Colloque – 19/03/2015 – Posterity in France, 1650-1800

Colloque international – Posterity in France, 1650-1800

9.00-9.30: Registration

9.30-9.45: Welcome & Introduction

9.45-11.15: Session 1 – Chair: t.b.c.
Helena Taylor, Queen’s College, Cambridge – ‘Posterity as Threat: Bussy-Rabutin and Louis XIV’
Alain Cantillon, Université Paris III – ‘Le Mémorial-de-Pascal’
Marie-Ève Beausoleil, Université de Montréal/Université de Lorraine – ‘Critique esthétique et allégories de la consécration: autour du Temple du goût de Voltaire’

11.15-11.45: Coffee/Tea

11.45-12.45: Session 2 – Chair: t.b.c.
Nick Treuherz, University of Manchester – ‘Le désir de l’immortalité ou de vivre dans la mémoire des hommes fut toujours la passion des grandes âmes’: Posterity and materialism.’
Oliver Wunsch, Harvard University – ‘Diderot and the Materiality of Posterity’

12.45-2.00: Lunch

2.00-3.30: Session 3 – Chair: Russell Goulbourne, King’s College, London
Stéphanie Loubère, Université Paris IV – ‘Piron et la postérité des poètes qui ne sont rien’
John Leigh, Fitzwilliam College, Cambridge – ‘Autobiography, Children and Posterity’
Laurence Mall, University of Illinois –  ‘Une vocation documentaire: les textes parisiens de L.S. Mercier’

3.30-4.00: Coffee/Tea

4.00-5.30: Session 4 – Chair: Jessica Goodman, Clare College, Cambridge
Nigel Ritchie, Queen Mary University of London – ‘‘I will leave my name behind and yours will perish’: when the quest for fame becomes infamy’
Olivier Ritz, Université Paris IV – ‘La postérité à l’épreuve de la Révolution’
Malcolm Cook, Exeter University – ‘Posterity: thinking about the future, the example of Bernardin de Saint-Pierre (1737-1814)’

5.30-5.45: Conclusion

7.00: Conference dinner

Organisateurs : Dr Jessica Goodman (Cambridge) & Professor Russell Goulbourne (King’s College London)

Détails pratiques:
19 mars 2015
Université de Cambridge
Postdoc Centre
Health and Safety Society
16 Mill Lane, Cambridge

Pour s’enregistrer, il faut remplir le formulaire disponible ici.

Source : Early Modern Posterity

Publication – Thijs Weststeijn, Art and Antiquity in the Netherlands and Britain

Weststeijn Thijs, Art and Antiquity in the Netherlands and Britain. The Vernacular Arcadia of Franciscus Junius (1591-1677), Leiden, Brill Publishers, 2015, 470 pages. 

67831

ISBN13: 9789004283619
ISSN : 1872-9932
Prix : €124

How did the classical tradition survive on the North Sea shores? This book explores the interplay between art and erudition in the seventeenth century. It analyses the sources, editions, and reception of Franciscus Junius’s writings to chart how ideas about Northern European painting, from Van Dyck to Rembrandt, developed as a counterweight to the Italian tradition. Thus the language of art in Junius’s The Painting of the Ancients appears to be related to his seminal work in the field of Germanic linguistics and his discovery of the shared pre-Christian civilization of Holland and England. Junius’s innovative pairing of scholarship to the painter’s practice illuminates the reception of antiquity and the creation of an Anglo-Dutch artistic Arcadia.

Thijs Weststeijn is Associate Professor of Art History at the University of Amsterdam. He has published widely on seventeenth-century art and theory, including The Universal Art of Samuel van Hoogstraten (2013) and The Visible World (2008).

Source : Brill Publishers

CFP – François Ier et les artistes du Nord (1515-1547)

Colloque international “François Ier et les artistes du Nord (1515-1547)”

Les 25 et 26 février 2016, dans le cadre des activités du groupe de contact du F.R.S.-FNRS « Modèles, échanges et réalisations artistiques (XVe-XVIe siècles) », aura lieu un colloque international dédié aux relations que le roi François Ier a entretenues avec les arts et la musique des anciens Pays-Bas méridionaux. Cette manifestation, qui se tiendra à Bruxelles, à l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA), sera organisée par l’Académie royale d’Archéologie de Belgique, le Comité belge d’Histoire de l’Art, l’IRPA et l’Université de Liège (Transitions. Département de recherches sur le Moyen Âge tardif et la première Modernité). Elle recevra le parrainage du Comité international d’Histoire de l’Art (CIHA).

Prolongeant les événements, commémorations et activités scientifiques qui célèbreront, en 2015, le 500e anniversaire de l’avènement de François Ier (1er janvier 1515) et celui de la victoire de Marignan (13 et 14 septembre 1515), la rencontre entend privilégier les liens entre le grand roy Françoys » et le Nord. En effet, si les échanges entre François Ier et l’Italie demeurent un sujet d’études particulièrement fécond, les relations que le roi a établies avec le Nord, spécialement avec les anciens Pays-Bas méridionaux, sont tout aussi riches et complexes. Pourtant, ces rapports n’ont pas encore donné lieu à une enquête d’envergure. Le colloque “François Ier et les artistes du Nord (1515-1547)” entend combler cette lacune, en envisageant l’intérêt que le premier roi Valois a porté aux artistes, aux musiciens et aux œuvres des anciens Pays-Bas méridionaux. Les artistes flamands ont joué un rôle non négligeable dans la vie culturelle française à la Renaissance. Le plus célèbre d’entre eux est sans aucun doute Jean Clouet. Or, celui qui a mis au point les images officielles du règne de François Ier était d’origine flamande : il est sans doute le fils du peintre valenciennois Michel Clauwet, lui-même neveu de Simon Marmion, peintre et enlumineur des ducs de Bourgogne. Si les relations qui ont lié le souverain et Jean Clouet, puis son fils François, ont déjà été précisées, il sera intéressant d’étudier plus avant la suprématie des artistes flamands dans le domaine du portrait. L’enquête pourra ainsi (re)considérer le séjour à la cour de France de l’Anversois Joos van Cleve, l’activité de Corneille de Lyon ou l’intérêt que

François Ier aurait porté, selon Carel van Mander, à Jan van Scorel. La vie et l’œuvre d’autres Flamands au service de François Ier ou de membres influents de la cour pourront également retenir l’attention, comme Noël Bellemare, Gauthier de Campes ou Léonard Thiry. À cet égard, la part flamande de la première École de Fontainebleau pourra être interrogée. L’architecture, comme la sculpture, mais encore la majolique, les arts décoratifs ou la gravure, devront également susciter la réflexion. Il pourrait ainsi être question des traductions et éditions des ouvrages de Sebastiano Serlio de la part de Pieter Coeck d’Alost, qui contribuèrent à la diffusion de la théorie architecturale moderne.

La place de l’art flamand dans les collections royales française constituera un autre volet de l’enquête. Si, on le sait, les productions italiennes sont rassemblées en nombre par François Ier (et Louise de Savoie), la proportion des œuvres flamandes n’est pas négligeable. Les enquêtes qui ont été dédiées à cette question sont pourtant rares. Or, les comptes font bel et bien de mentions d’achats d’œuvres à Anvers (spécialement dans le domaine de la peinture) ou à Bruxelles (en ce qui concerne les pièces tissées). À cet égard, la tapisserie constitue un champ de recherche particulièrement prometteur : si, pour la plupart, les cartons étaient fournis par des artistes italiens, français ou des anciens Pays-Bas, presque toutes les tapisseries que possédait François Ier avaient été tissées sur des métiers flamands installés dans les anciens Pays-Bas méridionaux. Le rôle des artistes envoyés en Flandres par François Ier pour superviser l’exécution des tapisseries, comme Matteo del Nassaro, pourra être évalué, de même que celui de certains marchands, par exemple Joris Vezeleer.

Parallèlement, la dimension musicale des relations entre le premier roi Valois et le Nord sera prise en compte. Une étude pourra ainsi être menée sur les compositeurs flamands, ou d’origine flamande, qui ont fréquenté la chapelle royale de François Ier, comme Antoine Divitis, originaire de Louvain et chantre de la chapelle royale. Plus généralement, un examen attentif des parcours de musiciens (comme Rogier Pathie, qui abandonne son poste d’organiste du roi de France pour entrer au service de Marie de Hongrie en 1536), mais aussi des répertoires (via leur transmission manuscrite et imprimée, et leur composition) permettra d’éclairer d’un jour nouveau l’évolution de la musique en France et dans les anciens Pays-Bas méridionaux à cette période.

La problématique ainsi proposée pourrait faire l’objet de mises en perspectives, qui, en ouverture du colloque, s’attacheront à évoquer les relations diplomatiques et internationales du roi (et de Louise de Savoie) avec les anciens Pays-Bas méridionaux (soit avec Marguerite d’Autriche, Charles Quint et Marie de Hongrie).

Les propositions de communication devront parvenir par courrier électronique à Laure Fagnart et à Isabelle Lecocq sous la forme d’abstracts de maximum 300 mots (2000 caractères espaces inclus) pour le 30 avril 2015. Elles seront accompagnées d’un curriculum vitae synthétique. Nous vous invitons à diffuser cet appel auprès de tout collègue intéressé.

COMITÉ ORGANISATEUR

  • Laure FAGNART (F.R.S.-FNRS/ULg)
  • Pierre-Yves KAIRIS (IRPA)
  • Isabelle LECOCQ (IRPA)
  • Natasja PEETERS (MRA)
  •  Joost VANDER AUWERA (Académie royale d’Archéologie de Belgique/Comité belge d’Histoire de l’Art)

COMITÉ SCIENTIFIQUE 

  • Dominique ALLART (ULg)
  • Koenraad BROSENS (KU Leuven)
  • Marie-Alexis COLIN (ULB)
  • Krista DE JONGE (KU Leuven)
  • Claire DUMORTIER (Académie royale d’Archéologie de Belgique/Comité belge d’Histoire de l’Art)
  • Laure FAGNART (F.R.S.-FNRS/ULg)
  • Koenraad JONCKHEERE (UGent)
  • Robert J. KNECHT (University of Birmingham)
  • Isabelle LECOCQ (IRPA)
  • Guy Michel LEPROUX (École pratique des Hautes Études)
  • Cécile SCAILLIEREZ (Musée du Louvre)

Source : Transitions

Publication – Herzog Tamar, Frontiers of Possession. Spain and Portugal in Europe and the Americas

HERZOG Tamar, Frontiers of Possession. Spain and Portugal in Europe and the Americas, Cambridge (USA), Harvard UP, 2015, 400 pages

HARDCOVER – $35.00 • £25.95 • €31.50 – ISBN 9780674735385

Frontiers of Possession asks how territorial borders were established in Europe and the Americas during the early modern period and challenges the standard view that national boundaries are largely determined by military conflicts and treaties. Focusing on Spanish and Portuguese claims in the New and Old Worlds, Tamar Herzog reconstructs the different ways land rights were negotiated and enforced, sometimes violently, among people who remembered old possessions or envisioned new ones: farmers and nobles, clergymen and missionaries, settlers and indigenous peoples.

Questioning the habitual narrative that sees the Americas as a logical extension of the Old World, Herzog portrays Spain and Portugal on both sides of the Atlantic as one unified imperial space. She begins in the Americas, where Iberian conquerors had to decide who could settle the land, who could harvest fruit and cut timber, and who had river rights for travel and trade. The presence of indigenous peoples as enemies to vanquish or allies to befriend, along with the vastness of the land, complicated the picture, as did the promise of unlimited wealth. In Europe, meanwhile, the formation and re-formation of boundaries could last centuries, as ancient entitlements clashed with evolving economic conditions and changing political views and juridical doctrines regarding how land could be acquired and maintained.

Herzog demonstrates that the same fundamental questions had to be addressed in Europe and in the Americas. Territorial control was always subject to negotiation, as neighbors and outsiders, in their quotidian interactions, carved out and defended new frontiers of possession.

Tamar Herzog is Monroe Gutman Professor of Latin American Affairs and Radcliffe Alumnae Professor at Harvard University.

Source : Harvard University Press.

CFP – À la recherche de la norme : Arts et Lettres dans l’Italie de la Renaissance

Colloque international – À la recherche de la norme : Arts et Lettres dans l’Italie de la Renaissance

Le XVIe siècle est, pour l’Italie, une période de bouleversements politiques et religieux, mais aussi de changements artistiques et littéraires importants. À cette époque, en effet, le langage – qu’il soit littéraire, pictural, architectural ou musical – est interrogé, remis en question, refondé. Auteurs et artistes se mettent en quête de normes et de modèles qui puissent aboutir à un langage partagé.

Si c’est au Cinquecento que la « question de la langue » s’impose en Italie comme une interrogation fondamentale et fait alors l’objet de nombreuses discussions dans les milieux lettrés ; dans les arts visuels, ce furent des artistes exceptionnels tels que Raphaël et Michel-Ange qui, les premiers, ouvrirent la voie à un langage des arts destiné à être partagé par toute la Péninsule. Ce processus qui advint, au cours du XVIe siècle, pour les arts figuratifs et les lettres, conduisant à la naissance de modèles « italiens » toucha également d’autres domaines de l’art, tels que la musique, la sculpture, l’architecture.

Le but de ce colloque international et interdisciplinaire est d’amener professeurs, chercheurs et doctorants issus de différentes disciplines à considérer les choix opérés, les réflexions et initiatives menées – consciemment ou non – par les artistes et hommes de lettres de la Renaissance et qui s’imposèrent comme des modèles ou participèrent de la création d’un langage commun, voire contribuèrent à l’élaboration d’une norme partagée.

Informations pratiques

Les propositions de communication, d’une longueur d’environ 400 mots et incluant une brève biobibliographie du proposant, seront envoyées à recherchenorme@ulg.ac.be le 30 mars 2015 au plus tard. Les auteurs des abstracts retenus seront contactés avant le 1er mai 2015.

Les communications, en français, anglais ou italien, dureront 20 minutes et donneront lieu à une publication dans le volume des actes du colloque. La remise des articles, qui seront soumis au peer-review, est prévue au printemps 2016.

Organisation : Gianluca Valenti et Hélène Miesse

Source : Transitions

CFP – Quand on arrive en ville. Espaces, transports, perceptions et représentations (18e-21e siècles)

Quand on arrive en ville. Espaces, transports, perceptions et représentations – XVIIIe-XXIe s.

Organisé à Bruxelles les 15 et 16 octobre 2015, le colloque « Quand on arrive en ville. Espaces, transports, perceptions et représentations (18e-21e siècles) » est une initiative du projet de recherche MICM-arc (micmarc.ulb.ac.be), basé à l’Université libre de Bruxelles. À travers la problématique de l’arrivée en ville, de ses modalités, des impressions et des représentations qui en découlent, le colloque permettra d’interroger les rapports entre mobilité, culture et identité métropolitaine qui sont au cœur de ce projet de recherche.

Longtemps ceintes de murailles, les villes anciennes possédaient une délimitation claire et des voies d’accès définies par leurs portes d’entrée. Ces seuils et leurs formes, leur fonction de contrôle des flux et leur dimension symbolique ont déjà été bien étudiés par les historiens[1]. Les transformations ultérieures de la ville, liées à son industrialisation et à sa croissance, ont radicalement modifié son approche : non seulement les modes de déplacement se sont diversifiés dans la seconde moitié du 19e siècle, mais les frontières de la ville n’ont cessé de s’étendre, rendant obsolètes les anciennes portes, et de plus en plus diffus le paysage périurbain. À l’époque actuelle, les entrées et sorties d’autoroutes ou les giratoires semblent avoir remplacé les portes, et les équipements qui s’égrènent le long des chaussées reliant les villes rendent leurs frontières souvent difficiles à percevoir[2]. De plus, une part croissante, voire majoritaire, des arrivées en ville ne s’effectue plus de manière graduelle, via un cheminement routier, mais par l’intermédiaire des sas que sont les gares et aéroports, à partir desquels les voyageurs accèdent sans transition aux espaces urbains centraux. Ces métamorphoses retentissent sur l’expérience des usagers ; au-delà de l’analyse des espaces, des lieux d’arrivée en ville et de leurs transformations, il convient aussi d’envisager la dimension symbolique et subjective de ces passages d’un espace à un autre, et d’étudier les perceptions et les représentations associées à l’entrée en ville.

Dans le cadre du présent colloque, nous chercherons à interroger les modalités d’entrée en ville, en fonction de l’évolution des limites urbaines et des moyens de transport, tant sur le plan de l’aménagement des espaces traversés qu’au prisme du regard de celui/celle qui se déplace.

L’approche envisagée se veut résolument interdisciplinaire (historiens, géographes, architectes et urbanistes, sociologues, historiens des arts,…), comparative sur le plan des villes étudiées (avec un intérêt particulier pour Bruxelles) et placée dans les temps longs du développement urbain (de la ville proto-industrielle à la métropole postindustrielle). Elle se déclinera en 3 axes complémentaires.

Le premier axe sera dédié aux espaces par lesquels les usagers fréquents ou occasionnels pénètrent dans les villes et aux moyens de transport qu’ils utilisent pour ce faire.

À l’arrivée lente et à l’entrée déterminée par l’origine du déplacement, propre aux transports des 18e et début 19e siècles, se sont substituées de nouvelles formes d’entrer en ville, rapides, souterraines ou aériennes, multiples ou uniques, centrales (gares) ou périphériques (aéroports), voire contournantes (rings), qui bouleversent les manières d’arriver dans la cité.

Dans ce cadre, seront tout abord abordées les questions relatives à la notion d’entrée de ville et son articulation avec celles de limite urbaine et d’accessibilité. La focale portera ensuite sur les formes spatiales des entrées de villes, examinées en étroite relation avec les moyens de locomotion utilisés.

  • Une typologie des entrées de ville (espaces, infrastructures et paysages) est-elle envisageable ? Peut-on parler d’homogénéisation de ces espaces (via notamment l’existence d’une typologie architecturale spécifique) ou au contraire sont-ils la scène des tentatives de distinction de villes par rapport à leurs voisines ?
  • Quel type de skyline se dessine aux entrées de ville aux différentes époques ? Observe-t-on des modèles d’urbanisme spécifiques à ces espaces fonctionnels autant que symboliques?
  • Comment sont aménagés les abords des entrées de ville ? Quels équipements (hôtels, musées, marchés, commerces, etc.) et fonctions (économique, touristique, culturelle, santé, etc.) se rassemblent autour des infrastructures de transport ou des portes de la ville ?
  • Quelles sont les formes données à ces infrastructures (ce qui est rendu visible ou invisible, symbolique architecturale, prise en charge des enjeux sécuritaires, conjonction d’espaces de mobilité et de consommation/restauration, etc.) ?
  • Quels acteurs publics ou privés modèlent ces entrées de ville (quartiers ou gares, p.ex., très liés au secteur hôtelier au tournant du 20e s.) ?

Un deuxième axe du colloque sera consacré aux perceptions associées à l’entrée en ville.

Les espaces qui marquent l’arrivée en ville et leur physionomie – qu’il s’agisse d’infrastructures ou de portions de territoire – amorcent en effet la découverte de la ville et l’expérience qu’en conservera celui/celle qui se déplace. La découverte de Venise en bateau, depuis sa lagune, renforce le statut de ville bâtie sur les eaux, tout comme les architectures de fer et de verre définissant la typologie de la gare au 19e siècle[3] concourraient à faire de ces lieux d’arrivée des métropoles modernes et ambitieuses (ce qui rappelle les « gestes architecturaux » posés aujourd’hui pour l’aménagement des gares et aéroports).

Avant même l’arrivée à destination, la phase d’approche et ses conditions (vitesse, dégagement de la vue, perceptions sonores ou olfactives, etc.) offre donc un aperçu singulier de la ville, celui de sa ligne panoramique ou d’un quartier particulier, influençant les premières impressions, sans être représentatif de l’agglomération à découvrir. Selon le lieu d’origine du déplacement (petite ou grande ville, étrangère ou pas, banlieue), sa fréquence et ses raisons (travail, tourisme, exil, émigration, etc.), les perceptions de l’arrivée en ville se trouveront également affectées. Voyageant d’une ville à l’autre, quittant son référentiel urbain pour le confronter à d’autres environnements, celui qui se déplace acquiert de nouvelles expériences à travers sa mobilité et redéfinit ainsi le regard qu’il pose sur les cités visitées[4].

Cet axe de questionnement sera l’occasion d’interroger ce à quoi l’on perçoit que l’on est arrivé en ville.

  • Qu’est-ce qui marque l’entrée en ville, comment est-elle perceptible ou mise en scène (frontière physique, signalisation, monuments, œuvres, etc.) ? L’absence de dramatisation est-elle aussi révélatrice ?
  • Comment ces dispositifs ont-ils évolué avec l’évolution du territoire urbain et la disparition de ses limites ?
  • Le temps et les haltes mis pour accéder au centre de la ville permettent-ils de percevoir les traits saillants de son identité (ancienneté, architecture, composition sociale, relief, etc.) ?
  • Comment les transports modalisent-ils la perception de l’entrée en ville (lente découverte des abords de la ville ou plongée directe au centre en arrivant par un transport souterrain) ?
  • Quand est-on arrivé à destination ? Qu’est-ce qui, de la sortie du train ou de l’avion, du franchissement d’une porte ou d’un péage, du premier pas dans la gare ou dans l’espace public, du parquement de la voiture ou de la vue d’un monument emblématique signale la fin du voyage ?
  • Comment les perceptions de l’entrée en ville sont-elles influencées par le profil de celui/celle qui se déplace (lieu d’origine, nature du déplacement, fréquence) ? Qu’en est-il pour le voyageur régulier, le navetteur qui tous les matins entre en ville ?

Un troisième axe d’interrogation portera sur les représentations de l’arrivée en ville.

Mêlant expérience réelle, connaissances antérieures (via des guides de voyage, des témoignages, etc.) et sensations personnelles, les représentations de l’arrivée en ville et de ses lieux d’entrée offrent une perspective intéressante, à la fois sur le plan historique, artistique et symbolique.

L’arrivée en ville est le point de départ de l’action, ou une inflexion de son cours : elle est d’ailleurs un topos littéraire en soi, qu’il s’agisse du bildungsroman, du roman d’ascension sociale du 19e siècle, ou de récits contemporains. À travers l’entrée en ville se dessinent les espoirs du voyageur, ses attentes par rapport à ce que la ville a à lui offrir et les représentations qu’il se fait du lieu dans lequel il va évoluer. Construites préalablement grâce aux récits d’autres voyageurs, aux informations des guides touristiques et nourries par les représentations qu’en ont données les artistes, les attentes de celui/celle qui se déplace se juxtaposent à ses propres perceptions, une fois arrivé(e) en ville. Figeant et transformant les souvenirs, filtrant, accumulant les perceptions, les œuvres littéraires, cinématographiques, sonores ou picturales traitant de l’entrée en ville témoignent de ces sensations accumulées. Bien souvent, l’expérience sensorielle multiple du moment d’entrée se traduit par un rendu formel particulier, une superposition d’impressions transcrite par des modes de représentation nouveaux (que l’on songe aux gares en peinture ou au rôle du train dans les débuts du cinéma p.ex.).

Dans ce dernier axe, il sera question à la fois de la construction des représentations de l’arrivée en ville en amont du voyage, et des représentations artistiques qui en découlent en aval.

  • Comment les guides de voyage historiques et contemporains décrivent-ils l’entrée en ville (par où entrer, comment, quelles descriptions, etc.) ?
  • Comment les nouveaux moyens de communication amènent aujourd’hui les voyageurs à se forger une opinion de la destination avant le voyage (influence des notations et avis de voyageurs, visibilité des villes sur le net) ?
  • Quelles sont les formes à travers lesquelles l’entrée en ville a été représentée à travers le temps, correspondent-elles à des esthétiques particulières, à un rendu littéraire singulier ? Y a-t-il une dramaturgie récurrente de l’entrée en ville ?
  • Comment les lieux de modernité associés aux déplacements ont-ils inspiré les avant-gardes ? Sont-ils toujours aujourd’hui un terrain privilégié des actions artistiques ?
  • Existe-t-il une réflexion créative sur la représentation sonore de l’entrée en ville, en particulier ?
  • Pour se distinguer et influencer les perceptions de l’entrée en ville, il n’est pas rare aujourd’hui que des représentations artistiques placées in situ influencent à leur tour celles des voyageurs.  L’ajout d’œuvres d’art est-il désormais inhérent à l’aménagement des lieux de mobilité, quand ceux-ci ne sont pas eux-mêmes des ouvrages d’art signés par des grands noms de l’architecture mondiale ? Est-ce d’ailleurs réellement une spécificité contemporaine ?

Les questionnements liés aux trois dimensions envisagées (espaces et moyens de transports / perceptions / représentations) sont des pistes de réflexion, et leur liste n’est pas exhaustive. Les propositions de communications reçues seront sélectionnées en fonction de leur pertinence, de leur originalité et de leur complémentarité, afin d’encourager la richesse des échanges.

Informations pratiques 

-Colloque organisé les 15 et 16 octobre 2015 à Bruxelles.

Titres et propositions de communication en français ou en anglais (max. 2500 caractères) à envoyer pour le 15/03/2015 à l’adresse micmarc[at]ulb.ac.be

-Sélection des communications : début avril 2015

Comité organisateur
Paul Aron
Laurence Brogniez
Tatiana Debroux
Jean-Michel Decroly
Valérie Dufour
Julie Fäcker
Jean-Louis Genard
Michel Hubert
Judith le Maire
Christophe Loir
Christopher B. Murray
Yannick Vanhaelen
Loïc Waucquez

[1] Colloque « Entrer en ville » organisé à Orléans en 2001. Actes parus en 2006 : Michaud-Fréjaville Françoise, Dauphin Noëlle, Guilhembet Jean-Pierre, Entrer en ville, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2006 ; Jütte Daniel, « Entering a city : on a lost early modern practice », Urban History, vol. 41, n°2, 2014, p. 204-227.

[2] Le séminaire du PUCA est par exemple consacré cette année 2014-2015 aux « Entrées de ville et espaces périurbains ». En Belgique, voir p.ex. Grosjean Bénédicte, Urbanisation sans urbanisme : une histoire de la « ville diffuse », Mardaga Editions, Wavre, 2010.

Le développement des banlieues au seuil des villes est par ailleurs un thème récurrent de la littérature contemporaine, qui en livre des représentations originales à travers la fiction : Zanghi Filippo, Zone indécise. Périphéries urbaines et voyage de proximité dans la littérature contemporaine, Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2014.

[3] Voir à ce sujet les nombreux travaux de Sauget : Sauget Stéphanie, A la recherche des pas perdus: une histoire des gares parisiennes au XIXe siècle, Paris, Tallandier, 2009 ; Sauget Stéphanie, « La « spectacularisation » de la technique dans les gares parisiennes au XIXe siècle », Romantisme, vol. 4, n°150, 2010, p. 23-33 ; Sauget Stéphanie, « Les approches techniques et architecturales du voyage »,Sociétés & Représentations, vol. 1, n°21, 2006, p. 147-156.

[4] Basch Sophie (dir.), Le voyage à Constantinople : l’Orient-Express, catalogue de l’exposition présentée à la Galerie CGER à Bruxelles du 24/10/1997 au 01/02/1998, Snoeck-Ducaju & zoon, Gent, 1997.

Source et organisation : Brussels Studies Institute (BSI)

Conférence – Michela Berti (ULG, Transitions) – Musica e potere nella Roma barocca

 Musica e potere nella Roma barocca

par Michela Berti (ULG, Transitions)

 

berti

La musicologue Michela Berti, de formation romaine et parisienne, nous transportera de nouveau à Rome et analysera le lien étroit entre pouvoir et musique, qui caractérisait la ville papale à l’âge baroque.

Détails pratiques:
18 mars 2015
18h30
Université de Liège
Salle Wittert (Ulg – Bât. A1)
Place du XX Aôut, 4000 Liège

Source : Transitions

Colloque – 2-3/03/2015 – Le Parnasse oublié. Penser la poésie hispanique entre Baroque et Néo-classicisme (1651-1750)

Lundi 2 Mars

10h-10h30
Ouverture

Michel BERTRAND (Directeur de la Casa de Velázquez)
Alain BÈGUE (Université de Poitiers), Coordinateur du programme PARNASSE
Jaume GARAU AMENGUAL (Universitat de les Illes Balears)
Blanca OTEIZA (Universidad de Navarra)

10h30-13h
POÉTIQUE

Président : Jaume GARAU (Universitat de les Illes Balears)

Alain BÈGUE (Université de Poitiers) – Censura y poética: la concepción de la poesía en las aprobaciones

Manuel Ángel CANDELAS COLODRÓN (Universidad de Vigo) – Las tres musas castellanas de Quevedo y de José Delitala: paratextos y diálogo intertextual entre 1670 y 1672

Pause

Blanca OTEIZA (Universidad de Navarra) – La poesía exenta del dramaturgo Bances Candamo

María José RODRÍGUEZ SÁNCHEZ DE LEÓN (Universidad de Salamanca) – La idea neoclásica del género lírico

Lola JOSA (Universitat de Barcelona) – Pensar la poesía, pensar la música (1650-1700)

Débat

13h-14h
TRADITION ET RENOUVELLEMENT

Présidente : Blanca OTEIZA (Universidad de Navarra)

Juan Manuel ESCUDERO (Universidad de Navarra) – Los sonetos en la poesía de José Tafalla y Negrete

Esther BORREGO (Universidad Complutense de Madrid) – Los villancicos líricos del Monasterio de la Encarnación entre dos siglos: ¿del Barroco al Neoclasicismo?

Débat

16h-17h30
PENSÉE, CULTURE ET POÉSIE

Président :Enrique DUARTE (Universidad de Navarra)

Miquel BELTRÁN MUNAR (Universitat de les Illes Balears) – La asistencia de Dios en el poema Esfuerço Harmonico de Miguel de Barrios

Inmaculada OSUNA (Universidad Complutense de Madrid) – La Academia real, Museo genetlíaco (1707) en honor del príncipe Luis Fernando y el entorno poético granadino a inicios del siglo XVIII

Helmut C. JACOBS (Universitaet Duisburg-Essen) – Los avances de la ciencia moderna en la poesía del “capitán coplero” Eugenio Gerardo Lobo (1679-1750)

Débat


Mardi 3 Mars

10h-11h
HISTOIRE ET POÉSIE

Président : Abraham MADROÑAL (Université de Genève)

Carlos CABANILLAS CÁRDENAS (Universidad de Tromso-Universidad Ártica de Noruega) – Los elementos históricos en la poesía de Juan del Valle y Caviedes

Enrique DUARTE (Universidad de Navarra) – El César africano, poema épico de Bances Candamo

Débat et Pause

11h30-13h
RECEPTION

Présidente : Isabel PÉREZ CUENCA (Universidad San Pablo CEU)

Francisco Javier ESCOBAR BORREGO (Universidad de Sevilla) – La recepción de Santa Teresa de Jesús en Obras espirituales que encaminan a una alma a la más perfecta unión con Dios por San Juan de la Cruz (Sevilla, Francisco de Leefdael, 1703)

Rafael BONILLA CEREZO (Universidad de Córdoba) – Los Juguetes del ingenio (1768) de Francisco Nieto Molina

Mariano DE LA CAMPA (Universidad Autónoma de Madrid) – La poesía entre 1650 y 1750 en perspectiva: la erudición de la segunda mitad del siglo XVIII

Débat

13h-13h30
PRESENTATION DES OUTILS

Alain BÈGUE (Université de Poitiers) – CIBeLES: Catálogo de Investigación Bibliográfica en Literatura española de Entre Siglos

13h30-14h
VISITE DE LA CASA DE VELÁZQUEZ

16h-17h30
POÉSIE ET BIBLIOTHÈQUES

Président Mariano DE LA CAMPA (Universidad Autónoma de Madrid)

Jaume GARAU AMENGUAL (Universitat de les Illes Balears) – Eugenio Gerardo Lobo (1679-1750): nuevas fuentes documentales para el estudio de su vida y de su obra

Isabel PÉREZ CUENCA (Universidad San Pablo CEU) – La colección poética de la biblioteca ducal de Medinaceli (1759)

Abraham MADROÑAL (Université de Genève) – Manuscritos e impresos poéticos españoles desconocidos en la Biblioteca de la Universidad de Ginebra

Débat

CONCLUSIONS

Alain BÈGUE (Université de Poitiers)

COMITÉ SCIENTIFIQUE
Ignacio ARELLANO (Universidad de Navarra)
Alain BÈGUE (Université de Poitiers)
Miquel BELTRÁN MUNAR (Universitat de les Illes Balears)
José CHECA BELTRÁN (Consejo Superior de Investigaciones Científicas)
Judith FARRÉ (Consejo Superior de Investigaciones Científicas)
Jaume GARAU (Universitat de les Illes Balears)
Luis Iglesias FEIJOO (Universidade de Santiago de Compostela)
Aurelio GONZÁLEZ (El Colegio de México)

Coordination : Alain BÈGUE (Université de Poitiers)
Organisation : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Centro de Estudios de la Literatura Española de Entre Siglos ( XVIIeet XVIIIe siècles), EA 3816 (FoReLL, Université de Poitiers), Instituto de Estudios Hispánicos en la Modernidad (Universitat de les Illes Balears), Grupo de Investigación Siglo de Oro (Universidad de Navarra).

Lieu du colloque :
Casa de Velázquez
C/ de Paul Guinard, 3
28040 Madrid

Source : Casa de Velázquez

Colloque – 04-07/03/2015 – Mary of Burgundy, the Reign, the ‘Persona’ and the Legacy of a European Princess

International Conference –  Mary of Burgundy. The Reign, the “persona” and the legacy of a European princess

Wednesday 4 March
Royal Academy of Belgium for Science and the Arts
Rue Ducale 1, 1000 Brussels

19.30: Keynote Lecture: Wim Blockmans (Universiteit Leiden, Netherlands) – Dynastic Chance and the Great Burgundian Heritage
20.30: Welcome Reception

Thursday 5 March
University of Birmingham Brussels Office
Avenue d’Auderghem 22-28, 1040 Brussels

9.30 : Registration and Coffee
10.00–10.30: Introduction from Organisers Michael Depreter (Université libre de Bruxelles), Jonathan Dumont (Université de Liège), Elizabeth L’Estrange (University of Birmingham), Samuel Mareel (Universiteit Gent)

10.30–12.00: Plenary Session
Mary’s Networks: People and Cities
Chair: Marc Boone (Universiteit Gent)

Jean-Marie Cauchies (Royal Academy of Belgium – Université Saint-Louis–Bruxelles), Des conseillers protecteurs ? L’entourage politique de Marie de Bourgogne
Violet Soen (KU Leuven), Mary and the Croÿ Clan, or How to Reintegrate Transregional Elites at the Court of Burgundy (1477–1482)
Kim Ragetli (Universiteit Leiden), Mary of Burgundy and the Court-City Relations in 1477
12.00–13.30: Lunch

13.30–15.00: Parallel Sessions Mary and her Neighbours
Chair: Alain Marchandisse (Université de Liège)

Giovanni Ricci (Università degli Studi di Ferrara), Le Nord en Méditerranée. Influx franco-bourguignons à la cour des Este entre Charles le Téméraire et Marie de Bourgogne
Federica Veratelli (Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne), Entre continuité dynastique et pouvoir du luxe. La « Petite Italie » de Marie de Bourgogne
Dominique Le Page (Université de Bourgogne), Perception de Marie en Bourgogne royale

Imaging Mary
Chair: Adrian Armstrong (Queen Mary, University of London)

William Monter (Northwestern University, USA), Two Major Lessons from the Numismatic History of Mary of Burgundy, Alive and Dead
Johan Oosterman (Radboud Universiteit Nijmegen), The Making of a Beloved Princess
Susie Speakman Sutch (Universiteit Gent), Illustrating the Death of Mary of Burgundy in Miniatures and Woodcuts. The Manuscripts and Printed Editions of Le Chevalier délibéré by Olivier de La Marche
15.00–15.30 : Coffee Break

15.30–17.00 : Parallel Sessions

Mary and Manuscript Production
Chair: Elizabeth L’Estrange (University of Birmingham)

Sherry C.M. Lindquist (Western Illinois University, Macomb), Beauty and the Beasts: Rereading the Hours of Mary of Burgundy
Erica O’Brien (University of Bristol), Family and Faith: Sensory Experience and Devotional Memory in the Hours of Mary of Burgundy
Lieve De Kesel (Universiteit Gent), Innovative Decorations in Manuscripts Illuminated for Mary of Burgundy and her Contemporaries

Power, Society and their Representation during Mary’s Reign
Chair: Michel de Waha (Université libre de Bruxelles)

Jean Devaux (Université du Littoral Côte d’Opale), Galans de Picardie, de Flandres et d’Artois… La poésie de circonstance sous le règne de Marie de Bourgogne
Michael Depreter (F.R.S.-FNRS – Université libre de Bruxelles), L’armée bourguignonne après la défaite de Nancy. Ruptures et continuités

Friday 6 March
University of Birmingham Brussels Office
Avenue d’Auderghem 22-28, 1040 Brussels

9.00: Coffee

9.00–10.30 : Plenary Session
Perceptions of a Duchess in Power
Chair: Anne-Marie Legaré (Université de Lille 3)


Olga Karaskova (Bibliothèque nationale de France)
, Panthasilia virgo in civitatem Tryona amicabiliter recepta fuit. La Joyeuse Entrée de Marie de Bourgogne à Bruges en 1477
Sonja Dünnebeil (Österreichische Akademie der Wissenschaften), Mary, the « diplomatic Weapon of Universal Value » of Charles the Bold
10.30–11.00 : Coffee Break

11.00–12.30 : Plenary Session
Mary and Female Patronage of the Arts
Chair: Kathleen Wilson-Chevalier (American University of Paris)

Julia Kohl (Université libre de Bruxelles), Aline Genbrugge (KIK–IRPA), Karen Bonne (KIK–IRPA), Francisco Mederos-Henry (Université catholique de Louvain), Une généalogie peinte réalisée « sur la pieuse demande » de Marie de Bourgogne. Nouveaux propos sur la création et le programme iconographique de la série des portraits des comtes de Flandre provenant de l’abbaye des Dunes à Coxyde
Andrea Pearson (American University, Washington DC), Gender and the Utility of Mary of Burgundy’s Equestrian Seals
Ann Adams (The Courtauld Institute of Art), Familial affection or Staking a Claim ? The Tombs of Isabella of Bourbon and Jacques de Bourbon Commissioned by Mary of Burgundy
12.30–14.00 : Lunch

14.00–15.30 : Parallel Sessions
Managing Society at Mary’s Court
Chair: Jan Dumolyn (Universiteit Gent)

Jean-Marie Yante (Université catholique de Louvain), Le règne de Marie de Bourgogne et l’économie de la seconde moitié du XVe siècle
Valérie Bessey (Deutsches Historisches Institut Paris), Étude de l’Hôtel de Marie de Bourgogne
Sofiane Bouhdiba (University of Tunis), Marie de Bourgogne face à la peste

The Reception of Mary From the Eighteenth Century Onwards
Chair: Jean-Marie Cauchies (Académie royale de Belgique)

Emmanuel Berger (Université de Namur), Disputes autour du cœur de Marie de Bourgogne, fin du XVIIIe siècle
Ann Roberts (Lake Forest College), The Marriage of Mary and Maximilian in the Nineteenth Century
Gilles Docquier (Musée royal de Mariemont – Université Saint-Louis–Bruxelles), Mémoire, culture et historiographie de Marie de Bourgogne en Belgique

16.00–18.00 : Manuscript and Early Print Workshops at the Royal Library
19.30 : Conference Dinner

Saturday 7 Mars
Groeninge Museum, Bruges

8.00 : Departure for Bruges
9.45–10.00 : Welcome by Manfred Sellink (Musea Brugge)

10.00–11.30 : Plenary Session
The Duchess and the Habsburg Heritage
Chair: Samuel Mareel (Universiteit Gent)

Till-Holger Borchert (Groeningemuseum Brugge), Mary of Burgundy and the Burgundian Wedding in the Imperial Propaganda of Maximilian of Austria
Orsolya Réthelyi (Eötvös Loránd University – Budapest), Oorlof, mijn reyn Keyserlijck bloet, Dien ic so seer beminne. The Image of Mary of Burgundy as Cultural Capital for Habsburg Propaganda
Manfred Hollegger (Österreichische Akademie der Wissenschaften), Queen of the Fire Steel, Queen Rich in Honours. Mary of Burgundy within the « Gedechtnus » (Memoria) of Maximilian I

11.30–14.00 : Lunch and Commentated Visit to the Groeninge Museum

14.00–15.30 : Plenary Session
Fashioning Mary’s Legacy
Présidence : Jonathan Dumont (F.R.S.-FNRS – Université de Liège / Transitions)

Alain Marchandisse (F.R.S.-FNRS – Université de Liège / Transitions), Christophe Masson (Université de Liège / Transitions), Bertrand Schnerb (Université de Lille 3), L’ultime voyage de Marie de Bourgogne. Des funérailles de duc ou de duchesse ?
Lisa Demets (FWO–Universiteit Gent), The Ideology and Representation of « our Princess » Mary of Burgundy in the Fifteenth Century Manuscripts of the Excellente Cronike van Vlaenderen Tradition
Pierre-Gilles Girault (Musée de Blois), Marguerite d’Autriche : l’héritage de Marie
15.30–15.45 : Coffee Break

15.45–17.00 : Roundtable: Mary 600 Years On: Where Next?
Participants : Adrian Armstrong (Queen Mary, University of London) ; (Jelle Haemers (Katholieke Universiteit Leuven) ; Walter Prevenier (Universiteit Gent) ; Bertrand Schnerb (Université de Lille 3) ; Ann Roberts (Lake Forest)
17.30 : Return to Brussels

Access

Professor Blockmans’ inaugural lecture on 4th March will be held at the Royal Academy of Belgium for Science and the Arts, Rue Ducale 1, 1000 Brussels, tel +32 (0)2/550.22.12
www.academieroyale.be
Click here for a map
The conference itself will be held at the University of Birmingham’s Brussels Office and at the Groeninge Museum in Bruges.University of Birmingham Brussels Office
Avenue d’Auderghem 22, 1040 Bruxelles, tel: +32 (0)2/740. 27. 13
How to get to the office:
By Metro:
Nearest metro station is Schuman on lines 1 & 5.
By Eurostar:
After arriving at Gare du Midi follow the M signs to the Metro. Take lines 2 & 6 towards Simonis (Elisabeth) to Art-Loi station. From there change to lines 1 & 5 towards Stockel or Hermann-Debroux, alighting at Schuman.
From the Airport:
By bus: Follow the bus signs and catch the N° 12 or 21 bus to Schuman Roundabout.
By train: Follow the signs to the train station and catch the train to the Central Station (‘Gare Centrale’). Then catch the metro four stops to Schuman, line 1 & 5, direction Herman Debroux or Stocke

Click here for a map (called West Midlands European Centre on the map)

Groeninge Museum
Dijver 12, 8000 Brugge, tel. +32 (0)50/44.87.11

How to get there:
Bus stop Eekhoutpoort, Eekhoutstraat nr. 2
Train station Brugge

http://www.brugge.be/musea

Source : Mary of Burgundy 2015

Publication – Saint-Simon ou le sens de l’intrigue

BERCHTOLD J. et HERSANT M. (dir.), Saint-Simon ou le sens de l’intrigue, Paris, Classiques Garnier, 2015, 354 p. (coll. Rencontres).

couverture du livre

L’année 1710 des Mémoires de Saint-Simon contient le récit fascinant de la genèse d’un mariage princier entre le duc de Berry et la fille du futur Régent. Ce volume réunit des études sur cet épisode essentiel ainsi que des contributions plus générales sur Saint-Simon susceptibles de l’éclairer.

Collection : Rencontres
N° dans la collection : 102
Série : Le dix-huitième siècle
N° dans la série : 11
Prix : 43€

Table des matières

CFP – L’étiquette à la cour : textes normatifs et usages

Pour son programme triennal 2014-2016, le Centre de recherche du château de Versailles a lancé un axe de recherche sur  L’étiquette à la cour : textes normatif et usages et souhaite publier des articles relatifs à cette thématique sur le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles.

Argumentaire

Si l’étiquette recouvre aujourd’hui une acception qui peut apparaître claire et bien délimitée, on s’aperçoit bien vite que cette notion est loin de relever d’une évidence. Outre le fait que l’on mélange souvent « cérémonial », « protocole » et « étiquette », ce dernier terme n’était que très rarement utilisé par les contemporains, et souvent dans des significations bien différentes. Que cela soit dans le dictionnaire de Richelet ou celui de Furetière, c’est essentiellement un sens juridique qui est retenu par les lexicographes. En effet, en France, le terme se rapportait à des pièces de procédures judiciaires. Cependant le dictionnaire de l’Académie française (à partir de son édition de 1718 et dans la dernière signification qu’il donne du mot) rappelle l’utilisation familière de ce terme en Espagne dans le sens « de ce qui se doit faire journellement dans la Maison du Roi, & dans les principales cérémonies ». L’absence de la définition actuelle du mot « étiquette » dans les dictionnaires contemporains ne signifie absolument pas que le terme n’était pas utilisé avec cette signification dans le langage. On en a pour preuve l’utilisation qu’en fait Madame Palatine dans une lettre du 3 février 1679 où la duchesse d’Orléans expliquait qu’elle n’avait jamais pu se faire à cette « insipide étiquette ».

Bernard Hours dans son étude sur la cour de Louis XV (Louis XV et sa Cour, Paris, PUF, coll. « Le nœud gordien », 2002, p. 77-98) a précisé l’historicité et les origines de l’étiquette française. Elle remonterait à la cour de Bourgogne de Philippe le Bon au xve siècle où « elle désignait un formulaire écrit fixant l’emploi du temps du prince et de sa cour » (ibid., p. 78.). Dès lors, on chercha à conserver les usages afin qu’ils se perpétuassent. Les situations évoluant, l’étiquette en fit de même et chaque nouveau code était consigné pour faire jurisprudence.

Cet axe de recherche a pour ambition de formaliser les usages non écrits de la cour de France. En effet, au contraire des nombreuses études systématiques qui ont été menées notamment pour les Habsbourg de la cour de Madrid ou ceux de la cour de Vienne, l’étiquette française a toujours été envisagée selon les usages et rituels de la cour et de façon globale. Il s’agira principalement ici de saisir l’évolution de l’étiquette à l’époque moderne entre développement, perfectionnement et/ou appauvrissement.

Axes thématiques (non exhaustif)

Les propositions d’articles pourront s’inscrire dans une ou plusieurs des thématiques et questions suivantes :

  • La définition de l’étiquette ;
  • Les origines et la naissance de l’étiquette ;
  • La caractérisation de l’étiquette par rapport aux rituels de cour ;
  • Les moyens d’application de l’étiquette (une maison nombreuse ?, le cérémonial, les rituels ?) et l’étiquette en fonction de la topographie et réciproquement ;
  • L’étiquette comme outil politique, de contrôle ou civilisationnel ? ;
  • Qui détermine/arbitre l’étiquette ? ;
  • Les courtisans sont-ils acteurs, moteurs, victimes de l’étiquette ? ;
  • Un élargissement de l’étiquette à l’échelle européenne.


Dans un premier temps, les propositions d’articles (sous forme de résumés d’environ 5 000 signes) devront être adressées à Mathieu da Vinha (mathieu.da-vinha@chateauversailles.fr) en français ou en anglais. Ces propositions seront examinées par le comité scientifique. Si les propositions sont retenues par le comité scientifique, les articles complets seront évalués à la fois par ce dernier et par deux évaluateurs du comité de lecture du Centre de recherche du château de Versailles (ou par des personnalités extérieures désignées par le comité de lecture ou le comité scientifique le cas échéant).

Les articles doivent être soumis avant le 31 décembre 2015.

Les propositions pourront être présentées dans les langues suivantes : français, anglais, allemand, italien, espagnol.
Les articles définitifs seront d’environ 40 000 signes (bibliographie et notes de bas de pages comprises).
Les auteurs devront se conformer aux normes rédactionnelles du Bulletin.

CFP – Les gestes, à voir et à pratiquer, à l’époque moderne

Revue : Europa Moderna, n°5

Date de mise en ligne des articles : octobre 2015
Date limite de réponse à l’appel : 23 mars 2015

Le prochain numéro de la revue Europa Moderna portera sur une dimension majeure de l’histoire du corps à l’époque moderne, à savoir la gestuelle, que les historiens ont peu exploré depuis La raison des gestes dans l’Occident médiéval de Jean-Claude Schmitt en 1990. Le geste, les gestes sont ceux du corps en tant que médiateurs de l’individu et contribuent à sa présentation – dimension psychologisante évoquée par André Chastel (« L’art du geste à la Renaissance », Revue de l’art, n°75, 1987, p. 9-16) – tout en établissant les repères nécessaires à la communication entre les individus, voire l’interaction en vertu de leur performance dans des espaces ou territoires qui les déterminent en partie et les ritualisent. De l’espace de la maison, du lieu public et/ou institutionnel (cour de justice par exemple) à celui de la cour du prince, les gestes ont une identité propre fixée par la nature des relations de pouvoir et de sociabilité. Aussi, les gestes, dont les contemporains ont pu témoigner à travers des descriptions narratives et visuelles, sont notables par leur fonction sémiotique et les codes d’ordre culturel qu’ils révèlent en les reproduisant ou en les transgressant. Un geste, devenu une trace du passé, est un discours en soi dépassant l’acteur lui-même pour atteindre tout le groupe et prendre ainsi une « épaisseur » sociale (R. Muchembled, « Pour une histoire des gestes (XVe-XVIIIe siècles) », RHMC, 1987, p. 87-101) fortement liée à des pratiques culturelles d’ordre religieux, tel le baiser sur la bouche qui est repérable également dans d’autres sphères en signe d’égalité, ou d’ordre politique dans le cadre des cérémonies et des cérémonials – voir les nombreux gestes codifiés de la liturgie royale par exemple ou encore des événements politiques tels que les réceptions diplomatiques -, voire encore d’ordre civilisationnel avec l’élaboration des règles de civilité depuis la Renaissance. Il existe bien d’autres domaines d’expression du geste que ce numéro aimerait aussi mettre en évidence.

Les propositions, de 500 mots maximum avec une courte notice biobibliographique, seront envoyées à sylvene.edouard@gmail.com, avant le 27 mars 2015.

Après décision du comité de rédaction, les textes définitifs devront être envoyés à la rédaction avant le 30 juin 2015.

Source : Europa Moderna

École doctorale – 06-11/07/2015 – Le doctorat : mode(s) d’emploi

Ecole doctorale Université de Strasbourg – Le doctorat : mode(s) d’emploi

Quand : du 6 au 11 juillet 2015
: Université de Strasbourg, campus de l’Esplanade, bâtiment Le Patio
Public : Doctorants SHS de France et de l’étranger (NB : la priorité aux doctorants SHS, fin de 1ère et 2ième année)
Nombre de places : 70 (nombre de places limité)
Tarif : gratuité pour les doctorants SHS de l’Unistra, 250 euros pour les doctorants d’autres universités
Ouverture des inscriptions : 1er mars 2015
Contact : ecoledoc.shs@gmail.com

Première initiative, motivée par l’expression des attentes et besoins concrets des doctorants, l’école d’été doctorale EED Unistra 2015 a pour objectif de donner, en une semaine, aux doctorants en sciences humaines et sociales de fin de 1ère année (et au-delà), un ensemble construit d’outils transversaux, théoriques, méthodologiques et techniques, destinés à faciliter leur parcours doctoral.

Considérant le doctorat dans sa globalité, l’EED Unistra 2015 se compose de 6 modules, se suivant sur 6 jours, traitant des points-clés du doctorat, des plus connus (écriture scientifique, connaissance institutionnelle) aux moins abordés (la gestion du temps, du stress, de l’image de soi, de l’isolement) en passant par les plus indispensables (exploitation de logiciels de traitement de documents, modalités de travail collaboratif, insertion professionnelle).

6 Modules

  • Module 1/ Points de vue sur le doctorat (rôle des universités et ED dans la réussite doctorale, questionnements sur l’amélioration de la formation doctorale)
  • Module 2/ Produire des connaissances (Epistémologie des SHS, les données et leur traitement, outils logiciels de traitement et d’exploitation des données, avenir scientifique des SHS, …)
  • Module 3/ Ecrire des textes scientifiques (l’écriture de la thèse, la dimension heuristique de l’écriture scientifique, spécificités de l’écriture de la thèse, gestion technique des textes longs, postures de l’auteur, …)
  • Module 4/ Gérer son doctorat (la gestion du projet « thèse », images de soi du doctorant, formes de travail collaboratif, relation encadrant/doctorant, …)
  • Module 5/ Valoriser son doctorat (publications, organisation de colloques jeunes chercheurs, rédaction de posters, d’abstracts, communication orale, …)
  • Module 6/ Préparer son insertion professionnelle (perspectives de professionnalisation des doctorants, réseaux sociaux et professionnels, portefeuille de compétences, …)

Dispositif

  • Intervenants : représentants institutionnels (directeurs d’ED, représentants du HCERES), spécialistes réputés des thématiques abordées, doctorants, jeunes docteurs
  • Dispositif : conférences, tables rondes, débats ateliers (mise en situation, utilisation d’outils, jeux de rôle,…), témoignages
  • Outils : un certain nombre d’outils (évolutifs et perfectibles dans la suite du parcours doctoral) seront fournis à l’issue de l’EED : le Cahier de l’EED’2015 (comprenant les interventions des conférenciers et les supports d’ateliers), un formulaire d’auto-évaluation du parcours doctoral, un portefeuille de compétences, un CV et, selon les ateliers suivis, un chronogramme, un poster, un abstract, une partie de thèse rédigée en bonne et due forme.

Un réseau des doctorants de l’EED’2015 sera constitué à cette occasion.

Lien

Conférence – Silvia Ginzburg : Pietro Bembo et les arts aux temps de Léon X

Pietro Bembo et les arts au temps de Léon X

par Silvia Ginzburg (Roma Tre)

GinzburgS_affiche

Conférence de clôture du colloque “Être hommes de “lettres” : secrétaires et politiques culturelles au seizième siècle”

Organisation : Antonio Geremicca et Hélène Miesse

Détails pratiques
Vendredi 27 février 2015
18h
Université de Liège
Salle des professeurs (A1, 1e étage)
Place du XX Août, 4000 Liège

Source : Transitions

Colloque – 26-27/02/2015 – Être homme de “lettres”. Secrétaires et politique culturelle au 16e siècle

Colloque international – Être homme de “lettres”. Secrétaires et politique culturelle au 16e siècle (26-27 février 2015) 

26 février

10:00    Mot d’accueil de Dominique ALLART (Université de Liège, Présidente de « Transitions » )
10:15    Introduction aux travaux – Antonio GEREMICCA et Hélène MIESSE
10:30    Matteo PROVASI (Università di Ferrara ) – L’aristotelismo abortito. Il segretario, il principe, lo Stato nel Cinquecento

11:00    Pause-café

Présidence : Giovanni MUTO (Università di Napoli “Federico II”)
11:15    Andrea GUIDI (University of London, Birkbeck) – Le conclusioni ‘gagliarde’ del Segretario. Machiavelli : ingegno letterario ed efficacia politi-ca nella sua corrispondenza diplomatica e nella sua produzione cancelleresca
11:45    Paolo PROCACCIOLI (Università della Tuscia, DISBEC) – Pietro Aretino in carriera. Dal segretario di Pa-squino al segretario del mondo
12:15    Marcello SIMONETTA (Sciences Po, Paris) – « Segretarii cavalcanti e ziferali » : da Paolo Giovio a Gian Battista Leoni

12:45    Sandwich-lunch

Présidence : Silvia GINZBURG (Università di Roma Tre)
14:30    Hélène MIESSE (Université de Liège) – Goro Gheri secrétaire de Laurent II de Médicis : art et politique dans les copialettere
15:00    Antonio GEREMICCA (Université de Liège) – Cosimo I de’ Medici conteso. Rivalità tra Pietro Aretino e Pierfrancesco Riccio
15:30     Oscar SCHIAVONE (University College, London) – Luca Martini as an Art Consultant and Patron of Artists in Pisa (1547-1561)

16:00     Pause-café

16:15     Marco CALAFATI (Université Paris-Sorbonne EPHE, Università di Firenze) – Ugolino Grifoni e Bartolomeo Gondi : due cor-tigiani, segretari, diplomatici e mecenati alla cor-te di Cosimo I de’ Medici
16:45     Emanuele PELLEGRINI (IMT Institute for Advanced Studies, Lucca) – Due segretari e un artista : il caso dei Pagni alla corte di Cosimo I

27 février

Présidence : Paola MORENO (Université de Liège)
10:00     Claudia MARCONATO (Università di Padova) – Il Bibbiena ‘moccicone’ : l’autoironia e il classi-cismo come ingredienti del perfetto segretario e cortigiano
10:30     Gianluca VALENTI (Université de Liège) – Gian Matteo Giberti et son « amour des lettres » à la lumière de sa correspondance

11:00     Pause-café

11:15     Marzia GIULIANI (Università Cattolica del Sacro Cuore di Milano) – Intrecci inediti fra letteratura, arti e nuova scienza. Il pistoiese Bonifacio Vannozzi e le corti di Torino, Roma e Firenze
11:45     Veronica CARPITA (Fondazione Culturale d’Arte Trossi-Uberti, Livorno) – Francesco Angeloni (1587-1652) e il tramonto della figura del ‘perfetto segretario’ oratore e filosofo

12:30     Sandwich-lunch

Présidence : Annick DELFOSSE (Université de Liège)

14:00     Antonio VANNUGLI (Università per stranieri di Perugia) – Doni dall’Italia per il segretario Mateo Vázquez de Leca : Marcantonio Colonna e Ferdinando de’ Medici fanno a gara
14:30     Letizia MAFALE (Università di Milano, Université de Reims Champagne-Ardenne) – « Per ardua surgo » : les Laubespine-Villeroy, secrétaires politiques et lettrés à la cour des derniers Valois
15:00     Miguel PALOU ESPINOSA (European University Institute of Florence) – Alfonso Fontanelli (1557-1622) : A Musical and Courtly Autoritas for Il Segretario

15:30     Conclusions

Détails pratiques :
26-27 février 2015
Université de Liège
Salle des professeurs (A1, 1e étage)
Place du XX Août, 4000 Liège

Contact : Antonio Geremicca et Hélène Miesse

Source : Transitions