Archives de catégorie : Evénements scientifiques et culturels

Dans cette catégorie on retrouvera les posts concernant les colloques, conférences, journées d’étude et workshops abordant la période moderne.

Colloque 13-15/07/2015 – Cities and Citizens 17th-Century Studies Conference

Cities and Citizens 17th-Century Studies Conference

Date: 13th July 2015, 09:00 to 15th July 2015, 14:00

Lieu: Durham University

The 2015 conference focuses on the topic of ‘Cities and Citizens’ and will focus on the ways in which urban centres were perceived, experienced, understood and represented in the ‘long seventeenth century’ (c.1580-1720). The conference will be held within the World Heritage Site on Palace Green in the heart of the seventeenth-century bishopric capital of Durham.

The conference aims to provide an opportunity for scholars in a range of disciplines to meet and discuss their work on the city and citizenship. Our over-arching theme is the distinctive urban experience of the seventeenth century. How did the seventeenth-century European city arise from late medieval urbanism and become established in the New World? How did the European city stand between the Renaissance and the Enlightenment? How did cities and ‘citizenship’ function in non-European cultures? How did different urban cultures interact and influence one another?

This conference coincides with current research at Durham’s Institute for Early Modern Studies on Cities in History: Archives and Traces, 1100 –1700

Contact early.modern@durham.ac.uk for more information about this event.

Lien

Conférences – 30/04 et 07/05/2015 – La naissance des politiques scientifiques en Europe (17e-18e siècles)

Leçons organisées dans le cadre du Collège belgique (programme 2015)

La Révolution Scientifique du XVIIe siècle modifie les rapports entre monde savant et pouvoir politique. La « Nouvelle Science » exige des moyens matériels que seul l’Etat paraît capable de fournir. D’autre part, ses méthodes – le calcul et l’expérimentation – apparaissent applicables et susceptibles d’éclairer le politique dans les affaires d’Etat. A la cour savante du XVIe siècle se substitue une véritable notion de « politique scientifique » qui peut se résumer dans la formule « pour la science et par la science ». Amorcé au XVIIe siècle, le projet se décline et s’applique différemment selon les spécificités nationales. On l’analysera transversalement par des exemples choisis en France, Angleterre, Espagne, Prusse, Pologne, Russie, Pays-Bas du Sud et du Nord.

Le cours-conférence comprendra deux leçons:

1. Science et grandeur des Etats (30/04/2015)

On y traitera du mouvement des idées, de leurs porte-parole et de leurs relais depuis Francis Bacon, dont la « Maison de Salomon » esquisse une organisation étatique de la science. Il inspira les grands commis de l’Etat, les administrateurs de la science, les « faiseurs d’opinion » comme les Encyclopédistes.

2. Les outils (07/05/2015)

On y étudiera les institutions (académies, observatoires), les enquêtes et explorations (inventaire des ressources naturelles d’un pays, mais aussi espionnage industriel et prospection outre-mer), le système des pensions, la formation scientifique des cadres de l’Etat (officiers, ingénieurs et professions de santé).

Informations pratiques :

– coordinateurs : Robert Halleux – Chantal Grell
– lieu : 17h au Palais des Académies – Ecuries royales
inscription obligatoire via le site de l’Académie royale de Belgique

Source : Académie royale de Belgique

Colloque – 24-25/04/2015 – Considering women in Early Modern Low Countries

In April of 2015, the Rubenianum in Antwerp will host a two-day conference entitled “Considering Women in the Early Modern Low Countries.” This interdisciplinary event will bring together twenty-six international scholars to present their current research and to develop new approaches to the study of women and gender in the Low Countries from the sixteenth through the eighteenth centuries.

Women were fundamental actors in early modern Low Countries society, not only shaping the domestic sphere but also playing major roles in the dynamic environment of economic, artistic, and cultural exchange of both the Catholic Southern Netherlands (present-day Belgium and Luxembourg) and the Protestant Northern Netherlands (the modern-day Netherlands, founded during the Dutch revolt at the end of the sixteenth century). The Habsburg territories were governed by a string of women rulers, from Margaret of Austria (1480 – 1530) and Mary of Hungary (1505 – 1558) to the archduchess Isabella of Spain (1566 – 1633). More ordinary Netherlandish women ran businesses, pursued careers as painters and writers, joined religious communities, helped steer the course of debates between Protestants and Catholics, and patronized the arts. The wealthier among them had their portraits painted by the most famous artists of their time – Rubens, Van Dyck, and Rembrandt – while women of lesser means might find themselves in difficult situations, eking out a living in the “shadow” market for untaxed goods or imprisoned for committing crimes. At the same time, evolving traditions of the visual representation of women both reflected and determined attitudes towards gender. Understanding women’s roles in Netherlandish society and the formative part played by visual culture in defining these roles is critical for gaining a fuller picture of early modern Flemish and Dutch culture; yet despite remarkably rich archival and material resources, this field remains in many ways undeveloped.

The conference “Considering Women in the Early Modern Low Countries” represents a major step towards redressing this problem. It will be the first conference to focus on historical Netherlandish women in both the North and the South, and the program’s structure invites participants and attendees to make comparisons across the political and religious border. The conference is highly interdisciplinary: the speakers comprise eight art historians, seven social historians, and three literary scholars, and our panel chairs likewise come from diverse academic backgrounds. Subthemes that will be addressed include:

  • The representation of gender in the visual arts
  • Women as authors and artists
  • Women and aging
  • Marriage and family
  • Women’s work and economic roles
  • Convent culture and nuns’ textual and visual practices
  • Women’s artistic patronage
  • Women as religious activists
  • Women’s material culture
  • Gender in the legal system
  • Women’s fashion and dress
  • Traditional and innovative historical sources and methodologies

“Considering Women in the Early Modern Low Countries” will increase exchange among scholars working on these questions, and also aims to inspire both established and emerging researchers to take up the study of Netherlandish women.

Programme

Friday, April 24, 2015

8:30-9:00:       Coffee and Registration

9:00-9:15:       Welcome

Véronique van de Kerckhof, Rubenianum

Luc Duerloo, University of Antwerp

9:15-9:30:       Introduction, Amanda Pipkin, University of North Carolina Charlotte

9:30-11:00:     Panel I: Writing and Public Culture

Panel Chair: Lia van Gemert, University of Amsterdam

Judith Keßler, Radboud University: “The Perception and Self-Fashioning of the Antwerp Poetess Anna Bijns (1493-1575) in Male Vernacular Literary Society”

Martine van Elk, California State University Long Beach: “Publicizing Female Virtue: Mariamne in Plays by Elizabeth Cary and Katharina Lescailje”

11:00-11:30:   Coffee break

11:30-13:00:   Panel II: Picturing Nuns

Panel Chair: Aaron Hyman, University of California Berkeley

Andrea Pearson, American University: “Disability and Salvation in a Mechelen Besloten Hofje”

Margit Thøfner, University of East Anglia:  “‘Adorned With the Pictures of Many Devout Women’: Portraying Nuns in the Low Countries”

13:00-14:30:   Lunch

14:30-15:30:   Keynote Address I

Martha Howell, Columbia University: “The Problem of Female Agency: Assessing Gender Relations in the Early Modern Low Countries” 

15:30-16:00:   Coffee break

16:00-18:00:   Panel III: Feminine Ideals and Transgressions in the Dutch Republic

Panel Chair: Anne-Laure van Bruaene, Ghent University

Martha Moffitt Peacock, Brigham Young University: “The Maid of Holland – Allegory or Role Model?”

Manon van der Heijden, Leiden University: “Criminal Women in Early Modern Holland”

Mirjam de Baar, University of Groningen: “Representations of Female Dissenters in the Seventeenth-Century Dutch Republic”

Saturday, April 25, 2015

9:00-10:30:     Panel IV: Aesthetics of Authority and Aging

Panel Chair: Bert Watteeuw, Rubenianum

Cordula van Wyhe, University of York: “The Fabric of Female Rule in Leone Leoni’s Statue of Mary of Hungary, c. 1555”

Frima Fox Hofrichter, Pratt Institute: “Wrinkled Old Women (WOW!) – The Overlooked in the Early Modern Period”

10:30-11:00:   Coffee break

11:00-13:00:   Panel V: Marriage, Money, and Work

Panel Chair: Ariadne Schmidt, Leiden University

Danielle van den Heuvel, University of Kent: “Considering the Economic Role of Women in the Dutch Republic”

Tine de Moor, Utrecht University: “Yes, I do! Marriage Patterns in Early Modern Amsterdam”

Katlijne van der Stighelen, KU Leuven: “Anna Francisca de Bruyns (1604-1656): The Artist, the Mother and the Wife. A Contextual Approach to Her Early Career” 

13:00-14:30:   Lunch

14:30-15:30:   Keynote Address II

Diane Wolfthal, Rice University: “Foregrounding the Background: Images of Dutch and Flemish Household Servants” 

15:30-16:00:   Coffee break

16:00-17:30:   Panel VI: Writing and Convent Culture

Panel Chair: Ellen Decraene, University of Antwerp

Patricia Stoop, University of Antwerp: “Religious Women and the Writing of Vernacular Sermons in the Southern Low Countries (1550-1600)”

Ping-Yuan Wang, Ohio University Lancaster: “Sisters for Life: Narratives of Sisterhood in the Visitandine Necrologies in the Spanish Netherlands, ca. 1668-1715”

17:30-17:45:   Closing Remarks

Sarah Moran, Swiss National Science Foundation & University of Antwerp

Lieu

The Rubenianum
Kolverstraat 20
2000 Antwerp

This conference will take place at the Rubenianum – a research center founded in 1959 that promotes the study of Flemish art, in particular that of its golden age from Pieter Bruegel to Peter Paul Rubens. The Centrum Rubenianum has produced a number of publications related to this field, has collaborated on major exhibitions, and has organized international symposia for scholars and interested public.

Source : site internet du colloque

Cycle de conférences – Carolus Festival

VISITBRUSSELS et ses partenaires se sont associés afin de proposer une programmation touristique qui renforce la notoriété et la visibilité nationale et internationale de Bruxelles dans le paysage culturel et patrimonial autour du thème de Charles Quint et de son époque. Cette collaboration a pour objectif de développer cette thématique d’année en année afin de satisfaire les amateurs d’histoire et de patrimoine.

Pourquoi Charles Quint ?
Pour certains, cet empereur est un précurseur de l’unité européenne. Mais n’exagérons rien : il a fait la guerre à trois reprises à François Ier, roi de France et ses relations avec Henri VIII, roi d’Angleterre, n’étaient pas moins orageuses. Mais ce que l’on peut dire avec certitude, c’est que sous le règne de François Ier, Henry VIII et Charles Quint, l’Europe du Moyen Age bascule dans les Temps Modernes et que de ces trois souverains, Charles Quint est le plus puissant.

Pourquoi Bruxelles ?
L’époque de Charles Quint a marqué le destin de la ville. Pendant son règne qui dure 40 ans, de 1515 à 1555, c’est à Bruxelles qu’il passe le plus temps, faisant de la ville un centre de pouvoir pour son immense empire ” où le soleil ne se couche jamais “; c’est dans la grande salle d’apparat de son palais de Bruxelles qu’il choisira d’ailleurs d’abdiquer en faveur de son fils Philippe II.

Programme conférences 2015

Erasme et le prince Charles

(NL traduit simultanément en FR)

Date : 21 mai – 20h
Conférencier : Wim Blockmans, professeur émérite d’histoire médiévale à l’Universiteit Leiden.
Organisateur : en collaboration avec le Masereelfonds
Entrée gratuite sur réservation (02/521 13 83 ou info@erasmushouse.museum)
Maison d’Erasme – rue du Capitre, 31 – 1070 Bruxelles.
Desiderius Erasmus entretenait d’étroites relations avec la cour des Pays-Bas. Il a rédigé son ‘Éducation du prince chrétien’ pour le jeune prince qui deviendrait Charles Quint. De nombreux autres écrits d’Érasme témoignent de ses positions tranchées en matière d’éthique du pouvoir. Mais l’empereur Charles n’était pas le meilleur élève du grand maître…
Durant cette conférence du Prof. Wim Blockmans, deux lecteurs interpréterons des fragments de l’œuvre d’Érasme.

L’image du palais du Coudenberg au cœur de la ville ancienne

Date : 14/5 – 18h30
Conférencier : Stéphane Demeter, Historien au Service public régional de Bruxelles
Musée de la Ville de Bruxelles – Grand-Place – 1000 Bruxelles
prix : € 4 / Réservation : 02/279 43 50 – www.museedelavilledebruxelles.be
Les nombreuses peintures et gravures du Coudenberg, conservées au Musée de la Ville de Bruxelles, sont de véritables sources historiques. Elles illustrent précisément la place qu’occupait le palais dans la ville du XVIe siècle tant d’un point de vue politique que d’un point de vue social. À l’occasion de cette visite-conférence, le musée sortira de ses réserves quelques documents exceptionnels.

Les tapisseries de la Ville de Bruxelles. Une collection en contexte

Date : 6 /6 – 10h
conférencier : Cecila Paredes
Musée de la Ville de Bruxelles – Grand-Place- 1000 Bruxelles
prix : €4 /réservation : 02/279 43 50 – www.museedelavilledebruxelles.be
Pendant des siècles, l’excellence des tapisseries provenant des ateliers bruxellois a établi la renommée de la ville bien au-delà des frontières des Pays-Bas méridionaux. Admirés par les visiteurs étrangers, convoités par les élites princières et religieuses, ces objets d’un luxe inouï se sont frayé un chemin à travers l’Europe, assumant une part importante de l’apparat princier.
À l’occasion de la sortie de l’Historia Bruxelles et la tapisserie

Le triomphe d’Isabelle, petite-fille de Charles Quint

Date : 15/9 – 19h30
conférencier : Sabine van Sprang
Musée du Grand Serment Royal et de Saint-Georges des Arbalétriers de Bruxelles
Entrée par l’Impasse du Borgendael / Place Royale 7 – 9 / 1000 Bru
Prix €6 ;5€ membres arbalétriers
réservation : museum@arbaletriers-saintgeorges.be – www.arbaletriers-saintgeorges.be
Docteure en histoire de l’art et archéologie et conservatrice de la section Peinture flamande des XVIe et XVIIe siècles aux Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique. Nous fêtons cette année le 400ème anniversaire de l’exploit de l’archiduchesse Isabelle, devenue Reine des Arbalétriers du Grand Serment en abattant le papegai en 1615. Les réjouissances qui ont suivi ont été immortalisées par le peintre Denis van Alsloot et ses collaborateurs en une série de huit tableaux dont sept ont pu être identifiés. L’analyse des peintures par le Dr Sabine van Sprang permet d’en comprendre les implications politiques, historiques, religieuses, architecturales et folkloriques.

À quel point Bruxelles est-elle orange

(NL traduit simultanement en FR)

Date : 2/6 – 19 h
Conférencier : Roel Jacobs
Organisateur Masereelfonds en collaboration avec le Davidsfonds
Musée du Grand Serment Royal et de Saint-Georges des Arbalétriers de Bruxelles
Entrée par l’Impasse du Borgendael – Place Royale 7-9 1000 Bruxelles
prix : €6 – 4€ membres Masereelfonds / gratuit membres des arbalétriers
Info et réservation : www.masereelfonds.be – +32( 0)2/502 38 80
Les Belges savent que leurs voisins du nord voient orange dès qu’il est question de leur maison royale ou de leur équipe de foot nationale. Mais combien de Belges – et de Néerlandais – savent-ils que cette histoire est bruxelloise ? La famille de Nassau a joué un rôle très important dans l’histoire de Bruxelles et Bruxelles a joué un rôle très important dans l’histoire de la famille de Nassau. Leur présence dans la ville est une illustration frappante du rôle politique international de Bruxelles aux 15e-16e siècles. Roel Jacobs nous emmène, durant son exposé, à bord d’une machine à remonter le temps à la découverte de cette page fascinante de l’histoire bruxelloise.

André Vésale et le Coudenberg

(NL traduit simultanement en FR)

Date : 24 /6 – 19h30
Conférencier : Paul Broos/KU Leuven
Organisateur en collaboration avec le Davidsfonds)
Coudenberg- entrée 5 rue Villa Hermosa – 1000 Bru
€ 6 – réservation brussel@davidsfonds.be, 0479/10.22.89 – www.brussel.davidsfonds.be
André Vésale (1514 – 1564) a été le premier à critiquer vivement la doctrine réputée infaillible de Galien. Il a magnifiquement décrit l’anatomie du corps humain.
Vésale a effectué des travaux de recherche à Paris et Louvain mais c’est durant son séjour de six ans à Padoue, de 1537 à 1543, qu’il marque réellement la science de son empreinte. Il est le premier à accompagner de belles illustrations, correctes d’un point de vue anatomique, d’un texte de haute valeur scientifique. Mais saviez-vous que la famille Vésale entretient un lien particulier avec le Palais de Bruxelles ? Non seulement André, mais également ses aïeux, étaient déjà liés à la cour. Après une carrière scientifique bien remplie, André junior entre en 1544 au service de Charles V comme médecin de la cour mais aussi comme … chirurgien militaire ! André est également présent lorsque, le 25 octobre 1555, Charles abdique dans la grande salle du palais de Bruxelles. Philippe II est désormais son maître. Celui-ci l’envoie en 1559 au chevet de son beau-père Henri II de France, mourant. Mais André ne peut que prédire la mort prochaine du souverain. L’œuvre de Vésale peut sans conteste être considérée comme l’un des plus grands trésors de notre civilisation occidentale. Son chef-d’œuvre De Humani Corporis Fabrica et l’Epitome qui l’accompagne, publiés pour la première fois à Bâle en 1543, marquent le début définitif de la science moderne, basée sur l’observation et la recherche. Vésale mérite sa place parmi les plus grands médecins de tous les temps aux côtés d’Hippocrate, Galien, Harvey et Lister.

Conférence – Carlo Ossola : Erasme et l’Europe

Pour saluer la parution de l’essai Érasme et l’Europe, l’Istituto Italiano di Cultura, les Archives et Musée de la littérature et la Maison d’Érasme ont le plaisir d’inviter l’auteur, Carlo Ossola, pour débattre des grands thèmes qui animent son écriture. Érasme et l’Europe analyse tour à tour le défenseur de la tolérance et de la liberté de conscience, l’auteur d’une satire mordante des mœurs de l’époque, le traducteur du Nouveau Testament, l’érudit incontournable qui a donné à l’Europe entière un souffle pour repenser le Christianisme et les Lettres.

Orateur

Carlo Ossola
Philologue et critique littéraire
Professeur au Collège de France
Filoloog en literair criticus
Hoogleraar aan het Collège de France

en dialogue avec Marie-France Renard, professeure émérite de l’Université Saint-Louis – Bruxelles et Vice-Présidente des Archives et Musée de la littérature, nous conduira à travers les époques jusqu’au XXe siècle, aux témoignages inoubliables de Johan Huizinga, Stefan Zweig et Marcel Bataillon.

Informations pratiques :
Lundi 20 avril 2015 à 19h
Maison d’Érasme
Rue du Chapitre 31, Bruxelles 1070
Tel. (+32) 02.521.13.83 – info@erasmushouse.museum
www.erasmushouse.museum

Entrée gratuite sur réservation
Inscription en ligne: www.erasmushouse.museum
Ou : 02/ 533 27 20

Source : Maison Erasme

Colloque – 16-17/04/2015 – Arcana Imperii. Gouverner par le secret dans l’Espagne Moderne

ARCANA IMPERII
GOUVERNER PAR LE SECRET DANS L’ESPAGNE MODERNE

Argumentaire

Dissimulation, pouvoir, mensonges : la sémantique attachée aux Arcana imperii se trouve au cœur des grands débats sur le politique à l’époque moderne. S’inspirant d’un aphorisme de Tacite, Eugenio Narbona écrivait en 1604 : « Lorsque certaines situations, liées aux affaires publiques, ne peuvent être résolues au vu et au su de tous, il peut être souhaitable de faire usage de quelque ruse ou artifice, mais sans recourir au mensonge : que le prince mente, ni Dieu ni les hommes n’y consentent ». En théorisant une raison d’État, les penseurs se sont heurtés à de nombreux problèmes politiques et moraux, tout particulièrement celui du secret et de la dissi-mulation (tacitisme, opposition entre bonne et mauvaise raison d’État, etc.). Sans doute est-ce pourquoi l’historiographie a surtout travaillé le secret à travers la prolifique littérature politique disponible. Aussi nous semble-t-il opportun de conduire nos recherches sur le terrain des pratiques politiques et des stratégies individuelles, deux approches par ailleurs indissociables. Doit-on considérer les mécanismes d’occultation, l’institutionnalisation du secret dans le domaine financier ou judiciaire, la compartimentation des savoirs ou la dissimulation comme des méthodes d’action à l’origine d’une modernisation gouvernementale et d’une progressive autonomisation du politique ? Ou faut-il au contraire envisager ces pratiques comme des modalités traditionnelles du pouvoir héritées du Moyen Âge ?

Programme

Jeudi 16 avril

9h30-10h

Ouverture

Michel BERTRAND (Directeur de la Casa de Velázquez)

Introduction

Philippe CASTEJÓN (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

10h-13h30

SECRET INSTITUTIONNALISÉ

Présidence : Pascal GANDOULPHE (CAER, Aix-Marseille Université)

Carlos GARRIGA – (Universidad del País Vasco/ Euskal Herriko Unibertsitatea) – Alma de las resoluciones. El secreto en los tribunales de la Monarquía hispánica

Anne DUBET – (Université Clermont 2) – Le bon gouvernement des finances en Espagne au début du XVIIIe siècle : un art du secret

Sylvain ANDRÉ (EHEHI, Casa de Velázquez (Madrid) /CAER, AMU) – Nuestro officio es oir y ver y callar. Étager le savoir et étager le pouvoir dans la Monarchie hispanique à la fin du règne de Philippe II

15h-18h30

DIFFUSION, CONTRÔLE, HOMMES DU SECRET

Présidence : Annick LEMPÉRIÈRE (Université Paris 1)

Margarita GÓMEZ GÓMEZ (Universidad de Sevilla) – El secreto en el despacho de los negocios: prácticas documentales de la Vía Reservada

Lucien FAGGION (CAER, Aix-Marseille Université) – Information, dissimulation et secret en Italie (XVIe-XVIIe siècle)

Jérémie FERRER-BARTOMEU (École nationale des Chartes) – Allusions, silences et ellipses. Le secret des correspondances politiques de Nicolas de Neufville, seigneur de Villeroy, secrétaire d’État du Royaume de France (c.1570-c.1595)

Vendredi 17 avril

10h-13h30

LE SECRET COMME STRATÉGIE SOCIALE

Présidence : Bernard VINCENT (École des hautes études en sciences sociales, Paris)

Alain HUGON (Université de Caen) – Le secret : nouvelle frontière entre la sphère privée et la sphère publique à l’âge baroque ?

Enrique SORIA MESA (Universidad de Córdoba) – Secretos, mentiras y corrupción. Linajudos y limpieza de sangre en la España del Siglo de Oro

Sébastien MALAPRADE – (École des hautes études en sciences sociales, Paris) – Dissimuler et contrôler sa parole chez les hommes nouveaux au XVIIe siècle. Les enjeux économiques et sociaux de la culture du secret

Conclusions – Pablo FERNÁNDEZ ALBALADEJO (Universidad Autónoma de Madrid)

Coordination :
Sylvain ANDRÉ (EHEHI, Casa de Velázquez, Madrid /CAER, AMU),
Philippe CASTEJÓN (Université Paris Ouest Nanterre La Défense),
Sébastien MALAPRADE (EHESS)

Organisation :
École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid)

Collaboration :
EA854 (Centre aixois d’études romanes, AMU), UMR8168 (Mondes Américains, EHESS, Université Paris 1)

Lieu  :
Casa de Velázquez
C/ de Paul Guinard, 3
28040 Madrid

Entrée libre

Source : Casa de Velázquez

Séminaire – 15/04/2015 – Empires ibériques. De la péninsule au global

Séminaire de la revue Diasporas (PU du Mirail), dirigé par Isabelle Lacoue-Labarthe, Laure Teulières et Marianne Amar, organisé avec le soutien du laboratoire FRAMESPA (UMR 5136 CNRS/Université Toulouse Jean-Jaurès), de l’IEP de Toulouse et du Musée de l’histoire de l’immigration (Paris).

Séance du séminaire “Circulations, migrations, histoire” coordonnée par Guillaume Gaudin.

Boris Jeanne (Centre de Recherches sur les Mondes Américains/Mondes Américains (UMR8168) : Trajectoires ibériques, échappatoires romaines. Arpenter le coeur européen de la Monarchie Catholique au second XVIe siècle.

Antonio de Almeida Mendes (Université de Nantes/Centre de recherches en histoire internationale et Atlantique (CRHIA)) : Du royaume aux comptoirs d’Afrique. L’empire portugais et ses migrants (XVe-XVIe siècles)

Jaime Valenzuela Marquez (Pontifica Universidad Catolica de Chile/Instituto de historia) : Conclusions. Les circulations dans l’espace hispano-américain (par visio-conférence)

Informations pratiques
Mercredi 15 avril, 14h-17h
Université Toulous – Jean Jaurès
Maison de la Recherche, salle D29
Entrée libre

Source : Guillaume Gaudin

Colloque – 22-23/05/2015 – Les grandes résidences urbaines en Europe (1500-1830)

Les grandes résidences urbaines en Europe (1500-1830)

Argumentaire

Les palais aristocratiques et les hôtels particuliers de la période moderne fascinent depuis longtemps le public qui y voit le suprême raffinement de l’art de vivre. Cet attrait se reflète dans les nombreuses études monographiques qui décrivent leur architecture et leur intérêt esthétique.

Sur le terrain de la recherche, l’histoire urbaine et l’histoire de l’architecture ont tracé deux grilles de lecture différentes de ces résidences, polarisant le débat et suscitant l’interrogation « Why are houses interesting ? » de Peter Borsay. [1]

L’histoire urbaine, elle-même partagée entre les notions d’urbs et de civitas, a dû appréhender et croiser les outils de l’urbanisme, de la démographie, de la socio-histoire et de l’histoire économique afin d’approfondir « la connaissance des formes, des pratiques et des modèles d’habitat » dans une approche interdisciplinaire que prônait déjà Olivier Zeller en 1999.[2]

Depuis, des avancées remarquables ont été enregistrées au sujet, entre autres, de la conception, de la construction et de l’implantation de ces grandes maisons dans la ville ainsi que des usages résidentiels, des représentations mentales et des pratiques sociales.

Pour autant, les occasions de pluridisciplinarité dans leur étude se révèlent encore peu suffisantes. C’est la raison pour laquelle ce colloque, issu d’une collaboration entre l’Université Libre de Bruxelles et l’Académie Royale de Belgique, a pour intention de confronter et allier différentes disciplines dans l’étude des grandes résidences particulières aux Temps modernes. Il réunit historiens, historiens de l’art et de l’architecture et archéologues autour des divers statuts de la grande maison urbaine (construction, habitation, patrimoine, repère urbain, médium politique et social) afin d’en saisir une (re)définition plurielle.

Ce colloque vise aussi à fédérer les recherches en Belgique et à les inscrire dans une dimension européenne soulignée par des débats très avancés dans des pays comme la France, la Grande-Bretagne et l’Italie, notamment.

[1] P. BORSAY, ‘Why are Houses Interesting?’, Urban History, vol. 34, n°2, 2007, pp. 338-46

[2] O. ZELLER et O. FARON, « Introductions. Histoire de l’habitat et histoire urbaine » in Ibidem,

(dir.), « Habiter la ville, XVIIè-XXè siècles », numéro spécial des Cahiers d’histoire, 4, 1999, p.1

 

P R O G R A M M E

VENDREDI 22

16 h 00
Accueil

16 h 15
Présentation du Palais des Académies – Le Palais des Académies : une résidence urbaine offerte au Prince d’Orange par les Belges – Francis Strauven (Professeur d’architecture émérite, U – Gent)

16 h 45
Visite guidée du Palais des Académies

18 h 00
Art de vivre et théâtre social. Quelques réflexions sur l’hôtel particulier parisien à l’époque moderne – Alexandre Gady (Professeur d’Histoire de l’art moderne, Université Paris I Panthéon – Sorbonne)

18 h 45
Séance de questions-réponses

19 h 00
Verre de l’amitié

SAMEDI 23

09 h 00
Accueil

09 h 15
Introduction : Les grandes résidences urbaines : un aperçu historiographique – Shipé Guri (Doctorante et assistante en Histoire moderne, Université libre de Bruxelles)

09 h 30
« Beaux quartiers » et mixité sociale à Bruxelles au siècle des Lumières – Claude Bruneel (Professeur émérite d’Histoire moderne, Université catholique de Louvain)

10 h 00
Choice and Reasoning in the Eighteenth Century London House -Rachel Stewart (Docteure en Histoire de l’art, Université de Reading)

10 h 30
Discussion

10 h 45
Pause-café

11 h 00
Apport de l’archéologie à la connaissance des demeures patriciennes urbaines : le cas de l’hôtel Merode-Westerloo à Bruxelles – Philippe Sosnowska (Post-doctorant, archéologue, CREA – Patrimoine, Université libre de Bruxelles)

11h30
Propriété aristocratique et ancrage politique à Vienne, 1680-1740 – Eric Hassler (Chercheur à l‘Institut d’Histoire moderne et contemporaine, Université Paris I – CNRS)

12 h 00
Discussion

12 h 30
Pause déjeuner

14 h 30
La Maison Daurade et l’hôtel Saige : deux palais urbains de la noblesse de robe bordelaise à un siècle de distance (2e moitié XVIIe siècle – 2e moitié XVIIIe siècle) – Michel Figeac (Professeur d’Histoire moderne, Université de Bordeaux 3 – Montaigne)

15 h 00
La « casa da nobile » et sa valeur : le cas de Milan (XVIe – XIXe siècles)
Michela Barbot (Chargée de recherches, CNRS – IDHE, École normale supérieure de Cachan)

15 h 30
Discussion

15 h 45
Pause-café

16 h 00
Le nom des espaces de la demeure patricienne à Liège au XVIIIe siècle – Isabelle Gilles (Docteure en Histoire, Art et Archéologie, Université de Liège)

16 h 30
Discussion et conclusions

Comité scientifique
Paul Janssens, Professeur émérite à U-Gent (Gand) et KUB Bruxelles
Christophe Loir, Chargé de cours à l’Université Libre de Bruxelles (ULB)
Olivier Damme, Archiviste de l’Académie Royale de Belgique
Shipé Guri, Doctorante et assistante de cours à l’Université Libre de Bruxelles (ULB)

Lieu :
Palais des Académies (salle Prigogine)
Rue Ducale, 1 – 1000 Bruxelles

Inscriptions auprès de Mme Leonore Poncin :
leonore.poncin@academieroyale.be
ou de M. Olivier Damme :
olivier.damme@academieroyale.be

Conférence – 22/04/2015 – Laurent Turcot – La naissance d’une culture des loisirs à Londres et à Paris (16-18e siècles)

Laurent Turcot (Université du Québec – Trois-Rivières)- La naissance d’une culture des loisirs à Londres et à Paris (16-18e siècles)

Conférence dans le cadre du cycle des conférences organisées par l’Institut des hautes études de Belgique.

L’Institut des hautes études de Belgique
L’institut des Hautes Études de Belgique naquit, conjointement avec l’Université Nouvelle, de la première contestation véritable que connut, en son sein, l’Université Libre de Bruxelles, à la fin du 19e siècle. Dès 1884, l’U.L.B. connut une longue période de crise, les progressistes mettant en cause le fonctionnement de la démocratie au sein de l’Université. En 1894, un incident vint précipiter les choses : l’affaire Reclus. Reclus joua, sans le vouloir, le rôle de détonateur à la phase ultime de cette longue crise. Élisée Reclus, géographe français de grande réputation, s’était vu décerner en 1893 le titre d’agrégé de l’U.L.B. ; il avait été invité à dispenser, dès 1894, un enseignement de “ géographie comparée ” à l’Université. Toutefois, alarmé par les écrits anarchistes de Reclus, le conseil d’administration de l’U.L.B., en sa séance du 30 décembre 1893, vota l’ajournement sine die du cours. Cette mesure provoqua des protestations et des incidents violents, dont les conséquences furent : d’abord, une scission au sein de l’Université qui aboutit à la création de l’Université Nouvelle et de l’Institut des Hautes Études où Reclus trouva sa place ; ensuite, la révision, souhaitée depuis longtemps, des statuts de l’U.L.B. et une nouvelle définition du libre examen.

Informations pratiques
Mercredi 22 avril 2015 à 19h
Avenue Jeanne 44, 1050 Bruxelles (rez-de-chaussée)
Tél.: +32 2 649.75.39 – 2 650.33.43
Fax : +32 2 649.27.82
Courriel : iheb@ulb.ac.be

Source : Institut des hautes études de Belgique

Colloque – 21-22/05/2015 – La transmission du pouvoir monarchique (moyen âge – 21e siècle)

La transmission du pouvoir monarchique du moyen âge à nos jours. Entre droits et devoirs.

21-22 mai 2015, Bruxelles
Université Saint-Louis – Bruxelles
Salle des examens
43 Bd. du Jardin Botanique, 1000 Bruxelles

Argumentaire

L’année 2015 est l’occasion de fêter le 500e anniversaire de l’émancipation de Charles Quint et du début de son gouvernement personnel. De même, l’abdication du roi Albert II en faveur de son fils, Philippe, est encore un souvenir vif. Ces deux événements, en écho l’un avec l’autre, semblent l’occasion de mener et de développer une interrogation sur les processus de succession, de formation et de préparation d’héritiers dans des systèmes monarchiques et ce dans la longue durée.

La succession d’un monarque ne se présente jamais simplement ; elle ne peut généralement pas être appréhendée de façon univoque. Elle revêt toujours plus ou moins de fantasmes et de mise en scène du pouvoir. C’est en ces instants que le rituel du pouvoir tente de transcender les particularités et de gommer les différences afin de prôner l’union, l’unité, la fusion, etc., des composantes sociales soumises au gouvernement de l’ancien et du nouveau dirigeant. Mais comment penser la succession ? Quels fondements doit-on lui fournir ? Quelles bases juridiques, sociales, etc., donner à la succession ou à l’abdication ?

La succession est aussi un moment où les rênes du pouvoir semblent à certains instants évanescents. Qui gouverne réellement dans cet entre-deux de pouvoir(s) ? Quelle prégnance garde l’ancien monarque ? Quelle autonomie est laissée au nouveau dépositaire du pouvoir ? Il est ici nécessaire d’étudier la logique des luttes internes du pouvoir à côté du rayonnement effectif de l’ancien ou du nouveau gouvernant.

La succession du prince peut néanmoins devenir tragique et être annonciatrice d’une période de troubles et de déstabilisation. Pour prévenir ou expliquer de telles périodes, les questions suivantes méritent encore l’attention. Comment le souverain envisage-t-il sa succession, et de quelle façon met-il en œuvre sa décision? L’héritier/héritière est-il/elle formé(e) convenablement ? Doit-on le préparer ou bien laisser « la fonction faire l’homme » ? Peut-il/elle s’appuyer sur l’expérience de son prédécesseur ? Doit-il/elle s’en distancier sans autre forme de procès ? Quelles sont les premières décisions du nouveau gouvernant ? Doit-il/elle inscrire ses pas dans les « vestiges » de son prédécesseur ou adopter une position de rupture radicale ?

Le thème est riche et doit permettre une approche doublement éclatée. Primo, elle doit être une invitation à penser de façon diachronique afin de confronter des expériences éloignées dans le temps, du moyen âge au XXIe siècle. Secundo, cette thématique est une invitation à traverser les frontières disciplinaires. Les points de vue de l’historien, du juriste (constitutionnaliste), voire de l’anthropologue vont pouvoir se confronter et permettre de canaliser ces approches multiples.

Programme 

Jeudi 21 mai 2015
8h30 : Accueil
9h00 : Mot d’accueil

9h15 : Gustaaf Janssens (KU Leuven – Commission royale d’histoire), Introduction générale
9h45 : Pierre-Joseph Laurent (Université catholique de Louvain – Académie royale de Belgique), Statut de l’individu et transmission du pouvoir dans les royautés mossi (Burkina Faso)
10h15 : Discussion
10h45 : Pause

11h15 : Bruno Dumézil (Université Paris Ouest Nanterre La Défense), La transmission du pouvoir dans les royaumes romano-barbares
11h40 : Florence Close (Université de Liège), Transmettre un patrimoine et/ou sauvegarder l’Empire ? Retour sur les projets de partage du pouvoir de Charlemagne (806-813)
12h00 : Discussion
12h30 : Déjeuner

14h00 : Sophie Glansdorff (Université libre de Bruxelles – Centre National d’Histoire des Sciences), Le temps des traités et des serments : les successions dans l’Empire carolingien après le traité de Verdun (843- 900)
14h25 : Frédérique Lachaud (Université de Lorraine), La succession royale en Angleterre (milieu 12e – début du 14e siècle)
14h50 : Discussion
15h20 : Pause

15h50 : Eric Bousmar (Université Saint-Louis – Bruxelles), La transmission du pouvoir dans un régime monarchique non souverain. Le cas des ducs Valois de Bourgogne, 14e – 15e siècle
16h15 : Cédric Michon (Université du Maine, Institut Universitaire de France), Comparaison entre la succession de Louis XII en France et celle d’Henri VII en Angleterre (fin 15e – début 16e siècle)
16h40 : Discussion

17h10 : Fin de la première journée

Vendredi 22 mai 2015
8h30 : Accueil

9h00 : Nicolas Simon (FNRS – Université Saint-Louis – Bruxelles), Appréhender le retour des anciens Pays-Bas dans le giron espagnol après 1621
9h25 : Frederik Dhondt (Universiteit Gent), La « transformation » de Philippe V d’Espagne
9h50 : Klaas Van Gelder (Universiteit Gent), Succession et stratégies de légitimation de l’empereur Charles VI dans les Pays-Bas méridionaux
10h15 : Discussion
10h45 : Pause

11h15 : Pierre-Olivier de Broux (Université Saint-Louis – Bruxelles), Les successions de Léopold I et de Léopold II
11h40 : Vincent Dujardin (Université catholique de Louvain), Les successions monarchiques belges au 20e siècle
12h05 : Mathias El Berhoumi (Université Saint-Louis – Bruxelles), Les droits et les devoirs de l’héritier du trône de Belgique
12h30 : Discussion

13h00 : Jean-Marie Cauchies (Université Saint-Louis – Bruxelles, Académie royale de Belgique), Conclusions
13h30 : Déjeuner

Informations pratiques & inscription :

21 et 22 mai 2015

Salle des examens
Université Saint-Louis – Bruxelles
43 Bd du Jardin Botanique
1000 Bruxelles – Belgique

Inscription obligatoire (gratuite) à l’adresse crhidi@gmail.com ou via le formulaire suivant.

Comité organisation :
Pierre-Olivier de Broux (Université Saint-Louis – Bruxelles)
Philippe Desmette (Université Saint-Louis – Bruxelles)
Sophie Glansdorff (Université libre de Bruxelles – Centre national d’histoire des sciences)
Bérengère Piret (Université Saint-Louis – Bruxelles)
Nicolas Simon (FNRS/Université Saint-Louis – Bruxelles)
Françoise Van Haeperen (Université catholique de Louvain)

Comité scientifique :
Pierre-Olivier de Broux (Université Saint-Louis – Bruxelles)
Jean-Marie Cauchies (Université Saint-Louis – Bruxelles, Académie Royale de Belgique)
Philippe Desmette (Université Saint-Louis – Bruxelles)
Sophie Glansdorff (Université libre de Bruxelles – Centre national d’histoire des sciences)
Gustaaf Janssens (KU Leuven, Commission royale d’histoire)
Françoise Van Haeperen (Université catholique de Louvain)

 

 

Colloque – 09-10/04/2015 – Identifier les personnes dans l’espace atlantique (18e – fin 19e s.)

Identifier les personnes dans l’espace atlantique. Entre contrôle et garantie (18e – fin 19e siècle) 
Colloque international

Coordination : Mathieu AGUILERA (École des hautes études hispaniques et ibériques, Casa de Velázquez-Madrid), Antonio DE ALMEIDA MENDES, Aanor LE MOUËL et Clément THIBAUD (Université de Nantes, STARACO)
Organisation : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Programme STARACO (STatuts, RAce et COuleurs dans le monde Atlantique), EA 1163 (CRHIA, Université de Nantes)

Lieu:
Université de Nantes
Salle du conseil
Bâtiment Tertre
Chemin de la Censive du Tertre
44133 Nantes (France)

Entrée libre

Programme

Jeudi 09 avril

9h30
Ouverture
Michel CATALA
Directeur du CRHIA

Introduction
Mathieu AGUILERA, Antonio DE ALMEIDA MENDES et Clément THIBAUD

10h-11h30
Session 1. Identification, processus de catégorisation et assignation statutaire

Michael ZEUSKE (Universität zu Köln)
«La identificación de personas esclavizadas en el hidden Atlantic (siglo XIX)».

David SARTORIUS (University of Maryland)
« Passports and Race-Making in Colonial Cuba »

Nicolas TERRIEN (Université de Nantes)
« Identification des corsaires et construction de souverainetés dans la Caraïbe (1790-1830) ».

Pause

Vincent DENIS (Université Paris 1)
Commentaires

Déjeuner (salle 302, bâtiment Tertre)


14h30-17h30
Session 2. L’identification des « classes dangereuses » : techniques, savoirs, usages.

Lorena RIZZO (Université de Bâle (Basilea))
« Photography, bureaucratic identification and personhood in colonial southern Africa in the interwar period ».

Charlotte DE CASTELNAU-L’ESTOILE (Université Paris-Diderot)
« Identifier des personnes à l’échelle de l’Atlantique : la question de l’administration des sacrements dans les sociétés esclavagistes catholiques ».

Juan José HEREDIA NEIRA (Université de Nantes)
« Cibler l’étranger criminel au Pérou. Les Chinois d’après les études sur l’immigration dans le Pérou républicain. »

Pause

Natacha COQUERY (Université Lyon 2)
Commentaires

Discussion

Vendredi 10 avril
09h-10h30
Session 3. La police des identités

Arnaud EXBALIN (EHEHI-Casa de Velázquez)
« La fin des castas ? Identification ethnique et règlementation policière dans la ville de México au XVIIIsiècle ».

Alvaro PARIS (Universidad Autónoma de Madrid)
« Police, identification et résistances populaires. L’introduction de la carte de sécurité à Madrid (1824-1833) ».

Virginie CHAILLOU (Université de Nantes)
Commentaires

Discussion

Pause

11h15-13h30
Session 4. Compter, classer, ficher : les papiers de l’État

Mathieu AGUILERA (EHEHI-Casa de Velazquez)
« “Usos y abusos de la Estadística”. La statistique des populations dans les provinces espagnoles d’outre-mer (1827-1887) : entre savoirs locaux et préoccupations impériales ».

Stefan LE COURANT (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
« Papiers d’identité et identité de papiers. Le contrôle des étrangers “sans-papier” en France ».

Paul SCHOR (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)
Commentaires

Discussion générale

Vincent DENIS (Université Paris 1)
Commentaires

Source : Casa de Velázquez

Colloque – 02-03/04/2015 – L’archéologie des guerres de siège sur la frontière France-anciens Pays-Bas (16e-18e siècles)

L’archéologie des guerres de siège sur la frontière France-anciens Pays-Bas (XVIe-XVIIIe siècles)

Jeudi 2 avril 2015 – Vendredi 3 avril 2015
Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis
Le Mont Houy – FLLASH – Bâtiment Matisse, Amphi 150

Jeudi 2 avril 2015

9h30 Accueil des participants
9h45 – Introduction aux journées d’études par les organisateurs
Présidence: Philippe Bragard (Université catholique de Louvain)
Avant la campagne : l’entraînement des troupes
10h00 – Samuel Guérin (INRAP Centre/Ile-de-France) : Les « camps de Compiègne »: découverte de vestiges de manoeuvres militaires à Margny-lès-Compiègne dans l’Oise, 1666-1847.
10h25 – Séverine Hurard (INRAP Ile-de-France) : Le fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye : la préparation des troupes de Louis XIV à la guerre de siège, vers 1669.
10h50 questions / pause
Archéologie des camps militaires
11h15 – Arnaud Tixador (Service Archéologique de Valenciennes), Michel Siebrand (Service Public de Wallonie, Namur), Marceline Denis (Service Public de Wallonie, Mons) : Vestiges de campements et de bivouacs militaires en Hainaut, Namur et Valenciennes, XVIe-XVIIIe siècles.
11h40 – Laurent Brou et Robert Wagner (CNRA, Luxembourg) : Des campements et aménagements du siège de 1684 par l’armée de Louis XIV : Une exceptionnelle découverte d’archéologie militaire.
12h05 – Pauline Lhommel (EVEHA) : Auxi-le-Chateau : exemple d’un espace funéraire atypique, XVIe-XVIIe siècles.
12h30 questions
13h00 Déjeuner

Présidence de l’après-midi : Philippe Beaussart (directeur du Service archéologique, Ville de Valenciennes)
Les dispositifs d’attaque
14h00 – Maxime Poulain (Université de Gand) : Une archéologie de la Guerre de Quatre-Vingts Ans (1568-1648): le siège d’Ostende et le fort Saint-Isabelle.
Le tissu urbain au prisme de la guerre de siège
14h25 – Mathieu Lançon (INRAP Villeneuve d’Ascq) : Contraction ou dilatation de l’espace urbain dans deux places fortes du Nord de la France : Les données archéologiques des villes de Béthune et Dunkerque (XVIe-XVIIIe siècles).
14h50 questions / pause
L’armement dans la guerre de siège
15h15 – Dominique Prévôt (Musée de l’Armée, Invalides, Paris) : L’armement portatif utilisé dans la guerre de siège entre 1650 et 1750.
15h40 – Christophe Pommier (Musée de l’Armée, Invalides, Paris) : Les batteries d’artillerie dans la guerre de siège : implantations, rôles et composition (guerre de Louis XIV).
16h05 questions

Vendredi 3 avril 2015

Présidence de la matinée : Stéphane Révillion (conservateur régional de l’archéologie)
La naissance de la place forte frontalière
9h00 – Jean-Denis Laffite (INRAP Metz) : La forteresse de Rodemack, « sentinelle de Luxembourg », archéologie des conflits entre le royaume de France et le duché de la fin du XVe au XVIIIe siècle (fouilles 2012-2014)
9h25 – Karine Berthier (EA 4284 – TRAME, Université de Picardie – Jules Verne) : Le système défensif de la porte Montrescu (Amiens) dans les conflits du XVIe siècle
9h50 – Wim Dijkman (Centre Céramique, Maastricht) : Maastricht vaut le détour : L’intérêt stratégique d’une ville mosane des anciens Pays-Bas (XVIe-XVIIIe siècle)
10h15 questions / pause
Nouvelles perspectives de recherche sur la guerre de siège
10h45 – Yann Lorin, Yves Créteur, Guillaume Pâques (INRAP Achicourt et Halma Ipel) : Les sièges de la place forte d’Aire sur la Lys au cours des XVIIe et XVIIIe siècles : contribution de l’archéologie préventive sur la ZAC Saint-Martin
11h10 – Alain Henton et Yves Créteur (INRAP Nord-Picardie) : La guerre de succession d’Espagne (1701-1714) vue…d’avion. Retranchements de sièges et de mouvements de troupes mis en évidence sur ortho-photographies aériennes de haute altitude en Nord-Pas-de-Calais. Nouvelles perspectives de recherche.
11h30 questions / conclusions des journées

Comité d’organisation :
Jacques Heude (UVHC)
Yves Junot (UVHC)
Jean-Christophe Largillière (Service archéologique, Ville de Valenciennes)
Arnaud Tixador (Service archéologique, Ville de Valenciennes)

Comité scientifique :
Philippe Beaussart (Service archéologique, Ville de Valenciennes),
Philippe Bragard (Université catholique de Louvain)

Contact : archeosiege2015@gmail.com ou Yves.Junot@univ-valenciennes.fr

Source : IRHiS

Colloque – 01/04/2015 – Sous-entendre dans les œuvres d’art : pratiques et techniques

Argumentaire

Sous-entendre, c’est à la fois dire plus – que ce que le message semble dire – et dire moins – que ce que l’on donne à penser au récepteur du message. C’est donc, en toute logique, donner à entendre sous les signes apparents et non pas surinterpréter, saisir un sens sur ce qui est dit. D’emblée le récepteur est mis au premier rang de l’acte de sous-entendre : c’est bien parce que celui-ci entend que ce qui est « sous-dit » prend corps.

Cette prise en compte du récepteur est primordiale dans les définitions du sous-entendu. Ainsi comme l’écrit Catherine Kerbrat-Orecchioni : « La classe des sous-entendus englobe toutes les informations qui sont susceptibles d’être véhiculées par un énoncé donné, mais dont l’actualisation reste tributaire de certaines particularités du contexte énonciatif […] »1. Justement, qu’en est-il quand l’actualisation est retardée, reportée dans le temps et dans l’espace et quand le contexte énonciatif fait défaut ? Souvent étudié en contexte communicationnel et mis en regard avec l’acte de présupposer (Oswald Ducrot (1972) et Jean-Claude Anscombre (1988)), nous souhaitons, avec cette journée d’étude, interroger l’acte de sous-entendre plus spécifiquement dans les œuvres d’art, qu’elles soient plastiques, littéraires, théâtrales ou cinématographiques. Si les raisons qui motivent l’acte de sous-entendre sont multiples (déjouer la censure, cibler ou exclure un public, instaurer et mettre à l’épreuve une certaine complicité avec le destinataire…), nous souhaitons centrer les communications sur les techniques permettant d’amener un récepteur à percevoir un sens qui n’est pas explicite. La démarche est donc stylistique, c’est pourquoi nous privilégierons les études de cas (sur un extrait, autour d’une œuvre, d’un auteur, d’un style particulier…), analysant les moyens mis en œuvre pour que s’opère le calcul interprétatif nécessaire à la compréhension du sous-entendu. pour que ce dernier atteigne sa visée.

1Kerbrat-Orecchioni C., L’implicite, Paris, A. Colin, 1986,p. 39.

Programme

Lieu : MRSH, salle des thèses, université de Caen – Esplanade de la Paix, Caen, France (14000)

9H. Introduction : Charlotte Aumont

  • Philippe de Vita, Université d’Orléans : De la rhétorique de l’image à la signifiance de l’acteur : l’art de la suggestion dans deux adaptations filmiques de l’affaire Stanford White
  • Claire Chamiyé, Université Paris-Sorbonne : L’emprunt textuel et musical dans la chanson religieuse médiévale ou comment les relations intervocales restreintes participent au dénouement d’un sous-entendu

Pause : 10h15-10h30

  • Clément Hummel, Université Caen Basse-Normandie : De l’utopie à la satire : l’anticipation scientifique dans Le Vingtième Siècle (1883) d’Albert Robida
  • Valentin Guermond, Université d’Angers : Sous-entendre dans le cinéma de genre espagnol sous le franquisme tardif : l’exemple de La Noche del terror ciego d’Amando de Ossorio (1971)

Pause déjeuner : 12h-14h

  • Cécile Raulet, EHESS : Quel clin d’œil pratiquer ? Comment Roland Barthes fait entendre sous les mots
  • Benjamin Dang, Université Caen Basse-Normandie : Les fusées inouïes de Jean Tardieu

Pause : 15h15-15h30

  • Farah Stiti Haddad, Université de Tunis : Du sous-entendu dans les Nouvelles récréations et joyeux Devis de Bonaventure des Périers
  • Emmanuel Faure-Carricaburu, Université Paris VIII : Cuisinières de Chardin et Santerre : attendus et sous-entendus de la scène de genre 

16h45. Conclusion : Barthélémy Guillemet

Contact

Source : Calenda.

Colloque – 09-10/04/2015 – Une respublica marchande européenne (15e-18e siècle) ?

Colloque international

Une respublica marchande européenne (XVe-XVIIIe siècle) ? Mobilités, échanges, identités

9 et 10 avril 2015 (jeudi et vendredi matin)
Bibliothèque de la Sorbonne (salle de formation, D-032, 1er étage)

Organisation : Bertrand Haan et Jean-Philippe Priotti.

Avec le soutien du Labex ENHE (axe 3 – L’humanisme européen), de la Bibliothèque interuniversitaire de la Sorbonne, de l’HLLI (Université du Littoral), de l’Université Paris-Sorbonne et du Centre Roland Mousnier (Université Paris-Sorbonne/CNRS).

9 avril

9h-9h20 : Introduction, par Jean-Philippe Priotti et Bertrand Haan

9h20-12h : Formation d’une culture politique commerciale européenne, session présidée par Jochen Hoock (Université Paris 7)

Angel Alloza Aparicio (CSIC, Madrid) – Duarte Gómez Solís y la ‘Ciencia da Mercadoria’
José Manuel Díaz Blanco (Université de Séville) – En el siglo del Absolutismo. Elección y representación en la cultura política del comercio europeo
Guillaume Garner (ENS Lyon) – L’intégration des marchands et des commerçants « étrangers » à Mayence au XVIIIe siècle : procédures, institutions et conflits

14h30-17h30 : Les agents de coalition culturelle, session présidée par Natalia Muchnik (EHESS)

Jean-Philippe Priotti (Université du Littoral) – De l’identification comme ressource. Un marchand béarnais à Anvers
Benoît Maréchaux (Université Carlos III, Madrid) – Le réseau entrepreneurial de l’asentista de galeras Marco Centurione : organisation, financement et négociation politique en Méditerranée Occidentale (1610-1620)
Veronika Hyden-Hanscho (Austrian Academy of Sciences) – A broker in an hostile setting: Alexandre Bergeret and his mail-order company between Paris and Vienna in the 17th century
Margrit Schulte-Beerbühl (Université de Düsseldorf) – A hybrid identity: Vincent Nolte (1779-1856), an early modern global player

17h45 : Visite de la Bibliothèque de la Sorbonne

10 avril

9h-12h : Dynamiques collectives d’intégration et de conflit, session présidée par Reynald Abad (Université Paris-Sorbonne)

Amândio Barros (Université de Porto) – Les dynamiques marchandes des réseaux portugais au XVIe siècle
Hilario Casado (Université de Valladolid) – Les réseaux des marchands castillans en Flandre au début du XVIe siècle
Yves Junot (Université de Valenciennes) – Entre Mars, Janus et Mercure : les marchands comme acteurs de la réconciliation des Pays-Bas espagnols (années 1570-années 1610)
Filipa Ribeiro da Silva (Université de Macao) – Dutch and Portuguese Business Networks in the South Atlantic, 1590s-1670s

Contact : bertrandhaan@yahoo.fr

Colloque – Villes et États d’Espagne et d’Italie aux 15e et 16e siècles

Argumentaire

Aux XVe et XVIe siècles, le triple faisceau d’échanges et d’interactions politiques, économiques et militaires entre les villes et les États des deux péninsules, entre lesquels se développent de nouvelles modalités de gouvernement, de nouvelles techniques militaires et de nouvelles formes d’échanges économiques au sens large (fiscalité, finance, commerce, industrie), constitue un véritable laboratoire de la modernité.

L’objectif de ce colloque est de réunir des spécialistes de la fin du Moyen Âge et de la Renaissance (historiens, italianistes et hispanistes) venus d’Espagne, de France et d’Italie pour réfléchir à la manière dont les échanges politiques, militaires et économiques entre « l’Espagne » et « l’Italie » aux XVe et XVIe ont contribué aux mutations et au développement des États et des métropoles des deux péninsules, préalablement à la construction des futurs États-nations.

Programme

Jeudi 26 mars

9h00 : Accueil des participants
9h15 : Ouverture

Réseaux marchands italiens en Espagne

Modération : Alice Carette

  • 9h45-10h15 Adela Fábregas, professeur d’histoire médiévale, Université de Grenade : Redes. El espacio de actuación internacional del comercio nazarí
  • 10h15-10h45 David Igual Luis, professeur d’histoire médiévale, Université de Castille-La Mancha : Diplomacia y comercio entre Venecia y los reinos hispánicos (1450-1520)

10h45-11h15 : Discussion
11h15-11h30 : Pause

Modération : Raúl González Arévalo

  • 11h30-12h00 Rafael Girón Pascual, post-doctorant en histoire moderne, Université de Grenade : Juros, cambios y préstamos por «hacer placer y buena obra» : Las actividades financieras de los mercaderes genoveses de Granada en el siglo XVI
  • 12h00-12h30 Luisa D’Arienzo, professeur de paléographie et diplomatique à l’Université de Cagliari : Mercanti lombardi in Castiglia nel Quattrocento

12h30-13h00 : Discussion
13h00-14h30 : Buffet

Commerce, culture et société

Modération : Juan Carlos d’Amico

  • 14h30-15h00 Raúl González Arévalo, professeur d’histoire médiévale, Université de Grenade : Cisma, comercio y política. Las relaciones diplomáticas entre la República de Florencia y la Corona de Castilla, de Enrique II a Enrique IV (1366-1474)
  • 15h00-15h30 Alessandra Stazzone, maître de conférences en études italiennes à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV) : Les mercatores florentini à Barcelone : le cas de la compagnie Datini (XVe siècle)

15h30-16h00 : Discussion
16h00-16h15 : Pause

Modération : Anne Cayuela 

  • 16h15-16h45 Pedro Rueda Ramírez, professeur d’histoire moderne, Université de Barcelone : El mercader de libros veneciano Simone Vassalini en la Corte española: elIndex librorum (Madrid,1597) y la venta por catálogo
  • 16h45-17h15 Juan Montero Delgado, professeur en littérature espagnole, Université de Séville, responsable du groupe PASO :Andrea Pescioni, agente cultural en la Sevilla de la segunda mitad del XVI

17h15-17h45 : Discussion

Dîner en ville
Caffè forte
4 place Lavalette
Grenoble

Vendredi 27 mars

Regards croisés

Modération : Cécile Terreaux

  • 9h00-9h30 Serge Stolf, professeur d’études italiennes à l’Université Stendhal-Grenoble 3, directeur du GERCI : Espagne et Espagnols dans les Commentarii de Pie II
  • 9h30-10h00 Jean-Pierre Pantalacci, maître de conférences en études italiennes à l’Université de Nice Sophia-Antipolis, membre du CMMC : L’Espagne dans l’empire de Charles Quint : spécificité et enjeux à travers le témoignage des ambassadeurs vénitiens
  • 10h00-10h30 Carlo Bitossi, professeur d’histoire moderne à l’Université de Ferrare : Antispagnolismo e filospagnolismo nella cultura politica genovese del Cinquecento e del primo Seicento

10h30-11h00 : Discussion
11h00-11h15 : Pause

Modération : Jean-Louis Fournel

  • 11h15-11h45 Jean-Claude Zancarini, professeur émérite d’études italiennes à l’ENS de Lyon, UMR Triangle : Regards des Italiens sur le modèle militaire espagnol
  • 11h45-12h15 Juan Carlos d’Amico, professeur d’études italiennes à l’Université de Caen Basse-Normandie, membre de l’ERLIS : Les Républiques de Sienne et de Gênes : deux destins divergents dans l’Empire de Charles Quint
  • 12h15-12h45 Marco Federici, enseignant contractuel de littérature espagnole à l’Université de Naples «L’Orientale» : La alianza hispano-italiana en la conquista de Mahdia de 1550

12h45-13h15 : Discussion
13h15-14h30 : Buffet

Espagnols en Italie et Italiens en Espagne

Modération : Jean-Claude Zancarini

  • 14h30-15h00 Roxane Chilà, professeur agrégée d’histoire, chercheuse à la Casa de Velázquez : Les hommes du roi : l’intégration du royaume de Naples à la couronne d’Aragon au prisme de la sociologie curiale et administrative (XVe siècle)
  • 15h00-15h30 Jean-Louis Fournel, professeur d’études italiennes, Université Paris 8, Institut Universitaire de France, UMR Triangle : Gonzalve de Cordoue, grand capitaine et vice-roi de Naples ou la carrière italienne d’un hidalgo andalou
  • 15h30-16h00 Ludovic Fina, doctorant en études italiennes au Centre Aixois d’Études Romanes, Université d’Aix-Marseille : Domenico Sauli (1490-1570) : un Génois à la cour de Milan, de Francesco II Sforza à Charles Quint

16h00-16h30 : Discussion
16h30-16h45 : Pause

Modération : Juan Montero Delgado

  • 16h45-17h15 Eduard Juncosa Bonet, docteur de l’Université de Madrid : De Eiximenis a Guicciardini. Reflexiones en torno a la ciudad desde dos orillas del Mediterráneo
  • 17h15-17h45 Jean-Marc Rivière, maître de conférences en études italiennes à l’Université d’Aix-Marseille : La légation en Espagne de Francesco Guicciardini, entre expérience individuelle et processus de formation collectif

17h45-18h15 Denis Menjot, CIHAM : Conclusions

18h15-18h45 : Discussion

Comité d’organisation

Comité scientifique

Raúl González Arévalo (Université de Grenade, Villa I Tatti), Anne Cayuela (ILCEA4, Grenoble 3), Almudena Delgado (ILCEA4, Grenoble 3), Juan Montero Delgado (Université de Séville), Romain Descendre (UMR Triangle, ENS de Lyon, IUF), Jean-Louis Fournel (UMR Triangle, ENS de Lyon, Université Paris 8, IUF), Alain Hugon (CRHQ, Université de Caen-Basse Normandie), Matteo Palumbo (Université de Naples-Frédéric II), Serge Stolf (GERCI, Grenoble 3), Jean-Claude Zancarini (UMR Triangle, ENS Lyon).

Avec le soutien de

ILCEA4, GERCI, UMR Triangle (ENS de Lyon), Institut Universitaire de France, Villa I Tatti (Harvard University Center for Italian Renaissance Studies, Florence).

Source : Calenda.