CFP – La musique a-t-elle un genre ? Genre et discours sur la musique de l’Antiquité au XXIe siècle

La musique a-t-elle un genre ? Genre et discours sur la musique de l’Antiquité au XXIe siècle

Date : 21 et 22 octobre 2016
Lieu : Université Jean Monnet de Saint Etienne
Date limite de réponse : 15 mars 2016

Ce colloque s’inscrit comme un moment de réflexion à la suite de séminaires proposés par deux groupes de recherches, l’axe genre du LIRE (UMR 5611 Lyon/SaintÉtienne) et le Cercle de Recherche Interdisciplinaire sur les Musiciennes (CReIM) . P arallèlement puis de manière convergente, ces équipes de chercheuses et chercheurs ont entrepris de questionner l’histoire des discours sur la musique au prisme du genre.

En 1986, Joan Scott définissait le genre comme « un élément constitutif de rapports sociaux fondés sur des différences perçues entre les sexes » et comme « une façon première de signifier des rapports de pouvoir » . Que fait le genre à la théorie musicale et aux discours sur la musique et comment ces derniers fontils le genre ? Ces questionnements ont été au coeur des premiers travaux de la musicologie critique féministe étatsunienne qui, dans les années 1990, se sont focalisés principalement sur la première modernité italienne et les discours théoriques du XIX e siècle. Le présent colloque voudrait poursuivre et élargir cette réflexion en l’ouvrant sur une vaste période chronologique et sur un large éventail de genre et de styles musicaux de toute origine géographique (musiques classiques et contemporaines, musiques de tradition orale, jazz, pop, rock, rap, variété et toutes lesdites « musiques actuelles », etc.).

En effet, de la philosophie antique à la musicologie et l’ethnomusicologie du XXI e siècle, les discours sur la musique sont souvent marqués par l’utilisation d’une terminologie genrée qui, généralement, hiérarchise le masculin et le féminin. Ce colloque interrogera la présence et l’usage du genre dans les discours sur la musique, qu’ils s’attachent au matériau musical ou aux personnes qui pratiquent la musique.
Les thèmes du colloque s’articuleront autour de :

1. La théorie musicale

Utilisation d’une terminologie genrée ou « neutre » dans l’analyse des éléments du langage musical (intervalles, accords, cadences, périodes, rythmes, etc.) dans les écrits de théoriciennes, de compositeurs/trices et d’interprètes.

2. La critique musicale (dans les chroniques, la presse, les médias, les écrits du for privé, etc.)
Réception des œuvres musicales, des concerts, des interprètes et des enregistrements selon une grille d’analyse genrée et construction de la différence des sexes à travers la musique et les pratiques musicales.

3. Les travaux de recherche dans les sciences humaines et sociales, et notamment la musicologie et l’ethnomusicologie :
Analyse critique de travaux relatifs à la musique manifestant des approches genrées ; comparaison des méthodes et domaines de recherches sur la musique et le genre dans les différentes disciplines ou dans différents pays.

Comité d’organisation : Catherine Deutsch, Florence Launay, Raphaëlle Legrand, Théodora Psychoyou, Alban Ramaut, Mélanie Traversier.

Conseil scientifique : Catherine Deutsch, Caroline GironPanel, Sylvie Granger, Florence Launay, Raphaëlle Legrand, Christine Planté, Bertrand Porot, Cécile PrévostThomas, Théodora Psychoyou, Isabelle Ragnard, Alban Ramaut, Hyacinthe Ravet, Catherine Rudent, Mélanie Traversier, Eliane Viennot.

Contact : alban.ramaut@univstetienne.fr

Ce colloque est soutenu par les institutions suivantes :

  • LIRE (IHRIMUMR 5317 Lyon/SaintÉtienne)
  • IReMus (UMR 8223 CNRS — Université ParisSorbonne — Bibliothèque nationale de France — ministère de la Culture et de la Communication)
  • Palazzetto Bru Zane
  • IRHiSUMR
  • 8529 (Université de Lille 3)
  • IUF

Source : Institut du Genre


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.