Tous les articles par modernum

Journée d’étude : « Les bibliothèques patrimoniales en Belgique, 500 ans d’histoire »

Journée d’étude annuelle du groupe de contact Documents rares et précieux : Les bibliothèques patrimoniales en Belgique, 500 ans d’histoire

Date : 17 avril 2018

Lieux : Parkroom, Bibliothèque royale de Belgique, Bruxelles

En cette année académique 2017-2018, l’Université de Liège et l’Université de Gand commémorent chacune le bicentenaire de leur fondation. Ce n’est cependant pas leur seul point commun : ces deux institutions abritent en effet les pôles patrimoniaux les plus significatifs du Nord et du Sud du pays. L’occasion était belle de prendre appui sur ces deux dépôts (universitaires) d’exception pour aller à la rencontre d’autres bibliothèques belges dont les richesses – présentées ici sous des angles inédits – méritaient tout autant un éclairage de premier plan. Cinq collections seront ainsi mises à l’honneur, le 17 avril 2018 à la Bibliothèque royale de Belgique, lors de la prochaine journée d’étude du groupe de contact du FNRS « Documents rares et précieux ». Les bibliothèques patrimoniales de Gand et de Liège, bien sûr, mais aussi la Réserve précieuse de la Société archéologique de Namur, la collection d’autographes du Musée de Mariemont ou encore la célèbre Bibliothèque des ducs de Bourgogne, berceau de ce qui deviendra la future Bibliothèque royale de Belgique. Un focus sur les liens entretenus par cette dernière avec ses homologues de Liège et de Gand, via des réseaux bibliothéconomiques et bibliophiliques, permettra ainsi de boucler la boucle.

Consultez l’affiche et le programme.

Summer School – Books and Culture

Summer School organisée par l’Université d’Anvers (Ruusbroec Institute Library, University Library, Faculty of Arts) en partenariat avec le Musée Plantin-Moretus et la bibliothèque Hendrik Conscience

Titre: Religious Manuscripts, Hand Press Books and Prints (15th-19th Centuries): Ephemera

Date de l’événement: 2-6 juillet 2018

Date limite de réponse à l’appel à candidature: 19 avril 2018

Lieu: Anvers, University of Antwerp

Argument:

In this summer school, expert speakers will explain the traditional techniques of manuscript, book and print production (printing, lay-out, illustration). This year special attention will be devoted to the production and function of ephemera in all its manifestations. Introductory presentations will familiarise the students with the crucial role Antwerp played as a printing center. Most lectures are conceived as workshops and hands-on sessions zooming in on different kinds of text media and the place of ephemera within them. Lecturers will use the holdings of the Ruusbroec Institute Library and select materials that can be handled by the students. In line with this setup, admission to the summer school will be limited to 14 Master students, PhD students and postdocs. The presence of staff and lecturers during the course should stimulate the interaction and spark questions and discussions.

Most sessions will take place at the Ruusbroec Institute’s library of the University of Antwerp. Guided tours will take participants to the Plantin-Moretus Museum for a presentation of sixteenth-century printing techniques, to the stylish Hendrik Conscience Heritage Library, and to the Special Collections Department of the University Library.

An unforgettable experience for every researcher who wants to learn more about manuscripts, hand-press books, and prints, and the role they played in Western European culture.

Organization: Ruusbroec Institute LibraryUniversity Library and Faculty of Arts
Partners: Plantin-Moretus Museum and Hendrik Conscience Heritage Library

Colloque – Figures de l’inspiration dans la poésie française du XVIIe siècle

Colloque international organisé à Louvain-la-Neuve par Clément Duyck (UCL) et Audrey Duru (Université de Picardie)

Titre: Figures de l’inspiration dans la poésie française du XVIIe siècle

Dates: 18-20 avril 2018

Lieu: Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, Collège Erasme, salle du Conseil FIAL

Affiche

Argument:

Ce colloque vise à encourager une réévaluation de la place de l’inspiration dans la poésie française du XVIIe siècle. Il considérera ce qu’a laissé dans l’ombre le constat d’un « crépuscule de l’enthousiasme » (M. Fumaroli) au XVIIe siècle, après le tournant malherbien. Cette vue, thématisée par la prédominance de l’« art » sur la « nature » dans l’exercice du poète, tend en effet à laisser de côté des figures de l’inspiration qui continuent de travailler l’héritage de la Renaissance. Des poètes religieux adaptent le cadre métaphysique de la fureur à une conception mystique de l’enthousiasme poétique ; de nombreux autres formulent des paraphrases plus ou moins libres des livres bibliques au titre d’une expérience chrétienne inspirée, alors que la révélation prophétique est close. Dans le domaine profane, le rôle dévolu à l’imagination ou à la mélancolie dans le « génie » poétique concourt à façonner une figure nouvelle du poète inspiré ; des théoriciens et des poètes comme Rapin ou Boileau intègrent enfin, à l’âge classique, l’inspiration comme ornement rhétorique dans le cadre d’une poétique maîtrisée.

Programme:

Jeudi 19 avril 2018

8h45 Accueil des participants

9h00 Ouverture du colloque par Mme Agnès Guiderdoni, présidente de l’Institut des Civilisations, Arts et Lettres de l’UCL

9h15 Introduction du colloque par Audrey Duru (Université de Picardie Jules Verne) et Clément Duyck (Université catholique de Louvain – Actions Marie Curie)

9h30 – 10h50 De nouvelles figures du poète inspiré
Présidence : Agnès Guiderdoni (Université catholique de Louvain – FNRS)

Stéphane Macé (Université Grenoble-Alpes, UMR Litt&Arts, équipe Rare) : “Il ne savait rien mais il était poète” : Racan comme figure du poète inspiré au XVIIe siècle.

Anne Mantero (Université de Franche-Comté, ELLIADD) : Le mythe du poète inspiré, une configuration pour le lyrisme chrétien ?

10h50 : Pause

11h10-12h30 Immanence de l’inspiration
Présidence : Josiane Rieu (Université Côte d’Azur)

Delphine Reguig (Université de Lyon-Université Jean Monnet, IHRIM UMR 5317) : “Dès que l’impression fait éclore un poète” (Satire IX) : humanités sublimes chez Boileau.

Melaine Folliard (Aix-Marseille Université, CIELAM) : Le bannissement des Muses : Théophile de Viau ou l’immanence de l’inspiration.

Déjeuner

14 h-15h20 Physique de l’inspiration
Présidence : Stéphane Macé (Université Grenoble Alpes)

Aline Smeesters (Université catholique de Louvain – FNRS, GEMCA) : Les “images des choses” dans l’esprit du poète : réflexions sur les théories de l’inspiration dans quelques poétiques néo-latines (1560-1650).

Josiane Rieu (Université Côte d’Azur, CTEL Nice) : Inspiration, respiration et création poétique chez Pierre de Croix.

15h20 : Pause

15h40-17h Fictions de l’inspiration
Présidence : Delphine Reguig (Université Jean Monnet – Saint-Étienne)

Léo Stambul (Université Sorbonne nouvelle-Paris 3, EA 174 FIRL): Figurer la fureur : l’art poétique de l’exception chez Boileau.

Julien Bardot (Université Paris-Sorbonne, CELLF) : Le Parnasse rêvé de La Fontaine : l’appropriation personnelle d’un topos poétique.

Vendredi 20 avril 2018

9h 15 Accueil des participants

9 h 30 -10 h 50 Inspiration et compétence sociale
Présidence : Claudine Nédelec (Université d’Artois)

Dinah Ribard (EHESS, CRH-Grihl) : Poètes ouvriers, poètes inspirés.

Audrey Duru (Université de Picardie-Jules Verne, EA 4284 Trame): Inspiration et compétences des laïcs : les paraphrases en vers français de la Bible au XVIIe siècle par des non professionnels de la foi.

10h50 : Pause.

11 h 20-12 h 40 Genres poétiques inspirés
Présidence : Anne Mantero (Université de Franche-Comté)

Christophe Bourgeois (professeur de chaire supérieure, Paris) : Salomon inspiré : autour des interprétations et des réécritures poétiques du Cantique des Cantiques.

Camille Venner (Université de Lorraine, EA 7305 Littératures, Imaginaire, Sociétés) : “L’ardente flamme” de la Muse chrétienne dans les “Odes sacrées” d’Antoine Godeau.

Déjeuner

14 h-15 h 20 Mises à l’épreuve de l’inspiration
Présidence : Sophie Houdard (Université Sorbonne nouvelle – Paris 3)

Claudine Nédelec (Université d’Artois, EA 4028 Textes & Cultures) : Les Muses camuses des burlesques.

Clément Duyck (Université catholique de Louvain – Actions Marie Curie, GEMCA) : L’inspiration de Madame Guyon à l’épreuve de sa poésie.

15 h 20-16 h Conclusions.

Contacts :

Audrey Duru (TRAME, EA 4284)
Clément Duyck (GEMCA – INCAL)

Organisateurs :

Agnès Guiderdoni, Université catholique de Louvain, FNRS
Manuel Couvreur, Université libre de Bruxelles
Audrey Duru, Université de Picardie-Jules Verne
Clément Duyck, Université catholique de Louvain – Action Marie Curie

Comité scientifique :

Manuel Couvreur, professeur à l’Université libre de Bruxelles
Marie-Madeleine Fragonard, professeure émérite à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3
Julien Gœury, professeur à l’Université de Picardie Jules Verne
Agnès Guiderdoni, professeure à l’Université catholique de Louvain, maître de recherche du FNRS
Sophie Houdard, professeure à l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3
Guillaume Peureux, professeur à l’Université Paris-Nanterre
Anne-Pascale Pouey-Mounou, professeure à l’Université Paris-Sorbonne
Aline Smeesters, professeure à l’Université catholique de Louvain, chercheuse qualifiée du FNRS

Conférence – La peinture française en Belgique. Sur la spécificité du foyer classicisant liégeois au XVIIe siècle

Conférence présentée par Pierre-Yves Kairis, organisée par Koregos.

Titre: « La peinture française en Belgique ». Sur la spécificité du foyer classicisant liégeois au XVIIesiècle.

Date: 26 mars 2018

Lieu: Bruxelles, Académie royale de Belgique, Palais des Académies

Argument et programme:

Traditionnellement, les peintres liégeois du XVIIe siècle sont rattachés à l’école dite flamande. Or, sous l’Ancien Régime, la Cité de Liège était la capitale d’une principauté épiscopale relevant de l’Empire et donc indépendante des Pays-Bas. Sur le plan artistique, cette principauté fut aussi souvent en marge des « pays belgiques ». Les peintres liégeois ont ainsi montré une large autonomie par rapport aux conceptions baroques rubéniennes qui dominaient alors dans nos régions.

Bertholet Flémal (1614-1675) fut sans conteste le parangon de ce foyer si original. Il domina la scène artistique liégeoise pendant le troisième quart du XVIIe siècle, véritable âge d’or de la peinture à Liège. Formé à Rome, dans le sillage de Nicolas Poussin, il séjourna à plusieurs reprises à Paris, où il travailla notamment pour la décoration de la salle du trône de Louis XIV aux Tuileries. Quatre ans à peine après sa mort, Joachim von Sandrart le qualifia de « Raphaël des Pays-Bas ».

Docteur en histoire de l’art de l’Université de Liège, maître de conférences invité au Collège de France, chef de département à l’IRPA, Pierre-Yves Kairis est également l’auteur d’un ouvrage consacré à Bertholet Flemal, ouvrage dont l’étendue et la qualité furent primées par l’Académie française.

Programme

18 h 00
Accueil

18 h 15
Mot d’accueil par Monsieur Marc Seminckx, Président du Conseil d’administration de Koregos

18 h 30
Conférence « La peinture française en Belgique ». Sur la spécificité du foyer classicisant liégeois au XVIIe siècle par Monsieur Pierre-Yves Kairis

Le lundi 26 mars à 18 h à l’Académie royale de Belgique, rue Ducale, 1 – 1000 Bruxelles

Entrée gratuite. Inscription souhaitée avant le vendredi 23 mars à l’adresse : info@koregos.org

Conférence – Analyse de l’œuvre graphique de Pieter Bruegel l’Ancien

Conférence de Joris Van Grieken (KBR, conservateur du Cabinet des Estampes), organisée dans le cadre des « Déjeuners de la recherche » de la Bibliothèque royale de Belgique

Titre: Bruegel mis à nu. Analyse de l’œuvre graphique de Pieter Bruegel l’Ancien

Date: 30 mars 2018 (13.00-14.00)

Lieu: Bruxelles, Bibliothèque royale, Park Room (2e étage)

Présentation:

Joris Van Grieken, conservateur du Cabinet des Estampes, commente les premiers résultats du projet FINGERPRINT.

Pour ce projet, une équipe de scientifiques soumet l’œuvre graphique de Bruegel à une analyse minutieuse. Ils utilisent des méthodes empruntées à l’étude scientifique des œuvres d’art, à l’imagerie numérique et au traitement des images. La restauration fait aussi partie de ce projet. Un must pour tous les fans de Bruegel.

Conférence en néerlandais.

 

Publication – Het Narrenschip in de Lage Landen

Theo Janssen en Ann Marynissen, Het Narrenschip in de Lage Landen, Leuven, Universitaire Pers Leuven, 2018.

  • DEEL 1 : Josse Bade: Der zotten ende der narren scip – tekst en hertaling
  • DEEL 2: Het schip ingaan – inleiding en aantekeningen

Date de publication: mars 2018

ISBN: 9789072474988

Présentation:

Een juweeltje uit de Lage Landen:
een narrenschip vol zotten en dwazen, op weg naar hun ondergang

Sebastian Brants satire Dasz Narrenschyff (1494) maakte snel furore in de kring van de humanisten dankzij Jakob Lochers bewerking Stultifera Nauis (1497). Geïnspireerd op die bestsellers verscheen in 1500 een Vlaamse versie: Der zotten ende der narren scip, die toegeschreven wordt aan de Gentse humanist Josse Bade (1462-1535), een tijdlang bevriend met Desiderius Erasmus.

« Wie hoger wil bouwen dan hij kan,
krijgt als menige zot veel te klagen. »

Het boek is een vrome satire op zotten en dwazen op weg naar hun ondergang. Het bestaat uit 117 hoofdstukken met meestal eerst een motto, dan de hoofdtekst geïllustreerd met een houtsnede, waarna doorgaans een berijmde moraal volgt. De hoofdstukken lijken op columns over de mens, die geneigd is tot alle dwaasheid.

« De zot wil altijd naar eigen lust fluiten
en laat zich door geen wijzer mens corrigeren. »

Het Narrenschip in de Lage Landen is een heruitgave van Josse Bades boek, met een hertaling die ruim voorzien is van cultuurhistorische toelichtingen.

 

 

Colloque – Quid est secretum?: On the Visual Representation of Mystery and Secrecy in Early Modern Europe, 1500-1700

2018 Lovis Corinth Colloquium VIII  – Colloque international coorganisé par Walter Melion (Emory University), Agnès Guiderdoni (UCL) et Ralph Dekoninck (UCL)

Titre: ‘Quid est secretum?: On the Visual Representation of Mystery and Secrecy in Early Modern Europe, 1500-1700’

Date : 29-31 mars

Lieu: Etats-Unis, Atlanta, Emory University, Art History Department

Programme détaillé

Publication – Art et Patrimoine en Wallonie des origines à 1789

Philippe George, Art et Patrimoine en Wallonie des
origines à 1789. Essai de synthèse à la lumière des
collections américaines et européennes (Dossiers, 23),
Namur, IPW, 2017.

Date de publication: 2017

Argument:

L’objectif de cet ouvrage est de tenter une histoire de l’art en Wallonie de la Préhistoire à 1789 par l’approche des œuvres « wallonnes » conservées dans les collections américaines, mais aussi européennes, et de les associer aux œuvres-phares de Wallonie, en adéquation avec le patrimoine immobilier, cadre originel de leur création. Richement illustré notamment grâce à de nombreux clichés inédits provenant des grandes institutions américaines et européennes, cet essai de synthèse est une véritable invitation à la découverte d’une production artistique diverse et majeure qui a fait les beaux jours de l’Art occidental.

Publication – Inventaire des archives du château de Mirwart : Série des cours scabinales : Haute cour et justice de Mirwart (1551-1795)

WEBER Jean-Pol, Inventaire des archives du château de Mirwart : Série des cours scabinales : Haute cour et justice de Mirwart (1551-1795), série Inventaires Archives de l’État à Saint-Hubert n°18, publ. 5823, Archives générales du Royaume, Bruxelles, 2018.

Date de publication: février 2018

Argument:

Publié en février 2018, l’inventaire des archives du greffe scabinal de Mirwart (1551-1795) a permis de faire ressurgir des documents dont l’existence demeurait jusqu’ici insoupçonnée. Issues de la haute cour et justice, ces archives étaient en effet mélangées avec les archives seigneuriales de Mirwart. Réalisé par un bénévole, l’inventaire comprend également un index des noms de personnes et de lieux.

Situé en province de Luxembourg, non loin de Saint-Hubert, le château de Mirwart date, à l’origine, de la fin du Xe siècle. En 1951, la bâtisse du XVIIIe siècle est achetée par la province de Luxembourg. L’extérieur et le rez-de-chaussée du château sont classés depuis 1978. En 1979, le château est cédé par bail emphytéotique à l’État belge. Il sera ensuite vendu par la province en mains privées. Autrefois, Mirwart possèdait également un tribunal, sa cour scabinale ou « haute cour et justice ».

A l’époque, le pouvoir du tribunal de Mirwart était très étendu allant des peines criminelles (mise à mort, fustigation, bannissement et confiscation) à la simple amende ou à la réprimande, à l’amende honorable ou au pèlerinage judiciaire, voire à l’acquitement. En plus de ses attributions de haute justice, la haute cour et justice de Mirwart avait les compétences d’une cour foncière, jugeant les contestations, recevant les « oeuvres de loi ». Elle percevait également les taxes et impôts, organisait les ventes publiques et s’immisçait même dans les plaids généraux. Les documents de la cour scabinale étaient déposés au greffe.

D’une cinquantaine de mètres linéaires, l’ensemble des archives du château de Mirwart est conservé aux Archives de l’État à Saint-Hubert. Un premier inventoriage, imparfait, a été réalisé en 1978. Les archives du greffe scabinal étaient ainsi mélangées aux archives seigneuriales de Mirwart.

En 2008, Jean-Pol Weber, bénévole encadré par l’archiviste des Archives de l’État à Saint-Hubert, entreprend le classement des archives du greffe scabinal de Mirwart. Le classement analytique de ces 2,35 mètres linéaires d’archives a permis de faire ressurgir des documents dont l’existence demeurait jusqu’ici insoupçonnée. La plus ancienne pièce conservée remonte au 10 octobre 1551. La plus récente date de 1795. Publié en 2018, l’inventaire des archives du greffe scabinal de Mirwart comprend également un index des noms de personnes et de lieux.

Jean-Pol Weber envisage de poursuivre le réinventoriage des archives du château de Mirwart, qui comprend plusieurs dizaines de milliers de pièces.

 

Séminaire – Les doctorants de Transitions et les humanités numériques. Pratiques, critiques et perspectives. « Les bases de données entre Histoire et Histoire de l’art »

Séminaire d’Alexandre GODERNIAUX et de Eva TRIZZULLO (ULiège/Transitions), organisé par Claudia D’ALBERTO, Alexandre GODERNIAUX, Marjolaine RAGUIN et Eva TRIZZULLO dans le cadre du cycle de conférences 2017-2018 de Transitions

Titre : Les doctorants de Transitions et les humanités numériques. Pratiques, critiques et perspectives« Les bases de données entre Histoire et Histoire de l’art »

Date : 28 mars 2018, de 11h00 à 13h00

Lieu : Liège, Liège Université, Bât. A4, Salle S50

Conférence – Le riche cabinet de Madame : les collections artistiques de Marguerite d’Autriche, tante de Charles Quint

Conférence de Gilles Docquier, Conservateur au Musée royal de Mariemont, organisée à la Maison d’Érasme.

Titre: Le riche cabinet de Madame : les collections artistiques de Marguerite d’Autriche, tante de Charles Quint

Date: 21 mars 2018 (19h)

Lieu: Bruxelles, Maison d’Erasme

Argument:

Marguerite d’Autriche (1480-1530), gouvernante générale des Pays-Bas, rassembla une impressionnante collection de curiosités et d’œuvres d’art. C’est dans cet environnement stimulant et fécond que grandit le futur Charles Quint.

Entrée gratuite sur réservation : en ligne ou au 02 521 13 83.

Plus d’informations

Conférence – Les rouages de l’État bourguignon (XIVe-XVIe siècles). « La diplomatie »

Conférence de Jean-Marie MOGLIN (Sorbonne Université) et Sébastien DAMOISEAUX (ULiège/Transitions), organisé par Alain MARCHANDISSE, Sébastien DAMOISEAUX, Jonathan DUMONT et Christophe MASSON (ULiège/Transitions)

Titre : Les rouages de l’État bourguignon (XIVe-XVIe siècles). « La diplomatie »

Date : 21 mars 2018,  de 14h00 à 16h00

Lieu : Liège, Liège Université, Bât. A1, Salle Wittert

Exposition – En quête de justice

À l’occasion du festival OP.RECHT.MECHELEN, Museum Hof van Busleyden accueille l’exposition En quête de justice. L’art et le droit dans les Pays-Bas bourguignons, l’évènement d’ouverture du musée et de clôture du festival.

Titre : En quête de justice

Lieu : Museum Hof van Busleyden – Sint Janstraat 2a, Malines

Date : du 23.03.2018 au 24.06.2018

Plus d’information ici.