Archives par mot-clé : art

CFP – Lutheran Confessional Cultures in Early Modern Germany and Scandinavia

Conference Background and Purpose

Since the 1980s the paradigm of confessionalisation has become a common basis of a lot of research in the ‘confessional age’ in European history. Especially the German historians Wolfgang Reinhard and Heinz Schilling have argued that a process ofconfessionalisation, following in the wake of the Reformation, was an important phase in the development of the modern state. Within all of the three dominant confessions of Germany, Lutheranism, the Reformed Church, and Roman Catholicism, the outcome of the process was confessional societies in which church and state worked closely together, and ecclesiastical and social discipline played an important role in making people think and behave like devoted Christians. In opposition to this view the German church historian Thomas Kaufmann has formulated an alternative concept, namely that of ‘confessional culture’,Konfessionskultur. With this concept he points to the fact that although Lutheran, Reformed and Catholic territories in the German Empire to a certain degree went through the same social and political development, there were substantial differences within the cultural sphere: Each confession developed its own distinct confessional culture.

The purpose of the conference in January 2016 is to compare the confessional cultures that developed in the early modern period in the Lutheran parts of the German Empire and in the Nordic countries. Up to now very often German Lutheran concepts of confessional identity have been used as normative models for Scandinavian Lutheranism as well. This ignores the fact that the cultural and political conditions were very different. There is no doubt that Lutheranism had a deep impact on the societies dominated by this version of the Christian religion, but although the forms and consequenses of Lutheranism in the different German territories and estates and in the Scandinavian countries might be similar, they are by no means identic. Above all there seems not to be a Scandinavian parallel for the theological struggles of German Lutheranism, something which might be the origin for many other developments. Seeing Germany and Scandinavia as specific, but interconnected types of a multifold Lutheran confessional culture, the conference aims to historically reconstruct Lutheranism in unity as well as diversity.

Call for papers

Invited speakers at the conference include Charlotte Appel (Roskilde), Otfried Czaika (Oslo), Scott Dixon (Belfast), Jan Harasimowicz (Wrocław), Sabine Holtz (Stuttgart), Thomas Kaufmann (Göttingen) and Tarald Rasmussen (Oslo). An additional number of speakers will be found through this open call for papers, in which the organizers invite scholars from Germany and Scandinavia as well as from other countries to send in proposals for papers.

All topics enabling to characterise the confessional profile of Lutheranism in the sixteenth and seventeenth centuries can be presented in papers for the conference, whether it is the way that special Lutheran characteristics came to expression in legal, institutional, educational, liturgical, doctrinal or devotional regards, or it is specific Lutheran types of mentality or life style more in general.

Papers are expected to present new research results built on empirical material that can, besides from books, manuscripts and other written texts, encompass also pictures, monuments and buildings as well as other material objects. As a consequence papers are welcome not only from the disciplines of history and church history, but also from neighbouring disciplines such as history of art, literature and music. Papers can treat either Germany or Scandinavia, or both of these areas, but to fulfil the conference purpose it will in all cases be necessary to apply a comparative approach.

Papers shall have a length of 35-40 minutes. After the conference a publication with a leading university press is planned. Before the publication the contributions will go through a normal academic process of peer revision and editing.

Paper proposals

Paper proposals for the conference must include a title and an abstract of approximately 300 words, indicating empirical basis as well as approach and results of the research to be presented. Based on the abstracts the organizers will select the papers to be included in the conference. Scholars whose papers are included will have travel expenses as well as accommodation paid for by the conference.

Proposals shall be sent to the organizers, using the e-mail addresses below, no later than 15 April 2015. Scholars will be informed of whether their paper proposals have been accepted by 15 May 2015.

Organizers

The conference is organized by Professor of Church History at Aarhus University  in Denmark Per Ingesman and Professor of Church History at the Georg-August-University Göttingen in Germany Thomas Kaufmann.

Source : The Reformation Research Consortium

CFP – Les châteaux, demeures princières et seigneuriales en Provence, du Moyen Âge à nos jours

Colloque « Les châteaux, demeures princières et seigneuriales en Provence, du Moyen Âge à nos jours »

Appels à contribution

La Provence possède un des plus beaux châteaux médiévaux de France presque intact, le château de Tarascon, symbole du pouvoir des comtes de Provence, rois de Sicile. Les comtes de Toulouse, comtes de Venaissin et marquis de Provence, les papes, souverains du Comtat et fixés en Avignon aux XIVe et XVe siècles, les comtes de Savoie, devenus comtes de Nice, ont aussi construit des demeures princières.

De récentes fouilles ont permis, notamment à travers les cas des mottes, de suivre la genèse des premières fortifications privées aux horizons de l’an mil. Les familles de la noblesse provençale ont ensuite tissé un réseau de châteaux, symboles de leur puissance, de leurs richesses ou de leurs prétentions. Beaucoup sont en ruines ou ont disparu, qui font parfois l’objet de fouilles, de restauration et de protection. Des évêques, prélats et clercs ont aussi été à l’origine de constructions remarquables et fortifiées (palais épiscopaux, châteaux, abbayes, livrées cardinalices). Les lignages aristocratiques ont érigé des résidences urbaines accompagnées de tour – selon un modèle développé en Italie – bien représentées dans des cités du Comtat. Si certaines de ces demeures ont déjà été étudiées, ainsi que l’attestent des travaux d’archéologues et d’historiens, beaucoup n’ont fait l’objet que de minces ou confidentielles publications déjà anciennes, et attendent un renouvellement des études.

À l’époque moderne les châteaux de la haute noblesse provençale de cour rivalisent de luxe et d’élégance avec ceux de la nouvelle noblesse parlementaire aixoise qui va prendre le relais ou des riches familles avignonnaises, arlésiennes ou marseillaises. Ces châteaux ne se distinguent parfois pas des bastides les plus luxueuses. Nombre de bastides, mas ou « maisons des champs », et châteaux de village sont des résidences de campagnes annexes de la maison de ville familiale. Les châteaux peuvent être des résidences d’été mais aussi le siège d’un pouvoir, le cadre d’une façon de vivre princière ou seigneuriale et surtout les témoins et les instruments d’une volonté de représentation qui va au-delà de l’agrément campagnard. Leur acquisition, leur construction – y compris choix de l’architecte – font partie de ces stratégies sociales et de ces ambitions.

Dans une période plus contemporaine, la construction de grandes demeures, à Marseille, Hyères, Cannes, Nice ou Saint-Raphaël peut apparaître comme participant d’une même dynamique.

Aussi, il paraît important aujourd’hui de faire le point sur les recherches entreprises sur ces demeures en intégrant aux travaux des historiens les apports de l’archéologie, de l’histoire de l’art, de l’ethnologie et de la sociologie afin de pouvoir envisager, selon divers critères, une typologie du château provençal.

Modalités de soumission

Les propositions de communication doivent parvenir au siège de la Fédération historique de Provence, 18, rue Mirés, BP 10099, 31330 Marseille Cédex 03, ou par courriel : buti(at)mmsh.univ-aix.fr ou frederic.dagay(at)wanadoo.fr avant le 30 avril 2015.

Elles se présenteront sous la forme d’un résumé de 1500 signes environ (espaces compris). Les études les plus solides – large synthèse ou étude de cas ‑ et les plus novatrices seront retenues par le comité scientifique en charge de l’organisation du congrès qui informera aussitôt les auteurs. Par ailleurs, la publication des textes, après communication au congrès, dans la revue Provence Historique sera soumise à un comité de lecture. Le congrès se tiendra les 9 et 10 octobre 2015 à Tarascon.

Comité scientifique

  • Frédéric d’Agay, docteur ès Lettres, secrétaire général de la  Fédération historique de Provence.
  • Yann Codou, maitre de conférences d’Archéologie médiévale, Université  de Nice.
  • Noël Coulet, professeur émérite d’Histoire médiévale, Aix-Marseille Université
  • Nicolas Faucherre, professeur d’Archéologie médiévale, Aix-Marseille  Université
  • Mireille Nys, maître de conférences d’Histoire de l’art moderne, Université d’Aix-Marseille.
  • Thierry Pécout, professeur d’Histoire médiévale, Université de Saint-Etienne.
  • Valérie Piétri, maître de conférences d’Histoire moderne, Université de Nice.

Source : APAHAU

CFP – Dire, (d)écrire, représenter la violence

Dire, (d)écrire, représenter la violence
Colloque international du Centre de Recherche Interdisciplinaire en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie (CRIHAM)

Limoges, 24-25 Septembre 2015

À regarder autour de nous, dans les journaux, les jeux vidéo, au cinéma, la violence semble aujourd’hui omniprésente, et faire partie de notre quotidien. Constat que fait d’ailleurs Robert Muchembled dans l’introduction de son Histoire de la violence. De la fin du Moyen Âge à nos jours. La notion de « violence » reste cependant difficile à définir car elle fait appel à un système de représentations, de normes propres à chaque société. Ainsi un comportement n’est violent que s’il apparaît comme transgressif, comme illégitime aux yeux de la société dans laquelle il est perpétré. Aussi, entendrons-nous la violence comme transgression de la norme, cette dernière pouvant être définie comme l’ensemble des règles, lois, coutumes… fixant les comportements attendus au sein d’une société donnée. De nos jours, souvent dénoncée par les politiques, prônée par des groupes extrémistes, la violence est parfois un moyen de contrôler et d’haranguer les foules. De même, la mise en discours ou en image de la violence peut être à l’origine d’une quête de légitimité de la part d’un groupe social, d’une institution. Par le biais de représentations, d’intensifications, de dramatisations, tout un chacun, à travers son discours ou son œuvre, participe à légitimer ou, au contraire, à dénoncer certaines formes de violence. Il s’agira alors d’identifier et d’analyser ces stratégies discursives et de les replacer dans leur contexte de production et de réception. En quoi cette « mise en scène » de la violence participe-t-elle de la construction ou, au contraire, de la contestation d’une définition de la violence ? Dans quelle mesure l’étude de la violence et de ses discours représente-t-elle une fenêtre ouverte sur les sociétés qui les façonnent ? Ces interrogations s’intègrent dans une réflexion plus large ouverte par Michel Nassiet sur l’influence de la littérature et des idées qu’elle véhicule sur les comportements.

La réflexion sur la relation entre le discours et l’histoire n’est pas une nouveauté. Elle est née de la rencontre de plusieurs courants de réflexions épistémologiques qui ont bouleversé le champ des sciences humaines. Dans les années 1980, lelinguistic turn, s’inspirant de la pensée philosophique, prône un retour au texte, résumé par la célèbre phrase de Jacques Derrida, « le texte, rien que le texte » et se définit par une phrase-programme : « toute réalité est médiatisée par le langage et les textes, donc toute recherche historique est dépendante de la réflexion sur le discours ». Ce tournant a donné lieu à de nombreux débats mais aussi à une certaine hostilité de la part des historiens. On retiendra ici la position de Roger Chartier, conciliant à la fois l’approche littéraire et la démarche historique en étudiant le texte comme un processus historique propre, mais appartenant à un contexte précis[6]. Aussi, une des questions sous-jacentes à cette journée d’étude pourrait être résumée ainsi : en prenant comme objet d’étude la violence, jusqu’à quel point l’étude des discours et des représentations peut-elle être un accès à la compréhension des phénomènes sociaux ?

Ainsi, l’idée de ce colloque n’est pas d’étudier la violence en elle-même, mais de voir comment, à travers les époques, cette notion a pu être utilisée, mise en scène, discutée et instrumentalisée. Dans quel(s) but(s) a-t-on recours au discours de la violence ? Il s’agira donc, en premier lieu, de mener une réflexion sur les stratégies discursives à l’œuvre dans les textes, que ce soit des œuvres historiographiques, des œuvres littéraires ou encore des articles de presse. Ce sera aussi l’occasion d’analyser les représentations figurées de la violence, ainsi « mises en images » à l’échelle des manuscrits ou dans les arts monumentaux, mais aussi à travers l’élaboration de rituels (visant par exemple à mimer des scènes de violence et de réconciliation, ou encore des rituels permettant la sortie de conflits). Enfin, il serait aussi très intéressant de s’interroger sur toutes les formes de représentation de la violence : peut-on par exemple cartographier la violence ? Ou encore, dans quelle mesure les statistiques sur la violence en sont-elles représentatives et comment sont-elles exploitées, pour ne pas dire instrumentalisées, à des fins politiques ?

De manière synthétique, il est possible de retenir trois grands axes de réflexion autour desquels s’organisera ce colloque :

  • La violence : discours et société. En quoi les discours et les représentations de la violence sont-ils révélateurs de la société dans laquelle ils voient le jour ?
  • Violence et média (le média est entendu dans un sens très large, c’est-à-dire tout procédé servant à la diffusion, à la communication). Cet axe entend s’interroger non seulement sur les aspects concrets, matériels, de la représentation de la violence, mais aussi sur la réception du message véhiculé.
  • Le discours/la représentation de la violence et les pouvoirs : entre légitimation et dénonciation. Comment la violence est-elle « instrumentalisée » par différents acteurs à des fins de légitimation ou, au contraire, de dénonciation de cette violence ? En quoi cet usage du concept de violence participe-t-il à sa redéfinition ?

Ce colloque a ainsi pour ambition de rassembler des chercheurs dans une approche pluridisciplinaire afin de réfléchir sur les enjeux de la représentation de la violence dans ses formes tant historiques que littéraires et artistiques. Nous espérons également susciter l’intérêt de chercheurs désirant s’intéresser plus particulièrement à des exemples régionaux. Cela se révèlerait particulièrement pertinent considérant l’actualité de cette problématique tant dans le milieu des recherches universitaires que dans la vie politique et sociétale.

Merci d’adresser les propositions (environ 3000 signes) accompagnées d’un court CV simultanément à Hélène Caillaud (helene.caillaud08@gmail.com) et Alexandra Roger (alexandra.roger@unilim.fr)

Date limite : 15 mars 2015

Organisateurs à Limoges :
Hélène Caillaud (CRIHAM, Université de Limoges) ; Alexandra Roger (CRIHAM, Université de Limoges)

Membres du Comité Scientifique :
Anne-Claude Ambroise-Rendu (CRIHAM, Université de Limoges) ; Nathalie Grande (L’AMo, Université de Nantes) ; Bertrand Haan (IRCOM, Université Paris IV Sorbonne) ; Éric Sparhubert (CRIHAM, Université de Limoges) ; Hélène Caillaud (CRIHAM, Université de Limoges) ; Alexandra Roger (CRIHAM, Université de Limoges).

Source : Fabula

CFP – Désordres, débats et discordances à l’époque moderne (XVe-XVIIIe s.)

Appel à communications du XVe colloque « Jeunes chercheurs »du Cercle interuniversitaire d’étude sur la République des Lettres (CIERL) organisé par le Centre interuniversitaire de recherche sur la première modernité (CIREM 16-18),

Le colloque aura lieu les 15 et 16 mai 2015, à l’Université de Sherbrooke (Québec) :

Désordres, débats et discordances à l’époque moderne (XVe-XVIIIesiècles)

Le désordre, sous toutes ses formes, bouleverse le cours normal des événements, ne serait-ce que pour un bref moment, alors que ce déséquilibre, cette effervescence laissent des traces qui nous permettent de mieux cerner les préoccupations qui s’affrontent lors de querelles. C’est pourquoi les confrontations sont des lieux privilégiés d’observation d’une multitude d’enjeux croisés, qu’ils soient politiques, sociaux, religieux, culturels, philosophiques ou littéraires. Rarement un conflit est-il cloisonné : pensons par exemple aux guerres de religion ou de façon plus générale aux polémiques à caractère religieux, qui révèlent de manière dramatique cet enchevêtrement.

Or, derrière chaque débat, derrière les formes qu’il prend (parole, écriture, arme), se cache souvent une tension émanant de la représentation d’un idéal ou d’une norme. De fait, le désordre s’avère généralement temporaire et tend, que ce soit le résultat d’un mouvement ordonné ou non, à rétablir un certain équilibre. Étudier les enjeux soulevés par les désordres, les débats et les discordances, ainsi que leur moyen d’expression et de répression, c’est aussi observer et analyser ce va-et-vient entre une forme particulière de représentation et la réalité qu’elle tente de définir.
Ainsi, à l’époque moderne, les discordances artistiques mettent également en scène une certaine forme de contestation du pouvoir et des institutions en place. Les protagonistes adoptent des stratégies, par leurs discours et par le biais de modalités de publication, afin d’ébranler ou de maintenir le statu quo. Que ce soit la relation trouble entre les petits et les grands spectacles ou les différends esthétiques, le théâtre et la littérature ont donné lieu à d’importantes confrontations entre les partisans de la tradition et ceux de l’innovation. De la simple escarmouche dans un roman jusqu’aux grandes querelles philosophiques en passant par les polémiques à caractère social,  le présent colloque entend aborder le désordre sous ses diverses manifestations et ses multiples dimensions.

Dans le cadre de cette rencontre, nous sollicitons des propositions s’inscrivant dans l’un des axes suivants :

  • Le désordre urbain ainsi que les sources de frictions et de négociations sociales (la foule, la rue, l’émeute, le voisinage, la salubrité, la prostitution, le vagabondage, la maladie, les déviances, les sociabilités en conflit, etc.)
  • Les manières de combattre le désordre (législation, légitimation de l’autorité politique ou religieuse, aménagements, prisons, hôpitaux, etc.)
  • Les discordances esthétiques et théoriques (porosité des formes, des genres et des arts ; articulation entre l’officiel et le non-officiel, entre les œuvres et les théories, etc.)
  • •    Les débats entre factions et écoles (querelles théologiques, innovations scientifiques, lieux de production du savoir, etc.)
  • Les querelles artistiques (Querelle du Cid, de Tartuffe, des Anciens et des Modernes, des Bouffons, etc.)
  • La représentation des affrontements (scènes d’agon, conflits entre personnages, récits de bataille, oppositions, inimitiés, etc.)
  • La culture de l’imprimé et les moyens d’expression des polémiques (pamphlets, libelles, satires, parodies, iconographie, chansons, poèmes, etc.)

De nature interdisciplinaire, ce colloque du CIERL accueillera les jeunes chercheurs (des étudiants à la maîtrise ou au « master » ainsi que des doctorants et postdoctorants) œuvrant dans les différents champs des sciences humaines, de la littérature à l’histoire, en passant par la philosophie et l’histoire de l’art. Les communications, inédites et en français, ne devront pas dépasser les vingt minutes allouées à chaque participant.

Les propositions de communication (titre et résumé de 250 mots, niveau d’études, ancrage institutionnel) doivent être envoyées au comité organisateur avant le 1er mars 2015 à l’adresse suivante : jeunes.chercheurs.2015(at)gmail.com

Les Cahiers du CIERL (Paris, Hermann) accueilleront les articles issus des communications après examen par le comité scientifique, formé des directeurs des Cahiers et des organisateurs du colloque.

Comité organisateur :
Simon Gosselin Rodière
Solveig Isabel-Doyon
Marie-Hélène Jeannotte
Véronique Laporte

Source : Fabula

Candidature – Rijksmuseum Fellowship Programme

The Rijksmuseum houses the world’s largest collection of Dutch artistic and historical treasures, and the most complete library on Dutch art. The museum re-opened its doors to the public in April 2013 following a ten-year renovation that completely transformed the institution. For the first time in its history, the paintings, sculpture, decorative arts and historical artefacts are being shown together in a chronological display. This innovative curatorial approach presents the public with an overview of the art and history of the Netherlands from the Middle Ages to the twentieth century.

Programme
The aim of the Rijksmuseum Research Fellowship Programme is to train a new generation of museum professionals: inquisitive object-based specialists who will further develop understanding of Netherlandish art and history for the future. The focus of research should relate to the Rijksmuseum’s collection, and may encompass any of its varied holdings, including Netherlandish paintings, sculpture, decorative arts, prints, drawings, photography and historical artefacts. The purpose of the programme is to enable doctoral candidates to base part of their research at the Rijksmuseum and to encourage the understanding of Netherlandish art and history by offering students and scholars access to the museum’s collections, library, conservation laboratories and curatorial expertise. Partnership and collaboration is at the heart of these fellowships, which provide support for the museum and its research priorities, as well as its academic and non-academic partners.

Doctoral fellowships
The doctoral fellowships support individuals engaged in postgraduate studies leading to a Doctor of Philosophy (PhD) or Doctor of Science (DSc) degree.

The Andrew W. Mellon Foundation will provide one doctoral fellowship annually. This is a one-year fellowship, with the possibility of renewal for one additional year. Applications should include an outline of the proposed research, related to the Rijksmuseum’s holdings, in which objects are fundamental. A suitable project might entail research into art objects as artistic or historical sources; object-related archival research; or scientific research.

The Migelien Gerritzen Fund will enable one doctoral candidate to conduct conservation research or technical research of art works and historical artefacts. It will welcome applicants who are either conservators or scientists. This is a one-year fellowship, with the possibility of renewal for one additional year. It is funded by an endowment legacy.

The Dr. Anton C.R. Dreesmann Fund will annually or bi-annually enable one History of Art doctoral candidate from the University of Pennsylvania to conduct research at the Rijksmuseum for his or her dissertation. The fellowship is funded by a University of Pennsylvania alumna. This is a one-year fellowship, with the possibility of renewal for one additional year.

Funding for the following two fellowships was provided by Royal DSM and JLL Partners.

The DSM-JLL Fellowship will enable one doctoral candidate to conduct conservation research. Specifically, the fellowship supports conservation research or technical research on Dutch paintings. This fellowship has a one-year duration.

The JLL-DSM Fellowship will enable one doctoral candidate to conduct art historical research. The proposed research should demonstrate a particular focus on Dutch paintings. This fellowship has a one-year duration.

Terms and conditions for doctoral fellowships
Preference will be given to applicants whose doctoral research corresponds with museum research projects. Each fellow will work closely with a curator or conservator in his or her field, and will be exposed to curatorial practice. This will, in most cases, include the handling of objects and contact with the staff of the Conservation Department. Also of importance will be the communication of academic findings to a broad public in the museum through one of our educational programmes (for example specialists’ talks in the galleries). Before the start of the fellowship, the dissertation supervisor and the curator will discuss the proposed research and prepare a suitable programme with the candidate.

The value of each fellowship is €33,000 annually (before tax). The grantee will be responsible for making all arrangements for travel, accommodation, etc. The fellowship will allow for limited travel for research in art collections and archives elsewhere in Europe to a maximum value of €5,000 annually.

The fellowship will preferably result in a publication, the content and form of which will be decided by the fellow and the curator in consultation with colleagues at the Rijksmuseum.

For fellowships with the possibility of renewal after the first year of research, the following applies: The fellow’s progress will be assessed by the curator responsible for him/her in consultation with his/her supervisor(s) to determine if the renewal of the fellowship for a second year is desirable. Satisfactory performance will result in prolongation.

Applicants will be selected by an international committee.

Other research grants
The research grants below provide support for pre-doctoral, doctoral and post-doctoral candidates.

The Johan Huizinga Fund offers outstanding postgraduate candidates the opportunity to conduct historical research into objects in the Rijksmuseum collection. Candidates are invited to submit a research proposal that draws on these objects as subject material and as sources of information. The Johan Huizinga Fund Fellowship is awarded annually and comprises a grant of €16,500 (before tax) for a six-month period during which the candidate is expected to conclude the research and produce a manuscript of approximately 15,000 words in length. Manuscripts found to be of suitable quality will appear as part of the newly launched publication series Rijksmuseum Studies in History.

The Manfred & Hanna Heiting Fund enables the Rijksmuseum to annually award two postgraduate fellowships that stimulate outstanding object-based, photo-historical research by prospective curators from the Netherlands or abroad. The research is based on the National Photo Collection held by the Rijksmuseum’s Print Room. It will form the basis for an article on classical photography pertaining to original works from the Rijksmuseum’s rich holdings of photographic works and, where possible, to objects in other collections. The international research bursary of €14,412 (before tax) is for a period of six months commencing 1 September, the start of the academic year. For information on the most recent publication supported by the Manfred & Hanna Heiting Fund, see Rijksmuseum Studies in Photography.

Learn more about the National Photo Collection:
M. Boom en H. Rooseboom (ed.). Een Nieuwe Kunst. Fotografie in de 19de eeuw. / A New Art. Photography in the 19th century. Amsterdam, Gent: 1996
The collection of early photography 1839 –1860
Part of the photo collection can be consulted online.
The book collection is accessible via the online library catalogue of the Rijksmuseum.
A reading list about the collections is available on request from m.boom@rijksmuseum.nl or h.rooseboom@rijksmuseum.nl.
Applicants will be selected by a jury formed of members from the Rijksmuseum curatorial staff.

Application and procedure
The Rijksmuseum will provide office space in which the fellows can work, in order to stimulate an exchange of knowledge, ideas and experience. Access will be provided to all necessary information in the museum, as well as to the library and the resources of the Netherlands Institute for Art History (RKD) in The Hague and the University of Amsterdam.
Fellowships are open to students of all nationalities and with varied specialisms. They may include art historians, curators, conservators, historians and scientists. Candidates should have proven research capabilities, academic credentials and excellent written and spoken knowledge of two languages (English and preferably Dutch or German).

For the 2015-2016 academic year, candidates can apply for the following fellowships:
Andrew W. Mellon Fellowship
DSM-JLL Fellowship
JLL-DSM Fellowship
Johan Huizinga Fellowship
Manfred & Hanna Heiting Fellowship
Please ensure that you are fully informed about the documents required for application by following the relevant application link.

The closing date for all applications is 15 March 2015, at 6:00 p.m. (Amsterdam time/CET). No applications will be accepted after this deadline. All applications must be submittedonline and in English. Applications or related materials delivered via email, postal mail, or in person will not be accepted.

Selection will take place in April 2015. Applicants will be notified by 1 May 2015. All fellowships will start in September 2015.

Further information
For questions concerning the application procedure, contact Marije Spek, Coordinator of the Fellowship Programme (m.spek@rijksmuseum.nl), +31 (0)20-6747395.
For questions concerning the Andrew W. Mellon Fellowship, the DSM-JLL Fellowship and the JLL-DSM Fellowship, contact Frits Scholten, Senior Curator of Sculpture (f.scholten@rijksmuseum.nl), +31 (0)20-6747243.
For questions concerning the Manfred & Hanna Heiting Fellowship, contact Mattie Boom, Curator of Photography (m.boom@rijksmuseum.nl), +31 (0)20 674 7262; or Hans Rooseboom, Curator of Photography (h.rooseboom@rijksmuseum.nl), +31 (0)20 674 7299.
For questions concerning the Johan Huizinga Fellowship, contact Jan de Hond, Curator of History (j.de.hond@rijksmuseum.nl), +31 (0)20 674 7204.
Meet our research fellows
Our fellows are involved in a variety of research projects which are all related to the Rijksmuseum’s collections. Learn more about our current fellows (pdf)

Exposition – Le Perroquet. La gracieuse beauté de son plumage

Le Perroquet. La gracieuse beauté de son plumage
8 novembre 2014 – 22 février 2015

Dans le cadre du Cabinet d’Or, le Musée Royal des Beaux-Arts d’Anvers et la Maison Rockox organisent quelques expositions à petite échelle. Le Perroquet est la troisième de la série.

Après la brillante restauration de La Sainte Famille, dite Vierge au Perroquet de P.P. Rubens (KMSKA) qui reçoit une place d’honneur au sein du Cabinet d’Or, notre attention se tourne vers le perroquet dans les Beaux-Arts aux XVIe et XVIIe siècles. La beauté de son plumage était un plaisir pour l’œil et source d’inspiration pour de très nombreux artistes. Beauté, sagesse, virginité, diversité, amant … ne sont que quelques-uns des attributs qu’on lui prête.

Outre Rubens, Savery, Fijt, Jordaens, de Heem, Dürer, Schongauer et autres artistes sont représentés dans cette exposition par leur interprétation du perroquet.

Museum Rockoxhuis:
Keizerstraat 12 2000 Antwerpen
Tel + 32 3 201 92 50
inforockoxhuis@kbc.be

Heures d’ouverture :
Du mardi au dimanche, de 10 à 17 heures

Prix d’accès :
8 euros, 6 euros ou gratuit

Visites guidées du Cabinet d’Or :
Tel + 32 3 224 95 61
publiekswerking@kmska.be

Source : Museum Rockoxhuis

CFP – William Shakespeare et la culture mondiale

Appel à communications

 William Shakespeare et la culture mondiale

Le Centre d’Études Supérieures de la Littérature lance un appel à communication sur « Shakespeare et la culture mondiale ». Le colloque international se déroulera du 21 au 23 avril 2015 à la salle de conférences de la Médiathèque de La Riche, place du Maréchal Leclerc. Shakespeare est un monument de la littérature mondiale. Une étude effectuée par le Cercle norvégien du livre, en 2002, recensa cent œuvres comme étant les meilleures de tous les temps. Une liste de 85 auteurs fut établie : 75 apparaissent une seule fois, 6 deux fois, 3 trois fois. Un seul couronne l’ensemble avec 4 apparitions. Fiodor Dostoïevski finit ainsi premier devant Shakespeare qui est deuxième, pour HamletLe Roi Lear et Othelloex aequo avec Franz Kafka et Léon Tolstoï. Par ailleurs, l’Index Translationum, géré par L’UNESCO, montre qu’il se place au troisième rang mondial des auteurs les plus traduits, juste derrière Agatha Christie et Jules Verne. La visée du colloque international est de rendre hommage au grand poète, dramaturge et écrivain anglais en 2015, date choisie en raison de sa position équidistante proche entre le 450e jubilé de sa naissance (1564-2014) et la 400ecommémoration de sa disparition (1616-2016).

Les savants, critiques, essayistes, chercheurs, universitaires, écrivains, journalistes, créateurs sélectionnés pour faire une communication discuteront non seulement de l’œuvre de Shakespeare, de l’homme, de ses sources d’inspirations, de la langue mais aussi de l’influence de ses œuvres sur les belles-lettres mondiales. Le thème « William Shakespeare et la culture mondiale » se veut ouvert, international. Il s’articule autour d’un contexte pluridisciplinaire selon les axes suivants : littérature du monde entier, art, poésie, histoire, philosophie, culture, linguistique, médecine, architecture, peinture, écologie, journalisme, cinéma, critique, etc. Toutes ces disciplines auront pour but d’éclairer le domaine des études shakespeariennes.

La publication des actes du colloque est prévue si un éditeur scientifique et universitaire accepte l’ensemble des articles. La langue officielle de travail est le français. Néanmoins, dans le cadre d’une volonté d’élargissement linguistique, toute personne parlant une autre langue pourra participer au colloque où, dans la mesure du possible, des traductions simultanées sont prévues.

Règlement

Pour proposer une communication puis un article dans le but de constituer un ouvrage de qualité, il est impératif, dans un premier temps, d’être agréé par le CESL. Les renseignements suivants doivent être envoyés par mail au cesl-2010@orange.fr :

Nom :

Prénom :

Date de naissance :

Lieu de naissance :

Nationalité(s) :

Profession, activités, lieu de travail, vos recherches, vos publications :

Adresse(s) personnelle(s) :

Pays :

Téléphone(s) fixe(s) :

Téléphone(s) portable(s) :

Courriel(s) :

Site(s) web :

Titre et résumé (1000 signes environ) de votre proposition de communication en fichier joint :

Le temps de parole est de 25 minutes maximum avec ou sans vidéo-projection. Les frais de voyage et d’hébergement sont à votre charge ou à celle de votre institution de recherche.

Instructions pour les résumés
Nous vous prions d’envoyer votre proposition d’intervention, titre et résumé (1000 signes espaces compris au maximum), avant le 28 février 2015, uniquement par courrier électronique et en fichier joint (au format Word) à l’adresse suivante : cesl-2010@orange.fr. Les personnes qui auront soumis un résumé seront averties de la décision du Directeur au plus tard entre le 1er et le 15 mars 2015 (uniquement par courrier électronique).

Instructions pour les lettres d’invitation et attestations de présence
Les personnes qui auront besoin d’un visa d’entrée en France recevront une lettre d’invitation officielle. Vous devrez prévenir Frédéric-Gaël Theuriau avant le 28 février 2015, en envoyant (par courrier électronique et en fichier joint) une copie de votre passeport qui doit être valable au moins six mois après les dates du colloque. Des attestations de présence et de participation à communiquer seront établies sur demande avant le 15 mars 2015 afin que les enseignants-chercheurs de tous horizons puissent obtenir de leur centre de recherche, université ou établissement scolaire, etc., un ordre de mission. Quant aux attestations de présence, elles ne peuvent être données qu’au moment ou à l’issue du Colloque.

Instructions pour la publication des textes de communication
Les textes des communications de 25 000 signes espaces compris (avec 2 ou 3 illustrations possibles) devront être envoyés par courrier électronique et pièce attachée (au format Word) entre le 24 avril et le 30 juin 2015 à l’adresse suivante : cesl-2010@orange.fr. Ils feront l’objet d’une sélection si besoin est en fonction de la qualité du travail. En principe, rares sont les articles écartés par le comité scientifique qui sera constitué d’ici là.

Les organisateurs : le C.E.S.L. : Frédéric-Gaël THEURIAU, la Municipalité et la Médiathèque de La Riche (contact : cesl-2010@orange.fr)

Source : Fabula.

Colloque – 26-27/02/2015 – Les techniques constructives dans les écrits d’architecture entre Italie, France et anciens Pays-Bas (16e-début 18e siècle)

Les techniques constructives dans les écrits d’architecture entre Italie, France et anciens Pays-Bas (16e-début 18e siècle) 

Colloque international organisé par l’Université catholique de Louvain en collaboration avec l’Université de Namur
Namur, Université de Namur – Bruxelles, Palais des Académies

Comité organisateur

  • Philippe Bragard (UCL)
  • Caterina Cardamone (UCL)
  • Pieter Martens (UCL)
  • Mathieu Piavaux (Université de Namur)

Comité scientifique

  • Philippe Bragard (UCL)
  • Caterina Cardamone (UCL)
  • Ralph Dekoninck (UCL)
  • Maarten Delbeke (Universiteit Gent, Universiteit Leiden)
  • Pieter Martens (UCL)
  • Mathieu Piavaux (Université de Namur)
  • Jean-Louis Vanden Eynde (UCL)

Intervenants :

  • Francesco Benelli (Columbia University)
  • Philippe Bragard (UCL)
  • Caterina Cardamone (UCL)
  • Krista De Jonge (KU Leuven)
  • Ralph Dekoninck (UCL)
  • Maarten Delbeke (Universiteit Gent, Universiteit Leiden)
  • Isabelle Gilles (Université de Liège)
  • Jeroen Goudeau (Radboud Universiteit Nijmegen)
  • Hubertus Günther (Universität Zurich, LMU München)
  • Patrick Hoffsummer (Université de Liège)
  • Frédérique Lemerle (CESR, Tours)
  • Pieter Martens (UCL)
  • Pier Nicola Pagliara (EPFL, Lausanne ; CISA Palladio, Vicenza)
  • Yves Pauwels (Université François Rabelais, Tours)
  • Mathieu Piavaux (Université de Namur)
  • David Vanderburgh (UCL)
  • Jean-Louis Vanden Eynde (UCL).

Détails pratiques & Inscriptions

Jeudi 26 février – Namur
De 19h00 à 21h00
Université de Namur
Faculté de Philosophie et Lettres – local L22
Rue de Bruxelles 61
5000 Namur

Vendredi 27 février – Bruxelles
De 9h00 à 17h30
Palais des Académies – Salle Prigogine
Rue Ducale 1
1000 Bruxelles

Participation gratuite mais inscription obligatoire. Pour s’inscrire, envoyer un courriel avant le 15 février 2015 à Caterina Cardamone et Nathalie Coisman.

Source : GEMCA.

Exposition – Entre les lignes: Dessins de maîtres anciens du Cabinet des Estampes de la Bibliothèque royale de Belgique

Entre les lignes: Dessins de maîtres anciens du Cabinet des Estampes de la Bibliothèque royale de Belgique

Le Cabinet des Estampes de la Bibliothèque royale de Belgique s’est plongé dans ses collections pour y sélectionner cinq des plus fascinants dessins de maîtres anciens qui méritent toute votre attention. Cinq fascicules accompagnent l’exposition dans lesquels vous en apprendrez plus sur ces dessins et leurs dessinateurs respectifs. Grâce à ce focus spécifique sur les dessins, l’exposition confrontera ceux-ci avec une sélection d’autres remarquables œuvres sur papier datant du XVIe au XVIIIe siècle.

Cette exposition est organisée dans le cadre d’un projet de recherche mené en partenariat avec les Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique, le Rijksmuseum d’Amsterdam et la Fondation Custodia, visant à étudier les dessins anciens pour la première fois dans leur ensemble et à les rendre accessibles en ligne.

Projet AGORA « La collection de dessins de la Bibliothèque royale de Belgique : identification et valorisation en ligne », financé par la Politique scientifique fédérale (promoteur Wouter Bracke).

L’exposition a été inaugurée à l’occasion des des nocturnes des musées bruxellois le 27 novembre.

L’exposition est accompagnée des publications suivantes :

  • Suiveur de Jérôme Bosch. Estropiés et mendiants
    (Joris Van Grieken)
  • Joris Hoefnagel. Vue de Séville 
    (Wouter Bracke)
  • Karel van Mander. Loth et ses filles
    (Ger Luijten)
  • Jacques Jordaens. Le Christ et la femme adultère(Sarah Van Ooteghem)
  • Laurent-Benoît Dewez. Dessin de parquet pour la bibliothèque de l’abbaye d’Orval
    (Sarah Van Ooteghem)

Edition de la Bibliothèque royale de Belgique, 2014
Disponible séparément ou sous forme de coffret de 5 exemplaires
20 p. avec illustrations en couleurs, éditions française et néerlandaise
Prix : 7,5 euros par fascicule / 35 euros pour le coffret de 5 exemplaires

Infos pratiques

Gratuit
Ouvert du 26.11.2014 au 14.02.2015
Uniquement le mercredi et le samedi
de 13:00 à 17:00
Bibliothèque royale de Belgique
Palais de Charles de Lorraine
Musée du XVIIIe siècle
Place du Musée 1 – B-1000 Bruxelles

Contact
téléphone : +32-(0)2-519.53.11
mail : info@kbr.be

CFP – 5e Colloque RefoRC 2015 Louvain

The Fifth RefoRC Conference 2015 will be held May 7-9, 2015 and will hosted by the Katholieke Universiteit Leuven.

Short Papers and General Attendance

The conference is open to individual short paper presentations (20 minutes presentation, 10 minutes discussion) and to thematic sessions of two or three short papers. It is also possible to attend the conference without presenting a paper. While we encourage papers on the conference theme, papers can focus on all disciplines related to the 16th century reformations, such as arts, philosophy, law, history, theology etc., independent of the theme of the plenary papers.

Short Paper Submission and Registration

Short paper proposals and registrations can be submitted via the registration form. Short paper proposals are welcome beforeFebruary 15, 2015.

Theme of Plenary Papers

The theme of the plenary papers is: Crossing Borders: Transregional Reformations.

In recent decades, the field of transnational/transregional history has yielded novel insights: the constant movement of persons, goods, ideas, books and images across boundaries induced a transfer of culture and knowledge shaping the early modern world much more profoundly than previously thought. Although alert to the universal aspect of religion, theologians and (church) historians are only starting to apply this methodology to the study of religious reform in the sixteenth century.

The conference aims to emphasize the shift in the field of Reformation Studies to a cross-border and multi-confessional approach: How were religious exile, confessional identity and transregional transfers connected? What were the routes and networks of religious reform, along and across borders? How did the printing press support transregional exchange? In what ways did global, transregional and local dimensions of religious reform interact?

The Fifth RefoRC Conference Leuven explores transregional dimensions of the Catholic and Protestant Reformations in the early modern period.

Communication

General communication of the conference is in English, but also papers in French and German will be welcomed. Presenters who prefer to give their paper in French or German, are invited to provide the audience with an English summary of about 150-200 words.

Conference Volume

The conference volume will be published by Vandenhoeck & Ruprecht in the series Refo500 Academic Studies (R5AS) and contains all plenary papers and a selection of short papers. Another publication venue is the Journal of Early Modern Christianity (JEMC).

Manuscripts for the conference volume can be submitted to theRefoRC 2015 Organisation Team. All other manuscripts can be submitted to Tarald Rasmussen. Editors will decide on publication.

Source : The Reformation Research Consortium.