Publication – Théories sémiotiques à l’âge classique. Translatio signorum.

Hélène Leblanc, Théories sémiotiques à l’âge classique. Translatio signorum, Paris, Vrin (Bibliothèque d’Histoire de la Philosophie), 2021.

312 pages – 13,5 × 21,5 × 1,6 cm
ISBN 978-2-7116-2947-3 – février 2021

La scolastique tardive, au début du XVIIe siècle, est le théâtre d’un débat sur la définition du signe, qui se traduit par la division entre signum formale et signum instrumentale. Le premier est l’écho de la tendance médiévale à comprendre les concepts comme des signes. Le second correspond à une définition qui remonte à Augustin, selon laquelle le signe est une chose sensible qui doit être connue pour porter à la connaissance de quelque chose d’autre. Se démarquant de la voie qui avait fait de la seule Logique de Port-Royal le paradigme de la pensée sémiotique de l’Âge classique, cet ouvrage montre, à partir de ce débat scolastique, que le XVIIe siècle se caractérise globalement par une translatio, visible notamment chez Bayle, Gassendi et Hobbes, d’un modèle linguistico-psychologique à une sémiotique emblématique d’une mutation de la logique désormais ordonnée vers l’épistémologie.

Informations



Citer ce billet
modernum (2021, 13 avril). Publication – Théories sémiotiques à l’âge classique. Translatio signorum. ModerNum - Réseau des modernistes francophones de Belgique - Groupe de contact FNRS. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rk5e

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.