confirmés. En complément aux communications proposées par des intervenants belges et étrangers, le programme de la journée comprendra donc une session de présentation de posters qui est l’objet de cet appel à contribution.

Les posters retenus seront présentés par leur auteur à la fin de la journée d’étude. Les présentations des différents auteurs seront intégrées aux actes de la journée d’étude.

Informations pratiques :

Les chercheurs intéressés par l’appel à posters sont invités à contacter les organisateurs de la session (olivier.latteur@uclouvain.be ; marco.cavalieri@uclouvain.be) au plus tard pour le lundi 15 mai 2017.

Il leur est demandé de fournir le titre du poster qu’ils souhaitent présenter lors de l’événement ainsi qu’un résumé de maximum 2.500 caractères espaces compris (en français, en anglais ou en italien). Toute proposition pourra être soumise, pour avis, au comité scientifique de l’événement.

L’avis d’acceptation parviendra à l’auteur de l’envoi par retour de mail. Les dimensions du poster seront communiquées dans l’avis d’acceptation.

Comité organisateur : Marco Cavalieri (UCL), Olivier Latteur (UNamur / UCL), Françoise Van Haeperen (UCL) et Pierre Assenmaker (UNamur).

Comité scientifique : Marco Cavalieri (UCL), Ida Gilda Mastrorosa (Università degli studi, Firenze), François de Callataÿ (KBR / ULB), Aline Smeesters (UCL), Pierre Assenmaker (UNamur), Françoise Van Haeperen (UCL) et Olivier Latteur (UNamur / UCL).