Archives de catégorie : Appels à contributions

Dans cette sections sont repris tous les appels à contributions partagés par Modernum concernant des colloques, conférences, etc.

Summer School – 06-10/07/2015 – Printmaking in Italy and the “Flemish” Contribution (16th-17th)

Summer School: Printmaking in Italy and the “Flemish” Contribution (16th-17th) / Il mercato delle stampe in Italia e il contributo “fiammingo” (16°-17° secolo)

6-10 luglio 2015 (Academia Belgica / Koninklijk Nederlands Instituut)

Info: info@academiabelgica.it

Voir l’appel complet

CFP – Eléments de preuve et litiges commerciaux en Méditerranée (15e – 19e siècle)

Eléments de preuve et litiges commerciaux en Méditerranée (XVe – XIXe siècle)

Workshop of the Research Program Mediterranean Reconfigurations (ConfigMed – European Research Council – Advanced Grant n° 295868) 

Que nous apprennent les artéfacts probatoires produits pour régler les litiges commerciaux au sujet de la configuration juridique de la Méditerranée entre les XVe et XIXe siècles ?

Depuis 2012, le programme de recherche Mediterranean Reconfigurations (ConfigMed) s’attache à étudier à nouveaux frais les litiges commerciaux, le pluralisme juridique et le commerce interculturel en Méditerranée, à la croisée de traditions, de régimes et de référents juridiques divers. Dans ce cadre, la méthode choisie prévoit d’aborder les conflits impliquant des acteurs économiques venus d’Europe, de l’empire ottoman et du Maghreb, ainsi que les rencontres, les compromis et les éventuelles contaminations.

Les systèmes de preuve des principaux régimes juridiques de l’Antiquité à l’époque contemporaine ont donné lieu à plusieurs enquêtes ainsi qu’à une grande série de publications entre la fin des années 1950 et le début de la décennie suivante, soit dans un contexte où les empires coloniaux finissants découvraient, ou redécouvraient, les fondements de théories légales autochtones, appelées jouer un rôle essentiel au moment des indépendances.

Ce workshop ambitionne de poursuivre ces travaux et ces réflexions en mettant tout particulièrement l’accent sur la production et la circulation des éléments de preuve en Méditerranée. En partant de l’examen des certificats, des attestations et des déclarations, on tâchera d’examiner leurs effets, tant sur le monde des affaires que sur des systèmes juridiques souvent pensés comme étanches.

L’un des axes structurants de ce workshop procédera à l’analyse des procédures du règlement des litiges à travers la production et la circulation de certificats et d’attestations. Les origines, la diversité formelle, la matérialité et les logiques de ces artéfacts devraient être à même de fournir des éléments de réflexion quant à la nature et la résolution des disputes, ainsi qu’au fonctionnement concret des institutions, telles que les consulats et les tribunaux de commerce.

Une attention particulière devant être portée aux affaires impliquant des agents d’horizons différents (litiges avec l’infidèle, conflits entre étrangers et ceux opposant locaux et gens de passage) ; on s’attachera aux modalités et aux limites de l’accès à la justice pour les différents acteurs (les Musulmans, par exemple, fréquentaient-ils les cours Européennes ?), ainsi qu’aux logiques et aux pratiques d’intermédiation rendues nécessaires par la présentation des éléments probatoires.

Notre réflexion repose sur les acquis de recherches récentes, comme celles consacrées aux procédures de « justice sommaire », mise à la disposition des étrangers et marchands en Europe, ou, en terre d’islam, à des doctrines (Siyasah) et des pratiques de justice administré par le souverain en lieu et place des qâdîs, comme le recours des étrangers au Divan ottoman. Le workshop ambitionne pour autant d’étudier les procédures au ras des archives, à travers les pratiques et la circulation des pièces. Il ne s’agit donc pas de s’intéresser en soi aux systèmes juridico-philosophiques d’une “civilisation” ou d’ “aires culturelles” rarement définies de manière empirique, mais plutôt de réfléchir aux relations socio-culturelles suscitées par les litiges commerciaux, ainsi qu’aux enjeux suscités par la coexistence ou la compénétration de logiques probatoires différentes.

Le workshop vise à surmonter la vision d’une Méditerranée réduite à l’opposition stricte entre un système de preuve Islamique – éminemment oral et structuré par les contraintes formalistes de la loi divine – et un régime probatoire occidental radicalement différent et orienté vers une Rationalisierung toute wébérienne, marqué par le triomphe de l’écrit et la notarisation du droit moderne.

Ceci passera nécessairement par l’examen attentif de la circulation et l’usage des preuves, par la reconstitution des chaînes d’écriture et de réécriture entre litigants, intermédiaires et institutions productrices ou utilisatrices d’éléments probatoires. Cette démarche devrait produire matière à discuter la pertinence des frontières habituellement tracées entre des univers qui s’avèrent être poreux, telles que celles opposant l’oral et l’écrit, le privé et le public. Par exemple, la pratique judiciaire ottomane aurait mis en place des procédés de validation et de certification des actes privés à la valeur similaire aux attestations produites par l’autorité publique du notaire latin.

De surcroît, il s’agira de dépasser une analyse des éléments de preuve les réduisant à leurs fonctions et fins originelles – véhiculer la vérité sur les faits – pour les interpréter pleinement comme des outils de la pensée. L’aspect formel des preuves, leurs logiques de composition et de communication, la rhétorique utilisée, leur(s) langue(s) et tout signe extérieur de validité pourront être mis à contribution afin d’évaluer, sous une lumière nouvelle, la texture des cultures juridiques d’époques, de territoires et de groupes sociaux différenciés. En considérant les pièces probatoires comme des médias, le workshop abordera le rôle de la preuve dans l’analyse des processus de communication et l’interprétera comme un scénario privilégié de créativité légale et culturelle dans un espace transméditerranéen formé par et pour la résolution des litiges commerciaux.

Ainsi, les contributions abordant les questions suivantes seront particulièrement bienvenues :

  • A quel moment de la procédure survient la présentation et l’examen des preuves et sur quels critères sont-elles évaluées ? Quels sont alors les effets de cette présentation sur l’issue du litige ?
  • Les preuves sollicitées au cours de litiges d’ordre commercial sont-elles spécifiques au monde du commerce méditerranéen ou proviennent-elles d’autres systèmes juridiques et/ou culturels méditerranéen ou extra-méditerranéen ? Est-il alors possible de lier les modalités de résolution des litiges commerciaux à d’autres problèmes, telles que les sollicitations pour restitution des marchandises prises par des corsaires ?
  • La matérialité, la nature et les fonctions de ces instruments sont-elles relatives à des espaces, à des institutions ou à des types de procédures particuliers ?
  • Par-delà les classifications formelles habituelles, quelles différences est-il possible de faire entre les différentes pièces jointes aux procès ? Existe-t-il en Méditerranée  un type de documentation davantage mobilisé que les autres pour obtenir gain de cause lors d’un litige commercial ?
  • Quelle est la place des actes sous seing privé dans la résolution de ces litiges ? Sous quelles conditions, juridiques, politiques et religieuses notamment, et dans quels contextes particuliers revêtent-ils le plus d’importance pour les acteurs ?
  • L’étude des procédures à partir des éléments probatoires confirme-t-elle l’hypothèse selon laquelle les tribunaux marchands auraient eu une approche plus souple que d’autres cours vis-à-vis de la preuve écrite ?
  • En cas de confrontation entre plusieurs régimes probatoires, de quelle manière l’institution régulatrice décide-t-elle de la valeur des pièces qui lui sont présentées ? Existe-t-il alors des régimes mixtes qui reposeraient, de manière pérenne ou ponctuelle, sur l’articulation d’éléments probatoires différents, voire sur leur hybridation ?
  • Quels sont les processus de validation des éléments de preuve ? Et que disent-ils du fonctionnement des institutions, des effets des procédures, ainsi que de la culture juridique des acteurs ?
  • Quelles sont enfin les principales institutions émettrices de certificats et d’attestations en tous genres ? Des schémas particuliers apparaissent-ils dans la sollicitation de ces institutions par les acteurs ? Et quelles sont les logiques de communication prévues par les procédures, ou qui se trouvent définies par la circulation des pièces elles-mêmes ?

Les propositions, de 1000 signes maximum, sont à adresser à Wolfgang Kaiser avant le 29 mars 2015 : wolfgang.kaiser@univ-paris1.fr

Organisateurs : Francisco Apellániz, Yavuz Aykan, Wolfgang Kaiser, Johann Petitjean

Lien : site internet du projet ConfigMed

CFP – François Ier et les artistes du Nord (1515-1547)

Colloque international “François Ier et les artistes du Nord (1515-1547)”

Les 25 et 26 février 2016, dans le cadre des activités du groupe de contact du F.R.S.-FNRS « Modèles, échanges et réalisations artistiques (XVe-XVIe siècles) », aura lieu un colloque international dédié aux relations que le roi François Ier a entretenues avec les arts et la musique des anciens Pays-Bas méridionaux. Cette manifestation, qui se tiendra à Bruxelles, à l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA), sera organisée par l’Académie royale d’Archéologie de Belgique, le Comité belge d’Histoire de l’Art, l’IRPA et l’Université de Liège (Transitions. Département de recherches sur le Moyen Âge tardif et la première Modernité). Elle recevra le parrainage du Comité international d’Histoire de l’Art (CIHA).

Prolongeant les événements, commémorations et activités scientifiques qui célèbreront, en 2015, le 500e anniversaire de l’avènement de François Ier (1er janvier 1515) et celui de la victoire de Marignan (13 et 14 septembre 1515), la rencontre entend privilégier les liens entre le grand roy Françoys » et le Nord. En effet, si les échanges entre François Ier et l’Italie demeurent un sujet d’études particulièrement fécond, les relations que le roi a établies avec le Nord, spécialement avec les anciens Pays-Bas méridionaux, sont tout aussi riches et complexes. Pourtant, ces rapports n’ont pas encore donné lieu à une enquête d’envergure. Le colloque “François Ier et les artistes du Nord (1515-1547)” entend combler cette lacune, en envisageant l’intérêt que le premier roi Valois a porté aux artistes, aux musiciens et aux œuvres des anciens Pays-Bas méridionaux. Les artistes flamands ont joué un rôle non négligeable dans la vie culturelle française à la Renaissance. Le plus célèbre d’entre eux est sans aucun doute Jean Clouet. Or, celui qui a mis au point les images officielles du règne de François Ier était d’origine flamande : il est sans doute le fils du peintre valenciennois Michel Clauwet, lui-même neveu de Simon Marmion, peintre et enlumineur des ducs de Bourgogne. Si les relations qui ont lié le souverain et Jean Clouet, puis son fils François, ont déjà été précisées, il sera intéressant d’étudier plus avant la suprématie des artistes flamands dans le domaine du portrait. L’enquête pourra ainsi (re)considérer le séjour à la cour de France de l’Anversois Joos van Cleve, l’activité de Corneille de Lyon ou l’intérêt que

François Ier aurait porté, selon Carel van Mander, à Jan van Scorel. La vie et l’œuvre d’autres Flamands au service de François Ier ou de membres influents de la cour pourront également retenir l’attention, comme Noël Bellemare, Gauthier de Campes ou Léonard Thiry. À cet égard, la part flamande de la première École de Fontainebleau pourra être interrogée. L’architecture, comme la sculpture, mais encore la majolique, les arts décoratifs ou la gravure, devront également susciter la réflexion. Il pourrait ainsi être question des traductions et éditions des ouvrages de Sebastiano Serlio de la part de Pieter Coeck d’Alost, qui contribuèrent à la diffusion de la théorie architecturale moderne.

La place de l’art flamand dans les collections royales française constituera un autre volet de l’enquête. Si, on le sait, les productions italiennes sont rassemblées en nombre par François Ier (et Louise de Savoie), la proportion des œuvres flamandes n’est pas négligeable. Les enquêtes qui ont été dédiées à cette question sont pourtant rares. Or, les comptes font bel et bien de mentions d’achats d’œuvres à Anvers (spécialement dans le domaine de la peinture) ou à Bruxelles (en ce qui concerne les pièces tissées). À cet égard, la tapisserie constitue un champ de recherche particulièrement prometteur : si, pour la plupart, les cartons étaient fournis par des artistes italiens, français ou des anciens Pays-Bas, presque toutes les tapisseries que possédait François Ier avaient été tissées sur des métiers flamands installés dans les anciens Pays-Bas méridionaux. Le rôle des artistes envoyés en Flandres par François Ier pour superviser l’exécution des tapisseries, comme Matteo del Nassaro, pourra être évalué, de même que celui de certains marchands, par exemple Joris Vezeleer.

Parallèlement, la dimension musicale des relations entre le premier roi Valois et le Nord sera prise en compte. Une étude pourra ainsi être menée sur les compositeurs flamands, ou d’origine flamande, qui ont fréquenté la chapelle royale de François Ier, comme Antoine Divitis, originaire de Louvain et chantre de la chapelle royale. Plus généralement, un examen attentif des parcours de musiciens (comme Rogier Pathie, qui abandonne son poste d’organiste du roi de France pour entrer au service de Marie de Hongrie en 1536), mais aussi des répertoires (via leur transmission manuscrite et imprimée, et leur composition) permettra d’éclairer d’un jour nouveau l’évolution de la musique en France et dans les anciens Pays-Bas méridionaux à cette période.

La problématique ainsi proposée pourrait faire l’objet de mises en perspectives, qui, en ouverture du colloque, s’attacheront à évoquer les relations diplomatiques et internationales du roi (et de Louise de Savoie) avec les anciens Pays-Bas méridionaux (soit avec Marguerite d’Autriche, Charles Quint et Marie de Hongrie).

Les propositions de communication devront parvenir par courrier électronique à Laure Fagnart et à Isabelle Lecocq sous la forme d’abstracts de maximum 300 mots (2000 caractères espaces inclus) pour le 30 avril 2015. Elles seront accompagnées d’un curriculum vitae synthétique. Nous vous invitons à diffuser cet appel auprès de tout collègue intéressé.

COMITÉ ORGANISATEUR

  • Laure FAGNART (F.R.S.-FNRS/ULg)
  • Pierre-Yves KAIRIS (IRPA)
  • Isabelle LECOCQ (IRPA)
  • Natasja PEETERS (MRA)
  •  Joost VANDER AUWERA (Académie royale d’Archéologie de Belgique/Comité belge d’Histoire de l’Art)

COMITÉ SCIENTIFIQUE 

  • Dominique ALLART (ULg)
  • Koenraad BROSENS (KU Leuven)
  • Marie-Alexis COLIN (ULB)
  • Krista DE JONGE (KU Leuven)
  • Claire DUMORTIER (Académie royale d’Archéologie de Belgique/Comité belge d’Histoire de l’Art)
  • Laure FAGNART (F.R.S.-FNRS/ULg)
  • Koenraad JONCKHEERE (UGent)
  • Robert J. KNECHT (University of Birmingham)
  • Isabelle LECOCQ (IRPA)
  • Guy Michel LEPROUX (École pratique des Hautes Études)
  • Cécile SCAILLIEREZ (Musée du Louvre)

Source : Transitions

CFP – À la recherche de la norme : Arts et Lettres dans l’Italie de la Renaissance

Colloque international – À la recherche de la norme : Arts et Lettres dans l’Italie de la Renaissance

Le XVIe siècle est, pour l’Italie, une période de bouleversements politiques et religieux, mais aussi de changements artistiques et littéraires importants. À cette époque, en effet, le langage – qu’il soit littéraire, pictural, architectural ou musical – est interrogé, remis en question, refondé. Auteurs et artistes se mettent en quête de normes et de modèles qui puissent aboutir à un langage partagé.

Si c’est au Cinquecento que la « question de la langue » s’impose en Italie comme une interrogation fondamentale et fait alors l’objet de nombreuses discussions dans les milieux lettrés ; dans les arts visuels, ce furent des artistes exceptionnels tels que Raphaël et Michel-Ange qui, les premiers, ouvrirent la voie à un langage des arts destiné à être partagé par toute la Péninsule. Ce processus qui advint, au cours du XVIe siècle, pour les arts figuratifs et les lettres, conduisant à la naissance de modèles « italiens » toucha également d’autres domaines de l’art, tels que la musique, la sculpture, l’architecture.

Le but de ce colloque international et interdisciplinaire est d’amener professeurs, chercheurs et doctorants issus de différentes disciplines à considérer les choix opérés, les réflexions et initiatives menées – consciemment ou non – par les artistes et hommes de lettres de la Renaissance et qui s’imposèrent comme des modèles ou participèrent de la création d’un langage commun, voire contribuèrent à l’élaboration d’une norme partagée.

Informations pratiques

Les propositions de communication, d’une longueur d’environ 400 mots et incluant une brève biobibliographie du proposant, seront envoyées à recherchenorme@ulg.ac.be le 30 mars 2015 au plus tard. Les auteurs des abstracts retenus seront contactés avant le 1er mai 2015.

Les communications, en français, anglais ou italien, dureront 20 minutes et donneront lieu à une publication dans le volume des actes du colloque. La remise des articles, qui seront soumis au peer-review, est prévue au printemps 2016.

Organisation : Gianluca Valenti et Hélène Miesse

Source : Transitions

CFP – Quand on arrive en ville. Espaces, transports, perceptions et représentations (18e-21e siècles)

Quand on arrive en ville. Espaces, transports, perceptions et représentations – XVIIIe-XXIe s.

Organisé à Bruxelles les 15 et 16 octobre 2015, le colloque « Quand on arrive en ville. Espaces, transports, perceptions et représentations (18e-21e siècles) » est une initiative du projet de recherche MICM-arc (micmarc.ulb.ac.be), basé à l’Université libre de Bruxelles. À travers la problématique de l’arrivée en ville, de ses modalités, des impressions et des représentations qui en découlent, le colloque permettra d’interroger les rapports entre mobilité, culture et identité métropolitaine qui sont au cœur de ce projet de recherche.

Longtemps ceintes de murailles, les villes anciennes possédaient une délimitation claire et des voies d’accès définies par leurs portes d’entrée. Ces seuils et leurs formes, leur fonction de contrôle des flux et leur dimension symbolique ont déjà été bien étudiés par les historiens[1]. Les transformations ultérieures de la ville, liées à son industrialisation et à sa croissance, ont radicalement modifié son approche : non seulement les modes de déplacement se sont diversifiés dans la seconde moitié du 19e siècle, mais les frontières de la ville n’ont cessé de s’étendre, rendant obsolètes les anciennes portes, et de plus en plus diffus le paysage périurbain. À l’époque actuelle, les entrées et sorties d’autoroutes ou les giratoires semblent avoir remplacé les portes, et les équipements qui s’égrènent le long des chaussées reliant les villes rendent leurs frontières souvent difficiles à percevoir[2]. De plus, une part croissante, voire majoritaire, des arrivées en ville ne s’effectue plus de manière graduelle, via un cheminement routier, mais par l’intermédiaire des sas que sont les gares et aéroports, à partir desquels les voyageurs accèdent sans transition aux espaces urbains centraux. Ces métamorphoses retentissent sur l’expérience des usagers ; au-delà de l’analyse des espaces, des lieux d’arrivée en ville et de leurs transformations, il convient aussi d’envisager la dimension symbolique et subjective de ces passages d’un espace à un autre, et d’étudier les perceptions et les représentations associées à l’entrée en ville.

Dans le cadre du présent colloque, nous chercherons à interroger les modalités d’entrée en ville, en fonction de l’évolution des limites urbaines et des moyens de transport, tant sur le plan de l’aménagement des espaces traversés qu’au prisme du regard de celui/celle qui se déplace.

L’approche envisagée se veut résolument interdisciplinaire (historiens, géographes, architectes et urbanistes, sociologues, historiens des arts,…), comparative sur le plan des villes étudiées (avec un intérêt particulier pour Bruxelles) et placée dans les temps longs du développement urbain (de la ville proto-industrielle à la métropole postindustrielle). Elle se déclinera en 3 axes complémentaires.

Le premier axe sera dédié aux espaces par lesquels les usagers fréquents ou occasionnels pénètrent dans les villes et aux moyens de transport qu’ils utilisent pour ce faire.

À l’arrivée lente et à l’entrée déterminée par l’origine du déplacement, propre aux transports des 18e et début 19e siècles, se sont substituées de nouvelles formes d’entrer en ville, rapides, souterraines ou aériennes, multiples ou uniques, centrales (gares) ou périphériques (aéroports), voire contournantes (rings), qui bouleversent les manières d’arriver dans la cité.

Dans ce cadre, seront tout abord abordées les questions relatives à la notion d’entrée de ville et son articulation avec celles de limite urbaine et d’accessibilité. La focale portera ensuite sur les formes spatiales des entrées de villes, examinées en étroite relation avec les moyens de locomotion utilisés.

  • Une typologie des entrées de ville (espaces, infrastructures et paysages) est-elle envisageable ? Peut-on parler d’homogénéisation de ces espaces (via notamment l’existence d’une typologie architecturale spécifique) ou au contraire sont-ils la scène des tentatives de distinction de villes par rapport à leurs voisines ?
  • Quel type de skyline se dessine aux entrées de ville aux différentes époques ? Observe-t-on des modèles d’urbanisme spécifiques à ces espaces fonctionnels autant que symboliques?
  • Comment sont aménagés les abords des entrées de ville ? Quels équipements (hôtels, musées, marchés, commerces, etc.) et fonctions (économique, touristique, culturelle, santé, etc.) se rassemblent autour des infrastructures de transport ou des portes de la ville ?
  • Quelles sont les formes données à ces infrastructures (ce qui est rendu visible ou invisible, symbolique architecturale, prise en charge des enjeux sécuritaires, conjonction d’espaces de mobilité et de consommation/restauration, etc.) ?
  • Quels acteurs publics ou privés modèlent ces entrées de ville (quartiers ou gares, p.ex., très liés au secteur hôtelier au tournant du 20e s.) ?

Un deuxième axe du colloque sera consacré aux perceptions associées à l’entrée en ville.

Les espaces qui marquent l’arrivée en ville et leur physionomie – qu’il s’agisse d’infrastructures ou de portions de territoire – amorcent en effet la découverte de la ville et l’expérience qu’en conservera celui/celle qui se déplace. La découverte de Venise en bateau, depuis sa lagune, renforce le statut de ville bâtie sur les eaux, tout comme les architectures de fer et de verre définissant la typologie de la gare au 19e siècle[3] concourraient à faire de ces lieux d’arrivée des métropoles modernes et ambitieuses (ce qui rappelle les « gestes architecturaux » posés aujourd’hui pour l’aménagement des gares et aéroports).

Avant même l’arrivée à destination, la phase d’approche et ses conditions (vitesse, dégagement de la vue, perceptions sonores ou olfactives, etc.) offre donc un aperçu singulier de la ville, celui de sa ligne panoramique ou d’un quartier particulier, influençant les premières impressions, sans être représentatif de l’agglomération à découvrir. Selon le lieu d’origine du déplacement (petite ou grande ville, étrangère ou pas, banlieue), sa fréquence et ses raisons (travail, tourisme, exil, émigration, etc.), les perceptions de l’arrivée en ville se trouveront également affectées. Voyageant d’une ville à l’autre, quittant son référentiel urbain pour le confronter à d’autres environnements, celui qui se déplace acquiert de nouvelles expériences à travers sa mobilité et redéfinit ainsi le regard qu’il pose sur les cités visitées[4].

Cet axe de questionnement sera l’occasion d’interroger ce à quoi l’on perçoit que l’on est arrivé en ville.

  • Qu’est-ce qui marque l’entrée en ville, comment est-elle perceptible ou mise en scène (frontière physique, signalisation, monuments, œuvres, etc.) ? L’absence de dramatisation est-elle aussi révélatrice ?
  • Comment ces dispositifs ont-ils évolué avec l’évolution du territoire urbain et la disparition de ses limites ?
  • Le temps et les haltes mis pour accéder au centre de la ville permettent-ils de percevoir les traits saillants de son identité (ancienneté, architecture, composition sociale, relief, etc.) ?
  • Comment les transports modalisent-ils la perception de l’entrée en ville (lente découverte des abords de la ville ou plongée directe au centre en arrivant par un transport souterrain) ?
  • Quand est-on arrivé à destination ? Qu’est-ce qui, de la sortie du train ou de l’avion, du franchissement d’une porte ou d’un péage, du premier pas dans la gare ou dans l’espace public, du parquement de la voiture ou de la vue d’un monument emblématique signale la fin du voyage ?
  • Comment les perceptions de l’entrée en ville sont-elles influencées par le profil de celui/celle qui se déplace (lieu d’origine, nature du déplacement, fréquence) ? Qu’en est-il pour le voyageur régulier, le navetteur qui tous les matins entre en ville ?

Un troisième axe d’interrogation portera sur les représentations de l’arrivée en ville.

Mêlant expérience réelle, connaissances antérieures (via des guides de voyage, des témoignages, etc.) et sensations personnelles, les représentations de l’arrivée en ville et de ses lieux d’entrée offrent une perspective intéressante, à la fois sur le plan historique, artistique et symbolique.

L’arrivée en ville est le point de départ de l’action, ou une inflexion de son cours : elle est d’ailleurs un topos littéraire en soi, qu’il s’agisse du bildungsroman, du roman d’ascension sociale du 19e siècle, ou de récits contemporains. À travers l’entrée en ville se dessinent les espoirs du voyageur, ses attentes par rapport à ce que la ville a à lui offrir et les représentations qu’il se fait du lieu dans lequel il va évoluer. Construites préalablement grâce aux récits d’autres voyageurs, aux informations des guides touristiques et nourries par les représentations qu’en ont données les artistes, les attentes de celui/celle qui se déplace se juxtaposent à ses propres perceptions, une fois arrivé(e) en ville. Figeant et transformant les souvenirs, filtrant, accumulant les perceptions, les œuvres littéraires, cinématographiques, sonores ou picturales traitant de l’entrée en ville témoignent de ces sensations accumulées. Bien souvent, l’expérience sensorielle multiple du moment d’entrée se traduit par un rendu formel particulier, une superposition d’impressions transcrite par des modes de représentation nouveaux (que l’on songe aux gares en peinture ou au rôle du train dans les débuts du cinéma p.ex.).

Dans ce dernier axe, il sera question à la fois de la construction des représentations de l’arrivée en ville en amont du voyage, et des représentations artistiques qui en découlent en aval.

  • Comment les guides de voyage historiques et contemporains décrivent-ils l’entrée en ville (par où entrer, comment, quelles descriptions, etc.) ?
  • Comment les nouveaux moyens de communication amènent aujourd’hui les voyageurs à se forger une opinion de la destination avant le voyage (influence des notations et avis de voyageurs, visibilité des villes sur le net) ?
  • Quelles sont les formes à travers lesquelles l’entrée en ville a été représentée à travers le temps, correspondent-elles à des esthétiques particulières, à un rendu littéraire singulier ? Y a-t-il une dramaturgie récurrente de l’entrée en ville ?
  • Comment les lieux de modernité associés aux déplacements ont-ils inspiré les avant-gardes ? Sont-ils toujours aujourd’hui un terrain privilégié des actions artistiques ?
  • Existe-t-il une réflexion créative sur la représentation sonore de l’entrée en ville, en particulier ?
  • Pour se distinguer et influencer les perceptions de l’entrée en ville, il n’est pas rare aujourd’hui que des représentations artistiques placées in situ influencent à leur tour celles des voyageurs.  L’ajout d’œuvres d’art est-il désormais inhérent à l’aménagement des lieux de mobilité, quand ceux-ci ne sont pas eux-mêmes des ouvrages d’art signés par des grands noms de l’architecture mondiale ? Est-ce d’ailleurs réellement une spécificité contemporaine ?

Les questionnements liés aux trois dimensions envisagées (espaces et moyens de transports / perceptions / représentations) sont des pistes de réflexion, et leur liste n’est pas exhaustive. Les propositions de communications reçues seront sélectionnées en fonction de leur pertinence, de leur originalité et de leur complémentarité, afin d’encourager la richesse des échanges.

Informations pratiques 

-Colloque organisé les 15 et 16 octobre 2015 à Bruxelles.

Titres et propositions de communication en français ou en anglais (max. 2500 caractères) à envoyer pour le 15/03/2015 à l’adresse micmarc[at]ulb.ac.be

-Sélection des communications : début avril 2015

Comité organisateur
Paul Aron
Laurence Brogniez
Tatiana Debroux
Jean-Michel Decroly
Valérie Dufour
Julie Fäcker
Jean-Louis Genard
Michel Hubert
Judith le Maire
Christophe Loir
Christopher B. Murray
Yannick Vanhaelen
Loïc Waucquez

[1] Colloque « Entrer en ville » organisé à Orléans en 2001. Actes parus en 2006 : Michaud-Fréjaville Françoise, Dauphin Noëlle, Guilhembet Jean-Pierre, Entrer en ville, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006 ; Jütte Daniel, « Entering a city : on a lost early modern practice », Urban History, vol. 41, n°2, 2014, p. 204-227.

[2] Le séminaire du PUCA est par exemple consacré cette année 2014-2015 aux « Entrées de ville et espaces périurbains ». En Belgique, voir p.ex. Grosjean Bénédicte, Urbanisation sans urbanisme : une histoire de la « ville diffuse », Mardaga Editions, Wavre, 2010.

Le développement des banlieues au seuil des villes est par ailleurs un thème récurrent de la littérature contemporaine, qui en livre des représentations originales à travers la fiction : Zanghi Filippo, Zone indécise. Périphéries urbaines et voyage de proximité dans la littérature contemporaine, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2014.

[3] Voir à ce sujet les nombreux travaux de Sauget : Sauget Stéphanie, A la recherche des pas perdus: une histoire des gares parisiennes au XIXe siècle, Paris, Tallandier, 2009 ; Sauget Stéphanie, « La « spectacularisation » de la technique dans les gares parisiennes au XIXe siècle », Romantisme, vol. 4, n°150, 2010, p. 23-33 ; Sauget Stéphanie, « Les approches techniques et architecturales du voyage »,Sociétés & Représentations, vol. 1, n°21, 2006, p. 147-156.

[4] Basch Sophie (dir.), Le voyage à Constantinople : l’Orient-Express, catalogue de l’exposition présentée à la Galerie CGER à Bruxelles du 24/10/1997 au 01/02/1998, Snoeck-Ducaju & zoon, Gent, 1997.

Source et organisation : Brussels Studies Institute (BSI)

CFP – L’étiquette à la cour : textes normatifs et usages

Pour son programme triennal 2014-2016, le Centre de recherche du château de Versailles a lancé un axe de recherche sur  L’étiquette à la cour : textes normatif et usages et souhaite publier des articles relatifs à cette thématique sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

Argumentaire

Si l’étiquette recouvre aujourd’hui une acception qui peut apparaître claire et bien délimitée, on s’aperçoit bien vite que cette notion est loin de relever d’une évidence. Outre le fait que l’on mélange souvent « cérémonial », « protocole » et « étiquette », ce dernier terme n’était que très rarement utilisé par les contemporains, et souvent dans des significations bien différentes. Que cela soit dans le dictionnaire de Richelet ou celui de Furetière, c’est essentiellement un sens juridique qui est retenu par les lexicographes. En effet, en France, le terme se rapportait à des pièces de procédures judiciaires. Cependant le dictionnaire de l’Académie française (à partir de son édition de 1718 et dans la dernière signification qu’il donne du mot) rappelle l’utilisation familière de ce terme en Espagne dans le sens « de ce qui se doit faire journellement dans la Maison du Roi, & dans les principales cérémonies ». L’absence de la définition actuelle du mot « étiquette » dans les dictionnaires contemporains ne signifie absolument pas que le terme n’était pas utilisé avec cette signification dans le langage. On en a pour preuve l’utilisation qu’en fait Madame Palatine dans une lettre du 3 février 1679 où la duchesse d’Orléans expliquait qu’elle n’avait jamais pu se faire à cette « insipide étiquette ».

Bernard Hours dans son étude sur la cour de Louis XV (Louis XV et sa Cour, Paris, PUF, coll. « Le nœud gordien », 2002, p. 77-98) a précisé l’historicité et les origines de l’étiquette française. Elle remonterait à la cour de Bourgogne de Philippe le Bon au xve siècle où « elle désignait un formulaire écrit fixant l’emploi du temps du prince et de sa cour » (ibid., p. 78.). Dès lors, on chercha à conserver les usages afin qu’ils se perpétuassent. Les situations évoluant, l’étiquette en fit de même et chaque nouveau code était consigné pour faire jurisprudence.

Cet axe de recherche a pour ambition de formaliser les usages non écrits de la cour de France. En effet, au contraire des nombreuses études systématiques qui ont été menées notamment pour les Habsbourg de la cour de Madrid ou ceux de la cour de Vienne, l’étiquette française a toujours été envisagée selon les usages et rituels de la cour et de façon globale. Il s’agira principalement ici de saisir l’évolution de l’étiquette à l’époque moderne entre développement, perfectionnement et/ou appauvrissement.

Axes thématiques (non exhaustif)

Les propositions d’articles pourront s’inscrire dans une ou plusieurs des thématiques et questions suivantes :

  • La définition de l’étiquette ;
  • Les origines et la naissance de l’étiquette ;
  • La caractérisation de l’étiquette par rapport aux rituels de cour ;
  • Les moyens d’application de l’étiquette (une maison nombreuse ?, le cérémonial, les rituels ?) et l’étiquette en fonction de la topographie et réciproquement ;
  • L’étiquette comme outil politique, de contrôle ou civilisationnel ? ;
  • Qui détermine/arbitre l’étiquette ? ;
  • Les courtisans sont-ils acteurs, moteurs, victimes de l’étiquette ? ;
  • Un élargissement de l’étiquette à l’échelle européenne.


Dans un premier temps, les propositions d’articles (sous forme de résumés d’environ 5 000 signes) devront être adressées à Mathieu da Vinha (mathieu.da-vinha@chateauversailles.fr) en français ou en anglais. Ces propositions seront examinées par le comité scientifique. Si les propositions sont retenues par le comité scientifique, les articles complets seront évalués à la fois par ce dernier et par deux évaluateurs du comité de lecture du Centre de recherche du château de Versailles (ou par des personnalités extérieures désignées par le comité de lecture ou le comité scientifique le cas échéant).

Les articles doivent être soumis avant le 31 décembre 2015.

Les propositions pourront être présentées dans les langues suivantes : français, anglais, allemand, italien, espagnol.
Les articles définitifs seront d’environ 40 000 signes (bibliographie et notes de bas de pages comprises).
Les auteurs devront se conformer aux normes rédactionnelles du Bulletin.

CFP – Les gestes, à voir et à pratiquer, à l’époque moderne

Revue : Europa Moderna, n°5

Date de mise en ligne des articles : octobre 2015
Date limite de réponse à l’appel : 23 mars 2015

Le prochain numéro de la revue Europa Moderna portera sur une dimension majeure de l’histoire du corps à l’époque moderne, à savoir la gestuelle, que les historiens ont peu exploré depuis La raison des gestes dans l’Occident médiéval de Jean-Claude Schmitt en 1990. Le geste, les gestes sont ceux du corps en tant que médiateurs de l’individu et contribuent à sa présentation – dimension psychologisante évoquée par André Chastel (« L’art du geste à la Renaissance », Revue de l’art, n°75, 1987, p. 9-16) – tout en établissant les repères nécessaires à la communication entre les individus, voire l’interaction en vertu de leur performance dans des espaces ou territoires qui les déterminent en partie et les ritualisent. De l’espace de la maison, du lieu public et/ou institutionnel (cour de justice par exemple) à celui de la cour du prince, les gestes ont une identité propre fixée par la nature des relations de pouvoir et de sociabilité. Aussi, les gestes, dont les contemporains ont pu témoigner à travers des descriptions narratives et visuelles, sont notables par leur fonction sémiotique et les codes d’ordre culturel qu’ils révèlent en les reproduisant ou en les transgressant. Un geste, devenu une trace du passé, est un discours en soi dépassant l’acteur lui-même pour atteindre tout le groupe et prendre ainsi une « épaisseur » sociale (R. Muchembled, « Pour une histoire des gestes (XVe-XVIIIe siècles) », RHMC, 1987, p. 87-101) fortement liée à des pratiques culturelles d’ordre religieux, tel le baiser sur la bouche qui est repérable également dans d’autres sphères en signe d’égalité, ou d’ordre politique dans le cadre des cérémonies et des cérémonials – voir les nombreux gestes codifiés de la liturgie royale par exemple ou encore des événements politiques tels que les réceptions diplomatiques -, voire encore d’ordre civilisationnel avec l’élaboration des règles de civilité depuis la Renaissance. Il existe bien d’autres domaines d’expression du geste que ce numéro aimerait aussi mettre en évidence.

Les propositions, de 500 mots maximum avec une courte notice biobibliographique, seront envoyées à sylvene.edouard@gmail.com, avant le 27 mars 2015.

Après décision du comité de rédaction, les textes définitifs devront être envoyés à la rédaction avant le 30 juin 2015.

Source : Europa Moderna

CFP – (Re)Building Networks: A Medieval and Early Modern Studies Conference

(Re)Building Networks: A Medieval and Early Modern Studies Conference

University of Maryland, College Park
October 9-10, 2015

Networks are widely recognized as modes of professional collaboration as well as objects of scientific inquiry. The University of Maryland’s Graduate School Field Committee in Medieval & Early Modern Studies will hold a two-day symposium that brings together scholars in a wide range of fields to exchange research on medieval and early modern networks within and across disciplines, social classes, and national boundaries.

We are also interested in examining the various methods by which contemporary researchers identify and analyze networks. How were networks constructed in the medieval and early modern periods, and how and why do we reconstruct them today? We aim to facilitate an interdisciplinary dialogue on the nature, interest, and potential of networks both as a practice and as an analytical concept.

Confirmed speakers include Ruth Ahnert (English, Queen Mary University of London), Sebastian Ahnert (Physics, University of Cambridge), Michiel van Groesen (History, University of Amsterdam), Alicia Walker (Art History, Bryn Mawr College), David Wallace (English, University of Pennsylvania), and Colin F. Wilder (Digital Humanities, University of South Carolina).

We invite proposals for 20-minute papers from scholars of all disciplines that address the medieval and/or early modern periods. Some proposals may be selected for alternative formats.

Topics may include:
• What constitutes a network?
• Networks and scientific collaboration
• Networks as/and interdisciplinarity
• Computer-aided networks analysis
• Visualizing/depicting networks
• Vehicles of transmission within networks
• Networks and space
• Networks over time
• Non-elite/popular networks

Please send a 250-word abstract and a short professional biography to rebuilding.networks@umd.edu by Friday, April 3, 2015.

Source : The Medieval Academy Blog.

CFP – Art and Science in the Early Modern Low Countries

Art and Science in the Early Modern Low Countries

Anticipating plans for a future exhibition on Art and Science in the Early Modern Low Countries (ca 1550-1730), the Rijksmuseum and the Huygens Institute for the History of the Netherlands (Royal Dutch Academy of Arts and Sciences) organize a preliminary, two-day conference. This event will take place at the Rijksmuseum (September 17th) and the Trippenhuis (September 18th) in Amsterdam.

The Low Countries were flourishing in the early Modern Period, influenced by developments in Northern Italy and Southern Germany. First Antwerp and later Amsterdam emerged as centers of artistic and scientific innovation and creativity, and as nodal points in the exchange of goods, knowledge and skills. It is certainly no coincidence that a high level of artistic productivity in the Low Countries coincided with the so-called ‘Scientific Revolution’. Seen from a contemporary point of view, ars and scientia were complementary concepts, rather than opposites.

The aim of the conference is to explore the possibilities, prospects and also the pitfalls of the conjunction of ‘art and science’, and to contribute to the developing conversation between historians of art, historians of science and everyone interested in the visual and material culture of the sixteenth- and seventeenth-century Low Countries. The organizers look forward to receiving original submissions that address the relationships between art and science on both a material and a conceptual level.

Proposals which take objects, works of art, images, or illustrated texts as their point of departure are particularly welcomed. These may include ‘borderline’ topics – cross-overs between art and science, such as decorated shells, maps, models, pop-up books or anatomical preparations. Although the focus of the conference will be the Low Countries – both the South and the North – proposals which make reference to developments elsewhere shall certainly be considered, so long as the overall relevance for the main theme is clear.

Topics for discussion may include, but are not limited to:

  • the fluid borders between art and nature, both in theory and in practice ( eg life casting techniques, strategies of display),
  • the influence and use of new theories and instruments of visual representation ( eg the use of perspective, anatomical analysis, the telescope, microscope and camera obscura),
  • the processes and techniques that artists used for the visual representation of the increasing body of traditional and new knowledge, such as different print media and the use of color, multi-sheet and interactive prints.
  • the mediation of direct observation by visual conventions and the specific demands of illustrations concerned with the production of new knowledge (for instance with regard to previously unknown flora, fauna and peoples, and to anatomical and astronomical discoveries),
  • the emergence in visual materials of new conceptions of objectivity and trustworthiness (eg the meaning of ‘ ad vivum ‘ and its cognates; the character and use of illustrations in natural histories and ‘scientific’ treatises),
  • spaces where scholars, craftsmen and artists cooperated, discussed and produced new knowledge, such as cabinets of curiosities, the workshop, the anatomical theatre and the botanical garden,
  • the role of religion in the definition and construction of knowledge and its influence on the visualization of knowledge.

We invite proposals for 20-minute and 10-minute papers, presenting the results of new or ongoing research. A 300-word abstract (preferably including an image or reference to a work of art), together with a short curriculum vitae, should be sent to both :

Jan de Hond (j.de.hond@rijksmuseum.nl)
Eric Jorink (eric.jorink@huygens.knaw.nl)

Proposals should be submitted no later than April 15, 2015 .
The selection of proposals will take place during the following month.

Source : Achttiendeeuw.

CFP – La facétie sur les tréteaux, 16e-17e siècles

« La facétie sur les tréteaux : XVIe–XVIIe siècles » (Paris, 30 mai 2015). Journée d’étude organisée dans le cadre des activités scientifiques du Labex Obvil (Observatoire de la vie littéraire), avec le soutien de la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme

L’élément le plus caractéristique sans doute de la posture adoptée par les promoteurs de la comédie, depuis sa renaissance au XVIe siècle jusqu’à la fin du XVIIe siècle, est la volonté de se distinguer des pratiques scéniques médiévales, de rompre avec les formes théâtrales d’inspiration farcesque. Conformément au projet de la Pléiade, Aristophane, et surtout Ménandre, Plaute et Terence, deviennent, à l’époque moderne, les modèles d’une comédie renouvelée, qui répudie le « badinage inutile » et les « paroles ridicules », et qui se présente d’abord et avant tout comme un « honnête » divertissement. Aussi, une des façons de concevoir la transition entre le théâtre du Moyen Âge et celui de la Renaissance est d’examiner la conversion des effets comiques « bas » et « grossiers » en éléments de langage très proches de l’esprit facétieux. Chez Cicéron, comme chez la plupart des penseurs humanistes, la facétie (entendue au sens premier de « bon mot ») doit éviter la bouffonnerie et l’obscénité ; elle doit maintenir le plaisir de la plaisanterie à l’intérieur des bornes posées par la décence. En cela, elle entre dans le paradigme de l’urbanitas, cette politesse raffinée et spirituelle fondée sur un idéal d’honnêteté ainsi que sur un ensemble de règles morales et esthétiques destinées à l’usage du gentilhomme.

Les titres mêmes de quelques-unes des premières comédies humanistes indiquent quelle place occupe ce registre sur la scène moderne. Le sous-titre de La Comédie Nephelococugie de Pierre Le Loyer (1579) précise qu’il s’agit d’une pièce « non moins docte que facecieuse ». De même, Pierre Larivey, le plus important auteur de comédie au XVIe siècle, qualifie ses six premières œuvres de « morales et facecieuses ». Ces indications, majeures sur le plan poétique, le sont tout autant au niveau de l’histoire des formes et des genres littéraires. Suivant la publication du De Sermone de Pontano (1509) et du Cortegiano de Castiglione (1528), où se donne à lire une définition de l’enjouement reposant sur l’emploi mesuré de la plaisanterie (facetudo), de nombreux recueils de narrations facétieuses sont publiés tout au long du XVIe siècle, dans la lignée du Liber facetiarum de Pogge – on peut citer, parmi les ouvrages les plus célèbres, Les Nouvelles récréations et joyeux devis de Bonaventure Des Périers (1558), ou encore  Les facétieuses journées de Gabriel Chappuys (1584). L’objet de cette journée d’étude sera de réfléchir au statut de la facétie au sein de la comédie renaissante et classique, de la question des frontières génériques à celle des emprunts textuels, en passant par les modalités performatives qui l’accompagnent et au travers desquelles elle contribue au spectacle théâtral.

Nous sollicitons des communications d’une vingtaine de minutes s’inscrivant dans la problématique décrite ci-dessus, et touchant plus spécifiquement à l’un ou l’autre des aspects suivants :

  • L’influence des modèles antiques (grecs, romains) et médiévaux ;
  • Les transferts littéraires, les échanges de pratiques textuelles d’une œuvre à l’autre, d’un genre à l’autre ;
  • Les éléments poétiques, stylistiques et rhétoriques mis en œuvre par la facétie ;
  • Le rôle que joue la facétie dans le cadre d’une théorie générale du rire sur la scène des XVIe et XVIIe siècles ;
  • Les phénomènes de récurrence des personnages, de circulation des thèmes et des motifs liés au facétieux ;
  • Le passage de la facétie racontée à la facétie jouée (la burla) ;
  • La prise en charge, par une instance énonciatrice, du discours facétieux ;
  • La vocation sociale de la facétie, les conditions de sa réception par le public de théâtre et la valeur qui lui est accordée.

Les propositions de communication, d’une longueur d’environ 300 mots, doivent être envoyées au plus tard le 15 mars 2015. Prière d’inclure votre nom, prénom, coordonnées ainsi que votre université d’attache.

Responsable : Vincent Dupuis (Université de Paris IV-Sorbonne)

Adresse : vincent.dupuis@mail.mcgill.ca

CFP – Lutheran Confessional Cultures in Early Modern Germany and Scandinavia

Conference Background and Purpose

Since the 1980s the paradigm of confessionalisation has become a common basis of a lot of research in the ‘confessional age’ in European history. Especially the German historians Wolfgang Reinhard and Heinz Schilling have argued that a process ofconfessionalisation, following in the wake of the Reformation, was an important phase in the development of the modern state. Within all of the three dominant confessions of Germany, Lutheranism, the Reformed Church, and Roman Catholicism, the outcome of the process was confessional societies in which church and state worked closely together, and ecclesiastical and social discipline played an important role in making people think and behave like devoted Christians. In opposition to this view the German church historian Thomas Kaufmann has formulated an alternative concept, namely that of ‘confessional culture’,Konfessionskultur. With this concept he points to the fact that although Lutheran, Reformed and Catholic territories in the German Empire to a certain degree went through the same social and political development, there were substantial differences within the cultural sphere: Each confession developed its own distinct confessional culture.

The purpose of the conference in January 2016 is to compare the confessional cultures that developed in the early modern period in the Lutheran parts of the German Empire and in the Nordic countries. Up to now very often German Lutheran concepts of confessional identity have been used as normative models for Scandinavian Lutheranism as well. This ignores the fact that the cultural and political conditions were very different. There is no doubt that Lutheranism had a deep impact on the societies dominated by this version of the Christian religion, but although the forms and consequenses of Lutheranism in the different German territories and estates and in the Scandinavian countries might be similar, they are by no means identic. Above all there seems not to be a Scandinavian parallel for the theological struggles of German Lutheranism, something which might be the origin for many other developments. Seeing Germany and Scandinavia as specific, but interconnected types of a multifold Lutheran confessional culture, the conference aims to historically reconstruct Lutheranism in unity as well as diversity.

Call for papers

Invited speakers at the conference include Charlotte Appel (Roskilde), Otfried Czaika (Oslo), Scott Dixon (Belfast), Jan Harasimowicz (Wrocław), Sabine Holtz (Stuttgart), Thomas Kaufmann (Göttingen) and Tarald Rasmussen (Oslo). An additional number of speakers will be found through this open call for papers, in which the organizers invite scholars from Germany and Scandinavia as well as from other countries to send in proposals for papers.

All topics enabling to characterise the confessional profile of Lutheranism in the sixteenth and seventeenth centuries can be presented in papers for the conference, whether it is the way that special Lutheran characteristics came to expression in legal, institutional, educational, liturgical, doctrinal or devotional regards, or it is specific Lutheran types of mentality or life style more in general.

Papers are expected to present new research results built on empirical material that can, besides from books, manuscripts and other written texts, encompass also pictures, monuments and buildings as well as other material objects. As a consequence papers are welcome not only from the disciplines of history and church history, but also from neighbouring disciplines such as history of art, literature and music. Papers can treat either Germany or Scandinavia, or both of these areas, but to fulfil the conference purpose it will in all cases be necessary to apply a comparative approach.

Papers shall have a length of 35-40 minutes. After the conference a publication with a leading university press is planned. Before the publication the contributions will go through a normal academic process of peer revision and editing.

Paper proposals

Paper proposals for the conference must include a title and an abstract of approximately 300 words, indicating empirical basis as well as approach and results of the research to be presented. Based on the abstracts the organizers will select the papers to be included in the conference. Scholars whose papers are included will have travel expenses as well as accommodation paid for by the conference.

Proposals shall be sent to the organizers, using the e-mail addresses below, no later than 15 April 2015. Scholars will be informed of whether their paper proposals have been accepted by 15 May 2015.

Organizers

The conference is organized by Professor of Church History at Aarhus University  in Denmark Per Ingesman and Professor of Church History at the Georg-August-University Göttingen in Germany Thomas Kaufmann.

Source : The Reformation Research Consortium

CFP – Les châteaux, demeures princières et seigneuriales en Provence, du Moyen Âge à nos jours

Colloque “Les châteaux, demeures princières et seigneuriales en Provence, du Moyen Âge à nos jours”

Appels à contribution

La Provence possède un des plus beaux châteaux médiévaux de France presque intact, le château de Tarascon, symbole du pouvoir des comtes de Provence, rois de Sicile. Les comtes de Toulouse, comtes de Venaissin et marquis de Provence, les papes, souverains du Comtat et fixés en Avignon aux XIVe et XVe siècles, les comtes de Savoie, devenus comtes de Nice, ont aussi construit des demeures princières.

De récentes fouilles ont permis, notamment à travers les cas des mottes, de suivre la genèse des premières fortifications privées aux horizons de l’an mil. Les familles de la noblesse provençale ont ensuite tissé un réseau de châteaux, symboles de leur puissance, de leurs richesses ou de leurs prétentions. Beaucoup sont en ruines ou ont disparu, qui font parfois l’objet de fouilles, de restauration et de protection. Des évêques, prélats et clercs ont aussi été à l’origine de constructions remarquables et fortifiées (palais épiscopaux, châteaux, abbayes, livrées cardinalices). Les lignages aristocratiques ont érigé des résidences urbaines accompagnées de tour – selon un modèle développé en Italie – bien représentées dans des cités du Comtat. Si certaines de ces demeures ont déjà été étudiées, ainsi que l’attestent des travaux d’archéologues et d’historiens, beaucoup n’ont fait l’objet que de minces ou confidentielles publications déjà anciennes, et attendent un renouvellement des études.

À l’époque moderne les châteaux de la haute noblesse provençale de cour rivalisent de luxe et d’élégance avec ceux de la nouvelle noblesse parlementaire aixoise qui va prendre le relais ou des riches familles avignonnaises, arlésiennes ou marseillaises. Ces châteaux ne se distinguent parfois pas des bastides les plus luxueuses. Nombre de bastides, mas ou « maisons des champs », et châteaux de village sont des résidences de campagnes annexes de la maison de ville familiale. Les châteaux peuvent être des résidences d’été mais aussi le siège d’un pouvoir, le cadre d’une façon de vivre princière ou seigneuriale et surtout les témoins et les instruments d’une volonté de représentation qui va au-delà de l’agrément campagnard. Leur acquisition, leur construction – y compris choix de l’architecte – font partie de ces stratégies sociales et de ces ambitions.

Dans une période plus contemporaine, la construction de grandes demeures, à Marseille, Hyères, Cannes, Nice ou Saint-Raphaël peut apparaître comme participant d’une même dynamique.

Aussi, il paraît important aujourd’hui de faire le point sur les recherches entreprises sur ces demeures en intégrant aux travaux des historiens les apports de l’archéologie, de l’histoire de l’art, de l’ethnologie et de la sociologie afin de pouvoir envisager, selon divers critères, une typologie du château provençal.

Modalités de soumission

Les propositions de communication doivent parvenir au siège de la Fédération historique de Provence, 18, rue Mirés, BP 10099, 31330 Marseille Cédex 03, ou par courriel : buti(at)mmsh.univ-aix.fr ou frederic.dagay(at)wanadoo.fr avant le 30 avril 2015.

Elles se présenteront sous la forme d’un résumé de 1500 signes environ (espaces compris). Les études les plus solides – large synthèse ou étude de cas ‑ et les plus novatrices seront retenues par le comité scientifique en charge de l’organisation du congrès qui informera aussitôt les auteurs. Par ailleurs, la publication des textes, après communication au congrès, dans la revue Provence Historique sera soumise à un comité de lecture. Le congrès se tiendra les 9 et 10 octobre 2015 à Tarascon.

Comité scientifique

  • Frédéric d’Agay, docteur ès Lettres, secrétaire général de la  Fédération historique de Provence.
  • Yann Codou, maitre de conférences d’Archéologie médiévale, Université  de Nice.
  • Noël Coulet, professeur émérite d’Histoire médiévale, Aix-Marseille Université
  • Nicolas Faucherre, professeur d’Archéologie médiévale, Aix-Marseille  Université
  • Mireille Nys, maître de conférences d’Histoire de l’art moderne, Université d’Aix-Marseille.
  • Thierry Pécout, professeur d’Histoire médiévale, Université de Saint-Etienne.
  • Valérie Piétri, maître de conférences d’Histoire moderne, Université de Nice.

Source : APAHAU

CFP – Dire, (d)écrire, représenter la violence

Dire, (d)écrire, représenter la violence
Colloque international du Centre de Recherche Interdisciplinaire en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie (CRIHAM)

Limoges, 24-25 Septembre 2015

À regarder autour de nous, dans les journaux, les jeux vidéo, au cinéma, la violence semble aujourd’hui omniprésente, et faire partie de notre quotidien. Constat que fait d’ailleurs Robert Muchembled dans l’introduction de son Histoire de la violence. De la fin du Moyen Âge à nos jours. La notion de « violence » reste cependant difficile à définir car elle fait appel à un système de représentations, de normes propres à chaque société. Ainsi un comportement n’est violent que s’il apparaît comme transgressif, comme illégitime aux yeux de la société dans laquelle il est perpétré. Aussi, entendrons-nous la violence comme transgression de la norme, cette dernière pouvant être définie comme l’ensemble des règles, lois, coutumes… fixant les comportements attendus au sein d’une société donnée. De nos jours, souvent dénoncée par les politiques, prônée par des groupes extrémistes, la violence est parfois un moyen de contrôler et d’haranguer les foules. De même, la mise en discours ou en image de la violence peut être à l’origine d’une quête de légitimité de la part d’un groupe social, d’une institution. Par le biais de représentations, d’intensifications, de dramatisations, tout un chacun, à travers son discours ou son œuvre, participe à légitimer ou, au contraire, à dénoncer certaines formes de violence. Il s’agira alors d’identifier et d’analyser ces stratégies discursives et de les replacer dans leur contexte de production et de réception. En quoi cette « mise en scène » de la violence participe-t-elle de la construction ou, au contraire, de la contestation d’une définition de la violence ? Dans quelle mesure l’étude de la violence et de ses discours représente-t-elle une fenêtre ouverte sur les sociétés qui les façonnent ? Ces interrogations s’intègrent dans une réflexion plus large ouverte par Michel Nassiet sur l’influence de la littérature et des idées qu’elle véhicule sur les comportements.

La réflexion sur la relation entre le discours et l’histoire n’est pas une nouveauté. Elle est née de la rencontre de plusieurs courants de réflexions épistémologiques qui ont bouleversé le champ des sciences humaines. Dans les années 1980, lelinguistic turn, s’inspirant de la pensée philosophique, prône un retour au texte, résumé par la célèbre phrase de Jacques Derrida, « le texte, rien que le texte » et se définit par une phrase-programme : « toute réalité est médiatisée par le langage et les textes, donc toute recherche historique est dépendante de la réflexion sur le discours ». Ce tournant a donné lieu à de nombreux débats mais aussi à une certaine hostilité de la part des historiens. On retiendra ici la position de Roger Chartier, conciliant à la fois l’approche littéraire et la démarche historique en étudiant le texte comme un processus historique propre, mais appartenant à un contexte précis[6]. Aussi, une des questions sous-jacentes à cette journée d’étude pourrait être résumée ainsi : en prenant comme objet d’étude la violence, jusqu’à quel point l’étude des discours et des représentations peut-elle être un accès à la compréhension des phénomènes sociaux ?

Ainsi, l’idée de ce colloque n’est pas d’étudier la violence en elle-même, mais de voir comment, à travers les époques, cette notion a pu être utilisée, mise en scène, discutée et instrumentalisée. Dans quel(s) but(s) a-t-on recours au discours de la violence ? Il s’agira donc, en premier lieu, de mener une réflexion sur les stratégies discursives à l’œuvre dans les textes, que ce soit des œuvres historiographiques, des œuvres littéraires ou encore des articles de presse. Ce sera aussi l’occasion d’analyser les représentations figurées de la violence, ainsi « mises en images » à l’échelle des manuscrits ou dans les arts monumentaux, mais aussi à travers l’élaboration de rituels (visant par exemple à mimer des scènes de violence et de réconciliation, ou encore des rituels permettant la sortie de conflits). Enfin, il serait aussi très intéressant de s’interroger sur toutes les formes de représentation de la violence : peut-on par exemple cartographier la violence ? Ou encore, dans quelle mesure les statistiques sur la violence en sont-elles représentatives et comment sont-elles exploitées, pour ne pas dire instrumentalisées, à des fins politiques ?

De manière synthétique, il est possible de retenir trois grands axes de réflexion autour desquels s’organisera ce colloque :

  • La violence : discours et société. En quoi les discours et les représentations de la violence sont-ils révélateurs de la société dans laquelle ils voient le jour ?
  • Violence et média (le média est entendu dans un sens très large, c’est-à-dire tout procédé servant à la diffusion, à la communication). Cet axe entend s’interroger non seulement sur les aspects concrets, matériels, de la représentation de la violence, mais aussi sur la réception du message véhiculé.
  • Le discours/la représentation de la violence et les pouvoirs : entre légitimation et dénonciation. Comment la violence est-elle « instrumentalisée » par différents acteurs à des fins de légitimation ou, au contraire, de dénonciation de cette violence ? En quoi cet usage du concept de violence participe-t-il à sa redéfinition ?

Ce colloque a ainsi pour ambition de rassembler des chercheurs dans une approche pluridisciplinaire afin de réfléchir sur les enjeux de la représentation de la violence dans ses formes tant historiques que littéraires et artistiques. Nous espérons également susciter l’intérêt de chercheurs désirant s’intéresser plus particulièrement à des exemples régionaux. Cela se révèlerait particulièrement pertinent considérant l’actualité de cette problématique tant dans le milieu des recherches universitaires que dans la vie politique et sociétale.

Merci d’adresser les propositions (environ 3000 signes) accompagnées d’un court CV simultanément à Hélène Caillaud (helene.caillaud08@gmail.com) et Alexandra Roger (alexandra.roger@unilim.fr)

Date limite : 15 mars 2015

Organisateurs à Limoges :
Hélène Caillaud (CRIHAM, Université de Limoges) ; Alexandra Roger (CRIHAM, Université de Limoges)

Membres du Comité Scientifique :
Anne-Claude Ambroise-Rendu (CRIHAM, Université de Limoges) ; Nathalie Grande (L’AMo, Université de Nantes) ; Bertrand Haan (IRCOM, Université Paris IV Sorbonne) ; Éric Sparhubert (CRIHAM, Université de Limoges) ; Hélène Caillaud (CRIHAM, Université de Limoges) ; Alexandra Roger (CRIHAM, Université de Limoges).

Source : Fabula

CFP – Désordres, débats et discordances à l’époque moderne (XVe-XVIIIe s.)

Appel à communications du XVe colloque « Jeunes chercheurs »du Cercle interuniversitaire d’étude sur la République des Lettres (CIERL) organisé par le Centre interuniversitaire de recherche sur la première modernité (CIREM 16-18),

Le colloque aura lieu les 15 et 16 mai 2015, à l’Université de Sherbrooke (Québec) :

Désordres, débats et discordances à l’époque moderne (XVe-XVIIIesiècles)

Le désordre, sous toutes ses formes, bouleverse le cours normal des événements, ne serait-ce que pour un bref moment, alors que ce déséquilibre, cette effervescence laissent des traces qui nous permettent de mieux cerner les préoccupations qui s’affrontent lors de querelles. C’est pourquoi les confrontations sont des lieux privilégiés d’observation d’une multitude d’enjeux croisés, qu’ils soient politiques, sociaux, religieux, culturels, philosophiques ou littéraires. Rarement un conflit est-il cloisonné : pensons par exemple aux guerres de religion ou de façon plus générale aux polémiques à caractère religieux, qui révèlent de manière dramatique cet enchevêtrement.

Or, derrière chaque débat, derrière les formes qu’il prend (parole, écriture, arme), se cache souvent une tension émanant de la représentation d’un idéal ou d’une norme. De fait, le désordre s’avère généralement temporaire et tend, que ce soit le résultat d’un mouvement ordonné ou non, à rétablir un certain équilibre. Étudier les enjeux soulevés par les désordres, les débats et les discordances, ainsi que leur moyen d’expression et de répression, c’est aussi observer et analyser ce va-et-vient entre une forme particulière de représentation et la réalité qu’elle tente de définir.
Ainsi, à l’époque moderne, les discordances artistiques mettent également en scène une certaine forme de contestation du pouvoir et des institutions en place. Les protagonistes adoptent des stratégies, par leurs discours et par le biais de modalités de publication, afin d’ébranler ou de maintenir le statu quo. Que ce soit la relation trouble entre les petits et les grands spectacles ou les différends esthétiques, le théâtre et la littérature ont donné lieu à d’importantes confrontations entre les partisans de la tradition et ceux de l’innovation. De la simple escarmouche dans un roman jusqu’aux grandes querelles philosophiques en passant par les polémiques à caractère social,  le présent colloque entend aborder le désordre sous ses diverses manifestations et ses multiples dimensions.

Dans le cadre de cette rencontre, nous sollicitons des propositions s’inscrivant dans l’un des axes suivants :

  • Le désordre urbain ainsi que les sources de frictions et de négociations sociales (la foule, la rue, l’émeute, le voisinage, la salubrité, la prostitution, le vagabondage, la maladie, les déviances, les sociabilités en conflit, etc.)
  • Les manières de combattre le désordre (législation, légitimation de l’autorité politique ou religieuse, aménagements, prisons, hôpitaux, etc.)
  • Les discordances esthétiques et théoriques (porosité des formes, des genres et des arts ; articulation entre l’officiel et le non-officiel, entre les œuvres et les théories, etc.)
  • •    Les débats entre factions et écoles (querelles théologiques, innovations scientifiques, lieux de production du savoir, etc.)
  • Les querelles artistiques (Querelle du Cid, de Tartuffe, des Anciens et des Modernes, des Bouffons, etc.)
  • La représentation des affrontements (scènes d’agon, conflits entre personnages, récits de bataille, oppositions, inimitiés, etc.)
  • La culture de l’imprimé et les moyens d’expression des polémiques (pamphlets, libelles, satires, parodies, iconographie, chansons, poèmes, etc.)

De nature interdisciplinaire, ce colloque du CIERL accueillera les jeunes chercheurs (des étudiants à la maîtrise ou au « master » ainsi que des doctorants et postdoctorants) œuvrant dans les différents champs des sciences humaines, de la littérature à l’histoire, en passant par la philosophie et l’histoire de l’art. Les communications, inédites et en français, ne devront pas dépasser les vingt minutes allouées à chaque participant.

Les propositions de communication (titre et résumé de 250 mots, niveau d’études, ancrage institutionnel) doivent être envoyées au comité organisateur avant le 1er mars 2015 à l’adresse suivante : jeunes.chercheurs.2015(at)gmail.com

Les Cahiers du CIERL (Paris, Hermann) accueilleront les articles issus des communications après examen par le comité scientifique, formé des directeurs des Cahiers et des organisateurs du colloque.

Comité organisateur :
Simon Gosselin Rodière
Solveig Isabel-Doyon
Marie-Hélène Jeannotte
Véronique Laporte

Source : Fabula

CFP – Voyages et voyageurs au Centre de la France : L’identité d’une région vue par ses visiteurs (XVIe-XXe s.)

Voyages et voyageurs au Centre de la France 
L’identité d’une région vue par ses visiteurs (XVIe-XXe s.)

15-16 octobre 2015, 
Orléans (Hôtel Dupanloup),
organisé par

L’EA 4710 POLEN (Pouvoirs-Lettres-Normes) / l’APR LocMem (Lieux de mémoire, savoir et pouvoir en Région Centre),
Université d’Orléans.

Appel à communications

Au moment où le législateur vient de réaffirmer l’existence de la région Centre en la rebaptisant « Centre-Val de Loire », ce colloque, organisé par le laboratoire orléanais POLEN, s’intéresse aux représentations de ce territoire véhiculées par des voyageurs – autant français qu’étrangers – depuis la fin du Moyen Âge, afin de déceler d’éventuelles continuités et ruptures, des motifs récurrents et des perspectives divergentes. Il s’agit d’apporter un éclairage nouveau sur la perception et la compréhension de cette région – Touraine, Berry, Orléanais, pays chartrain et blésois –, peu définie par sa géographie, si ce n’est par la proximité de la Loire, et par conséquent ouverte aux interprétations les plus variées.

Destination de voyage ou étape sur les routes qui lient le Nord au Sud du pays, le Centre de la France a accueilli au cours de son histoire les voyageurs les plus divers.Voyageurs en quête religieuse d’abord, puisque la région est traversée par deux chemins de Compostelle, la via Lemovicensis (la voie de Vézelay) et la via Turonensis (le chemin de Tours), et abrite un nombre important de sanctuaires qui attirent à eux seuls les pèlerins, tels Chartres ou Saint-Benoît-sur-Loire.Voyageurs à la recherche de savoir et voyages d’études ensuite : dès leur fondation, les universités d’Orléans, de Tours et de Bourges sont prisées par des étudiants et savants étrangers ou venus d’autres régions françaises. Des économistes et géographes font des études des conditions locales dès le XVIIesiècle. Le folklore berrichon, les croyances et coutumes, l’architecture rurale en Sologne sont répertoriés et examinés par des ethnographes qui effectuent des études de terrain dans la région au cours des deux siècles derniers. Voyageurs artistes, puisque les paysages de la Loire, les villes et les châteaux attirent des peintres, graveurs, photographes ou dessinateurs souvent originaires de contrées lointaines. Les projets architecturaux, les châteaux en Val de Loire amènent des artistes, notamment italiens à l’époque de la Renaissance, dont les œuvres seront étudiées par des générations de visiteurs à leur suite. Voyageurs en quête de loisirs également : en premier lieu la chasse à la tradition plusieurs fois séculaire, relancée par Napoléon III en Sologne et perpétuée entre autres par les présidents de la République et leurs hôtes internationaux au XXe siècle, mais un voyageur en quête aussi d’une certaine douceur et d’un art de vivre, y compris culinaire ; avec le développement du réseau routier et ferroviaire, le tourisme individuel ou organisé se concentre, dès la fin du XIXe siècle, sur la visite des villes et des monuments historiques.  Depuis l’an 2000, le classement du Val de Loire au patrimoine mondial de l’humanité en tant que « paysage culturel » consacre la région en tant que destination de touristes venus du monde entier. Des voyageurs marchands ont parcouru la région, notamment aux grandes heures de la marine de la Loire, à savoir le XVIIIe et la première moitié du XIXe siècle. Enfin, des voyages aux finalités politiques ont amené des dirigeants d’institutions diverses à tenir au cœur de la France des réunions fondatrices ou remarquées. On songera par exemple aux importants conciles depuis le Moyen Âge à Tours, Orléans et Bourges, à la visite de Jean-Paul II en 1996, aux Etats Généraux du Royaume de France réunis par Catherine de Médicis à Orléans en 1560, ou encore au congrès de Tours du Parti socialiste en 1920, sans oublier les visites régulières et toujours scrutées des présidents français aux fêtes johanniques.

Ce colloque orléanais se propose de recenser, et de réfléchir aux visions du patrimoine ligérien que transmettent les écrits de voyage – visions d’un patrimoine naturel, matériel et immatériel (littéraire, ethnographique et linguistique). Les communications s’appuieront sur des sources variées : correspondances, guides de voyage, carnets de route, récits de voyage, documents scientifiques, photographies ou dessins.

Les contributions soumises pour approbation pourront suivre des approches diverses (historique, littéraire, géographique) et chronologiquement transversales. Les propositions s’inscriront dans les perspectives suivantes :

I. Parcours ligériens : du Grand Tour aux guides de voyages

Il est envisageable d’interroger les sources de façon sérielle, en s’intéressant aux parcours typiques, voire modèles, qui s’en dégagent. Ainsi la Touraine et le Blésois constituaient souvent une étape obligatoire dans l’itinéraire des jeunes Britanniques adeptes du Grand Tour, étape consacrée à la préparation linguistique d’un séjour plus intimidant parmi la société parisienne. D’autres voyageurs se servent de leurs lectures scolaires ou personnelles en tant que fil conducteur, parcourant la région à la recherche de lieux et « types » d’habitants qui figurent dans l’œuvre de Rabelais, Ronsard, Balzac, George Sand ou Proust, voire de romanciers historiques étrangers comme Sir Walter Scott. Les guides de voyage suivent les voies de transport fluviales, ferroviaires, automobiles et cyclistes autant qu’ils prescrivent des itinéraires et imposent des manières de voir aux voyageurs qui les consultent. De quelle manière et pour quelles raisons peut-on observer une consolidation ou, au contraire, des changements dans les préférences paysagères et patrimoniales, les hiérarchies des sites à visiter, les pratiques spatiales des touristes en itinérance dans la région ? La standardisation des itinéraires et la description factuelle que proposent les guides de voyage, de plus en plus nombreux depuis le XIXe siècle, confèrent-elles en contrepartie une certaine liberté aux récits de voyages personnels, laissant une plus grande place à l’appréciation subjective des paysages et personnes rencontrés dans la région ?

II. Paysages de Loire : regards d’écrivains et d’artistes en mouvement

De Jean de la Fontaine à Georges Simenon et Julien Gracq en passant par Gustave Flaubert, des écrivains ont laissé des témoignages de leurs voyages en Touraine, Orléanais et Berry, la plupart du temps dans leurs correspondances, mais aussi dans une véritable littérature viatique. Souvent considérés comme appartenant à un genre mineur, dévalorisés par les auteurs eux-mêmes en tant que simples « notes informelles », « esquisses » ou « pages légères » à l’instar du Voyage en France de Henry James (1884), ces ouvrages ne contribuent-ils néanmoins pas à établir certaines perspectives esthétiques sur ce Centre de la France ?  Est-il possible de cerner l’influence de la vision artistique, de la création littéraire dans l’émergence d’une certaine identité poétique et visuelle de la région ? À ce titre, on prêtera une attention toute particulière aux textes illustrés et aux relations qui s’y nouent entre représentations écrite et iconographique des lieux évoqués. D’autre part, les Beaux-Arts ont à leur tour influencé les manières de percevoir les paysages de la région, à l’instar des scènes fluviales que William Turner dessina lors de son voyage de 1828. Le colloque sera l’occasion d’évaluer cet apport esthétique à l’imaginaire ligérien.

III. L’exploration scientifique : inventorier et comprendre

Les expéditions outre-mer ont attiré davantage l’attention des historiens que l’exploration intérieure de la France. Pourtant, les entreprises de classification et de description systématique sont nombreuses : des enquêtes économiques amènent l’agronome Arthur Young dans la région à la fin des années 1780 ; un siècle plus tard, Victor-Eugène Ardouin-Dumazet se réfère encore à ce précurseur britannique quand il décrit avec empathie les efforts de régénération de la Sologne. Dans les années 1830, Prosper Mérimée, inspecteur des Monuments historiques, parcourt la région dans un souci d’inventorier l’exceptionnel patrimoine bâti. Cette initiative est suivie par une mission héliographique vingt ans plus tard. Sous l’impulsion de Georges Henri Rivière, fondateur du Musée des Arts et Traditions populaires en 1937, des enquêtes ethnographiques ont lieu en Sologne. Pour chacune de ces entreprises, on se demandera quels savoirs sur la région elle a produits et dans quelle mesure elle a pu contribuer à façonner l’image du Centre-Val de Loire.

IV. Le Centre en politique : visites, discours et représentations

La démarche savante n’exclut pas une visée politique ; ainsi Ardouin-Dumazet conclut une bonne partie de ses observations en demandant une action de l’État en faveur de l’économie locale. Des auteurs engagés se servent des sites visités comme d’un écran sur lequel ils projettent leurs idées politiques, tel Joseph Lavallée qui, en 1793, se laisse emporter par une certaine ferveur révolutionnaire en condamnant tous les témoignages architecturaux de l’Ancien Régime, omniprésents dans la région. Des récits plus contemporains expriment une sensibilité écologique en retraçant des voyages le long du « dernier fleuve sauvage » en Europe. À ces messages enchâssés dans les écrits de voyageurs s’ajoutent des descriptions d’itinéraires des représentants du pouvoir eux-mêmes, ainsi que les discours qu’ils ont pu tenir lors d’un voyage dans les territoires qui correspondent à l’actuelle région Centre, véhiculant des images de ce pays qui restent à analyser. Un grand nombre d’écrits de voyage sont expliqués par la présence royale et les déplacements d’une cour itinérante, notamment à Blois et Chambord, au début de la période retenue pour le colloque. Mais on s’intéressera également aux techniques quotidiennes du pouvoir, telles les tournées préfectorales ou les visites pastorales des évêques dans leurs diocèses, qui produisent des rapports autrement plus fins sur les conditions de vie et l’aménagement du territoire dans la région.

Ce sont ces pistes et d’autres que le colloque se propose d’emprunter, en invitant historiens, géographes, littéraires, historiens de l’art, à se pencher sur la question de la représentation de l’actuelle région Centre dans les documents produits par et pour les voyageurs.

La langue privilégiée pour les communications est le français ; l’anglais est néanmoins bienvenu. Les communications dureront vingt minutes et seront suivies de dix minutes de discussion.

Les propositions de communication, accompagnées d’un argumentaire (au maximum, une page), sont à adresser à : Anne Delouis, anne.delouis@univ-orleans.fr au plus tard le 28 février 2015, délai de rigueur. Elles seront ensuite soumises au comité scientifique ; une réponse sera envoyée aux proposants dans les plus brefs délais.

La publication des actes est souhaitée.

Comité organisateur
Anne Delouis
Irène Jourd’heuil
Christophe Speroni

Comité scientifique 
Pierre Allorant
Anne Delouis
Geneviève Haroche-Bouzinac
Irène Jourd’heuil
Christiophe Speroni