Tous les articles par modernum

Colloque 13-15/07/2015 – Cities and Citizens 17th-Century Studies Conference

Cities and Citizens 17th-Century Studies Conference

Date: 13th July 2015, 09:00 to 15th July 2015, 14:00

Lieu: Durham University

The 2015 conference focuses on the topic of ‘Cities and Citizens’ and will focus on the ways in which urban centres were perceived, experienced, understood and represented in the ‘long seventeenth century’ (c.1580-1720). The conference will be held within the World Heritage Site on Palace Green in the heart of the seventeenth-century bishopric capital of Durham.

The conference aims to provide an opportunity for scholars in a range of disciplines to meet and discuss their work on the city and citizenship. Our over-arching theme is the distinctive urban experience of the seventeenth century. How did the seventeenth-century European city arise from late medieval urbanism and become established in the New World? How did the European city stand between the Renaissance and the Enlightenment? How did cities and ‘citizenship’ function in non-European cultures? How did different urban cultures interact and influence one another?

This conference coincides with current research at Durham’s Institute for Early Modern Studies on Cities in History: Archives and Traces, 1100 –1700

Contact early.modern@durham.ac.uk for more information about this event.

Lien

CFP – Crime and gender 1600-1900

Crime and Gender 1600-1900. Comparative perspectives

Date: 27-28 novembre 2015

Lieu: Université de Leiden

Date limite de réponse à l’appel: 1 juin 2015

Historians and criminologists have often assumed that gender differences in recorded crime were static over time and that women were in general less likely to commit crime than men. The starting point of this conference is that there exists discontinuity rather than continuity in the participation of men and women in criminality. Given the evidence of high female crime rates in the past, there is a need for a long-term and comparative historical approach to crime and gender. This conference aims at developing comparative historical studies that will help explaining gender differences in crime in various settings, within and beyond Europe.

We aim to receive papers on the following subjects

  • How violent were men and women between 1600 and 1900?
  • How can we explain fundamental changes in the prosecution of women’s crime (such as the decline of ‘female crime’ and the ‘criminalization of men’)?
  • How can we explain regional and global variations in female crime rates between 1600 and 1900?
  • In what ways did migration and household systems play a role in the crimes of men and women?
  • How did crime, space and gender relate?
  • How were crimes of men and women perceived by the media before ca.1920?

Researchers interested in participating in the conference are invited to send their abstracts (c. 500 words) before 1 July 2015 to the organizers Manon van der Heijden (m.p.c.van.der.heijden@hum.leidenuniv.nl) and Marion Pluskota (m.pluskota@hum.leidenuniv.nl)

Candidates will be informed of the selection by 15 July 2015. Selected participants are expected to send their full paper to the organizers by 1 November 2015 to be circulated in advance among the participants.

After review, the papers presented at the conference will be taken into consideration for a collective book series on crime and gender or a special issue, to be published in 2016. Travel costs and accommodation will be provided.

Lien

Candidature – Post-doctorat au Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie : environnement en Limousin

Post-doctorat au Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie : environnement en Limousin

Post-doc position at the Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie: the environment in the Limousin region

L’environnement au prisme de l’histoire

The environment through the prism of history

Période: de septembre 2015 à septembre 2016

Lieu: Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l’Université de Limoges

Date limite de réponse à l’appel: 4 juin 2015

Le Projet Environnement en Limousin

L’environnement au prisme de l’histoire : dans le cadre d’un appel à projet thématique consacré à l’histoire de l’environnement en Limousin, il s’agit de tester l’hypothèse d’une apparition précoce et d’un renouvellement permanent depuis les XVIIIe et XIXe siècles et jusqu’au XXIe siècle des préoccupations environnementales en Limousin. Ce projet s’attachera à dégager les éléments de continuité, éventuellement de transmission, susceptibles de caractériser différentes phases ou cycles d’émergence, d’expression et de traductions (sociales, territoriales, politiques) de cette sensibilité aux questions environnementales.

L’approche locale permettra d’examiner la spécificité d’une région agricole et relativement préservée des principales menaces pesant sur l’environnement, de voir comment le développement des industries locales (porcelaine, ganterie, etc.) a joué ou non dans les premières mobilisations, d’interroger le rôle des acteurs (sociétés de pêche, de chasse, associations régionalistes et folkloristes)

Le repérage et l’analyse de sources variées (littérature, sources juridiques, factums, canards et presse, archives de police, administratives et d’association etc.) et du cadre législatif et juridique dans lesquelles elles ont été conçues permettront de circonscrire les conditions de l’éveil de ce souci de préservation d’un environnement bouleversé par le développement de l’industrie, de l’urbanisation et des communications (souci patrimonial et esthétique ou souci lié aux risques sanitaires ?).

Le projet est articulé sur trois axes

  1. Prises de consciences (des risques de pollution, des menaces sanitaires, des atteintes au patrimoine naturel ou à la biodiversité, etc.).
  2. Mobilisations, initiatives et innovations (individuelles, associatives, sociales)
  3. Engagements individuels et institutionnels et politiques publiques (en particulier les collectivités)

Un des intérêts de cette question est de l’aborder à partir de l’espace local et de ses terroirs, en partenariat avec le Parc Naturel Périgord-Limousin, le Conservatoire d’espaces naturels du Limousin, les associations (sociétés de chasse et de pêche, associations culturelles et patrimoniales, associations de protection de l’environnement), et la presse régionale en prenant en compte le cadre spécifique des cultures traditionnelles d’une part, celui de la culture politique spécifique au Limousin d’autre part et enfin celui de l’organisation pratique des activités locales (préservation des zones de pêche et de chasse, dynamisme du cadre associatif spécifique à l’environnement par exemple).

L’emploi post-doctoral proposé

Les activités du post doc seront encadrées par un comité de pilotage réunissant des enseignants chercheurs, des membres du service ingénierie-recherche de la FLSH ainsi que le cas échéant des représentants des partenaires extérieurs.

Sa mission sera triple :

1- assurer le lancement du  projet.

  • Faire un état des lieux des recherches universitaires en histoire, sur l’environnement en Limousin (publications, thèses, mémoires de master).
  • Recenser les fonds présents dans les différents fonds d’archives, particulièrement à partir de 1900.
  • Recenser les sources de presse susceptibles d’alimenter le projet.
  • Participer à la définition des thématiques prioritaires pour la publication.
  • Participer à la mise en place d’un site web de valorisation du projet.

2- Définir en accord avec le comité de pilotage un thème lui permettant de valoriser sa recherche. Il peut concerner, à titre indicatif :

  • La presse et la question environnementale depuis le XVIIIe siècle.
  • Les implantations industrielles (porcelaine, mégisserie, tannerie), l’exploitation des carrières, conséquences, problèmes et résistances.
  • La mise en service des usines d’extraction et de concentration d’uranium (Bessines, 1948 ; Jouac/le Bernardan, 1977), conséquences, problèmes et résistances.
  • L’histoire du congrès « l’arbre et l’eau » de la société Gay Lussac qui s’est tenu annuellement à Limoges entre 1907 et 1938.
  • La louvèterie et la destruction des « nuisibles ».
  • Les aménagements touristiques.
  • Sinistres et calamités.
  • L’histoire  du Parc Naturel Périgord-Limousin.

3- Participer à l’organisation d’un colloque clôturant cette année post-doctorale autour du thème retenu et traité.

Durée du post-doctorat

1 an, de septembre 2015 à septembre 2016.

Rémunération : 2 135 € brut / mois

Profil des candidats

Docteurs en histoire ayant, par leurs travaux, montré une sensibilité à l’histoire de l’environnement, du paysage, de la protection de la nature, de l’écologie, de l’hygiénisme, des risques industriels… ou à l’histoire rurale régionale.

Conditions de recevabilité des candidats

– N’avoir pas été doctorant financé à l’Université de Limoges

– Pouvoir faire valoir un excellent niveau scientifique

Dossier de candidature

  • CV en français détaillé incluant notamment :
    • État-civil (nom, prénom, âge, lieu de naissance, nationalité, situation familiale)
    • Formation universitaire (détail du parcours académique avec intitulé des diplômes obtenus, établissement et année d’obtention, mentions)
    • Titre et résumé de la thèse, doit être obligatoirement cité : date, lieu et mention de la soutenance
    • Liste de publications
    • Stages post-doctoraux éventuellement déjà réalisés et emplois précédemment occupés
    • Expérience d’enseignement
    • Situation du candidat entre la soutenance et la date prévue du recrutement
  • Rapport de soutenance
  • Lettre de recommandation
  • Copie de la pièce d’identité

Les dossiers de candidature  sont à adresser,

jusqu’au 4 juin 2015,

sous forme numérique exclusivement (fichier PDF) à : acambre@orange.fr

Localisation

EA 4270 CRIHAM – Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Limoges – 39E rue Camille Guérin 87036 LIMOGES Cedex

http://recherche.flsh.unilim.fr/criham/

Modalités pratiques d’évaluation des candidats

Les dossiers seront examinés par un comité scientifique composé des membres permanents du CRIHAM et présidé par Albrecht Burkardt (professeur d’histoire moderne) et Anne-Claude Ambroise-Rendu.

Contacts

  • Anne-Claude AMBROISE-RENDU (Responsable du projet) – acambre@orange.fr
  • Corinne SYLVESTRE (Responsable du service financier FLSH) – corinne.sylvestre@unilim.fr

Source: http://calenda.org/320438

CFP – Ruines politiques

Ruines politiques

Date: 25-26 Février 2016

Lieu: Rome

Date limite de réponse à l’appel: 12 juin 2015

Argumentaire

Ce colloque représente le troisième volet d’une série de rencontres étudiant l’usage politique des « restes » du passé vénérés par les hommes. Après les reliques, sacrées ou profanes, on se propose désormais d’aborder le sujet des ruines. Qu’il s’agisse de les effacer, de les dégager, de les protéger, de les transformer ou de reconstruire sur leurs fondations, bien des ruines, en effet, furent l’objet de débats et polémiques parfois virulents. Les autorités civiles comme religieuses, la classe politique ou l’opinion publique s’en saisirent comme des symboles d’un âge révolu, idéalisé ou honni.

Ces débats se font sur toile de fond d’une tradition de longue durée. Encore récemment, Salvatore Settis a rappelé à quel point l’Occident – contrairement à d’autres civilisations – a pu faire sienne une vénération particulière des ruines en tant que telles. Settis pense ici en particulier à celles de l’Antiquité. Ce ne sont pourtant pas les seuls restes de ce type, mis en vénération, transformés en lieux de mémoire, ou, au contraire, bannis de celle-ci. On est en droit de penser que notamment l’époque contemporaine a multiplié les inventions d’objets de ce genre, et ont changé par là même les types d’usage, de même que leur signification. Alors que, dans les périodes pré-modernes, la symbolique des ruines vit sans doute prioritairement de l’antagonisme entre traditions profanes et religieuses – le christianisme naît-il pas, selon un motif iconographique bien répandu à la Renaissance, dans les ruines de l’Antiquité païenne ? – la modernité, à coup sûr, impose (ou ajoute) d’autres dimensions de sens, qu’il s’agisse de symboliser la chute d’un régime (les restes du mur de Berlin, par exemple), ou (et !) de mémoriser les terreurs de la guerre (comme dans le cas, toujours à Berlin, de la Friedrich-Wilhelm–Gedächtniskirche).

Dans ces diverses mises en scène, fonctions et signification politiques des ruines semblent patentes. Toujours vaut-il la peine d’entrer dans les détails en cherchant, d’une part, à faire l’inventaire des différentes « matières » et constellations menant à la valorisation politique de ces restes, en analysant, d’autre part, la signification politique précise que revêt leur « invention », ou encore les multiples sens que révèle sans doute leur réception.

Modalités de soumission

Le colloque cherche à explorer ces questions dans une visée trans-période, depuis l’antiquité jusqu’à l’époque contemporaine. Il s’adresse prioritairement aux historiens mais est ouvert également aux autres sciences humaines, à commencer par l’histoire de l’art.
Merci de faire parvenir les propositions jusqu’au 12 juin 2015 à Albrecht.Burkardt@unilim.fr et jgrevy@univ-poitiers.fr

Comité scientifique

Marina Caffiero (Università di Roma – “La Sapienza”); Pierre-Antoine Fabre (CARE/EHESS) ; Dominique Iogna-Prat (EHESS) ; Dino Mengozzi (Università di Urbino) ; Alain Schnapp (Université de Paris I) ; Gerd Schwerhoff (Technische Universität Dresden) ; Jean-François Sirinelli (IEP de Paris)

Comité d’organisation

Albrecht Burkardt; Jérôme Grévy; Alexandra Beauchamp, Thierry Favier, Bertrand Lançon, Gaëlle Tallet, Simone Visciola

Lien

Exposition – In de tijd van Collaert

Tijdens de 16de en 17de eeuw maakt de Antwerpse familie Collaert ophef met de productie van verfijnde gravures. Ze brengen meesterlijk de afwisseling tussen werk en ontspanning in beeld. Je ziet gelukzaligheid en decadentie volgens het ritme van de seizoenen.

Informations pratiques
Du 28/01/2015 au 24/05/2015
M – Museum Leuven
28 Leopold Vanderkelenstraat
Leuven, Belgium
Contact :
bezoekm@leuven.be
016 27 29 29

CFP – Parures et corps ornés dans l’Europe de la première modernité

Cette journée d’étude est organisée dans le cadre du projet « Représentations du corps héroïque » (Reims) et « Les Objets de la littérature baroque » (Epistémè), et fait suite aux premières journées qui ont eu lieu à Reims en novembre 2014. Elle sera suivie d’une seconde journée d’étude intitulée « Transformer le corps masculin : armes, armures et objets personnels gravés dans l’Europe moderne » qui se tiendra au Musée de l’Armée, à Paris, le 16 octobre 2015. Au cours de cette première journée, on se concentrera sur les accessoires et les ornements du corps. Loin d’être une simple décoration ou un simple embellissement dans l’esprit des premiers modernes, l’ornement est synonyme également d’investissement identitaire (marquage social, question de genres) ou de sacralisation du corps (ornements royaux, plaies mystiques). Le corps orné suggère donc le passage d’un corps naturel à un corps artificiel, mais aussi d’un corps neutre à un corps singularisé, d’un corps de chair à un corps symbolique.

Différentes pistes de réflexion peuvent être envisagées autour de cette question de la parure et de l’ornement. En grec, le kosmon, c’est à la fois la parure et l’équipement guerrier ; en latin, le verbe ornare évoque à la fois la décoration et l’équipement. À l’origine, la parure n’est donc pas seulement un accessoire mais se réfère d’abord aux armes et à l’armure du soldat et, en tant que telle, se trouve valorisée comme marqueur héroïque. À l’époque moderne, l’ornement peut être perçu en outre comme un marqueur social, un signe d’appartenance de classe ou d’idéologie : la parure parle pour l’être, elle peut traduire une intériorité, dans une cohérence assumée entre corps visible orné et tempérament, « humeurs » ou mentalités. Dans cette perspective s’ajoutent à l’armure les ornements de cour (bijoux, accessoires) souvent considérés comme des objets typiquement féminins mais qui peuvent, aux XVIe et XVIIe siècles, constituer les marqueurs d’une certaine identité masculine. On peut donc se poser la question du lien entre parure et genderpuisque l’on trouve dans des textes de l’époque une condamnation de la parure comme symptôme de dévirilisation : d’Aubigné dans ses Tragiques fustige ainsi en la personne d’Henri III un « Roi femme » devenu « putain fardée ». Le corps orné devient corps artificiel donc antinaturel. Cette idée d’une décoration du corps qui serait antinaturelle se situe dans une tradition ancienne, depuis les Problèmesd’Aristote jusqu’au Livre du courtisan de Castiglione en passant par Tertullien. En Angleterre Thomas Tuke et son fameux Traité contre le maquillage et le fardage des hommes et des femmes (1616) préfigure La Bruyère qui, dans ses Caractères (1688), dénonce la parure féminine comme une « mascarade » où « l’on cherche vouloir paraître selon l’extérieur contre la vérité ». La parure pose donc la question de la nature et de l’artifice, de même que celle de l’être et du paraître, alimentant une critique plus générale de l’ostentation, de la vanité ou de la « parade » (définie par l’Académie comme la « montre d’une chose qui est moins pour l’usage que pour l’ornement »). Enfin, cette pratique ornementale peut être considérée comme l’élément « barbare » d’une pratique associée à une altérité des peuples dits « sauvages », comme dans l’ouvrage de John Bulwer, Anthropometamorphosis: Man Transformed, or the Artificial Changeling (1650). L’auteur y condamne toute déviance par rapport à une « nature » originelle : le marquage excessif du corps (peintures rituelles, tatouages, maquillages) est une dénaturation, une perversion identitaire : l’homme civilisé se perd en voulant imiter les pratiques d’autrui. Cette question peut également être étudiée à travers les arts visuels et les représentations des corps (ornés de parures ou tatoués) dans les récits de voyage.

Pourtant, ce passage du corps naturel au corps orné n’est pas toujours déprécié puisque l’ornementation peut également assurer le passage d’un corps naturel à un corps mystique, faire quitter la seule chair au profit d’un état d’élection ou de sacralité. Ainsi les plaies sanctifiantes que s’infligent les mystiques dans un processus d’imitation du corps christique sont-elles célébrées comme des « livrées » héroïques assurant à leur corps un « lustre » incomparable rappelant la beauté sanglante du Christ. Par ailleurs, la remise des insignes royaux lors des cérémonies de sacre (tunique, chape, anneau, sceptre, couronne…) permet la manifestation conjointe de deux corps du roi et dote le corps naturel d’un pouvoir thaumaturgique, l’ornement royal étant dès lors perçu, y compris juridiquement, comme le garant de cette sacralité. L’ornement est ainsi indissociable de la fonction puisque, à rebours, « ornements royaux méprisés font mépriser les rois », souligne André Du Chesne dans son ouvrage Les Antiquitez et Recherches de la grandeur et majesté des roys de France (1609).

La question de la parure et de l’ornement comprend aussi des enjeux esthétiques. Les arts poétiques sont nombreux à traiter des ornements du texte, à les condamner ou au contraire, à  encourager la copia voire une certaine obscurité. Ce débat peut aussi s’inscrire dans un cadre religieux, notamment en France : le style dépouillé prôné par certains protestants (la « langue de Canaan » évoqué par d’Aubigné par exemple) s’oppose à une rhétorique catholique vue comme trop fleurie et donc éloignée de la pureté originelle du texte biblique. En revanche, pour les prédicateurs catholiques, le discours orné est perçu comme une langue qui convainc en provoquant des émotions. À partir du XVIIe siècle, ce débat se déplace sur la question du sublime, qui n’est pas du côté de l’ornement excessif mais d’un dépouillement produisant paradoxalement un effet extraordinaire. Enfin, cette question esthétique peut aussi concerner les ornements du livre — frontispices ou illustrations venant s’ajouter au texte, reliures précieuses — de même que les arts visuels en général, par exemple les ornements peints dans les miniatures ou les bijoux qui leur servent de cadre.

Modalités

Les propositions de communication (300 mots maximum) ainsi qu’une courte bio-bibliographie sont à envoyer par mail à Christine Sukic (c.sukic@orange.fr) etAntoinette Gimaret (antoinettegimaret@yahoo.fr) pour le vendredi 15 mai 2015.

 

Journée d’études « Parures et corps ornés dans l’Europe de la première modernité »

Vendredi 25 septembre 2015, de 9h30 à 18h00,
Université de Reims Champagne-Ardenne
Bâtiment Recherche
Rue Pierre Taittinger
Reims

Organisatrices :

Christine Sukic (Université de Reims Champagne-Ardenne, CIRLEP EA4299)
Antoinette Gimaret (Université de Limoges, EHIC EA 1087)

Partenaires du projet :

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3 (PRISMES – EA 4398)
Projet « Les Objets de la littérature baroque » (c. 1550-1660), équipe Epistémè.
Université de Limoges, Faculté des lettres et sciences humaines, équipe EHIC (EA 1087)

CFP – The Language of Fame and Failure in the Renaissance

What was the vocabulary for describing an artist’s fame or failure during the fourteenth through sixteenth centuries? How did this language vary when it was voiced by one artist about another artist? What labels were used in official contracts, in the communications of a patron, or in the growing biographical/autobiographical literature? How did these descriptive terms evolve over time? One is familiar with laudatory words, such as artful, genius, or divine, and phrases, such as a second (or new) Phidias, or, to borrow the Duke of Burgundy’s praise for Jan van Eyck, “one so excellent in his art and science.” At the opposite end of the verbal spectrum, what language expressed failure? This might cover real or perceived artistic failure, incompetency, or the poisoned words of a jealous rival. One only needs to think of Cellini’s less-than-kind opinions of his contemporaries. This session welcomes specific case studies and more wide ranging linguistic investigations.

Participants must also be members of the Renaissance Society of America.
Please send an abstract of 1-2 pages, letter of interest, submission form (available from collegeart.org), and current CV by May 8 to: Jeffrey Chipps Smith, University of Texas, Austin. Email : chipps@austin.utexas.edu.

Session du 104e congrès du  College Art Association (CAA), Washington, 3-6 février 2016.
http://www.collegeart.org/proposals/

Lien

CFP – Séminaire de recherche active en histoire de l’art moderne (XVIIe-XVIIIe siècles)

Récemment créé par des étudiants modernistes, le GRHAM (Groupe de Recherche en Histoire de l’Art Moderne) est une association qui souhaite offrir un lieu d’échange d’idées à l’ensemble des acteurs intéressés par les XVIIe et XVIIIe siècles, professionnels ou amateurs. Pour ce faire, le groupe propose notamment une tribune ouverte à tous sur son carnet de recherche, une lettre d’information mensuelle, et des visites réservées à ses membres. L’association organise aussi un séminaire de recherche active, objet de cet appel à communication.

Au cours de ce séminaire mensuel, le GRHAM proposera à deux intervenants de venir exposer leurs recherches en cours, leurs questionnements ou leurs hypothèses de travail les plus récentes. Chaque intervenant pourra s’exprimer pendant une durée de vingt minutes. La séance sera ensuite consacrée à un débat sous la gouverne d’un discutant ainsi que d’un modérateur expérimenté.

Se voulant un organe d’aide à la réflexion, cet appel à communication s’adresse aux enseignants-chercheurs, aux conservateurs et professionnels du marché de l’art, ainsi qu’aux étudiants à partir du M2.

Toutes les propositions de communication sont les bienvenues et seront attentivement examinées. Elles peuvent néanmoins être construites autour de l’un des axes suivants :

– Du projet d’architecture au lieu de vie ou de représentation,
– Textiles et vêtements : les enjeux de l’ornement,
– Figures de l’oubli et de l’anonymat : trajectoires d’artistes,
– Art et historicisme, le rapport de l’artiste au passé,
– Ateliers, artisans et manufactures.

En 2015, le séminaire se déroulera de 18h à 20h à l’INHA aux dates suivantes :

– Mardi 6 octobre,
– Mardi 3 novembre,
– Mardi 8 décembre.

Pour 2016, les dates du séminaire seront précisées ultérieurement.

Les intervenants choisis pour chaque séance s’engagent à envoyer le texte de leur communication, ainsi que les éventuelles images qu’ils souhaitent utiliser, dix jours avant le séminaire auquel ils participent, afin que le modérateur et le discutant puissent orienter au mieux le débat.

Les frais de transport en train (aller-retour à Paris) seront pris en charge par le GRHAM, sur une base forfaitaire, pour les intervenants résidant en France ou dans un pays limitrophe.

Les propositions de communication d’environ 300 mots, accompagnées d’une courte bio-bibliographie, doivent parvenir au GRHAM avant le 30 mai 2015 à l’adresse suivante : asso.grham@gmail.com.

CFP – European Social Science History Conference

Du 30 mars au 2 avril 2016 la ESSHC tiendra son onzième colloque biennal à l’Université de Valence en Espagne. Le Réseau Sexualité de la ESSHC invite les chercheurs concernés à envoyer leur propositions de communication et de panel.
Réunissant jeunes chercheurs et chercheurs chevronnés d’un large éventail de pays, le Réseau Sexualité n’est pas exclusivement réservé à des thèmes européens, ni à des historiens européens. Le réseau a pour objectif principal de créer une tribune où les historiens de la sexualité, venant de l’Europe et du monde entier, ont l’occasion unique de se rencontrer, de présenter les derniers résultats de leur recherche et de discuter des nouveaux développements dans le domaine.
Nous prendrons en considération des communications individuelles ainsi que des thèmes de sessions complètes sur l’histoire de la sexualité. Les chercheurs sont invités à déployer une grande variété de sujets, abordant diverses périodes historiques et des contextes culturels et géographiques différents. Sont particulièrement encouragés les thèmes de sessions complètes (3 ou 4 communications) explorant de nouvelles directions de recherche ou comblant des lacunes historiographiques.
Le Réseau Sexualité est tout particulièrement intéressé par des propositions qui axent leur réflexion sur un des thèmes suivants:
• intersections sexuelles dans la région méditerranéenne
• histoires transnationales ou comparatives de l’(homo)sexualité dans les pays africains, asiatiques, latino-américains ou les pays d’Europe du Sud et de l’Est
• histoires comparatives de la reproduction, de la contraception, de la famille, de la nation et de la biopolitique
• comparaisons de la manière dont de divers courants chrétiens et/ou islamiques et d’autres religions ont traité l’histoire du sexe, de la reproduction et de la déviance sexuelle
• histoires de la représentation de la sexualité dans les médias et les arts
Les organisateurs du Réseau composeront le programme selon les critères de sélection suivants: caractère innovateur, qualité empirique, approche comparative ou transnationale, répartition géographique et cohérence des panels. Ils chercheront également à atteindre un bon équilibre entre chercheurs débutants et professeurs établis, et ces derniers sont encouragés à amener leurs doctorants. Le colloque offre également l’occasion aux chercheurs de se rencontrer de manière plus informelle. Le Réseau Sexualité organisera une soirée sociale, et, si possible, nous réserverons un local séparé afin que nos membres puissent se réunir entre les sessions.
Tous les contributeurs potentiels doivent se préinscrire au site web de la Conférence au plus tard le 1er mai 2015 afin que leur envoi de proposition soit pris en considération. Toutes les propositions doivent être rédigées en anglais et accompagnées d’un court CV (une page au maximum) qui donne un aperçu du trajet de recherche. La langue de la conférence est l’anglais.
Pour plus d’informations sur le Réseau Sexualité, vous pouvez également contacter:
Wannes Dupont : wannes.dupont@uantwerpen.be
Julie Gammon : j.gammon@soton.ac.uk
Jens Rydström : jens.rydstrom@genus.lu.se

CFP – Les religieuses et le livre : lecture, écriture et représentations

Les religieuses et le livre : lecture, écriture et représentations

SCEDHS 2015 – Vancouver

14-17 octobre 2015

Cette session thématique se propose de réfléchir sur les liens multiples entre les religieuses et le livre dès la fin du XVIIe siècle jusqu’au début du XIXe siècle (1660-1830). Qu’elles soient cloîtrées, missionnaires ou abbesses, les religieuses écrivent ; elles rédigent leurs mémoires, des traités multiples, entretiennent divers rapports épistolaires, et s’adressent aux différentes autorités. Lorsqu’elles proviennent d’une classe sociale aisée, les religieuses sont généralement lettrées et ont accès, par le fait même, à la bibliothèque du couvent.

Ces liens que les religieuses entretiennent avec la lecture et l’écriture ne sont pas sans poser de questions. Malgré les règlements propres aux institutions religieuses et les nombreux décrets instaurés depuis le Concile de Trente (1545-1563), le couvent est perméable au monde extérieur. De ce fait, le livre s’avère être l’un des facteurs de corrosion et de porosité du mur séparant le cloître et le monde extérieur. Existe-t-il des conséquences à cette perméabilité quant aux possibilités de lecture et d’écriture des religieuses ? Que lisent-elles, qu’écrivent-elles et quelles en sont les modalités ? Enfin, dans un rapport aux œuvres de fiction, un imaginaire social est révélé par la mise en discours des religieuses. Objet d’écrits, la moniale devient protagoniste de romans, d’historiettes et de pièces de théâtre diffusant un message tantôt antimonacal, tantôt apologétique.

Le but de cette session thématique est de tenter de saisir les différentes fonctions du livre à la fois dans l’univers de la religieuse à l’intérieur du cloître et dans celui créé/recréé au sujet des religieuses à l’extérieur des murs conventuels.

Les contributions pourraient porter sur les thématiques suivantes :

– Les religieuses-auteures et leurs lecteurs

– L’écriture : une source d’autonomie et/ou de pouvoir pour les religieuses ?

– La réception des écrits de religieuses

– Les études de cas portant sur des figures de religieuses au travers d’écrits de fiction ou d’autobiographies

– Les pratiques d’écriture et/ou de lecture chez les religieuses

– Les religieuses lectrices : une menace ?

– L’accès des religieuses à la culture

– Les représentations iconographiques des religieuses

– La circulation de livres clandestins dans les couvents

– L’écriture comme forme de résistance

Les communications pourront être issues de divers domaines comme la littérature, le cinéma, la philosophie, la religion, l’histoire, les études féminines et de genre etc.

Veuillez s’il vous plaît envoyer votre proposition de communication (300 mots) à csecs@sfu.ca avant le 30 avril 2015. Prière d’indiquer aussi le nom du panel : Les religieuses et le livre : lecture, écriture et représentations.

Organisatrices : Francesca Fiore et Marilyse Turgeon-Solis

CFP – Captives, recruited, migrants: Empires and labor mobilization, 17th century to present days

Date : 30 septembre – 2 octobre 2015
Lieu : EHESS
Date limite de réponse à l’appel : 10 mai 2015

This workshop starts from the hypothesis that warfare and labor are strongly connected in Empire building and their evolution, to begin with war captives in early modern Europe, Asia, Africa and the Americas and to continue with the various forms of recruitment in land and maritime empires in all those areas.  Captives as well as local peasants were soldiers, seamen, and colonists at the same time.Vice versa, like soldiers and seamen, since the seventeenth century, immigrants were under strong coercive, military-inspired rules and the word deserter and fugitive was applied to all this wide range of conditions. Soldiers and ordinary population took part to collective work leaded by the village, the state, private companies, landlords, together with recruited and soldiers. Forms of forced recruitment were still important in the 19th century (the press system in Britain and its variations in the Empire, recruitments in Russia) and continued in the 20th century, in Europe during the wars, outside of Europe during and after colonization and decolonization up through nowadays children soldiers. Again, the connection between forced recruitment and forced migration is important, but it supposedly takes a new departure in the twentieth century with massive displacement of populations in the Soviet Empire as well as in several Asian and African areas. The boundary between refugees-workers-recruited still is fragile.

Participants are not required to pay a fee, but they are supposed to have funds for their own trip and staying, in particular confirmed scholars. Special allocations are provided for some PHD students and post-docs.

Proposals made of a short cv and one page abstract have to be sent to: tralibre-traforce[at]ehess.fr

CFP – The Meaning of Marginalia in Early Modern Art and Theory (1550-1750)

Session du 104e congrès du College Art Association (CAA),  Washington, DC, 3-6 février 2016.

Published texts employed as teaching and learning tools by early modern artists, authors, and art patrons often bear traces of their readers’ reactions in the form of marginal notes, and artists sometimes annotated their own works — and those of others that came into their hands — with revealing comments. These documents and others like them offer a rich vein of information and insights that deserves to be better known, both for insights into particular cases and as an enduring form of reception and the practice of connoisseurship. Among cases that have attracted the greatest attention are the series of postille inscribed by Annibale Carracci in his copy of Giorgio Vasari’s Vite, examined by Charles Dempsey in 1986 and still mined for insights into the artist’s views, and Rembrandt’s annotated drawing of the Portrait of Baldassare Castiglione by Raphael, recorded along with its hammer price as the painting went up for auction in Amsterdam. Early modern collectors often made comments and even sketches in the margins of sale catalogues, adding to the value of these texts as sources of information not only about individual works and their reception, but also about networks of collectors and shifts in taste. Annotated copies of important catalogues became collectors’ items in their own right.

This session invites papers that explore the insights to be gained from studying annotations added to publications, drawings, and other documents by artists and art lovers of the early modern era. While printed marginalia, such as the extensive annotations that accompanied the Dutch Statenbijbel, functioned as a literary category, this session is concerned primarily with manuscript notes and sketches as a record of liminal thoughts bridging the published and the private. Papers may address individual case studies or examine broader trends from any part of Europe in the period 1550 to 1750. How might marginalia contribute to our understanding of the development of particular works, artists or trends, fluctuations in market value, or the evolution and transmission of ideas in art theory?

Propose a Paper or Presentation for 2016

The deadline to propose a paper for the 104th Annual Conference, which takes place February 3–6, 2016, in Washington, DC, is Friday, May 8, 2015. You may download and view the twenty-four-page 2016 Call for Participation—which gives session titles, names the chairs, describes each session’s content, and provides a timeline for chairs and panelists—to learn more about program sessions for next year’s event. The document also includes information about the Poster Sessions and the Open Format Sessions.

Propose a Poster Session for 2016

The deadline for the submission of proposals for Poster Sessions for the 104th Annual Conference, which takes place February 3–6, 2016, in Washington, DC, is Friday, May 8, 2015.

Stephanie Dickey (dickey.ss@gmail.com)
Queen’s University
Kingston, ON

For more information about proposals of sessions and papers for the Annual Conference, please contact Lauren Stark, CAA manager of programs.

Source : ApAhAu

CFP – Forêt, arts et culture : du sens aux perceptions sensorielles

Argumentaire

En 1997, le Groupe d’Histoire des Forêts Françaises (GHFF) publiait un ouvrage : La forêt, perceptions et représentations. Deux décennies plus tard, il revient sur ses brisées, pour tenter de combler les « trous noirs » relevés à l’époque par Paul Arnould et de « redonner sens aux sens » (Arnould 1997). En inaugurant un nouveau cycle de journées d’études intitulé « Forêt, arts et culture, perceptions et représentation de l’Antiquité à nos jours », le GHFF propose de scruter les évolutions du ressenti de l’homme vis-à-vis de son environnement et de mettre en évidence ce que les forêts, en attisant les sens, permettent de dire du monde. La première journée de ce cycle sera dédiée aux sens et perceptions sensorielles.

Les sons, les odeurs, le toucher, le goût, puissants embrayeurs des sensations, nous font ressentir une forêt que la représentation paysagère, soumise à la seule vue, n’a pas su ou n’a pas voulu nous montrer. Comment ces « affinités sensorielles » (Arnould), sources de nouvelles expériences esthétiques, sont-elles sollicitées par les arts, la littérature, la musique, le cinéma pour quitter le « paysage spectacle » et restituer une présence de la forêt ? Inclure la forêt dans une création permet d’interpeller tous les sens. Comment ce ressenti est-il évoqué, décrit, souligné, ou sollicité de manière implicite aux diverses époques et aires géographiques, selon les supports matériels qui peuvent aller des toiles de maîtres aux sites Web, en passant par les textes, les photographies, les affiches publicitaires, la musique ou la biophonie, et les objets les plus divers ? Comment la forêt mobilise-t-elle les sens sous la plume, le pinceau ou les pixels d’auteurs et de créateurs les plus divers, de l’Antiquité à nos jours ? Quel est (ou était) l’enjeu de la présence sensorielle d’une forêt dans ces productions culturelles ? Comment contribue-t-elle à la création d’une ambiance et quel ressenti encourage-t-elle ? À quel type de forêt est-il fait référence dans ses expressions sensorielles et pourquoi ?

Il s’agira d’envisager la manière dont les productions culturelles interpellent les sens quand elles mettent en scène la forêt. Toutes les pratiques artistiques, classiques ou plus récentes, pourront être envisagées : peinture, littérature, poésie, mais aussi architecture, design, photographie, arts décoratifs, contes et légendes, musique, théâtre, cinéma, bande-dessinée, dessins animés, publicité, caricatures, affiches, motifs de décors sur les objets les plus divers ou sites Web.

L’approche interdisciplinaire sera particulièrement valorisée.

Modalités de soummission

Les propositions, une à deux pages maximum, accompagnées  d’une bibliographie indicative et d’un bref curriculum vitae, sont à envoyer aux adresses suivantes :

  • Véronique Dassié : dassie@mmsh.univ-aix.fr
  • Yves Poss : yves.poss@gmail.com
  • GHFF : ghff@gmail.com

avant le 3 mai 2015.

Comité scientifique

  • Jean-Patrice Courtois, littérature, professeur, université Denis Diderot
  • Véronique Dassié, anthropologie, chargée de recherche CNRS, Idemec, Aix-Marseille Université
  • Michel Dupuy, histoire, chercheur associé, Institut d’histoire moderne et contemporaine, Paris
  • Raphaël Larrère, sociologie, ingénieur agronome, directeur de recherche, INRA (e. r)
  • Vincent Moriniaux, géographie, maître de conférences université Paris Sorbonne, ENeC
  • Jean Mottet, esthétique du cinéma, professeur émérite, Université Panthéon Sorbonne, Paris I
  • Olivier Nougarède, histoire, agronome, chargé de recherche INRA, Ivry-sur-Seine
  • Yves Poss, ingénieur général honoraire des ponts, des eaux et des forêts, Agro Paris Tech
  • Danielle Quéruel, littérature, professeur, Université Reims Champagne-Ardenne

Comité d’organisation

  • Véronique Dassié : dassie@mmsh.univ-aix.fr
  • Yves Poss : yves.poss@gmail.com
  • GHFF : ghff@gmail.com

Lieu

Maison de la recherche
Université Paris-Sorbonne UMR 8185 ENeC

Source : Calenda

CFP – Les souverainetés indigènes Royautés, principautés, républiques et empires autochtones dans les mondes atlantiques (Amérique et Afrique, 15e-19e siècle)

L’intérêt suscité par la question de la souveraineté indigène ne serait-il jamais autre chose que le goût de l’historien envers « la beauté du mort » pour emprunter cette expression à Michel de Certeau évoquant, en 1970, les travaux des hommes du XIXe siècle et ceux de ses contemporains sur la culture populaire et le folklore ? Il écrivait, en effet, que « la culture populaire suppose une opération qui ne s’avoue pas. Il a fallu qu’elle fût censurée pour être étudiée. Elle est devenue alors un objet d’intérêt parce que son danger était éliminé ».

La souveraineté indigène perçue donc comme un danger en effet car elle est, in fine, un obstacle à la politique de conquête alors menée durant ces cinq siècles par les puissances européennes atlantiques (Provinces-Unies et Suède comprises) depuis la grande scène inaugurale du 12 octobre 1492 quand bannières au vent, Christophe Colomb et les Espagnols qui ont traversé la mer Océane débarquent théâtralement sur l’île de Guanahani, première île du continent américain, dont ils prennent possession au nom des souverains d’Espagne, qui les ont mandatés au mois de mars précédent. Les officiers présents, oubliant leurs rancœurs liées aux difficultés de la traversée, jurent allégeance à l’Amiral de la mer Océane, représentant des Rois Catholiques. La rencontre avec les peuples indigènes s’inscrit dans la volonté du Génois d’imposer la souveraineté espagnole, considérant que cette dernière supplantait une quelconque souveraineté susceptible d’exister en ces îles. Dès lors, les puissances européennes cherchent à justifier la souveraineté sur une terre par sa découverte ou son appropriation, qui se fait progressivement au cours des siècles suivant les premiers contacts en Amérique.

Une menace dont l’élimination (ou « l’usurpation » pour reprendre l’expression du juriste Michel Morin en 1997) procède d’un double combat mené par les armes et par les plumes tant semble irrésistible la volonté de faire de ces terres étrangères des territoires vierges frappés du sceau du dénuement. Des terra nullius présentées si désertes que même la belle lucidité d’un Montaigne sera prise en défaut, reprenant, dans l’essai « Des cannibales » (Essais, I, 31), les topoï du temps sur la nudité américaine – largement diffusés au travers des éditions des Décades de Pierre Martyr d’Anghiera. Quelques années plus tard, l’iconologie de Cesare Ripa présente les quatre continents comme autant de variations autour d’une Souveraineté que l’on peut admirer dans son affirmation triomphante (l’Europe), déclinée ensuite dans des euphémisations progressives – l’Asie puis l’Afrique – jusqu’à son complet évidement avec l’Amérique. Dans la fameuse allégorie America, gravée dans les années 1580 par Theodor Galle d’après un dessin de Jan van der Straet, dans laquelle Amerigo Vespucci est montré comme réveillant l’Amérique dormante, ce dénuement est dramatiquement mis en scène dans le contraste entre l’Européen, debout et caractérisé par le mouvement que sa station interrompt seulement l’instant d’un souffle ou d’un étonnement, et l’Amérique, aussi pauvre et nue de vêtement que précédemment inerte.

Toutefois la souveraineté indigène ne se réduit pas à cette propice absence et les explorateurs européens n’auront de cesse, pour la plupart d’entre eux, de rencontrer des « rois », de poursuivre la trace des royaumes indiens de Saguenay et Norembegue, d’atteindre les Sept Cités, de marcher à rebours sur les traces des rois mages pour gagner la mythique Ophir ou retrouver Seba quand ils ne buttent pas, un temps, sur de solides empires au Mexique et au Pérou dont ils peuvent moins nier la souveraineté qu’ils espèrent, précisément, la soumettre aux vrais rois, espagnols et chrétiens, ou de manière plus modeste, celle par exemple des Algonquins de l’Amérique française avec lesquels passe alliance Samuel de Champlain. Ou encore admirer de puissants rois amérindiens, dignes des Illustres antiques et des héros contemporains, comme Satouriona, « roi de Floride », ou le colosse Quoniambec figurés dans les Vrais portraits et Vies des hommes illustres de Thevet. Ou même faire de ces rois américains des mages bibliques comme dans une célèbre Adoration des mages, vers 1505, attribuée au Maître de Viseu, ou, à rebours les figures grimaçantes du souverain des Enfers…, images saisissantes alors d’une souveraineté indigène chahutée d’un bout à l’autre d’un large spectre allant de sa destruction sous des modalités diverses à sa préservation ou sa recomposition ambigüe en passant par son ignorance et la négligence de ses réalités.

Dans le cas de l’Afrique c’est un autre rapport qui s’établit. Cet immense continent est présent dans l’imaginaire européen depuis l’Antiquité, pourtant les explorations portugaises du XVe siècle recomposent un nouvel objet et dessinent une logique différente où la place de la « souveraineté » telle qu’elle est entendue en Europe joue un rôle essentiel et peut susciter une configuration particulière associant droits traditionnels sur un espace et des populations et droit sur une activité comme en témoigne en 1486 la titulature de Jean II du Portugal. Dans un premier temps, elle peut ne pas être reconnue. Ce qui donne lieu aux premières rafles d’esclaves d’Afrique de l’Ouest racontées par Gomes Eanes de Zurara dans sa « Chronique de Guinée » (1453). Au fur et à mesure que les peuples rencontrés sont identifiés dans l’imaginaire de l’époque et que des distinctions s’établissent dans la lignée classique médiévale entre « Infidèles », « Maures » ou encore « Maures Noirs », l’émergence d’une souveraineté indigène devient possible et le roi du Saloum peut se faire appeler le « Père des Blancs ». Cette reconnaissance sert de barrage à l’accès des Européens à l’intérieur africain comme le montre l’exemple, tardif, d’un souverain du Galam qui refuse l’installation pérenne des Français dans les terres en question. La confrontation des réalités portugaises en termes de souveraineté, en terres américaines et africaines, rend compte également de la nécessité de comprendre les modulations de la souveraineté indigène au sein d’un même espace colonial.

La Conquête, justifiée par l’entreprise d’évangélisation, a, semble-t-il, effacé toute forme de souveraineté indigène dans l’espace américain revendiqué par les empires ibériques aux Amériques. Si, dans le domaine de la foi, les rois d’Espagne imposent la conversion à leurs nouveaux sujets, ils s’inscrivent, sur le plan politique, en continuité avec les anciennes polités amérindiennes. Avec la construction coloniale des deux républiques au sein de la Monarchie catholique, celle des Espagnols et celle des Indiens, avec la reconnaissance de noblesses indigènes par les institutions monarchiques dès le XVIe siècle, et la reconnaissance d’une administration autonome des communautés indiennes par des caciques et principaux, c’est une forme de souveraineté relative, subalterne, qui est reconnue aux Indiens, comme élément à part entière d’une monarchie polycentrée. De fait, la Conquête est loin d’avoir éteint toute forme de souveraineté indigène, y compris à l’intérieur des empires européens, si l’on donne à ce concept, au rebours de sa conceptualisation bodinienne, un sens relatif et imparfait. De nombreux exemples témoignent de ces formes de gouvernements des Indiens par eux-mêmes à l’intérieur des empires chrétiens, comme la République de Tlaxcala, dont l’autonomie à l’intérieur de la Nouvelle-Espagne était justifiée par l’aide reçue par Cortès aux heures de la Conquête, Pátzcuaro, ou l’alliance avec les nations ou villages indiens en Amérique du Nord « française ». Des relations diplomatiques continues, aux marges des empires, attestent la reconnaissance de facto de polités indigènes, comme en témoigne encore l’institution du parlamento entre le capitaine général du Chili et les Indiens Araucans (Mapuche) tout au long de la période coloniale, ou les alliances commerciales ou militaires entre les Six-Nations iroquoises et les Britanniques. Ce n’est, d’ailleurs, qu’au cours du XIXe siècle que les dernières polités amérindiennes indépendantes furent conquises par les armes : Comanches, Apaches, Sioux des plaines ; Chiriguanos de l’Est bolivien ; Mapuches et Indiens de Patagonie dans ce qui deviendrait, à la fin du siècle, le Sud du Chili et de l’Argentine. Les empires européens, et les Etats indépendants qui leur ont succédé, et qui les ont souvent continués, ont ainsi construit un spectre complexe de relations avec les formes de gouvernements indigènes qu’ils autorisaient, reconnaissaient ou combattaient : co-construction impériale, sous le signe théorique d’une souveraineté européenne absolue dans ses prétentions mais aménagées dans ses pratiques comme en Nouvelle-France dans le cadre de l’alliance et de la protection ; transformation et incorporation des polités amérindiennes, avec lutte contre les Indiens des marges pour l’Espagne ; guerre et relations diplomatiques et commerciales pour la Grande-Bretagne ; incorporation à la citoyenneté pour les jeunes républiques hispano-américaines mais alliances, conflits et, au final, déportations ou ethnocides au sein des empires républicains en expansion au Nord et au Sud du continent, etc.

Sur les plans du droit, de l’imaginaire politique, des représentations culturelles et des savoirs scientifiques, la discussion a été continue sur la définition, les limites et la valeur de ces souverainetés indigènes, qu’elles fussent relatives ou absolues. Cette réflexion de longue durée sur la nature des polités indigènes, la grandeur ou la barbarie des empires précolombiens, la dégénérescence ou la bonté naturelle des Indiens, donna lieu à la construction d’épistémologies et de savoirs dès le XVIe siècle. Si le débat sur les justes et injustes titres de la conquête fut l’un des éléments fondamentaux de la formation du droit moderne des gens, une forme naissante d’anthropologie historique naît avec les ouvrages qui évoquent les empires défunts des Aztèques ou des Incas (Inca Garcilaso de la Vega, Sahagún, Motolinía, etc.). Il faut souligner, avec Jorge Cañizares-Esguerra, l’importance de la controverse de l’Amérique, au XVIIIe siècle, pour l’épistémologie, ou l’une des épistémologies, des Lumières : le Nouveau Monde devait-il être connu à travers une histoire naturelle, ou l’histoire tout court ? Dans le second cas, la redécouverte des Antiquités américaines, et de la grandeur des empires précolombiens, devenait le support d’une réflexion anthropologique et historique sur les relations entre l’Europe au reste du monde. Pour les Européens, du Vieux ou du Nouveau Monde, la « Découverte » et la Conquête ont longtemps servi à penser le rapport à l’altérité anthropologique et politique : les souverainetés indigènes peuvent être comprises, ainsi, comme le lieu d’un travail symbolique où naissent des savoirs nouveaux dans les domaines du droit, de l’histoire, de la science politique, de l’anthropologie concernant le processus d’occidentalisation. Les Indiens, et leurs souverainetés vaincues, représentent, dans cette histoire, le spectre d’une altérité défaite, inoubliable, qui hante la conscience occidentale.

Le colloque se propose dès lors de dresser un état des lieux du sujet pour rassembler autour de la souveraineté indigène des chercheurs en sciences humaines et sociales et en droit notamment, afin de saisir les constructions parallèles et associées de la souveraineté des deux côtés de l’Atlantique entre la fin des universaux médiévaux et leur régime de gouvernance au cours des XVe et XVIe siècles et les lendemains des expériences politiques des « Révolutions atlantiques » inaugurant de nouveaux rapports à l’Autorité dans la première moitié du XIXe siècle. Ce regard doit être considéré, en effet, moins comme inerte ou s’attachant à la seule description immunisante d’une extériorité exotique que partie prenante, de manière fondamentale, d’une construction singulière de la Souveraineté moderne européenne elle-même dont la mise en place est profondément associée aux questionnements provoqués ou renouvelés par ces nouveaux horizons du monde, géographiques, religieux et politiques.

Dans cette ambition trois grandes thématiques se dessinent : celle d’abord de l’étude des souverainetés indigènes, parfaites et imparfaites selon les normes bodiniennes (1) ; celle ensuite de leur place dans la controverse du Nouveau monde et des antiquités américaines (2) ; celle enfin du miroir tendu par ces souverainetés autochtones aux pratiques souveraines européennes où le reflet révèle alors dans ces dernières moins des systèmes et des imaginaires drapés dans un glorieux absolu que des réalités elles-mêmes imparfaites d’abord et relatives ensuite à ces formes indigènes qu’elles pensaient rejeter dans leurs marges (3).

Si l’on prend un peu de distance vis-à-vis de la conception bodinienne, ou philosophique de la souveraineté comme unité absolue, et que l’on pense cette notion à la fois comme relative et pas nécessairement déterminée par les marques qui la définissent usuellement dans les Etats, il devient possible de penser les différentes formes de droit au gouvernement que reconnurent, implicitement ou explicitement, les empires aux groupes amérindiens, ou comportant des Amérindiens tout au long d’une époque coloniale étirée jusqu’à la fin du XIXe siècle. La (re)construction ou la reconnaissance d’autorités indigènes au sein des empires ou les relations diplomatiques avec les polités indiennes décrivent ce spectre des souverainetés. Cette perspective implique une réflexion sur la nature de ces cités indiennes, prenant au sérieux la capacité de ces derniers à former des gouvernements bien ordonnés, même si non étatiques le plus souvent. Il s’agit aussi d’éviter le biais d’une ethnicisation ou d’une racialisation abusives, pour à la fois décrire la pluralité des types de gouvernements indigènes, le caractère souvent bigarré de leur composition, et les formes diverses de leur articulation aux empires. Des villages pluriethniques de réfugiés algonquiens décrits par le Middle Ground de Richard White aux Indios de comunidad des Andes espagnoles, des Six-Nations iroquoises à la République autonome de Tlaxcala, de l’apachería mexicaine à l’Empire comanche des grandes plaines (Pekka Hamalainen, 2009), ces polités, dotées d’une souveraineté parfaite ou non, reconnues par les empires ou les républiques, ou non, doivent être repérés comme des acteurs fondamentaux de la fabrique impériale, puis républicaine, et de la transformation de l’espace américain en territoires politiquement constitués. Les guerres ou les révoltes indiennes, et les négociations qui les accompagnent, diplomatiques ou non, constituent l’un des observatoires les plus intéressants pour comprendre ces souverainetés indiennes, du point de vue des deux partis en présence. Concernant le XIXe siècle, qui semble rejouer les scènes tragiques de la Conquête, deux processus mériteraient également une analyse fine. D’une part, l’association des Indiens au souverain populaire en Amérique latine, sous les espèces de la citoyenneté, avec les résultats mitigés que l’on connaît. D’autre part, l’absorption des dernières souverainetés parfaites indigènes dans les républiques américaines, aux Etats-Unis, en Argentine ou au Chili, sous les figures du removal jacksonien ou de la guerre sans quartier.

Le deuxième thème concerne la reconstruction d’un passé indigène au cours du XVIIIe siècle, visant à soutenir, notamment, la position pro-américaine dans le cadre de la controverse du Nouveau Monde (Gerbi, Cañizares-Esguerra), et l’éloge des souverainetés et des lois indiennes du passé. Le débat sur la capacité politique des indigènes – comme « hommes naturels », « bons sauvages » ou peuples stupides et paresseux, « dégénérés » depuis la Conquête – se trouve en arrière-plan ; il intéresse directement l’intégration des autochtones à la citoyenneté.

Le troisième thème rappelle que les souverainetés européennes et les formes d’Etat qui les mettent en pratique ne sont pas déconnectées des expériences américaines et africaines de ces mêmes Etats au travers de la colonisation ultramarine et de la gouvernance impériale. La souveraineté se construit dans un processus social, religieux, philosophique et politique complexe dans lequel la dimension impériale et/ou coloniale est partie prenante des débats. S’il ne faut pas réduire la souveraineté indigène à un essentialisme sans histoire, l’avertissement vaut tout autant pour celle(s) des Européens qui n’arrivent pas en Afrique et en Amérique avec une Souveraineté comme un bagage dans les soutes de leurs navires. D’une manière certaine les souverainetés européennes se sont réalisées contre les souverainetés indigènes. Tout contre précisément. C’est-à-dire avec, aussi.

Le colloque aura lieu les 24-26 mars 2016. Les propositions de communication sont à envoyer à l’adresse colloquesouverainetes2016@gmail.com sous la forme d’un résumé de 2000 caractères. Elles prendront soin de préciser quelles sources primaires sont mobilisées pour l’étude de cas. Elles seront accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique. Elles doivent être adressées avant le 1er mai 2015. Les candidats seront informés de la décision du comité scientifique fin juin 2015. Ces propositions peuvent être rédigées en français, en anglais et en espagnol. Ces langues seront celles du colloque. Les frais de séjour à Nantes (dont quatre nuits d’hôtel) seront assurés par le comité d’organisation du colloque pour un auteur par contribution. Le colloque se déroulera du 24 au 26 mars 2016.

Comité d’organisation
Yann Lignereux, Université de Nantes, Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique.
Luis Mora Rodríguez, Universidad del Costa Rica, Institut d’Etudes Avancées de Nantes.
Grégory Wallerick, , Université de Nantes, Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique.
Clément Thibaud, , Université de Nantes, Centre de Recherches en Histoire Internationale et Atlantique.

Comité scientifique
Antonio de Almeida Mendes, Université de Nantes, CRHIA.
Nadine Béligand, Université Lyon II-LARHRA.
Capucine Boidin, Université Paris III-Sorbonne Nouvelle, IHEAL.
Ângela Domingues, Universidade Nova de Lisboa, CHAM-Açores.
Marcela Echeverri, Yale University.
Eduardo França Paiva, Universidade Federal de Minas Gerais, CEPAMM.
Thomas Grillot, Centre Nationale de la Recherche Scientifique-EHESS (CENA).
Gilles Havard, Centre Nationale de la Recherche Scientifique-EHESS (CENA).
Michel Morin, Université de Montréal.
Isabelle Surun, Université Lille III Charles-de-Gaulle, IRHIS – Institut d’Etudes Avancées de Nantes.
Bertrand Van Ruymbeke, Université Paris VIII.

Source : Calenda

CFP – Compassion in Early Modern Culture (1550-1700)

This two‐day international conference aims to bring together literary scholars, art historians,  musicologists, and cultural historians to explore thinking about the experience as well as the  social and political impact of compassion in early modern European culture. It seeks to  combine two current approaches to the early modern passions: historical phenomenology on  the one hand and the analysis of the role of compassion in the public sphere on the other.  Sir Philip Sidney famously claimed political impact for the experience of compassion when  he wrote that that the feelings of pity and fear aroused by tragedy could mollify the hearts of  tyrants. Participants are invited to discuss which views on the experience of compassion  existed in early modern Europe, and how the arousal of compassion in literature, theatres, art,  sermons, music, and elsewhere was thought to impact ‐ or did impact ‐ the public sphere.

Keynote speakers:

  • Katherine Ibbett (University College London)
  • Bruce R. Smith (University of Southern California)

Proposals are invited for 20‐minute papers that explore questions such as:

  • What did it feel like to experience compassion in the early modern period?
  • What is the relation between passion and reason, body and mind, body and self in the experience of compassion?
  • What is the relation between compassion and other passions in early modern culture?
  • Which techniques existed for rousing compassion in art, sermons, or everyday encounters?
  • How was the experience of compassion thought to impact the public sphere?
  • Which historical sources can we use to explore the social roles of compassion?
  • How did the terms used to refer to compassion shift in the early modern period, and how do these shifts relate to changes in the historical phenomenology and/or the social roles of compassion?
  • How did compassion function to shape communities through shared suffering in different European countries?
  • Where can we see early modern limits of compassion: who or which groups were (on the verge of being) excluded from compassion?
  • How was the experience and practice of compassion impacted by cultural‐historical faultlines such as the Reformation, and how did these changes affect the social roles of compassion?
  • How do early modern ideas on the experience and role of compassion contribute to a critical assessment of current theories of empathy, compassion and social emotions?

Please submit an abstract (c. 300 words) and a brief bio to the conference organizer, Kristine
Steenbergh, k.steenbergh@vu.nl , before 1 May 2015 .

One of the aims of the seminar is to submit a proposal for a volume on compassion in early modern culture with Palgrave’s book series Studies in the History of Emotions .  The seminar is part of a research project on early modern compassion funded by the  Netherlands Organisation for ScientiWic Research (NWO) and is co‐hosted by ACCESS, the  Amsterdam Centre for Cross‐Disciplinary Emotion and Sensory Studies and the Faculty of Humanities of VU University, Amsterdam.

Source : ApAhAu