Archives par mot-clé : littérature

CFP – Les réformes religieuses dans les anciens Pays-Bas (16e-17e s.)

« Les réformes religieuses dans les anciens Pays-Bas, XVIe-XVIIe siècles » 
Journée d’étude du Centre de recherche et d’Etudes Histoire et Sociétés (CREHS)

Lieu: Université d’Artois, Maison de la Recherche, Arras (France)
Date de l’événement: 10/11/2017
Date limite de réponse à l’appel : 01/10/2017

Argumentaire

Le programme de recherche pluridisciplinaire La Renaissance dans les Provinces du Nord a été lancé en 2015 avec pour objectif d’étudier, en croisant la diversité des sources, approches et thématiques, la singularité des provinces septentrionales de la France et celles des anciens Pays-Bas (Artois, Brabant, Flandres, Hainaut, Picardie), carrefour d’influences et creuset artistique, à une époque à la fois d’intenses conflits politiques et religieux mais aussi de foisonnement culturel, celle de la Renaissance, considérée sur le temps long, fin XVe – mi-XVIIe siècle.

Deux journées d’études ont déjà eu lieu (6 novembre 2015 et 4 novembre 2016). La première a permis de mettre en place un groupe de travail réunissant différents acteurs de la recherche sur la Renaissance dans les Provinces du Nord (enseignants-chercheurs, chercheurs, doctorants, post-doctorants, conservateurs de musée…). La deuxième fut consacrée à Échanges, hybridité et créativité dans les anciens Pays-Bas, xvie-xviiesiècles.

Comme la plupart des régions d’Europe au cours des XVIe et XVIIe siècles, les territoires constitutifs des anciens Pays-Bas furent secoués par des réformes religieuses aux conséquences d’ampleur inégalée jusqu’alors. Réceptacles de réformes nées ailleurs (luthérianisme, calvinisme, contre-réforme catholique), lieux d’expérimentation de mouvements plus ancrés dans les particularismes locaux (anabaptisme…), terres d’accueil de réfugiés religieux, champs de violents conflits armés fondés sur les dissensions religieuses (guerre de Trente Ans), les anciens Pays-Bas occupent une place singulière et majeure dans la reconfiguration politico-religieuse de l’Europe de la première modernité.

La journée d’études se propose d’interroger ces réformes dans leurs spatialités, temporalités et dimensions spécifiques. En ce sens, les communications peuvent porter sur les thématiques suivantes :

  • Historiographie
  • Religion et théologie
  • Congrégations religieuses
  • Arts et cultures
  • Chambres de rhétorique
  • Sociétés urbaines et rurales et réformes religieuses
  • Politique et réformes religieuses
  • Contacts, mobilités, et échanges transfrontaliers

Modalités de soumission

Les propositions de communication sont à soumettre pour le 1er octobre 2017 au plus tard (charles.girydeloison@univ-artois.fr) et devront comporter, outre le titre, le nom et la qualité de l’intervenant un court résumé. Les communications pourront être en français ou en anglais et ne devront pas dépasser 30 minutes.

Contact : Pr Charles GIRY-DELOISON, EA 4027 CREHS, Université d’Artois, Maison de la Recherche, 9 rue du Temple, BP 10665, 62030 Arras cedex, France.

Journée d’étude – 05/05/2017 – Le moderniste dans la cité

Le moderniste dans la cité

5 mai 2017, Archives Générales du Royaume (Bruxelles)
Inscription via le formulaire ci-dessous

Argumentaire

Le recul au cours des années 70 et 80 des grands paradigmes explicatifs, comme le marxisme, le structuralisme et la théorie des systèmes[1], a entraîné une part des sciences humaines et sociales – tout particulièrement les chercheurs qui ont fait du passé leur objet d’étude – à réinterroger leurs pratiques et le sens de leur travail, les conduisant à prendre ce qu’on a qualifié de « tournant critique » ; voire de « crise »[2]. Comme d’autres avant elle, cette « crise » a aussi été une opportunité ouvrant sur des champs d’investigation originaux, sur de nouveaux développements épistémologiques et sur un dialogue réactualisé avec la société[3]. Mais, comme le montre la parution récente de l’History Manifesto[4], cette « crise », accentuée par la remarquable transformation, ces vingt dernières années, des instances universitaires et du marché du travail des Humanités, a pu également être perçue comme néfaste. En effet, les deux auteurs de cet ouvrage, Jo Guldi et David Armitage, déplorant l’enfermement des historiens dans des recherches de plus en plus spécialisées qui les éloignerait de la société et des pouvoirs de décision, militent pour le retour d’une histoire de la longue durée sur le modèle de celle proposée par Fernand Braudel dans les années cinquante[5]. Ils considèrent ce retour comme à la fois nécessaire face à la multiplication des études de faible portée et réalisable grâce au développement sans précédent des big data.

Sans prendre part directement à la vaste polémique qu’a entraîné cette sollicitation[6] et qui, sous des allures semblables, se retrouve aussi dans d’autres disciplines telles que la littérature[7], nous aimerions saisir la perche tendue et profiter de cette nouvelle journée d’étude de ModerNum pour éclairer pragmatiquement la place qu’occupent aujourd’hui les modernistes dans notre société et la capacité de ces chercheurs à rendre le passé intelligible face aux défis du présent.

La question est d’une part épistémologique. La recherche n’a en effet pas attendu l’History Manifesto pour proposer de nouvelles manières d’interroger l’époque moderne à l’aune du monde contemporain[8]. Il serait intéressant de voir à quel point les modernistes francophones de Belgique participent aujourd’hui à ces questionnements. D’autre part, cette sollicitation concerne toute une série d’acteurs, dans et hors des institutions de recherche, chargés de faire le pont entre l’histoire savante en acte et la société. Nous pensons aux maisons des sciences de l’homme, aux médias généralistes ou à l’enseignement (tout particulièrement aux chercheurs-didacticiens qui réfléchissent aux programmes et aux modalités d’apprentissage). Nous pensons également à la promotion et à la préservation du patrimoine mobilier et immobilier ainsi qu’aux musées et bibliothèques, via notamment leurs services pédagogiques. Nous pensons enfin à la vulgarisation scientifiques plus large, dont les dispositifs concrets de mise en œuvre sont multiples : ouvrages généraux ou visant des publics spécifiques mais aussi manifestations culturelles (par exemple le théâtre), scientifiques (cellules de diffusion des sciences) et/ou citoyennes.

Les questionnements – comme les acteurs qui participent à leur élaboration – sont nombreux et couvrent de vastes domaines du champ social et scientifique. Ils présentent en outre des liens étroits entre plusieurs disciplines telles que l’histoire de l’art, l’histoire, la philosophie ou la littérature. Par son aspect résolument interdisciplinaire, cette rencontre nourrit donc le désir de participer à la formalisation d’un discours autocritique sur notre place, en tant que modernistes, dans l’élaboration du sens que la société d’aujourd’hui se donne. À l’heure où de nombreux gouvernements, institutions et groupes d’intérêts manifestent le désir de statuer motu proprio sur le destin de la recherche en science humaine et sociale, une telle démarche nous semble également bienvenue si nous désirons prendre part activement et de façon éclairée au devenir de nos professions.

Les différentes communications ne devraient pas excéder vingt minutes. À l’issue de chacune des interventions, une courte série de questions-réponses sera engagée avec les auditeurs.

[1] Lyotard J.-F., La condition postmoderne. Rapport sur le savoir, Paris, Les éditions de minuit, 1979.
[2] « Histoire et sciences sociales. Un tournant critique ? », in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, t. 43/2 (1988), p. 291‑293 ; Chartier R., Au bord de la falaise : l’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, A. Michel, 1998.
[3] Boutier J. et Julia D. (dirs.), Passés recomposés. Champs et chantiers de l’histoire, Paris, Ed. autrement, 1995.
[4] Guldi J. et Armitage D., The history manifesto, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.
[5] Braudel F., « Histoire et sciences sociales : la longue durée », in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, t. 13/4 (1958), p. 725‑753.
[6] Voir notamment Annales. Histoire, sciences sociales, La longue durée on débat, t. 70/2 (2015) ; Noiret S., Delafontaine R., Verreycken Q., Arnesen E., « « The History Manifesto » : a discussion », in Memoria e ricerca. Rivista di storia contemporanea, t. 51/1 (2016), p. 97-126.
[7] Voir notamment Schaeffer J.-M., Petite écologie des études littéraires. Pourquoi et comment étudier la littérature?, Vincennes, Thierry Marchaisse, 2011.
[8] Pensons à l’histoire culturelle et des représentations proposées par Roger Chartier ; pensons au boom de l’histoire connectée de Serge Gruzinski et Sanjay Subrahmanyam qui se fonde sur les XVe et XVIe siècles pour formuler un nouveau paradigme explicatif de l’histoire mondialisée (Gruzinski S., L’histoire, pour quoi faire ?, Paris, Fayard, 2015.) ; pensons aussi aux tentatives de Denis Crouzet et de Jean-Marie le Gall pour rendre le terrorisme islamiste intelligible à travers une lecture actualisée des guerres de religion (Crouzet D. et Le Gall J.-M., Au péril des guerres de religion. Réflexions de deux historiens sur notre temps, Paris, PUF, 2015.) ; pensons enfin à l’histoire de l’environnement, de la mémoire ou encore au développement des humanités numériques.

Programme

10h : Accueil

Panel 1 – Présidente de séance : Lise CONSTANT (F.R.S.-FNRS – UCL)

10h30 : Annick DELFOSSE (ULg) : Mots d’accueil
Julien RÉGIBEAU (F.R.S.-FNRS – ULg) : Introduction

11h00 : Quentin VERREYCKEN (F.R.S.-FNRS – UCL / USL-B) – Big data, longue durée et expertise de l’historien.ne : les enjeux soulevés par l’« History Manifesto »

11h20 : Anne STAQUET (UMons) – Détruire la tour d’ivoire du moderniste ou y inviter la foule ?

11h40 : Mathieu FERRAND (UCL) – Quand le chercheur se fait chef de troupe : retour sur le spectacle ‘Combats pour l’Humanisme : Deux revues latines de la Renaissance’

12h00 : Discussion

12h30 : Déjeuner

Panel 2 – Président de séance : Renaud ADAM (F.R.S.-FNRS – ULg)

14h00 : Dominique ALLART (ULg) et Rachel BRAHY (MSH – Liège) – Des Maisons des Sciences de l’Homme en Belgique francophone : des champs d’action pour les disciplines humanistes ?

14h20 : Hélène HAUG (Maison d’Érasme, Anderlecht) – Communiquer nos disciplines : l’université à l’épreuve du musée

14h40 : Discussion – Pause

15h30 : Eric BOUSMAR (Université Saint-Louis) – Histoire publique et public de l’histoire. Quelles places pour l’historien face aux usages ludiques, idéologiques ou mercantiles du passé?

15h50 : Un jour dans l’histoire ou l’histoire (moderne) dans les médias : une rencontre avec Laurent DEHOSSAY (RTBF – La Première)

16h10 : Discussion

16h30 : Conclusions – Valérie LEYH (F.R.S.-FNRS – ULg)

Formulaire d’inscription

Cet événement est organisé avec le soutien de l’ED4, du Laboratoire de Recherches Historiques (LaRHis) et des Archives Générales du Royaume.

Contact: modernum.info@gmail.com

Comité organisateur: R. Adam (F.R.S.-FNRS – ULg), L. Constant (F.R.S.-FNRS – UCL), A. Delfosse (ULg), V. Leyh (F.R.S.-FNRS – ULg) et J. Régibeau (F.R.S.-FNRS – ULg).

Comité scientifique: R. Adam (F.R.S.-FNRS – ULg), S. Barthélemy (F.R.S.-FNRS – UCL), T. Cambrelin (ULB), L. Constant (F.R.S.-FNRS – UCL), S. Guri (ULB), V. Leyh (F.R.S.-FNRS – ULg), R. Loos (UCL), J. Régibeau (F.R.S.-FNRS – ULg).

Colloque – 30/03/2017-02/04/2017 – Annual Meeting of the RSA

Annual meeting of the RSA, Chicago
Sessions organisées par le GEMCA

Lieu: Chicago (USA)
Dates de l’évènement: 30/03/2017-02/04/2017

Sessions organisées par le GEMCA :

A Reassesment of the Impact of Scholasticism on Literature and the Arts
Agnès Guiderdoni : Emblematics in the Light of Scholasticism
Aline Smeesters : Natura between representation and theorization in Early Modern times
Ralph Dekoninck : Jesuit Art and Image Theory, Between Rhetoric and Philosophy

Heresy and Heterodoxy I: Visual Definitions

Birgit Ulrike Münch : Lutheranism as Heresy: Thomas Murner and Religious Polemic of the early 16th C.
Nicole Bensoussan : Heresy and the Theatrics of Subjugation in Late Renaissance Art
Walter S. Melion : “Haeretici typus, et descriptio”: Heretical and Anti-Heretical Imagemaking in Jan David S. J. ‘s Veridicus Christianus

Heresy and Heterodoxy II: Images

Ingrid Falque : The Afterlife of the iconographical programme of Henry Suso’s Exemplar in the 15th and 16th century
Morton Steen Hansen : Lotto’s Heresy
Tanya J. Tiffany : Divine Consecration or Demonic Possession:  Estefanía de la Encarnación and Miraculous Images in 17h-C. Spain

Heresy and Heterodoxy III: Topographies and Geographies

Bret L. Rothstein : Luca Pacioli’s Aesthetics of Error
Lee Palmer Wandel : Paths, Itineraries, and Descriptio of Creation
Ruth S. Noyes : Si scusano, che da Roma vengano le stampe: virtual geographies of the heterodox [im]prints c. 1600

Magnificence in the 17th century: the adaptation of a classical discourse

Alessandro Metlica : Theorizing the sublime or the magnificent? The debate on poetry in 1620’s and 1630’s France
Caroline Heering : Visible signs of piety: gift and magnificence in baroque Jesuit spectacle
Anne-Françoise Morel : Building for God, the patron or the devotee:  a religious interpretation of magnificence and decorum

Staging the gift-giving. Visual and textual representations of artistic donations in early modern period

Gwendoline de Mûelenaere : Images of power. Depictions of diplomatic donations of works of art in early modern Europe
Mathilde Bert : The ‘strange magnanimitie’ of artists : Gifts of works of art in early modern painting
Lise Constant : The gift of devotion. Representations of donations to and of miraculous statues of the Virgin

Source de l’info : GEMCA

Séminaire – 23/03/2017 – Enrico Zucchi – Corneille et Racine dans la théorie dramaturgique Italienne du XVIII siècle : le Paragone (1732) de Pietro Calepio entre aristotélisme et sensibilité moderne

Séminaire du GEMCA

Enrico Zucchi (Università di Padova), « Corneille et Racine dans la théorie dramaturgique Italienne du XVIII siècle : le Paragone (1732) de Pietro Calepio entre aristotélisme et sensibilité moderne »

Lieu : Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, Collège Érasme – ERAS 57

Date de l’événement : 23/03/2017 (14h-16h)

Source de l’info : GEMCA

Colloque – 17-18/03/2017 – Être parisienne sous l’Ancien Régime : des femmes dans la ville

Être parisienne sous l’Ancien Régime : des femmes dans la ville (Moyen Âge – XVIIIe s.)

Lieu : Paris, Reid Hall, 4 rue Chevreuse
Date de l’événement : 17-18/03/2017

Programme

Vendredi 17 mars 2017

9h30 Accueil des participants par Nathalie Grande (U. Nantes) et introduction par Arlette Farge (EHESS)

Les métiers des Parisiennes

Présidence : Nicole Pellegrin (IHMC/ENS)

10h00 Frédérique Le Nan (U. Angers)

“Escrivaines” et poétesses : écrire pour vivre au Moyen Âge dans les rues de Paris

10h30 Sylvain Leteux (Université Lille 3)

La triperie parisienne au XVIIIe siècle : un secteur réservé aux femmes ?

11h00 Pause

11h30 Aurélia Pouch (U. Paris-Sorbonne)

La place des femmes dans le Paris théâtral du XVIIe siècle

12h00 Brigitte Weltman-Aaron (University of Florida)

Le style, c’est la femme : la Parisienne au XVIIIe siècle

12h30 Déjeuner

Les Parisiennes engagées

Présidence : Nathalie Grande (U. Nantes)

14h00 Marie-Elisabeth Henneau et Julie Piront (U. Liège)

Le couvent de l’Annonciade céleste de la rue Couture Sainte-Catherine : un réseau de Parisiennes autour d’un édifice discret (XVIIe siècle)

14h30 Safia Hamdi (U. Tunis)

La querelle à l’hôpital ? Du conflit entre les religieuses Augustines de l’Hôtel-Dieu de Paris et les administrateurs laïques (1787)

15h00 Danielle Haase-Dubosc (Columbia University)

Madame de Miramion

15h30 Pause

Représentations littéraires des parisiennes I

Présidence : Rotraud von Kulessa (U. Augsbourg)

16h00 Andrea Grewe (U. Osnabrück)

Marie Mancini Colonna et la perception de la femme française en Europe

16h30 Laurence Sieuzac (U. Bordeaux)

Généalogie de la Parisienne dans les Lettres sur les habitants de Paris (1717) de Marivaux

17h00 Sabine Juratic (CNRS Paris)

Vivre fille dans le Paris des Lumières

17h30 Fin de la journée

Samedi 18 mars 2017

Représentations littéraires des parisiennes II

Présidence : Marie-Elisabeth Henneau (U. Liège)

9h00 Anna Loba (U. Adam-Mickiewicz, Poznań)

Le monde d’une petite ménagère parisienne au Moyen Âge : Le Mesnagier de Paris

9h30 Suzanne Duval (U. Strasbourg)

Urbanité des parisiennes dans le corpus des fictions narratives en prose de l’époque baroque (1600-1660)

10h00 Catherine Pascal (U. Montpellier)

De quelques plaisirs des Parisiennes à l’époque moderne

10h30 Pause

11h00 Isabelle Trivisani-Moreau (U. d’Angers)

La minoration de la Parisienne dans les Lettres historiques et galantes de Mme Du Noyer

11h30 Claudine Nédelec (U. Artois)

Les Parisiennes selon Furetière dans Le Roman bourgeois

12h00 Bénédicte Peralez-Peslier (U. Paris III-Sorbonne Nouvelle)

Quand l’Europe se « geoffrinise » : les muses parisiennes du XVIIIe siècle

12h30 Déjeuner

14h00 Assemblée générale de la siefar

15h00 Pause

Les parisiennes et le monde de la justice

Présidence : Eliane Viennot (U. Saint-Étienne)

15h30 Alison Vermelle (U. Paris-Ouest-Nanterre)

Les trésorières des prisons : une compagnie d’assistance féminine dans le Paris du XVIIIe siècle

16h00 Pierre-Benoît Roumagou (U. Paris-Sorbonne)

Femmes de Paris et femmes de banlieue au prisme de la criminalité

16h30 Discussion finale

17h00 Clôture du colloque

Source de l’info : SIEFAR

 

Conférence – 21/03/2017 – Bibliothèques et publics, bibliothèques publiques dans l’Europe d’Ancien Régime (XVIe-XVIIIe siècle)

Bibliothèques et publics, bibliothèques publiques dans l’Europe d’Ancien Régime (XVIe-XVIIIe siècle)

Yann Sordet (Bibliothèque Mazarine)

Lieu : Liège, Université de Liège, Grand Physique (Bât. A1)
Date de l’événement : 21/03/2017 (18h)

Source de l’info : ULg

Colloque – 23-24/02/2017 – La reconquête par le livre et l’image. Au cœur de la réforme catholique dans les Pays-Bas (XVIe-XVIIes.)

La reconquête par le livre et l’image. Au cœur de la réforme catholique dans les Pays-Bas (XVIe-XVIIes.)

Winning Back with Books and Prints. At the Heart of the Catholic Reformationin the Low Countries (16th-17th c.)

Lieu: Université de Liège, Salle des Professeurs, A1-Bâtiment central – Place du 20 Août

Date de l’événement: 23-24/02/2017

Programme:

8.45. Welcome coffee, registration /Accueil et inscription

9.15. Presentation

Session I 09.30-11.00

Heleen WYFFELS (KU Leuven) Assessing survival rates of widow-printers’businesses in sixteenth-century Antwerp

Rosa DE MARCO (ULg/Transitions) Les sources emblématiques des marques d’imprimeurs dans les Pays-Bas méridionaux (1561-1640)

Renaud ADAM (F.R.S./FNRS–ULg/Transitions) L’imprimerie à Bruxelles sous les archiducs Albert et Isabelle (1598-1633)

Pause

Session II 11.30-12.30

DirkI MHOF (Plantin-Moretus Museum) A lucrative illustrated prayer book for decades: Canisius’s Manuale catholicorum published by the Plantin Press

Renaud MILAZZO (Paris Saclay/Univ. Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) Les ventes internationales des livres d’emblèmes jésuites par l’officine plantinienne: l’exemple du Père Joannes David au début du XVIIe siècle

13.00. Lunch / Repas

Session III 14.30-15.30

Alexander SOETAERT (KU Leuven) A French book in the Low Countries: Matthieu de Launoy’s ‘Déclaration et réfutation’ and its reissues in Douai, Cambrai and Antwerp

Ruth S. NOYES (Wesleyan University) ‘Per modum compendii a Leonardo Damerio Leodiensi in lucem editum.’ Odo van Maelcote and Leonard Damery’s astrolabium aequinoctiale and the Catholic Reformation converting [im]print

Pause

Session IV 16.00-17.00

Paul ARBLASTER (Univ. Saint-Louis, Bruxelles/Louvain School of Translation and Interpreting) The rhetoric and imagery of crusading in some Antwerp responses to the Bohemian crisis

Johan VERBERCKMOES (KU Leuven) L’hilarité chrétienne au temps des Archiducs Albert et Isabelle

17.15. Cécile Oger, Conservatrice, Présentation des trésors de la Bibliothèque Alpha de l’Université de Liège et Stéphanie Simon, Responsable de la cellule numérisation, Présentation du programme de numérisation DONum (Dépôts d’Objets Numérisés) (http://donum.ulg.ac.be)

9.00. Coffee / Accueil

Session V 9.30-11.00

Walter S. MELION (Emory University) Haeretici typus, et descriptio: Heretical and Anti-Heretical Imagemaking in Jan David S.J.’s Veridicus Christianus

Annelyse LEMMENS (UCL/GEMCA) Les frontispices de livre à l’épreuve de la contre-Réforme: un rebranding par l’image

Gwendoline de MÛELENAERE (UCL/GEMCA) Les affiches de thèses dédiées à Léopold-Guillaume d’Autriche, au service de la Pietas Austriaca

Pause

Session VI 11.30-12.30

Valentine LANGLAIS (Univ. Paul Valéry, Montpellier/Univ. Genève) L’iconographie de la Dernière Cène dans l’Evangelicae Historiae Imagines de Jérôme Nadal, 1593

Marie-Élisabeth HENNEAU (ULg/Transitions) Pratiques de lectures dans les couvents féminins des Pays-Bas méridionaux et du pays de Liège (XVIIe-début XVIIIe s.)

13.00. Lunch / Repas

14.30. Exhibition / Exposition (Musée Grand Curtius): Une réforme, un livre : Luther et la bible palatine

 

Source de l’info: ULg

Conférence – 23/02/2017 – Thomas More et Érasme : une amitié littéraire

Thomas More en Erasmus: een literaire vriendschap
Thomas More et Érasme : une amitié littéraire

Lieu : Bruxelles, Maison d’Erasme
Date de l’événement : 23/02/2017 (19h)

Argument :

In 2016 was het 500 jaar geleden dat Thomas Mores bekendste werk, de Utopia verscheen bij Dirk Martens in Leuven. More en Erasmus waren toen al zo’n twintig jaar bevriend met elkaar. Van bij hun kennismaking in Londen voelden beide humanisten zich tot elkaar aangetrokken: ze deelden hun literaire interesse, schreven Latijnse gelegenheidsverzen en wensten een betere kennis van het Grieks te verwerven. Bovendien hielden ze allebei van spot en satire. Toen bleek dat eerst Erasmus’ Lof der Zotheid en vijf jaar later ook zijn vertaling van het Nieuwe Testament op hevige kritiek stuitte bij zijn collega’s in Leuven zou More naar zijn pen grijpen om zijn vriend te verdedigen.

Jeanine De Landtsheer is als onderzoekster verbonden aan het Seminarium Philologiae Humanisticae van de KU Leuven, waar ze zich toelegt op de kritische editie van de correspondentie van Justus Lipsius. Ze vertaalde ook een ruime selectie uit de Colloquia en de Adagia van Erasmus, evenals enkele van zijn pedagogische werken.

Toegang gratis mits plaatsbespreking online of 02.521.13.83              

Hans Holbein de Jongere (kopie naar), Portret van Thomas More, na 1527. Londen, National Portrait Gallery.

Quand l’Utopia, œuvre la plus célèbre de Thomas More, parut en 1516 chez Dirk Martens à Louvain, More et Érasme se connaissaient depuis une vingtaine d’années. Dès leur première rencontre à Londres, une affinité croissante lia les deux humanistes : tous deux se passionnaient pour la littérature classique, écrivaient en latin de la poésie de circonstances et souhaitaient améliorer leur connaissance du grec. Ils partageaient par dessous tout un intérêt pour l’ironie et la satire. Lorsque l’Éloge de la Folie d’Érasme et, cinq ans plus tard, sa traduction du Nouveau Testament furent durement critiquées par les théologiens de Louvain, More n’hésita pas à saisir sa plume pour défendre son ami. Conférence en néerlandais.

Jeanine De Landtsheer est membre du Seminarium Philologiae Humanisticae de la KU Leuven. Elle s’occupe de l’édition critique de l’œuvre épistolaire de Juste Lipse. Elle a traduit une sélection des Colloques et des Adages d’Érasme, ainsi que quelques-uns de ses traités pédagogiques.

Entrée gratuite, sur réservation au 02 521 13 83 ou info@erasmushouse.museum

Source : Maison Erasme

Formulaire d’inscription

Publication – Maxime Perret, Balzac et le XVIIe siècle : mémoire et création littéraire, 2015

Maxime Perret, Balzac et le XVIIe siècle : mémoire et création littéraire, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2015.

ISBN : ISSN : 978-2-87854-654-5
Date de publication : 2015


Résumé :
Présentée par Balzac comme l’« Histoire des mœurs de son temps », La Comédie humaine fait constamment référence au passé historique et littéraire. Au fil des Études de mœurs, des Études philosophiques et des Études analytiques, se dessine le portrait de ce passé d’« Ancien Régime » où le XVIIe siècle occupe une place éminente. Ce livre met au jour les différents usages balzaciens du « Grand Siècle » et en décrit les fonctions dans La Comédie humaine. Il fait par là même émerger un «réseau XVIIe siècle » qui relie de manière originale les multiples récits du cycle. Est ainsi révélé le profond rapport qu’entretient une œuvre capitale du roman moderne avec la tradition littéraire classique.

Table des Matières

Source (site éditeur) :  Paris-3 et GEMCA