Archives par mot-clé : calls

CFP – The Institutions of the Habsburg Low Countries (16th – 18th centuries)

VIII Conference of Spanish, Belgian and Dutch historians

The Institutions of the Habsburg Low Countries (16th – 18th centuries). In honour of Professor Hugo de Schepper

Lieu: Nijmegen
Date du CFP: 15 décembre 2015
Date de l’événement: 26-27 mai 2016

Since the 1970s the institutional history of the Habsburg Low Countries has regained the interest of historians, chief among them Professor Hugo de Schepper, whose dissertation on the ‘Collateral Councils’ in the period 1579-1609 has influenced a generation of younger scholars. Professor De Schepper was also one of the organizers of the first Hispanic-Dutch Conference in 1984, which was followed by six more editions and included Belgian historians in the last meeting of 2007.

This conference intends to continue the tradition of the Hispanic-Dutch-Belgian meetings and will bring together a number of established and early-career researchers working in the field of the institutional history of the Habsburg Low Countries from the 16th to the 18th century. It aims to draw attention to a broad range of political, economic, religious and cultural institutions by focussing on the enriching approaches that have shaped historical research on institutional history in the past few decades. At the same time, it hopes to bring into the limelight some exciting new (and often interdisciplinary) perspectives that characterize current research in the field.

The conference will be held in honour of Prof. De Schepper at his former home institution, the University of Nijmegen (currently Radboud University). Prof. De

Schepper is currently in the process of revising and updating his doctoral dissertation, which will be published by the Royal Flemish Academy of Belgium in 2016 and will be presented to the audience by the author himself.

ORGANIZING INSTITUTIONS:

Radboud University Nijmegen (The Netherlands)
Universidad Rey Juan Carlos (Spain)
Instituto Universitario La Corte en Europa (Spain)

ORGANIZERS:

Dries Raeymaekers (Radboud University Nijmegen)
José Eloy Hortal Muñoz (Universidad Rey Juan Carlos)

ACADEMIC SECRETARIES:

Gijs Versteegen (Universidad Rey Juan Carlos)
Pierre-François Pirlet (Université de Liège)

DATE

26-27 May 2016

LOCATION

Radboud University Nijmegen

FORMS OF PARTICIPATION

Presentations of papers (20 mins.)

LANGUAGES

English, French, Spanish

PERIOD OF REGISTRATION:

Proposals for papers should include the title, an abstract of maximum 300 words, and a short CV of the presenter, and should be sent by 15 December 2015 to

d.raeymaekers@let.ru.nl, joseeloy.hortal@urjc.es; and gijs.versteegen@urjc.es.

We especially encourage early-career researchers to present their work at the conference.

Some financial assistance will be available.

Proposals are invited on the following topics:
– Political institutions
– Court institutions
– Religious institutions
– Legal institutions
– Cultural institutions
– Social institutions
– Commercial institutions
– Military institutions
– Royal Sites, palaces or buildings

CFP – Connexions. Dynamiques réticulaires dans l’Europe moderne : textes, individus, institutions

Connexions

Journée d’étude doctorale organisée le 17 mars 2016, à Liège, avec le soutien du Groupe d’étude du dix-huitième siècle et des révolutions de l’Université de Liège, des écoles doctorales Langues, lettres et traductologie (ED3) et Histoire, histoire de l’art et archéologie (ED4) après le F.R.S.-FNRS.
C’est par une illusion rétrospective que les objets artistiques et intellectuels, par le biais desquels nous appréhendons l’époque moderne, semblent parfois désincarnés des dynamiques intellectuelles, institutionnelles et sociales liées à leur émergence. Or, la connectivité est loin d’être l’apanage du XXIe siècle. Si son intensité et ses media ont évolué, son existence concerne bien «tous les ordres sociaux depuis que les humains ont appris à échanger des signes» (Darnton 2014 : 7). Alors que le mot «connexion» voit aujourd’hui son sens souvent restreint à son application électronique, il désigne d’abord une «liaison étroite, un enchaînement entre certaines choses, certaines idées» (TLF). Relativement à l’Europe des temps modernes (XVIe–XVIIIe siècles), cette notion, parce qu’elle est au cœur de tout type d’échange entre les individus, permet de comprendre les faisceaux de relations existant en amont et en aval des productions textuelles et artistiques.
La tradition des études relatives à l’époque moderne tend
parfois à compartimenter l’approche textuelle et contextuelle des
sources. Il s’agit ici de rassembler ces perspectives, dans une visée
pluridisciplinaire et transnationale, autour de la question suivante : en quoi les productions textuelles portent-elles la trace des diverses connexions ayant permis leur émergence ? Les perspectives de recherche sont ouvertes, sans se limiter, aux domaines suivants:
1. Étude des connexions textuelles: intertextualité, plagiat, traitement des sources, traduction…

2. Étude des relations entre les productions (intellectuelles, artistiques, philosophiques) et les institutions et/ou réseaux associés à leur création (presse, salons, cafés, cercles, réseaux épistolaires et de sociabilité, mécénat, sociétés secrètes…).

3. Inscription de l’individu dans une (ou plusieurs) dynamique(s) réticulaire(s); impact de ces dynamiques sur les stratégies et trajectoires individuelles.
4. Connexion et déconnexion: mécanismes d’inclusion et d’exclusion dans les structures réticulaires, évolution et transformation de ces structures.
Les contributions viseront à faire dialoguer différents axes disciplinaires (perspectives historique, littéraire, sociologique, philologique) et méthodologiques (étude de cas, approche typologique, analyse comparatiste).

Modalités de soumission

Merci de manifester votre intérêt pour cette journée avant le 30 novembre, en nous envoyant un titre de communication. L’abstract
(250 mots max.) devra être soumis au comité organisateur pour
le 20 décembre prochain. Nous demandons aux contributeurs de préciser, dans une notice personnelle, leurs champs de recherche et leur affiliation.

CFP – Littérature et cosmopolitisme

Littérature et cosmopolitisme :

Quels enjeux politiques et sociaux (xviiiexxie siècles) ?

Lorsqu’on le rapporte à la vie littéraire, le cosmopolitisme a longtemps été associé aux pratiques élitistes d’écrivains socialement privilégiés. Les cercles littéraires cosmopolites sont volontiers perçus comme des espaces mondains ouverts à des contacts certes internationaux mais très sélectifs et socialement fermés. Écrire du point de vue du monde entier supposerait ainsi un dégagement « par le haut » qui éloignerait le cosmopolitisme littéraire des mouvements littéraires plus concernés à la fois par les enjeux politiques des nations et par les enjeux sociaux liés à la condition des classes populaires.

Si on ne peut opposer de manière simpliste l’entre-soi cosmopolite des élites à l’ouverture internationaliste des classes populaires, il n’en reste pas moins que les conditions politiques et sociales du cosmopolitisme ont été pendant longtemps peu problématisées et considérées avec une forme d’évidence. Il a fallu attendre les années 1990 et surtout les années 2000 pour que, au sein des études postcoloniales, se développe une réflexion sur la possibilité d’un « cosmopolitisme d’en bas » (Arjun Appadurai) ou d’un cosmopolitisme « vernaculaire » (Homi Bhabha), c’est-à-dire d’un cosmopolitisme qui ne serait pas le fait de l’élite mais qui trouverait son origine dans des milieux sociaux défavorisés à des degrés divers.

C’est ce cosmopolitisme-là dont nous aimerions interroger l’existence dans et par la littérature.

Si les auteurs relevant d’un cosmopolitisme élitiste constituent bien une réalité avérée (qu’on pense par exemple à Valery Larbaud ou à Paul Morand, à Rabindranath Tagore ou à Jorge Luis Borges), qu’en est-il des auteurs qui pourraient relever de cet « autre » cosmopolitisme ? Peut-on en identifier certaines figures privilégiées (colporteurs, intellectuels militants, écrivains de la bohème, hobos, etc.) ou certaines pratiques particulières (par exemple de multilinguisme, de performance, d’orature, de traduction) ? Certaines conjonctures sont-elles également favorables à leur apparition (luttes sociales, temps de guerre, résistance nationale) ? Et comment cette interrogation sur un cosmopolitisme « par le bas » vient-elle interroger les frontières mêmes du littéraire ? Loin des salons mondains et des hôtels de luxe, on s’intéressera aussi aux lieux de pèlerinage et aux caravansérails, aux villes portuaires et aux cafés de la bohème, aux camps de transit ou aux foyers de travailleurs migrants dont on peut penser qu’ils sont propices à l’invention de pratiques et de créations cosmopolites alternatives, irréductibles à l’ethos des classes privilégiées.

La conscience ou la nécessité du contact entre les nations ou les peuples, la relation au divers, l’hospitalité, mais aussi la dimension conflictuelle qui découle parfois de ces contacts, peuvent témoigner d’une conscience politique et sociale dont la littérature saurait à la fois capter, révéler et activer le potentiel cosmopolitique. Comment la littérature peut-elle nous aider à repenser le monde d’une façon cosmopolite qui ne soit ni univoque ni déracinée et qui nous permette d’interroger les frontières culturelles, politiques et sociales au sein des différents espaces nationaux ?

Ce colloque aura lieu les 26 et 27 mai 2016 à l’École Normale Supérieure (Paris).

Il est associé au séminaire Littérature et cosmopolitisme : discours, pratiques, poétiques, circulations organisé à l’École Normale Supérieure (Paris) :

http://www.thalim.cnrs.fr/seminaires-et-formations/article/litterature-et-cosmopolitisme

Comité d’organisation : Guillaume Bridet (université de Bourgogne/CPTC) ; Xavier Garnier (Sorbonne Nouvelle- Paris 3/THALIM), Sarga Moussa (CNRS/THALIM) et Laetitia Zecchini (CNRS/THALIM)

Le comité d’organisation examinera les propositions de contribution, en français ou en anglais. Constituées d’un titre, d’un résumé d’une demi-page et d’un court CV, celles-ci devront être envoyées d’ici le 15 décembre 2015 aux adresses suivantes : g.bridet@free.fr ; xavier.garnier@wanadoo.fr ; smoussa@free.fr ; laetitiazecchini@hotmail.com

CFP – Contre les Médicis : Art et dissidence dans l’Italie de la Renaissance

Contre les Médicis : Art et dissidence dans l’Italie de la Renaissance

Lieu : Florence
Dates : 26-27 mai 2016
Date limite de réponse à l’appel : 1er janvier 2016

Pontormo , Cosimo il Vecchio, 1520 Huile sur toile 86 x 65 cm Florence, Musée des OfficesAs patrons of art, the Medici left a legacy that is unrivalled. Their well-known narrative lies at the center of Renaissance scholarship. The Medici patronized painters and sculptors, founded academies, preserved and curated their collections, and used both artists and artworks as political tools to convey their agendas and augment their prestige amongst the courts of Italy and Europe. Yet, just as Medici identity was expressed in terms of this cultural patrimony, so too were the attacks of their enemies. A rich corpus of anti-Medicean works of art remains underappreciated and understudied: works of art that communicated messages of opposition, hostility and even hate that struck at the very heart of the political identity of the Medici dynasty.

Recognizing the role that art, artists, and artistic patronage played in opposing the Medici (roughly from Cosimo the Elder to the end of the sixteenth century), this two-day event, sponsored by the Medici Archive Project and the Archivio di Stato in Florence, will address this lacuna. The organizers of the conference, Alessio Assonitis and Stefano Dall’Aglio, invite proposals for 25-minute papers that pertain to subjects including, but not limited to:

· Anti-Medici Patronage in the Quattrocento
· Savonarola and the Piagnoni: aesthetics, patronage and artistic production
· Michelangelo: between pro-Medici and anti-Medici
· Anti-Medici art and patronage in Rome
· Art and architecture in the time of the Republic(s)
· Dissent and absolutism under the Medici Dukes
· Anti-Medicean sentiment in academies, workshops, and confraternities
· Graffiti and vandalism
· Florentine patronage in exile
· Duplicity and dissimulation
· Censorship and Damnatio Memoriae

The keynote speaker will be Paolo Simoncelli (Sapienza – Università di Roma). Scholars interested in participating should send an abstract in English or Italian (no more than 200 words) and a one page CV to conference@medici.org by 1 January 2016.
The papers can be presented in English or Italian. Selected participants will receive partial funding for travel and accommodation.
Against the Medici: Art and Dissent in Renaissance Italy / Contro i Medici : arte e dissenso nell’Italia del Rinascimento,  Florence, Archivio di Stato, 26-27 May 2016.

CFP – Fourth Annual Symposium on Medieval and Renaissance Studies

The Annual Symposium on Medieval and Renaissance Studies provides a convenient summer venue in North America for scholars in all disciplines to present papers, organize sessions, participate in roundtables, and engage in interdisciplinary discussion. The goal of the symposium is to promote serious scholarly investigation of the medieval and early modern worlds.

We invite proposals for papers, sessions, and roundtables on all topics and in all disciplines of medieval and early modern studies. Proposals from learned societies and scholarly associations are particularly welcome. The deadline for proposals submissions is December 31.

The plenary speakers for this year will be Barbara Newman, of Northwestern University, and Teofilo Ruiz, of the University of California, Los Angeles.

The Symposium is held on the beautiful midtown campus of Saint Louis University, hosted by the Center for Medieval and Renaissance Studies. On-campus housing options include affordable, air-conditioned apartments and a luxurious boutique hotel. Inexpensive dorm meal plans are available.

All sessions take place in state-of-the-art classrooms and auditoriums with complete audiovisual facilities. All sessions, events, meals, and housing are located within easy walking distance of each other. A rich variety of restaurants, bars, and cultural venues are also only a short walk away.

During their stay, participants are welcome to utilize the Vatican Film Library as well as the rare book and manuscript collections of the nearby Pius XII Library. Those interested in using the Vatican Film library, should contact Susan L’Engle (lengles@slu.edu) by email or phone at 314-977-3090. Participants may also use the library’s regular collections, which are especially strong in medieval and early modern studies.

All sessions are 90 minutes long. A variety of session formats are welcome. Preference will be given to organized sessions that involve participants from multiple institutions.

https://www.regonline.com/Register/Checkin.aspx?EventID=1725510

CFP – Explorer la Renaissance

Explorer la Renaissance

Lieu : St. Louis (Missouri)
Dates : 24-26 mars 2016
Date limite de réponse à l’appel : 15 Décembre 2015

Nous vous souhaitons la bienvenue à la 65e réunion du colloque international de la Renaissance du Sud, Explorer la Renaissance,  du 24 au 26 mars 2016 à St. Louis, Missouri, au Parkway Hôtel.

Des communications (15-20 minutes) sont sollicitées sur tous les aspects des études de la Renaissance (histoire, histoire de l’art, littérature, musique, philosophie, science, théologie). Les résumés (400-500 mots, et un 100 mots court pour le résumé inclus dans le programme) doivent être soumis par courriel au plus tard le 15 Décembre 2015 au président du programme Christopher Baker (Christopher.Baker@armstrong.edu).

Les sujets possibles concernent :

  • L’intersection entre art et science à la Renaissance
  • Les influences européennes en musique et dans les arts
  • La peinture de la Renaissance du Nord
  • Shakespeare et les classiques
  • Les femmes écrivains de la Renaissance
  • La littérature et le contexte religieux de la Renaissance


Les sessions
doivent être proposées plus tard le 1er Novembre 2015 et envoyées par courrier électronique à la présidence de programme (lien donné dans les informations de contact ci-dessus).
 Les résumés des communications pour les sessions approuvées doivent être aussi envoyés par courriel à C. Baker. De plus amples informations sur le colloque 2016 sera disponible prochainement sur le site SCRC.
Les participants au programme sont tenus d’adhérer à la SCRC et sont invités à soumettre les versions longues pour publication  à la revue de la SCRC, Explorations in Renaissance Culture. Les articles plus courts (jusqu’à 3000 mots) pourront être publiés dans la newsletter de la SCRC, Discoveries (bientôt disponible sur le site web ).

Un nombre limité de bourses de voyage pour les étudiants est disponible ; les diplômés présentant une intervention au colloque peuvent demander au président du programme un financement pour le voyage (maximum 300 $). Les essais complets doivent être soumis électroniquement d’ici le 1er Février pour être admissible à l’examen. Merci d’envoyer les résumés à Christopher Baker (Christopher.Baker@armstrong.edu).

Gestion des locaux : Tim Moylan, St. Louis College of Pharmacy
Président du programme : Christopher Baker, Université d’État Armstrong
William B. Hunter Conférencier : Robert C. Evans, Université Auburn à Montgomery
Louis L. Martz Conférencier : M. Carlo Bajetta, Università della Valle d’Aosta, Italie
Conférencier Keynote : Sara van den Berg, Université de Saint-Louis

Sponsorisé par :
The South Central Renaissance Conference
The Queen Elizabeth I Society
The Marvell Society
The Society for Renaissance Art History

Site du colloque : http: www.scrc.us.com/archives/2016conference.shtml  

CFP – Insularités impériales (XVIe-XIXe siècle)

Insularités impériales (XVIe-XIXe siècle)

Argumentaire
Les espaces insulaires ont suscité ces dernières années l’intérêt toujours croissant de la communauté historienne[1]. Les rapports entre îles et terre ferme, entre donne insulaire et logique d’archipel, ou encore entre insularité et « iléité » ont été interrogés au moyen de questionnaires largement renouvellés, empruntant autant à l’histoire qu’à la géographie, la sociologie, l’anthropologie et la littérature. Loin d’épuiser le thème, les différentes manifestations scientiques consacrées à ce thème ont permis d’en montrer à la fois la polysémie et la richesse heuristique.

C’est dans le prolongement de ces réflexions pionnières que nous proposons d’interroger l’articulation problématique entre donne insulaire et situation impériale. Il s’agit en l’occurrence d’enquêter sur la manière dont les empires gouvernent, administrent et (se) représentent leurs territoires insulaires, dans une perspective visant à mettre en échec la simple caractérisation de ces derniers comme des espacesnaturellement périphériques ou négligeables – des « marges » ou des « poussières d’empires » par définition. On s’attachera donc en particulier à cerner la manière dont la problématique insulaire percole les différentes dynamiques de reconfiguration territoriale comme les logiques d’affirmation identitaire des empires modernes, envisagées ici dans une perspective comparatiste large entre espaces méditerranéen et atlantique.

La journée d’étude propose de réunir plusieurs études de cas afin de mieux comprendre cette intersection entre îles et empires au cours d’une longue modernité. Elle vise également à améliorer nos connaissances sur l’intégration des îles aux différents empires (au travers et au-delà des cas bien connus de la France, de l’Espagne ou de l’Angleterre), et à saisir, s’il y a lieu, les différences et évolutions selon les lieux et les périodes. Les interventions pourront porter sur une île ou un archipel en particulier, sur un empire dans son ensemble, ou encore sur un type d’administration ou d’administrateur ayant pour vocation d’assurer la gouvernance des territoires insulaires, ou tout autre tâche relative à leur bonne administration. Ils pourrons également s’intéresser aux enjeux stratégiques, économiques ou migratoires de ces espaces, ainsi qu’aux logiques de transgression des frontières politiques, juridiques et sociales auxquelles ceux-ci sont fréquemment associés.

[1] Voir par exemple Anne Brogini et Maria Ghazali (dir.), Des marges aux frontières. Les puissances et les îles en Méditerranée à l’époque moderne, Paris, Classiques Garnier, 2010 ; Marguerite Figeac-Monthus et Christophe Lastécouères (dir.), Territoires de l’illicite : ports et îles de la fraude au contrôle (XVIe-XXe siècles), Paris, Armand Colin, 2012 ; Nicolas Vatin et Gilles Veinstein (dir.), Insularités ottomanes, Paris, Maisonneuve & Larose, 2004 ; Jean-Frédéric Schaub, L’île aux mariés. Les Açores entre deux empires (1583-1642), Madrid, Casa de Velázquez, 2014.

Conditions de soumission
Les propositions de communication sont à adresser, par voie électronique, au comité scientifique de la manifestation (guillaume.gaudin@univ-tlse2.fr  ; mathieu.grenet@univ-jfc.fr) avant le 15 décembre 2015. La journée se tiendra le 25 mars 2016 à l’Université de Toulouse Jean-Jaurès.

Les langues du colloque seront le français, l’anglais, l’espagnol et l’italien.

L’hébergement et le couvert seront pris en charge par les organisateurs, le transport sera, en revanche, à la charge du communicant.

CFP – Banquets et présents honorifiques dans les villes de province en France, XIVe-XXe siècles

Banquets et présents honorifiques dans les villes de province en France, XIVe-XXe siècles

Lieu: Archives municipales, Bordeaux
Dates: 7 juin 2016
Date limite de réponse à l’appel : 1er décembre 2015

Argumentaire

Des banquets des corporations au Moyen Âge, en passant par les repas édilitaires des XVIIe et XVIIIe siècles ou les banquets municipaux lors des voyages en province des présidents de la République et des ministres de la IIIe République, ces moments festifs et gastronomiques rythment la vie de la cité au gré des époques. Toutes les institutions importantes des villes provinciales (corporations, confréries, parlements, chambres de comptes, états provinciaux, municipalités, chambres de commerce, universités, conseils généraux, associations, etc) affirment leur pouvoir dans la ville par l’organisation de repas à l’occasion de la visite d’un personnage important, de la réception d’un nouveau membre dans l’institution, d’une élection, d’une inauguration ou pour célébrer une victoire militaire. Elles entretiennent aussi leurs réseaux de protecteurs (intendants, gouverneurs, évêques, nobles, présidents de la République, ministres, etc) et s’assurent la bienveillance des autorités grâce à des présents honorifiques dont les pots-de-vin au Moyen Âge fournissent une bonne illustration. Certaines spécialités gastronomiques apparaissent d’ailleurs de manière récurrente parmi ces dons alimentaires comme les jambons à Bayonne, le vin de Bourgogne à Dijon, les confitures sèches à Tours ou le pain d’épices à Reims. Si le poids de ces dépenses sur les finances de ces institutions et leur rôle dans l’entretien des réseaux politiques ont parfois retenu l’attention, tous ces repas et ces cadeaux, en dehors des dons de vins étudiés notamment par Christine Lamarre pour la Bourgogne, n’ont guère jusqu’à présent suscité un large intérêt de la part des historiens de l’alimentation.

Pourtant les archives, notamment municipales, contiennent, parfois depuis le Moyen Âge, de très belles séries de comptabilités et de pièces de dépenses dans lesquelles figurent des achats réguliers de présents de bouche (vin, confiture, jambons, truffes, salaisons, etc) et des factures donnant la liste des aliments ou des plats servis lors des banquets. Les délibérations et les correspondances éclairent aussi ces usages et leurs motivations. Pour les XIVe et XVe siècles, Jean-Pierre Leguay, l’un des rares historiens à s’être intéressés à ces banquets et ces dons, a bien montré la richesse potentielle des archives des villes bretonnes dans cette perspective. D’autres institutions comme les chambres des comptes, les états provinciaux ou les chambres de commerce offrent des sources comparables pour l’Ancien Régime. A l’époque contemporaine, les menus de banquets donnés lors de la réception d’hôtes illustres ou d’une célébration locale sont aussi parfois conservés dans les archives communales, départementales ou dans des fonds privés, éclairant une forme de valorisation des cuisines régionales. Les archives comptables de nombreuses institutions de pouvoir dans la ville recèlent sans doute encore des sources susceptibles d’éclairer la gastronomie urbaine même si leur repérage reste une tâche délicate.

Cette journée d’études a donc pour premier objectif de présenter les fonds disponibles (pour l’ensemble de la période envisagée en particulier pour les XIXe et XXe siècles dont les fonds sont démultipliés), la matérialité des archives (menus illustrés, par exemple) et les méthodes d’analyses qui pourraient être mises en œuvre (comme une enquête nationale sur les présents honorifiques des corps de ville et des municipalités). Le second objectif de cette journée est de mettre en lumière l’intérêt de ces banquets et des ces présents de bouche pour l’histoire des consommations alimentaires festives et de la valorisation des productions locales (produits des terroirs). Dépassant les simples recettes des livres de cuisine qui donnent avant tout accès à une histoire des normes alimentaires, ces sources, trop souvent négligées, permettent de saisir des pratiques alimentaires effectives dans la longue durée. Il s’agira aussi de mieux comprendre la place tenue par l’alimentation dans la représentation des pouvoirs urbains et dans le fonctionnement des réseaux politiques à travers l’étude des bénéficiaires, des circonstances de ces repas et de leur cérémonial.

Afin d’apporter un éclairage nouveau sur ces archives et sur leurs apports, cette journée souhaite donc réunir des archivistes, les mieux à même de connaître les fonds et les ressources potentielles, et des historiens aussi bien intéressés par l’histoire urbaine, l’histoire des institutions que par l’histoire de l’alimentation. Ces regards croisés devraient permettre de mettre en valeur l’intérêt de ces banquets et de ces dons pour l’histoire des villes et de l’alimentation. Ils pourraient aussi offrir des outils de réflexion sur les ressources que ces archives peuvent représenter aujourd’hui dans la valorisation du patrimoine gastronomique des villes françaises.

Axes thématiques

Les thèmes suivants pourront notamment être abordés (cette liste n’est évidemment pas exhaustive) :

–       Les archives disponibles, leur matérialité, leur classement, leur conservation.

–       Les initiateurs, les motifs, les lieux, le déroulement, les rituels et l’organisation matérielle des banquets.

–       Le rôle politique et social des présents honorifiques et des banquets.

–       Le poids financier de ces dépenses de bouche.

–       Des sources pour une étude de l’alimentation festive.

–       La valorisation des produits locaux à travers ces présents et ces banquets.

–       Archives et promotion du patrimoine gastronomique local aujourd’hui.

Responsable scientifique

Philippe Meyzie, maître de conférences en histoire moderne à l’Université Bordeaux Montaigne, CEMMC, membre junior de l’Institut Universitaire de France, chercheur associé à Léa (l’Equipe Alimentation de l’Université François Rabelais de Tours).

Comité scientifique :

Marc de Ferrière le Vayer, Professeur d’histoire contemporaine, Université François Rabelais-Tours,  chaire Unesco « Sauvegarde et valorisation des patrimoines culturels alimentaires »

Michel Figeac, Professeur d’histoire moderne, Université Bordeaux Montaigne, Directeur du CEMMC

Bruno Laurioux, Professeur d’histoire médiévale, Université Versailles Saint-Quentin, Directeur du conseil scientifique de l’IEHCA

Frédéric Laux, Directeur des Archives municipales de Bordeaux

Sandrine Lavaud, Maître de conférences en histoire médiévale, Université Bordeaux Montaigne, Ausonius

Philippe Meyzie, Maître de conférences en histoire moderne, Université Bordeaux Montaigne, CEMMC

Agnès Vatican, Directrice des Archives départementales de la Gironde

Jean-Pierre Williot, Professeur d’histoire contemporaine, Université François Rabelais-Tours, directeur de Léa (L’Equipe Alimentation)

Journée d’études organisée avec le soutien de :

– La chaire Unesco « Sauvegarde et valorisation des patrimoines culturels alimentaires »

– L’Equipe Alimentation (Léa) de l’Université François Rabelais de Tours  

– L’Institut Européen d’Histoire et des Cultures de l’Alimentation (IEHCA)

 Les propositions (résumé de 500 mots maximum) seront envoyées accompagnées d’un bref CV avant le 1er décembre 2015 à l’adresse suivante : Philippe.Meyzie@u-bordeaux-montaigne.fr

CFP – Image(rie)s religieuses à l’ère industrielle en Europe (XVIIIe-XIXe siècle)

Image(rie)s religieuses à l’ère industrielle en Europe (XVIIIe-XIXe siècle)

Dates : 20-21 avril 2016
Lieu : Université de Haute-Alsace, Campus Fonderie, Mulhouse
Date limite de réponse à l’appel : 15 décembre 2015 

1Les temps modernes, avec les développements techniques de la gravure et la multiplication des supports imprimés, décuplent la présence des images religieuses en Occident. Qu’elles accompagnent la diffusion des textes ou se retrouvent, isolées, dans les effets des particuliers, qu’elles soient le support de dévotions ou de simples illustrations ou décorations et bien que leur statut diverge suivant la religion professée, les images font partie de l’environnement religieux des croyants. Images du Christ ou de la Vierge, des saints ou des principaux personnages bibliques, elles se retrouvent également au sein de religions qui donnent, à les appréhender trop rapidement, l’impression de les rejeter. Le protestantisme ou le judaïsme, même si le texte biblique est déterminant dans la liturgie, ne négligent pas les images religieuses ; elles ne sont pas vénérées mais peuvent jouer un rôle pédagogique important pour le fidèle (souvenirs de communion, portrait de pasteurs, Mizra’h ou mappot…).

Aux XVIIIe et XIXe siècles, l’essor industriel favorise leur production à grande échelle avec une circulation accrue qui entraîne la création de modèles et de représentations culturelles. L’imagerie religieuse se répand, les centres de productions se spécialisent et exportent dans toute l’Europe et au-delà, comme certaines entreprises alsaciennes qui ont produit en arabe des images à destination du marché musulman vers la fin du XIXsiècle. Les productions industrielles représentant des images religieuses participent alors à la diffusion de certains modèles et suscitent un véritable engouement. Ainsi, les estampes de tableaux, apparues à la Renaissance, restent largement diffusées, mais de nouveaux supports plus populaires s’emparent de l’iconographie religieuse telles les imageries diffusées par les colporteurs et les arts industriels (toiles imprimées, faïences, papiers peints).

Cet intérêt pour l’imagerie religieuse et la vulgarisation, pourrait-on dire, qu’elle connaît dans la société européenne des XVIIIe et XIXe siècles posent de nombreuses questions. La première concerne la circulation des modèles diffusés : quelles voies sont utilisées et suivant quels réseaux ? Quel public vise-t-on et suivant quelles modalités de diffusion ? Cette première question croise celle de la représentation des modèles véhiculés par la fabrication et le commerce d’images religieuses. Cette interrogation paraît particulièrement déterminante en France, où ces dernières sont d’abord le reflet d’un catholicisme d’État jusqu’à la Révolution française. Le Concordat place le catholicisme comme religion de la majorité des Français mais, en reconnaissant certaines minorités religieuses (protestantisme, judaïsme), il permet également l’expression et la diffusion d’une imagerie des religions jusqu’alors difficilement acceptées. Ce pluralisme modifie-t-il le rapport aux images religieuses présentes dans les différentes confessions, les supports sont-ils les mêmes que dans la religion dominante ou répondent-ils à des spécificités confessionnelles?

En posant la question des images et des imageries religieuses à l’ère industrielle, ce colloque entend s’interroger sur les conséquences d’une production à grande échelle sur les choix iconographiques, culturels et artistiques au sein des monothéismes en Europe.

Les propositions de communication (titre et résumé d’une dizaine de lignes) sont à renvoyer avant le 15 décembre 2015 à colloque2016.cresat@uha.fr

Comité scientifique :

– Patrick Cabanel, Directeur d’études, EHPE.

– Pierre-Yves Kirschleger, MCF en histoire contemporaine, université Paul-Valéry Montpellier III.

– Jean-François LUNEAU, MCF histoire de l’art-HDR, Centre d’histoire Espaces et Cultures, Maisons de Sciences de l’homme, université Clermont-Ferrand.

– Evelyne Oliel-Grausz, MCF en histoire moderne, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

– Isabelle Saint-Martin, Directrice d’études, EPHE.

– Nicolas Stoskopf, Professeur en histoire contemporaine, université de Haute-Alsace

Comité d’organisation :

– Céline Borello, MCF histoire moderne-HDR, université de Haute-Alsace.

– Aziza Gril-Mariotte, MCF histoire de l’art, université de Haute-Alsace.

Lien

CFP – La « modernisation » à l’épreuve : les espaces alternatifs du politique (Europe, Amériques, XVIIIe- XIXe siècles)

La « modernisation » à l’épreuve : les espaces alternatifs du politique (Europe, Amériques, XVIIIe- XIXe siècles)

Lieu de la manifestation : Casa de Velázquez (Madrid)
Dates : 25-26 février 2016
Date limite de réponse à l’appel : 30 novembre

En partant d’études de cas empruntées aux espaces européen et américain, ces journées se proposent d’étudier les interactions conflictuelles entre des acteurs ou des groupes d’acteurs et les autorités ou l’État, afin de réexaminer le paradigme de la modernisation des sociétés européenne et américaine aux XVIIIe et XIXe siècle. De ce fait, le choix d’une périodisation par-delà la charnière de la décennie révolutionnaire ne vise pas à reprendre le discours d’une politisation qui commencerait avec la Révolution française avant de se diffuser tout au long du XIXe siècle, mais bien plutôt à s’intéresser aux permanences d’une appropriation du politique par les acteurs dès l’époque moderne, et la possibilité de la construction d’espaces politiques qui ne sont pas ceux qui sont privilégiés dans les analyses classiques de la politisation.

L’historiographie a longtemps limité le politique aux sphères restreintes dans lesquelles s’exerçait la politique au sens classique du terme. Même lorsqu’ils prétendaient introduire les catégories populaires dans l’étude du politique, les historiens ont, jusque dans les dernières années, peiné à élargir le champ de ce qui est politique. On se souvient ainsi d’Eric John Hobsbawm livrant une étude fondamentale sur les révoltés à l’époque moderne tout en considérant leur geste comme pré-politique car non encadrée par un parti prônant la lutte des classes. Pour l’époque contemporaine, le concept si précieux, si utilisé et si débattu de politisation a également permis aux historiens de ressaisir le grand nombre dans l’étude du politique. Là encore néanmoins, qu’ils aient défendu une politisation par le haut ou par le bas, pour reprendre une distinction fameuse, les spécialistes d’histoire politique du xixe siècle se sont généralement accordés à dire que les individus et les groupes n’entraient dans la politique qu’à partir du moment où ils en saisissaient les codes, les langages et les pratiques telles qu’elles étaient définies par les structures politiques traditionnelles. Pour le dire autrement, le politique s’est trouvé limité au résultat de trois processus réunis sous le terme axiologique de « modernisation » : renforcement des structures de contrôle de l’État sur son territoire ; émergence d’un espace politique national autonome des autres sphères, codifié et organisé autour d’une lutte pacifiée et réglée par le pouvoir ; politisation des masses, entendue comme incorporation de ces codes, de ces normes et de ces principes par le grand nombre.

C’est ce paradigme du politique cantonné aux champs de la politique traditionnelle que ce colloque se propose d’interroger, en suggérant un triple décentrement par rapport aux approches classiques. Il s’agira de réfléchir à la manière dont des acteurs se ménagent des marges et des espaces d’ingérence, les construisent, voire, les conquièrent là où on ne les attendait pas nécessairement.

Dans la lignée des travaux d’Edward Palmer Thompson, et notamment de ses analyses sur l’économie morale de la foule au XVIIIe siècle et sur le luddisme, nous nous proposons de prendre au sérieux les pratiques des acteurs ainsi que leur discours dans un certain nombre de moments et d’actions dont le caractère politique a été, jusqu’ici, nié. Plus que les espaces classiques d’expression de la politique, ce qui retiendra notre attention, ce sont ces pratiques qui, pour reprendre Michel de Certeau, « utiliseraient d’une manière si autonome l’organisation institutionnelle et symbolique, qu’à les prendre au sérieux la représentation scientifique de la société s’y perdrait, dans tous les sens du terme ». De ce postulat découle une deuxième proposition qui consiste à réinsérer l’activité politique des individus et des groupes dans l’ensemble de la vie sociale et à choisir de ne pas faire du politique une sphère séparée et parfaitement étanche, dont l’autonomie postulée est au cœur du paradigme de la modernisation.

Ces pratiques politiques, qui prennent des formes et s’inscrivent dans des configurations inattendues, construisent des espaces sociaux multiples, mais mis en relation par des circulations, des appropriations et des concurrences. Sortir du paradigme de la descente du politique aux masses – ou de son inversion, la « remontée » – suppose de considérer le monde social autrement que sous sa forme proclamée pyramidale. Cela conduit à analyser les circulations idéologiques à partir des concurrences entre groupes sociaux et de leur lutte pour imposer chacun leur définition d’un certain nombre d’enjeux sociaux et politiques communs : qui sont les acteurs en présence ? Comment et par l’intermédiaire de qui les idées politiques circulent-elles dans les différents univers sociaux et spatiaux ? Comment sont-elles, chaque fois, réappropriées et réinvesties différemment ? Faut-il toujours voir dans la réitération de mots d’ordres communs des revendications ou des conceptions véritablement identiques ?

L’histoire des transferts culturels et des appropriations de gestes ou de tactiques demande à être appliquée à ces espaces informels du politique qui sont au cœur de l’étude : car l’étude de la reprise de mots d’ordre, de gestes symboliques ou de pratiques publiques dans des lieux et des temps différents ne saurait faire l’économie de cette histoire des passeurs et des intermédiaires. L’ancrage euro-américain, appuyé sur les renouvellements de l’historiographie politique et sociale de l’Amérique coloniale et de l’Amérique des indépendances, permet également de souligner l’importance des circulations des pratiques et des idées.

Parallèlement, il s’agit également de voir comment ces différents groupes peuvent entrer en concurrence à plusieurs échelles, et observer les formes de cette concurrence qui n’est pas forcément médiatisée par l’État. Comment se configurent les rapports de force entre les agents ou groupes d’agents sociaux pour la définition du politique ? Comment, concrètement, les agent luttent-ils pour se ménager des espaces de parole et les imposer ? C’est en somme la question de l’espace public, de son unicité ou de sa multiplicité, de sa nature potentiellement agonistique ou consensuelle, du rôle des résistances et des « contre-publics subalternes » dans la construction politique, sociale et étatique globale qui doit être posée : le modèle de l’espace public unique et pacifié – gage de « modernité » – est-il véritablement la forme la plus achevée de la politisation démocratique ?

Enfin, la question du rapport de cette politisation informelle et diffuse à l’État et au(x) pouvoir(s) est centrale dans un moment qui allie renforcement des prérogatives de la puissance publique et limitations objectives de celle-ci. Les résistances, les accommodements, les négociations et les dissidences qui se mettent en place entre groupes sociaux et dépositaires de la force publique soulignent, selon nous, toute la capacité des acteurs à s’approprier les catégories et les pratiques de l’État pour les utiliser à leur profit, les contourner ou les subvertir : comment ces pratiques politiques évoluent-elles – ou non –, dans leurs formes et leurs contenus ? Quelle est la relation entre la forme de ces pratiques politiques et la configuration étatique et institutionnelle locale ou nationale ? Dans quelle mesure ces appropriations du politique par la résistance sont-elles également partie intégrante des processus de construction du pouvoir ? Cela pose, en définitive, la question de ce qu’est le pouvoir et son exercice entre XVIIIe et XIXe siècles et des possibilités pour les acteurs et les groupes d’incarner ou d’élaborer un ou des pouvoir(s) alternatif(s).

En résumé, ce colloque se propose donc d’interroger le paradigme de la modernisation des sociétés européenne et américaine aux XVIIIe et XIXe siècles en partant d’expériences concrètes de conflits entre individus et groupes et l’État et à partir de trois approches :

  1. L’originalité et la singularité de pratiques politiques échappant aux cadres traditionnels et normés d’expression de la revendication politique.
  2. Les configurations sociales qui émergent de ces pratiques et les circulations multiples qui les mettent en réseau et en concurrence, tout en interrogeant la nature et la construction d’un espace public unifié et pacifié.
  3. Les rapports des acteurs à l’État et au(x) pouvoir(s) dans toute leur diversité et ce qu’ils revèlent tant de la construction du pouvoir et de l’autorité entre époques moderne et contemporaine que des constructions sociales alternatives qui tentent de lui faire concurrence.

En plaçant au cœur de la réflexion les pratiques concrètes d’acteurs et de groupes sociaux venant d’horizons divers, on s’offre la possibilité de réexaminer les catégories de la politisation, de la construction de l’État et du pouvoir, et de la construction de l’espace public, érigés en cadre de référence de la modernité. En somme, il s’agit d’essayer de sauver les acteurs de cette « immense condescendance de la postérité » qu’avait si bien mise en avant Thompson.

Les propositions de contribution (3000 signes max) sont à envoyer par mail à alexandredupont0@gmail.com et renaultrachel@yahoo.fr.

CFP – Comptes rendus d’ouvrages en histoire de l’art, histoire des représentations ou archéologie

Histara-les comptes rendus publie des comptes rendus scientifiques, en allemand, anglais, français et italien, dans le champ de l’archéologie, de l’histoire de l’art et des disciplines connexes (esthétique, archéométrie…).

Pour publier un compte rendu, il suffit de consulter la liste des ouvrages reçus et de postuler.

Pour en savoir plus, voir le site d’Histara.

CFP – La Magie de l’art, l’art dans la magie, au Moyen Âge et à la Renaissance

La Magie de l’art, l’art dans la magie, au Moyen Âge et à la Renaissance

Lieu : Institut français de Florence
Date : 1-2 avril 2016
Date limite de réponse à l’appel : 30 novembre 2015

Ce troisième colloque fait suite aux rencontres organisées en 2014 et 2015 à l’Institut français de Florence, en collaboration avec les universités de Lyon 2, Udine, Florence et grâce à la participation d’autres institutions partenaires. Dans la lignée des précédents, le colloque 2016 propose un thème de recherche aussi complexe qu’actuel « La Magie de l’art, l’art dans la magie, au Moyen Âge et à la Renaissance ».

Le titre reflète la rencontre entre deux modalités expressives de l’homme : la création artificielle des images et leur utilisation dans des contextes magiques, ce qui implique des disciplines telles que l’alchimie, l’astrologie, la divination et la théurgie qui utilisent la « sympathia » entre les éléments du microcosme et du macrocosme pour opérer et agir, pour ou contre l’état naturel des choses.

Des chercheurs italiens et français ont déjà analysé le rapport entre les sciences occultes et l’art, la littérature et la philosophie. Parmi les rencontres scientifiques qui ont eu lieu, nous pouvons citer Alchimie et philosophie à la Renaissance, colloque international tenu à Tours en 1991, La magia nell’Europa moderna : tra antica sapienza e filosofia naturale, qui s’est déroulé à Florence en 2003, et le colloque intitulé L’art de la Renaissance entre science et magie, organisé à Paris en 2002. Le colloque programmé en 2016 accueillera des spécialistes et des docteurs qui ont étudié dans leurs disciplines respectives différents aspects soulevés par le thème, dans le domaine de l’histoire de la pensée et de l’histoire de l’art.

Vendredi 1er et samedi 2 avril 2016

Le présent appel à communication s’adresse uniquement aux docteurs. Les interventions seront en italien et en français (sans traduction), et donneront lieu à publication. Les propositions d’intervention dans la langue choisie avec titre (environ 250 mots) et notice biographique, doivent être envoyées à noelle-christine.rebichon@institutfrancais.it avant le 30 novembre 2015.

Comité scientifique : Mino Gabriele (Université de Udine), Isabelle Mallez (Institut français Firenze), Noëlle-Christine Rebichon (Institut français Firenze, CESR-Tours).

Organisation : Benoît Tadié (Institut français Italia), Noëlle-Christine Rebichon.

Lien

CFP – Hair & History: Early Modern Material Culture and the Body in Reformation Germany

Hair & History: Early Modern Material Culture and the Body in Reformation Germany

Faculty of History, University of Cambridge
Cambridge, United Kingdom
Organiser: Dr. des. Stefan Hanß
Date: 6th June 2016
Deadline: 30th November 2015

Confirmed keynote speaker: Professor Evelyn Welch (King’s College London)

On 6th June 2016, the History Faculty, University of Cambridge, will convene an international and interdisciplinary workshop to discuss the sociocultural significance of hair in sixteenth- and seventeenth-century Germany. Anthropologists have long emphasised the importance of hair as a marker of age, gender, power, status, labour relations, and religion. Yet historians have rarely studied it. Researchers of gender, literary, and theatre studies have recently begun to uncover early modern meanings of hair: how it shaped personhood, group cultures, and emotional cultures. Such studies have merely set the stage for a wider debate, which so far focuses on early modern England, France, and Italy. The fundamental upheavals of Reformation Germany, however, shaped notions of social and religious order as much as ideals of taste, luxury, consumption, eroticism, maturity, and aesthetics. The workshop therefore geographically focuses on the Holy Roman Empire, examining the significance of hair in Reformation Germany within its wider contexts of Renaissance Europe.

By discussing sixteenth- and seventeenth-century hair, the workshop addresses the topic in its broadest sense by examining early modern hairstyles, beards, facial and body hair as well as animal hair. Women, men, and children of Catholic, Protestant, and Jewish faith staged identities through practices involving hair through everyday performances and innovative representation. This makes the question evident of how hair enabled people to represent and shape gender, religious, and confessional boundaries in everyday life. The workshop thus aims to discuss the early modern ambiguity of hair: On the one hand, hair gained its significance through its representation of societal, cultural, and gendered belonging in estate-based societies. On the other hand, hair could also be cut, styled, dyed, shaved, ornamented, and even changed. When dealing with the materiality of hair humans thus claimed significant agency in negotiating sociocultural differences.

Proposals should therefore address the following topics:

(1st) material culture of hair: Treating hair as things or artefacts shifts a researcher’s attention to practices and meanings that made the materiality of hair matter to early modern contemporaries. That section aims to address the materiality of hair and its embeddedness into a wider early modern material culture and to what extent that material culture both represented and shaped cultural concepts. Papers may discuss the display and consumption of hair as well as cosmetics, instruments of hair care, or the work of artisans of the body. The focus on the materiality of early modern hair also intends to encourage the submission of papers regarding the presentation and conservation of exhibits of Reformation hair in museums.

(2nd) body, sexuality, the senses, and emotions: Hair was intimately connected with notions of the body. Examining practices involving hair as body practices and emotional performances draws our attention to the significance of hair for sentiments and the senses. Since hair materialised gender, we may ask for the representation and shaping of emotional group cultures and emotional styles through hair. Papers could discuss questions regarding sexual honour, shame, bodily harm, hurt feelings, virility, femininity, aging, maturity, nakedness, depilation, or the skin.

(3rd) religion and confessions: Given the Reformation’s challenge and re-interpretation of traditional religious concepts, we shall discuss the multi-layered relationship between hair and the Reformation. Did the Reformation’s shifts in liturgical practices and devotional culture affect people’s attitudes to handling of hair? To what extent practices involving hair shaped and contributed to religious debates? That section may examine notions of the supernatural, the veneration of relics, hairdressing for worship services, or sermons regarding hair. Papers furthermore may discuss the everyday significance of hair for Protestants and Catholics as well as Christians and Jews in sixteenth- and seventeenth-century Germany.

(4th) personhood and group cultures: In estate-based societies like early modern Germany hair represented and subverted civic order. Practices involving hair were thus subjected to laws. However, people made innovative usage of hair for staging political, religious, social, or scholarly affiliations as well as notions of personhood and subjectivity. In the light of current debates on ‘doing person’, the early modern interaction of hair and sociability shall be examined.

Seeking proposals from scholars at all stages of their academic career, the present CfP invites both established specialists and PhD students working on the topic to submit their proposals. Since the workshop is an interdisciplinary venture, the organiser encourages scholars from various disciplinary backgrounds to submit their proposals, e.g.anthropologists, art historians, conservators, historians, literary scholars, and museologists.

Containing an abstract of no more than 500 words and a short CV of 150 words, all proposals should be submitted to the organiser of the workshop, Stefan Hanß (sthanss@zedat.fu-berlin.de), by 30th November 2015 at the latest.

The organiser applies for financial support, seeking to cover expenses like economy class travel costs. A publication of the workshop’s contributions is planned.

CFP – La statistique démographique comme outil pour la construction des États en Europe et en Amérique latine

La statistique démographique comme outil pour la construction des États en Europe et en Amérique latine

Date: 21-24 juin 2016
Lieu: Cadix, Espagne
Date limite de réponse à l’appel: 20 novembre 2015

L’utilisation des statistiques démographiques dans la construction des États en Europe et en Amérique latine

Nathalie Jammet-Arias, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Joana Pujadas Mora, Centre d’Estudisdemogràfics
Alejandro Román Antequera, Universidad de Cádiz/ Université Lyon II

Le développement de l’État a impliqué la consolidation de l’Administration publique par une rationalisation de ses structures rendue possible par une meilleure connaissance de la composition de la population et des sources de richesses. Cette volonté de savoir a favorisé la création d’organismes d’État aptes à recueillir et traiter des données quantitatives. L’institutionnalisation des statistiques publiques répond à ce que l’on peut qualifier de volonté quantificatrice, conséquence des évolutions épistémologiques visant à rechercher l’objectivité scientifique grâce à une connaissance impersonnelle des problèmes ou des phénomènes à analyser.

Dans ce symposium, nous souhaitons étudier, en nous appuyant sur les concepts de «gouvernementalité»  et d’ «autorité » de Foucault, l’élaboration des statistiques démographiques. Pourquoi ont-elles été créées ? Comment se sont-elles développées ? Quelles conséquences a produit leur création ?

Nous accepterons des travaux sur l’Europe et sur l’Amérique latine, que la thématique soit abordée selon une perspective nationale ou comparée. Nous espérons ainsi comprendre les facteurs qui ont présidé à la naissance et à l’utilisation de ces statistiques et les façons dont ces outils ont participé de la création des appareils d’État dans les deux aires géographiques. Il conviendra d’examiner les points communs et les différences afin de souligner les réussites ou échecs des modèles employés ainsi que les conséquences de l’utilisation des statistiques démographiques dans les différents pays.

Les propositions de communication sont à adresseravant le 20 novembre 2015 d’après le formulaire suivant :

http://www.adeh.org/?q=es/contenido/formulario-electronico-para-la-presentacion-de-propuestas-de-comunicaciones-al-xi-congreso

Ainsi qu’aux responsables du symposium :

ara959@hotmail.com

nathalie.jammetarias@yahoo.fr

joana.pujades@gmail.com

CFP – Lyon et la culture de la curiosité

Lyon et la culture de la curiosité

Dates : 25-26 février 2016
Lieu : Musée des Confluences (Lyon)
Date limite de réponse à l’appel : 20 novembre 2015

Dans le cadre de l’exposition temporaire « Dans la chambre des merveilles » présentée jusqu’en avril 2016, le musée des Confluences de Lyon organise deux journées d’étude, les 25 et 26 février 2016 : « Lyon et la culture de la curiosité » .

L’exposition « Dans la chambre des merveilles » s’inscrit dans le cadre de l’ouverture du musée en décembre 2014. Le musée des Confluences a en effet choisi de mettre en perspective sa genèse au travers d’une exposition consacrée aux cabinets de curiosités, qui propose un parcours en plusieurs étapes amenant le visiteur à appréhender les différents « mécanismes » constitutifs de ces cabinets. L’actuel musée des Confluences en est le digne héritier, notamment parce que l’histoire de ses collections et de l’institution prend racine dans la création du premier muséum d’histoire naturelle en 1777, lui-même issu des cabinets d’illustres collectionneurs lyonnais comme Balthasar de Monconys et Nicolas Grollier de Servière.
L’exposition n’est pas la reconstitution d’un cabinet du XVIIe siècle, mais plutôt une réinterprétation contemporaine, une invitation à rêver au gré d’un parcours au sein duquel peut s’exprimer la magie des objets, souvent chargés de mystère, et qui laisse toute sa place à l’imaginaire. Cette exposition présente une sélection de 800 pièces, principalement issues des collections du musée.

Présentation des journées d’étude

La tradition scientifique, artistique et littéraire de Lyon, son rôle culturel éminent à la Renaissance, son poids commercial, sa situation géographique privilégiée au carrefour de grandes routes européennes en faisaient assurément un des hauts lieux possibles de la culture de la curiosité telle qu’elle s’est développée en France et en Europe aux XVIe et XVIIe siècles. Pourtant, subsistent peu de traces de ce possible intérêt pour la curiosité avant la deuxième moitié du XVIIe siècle, où s’imposent quelques grandes figures de collectionneurs éminents.
Ces journées d’étude viseront donc à développer les connaissances sur les réalités lyonnaises de la curiosité, qu’il s’agisse des cabinets que la ville a pu abriter, des échanges épistolaires et commerciaux qu’elle a pu connaître dans cet esprit, des grands collectionneurs qui ont marqué son histoire.

Dans cette perspective, quatre axes d’étude seront privilégiés (mais non exclusifs) :

1) Lyon carrefour européen (voyageurs, marchandises, édition etc.)
2) les cabinets de curiosités à Lyon et dans sa région (XVIe-XVIIIe siècles)
3) les grands curieux et voyageurs du XVIIe siècle : Balthasar de Monconys, Jacob Spon etc.
4) la naissance de la science moderne : autour de Grollier de Servière

Les propositions de communication (titre et résumé), accompagnées d’une bio-bibliographie succincte, devront être adressées à M. Marrache-Gouraud (myriam.marrachegouraud[at]yahoo.fr) et à D. Moncond’huy (dominique.moncondhuy[at]univ-poitiers.fr) ainsi qu’à Marie-Paule Imberti (mariepaule.imberti[at]museedesconfluences.fr) avant le 20 novembre 2015.