Archives de catégorie : Evénements scientifiques et culturels

Dans cette catégorie on retrouvera les posts concernant les colloques, conférences, journées d’étude et workshops abordant la période moderne.

Conférence – 05/01/2016 – Le Palais du Luxembourg de Marie de Médicis, 1611-1631

Le Palais du Luxembourg de Marie de Médicis, 1611-1631

Sara Galletti, Duke University (USA)

Date : le 5 janvier 2016, 18h-19h30
Lieu : IEA de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou
Paris, France (75004)

Le Palais du Luxembourg est un lieu emblématique de la capitale dont Le Bernin estima en 1665 qu’il s’agissait là de « ce qu’il avait vu de plus beau en France ». Son opinion était loin d’être isolée : la résidence de Marie de Médicis suscite au XVIIe et XVIIIe siècle l’attention des artistes et des connaisseurs, les guides la signalent comme un passage obligé dans la capitale. La conférence est consacrée à la naissance de ce palais, à sa signification dans le contexte de son époque, à sa commanditaire et à ses concepteurs, ainsi qu’aux événements, attentes et désirs qui ont abouti à sa réalisation.

Sara Galletti est architecte diplômée et professeure d’histoire de l’art à Duke University (USA). Ses recherches portent sur l’architecture française du XVIe et XVIIe siècles.

Cycle de conférences organisé dans le cadre des «Mardis de Lauzun» par Caroline zum Kolk, (IEA de Paris / Cour de France.fr)

Inscription obligatoire

Conférence – 09/12/2015 – Les peintures du char de sainte Gertrude à Nivelles

Images et propagande au XVe siècle. Jacop Sourdiaus et les peintures du char de sainte Gertrude à Nivelles.

Lieu : Université Catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve.

La prochaine conférence organisée par le Centre d’études sur le Moyen Age et la Renaissance (CEMR) aura lieu ce mercredi 9 décembre à 18h30 (local SOCR 43).

Véronique Bücken (conservatrice au Musée des Beaux-Arts, Bruxelles) donnera une conférence intitulée Images et propagande au XVe siècle. Jacop Sourdiaus et les peintures du char de sainte Gertrude à Nivelles.

Formation – Un projet en Humanités Numériques ? Se former !

Un projet en Humanités Numériques ? Se former !

Du 5 au 9 Octobre, le  service de formation continue du CNRS, avec la MSH Val de Loire et les acteurs des Humanités Numériques en France, organisaient leur sixième Action Nationale de Formation  à Aussois: Gestion de projets des sources numériques de la recherche en SHS.

Fonte Gaia y était représenté par Filippo Fonio, Monica Zanardo et Claire Mouraby. Nous avons beaucoup appris: ce qu’il est possible d’imaginer quand on est motivé, comment ne pas  se décourager, ce qu’il aurait fallu faire dès le début de nos projets… et ce qu’il est encore temps de changer.

Cette formation, unique en son genre, permet à tous les acteurs de la recherche, qu’il soient doctorant, post-doctorant, enseignant-chercheur, professionnel des bibliothèques et de la documentation d’aborder en une semaine tous les aspects d’un projet en Humanités numériques. Chaque journée est organisée autour d’un verbe, un aspect fondamental pour une conduite de projet réussie en Humanités Numériques: organiser (le projet, l’équipe), numériser(les documents sources, le corpus), structurer (les données et métadonnées), diffuser (les contenus, les contributions de chercheurs) et pérenniser (archiver les données sources et les métadonnées).

Les formateurs soumettent un cas pratique à un groupe de dix personnes, qui, en cinq jours, “apprennent en faisant” puisque chaque groupe doit présenter son projet aux trente stagiaires à la fin de la semaine (et les convaincre de le financer !).

Le rythme est intense, entre conférences et ateliers… ce qui n’empêche pas les stagiaires d’échanger des points de vue et de partager des expériences jusque fort tard dans la nuit! Car c’est sans conteste l’un des attraits de cette semaine en immersion complète dans les humanités numériques: on rencontre à Aussois des ethnologues oulipiens et des linguistes, des italiens spécialistes de philosophie française et des françaises spécialistes de Boccacce, des humanistes numériques débutants, amateurs, confirmés et formateurs… et on rentre avec de nouvelles collaborations en tête, des projets encore plus ambitieux (mais bien mieux organisés).

Si vous avez dans vos tiroirs un projet, prenez ce temps pour vous former! La formation est ouverte gratuitement à tous les personnels de l’enseignement supérieur. Veillez seulement à ce que votre établissement puisse financer l’hébergement et les repas.

Pour 2015, il est trop tard (voir tout le programme 2015), mais pensez-y pour 2016. Le Consortium Cahier diffuse l’information, ainsi que le CESR de Tours,le réseau des MSH, Fabula, et bien sûr la page Facebook de la MSH Val de Loire.

Lien

Colloque – 10-11/12/2015 – Entre Seine et Rhin : ports et hinterlands

Entre Seine et Rhin : ports et hinterlands (15ème siècle-20ème siècle)

Le 10 et 11 décembre 2015 se tiendra à l’UCL Mons (Ateliers des Fucam) un colloque intitulé « Entre Seine et Rhin: ports et hinterlands (15ème-20ème siècle): état des lieux et perspectives de recherche ».

Tout en privilégiant la longue perspective et la transversalité des espaces, l’objectif de ce colloque est d’encourager le lancement de nouvelles recherches dans le domaine de l’histoire économique du transport fluvial et de son impact sur la construction et l’interconnexion des territoires de l’Europe du Nord-Ouest. Une réflexion sur le patrimoine archivistique et ses potentialités sera notamment menée. Cette question du transport fluvial et de ses liens avec le territoire présente incontestablement un intérêt historique pour comprendre le maillage (entre continuités et discontinuités) de ces espaces au coeur de l’Europe mais aussi un intérêt sociétal contemporain dans le cadre de la transition écologique et le rôle que peut jouer le transport fluvial dans ce cadre. Une table ronde finale avec des acteurs de référence du domaine étudié clôturera l’événement autour des principaux enjeux actuels et futurs.

L’inscription à ce colloque est gratuite mais obligatoire. Prière de le faire (pour les personnes intéressées) auprès de pierre.tilly@uclouvain.be

Séminaire – Laura Weigert – Les manuscrits de la Passion de Valenciennes : texte, image, spectacle

Séminaire d’histoire sociale des spectacles 2015-2016

Organisé par Marie Bouhaïk-Gironès (Centre Roland Mousnier, CNRS/Paris-Sorbonne), Olivier Spina (LARHRA, Lyon 2) et Mélanie Traversier (IRHiS, Lille 3/IUF)

Les manuscrits de la Passion de Valenciennes : texte, image, spectacle

Oratrice : Laura Weigert (Rutgers University/prof. invitée à l’EHESS)

Le séminaire donné pour but d’interroger à nouveaux frais les processus d’élaboration des spectacles (commandes, décisions et actions, travaux d’écriture et de remaniement, mises en jeu, mises en texte, diffusion, circulation, conservation) à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne. L’histoire des spectacles ne doit donc plus se limiter à l’étude de la composition littéraire des textes, à l’écriture de la partition ou à la composition d’un ballet. Les quelques heures que dure l’évènement ne sont que la partie émergée d’un long processus de création et d’organisation en amont et d’un processus de diffusion et de mémorialisation (oral ou écrite) en aval. Une grande partie de la performativité et de la raison d’être du spectacle se trouve, ainsi, hors de lui-même, dans le processus institutionnel, social, économique, culturel et politique qui rend possible son organisation et son déroulement. Nous nous proposons donc d’étudier les pratiques spectaculaires d’une façon interdisciplinaire en portant une attention nouvelle aux archives qui permettent de mieux saisir le phénomène par nature éphémère qu’est un spectacle. Il s’agit également de s’affranchir de la coupure, académique mais largement artificielle, entre le Moyen Age et l’époque moderne afin de mieux dégager les problèmes et les questionnements diachroniques. Enfin, nous espérons dépasser les cadres nationaux de l’histoire du théâtre et leurs historiographies très caractérisées en faisant dialoguer historiens spécialistes de la France, de l’Italie, de l’Angleterre et d’autres espaces européens.

Informations pratiques
Vendredi 4 décembre 2015
De 10h à 12h
Maison de la Recherche, Paris-Sorbonne
28 rue Serpente, 75 006 Paris, M° Odéon, salle D117

JE – 04/12/2015 – Le pouvoir exécutif et la loi : réceptions, réinterprétations, réécritures (1789-1804)

Le pouvoir exécutif et la loi : réceptions, réinterprétations, réécritures (1789-1804)

Date : 4 décembre 2015
Lieu : Université Lille 3 –  salle des conférences

Cette journée d’études doctorales s’inscrit dans la continuité d’une première journée, tenue en Sorbonne le 5 décembre 2014, qui avait pour but d’explorer un champ encore trop peu étudié par les historiens : l’exécution de la loi. Cette première session, en s’interrogeant sur les acteurs de l’application de la loi – d’une part les acteurs institutionnels (mandataires, fonctionnaires) et d’autre part les acteurs plus « informels » (citoyens, journalistes) de l’exécution de la loi –, a mis en lumière que la lettre de la loi, toujours invoquée comme légitimité de l’action, fait cependant l’objet d’arrangements, voire de détournements, et parfois d’affrontements.

C’est précisément sur cet inévitable écart entre la lettre de la loi et son exécution que cette deuxième journée d’études doctorales voudrait se concentrer. Il s’agira plus particulièrement de s’intéresser aux mots employés par le pouvoir exécutif pour faire appliquer la loi, afin de mettre en évidence les éventuelles discordances par rapport à ceux utilisés par le pouvoir législatif dans le texte même de la loi.

Si les quatre Constitutions de la période révolutionnaire confient toujours à l’exécutif le pouvoir de donner « force à la loi », toutes cantonnent cependant les administrations à un strict rôle passif d’exécution. Or, les actes du pouvoir exécutif, entre 1789 et 1804, n’ont jamais été de simples reproductions neutres de la loi : toute reformulation de la loi est de fait une interprétation, dès lors qu’il s’agit de l’expliquer aux fonctionnaires ou aux citoyens. C’est cette latitude dans l’interprétation de la loi qu’il conviendra d’examiner afin de mesurer la manière dont l’exécutif s’emploie à « refaire » la loi, dès lors qu’il la met en mots et en actes. Ce faisant, il s’agira de remettre en cause le dogme tenace d’un pouvoir exécutif sinon faible, du moins structurellement inféodé au pouvoir législatif, en faisant apparaître son rôle d’ingérence dans le processus même de diffusion et de réception de la loi, au point, sinon de compromettre l’idéal de stricte séparation des pouvoirs , du moins de contribuer à l’émergence de ce pouvoir refusé en droit à l’exécutif, mais exercé de fait par ses organes : le pouvoir réglementaire.

Dans cette optique, les interventions de cette journée aborderont trois axes. Ces axes correspondront respectivement à trois échelles dans lesquelles s’inscrivent les actes du pouvoir exécutif : l’échelle nationale, l’échelle intermédiaire et l’échelle locale de l’application de la loi.

 

Programme

9h-9h30 : Accueil des participants
9h30-10h : Introduction, Virginie Martin, IHRF/IHMC, Université de Paris 1 PanthéonSorbonne.

MATINÉE
Président de séance : Marc Bélissa, CHISCO, Université Paris Ouest Nanterre.
Axe 1 : Exécuter la loi à l’échelle centrale : défis et limites du pouvoir exécutif
10h-10h20 : Jérémy Maloir, CTHDIP, Université de Toulouse 1 Capitole Simple négligence ou malveillance contre-révolutionnaire ? Analyses de la mise en accusation des ministres pour inexécution de la loi sous l’Assemblée législative.
10h20-10h40 : Benoît Carré, IRHiS, Université de Lille 3 Appliquer les lois sur les pensions : les précisions du comité des pensions de l’Assemblée nationale constituante, 1790-1791.
10h40-11h : Jeanne-Laure Le Quang, IHRF/IHMC, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne Rappeler à l’ordre et orienter l’exécution de la loi : le ministre de la police face aux relais départementaux de l’exécutif dans l’application des lois sur la sûreté publique, 1795-1804.
11h-11h15 : Discussion avec le public.
11h15-11h30 : pause

Axe 2 : Exécuter la loi dans l’espace parisien : le pari difficile de la subordination
11h30-11h50 : Laurent Cuvelier, CHSP, Fondation Nationale des Sciences Politiques Publications et publicités, les lois placardées dans l’écosystème urbain parisien révolutionnaire.
11h50-12h10 : Alexandre Guermazi, IRHiS, Université de Lille 3 Adapter ou inventer les premières lois de salut public ? La Municipalité de Paris et les comités révolutionnaires des sections parisiennes face au défi républicain du recrutement des volontaires pour la Vendée, mai 1793.
12h10-12h30 : Clément Weiss, IHRF/IHMC, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne Principes, méthodes et efficacité de la « chasse aux vampires du Palais-Égalité », ou la tentative du ministre Merlin de Douai de cerner les agioteurs par la loi, frimaire-floréal an IV (décembre 1795, avril 1796).
12h30-12h45 : Discutante : Martine Sin Blima-Barru, Archives nationales.
12h45-13h00 : Discussion avec le public.
13h-14h30 : Déjeuner

APRÈS-MIDI
Président de séance : Serge Aberdam, RiTME, INRA.
Axe 3 : Exécuter la loi en province : défis et défaillances de la centralisation.
14h30-14h50 : Isabelle Antunes, GRHis, Université de Rouen Les administrations de district et l’application de la loi sous la Révolution : un relais important.
14h50-15h10 : Solenn Mabo, CERHIO, Université de Rennes II Entre la loi et l’opinion : exécuter la législation religieuse en temps de troubles, district de Redon, Ille et Vilaine, 1791-1792.
15h10-15h30 : Suzanne Levin, CHISCO, Université de Paris Ouest Nanterre « L’impossible » exécution de la loi du 30 avril 1793 sur les représentants en mission dans la Manche en juin 1793.
15h30-15h50 : pause 15h50-16h10 : Julien Edrom, IHRF/IHMC Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne Choisir les élèves de l’École de Mars : l’invention de méritocraties locales, L’application du décret du 13 prairial an II (1er juin 1794) par les districts.
16h10-16h25 : Discutante : Gaid Andro, GRHis, Université de Rouen. 16h25-16h40 : Discussion avec le public.
16h40-17h30 : Table ronde conclusive : Hervé Leuwers, IRHiS, Université de Lille 3. Igor Moullier, ENS, LARHRA, Université de Lyon 2. Pierre Serna, IHRF/IHMC Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Lien

 

Mise en ligne du cycle de conférences sur les bas-fonds de Paris

Le cycle de conférences organisé par le Comité d’Histoire de la Ville de Paris en partenariat avec le Petit Palais sur l’invention des bas-fonds est en ligne.

Qui sont ces misérables, ces criminels, prostituées et mendiants qui hantaient la capitale aux yeux des bons citoyens ? Notion mouvante, les bas-fonds, vus comme le refuge de ceux qui vivent aux marges de la société, véhiculent nombre de fantasmes historiques ou littéraires. Pour cerner au mieux cette infra-société urbaine, différents cas d’études vous seront proposés par des historiens spécialistes du Moyen Âge au XIXe siècle, s’appuyant sur les archives pénitentiaires ou policières, les témoignages des contemporains,les romans puisant dans l’imaginaire.

Conférence en ligne – Assieds-toi et écris ta thèse !

Assieds-toi et écris ta thèse !

Le doctorat mode(s) d’emploi

Première initiative, motivée par l’expression des attentes et besoins concrets des doctorants, l’école d’été doctorale EED Unistra 2015 a pour objectif de donner, en une semaine, aux doctorants en sciences humaines et sociales de fin de 1ère année (et au-delà), un ensemble construit d’outils transversaux, théoriques, méthodologiques et techniques, destinés à faciliter leur parcours doctoral.

Voir la vidéo-conférence

Colloque – 19-20/11/2015 – Femmes des anti-Lumières, femmes apologistes

Femmes des anti-Lumières, femmes apologistes

Palais des Académies
19 et 20 novembre 2015

Argument

Confrontée, durant le XVIIIe siècle, à l’opposition des Lumières, l’apologétique chrétienne consent à de nombreux infléchissements théologiques et promeut une vulgarisation qui l’enjoint sans cesse à se littérariser. Les défenseurs de la foi sont conscients qu’ils prouveront en vain s’ils ne réussissent à plaire. Ils sacrifient dès lors aux effets de mode afin d’élargir leur audience. L’apologétique entame ainsi avec la Philosophie un dialogue paradoxal, ferment de querelles qui contribuèrent à structurer le champ littéraire et à définir contradictoirement la figure émergente de l’intellectuel.

Contraintes de délaisser la sécheresse des traités, réservés naguère aux seuls controversistes, les « Lumières catholiques » tentent de réconcilier la foi avec l’esprit et le goût. Elles cherchent à développer une dévotion en adéquation avec le progrès des sciences et des arts. Sans renier la polémique, elles doivent désormais toucher l’imagination et prônent la séduction en déclinant les genres en vogue (dictionnaires, romans épistolaires, nouvelles, tragédies,…).

Ces métamorphoses découvrent des perspectives au sein desquelles la voix des femmes peut se faire entendre au moment même où se modifie le regard que l’Église et la société portent sur elles. Nulle doctrine sociale ou spirituelle avancée par les Philosophes ne semble plus à l’abri d’une « Action chrétienne féminine », aussi originale que bigarrée. Celle-ci adapte ses stratégies éditoriales à l’esprit du siècle et rêve d’en convertir les formes de sociabilité.

La critique a longtemps sous-estimé le rôle des femmes dans la défense de la foi et le développement de l’antiphilosophie. Le présent colloque entend, selon une démarche interdisciplinaire, éclairer ce mouvement et son rayonnement dont la connaissance est capitale pour la compréhension des débats idéologiques qui émaillent le siècle des Lumières. En filigrane, il interrogera l’opposition de concepts (Lumières vs. anti-Lumières) et de valeurs situés au cœur des débats sociaux mais aussi, sur un plan épistémologique, à la base du développement de traditions historiographiques divergentes.

Programme

19 novembre 2015

10h00     Accueil des participants & allocution de bienvenue
Alexis Wilkin, directeur du Centre de Recherches sociamm (ULB)

10h15     Fabrice Preyat (FNRS – Université Libre de Bruxelles)
Introduction et état de la question

Communautés féminines et éducation
Présidence : Mme Brigitte D’Hainaut-Zveny (Université Libre de Bruxelles)

10h45     Silvia Mostaccio (Université Catholique de Louvain)
Prise de parole et éducation. Pratiques jésuites par les femmes entre Révolution et Restauration (France, Pays-Bas méridionaux, Italie)

11h15     Sarah Barthélemy (EHESS – Université Catholique de Louvain)
Vivre dans le monde. Femmes religieuses de la Contre-Révolution

Discussion – Déjeuner

Modèles littéraires, modèles religieux

Présidence : Mme Sylviane Albertan-Coppola (Université de Picardie)

13h15     Luís Manuel Bernardo (CHAM/FCsH – Universidade Nova de Lisboa)
Aventuras de Diófanes (1752). Un avatar des Aventures de Télémaque écrit sous pseudonyme par Teresa Margarida da Silva e Horta

13h45     Yves Krumenacker (Université Jean-Moulin- Lyon 3 – Institut universitaire de France)
L’usage de la fiction dans l’apologétique de Marie Huber

14h15     Nicolas Brucker (Université de Lorraine)
Fictionalisation du moi et figurisme dans les Réflexions édifiantes de Jacqueline-Aimée Brohon

Discussion – Pause

15h15     Lorenzo Rustighi (Università degli Studi di Padova)
Les figures de la féminité chez Marie-Françoise Loquet : un dialogue avec Jean-Jacques Rousseau 

15h45     Bruno Bernard (Université Libre de Bruxelles)
Juliane de Krüdener : du rousseauisme romantique au mysticisme piétiste

Discussion – Pause

Dialogues, querelles et controverses

Présidence : Mme Valérie André (FNRS – Université Libre de Bruxelles)

16h30     Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval (Université Paris Est – Créteil)
Madame de Genlis éditrice, madame de Genlis apologiste

17h00     Fabrice Preyat (Université Libre de Bruxelles)
La Laïs philosophe : un choeur de voix féminines dans la conversion des Lumières ?

Discussion et clôture des travaux

Dîner en ville

20 novembre 2015

Etude de cas : l’apologétique de Marie Leprince de Beaumont

Présidence : M. Nicolas Brucker (Université de Lorraine)

10h00     Rotraud von Kulessa (Universität Augsburg)
Marie Le prince de Beaumont : l’apologétique chrétienne au féminin. Querelles philosophiques et religieuses et Querelle des Femmes

10h30     Geneviève Artigas-Menant (Université Paris Est- Créteil)
Madame Leprince de Beaumont : femme des Lumières et apologiste. Analyse de la correspondance inédite avec le libertin Thomas Pichon-Tyrrel

Discussion – Pause

11h15     Ramona Herz (Université de Lorraine – Universität Augsburg)
Le rôle de l’athéisme dans l’apologétique de Marie Leprince de Beaumont

11h45     Sylviane Albertan-Coppola (Université de Picardie)
Le juif et la chrétienne dans Les Américaines de madame Leprince de Beaumont

Discussion – Déjeuner

Voix européennes

Présidence : Mme Kate E. Tunstall (Oxford University)

14h00     Stéphanie Géhanne-Gavoty (Université Paris IV – Sorbonne)Voies et détours d’une apologétique au féminin dans les Lettres à une illustre morte de Caraccioli

14h30     Véronique Pichet (Université Bordeaux Montaigne)
Hannah More : entre propagande conservatrice et prosélytisme évangéliste ; femme des anti-Lumières ou opportuniste ?

15h00     Stéphanie Loriaux (Université libre de Bruxelles)
Le féminisme la Bible en main. Les femmes du « Réveil protestant » aux Pays-Bas

Discussion – pause

Représentations

Présidence : M. Fabrice Preyat (Université Libre de Bruxelles)

16h00     Marie-Christine Desmaret (Université de Lille 3)
L’union des contraires et la peinture des passions dans l’écriture de madame de Staël

Discussion – pause

16h45     Kate Tunstall (Oxford University – Worcester College) et Alain Viala (Oxford University – Lady Margaret Hall)
Conclusions
Anti ? Querelles, modernité et construction des savoirs

17h15     Clôture des travaux

Informations pratiques
Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts
Palais des Académies
Salle Ilya PRIGOGINE
Rue Ducale, 1
1000 Bruxelles

Séminaire – Silvia Mostaccio – Un objet, plusieurs questions. Genre et guerre dans l’armée des Flandres (XVIe-XVIIe siècles)

Séminaire GEMCA

Université catholique de Louvain

Un objet, plusieurs questions. Genre et guerre dans l’armée des Flandres (XVIe-XVIIe siècles)

Oratrice : Silvia Mostaccio (UCL)
Dans son The Army of Flanders and the Spanish Road, 1567–1659. The Logistics of Spanish Victory and Defeat in the Low Countries’ Wars (2e éd. 2004), Geoffrey Parker résumait les données analysées dans les chapitres précédents dans l’annexe intitulée « The “Tail” of the Army of Flanders: women & servants with the troops ». Il est évident que, dans la perspective de l’auteur (celle de la logistique militaire au cœur d’une histoire militaire profondément renouvelée), l’analyse proposée avait tout son sens. Mais que se passe-t-il si on change de point de vue pour proposer un récit complémentaire de cette armée en mouvement entre les possessions espagnoles du Nord au Sud de l’Europe ? Que devient l’histoire de ce groupe itinérant, polyglotte, multiconfessionnel, si on met au centre la question des relations, collectives et individuelles, entre hommes et femmes ?

Cette présentation esquissera deux angles d’approche tout à fait différents sur l’armée des Flandres – cet objet complexe d’enquête historique : les archives de la mission religieuse militaire des jésuites (la missio castrensis SJ, 1587-1659) et les témoignages génois sur la famille d’Ambrogio Spinola, général de l’armée des Flandres, et de Giovanna Baciadonne. Par la missio castrensis, on peut apprivoiser des dossiers tels que celui des conversions confessionnelles, des mariages et de la prostitution à l’armée, ainsi que celui des mineurs non accompagnés qui suivaient les soldats. Les sources d’archives et d’imprimés de la ville de Gênes permettent par ailleurs de suivre un couple et une famille qui fera de la guerre le moyen pour dépasser les tensions internes à la République. L’armée des Flandres deviendra dans ce cas le lieu pour renforcer un honneur familial, auquel Ambrogio et Giovanna consacrent leurs importantes fortunes et leur énergie en vivant au loin durant quinze ans.

Informations pratiques

20 novembre 2015
De 14h à 16h00
Collège Érasme – ERAS 74
Faculté de philosophie, arts et lettres
Place Blaise Pascal, 1
1348 Louvain-la-Neuve

Conférence – 01/12/2015 – La bourgeoisie parisienne entre corporatisme et absolutisme

La bourgeoisie parisienne entre corporatisme et absolutisme

Matthieu Marraud, CNRS

Date : le 1er décembre 2015, 18h-19h30
Lieu : IEA de Paris, Hôtel de Lauzun, 17 quai d’Anjou
Paris, France (75004)

Si le système des privilèges de l’Ancien Régime est souvent associé à la noblesse, il peut l’être tout autant à la bourgeoisie. Elle aussi exerce une puissance publique sur les hommes et sur les biens et construit sa distinction avec le peuple via une opposition très forte entre marchands et artisans, entre ville et faubourgs, entre gens dignes et indignes. La bourgeoisie parisienne s’élabore ainsi à travers le conflit et le rapport de force dans un combat qu’elle perdra : la construction de l’appareil d’État se fera en grande partie contre elle.

Mathieu Marraud est chargé de recherche CNRS (CRH-EHESS). Ses recherches portent sur les rapports entre structure sociale et structure politique dans la ville d’Ancien Régime, et plus particulièrement à Paris.

Cycle de conférences organisé dans le cadre des «Mardis de Lauzun» par Caroline zum Kolk, (IEA de Paris / Cour de France.fr)

Inscription obligatoire

Conférence – 17/11/2015 – Baroque en liturgie : comprendre le cérémonial catholique à l’époque moderne

Baroque en liturgie : comprendre le cérémonial catholique à l’époque moderne

Bernard Dompnier, U. Clermont-Ferrand

Date: 17/11/2015, 18h30

Lieu: Université de Liège, Complexe Opéra, Salle Pousseur

Contact: jonathan.dumont@ulg.ac.be

Lien: http://web.philo.ulg.ac.be/transitions/portfolio-item/agenda/

affiche de la conférence

Colloque – 13/11/2015 – François Pourbus l’Ancien. De l’abbaye Saint-Martin au Séminaire épiscopal de Tournai (XVIe – XXIe siècle)

François Pourbus l’Ancien. De l’abbaye Saint-Martin au Séminaire épiscopal de Tournai (XVIe – XXIe siècle)

Colloque du 13 novembre 2015 avec la collaboration de l’Institut royal du Patrimoine artistique de Tournai (XVIe – XXIe siècle).

Lieu : Séminaire épiscopal de Tournai (Grand auditorium du 1er étage), 28 Rue des Jésuites, B 7500 – Tournai
Exposition :
du 14 au 27 novembre 2015
Concert :
Samedi 21 novembre 2015 à 20h, Église du Séminaire de Tournai

Le récent traitement par l’IRPA des dix-sept panneaux peints par François Pourbus l’Ancien pour l’abbaye Saint-Martin de Tournai (Vie de saint Martin et Passion du Christ) a fourni une riche moisson d’informations nouvelles sur la composition de cet ensemble exceptionnel, classé comme «Trésor de la Communauté française » en 2013. Le colloque a pour objectif de faire le point sur les connaissances qui touchent à l’histoire, à la réalisation et à la conservation-restauration de ces dix-sept peintures. Les Actes seront publiés fin 2016 ou début 2017.

Voir le programme complet

Invitation cordiale de la part du Séminaire de Tournai :
Monique Maillard-Luypaert – Archives et Musée, Séminaire épiscopal
Rue des Jésuites, 28 – B 7500 Tournai
maillard.monique@skynet.be