Archives de catégorie : Billets

Conférence – Autour du projet des Cellites : une nébuleuse d’innovations et de réformes dans le paysage religieux liégeois (XVIe-XVIIe siècles)

Conférence animée par Marie-Elisabeth HENNEAU (ULiège/Transitions), dans le cadre du cycle de conférences d’histoire et archéologie organisé par Transitions et l’Agence wallonne du Patrimoine, à l’occasion des 500 ans de l’installation officielle des frères cellites à Liège (1519-2019)

Lieu : Chapelle Saint-Roch, rue Volière, 4000 Liège

Date : 14 novembre, 20h00

Parution – Machiavel, une biographie. L’apport intellectuel de sa correspondance avant septembre 1512

Titre : “Machiavel, une biographie. L’apport intellectuel de sa correspondance avant septembre 1512” de Jérôme Roudier

Présentation :

Un grand penseur est par définition inépuisable et on retourne toujours à son texte pour, en le commentant, mieux comprendre son propre temps. Le propos de cet ouvrage se distingue pourtant de cette démarche puisqu’il ne porte pas sur le Prince ou Les Discours sur la première Décade de Tite-Live, mais sur le métier du Secrétaire de la Deuxième Chancellerie de la République florentine de 1498 à 1512. 

Entre la fin de Savonarole et le retour des Médicis, Machiavel devient la cheville ouvrière du gouvernement républicain, entre légations diplomatiques à l’extérieur et missions de recrutement de sa milice à l’intérieur. De ce travail gigantesque, il reste une correspondance importante. L’étude de ce corpus permet de dégager un Machiavel “réel”, loin de l’imagerie crée par le “travail de l’oeuvre” au cours des siècles. 

Cet ouvrage, directement issu d’une thèse soutenue à l’université de Bourgogne, veut permettre au chercheur comme à l’amateur de rentrer dans le détail de la vie et surtout de la pensée du Machiavel d’avant le machiavélisme, et de mesurer l’écart entre l’homme politique et sa légende.

Pour plus d’informations : https://univ-droit.fr/recherche/actualites-de-la-recherche/parutions/32322-machiavel-une-biographie

Parution – Antiquitates et Lumières. Étude et réception de l’Antiquité romaine au siècle des Lumières

Ouvrage paru sous la direction de Marco Cavalieri (UCLouvain) et Olivier Latteur (UNamur/UCLouvain)

Ce volume entend aborder l’étude et la réception de l’Antiquité romaine au cours du 18e siècle : recherches d’antiquaires,  établissement de collections, rapport des autorités au passé romain… Il s’agit d’un domaine de recherche relativement peu traité mais particulièrement riche et fécond : il fournit non seulement un éclairage intéressant sur l’histoire intellectuelle du siècle des Lumières mais aussi sur l’histoire politique, les autorités « éclairées » prenant à cœur de mettre en valeur le passé romain des régions qu’elles administraient, et sur l’histoire sociale de cette période.

Ce volume, qui constitue le prolongement des réflexions menées lors d’une journée d’étude à Louvain-la-Neuve (6 octobre 2017), propose un panorama vaste mais structuré illustrant les liens existant entre antiquarisme, histoire romaine et Lumières.
 
L’ouvrage est dès à présent disponible via les Presses Universitaires de Louvain (https://pul.uclouvain.be/book/?GCOI=29303100187360).”

Conférence – Le théâtre comme machinerie émotionnelle : la mise en scène du “Sabinus” (1695) par François Passerat sur la base de l’édition bruxelloise de Georges de Backer

Conférence de Madame Sabine Schmitz, Professeure à l’Université de Paderborn, Allemagne – Chercheure invitée de l’Institut INCAL

Titre: “Le théâtre comme machinerie émotionnelle : la mise en scène du Sabinus (1695) par François Passerat sur la base de l’édition bruxelloise de Georges de Backer”

Date: 5 décembre 2017 (12h45-14h00)

Lieu: Louvain-la-Neuve, Collège Erasme, ERAS 61

 

CFP – Time and Temporality in Medieval and Early Modern Art

Time and Temporality in Medieval and Early Modern Art

Lieu : The Open University of Israel, Raanana
Date(s) : 18–19 mai 2016
Date limite de réponse à l’appel : 31 décembre 2015
This conference strives to expand the existing body of research by exploring the inventive nature of forms and ways of reckoning time in art. We hope papers will consider questions such as: What is the phenomenology of works of art representing ever-stretching, eternal, or circular time? How has the idea of linear and progressive historical time been appropriated or challenged in artistic objects and works? What is the nature of the artwork when submitted to different regimes of historical temporality? What are the specific artistic devices that give form to past appropriation and temporal experience? What is the nature of the work of art that records the passage of time in nature? How has the notion of time been used for purposes of patronage and identity?

Lire l’appel à communications en entier

Publication – MARIAGE Florian, Bailli royal, seigneurs et communautés villageoises. Jeux et enjeux de pouvoirs en Tournaisis de la fin du 14e à la fin du 16e siècle

xxx_SBH_xxx_Mariage_kaft_low-res-page-001

Le Tournaisis, entre le XIVe et le XVIe siècle, n’est qu’une poussière à l’échelle du royaume de France puis, après 1521, des Pays-Bas de Charles Quint. Cette petite province frontalière, parcourue d’enclaves et assez densément peu-plée – environ 15000 habitants au XVIe siècle –, pèse peu dans le rapport de force politique régional qui donne la part belle à la puissante cité épiscopale de Tournai. La soixantaine de paroisses rurales qui la composent est, depuis 1383, réunie en un bailliage royal qui constitue le cadre administratif intermédiaire et exerce la ­plupart des prérogatives régaliennes dans la province. Lors de son instauration en 1383, ce bailliage se superpose et concurrence d’anciennes cours féodale et allodiale du Tournaisis ; il est lui-même doublé par des États provinciaux développés au XVIe siècle pour répondre aux besoins de la fiscalité directe gouvernementale. Au niveau local, les pouvoirs sont extrêmement fragmentés en un panel diversifié de seigneuries, reposant sur des échevinages à variantes multiples. Ceux-ci encadrent des communautés villageoises relativement peu organisées, confinées à une responsabilité et une initiative paroissiale.

Dans les villages du Tournaisis, l’imbrication des cadres seigneuriaux, l’énorme poids politique et économique de Tournai et la forte influence institutionnelle flamande participent à figer dans la diversité les équilibres existants. L’État « moderne » qui se développe à partir de la fin du Moyen âge laisse une très large place aux structures héritées de la féodalité. En Tournaisis, le pouvoir est plus partagé que centralisé, la concurrence institutionnelle davantage horizontale que verticale. À tous les niveaux, il existe une certaine ambiguïté et une souplesse des institutions qui s’adaptent, en fonction des circonstances, répondant tantôt aux exigences de la centralisation gouvernementale, tantôt participant à la promotion et à la représentation des forces locales.

Présentation de l’ouvrage

Le mercredi 30 septembre 2015 à 18h30 aux Archives de l’État à Tournai. Rue des Augustins, 20 (tel. 069/22.53.76)

A cette occasion, l’ouvrage sera mis en vente au prix de 29,95 €.

On pourra l’acquérir ensuite aux Archives de l’État.

A propos de l’auteur

Florian Mariage est né en 1978. Après une licence en histoire puis en archéologie et histoire de l’art, il a participé entre 2001 et 2014 à différents projets de recherche touchant l’histoire et l’archéologie médiévale et moderne du Hainaut et du Tournaisis. Il travaille actuellement au sein de l’Agence de l’Eurométropole Lille-Kortrijk-Tournai.

Cet ouvrage est le fruit d’un doctorat « transfrontalier » (UCL – Lille 3) mené au sein des Archives de l’État à Tournai entre 2009 et 2013, focalisé sur le développement de l’administration et des relations de pouvoirs entre les différents niveaux institutionnels du Tournaisis. La thèse qui en découle a reçu en 2014 le prix Pro civitate de l’Académie royale de Belgique.

CFP – Fabrications: Designing for Silk in the Eighteenth Century

Fabrications: Designing for Silk in the Eighteenth Century

The Courtauld Institute of Art, Somerset House – Strand  (London)
Vendredi 4 septembre 2015

Argument
Joubert de la Hiberderie’s Le Dessinateur d’étoffes d’or, d’argent, et de soie (1765) was the first book to be published on textile design in Europe.  In preparation for the publication of an English translation and critical edition of the text this one day conference calls for papers that will analyse, critique, contextualise, review or otherwise engage with the Le dessinateur in the light of its themes: production, design, technology, education, botany and art.  Joubert’s manual argues for both a liberal and a technological education for the ideal designer.  Such a person must, he argues, have detailed knowledge of the materials, technologies and traditions of patterned silk in order successfully to propose new designs; he or she must also have taste and an eye for beauty, which call, he says, for travel in order to see both the beauties of nature and those of art gathered in the gardens and galleries of Paris and the île de France.

We invite contributions from historians – of the book, of art and design, of science, of technology, and of matters social, industrial and economic.  General questions we hope the conference will consider are: Who did Joubert hope to address through his book and to what end?  What was the international reach of the book?  And what other texts were its competitors?  What does Le Dessinateur tell us about the status, role and skills of the designer?  How did attitudes to gender inform Joubert’s notion of design and manufacture?  How did his ideal designer compare to what we know about the careers and livelihoods of designers at Lyons and elsewhere?  What relationship did Joubert envisage between design and technology, drawing and weaving?  We welcome proposals that address silk in its uniqueness and also those attentive to its relations of difference and similarity to other textile technologies.  Finally, we welcome submissions from writers and critics on contemporary textiles interested in thinking about issues of fabric threaded through concerns and examples from the past.

Whatever the historical perspective, we  call for submissions that engage with the priorities and explicit arguments of Joubert’s text and also those that look at it awry: for example, with a view to the phenomenology as well as the technology of production, or with respect to the cut, tuck and fold as well than the plane in design, with regard also to the iterations of pattern in use as well as the invention of singular design motifs, or to give one last example, in relation to tradition and memory as well as novelty and fashion.

Submission guidelines

Please send your proposed title, a brief 150 word abstract and a short CV to Katie Scott (katie.scott@courtauld.ac.uk) and Lesley Miller (le.miller@vam.ac.uk) by Friday 4th September

Some financial support for travel expenses may be available.

Scientific and organising committee

  • Prof. Katie Scott (from the Courtauld Institute of Art)
  • Prof Lesley  E. Miller (from the Victoria and Albert Museum and University of Glasgow)

CONTACTS

  • Lesley Miller, courriel : le.miller@vam.ac.uk
  • Katie Scott, courriel : katie.scott@courtauld.ac.uk

Publication – T. Brook, La carte perdue de John Selden. Sur la route des épices en mer de Chine,

Timothy Brook, La carte perdue de John Selden. Sur la route des épices en mer de Chine, trad. O. Demange, Payot (Histoire Payot), mars 2015, 304 p., 21€
la carte perdue pg.indd
Présentation éditeur
La Carte perdue de John Selden est une fascinante intrigue à tiroirs qui nous emporte des mers de l’Extrême-Orient jusqu’à l’Angleterre de Jacques Ier Stuart, sur les traces d’une mystérieuse carte de Chine de 1608 dont John Selden, orientaliste convaincu, fut le dernier propriétaire.
Découvrant cette immense carte unique en son genre au sous-sol de la Bodleian Library d’Oxford, où elle dormait depuis plus de trois siècles, Tim Brook décide d’en percer les secrets. Et c’est ainsi qu’à partir d’une insolite rose des vents, de deux papillons du désert de Gobi, d’un ambitieux capitaine de Chine et d’un faisceau de routes commerciales, il nous entraîne dans le sillage des majestueuses jonques chinoises. D’Est en Ouest – de Goa, Nagasaki, Quanzhou ou Manille à Amsterdam, Anvers ou Londres -, ces «navires du trésor» convoyaient précieuses épices, délicates porcelaines et estampes pornographiques japonaises…
Un modèle de construction narrative et une plongée dans l’histoire-monde, servis par un art consommé du récit et du suspens, qui ont été salués par la presse américaine et anglaise.« La Carte perdue de John Selden est un voyage picaresque, entrelacé d’apartés qui recèlent chacun un joyau de perspicacité » (Financial Times).

Cycle de conférences – Carolus Festival

VISITBRUSSELS et ses partenaires se sont associés afin de proposer une programmation touristique qui renforce la notoriété et la visibilité nationale et internationale de Bruxelles dans le paysage culturel et patrimonial autour du thème de Charles Quint et de son époque. Cette collaboration a pour objectif de développer cette thématique d’année en année afin de satisfaire les amateurs d’histoire et de patrimoine.

Pourquoi Charles Quint ?
Pour certains, cet empereur est un précurseur de l’unité européenne. Mais n’exagérons rien : il a fait la guerre à trois reprises à François Ier, roi de France et ses relations avec Henri VIII, roi d’Angleterre, n’étaient pas moins orageuses. Mais ce que l’on peut dire avec certitude, c’est que sous le règne de François Ier, Henry VIII et Charles Quint, l’Europe du Moyen Age bascule dans les Temps Modernes et que de ces trois souverains, Charles Quint est le plus puissant.

Pourquoi Bruxelles ?
L’époque de Charles Quint a marqué le destin de la ville. Pendant son règne qui dure 40 ans, de 1515 à 1555, c’est à Bruxelles qu’il passe le plus temps, faisant de la ville un centre de pouvoir pour son immense empire ” où le soleil ne se couche jamais “; c’est dans la grande salle d’apparat de son palais de Bruxelles qu’il choisira d’ailleurs d’abdiquer en faveur de son fils Philippe II.

Programme conférences 2015

Erasme et le prince Charles

(NL traduit simultanément en FR)

Date : 21 mai – 20h
Conférencier : Wim Blockmans, professeur émérite d’histoire médiévale à l’Universiteit Leiden.
Organisateur : en collaboration avec le Masereelfonds
Entrée gratuite sur réservation (02/521 13 83 ou info@erasmushouse.museum)
Maison d’Erasme – rue du Capitre, 31 – 1070 Bruxelles.
Desiderius Erasmus entretenait d’étroites relations avec la cour des Pays-Bas. Il a rédigé son ‘Éducation du prince chrétien’ pour le jeune prince qui deviendrait Charles Quint. De nombreux autres écrits d’Érasme témoignent de ses positions tranchées en matière d’éthique du pouvoir. Mais l’empereur Charles n’était pas le meilleur élève du grand maître…
Durant cette conférence du Prof. Wim Blockmans, deux lecteurs interpréterons des fragments de l’œuvre d’Érasme.

L’image du palais du Coudenberg au cœur de la ville ancienne

Date : 14/5 – 18h30
Conférencier : Stéphane Demeter, Historien au Service public régional de Bruxelles
Musée de la Ville de Bruxelles – Grand-Place – 1000 Bruxelles
prix : € 4 / Réservation : 02/279 43 50 – www.museedelavilledebruxelles.be
Les nombreuses peintures et gravures du Coudenberg, conservées au Musée de la Ville de Bruxelles, sont de véritables sources historiques. Elles illustrent précisément la place qu’occupait le palais dans la ville du XVIe siècle tant d’un point de vue politique que d’un point de vue social. À l’occasion de cette visite-conférence, le musée sortira de ses réserves quelques documents exceptionnels.

Les tapisseries de la Ville de Bruxelles. Une collection en contexte

Date : 6 /6 – 10h
conférencier : Cecila Paredes
Musée de la Ville de Bruxelles – Grand-Place- 1000 Bruxelles
prix : €4 /réservation : 02/279 43 50 – www.museedelavilledebruxelles.be
Pendant des siècles, l’excellence des tapisseries provenant des ateliers bruxellois a établi la renommée de la ville bien au-delà des frontières des Pays-Bas méridionaux. Admirés par les visiteurs étrangers, convoités par les élites princières et religieuses, ces objets d’un luxe inouï se sont frayé un chemin à travers l’Europe, assumant une part importante de l’apparat princier.
À l’occasion de la sortie de l’Historia Bruxelles et la tapisserie

Le triomphe d’Isabelle, petite-fille de Charles Quint

Date : 15/9 – 19h30
conférencier : Sabine van Sprang
Musée du Grand Serment Royal et de Saint-Georges des Arbalétriers de Bruxelles
Entrée par l’Impasse du Borgendael / Place Royale 7 – 9 / 1000 Bru
Prix €6 ;5€ membres arbalétriers
réservation : museum@arbaletriers-saintgeorges.be – www.arbaletriers-saintgeorges.be
Docteure en histoire de l’art et archéologie et conservatrice de la section Peinture flamande des XVIe et XVIIe siècles aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique. Nous fêtons cette année le 400ème anniversaire de l’exploit de l’archiduchesse Isabelle, devenue Reine des Arbalétriers du Grand Serment en abattant le papegai en 1615. Les réjouissances qui ont suivi ont été immortalisées par le peintre Denis van Alsloot et ses collaborateurs en une série de huit tableaux dont sept ont pu être identifiés. L’analyse des peintures par le Dr Sabine van Sprang permet d’en comprendre les implications politiques, historiques, religieuses, architecturales et folkloriques.

À quel point Bruxelles est-elle orange

(NL traduit simultanement en FR)

Date : 2/6 – 19 h
Conférencier : Roel Jacobs
Organisateur Masereelfonds en collaboration avec le Davidsfonds
Musée du Grand Serment Royal et de Saint-Georges des Arbalétriers de Bruxelles
Entrée par l’Impasse du Borgendael – Place Royale 7-9 1000 Bruxelles
prix : €6 – 4€ membres Masereelfonds / gratuit membres des arbalétriers
Info et réservation : www.masereelfonds.be – +32( 0)2/502 38 80
Les Belges savent que leurs voisins du nord voient orange dès qu’il est question de leur maison royale ou de leur équipe de foot nationale. Mais combien de Belges – et de Néerlandais – savent-ils que cette histoire est bruxelloise ? La famille de Nassau a joué un rôle très important dans l’histoire de Bruxelles et Bruxelles a joué un rôle très important dans l’histoire de la famille de Nassau. Leur présence dans la ville est une illustration frappante du rôle politique international de Bruxelles aux 15e-16e siècles. Roel Jacobs nous emmène, durant son exposé, à bord d’une machine à remonter le temps à la découverte de cette page fascinante de l’histoire bruxelloise.

André Vésale et le Coudenberg

(NL traduit simultanement en FR)

Date : 24 /6 – 19h30
Conférencier : Paul Broos/KU Leuven
Organisateur en collaboration avec le Davidsfonds)
Coudenberg- entrée 5 rue Villa Hermosa – 1000 Bru
€ 6 – réservation brussel@davidsfonds.be, 0479/10.22.89 – www.brussel.davidsfonds.be
André Vésale (1514 – 1564) a été le premier à critiquer vivement la doctrine réputée infaillible de Galien. Il a magnifiquement décrit l’anatomie du corps humain.
Vésale a effectué des travaux de recherche à Paris et Louvain mais c’est durant son séjour de six ans à Padoue, de 1537 à 1543, qu’il marque réellement la science de son empreinte. Il est le premier à accompagner de belles illustrations, correctes d’un point de vue anatomique, d’un texte de haute valeur scientifique. Mais saviez-vous que la famille Vésale entretient un lien particulier avec le Palais de Bruxelles ? Non seulement André, mais également ses aïeux, étaient déjà liés à la cour. Après une carrière scientifique bien remplie, André junior entre en 1544 au service de Charles V comme médecin de la cour mais aussi comme … chirurgien militaire ! André est également présent lorsque, le 25 octobre 1555, Charles abdique dans la grande salle du palais de Bruxelles. Philippe II est désormais son maître. Celui-ci l’envoie en 1559 au chevet de son beau-père Henri II de France, mourant. Mais André ne peut que prédire la mort prochaine du souverain. L’œuvre de Vésale peut sans conteste être considérée comme l’un des plus grands trésors de notre civilisation occidentale. Son chef-d’œuvre De Humani Corporis Fabrica et l’Epitome qui l’accompagne, publiés pour la première fois à Bâle en 1543, marquent le début définitif de la science moderne, basée sur l’observation et la recherche. Vésale mérite sa place parmi les plus grands médecins de tous les temps aux côtés d’Hippocrate, Galien, Harvey et Lister.