Archives par mot-clé : digital humanities

Workshop – Transkribus

Workshop de présentation du logiciel Transkribus

Date : 8 février 2019. Deux créneauxau choix : 9h-12h ou 13h-16h.

Lieu : Université d’Anvers.

Inscription gratuite mais requise : workshopdh18@gmail.com

Transkribus est une plate-forme gratuite et ouverte pour la reconnaissance automatique, la transcription et la recherche de documents historiques, utilisant la reconnaissance de texte manuscrite (HTR) et la reconnaissance optique de caractères (OCR).

Lancement de la base de données “EpistolART”

Lancement de la base de données “EpistolART”. Il s’agit d’un outil qui répertorie et réédite selon les critères ecdotiques les plus modernes la célèbre anthologie constituée au XIXe siècle par J. W. Gaye, un recueil de référence encore de nos jours pour les historiens de l’art italien.

L’usager pourra accéder aux images digitales de chacun des documents, à leur édition semi-diplomatique, à toutes les métadonnées relatives à chaque lettre, à de multiples informations de type paléographique et codicologique. L’ensemble du corpus ainsi constitué pourra être interrogé de façon transversale, sous l’angle codicologique, paléographique, lexical, philologique et historique. Il se prête à des recherches multidisciplinaires, portant sur des auteurs singuliers comme sur des questions de langue ou des configurations textuelles, ainsi que sur les préoccupations artistiques dont les lettres sont l’expression.

La base de donnée est accessible à cette adresse.

Workshop – Transkribus

Workshop de présentation du logiciel Transkribus

Date : 21 septembre 2018, 13h-16h

Lieu : UGent

Inscription gratuite mais requise : workshopdh18@gmail.com

Transkribus est une plate-forme gratuite et ouverte pour la reconnaissance automatique, la transcription et la recherche de documents historiques, utilisant la reconnaissance de texte manuscrite (HTR) et la reconnaissance optique de caractères (OCR).

Séminaire – Les doctorants de Transitions et les humanités numériques. Pratiques, critiques et perspectives. L’histoire de l’art face à la numérisation

Séminaire animé par Aleuna MACARENKO (ULiège/Transitions) et Gaylen VANKAN (ULiège), organisé par Claudia DALBERTO, Alexandre GODERNIAUX, Marjolaine RAGUIN et Eva TRIZZULLO (ULiège/Transitions)

Titre:  Les doctorants de Transitions et les humanités numériques. Pratiques, critiques et perspectives. L’histoire de l’art face à la numérisation 

Date: 16 mai 2018 (11.00-13.00)

Lieu:  Liège, Liège Université, Bât. A4, Salle S50

 

Journée d’étude – “De stedelijke ruimte opgemeten: GIS-infrastructuur en het onderzoek naar vroegmoderne steden in de Lage Landen”

Journée d’étude – “De stedelijke ruimte opgemeten: GIS-infrastructuur en het onderzoek naar vroegmoderne steden in de Lage Landen”

Date : 9 mars 2018, 10h30

Lieu : Dordrechts Museum, Museumstraat 40,  3311 XP Dordrecht (Pays-Bas)

Plus d’informations via le programme. Attention, journée d’étude en néerlandais.

 

 

Publication – Lancement de la base de données EDITEF

Lancement de la base de données EDITEF

Date de lancement : novembre 2017

Responsable scientifique : Chiara LASTRAIOLI
Chargée du projet : Giulia VENTRELLA-PROUST
Chercheur post-doctoral (2015-2016) : Massimo SCANDOLA
Stagiaire (2017) : Juliette LE GALL

L’équipe du projet ANR EDITEF est heureuse d’annoncer la mise en ligne en libre accès de la base de données EDITEF consacrée à l’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité.

Cet outil bio-bibliographique permet l’exploitation de données concernant des collections de livres imprimés entre 1450 et 1630 en langue italienne et conservées aujourd’hui dans l’espace francophone. La base rend disponibles des informations, connues ou inédites, concernant les personnages engagés dans le monde de l’édition (imprimeurs, libraires, correcteurs, graveurs de caractères, traducteurs, etc.) et de la conservation (collectionneurs, bibliophiles, etc.), tout en décrivant leur activité au sein des collectivités (associations d’imprimeurs, institutions religieuses et laïques, académies, etc.). Cet outil vise entre autres à reconstituer les réseaux familiers et professionnels (liens familiaux, collaborations professionnelles).

La base EDITEF permet en outre de relier des exemplaires précis à leurs possesseurs grâce à un travail de dépouillement des données émergeant de documents manuscrits (inventaires, testaments) et d’analyse des marques de provenance présentes sur les exemplaires imprimés, ayant été consultés dans les bibliothèques patrimoniales françaises, suisses et belges (voir la liste).

Ce travail est le résultat d’une collaboration fructueuse entre le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance de Tours et de nombreuses bibliothèques de l’espace francophone (France, Suisse, Belgique).

Plus d’informations sur ce projet  dans ce pdf.

Conférence – 23/05/2016 – Les sources de l’histoire de la Révolution française à l’heure numérique

Séances des Boudoirs 2015-2016
Comme chaque année, l’URFIST de Paris – Ecole nationale des chartes organise des conférences-ateliers thématiques sur les ressources numériques à destination des doctorants et des enseignants-chercheurs plus particulièrement en histoire/histoire de l’art.

Les sources de l’histoire de la Révolution française à l’heure numérique

Date : 23/05/2016
Lieu : URFIST de Paris, 17h-19h

Objectifs
Animés par des spécialistes, les “boudoirs de l’historien(ne)” constituent un cycle d’ateliers sur les ressources numériques pour l’histoire, destinés à faire connaître les différentes ressources (instruments de recherche, bases de données, périodiques électroniques…), exposer et critiquer l’utilisation qui peut en être faite et valoriser la méthodologie documentaire.
Comptes-rendus des séances précédentes

Programme
Alors que de plus en plus de sources et de documents utiles à l’histoire de la Révolution française sont désormais accessibles en ligne, nativement ou par numérisation, quelle est l’articulation entre ces ressources numériques et les ressources papier, et quelles sont les perspectives les plus récentes en la matière ? Animée par Bettina Frederking (ingénieur d’études à l’Institut d’histoire de la Révolution française – CNRS-UMS 622) et Martine Sin Blima-Barru (conservatrice du patrimoine, responsable du Département de l’archivage électronique et des archives audiovisuelles aux Archives nationales), cette séance sera l’occasion de mesurer les changements que connaissent actuellement les pratiques du chercheur pour étudier cette période.

Ces ateliers sont gratuits et ouverts à tous, doctorants comme enseignants-chercheurs, sur inscription.

Inscription sur le réseau des URFIST

Séminaire – 19/04/2016 – Hannah Williams – Mapping Paris: Artists and their Neighbourhoods in the 18th Century

Mapping Paris: Artists and their Neighbourhoods in the 18th Century

Lieu : University of London
Date : 19 April 2016, 17:15 – 19:15

Speakers: Hannah Williams

Description:

Paris is a city renowned for its artistic communities. Images spring to mind of neighbourhoods like Montmartre and Montparnasse in the 19th and 20th centuries, but strikingly little is known about what came before. How did artists inhabit the ‘city of art’ in the early modern period? Through a digital mapping project, it is my intention to explore the much longer and less familiar history of artistic communities in Paris. By tracing the locations of artists’ homes and studios back through the 18th century, this project, and the digital resource being produced, has the potential to shed new light on issues of artistic sociability, the role of the city in art production, and urban experience more generally. In this paper I will discuss the stages of this on-going research project, present preliminary findings, and consider some of the challenges of digital history for non-technologists.

Venue: John S Cohen Room, 203

Senate House
Malet Street
London WC1E 7HU

Download a map of the central precinct with directions for getting to the University of London Senate House.

Related Events: History Digital History Digital

Source : IHR

Journée d’étude – 21/04/2016 – La recherche en bibliothèques : professionnels du livre et chercheurs au service de quel(s) public(s) ?

La recherche en bibliothèques : professionnels du livre et chercheurs au service de quel(s) public(s) ?
Lieu : Bibliothèque royale de Belgique, Bruxelles
Date : 21 avril 2016

Journée d’étude du 21 avril 2016

S’il est un débat récurrent autour de la recherche en sciences humaines, c’est certainement celui de son utilité et de son impact sociétal. À l’heure où des historiens s’inquiètent de la distance qui les sépare de la société, il semble opportun de s’interroger sur l’éventualité d’un repli sur soi, coupant dès lors les chercheurs de leur public.
Soucieux de rendre compte de ces questionnements, le Groupe de contact FNRS « Documents rares et précieux » a pris le parti d’organiser, en collaboration avec la Bibliothèque royale de Belgique, une journée d’étude autour de la place de la recherche en bibliothèques et, plus particulièrement, au sein des bibliothèques patrimoniales. Dans cette optique, des professionnels du livre et des chercheurs universitaires se retrouveront, le 21 d’avril 2016 à la Bibliothèque royale de Belgique, afin d’évoquer les travaux et les projets en cours, les difficultés de leur mise en chantier ainsi que de réfléchir aux perspectives d’avenir.

Ce sera ainsi l’occasion d’évoquer :

  • les problématiques liées à l’inventorisation des collections et aux grandes bases de données ;
  • les défis de la numérisation ;
  • les champs de recherches qu’il reste à explorer ;
  • les politiques culturelles ;
  • les relations avec les pouvoirs publics

L’ambition est de réaffirmer avec force l’importance des missions fondamentales confiées à l’ensemble de ces acteurs du milieu du livre : la préservation, l’étude et la transmission de notre patrimoine écrit.

Gratuit (pause déjeuner non comprise)

Programme

10.30 : Accueil

10.45 : Mot d’accueil de Patrick LEFEVRE (KBR)

10.55 : Mot d’accueil de Renaud ADAM (F.R.S.-FNRS – Université de Liège), secrétaire du Groupe de contact « Documents rares et précieux ».

11.00 : Robert NOUWEN (KBR) : « La recherche scientifique et la gestion des collections dans les bibliothèques patrimoniales ».

11.20 : Jean-François GILMONT (Académie royale de Belgique) : « La base de données bibliographiques GLN 15-16, c’est-à-dire Genève, Lausanne, Neuchâtel, 15e-16e siècles ».

11.40 : Goran PROOT (Bibliothèque Mazarine, Paris) : « Le métier de conservateur entre deux cultures : Europe – Amérique ».

12.00 : Discussions

12.30 : Pause déjeuner (libre)

14.00 : Marie-Christine CLAES (IRPA) : « BALaT : un nouvel outil pour de nouveaux chercheurs. La recherche en bibliothèque à l’IRPA ».

14.30 : Stéphanie SIMON (Université de Liège – Service de numérisation) : « Projet DONum : quand la numérisation se met au service de la recherche… et de la conservation ».

15.00 : Discussions

15.15 : Pause

15h45 : Olivier DEPARIS (Université de Namur) : « Approche transdisciplinaire de l’étude du parchemin : le regard d’un physicien du projet Pergamenum21 de l’Université de Namur ».

16.15 : Renaud ADAM (F.R.S.-FNRS – Université de Liège) : « Les bibliothèques au lendemain de la Seconde Guerre mondiale : la reconstruction de la bibliothèque du Collège philosophique (S.J.) d’Eegenhoven (Louvain) ».

16.45 : Discussions

17.00 : Conclusions
René PLISNIER (Université de Mons – Université Libre de Bruxelles).

Source : KBR

Formation – Un projet en Humanités Numériques ? Se former !

Un projet en Humanités Numériques ? Se former !

Du 5 au 9 Octobre, le  service de formation continue du CNRS, avec la MSH Val de Loire et les acteurs des Humanités Numériques en France, organisaient leur sixième Action Nationale de Formation  à Aussois: Gestion de projets des sources numériques de la recherche en SHS.

Fonte Gaia y était représenté par Filippo Fonio, Monica Zanardo et Claire Mouraby. Nous avons beaucoup appris: ce qu’il est possible d’imaginer quand on est motivé, comment ne pas  se décourager, ce qu’il aurait fallu faire dès le début de nos projets… et ce qu’il est encore temps de changer.

Cette formation, unique en son genre, permet à tous les acteurs de la recherche, qu’il soient doctorant, post-doctorant, enseignant-chercheur, professionnel des bibliothèques et de la documentation d’aborder en une semaine tous les aspects d’un projet en Humanités numériques. Chaque journée est organisée autour d’un verbe, un aspect fondamental pour une conduite de projet réussie en Humanités Numériques: organiser (le projet, l’équipe), numériser(les documents sources, le corpus), structurer (les données et métadonnées), diffuser (les contenus, les contributions de chercheurs) et pérenniser (archiver les données sources et les métadonnées).

Les formateurs soumettent un cas pratique à un groupe de dix personnes, qui, en cinq jours, “apprennent en faisant” puisque chaque groupe doit présenter son projet aux trente stagiaires à la fin de la semaine (et les convaincre de le financer !).

Le rythme est intense, entre conférences et ateliers… ce qui n’empêche pas les stagiaires d’échanger des points de vue et de partager des expériences jusque fort tard dans la nuit! Car c’est sans conteste l’un des attraits de cette semaine en immersion complète dans les humanités numériques: on rencontre à Aussois des ethnologues oulipiens et des linguistes, des italiens spécialistes de philosophie française et des françaises spécialistes de Boccacce, des humanistes numériques débutants, amateurs, confirmés et formateurs… et on rentre avec de nouvelles collaborations en tête, des projets encore plus ambitieux (mais bien mieux organisés).

Si vous avez dans vos tiroirs un projet, prenez ce temps pour vous former! La formation est ouverte gratuitement à tous les personnels de l’enseignement supérieur. Veillez seulement à ce que votre établissement puisse financer l’hébergement et les repas.

Pour 2015, il est trop tard (voir tout le programme 2015), mais pensez-y pour 2016. Le Consortium Cahier diffuse l’information, ainsi que le CESR de Tours,le réseau des MSH, Fabula, et bien sûr la page Facebook de la MSH Val de Loire.

Lien