Archives de catégorie : Billets

Parution – Antiquitates et Lumières. Étude et réception de l’Antiquité romaine au siècle des Lumières

Ouvrage paru sous la direction de Marco Cavalieri (UCLouvain) et Olivier Latteur (UNamur/UCLouvain)

Ce volume entend aborder l’étude et la réception de l’Antiquité romaine au cours du 18e siècle : recherches d’antiquaires,  établissement de collections, rapport des autorités au passé romain… Il s’agit d’un domaine de recherche relativement peu traité mais particulièrement riche et fécond : il fournit non seulement un éclairage intéressant sur l’histoire intellectuelle du siècle des Lumières mais aussi sur l’histoire politique, les autorités « éclairées » prenant à cœur de mettre en valeur le passé romain des régions qu’elles administraient, et sur l’histoire sociale de cette période.

Ce volume, qui constitue le prolongement des réflexions menées lors d’une journée d’étude à Louvain-la-Neuve (6 octobre 2017), propose un panorama vaste mais structuré illustrant les liens existant entre antiquarisme, histoire romaine et Lumières.
 
L’ouvrage est dès à présent disponible via les Presses Universitaires de Louvain (https://pul.uclouvain.be/book/?GCOI=29303100187360).”

Conférence – Le théâtre comme machinerie émotionnelle : la mise en scène du “Sabinus” (1695) par François Passerat sur la base de l’édition bruxelloise de Georges de Backer

Conférence de Madame Sabine Schmitz, Professeure à l’Université de Paderborn, Allemagne – Chercheure invitée de l’Institut INCAL

Titre: “Le théâtre comme machinerie émotionnelle : la mise en scène du Sabinus (1695) par François Passerat sur la base de l’édition bruxelloise de Georges de Backer”

Date: 5 décembre 2017 (12h45-14h00)

Lieu: Louvain-la-Neuve, Collège Erasme, ERAS 61

 

CFP – Time and Temporality in Medieval and Early Modern Art

Time and Temporality in Medieval and Early Modern Art

Lieu : The Open University of Israel, Raanana
Date(s) : 18–19 mai 2016
Date limite de réponse à l’appel : 31 décembre 2015
This conference strives to expand the existing body of research by exploring the inventive nature of forms and ways of reckoning time in art. We hope papers will consider questions such as: What is the phenomenology of works of art representing ever-stretching, eternal, or circular time? How has the idea of linear and progressive historical time been appropriated or challenged in artistic objects and works? What is the nature of the artwork when submitted to different regimes of historical temporality? What are the specific artistic devices that give form to past appropriation and temporal experience? What is the nature of the work of art that records the passage of time in nature? How has the notion of time been used for purposes of patronage and identity?

Lire l’appel à communications en entier

Publication – MARIAGE Florian, Bailli royal, seigneurs et communautés villageoises. Jeux et enjeux de pouvoirs en Tournaisis de la fin du 14e à la fin du 16e siècle

xxx_SBH_xxx_Mariage_kaft_low-res-page-001

Le Tournaisis, entre le XIVe et le XVIe siècle, n’est qu’une poussière à l’échelle du royaume de France puis, après 1521, des Pays-Bas de Charles Quint. Cette petite province frontalière, parcourue d’enclaves et assez densément peu-plée – environ 15000 habitants au XVIe siècle –, pèse peu dans le rapport de force politique régional qui donne la part belle à la puissante cité épiscopale de Tournai. La soixantaine de paroisses rurales qui la composent est, depuis 1383, réunie en un bailliage royal qui constitue le cadre administratif intermédiaire et exerce la ­plupart des prérogatives régaliennes dans la province. Lors de son instauration en 1383, ce bailliage se superpose et concurrence d’anciennes cours féodale et allodiale du Tournaisis ; il est lui-même doublé par des États provinciaux développés au XVIe siècle pour répondre aux besoins de la fiscalité directe gouvernementale. Au niveau local, les pouvoirs sont extrêmement fragmentés en un panel diversifié de seigneuries, reposant sur des échevinages à variantes multiples. Ceux-ci encadrent des communautés villageoises relativement peu organisées, confinées à une responsabilité et une initiative paroissiale.

Dans les villages du Tournaisis, l’imbrication des cadres seigneuriaux, l’énorme poids politique et économique de Tournai et la forte influence institutionnelle flamande participent à figer dans la diversité les équilibres existants. L’État « moderne » qui se développe à partir de la fin du Moyen âge laisse une très large place aux structures héritées de la féodalité. En Tournaisis, le pouvoir est plus partagé que centralisé, la concurrence institutionnelle davantage horizontale que verticale. À tous les niveaux, il existe une certaine ambiguïté et une souplesse des institutions qui s’adaptent, en fonction des circonstances, répondant tantôt aux exigences de la centralisation gouvernementale, tantôt participant à la promotion et à la représentation des forces locales.

Présentation de l’ouvrage

Le mercredi 30 septembre 2015 à 18h30 aux Archives de l’État à Tournai. Rue des Augustins, 20 (tel. 069/22.53.76)

A cette occasion, l’ouvrage sera mis en vente au prix de 29,95 €.

On pourra l’acquérir ensuite aux Archives de l’État.

A propos de l’auteur

Florian Mariage est né en 1978. Après une licence en histoire puis en archéologie et histoire de l’art, il a participé entre 2001 et 2014 à différents projets de recherche touchant l’histoire et l’archéologie médiévale et moderne du Hainaut et du Tournaisis. Il travaille actuellement au sein de l’Agence de l’Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai.

Cet ouvrage est le fruit d’un doctorat « transfrontalier » (UCL – Lille 3) mené au sein des Archives de l’État à Tournai entre 2009 et 2013, focalisé sur le développement de l’administration et des relations de pouvoirs entre les différents niveaux institutionnels du Tournaisis. La thèse qui en découle a reçu en 2014 le prix Pro civitate de l’Académie royale de Belgique.

CFP – Fabrications: Designing for Silk in the Eighteenth Century

Fabrications: Designing for Silk in the Eighteenth Century

The Courtauld Institute of Art, Somerset House – Strand  (London)
Vendredi 4 septembre 2015

Argument
Joubert de la Hiberderie’s Le Dessinateur d’étoffes d’or, d’argent, et de soie (1765) was the first book to be published on textile design in Europe.  In preparation for the publication of an English translation and critical edition of the text this one day conference calls for papers that will analyse, critique, contextualise, review or otherwise engage with the Le dessinateur in the light of its themes: production, design, technology, education, botany and art.  Joubert’s manual argues for both a liberal and a technological education for the ideal designer.  Such a person must, he argues, have detailed knowledge of the materials, technologies and traditions of patterned silk in order successfully to propose new designs; he or she must also have taste and an eye for beauty, which call, he says, for travel in order to see both the beauties of nature and those of art gathered in the gardens and galleries of Paris and the île de France.

We invite contributions from historians – of the book, of art and design, of science, of technology, and of matters social, industrial and economic.  General questions we hope the conference will consider are: Who did Joubert hope to address through his book and to what end?  What was the international reach of the book?  And what other texts were its competitors?  What does Le Dessinateur tell us about the status, role and skills of the designer?  How did attitudes to gender inform Joubert’s notion of design and manufacture?  How did his ideal designer compare to what we know about the careers and livelihoods of designers at Lyons and elsewhere?  What relationship did Joubert envisage between design and technology, drawing and weaving?  We welcome proposals that address silk in its uniqueness and also those attentive to its relations of difference and similarity to other textile technologies.  Finally, we welcome submissions from writers and critics on contemporary textiles interested in thinking about issues of fabric threaded through concerns and examples from the past.

Whatever the historical perspective, we  call for submissions that engage with the priorities and explicit arguments of Joubert’s text and also those that look at it awry: for example, with a view to the phenomenology as well as the technology of production, or with respect to the cut, tuck and fold as well than the plane in design, with regard also to the iterations of pattern in use as well as the invention of singular design motifs, or to give one last example, in relation to tradition and memory as well as novelty and fashion.

Submission guidelines

Please send your proposed title, a brief 150 word abstract and a short CV to Katie Scott (katie.scott@courtauld.ac.uk) and Lesley Miller (le.miller@vam.ac.uk) by Friday 4th September

Some financial support for travel expenses may be available.

Scientific and organising committee

  • Prof. Katie Scott (from the Courtauld Institute of Art)
  • Prof Lesley  E. Miller (from the Victoria and Albert Museum and University of Glasgow)

CONTACTS

  • Lesley Miller, courriel : le.miller@vam.ac.uk
  • Katie Scott, courriel : katie.scott@courtauld.ac.uk

Publication – T. Brook, La carte perdue de John Selden. Sur la route des épices en mer de Chine,

Timothy Brook, La carte perdue de John Selden. Sur la route des épices en mer de Chine, trad. O. Demange, Payot (Histoire Payot), mars 2015, 304 p., 21€
la carte perdue pg.indd
Présentation éditeur
La Carte perdue de John Selden est une fascinante intrigue à tiroirs qui nous emporte des mers de l’Extrême-Orient jusqu’à l’Angleterre de Jacques Ier Stuart, sur les traces d’une mystérieuse carte de Chine de 1608 dont John Selden, orientaliste convaincu, fut le dernier propriétaire.
Découvrant cette immense carte unique en son genre au sous-sol de la Bodleian Library d’Oxford, où elle dormait depuis plus de trois siècles, Tim Brook décide d’en percer les secrets. Et c’est ainsi qu’à partir d’une insolite rose des vents, de deux papillons du désert de Gobi, d’un ambitieux capitaine de Chine et d’un faisceau de routes commerciales, il nous entraîne dans le sillage des majestueuses jonques chinoises. D’Est en Ouest – de Goa, Nagasaki, Quanzhou ou Manille à Amsterdam, Anvers ou Londres -, ces «navires du trésor» convoyaient précieuses épices, délicates porcelaines et estampes pornographiques japonaises…
Un modèle de construction narrative et une plongée dans l’histoire-monde, servis par un art consommé du récit et du suspens, qui ont été salués par la presse américaine et anglaise.« La Carte perdue de John Selden est un voyage picaresque, entrelacé d’apartés qui recèlent chacun un joyau de perspicacité » (Financial Times).

Cycle de conférences – Carolus Festival

VISITBRUSSELS et ses partenaires se sont associés afin de proposer une programmation touristique qui renforce la notoriété et la visibilité nationale et internationale de Bruxelles dans le paysage culturel et patrimonial autour du thème de Charles Quint et de son époque. Cette collaboration a pour objectif de développer cette thématique d’année en année afin de satisfaire les amateurs d’histoire et de patrimoine.

Pourquoi Charles Quint ?
Pour certains, cet empereur est un précurseur de l’unité européenne. Mais n’exagérons rien : il a fait la guerre à trois reprises à François Ier, roi de France et ses relations avec Henri VIII, roi d’Angleterre, n’étaient pas moins orageuses. Mais ce que l’on peut dire avec certitude, c’est que sous le règne de François Ier, Henry VIII et Charles Quint, l’Europe du Moyen Age bascule dans les Temps Modernes et que de ces trois souverains, Charles Quint est le plus puissant.

Pourquoi Bruxelles ?
L’époque de Charles Quint a marqué le destin de la ville. Pendant son règne qui dure 40 ans, de 1515 à 1555, c’est à Bruxelles qu’il passe le plus temps, faisant de la ville un centre de pouvoir pour son immense empire ” où le soleil ne se couche jamais “; c’est dans la grande salle d’apparat de son palais de Bruxelles qu’il choisira d’ailleurs d’abdiquer en faveur de son fils Philippe II.

Programme conférences 2015

Erasme et le prince Charles

(NL traduit simultanément en FR)

Date : 21 mai – 20h
Conférencier : Wim Blockmans, professeur émérite d’histoire médiévale à l’Universiteit Leiden.
Organisateur : en collaboration avec le Masereelfonds
Entrée gratuite sur réservation (02/521 13 83 ou info@erasmushouse.museum)
Maison d’Erasme – rue du Capitre, 31 – 1070 Bruxelles.
Desiderius Erasmus entretenait d’étroites relations avec la cour des Pays-Bas. Il a rédigé son ‘Éducation du prince chrétien’ pour le jeune prince qui deviendrait Charles Quint. De nombreux autres écrits d’Érasme témoignent de ses positions tranchées en matière d’éthique du pouvoir. Mais l’empereur Charles n’était pas le meilleur élève du grand maître…
Durant cette conférence du Prof. Wim Blockmans, deux lecteurs interpréterons des fragments de l’œuvre d’Érasme.

L’image du palais du Coudenberg au cœur de la ville ancienne

Date : 14/5 – 18h30
Conférencier : Stéphane Demeter, Historien au Service public régional de Bruxelles
Musée de la Ville de Bruxelles – Grand-Place – 1000 Bruxelles
prix : € 4 / Réservation : 02/279 43 50 – www.museedelavilledebruxelles.be
Les nombreuses peintures et gravures du Coudenberg, conservées au Musée de la Ville de Bruxelles, sont de véritables sources historiques. Elles illustrent précisément la place qu’occupait le palais dans la ville du XVIe siècle tant d’un point de vue politique que d’un point de vue social. À l’occasion de cette visite-conférence, le musée sortira de ses réserves quelques documents exceptionnels.

Les tapisseries de la Ville de Bruxelles. Une collection en contexte

Date : 6 /6 – 10h
conférencier : Cecila Paredes
Musée de la Ville de Bruxelles – Grand-Place- 1000 Bruxelles
prix : €4 /réservation : 02/279 43 50 – www.museedelavilledebruxelles.be
Pendant des siècles, l’excellence des tapisseries provenant des ateliers bruxellois a établi la renommée de la ville bien au-delà des frontières des Pays-Bas méridionaux. Admirés par les visiteurs étrangers, convoités par les élites princières et religieuses, ces objets d’un luxe inouï se sont frayé un chemin à travers l’Europe, assumant une part importante de l’apparat princier.
À l’occasion de la sortie de l’Historia Bruxelles et la tapisserie

Le triomphe d’Isabelle, petite-fille de Charles Quint

Date : 15/9 – 19h30
conférencier : Sabine van Sprang
Musée du Grand Serment Royal et de Saint-Georges des Arbalétriers de Bruxelles
Entrée par l’Impasse du Borgendael / Place Royale 7 – 9 / 1000 Bru
Prix €6 ;5€ membres arbalétriers
réservation : museum@arbaletriers-saintgeorges.be – www.arbaletriers-saintgeorges.be
Docteure en histoire de l’art et archéologie et conservatrice de la section Peinture flamande des XVIe et XVIIe siècles aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique. Nous fêtons cette année le 400ème anniversaire de l’exploit de l’archiduchesse Isabelle, devenue Reine des Arbalétriers du Grand Serment en abattant le papegai en 1615. Les réjouissances qui ont suivi ont été immortalisées par le peintre Denis van Alsloot et ses collaborateurs en une série de huit tableaux dont sept ont pu être identifiés. L’analyse des peintures par le Dr Sabine van Sprang permet d’en comprendre les implications politiques, historiques, religieuses, architecturales et folkloriques.

À quel point Bruxelles est-elle orange

(NL traduit simultanement en FR)

Date : 2/6 – 19 h
Conférencier : Roel Jacobs
Organisateur Masereelfonds en collaboration avec le Davidsfonds
Musée du Grand Serment Royal et de Saint-Georges des Arbalétriers de Bruxelles
Entrée par l’Impasse du Borgendael – Place Royale 7-9 1000 Bruxelles
prix : €6 – 4€ membres Masereelfonds / gratuit membres des arbalétriers
Info et réservation : www.masereelfonds.be – +32( 0)2/502 38 80
Les Belges savent que leurs voisins du nord voient orange dès qu’il est question de leur maison royale ou de leur équipe de foot nationale. Mais combien de Belges – et de Néerlandais – savent-ils que cette histoire est bruxelloise ? La famille de Nassau a joué un rôle très important dans l’histoire de Bruxelles et Bruxelles a joué un rôle très important dans l’histoire de la famille de Nassau. Leur présence dans la ville est une illustration frappante du rôle politique international de Bruxelles aux 15e-16e siècles. Roel Jacobs nous emmène, durant son exposé, à bord d’une machine à remonter le temps à la découverte de cette page fascinante de l’histoire bruxelloise.

André Vésale et le Coudenberg

(NL traduit simultanement en FR)

Date : 24 /6 – 19h30
Conférencier : Paul Broos/KU Leuven
Organisateur en collaboration avec le Davidsfonds)
Coudenberg- entrée 5 rue Villa Hermosa – 1000 Bru
€ 6 – réservation brussel@davidsfonds.be, 0479/10.22.89 – www.brussel.davidsfonds.be
André Vésale (1514 – 1564) a été le premier à critiquer vivement la doctrine réputée infaillible de Galien. Il a magnifiquement décrit l’anatomie du corps humain.
Vésale a effectué des travaux de recherche à Paris et Louvain mais c’est durant son séjour de six ans à Padoue, de 1537 à 1543, qu’il marque réellement la science de son empreinte. Il est le premier à accompagner de belles illustrations, correctes d’un point de vue anatomique, d’un texte de haute valeur scientifique. Mais saviez-vous que la famille Vésale entretient un lien particulier avec le Palais de Bruxelles ? Non seulement André, mais également ses aïeux, étaient déjà liés à la cour. Après une carrière scientifique bien remplie, André junior entre en 1544 au service de Charles V comme médecin de la cour mais aussi comme … chirurgien militaire ! André est également présent lorsque, le 25 octobre 1555, Charles abdique dans la grande salle du palais de Bruxelles. Philippe II est désormais son maître. Celui-ci l’envoie en 1559 au chevet de son beau-père Henri II de France, mourant. Mais André ne peut que prédire la mort prochaine du souverain. L’œuvre de Vésale peut sans conteste être considérée comme l’un des plus grands trésors de notre civilisation occidentale. Son chef-d’œuvre De Humani Corporis Fabrica et l’Epitome qui l’accompagne, publiés pour la première fois à Bâle en 1543, marquent le début définitif de la science moderne, basée sur l’observation et la recherche. Vésale mérite sa place parmi les plus grands médecins de tous les temps aux côtés d’Hippocrate, Galien, Harvey et Lister.

Colloque – 09-10/04/2015 – Identifier les personnes dans l’espace atlantique (18e – fin 19e s.)

Identifier les personnes dans l’espace atlantique. Entre contrôle et garantie (18e – fin 19e siècle) 
Colloque international

Coordination : Mathieu AGUILERA (École des hautes études hispaniques et ibériques, Casa de Velázquez-Madrid), Antonio DE ALMEIDA MENDES, Aanor LE MOUËL et Clément THIBAUD (Université de Nantes, STARACO)
Organisation : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Programme STARACO (STatuts, RAce et COuleurs dans le monde Atlantique), EA 1163 (CRHIA, Université de Nantes)

Lieu:
Université de Nantes
Salle du conseil
Bâtiment Tertre
Chemin de la Censive du Tertre
44133 Nantes (France)

Entrée libre

Programme

Jeudi 09 avril

9h30
Ouverture
Michel CATALA
Directeur du CRHIA

Introduction
Mathieu AGUILERA, Antonio DE ALMEIDA MENDES et Clément THIBAUD

10h-11h30
Session 1. Identification, processus de catégorisation et assignation statutaire

Michael ZEUSKE (Universität zu Köln)
«La identificación de personas esclavizadas en el hidden Atlantic (siglo XIX)».

David SARTORIUS (University of Maryland)
« Passports and Race-Making in Colonial Cuba »

Nicolas TERRIEN (Université de Nantes)
« Identification des corsaires et construction de souverainetés dans la Caraïbe (1790-1830) ».

Pause

Vincent DENIS (Université Paris 1)
Commentaires

Déjeuner (salle 302, bâtiment Tertre)


14h30-17h30
Session 2. L’identification des « classes dangereuses » : techniques, savoirs, usages.

Lorena RIZZO (Université de Bâle (Basilea))
« Photography, bureaucratic identification and personhood in colonial southern Africa in the interwar period ».

Charlotte DE CASTELNAU-L’ESTOILE (Université Paris-Diderot)
« Identifier des personnes à l’échelle de l’Atlantique : la question de l’administration des sacrements dans les sociétés esclavagistes catholiques ».

Juan José HEREDIA NEIRA (Université de Nantes)
« Cibler l’étranger criminel au Pérou. Les Chinois d’après les études sur l’immigration dans le Pérou républicain. »

Pause

Natacha COQUERY (Université Lyon 2)
Commentaires

Discussion

Vendredi 10 avril
09h-10h30
Session 3. La police des identités

Arnaud EXBALIN (EHEHI-Casa de Velázquez)
« La fin des castas ? Identification ethnique et règlementation policière dans la ville de México au XVIIIsiècle ».

Alvaro PARIS (Universidad Autónoma de Madrid)
« Police, identification et résistances populaires. L’introduction de la carte de sécurité à Madrid (1824-1833) ».

Virginie CHAILLOU (Université de Nantes)
Commentaires

Discussion

Pause

11h15-13h30
Session 4. Compter, classer, ficher : les papiers de l’État

Mathieu AGUILERA (EHEHI-Casa de Velazquez)
« “Usos y abusos de la Estadística”. La statistique des populations dans les provinces espagnoles d’outre-mer (1827-1887) : entre savoirs locaux et préoccupations impériales ».

Stefan LE COURANT (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
« Papiers d’identité et identité de papiers. Le contrôle des étrangers “sans-papier” en France ».

Paul SCHOR (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
Commentaires

Discussion générale

Vincent DENIS (Université Paris 1)
Commentaires

Source : Casa de Velázquez

CFP – Femmes des anti-Lumières, femmes apologistes

À la suite du récent volume de la revue Œuvres et Critiques (2013, vol. xxxviii [1]) – qui a ouvert et balisé une part de ce champ de recherche –, la revue internationale Études sur le XVIIIe siècle (juin 2016, vol. 44) a décidé de consacrer un nouveau dossier et un volume thématique à cette problématique de l’histoire littéraire, de l’histoire religieuse, de l’histoire de la philosophie et des idées. Les contributions au volume seront le fruit des interventions partagées lors du colloque international organisé sur ce même thème à l’Université Libre de Bruxelles, à l’automne prochain (19-20 novembre 2015).

Le colloque privilégiera une orientation interdisciplinaire en fédérant des approches qui permettront de faire dialoguer histoire littéraire, sociologie de la littérature, théologie, philosophie, esthétique, histoire du livre, gender studies … La manifestation accueillera dans ce but des communications consacrées à des études de « cas », aux instances auctoriales de la production féminine (posture, anonymat, pseudonymat,…), à l’étude thématique, générique, rhétorique ou théologique d’œuvres singulières ou de courants artistiques, littéraires, philosophiques et religieux. Le colloque étudiera également les espaces (salons, clubs, sodalités, cercles illuministes, compagnies laïques,…) et les modes de sociabilités (cooptations, querelles, luttes d’influence …) au cœur des réseaux au sein desquels s’inscrivent les auteures. Il réservera une place à l’analyse de leurs stratégies éditoriales. Les contributions pourront également mettre en corrélation ego-documents, œuvres imprimées et manuscrites en envisageant les influences réciproques nourries entre romans, poésie, paraphrase biblique, théâtre, opuscules de piété, lettres de direction, écrits clandestins, propos des sermonnaires,… Enfin, une place sera accordée à l’analyse de la construction de ces catégories et objets de recherche (anti-Lumières, antiphilosophie) par l’histoire littéraire.

Les propositions de textes sont à adresser à Fabrice Preyat (Chercheur Qualifié honoraire auprès du FNRS – Professeur à l’Université Libre de Bruxelles) à l’adresse suivante : fpreyat@ulb.ac.be, avant le 15 avril 2015.

Argumentaire

La valeur intellectuelle et les origines presque exclusivement masculines de l’apologétique chrétienne ont longtemps oblitéré le rôle des femmes dans la défense de la foi. La pratique « genrée » de l’apologétique invite pourtant à élargir les frontières d’une « discipline » qui, au XVIIIe siècle, s’ouvre aux leçons de la raison et de la sensibilité.

Si, par son contenu, l’apologétique puise sans cesse aux sources de la Révélation, ses formes varient considérablement en fonction des périodes et des contextes culturels et sociaux au gré desquels elle se développe. Confrontée aux combats des Lumières, la défense de la foi se définit dans un rapport dialogique à la Philosophie contemporaine et témoigne, de ce fait, de considérables infléchissements théologiques et d’une vulgarisation qui l’enjoint sans cesse à se littérariser.

Développée souvent au gré de polémiques et querelles – au point de recouvrir largement le courant des anti-Lumières –, l’apologétique s’avère rapidement « contaminée » par l’évolution des mentalités et des jugements esthétiques. Elle n’échappe pas aux effets de mode qui, une fois apprivoisés, lui permettent d’élargir son audience et lui font espérer la conversion des incrédules de tout bord : « même en fait de preuves de la religion, écrit l’abbé Mérault de Bizy, il faut plaire en prouvant ou prouver en vain ». Contrainte de quitter progressivement la sécheresse de traités réservés naguère aux seuls controversistes, l’apologétique fait désormais siens l’expérience personnelle et le témoignage intérieur.

Forts des leçons tirées des Délices de l’esprit de Desmarets de Saint-Sorlin (1658) et de la réconciliation de la foi avec l’esprit et le goût que prône J.-G. Lefranc de Pompignan (La dévotion réconciliée avec l’esprit, 1754), les écrivains chrétiens optent pour une illustration de la dévotion en adéquation avec les progrès des sciences et des arts. L’apologétique cherche dès lors, parmi une gamme d’ingrédients littéraires et psychologiques, à toucher l’imagination et agrémente les registres de l’argumentation et de la polémique de celui de la séduction. Elle ne table plus seulement sur l’éloquence, mais joue d’ironie et de lyrisme. Elle adopte les stratégies de ses adversaires, emboîte le pas aux Philosophes, en appelle aux goûts de son public et révolutionne les genres où s’inscrira désormais sa pratique. Dictionnaires, romans épistolaires, nouvelles, comédies et tragédies voisinent honorablement, dans la seconde moitié du xviiie siècle, les essais théologiques ou les livres de piété et enferment l’efflorescence d’œuvres situées au carrefour des champs religieux et littéraire.

Ces métamorphoses découvrent des perspectives au sein desquelles la voix des femmes peut se faire entendre, au moment même où se modifie le regard que l’Église et la société portent sur elles. Irrémédiablement, l’apologétique s’en trouve bigarrée et répond à l’originalité de voix féminines qui sourdent de milieux sociaux, de réseaux littéraires et de courants philosophiques, théologiques ou religieux (jansénisme, protestantisme, quiétisme, illuminisme, etc.) disparates.

La dévote se fait femme savante, fine mais marginale théologienne – telle Marie Huber –, tandis que le siècle découvre une foule de passionarias dont les traités bibliques et les études exégétiques contribuent à consolider une piété éclairée (M.-A. Bataille de Chambenart, E.-S. Chéron, A.-L. de Béthune d’Orval, M.-M. d’Aguesseau,…). Nulle doctrine sociale chamboulée par les Philosophes n’est susceptible d’échapper à la vindicte de cette « Action catholique féminine » (M. Bernos) : Marie-Françoise Loquet s’empare ainsi des arguments les plus récents sur la quête du bonheur pour offrir, dans le Voyage de Sophie et d’Eulalie au palais du vrai bonheur, ouvrage pour servir de guide dans les voies du salut, un pendant chrétien aux réflexions philosophiques. Mme de Laval-Montmorency se tournera, dans le même esprit, vers le texte biblique pour apporter réponse aux doutes de sa génération : Le vrai bonheur ou la foi de Tobie récompensée. Nul genre ne paraît plus désormais impropre lorsqu’il se met au service d’une croyance assiégée de toutes parts. La Laïs philosophe, biographie fictive, écrite par Marie-Antoinette de Bavière, livre ainsi en 1760 un combat en règles contre les iconoclastes qu’elle campe en pleine errance et sur le point de se rétracter en réfutant par eux-mêmes l’« impiété », la « mauvaise conduite » et la « folie » de Voltaire. En 1786, l’œuvre de Mme Loquet intitulée Cruzamante ou la Sainte amante de la croix optera pour des tonalités sadiennes. Cet étendard d’un dolorisme outré fut justement épinglé pour sa proximité avec l’inspiration de Justine ou les Infortunes de la vertu. Le didactisme sage de Mme Leprince de Beaumont côtoie quant à lui l’œuvre pléthorique de Mme de Genlis, qui va jusqu’à s’inspirer des entreprises lexicographiques de l’abbé Mayeul Chaudon et de F.-X. de Feller, pour publier un Dictionnaire critique et raisonné des étiquettes de la cour, dont le titre voile habilement la dimension apologétique et le propos clairement antiphilosophique.

Dans leur sacrifice à l’esprit du siècle, les « Lumières chrétiennes » et féminines revêtent le masque de l’adversaire, usent superficiellement du même vocabulaire que la Philosophie, et, selon une perméabilité toute relative, assimilent ses valeurs ou réquisitionne des titres qui lui paraissent avoir été injustement usurpés. Loin de réduire le fossé idéologique qui sépare les deux camps, l’écriture bourgeonnante des auteures contribue à alimenter la vivacité et la richesse culturelle d’un débat qui affecte les identités de l’écrivain, de l’écrivain chrétien, du philosophe, du clerc et du laïc, dont les missions sociales se trouvent conséquemment bouleversées.

Mais la richesse de l’apologétique féminine constitue également sa faiblesse. Quel écart ne mesure-t-on pas entre plusieurs voix singulières, celles d’Anne-Marie de Schurmann ou de Gabrièle Suchon ; entre l’exégèse de Marie Guyon, les traités de Marie Huber ou les visions eschatologiques des « Églises » nouvelles prophétisées par une Suzette Labrousse ou une Jacqueline-Aimée Brohon, qui succombent à l’attrait des hétérodoxies, en même temps qu’à celui du romanesque ?

La critique contemporaine a longtemps ignoré l’œuvre des apologistes féminines, en dépit de la multiplicité des courants qu’elles ont illustrés, en dépit des qualités intrinsèques d’œuvres confirmées et à succès, en dépit parfois d’une fraîcheur de ton et, enfin, d’une omniprésence sur le marché de la librairie et au cœur des débats de société. L’étude de l’apologétique et, plus largement, des anti-Lumières féminines, constitue pourtant un enjeu fondamental pour la compréhension des débats idéologiques, de l’histoire des mœurs et des idées. Elle accompagne l’évolution des genres littéraires et sociaux et influe sur la définition des identités collectives.

Il s’agit aujourd’hui d’éclairer le rôle des apologistes et des anti-Lumières féminines dans la conformation du nouveau statut de l’« homme » de lettres au XVIIIe siècle et de jauger leur implication dans l’émergence de la figure de l’intellectuel(le) et de son rapport à l’espace public, au champ culturel en construction et au pouvoir. Pour ce faire, il convient d’étudier conjointement des « cas », les modes d’échange ou de circulation des discours, leur articulation rhétorique et les lieux des querelles.

À l’aide du préfixe « anti- » (anti-Lumières, antiphilosophie, anti-encyclopédisme,…), l’histoire littéraire a radicalisé les différentes tendances qui se sont côtoyées et qui n’ont cessé de s’hybrider tout en jouant sur la polysémie des termes qui désignaient la nature des polémiques (disputes, controverses, querelles, invectives personnelles). Les anti-Lumières ont en effet décliné des positions multiples qu’elles distinguent, mêlent ou confondent selon les besoins du moment et les objets du débat, quitte à alterner successivement les registres au sein d’un même ouvrage. L’œuvre de Mme de Genlis incarne sans doute le parangon de ce mélange des genres, depuis l’enrégimentement des ouvrages didactiques jusqu’au désir de produire une contre-encyclopédie, sans délaisser le roman historique, pour finalement retourner les armes dirigées contre l’Infâme vers les Philosophes, de manière à les réfuter « par leurs propres aveux, par les lettres qu’ils nous ont laissées, et par des citations de leurs propres ouvrages ». Parallèlement aux recours à la censure, aux injures et aux campagnes agressives de dénigrement – celle des Cacouacs, par exemple, orchestrée par Palissot, ou les réactions au scandale provoqué par De l’esprit d’Helvétius, dans les années 1750 –, il s’agissait aussi pour les adversaires de la Philosophie d’organiser positivement la « reconquête » et de susciter l’adhésion.

Les académies, les revues, les clubs et les salons montrent les « déplacements des fronts d’opposition » (D. Masseau). Ils dénoncent aussi la mouvance des alliances tactiques et politiques et l’opportunisme de prises de position idéologiques qui, parfois, ne répondent guère à des convictions personnelles. Tandis que plusieurs auteurs préfèrent, dans la dispute, agiter les spectres du complot et de la décadence – après la Révolution surtout –, d’autres jouent les conciliateurs entre les valeurs religieuses ou leur engagement doctrinal et les acquis de la philosophie moderne. D’autres encore cherchent à l’étranger, dans l’influence de l’Angleterre notamment, les causes d’une déperdition religieuse et de l’ascendant des Philosophes dans un pays qui a délaissé la « conversation » pour le « thé, le punch et la cohue » et a, simplement, oublié de « rester Français » (S. de Genlis) !

Quelle place les femmes, réputées « querelleuses » selon Richelet, ont-elles occupée dans ces échanges polémiques et selon quels domaines ? quel rôle exact ont-elles joué dans le déferlement des affrontements qui accompagnent la structuration du champ intellectuel en champs spécifiques (A. Viala) et dans l’appropriation de disciplines traditionnellement réservées à l’Église et à ses pasteurs ? dans quelle mesure leur éducation les a-t-elle préparées à ces échanges pro et contra ? existe-t-il des registres rhétoriques au sein desquels elles se sont spécifiquement ou principalement illustrées ? le recours à la fiction et aux séductions littéraires ne permet-il pas de donner un second souffle à des débats dont la dimension polémique paraît ainsi voilée ?

CFP – Uit de Europese mal. Europese hypes in de Nederlanden (Werkgroep De Zeventiende Eeuw)

Uit de Europese mal. Europese hypes in de Nederlanden

Call for papers Congres Werkgroep De Zeventiende Eeuw
Zaterdag 29 augustus 2015, Radboud Universiteit Nijmegen

In een tijd waarin (de betekenis van) Europa druk bediscussieerd wordt, vraagt het jaarcongres van de Werkgroep Zeventiende Eeuw aandacht voor vroege Europese hypes, modes en trends. In zeventiende-eeuws Europa volgden deze elkaar in rap tempo op. Petrarkistische sonnetten veroverden snel terrein tijdens de vroege zeventiende eeuw, encyclopedieën deden dat aan het eind van de eeuw. Vorsten overal in Europa namen de Habsburgse en Franse hofcultuur over, terwijl architectuur, iconografisch programma en politieke en economische ambitie van bijvoorbeeld het Amsterdamse stadhuis (1648-1655) duidelijk geënt zijn op vergelijkbare monsterprojecten elders in Europa. Het kansspel was net zo goed een Europese hype als de hang naar utopische initiatieven. Reizende en migrerende kunstenaars, kooplieden, wetenschappers en charlatans droegen bij aan de verspreiding van hypes.

Tijdens dit congres willen wij drie vragen centraal stellen: (1) waarom werden bepaalde personen, zaken, tradities of kunstvormen gedurende de lange zeventiende eeuw over heel Europa nagevolgd;

(2) welke Europese hypes zijn afkomstig uit de Nederlanden en hoe vonden deze hun weg in

Europa; en (3) hoe werden, andersom, Europese fenomenen toegeëigend door en in de Lage Landen? In een proces van navolging en toe-eigening vinden altijd adaptaties plaats, afhankelijk van de nieuwe (culturele, economische, politieke of religieuze) context.

We willen hierbij nadrukkelijk aandacht vragen voor het Europese karakter en de Europese implicaties van de hypes, steeds vanuit het perspectief van de Nederlanden: hoe Europees is de reikwijdte van een hype? Zorgen hypes binnen Europa voor eenheid of juist voor diversiteit? Duidt de navolging van een hype op het bestaan van een idee Europa of juist niet? Is er sprake van Europese toe-eigening van fenomenen die hun herkomst in andere werelddelen vinden? Welke mechanismen van symboliek en retorica spelen een rol in de processen van navolging en toe-eigening?

Onderwerpen van papers zouden kunnen liggen op het terrein van:

  • de stedelijke cultuur: ruimtelijke ordening, stedelijke gemeenschappen, gebouwen in de stad (stadhuizen, schouwburgen, stadspaleizen), beeldvorming over steden;
  • oorlog en vrede: manier van oorlog voeren en vrede vieren, beeldvorming over oorlog en vrede;
  • kunst, muziek, mode en literatuur: poëticale uitingen, vertalingen, genres, vormen, technieken, motieven;
  • voeding en genotsmiddelen: gebruiken, grillen, recepten;
  • reputaties en rollen van bepaalde instituten en individuen: adel en burgerij, auteurs, kunstenaars, politici, wetenschappers, vrouwen met een publieke functie;
  • religie: religieuze rituelen, grensoverschrijdende religieuze gemeenschappen en allianties; bindende en (onder)scheidende modellen, beeldvorming hierover;
  • handel: de relatie tussen de Republiek, Europa en de wereld, beeldvorming over handel en handelsbetrekkingen, diplomatieke missies;
  • theoretische modellen en de identiteit van de Republiek in Europa.

De congrescommissie nodigt iedereen van harte uit een bijdrage te leveren aan dit congres. De spreektijd is maximaal 20 minuten. De voertaal van het congres is Nederlands, maar ook voorstellen voor papers in het Frans, Duits en Engels zijn welkom. Abstracts voor papers of panels van drie papers kunnen tot uiterlijk 7 mei 2015 ingediend worden bij Nina Geerdink, n.geerdink@let.ru.nl Abstracts zijn maximaal 300 woorden en gaan vergezeld van een kort CV (max. 100 woorden).

De congrescommissie

  • Raingard Esser (Rijksuniversiteit Groningen)
  • Nina Geerdink (Radboud Universiteit Nijmegen)
  • Jeroen Goudeau (Radboud Universiteit Nijmegen)
  • Johan Oosterman (Radboud Universiteit Nijmegen)
  • Dries Raeymaekers (Radboud Universiteit Nijmegen)

Colloque – 19/03/2015 – Posterity in France, 1650-1800

Colloque international – Posterity in France, 1650-1800

9.00-9.30: Registration

9.30-9.45: Welcome & Introduction

9.45-11.15: Session 1 – Chair: t.b.c.
Helena Taylor, Queen’s College, Cambridge – ‘Posterity as Threat: Bussy-Rabutin and Louis XIV’
Alain Cantillon, Université Paris III – ‘Le Mémorial-de-Pascal’
Marie-Ève Beausoleil, Université de Montréal/Université de Lorraine – ‘Critique esthétique et allégories de la consécration: autour du Temple du goût de Voltaire’

11.15-11.45: Coffee/Tea

11.45-12.45: Session 2 – Chair: t.b.c.
Nick Treuherz, University of Manchester – ‘Le désir de l’immortalité ou de vivre dans la mémoire des hommes fut toujours la passion des grandes âmes’: Posterity and materialism.’
Oliver Wunsch, Harvard University – ‘Diderot and the Materiality of Posterity’

12.45-2.00: Lunch

2.00-3.30: Session 3 – Chair: Russell Goulbourne, King’s College, London
Stéphanie Loubère, Université Paris IV – ‘Piron et la postérité des poètes qui ne sont rien’
John Leigh, Fitzwilliam College, Cambridge – ‘Autobiography, Children and Posterity’
Laurence Mall, University of Illinois –  ‘Une vocation documentaire: les textes parisiens de L.S. Mercier’

3.30-4.00: Coffee/Tea

4.00-5.30: Session 4 – Chair: Jessica Goodman, Clare College, Cambridge
Nigel Ritchie, Queen Mary University of London – ‘‘I will leave my name behind and yours will perish’: when the quest for fame becomes infamy’
Olivier Ritz, Université Paris IV – ‘La postérité à l’épreuve de la Révolution’
Malcolm Cook, Exeter University – ‘Posterity: thinking about the future, the example of Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814)’

5.30-5.45: Conclusion

7.00: Conference dinner

Organisateurs : Dr Jessica Goodman (Cambridge) & Professor Russell Goulbourne (King’s College London)

Détails pratiques:
19 mars 2015
Université de Cambridge
Postdoc Centre
Health and Safety Society
16 Mill Lane, Cambridge

Pour s’enregistrer, il faut remplir le formulaire disponible ici.

Source : Early Modern Posterity

Conférence – Daniel Roche, Amazones et cavalières. L’équitation et le genre

Daniel ROCHE, Amazones et cavalières. L’équitation et le genre

Daniel Roche est un des plus grands spécialistes des Lumières et de la France du XVIIIe s.

Orateur vibrant, passionné et passionnant, il a gagné une très grande réputation scientifique : Professeur honoraire au Collège de France et auparavant à l’Université de Paris-I Sorbonne, ancien Directeur d’Etudes à l’EHESS, il s’est fait connaître par ses travaux relatifs à l’Histoire culturelle, toujours envisagée dans ses rapports avec l’Histoire matérielle et sociale. Parmi beaucoup de sujets, il a travaillé sur les sociabilités provinciales : Le Siècle des Lumières en province : académies et académiciens provinciaux, 1689-1789, Paris, 1989 ; sur le vêtement :  La Culture des apparences : essai sur l’histoire du vêtement aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Fayard, 1989; la mobilité géographique sous l’Ancien Régime : Humeurs vagabondes : de la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003, 1031 p, et récemment sur le rapport culturel au cheval La Culture équestre de l’Occident, XVIe ‑ XIXe siècle, L’ombre du cheval. La conférence présentera le dernier volet de cette enquête, actuellement sous presse.

Détails pratiques :

Vendredi 20 février, 18h15

Université Libre de Bruxelles, Campus du Solbosch, Bâtiment A, Porte Y, Local 108 (AY.2.108)

Organisation : Unité de Recherches SOCIAMM (Sociétés anciennes, médiévales et modernes), ULB et Groupe d’études du XVIIIe siècle (ULB)

Contact : Alexis Wilkin (awilkin(at)ulb.ac.be )

Entrée libre et gratuite