Archives par mot-clé : journée d’étude

CFP – Quel lieu choisir ? Implantation, représentation et mention de l’édifice et de l’objet (XIe – XVIIe)

Deuxième volet d’un cycle de journées doctorales internationales organisées par l’UR Transitions – Moyen Âge et première modernité de l’Université de Liège, le Laboratoire Trame de l’Université de Picardie Jules Verne, et le Centre d’Étude supérieures de la Renaissance de l’Université de Tours

Titre : Quel lieu choisir ? Implantation, représentation et mention de l’édifice et de l’objet (XIe – XVIIe)

Lieu : Amiens. Logis de Roy

Date : 29-30 mai 2018

Pour plus d’informations :

Journées doctorales internationales – Amiens – 29 et 30 mai 2018 – Quel lieu choisir – FR&EN

Journée d’étude – 05/05/2017 – Le moderniste dans la cité

Le moderniste dans la cité

5 mai 2017, Archives Générales du Royaume (Bruxelles)
Inscription via le formulaire ci-dessous

Argumentaire

Le recul au cours des années 70 et 80 des grands paradigmes explicatifs, comme le marxisme, le structuralisme et la théorie des systèmes[1], a entraîné une part des sciences humaines et sociales – tout particulièrement les chercheurs qui ont fait du passé leur objet d’étude – à réinterroger leurs pratiques et le sens de leur travail, les conduisant à prendre ce qu’on a qualifié de « tournant critique » ; voire de « crise »[2]. Comme d’autres avant elle, cette « crise » a aussi été une opportunité ouvrant sur des champs d’investigation originaux, sur de nouveaux développements épistémologiques et sur un dialogue réactualisé avec la société[3]. Mais, comme le montre la parution récente de l’History Manifesto[4], cette « crise », accentuée par la remarquable transformation, ces vingt dernières années, des instances universitaires et du marché du travail des Humanités, a pu également être perçue comme néfaste. En effet, les deux auteurs de cet ouvrage, Jo Guldi et David Armitage, déplorant l’enfermement des historiens dans des recherches de plus en plus spécialisées qui les éloignerait de la société et des pouvoirs de décision, militent pour le retour d’une histoire de la longue durée sur le modèle de celle proposée par Fernand Braudel dans les années cinquante[5]. Ils considèrent ce retour comme à la fois nécessaire face à la multiplication des études de faible portée et réalisable grâce au développement sans précédent des big data.

Sans prendre part directement à la vaste polémique qu’a entraîné cette sollicitation[6] et qui, sous des allures semblables, se retrouve aussi dans d’autres disciplines telles que la littérature[7], nous aimerions saisir la perche tendue et profiter de cette nouvelle journée d’étude de ModerNum pour éclairer pragmatiquement la place qu’occupent aujourd’hui les modernistes dans notre société et la capacité de ces chercheurs à rendre le passé intelligible face aux défis du présent.

La question est d’une part épistémologique. La recherche n’a en effet pas attendu l’History Manifesto pour proposer de nouvelles manières d’interroger l’époque moderne à l’aune du monde contemporain[8]. Il serait intéressant de voir à quel point les modernistes francophones de Belgique participent aujourd’hui à ces questionnements. D’autre part, cette sollicitation concerne toute une série d’acteurs, dans et hors des institutions de recherche, chargés de faire le pont entre l’histoire savante en acte et la société. Nous pensons aux maisons des sciences de l’homme, aux médias généralistes ou à l’enseignement (tout particulièrement aux chercheurs-didacticiens qui réfléchissent aux programmes et aux modalités d’apprentissage). Nous pensons également à la promotion et à la préservation du patrimoine mobilier et immobilier ainsi qu’aux musées et bibliothèques, via notamment leurs services pédagogiques. Nous pensons enfin à la vulgarisation scientifiques plus large, dont les dispositifs concrets de mise en œuvre sont multiples : ouvrages généraux ou visant des publics spécifiques mais aussi manifestations culturelles (par exemple le théâtre), scientifiques (cellules de diffusion des sciences) et/ou citoyennes.

Les questionnements – comme les acteurs qui participent à leur élaboration – sont nombreux et couvrent de vastes domaines du champ social et scientifique. Ils présentent en outre des liens étroits entre plusieurs disciplines telles que l’histoire de l’art, l’histoire, la philosophie ou la littérature. Par son aspect résolument interdisciplinaire, cette rencontre nourrit donc le désir de participer à la formalisation d’un discours autocritique sur notre place, en tant que modernistes, dans l’élaboration du sens que la société d’aujourd’hui se donne. À l’heure où de nombreux gouvernements, institutions et groupes d’intérêts manifestent le désir de statuer motu proprio sur le destin de la recherche en science humaine et sociale, une telle démarche nous semble également bienvenue si nous désirons prendre part activement et de façon éclairée au devenir de nos professions.

Les différentes communications ne devraient pas excéder vingt minutes. À l’issue de chacune des interventions, une courte série de questions-réponses sera engagée avec les auditeurs.

[1] Lyotard J.-F., La condition postmoderne. Rapport sur le savoir, Paris, Les éditions de minuit, 1979.
[2] « Histoire et sciences sociales. Un tournant critique ? », in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, t. 43/2 (1988), p. 291‑293 ; Chartier R., Au bord de la falaise : l’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, A. Michel, 1998.
[3] Boutier J. et Julia D. (dirs.), Passés recomposés. Champs et chantiers de l’histoire, Paris, Ed. autrement, 1995.
[4] Guldi J. et Armitage D., The history manifesto, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.
[5] Braudel F., « Histoire et sciences sociales : la longue durée », in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, t. 13/4 (1958), p. 725‑753.
[6] Voir notamment Annales. Histoire, sciences sociales, La longue durée on débat, t. 70/2 (2015) ; Noiret S., Delafontaine R., Verreycken Q., Arnesen E., « « The History Manifesto » : a discussion », in Memoria e ricerca. Rivista di storia contemporanea, t. 51/1 (2016), p. 97-126.
[7] Voir notamment Schaeffer J.-M., Petite écologie des études littéraires. Pourquoi et comment étudier la littérature?, Vincennes, Thierry Marchaisse, 2011.
[8] Pensons à l’histoire culturelle et des représentations proposées par Roger Chartier ; pensons au boom de l’histoire connectée de Serge Gruzinski et Sanjay Subrahmanyam qui se fonde sur les XVe et XVIe siècles pour formuler un nouveau paradigme explicatif de l’histoire mondialisée (Gruzinski S., L’histoire, pour quoi faire ?, Paris, Fayard, 2015.) ; pensons aussi aux tentatives de Denis Crouzet et de Jean-Marie le Gall pour rendre le terrorisme islamiste intelligible à travers une lecture actualisée des guerres de religion (Crouzet D. et Le Gall J.-M., Au péril des guerres de religion. Réflexions de deux historiens sur notre temps, Paris, PUF, 2015.) ; pensons enfin à l’histoire de l’environnement, de la mémoire ou encore au développement des humanités numériques.

Programme

10h : Accueil

Panel 1 – Présidente de séance : Lise CONSTANT (F.R.S.-FNRS – UCL)

10h30 : Annick DELFOSSE (ULg) : Mots d’accueil
Julien RÉGIBEAU (F.R.S.-FNRS – ULg) : Introduction

11h00 : Quentin VERREYCKEN (F.R.S.-FNRS – UCL / USL-B) – Big data, longue durée et expertise de l’historien.ne : les enjeux soulevés par l’« History Manifesto »

11h20 : Anne STAQUET (UMons) – Détruire la tour d’ivoire du moderniste ou y inviter la foule ?

11h40 : Mathieu FERRAND (UCL) – Quand le chercheur se fait chef de troupe : retour sur le spectacle ‘Combats pour l’Humanisme : Deux revues latines de la Renaissance’

12h00 : Discussion

12h30 : Déjeuner

Panel 2 – Président de séance : Renaud ADAM (F.R.S.-FNRS – ULg)

14h00 : Dominique ALLART (ULg) et Rachel BRAHY (MSH – Liège) – Des Maisons des Sciences de l’Homme en Belgique francophone : des champs d’action pour les disciplines humanistes ?

14h20 : Hélène HAUG (Maison d’Érasme, Anderlecht) – Communiquer nos disciplines : l’université à l’épreuve du musée

14h40 : Discussion – Pause

15h30 : Eric BOUSMAR (Université Saint-Louis) – Histoire publique et public de l’histoire. Quelles places pour l’historien face aux usages ludiques, idéologiques ou mercantiles du passé?

15h50 : Un jour dans l’histoire ou l’histoire (moderne) dans les médias : une rencontre avec Laurent DEHOSSAY (RTBF – La Première)

16h10 : Discussion

16h30 : Conclusions – Valérie LEYH (F.R.S.-FNRS – ULg)

Formulaire d’inscription

Cet événement est organisé avec le soutien de l’ED4, du Laboratoire de Recherches Historiques (LaRHis) et des Archives Générales du Royaume.

Contact: modernum.info@gmail.com

Comité organisateur: R. Adam (F.R.S.-FNRS – ULg), L. Constant (F.R.S.-FNRS – UCL), A. Delfosse (ULg), V. Leyh (F.R.S.-FNRS – ULg) et J. Régibeau (F.R.S.-FNRS – ULg).

Comité scientifique: R. Adam (F.R.S.-FNRS – ULg), S. Barthélemy (F.R.S.-FNRS – UCL), T. Cambrelin (ULB), L. Constant (F.R.S.-FNRS – UCL), S. Guri (ULB), V. Leyh (F.R.S.-FNRS – ULg), R. Loos (UCL), J. Régibeau (F.R.S.-FNRS – ULg).

Journées d’étude – 06-07/04/2017 – Religieuses et semi-religieuses entre Gênes et Bruxelles : des agents féminins du catholicisme romain aux frontières du protestantisme

Religieuses et semi-religieuses entre Gênes et Bruxelles : des agents féminins du catholicisme romain aux frontières du protestantisme

Lieu: Université de Franche-Comté. Faculté des Lettres. Grand salon 18, rue Chifflet. 25000 Besançon
Date de l’événement: 6-7 avril 2017

Argumentaire

René Taveneaux a révélé l’action de Rome, après le concile de Trente, pour contenir le flux protestant puis reconquérir les terres perdues, en concentrant ses efforts «autour d’un axe correspondant à l’ancien tracé carolingien qui, parti de l’Italie, prenait l’Europe en écharpe, par le Milanais et la Franche-Comté, atteignait les Pays-Bas et la mer du Nord».

  1. Maintes expériences de vie consacrée féminine ont eu pour terre de naissance et d’expérimentation certaines régions situées sur la «dorsale catholique» (chanoinesses du Saint-Sépulcre, chanoinesses de la Congrégation Notre-Dame, ursulines de Dole, tiercelines, bénédictines réformées de la Paix Notre-Dame, capucines de Flandre…). Mais c’est l’ordre de l’Annonciade céleste qui dessine de manière la plus évidente cette ligne de front avec des monastères établis du Nord de l’Italie aux Pays-Bas méridionaux comme autant de citadelles de prières face à la menace protestante. Le choix délibéré par les acteurs féminins, religieuses ou semi-religieuses, apostoliques ou contemplatives, de la «dorsale catholique» comme espace privilégié d’implantation et de développement d’une reconquête et d’une réforme spirituelles demeure toutefois à confirmer. Il sera éclairant d’interroger et de comparer les récits de fondations de l’ensemble des communautés évoquées ci-dessus pour y découvrir les raisons qui ont pu les déterminer à élire ce couloir pour y développer leurs projets et de repérer les traces d’une prise de conscience de missions communes et particulières à accomplir en fonction de cette situation aux portes du protestantisme. On se penchera évidemment sur le profil des figures de proue, fondatrices d’ordres ou de maisons comme Alix Le Clerc, Anne de Xainctonge et Claudine de Boisset, Marguerite Borrey et Cristina Madruzzo, Florence de Werquignoeul… On se demandera notamment quelles ont été leurs facultés d’adaptation à une réalité de terrain et leurs aptitudes à répondre aux besoins spécifiques d’une région. Les circonstances entourant le déploiement de ces communautés religieuses seront également analysées avec soin. Il conviendra notamment de préciser les types de stratégies mises en place par les intéressées pour s’intégrer à un «appareil défensif savant et méticuleusement agencé, des tiné à lutter contre toute infiltration s’exerçant aux frontières» (Taveneaux), et y porter un projet de réforme intérieure ou à destination de la société. Par ailleurs, on ne manquera pas de faire état des difficultés rencontrées et des échecs encourus, en analysant leurs causes et leurs effets. Seront non seulement prises en compte les oppositions ponctuelles à la fondation de certains couvents mais aussi les condamnations plus radicales de certains projets ambitieux comme celui de Mary Ward et de ses «jésuitesses». Cette zone d’entre-deux constituera ainsi un terrain d’observation des interactions entre ces mondes féminins et leurs entourages respectifs ainsi que de la circulation des personnes qui collaborent à leurs projets (ou les contrecarrent). On sera donc attentif au rôle de tous les acteurs/actrices impliqués dans ces processus de fondation (autorités civiles et religieuses, autres réguliers, bienfaiteurs/trices laïques, réseaux familiaux…), en s’interrogeant sur ce qui, dans leurs manières d’agir, pourrait éventuellement apparaître comme une spécificité de l’espace considéré. Si politique d’expansion spécifique de la part de certains ordres il y eut, il sera intéressant de la comparer avec celle d’autres ordres qui n’ont pas limité leurs fondations à cette zone (Carmel déchaussé, Visitation…). On ne saurait en effet ignorer que ce fut une grande partie de l’Europe qui se couvrit d’institutions nouvelles axées sur la participation active des femmes à l’effort de reconquête spirituelle voulue par l’Église Afin de confirmer ou  non l’hypothèse de stratégies d’implantation sur ce limes, l’on se demandera si leurs établissements y furent plus nombreux qu’ailleurs. Les individualités les plus dévotes et combatives n’étaient-elles pas tentées de s’y retrouver? On ne manquera pas non plus de rapprocher l’histoire de ces implantations avec celle de certains ordres masculins qui semblent eux-aussi y avoir été particulièrement présents.
  1. Dans le prolongement des enquêtes menées sur les spécificités de ce territoire en matière d’expériences religieuses, on s’intéressera en outre aux processus qui amènent des établissements installés de longue date sur ces terres à se positionner de manière originale en faveur ou en marge des réformes en cours (chapitres nobles, bénédictines, cisterciennes, franciscaines, chartreuses…). Les réformes entreprises y présentent-elles des caractéristiques particulières, propres aux régions envisagées? Y sont-elles reçues et appliquées de la même manière qu’ailleurs? La résistance de certaines communautés reposent-elles sur des arguments spécifiques? Portent-elles sur des points particuliers (clôture, rapport au monde, juridictions, régularité, dévotions…)? On se penchera notamment à nouveaux frais sur les chapitres nobles, eux aussi massés sur ces frontières et dont il faut reconsidérer de fond en comble l’histoire à l’époque de la Réforme catholique. Comment justifient-ils leur existence dans ce contexte et donc leur résistance à des tentatives brutales de réforme de leurs établissements (nécessaires adaptations aux contraintes sociales)?
  1. Enfin, on examinera également les processus de fondation et les modes de fonctionnement de congrégations ou de compagnies (Dames de la Charité, Dames de la Purification) qui permettent à des laïques de se mettre au service de la Réforme catholique tout en restant attachées aux différents devoirs de leurs états respectifs. On dressera ainsi un bilan des recherches menées en archives sur ces institutions féminines, qui devrait permettre, avec la collaboration d’autres chercheurs, de confirmer ou non l’hypothèse d’une stratégie d’implantation sur cette ligne de front et d’apprécier l’investissement spécifique de ces femmes dans les œuvres de la Réforme catholique.

Jeudi 6 avril

Présidence: Anne WAGNER (U. FRANCHE-COMTÉ)

14h Accueil

14h15-15h Introduction par Corinne MARCHAL et Marie-Élisabeth HENNEAU

15h-15h10 Mot d’accueil par Paul DIETSCHY, directeur du Centre L. Febvre

15h10-15h40 Bertrand MARCEAU (EFR) Une frontière politico-religieuse? Les cisterciennes de la Dorsale catholique au XVIIe siècle

15h40-16h10 Marie-Élisabeth HENNEAU (U. Liège) L’implantation des monastères féminins sur la Dorsale: un choix délibéré de «Contre-Réforme»?

16h10-1630 Pause

16h30-17h Andreas NIJENHUIS-BESCHER (U. Savoie-Mont-Blanc) Des femmes au front confessionnel. Les klopjes néerlandaises aux confins de la catholicité tridentine

17h-17h30 Jean-Marc LEJUSTE (U. Lorraine) La novice face à son choix de vie, l’engagement religieux dans les diocèses lorrains XVIe–XVIIIe s.

17h30-18h Discussions

Vendredi 7 avril

Présidence: Philippe MARTIN (U. Lyon 2)

9h-9h30 Odon HUREL (CNRS) Le parcours de Catherine de Bar sur la Dorsale catholique

9h30-10h Fabienne HENRYOT (Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne) Élisabeth de Brème, en religion Benoîte de la Passion

10h-10h15 Pause

10h15-10h45 Julie PIRONT (FNRS /U. Liège) Bastions de pierres et de prières aux marges de la catholicité: objectifs, méthode et premiers résultats de la comparaison architecturale de couvents féminins établis dans les villes frontalières (1597-1677)

10h45-11h15 Bénédicte GAULARD (U. Bourgogne) Contrer la Réforme par l’image. La décoration des couvents féminins comtois aux XVIIe et XVIIIe s.

11h15-11h35 Discussions

Déjeuner

Présidence: Christophe Leduc (U. Artois)

13h30-14h Céline Drèze (U.C.Louvain) Les pratiques liturgiques chez les bénédictines de la Paix Notre-Dame: le reflet d’une spécificité de la Dorsale catholique?

14h-14h30 Corinne MARCHAL (U. Franche-Comté): Les dames nobles de Franche-Comté confrontées à l’esprit de Trente (XVIIe-XVIIIe s.)

14h30-15h Discussions

15h-15h45 Conclusions par Odon HUREL et Hugues DAUSSY

Source de l’info: ULg

Journée d’étude – 16-17/03/2017 – Faire entendre le spectaculaire dans l’ancien comté de Hainaut

Journées d’étude CERMUS

Titre : « Faire entendre le spectaculaire dans l’ancien comté de Hainaut »

Lieu : Louvain-la-Neuve, Collège Mercier, salle Jean Ladrière (A124, conseil ISP)
Date de l’événement : 16-17/03/2017

Argument

En mettant en place des dispositifs de connaissance et de reconnaissance de revendications politiques, communautaires et/ou religieuses, la « culture du spectacle » constitue un vecteur de structuration sociale dont l’importance n’est sans doute plus à rappeler. Celle-ci se déploie bien au-delà des espaces scéniques.
Loin de rester cantonnée aux théâtres, elle envahit la rue, les foires, les salons, les églises, mais également les représentations intellectuelles. Or si les formes spectaculaires se donnent à voir, elles se donnent aussi bien souvent à entendre. Processions, ducasses, entrées, représentations théâtrales, sont autant d’événements dont l’objet visuel se double d’une nécessaire dimension sonore. En prenant l’ancien comté de Hainaut pour terrain d’observation, ces journées d’étude entendent tirer profit d’un territoire dont les caractéristiques socio-économiques se distinguent de celles des grands centres habituellement pris en considération. Faiblement urbanisé, largement dominé par une économie rurale, le Hainaut ne dispose d’aucune des institutions–princières, épiscopales, universitaires ou parlementaires –propices au développement de grands événements spectaculaires. Et pourtant, situé au croisement de grandes routes commerciales, occupant une place sensible dans l’échiquier religieux et géopolitique de l’Europe d’Ancien Régime, zone de contact entre le royaume de France et les Pays-Bas méridionaux, le Hainaut se présente comme un territoire où le spectacle revêt une importance cruciale puisque celui-ci permet d’affirmer la nature des changements et des résiliences opérés à chaque convulsion de son histoire mouvementée. Plus généralement, sa position aux marges de plusieurs centres politiques et culturels offre l’opportunité d’appréhender les conditions de formation du spectaculaire au sein d’une culture frontalière.
Ces journées sont organisées par le CERMUS (UCL) dans le cadre du projet de recherche « Musiques en Hainaut – XVIIe-XVIIIe siècles », en collaboration avec le projet inter-universitaire « La société du spectacle – la fête baroque entre Italie et anciens Pays-Bas, 1585-1685 ».

Source de l’info : GEMCA

Journée d’étude – 28/04/2017 – Religieux, religieuses et marguilliers architectes : un métier et des oeuvres à redécouvrir (17e-18e s.)

Religieux, religieuses et marguilliers architectes : un métier et des œuvres à redécouvrir (17e-18e s.)

Lieu : Lyon, Institut des Sciences de l’Homme, salle Elise Rivet
Date de l’événement : 28/04/2017

Argument :

Journée organisée par Julie Piront et Adriana Sénard dans le cadre de l’atelier « Nouvelles recherches sur le catholicisme moderne » à l’ Institut des Sciences de l’Homme, Lyon 7e, salle Elise Rivet

Dans la continuité des recherches entreprises récemment sur les pratiques architecturales des ordres religieux en milieu urbain à l’époque moderne, cette journée se propose d’interroger l’activité des religieux(-ses) et marguilliers architectes à la lumière de sources restées majoritairement inédites. Soucieux de dépasser l’approche monographique et stylistique, les intervenants envisageront les différentes facettes de la profession ainsi que les œuvres de ces hommes et de ces femmes méconnus, sans oublier les questions méthodologiques que ce sujet soulève.

Source de l’info : LARHRA

Journée d’étude – 21/12/2016 – Sismicité historique, histoire du paysage et résilience environnementale

Sismicité historique, histoire du paysage et résilience environnementale

Lieu : Observatoire royal de Belgique
Local : Salle méridienne, avenue circulaire, 3 à Uccle (B-1180 Bruxelles)
Date : le mercredi 21 déc. 2016, 9h30-17h

En l’honneur de Pierre Alexandre
Organisation : Th. Camelbeeck (ORB) et I. PARMENTIER (UNamur) HEnRI (Histoire de l’Environnement) – Réseau Interdisciplinaire
Groupe de contact FNRS

Voir l’affiche de l’événement

Journée d’étude co-organisée par l’Observatoire royal de Belgique et le Pôle d’histoire et de sociologie environnementales de l’UNamur (PolleN)

Entrée gratuite mais inscription préalable : isabelle.parmentier@unamur.be

Journée d’étude – 17/06/2016 – Étudier, enseigner et préserver l’œuvre d’art – Éloge de l’interdisciplinarité – Hommage à Catheline Périer-D’Ieteren

Étudier, enseigner et préserver l’œuvre d’art – Éloge de l’interdisciplinarité
Hommage à Catheline Périer-D’Ieteren
Lieu : Université libre de Bruxelles, Bâtiment A, auditoire A.Y.2.108

Date : 17 juin 2016

Programme

09h00-09h30 : Accueil des participants
09h30-09h50 : Introduction
Valentine Henderiks / Nicole Gesché / Françoise Rosier / Sacha Zdanov
09h50-10h10 : Un panneau inconnu du Maître à la Vue de Sainte-Gudule
Véronique Bücken (Chef de section peinture ancienne, Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique)
10h10-10h30 : La plus ancienne représentation de l’Aula magna ? Une lecture du décor architectural du cycle bruxellois de la légende de sainte Barbe (c. 1470-1480)
Didier Martens / Michel Fourny (Professeur, Université libre de Bruxelles / Archéologue, collaborateur scientifique à la Société royale d’Archéologie de Bruxelles)
10h30-10h50 : Le catalogue raisonné des paysages de Denijs van Alsloot, addenda et réflexions méthodologiques
Sabine van Sprang (Conservatrice de la peinture flamande 1550-1650, Musées royaux des Beaux Arts de Belgique)
10h50-11h10 : Pause café
11h10-11h30 : Encore le retable de Güstrow ! Données nouvelles sur la conception de ses volets peints
Sacha Zdanov (Doctorant, ULB (Mini-ARC))
11h30-11h50 : Deux retables brabançons à Milan
Myriam Serck (Restauratrice de sculptures, Directeur honoraire, Institut royal du Patrimoine artistique)
11h50-12h10 : Le retable d’Errenteria, étude et intervention
Maite Barrio (Responsable de l’atelier de restauration Albayalde Conservación y Restauración de Obras de Arte, San Sebastian)
12h10-12h30 : Discussion
12h30-14h00 : Lunch sur place
14h00-14h20 : Les cartons, entre peinture et tapisserie. Autour de la restauration du carton de saint Paul (Musées de la Ville de Bruxelles)
Cécilia Paredes (Coordinatrice documentation, direction des Monuments et des Sites, Région Bruxelles-Capitale)
14h20-14h40 : Étude technologique d’un exceptionnel tableau d’Artemisia Gentileschi figurant « Marie Madeleine en extase »
Christina Currie (Chef du Département Photographie et Imagerie scientifique, Institut royal du Patrimoine artistique)
14h40-15h00 : Manet fait escale à l’IRPA
Marie-Annelle Mouffe (Restauratrice de peintures indépendante, collaboratrice scientifique à l’Institut royal du Patrimoine artistique)
15h00-15h20 : Discussion
15h20-15H40 : Pause café
15h40-16h00 : Le Connoisseurship et la restauration
Ségolène Bergeon (Conservateur général du patrimoine, honoraire ; Fellow of the International Institute for Conservation)
16h00-16h20 : La chapelle du Bildchen à Vianden
Muriel Prieur (Restauratrice, Musée national d’Histoire et d’Art de Luxembourg)
16h20-16h40 : Discussion
16h40-17h00 : Le revers de la médaille : une étude de cas
Catherine Antomarchi / Gaël de Guichen (Directeur, Unité Collections, ICCROM / Conseiller auprès du Directeur général de l’ICCROM)
17h00 – 18h45 : Remise du Liber amicorum et verre de l’amitié
Inscription souhaitée avant le 30 mai 2016 à l’adresse suivante : christine.boulanger@spdg.be
Source : koregos

Journées 23-26/05/2016 – Le printemps de l’histoire

Le printemps de l’histoire
7e édition

Dates: lundi 23 au jeudi 26 mai 2016, tous les soirs de 18h à 20h (entrée gratuite)
Lieu: Classes du Patrimoine (BIP)- Place Royale 11 1000 Bruxelles
Organisateurs: Chloé Deligne, Paulo Charruadas, Thibault Jacobs, Shipé Guri

Argument
Du 23 au 26 mai, cette septième édition du Printemps de l’histoire abordera une fois encore des thèmes relatifs à l’histoire de Bruxelles en lien avec les résultats des travaux récents de jeunes chercheurs francophones et néerlandophones. Cette année, il sera question de l’enseignement au 19e siècle, des institutions d’accueil pour personnes âgées aux 18e et 19e siècles ainsi que des dernières fouilles archéologiques à l’église Notre-Dame du Sablon et sur le site de Tour et Taxis. Le dernier soir sera consacré à une visite guidée de l’exposition « Renaissance d’une œuvre d’exception :le carton de tapisserie de Pieter Coecke » au Musée de la Ville de Bruxelles (réservation obligatoire à brucites@ulb.ac.be). »

Source : ULB

Journées d’étude – 19-20/05/2016 – Que faire du genre quand on étudie la littérature et l’histoire ?

Silvia Mostaccio et Damien Zanone ont le plaisir de vous inviter à la double journée d’études doctorales organisée les 19 et 20 mai 2016 autour de la question : « Que faire du genre quand on étudie la littérature et l’Histoire ? ». Ces journées sont le résultat d’une collaboration entre le GREG (Groupe de Recherches en Études de Genre) et les centres de recherche CRI et LaRHis (la journée s’inscrit dans le programme d’activités de l’École doctorale « Langues, Lettres et Traductologie » ED3 et « histoire, histoire de l’art et archéologie » ED4). La journée du 19 mai, sur les liens entre genre et littérature, est coordonnée par Damien Zanone ; celle du 20 mai, sur les liens entre genre et histoire, par Silvia Mostaccio.

Deux conférences ouvrent ces journées :

  • Christine PLANTÉ, prof. de Littérature à l’Université Lyon 2 : « La littérature française du XIXe siècle, un champ propice à la réflexion du point de vue du genre ? » le 19/5/2016 de 9h15 à 10h15 au Collège Socrate, Salle Ladrière (UCL, Louvain-la-Neuve).
  • Xenia VON TIPPELSKIRCH, prof. d’Histoire à l’Université Humboldt (Berlin) : « Genre, intersectionnalité et histoire des différentes formes de domination à l’époque moderne et au delà » le 20/5/2016 de 9h15 à 10h15 au Sénat Académique, Halles Universitaires (UCL, Louvain-la-Neuve).

Inscriptions : si vous prévoyez de participer à une journée complète, merci de le signaler à Stéphanie Lorent pour le mardi 17 mai 2016, 12h.

Programme :

Jeudi 19 mai, 9h-17h30
La littérature française du XIXe siècle, un champ propice à la réflexion du point de vue du genre ?
Salle Jean Ladrière (Collège Socrate)

La journée du 19 mai 2016 est organisée comme une rencontre autour de Christine Planté, Professeure à l’Université Lyon 2, à l’occasion de la réédition de La Petite Sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur (Éditions du Seuil, 1989 ; Presses universitaires de Lyon avec un nouvel encadrement critique, 2015). Dans la postface de cette réédition, Christine Planté constate que « l’on assiste, après la Révolution française, à une redéfinition simultanée de la littérature –dans ses limites, ses fonctions et ses hiérarchies– et des rôles et modèles sexués ». Cette remarque servira de point de départ à la réflexion. Le XIXe siècle littéraire français, longtemps considéré comme celui des « grands écrivains » au sens de « grands hommes » mythologisés par les manuels scolaires, oppose-t-il une résistance particulière à une interrogation du point de vue du genre ? Le romantisme, en même temps qu’il malmène les cadres anciens de séparation entre les genres littéraires, occasionne-t-il un renouvellement des représentations des rapports entre les sexes ? La démocratisation de la lecture conduit-elle à faire évoluer les discours sur le public en différenciant entre lecteurs et lectrices ? Y a-t-il des mécanismes repérables de négation des « grandes écrivaines » et de leur relégation à l’arrière-plan de la mémoire littéraire ? Ces questions et d’autres animeront les discussions.
Responsable : Damien ZANONE, Professeur à l’UCL (damien.zanone@uclouvain.be)

9h – 9h15 : accueil par Damien Zanone, organisateur de la journée et directeur du Centre de recherche sur l’Imaginaire et par Silvia Mostaccio, responsable du Groupe de Recherche en Études de Genre de l’UCL
9h15 – 10h15 : conférence de Christine Planté (Université Lyon 2) : La Petite Sœur de Balzac : une relecture du point de vue du genre
10h15 – 10h45 : pause
10h45 – 12h : table ronde animée par Audrey Lasserre (Univ. Paris 3). Discussion autour et à partir de La Petite Sœur de Balzac entre Christine Planté et des doctorant-e-s : Myriam Dreesen (UCL), Laetitia Hanin (UCL), Guillaume Milet (Univ. Lyon 2), Margherita Romengo (UCL), Marie-Pier Tardif (Univ. Lyon 2 et UQAM) et Maxime Triquenaux (Univ. Lyon 2).
12h – 13h30 : déjeuner
13h30 : Isabelle Matamoros (Université Lyon 2) : Entre études littéraires et histoire culturelle : la lecture des femmes au prisme du genre
14h : Damien Zanone (UCL) : Heurs et malheurs d’un être de papier : la “femme romanesque”
14h30-14h45 : pause
14h45 : Annette Keilhauer (Université Erlangen-Nürnberg) : L’écriture de soi au XIXe siècle : réflexion sur un genre genré, entre stéréotypes et tabous
15h15 : Lisa Rodrigues Suarez (Université Paris 4) : La création d’une féminité monstrueuse dans Le Jardin des supplices d’Octave Mirbeau
15h45-16h : pause
16h : Stéphane Gougelmann (Université de Saint-Étienne) : Identifier les personnages d’homosexuels dans les romans français du XIXe siècle
16h30 : Michael Rosenfeld (UCL et Université de Strasbourg) : Autobiographies et autofictions homosexuelles à la fin du XIXe siècle
17h : Yannick Chevalier (Université Lyon 2) : Représenter littérairement le genre dans un contexte militant : la politisation des identités

Vendredi 20 mai, 9h-17h30
Genre, « intersectionnalité » et histoire des différentes formes de domination à l’époque moderne et au-delà
Salle du Sénat académique (Halles Universitaires)

La journée doctorale du 20 mai 2016, est organisée autour de Xenia von Tippelskirch, Professeure d’Histoire à l’Université Humboldt de Berlin, qui interviendra sur Genre, « intersectionnalité » et histoire des différentes formes de domination à l’époque moderne et au-delà : il s’agira de s’interroger sur le dialogue possible entre la catégorie de l’intersectionnalité (proposée par Crenshaw) et l’historiographie plus ancienne sur l’époque moderne. Dans quels contextes pouvons-nous présupposer une prépondérance de la catégorie du genre ? Suivra la présentation d’une étude de cas qui permettra de montrer l’interrelation de catégories d’analyses différentes (genre, âge, religion, état, couche sociale) et de poser des questions théoriques sur le jeu d’interdépendances. La deuxième partie de la journée sera consacrée aux interventions de jeunes chercheurs autour d’un aspect spécifique de leur recherche en cours, qu’ils aimeraient présenter et discuter avec madame von Tippelskirch et les autres intervenants.
Responsable : Silvia MOSTACCIO, Professeure à l’UCL (silvia. mostaccio@uclouvain.be)

9h – 9h15 : Silvia Mostaccio et Damien Zanone, accueil et introduction à la journée
9h15 – 10h00 : conférence de Xenia von Tippelskirch (Université Humboldt de Berlin) : Genre, « intersectionnalité » et histoire des différentes formes de domination à l’époque moderne et au-delà
10h00-10h30 : questions/réponses
10h30 – 10h50 : pause
10h50 – 11h20 : Margherita Romengo (UCL) : Genre et accès à la publication imprimée au XVIe siècle
11h20-11h50 : Jasmina Cornut (Univ. de Lausanne) : Femmes d’officiers au service étranger : implications, enjeux et stratégies de l’absence en Suisse romande, XVIIe-XIXe siècles
11h50-12h20 : Sarah Barthélemy (UCL – EHESS) : Quels modèles sociaux pour des études historiques de genre et de religion ?
12h20 – 13h50 : déjeuner 13h50-14h20 : Caroline Muller (Univ. De Reims) : Hommes, masculinité et entrée en religion
14h20-14h50 : Charles Melebeck (UCL) : Scoutisme et patronages : masculinité, tolérance, intolérance dans la pédagogie catholique belge au XXe siècle
14h50-15h20 : Olivier Worré (UCL) : Les commissaires européens. Un regard genré
15h20-15h40 : pause
15h40-16h10 : Ghaliya Djelloul (UCL) : L’ordre moral urbain depuis l’enjeu de la mobilité de femmes résidant en périphérie d’Alger. Religion, politique et patriarcat dans l’Algérie contemporaine
16h10-16h40 : Yannicke de Stexhe (UCL) : Les dynamiques de reconnaissance et d’effacement révélées par et présentes au sein du mouvement social Black Lives Matter
16h40 : mémoires d’histoire UCL en cours (Marie-Eve Carton-Delcourt et Alexia Kruppa)
17h30 : fin des travaux

affiche journée genre et littérature et histoire 2016

Journée d’étude – 03/06/3016 – Les spectacles : un laboratoire du gouvernement urbain ? (XVe -XVIIIe siècles)

Les spectacles : un laboratoire du gouvernement urbain ? (XVe -XVIIIe siècles)

Lieu : Institut des Sciences de l’Homme, Lyon, Centre Berthelot, 14 avenue Berthelot, Lyon 7
Date : 03/06/2016

Programme :

Organisée par Marie Bouhaïk-Gironès, Olivier Spina et Mélanie Traversier

1ère demi-journée (salle Bollier) :

Discutante : Marie Bouhaïk-Gironès (CNRS, Centre Roland Mousnier)

Olivier Spina (LARHRA, Lyon 2), « Introduction »

David Rivaut (CESR, Tours), « Le financement des entrées royales par les municipalités du Centre-ouest aux XVe et XVIe siècles : le calcul du risque »

Tania Levy (Université de Bretagne Occidentale), « Pour l’honneur de la ville : la cité de Lyon en représentation au tournant du XVIe siècle »

Katell Lavéant (Université d’Utrecht), « Le statut des compagnies joyeuses et de leurs festivités dans les délibérations municipales (XVe-XVIe siècle) »

2ème demi-journée (salle Rude) :

Discutante : Mélanie Traversier (IRHiS, Lille 3, IUF)

Olivier Spina (LARHRA, Lyon 2), « Honnêtes divertissements ou unlawfull assemblies ? Le public des théâtres et la municipalité de Londres (1540-1600) »

Sophie Reculin (IRHiS, Lille 3), « Concilier spectacles et sécurité : l’éclairage au réverbère dans la France de la seconde moitié du XVIIIe siècle »

Elodie Oriol (La Sapienza, Rome), « Spectacles et gestion publique des espaces urbains : le rôle du gouverneur de Rome au XVIIIe siècle »

Source : Cornucopia

Journée d’étude – 21/04/2016 – La recherche en bibliothèques : professionnels du livre et chercheurs au service de quel(s) public(s) ?

La recherche en bibliothèques : professionnels du livre et chercheurs au service de quel(s) public(s) ?
Lieu : Bibliothèque royale de Belgique, Bruxelles
Date : 21 avril 2016

Journée d’étude du 21 avril 2016

S’il est un débat récurrent autour de la recherche en sciences humaines, c’est certainement celui de son utilité et de son impact sociétal. À l’heure où des historiens s’inquiètent de la distance qui les sépare de la société, il semble opportun de s’interroger sur l’éventualité d’un repli sur soi, coupant dès lors les chercheurs de leur public.
Soucieux de rendre compte de ces questionnements, le Groupe de contact FNRS « Documents rares et précieux » a pris le parti d’organiser, en collaboration avec la Bibliothèque royale de Belgique, une journée d’étude autour de la place de la recherche en bibliothèques et, plus particulièrement, au sein des bibliothèques patrimoniales. Dans cette optique, des professionnels du livre et des chercheurs universitaires se retrouveront, le 21 d’avril 2016 à la Bibliothèque royale de Belgique, afin d’évoquer les travaux et les projets en cours, les difficultés de leur mise en chantier ainsi que de réfléchir aux perspectives d’avenir.

Ce sera ainsi l’occasion d’évoquer :

  • les problématiques liées à l’inventorisation des collections et aux grandes bases de données ;
  • les défis de la numérisation ;
  • les champs de recherches qu’il reste à explorer ;
  • les politiques culturelles ;
  • les relations avec les pouvoirs publics

L’ambition est de réaffirmer avec force l’importance des missions fondamentales confiées à l’ensemble de ces acteurs du milieu du livre : la préservation, l’étude et la transmission de notre patrimoine écrit.

Gratuit (pause déjeuner non comprise)

Programme

10.30 : Accueil

10.45 : Mot d’accueil de Patrick LEFEVRE (KBR)

10.55 : Mot d’accueil de Renaud ADAM (F.R.S.-FNRS – Université de Liège), secrétaire du Groupe de contact « Documents rares et précieux ».

11.00 : Robert NOUWEN (KBR) : « La recherche scientifique et la gestion des collections dans les bibliothèques patrimoniales ».

11.20 : Jean-François GILMONT (Académie royale de Belgique) : « La base de données bibliographiques GLN 15-16, c’est-à-dire Genève, Lausanne, Neuchâtel, 15e-16e siècles ».

11.40 : Goran PROOT (Bibliothèque Mazarine, Paris) : « Le métier de conservateur entre deux cultures : Europe – Amérique ».

12.00 : Discussions

12.30 : Pause déjeuner (libre)

14.00 : Marie-Christine CLAES (IRPA) : « BALaT : un nouvel outil pour de nouveaux chercheurs. La recherche en bibliothèque à l’IRPA ».

14.30 : Stéphanie SIMON (Université de Liège – Service de numérisation) : « Projet DONum : quand la numérisation se met au service de la recherche… et de la conservation ».

15.00 : Discussions

15.15 : Pause

15h45 : Olivier DEPARIS (Université de Namur) : « Approche transdisciplinaire de l’étude du parchemin : le regard d’un physicien du projet Pergamenum21 de l’Université de Namur ».

16.15 : Renaud ADAM (F.R.S.-FNRS – Université de Liège) : « Les bibliothèques au lendemain de la Seconde Guerre mondiale : la reconstruction de la bibliothèque du Collège philosophique (S.J.) d’Eegenhoven (Louvain) ».

16.45 : Discussions

17.00 : Conclusions
René PLISNIER (Université de Mons – Université Libre de Bruxelles).

Source : KBR

Événement scientifique – 18-19/04/2016 – Le théâtre humaniste en scène (spectacle étudiant joué en latin et séminaire de recherche)

« Le théâtre humaniste en scène », invitation d’un spectacle étudiant joué en latin, séminaire de recherche et rencontres

organisation Aline Smeesters – Mathieu Ferrand

18-19 avril 2016

Le spectacle « Qui veut la peau de pragmatique sanction » est l’adaptation d’une pièce latine anonyme composée en 1518 par des étudiants parisiens, le Dialogus super abolitione pracmaticae sanctionis. Le dialogus est constitué de trois sketchs qui tous s’attaquent à divers aspects de la politique de François Ier, au tout début de son règne. En 1516 en effet, la roi de France avait signé avec le pape Léon X le fameux concordat de Bologne, qui bouleverse l’organisation de l’Eglise de France et de son université (abolition de la Pragmatique Sanction de Bourges), prévoit une nouvelle croisade contre le Turcs et de nouveaux impôts. En montant sur la scène, les étudiants affichent courageusement leur opposition à la Salamandre (emblème de François) et au Lion (Léon). Ils utilisent pour cela toutes les armes : la plainte et l’invective, mais aussi le rire franc de la farce.

Près de 500 ans plus tard, en 2015, neuf étudiants de l’université de Bourgogne (Dijon, France), sous la conduite de leur enseignant Mathieu Ferrand (actuellement post-doc Move-In Louvain à Louvain-la-Neuve), ont mis en scène le texte latin original. Chaque séquence est introduite par un narrateur qui présente, en français, le contenu. L’ensemble est agrémenté d’intermèdes musicaux (extraits des œuvres de Clément Janequin, compositeur contemporain de la pièce).

Le spectacle a été joué pour la première fois lors d’un colloque sur le théâtre néolatin au XVIe siècle (22-24 octobre 2015), dans la salle de théâtre de l’Athéneum, Centre culturel de l’université de Bourgogne. Devant une salle comble, il a emporté un vif succès. Les spectateurs, latinistes et non-latinistes, ont été frappés par l’actualité des thèmes abordés (réforme de l’université, appel à la guerre sainte, crise financière) ; le latin leur est apparu comme une langue vivante et expressive, portée par une mise en scène enlevée et spectaculaire. Le spectacle sera joué à nouveau lors du LXIXe colloque du Centre d’Etude Sur la Renaissance de Tours (4 juillet 2016) ainsi que, peut-être, devant un public scolaire à Dijon, dans le courant de l’année à venir.

A l’occasion de cet événement, trois autres rencontres sont organisées à Louvain-la-Neuve : un séminaire de recherche animé par Mathieu Ferrand, sur le thème des enjeux pédagogiques et scientifiques de la mise en scène du théâtre latin en contexte universitaire ; et deux débats avec les étudiants des cours de master « Histoire de l’Humanisme » et « Séminaire de Littérature Latine » de la Faculté de Philosophie, Arts et Lettres.

L’ensemble du programme est associé au projet fédéral « Culture du Spectacle Baroque ». Outre par ce projet, il est subsidié par l’Institut INCAL (en tant que projet « grand public »), le groupe de recherche GEMCA, la faculté FIAL, les commissions de programme CLAS et LAFR, et UCL Culture.


Programme détaillé et informations pratiques
Lundi 18 avril
10h-12h : séminaire de recherche GEMCA
Mathieu Ferrand, « Mettre en scène le théâtre latin, en contexte universitaire : enjeux pédagogiques et scientifiques ».
Local : salle du conseil ISP – Place Cardinal Mercier, Louvain-la-Neuve
19h : représentation de la pièce « Qui veut la peau de Pragmatique Sanction ? »

Pièce représentée en latin par les étudiants de l’université de Bourgogne (Dijon, France).Mise en scène par Matthieu Ferrand et l’ensemble de la troupe.
Lieu : Ferme du Biéreau, avenue du jardin botanique, Louvain-la-Neuve (ouverture de la salle à 18h30, pièce à 19h).

Inscription préalable indispensable (nombre de places limité)

Contact : aline.smeesters@uclouvain.be

Mardi 19 avril

10h45-12h45 : rencontre-débat avec les étudiants, à l’occasion du cours d’Histoire de l’Humanisme (LFIAL 2150, A. Guiderdoni – A. Smeesters), sur le thème : « Pédagogie et théâtre dans l’Europe de la Renaissance ».

Local : ERAS54

14h-16h : rencontre-débat avec les étudiants, à l’occasion du Séminaire de Littérature Latine (LGLOR2531, A. Smeesters), sur le thème : « Pronuntiatio et latin à haute voix à travers les siècles ».

Local : SOCR21

Jeudi 21 avril

Evénement associé

Journée d’étude « Aux origines de la société du Spectacle : mise en scène de la religion et du pouvoir à l’âge baroque » au collège Belgique (org. Annick Delfosse – Ralph Dekoninck)

Source : GEMCA

Journée d’étude – 21/04/2016 – Aux origines de la Société du spectacle : mise en scène de la religion et du pouvoir à l’âge baroque

Aux origines de la Société du spectacle : mise en scène de la religion et du pouvoir à l’âge baroque

En 1967, le philosophe français Guy Debord fait paraître ce qui deviendra un ouvrage phare de la révolution culturelle de 1968 : « La Société du spectacle ». La transformation de la vie en pur spectacle qu’il y décrit trouverait en partie son origine dans l’âge baroque. D’où l’intérêt, selon lui, que l’on porte aujourd’hui à cette période de l’histoire, comme si nous étions tentés de reconnaître notre condition moderne – ou post-moderne – dans ce miroir aux alouettes qu’est la culture baroque pour nos sociétés contemporaines.

Cette journée d’étude invitera à réfléchir aux origines de notre société du spectacle. À la fin du XVIe et tout au long du XVIIesiècle, émergent en effet de nouvelles formes spectaculaires. La diffusion d’un catholicisme ostentatoire comme l’affirmation de plus en plus marquée de l’État moderne conduisent à la définition de nouveaux critères de solennité qui privilégient les fêtes somptueuses où arts, techniques et savoirs fusionnent pour créer l’expérience éphémère de la merveille et de la stupéfaction. Ces fêtes, qui sollicitent intensément les sens, contribuent alors à mettre en scène société, religion et politique.

Le riche matériel de ces fêtes mérite d’être envisagé de manière transdisciplinaire : aussi ces différents cours-conférences rassembleront-ils des chercheurs et enseignants d’horizons très différents qui, chacun, mettront en évidence les traits distinctifs de ces fêtes. À travers différents exemples concrets, ils s’attacheront principalement à montrer quels sont les modes de communications privilégiés par ces manifestations spectaculaires, les nombreux media employés et les effets recherchés.

La journée d’étude « Aux origines de la société du spectacle. Mise en scène de la religion et du pouvoir à l’âge baroque » est organisée dans le cadre du projet de recherche interuniversitaire « Cultures du Spectacle Baroque entre Italie et anciens Pays-Bas (1585-1685) ».

Cette journée aura lieu au Collège Belgique à Bruxelles (Palais des Académies, Rue Ducale 1, Salle du Trône) le 21 avril 2016.

Source : Académie Royale

Journée d’étude – 01/04/2016 – Les livres des Giunta. De Venise et Florence à la Normandie

Les livres des Giunta : de Venise et Florence à la Normandie

La prochaine manifestation EDITEF sera organisée par le laboratoire LASLAR (Université de Caen Basse-Normandie) sur le thème

 Vendredi 1er avril 2016, Caen, MRSH – Salle des thèses

Capture

La journée d’études s’appuie sur la consultation de la base RDLI, réalisée grâce au projet « Routes du livre italien ancien en Normandie » (responsable S. Fabrizio-Costa) et au programme EDITEF « L’édition italienne dans l’espace francophone » (responsable C. Lastraioli, ANR 2013-2017). Parmi les ouvrages publiés en Italie des débuts de l’imprimerie à 1600, on compte au sein des bibliothèques de Normandie inventoriées jusqu’à ce jour, une trentaine d’exemplaires publiés par une même famille de libraires-imprimeurs, les Giunta.

D’origine florentine, la famille Giunta s’affirme dès la fin du XVe siècle et tout au long du Cinquecento comme l’un des principaux acteurs du monde éditorial italien, aussi bien grâce à sa participation aux processus de production qu’à la mise en place de réseaux de distribution et de commercialisation des ouvrages à l’échelle internationale. À la fois imprimeurs et marchands-libraires, l’entreprise familiale s’organise autour de deux pôles : Venise, longtemps considéré comme l’un des principaux centres de l’activité typographique italienne, voire européenne, et Florence, centre typographique mineur mais non moins actif dans l’Italie du XVIe siècle. La répartition géographique des filiales de l’entreprise s’accompagne d’une diversification thématique et d’une spécialisation croissante des productions.

L’objectif de cette journée d’étude est d’étudier les voies de diffusion de Florence et de Venise vers la Normandie de certains exemplaires des éditions des Giunta, ainsi que de mettre en lumière les logiques de conservation et de circulation de ces ouvrages dans l’ouest de la France. Les interventions s’intéressent à quelques exemplaires choisis en fonction de leur diversité thématique et des différents lieux de leur conservation : elles proposent une analyse détaillée de ces livres, ainsi que la reconstruction de leur diffusion de l’Italie vers la France et des logiques ayant présidé à leur conservation en Normandie. En procédant par études de cas, la journée d’études, bien loin de proposer une étude exhaustive des exemplaires des Giunta conservés dans l’ouest de la France ou de vouloir déterminer le degré de représentativité de cette famille de libraires-imprimeurs au sein de la base RDLI, se présente essentiellement comme une fenêtre ouverte sur l’histoire du livre italien en Normandie.

Accès libre dans la limite des places disponibles.

Programme :

9h30 : Accueil des participants

10h – 10h30 : S. Fabrizio-Costa/Pascale Mounier

Présentation du programme EDITEF et de la base de données RDLI

10h30 – 11h : H. Soldini

« Les Giunta, une famille de libraires-imprimeurs entre Florence et Venise »

11h – 11h15 : Pause

11h30 – 12h : L. Castelli

« I Giunta nelle biblioteche normanne: modalità di conservazione e percorsi degli esemplari. »

12h – 12h30 : R. Mandressi

« Girolamo Mercuriale et les usages du livre dans la médecine savante au XVIe siècle. »

12h30 – 14h : Pause déjeuner

14h – 14h30 : S. Gambino-Longo

« Du latin à l’italien, stratégies de vulgarisation dans l’édition italienne d’Olaus Magnus chez Giunta (1565) »

14h30h – 15h : C. Alberto Girotto

« (Ré)écrire les vies: Giorgio Vasari et l’édition giuntina de ses Vite (1568) »

15h – 15h30 : I. Andreoli

« Les Giunta et l’illustration du livre. »

16h – 17h : Discussion générale et conclusions.

17h : Pause café

Contacts et renseignements :

helene.soldini@unicaen.fr

A télécharger :

Une exposition des exemplaires édités par la famille des Giunta aujourd’hui conservés à la Bibliothèque Universitaire de Caen, sera également organisée dans la salle réservée aux expositions située au rez-de-chaussée du bâtiment.

Lieu : MRSH – Salle des expositions
Début : 29/03/2016
Fin : 08/04/2016

Source : EDITEF