Archives par mot-clé : art du spectacle

Conférence – Le théâtre comme machinerie émotionnelle : la mise en scène du « Sabinus » (1695) par François Passerat sur la base de l’édition bruxelloise de Georges de Backer

Conférence de Madame Sabine Schmitz, Professeure à l’Université de Paderborn, Allemagne – Chercheure invitée de l’Institut INCAL

Titre: « Le théâtre comme machinerie émotionnelle : la mise en scène du Sabinus (1695) par François Passerat sur la base de l’édition bruxelloise de Georges de Backer »

Date: 5 décembre 2017 (12h45-14h00)

Lieu: Louvain-la-Neuve, Collège Erasme, ERAS 61

 

Séminaire – Charlotta Wolff – Opéra-comique et société en France et en Europe du Nord, 1760 – 1790

Séminaire d’histoire sociale des spectacles 2015-2016

Organisé par Marie Bouhaïk-Gironès (Centre Roland Mousnier, CNRS/Paris-Sorbonne), Olivier Spina (LARHRA, Lyon 2) et Mélanie Traversier (IRHiS, Lille 3/IUF)

Opéra-comique et société en France et en Europe du Nord, 1760 – 1790

Oratrice : Charlotta Wolff (Helsinki)

Le séminaire donné pour but d’interroger à nouveaux frais les processus d’élaboration des spectacles (commandes, décisions et actions, travaux d’écriture et de remaniement, mises en jeu, mises en texte, diffusion, circulation, conservation) à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne. L’histoire des spectacles ne doit donc plus se limiter à l’étude de la composition littéraire des textes, à l’écriture de la partition ou à la composition d’un ballet. Les quelques heures que dure l’évènement ne sont que la partie émergée d’un long processus de création et d’organisation en amont et d’un processus de diffusion et de mémorialisation (oral ou écrite) en aval. Une grande partie de la performativité et de la raison d’être du spectacle se trouve, ainsi, hors de lui-même, dans le processus institutionnel, social, économique, culturel et politique qui rend possible son organisation et son déroulement. Nous nous proposons donc d’étudier les pratiques spectaculaires d’une façon interdisciplinaire en portant une attention nouvelle aux archives qui permettent de mieux saisir le phénomène par nature éphémère qu’est un spectacle. Il s’agit également de s’affranchir de la coupure, académique mais largement artificielle, entre le Moyen Age et l’époque moderne afin de mieux dégager les problèmes et les questionnements diachroniques. Enfin, nous espérons dépasser les cadres nationaux de l’histoire du théâtre et leurs historiographies très caractérisées en faisant dialoguer historiens spécialistes de la France, de l’Italie, de l’Angleterre et d’autres espaces européens.

Informations pratiques
Vendredi 13 mai 2016
De 10h à 12h
Maison de la Recherche, Paris-Sorbonne
28 rue Serpente, 75 006 Paris, M° Odéon, salle D117

 

Séminaire – Julia de Gasquet – Pour une histoire de l’art de l’acteur : essai et questionnements

Séminaire d’histoire sociale des spectacles 2015-2016

Organisé par Marie Bouhaïk-Gironès (Centre Roland Mousnier, CNRS/Paris-Sorbonne), Olivier Spina (LARHRA, Lyon 2) et Mélanie Traversier (IRHiS, Lille 3/IUF)

Pour une histoire de l’art de l’acteur : essai et questionnements

Oratrice : Julia de Gasquet (Paris 3-Sorbonne nouvelle)

Le séminaire donné pour but d’interroger à nouveaux frais les processus d’élaboration des spectacles (commandes, décisions et actions, travaux d’écriture et de remaniement, mises en jeu, mises en texte, diffusion, circulation, conservation) à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne. L’histoire des spectacles ne doit donc plus se limiter à l’étude de la composition littéraire des textes, à l’écriture de la partition ou à la composition d’un ballet. Les quelques heures que dure l’évènement ne sont que la partie émergée d’un long processus de création et d’organisation en amont et d’un processus de diffusion et de mémorialisation (oral ou écrite) en aval. Une grande partie de la performativité et de la raison d’être du spectacle se trouve, ainsi, hors de lui-même, dans le processus institutionnel, social, économique, culturel et politique qui rend possible son organisation et son déroulement. Nous nous proposons donc d’étudier les pratiques spectaculaires d’une façon interdisciplinaire en portant une attention nouvelle aux archives qui permettent de mieux saisir le phénomène par nature éphémère qu’est un spectacle. Il s’agit également de s’affranchir de la coupure, académique mais largement artificielle, entre le Moyen Age et l’époque moderne afin de mieux dégager les problèmes et les questionnements diachroniques. Enfin, nous espérons dépasser les cadres nationaux de l’histoire du théâtre et leurs historiographies très caractérisées en faisant dialoguer historiens spécialistes de la France, de l’Italie, de l’Angleterre et d’autres espaces européens.

Informations pratiques
Vendredi 8 avril 2016
De 10h à 12h
Maison de la Recherche, Paris-Sorbonne
28 rue Serpente, 75 006 Paris, M° Odéon, salle D117

Séminaire – Anne-Laure Van Bruaene – Festivals urbains pendant la révolte des Pays-Bas (fin du XVIe siècle)

Séminaire d’histoire sociale des spectacles 2015-2016

Organisé par Marie Bouhaïk-Gironès (Centre Roland Mousnier, CNRS/Paris-Sorbonne), Olivier Spina (LARHRA, Lyon 2) et Mélanie Traversier (IRHiS, Lille 3/IUF)

Festivals urbains pendant la révolte des Pays-Bas (fin du XVIe siècle)

Oratrice : Anne-Laure Van Bruaene (Gand)

Le séminaire donné pour but d’interroger à nouveaux frais les processus d’élaboration des spectacles (commandes, décisions et actions, travaux d’écriture et de remaniement, mises en jeu, mises en texte, diffusion, circulation, conservation) à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne. L’histoire des spectacles ne doit donc plus se limiter à l’étude de la composition littéraire des textes, à l’écriture de la partition ou à la composition d’un ballet. Les quelques heures que dure l’évènement ne sont que la partie émergée d’un long processus de création et d’organisation en amont et d’un processus de diffusion et de mémorialisation (oral ou écrite) en aval. Une grande partie de la performativité et de la raison d’être du spectacle se trouve, ainsi, hors de lui-même, dans le processus institutionnel, social, économique, culturel et politique qui rend possible son organisation et son déroulement. Nous nous proposons donc d’étudier les pratiques spectaculaires d’une façon interdisciplinaire en portant une attention nouvelle aux archives qui permettent de mieux saisir le phénomène par nature éphémère qu’est un spectacle. Il s’agit également de s’affranchir de la coupure, académique mais largement artificielle, entre le Moyen Age et l’époque moderne afin de mieux dégager les problèmes et les questionnements diachroniques. Enfin, nous espérons dépasser les cadres nationaux de l’histoire du théâtre et leurs historiographies très caractérisées en faisant dialoguer historiens spécialistes de la France, de l’Italie, de l’Angleterre et d’autres espaces européens.

Informations pratiques
Vendredi 11 mars 2016
De 10h à 12h
Maison de la Recherche, Paris-Sorbonne
28 rue Serpente, 75 006 Paris, M° Odéon, salle D117

Séminaire – Marie Glon – Réinventer un métier : les maîtres de danse et la « Chorégraphie ou l’art de décrire la danse » (Europe, XVIIIe siècle)

Séminaire d’histoire sociale des spectacles 2015-2016

Organisé par Marie Bouhaïk-Gironès (Centre Roland Mousnier, CNRS/Paris-Sorbonne), Olivier Spina (LARHRA, Lyon 2) et Mélanie Traversier (IRHiS, Lille 3/IUF)

Réinventer un métier : les maîtres de danse et la « Chorégraphie ou l’art de décrire la danse » (Europe, XVIIIe siècle)

Oratrice : Marie Glon (Lille 3)

Le séminaire donné pour but d’interroger à nouveaux frais les processus d’élaboration des spectacles (commandes, décisions et actions, travaux d’écriture et de remaniement, mises en jeu, mises en texte, diffusion, circulation, conservation) à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne. L’histoire des spectacles ne doit donc plus se limiter à l’étude de la composition littéraire des textes, à l’écriture de la partition ou à la composition d’un ballet. Les quelques heures que dure l’évènement ne sont que la partie émergée d’un long processus de création et d’organisation en amont et d’un processus de diffusion et de mémorialisation (oral ou écrite) en aval. Une grande partie de la performativité et de la raison d’être du spectacle se trouve, ainsi, hors de lui-même, dans le processus institutionnel, social, économique, culturel et politique qui rend possible son organisation et son déroulement. Nous nous proposons donc d’étudier les pratiques spectaculaires d’une façon interdisciplinaire en portant une attention nouvelle aux archives qui permettent de mieux saisir le phénomène par nature éphémère qu’est un spectacle. Il s’agit également de s’affranchir de la coupure, académique mais largement artificielle, entre le Moyen Age et l’époque moderne afin de mieux dégager les problèmes et les questionnements diachroniques. Enfin, nous espérons dépasser les cadres nationaux de l’histoire du théâtre et leurs historiographies très caractérisées en faisant dialoguer historiens spécialistes de la France, de l’Italie, de l’Angleterre et d’autres espaces européens.

Informations pratiques
Vendredi 5 février 2016
De 10h à 12h
Maison de la Recherche, Paris-Sorbonne
28 rue Serpente, 75 006 Paris, M° Odéon, salle D117

Séminaire – Aurélia Pouch – La comédienne au XVIIe siècle : jeux et enjeux d’une profession

Séminaire d’histoire sociale des spectacles 2015-2016

Organisé par Marie Bouhaïk-Gironès (Centre Roland Mousnier, CNRS/Paris-Sorbonne), Olivier Spina (LARHRA, Lyon 2) et Mélanie Traversier (IRHiS, Lille 3/IUF)

La comédienne au XVIIe siècle : jeux et enjeux d’une profession

Oratrice : Aurélia Pouch (Paris-Sorbonne)

Le séminaire donné pour but d’interroger à nouveaux frais les processus d’élaboration des spectacles (commandes, décisions et actions, travaux d’écriture et de remaniement, mises en jeu, mises en texte, diffusion, circulation, conservation) à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne. L’histoire des spectacles ne doit donc plus se limiter à l’étude de la composition littéraire des textes, à l’écriture de la partition ou à la composition d’un ballet. Les quelques heures que dure l’évènement ne sont que la partie émergée d’un long processus de création et d’organisation en amont et d’un processus de diffusion et de mémorialisation (oral ou écrite) en aval. Une grande partie de la performativité et de la raison d’être du spectacle se trouve, ainsi, hors de lui-même, dans le processus institutionnel, social, économique, culturel et politique qui rend possible son organisation et son déroulement. Nous nous proposons donc d’étudier les pratiques spectaculaires d’une façon interdisciplinaire en portant une attention nouvelle aux archives qui permettent de mieux saisir le phénomène par nature éphémère qu’est un spectacle. Il s’agit également de s’affranchir de la coupure, académique mais largement artificielle, entre le Moyen Age et l’époque moderne afin de mieux dégager les problèmes et les questionnements diachroniques. Enfin, nous espérons dépasser les cadres nationaux de l’histoire du théâtre et leurs historiographies très caractérisées en faisant dialoguer historiens spécialistes de la France, de l’Italie, de l’Angleterre et d’autres espaces européens.

Informations pratiques
Vendredi 8 janvier 2016
De 10h à 12h
Maison de la Recherche, Paris-Sorbonne
28 rue Serpente, 75 006 Paris, M° Odéon, salle D117

Séminaire – Laura Weigert – Les manuscrits de la Passion de Valenciennes : texte, image, spectacle

Séminaire d’histoire sociale des spectacles 2015-2016

Organisé par Marie Bouhaïk-Gironès (Centre Roland Mousnier, CNRS/Paris-Sorbonne), Olivier Spina (LARHRA, Lyon 2) et Mélanie Traversier (IRHiS, Lille 3/IUF)

Les manuscrits de la Passion de Valenciennes : texte, image, spectacle

Oratrice : Laura Weigert (Rutgers University/prof. invitée à l’EHESS)

Le séminaire donné pour but d’interroger à nouveaux frais les processus d’élaboration des spectacles (commandes, décisions et actions, travaux d’écriture et de remaniement, mises en jeu, mises en texte, diffusion, circulation, conservation) à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne. L’histoire des spectacles ne doit donc plus se limiter à l’étude de la composition littéraire des textes, à l’écriture de la partition ou à la composition d’un ballet. Les quelques heures que dure l’évènement ne sont que la partie émergée d’un long processus de création et d’organisation en amont et d’un processus de diffusion et de mémorialisation (oral ou écrite) en aval. Une grande partie de la performativité et de la raison d’être du spectacle se trouve, ainsi, hors de lui-même, dans le processus institutionnel, social, économique, culturel et politique qui rend possible son organisation et son déroulement. Nous nous proposons donc d’étudier les pratiques spectaculaires d’une façon interdisciplinaire en portant une attention nouvelle aux archives qui permettent de mieux saisir le phénomène par nature éphémère qu’est un spectacle. Il s’agit également de s’affranchir de la coupure, académique mais largement artificielle, entre le Moyen Age et l’époque moderne afin de mieux dégager les problèmes et les questionnements diachroniques. Enfin, nous espérons dépasser les cadres nationaux de l’histoire du théâtre et leurs historiographies très caractérisées en faisant dialoguer historiens spécialistes de la France, de l’Italie, de l’Angleterre et d’autres espaces européens.

Informations pratiques
Vendredi 4 décembre 2015
De 10h à 12h
Maison de la Recherche, Paris-Sorbonne
28 rue Serpente, 75 006 Paris, M° Odéon, salle D117