Archives de catégorie : Appels à contributions

Dans cette sections sont repris tous les appels à contributions partagés par Modernum concernant des colloques, conférences, etc.

CFP – Dire, (d)écrire, représenter la violence

Dire, (d)écrire, représenter la violence
Colloque international du Centre de Recherche Interdisciplinaire en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie (CRIHAM)

Limoges, 24-25 Septembre 2015

À regarder autour de nous, dans les journaux, les jeux vidéo, au cinéma, la violence semble aujourd’hui omniprésente, et faire partie de notre quotidien. Constat que fait d’ailleurs Robert Muchembled dans l’introduction de son Histoire de la violence. De la fin du Moyen Âge à nos jours. La notion de « violence » reste cependant difficile à définir car elle fait appel à un système de représentations, de normes propres à chaque société. Ainsi un comportement n’est violent que s’il apparaît comme transgressif, comme illégitime aux yeux de la société dans laquelle il est perpétré. Aussi, entendrons-nous la violence comme transgression de la norme, cette dernière pouvant être définie comme l’ensemble des règles, lois, coutumes… fixant les comportements attendus au sein d’une société donnée. De nos jours, souvent dénoncée par les politiques, prônée par des groupes extrémistes, la violence est parfois un moyen de contrôler et d’haranguer les foules. De même, la mise en discours ou en image de la violence peut être à l’origine d’une quête de légitimité de la part d’un groupe social, d’une institution. Par le biais de représentations, d’intensifications, de dramatisations, tout un chacun, à travers son discours ou son œuvre, participe à légitimer ou, au contraire, à dénoncer certaines formes de violence. Il s’agira alors d’identifier et d’analyser ces stratégies discursives et de les replacer dans leur contexte de production et de réception. En quoi cette « mise en scène » de la violence participe-t-elle de la construction ou, au contraire, de la contestation d’une définition de la violence ? Dans quelle mesure l’étude de la violence et de ses discours représente-t-elle une fenêtre ouverte sur les sociétés qui les façonnent ? Ces interrogations s’intègrent dans une réflexion plus large ouverte par Michel Nassiet sur l’influence de la littérature et des idées qu’elle véhicule sur les comportements.

La réflexion sur la relation entre le discours et l’histoire n’est pas une nouveauté. Elle est née de la rencontre de plusieurs courants de réflexions épistémologiques qui ont bouleversé le champ des sciences humaines. Dans les années 1980, lelinguistic turn, s’inspirant de la pensée philosophique, prône un retour au texte, résumé par la célèbre phrase de Jacques Derrida, « le texte, rien que le texte » et se définit par une phrase-programme : « toute réalité est médiatisée par le langage et les textes, donc toute recherche historique est dépendante de la réflexion sur le discours ». Ce tournant a donné lieu à de nombreux débats mais aussi à une certaine hostilité de la part des historiens. On retiendra ici la position de Roger Chartier, conciliant à la fois l’approche littéraire et la démarche historique en étudiant le texte comme un processus historique propre, mais appartenant à un contexte précis[6]. Aussi, une des questions sous-jacentes à cette journée d’étude pourrait être résumée ainsi : en prenant comme objet d’étude la violence, jusqu’à quel point l’étude des discours et des représentations peut-elle être un accès à la compréhension des phénomènes sociaux ?

Ainsi, l’idée de ce colloque n’est pas d’étudier la violence en elle-même, mais de voir comment, à travers les époques, cette notion a pu être utilisée, mise en scène, discutée et instrumentalisée. Dans quel(s) but(s) a-t-on recours au discours de la violence ? Il s’agira donc, en premier lieu, de mener une réflexion sur les stratégies discursives à l’œuvre dans les textes, que ce soit des œuvres historiographiques, des œuvres littéraires ou encore des articles de presse. Ce sera aussi l’occasion d’analyser les représentations figurées de la violence, ainsi « mises en images » à l’échelle des manuscrits ou dans les arts monumentaux, mais aussi à travers l’élaboration de rituels (visant par exemple à mimer des scènes de violence et de réconciliation, ou encore des rituels permettant la sortie de conflits). Enfin, il serait aussi très intéressant de s’interroger sur toutes les formes de représentation de la violence : peut-on par exemple cartographier la violence ? Ou encore, dans quelle mesure les statistiques sur la violence en sont-elles représentatives et comment sont-elles exploitées, pour ne pas dire instrumentalisées, à des fins politiques ?

De manière synthétique, il est possible de retenir trois grands axes de réflexion autour desquels s’organisera ce colloque :

  • La violence : discours et société. En quoi les discours et les représentations de la violence sont-ils révélateurs de la société dans laquelle ils voient le jour ?
  • Violence et média (le média est entendu dans un sens très large, c’est-à-dire tout procédé servant à la diffusion, à la communication). Cet axe entend s’interroger non seulement sur les aspects concrets, matériels, de la représentation de la violence, mais aussi sur la réception du message véhiculé.
  • Le discours/la représentation de la violence et les pouvoirs : entre légitimation et dénonciation. Comment la violence est-elle « instrumentalisée » par différents acteurs à des fins de légitimation ou, au contraire, de dénonciation de cette violence ? En quoi cet usage du concept de violence participe-t-il à sa redéfinition ?

Ce colloque a ainsi pour ambition de rassembler des chercheurs dans une approche pluridisciplinaire afin de réfléchir sur les enjeux de la représentation de la violence dans ses formes tant historiques que littéraires et artistiques. Nous espérons également susciter l’intérêt de chercheurs désirant s’intéresser plus particulièrement à des exemples régionaux. Cela se révèlerait particulièrement pertinent considérant l’actualité de cette problématique tant dans le milieu des recherches universitaires que dans la vie politique et sociétale.

Merci d’adresser les propositions (environ 3000 signes) accompagnées d’un court CV simultanément à Hélène Caillaud (helene.caillaud08@gmail.com) et Alexandra Roger (alexandra.roger@unilim.fr)

Date limite : 15 mars 2015

Organisateurs à Limoges :
Hélène Caillaud (CRIHAM, Université de Limoges) ; Alexandra Roger (CRIHAM, Université de Limoges)

Membres du Comité Scientifique :
Anne-Claude Ambroise-Rendu (CRIHAM, Université de Limoges) ; Nathalie Grande (L’AMo, Université de Nantes) ; Bertrand Haan (IRCOM, Université Paris IV Sorbonne) ; Éric Sparhubert (CRIHAM, Université de Limoges) ; Hélène Caillaud (CRIHAM, Université de Limoges) ; Alexandra Roger (CRIHAM, Université de Limoges).

Source : Fabula

CFP – Désordres, débats et discordances à l’époque moderne (XVe-XVIIIe s.)

Appel à communications du XVe colloque « Jeunes chercheurs »du Cercle interuniversitaire d’étude sur la République des Lettres (CIERL) organisé par le Centre interuniversitaire de recherche sur la première modernité (CIREM 16-18),

Le colloque aura lieu les 15 et 16 mai 2015, à l’Université de Sherbrooke (Québec) :

Désordres, débats et discordances à l’époque moderne (XVe-XVIIIesiècles)

Le désordre, sous toutes ses formes, bouleverse le cours normal des événements, ne serait-ce que pour un bref moment, alors que ce déséquilibre, cette effervescence laissent des traces qui nous permettent de mieux cerner les préoccupations qui s’affrontent lors de querelles. C’est pourquoi les confrontations sont des lieux privilégiés d’observation d’une multitude d’enjeux croisés, qu’ils soient politiques, sociaux, religieux, culturels, philosophiques ou littéraires. Rarement un conflit est-il cloisonné : pensons par exemple aux guerres de religion ou de façon plus générale aux polémiques à caractère religieux, qui révèlent de manière dramatique cet enchevêtrement.

Or, derrière chaque débat, derrière les formes qu’il prend (parole, écriture, arme), se cache souvent une tension émanant de la représentation d’un idéal ou d’une norme. De fait, le désordre s’avère généralement temporaire et tend, que ce soit le résultat d’un mouvement ordonné ou non, à rétablir un certain équilibre. Étudier les enjeux soulevés par les désordres, les débats et les discordances, ainsi que leur moyen d’expression et de répression, c’est aussi observer et analyser ce va-et-vient entre une forme particulière de représentation et la réalité qu’elle tente de définir.
Ainsi, à l’époque moderne, les discordances artistiques mettent également en scène une certaine forme de contestation du pouvoir et des institutions en place. Les protagonistes adoptent des stratégies, par leurs discours et par le biais de modalités de publication, afin d’ébranler ou de maintenir le statu quo. Que ce soit la relation trouble entre les petits et les grands spectacles ou les différends esthétiques, le théâtre et la littérature ont donné lieu à d’importantes confrontations entre les partisans de la tradition et ceux de l’innovation. De la simple escarmouche dans un roman jusqu’aux grandes querelles philosophiques en passant par les polémiques à caractère social,  le présent colloque entend aborder le désordre sous ses diverses manifestations et ses multiples dimensions.

Dans le cadre de cette rencontre, nous sollicitons des propositions s’inscrivant dans l’un des axes suivants :

  • Le désordre urbain ainsi que les sources de frictions et de négociations sociales (la foule, la rue, l’émeute, le voisinage, la salubrité, la prostitution, le vagabondage, la maladie, les déviances, les sociabilités en conflit, etc.)
  • Les manières de combattre le désordre (législation, légitimation de l’autorité politique ou religieuse, aménagements, prisons, hôpitaux, etc.)
  • Les discordances esthétiques et théoriques (porosité des formes, des genres et des arts ; articulation entre l’officiel et le non-officiel, entre les œuvres et les théories, etc.)
  • •    Les débats entre factions et écoles (querelles théologiques, innovations scientifiques, lieux de production du savoir, etc.)
  • Les querelles artistiques (Querelle du Cid, de Tartuffe, des Anciens et des Modernes, des Bouffons, etc.)
  • La représentation des affrontements (scènes d’agon, conflits entre personnages, récits de bataille, oppositions, inimitiés, etc.)
  • La culture de l’imprimé et les moyens d’expression des polémiques (pamphlets, libelles, satires, parodies, iconographie, chansons, poèmes, etc.)

De nature interdisciplinaire, ce colloque du CIERL accueillera les jeunes chercheurs (des étudiants à la maîtrise ou au « master » ainsi que des doctorants et postdoctorants) œuvrant dans les différents champs des sciences humaines, de la littérature à l’histoire, en passant par la philosophie et l’histoire de l’art. Les communications, inédites et en français, ne devront pas dépasser les vingt minutes allouées à chaque participant.

Les propositions de communication (titre et résumé de 250 mots, niveau d’études, ancrage institutionnel) doivent être envoyées au comité organisateur avant le 1er mars 2015 à l’adresse suivante : jeunes.chercheurs.2015(at)gmail.com

Les Cahiers du CIERL (Paris, Hermann) accueilleront les articles issus des communications après examen par le comité scientifique, formé des directeurs des Cahiers et des organisateurs du colloque.

Comité organisateur :
Simon Gosselin Rodière
Solveig Isabel-Doyon
Marie-Hélène Jeannotte
Véronique Laporte

Source : Fabula

CFP – Voyages et voyageurs au Centre de la France : L’identité d’une région vue par ses visiteurs (XVIe-XXe s.)

Voyages et voyageurs au Centre de la France 
L’identité d’une région vue par ses visiteurs (XVIe-XXe s.)

15-16 octobre 2015, 
Orléans (Hôtel Dupanloup),
organisé par

L’EA 4710 POLEN (Pouvoirs-Lettres-Normes) / l’APR LocMem (Lieux de mémoire, savoir et pouvoir en Région Centre),
Université d’Orléans.

Appel à communications

Au moment où le législateur vient de réaffirmer l’existence de la région Centre en la rebaptisant « Centre-Val de Loire », ce colloque, organisé par le laboratoire orléanais POLEN, s’intéresse aux représentations de ce territoire véhiculées par des voyageurs – autant français qu’étrangers – depuis la fin du Moyen Âge, afin de déceler d’éventuelles continuités et ruptures, des motifs récurrents et des perspectives divergentes. Il s’agit d’apporter un éclairage nouveau sur la perception et la compréhension de cette région – Touraine, Berry, Orléanais, pays chartrain et blésois –, peu définie par sa géographie, si ce n’est par la proximité de la Loire, et par conséquent ouverte aux interprétations les plus variées.

Destination de voyage ou étape sur les routes qui lient le Nord au Sud du pays, le Centre de la France a accueilli au cours de son histoire les voyageurs les plus divers.Voyageurs en quête religieuse d’abord, puisque la région est traversée par deux chemins de Compostelle, la via Lemovicensis (la voie de Vézelay) et la via Turonensis (le chemin de Tours), et abrite un nombre important de sanctuaires qui attirent à eux seuls les pèlerins, tels Chartres ou Saint-Benoît-sur-Loire.Voyageurs à la recherche de savoir et voyages d’études ensuite : dès leur fondation, les universités d’Orléans, de Tours et de Bourges sont prisées par des étudiants et savants étrangers ou venus d’autres régions françaises. Des économistes et géographes font des études des conditions locales dès le XVIIesiècle. Le folklore berrichon, les croyances et coutumes, l’architecture rurale en Sologne sont répertoriés et examinés par des ethnographes qui effectuent des études de terrain dans la région au cours des deux siècles derniers. Voyageurs artistes, puisque les paysages de la Loire, les villes et les châteaux attirent des peintres, graveurs, photographes ou dessinateurs souvent originaires de contrées lointaines. Les projets architecturaux, les châteaux en Val de Loire amènent des artistes, notamment italiens à l’époque de la Renaissance, dont les œuvres seront étudiées par des générations de visiteurs à leur suite. Voyageurs en quête de loisirs également : en premier lieu la chasse à la tradition plusieurs fois séculaire, relancée par Napoléon III en Sologne et perpétuée entre autres par les présidents de la République et leurs hôtes internationaux au XXe siècle, mais un voyageur en quête aussi d’une certaine douceur et d’un art de vivre, y compris culinaire ; avec le développement du réseau routier et ferroviaire, le tourisme individuel ou organisé se concentre, dès la fin du XIXe siècle, sur la visite des villes et des monuments historiques.  Depuis l’an 2000, le classement du Val de Loire au patrimoine mondial de l’humanité en tant que « paysage culturel » consacre la région en tant que destination de touristes venus du monde entier. Des voyageurs marchands ont parcouru la région, notamment aux grandes heures de la marine de la Loire, à savoir le XVIIIe et la première moitié du XIXe siècle. Enfin, des voyages aux finalités politiques ont amené des dirigeants d’institutions diverses à tenir au cœur de la France des réunions fondatrices ou remarquées. On songera par exemple aux importants conciles depuis le Moyen Âge à Tours, Orléans et Bourges, à la visite de Jean-Paul II en 1996, aux Etats Généraux du Royaume de France réunis par Catherine de Médicis à Orléans en 1560, ou encore au congrès de Tours du Parti socialiste en 1920, sans oublier les visites régulières et toujours scrutées des présidents français aux fêtes johanniques.

Ce colloque orléanais se propose de recenser, et de réfléchir aux visions du patrimoine ligérien que transmettent les écrits de voyage – visions d’un patrimoine naturel, matériel et immatériel (littéraire, ethnographique et linguistique). Les communications s’appuieront sur des sources variées : correspondances, guides de voyage, carnets de route, récits de voyage, documents scientifiques, photographies ou dessins.

Les contributions soumises pour approbation pourront suivre des approches diverses (historique, littéraire, géographique) et chronologiquement transversales. Les propositions s’inscriront dans les perspectives suivantes :

I. Parcours ligériens : du Grand Tour aux guides de voyages

Il est envisageable d’interroger les sources de façon sérielle, en s’intéressant aux parcours typiques, voire modèles, qui s’en dégagent. Ainsi la Touraine et le Blésois constituaient souvent une étape obligatoire dans l’itinéraire des jeunes Britanniques adeptes du Grand Tour, étape consacrée à la préparation linguistique d’un séjour plus intimidant parmi la société parisienne. D’autres voyageurs se servent de leurs lectures scolaires ou personnelles en tant que fil conducteur, parcourant la région à la recherche de lieux et « types » d’habitants qui figurent dans l’œuvre de Rabelais, Ronsard, Balzac, George Sand ou Proust, voire de romanciers historiques étrangers comme Sir Walter Scott. Les guides de voyage suivent les voies de transport fluviales, ferroviaires, automobiles et cyclistes autant qu’ils prescrivent des itinéraires et imposent des manières de voir aux voyageurs qui les consultent. De quelle manière et pour quelles raisons peut-on observer une consolidation ou, au contraire, des changements dans les préférences paysagères et patrimoniales, les hiérarchies des sites à visiter, les pratiques spatiales des touristes en itinérance dans la région ? La standardisation des itinéraires et la description factuelle que proposent les guides de voyage, de plus en plus nombreux depuis le XIXe siècle, confèrent-elles en contrepartie une certaine liberté aux récits de voyages personnels, laissant une plus grande place à l’appréciation subjective des paysages et personnes rencontrés dans la région ?

II. Paysages de Loire : regards d’écrivains et d’artistes en mouvement

De Jean de la Fontaine à Georges Simenon et Julien Gracq en passant par Gustave Flaubert, des écrivains ont laissé des témoignages de leurs voyages en Touraine, Orléanais et Berry, la plupart du temps dans leurs correspondances, mais aussi dans une véritable littérature viatique. Souvent considérés comme appartenant à un genre mineur, dévalorisés par les auteurs eux-mêmes en tant que simples « notes informelles », « esquisses » ou « pages légères » à l’instar du Voyage en France de Henry James (1884), ces ouvrages ne contribuent-ils néanmoins pas à établir certaines perspectives esthétiques sur ce Centre de la France ?  Est-il possible de cerner l’influence de la vision artistique, de la création littéraire dans l’émergence d’une certaine identité poétique et visuelle de la région ? À ce titre, on prêtera une attention toute particulière aux textes illustrés et aux relations qui s’y nouent entre représentations écrite et iconographique des lieux évoqués. D’autre part, les Beaux-Arts ont à leur tour influencé les manières de percevoir les paysages de la région, à l’instar des scènes fluviales que William Turner dessina lors de son voyage de 1828. Le colloque sera l’occasion d’évaluer cet apport esthétique à l’imaginaire ligérien.

III. L’exploration scientifique : inventorier et comprendre

Les expéditions outre-mer ont attiré davantage l’attention des historiens que l’exploration intérieure de la France. Pourtant, les entreprises de classification et de description systématique sont nombreuses : des enquêtes économiques amènent l’agronome Arthur Young dans la région à la fin des années 1780 ; un siècle plus tard, Victor-Eugène Ardouin-Dumazet se réfère encore à ce précurseur britannique quand il décrit avec empathie les efforts de régénération de la Sologne. Dans les années 1830, Prosper Mérimée, inspecteur des Monuments historiques, parcourt la région dans un souci d’inventorier l’exceptionnel patrimoine bâti. Cette initiative est suivie par une mission héliographique vingt ans plus tard. Sous l’impulsion de Georges Henri Rivière, fondateur du Musée des Arts et Traditions populaires en 1937, des enquêtes ethnographiques ont lieu en Sologne. Pour chacune de ces entreprises, on se demandera quels savoirs sur la région elle a produits et dans quelle mesure elle a pu contribuer à façonner l’image du Centre-Val de Loire.

IV. Le Centre en politique : visites, discours et représentations

La démarche savante n’exclut pas une visée politique ; ainsi Ardouin-Dumazet conclut une bonne partie de ses observations en demandant une action de l’État en faveur de l’économie locale. Des auteurs engagés se servent des sites visités comme d’un écran sur lequel ils projettent leurs idées politiques, tel Joseph Lavallée qui, en 1793, se laisse emporter par une certaine ferveur révolutionnaire en condamnant tous les témoignages architecturaux de l’Ancien Régime, omniprésents dans la région. Des récits plus contemporains expriment une sensibilité écologique en retraçant des voyages le long du « dernier fleuve sauvage » en Europe. À ces messages enchâssés dans les écrits de voyageurs s’ajoutent des descriptions d’itinéraires des représentants du pouvoir eux-mêmes, ainsi que les discours qu’ils ont pu tenir lors d’un voyage dans les territoires qui correspondent à l’actuelle région Centre, véhiculant des images de ce pays qui restent à analyser. Un grand nombre d’écrits de voyage sont expliqués par la présence royale et les déplacements d’une cour itinérante, notamment à Blois et Chambord, au début de la période retenue pour le colloque. Mais on s’intéressera également aux techniques quotidiennes du pouvoir, telles les tournées préfectorales ou les visites pastorales des évêques dans leurs diocèses, qui produisent des rapports autrement plus fins sur les conditions de vie et l’aménagement du territoire dans la région.

Ce sont ces pistes et d’autres que le colloque se propose d’emprunter, en invitant historiens, géographes, littéraires, historiens de l’art, à se pencher sur la question de la représentation de l’actuelle région Centre dans les documents produits par et pour les voyageurs.

La langue privilégiée pour les communications est le français ; l’anglais est néanmoins bienvenu. Les communications dureront vingt minutes et seront suivies de dix minutes de discussion.

Les propositions de communication, accompagnées d’un argumentaire (au maximum, une page), sont à adresser à : Anne Delouis, anne.delouis@univ-orleans.fr au plus tard le 28 février 2015, délai de rigueur. Elles seront ensuite soumises au comité scientifique ; une réponse sera envoyée aux proposants dans les plus brefs délais.

La publication des actes est souhaitée.

Comité organisateur
Anne Delouis
Irène Jourd’heuil
Christophe Speroni

Comité scientifique 
Pierre Allorant
Anne Delouis
Geneviève Haroche-Bouzinac
Irène Jourd’heuil
Christiophe Speroni

Candidature – Rijksmuseum Fellowship Programme

The Rijksmuseum houses the world’s largest collection of Dutch artistic and historical treasures, and the most complete library on Dutch art. The museum re-opened its doors to the public in April 2013 following a ten-year renovation that completely transformed the institution. For the first time in its history, the paintings, sculpture, decorative arts and historical artefacts are being shown together in a chronological display. This innovative curatorial approach presents the public with an overview of the art and history of the Netherlands from the Middle Ages to the twentieth century.

Programme
The aim of the Rijksmuseum Research Fellowship Programme is to train a new generation of museum professionals: inquisitive object-based specialists who will further develop understanding of Netherlandish art and history for the future. The focus of research should relate to the Rijksmuseum’s collection, and may encompass any of its varied holdings, including Netherlandish paintings, sculpture, decorative arts, prints, drawings, photography and historical artefacts. The purpose of the programme is to enable doctoral candidates to base part of their research at the Rijksmuseum and to encourage the understanding of Netherlandish art and history by offering students and scholars access to the museum’s collections, library, conservation laboratories and curatorial expertise. Partnership and collaboration is at the heart of these fellowships, which provide support for the museum and its research priorities, as well as its academic and non-academic partners.

Doctoral fellowships
The doctoral fellowships support individuals engaged in postgraduate studies leading to a Doctor of Philosophy (PhD) or Doctor of Science (DSc) degree.

The Andrew W. Mellon Foundation will provide one doctoral fellowship annually. This is a one-year fellowship, with the possibility of renewal for one additional year. Applications should include an outline of the proposed research, related to the Rijksmuseum’s holdings, in which objects are fundamental. A suitable project might entail research into art objects as artistic or historical sources; object-related archival research; or scientific research.

The Migelien Gerritzen Fund will enable one doctoral candidate to conduct conservation research or technical research of art works and historical artefacts. It will welcome applicants who are either conservators or scientists. This is a one-year fellowship, with the possibility of renewal for one additional year. It is funded by an endowment legacy.

The Dr. Anton C.R. Dreesmann Fund will annually or bi-annually enable one History of Art doctoral candidate from the University of Pennsylvania to conduct research at the Rijksmuseum for his or her dissertation. The fellowship is funded by a University of Pennsylvania alumna. This is a one-year fellowship, with the possibility of renewal for one additional year.

Funding for the following two fellowships was provided by Royal DSM and JLL Partners.

The DSM-JLL Fellowship will enable one doctoral candidate to conduct conservation research. Specifically, the fellowship supports conservation research or technical research on Dutch paintings. This fellowship has a one-year duration.

The JLL-DSM Fellowship will enable one doctoral candidate to conduct art historical research. The proposed research should demonstrate a particular focus on Dutch paintings. This fellowship has a one-year duration.

Terms and conditions for doctoral fellowships
Preference will be given to applicants whose doctoral research corresponds with museum research projects. Each fellow will work closely with a curator or conservator in his or her field, and will be exposed to curatorial practice. This will, in most cases, include the handling of objects and contact with the staff of the Conservation Department. Also of importance will be the communication of academic findings to a broad public in the museum through one of our educational programmes (for example specialists’ talks in the galleries). Before the start of the fellowship, the dissertation supervisor and the curator will discuss the proposed research and prepare a suitable programme with the candidate.

The value of each fellowship is €33,000 annually (before tax). The grantee will be responsible for making all arrangements for travel, accommodation, etc. The fellowship will allow for limited travel for research in art collections and archives elsewhere in Europe to a maximum value of €5,000 annually.

The fellowship will preferably result in a publication, the content and form of which will be decided by the fellow and the curator in consultation with colleagues at the Rijksmuseum.

For fellowships with the possibility of renewal after the first year of research, the following applies: The fellow’s progress will be assessed by the curator responsible for him/her in consultation with his/her supervisor(s) to determine if the renewal of the fellowship for a second year is desirable. Satisfactory performance will result in prolongation.

Applicants will be selected by an international committee.

Other research grants
The research grants below provide support for pre-doctoral, doctoral and post-doctoral candidates.

The Johan Huizinga Fund offers outstanding postgraduate candidates the opportunity to conduct historical research into objects in the Rijksmuseum collection. Candidates are invited to submit a research proposal that draws on these objects as subject material and as sources of information. The Johan Huizinga Fund Fellowship is awarded annually and comprises a grant of €16,500 (before tax) for a six-month period during which the candidate is expected to conclude the research and produce a manuscript of approximately 15,000 words in length. Manuscripts found to be of suitable quality will appear as part of the newly launched publication series Rijksmuseum Studies in History.

The Manfred & Hanna Heiting Fund enables the Rijksmuseum to annually award two postgraduate fellowships that stimulate outstanding object-based, photo-historical research by prospective curators from the Netherlands or abroad. The research is based on the National Photo Collection held by the Rijksmuseum’s Print Room. It will form the basis for an article on classical photography pertaining to original works from the Rijksmuseum’s rich holdings of photographic works and, where possible, to objects in other collections. The international research bursary of €14,412 (before tax) is for a period of six months commencing 1 September, the start of the academic year. For information on the most recent publication supported by the Manfred & Hanna Heiting Fund, see Rijksmuseum Studies in Photography.

Learn more about the National Photo Collection:
M. Boom en H. Rooseboom (ed.). Een Nieuwe Kunst. Fotografie in de 19de eeuw. / A New Art. Photography in the 19th century. Amsterdam, Gent: 1996
The collection of early photography 1839 –1860
Part of the photo collection can be consulted online.
The book collection is accessible via the online library catalogue of the Rijksmuseum.
A reading list about the collections is available on request from m.boom@rijksmuseum.nl or h.rooseboom@rijksmuseum.nl.
Applicants will be selected by a jury formed of members from the Rijksmuseum curatorial staff.

Application and procedure
The Rijksmuseum will provide office space in which the fellows can work, in order to stimulate an exchange of knowledge, ideas and experience. Access will be provided to all necessary information in the museum, as well as to the library and the resources of the Netherlands Institute for Art History (RKD) in The Hague and the University of Amsterdam.
Fellowships are open to students of all nationalities and with varied specialisms. They may include art historians, curators, conservators, historians and scientists. Candidates should have proven research capabilities, academic credentials and excellent written and spoken knowledge of two languages (English and preferably Dutch or German).

For the 2015-2016 academic year, candidates can apply for the following fellowships:
Andrew W. Mellon Fellowship
DSM-JLL Fellowship
JLL-DSM Fellowship
Johan Huizinga Fellowship
Manfred & Hanna Heiting Fellowship
Please ensure that you are fully informed about the documents required for application by following the relevant application link.

The closing date for all applications is 15 March 2015, at 6:00 p.m. (Amsterdam time/CET). No applications will be accepted after this deadline. All applications must be submittedonline and in English. Applications or related materials delivered via email, postal mail, or in person will not be accepted.

Selection will take place in April 2015. Applicants will be notified by 1 May 2015. All fellowships will start in September 2015.

Further information
For questions concerning the application procedure, contact Marije Spek, Coordinator of the Fellowship Programme (m.spek@rijksmuseum.nl), +31 (0)20-6747395.
For questions concerning the Andrew W. Mellon Fellowship, the DSM-JLL Fellowship and the JLL-DSM Fellowship, contact Frits Scholten, Senior Curator of Sculpture (f.scholten@rijksmuseum.nl), +31 (0)20-6747243.
For questions concerning the Manfred & Hanna Heiting Fellowship, contact Mattie Boom, Curator of Photography (m.boom@rijksmuseum.nl), +31 (0)20 674 7262; or Hans Rooseboom, Curator of Photography (h.rooseboom@rijksmuseum.nl), +31 (0)20 674 7299.
For questions concerning the Johan Huizinga Fellowship, contact Jan de Hond, Curator of History (j.de.hond@rijksmuseum.nl), +31 (0)20 674 7204.
Meet our research fellows
Our fellows are involved in a variety of research projects which are all related to the Rijksmuseum’s collections. Learn more about our current fellows (pdf)

CFP – William Shakespeare et la culture mondiale

Appel à communications

 William Shakespeare et la culture mondiale

Le Centre d’Études Supérieures de la Littérature lance un appel à communication sur « Shakespeare et la culture mondiale ». Le colloque international se déroulera du 21 au 23 avril 2015 à la salle de conférences de la Médiathèque de La Riche, place du Maréchal Leclerc. Shakespeare est un monument de la littérature mondiale. Une étude effectuée par le Cercle norvégien du livre, en 2002, recensa cent œuvres comme étant les meilleures de tous les temps. Une liste de 85 auteurs fut établie : 75 apparaissent une seule fois, 6 deux fois, 3 trois fois. Un seul couronne l’ensemble avec 4 apparitions. Fiodor Dostoïevski finit ainsi premier devant Shakespeare qui est deuxième, pour HamletLe Roi Lear et Othelloex aequo avec Franz Kafka et Léon Tolstoï. Par ailleurs, l’Index Translationum, géré par L’UNESCO, montre qu’il se place au troisième rang mondial des auteurs les plus traduits, juste derrière Agatha Christie et Jules Verne. La visée du colloque international est de rendre hommage au grand poète, dramaturge et écrivain anglais en 2015, date choisie en raison de sa position équidistante proche entre le 450e jubilé de sa naissance (1564-2014) et la 400ecommémoration de sa disparition (1616-2016).

Les savants, critiques, essayistes, chercheurs, universitaires, écrivains, journalistes, créateurs sélectionnés pour faire une communication discuteront non seulement de l’œuvre de Shakespeare, de l’homme, de ses sources d’inspirations, de la langue mais aussi de l’influence de ses œuvres sur les belles-lettres mondiales. Le thème « William Shakespeare et la culture mondiale » se veut ouvert, international. Il s’articule autour d’un contexte pluridisciplinaire selon les axes suivants : littérature du monde entier, art, poésie, histoire, philosophie, culture, linguistique, médecine, architecture, peinture, écologie, journalisme, cinéma, critique, etc. Toutes ces disciplines auront pour but d’éclairer le domaine des études shakespeariennes.

La publication des actes du colloque est prévue si un éditeur scientifique et universitaire accepte l’ensemble des articles. La langue officielle de travail est le français. Néanmoins, dans le cadre d’une volonté d’élargissement linguistique, toute personne parlant une autre langue pourra participer au colloque où, dans la mesure du possible, des traductions simultanées sont prévues.

Règlement

Pour proposer une communication puis un article dans le but de constituer un ouvrage de qualité, il est impératif, dans un premier temps, d’être agréé par le CESL. Les renseignements suivants doivent être envoyés par mail au cesl-2010@orange.fr :

Nom :

Prénom :

Date de naissance :

Lieu de naissance :

Nationalité(s) :

Profession, activités, lieu de travail, vos recherches, vos publications :

Adresse(s) personnelle(s) :

Pays :

Téléphone(s) fixe(s) :

Téléphone(s) portable(s) :

Courriel(s) :

Site(s) web :

Titre et résumé (1000 signes environ) de votre proposition de communication en fichier joint :

Le temps de parole est de 25 minutes maximum avec ou sans vidéo-projection. Les frais de voyage et d’hébergement sont à votre charge ou à celle de votre institution de recherche.

Instructions pour les résumés
Nous vous prions d’envoyer votre proposition d’intervention, titre et résumé (1000 signes espaces compris au maximum), avant le 28 février 2015, uniquement par courrier électronique et en fichier joint (au format Word) à l’adresse suivante : cesl-2010@orange.fr. Les personnes qui auront soumis un résumé seront averties de la décision du Directeur au plus tard entre le 1er et le 15 mars 2015 (uniquement par courrier électronique).

Instructions pour les lettres d’invitation et attestations de présence
Les personnes qui auront besoin d’un visa d’entrée en France recevront une lettre d’invitation officielle. Vous devrez prévenir Frédéric-Gaël Theuriau avant le 28 février 2015, en envoyant (par courrier électronique et en fichier joint) une copie de votre passeport qui doit être valable au moins six mois après les dates du colloque. Des attestations de présence et de participation à communiquer seront établies sur demande avant le 15 mars 2015 afin que les enseignants-chercheurs de tous horizons puissent obtenir de leur centre de recherche, université ou établissement scolaire, etc., un ordre de mission. Quant aux attestations de présence, elles ne peuvent être données qu’au moment ou à l’issue du Colloque.

Instructions pour la publication des textes de communication
Les textes des communications de 25 000 signes espaces compris (avec 2 ou 3 illustrations possibles) devront être envoyés par courrier électronique et pièce attachée (au format Word) entre le 24 avril et le 30 juin 2015 à l’adresse suivante : cesl-2010@orange.fr. Ils feront l’objet d’une sélection si besoin est en fonction de la qualité du travail. En principe, rares sont les articles écartés par le comité scientifique qui sera constitué d’ici là.

Les organisateurs : le C.E.S.L. : Frédéric-Gaël THEURIAU, la Municipalité et la Médiathèque de La Riche (contact : cesl-2010@orange.fr)

Source : Fabula.

CFP – Écritures et représentations du conflit dans la culture italienne du Moyen-âge à nos jours

SIES – Société des Italianistes de l’Enseignement Supérieur

Appel à communication – Journée jeunes chercheurs – 11 juin 2015

Écritures et représentations du conflit dans la culture italienne du Moyen-âge à nos jours 

En Italie, le conflit apparait souvent comme une forme de confrontation ancrée dans l’évolution historique et sociale nationale. Si le conflit consiste parfois en un affrontement direct, il peut également, et c’est la perspective que nous souhaitons développer, prendre la forme d’une « tenson », d’une joute verbale, d’un échange polémique. La discussion entendue comme débat dans lequel la parole de l’adversaire est aussi bien soupesée et soumise à vérification que tournée en dérision et dénaturée, s’exprime à travers des langages variés (littéraire, artistique, journalistique, etc.). Ces langages ont en commun la recherche d’un angle d’approche qui alimente à son tour la poursuite de l’échange et contribue parfois à sa virulence. Nous privilégierons les communications qui analyseront l’origine et le développement de ces conflits littéraires, sociaux, politiques. Cependant, la circulation et la réception du conflit pourront également être considérées à la lumière des prolongements, des inflexions et/ou des ruptures qu’ils suscitent.

Session Moyen Âge et Renaissance :
Cette session sera centrée sur les formes de l’échange polémique au sein des genres littéraires, de l’épître dédicatoire, à la préface, au pamphlet, etc. Les communications pourront analyser l’évolution du débat conflictuel à l’intérieur des genres qui l’hébergent et contribuent cependant à son développement. Alors que le conflit prend la forme du débat polémique au sein de l’humanisme italien, ses modalités sont multiples : « tenzone », « contrasto », l’« altercatio », mais aussi dialogue d’ascendance platonicienne, lettre dédicatoire, etc.

Session époque moderne et contemporaine :
On s’attachera dans le cadre de cette session à mettre au jour le rapport entre le conflit et l’évolution du rôle de l’intellectuel au sein de la culture et de la société italienne contemporaine. En effet, la fonction de l’intellectuel, souvent complexe et contradictoire, permet notamment aux conflits de trouver une expression à travers la presse d’opinion, les revues littéraires, les diverses écritures théâtrales, la littérature en général, le cinéma, les arts, etc.

 Comité scientifique :
Donatella Bisconti, Université Blaise Pascal-Clermont-Ferrand, Pérette-Cécile Buffaria, Université de Lorraine, Barbara Meazzi, Université de Nice-Sophia Antipolis, Flaviano Pisanelli, Université Paul-Valéry–Montpellier 3, Nicolas Violle, Université Blaise Pascal-Clermont-Ferrand.

Organisation, contact : irene.cacopardi(at)gmail.com

Les propositions de communication (assorties d’un titre, d’un résumé d’une quinzaine de lignes, d’une brève notice biographique, du nom du directeur de recherche et de l’indication du centre de recherche de rattachement) doivent parvenir avant le vendredi 21 Février 2015, délai de rigueur, aux adresses suivantes : irene.cacopardi(at)gmail.comflaviano.pisanelli(at)univ-montp3.fr

Les réponses du comité scientifique seront transmises aux intéressés le samedi 6 avril 2015. Seules seront prises en considération les propositions émanant de doctorants, ou de jeunes chercheurs ayant soutenu leur thèse moins d’un an avant cette journée des doctorants/ jeunes chercheurs, (soit avant juin 2014). Il est vivement conseillé aux doctorants de soumettre leur proposition à leur directrice/directeur de thèse avant de l’envoyer au comité scientifique de cette journée.

Source : Fabula.

CFP – Le siècle de la légèreté : émergences d’un paradigme du XVIIIe s. français

Le siècle de la légèreté : émergences d’un paradigme du XVIIIe siècle français

Journée d’études, Maison française d’Oxford, 15 mai 2015

Organisée par Marine Ganofsky (University of St Andrews) & Jean-Alexandre Perras (MFO-Voltaire foundation, Oxford)

Tandis que Voltaire écrivait à propos des Français que « la légèreté et l’inconstance ont fait le caractère de cette aimable nation », Caraccioli remarquait qu’« il y a longtemps qu’on accuse les Français de légèreté », mais « il y a longtemps qu’ils ne cherchent pas à s’en corriger ». Si la légèreté devient une question nationale pour la France du XVIIIe siècle, c’est surtout afin de promouvoir les « vertus civiles » dont elle serait le lieu par excellence. La nation française serait trop inconstante pour être sérieusement mauvaise. Cependant, cette légèreté du siècle ne fait pas l’unanimité, loin s’en faut, et plusieurs auteurs condamnent l’inconséquence d’esprit propre à leur siècle, faisant de la légèreté l’un des paradigmes autour duquel tout un siècle se définit, ou contre lequel il s’insurge. Mais cette notion ne concerne pas uniquement ces questions de morale, et s’applique à tous les domaines des connaissances humaines. Les amateurs louent la légèreté des œuvres qu’ils commentent, les auteurs allègent leur plume afin de la faire mieux courir, les scientifiques s’interrogent sur cette qualité de la matière… Enfin, couronnant le siècle de la légèreté, le ballon des frères Montgolfier et autres aérostats flottent dans l’azur et enchantent en les survolant les foules enthousiastes. Le siècle le plus léger est aussi celui qui s’est le premier élevé jusqu’aux cieux.

Propre à la façon dont le siècle se construit et se perçoit, la légèreté du XVIIIe siècle habite encore l’historiographie de la période. Pour ses successeurs, les représentations du XVIIIe siècle ne se limitent pas à un siècle des Lumières sérieux et progressiste, mais construisent aussi un siècle de la Légèreté, futile et immoral. Entre la bourgeoisie industrieuse du XIXe siècle considérant avec quelque nostalgie les voluptés des fêtes galantes, et l’intérêt de notre époque célébrant la frivolité (et la commercialité) du siècle de Marie-Antoinette et de Fragonard, il est certain que le XVIIIe siècle en sa légèreté n’a jamais cessé de séduire. Enfin, depuis quelques décennies, l’intérêt des universitaires, des romanciers, des cinéastes et des artistes pour cet aspect du XVIIIe siècle a beaucoup contribué à la pérennité, auprès d’un public de plus en plus vaste, du fantasme d’un dix-huitième siècle frivole, galant, voluptueux, riant : léger.

Ainsi, qu’elle soit l’objet d’une conquête (scientifique, morale, esthétique, etc.) ou de constructions historiques, la légèreté du XVIIIe siècle s’impose comme un paradigme dont il s’agira de soulever les enjeux, dans une perspective critique et historiographique. Cette démarche sera l’objet d’une journée d’études interdisciplinaire, qui aura lieu à la Maison française d’Oxford, le 15 mai 2015.

  • Quels liens les développements des belles-lettres françaises au XVIIIe siècle entretiennent-ils avec la notion de légèreté ? Dans quelle mesure l’opposition à lagravitas des Anciens a-t-elle contribué à définir une certaine légèreté stylistique correspondant aux modes littéraires et permettant d’explorer de nouvelles possibilités littéraires ? Par ailleurs, plusieurs genres littéraires étaient accusés de publier une dangereuse futilité et une frivolité coupable : ainsi des contes et des romans ; dans quelle mesure les auteurs ont-ils répondu à ces accusations ? Ou encore, la littérature française abonde en personnages légers, depuis les petits-maîtres jouisseurs et inconstants jusqu’aux sylphes et autres personnages plus ou moins palpables, en passant par les femmes et les petits abbés « à vapeurs ».
  • Les mémoires et les correspondances des contemporains abondent en commentaires et en réflexions faisant état de la légèreté du siècle. Quelles représentations ont inspiré pareils discours ? Dans quelle mesure ont-ils contribué à façonner la postérité d’un XVIIIe siècle comme siècle de la légèreté ?
  • Dans le domaine de la philosophie, plusieurs essais ont été écrits qui mettent en scène la frivolité, la joie, le plaisir sous un jour avantageux, tandis que la morale elle-même, peut-être en cherchant l’équilibre entre le docere et le placere, a été absorbée dans des récits plaisants et d’apparence superficielle, en cherchant à s’exprimer à travers des contes faits à plaisir et autres fables légères.
  • Dans les arts visuels et la critique d’art naissante, la légèreté peut être vue comme une qualité essentielle du peintre, tout en se faisant sujet de ses compositions, dont les « fêtes galantes » de Watteau, la Bulle de savon de Chardin, l’Escarpolette de Fragonard ou l’Oiseau mort de Greuze peuvent être des représentants exemplaires (pour les contemporains comme pour la postérité) de la légèreté morale du siècle.
  • En architecture, la légèreté a été définie comme « le peu de matière » et l’ouverture de la structure. Comment ces qualités ont-elles été interprétées par rapport aux différents styles architecturaux comme le gothique, le rococo, etc. ?
  • En musique, dans quelle mesure la légèreté est-elle une caractéristique du style français ; en quoi, par exemple, est-elle un enjeu de la Querelle des Bouffons?
  • En histoire des sciences et de la médecine, entre la théorie des vapeurs et les ballons des frères Montgolfier, comment la légèreté devient-elle un élément central dans les efforts accomplis pour comprendre ou maîtriser la nature ?
  • Enfin, d’un point de vue historiographique, quelle fortune critique la légèreté du XVIIIe siècle a-t-elle connu au cours des siècles suivants? Comment les différentes nations d’Europe, de même que les périodes suivantes se sont-elles définies à travers ou par opposition à la légèreté du XVIIIe siècle français ? Qu’indiquent ces représentations quant aux  cultures et aux époques qui les ont façonnées ?

Nous invitons les personnes intéressées à nous faire parvenir une proposition de communication d’environ 300 mots, ainsi qu’une courte bio-bibliographie, avant le 15 février 2015, aux adresses suivantes :

Mg216@st-andrews.ac.uk
jean-alexandre.perras@mod-langs.ox.ac.uk

Avec le soutien de:

  • Society for French Studies
  • TORCH (The Oxford Research Centre in the Humanities)
  • The Voltaire Foundation 

CFP – Héroïsme féminin, héroïnes et femmes illustres, XVIe et XVIIe s. : une représentation sans fiction

Héroïsme féminin, héroïnes et femmes illustres, XVIe et XVIIe siècles : une représentation sans fiction

Strasbourg, 28-30 janvier 2016

Il n’est sans doute pas innocent qu’en 1647, Vaugelas ouvre ses Remarques sur la langue française par une série de considérations sur la prononciation de héros, différentes d’héroïne et d’héroïsme : la famille lexicale est sur toutes les langues, au masculin comme au féminin. Si l’on en croit le lexicographe, le rapport entre les genres est d’équivalence lorsque le siècle s’achève. L’héroïne se définit comme une « fille ou femme qui a des vertus de héros, qui a fait quelque action héroïque » : la Pucelle d’Orléans, Judith, Lucrèce (Furetière, Dictionnaire Universel, 1690). On n’a jamais autant écrit sur les héroïnes et femmes illustres pendant le siècle qu’entre la Renaissance et 1650, où le dérivé féminin du grec herôs connaît une fortune extraordinaire ; tout y concourt, en un temps où la régente Anne d’Autriche fait l’objet d’éloges dithyrambiques, avant que la Fronde n’ait raison de cette inflation, tandis que le XVIIIe siècle s’ouvrira sur l’acte symbolique de la destruction sur ordre de Louis XIV (1711), quatre ans avant la fin du règne, des traces physiques de l’abbaye de Port-Royal des Champs, haut lieu de la geste héroïque collective des religieuses et des Solitaires qui ont vécu jusqu’au sacrifice la revendication de la liberté de conscience pendant toute la seconde moitié du siècle.

Que les XVIe et XVIIe siècles aient été ceux d’une reconnaissance autant que d’une exaltation d’un héroïsme féminin n’est pas une nouveauté : la fin des années 1970 a été marquée par le renouveau d’intérêt pour la vogue centenaire des éloges des femmes, à la suite de la diffusion grâce à l’imprimé du De Casibus de Boccace, ou au succès du De praexcellentia foeminei sexus de Cornelius Agrippa et de ses suiveurs; les Querelles des femmes qui ponctuent ces deux siècles sont désormais bien documentées, ainsi que la vogue pour les ouvrages consacrés aux femmes fortes et à leur réception en fiction, sur la scène ou en peinture. La recherche en histoire, histoire de l’art et histoire littéraire a mis en valeur le caractère particulièrement marquant de grandes figures féminines, reines, filles et soeurs de roi, grandes aristocrates prêtes à monter sur les barricades, dames de Lettres en leur salon ou saintes aux destinées extraordinaires.

Des illustres aux héroïnes, il n’y a qu’un pas, que la fiction a franchi aisément. Pour autant, il vaut la peine de revenir sur les modalités de qualification d’un héroïsme féminin hors du domaine de l’invention littéraire ou artistique, dans l’hypothèse d’une proximité plus étroite avec la vie morale et ses représentations dans une littérature non fictionnelle, à une période historique où la diffusion du néoplatonisme épurant le sentiment amoureux revivifie à terme les valeurs courtoises, où un augustinisme condamnant la vanité politique dont Charles Quint à l’Escurial reste sans doute l’image la plus frappante et où la crise des valeurs guerrières – celles qui qualifient le « héros » mi-homme, mi-dieu – avec les guerres de Religion a laissé une place inégalée jusqu’alors aux femmes, et non plus seulement à des femmes, sur le devant d’une société en pleine mutation. L’image du héros, au masculin comme au féminin, enregistre les mutations de l’idéal héroïque sur une longue durée. Si le héros est celui qui agit sur le champ de bataille, l’héroïne de la première modernité, quant à elle, ajoute à la prouesse militaire à laquelle elle ne répugne pas toujours, la piété, la sagesse, la culture, la chasteté et la beauté : autant de qualificatifs récurrents sous la plume d’Hilarion de Coste au long de sesLes éloges et les vies des reynes en 1630. Depuis les Guerres de religion, un capitaine (Brantôme), jusque bien au-delà de la Fronde, un sceptique (Montaigne), un augustinien (La Rochefoucauld), les chrétiens du « Petit Concile » (Fleury, Fénelon, La Bruyère), un libertin (Fontenelle), critiquent l’illusion de la gloire et de l’héroïsme guerrier, tandis que chez les mémorialistes la dénonciation de la morale de l’intérêt, des motifs privés et des passions négatives mine l’image héroïque des Grands et n’épargne ni les femmes ni les hommes. Comme un démenti opposé à la leçon générale issue du « monde », c’est dans une confrontation non moins violente avec les événements historiques, une fois qu’après la Fronde le pouvoir fut transféré aux mains d’un monarque absolu, que s’est développée la mise en mémoire de la résistance héroïque du couvent féminin de Port-Royal, sous l’autorité d’abbesses éminentes, à travers une multitude d’écrits conjuguant écriture personnelle et expression collective (ViesRelations, correspondance).

C’est cette construction d’un héroïsme féminin et de ses critères à travers les textes, hors des seuls codes de la fiction, en particulier romanesques, et à travers les mémoires, les biographies, les ouvrages traitant d’histoire ou de morale, les correspondances, qui pourrait retenir l’attention à l’occasion du présent colloque. Cette problématique, signifiante dans l’histoire des représentations, questionne notre modernité. Il se propose de reformuler une lecture féminine, mais pas nécessairement féministe, de l’engouement pour la figure féminine aux XVIe et XVIIe siècles, non seulement dans les représentations (femmes fortes, personnalités féminines historiques ou privées), mais aussi dans la réception de ces représentations, aussi bien à travers les faits et gestes qu’à travers un imaginaire collectif, en synchronie autant qu’en diachronie longue.

Les communications pourront concerner les champs suivants:

  • Constellation lexicale et constellation imaginaire: naissance et usages du mot « héroïne », et ses variations, ses synonymes, les évolutions de ses emplois (héroïsme et gloire, héroïsme et vertu, héroïsme et mérite, héroïsme et divinisation des valeurs féminines, héroïsme et courage, héroïsme et grandeur, héroïsme et magnanimité…)
  • Critères d’un héroïsme féminin v/s critères d’un héroïsme masculin : un héroïsme sans action d’éclat et sans gloire dans le monde ? Un héroïsme du quotidien et de l’humilité, sans coup d’éclat exceptionnel ? Un héroïsme de la prudence ? Comment la beauté se concilie-t-elle avec la notion d’héroïsme ?
  • Inconscient et non-dits : Y a-t-il un discours moral particulier attaché à de telles constructions mentales ? Existe-t-il une démarcation masculin/féminin dans le combat contre les passions que recommandent les moralistes ou les grandes figures spirituelles ?
  • Paradigmes et modèles : Comment, aux XVIe et XVIIe siècles, se constitue un modèle féminin d’héroïsme et de culture lettrée et mondaine ? Quelles sont les modalités d’élaboration d’un héroïsme féminin de plume ? Peut-on identifier un Panthéon des figures historiques de l’héroïsme féminin, littéraires et plastiques, Jeanne d’Arc, Marie Stuart ? Quelle part l’histoire contemporaine accorde-t-elle à la figure féminine héroïque ? Quels paradigmes la vie spirituelle et religieuse propose-t-elle, dans les confessions catholique et réformée, quel usage l’autorité, le fidèle en font-il ?
  • Héroïsme et politique : peut-on parler d’un usage politique des héroïnes, comment se constituent leurs légendes, blanche ou noire selon les besoins, pour quelle fortune?
  • Héroïsme et genre littéraires : comment se construire en héroïne, existe-t-il des stratégies discursives de l’écriture mémorialiste, épistolaire ou diariste chez les écrivaines des XVIe et XVIIe siècles ?
  • Réception : Comment envisager en réception longue les tendances hagiographiques d’une historiographie de ces figures à l’époque contemporaine ? Quels sont les pièges et les points aveugles de l’héroïsme féminin de la première modernité ?

Les propositions (300 mots) sont à envoyer avant le 15 février 2015 aux personnes suivantes :
Gilbert Schrenck (gschrenck@wanadoo.fr)
Pascale Thouvenin (thouve@unistra.fr)
Anne Spica (anne-elisabeth.spica@univ-lorraine.fr)

Source : Fabula.

CFP – Max-Planck Summer Academy for Legal History

The Max-Planck Summer Academy for Legal History, offered by the Max Planck Institute for European Legal History (MPIeR), provides an in-depth introduction to methods and principles of research in legal history. Although its main focus is on European legal history, there is special emphasis on global perspectives on legal history. It addresses a selected group of highly motivated early-stage researchers, usually PhD candidates, working on a research project with an interest in the basic research of historical formation and transformations of law and other normative orders.

The academy consists of two modules and lasts two weeks; the first week provides an introduction to the study of sources, methodological principles, as well as theoretical models and controversial research debates on basic research fields of legal history (module 1). During the second week the participants discuss a special research theme and develop their own approach to the theme (module 2).

Déposer sa candidature :

Prerequisites for participation are an above-average university degree and a very good command of written and spoken English. Knowledge of German is not a prerequisite. Additionally, candidates are required to work on an individual research project in legal history or related disciplines.

A complete application contains the following documents:

  • CV
  • Project draft of approx. 10 pages reflecting and making reference to the special theme of the Summer Academy. The main research questions and outline of the project or doctoral thesis should be the focus of this draft.
  • Brief letter of motivation: Applicants should write a short statement of no more than two typed pages in English as to why they wish to take part in the summer academy and whether they have previously studied legal history.

Applications have to be submitted by March 1st, 2015 in electronically form only (max. 10 MB) to summeracademy(at)rg.mpg.de

Participants will be selected and notified by mid April 2015.

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir 

CFP – 5e Colloque RefoRC 2015 Louvain

The Fifth RefoRC Conference 2015 will be held May 7-9, 2015 and will hosted by the Katholieke Universiteit Leuven.

Short Papers and General Attendance

The conference is open to individual short paper presentations (20 minutes presentation, 10 minutes discussion) and to thematic sessions of two or three short papers. It is also possible to attend the conference without presenting a paper. While we encourage papers on the conference theme, papers can focus on all disciplines related to the 16th century reformations, such as arts, philosophy, law, history, theology etc., independent of the theme of the plenary papers.

Short Paper Submission and Registration

Short paper proposals and registrations can be submitted via the registration form. Short paper proposals are welcome beforeFebruary 15, 2015.

Theme of Plenary Papers

The theme of the plenary papers is: Crossing Borders: Transregional Reformations.

In recent decades, the field of transnational/transregional history has yielded novel insights: the constant movement of persons, goods, ideas, books and images across boundaries induced a transfer of culture and knowledge shaping the early modern world much more profoundly than previously thought. Although alert to the universal aspect of religion, theologians and (church) historians are only starting to apply this methodology to the study of religious reform in the sixteenth century.

The conference aims to emphasize the shift in the field of Reformation Studies to a cross-border and multi-confessional approach: How were religious exile, confessional identity and transregional transfers connected? What were the routes and networks of religious reform, along and across borders? How did the printing press support transregional exchange? In what ways did global, transregional and local dimensions of religious reform interact?

The Fifth RefoRC Conference Leuven explores transregional dimensions of the Catholic and Protestant Reformations in the early modern period.

Communication

General communication of the conference is in English, but also papers in French and German will be welcomed. Presenters who prefer to give their paper in French or German, are invited to provide the audience with an English summary of about 150-200 words.

Conference Volume

The conference volume will be published by Vandenhoeck & Ruprecht in the series Refo500 Academic Studies (R5AS) and contains all plenary papers and a selection of short papers. Another publication venue is the Journal of Early Modern Christianity (JEMC).

Manuscripts for the conference volume can be submitted to theRefoRC 2015 Organisation Team. All other manuscripts can be submitted to Tarald Rasmussen. Editors will decide on publication.

Source : The Reformation Research Consortium.