Archives par mot-clé : calls

CFP – New Communities of Interpretation: Contexts, Strategies and Processes of Religious Transformation in Late Medieval and Early Modern Europe

New Communities of Interpretation: Contexts, Strategies and Processes of Religious Transformation in Late Medieval and Early Modern Europe

Lieu : Gand
Date : 01-02/06/2017
Date limite de réponse : 1er novembre 2016
Working Group 2 Meeting
Winning Hearts and Minds: Multimedia Events, Religious Communication and the Urban Context in the Long Sixteenth Century

Argument

During the long sixteenth century a media revolution took place that offered unprecedented possibilities to adopt, express and exchange
ideas and opinions, often of a religious nature. Many studies have revealed the importance of media such as script, print, images, theatre, songs, ritual, preaching, rumours, etc. Yet, media, an aspect of early modern communication we fail to grasp due to the institutionalisation of academic disciplines, never function in isolation. A real understanding of how different media interacted and functioned in specific settings is therefore still lacking.
In this workshop, we propose to look at the phenomenon of multimediality during the long sixteenth century by focusing on the micro-level of specific multimedia events (or series of events) that took place in an urban setting, such as civic festivals, religious ceremonies, public sermons, urban revolts, executions of heretics and book burnings. The multimedial character may consist of:
1. The combination of different media (oral, scripted and printed announcements) to mobilize people before the event
2. The combination of different media (theatre, songs, preaching, ritual, etc.) to express religious ideas during the event;
3. The combination of different media (printed, handwritten and illustrated pamphlets, book volumes, chronicles, letters, rumours, etc.) after the event to publicize, comment upon and evaluate or rather to prevent further publicity (e.g. official ordinances, the Index).
In many cases this dialectic process of action and reaction occasioned broad public discussion and could even result in a ‘media hype’.
This workshop’s presupposition is that the combination and interaction of various media, i.e. multimedia practices, were not only responsible for the wide and varied dissemination of opinions and ideas, but also had an impact on how these opinions and ideas were interpreted by various media consumers and thus shaped new communities of interpretation.
We invite proposals of about 500 words on a specific religiously inspired multimedia event or series of events that reflect upon one or more of the following questions:
– How did different media interact: what were the dynamics between different media, e.g. transpositions from performance to script or print or vice versa?
– Which media producers were involved, e.g. individuals such as street singers, poets, playwrights, preachers, collective bodies such as confraternities and guilds, but also secular and religious authorities?
– What was the role of urban public space, e.g. market places, streets, city halls, churches?
– What was the nature of the messages transmitted, e.g. inclusive or exclusive, atoning or polemical?
– What do these multimedia events teach us about the consumption and reception of ideas, both in a social and in a cultural sense?
– How did the combination of different media affect the perception/reception of and reaction to the events in the context in which they were used?
– What media transformations took place during the long sixteenth century: was there a rise or decline of specific media and, more specifically, of clusters of multimedia?
The number of papers foreseen for this two-day meeting is approximately twenty. The deadline for submitting proposals is
November 1, 2016.
Travel and subsistence expenses will (under certain conditions) be reimbursed to participants who are members of COST Action 1301 or who are based in countries participating in this COST Action.
Organizing committee: Samuel Mareel, Bart Ramakers, Anne-Laure Van Bruaene, Louise Vermeersch
WG2 coordination: Elise Boillet, Lucie Dolezalova, Ian Johnson, Géraldine Veysseyre
Proposals are to be sent jointly to:
louise.vermeersch@ugent.be and elise.boillet@univ-tours.fr

CFP – Early Modern Low Countries (new Open Access journal)

Early Modern Low Countries

In the spring of 2017, Early Modern Low Countries (EMLC) will publish its first issue. The new open access journal will appear in two installments every year, containing high-quality, original scholarship for an international readership on any aspect of the history and culture of the Low Countries between 1500 and 1800. The successor of two well-reputed Dutch-language journals (De Zeventiende Eeuw and De Achttiende Eeuw) EMLC aspires to publish papers by scholars from various disciplinary backgrounds working anywhere in the world.

During the early modern period, the Low Countries were major players on the world stage, and a hotbed of momentous cultural, economic, philosophical, religious and political changes and innovations. Flemish and Dutch artists, authors, and scholars made influential contributions to international cultural movements and the Scientific Revolution. As an international hub, the Low Countries connected cultures and networks from around the globe.

They were both the recipients and place of origin of numerous migrants, and merchants and entrepreneurs from these parts dominated world trade. Partly as a result of this, consumers in the urbanized Low Countries were among the first to embrace non-Western products. EMLC aspires to contribute to the study of this crucial region from multidisciplinary perspectives and within global contexts.

The editors invite scholars working in this rich field to submit a paper of 6-8,000 words. Both case studies and theoretical or programmatic articles will be considered for publication. Scholars who would like to qualify their paper for publication in EMLC’s first issue are warmly invited to submit before 1 November 2016.

For subsequent issues, EMLC has an ongoing submission policy. Please send your manuscript as a Word Document to F.M.Dietz@uu.nl or H.J.Helmers@uva.nl.

EMLC publishes all articles in Open Access, allowing authors to retain their rights and distribute their articles as they please. All articles will be rigorously peer-reviewed and edited. We do not charge Article Processing Fees (APCs).

EMLC is an initiative of the Study Group Seventeenth Century (founded in 1985) and the Dutch-Belgian Society for Eighteenth-Century Studies (founded in 1968), which both aim to stimulate interdisciplinary research on the cultural heritage of the early modern Low Countries and to promote contacts between researchers from different disciplines.

Editorial board
Maarten Prak (Utrecht University, editor-in-chief)
Brecht Deseure (Free University Brussels / University of Passau)
Feike Dietz (Utrecht University)
Helmer Helmers (University of Amsterdam)
Elmer Kolfin (University of Amsterdam)
Joris Oddens (Leiden University)
Anjana Singh (Groningen University)

Source : vnvng

CFP – Littérature, livre et librairie au XVIIe siècle

47e Colloque international NASSCFL

« Littérature, livre et librairie au xviie siècle »

Lieu : Lyon
Dates : 21-22-23-24 juin 2017

Le XVIIe siècle est marqué en France par une expansion sans précédent du marché du livre qui touche tous les principaux centres de production et de diffusion. Lyon, notamment, qui s’est doté au siècle précédent d’imprimeries prestigieuses, joue à cet égard un rôle déterminant. Si certains auteurs s’inquiètent d’un développement qui multiplie les livres et élargit le lectorat en transformant en profondeur le fonctionnement du monde des lettres, la librairie gagne en légitimité en même temps que la littérature se constitue en champ social autonome. Quelques décennies plus tard, l’Encyclopédie soulignera « combien les Lettres importent à l’État, & combien tient aux Lettres la Librairie ».

La NASSCFL, société nord‑américaine réunissant les spécialistes du xviie siècle français anglophones et francophones du monde entier, tiendra à Lyon son 47e Colloque international pour interroger les liens qui se nouent à cette période entre littérature, livre et librairie. Il s’agira d’observer leurs interactions politiques, économiques et culturelles et d’interroger les représentations qui s’y attachent. Une telle problématique prend tout son sens à Lyon qui fut, sous l’Ancien Régime, le deuxième centre éditorial après Paris.

Plusieurs axes d’études seront envisagés dans le cadre de ce travail :

– Livres et diffusion des savoirs (Rainer Zaiser)

– Littérature et librairie à Lyon (Michèle Clément)

– De la page à l’écran : études XVIIémistes et humanités numériques (Claude Bourqui)

– Littérature et police du livre (Nicolas Schapira)

– Les « intermédiaires » de la publication (Grégoire Holtz et Sébastien Drouin)

– Femmes, librairie et littérature (Juliette Cherbuliez)

– Politiques éditoriales et genres éditoriaux (Geoffrey Turnovsky)

– Périodiques (Deborah Steinberger)

– Librairie et théâtre (Sylvaine Guyot)

– Livres et religion (Laurent Thirouin)

– Bibliothèques et collections (Jean-Marc Chatelain)

– Le manuscrit et l’imprimé (Nathalie Ferrand)

– Librairie, livre et images (Olivier Leplatre)

– La librairie en fiction (Jean Leclerc)

– L’imaginaire du livre (Roxanne Roy)

Roger Chartier prononcera la conférence plénière ; Jean-Dominique Mellot le discours de clôture.

Comité d’organisation : Mathilde Bombart : mathilde.bombart@univ-lyon3.fr; Sylvain Cornic : sylvain.cornic@univ-lyon3.fr; Edwige Keller-Rahbe : Edwige.Keller@univ-lyon2.fr; Michèle Rosellini : michele.rosellini@ens-lyon.fr

 

The 17th century in France is marked by an unprecedented growth in the book trade that touched all principal centers of production and diffusion. Lyon, particularly, having being endowed through the preceding century with prestigious printing presses, thus played a deciding role in this evolution. If some authors were concerned about a development that multiplied book production and enlarged readership by profoundly transforming how the literary world functions, the book trade was gaining in legitimacy along with literature into an autonomous social sphere. Some decades later, the Encyclopédie would highlight « how literature matters to the State, & how much Book Trade owes to literature » (« combien les Lettres importent à l’Etat, & combien tient aux Lettres la Librairie »).

The 47th international NASSCFL conference will reunite 17th-century scholars in Lyon to investigate the links that are created in this period between literature, the book, and the book trade. The conference will consist of looking into political, economical, and cultural interactions, and examining the representations and depictions thereof. Examining such a problematic makes perfect sense in Lyon, as it was, under the Ancien Régime, the second editorial center after Paris.

Multiple axes of research will be envisaged in the scope of this study:

– Books and the Diffusion of Knowledge (Rainer Zaiser)

– Literature and the Book Trade in Lyon (Michèle Clément)

– From page to screen : 17th century studies meet the digital Humanities (Claude Bourqui)

– Literature and the Regulation of the Press (Nicolas Schapira)

– The Book and its Mediators (Grégoire Holtz et Sébastien Drouin)

– Les femmes au colophon: Women, the Book and the Booktrade (Juliette Cherbuliez)

– Editorial Politics and Editorial Genres (Geoffrey Turnovsky)

– Periodicals (Deborah Steinberger)

– Book trade and Theatre (Sylvaine Guyot)

– Books and Religion (Laurent Thirouin)

– Libraries and Collections (Jean-Marc Chatelain)

– The Manuscript and the Printed Work (Nathalie Ferrand)

– The Book Trade, Books, and Images (Olivier Leplatre)

– Book trade and Bookshops in Fiction (Jean Leclerc)

– Imagining the Book (Roxanne Roy)

Roger Chartier will open the plenary session, with Jean-Dominique Mellot delivering the closing speech.

Organising committee : Mathilde Bombart : mathilde.bombart@univ-lyon3.fr ; Sylvain Cornic : sylvain.cornic@univ-lyon3.fr ; Edwige Keller-Rahbe : Edwige.Keller@univ-lyon2.fr ; Michèle Rosellini : michele.rosellini@ens-lyon.fr

 

******************

 

1/ Livres et diffusion des savoirs (Rainer Zaiser)

Comme Marshall McLuhan l’a souligné dans son livre La Galaxie Gutenberg (1962), l’invention de l’imprimerie a radicalement révolutionné l’accès de l’homme aux savoirs au début de la modernité. Le passage du manuscrit au livre fut, pour la diffusion des savoirs, un saut sans doute comparable à celui généré par le passage de l’imprimé au stockage numérique de notre ère postmoderne. Alors qu’au xvie siècle la publication imprimée a contribué à la diffusion de l’humanisme en mettant à la disposition du public érudit les textes anciens, l’expansion de la librairie qui marque le début du xviie siècle favorise une reconfiguration des savoirs – conséquence, notamment, de l’émergence de la « nouvelle science », en physique et en cosmologie, des progrès de l’expérimentation, et de l’exploration de nouveaux territoires – et la conquête d’un public élargi, avec l’« appropriation des discours du savoir » (R. Chartier) que cela suppose.

Cette session permettra d’explorer les conséquences qu’a eues le marché du livre pour la diffusion des savoirs et la circulation des idées au dix-septième siècle dans les différents domaines: sciences exactes et « humaines », droit, médecine, arts, philosophie, religion, politique, morale. Elle permettra aussi de mettre en lumière la porosité des domaines savants et littéraires à partir de leur coexistence sur le marché de la librairie et dans les bibliothèques. On pourra notamment s’interroger sur les liens entre production savante et production fictionnelle et poétique, en considérant l’évolution des livres savants vers des formes s’adressant à un public de non spécialistes (courts traités et dialogues plutôt que sommes monumentales, ouvrages de petit format, généralisation de la traduction, etc.). On pourra se pencher aussi sur la manière dont ces interactions favorisent l’émergence d’une historiographie littéraire et d’une critique qui font de la littérature un objet de savoirs.

 

1/ Books and the Diffusion of Knowledge (Rainer Zaiser)

As Marshall McLuhan highlighted in his book The Gutenberg Galaxy (1962), the invention of the printing press radically revolutionized access to knowledge at the beginning of the modern era. The transition from the manuscript to the book was, for the diffusion of knowledge, a leap that can be compared to the more recent transition from the printed page to digital storage. Although during the 16th century printed production contributed to the diffusion of humanism by making classic texts available to an erudite readership, the expansion of the book trade that marked the beginning of the 17th century fostered a reconfiguration of knowledge – which was notably a consequence of the emergence of the « new science », in physics and cosmology, progress in experimental methods, and exploration of new territories – and the conversion of a larger reading public, with the « appropriation of the discourse of knowledge » (R. Chartier) that this implies.

This session will, in particular, allow us to explore the permeability of sciences and literature from the beginning of their co-existence on the book trade and within libraries. More precisely, proposals would be welcome that investigate the links between knowledge production and fictional, or poetic, production, considering the evolution of learned books towards a non-specialist readership (short treatises and dialogues, small-format publication, generalization of translation, etc.). Investigations into the manner in which these interactions foster the emergence of a literary historiography and criticism that enable a view of literature as a site of knowledge would be equally welcome.

***

2/ Littérature et librairie à Lyon (Michèle Clément)

Le livre à Lyon au XVIe siècle a fait l’objet d’une foule de travaux et d’une bibliographie en permanence remise à jour depuis la somme qu’est la Bibliographie lyonnaise du président Baudrier (1895-1921), alors que les travaux sur la librairie lyonnaise du XVIIe siècle sont plus rares, l’intérêt se déplaçant vers Paris, comme le montre la thèse d’Henri-Jean Martin : est-ce que ce déséquilibre sensible dans la recherche est proportionnel à la réelle perte d’influence de la librairie lyonnaise ? Peut‑on parler, comme le faisait Maurice Audin en 1972, des « temps intermédiaires » pour la période des XVIIe et XVIIIe siècles, entre un « siècle d’or de l’imprimerie lyonnaise » au XVIe siècle et un XIXe siècle qui allait révolutionner les techniques de l’imprimerie ? Les liens entre le monde de l’imprimerie et le monde intellectuel se distendent-ils à partir de la période ligueuse ? Le départ des imprimeurs réformés vers Genève modifie-t-il définitivement le paysage de la librairie lyonnaise ? Entre légende historiographique et réalité de terrain, la session aura pour objectif de réévaluer l’évolution de la librairie lyonnaise du XVIe au XVIIe siècle.

Bibliographie :

Le Siècle d’or de l’imprimerie lyonnaise (collectif), Paris, éd. du Chêne, 1972.

Maurice Audin, Les Origines de l’imprimerie à Lyon et son premier siècle d’activité, La Courneuve, OFMI, Garamont, 1973.

Henri et Julien Baudrier, Bibliographie lyonnaise. Recherches sur les imprimeurs, libraires, relieurs et fondeurs de lettres de Lyon au XVIe siècle, Lyon-Paris, 1895-1921 vol 1 à 12 ; (Baudrier, Suppl = La Perrière Yvonne de, Supplément provisoire à la Bibliographie lyonnaise du Président Baudrier, Lyon, Centre lyonnais d’histoire et de civilisation du livre, 1967).

Anne Béroujon, Les écrits à Lyon au XVIIe siècle. Espaces, échanges, identités, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2009.

Alfred Cartier, Maurice Audin et Eugène Vial, Bibliographie des éditions des De Tournes imprimeurs lyonnais, 2 vol., Genève, Slatkine reprints, 1970 (e. o. Paris, 1937).

Natalie Zemon Davis, « Le monde de l’imprimerie humaniste : Lyon », dans Histoire de l’édition française. T. 1, dir. R. Chartier, J.-P. Vivet et H.-J. Martin, Promodis, 1983, p. 255-277.

Sybille von Gültlingen, Bibliographie des livres imprimés à Lyon au seizième siècle, Baden-Baden & Bouxwiller, Koerner, 14 vol. parus, [1992-.

Michel Jourde, Lyon une capitale du livre à la Renaissance : http://lyon-une-capitale-du-livre-a-la-renaissance.ens-lyon.fr/ (6 films).

William Kemp : base Lyon 15-16 (bibliographie lyonnaise des XVe et XVIe siècles : en cours).

Simone Legay, Le milieu des libraires lyonnais au XVIIe siècle, Doctorat d’histoire,  Lyon 2, 1996.

Henri-Jean Martin (éd.), Cinq études lyonnaises, Genève-Paris, Droz-Minard, 1966.

 

2/ Literature and Book trade in Lyon (Michèle Clément)

Books in Lyon during the 16th century have been the object of a multitude of studies, and of a continually updated bibliography, the Bibliographie lyonnaise, edited by Henri Baudrier (1895-1921), whereas studies on its book trade during the 17th century are less common, the interest having been mainly focused on Paris, as shown in the doctoral thesis of Henri-Jean Martin. Is this pointed imbalance in the research proportional to the real lack of influence of Lyon’s book trade ? Could we speak of, in the manner of Maurice Audin in 1972, an « intermediary era » for the 17th- and 18th-century period, between a « golden age of the Lyonnais printing press » in the 16th century and a 19th century which would go on to revolutionize the techniques of the printing press ? Do the links between the world of the printing press and the intellectual world emerge from the late 16th-century periods of religious warfare ? Does the exodus of the Huguenot printers to Geneva definitively change the landscape of the book trade in Lyon? Between historiographical tradition and the real world context, this session will be focused on re-evaluating the evolution of the book trade in Lyon from the 16th to the 17th century.

***

3/ De la page à l’écran : études XVIIémistes et humanités numériques (Claude Bourqui)

L’essor fulgurant d’Internet est en train de modifier profondément la physionomie des études XVIIémistes : accès facilité aux documents bibliologiques et  à des corpus autrefois peu fréquentés, nouveaux outils de recherche (bases de données, éditions en ligne, plates-formes, moteurs de recherche), nouveaux modes de publication et enjeux institutionnels qui en découlent, mais également « déniaisement » à l’égard de l’objet livre, trop longtemps considéré comme une évidence heuristique. La session se propose de prendre la mesure de ce digital turn. Ce sera l’occasion de présenter des réalisations récentes et dresser le bilan d’entreprises déjà anciennes, de prendre connaissance de projets en devenir, mais surtout de s’interroger sur les conséquences de cette mutation : quels nouveaux objets d’étude ? quels bénéfices attendus pour la connaissance et  la compréhension du XVIIe siècle ? quels enjeux dans la transmission au public et dans l’enseignement de nos disciplines ?

 

3/ From page to screen : 17th century studies meet the digital Humanities (Claude Bourqui)

Since the beginning of the Internet era, we have been witnessing a radical change of 17th-century studies : easier access to texts and documents, increased visibility of confidential material, efficient research tools (databases, online editions, search engines and curators, article visualization tools), new outreach and publishing tools. Digital humanities encourage us to question and revisit the concept of the book as an object, which a long scholarly tradition has taken for granted. We are inviting participants to reflect on the impact of the digital revolution on our practices and studies. The objective is to present long term projects as well as works in progress, while investigating the aftermath of the digital turn. Will it generate new avenues of study ? Can we expect an expanded knowledge and better understanding of the 17th century ? How will this affect the translation of knowledge through publishing and teaching methods ?

***

4/ Littérature et police du livre (Nicolas Schapira)

Au XVIIe siècle, la police du livre impose sa présence à tous les acteurs de la production et de la circulation des livres. Nouveau régime des privilèges de librairie, généralisation des approbations pour les livres religieux, surveillance accrue des presses par la corporation, nouveaux moyens policiers dans la lutte contre les livres interdits : comment ce réseau serré – quoiqu’hétérogène – de dispositifs voués au contrôle de l’imprimé – avec l’efficacité très relative que l’on sait – rencontre-t-il le fait littéraire dans cette période cruciale pour son institution ? D’une part pourront être envisagés les rapports que les écrits liés à l’activité de la police du livre – règlements, traités, lettres de privilèges ou approbations… – entretiennent avec la littérature. D’autre part, on s’intéressera à toutes les œuvres dans lesquelles cette rencontre est mise au travail. On pense bien sûr aux ouvrages qui jouent – bon gré mal gré ou délibérément – avec la censure, mais il faut envisager plus largement toute la gamme des usages – publicitaires, ou relationnels, par exemple – des dispositifs de contrôle par les auteurs, lesquels peuvent être aussi, du reste, des agents de la police du livre. Dans la même perspective, des communications portant sur les enjeux qui président à la mise en représentation, dans les œuvres, de mécanismes ou de figures du contrôle seront également bienvenues.

 

4/ Literature and the Regulation of the Press (Nicolas Schapira)

During the 17th century, new regulations were imposed upon all actors in the production and circulation of printed works. A new regime of privilèges in the book trade, the normalization of sanctions for religious books, supervision of printing presses by guilds, new measuring of regulating and policing banned books: how does this tight network – heterogeneous, even – of means destined to control printed works, with its relative efficiency, as we know it, interact with the literary work in this decisive period of its development ? From one side, we will envisage the relationship that the written word has with the body of literature in relation to this police network – regulations, treatises, lettres de privilèges or sanctions, etc. From the other, we will focus on the works in which this encounter is depicted. Of course one thinks of works that play – in spite of themselves or intentionally – with censorship, but we need to examine more widely all of the possible uses – promotional or relational, for example – of the means of control that the authors maintain ; equally able to play a role as actors in the censorship of publications. From the same perspective, any communication displaying instances of the issues that surround the depiction, in publications, of mechanisms or figures of control will be equally welcome.

***

5/ Les intermédiaires de la publication (Sébastien Drouin et Grégoire Holtz)

Depuis les travaux fondateurs d’H.-J. Martin sur le commerce du livre au XVIIe siècle, de nouvelles approches ont souligné l’importance des différents médiateurs (libraires, imprimeurs, traducteurs, polygraphes, éditeurs, secrétaires…) dans la production et la diffusion de l’imprimé. De Pierre Bergeron à Pierre Bayle en passant par Valentin Conrart, des figures plus ou moins célèbres ont joué un rôle déterminant dans la culture de l’imprimé en mettant en relation les auteurs et les libraires, le public et les pouvoirs. L’objectif de ces sessions est de sonder les différents rôles possibles de ces médiateurs dans la conception, la rédaction et la publication des livres et de mettre en évidence la diversité des supports et types d’imprimés liés à leur activité (littérature grise, occasionnels, presse…).

Parmi les questionnements, on retiendra :

– Quelles tensions et quels rapports de force apparaissent au cours de cette circulation élargie de l’imprimé ? Quel rôle les pouvoirs ont-ils joué face à ces médiateurs ? Les médiateurs du livre jouent-ils un rôle dans l’histoire de la circulation « sous le manteau » de divers ouvrages hétérodoxes ?

– Quels liens entre les officines françaises et les grands centres de production imprimée étrangers se sont développés grâce à ces médiateurs? Quels sont les médiateurs du livre religieux ? Leur parcours est-il le même à Paris, à Genève et à Amsterdam ?

– Comment circulent les manuscrits entre les auteurs et les imprimeurs ? Peut-on identifier des réseaux de médiateurs du livre ? Qu’en disent les correspondances ?

– Quelles carrières sont rendues possibles grâce à ces différents métiers ? Quels obstacles freinent ces carrières ? Comment évoluent-elles au cours du siècle ?

Merci d’envoyer vos propositions de communication (environ 150/200 mots) aux deux adresses suivantes :

Sébastien Drouin, sdrouin@utsc.utoronto.ca

Grégoire Holtz, gregoire.holtz@utoronto.ca

 

5/ The Book and its Mediators (Sébastien Drouin and Grégoire Holtz)

Since the foundational works of Henri-Jean Martin on the book trade in the 17th century, new approaches have highlighted the importance of different mediators (booksellers, printers, translators, polygraphs, editors, secretaries…) in the production and the diffusion of the printed work. From Pierre Bergeron to Pierre Bayle, passing Valentin Conrart, more or less well-known figures have played a determining role in the culture of the printed work in connecting authors and booksellers, the public and authorities. The objective of these sessions is to probe into the different possible role these mediators play in conception, writing, and publication of books and to bring to light the diversity of mediums and types of printed work associated with their activity (grey literature, occasionnels, the press…).

Through this inquiry, we will focus on :

– What kind of tension and what power relations appear amid this larger circulation of the printed work ? What role did authorities play against these mediators ? Did the mediators of the book play a role in the history of the covert circulation of various dissenting works ?

– What are the links between French officines and the large centers of foreign printing production that developed by virtue of these mediators ? Who are the mediators of religious works ? Is their story the same in Paris, Geneva and Amsterdam ?

– How do manuscripts circulate between authors and printers ? Can we identify the networks of book mediators? What does their correspondence tell us ?

– What careers were made possible by these different positions ? What obstacles put a halt to these careers ? How did they evolve over the course of the century ?

Please send your proposals (approximately 150/200 words) to the following two addresses :

Sébastien Drouin, sdrouin@utsc.utoronto.ca

Grégoire Holtz, gregoire.holtz@utoronto.ca

***

6/ Les femmes au colophon : femmes, livre, et libraire (Juliette Cherbuliez)

Bien avant l’abolition des corporations du livre en 1791, les femmes ont joué un rôle important et continu, aujourd’hui bien établi après avoir été souvent discuté, dans l’édition, l’imprimerie et la diffusion de l’imprimé. Les communications pourront adopter sur le sujet un point de vue aussi bien historique que théorique. On pourra ainsi s’intéresser aux spécificités du rôle des femmes dans le monde la librairie et du livre, ou encore plus généralement aux dynamiques qui informent la participation des femmes à la circulation des écrits et des savoirs. Quelques pistes :

-les professionnelles du livre : « imprimeuses[1] », relieuses, etc. et en particulier le statut important de la veuve de libraire/imprimeur ;

-l’implication des femmes dans les réseaux de la circulation des savoirs, des idées ; les femmes savantes du point de vue des imprimés et des livres ;

-le rôle de l’imprimé dans la constitution du « féminin » (émergence de la presse féminine, les libraires de la galanterie, etc.) ;

-le rôle de l’imprimé dans l’accès des femmes à la culture ainsi que dans l’instauration d’une séparation entre femmes et élite masculine ;

– les stratégies de l’anonymat féminin, d’évitement ou de refus de la publication imprimée ;

– l’émergence du « masculin » comme production de l’imprimé et les femmes au gré de l’imprimé.

 

6/ Les femmes au colophon: Women, the Book and the Booktrade (Juliette Cherbuliez)

Well before the abolition des corporations du livre in 1791, women played diverse and often contested but continual roles amid the editing, printing and diffusion of print — particularly in France. We invite papers of either historical or theoretical/analytical in scope. Interventions might address on the one hand the historical specificity of women in the world of print, or on the other, the dynamics giving shape to women’s participation in the circulation of knowledge more broadly:

— the professionelles du livre, from printers and binders and including the important status of la veuve of printer/librairies.

—Networks of knowledge and circulation in which women were embedded: circulation of ideas, femmes savantes.

—The role of print in shaping the “feminine” (emergence of la presse féminine; libraires de la galanterie).

—The role of print in furthering women’s “access to culture” and in also further separating women from the élite masculine

—reactions against print, strategies of female anonymity, avoidance and refusal

—the emergence of masculinity as an effect of print, and women at the mercy of print.

***

7/ Politiques éditoriales et genres éditoriaux (Geoffrey Turnovsky)

Les propositions pour cette session peuvent aborder tout aspect tous les aspects des pratiques de publication et des conventions et innovations éditoriales qui ont configuré le monde des livres au cours du XVIIe siècle. Henri-Jean Martin a montré de manière décisive que l’industrie de l’imprimerie a été déterminée à cette époque par la Contre-Réforme et par son intégration politique et économique dans les structures administratives de l’Etat – plus exactement par la convergence des deux. Des propositions pourraient élargir où rendre plus complexe la description de Martin, en mettant l’accent sur le rôle des corporations, le contrôle de l’édition régi par le privilège ou sur d’autres formes de régulation et de soutien étatique (promotion des imprimeurs du roi et création de l’Imprimerie royale). Des propositions pourraient également aborder les stratégies éditoriales dans un marché des livres en pleine expansion (représenté par la Galerie du Palais mais remarquable aussi pour sa portée géographique à travers la France et l’Europe), les modèles commerciaux et les activités d’édition d’un nouveau type de « libraire » comme instance de médiation culturelle émanant du libraire-imprimeur et adapté aux exigences des clients, et des liés aux développements typographiques tels que le triomphe de petits formats, la mise sur le marché de nouvelles catégories éditoriales (les nouveautés) et de nouveaux formats. Seront en outre bienvenues des propositions sur l’imprimé dissident, « non-officiel », ou extraterritorial, y compris les actions des pamphlétaires, des collaborations transfrontalières, les contrefaçons et les migrations (notamment des imprimeurs réformés en Hollande, en Allemagne, en Angleterre et en Suisse).

 

7/ Editorial Politics and editorial Genres (Geoffrey Turnovsky)

Proposals for this session may address any aspect of the publishing practices and editorial conventions and innovations that shaped the world of books in the 17th century. Henri-Jean Martin famously described the print industry in this era as shaped by the Counter‑Reformation and by political and economic integration into state administration – indeed, by a convergence of the two. Proposals might extend or complicate Martin’s account, focusing on the role of guilds, publication rights through the privilège, or other forms of state regulation and sponsorship (positions of imprimeurs du roi and the creation of the Imprimerie royale). Proposals might, alternatively, address editorial strategies in an expanding marketplace for books (represented by the Galerie du Palais but notable for its geographic reach across France and Europe), the business models and publishing activities of a new kind of libraire as cultural mediator removed from the print-shop and attuned to consumer demand, and related typographic developments such as the triumph of small formats, new marketing categories (eg. nouveautés), and new book-forms. In addition, proposals are welcome on dissident, « unofficial » or extra-territorial printing, including pamphleteering, cross‑border collaborations, counterfeiting, and migrations (notably of Huguenot printers into Holland, Germany, England, and Switzerland).

***

8/ Périodiques (Deborah Steinberger)

Ce panel vise à explorer le statut et les pratiques des éditeurs, auteurs et lecteurs des périodiques français du XVIIe siècle. Par exemple, comment le rôle du rédacteur en chef s’est-il développé au cours du « long XVIIe siècle » ? Comment les éditeurs et les auteurs ont-il interagi et collaboré ? Dans quelle mesure ont-ils diffusé de la propagande et/ou participé à ce que nous appellerions aujourd’hui les relations publiques ? Par ailleurs, est-ce que la notion d’« objectivité journalistique » était en vigueur durant cette période ? En ce qui concerne les lecteurs de la presse périodique, que savons-nous sur la façon dont les publications leur parvenaient et sur les modalités de leur diffusion ? Quelles étaient les pratiques de lecture en usage et comment variaient-elles en fonction du sexe, du statut social ou de la situation géographique du lecteur ?

 

8/ Periodicals (Deborah Steinberger)

This panel aims to explore the status and practices of the editors, authors and readers of seventeenth-century periodicals in French. For instance, how did the role of the editor-in-chief develop over the course the « long seventeenth century » ? How did editors and authors interact and collaborate with one another ? To what extent did they disseminate propaganda and/or participate in what we call today public relations ? On the other hand, is the notion of « journalistic objectivity » operative during this period ? Concerning the readers of the periodical press, what do we know about how the publications reached them and how they circulated ? What reading practices were prevalent, and did these vary according to the reader’s sex, social status, or geographical location ?

***

9/ Librairie et théâtre (Sylvaine Guyot)

L’essor de l’édition théâtrale au XVIIe siècle est autant le signe que le vecteur de l’intérêt et de la valeur conférés au genre dramatique dans le champ littéraire naissant. Cette session invite à réfléchir au croisement de plusieurs perspectives : les circuits de production et de diffusion du théâtre imprimé (part des libraires, des imprimeurs, des auteurs) ; la structure du marché du livre de théâtre (spécialisation, collaborations et concurrence, rapports entre Paris, la province et l’étranger, circulation des copies) ; les logiques commerciales de publication (nouveautés ou rééditions, rythme de parution, variation des prix) ; les stratégies éditoriales de promotion et de légitimation (choix du format, illustrations, paratexte, variantes) ; et enfin, le rôle de la librairie dans la promotion du théâtre comme forme culturelle autorisée et, en retour, dans la production de figures d’auteur dramatique. De ce point de vue qui dépasse la question du rapport entre texte et représentation, comme celle des différents états d’une même pièce, la librairie pourra apparaître comme un lieu complexe de fabrique, de pratique et de commerce du théâtre.

 

9/ Book Trade and Theater (Sylvaine Guyot)

The growth of drama publication in 17th-century France is both the sign and the vector of the interest and value attached to theater in the nascent literary field. Participants are invited to cross different perspectives, including : the circuits of production and diffusion of printed drama (the respective role of booksellers, printers, and playwrights) ; the structure of the playbook market (specialization, collaboration and competition, the relations between Paris, the provinces and foreign presses, the circulation of copies) ; market logics of drama publishing (new plays vs. reprints, publication frequency, variations in prices) ; editorial strategies of promotion and legitimacy (format, engravings, paratexts, and variants) ; and finally the role of book trade in the promotion of theater as an authorized form of cultural consumption, as well as of playwrights as author figures. From this point of view that goes beyond the issues of the interplay between text and performance as well as of the different states of a same play, the book trade will appear to be a complex site of the fabrication, the practice, and the commerce of theater art.

***

 

10/ Livres et religion (Laurent Thirouin)

Le pourcentage d’ouvrages religieux ne cesse de s’élever dans la France du XVIIe siècle, jusqu’à atteindre la moitié de la production imprimée. L’hétérogénéité de ce corpus est évidemment grande : Bibles, livres liturgiques, ouvrages de patrologie, de théologie (positive ou spéculative), hagiographies, livres de  dévotion et littérature spirituelle… On s’intéressera spécialement à une géographie éditoriale des livres de religion. Quelle est la place des grands ordres religieux et leur stratégie dans le paysage de la librairie ? Comment les polémiques intra-catholiques (liées notamment à la crise janséniste) ou les controverses avec le monde de la Réforme s’inscrivent-elles dans les choix de publication ? Quels sont les processus de filtre idéologique et les moyens de les contourner ? Qu’en est-il des choix linguistiques, de la place du latin et de l’essor des traductions françaises ? L’attention à la matérialité du livre, à son élaboration, à ses modes de diffusion, est une manière de retrouver les grands enjeux religieux qui traversent le siècle.

 

10/ Books and Religion (Laurent Thirouin)

The percentage of religious works saw consistent growth in the France of the 17th century, at one point amounting to half of all printed production. The heterogeneity of this corpus is evidently significant : Bibles, liturgical books, works on patrology and theology (positive or speculative), hagiographies, books of devotion, and spiritual literature, etc. We will focus on the editorial division of labor in the publication of religious books. What place do the main religious orders and their strategies hold in the landscape of the book trade ? How do the intra-Catholic polemics (with special attention to the links with the Jansenist crisis) or the controversies with the Huguenot community tie in with publication decisions ? What are the processes of ideological filtration and the ways of overcoming them ? What linguistic choices are present, between the place of Latin and the growth in French translations ? Attention to the materiality of the book, its elaboration, and modes of diffusion is one manner through which to uncover the big religious issues that are at play throughout that century.

***

11/ Bibliothèques et collections (Jean-Marc Chatelain)

Le XVIIsiècle marque à la fois l’apogée du modèle humaniste de la bibliothèque constitué durant les deux siècles précédents et le début d’une remise en cause de l’équilibre des savoirs sur lequel il reposait. Au cœur de cette tension, trois grands axes de réflexion sont proposés pour mieux comprendre les significations alors accordées au geste consistant à ressaisir une production intellectuelle et éditoriale dans la figure d’une collection :

– Comment s’opère et quelles inflexions connaît le perfectionnement du travail humaniste de rassemblement du patrimoine littéraire ancien ?

– Quelles formes alternatives de collection se développent, qui décident à la fois de nouveaux contenus, d’usages différents et d’un autre public ?

– Quel travail théorique accompagne la pratique de la collection de livres et quel rôle est accordé à la bibliothèque dans la régulation d’un espace littéraire bousculé par l’inflation de la production livresque ?

 

11/ Libraries and Collections (Jean-Marc Chatelain)

The 17th century at once marks the peak of the humanist model of the library established over the two previous centuries, and the beginning of a reconsideration of the balance of values, in regards to knowledge, on which it rests. In the heart of this tension, three major axes of reflection can be proposed to better understand the significations thus accorded to the act of gathering intellectual and editorial production in the form of a collection :

– What underpins, and what questions are posed in the process of, the humanist work of assembling the perfect collection of a classic national literature ?

– Which new forms of collection develop and what determines new content, different forms of access, and other reading publics ?

– What theory accompanies the practice of book collecting and what role is accorded to the library in the regulation of a literary landscape disrupted by a sharp rise in literary production ?

***

12/ Le manuscrit et l’imprimé (Nathalie Ferrand)

Le XVIIe siècle est loin d’être un monde sans manuscrits, où l’imprimé triomphant aurait fait place nette. Au contraire, la pratique du manuscrit y est à la fois vivace et polymorphe. Empiétant tantôt sur les usages et les fonctions du livre pour diffuser et faire circuler l’écrit – au point que l’on parle encore sous l’Ancien Régime de « livre manuscrit » (cf. F. Moureau 1993) –, ou témoignant des pratiques d’écriture plus ou moins individuelles des auteurs au travail lorsqu’il s’agit d’états textuels appartenant à la sphère de la création littéraire, le manuscrit au XVIIe siècle peut renvoyer à une pluralité d’objets et de pratiques de l’écrit. Il nécessite donc une enquête précise et patiente pour en déterminer le statut et le sens, d’autant que comme l’a montré J.-M. Chatelain, un inventaire qui constituerait l’instrument de travail indispensable à sa compréhension fait encore défaut, du moins pour la France (cf. J.-M. Chatelain, 2009). La session consacrée à cet objet dans sa polysémie vise à contribuer à cette enquête, particulièrement dans un contexte où la mise en ligne de manuscrits numérisés par les bibliothèques les rend plus accessibles et a priori mieux interprétables. On invite donc à soumettre des propositions qui présentent soit des études de cas, soit des analyses transversales ou méthodologiques faisant du manuscrit un objet signifiant. Une attention aux papiers d’écrivains, réputés rares, sera particulièrement appréciée.

Bibliographie :

Bernard Beugnot, Robert Mélançon (dir.), Les voies de l’invention aux XVIe et XVIIe siècles : études génétiques, Montréal, Département d’Études françaises, 1993.

Revue XVIIe siècle, n°192, Juillet-Septembre 1996, 48e année, n°3 « Les usages du manuscrit ».

Fernando Bouza, Hétérographies. Formes de l’écrit au siècle d’or espagnol, Madrid, Casa de Velásquez, 2010.

Roger Chartier, La main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur XVIe-XVIIIe siècle, Paris Gallimard, 2015.

Jean-Marc Chatelain, « Sur le statut du manuscrit littéraire au XVIIe siècle », in Génétique matérielle, génétique virtuelle, P. Dandrey (dir.), 2009, p. 33-47.

Patrick Dandrey (dir.), Génétique matérielle, génétique virtuelle. Pour une approche généticienne des textes sans archives, Laval, PUL, 2009.

Luc Fraisse (dir.), Le manuscrit littéraire : son statut, son histoire, du Moyen Âge à nos jours, Paris, Klincksieck 1998.

Almuth Grésillon et Jean-Louis Lebrave (dir.), Écrire aux XVIIe et XVIIIe siècles. Genèses de textes littéraires et philosophiques, Paris, CNRS-Éditions, 2000.

Charlotte Guichard, « Qu’est-ce qu’une œuvre originale? », De l’authenticité. Une histoire des valeurs de l’art (XVIe-XXe siècle), Paris, Publications de la Sorbonne, 2014, pp. 11-17.

Harold Love, The Culture and Commerce of Texts. Scribal Publication in Seventeeth Century England, Amherst, University of Massachusetts Press, 1998 [Oxford, 1993].

Henri-Jean Martin, Histoire des pouvoirs de l’écrit, Chapitre VII « Fonctions et formes de l’écrit (XVe-XVIIIe siècle) », seconde édition, Paris, Albin Michel, 1996.

François Moureau (dir.), De Bonne main, La communication manuscrite au XVIIIe siècle, Universitas, Paris – Voltaire Foundation Oxford, 1993.

François Moureau, La plume et le plomb. Espaces de l’imprimé et du manuscrit au siècle des Lumières, Paris, PUPS, 2006.

 

12/ The Manuscript and the Printed Work (Nathalie Ferrand)

The 17th century is far from being a world without manuscripts, where the printed page triumphantly swept everything else aside. On the contrary, the practice of the manuscript was alive, well, and polymorphous. Overlapping, as it did, with the uses and functions of the book to circulate the written word – to the point where we still speak of the Ancien Régime of the « manuscript book » (« livre manuscript ») (cf. F. Moureau 1993) – or giving evidence of the more or less individual working practices of authors when it comes to textual formats within the sphere of literary creation, the manuscript of the 17th century has the ability to correspond to a multiplicity of forms and writing practices. Therefore, a precise and patient study is needed to determine its status and meaning, as J.-M. Chatelain has shown, at least in a French context, with a catalogue that constitutes an indispensible apparatus for our still-lacking scholarship and understanding in this domain (cf. J.-M. Chatelain, 2009). This session, consecrated to the object of the manuscript in all its multiplicity, aims to contribute to this study, particularly in a context where the online publication of digital manuscripts by libraries makes them more accessible and a priori easier to interpret. We thus invite proposals that present case studies or comparative or methodological analyses that render the manuscript a significant object. Attention to archives of the writers known to be rare will be particularly appreciated.

***

13/ Librairie, livre et images (Olivier Leplatre)

A travers la grande diversité de la production éditoriale, cette session se propose de dresser un état des lieux du livre illustré au XVIIe siècle, en tentant de croiser les approches. Le livre illustré, où le texte se reconfigure et change de statut, se situe en effet au carrefour de champs culturels (esthétique, technique, économique, sociologique…) qui, en lui donnant sa spécificité, lui imposent aussi des contraintes, le soumettent à des critères éventuellement concurrents et en modifient la valeur. En interrogeant la situation de l’image au sein du livre à l’âge classique (que l’on pense par exemple à certains de ses lieux « critiques » comme le frontispice), l’on tentera de cerner le rôle que jouent les différents acteurs autour de l’écrivain : le libraire‑imprimeur développant ses stratégies éditoriales ; l’illustrateur (dessinateur, graveur) dépendant des codes de l’image, soumis aux commandes du marché et confronté au nouveau défi technique de la taille-douce ; le lecteur-spectateur enfin dont la réception, le soutien et le goût ont permis l’existence et la promotion du livre à figures.

 

13/ The Book trade, Books, and Images (Olivier Leplatre)

Among the large diversity of editorial production, this session proposes to formulate a state-of-affairs into the illustrated book of the 17th century, attempting to incorporate different approaches. The illustrated book, where the text is reconfigured and changes status, is, in effect, situated at the crossroads of cultural fields (aesthetic, technical, economic, sociological…) that, in bestowing upon it a certain specificity, equally impose constraints, submit it to eventually concurrent criteria, and change its value. Investigating the state of the image in books of the classical era (and how we reflect on certain “critical” places, such as the frontispiece), we will attempt to discern the role of different actors around the author: the printer-wholesaler developing their editorial strategies; the illustrator (designer, engraver) depending on the codes of the image, subjected as they were to the demands of the market and confronted with the new technique of intaglio (taille-douce) ; and finally, the audience-reader, whose reception, support, and taste permitted the existence and promotion of the illustrated book.

***

14/ La librairie en fiction (Jean Leclerc)

La librairie est un lieu de passage où se côtoient des libraires, des auteurs et des clients, qui ne discutent pas seulement de la vie littéraire, mais aussi de l’actualité, de la politique et de la religion. Que ce soit dans le théâtre (La Galerie du Palais, de Corneille), le roman (Le Berger extravagant, de Sorel) ou la poésie (Le Lutrin, de Boileau), les personnages s’entourent volontiers de l’objet livresque. La représentation de la librairie remplit différentes fonctions, qu’il s’agisse d’augmenter le réalisme par la description de lieux familiers, d’ouvrir de nouveaux horizons par des discussions et des récits intercalés, ou encore d’opérer une satire littéraire par l’énumération du catalogue des œuvres vendues. Il sera donc question dans ce panel d’explorer les formes et les enjeux de la libraire mise fiction.

 

14/ Book trade and Bookshops in Fiction (Jean Leclerc)

The bookshop is a place where booksellers, authors and readers got use to meeting together; talking not only about literary life, but also about current events, politics, and religion. Whether it is found in theatre (Corneille’s Galerie du Palais), novel (Sorel’s Le Berger extravagant) or poetry (Boileau’s Le Lutrin), book as an object often finds itself featuring among the characters. The representation of the book trade fulfills different functions, whether it is a question of augmenting realism by the description of familiar places, opening new horizons through interwoven discussions and stories, or yet of performing a literary satire by listing a catalogue of sold works. It will thus be the focus of this panel to explore the forms and the issues of the bookshop and representations of publishing in a fiction setting.

***

15/ L’imaginaire du livre (Roxanne Roy)

Qu’il soit réel ou inventé, le livre devient un objet de réflexion et de représentation sous la plume des écrivains du Grand Siècle. Du livre perdu, oublié, (re-)trouvé, au livre désiré ou rêvé, en passant par le livre critiqué, défendu, censuré ou brûlé, les cas de figure sont nombreux. Mais quel est le statut du livre dans l’imaginaire de l’époque et comment se manifeste-t-il ? Cette séance propose de s’interroger sur les formes diverses que prennent les livres quand ils sont mis en scène par les écrivains dans leurs textes et sur les enjeux qu’ils soulèvent. Elle entend aussi explorer les rapports, réels ou fictifs, qui se nouent entre l’auteur, le lecteur ou le personnage et le livre. De quelles manières et dans quels contextes ces liens se manifestent-ils dans les textes, et que nous révèlent-ils ? Il s’agira donc de réfléchir sur la perception, la figuration et la représentation du livre dans les textes littéraires du XVIIe siècle, mais aussi de dégager les pratiques de lecture et d’écriture qui s’y rattachent.

 

15/ Imagining the Book (Roxanne Roy)

Whether real or fictional, the book becomes an object of reflection and representation for the writers during the Grand Siècle. From books that are lost, forgotten, (re-)found, to books that are longed for or dreamt of, passing by those that are criticized, defended, censured, or burnt, cases in which the book figure are plentiful. But what status does the book hold in the imagination of the era and how is it manifested ? This session proposes to ask questions on the diverse forms it takes and the issues it raises. It will equally explore the relationships, real or fictive, between the author, the reader, or the character, and the book. In which manners and in which contexts do these links manifest within the texts, and what do they tell us ? It will thus be a matter of reflecting on the perception, the depiction, and the representation of the book in literary texts of the 17th century, but also to explore the practices of reading and writing that are associated with them.

***

[1] Cf le privilège des Amours du Grand Alcandre (Paris, 1652) accordé à la Veuve Guillemot « imprimeuse ordinaire de son Altesse royale ».

CFP – Œuvre collective et auctoritas professorale dans les milieux scolaires et universitaires en France et aux Pays-Bas (XVe – XVIIe siècle)

Œuvre collective et auctoritas professorale dans les milieux scolaires et universitaires en France et aux Pays-Bas (XVe – XVIIe siècle)

Lieu : Louvain-la- Neuve
Dates : 27-28 avril 2017
Date limite de réponse : 30 septembre 2016

Journées d’étude organisées par M. Ferrand, P. Desmoulière et A. Lionetto (Université catholique de Louvain, GEMCA / Université Paris-Sorbonne)

Ces journées d’étude louvanistes constitueront le deuxième volet d’une réflexion engagée au mois d’octobre 2016 en Sorbonne, sur l’ « Œuvre collective » du XVe au XVIIe. Nous souhaitons à cette occasion limiter le champ de recherche à un milieu relativement homogène, celui des écoles et de l’université, en France et aux Pays-Bas. La création littéraire et artistique des écoles a longtemps souffert du mépris de la critique (cf. Lucien Febvre et les « Apollons de collèges »). Pourtant, on s’accorde aujourd’hui à reconnaître le rôle essentiel que certains maîtres (Ravisius Textor, Jean Dorat, Etienne Binet, etc.) ont joué dans le développement intellectuel de l’Europe moderne : l’École fut, par excellence, le lieu où s’affirma l’auctoritas de grandes figures.

La place éminente de ces professeurs-auteurs ne doit pas dissimuler toutefois ce que furent les modalités concrètes de la création dans leurs classes et leur entourage. Sous l’autorité du maître, l’école est, comme l’atelier d’artiste, un lieu authentique de création à plusieurs mains. La fête scolaire, par exemple, mobilise des compétences diverses qui se mettent au service du projet commun. Quel est alors, concrètement, le rôle de chacun ?

L’autorité du maître est-elle partagée, déléguée ? Est-il un « auteur », au sens moderne du terme, un maître d’œuvre, ou simplement le garant de l’œuvre à accomplir ?

A travers l’étude de cas concrets, dans deux espaces culturels à la fois distincts et connectés, nous nous proposons ainsi de comprendre comment se définit et se construit l’œuvre poétique, musicale, artistique, à l’articulation du travail scolaire et de l’œuvre magistrale. Nous serons particulièrement attentifs, dans nos analyses, à ce qui distingue le milieu scolaire d’autres milieux de création collective : le travail à plusieurs mains, le partage éventuel de l’autorité, ont-ils en soi une fonction pédagogique, voire parénétique ? Quelle est la place, en particulier, de l’exercitatio dans le processus de création artistique ? En quoi, enfin, le milieu et la nature de cette production singulière modèlent-ils la réception du public d’alors et d’aujourd’hui et expliquent-ils les préjugés dont a longtemps souffert notre objet ?

La réflexion pourra s’appuyer sur une documentation variée, témoignant de la collaboration active des maîtres et des élèves :
– Archives administratives sur la vie de établissements ;
– Récits et témoignages d’élèves, de maîtres, de spectateurs, etc. ;
– Ouvrages commémoratifs d’événements organisés par l’institution ;
– Plaquettes de circonstance publiées au nom de l’institution ;
– Réalisations picturales (recueil d’emblèmes, adfixiones) et musicales ;
– Pièces de théâtre, compositions littéraires (poétiques, oratoires, etc.).

Les propositions de communication (500 signes environ) devront être envoyées aux deux adresses suivantes mathieuferrand@yahoo.fr et adelinelionetto@hotmail.com avant le 30 septembre prochain. Elles pourront être rédigées en français ou en anglais.

CFP – Le siècle des Lesdiguières. Territoires, Arts et rayonnement nobiliaire au XVIIe siècle

Le siècle des Lesdiguières. Territoires, Arts et rayonnement nobiliaire au XVIIe siècle

Date limite : 15 septembre 2016
Lieu : Université Grenoble Alpes-Musée de la Révolution française -Domaine de Vizille

74-000417En associant par combinaisons matrimoniales son nom à celui des Créquy, le connétable François de Bonne, duc de Lesdiguières (1543-1626) a fondé une puissante dynastie ducale peuplée de gouverneurs, ducs et maréchaux de France. Les Lesdiguières et les Créquy ont marqué de leur empreinte le XVIIe siècle européen, tout en laissant de nombreuses traces encore visibles sur le territoire et dans le patrimoine français. Pour autant, aucune grande manifestation scientifique ne s’est jamais attachée à leurs noms ni à leur histoire commune.

Ce colloque invite à interroger les relations qu’entretenaient les Lesdiguières-Créquy avec leurs différents territoires ainsi qu’avec les arts en croisant, pour la première fois, les connaissances et les approches de chercheurs de toutes disciplines, en particulier l’histoire et l’histoire de l’art, ainsi que des acteurs du monde culturel et patrimonial.

Outre les études centrées sur des personnages de la dynastie encore mal connus, seront envisagées des approches plus larges portant sur les sphères nobiliaires, les univers diplomatiques et curiaux, tant dans le registre des pratiques que dans celui des représentations liées au second ordre : les alliances matrimoniales et leurs enjeux, les réseaux d’hommes et leur maillage, les paradigmes nobiliaires et l’individu, les fonctions exercées dans la guerre, dans le domaine de l’administration provinciale et d’Etat de l’Ancien Régime en tant que lieutenant général ou gouverneur.

Dans cette perspective, sera mise en lumière la question de l’apparente distorsion existant entre une dynastie nobiliaire aux ambitions et au rayonnement internationaux et la permanence revendiquée d’un enracinement territorial fort, en Dauphiné, mais aussi en Provence.

Seront considérées tout particulièrement les propositions portant sur les liens étroits entre les Lesdiguières-Créquy et les arts. Leur rôle de mécènes, de commanditaires et de collectionneurs est un trait identitaire de la dynastie, dont témoignent de nombreuses œuvres peintes, sculptées et gravées, les objets d’art, mais aussi le mobilier, ainsi que des bâtiments et jardins (châteaux, hôtels particuliers…) et autres éléments architecturaux aujourd’hui entrés dans le patrimoine national.

Cette approche pose aussi la question de la mémoire et de la trace que les principaux acteurs de cette dynastie ont laissées ou cherché à laisser dans l’histoire (relations, mémoires, panégyriques…).

Thèmes envisagés sans être exclusifs :

Nom et noblesse : La dynastie des Lesdiguières-Créquy
La guerre et son métier, armes et stratégies
Les territoires ou la pluralité des centres : Dauphiné-Italie-Europe
Les arts : artistes, production, collections
La mémoire : écritures et images

Les propositions de communication de 300 mots sont à envoyer avant le 15 septembre 2016 avec une brève notice biographique à :

Marianne Clerc     marianne.clerc@univ-grenoble-alpes.fr
Stéphane Gal         stephane.gal@univ-grenoble-alpes.fr

Comité scientifique : Philippe Bordes ; Marianne Cojannot-Leblanc ; Sylvène Edouard ; René Favier ; Michel Figeac ; Jean Guibal ; Pierre Rosenberg ; Martin Wrede.

Source : CRCV

CFP – La reconquête par le livre et l’estampe. Au cœur de la réforme catholique dans les Pays-Bas

La reconquête par le livre et l’estampe. Au cœur de la réforme catholique dans les Pays-Bas (XVIe-XVIIe s.) / Winning Back with Books and Prints. At the Heart of the Catholic Reformation in the Low Countries (16th – 17th centuries)

L’unité de recherche Transitions de l’Université de Liège, en partenariat avec le groupe de contact du FNRS « Documents rares et précieux », organisera les 23 et 24 février 2017 deux journées d’étude consacrées à l’utilisation du support imprimé par les acteurs de la réforme catholique pour soutenir leur action de reconquête des Pays-Bas. Cette manifestation prend place à l’occasion des célébrations organisées à Liège pour le 500e centenaire des débuts de la Réforme. Les propositions seront adressées à Renaud Adam (renaud.adam@ulg.ac.be) et Rosa De Marco (rdemarco@ulg.ac.be) par courriel en fichier joint, avant le 30 juillet 2016.

The Research Unit Transitions of the University of Liège, in partnership with the FNRS group « Documents rares et précieux », will organize a symposium dedicated to the use of the printing press by the partisans of the Catholic Reformation in their processes to win back the Low Countries. The symposium will take place in the context of Liège’s celebrations of the 500th anniversary of the early Reformation. Please submit a proposal by the 30 July 2016 to Renaud Adam (renaud.adam@ulg.ac.be) and Rosa De Marco (rdemarco@ulg.ac.be).

Source :ULg

CFP – Le don mis en scène. Représentations visuelles et textuelles de l’acte de donation dans les arts de la première modernité

Le don mis en scène. Représentations visuelles et textuelles de l’acte de donation dans les arts de la première modernité

Lieu : Université catholique de Louvain
Date : 20-21 avril 2017
Deadline : 1er septembre 2016

Argumentaire :

Envisagé comme un acte par lequel se nouent et s’affirment des relations humaines, le don est aujourd’hui considéré comme une forme de communication essentielle d’une société donnée. Il constitue à ce titre un prisme à travers lequel il est possible de considérer un milieu culturel particulier, raison pour laquelle il représente un champ d’investigation particulièrement fécond pour la recherche. Dans le sillage de l’étude fondatrice de Marcel Mauss (L’Essai sur le don, 1923), qui avait conclu à l’existence de trois temps obligatoires du don (donner, recevoir, rendre), plusieurs générations de sociologues et d’anthropologues se sont attachés à définir la nature, les fonctions, les codes et les enjeux de cet acte ou de ce geste fondamental. À côté de son universalité[1] et de sa nature fondamentalement paradoxale[2], oscillant entre gratuité (générosité, action désintéressée) et réciprocité (retour, contre-don), les études ont surtout mis en exergue le rôle prépondérant de cette forme de langage dans la construction des identités sociales[3].

Dans le domaine de l’histoire de l’art et de la littérature, l’étude sur le don a permis d’apporter un nouvel éclairage sur les processus de conception, de création et de réception d’œuvres matérielles ou intellectuelles au cours de la première modernité[4]. Cette période voit se développer une économie commerciale orientée vers le profit en parallèle à une économie du don plus traditionnelle, dont les enjeux artistiques, sociaux et politiques se trouvent alors renouvelés. Ainsi, à partir de la Renaissance, le sens accru de la conscience de soi de l’auteur ou de l’artiste pouvait être exprimé de manière plus effective et plus honorable dans un cadeau que dans une vente. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, l’importance de ce mode de transmission est telle que c’est par le biais de donations que se sont constitués les grandes collections, bibliothèques et cabinets de curiosités.

Puissants agents de médiation dans les dynamiques politiques, religieuses et culturelles, les dons d’objets peuvent par ailleurs être considérés comme les signes des relations activées et affirmées au sein du tissu social, qu’il s’agisse de systèmes de patronage ou de mécénat de cour (exprimant un statut ou un pouvoir), de cadres dévotionnels (impliquant une obligation personnelle) ou encore de sphères privées (attestant de liens familiaux ou amicaux), etc. Mais pour pouvoir participer pleinement, dans une sphère publique, de l’affirmation du pouvoir, l’acte du don suppose un espace d’expression ou un lieu de visibilité. Le geste de donation suppose en effet des paroles et des gestes échangés, il implique parfois un décor, pour ne pas dire un decorum ; mais encore, dans un temps contemporain ou postérieur au geste lui- même, il s’accompagne de représentations visuelles et textuelles chargées d’en pérenniser le souvenir. Autrement dit, c’est de sa mise en scène et de sa publicité qu’il tire son efficacité et sa possibilité de confirmer à l’ensemble de la communauté la qualité des rapports entre donateur (l’artiste lui-même ou le commanditaire de l’œuvre) et récipiendaire.

C’est précisément cette mise en scène du don d’œuvres d’art et d’objets que ces journées d’études souhaitent interroger, à travers deux axes de réflexion distincts mais complémentaires : celui des mécanismes visuels, rhétoriques et littéraires qui instaurent tout autant qu’ils rendent compte de l’acte du don ; et celui de ses effets au sein des dynamiques relationnelles qu’il institue. En d’autres termes, si la recherche s’est surtout focalisée sur l’étude de la temporalité du don à partir de la triade maussienne, et des enjeux sociaux qu’elle sous-tend, il s’agira ici de s’intéresser au lieu figural du don. Ce dernier doit être compris comme un espace de représentation permettant la publicité et la transmission du don, d’une part dans le temps éphémère du geste de donation (cérémonie, fête, etc.) et d’autre part dans le temps pérenne de sa commémoration sous la forme de textes et d’images (les deux temps fusionnant ou se superposant d’ailleurs le plus souvent, puisque que le second temps re-présente idéalement le premier, tout en étant parfois aussi contemporain à ce dernier). Gestes, paroles, dédicaces, mises en abyme, métonymies, allégories, dévoilements, inscriptions, signatures, lettres, etc. sont autant de procédés visuels et textuels qui, parce qu’ils permettent de figurer, d’actualiser et d’intensifier le don, retiendront notre attention.

Parmi ces deux axes d’investigation, nous suggérons quelques pistes de recherche, susceptibles d’orienter la réflexion :

1)        Comment l’acte de donation était-il rendu public et communiqué ?

Quels sont les gestes et les paroles qui se nouent autour de l’acte du don d’œuvres d’art ou d’objets ? Quels sont les lieux de leur mise en exposition ? Quels langages figuratifs (descriptif, historique, allégorique, mythologique, symbolique) sont utilisés pour communiquer et mettre en scène l’acte de donation,  qu’ils  soient  dans  ou  en  dehors  de  l’œuvre  ou  de  l’objet donné ? Quelles sont les relations entre texte et image et le rôle de chaque médium dans cette transmission ? Comment sont représentés les acteurs du don (portrait, attitude, hiérarchie) ? Quels moments du processus sont représentés ? Qui constituait le public cible de tels images/textes ?

2)        Quels sont les effets de cette mise en scène ?

Quelles sont les motivations sous-jacentes et/ou la finalité des dons artistiques (espérer une dette ou un contre-don, remercier quelqu’un pour une faveur accordée, véhiculer des messages politiques, dénoter le pouvoir ou la piété, affirmer des alliances, chercher une protection, attendre une gratitude, renforcer l’amitié ou la loyauté, etc.) ? Quels sont les types de relations et les hiérarchies que le don permet d’instaurer ? Comment le don crée et transforme le bien dans la temporalité de donner/recevoir/rendre ? En quoi constitue-t-il une forme de langage entre les différents acteurs, à savoir le donateur et donataire, mais aussi le monde extérieur ? Comment ces représentations du don étaient-elles comprises et transmises dans un temps postérieur à l’acte du don ? Quelle est la performativité de la représentation du don sur le long terme (dynamique de surenchère, de réciprocité, etc.) ?

Il s’agira en somme de questionner les modes de représentation de cette forme de communication qu’est le don au cours de la première modernité, comme d’en évaluer la performativité au sein d’une dynamique relationnelle. Une telle analyse permettra de mettre en lumière les enjeux de ces constructions visuelles et textuelles du don, en termes de fonctionnement, de rôle ou de statut de ces représentations, mais aussi en termes d’intentions ou de motivation de la part des différents acteurs qui interagissent autour de l’objet donné.

Les propositions de communication, en français ou en anglais, d’environ 300 mots, ainsi qu’un CV, sont à envoyer avant le 1er septembre 2016 par courrier électronique aux adresses suivantes : gwendoline.demuelenaere@uclouvain.be ou caroline.heering@uclouvain.be

Comité organisateur : Gwendoline de Mûelenaere et Caroline Heering (FNRS-UCL)

Comité scientifique : Ralph Dekoninck (UCL), Annick Delfosse (Ulg), Gwendoline de Mûelenaere (FNRS-UCL), Agnès Guiderdoni (FNRS-UCL), Felicity Heal (University of Oxford), Caroline Heering (FNRS-UCL), Victor Stoichita (Université de Fribourg)

Bibliographie indicative :

ATHANÉ François, Pour une histoire naturelle du don, Paris, PUF (Pratiques théoriques), 2011.

AUWERS Michael, « The Gift of Rubens: Rethinking the Concept of Gift-Giving in Early Modern Diplomacy », European History Quarterly, 43 (2013), p. 421-441.

CAILLÉ Alain, Anthropologie du don : le tiers paradigme, Paris, Desclée De Brouwer, 2000.

CHANIAL Philippe (éd.), La société vue du don : manuel de sociologie anti-utilitariste appliquée, Paris, La Découverte (Textes à l’appui. Bibliothèque du MAUSS), 2008.

FINDLEN Paula, « The Economy of Scientific Exchange in Early modern Italy », dans Bruce T. Moran (éd.), Patronage and institutions. Science, technology and medicine at the European Court, 1500-1750, Rochester, Boydell Press, 1991.

GELL Alfred, L’art et ses agents : une théorie anthropologique, trad. par Sophie et Olivier Renaut, Dijon, Les presses du réel (Fabula), 2009.

GODBOUT Jacques T., Ce qui circule entre nous : donner, recevoir, rendre, Paris, Seuils (La couleur des idées), 2007.

GODELIER Maurice, L’énigme du don, Paris, Flammarion (Champs. Essais ; 783), 2008.

HEAL Felicity, The Power of Gifts. Gift Exchange in Early Modern England, Oxford, Oxford University Press, 2014.

HYDE Lewis, The Gift. Creativity and the Artist in the Modern World, New York, Vintage Books, 2007.

KETTERING Sharon, « Gift-Giving and Patronage in Early Modern France », French History, 2(1988), p. 131-151.

KOMAROFF Linda, Gifts of the Sultan: the arts of giving at the Islamic courts, New Haven, Yale University press, 2011.

MAUSS Marcel, Essai sur le don : forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques, Paris, PUF (Quadrige. Grands textes), 2007.

NAGEL Alexander, Art as Gift: Liberal Art and Religious Reform in the Renaissance, dans Gadi Algazi, Valentin Groebner et Bernhard Jussen (éd.), Negotiating the Gift: pre-modern figurations of exchange, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 2003, p. 319-360.

VON BERNSTORFF Marieke et KUBERSKY-PIREDDA Susanne (éd.), L’arte del dono. Scambi artistici e diplomazia tra Italia e Spagna. 1550 – 1650, Cinisello Balsamo, Silvana (Studi della Bibliotheca Hertziana ; 8), 2013.

ZEMON DAVIS Natalie, The Gift in the Sixteenth-Century France, Oxford, Oxford University Press (The Menahem Stern Jerusalem lectures; The Curti lectures), 2000.

Source : GEMCA

 

[1] Mauss, 1923 ; Caillé, 2000 ; Godbout, 2007 ; Chanial, 2008.

[2] Godelier, 1996 ; Chanial, 2008 ; Athané, 2011.

[3] Godbout, 2007.

[4] Nagel, 2003 ; Godbout, 2007 ; Hyde, 2007.

CFP – L’ouïe dans la pensée européenne au XVIIIe s.

L’ouïe dans la pensée européenne au XVIIIe s.

Lieu : Amiens
Date : 9-10/03/2017
Deadline : 31/10/2016

Centre d’Étude des Relations et Contacts Linguistiques et Littéraires

Argumentaire :

Le siècle des Lumières apparaît à bien des égards comme celui de la vue. De son champ lexical métaphorique, commun aux différentes langues européennes et structuré par l’opposition entre lumière (raison) et obscurité (ignorance et superstition), à l’avènement de l’observation scientifique, dont témoignent par exemple les planches de l’Encyclopédie, en passant par les progrès de l’ophtalmologie, dont les succès dans l’opération de la cataracte, qui rend voire donne la vue aux aveugles, connaissent une large diffusion savante, tout semble donner raison à Goethe, qui, dans son autobiographie, résume le contexte intellectuel de sa naissance par cette formule : « on ouvrit les yeux » (Poésie et vérité, livre 7). Le colloque organisé les 9 et 10 mars 2017 à Amiens par le Centre d’Étude des Relations et Contacts Linguistiques et Littéraires (CERCLL) propose d’apporter un éclairage différent sur cette période en se donnant pour objet l’ouïe dans la pensée européenne au 18e siècle.

Comme celle sur la vue, la réflexion sur l’audition s’inscrit dans l’exploration systématique de la perception humaine à laquelle se livrent différentes disciplines telles que la médecine, la philosophie et la théorie des arts, alors que s’opère le tournant anthropologique, qui place l’homme, dans ses dimensions physique et psychique, au centre des préoccupations. Dans le cas particulier de l’ouïe, l’étude de la perception rencontre celle du langage, qu’il s’agisse, dans une perspective phylogénétique, de reconstituer son origine à l’échelle du genre humain ou, dans une perspective ontogénétique, d’analyser son acquisition par l’individu. Le colloque doit permettre de confronter différentes approches de l’expérience auditive développées en Europe au 18e siècle. Le périmètre géographique initial du projet englobe les aires culturelles française, allemande et britannique, il est appelé à s’élargir en fonction des propositions suscitées. Du côté français, les protagonistes du débat sont connus. On songe à Condillac, à Diderot, à Rousseau. Le colloque se veut aussi l’occasion de s’intéresser à d’autres figures comme l’abbé de l’Épée, auteur d’une méthode controversée de communication gestuelle pour les sourds-muets. Du côté allemand, différentes lignes de tradition pourront être représentées, comme celle des philosophes rationalistes (Leibniz, Baumgarten) et celle des penseurs empiristes Mendelssohn, Sulzer et Herder, auxquels s’ajoutent les médecins Krüger et Haller. Enfin, parmi les auteurs de langue anglaise qui ont écrit sur les sens au 18e siècle figurent notamment Locke, Berkeley, Berham et Hume.

Les communications pourront aborder les problématiques suivantes :

– le passage de la sensation au sentiment : Comment est conçue l’interaction entre les sphères physique et psychique, entre le corps et l’âme, la matière et l’esprit ? L’idée que les perceptions auditives déclenchent des sentiments particulièrement puissants fait-elle consensus ?

– le handicap : Quelles réflexions théoriques et quelles propositions pratiques suscite la déficience auditive ?

– le rapport entre analyse et synthèse dans les discours sur la perception : L’analyse consiste à isoler chaque sens des autres pour cerner son fonctionnement propre et son apport spécifique, la synthèse à chercher comment les sens coopèrent en sorte que les informations reçues par leur intermédiaire se fondent en une représentation mentale unique de l’objet. Comment ces deux démarches s’articulent-elles ?

Enfin, on pourra s’interroger à nouveaux frais sur la pertinence des dénominations « rationalisme », « empirisme » et « sensualisme » et s’intéresser aux phénomènes de circulation et de transfert à l’œuvre dans la pensée européenne sur l’ouïe au xviiie siècle.

Les langues de travail du colloque seront le français, l’allemand et l’anglais. Les propositions de communications sont à adresser à Clémence Couturier-Heinrich (clem.heinrich@orange.fr) avant le 31 octobre 2016 sous forme de résumés d’une quinzaine de lignes. Elles seront examinées par un comité scientifique composé de :

  • Sylviane Albertan-Coppola, professeur de littérature française à l’Université de Picardie Jules Verne,
  • Geneviève Espagne, professeur émérite de littérature allemande à l’Université de Picardie Jules Verne,
  • Élisabeth Décultot, professeur à l’université Martin Luther de Halle-Wittenberg,
  • Jean Mondot, professeur émérite de littérature allemande à l’Université de Bordeaux Montaigne,
  • Hans Adler, professeur de littérature allemande à l’Université du Wisconsin à Madison.

Responsable : Clémence Couturier-Heinrich

Source : Fabula

CFP – Espions, espionnage et diplomatie secrète

Espions, espionnage et diplomatie secrète

Lieu : Université de Beyreuth
Date : 5 – 7 octobre 2017
Deadline : 15 juin 2016

Argumentaire :

Spies, Espionage and Secret Diplomacy in the Early Modern Period Call for Papers Universitaet Bayreuth, 5-7 October 2017 In recent years, historians of the early modern period have made clear that the wars of the sixteenth to the eighteenth centuries as much as geopolitics at large depended on information and communication systems – as much as on soldiers, weapons and supply systems. Spies, espionage and secret diplomacy were important elements in these information and communication systems.

With our workshop we would like to gain a better knowledge of spies, espionage and secret diplomacy in Europe and her colonies: Britain, France, the Holy Roman Empire, the Netherlands, Spain, Portugal and the Ottoman Empire. Is it always possible to clearly distinguish between official and secret diplomacy? Did specific cultures of spy systems arise?

We invite papers on the following aspects:

– Actors: Who acted as spies? Official court diplomats, servants, soldiers/army officers, migrants, merchants? Did new professions arise from the many wars of the early modern period, e.g. “free-lance” diplomats – as we know them from the Williamite Wars?

– Communication: We are interested in the “flows” of secret diplomacy and spy systems: networks, technologies, institutions.

– Recruitment and transcultural aspects of spy systems: Who recruited spies? Did communication/language problems arise? How were they addressed/resolved?

Conference languages will be German, French and English. A one page proposal and a short CV should be sent to PD Dr. Dr. Guido Braun (gbraun@uni-bonn.de) and Prof. Dr. Susanne Lachenicht (susanne.lachenicht@uni-bayreuth.de) by 15 June 2016.
Source : CRCV

CFP – Décor et architecture (XVIIe – XVIIIe siècle) : entre union et séparation des arts

Décor et architecture (XVIIe – XVIIIe siècle) : entre union et séparation des arts

Lieu : Université de Lausanne
Date : 24 et 25 novembre 2016
Deadline : 30 mai 2016

Argumentaire :

Le décor, à la période moderne, est considéré comme l’une des parties fondamentales de l’architecture. Grâce à lui, celle-ci se distingue de la simple maçonnerie et peut revendiquer une forme d’excellence. Dans une telle perspective, le décor est une condition essentielle à l’architecture et non pas un élément marginal. Ce statut privilégié n’empêche cependant pas les commentateurs de s’en méfier : ils craignent la prolifération incontrôlée de l’ornement, qu’ils jugent nuisible à l’architecture. Le présent colloque ambitionne d’interroger la manière dont les rapports entre décor et architecture ont été pensés et pratiqués dans l’Europe des XVIIe et XVIIIe siècles.

Notre perception de ces liens est souvent informée par des approches téléologiques. Ainsi, les thèses radicales véhiculées par certains écrits au XXesiècle, renvoyant le décor à la périphérie de l’architecture, ont-elles agi à la manière de prismes déformants. L’histoire de l’art, pour sa part, a souvent séparé l’étude du décor de celle de l’architecture, instituant de fait une rupture entre ces deux champs, susceptible de biaiser notre compréhension de la production artistique à la période moderne et d’en réduire la portée. Les études de cas révèlent des différences notables dans les modalités de l’invention du décor d’un édifice à l’autre. Les prérogatives des architectes s’avèrent variables selon les circonstances et les contraintes auxquels ils sont soumis, certains étant fortement impliqués dans la conception du décor, tandis que d’autres en laissent le dessein aux artistes ou hommes de métiers.

Afin d’approfondir les rapports complexes qui lient le décor à l’architecture, au XVIIe et au XVIIIe siècle, les thèmes suivants – qui n’épuisent certes pas le champ des possibles – pourront servir de support à la réflexion :

  • Le terme de décor définit un vaste champ, aux frontières fluctuantes, recouvrant potentiellement une grande variété d’éléments, tels que sculptures, stucs, peintures, lambris, glaces, dorures, meubles ou encore ordres d’architecture. Comment théoriciens, artistes, amateurs et commanditaires ont-ils défini et articulé la notion de décor par rapport à celle d’architecture ? À partir de quand estime-t-on que le décor outrepasse ses prérogatives et menace l’architecture ? Les débordements du décor sont-ils systématiquement condamnés ?

À ces questions d’ordre théorique s’ajoutent des interrogations relevant de la pratique architecturale :

  • À qui confie-t-on l’invention du décor et quelles conséquences un éventuel partage des tâches a-t-il sur le projet architectural ? Dans quelle mesure les préceptes théoriques sont-ils mis en œuvre sur les chantiers ? À partir d’études centrées sur des architectes, des artistes ou des hommes de métier, il sera possible également de s’interroger sur leur rapport au décor.

Enfin, l’étude de l’historiographie soulève des problèmes spécifiques :

  • Comment les discours développés au XVIIe et au XVIIIe siècle ont-ils été compris et interprétés dans les siècles postérieurs ? Comment la réception de ces discours a-t-elle orienté notre regard ?

Le comité scientifique est susceptible de prendre en considération des propositions de communication dépassant les limites du XVIIe et du XVIIIesiècle si celles-ci apportent un éclairage pertinent sur les questions soulevées dans le présent colloque.

Modalités pratiques :

Les communications d’une durée de 30 à 40 minutes seront suivies de 15 à 20 minutes d’échange. Les propositions de communication de 300 mots, accompagnées d’un bref curriculum vitae et d’une liste de publications, sont à envoyer avant le 30 mai 2016 à Matthieu Lett (matthieu.lett@unil.ch) et Carl Magnusson (carl.magnusson@unil.ch). Colloque international, Université de Lausanne, 24-25 novembre 2016

Organisation scientifique :

Matthieu Lett (université de Lausanne, université Paris Ouest Nanterre La Défense).
Carl Magnusson (université de Lausanne, The Courtauld Institute of Art).

Comité scientifique :

Marianne Cojannot-Le Blanc (université Paris Ouest Nanterre La Défense).
Alexandre Gady (université Paris-Sorbonne).
Dave Lüthi (université de Lausanne).
Christian Michel (université de Lausanne).
Werner Oechslin (Eidgenössische Technische Hochschule Zürich).
Antoine Picon (Harvard University).
Katie Scott (The Courtauld Institute of Art)
Source : CRCV

CFP – Cultural Encounters: Tensions and Polarities of Transmission from the Late Middle Ages to the Enlightenment

Cultural Encounters: Tensions and Polarities of Transmission from the Late Middle Ages to the Enlightenment

Lieu : The Warburg Institue
Date : 17 November 2016
Deadline : 31 mai 2016

Argumentaire :

The Warburg Institute will host its first Postgraduate Symposium on 17 November 2016. It will explore the concept of cultural encounters and focus particularly on their productive outcomes. We are interested, above all, in the dynamics of cultural change across time and space. The Symposium will be multidisciplinary, and will cover topics that fall into the unique classification system of the Warburg Library: Image, Word, Orientation and Action.

The aim of the Symposium will be to map the diverse and intricate forces which have driven cultural encounters in the past and which also help define contemporary societies. Amongst the questions that we hope to address are: the degree to which productive outcomes can be seen as a conscious reception and reformulation of external ideas and models; resistances to exchange and in what form; the long-term implications of such encounters and their outcomes.

The Symposium is intended for postgraduate students and early career researchers. It will bring together speakers from different backgrounds in the humanities and draw on a variety of disciplinary tools and methodologies. Submissions are invited across a wide range of topics represented by the global cultural interests of the Warburg Institute, including but not limited to:

  • Artistic creations: forms, models, styles;
  • Literary productions and transmission of texts: translations, adaptations, copies;
  • Philosophy, rhetoric and transmission of ideas;
  • Personal encounters: Academies, universities and epistolary exchanges;
  • Encounters with the ancient past: reception, interpretation, visualisation;
  • Religious encounters, propaganda and politics;
  • Geographical discoveries: new continents, new cultures and animal species, etc.
  • Scientific innovation: findings, theories, inner contradictions, etc.

Proposals for papers should be sent to warburg.postgrad@gmail.com by 31 May 2016:

  • Maximum 300-word abstract, in English, for a 20-minute paper, in PDF or Word format.
  • One-page CV, including full name, affiliation, contact information.

All candidates will be notified by 31 July 2016. Limited funding to help cover travel expenses is available. Attendance is free of charge
Source : Warburg

CFP – Contre le luxe (XVIIe-XVIIIe s.)

Contre le luxe (XVIIe-XVIIIe s.)

Lieu : Université Bordeaux Montaigne, EA 4593 CLARE Cultures Littératures Arts Représentations Esthétiques, CEREC Centre de Recherche sur l’Europe Classique
Date : 22-24 mars 2017
Deadline : 15 juillet 2016

Argumentaire :

La France est le pays du luxe, entend-on dire dans les médias, et son luxe « s’exporte ». Une telle idée, avec tous les implicites qu’elle comporte, et le lot de raccourcis et de maladresses qu’elle charrie, est en partie héritière de l’âge classique. La France devient aux XVIIe et XVIIIe siècles, avec puissance et éclat, le modèle de la civilisation et du luxe, utile ou funeste. Capitale de l’Europe française, Paris est le centre de gravité de ce nouveau monde, et Versailles le symbole du luxe et de son rayonnement. Pourtant le luxe est une idée relative aux temps et aux personnes.

L’essor du luxe est favorisé dans la seconde moitié du XVIIe siècle par le développement de l’industrie et du commerce et par l’invention de nouvelles techniques de production. En France, le faste caractérise déjà le règne de Louis XIII, au cours duquel le cardinal de Richelieu réalise un certain nombre de travaux dans la capitale en vue d’aménagements luxueux. On sait à quel point le règne de Louis XIV est marqué du sceau de l’apparat, affiché à l’occasion des fêtes de Cour données dans un château de Versailles encore en construction ; le luxe entre alors dans une stratégie politique et économique visant à impressionner les grandes familles du royaume, mais aussi les nations étrangères. Louis XVI et Marie-Antoinette laisseront à la postérité l’image de souverains déployant un luxe indécent, déconnecté des réalités du temps. L’historien Henri Baudrillart, dans son Histoire du luxe privé et public, précise qu’à partir de la Renaissance et au début du XVIIe siècle, le luxe quitte les seuls domaines militaires ou religieux pour investir l’espace de la Cour et plus généralement tous les lieux laïcs et civils de la vie mondaine. Or, si le pouvoir politique accompagne cette évolution en l’encourageant, il ne cesse dans un même temps de promouvoir des édits somptuaires. Non sans hypocrisie, sans nul doute, car il s’agit avant tout de faire revenir au trésor royal les fruits de ce culte de l’excès. Une évolution est en marche : l’importance accordée à la richesse ne cesse de s’accroître aux XVIIe et XVIIIe siècles, même si elle reste dans un premier temps subordonnée à la considération des titres et des fonctions, et même du mérite. Progressivement, richesse et luxe deviennent la quête principale de la bourgeoisie comme de la noblesse et du monde émergent de la finance. Et le peuple s’exaspère du contraste entre la richesse des grands et sa propre misère, terreau fertile de l’empreinte révolutionnaire.

La signification même du mot luxe est alors discutée et rend compte de l’ambivalence de ses approches. Si le terme peut être entendu au sens d’élégance et de raffinement, il contient dès son entrée en langue, au début du XVIIe siècle, le sème d’excès. Emprunt sans doute tardif au latin luxus, « excès dans la manière de vivre, splendeur, faste » et « débauche », le substantif correspondrait à l’adjectif luxus, « mis de travers ». Alors que luxus est seulement attesté au sens général d’« excès », le sens moral a été conservé par luxuria et luxurians. Les Anciens débattaient déjà de l’utilité politique et économique du luxe et de son rôle bénéfique ou néfaste dans la société. Si le luxe est marqueur social de l’élite, il est accusé d’entraîner l’affaiblissement des valeurs militaires, l’oisiveté stérile et dangereuse, la corruption des mœurs. Furetière distingue le luxe individuel et celui des États. La première édition du Dictionnaire de l’Académie française semble, quant à elle, restreindre le terme au seul luxe privé et individuel. À l’article Luxe de l’Encyclopédie, Saint Lambert se fait l’écho des éloges et des censures, tout en prouvant que l’histoire et les faits contredisent les deux positions. Sans attaquer le luxe en lui-même, il examine son utilisation. Lié à un intérêt personnel, le luxe est néfaste, mais un « luxe de bienséance » peut exister, compatible avec le maintien de l’ordre et le bien de l’État, servant l’amour de la patrie et l’honneur vertueux, et même la décence des mœurs. Apologiste du luxe, Saint Lambert nuance pourtant car la notion, éminemment ambiguë, divise. Le luxe n’a pas les mêmes effets sur les individus et sur les sociétés, considérées dans leur diversité. Mais surtout, le luxe ne peut être considéré pour lui seul. Il doit s’allier aux passions nobles, « subordonnées à l’esprit de communauté ». L’enjeu de la polémique tient d’abord à la définition et aux sens du mot. Une typologie s’esquisse, délimitant les contours entre un « bon luxe », où le mot est pris dans son acception positive – désignant globalement tout ce qui rend la vie plus agréable et qui manifeste l’intelligence active et créatrice de l’homme, voire la perfectibilité humaine, ainsi que la prospérité et la liberté des États – et un « mauvais », lorsque le terme désigne la vanité humaine et l’inégalité entre les sujets d’une nation et entre les nations elles-mêmes. Poreuses, les frontières linguistiques entre luxe et extravagance, disconvenance, faste, et même entre luxe et luxure, témoignent de réalités souvent proches, ou délibérément combinées. À la fin du XVIIIe siècle, les distinctions linguistiques se précisent, mais la terminologie reste hésitante, comme l’atteste par exemple l’opposition de plus en plus répandue entre « le luxe d’ostentation » et « le luxe de magnificence ».

Les parutions sur le luxe se multiplient tout au long de l’âge classique, notamment au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles, et témoignent de cette ambivalence sémantique. Textes moralistes, satiriques et pamphlétaires, arrêts et traités, et plus généralement œuvres littéraires et philosophiques, se consacrent, avec sérieux le plus souvent, à cette notion a priori futile. De prime abord, l’on pourrait penser que les discours « contre le luxe » sont surtout énoncés par les théologiens et les moralistes, en vertu d’arguments religieux : la Nature, qui nous renvoie l’image des merveilles de la création divine, nous offre partout un modèle de mesure que l’homme est invité à suivre ; celui qui bascule dans le luxe, et dans l’ostentation et le paraître qui lui sont attachés, pèche par vanité, immodestie, incontinence ; il cultive le dérèglement et le désordre aux dépens des règles de la bienséance, de la modération, du juste milieu, de l’ordre. Mais la critique du luxe dépasse largement ces deux domaines de pensée : dès la seconde moitié du XVIIe  et tout au long du XVIIIe siècle, le discours « contre le luxe » va se laïciser. Au XVIIIe  siècle, de nombreux textes critiquent le luxe, soit pour l’excès qu’il représente, en le décrivant comme une menace pour l’homme et la société, soit pour les bienfaits qu’il est susceptible de contenir, en voyant en lui une source possible de progrès et de liberté. Plus généralement, la critique du luxe rejoint l’opposition philosophique entre nature et culture.

Ainsi, l’objet de notre colloque « Contre le luxe » sera d’analyser les processus d’évolution qui aboutissent à une laïcisation de la condamnation du luxe, et à une séparation entre l’individu et le collectif, en adoptant une perspective résolument transdisciplinaire, car la notion s’y prête tout particulièrement. Si la question du luxe a jusqu’à présent intéressé les historiens et les sociologues, on compte peu d’ouvrages critiques sur ce sujet en langue et en littérature, ou encore en histoire des idées, surtout pour la période de l’âge classique, où la notion est pensée. C’est pourquoi notre colloque s’en tiendra à ce domaine, mais on n’hésitera pas à faire se croiser différentes perspectives (histoire, histoire des arts et de l’architecture, sociologie, économie, philosophie…) afin d’enrichir les analyses exposées.

Les propositions de communication pourront s’inscrire dans l’un des axes suivants :

1/ Dire et représenter le luxe

Quelle représentation du luxe investit la fiction et les arts ? Quels mots pour le nommer ? On s’attachera en particulier aux personnages qui incarnent le luxe, héros ambitieux de plaisirs, d’argent et de tout ce qui brille. À titre d’exemple, on se reportera aux portraits comiques des poètes s’habillant de manière faussement somptueuse, tel Musigène victime des lois somptuaires dans Polyandre de Sorel, alors que tous ses ornements sont faux. Que l’on pense à Molière qui se fait l’écho des lois somptuaires dans L’École des Maris (II, 9), ou à Corneille qui celèbre dans Le Menteur par la voix de Géronte le nouveau visage luxueux de Paris (II, 5), la question du luxe pose celle des liens entretenus avec le pouvoir. La vogue des contes et du merveilleux prouve que les origines du luxe sont reliées à la somptuosité des princes et des sultans, dans une transposition parfaitement transparente des travers des rois.

La représentation du luxe dans les arts pourra également être abordée, en soulignant les liens avec la thématique du luxe (représentations de Madeleine renonçant au monde, épisodes représentant la vie du Christ dans un cadre luxueux), les relations entre peinture et édification morale, le faste funéraire des tombeaux, l’importance grandissante des arts décoratifs, ou encore les projets d’embellissement de la capitale et le luxe des bâtiments. On pourra également mettre en valeur les métiers de l’art et de l’artisanat avec la création et l’utilisation des produits de luxe et des ornements.

2/ « Moraliser » le luxe

Si penser le luxe revient à l’assimiler au vice et associer la frugalité à la vertu, on examinera le glissement entre luxe, chrétienté et morale laïque. Chez les moralistes, le luxe est condamné comme un artifice aboutissant à une réification de la personne et est blâmé pour la tyrannie de l’image qu’il impose, avec le culte du corps-objet. Néanmoins, dès la première moitié du XVIIe siècle, les théoriciens de l’honnêteté mondaine (Grenaille, Du Bosc, Guéret) réprouvent eux aussi le luxe lorsque, excessif, il se résume à une ridicule ostentation. Le goût du luxe s’observe dans le choix des vêtements, des parures, mais aussi de la nourriture, de l’ameublement, et plus généralement du mode de vie. Ceux qui aiment le luxe sont généralement ceux qui suivent la frivolité éphémère, au risque de verser dans le ridicule ou la bizarrerie du fait de l’outrance de leur choix. À ce titre, avoir le goût du luxe revient à suivre ses caprices, ses folles envies et son imagination dérèglée plutôt que la raison. Reflétant les mutations sociales du temps, La Fontaine met en scène deux bourgeois : le riche ignorant, modèle du parvenu, qui défend le luxe dans son utilité sociale, et le pauvre savant, prônant une vie austère (Fable VIII, 19 « L’Avantage de la Science »). Richesse contre mérite : l’opposition se retrouve, sous différentes formes, dans la plupart des écrits. Même les textes prônant une apologie du luxe la déploient. Dans les écrits libertins, vertu et mérite sont bafoués, puisque seul compte l’excès, avec son intempérance et ses délices. Tour à tour, les personnages du moraliste outré, homme sévère, ou du libertin, dissolu et dispendieux, sont magnifiés ou ridiculisés. Plus encore, la critique de l’ostentation et du paraître vise tout particulièrement les femmes, éternelles condamnées au luxe. À la fin du XVIIIe siècle, un véritable programme de résistance apparaît. L’opposition entre luxe individuel répréhensible et luxe louable des États vacille, et c’est désormais « de l’extinction du luxe » dont il est question.

3/ Philosophie du luxe

Critique et apologie du luxe se retrouvent dans les textes des grands penseurs, qui s’affrontent sur le terrain du luxe. Voltaire, Montesquieu, Helvétius, d’Alembert, Diderot, Rousseau et Saint-Lambert, pour ne citer qu’eux, cherchent à déterminer si le luxe corrompt ou adoucit les mœurs. Le rejet du luxe est alors associé à la condamnation de l’artifice pour mieux favoriser l’éloge de la nature et du naturel, tandis que sa défense se construit au nom de la prospérité, de la liberté et du progrès. Le conflit emblématique se concentre autour de la querelle entre Voltaire et Rousseau. Les mots du « mondain » résonneront longtemps, livrant à travers l’éloge du luxe et du superflu une leçon de politique à peine voilée. Si Voltaire s’en fait l’apologiste, c’est que condamner le luxe revient selon lui à attaquer l’industrie et à tarir la source de l’abondance, la circulation de l’argent et le maintien de la grandeur de l’État, que le luxe enrichit. Mère des arts, la prospérité, alliée à la liberté, qu’elle soit individuelle ou politique, garantit la paix et la perfectibilité. Diderot et Rousseau stigmatisent a contrario la perte des valeurs morales qu’entraîne la recherche du luxe. Quant aux idées des physiocrates, elles déplacent le luxe sur le terrain économique en opposant le luxe productif au luxe de pure ostentation, le bon luxe qui contribue au progrès en faisant passer de la frugalité originelle à une aisance où se perfectionnent les arts, et le mauvais luxe, annonçant la fin de l’art, sa dissolution dans le divertissement mondain.

Par un renversement singulier, le luxe n’est sauvé aux XVIIe et XVIIIe siècles que lorsqu’il ranime les passions nobles, telles que l’éducation, l’honneur, le devoir d’exemplarité. À travers la notion, hommes de lettres et philosophes remettent en cause le pouvoir monarchique résolu à fixer le bien public et à maîtriser le langage du débat politique et leurs textes contribuent à déstabiliser l’édifice intellectuel de l’Ancien Régime. Comment considérer intelligemment le luxe ? Seul un équilibre précaire, souvent contradictoire, entre rigueur morale et plaisir esthétique, pourrait parvenir à le réhabiliter, et surtout à comprendre si luxe et progrès participent au bonheur de l’homme, des nations et des sociétés. Telles sont les perspectives, étonnamment modernes, discutées au tournant de l’âge classique et des Lumières, dans un siècle que taraudent les idées de liberté et d’égalité. Quel héritage de ces pensées subsiste aujourd’hui ?

Les propositions de communication (500 mots) ainsi qu’une courte biobliographie sont à envoyer avant le 15 juillet à Élise Pavy-Guilbert (elise.pavy@u-bordeaux-montaigne.fr) et Françoise Poulet (francoise.poulet@u-bordeaux-montaigne.fr).

Organisation et contacts: Élise PAVY-GUILBERT, Françoise POULET

Comité scientifique :
Emmanuel Bury, Université Versailles Saint-Quentin
Patrick Dandrey, Université Paris-Sorbonne
Olivier Leplatre, Université Jean Moulin Lyon III
Myriam Tsimbidy, Université Bordeaux Montaigne
Aurélia Gaillard, Université Bordeaux Montaigne
Florence Magnot-Ogilvy, Université de Montpellier
Christophe Martin, Université Paris-Sorbonne
Catherine Ramond, Université Bordeaux Montaigne
Céline Spector, Université Bordeaux Montaigne

Responsables : Elise Pavy-Guilbert et Françoise Poulet
Source : Bordeaux-3

CFP – Palais royaux dans l’Europe des révolutions

Palais royaux dans l’Europe des révolutions

Date limite de réponse : 1er mai 2016
Date : 28-29 octobre 2016
Lieu : Paris

Depuis la publication par Nikolaus Pevsner de son History of Building Types en 1976, les historiens de l’architecture ont saisi l’importance de la méthode typologique pour penser leur discipline. La pensée en type, développée dans la rédaction des programmes de concours académiques au siècle des Lumières, permet d’articuler les concepts de convenance, de caractère et de composition analysés par Werner Szambien ou Jacques Lucan, au regard de la commande publique et privée. Dans l’Europe d’Ancien Régime, le palais pour le prince représente, avec l’église métropolitaine ou la basilique royale, le programme le plus prestigieux auquel peut prétendre un architecte. Au moment où l’absolutisme de droit divin commence à être remis en question, qu’advient-il du siège du pouvoir royal ou princier, symbole de l’autorité politique supérieure et siège de la dynastie ? Et les modèles de l’Escorial, de Versailles, Het Loo ou Saint James fonctionnent-ils encore comme référents nationaux au moment où les publications des découvertes archéologiques de Rome ou de Split fournissent des modèles concurrents ?  La seconde moitié du XVIIIe siècle et la première moitié du siècle suivant représentent un moment d’intense construction ou reconstruction de palais princiers en Europe, de Caserte à Buckingham Palace en passant par Saint-Pétersbourg, Lisbonne, Versailles ou Coblence. Cette vogue, rappelée par Percier et Fontaine dans leur Résidences des souverains de France, d’Allemagne, de Russie, etc. publié en 1833, se développe dans une Europe en proie à des bouleversements politiques considérables qui entraînent une modification importante de la nature et de la symbolique du pouvoir princier.

Ce colloque, qui se veut centré sur l’Europe de la seconde moitié du XVIIIe siècle et de la première moitié du XIXe siècle, cherchera à interroger la manière dont les architectes et leurs commanditaires ont intégré l’évolution du caractère et de la symbolique du palais dynastique, que cela soit dans la théorie ou la pratique, interrogeant distribution, mise en œuvre, relation avec l’environnement immédiat, décor, fonctions, réutilisations ou modèles publiés ou dessinés.

Les propositions de communication, sous la forme d’un texte de trois mille signes maximum, sont à adresser avant le 1er mai 2016 à basile.baudez@gmail.com et à af.almoguera@gmail.com

Le colloque se déroulera au Centre André Chastel, Paris, les 28 et 29 octobre 2016.

Colloque international organisé par Basile Baudez et Adrián Almoguera

Source : crcv

CFP – The People All Changed: Religion and Society in Britain during the 1650s

The People All Changed: Religion and Society in Britain during the 1650s

The People All Changed

University of Portsmouth, 15-16 July 2016

The changes which resulted from the British Civil Wars are often seen as the first modern revolution.  The establishment  of a radical protestant regime in 1645, and of the English republic in 1649, were accompanied by profound alterations to the religious, social, cultural, political, financial and legal landscape.   New patterns of consumption and socialisation emerged, along with the first stirrings of a scientific culture.   Some embraced change, in Milton’s words, ‘musing, searching, revolving new notions … trying all things.’  Others were horrified, experiencing these as times of ‘distractions’, madness and trouble, a ‘World Turned Upside Down’.

Historians continue to debate the extent of the social disruption which resulted, and the success or failure of Godly religion.  Yet in general, the consequences and personal experiences of the years which followed the first Civil war are significantly under-researched compared to its causes, due in part to the singular nature of the sources available for the years between 1645 and1660.  The aim of this conference is to encourage contributions to redress this balance, particularly in relation to social, religious and cultural change (or lack of it) and the general impact on everyday life and on individual experience.

The conference is sponsored by funding from the British Academy.  Confirmed keynote speakers are Professor Bernard Capp (University of Warwick) and Dr Angela McShane (Victoria and Albert Museum)

Call for Papers

The conference is open to scholars at all academic stages, postgraduate to professor.  The intention is to have a wide thematic remit within the broad theme of society and religion during the stated period.  Delegates are invited to submit abstracts on all aspects of this theme, including but not restricted to:

  • Religious practice including: parish religion; separatism; loyalist religion and resistance to religious change; personal religious experience
  • Social and economic structure and change
  • Material Culture
  • Personal accounts of this period in diaries, memoirs and correspondence
  • Popular and elite cultures; relations between rich and poor
  • Printed and oral cultures
  • Military and civil culture and society
  • Subcultures and cultural conflict
  • Urban and rural society
  • Pastimes, sports and recreations
  • Sociability and the reformation of manners
  • Gender and sexuality
  • Family and household
  • Childhood, youth, education and literacy
  • Criminality and the legal process
  • Patterns of consumption and commerce
  • Agriculture and industry
  • Science and medicine
  • Superstition and magic
  • Food and drink

Please submit proposals of 250-300 words for papers of no more than 20 minutes to Dr Fiona McCall (fiona.mccall@port.ac.uk) by 30 April 2016.

Source : University of Portsmouth

CFP – Animaux aquatiques et monstres des mers septentrionales : imaginer, connaître, exploiter, de l’Antiquité à 1600

Animaux aquatiques et monstres des mers septentrionales : imaginer, connaître, exploiter, de l’Antiquité à 1600

Dates : 31 mai-3 juin 2017
Lieu : Cerisy-la-Salle (Manche)
Date limite de réponse à l’appel : 31 mai 2016

Le colloque est consacré à l’histoire des poissons, monstres et mammifères aquatiques des mers septentrionales (Manche, mer du Nord, mer Baltique, Mer de Norvège, Atlantique Nord), de l’Antiquité à 1600. Trois thèmes vont structurer le colloque : 

  1. Savoirs et transmission : savoirs thérapeutiques, savoirs zoologiques, descriptions, identifications
  2. Savoir-faire et exploitations : élevage, pêche, cuisine, médecine
  3. Imaginaires et explorations

Voir l’appel à communications détaillé : http://ichtya2017.sciencesconf.org/page/cfp

Soumettre une proposition de communication : http://ichtya2017.sciencesconf.org/user/submit

Le colloque est organisé par le laboratoire CRAHAM (UMR 6273) dans le cadre du programme ICHTYA et des travaux du GDRI Zoomathia. Cette rencontre prend place dans le cycle de colloques La Normandie Médiévale organisé en partenariat par l’Office Universitaire d’Études Normandes et le Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle. 

Source : ICHTYA