Journée d’étude du GEMCA – L’INDÉTERMINÉ

Journée annuelle du GEMCA sur le thème de l’indéterminé. 

Date : 29 mai 2020

Lieu : UCLouvain, Salle du Conseil FIAL

Argumentaire : 

Si l’on dresse un inventaire des nombreux sujets et concepts abordés par les chercheurs et chercheuses du GEMCA ces dernières années, on constate qu’ils se rejoignent sur un point, à savoir la difficulté à les définir, ou plutôt, l’impossibilité à trouver une définition qui épuise leur sens et leur opérativité. En effet, si l’on reprend la liste de ces sujets, quelque chose échappe toujours de la figure, de la figurabilité, de l’expérience, du baroque, de l’idole, du cadre, de la
mystique, de la symbolique, du neutre etc. Plus encore, tenter absolument de les définir et, par là même, de leur donner une rationalité exhaustive, les vide de sens et annihile leur efficacité. Ils
semblent articuler une pensée en partie indéterminée dans laquelle réside cependant leur puissance herméneutique, s’appuyant sur un imaginaire ou sur des effets perceptifs. La difficulté à
laquelle nous confrontent ces concepts est ainsi double : non seulement ils échappent à notre compréhension rationnelle, mais ils nous imposent aussi de conserver leur part d’indétermination,
faute de quoi il devient impossible de les utiliser et leur opérativité nous échappe tout court. De cette manière, on a pu s’intéresser à ce
que l’on voit sans voir, à ce qui surgit des marges sans se donner tout à fait, à ce qui se définit toujours en creux par ce qui n’est
pas et qui n’existe que par le déni d’un discours, à des altérités paradoxales qui n’existent qu’en renversant ou inversant des
images, à ce qui se situe dans l’interstice des textes et des images, dans l’interstice des mots. La figure, qui a été le point de
départ de notre projet de centre, est certainement un des exemples les plus parlants, dans ses dimensions en apparence
contradictoires de conciliation de réalités ou de pôles en opposition. Dans son prolongement, la figurabilité tente de rendre compte de la part indicible et invisible des œuvres, qui est pourtant bien présente dans la saisie qu’on en fait. Les intervenant·e·s seront invité·e·s à faire réagir leurs objets de recherche avec cette notion d’indéterminé et à observer ce qui se découvre de nouveau, dans quelle mesure cette expérience permet une autre compréhension de ces objets.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.