Archives par mot-clé : sociologie

Colloque – 15-16/05/2017 – Masculinités non-hégémoniques. Des configurations ambigües et plurielles

Masculinités non-hégémoniques
Des configurations ambigües et plurielles

Date : 15-16 mai 2017
Lieu : Louvain-la-Neuve, MONT 01 et LECL.93

Les recherches sur les masculinités, font partie d’un champ d’étude qui ne cesse de croître depuis une trentaine d’années partout dans le monde. S’insérant pleinement dans la lignée des études de genre et des études sur la sexualité, elles participent à l’enrichissement des réflexions sur les rapports sociaux de sexe. Si les études de genre ont démontré la multiplicité des formes de féminités et de masculinités, il faut néanmoins dépasser une approche essentiellement typologique afin de mieux comprendre la construction du genre en tant que dynamique sociale et processus relationnel (Connell, 1995). En ce sens, Raewyn Connell a développé depuis le début des années 1980 sa théorie sur la masculinité hégémonique et les différentes relations au sein des masculinités, soulevant la question des relations de pouvoir comme vecteur d’une dialectique constante au sein des relations de genre. Cette approche relationnelle permet de comprendre la complexité et l’ambigüité des processus en œuvre dans la formation des configurations de genre.

Que nous apporte encore aujourd’hui ce cadre théorique et comment est-il mobilisé et réapproprié par la communauté scientifique ? Sous l’intitulé Masculinités non-hégémoniques : des configurations plurielles et ambiguës, ce colloque se concentrera sur la question des différentes masculinités dans nos sociétés, en s’attachant principalement aux figures non-hégémoniques (subordonnées, complices et/ou marginales) et aux relations qu’elles entretiennent avec l’hégémonie. Si les masculinités peuvent également être utiles pour appréhender les expériences des « femmes », ce colloque se concentrera particulièrement sur les expériences des « hommes ». L’objectif sera de travailler sur les nouvelles perspectives proposées par des chercheur.e.s qui, au départ de différentes méthodologies, questionnent les représentations des masculinités et leurs expériences subjectives. Les masculinités ne posent pas les mêmes questions aux disciplines qui les interrogent ; quels sont les terrains d’entente et les constructions communes qui peuvent être trouvés ? Une approche interdisciplinaire sera privilégiée et chaque session sera composée d’intervenant.e.s provenant de disciplines variées (la sociologie, l’anthropologie, l’histoire et la psychologie sociale) afin d’encourager le dialogue et d’approfondir nos regards.

Le colloque débutera le 15 mai autour d’une présentation magistrale d’Eric Fassin intitulée : « Trouble dans l’hégémonie ». L’intervention sera suivie le lendemain par une journée composée d’une conférence abordant l’étude des masculinités depuis une approche intersectionnelle, ainsi que de trois sessions thématiques, privilégiant chacune un angle de vue lié à des questions centrales dans la construction genrée des individus dans nos sociétés contemporaines.

La première session, intitulée « Expériences du corps et de sexualité au-delà de l’hétéronormativité » se concentrera sur la matérialité avec laquelle se construisent nos pratiques et expériences sexuées. Pour Raewynn Connell l’idée qu’il existe une « masculinité réelle », à savoir une image de l’homme « naturel » hétérosexuel et profondément masculin qui est généralement comprise comme provenant du corps des « hommes », est fortement ancrée dans nos sociétés (Connell, 1995 : 45). Il s’agira de bousculer cette croyance hétéronormative en interrogeant l’expérience que les personnes ont de leur corps et de leur sexualité. La session mettra en avant leurs conceptions variées de la masculinité, et illustrera comment cette pluralité est articulée dans les relations au sein des différents types de masculinités.

La seconde session, « Pratiques de paternité/parentalité et normes de masculinité, exploration en marge » reviendra sur l’importance d’étudier les hommes et les masculinités dans leurs limites, ici la sphère domestique, espace traditionnellement associé au « féminin » (Hearn & Morgan, 2014; Morgan, 1992). Les quelques débats qui ont eu lieu sur le sujet ont porté sur la mise en perspective d’un type de pratiques de paternité, celles des hommes pourvoyeurs de soin, avec le modèle proposé par Connell : à quel type de masculinité faut-il les associer ? Ont-elles été absorbées par la masculinité hégémonique (Brandth & Kvande, 1998) ou sont-elles liées à la masculinité complice, parce que tout en revendiquant une parentalité égalitaire, ces pères ne se détachent pas complètement des modèles normatifs dominants (Plantin, Mansson, & Kearney, 2003)? D’autres défendent plutôt que les pères pourvoyeurs de soin voguent entre les différentes formes de masculinité et qu’il serait vain de chercher des associations univoques et définitives (Doucet, 2006). Cette session s’ancrera dans le prolongement de ces réflexions, partant d’autres types de pratiques de paternité/parentalité pour chercher à les situer par rapport aux différentes formes de masculinité.

Enfin, la dernière session « Idéaux religieux de masculinité » tentera de voir comment les masculinités sont ou ont été expérimentées au sein des religions. Indépendamment de la confession, comment les rôles et représentations des masculinités « religieuses » se réfèrent-ils au(x) modèle(s) de masculinité hégémonique qui domine(nt) dans la société séculière ? Le discours sur les rôles sexués constitue un enjeu primordial et constant pour la religion, considérée comme un des lieux clés où se défend et s’affronte l’inégale distribution du pouvoir (Woodhead, 2012). La construction d’une masculinité se révèle dès lors un moyen efficace pour établir ou contester l’autorité au sein des organisations religieuses (Delap & Morgan, 2013). Comment les hommes négocient-ils dans leurs pratiques la normalisation de leur identité religieuse, afin de contrer l’image « efféminée » des croyants (Werner, 2011) ? Y a-t-il un idéal à atteindre pour le croyant (qu’il soit père, mari, travailleur, prêtre) ? Est-ce que les masculinités se construisent sur des oppositions binaires (avec les femmes, avec les laïcs, avec les athées) ? Peut-on y retrouver des éléments de la masculinité hégémonique ? Il s’agira de pointer la coexistence et la succession dans le temps de diverses normes et pratiques des masculinités (Van Osselaer, 2009), dans un dialogue interdisciplinaire.

Références :

Brandth, B., & Kvande, E. (1998). Masculinity and child care: The reconstruction of fathering. The Sociological Review, 46 (2), 293-313.
Connell, R. (1995). Masculinities. Cambridge & Oxford: Polity Press & Blackwell Publishers.
Delap, L., & Morgan, S. (2013). Men, masculinities, and religious change in twentieth century Britain. New York: Palgrave Macmillan.
Doucet, A. (2006). Do men mother?: Fathering, care, and domestic responsibility. University of Toronto Press.
Hearn, J., & Morgan, D. H. J. (2014). Men, Masculinities and Social Theory (RLE Social Theory) (Vol. 46), Routledge.
Morgan, D. H. (1992). Discovering men (vol. 3). Taylor & Francis.
Plantin, L., Mansson, S.-A., & Kearney, J. (2003). Talking and doing fatherhood: On fatherhood and masculinity in Sweden and England. Fathering, 1 (1), 3.
Van Osselaer, T. (2009). Christening Masculinity? Catholic Action and Men in Interwar Belgium. Gender & History, 21 (2), 380–401.
Woodhead, L. (2012). Les différences de genre dans la pratique et la signification de la religion. in M. Della Sudda et G. Malochet (eds), Pouvoirs, genre et religions, 51-52.
Werner, Y. M. (2011). Christian masculinity: men and religion in Northern Europe in the 19th and 20th centuries. Louvain: Leuven University Press.

15 mai

20h00-22h00

Trouble dans l’hégémonie

Président de séance : Jacques Marquet (Sociologue, Cirfase, UCL)
Discutante : Mara Viveros Vigoya (Anthropologue, Universidad Nacional de Colombia)

Conférence inaugurale
Eric Fassin (Sociologue, Université Paris VIII)

 

16 mai

9h00
Accueil des participant.e.s et petit-déjeuner / café-thé

9h15-10h15
Introduction de la journée

Accueil par Matthieu de Nanteuil, Président de l’Institut d’analyse du changement dans l’histoire et les sociétés contemporaines

Mot d’introduction d’Aurore François (LaRHis & Cirfase, UCL) présentant le caractère interdisciplinaire du Colloque

Présentation de la journée par Sarah Barthélemy (LaRHis, UCL – CéSoR, EHESS), Mathilde Van Drooghenbroeck (Cirfase-Dvlp, UCL) et Grégory Dallemagne (Cirfase, UCL)

Diffusion d’une capsule/entrevue avec Raewynn Connell

10h15-11h
Les masculinités comme objet d’étude

Présidente de séance : Mathilde Van Drooghenbroeck (Sociologue, Cirfase-Dvlp, UCL)

Mara Viveros Vigoya (Anthropologue, Universidad Nacional de Colombia)
Les couleurs de la masculinité. Expériences et pratiques intersectionnelles

11h-11h15 : Pause-café

11h15-12h15
Expériences du corps et de sexualité au-delà de l’hétéronormativité

Présidente de séance : Sarah Smit (Sociologue, Cirfase, UCL)
Discutant : Jacques Marquet (Sociologue, Cirfase, UCL)

Christophe Broqua (Anthropologue, Université Paris Ouest)
Homme-femme ou homosexuel masculin ? Grandeur et misère du góor-jigéen au Sénégal

Arthur Vuattoux (Sociologue, INJEP / Paris 13)
Masculinités des jeunes suivis par la justice pénale en France : assignation à l’hégémonie et marginalisation

Françoise Van Haeperen (Historienne, UCL)
Ni hommes, ni femmes : les galles de la Mère des dieux dans le monde romain, revisités à la lumière des hijras de l’Inde contemporaine

Temps d’échange 12h15-12h50

12h50-14h : Lunch

14h-15h
Pratiques de paternité/parentalité et normes de masculinité, exploration en marge

Présidente de séance : Síle O’Dorchai (Economiste, ULB)
Discutante : Laura Merla (Sociologue, Cirfase, UCL)

Séverine Mayol (Sociologue, Université Paris Descartes)
Intervention sociale et paternité sans domicile : l’hégémonie masculine en pratique ?

Alain Ducousso-Lacaze (Psychanalyste et psychologue clinicien, Université de Poitiers)
Figures de paternités gays

Martine Gross (Sociologue, EHESS), Bérengère Rubio (Psychologue, IFSTTAR, Versailles) et Olivier Vecho (Psychologue, Université Paris Nanterre)
Devenir père par GPA : paternité, parentalité et lien biologique

Temps d’échange 15h-15h35

15h35 – 15h55 : Pause-café

15h55-16h55
Idéaux religieux de masculinité

Présidente de séance : Sarah Barthélemy (Historienne, LaRHis, UCL – CéSoR, EHESS)
Discutante : Silvia Mostaccio (Historienne, LaRHis, UCL)

Stefan Meysman et Jonas Roelens (Historiens, Université de Gand)
Masculinités, moralités et discursivités pré-modernes. Le modèle Connell face aux sources médiévales et modernes des Pays-Bas méridionaux

Béatrice de Gasquet (Sociologue, Université Paris Diderot)
Quelles masculinités produisent les synagogues ?

Maïté Maskens (Anthropologue, Université Libre de Bruxelles)
La production pentecôtiste de masculinités vertueuses à Bruxelles

Temps d’échange 16h55-17h30

17h30-18h00
Conclusions et clôture du colloque

Laura Merla (Sociologue, Cirfase, UCL) et Silvia Mostaccio (Historienne, LaRHis, UCL)

Inscription en ligne

Source : UCL

Colloque – 01-03/06/2016 – Les religions face aux théories et aux politiques de la « race » (XVe-XXIe s.)

Les religions face aux théories et aux politiques de la « race » (XVe-XXIe siècle)

Date : 1er, 2 et 3 juin 2016
Lieux :
Université du Maine (Le Mans) – GSRL (Paris)

Longtemps l’émergence de l’idée de « race » en Europe à l’époque moderne a été envisagée en lien étroit avec l’essor de la pensée scientifique. Dans le conflit de magistère qui oppose science et religion, la question des origines de l’homme est centrale et, avant que n’émerge au XVIIIe siècle un monogénisme scientifique, celui-ci se traduit souvent par l’opposition d’un polygénisme au récit de la création adamique.

Or, cette présentation achoppe sur deux écueils majeurs. Premièrement les religions peuvent tout à fait produire de la « race ». Ces dernières années, l’historiographie de la « race » dans l’Amérique ibérique a mis en valeur les continuités avec l’Espagne du bas Moyen Âge, en particulier à travers certaines idées comme l’incapacité de l’eau du baptême à effacer la macule du sang. Cela conduit à poser la question des conditions d’une racialisation du religieux ou du potentiel des récits religieux, notamment ceux produisant des généalogies, à produire de la « race ». Deuxièmement, l’historiographie associant « race » et science est en tout point européanocentrée puisqu’à la fois elle prend pour modèle la pensée scientifique européenne et elle fait des monothéismes euro-méditerranéens l’archétype de toute construction religieuse. Elleomet donc systématiquement d’étudier les relations entre religions et identités de type racial dans d’autres régions du monde, en particulier dans le contexte de confrontation de ces paradigmes européens avec les réalités des autres continents.

Les objectifs de ce colloque sont donc nombreux. Il s’agit tout d’abord de comprendre les conditions de la construction de mythes religieux racialisés et surtout d’en étudier la diffusion et l’impact dans les stratégies de conversion et d’intégration des convertis. A ce titre, une attention toute particulière sera portée aux réactions des minorités racialisées au sein d’un même groupe religieux entre rappels au dogme de l’unité originelle de l’humanité, construction de contre-discours racialisés ou sortie du groupe religieux. Dans le même ordre d’idée, ce colloque s’efforcera d’étudier la réception et l’adaptation de l’idée européenne de « race » dans des contextes religieux non européens. Enfin un dernier temps sera consacré, d’une part, aux réactions des milieux religieux face aux politiques raciales entre résignation, acceptation et adhésion et, d’autre part, au rapport contemporain des religions aux notions d’ethnie et de culture qui, dans certaines appréhensions, recoupent tout ou partie du champ autrefois couvert par l’idée de « race ».

Programme

Mercredi 1 juin 2016

09:30 – 09:45 Accueil des intervenant-e-s (Pierre Belon)
09:45 – 10:00 Mot de bienvenue (Salle de conférences) – Laurent Bourquin (VP U. Maine)
10:00 – 10:40 La religion à la rencontre de la race : opposition, mythes religieux racialisés et accomodation avec l’idée scientifique de race (Pierre Belon) – Jean-Frédéric Schaub
10:00 – 10:20 › Contingent Hermeneutics: Collective Identities and Slavery in Judaism, Christianity, and Islam – Benjamin Braude, Boston College
10:20 – 10:40 › Body and Blood. Racialization in colonial societies – Max Hering Torres, Universidad nacional de Colombia
10:40 – 11:10 Discussion (Pierre Belon)
11:10 – 11:30 Pause café (Pierre Belon)
11:30 – 12:30 La religion à la rencontre de la race : opposition, mythes religieux racialisés et accomodation avec l’idée scientifique de race (Pierre Belon) – Jean-Frédéric Schaub
11:30 – 11:50 › Le récit sacré sur l’Histoire des « races » et des nations d’après Benito Jerónimo Feijoo – Paola Martinez Pestana, Universidad autonoma de Madrid
11:50 – 12:10 › Samuel Stanhope Smith, un révérend presbytérien face aux théories et aux politiques de la race – Silvia Sébastiani, École des hautes études en sciences sociales
12:10 – 12:30 › Théorie biologique ou théologie pratique ? L’ Église Réformée Hollandaise et la racialisation de l’Afrique du Sud ante apartheid – Gilles Teulié, Laboratoire d’Etudes et de Recherche sur le Monde Anglophone, Aix-Marseille Université
12:30 – 13:00 Discussion (Pierre Belon)
13:00 – 14:30 Déjeuner
14:30 – 15:10 Religion et race : la question de la conversion (Pierre Belon) – Maud Michaud
14:30 – 14:50 › Les Morisques irréductibles à la conversion. Une affaire de« race » ? – Isabelle Poutrin, Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne – Paris 12
14:50 – 15:10 › Le discours sur les races et les métissages dans la documentation pontificale concernant la Monarchie Catholique (1580-1640) – Boris Jeanne, École des hautes études en sciences sociales
15:10 – 15:40 Discussion (Pierre Belon)
15:40 – 16:00 Pause café (Pierre Belon)
16:00 – 16:40 Religion et race : la question de la conversion (Pierre Belon) – Maud Michaud
16:00 – 16:20 › La béatification des saints de « couleur ». Discours et images des martyrs japonais à l’époque moderne – Hitomi Omata Rappo, Université de Fribourg
16:20 – 16:40 › « Race » et conversion: Notre-Dame de Sion en France et à Jérusalem au XIXe siècle – Azzurra Tafuro, Scuola Normale Superiore di Pisa
16:40 – 17:10 Discussion (Pierre Belon)
20:00 – 21:30 Conference – Religion et Race en Asie du Sud (Inde & Myanmar-Birmanie) aujourd’hui

Jeudi 2 juin 2016

09:45 – 10:00 Accueil des intervenant-e-s (Pierre Belon)
10:00 – 10:40 Les minorités religieuses face à leur racialisation (Pierre Belon) – Clément Thibaud
10:00 – 10:20 › La « race » et le racisme en théologie mormone (XIXe-XXe siècle) – Chrystal Vanel, Groupe Sociétés, Religions, Laïcités
10:20 – 10:40 › Les migrants musulmans somaliens à Johannesburg et les mécanismes de racialisation de l’espace urbain – Samadia Sadouni, Sciences Po Lyon – Institut d’études politiques de Lyon
10:40 – 11:10 Discussion (Pierre Belon)
11:10 – 11:30 Pause café (Pierre Belon)
11:30 – 12:10 Les minorités religieuses face à leur racialisation (Pierre Belon) – Clément Thibaud
11:30 – 11:50 › L’ « islam noir », un principe idéologique et pragmatique. Les points de vue des musulmans sénégalais. – Hélène Grandhomme, Centre de recherches en histoire internationale et Atlantique
11:50 – 12:10 › La littérature arabe contemporaine et la dénonciation du racisme – Xavier Luffin, Université Libre de Bruxelles [Bruxelles]
12:10 – 12:40 Discussion (Pierre Belon)
12:40 – 14:30 Déjeuner
14:30 – 15:10 Diffusion et adaptation de l’idée de race en contexte religieux non européen (Pierre Belon) – Clément Thibaud
14:30 – 14:50 › Une logique de soutien à la « lignée unique » de l’empereur japonais : l’ethnicisation des cultes autochtones au XIXe siècle – Yusuke Inenaga, Osaka University, Groupe Sociétés, Religions, Laïcités
14:50 – 15:10 › Robert B. Ekvall (1898-1983). Idées de race et de religion chez un missionnaire et anthropologue américain sur la frontière sino-tibétaine – Marie-Paule Hille, École des hautes études en sciences sociales
15:10 – 15:40 Discussion (Pierre Belon)
15:40 – 16:00 Pause café (Pierre Belon)
16:00 – 16:40 Diffusion et adaptation de l’idée de race en contexte religieux non européen (Pierre Belon) – Jean-Frédéric Schaub
16:00 – 16:20 › L’improbable inhumanité de l’humanisme : Race, racialisme et discrimination dans le Bouddhisme – Lionel Obadia, Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes, Université Lumière Lyon 2
16:20 – 16:40 › Bouddhisme et race à Sri Lanka : de la théorie de la ‘race élue’ à la pratique du Bodu Bala Sena – Eric Meyer, Institut National des Langues et Civilisations Orientales
16:40 – 17:10 Discussion (Pierre Belon)
18:00 – 19:30 Excursion dans le Vieux-Mans

Vendredi 3 juin 2016

09:30 – 09:45 Accueil des intervenant-e-s (Salle de conférences)
09:45 – 10:00 Mot de bienvenue (Salle de conférences) – Philippe Portier (directeur du GSRL)
10:00 – 10:40 Les réactions religieuses face aux politiques raciales (contestation, silence, participation) (Salle de conférences) – Denis Pelletier
10:00 – 10:20 › La pensée völkisch, ou comment des penseurs protestants ont pu servir la cause du nazisme – Lucie Kaennel, Universität Zürich
10:20 – 10:40 › The German Christian Church Movement and the Christianity for »Aryans« – Dirk Schuster, Universität Postdam
10:40 – 11:10 Discussion (Salle de conférences) – Denis Pelletier
11:10 – 11:30 Pause café (Salle de conférences)
11:30 – 12:30 Les réactions religieuses face aux politiques raciales (contestation, silence, participation) (Salle de conférences) – Denis Pelletier
11:30 – 11:50 › Le Saint-Siège face au racisme des régimes totalitaires des années 1930 – Raffaella Perin, Universita Ca’Foscari Venezia
11:50 – 12:10 › L’Eglise catholique et le « sain nationalisme japonais » – Olivier Sibre, Labex Ecrire une Histoire Nouvelle de l’Europe
12:10 – 12:30 › De la religion contre la race à la religion de la race, christianisme et nationalisme bretons au début du XXe siècle. – Sébastien Carney, Université de Bretagne Occidentale [Brest]
12:30 – 13:00 Discussion (Salle de conférences) – Denis Pelletier
13:00 – 14:30 Déjeuner
14:30 – 15:10 Racialisation et ethnicisation du religieux : Perspectives sociologiques et anthropologiques (Salle de conférences) – Simona Tersigni
14:30 – 14:50 › De l’ ‘‘hindou arriéré » à l’ ‘‘animiste ». Réflexions autour de la construction de la catégorie « tribu » en Inde – Cécile Guillaume-Pey, École des hautes études en sciences sociales
14:50 – 15:10 › Les communautés africaines catholiques en France. Une fenêtre sur la notion troublée de « race » au sein de l’Eglise – Alexis Artaud de la Ferrière, Groupe Sociétés, Religions, Laïcités
15:10 – 15:40 Discussion (Salle de conférences) – Simona Tersigni
15:40 – 16:00 Pause café (Salle de conférences)
16:00 – 16:40 Racialisation et ethnicisation du religieux : Perspectives sociologiques et anthropologiques (Salle de conférences) – Simona Tersigni
16:00 – 16:20 › Socio-sémantique historique des usages du terme musulman : processus d’ethnicisation, de racialisation et de confessionnalisation en tension – Marie-Claire Willems, Sophiapol, Université Paris 10, Paris Ouest Nanterre La Défense
16:20 – 16:40 › Le fait scolaire « ramadan » : approcher les dimensions ethnoreligieuses de l’expérience scolaire – Benjamin Farhat, Université Paris 8, Sciences de l’Éducation
16:40 – 17:10 Discussion (Salle de conférences) – Simona Tersigni

Source : relrac2016

CFP – Les « studies » à l’étude : savoirs, trajectoires, politiques

Revue : Revue d’anthropologie des connaissances
Date limite de réponse à l’appel : 15 juin 2016

Argumentaire

Ce dossier de la Revue d’anthropologie des connaissances trouve son origine dans le développement, en France, de nombreux domaines émergents de recherche obéissant à une labellisation par leur objet, à l’instar des labels et formes de structuration scientifique anglo-saxonne autour des « studies ». Il vise à documenter les processus particuliers de formation des domaines d’études et des communautés scientifiques qui s’en revendiquent, et à interroger leurs différences et/ou similitudes avec les modalités de formation plus classique des champs scientifiques largement documentées par la littérature de sociologie et d’histoire de la connaissance scientifique (Lenoir 1997, Heilbron 2004).

Inscrites dans la logique ordinaire et les luttes internes à l’espace universitaire, les opérations de construction académique et discursive de domaines de la recherche en « études » reposent notamment sur des formes d’opposition tacite ou explicite entre « études » et « disciplines ». Pourtant, si les « études » paraissent d’emblée relever d’une construction thématique, force est de constater que nombre d’entre elles refusent ou échappent pourtant au cantonnement à des objets spécifiques. À l’inverse, elles revendiquent souvent leur aptitude à intervenir dans l’ensemble du champ des sciences humaines et sociales, sur la base d’un déplacement d’ordre conceptuel ou paradigmatique (études culturelles, études de genre, animal studies, environmental studies, etc.). Inversement, on notera que les disciplines instituées des sciences humaines et sociales n’échappent pas davantage, d’un certain point de vue, à une logique de constitution autour d’un objet, ou plutôt de concepts-objets (le « politique », le « social », l’ « individu », la « culture »).

Ce dossier s’intéressera tout particulièrement aux trajectoires d’institutionnalisation des « studies » et aux enjeux de pouvoir qui les accompagnent et les sous-tendent : il s’agira d’interroger la grande hétérogénéité des domaines de recherches concernés, tant en termes d’objets et d’orientations théoriques que de cohérence interne ou de structuration. Les contributions pourront ainsi aussi bien porter sur des domaines d’études reconnus dans le champ académique ou en voie d’institutionnalisation que sur des études émergentes ou bénéficiant d’une faible visibilité. De même, elles pourront se centrer sur un domaine d’études en particulier, ou mettre en œuvre une comparaison entre différents domaines d’ « études ». Pour aborder ces questionnements, nous proposons deux axes principaux :

Trajectoires, circulations et institutionnalisation : Il s’agit de rendre compte des trajectoires institutionnelles des différents domaines d’études, de la diffusion des savoirs qu’ils produisent, entre processus d’autonomisation et formes d’incorporation ou de maintien au sein des périmètres disciplinaires. Quel rôle jouent les (re)configurations des modes de financement et d’évaluation de la recherche, et plus généralement des rapports entre champ universitaire et champ politique, dans l’émergence, l’orientation ou l’institutionnalisation des « studies » ? Comment décrire les « cultures épistémiques » partagées en leur sein, et peut-on tracer les références partagées et les filiations qui structurent ces communautés de savoir ? Les propositions pourront porter sur la création ou l’histoire de centres d’enseignement et de recherche, de revues, d’événements scientifiques, mais aussi proposer des analyses basées sur la comparaison ou les relations entre domaines d’études. Les approches proposant une mise en perspective de certains cas issus de l’histoire ou de la sociologie des sciences feront l’objet d’un intérêt particulier, de même que les contributions centrées sur les circulations (et/ou la comparaison) entre différents espaces nationaux et champs universitaires.

Enjeux critiques des études : Nous proposons ici d’approfondir la réflexion contemporaine relative à l’horizon critique des « studies ». À l’instar de l’apport des recherches féministes à l’épistémologie et à la méthodologie des sciences sociales, à travers la critique de la notion d’objectivité et le renforcement des postures de réflexivité (Haraway 1988), quelles ont pu et quelles peuvent être les formes de contribution critique des « études » à la (re)définition des méthodes, objets, finalités, en somme au projet des sciences humaines et sociales ? Et comment le développement des études critiques contribue-t-il à transformer la figure ou les modalités d’intervention de l’ « intellectuel engagé », à remodeler les liens et antagonismes entre engagement et recherche, entre « études par » et « études sur » ? Dans le contexte de l’académisation de certaines causes et mouvements politiques, que penser aujourd’hui des effets de la reconnaissance académique de certaines études, comme de leur autonomisation plus ou moins forte vis-à-vis des mouvements sociaux auxquels elles sont liées, sur leur portée critique ? À l’inverse, de quelles façons l’orientation ou le développement récents de certains domaines d’études – voir par exemple l’émergence des terrorist studies – participent-t-ils de la (re)formation contemporaine des savoirs d’État et techniques de gouvernement, ou encore des logiques d’impérialisme adossées aux politiques de financement et d’exportation de la recherche en sciences sociales (Heilbron, Guilhot et Jeanpierre 2009) ?

Calendrier

Les articles devront être soumis en ligne à l’adresse signalée dans instructions aux auteurs avant le 15 juin 2016. La publication du dossier est prévue pour mars 2017.

Les articles doivent être déposés sur le site de la Revue d’Anthropologie des Connaissances en utilisant la feuille de style de la revue et en respectant les règles de rédaction et notamment l’anonymat pour permettre une évaluation « en aveugle ».

Source : Calenda

CFP – Shakespeare et la Peur

CFP – Shakespeare et la Peur

Lieu : Paris, Cité Internationale Universitaire
Date : 12-14/01/2017
Deadline : 25/05/2016

Argumentaire :

Congrès de la Société Française Shakespeare

En ces temps de violences économiques, d’angoisses écologiques, de migrations forcées, de guerres et de terrorismes, il apparaît pertinent d’examiner les manières dont les scènes élisabéthaine et jacobéenne ont thématisé et utilisé la peur, et de réfléchir aux résonances qu’elles continuent de susciter aujourd’hui. On citera à cet égard le livre de Robert Appelbaum, qui n’hésite pas à nommer « terrorisme » la violence qui a secoué la société anglaise de la première modernité, du massacre de la Saint-Barthélemy aux complots et aux révoltes populaires1. Le rapport entre Shakespeare et la peur passe notamment par les réappropriations des pièces dans le contexte des crises que nous traversons aujourd’hui. Comment se sert-on ou s’est-on appuyé sur Shakespeare pour conjurer la peur, ou pour déconstruire les mécanismes de la terreur, tant celle de la dictature (on pense à To be or not to bed’Ernst Lubitsch) que celle des attentats aveugles (voir par exemple les mises en scène récentes de Shakespeare en Syrie).

Il n’est sans doute aucune œuvre théâtrale de Shakespeare ou de ses contemporains qui ne mette en jeu la peur sous une forme ou sous une autre. De l’appréhension comique d’être cocu jusqu’à l’effroi de Macbeth à la vue du fantôme de Banquo, de l’inquiétude des artisans à l’idée que le « lion » puisse effrayer les dames du public à la crainte suscitée par la tyrannie de Richard III, on trouve tous les degrés de la peur chez Shakespeare, tout comme chez Marlowe, Middleton ou Webster. Que la tragédie cherche encore à susciter la terreur sacrée ou que la comédie tourne en dérision les modes de mise en scène de l’effroyable, que les pièces historiques analysent en détail les ressorts de la terreur politique telle qu’elle fut théorisée par Machiavel ou que les tragédies à grand spectacle capitalisent sur l’attirance croissante des spectateurs de la période jacobéenne pour les délices de l’épouvante, la thématique de la peur se décline à l’infini dans le théâtre shakespearien, reflétant des peurs intimes (« the dread of something after death » de Hamlet) autant que sociales (comme le spectre toujours présent de la peste ou de l’invasion étrangère). Shakespeare distingue entre « fear » (plus de 800 occurrences dans le canon) et « dread » (une cinquantaine d’occurrences) ou encore « fright », terme qu’on trouve souvent utilisé dans un contexte ironique, avec la suggestion latente que les événements concernés ne justifient pas vraiment la crainte qu’ils éveillent.

Au-delà des modalités spécifiques à la scène de la Renaissance anglaise, la peur peut se déplacer hors du monde de la fiction et du rapport entre scène et public. On s’intéressera dès lors à la peur de Shakespeare que peut susciter la canonisation de ses œuvres et l’institutionnalisation de son étude à l’école, ou encore celle qu’a pu provoquer au XVIIIe siècle son arrivée sur les scènes continentales chez un public plus habitué au théâtre classique : on pense à Voltaire mais aussi aux dramaturges romantiques qui ont voulu se hisser au niveau du « Barde » et le concurrencer sur son propre terrain. Et l’on ne saurait faire l’impasse sur toute la mouvance qui se regroupe encore aujourd’hui sous l’en-tête allitératif de « no fear Shakespeare ». La peur de Shakespeare peut aussi se transformer en peur pour Shakespeare, tant les remises en question de son identité ont pu fleurir à partir du XIXe siècle.

Nous espérons rassembler dans ce colloque historiens, spécialistes de littérature, de théâtre ou de « cultural studies », praticiens, mais aussi psychanalystes, sociologues et anthropologues.

Les contributions pourront porter sur (liste non exhaustive) :

  • Comment la peur est-elle théorisée à l’époque élisabéthaine et jacobéenne ?
  • Les différents degrés de la peur ;
  • Les symptômes de la peur sur scène (gestuelle, vocalité, masques, costumes, maquillage etc) ; phénoménologie de la peur ;
  • De quoi et de qui a-t-on peur sur la scène de Shakespeare et de ses contemporains ? (présages terrifiants, menaces, exécutions exemplaires, spectacles horribles et effroyables, mutilations et assassinats, fantômes effrayants, interventions surnaturelles, etc) ;
  • Comment et pourquoi susciter la peur chez les spectateur.rice.s ? (artifices de mise en scène, bruitages, fumées, apparitions, etc) ;
  • La peur de Shakespeare/ « No fear Shakespeare » ;
  • La peur pour Shakespeare ;
  • Les réappropriations de Shakespeare dans un contexte de guerre, de terreur ou de terrorisme ;
  • Comment se sert-on de Shakespeare pour conjurer la peur ?

Merci d’envoyer un abstract (maximum 500 mots) et une notice biographique (maximum 200 mots) avant le 25 mai 2016 à contact@societefrancaiseshakespeare.org.

Comité scientifique :

  • Yan Brailowsky (Université Paris Ouest, Société Française Shakespeare)
  • Mark Burnett (Queen’s University, Belfast)
  • Jean-Michel Déprats (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
  • Pascale Drouet (Université de Poitiers)
  • Dominique Goy-Blanquet (Université de Picardie)
  • Sarah Hatchuel (Université du Havre, Société Française Shakespeare)
  • Pierre Kapitaniak (Université Paris VIII)
  • Harry Keyishian (Fairleigh Dickinson University)
  • Sophie Lemercier-Goddard (ENS Lyon)
  • Ronan Ludot-Vlasak (Université de Lille III)
  • Chantal Schütz (École Polytechnique, Société Française Shakespeare)
  • Nathalie Vienne-Guerrin (IRCL / Université Paul-Valéry – Montpellier III, Société Française Shakespeare).

Responsable : Société Française Shakespeare

Source : Shakespeare

CFP – La nationalité en guerre (1789-1791)

La nationalité en guerre (1789-1791)

Lieu : Musée de l’histoire de l’immigration (Paris 12e) et archives nationales (Pierrefitte-sur-Seine)
Dates: 3-4 décembre 2015
Date limite de réponse à l’appel : 7 avril 2015

La guerre, temps de confrontation avec l’extérieur et simultanément de remise en ordre intérieur, est un moment critique de reconfiguration des formes d’inclusion et d’exclusion sociale et nationale : la nationalité des individus y devient donc un enjeu crucial. Elle prend, en situation de conflit, un sens nouveau, se chargeant de dimensions nouvelles théoriques, juridiques et pratiques. Les sorties de guerre entraînent également des modifications de frontières induisant l’arrivée ou le départ de populations et les questions de nationalité font partie intégrante des traités de paix. Hors des périodes de conflit, la guerre imprime sa marque sur les réflexions, les représentations et les définitions de la nationalité : qu’il s’agisse de dynamiser la démographie ou de traquer les éventuels « mauvais nationaux » ou ennemis intérieurs, ou de définir la loyauté ou la dignité nationale, l’épisode guerrier laisse toujours planer son ombre. Lors de ce colloque il s’agira d’aborder dans toutes ces dimensions la question des relations entre guerres et nationalité lors de la période contemporaine (1789-1991).

Lien