Publication – Inventaire des archives du château de Mirwart : Série des cours scabinales : Haute cour et justice de Mirwart (1551-1795)

WEBER Jean-Pol, Inventaire des archives du château de Mirwart : Série des cours scabinales : Haute cour et justice de Mirwart (1551-1795), série Inventaires Archives de l’État à Saint-Hubert n°18, publ. 5823, Archives générales du Royaume, Bruxelles, 2018.

Date de publication: février 2018

Argument:

Publié en février 2018, l’inventaire des archives du greffe scabinal de Mirwart (1551-1795) a permis de faire ressurgir des documents dont l’existence demeurait jusqu’ici insoupçonnée. Issues de la haute cour et justice, ces archives étaient en effet mélangées avec les archives seigneuriales de Mirwart. Réalisé par un bénévole, l’inventaire comprend également un index des noms de personnes et de lieux.

Situé en province de Luxembourg, non loin de Saint-Hubert, le château de Mirwart date, à l’origine, de la fin du Xe siècle. En 1951, la bâtisse du XVIIIe siècle est achetée par la province de Luxembourg. L’extérieur et le rez-de-chaussée du château sont classés depuis 1978. En 1979, le château est cédé par bail emphytéotique à l’État belge. Il sera ensuite vendu par la province en mains privées. Autrefois, Mirwart possèdait également un tribunal, sa cour scabinale ou « haute cour et justice ».

A l’époque, le pouvoir du tribunal de Mirwart était très étendu allant des peines criminelles (mise à mort, fustigation, bannissement et confiscation) à la simple amende ou à la réprimande, à l’amende honorable ou au pèlerinage judiciaire, voire à l’acquitement. En plus de ses attributions de haute justice, la haute cour et justice de Mirwart avait les compétences d’une cour foncière, jugeant les contestations, recevant les « oeuvres de loi ». Elle percevait également les taxes et impôts, organisait les ventes publiques et s’immisçait même dans les plaids généraux. Les documents de la cour scabinale étaient déposés au greffe.

D’une cinquantaine de mètres linéaires, l’ensemble des archives du château de Mirwart est conservé aux Archives de l’État à Saint-Hubert. Un premier inventoriage, imparfait, a été réalisé en 1978. Les archives du greffe scabinal étaient ainsi mélangées aux archives seigneuriales de Mirwart.

En 2008, Jean-Pol Weber, bénévole encadré par l’archiviste des Archives de l’État à Saint-Hubert, entreprend le classement des archives du greffe scabinal de Mirwart. Le classement analytique de ces 2,35 mètres linéaires d’archives a permis de faire ressurgir des documents dont l’existence demeurait jusqu’ici insoupçonnée. La plus ancienne pièce conservée remonte au 10 octobre 1551. La plus récente date de 1795. Publié en 2018, l’inventaire des archives du greffe scabinal de Mirwart comprend également un index des noms de personnes et de lieux.

Jean-Pol Weber envisage de poursuivre le réinventoriage des archives du château de Mirwart, qui comprend plusieurs dizaines de milliers de pièces.