Archives par mot-clé : évènement en ligne

conférence – Une vision politique (suite) : la complainte de la paix

Dans le cadre des rencontres “Les mercredis d’Érasme”, Monique Weis (Université du Luxembourg) donnera une conférence intitulée “Une vision politique (suite) : la complainte de la paix”.

Elle se déroulera le mercredi 01/06/2022 de 20h00 à 21h30 à la Maison d’Érasme et en ligne.
Allégorie de la Paix

Résumé

Érasme l’avocat de la paix… Érasme le pacifiste… Cette image flatteuse jalonne l’histoire de la réception du penseur humaniste et de ses idées depuis le XVIe siècle.

Le but de la conférence est d’en dégager les différentes strates, en parallèle aux lectures successives de la Querela Pacis (Plaidoyer pour la Paix). Elle s’attardera notamment sur les commémorations de 1936 et les tentatives de récupération au profit des politique d’appeasement. Elle s’interrogera aussi, en interaction avec le public, sur l’actualité des écrits érasmiens en défense de la paix.

Monique Weis est professeure en histoire moderne à l’Université du Luxembourg depuis 2021. Elle est chercheure qualifiée honoraire du Fonds national de la recherche scientifique (Belgique). Elle travaille surtout sur l’histoire politique et religieuse des XVI
e et XVIIe siècles, dans une approche transrégionale et supra-confessionnelle. Parmi ses centres d’intérêt figure aussi l’étude de la réception de la Renaissance à l’époque contemporaine. Elle est notamment la co-auteure d’une étude sur la mémoire érasmienne à Bâle et à Rotterdam.

Informations pratiques

Option 1 : la conférence sur place au musée. Réservation en ligne obligatoire.

Option 2 : la conférence via le livestream (Youtube).

Informations et réservation

Séminaire – Études sur les femmes/Women’s Studies

La prochaine session du séminaire virtuel international de la FISIER ReNoV/ReNeW “Études sur les femmes” aura lieu le vendredi 4 février 2022 de 16h à 19h. Les deux intervenantes sont Michèle Clément (Université Lyon 2, France) et Hélène Cazes (University of Victoria, Canada). 

MICHÈLE CLÉMENT (Université Lyon 2, France)
Étude sur les femmes et nouvelles voies de la recherche sur la Renaissance

Études sur les femmes, études féministes, études sur le masculin, études du genre, études queer… les étiquettes sont nombreuses pour définir les manières nouvelles d’appréhender les productions littéraires, les échanges culturels et les positionnements sociaux depuis une quarantaine d’années, en tenant compte du genre des producteurs et productrices du XVIe siècle. Les historiennes et historiens ont été plus tôt concernés que les littéraires, les collègues canadiens et états-uniens plus tôt que les collègues européens. C’est au tout début des années 1980 que les choses ont commencé à émerger dans le monde universitaire et la France a été lente à rejoindre le mouvement, depuis une petite vingtaine d’années, et encore timidement sur les problématiques de genre qui suscitent toujours des réticences. Là où les historiennes et historiens ont une revue depuis 1995, Clio. Femmes, Genre, Histoire, les littéraires n’ont pas d’instrument ad hoc. Là où les historiennes et historiens ont disposé d’une Histoire des femmes en Occident en 1991, les littéraires ont disposé de Femmes et littérature. Une Histoire culturelle en 2020. Peut-on, grâce à une perspective cavalière sur les quarante dernières années, tirer quelques éléments pour relever les réticences et éclairer les effets de ces nouveaux questionnements sur l’analyse de la Renaissance ?

HÉLÈNE CAZES (University of Victoria, Canada)
Les Genres de l’anatomie : la « nature » de la femme

Le projet Perfecta (La perfection féminine entre discours anatomiques et défense des femmes, XVIe-XVIIIe siècles) interroge la coïncidence temporelle entre le discours sur le corps féminin que développent les « nouveaux » anatomistes après Berengario da Carpi et la revendication des femmes à la visibilité et à l’égalité. L’inclusion, difficile, du féminin dans un système jusque-là décliné au masculin ébranle l’entière compréhension du corps comme celle de l’humanité. Empruntant à la théorie du genre les notions de visibilité, stéréotype, spectre et sexe biologique, le projet Perfecta a documenté les discours, passés en récit de « découverte », sur l’appareil génital féminin chez les anatomistes et chirurgiens de la première modernité. Il trace une généalogie pour la visibilité anatomique donnée à la « nature » des femmes. La surprise la plus frappante de cette récolte de textes et images est celle de l’insuffisance des notions de « sexe », de « donnée biologique » pour décrire ce qui n’appartiendrait pas au genre dans l’identité sexuée. Car les anatomistes utilisent et construisent le genre… En présentant quelques textes (Berengario da Carpi, Estienne, Paré, Pictorius, Joubert) sur la « nature des femmes », la pureté des vierges et les preuves de la virginité, nous documenterons les rencontres et heurts entre discours anatomique et discours sur le genre féminin. Comment faire sens d’un corps sans queue ni tête, privé de tradition savante, aux temps de l’humanisme ? L’anatomie fait-elle la lumière sur l’invisible ? Serait-ce la visibilité revendiquée, à la même époque, par les premières féministes ? Ou bien, le genre ferait-il autorité ? Surtout, nous nous attarderons sur la nécessaire prudence quant à l’application des catégories du genre pour l’analyse des cultures de la première modernité, quand ces catégories reposent sur un très court récit de la modernité, où la Renaissance occupe la fin du premier chapitre et où le recours à des documents anciens sert parfois des fins très contemporaines, au prix de la nuance et de l’exactitude.

Répondant(e)s 
GARY FERGUSON (University of Virginia)
SCOTT FRANCIS (University of Pennsylvania)
COLETTE WINN (University in Saint Louis)

Lien d’inscription au séminaire en ligne (Zoom)

Informations

Séminaire –l’image renversée: production de sens et mediums visuels dans l’Europe de la première époque moderne

Du 13 au 18 janvier 2022, Stefano DE BOSIO (Humboldt Universität Berlin) donnera une série de trois séminaires en ligne : 

  • Mardi, 11 janvier, 14-16h : « Voir double : Leonard, Parmigianino, Cardano et les pouvoirs heuristiques de l’image renversée »
  • Jeudi, 13 janvier, 10-12h : « Les coquilles de Rembrandt, les bas-reliefs de Peiresc. L’image renversée et la production de sens dans la gravure de la première époque moderne »
  • Mardi, 18 janvier, 14-16h : « Comme les ailes d’un papillon : L’image renversée à l’épreuve de l’histoire de l’art et des sciences »

Stefano DE BOSIO est enseignant-chercheur en histoire de l’art moderne à la Humboldt Universität de Berlin. Ses recherche portent sur les dynamiques d’échanges culturels dans l’Europe de la première époque moderne et sur les théories et pratiques d’orientation et renversement latérale de l’image, en particulier dans la gravure, le dessin et les techniques de description. Son livre Frontiere. Arte, luogo, identità ad Aosta e nell’arco alpino occidentale, 1490-1540 (prix Giovanni Testori pour la critique d’art 2018) vient d’être publié chez Officina Libraria. Dans ces dernières années, Stefano a été, entre autres, Tobey fellow à Villa I Tatti – The Harvard University Center for Italian Renaissance Studies chercheur invité au Kunsthistorisches Institut Max-Planck-Institut de Florence et fellow à l’Internationales Kolleg für Kulturtechnikforschung und Medienphilosophie de la Bauhaus-Universität de Weimar. 

Celles et ceux qui souhaitent suivre le séminaire à distance, peuvent s’inscrire auprès de Ralph Dekoninck en lui envoyant un message à ralph.dekoninck@uclouvain.be

Informations

Conférence – The cultural dimension of Dutch overseas expansion

Le vendredi 27 août 2021 de 15h00 à 18h30 se tiendra en ligne la conférence annuelle «The Cultural dimension of Dutch overseas expansion» du Study Group Seventeenth Century

Presentation

It is only money and not knowledge that our people are seeking [in the East Indies], which is to be lamented”, complained the Amsterdam mayor and VOC governor, Nicolaes Witsen, in 1712. The Dutch trading companies may have been associated with various qualities, but an interest in culture was not one of them. None of the VOC officials even noted the presence of the world’s biggest Buddhist temple, the Borobudur, on the island of Java, leaving its re-discovery to the British in 1814. No Dutch writer tried to emulate the epic celebration of the Portuguese maritime empire by Luís de Camões. Dutch expansion had an obvious impact on the sciences and medicine, as demonstrated in Harold Cook’s Matters of Exchange: Commerce, Medicine, and Science in the Dutch Golden Age (2007). But what, if any, was its impact on culture and the humanities? This conference brings together historians of culture, art, books, and literature to arrive at a fuller picture of the cultural dimensions of Dutch overseas expansion.

Session A (English, chair: Thijs Weststeijn)

  • How did the culture of print affect the introduction of Chinese medicine in early modern Europe? – Trude Dijkstra (Warburg Institute)
  • Dutch representations of “Barbary” piracy and captivity during the early seventeenth century – Farah Bazzi (Stanford University)
  • “Invenit et fecit”: Remaking the world in mother-of-pearl – Cynthia Kok (Yale University)

Session B (Nederlands, voorzitter: Cora van de Poppe)

  • Banho, Sampo en Rumphius: Twee verhalen over Chinese helden in G.E. Rumphius’ D’Amboinsche Rariteitkamer (Amsterdam 1705) – Charlotte Kiessling (Universität zu Köln)
  • De avonturen van Andras Jelky in Batavia en het Hongaarse culturele geheugen – Gábor Pusztai (Universiteit Debrecen)
  • Reisbeschrijvingen en tekeningen van de Haarlemse chirurgijn Wouter Schouten – Marijke Barend-van Haeften (Universiteit van Amsterdam)
  • Linked Data en het onderzoek naar creatieve industrie en overzeese expansie in de zeventiende eeuw – Harm Nijboer (Universiteit van Amsterdam), Judith Brouwer (Huygens ING) en Marten Jan Bok (Universiteit van Amsterdam)

Session C (English, chair: Surekha Davies)

  • Depicting the enslaved in the Dutch periodical press – Esther Braakman (Universiteit Leiden)
  • Afro-Hollanders Relaxing in an Inn, a previously unknown subject in 17th-century Dutch art – Joaneath Ann Spicer (Walters Art Museum, Baltimore, USA)
  • Material matters: reassessing global objects in the cabinets of Amalia van Solms-Braunfels (1602-1675), Princess of Orange – Lauryn Smith (Case Western Reserve University/Cleveland Museum of Art)
  • Three recycled reincarnations: the Ten Avatars of Vishnu in Bernard and Picart’s Ceremonies et coutumes religieuses de tous les peuples du monde – Margaret Mansfield (University of California, Santa Barbara)

Programme

Informations et réservation