Archives de catégorie : Evénements scientifiques et culturels

Dans cette catégorie on retrouvera les posts concernant les colloques, conférences, journées d’étude et workshops abordant la période moderne.

Colloque – Walking with Saints. Protection, devotion and civic identity

Colloque international organisé par le KADOC (KU Leuven) et la ville de Renaix

Titre: Walking with Saints. Protection, devotion and civic identity

Dates: 24-25-26 mai 2018

Lieu: Belgique, Renaix (Ronse)

Programme détaillé

Argument

Since the adoption of the UNESCO Convention for the Safeguarding of Intangible Cultural Heritage in 2003, the issue of cultural practices has increasingly gained the attention of heritage professionals, academics, decision makers and practitioners alike. Many practices, rituals, performances, social traditions, craftsmanship and more have since been put on the list of Intangible Cultural Heritage. However, despite the growing interest in the social dimensions of cultural heritage and the recognition of the importance of the intangible aspects of heritage, many issues still need further reflection.  A crucial aspect is the interaction and relationship between intangible cultural heritage and its spatial contexts. This is part of a broader “spatial turn” in historiography and research.

For centuries people in Europa and elsewhere have walked the landscape carrying the relics of martyrs and saints. By doing so they gave meaning to and altered the significance of the land, be it urban or natural, in more ways than we imagine. One of these aspects is the way in which the landscape is transformed by walking it, thus setting paths, reinforcing boundaries, strengthening a community’s identity in relation to a certain landscape or setting the pace of life according to the repetition of the traditional acts in time.

“Walking with saints: protection, devotion and civic identity” focusses on the origin and evolution of procession rites with a strong link with the landscape. This conference, therefore, aims at studying the religious landscape, be it a specific spot or a larger territory, not as the mere spatial background for spiritual activities, but as an active agent in the shaping, transmission and transformation of the spiritual activity of human beings throughout time. Hence, we invite also reflections on developments in the 19th and 20th centuries when a rediscovering of the past, both within and outside the Christian churches, was en vogue and when new ways of looking at the natural landscape were moulded in the aftermath of the industrialisation of the economy.

Though the starting point is an activity that is typical for Europe, we are interested in broadening the perspective to non-Christian and non-Western traditions that have an important connection with the landscape in which they are performed.  It is generally known, for example, that the landscape and natural phenomena play an important role in the traditions of indigenous cultures in Australia, the Americas and Africa. In Asia walking with the statues of gods is a common, though little understood, phenomenon. It is to be expected that these traditions can broaden our understanding of the role of the landscape in the development and sustainability of immaterial heritage.

Conférence – Liège et son entrée dans l’ère typographique

Conférence par Renaud ADAM (CESR/Transitions) dans le cadre du cycle de conférences « Livres et Liège« , mis sur pied en partenariat avec Transitons à l’occasion de l’exposition « Empreintes. Patrimoine écrit témoin de l’Histoire » organisée par le Réseau des bibliothèques de l’Université de Liège et la Cité Miroir de Liège

Titre : Liège et son entrée dans l’ère typographique

Dates: 8 mai 2018

Lieu: Liège, Cité Miroir, Place Xavier Neujean

Argument:

Plus d’un siècle sépare l’arrivée de l’imprimerie à Liège de son invention par Gutenberg vers 1450. La présente conférence sera l’occasion de revenir non seulement sur les raisons de cet écart chronologique, mais aussi de mesurer les conséquences de l’entrée de Liège dans l’ère typographique.

 

Séminaire – Le langage mental de la scolastique : le verbum mentis et la création littéraire

Troisième séminaire du cycle  du projet ARC Schol’Art: « Intersections entre lettres arts et scolastique aux 16e et 17e siècles »

Titre : « Le langage mental de la scolastique : le verbum mentis et la création littéraire » présenté par Margaux Dusausoit et Aline Smeesters

Date: 8 mai 2018 (14h-16h)

Lieu: Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, Collège Erasme, local ERAS 57

Cours-conférence – L’École des Annales et ses « marges »

Cours-conférence du Collège Belgique, par Vincent Genin, sous la responsabilité académique de Michel Dumoulin.

Titre: L’École des Annales et ses « marges »

Date: 25 avril 2018 (17h)

Lieu: Académie royale des Scienes, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, Palais provincial de Namur

Argument:

Depuis 1929 et la création des Annales d’histoire économique et sociale sous l’égide de Marc Bloch et de Lucien Febvre, cette revue, que l’on assimile depuis longtemps à une « École », occupe une place marquante dans les champs intellectuel et historique. Pourfendeurs de l’histoire dite « traditionnelle », favorables à la mise en exergue du « temps long » de Fernand Braudel, les Annales n’ont pas manqué de susciter le débat. Cela étant, les historiens des courants historiques en France ont surtout traité de cette École et non de ses « marges », souvent objets de ses critiques.

Ces « marges » sont constituées d’autres courants historiques (comme l’histoire des relations internationales, l’histoire politique etc.), présentant a priori une forme d’altérité intellectuelle. Il apparaît cependant que l’antagonisme entre les « Anciens » et les « Modernes » ne soit pas aussi manichéen que d’aucuns ne l’ont décrit.

La question est ouverte : quelle est la part de construction identitaire et de véritable contestation critique entre les Annales et ses « opposants » ?  Cette conférence tentera de répondre à cette interrogation.

Informations, programme et inscription

Journée d’étude – Portes ouvertes. Variations sur l’ARS TARSIATA

Journée organisé par le Service et Technologie des arts plastiques (Temps modernes) et avec les interventions d’Alexandra BALLET (Université de Bourgogne-Franche-Comté), Lucia AQUINO et Elena BUGINI (ULiège/Transitions),

Titre : Portes ouvertes. Variations sur l’ARS TARSIATA

Date : 27 avril 2018,  à partir de 9h30

Lieu : Liège, Liège Université, Bât. A3, Salle Wittert

Conférence – Entre trésors et archives, la collection des Bollandistes

Conférence par les Drs. Michiel Verweij et Nathalie Roland (KBR) dans le cadre des Déjeuners de la recherche de la Bibliothèque royale de Belgique.

Titre : Entre trésors et archives, la collection des Bollandistes.

Date : 20 avril 2018, 13h-14h.

Lieu : Bibliothèque royale de Belgique, Park Room (2e étage).

Plus d’informations via ce lien.

Conférence – Les doctorants de Transitions et les humanités numériques. Pratiques, critiques et perspectives. « L’édition critique de manuscrits »

Conférence donnée par Véronique WINAND (UniSI/ULiège/Transitions) et Adélaïde LAMBERT (ULiège/Transitions), organisé par Claudia D’ALBERTO, Alexandre GODERNIAUX, Marjolaine RAGUIN et Eva TRIZZULLO (ULiège/Transitions)

Titre : Les doctorants de Transitions et les humanités numériques. Pratiques, critiques et perspectives. « L’édition critique de manuscrits »

Date :  25 avril 2018,  de 11h00 à 13h00

Lieu : Liège, Liège Université, Bât. A4, Salle S50

Conférence – Composer. Enseigner. Célébrer. Plumes et parchemins à la gloire de l’Église de Liège (VIIIe-XIIe siècles)

Conférence donée par Florence CLOSE (ULiège/Traverses-RPI/Transitions) dans le cadre du cycle de conférences « Livres & Liège », mis sur pied en partenariat avec Transitions à l’occasion de l’exposition « Empreintes. Patrimoine écrit témoin de l’Histoire » organisée par le Réseau des bibliothèques de l’Université de Liège et la Cité Miroir de Liège

Titre : Composer. Enseigner. Célébrer. Plumes et parchemins à la gloire de l’Église de Liège (VIIIe-XIIe siècles)

Date : 24 avril 2018,  20h00

Lieu : Liège, Cité Miroir, Place Xavier Neujean, 4000, Liège

Colloque – Nouveaux regards sur les saisies patrimoniales en Europe à l’époque de la Révolution française

Séminaire d’histoire de l’art de l’IRPA n° 19.

Titre: Nouveaux regards sur les saisies patrimoniales en Europe à l’époque de la Révolution française

Dates : 30-31 mai 2018.

Lieu : Bruxelles, Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA-KIK)

Programme

Inscriptions

Argument:

Régulièrement réapparaît çà et là une remise en question des notions de sécularisation et de décontextualisation des œuvres d’art qui ont présidé à la création, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, des musées modernes. Cette remise en cause conduit à considérer, dans la foulée de Quatremère de Quincy, que l’œuvre d’art ne peut être appréciée que dans son contexte d’origine. D’où le risque de vouloir réécrire notre passé en reconsidérant les transferts patrimoniaux qui ont, de tous temps, jalonné l’histoire.

Le cas sans doute le plus révélateur est celui des saisies révolutionnaires à la charnière du XVIIIe et du XIXe siècle, époque cruciale pour l’éveil de la conscience patrimoniale. Aujourd’hui encore, les passions restent vives en certaines contrées jadis dépouillées de nombreux chefs-d’œuvre. Diverses voix se font par exemple entendre en Belgique pour dénoncer les exactions opérées par les troupes françaises et pour réclamer le retour d’œuvres emportées en 1794-1795. Cette réapparition de revendications faisant fi du principe de non-rétroactivité se situe dans la lignée de la rétrocession de biens artistiques aux familles juives spoliées par les nazis autant que des recommandations de l’UNESCO en faveur de la restitution d’objets culturels enlevés par les anciennes puissances coloniales.

Poser la question de ces transferts de patrimoine à la fin du XVIIIe siècle sous le seul angle des spoliations apparaît toutefois réducteur, car ce serait oublier combien l’appropriation des œuvres culturelles par la nation française procédait alors d’une ambition universelle de libération et de promotion de l’art aux fins d’éducation pour tous les citoyens. Cette ambition démocratique s’est construite sur la notion émergente de patrimoine relevant de l’appropriation collective.

Dans la foulée de l’inventaire scientifique que dresse l’IRPA des peintures et des sculptures spoliées par les révolutionnaires français dans les Pays-Bas autrichiens et la principauté épiscopale de Liège, un colloque de deux jours est organisé par la même institution pour réévaluer de la manière la plus large les circonstances historiques, politiques et artistiques de ces prélèvements révolutionnaires à travers l’Europe, ainsi que leurs antécédents et répercussions immédiats. La thématique est élargie à l’ensemble du patrimoine culturel concerné, et non pas seulement aux œuvres d’art.

Comité scientifique

Arnout Balis, ere-professor aan de Vrije Universiteit Brussel en voorzitter van het Centrum Rubenianum Antwerpen

Christina Ceulemans, ere-algemeen directeur van het KIK-IRPA

Hilde De Clercq, algemeen directeur a.i. van het KIK-IRPA

Bruno Demoulin, professeur à l’Université de Liège (Groupe d’étude du XVIIIe siècle et des révolutions de l’ULg) et président du Conseil scientifique des Archives générales du Royaume

Hans Feys, adviseur van de Afdeling Cultureel Erfgoed van de Vlaamse Gemeenschap

André Gob, professeur honoraire de muséologie à l’Université de Liège et président du Conseil des musées de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Pierre-Yves Kairis, chef de département a.i. à l’IRPA-KIK

Christophe Loir, professeur d’histoire à l’Université libre de Bruxelles

Jacques Lust, diensthoofd  externe communicatie van het Federaal Wetenschapsbeleid

Gaëtane Maës, maître de conférences HDR en histoire de l’art à l’Université de Lille 3

Caroline Marchant, attachée à la Direction du Patrimoine culturel de la Fédération Wallonie-Bruxelles

Bart Suys, raadgever Wetenschapsbeleid, kabinet staatssecretaris Zuhal Demir

Joost Vander Auwera, conservator/werkleider-geaggregeerde aan het Departement Oude Kunst van de Koninklijke Musea voor Schone Kunsten van België

Robert Van de Walle, hoofd van de juridische dienst van het Federaal Wetenschapsbeleid

Beatrijs Wolters van der Wey, wetenschappelijk medewerker bij het KIK-IRPA

Conférence – Censure et histoire du livre font-elles bon ménage ? L’apport des archives de la commission de l’Index d’Anvers de 1570 au catalogue des imprimeurs parisiens du XVIe siècle

Conférence par Renaud ADAM (CESR/Transitions), dans le cadre des « Rencontres Renouard » 2018 : le livre à Paris au XVIe siècle

Titre: Censure et histoire du livre font-elles bon ménage ? L’apport des archives de la commission de l’Index d’Anvers de 1570 au catalogue des imprimeurs parisiens du XVIsiècle

Date: 13 avril 2018

Lieu: Paris, École des chartes, 65 rue de Richelieu (salle Delisle)

Conférence – Les rouages de l’État bourguignon (XIVe-XVIe siècles). « La pensée politique »

Conférence donnée par Klaus OSCHEMA (Ruhr-Universität Bochum) et Jonathan DUMONT (ULiège/Transitions), organisé par Alain MARCHANDISSE, Sébastien DAMOISEAUX, Jonathan DUMONT et Christophe MASSON (ULiège/Transitions) dans le cadre du cycle de conférences 2017-2018 de Transitions

Titre : Les rouages de l’État bourguignon (XIVe-XVIe siècles). « La pensée politique »

Date : 23 avril 2018,  de 14h00 à 16h00

Lieu : Liège, Liège Université, Bât. A1, Salle 3/24

Colloque – La paix des Dames – volet II, entre cérémoniel, médiatisation et mémoire

Colloque organisé par Laure Fagnart (ULiège/Transitions) et Jonathan Dumont (ULiège/Transitions)

Titre: La paix des Dames – volet II, entre cérémoniel, médiatisation et mémoire

Date: 17-18 mai 2018

Lieu: Bourg-en-Bresse, Monastère royal de Brou

Argument:

Parmi toutes les femmes qui ont exercé une fonction de pouvoir dans l’Europe de la Renaissance, Louise de Savoie et Marguerite d’Autriche sont assurément parmi les plus célèbres. Le traité de paix qu’elles négocièrent ensemble, au nom de leurs fils et neveu, à Cambrai, en 1529, ne l’est pas moins.Demeuré dans les mémoires comme la « paix des Dames », cet accord mit fin à la seconde guerre que se livraient François Ier et Charles Quint.

Pourtant, la rencontre, théâtre d’un mois de négociations entre la France et l’Empire, est mal connue. Quant à ses célébrations, tant dans le domaine des arts que dans celui des lettres, elles n’ont pas encore retenu l’attention qu’elles méritent. Un programme de recherches tend à combler ces lacunes. Mené en partenariat avec l’Université Paris 13 (La Pléiade) et le Monastère royal de Brou (Bourg-en-Bresse), il a reçu le soutien financier du F.R.S.-FNRS (Crédit de recherche, CDR) et du WBI – Wallonie-Bruxelles-International (Programme Tournesol).

D’une part, il vise à produire le récit détaillé de la rencontre organisée en juillet-août 1529. De l’autre, il entend analyser les productions littéraires et artistiques qui ont immortalisé, immédiatement et a posteriori, la signature de la paix. À terme, les résultats de la recherche seront valorisés sous la forme d’un livre collectif et d’un espace d’interprétation, disposé au Monastère royal de Brou.

Deux colloques sont organisés en amont : une première rencontre a eu lieu les 7 et 8 décembre 2017, à Liège, afin d’évoquer les aspects politiques, diplomatiques et cérémoniaux de la rencontre de Cambrai ; une seconde, mise en œuvre les 3 et 4 mai 2018, à Bourg-en-Bresse, sera consacrée à la médiatisation de la signature de la paix.