Archives de catégorie : Appels à contributions

Dans cette sections sont repris tous les appels à contributions partagés par Modernum concernant des colloques, conférences, etc.

CFP – William Shakespeare et la culture mondiale

Appel à communications

 William Shakespeare et la culture mondiale

Le Centre d’Études Supérieures de la Littérature lance un appel à communication sur « Shakespeare et la culture mondiale ». Le colloque international se déroulera du 21 au 23 avril 2015 à la salle de conférences de la Médiathèque de La Riche, place du Maréchal Leclerc. Shakespeare est un monument de la littérature mondiale. Une étude effectuée par le Cercle norvégien du livre, en 2002, recensa cent œuvres comme étant les meilleures de tous les temps. Une liste de 85 auteurs fut établie : 75 apparaissent une seule fois, 6 deux fois, 3 trois fois. Un seul couronne l’ensemble avec 4 apparitions. Fiodor Dostoïevski finit ainsi premier devant Shakespeare qui est deuxième, pour HamletLe Roi Lear et Othelloex aequo avec Franz Kafka et Léon Tolstoï. Par ailleurs, l’Index Translationum, géré par L’UNESCO, montre qu’il se place au troisième rang mondial des auteurs les plus traduits, juste derrière Agatha Christie et Jules Verne. La visée du colloque international est de rendre hommage au grand poète, dramaturge et écrivain anglais en 2015, date choisie en raison de sa position équidistante proche entre le 450e jubilé de sa naissance (1564-2014) et la 400ecommémoration de sa disparition (1616-2016).

Les savants, critiques, essayistes, chercheurs, universitaires, écrivains, journalistes, créateurs sélectionnés pour faire une communication discuteront non seulement de l’œuvre de Shakespeare, de l’homme, de ses sources d’inspirations, de la langue mais aussi de l’influence de ses œuvres sur les belles-lettres mondiales. Le thème « William Shakespeare et la culture mondiale » se veut ouvert, international. Il s’articule autour d’un contexte pluridisciplinaire selon les axes suivants : littérature du monde entier, art, poésie, histoire, philosophie, culture, linguistique, médecine, architecture, peinture, écologie, journalisme, cinéma, critique, etc. Toutes ces disciplines auront pour but d’éclairer le domaine des études shakespeariennes.

La publication des actes du colloque est prévue si un éditeur scientifique et universitaire accepte l’ensemble des articles. La langue officielle de travail est le français. Néanmoins, dans le cadre d’une volonté d’élargissement linguistique, toute personne parlant une autre langue pourra participer au colloque où, dans la mesure du possible, des traductions simultanées sont prévues.

Règlement

Pour proposer une communication puis un article dans le but de constituer un ouvrage de qualité, il est impératif, dans un premier temps, d’être agréé par le CESL. Les renseignements suivants doivent être envoyés par mail au cesl-2010@orange.fr :

Nom :

Prénom :

Date de naissance :

Lieu de naissance :

Nationalité(s) :

Profession, activités, lieu de travail, vos recherches, vos publications :

Adresse(s) personnelle(s) :

Pays :

Téléphone(s) fixe(s) :

Téléphone(s) portable(s) :

Courriel(s) :

Site(s) web :

Titre et résumé (1000 signes environ) de votre proposition de communication en fichier joint :

Le temps de parole est de 25 minutes maximum avec ou sans vidéo-projection. Les frais de voyage et d’hébergement sont à votre charge ou à celle de votre institution de recherche.

Instructions pour les résumés
Nous vous prions d’envoyer votre proposition d’intervention, titre et résumé (1000 signes espaces compris au maximum), avant le 28 février 2015, uniquement par courrier électronique et en fichier joint (au format Word) à l’adresse suivante : cesl-2010@orange.fr. Les personnes qui auront soumis un résumé seront averties de la décision du Directeur au plus tard entre le 1er et le 15 mars 2015 (uniquement par courrier électronique).

Instructions pour les lettres d’invitation et attestations de présence
Les personnes qui auront besoin d’un visa d’entrée en France recevront une lettre d’invitation officielle. Vous devrez prévenir Frédéric-Gaël Theuriau avant le 28 février 2015, en envoyant (par courrier électronique et en fichier joint) une copie de votre passeport qui doit être valable au moins six mois après les dates du colloque. Des attestations de présence et de participation à communiquer seront établies sur demande avant le 15 mars 2015 afin que les enseignants-chercheurs de tous horizons puissent obtenir de leur centre de recherche, université ou établissement scolaire, etc., un ordre de mission. Quant aux attestations de présence, elles ne peuvent être données qu’au moment ou à l’issue du Colloque.

Instructions pour la publication des textes de communication
Les textes des communications de 25 000 signes espaces compris (avec 2 ou 3 illustrations possibles) devront être envoyés par courrier électronique et pièce attachée (au format Word) entre le 24 avril et le 30 juin 2015 à l’adresse suivante : cesl-2010@orange.fr. Ils feront l’objet d’une sélection si besoin est en fonction de la qualité du travail. En principe, rares sont les articles écartés par le comité scientifique qui sera constitué d’ici là.

Les organisateurs : le C.E.S.L. : Frédéric-Gaël THEURIAU, la Municipalité et la Médiathèque de La Riche (contact : cesl-2010@orange.fr)

Source : Fabula.

CFP – Écritures et représentations du conflit dans la culture italienne du Moyen-âge à nos jours

SIES – Société des Italianistes de l’Enseignement Supérieur

Appel à communication – Journée jeunes chercheurs – 11 juin 2015

Écritures et représentations du conflit dans la culture italienne du Moyen-âge à nos jours 

En Italie, le conflit apparait souvent comme une forme de confrontation ancrée dans l’évolution historique et sociale nationale. Si le conflit consiste parfois en un affrontement direct, il peut également, et c’est la perspective que nous souhaitons développer, prendre la forme d’une « tenson », d’une joute verbale, d’un échange polémique. La discussion entendue comme débat dans lequel la parole de l’adversaire est aussi bien soupesée et soumise à vérification que tournée en dérision et dénaturée, s’exprime à travers des langages variés (littéraire, artistique, journalistique, etc.). Ces langages ont en commun la recherche d’un angle d’approche qui alimente à son tour la poursuite de l’échange et contribue parfois à sa virulence. Nous privilégierons les communications qui analyseront l’origine et le développement de ces conflits littéraires, sociaux, politiques. Cependant, la circulation et la réception du conflit pourront également être considérées à la lumière des prolongements, des inflexions et/ou des ruptures qu’ils suscitent.

Session Moyen Âge et Renaissance :
Cette session sera centrée sur les formes de l’échange polémique au sein des genres littéraires, de l’épître dédicatoire, à la préface, au pamphlet, etc. Les communications pourront analyser l’évolution du débat conflictuel à l’intérieur des genres qui l’hébergent et contribuent cependant à son développement. Alors que le conflit prend la forme du débat polémique au sein de l’humanisme italien, ses modalités sont multiples : « tenzone », « contrasto », l’« altercatio », mais aussi dialogue d’ascendance platonicienne, lettre dédicatoire, etc.

Session époque moderne et contemporaine :
On s’attachera dans le cadre de cette session à mettre au jour le rapport entre le conflit et l’évolution du rôle de l’intellectuel au sein de la culture et de la société italienne contemporaine. En effet, la fonction de l’intellectuel, souvent complexe et contradictoire, permet notamment aux conflits de trouver une expression à travers la presse d’opinion, les revues littéraires, les diverses écritures théâtrales, la littérature en général, le cinéma, les arts, etc.

 Comité scientifique :
Donatella Bisconti, Université Blaise Pascal-Clermont-Ferrand, Pérette-Cécile Buffaria, Université de Lorraine, Barbara Meazzi, Université de Nice-Sophia Antipolis, Flaviano Pisanelli, Université Paul-Valéry–Montpellier 3, Nicolas Violle, Université Blaise Pascal-Clermont-Ferrand.

Organisation, contact : irene.cacopardi(at)gmail.com

Les propositions de communication (assorties d’un titre, d’un résumé d’une quinzaine de lignes, d’une brève notice biographique, du nom du directeur de recherche et de l’indication du centre de recherche de rattachement) doivent parvenir avant le vendredi 21 Février 2015, délai de rigueur, aux adresses suivantes : irene.cacopardi(at)gmail.comflaviano.pisanelli(at)univ-montp3.fr

Les réponses du comité scientifique seront transmises aux intéressés le samedi 6 avril 2015. Seules seront prises en considération les propositions émanant de doctorants, ou de jeunes chercheurs ayant soutenu leur thèse moins d’un an avant cette journée des doctorants/ jeunes chercheurs, (soit avant juin 2014). Il est vivement conseillé aux doctorants de soumettre leur proposition à leur directrice/directeur de thèse avant de l’envoyer au comité scientifique de cette journée.

Source : Fabula.

CFP – Le siècle de la légèreté : émergences d’un paradigme du XVIIIe s. français

Le siècle de la légèreté : émergences d’un paradigme du XVIIIe siècle français

Journée d’études, Maison française d’Oxford, 15 mai 2015

Organisée par Marine Ganofsky (University of St Andrews) & Jean-Alexandre Perras (MFO-Voltaire foundation, Oxford)

Tandis que Voltaire écrivait à propos des Français que « la légèreté et l’inconstance ont fait le caractère de cette aimable nation », Caraccioli remarquait qu’« il y a longtemps qu’on accuse les Français de légèreté », mais « il y a longtemps qu’ils ne cherchent pas à s’en corriger ». Si la légèreté devient une question nationale pour la France du XVIIIe siècle, c’est surtout afin de promouvoir les « vertus civiles » dont elle serait le lieu par excellence. La nation française serait trop inconstante pour être sérieusement mauvaise. Cependant, cette légèreté du siècle ne fait pas l’unanimité, loin s’en faut, et plusieurs auteurs condamnent l’inconséquence d’esprit propre à leur siècle, faisant de la légèreté l’un des paradigmes autour duquel tout un siècle se définit, ou contre lequel il s’insurge. Mais cette notion ne concerne pas uniquement ces questions de morale, et s’applique à tous les domaines des connaissances humaines. Les amateurs louent la légèreté des œuvres qu’ils commentent, les auteurs allègent leur plume afin de la faire mieux courir, les scientifiques s’interrogent sur cette qualité de la matière… Enfin, couronnant le siècle de la légèreté, le ballon des frères Montgolfier et autres aérostats flottent dans l’azur et enchantent en les survolant les foules enthousiastes. Le siècle le plus léger est aussi celui qui s’est le premier élevé jusqu’aux cieux.

Propre à la façon dont le siècle se construit et se perçoit, la légèreté du XVIIIe siècle habite encore l’historiographie de la période. Pour ses successeurs, les représentations du XVIIIe siècle ne se limitent pas à un siècle des Lumières sérieux et progressiste, mais construisent aussi un siècle de la Légèreté, futile et immoral. Entre la bourgeoisie industrieuse du XIXe siècle considérant avec quelque nostalgie les voluptés des fêtes galantes, et l’intérêt de notre époque célébrant la frivolité (et la commercialité) du siècle de Marie-Antoinette et de Fragonard, il est certain que le XVIIIe siècle en sa légèreté n’a jamais cessé de séduire. Enfin, depuis quelques décennies, l’intérêt des universitaires, des romanciers, des cinéastes et des artistes pour cet aspect du XVIIIe siècle a beaucoup contribué à la pérennité, auprès d’un public de plus en plus vaste, du fantasme d’un dix-huitième siècle frivole, galant, voluptueux, riant : léger.

Ainsi, qu’elle soit l’objet d’une conquête (scientifique, morale, esthétique, etc.) ou de constructions historiques, la légèreté du XVIIIe siècle s’impose comme un paradigme dont il s’agira de soulever les enjeux, dans une perspective critique et historiographique. Cette démarche sera l’objet d’une journée d’études interdisciplinaire, qui aura lieu à la Maison française d’Oxford, le 15 mai 2015.

  • Quels liens les développements des belles-lettres françaises au XVIIIe siècle entretiennent-ils avec la notion de légèreté ? Dans quelle mesure l’opposition à lagravitas des Anciens a-t-elle contribué à définir une certaine légèreté stylistique correspondant aux modes littéraires et permettant d’explorer de nouvelles possibilités littéraires ? Par ailleurs, plusieurs genres littéraires étaient accusés de publier une dangereuse futilité et une frivolité coupable : ainsi des contes et des romans ; dans quelle mesure les auteurs ont-ils répondu à ces accusations ? Ou encore, la littérature française abonde en personnages légers, depuis les petits-maîtres jouisseurs et inconstants jusqu’aux sylphes et autres personnages plus ou moins palpables, en passant par les femmes et les petits abbés « à vapeurs ».
  • Les mémoires et les correspondances des contemporains abondent en commentaires et en réflexions faisant état de la légèreté du siècle. Quelles représentations ont inspiré pareils discours ? Dans quelle mesure ont-ils contribué à façonner la postérité d’un XVIIIe siècle comme siècle de la légèreté ?
  • Dans le domaine de la philosophie, plusieurs essais ont été écrits qui mettent en scène la frivolité, la joie, le plaisir sous un jour avantageux, tandis que la morale elle-même, peut-être en cherchant l’équilibre entre le docere et le placere, a été absorbée dans des récits plaisants et d’apparence superficielle, en cherchant à s’exprimer à travers des contes faits à plaisir et autres fables légères.
  • Dans les arts visuels et la critique d’art naissante, la légèreté peut être vue comme une qualité essentielle du peintre, tout en se faisant sujet de ses compositions, dont les « fêtes galantes » de Watteau, la Bulle de savon de Chardin, l’Escarpolette de Fragonard ou l’Oiseau mort de Greuze peuvent être des représentants exemplaires (pour les contemporains comme pour la postérité) de la légèreté morale du siècle.
  • En architecture, la légèreté a été définie comme « le peu de matière » et l’ouverture de la structure. Comment ces qualités ont-elles été interprétées par rapport aux différents styles architecturaux comme le gothique, le rococo, etc. ?
  • En musique, dans quelle mesure la légèreté est-elle une caractéristique du style français ; en quoi, par exemple, est-elle un enjeu de la Querelle des Bouffons?
  • En histoire des sciences et de la médecine, entre la théorie des vapeurs et les ballons des frères Montgolfier, comment la légèreté devient-elle un élément central dans les efforts accomplis pour comprendre ou maîtriser la nature ?
  • Enfin, d’un point de vue historiographique, quelle fortune critique la légèreté du XVIIIe siècle a-t-elle connu au cours des siècles suivants? Comment les différentes nations d’Europe, de même que les périodes suivantes se sont-elles définies à travers ou par opposition à la légèreté du XVIIIe siècle français ? Qu’indiquent ces représentations quant aux  cultures et aux époques qui les ont façonnées ?

Nous invitons les personnes intéressées à nous faire parvenir une proposition de communication d’environ 300 mots, ainsi qu’une courte bio-bibliographie, avant le 15 février 2015, aux adresses suivantes :

Mg216@st-andrews.ac.uk
jean-alexandre.perras@mod-langs.ox.ac.uk

Avec le soutien de:

  • Society for French Studies
  • TORCH (The Oxford Research Centre in the Humanities)
  • The Voltaire Foundation 

CFP – Héroïsme féminin, héroïnes et femmes illustres, XVIe et XVIIe s. : une représentation sans fiction

Héroïsme féminin, héroïnes et femmes illustres, XVIe et XVIIe siècles : une représentation sans fiction

Strasbourg, 28-30 janvier 2016

Il n’est sans doute pas innocent qu’en 1647, Vaugelas ouvre ses Remarques sur la langue française par une série de considérations sur la prononciation de héros, différentes d’héroïne et d’héroïsme : la famille lexicale est sur toutes les langues, au masculin comme au féminin. Si l’on en croit le lexicographe, le rapport entre les genres est d’équivalence lorsque le siècle s’achève. L’héroïne se définit comme une « fille ou femme qui a des vertus de héros, qui a fait quelque action héroïque » : la Pucelle d’Orléans, Judith, Lucrèce (Furetière, Dictionnaire Universel, 1690). On n’a jamais autant écrit sur les héroïnes et femmes illustres pendant le siècle qu’entre la Renaissance et 1650, où le dérivé féminin du grec herôs connaît une fortune extraordinaire ; tout y concourt, en un temps où la régente Anne d’Autriche fait l’objet d’éloges dithyrambiques, avant que la Fronde n’ait raison de cette inflation, tandis que le XVIIIe siècle s’ouvrira sur l’acte symbolique de la destruction sur ordre de Louis XIV (1711), quatre ans avant la fin du règne, des traces physiques de l’abbaye de Port-Royal des Champs, haut lieu de la geste héroïque collective des religieuses et des Solitaires qui ont vécu jusqu’au sacrifice la revendication de la liberté de conscience pendant toute la seconde moitié du siècle.

Que les XVIe et XVIIe siècles aient été ceux d’une reconnaissance autant que d’une exaltation d’un héroïsme féminin n’est pas une nouveauté : la fin des années 1970 a été marquée par le renouveau d’intérêt pour la vogue centenaire des éloges des femmes, à la suite de la diffusion grâce à l’imprimé du De Casibus de Boccace, ou au succès du De praexcellentia foeminei sexus de Cornelius Agrippa et de ses suiveurs; les Querelles des femmes qui ponctuent ces deux siècles sont désormais bien documentées, ainsi que la vogue pour les ouvrages consacrés aux femmes fortes et à leur réception en fiction, sur la scène ou en peinture. La recherche en histoire, histoire de l’art et histoire littéraire a mis en valeur le caractère particulièrement marquant de grandes figures féminines, reines, filles et soeurs de roi, grandes aristocrates prêtes à monter sur les barricades, dames de Lettres en leur salon ou saintes aux destinées extraordinaires.

Des illustres aux héroïnes, il n’y a qu’un pas, que la fiction a franchi aisément. Pour autant, il vaut la peine de revenir sur les modalités de qualification d’un héroïsme féminin hors du domaine de l’invention littéraire ou artistique, dans l’hypothèse d’une proximité plus étroite avec la vie morale et ses représentations dans une littérature non fictionnelle, à une période historique où la diffusion du néoplatonisme épurant le sentiment amoureux revivifie à terme les valeurs courtoises, où un augustinisme condamnant la vanité politique dont Charles Quint à l’Escurial reste sans doute l’image la plus frappante et où la crise des valeurs guerrières – celles qui qualifient le « héros » mi-homme, mi-dieu – avec les guerres de Religion a laissé une place inégalée jusqu’alors aux femmes, et non plus seulement à des femmes, sur le devant d’une société en pleine mutation. L’image du héros, au masculin comme au féminin, enregistre les mutations de l’idéal héroïque sur une longue durée. Si le héros est celui qui agit sur le champ de bataille, l’héroïne de la première modernité, quant à elle, ajoute à la prouesse militaire à laquelle elle ne répugne pas toujours, la piété, la sagesse, la culture, la chasteté et la beauté : autant de qualificatifs récurrents sous la plume d’Hilarion de Coste au long de sesLes éloges et les vies des reynes en 1630. Depuis les Guerres de religion, un capitaine (Brantôme), jusque bien au-delà de la Fronde, un sceptique (Montaigne), un augustinien (La Rochefoucauld), les chrétiens du « Petit Concile » (Fleury, Fénelon, La Bruyère), un libertin (Fontenelle), critiquent l’illusion de la gloire et de l’héroïsme guerrier, tandis que chez les mémorialistes la dénonciation de la morale de l’intérêt, des motifs privés et des passions négatives mine l’image héroïque des Grands et n’épargne ni les femmes ni les hommes. Comme un démenti opposé à la leçon générale issue du « monde », c’est dans une confrontation non moins violente avec les événements historiques, une fois qu’après la Fronde le pouvoir fut transféré aux mains d’un monarque absolu, que s’est développée la mise en mémoire de la résistance héroïque du couvent féminin de Port-Royal, sous l’autorité d’abbesses éminentes, à travers une multitude d’écrits conjuguant écriture personnelle et expression collective (ViesRelations, correspondance).

C’est cette construction d’un héroïsme féminin et de ses critères à travers les textes, hors des seuls codes de la fiction, en particulier romanesques, et à travers les mémoires, les biographies, les ouvrages traitant d’histoire ou de morale, les correspondances, qui pourrait retenir l’attention à l’occasion du présent colloque. Cette problématique, signifiante dans l’histoire des représentations, questionne notre modernité. Il se propose de reformuler une lecture féminine, mais pas nécessairement féministe, de l’engouement pour la figure féminine aux XVIe et XVIIe siècles, non seulement dans les représentations (femmes fortes, personnalités féminines historiques ou privées), mais aussi dans la réception de ces représentations, aussi bien à travers les faits et gestes qu’à travers un imaginaire collectif, en synchronie autant qu’en diachronie longue.

Les communications pourront concerner les champs suivants:

  • Constellation lexicale et constellation imaginaire: naissance et usages du mot « héroïne », et ses variations, ses synonymes, les évolutions de ses emplois (héroïsme et gloire, héroïsme et vertu, héroïsme et mérite, héroïsme et divinisation des valeurs féminines, héroïsme et courage, héroïsme et grandeur, héroïsme et magnanimité…)
  • Critères d’un héroïsme féminin v/s critères d’un héroïsme masculin : un héroïsme sans action d’éclat et sans gloire dans le monde ? Un héroïsme du quotidien et de l’humilité, sans coup d’éclat exceptionnel ? Un héroïsme de la prudence ? Comment la beauté se concilie-t-elle avec la notion d’héroïsme ?
  • Inconscient et non-dits : Y a-t-il un discours moral particulier attaché à de telles constructions mentales ? Existe-t-il une démarcation masculin/féminin dans le combat contre les passions que recommandent les moralistes ou les grandes figures spirituelles ?
  • Paradigmes et modèles : Comment, aux XVIe et XVIIe siècles, se constitue un modèle féminin d’héroïsme et de culture lettrée et mondaine ? Quelles sont les modalités d’élaboration d’un héroïsme féminin de plume ? Peut-on identifier un Panthéon des figures historiques de l’héroïsme féminin, littéraires et plastiques, Jeanne d’Arc, Marie Stuart ? Quelle part l’histoire contemporaine accorde-t-elle à la figure féminine héroïque ? Quels paradigmes la vie spirituelle et religieuse propose-t-elle, dans les confessions catholique et réformée, quel usage l’autorité, le fidèle en font-il ?
  • Héroïsme et politique : peut-on parler d’un usage politique des héroïnes, comment se constituent leurs légendes, blanche ou noire selon les besoins, pour quelle fortune?
  • Héroïsme et genre littéraires : comment se construire en héroïne, existe-t-il des stratégies discursives de l’écriture mémorialiste, épistolaire ou diariste chez les écrivaines des XVIe et XVIIe siècles ?
  • Réception : Comment envisager en réception longue les tendances hagiographiques d’une historiographie de ces figures à l’époque contemporaine ? Quels sont les pièges et les points aveugles de l’héroïsme féminin de la première modernité ?

Les propositions (300 mots) sont à envoyer avant le 15 février 2015 aux personnes suivantes :
Gilbert Schrenck (gschrenck@wanadoo.fr)
Pascale Thouvenin (thouve@unistra.fr)
Anne Spica (anne-elisabeth.spica@univ-lorraine.fr)

Source : Fabula.

CFP – Max-Planck Summer Academy for Legal History

The Max-Planck Summer Academy for Legal History, offered by the Max Planck Institute for European Legal History (MPIeR), provides an in-depth introduction to methods and principles of research in legal history. Although its main focus is on European legal history, there is special emphasis on global perspectives on legal history. It addresses a selected group of highly motivated early-stage researchers, usually PhD candidates, working on a research project with an interest in the basic research of historical formation and transformations of law and other normative orders.

The academy consists of two modules and lasts two weeks; the first week provides an introduction to the study of sources, methodological principles, as well as theoretical models and controversial research debates on basic research fields of legal history (module 1). During the second week the participants discuss a special research theme and develop their own approach to the theme (module 2).

Déposer sa candidature :

Prerequisites for participation are an above-average university degree and a very good command of written and spoken English. Knowledge of German is not a prerequisite. Additionally, candidates are required to work on an individual research project in legal history or related disciplines.

A complete application contains the following documents:

  • CV
  • Project draft of approx. 10 pages reflecting and making reference to the special theme of the Summer Academy. The main research questions and outline of the project or doctoral thesis should be the focus of this draft.
  • Brief letter of motivation: Applicants should write a short statement of no more than two typed pages in English as to why they wish to take part in the summer academy and whether they have previously studied legal history.

Applications have to be submitted by March 1st, 2015 in electronically form only (max. 10 MB) to summeracademy(at)rg.mpg.de

Participants will be selected and notified by mid April 2015.

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir 

CFP – 5e Colloque RefoRC 2015 Louvain

The Fifth RefoRC Conference 2015 will be held May 7-9, 2015 and will hosted by the Katholieke Universiteit Leuven.

Short Papers and General Attendance

The conference is open to individual short paper presentations (20 minutes presentation, 10 minutes discussion) and to thematic sessions of two or three short papers. It is also possible to attend the conference without presenting a paper. While we encourage papers on the conference theme, papers can focus on all disciplines related to the 16th century reformations, such as arts, philosophy, law, history, theology etc., independent of the theme of the plenary papers.

Short Paper Submission and Registration

Short paper proposals and registrations can be submitted via the registration form. Short paper proposals are welcome beforeFebruary 15, 2015.

Theme of Plenary Papers

The theme of the plenary papers is: Crossing Borders: Transregional Reformations.

In recent decades, the field of transnational/transregional history has yielded novel insights: the constant movement of persons, goods, ideas, books and images across boundaries induced a transfer of culture and knowledge shaping the early modern world much more profoundly than previously thought. Although alert to the universal aspect of religion, theologians and (church) historians are only starting to apply this methodology to the study of religious reform in the sixteenth century.

The conference aims to emphasize the shift in the field of Reformation Studies to a cross-border and multi-confessional approach: How were religious exile, confessional identity and transregional transfers connected? What were the routes and networks of religious reform, along and across borders? How did the printing press support transregional exchange? In what ways did global, transregional and local dimensions of religious reform interact?

The Fifth RefoRC Conference Leuven explores transregional dimensions of the Catholic and Protestant Reformations in the early modern period.

Communication

General communication of the conference is in English, but also papers in French and German will be welcomed. Presenters who prefer to give their paper in French or German, are invited to provide the audience with an English summary of about 150-200 words.

Conference Volume

The conference volume will be published by Vandenhoeck & Ruprecht in the series Refo500 Academic Studies (R5AS) and contains all plenary papers and a selection of short papers. Another publication venue is the Journal of Early Modern Christianity (JEMC).

Manuscripts for the conference volume can be submitted to theRefoRC 2015 Organisation Team. All other manuscripts can be submitted to Tarald Rasmussen. Editors will decide on publication.

Source : The Reformation Research Consortium.