Archives par mot-clé : exposition

Exposition – Haute Lecture de Colard Mansion. Renouveau du texte et de l’image dans la Bruges médiévale

Titre : Haute Lecture de Colard Mansion. Renouveau du texte et de l’image dans la Bruges médiévale

Dates :  1er mars – 3 juin 2018

Lieu : Groeningemuseum, Bruges

Présentation :

Cette exposition vous plonge droit au coeur du Bruges du XVe siècle, la ville de Charles le Téméraire et de Hans Memling. À cette époque, Bruges, ville cosmopolite et dynamique, est célèbre pour sa production de livres. Les livres de luxe occupent une place centrale dans le commerce international et la culture bourguignonne.

Personnage incontournable de cet univers de livres : Colard Mansion, éditeur de livres de luxe. À l’origine homme de beaux manuscrits, il s’empare rapidement du tout nouveau média que constitue le livre imprimé. Mansion imprime les incunables les plus prestigieux de son époque, caractérisés par une typographie inédite et des illustrations particulières. Il imprime principalement des textes français qui n’avaient jamais été édités auparavant.

L’exposition fait la part belle à la beauté inégalée de l’œuvre imprimée de Mansion. Des exemplaires provenant de bibliothèques des quatre coins du monde côtoient les incunables de la Bibliothèque municipale de Bruges et de la Bibliothèque nationale de France. Jamais autant d’incunables de Mansion n’avaient été rassemblés au sein d’une même exposition.

L’œuvre de Colard Mansion marie tradition et innovation et se compose non seulement d’impressions, de manuscrits et de miniatures, mais aussi d’estampes. Pendant la visite de l’exposition, le visiteur se familiarisera avec les pratiques de l’atelier de Colard Mansion ainsi que celles des copistes, estampiers et autres artistes.

L’exposition jette un regardé clairant sur l’œuvre magistrale de Mansion. Mais l’homme derrière cette production artistique inégalée se montre plutôt réticent à livrer ses secrets. Nous ne disposons que de très peu d’éléments sur sa collaboration avec le premier imprimeur anglais, William Caxton. Et qu’advint-il de lui en 1484 ? Ici encore, le mystère reste entier. Il disparaîtra aussi soudainement qu’il est arrivé à Bruges. Personne ne sait d’où il venait ni où il a disparu. Ses livres permettront-ils d’élucider cette énigme?

L’exposition ‘Haute Lecture by Colard Mansion’ vous invite au voyage dans une ville du monde pleine d’effervescence, où se fabriquent de nouveaux livres pour un nouveau monde. Immergez-vous, le temps d’un après-midi, dans le Bruges du XVe siècle et repartez avec un trésor d’histoires.

Exposition – Spanish Still Life

Titre: Spanish Still Life. Velazquez, Goya, Picasso, Miro,…

Dates: 23 février – 27 mai 2018

Lieu: Bruxelles, Bozar/Palais des Beaux-Arts

Présentation:

Les natures mortes dans la peinture : un exercice d’imitation pour peintres manquant d’ambition ? Plus depuis que les artistes avant-gardistes se sont intéressés au genre pour introduire des changements radicaux dans le domaine de la peinture. Cette rétrospective dresse, pour la première fois, le portrait de quatre siècles de natures mortes et vous propose de découvrir les plus belles pièces : des premiers bodegónes du XVIIe siècle aux expérimentations formelles de Picasso, Dalí, Miró ou autres oeuvres plus récentes d’artistes espagnols en passant par les interprétations personnelles de Velázquez et de Goya.

Journées d’étude – Marie-Thérèse et les Pays-Bas autrichiens : la souveraineté à distance

Journées d’étude de l’Institut des Hautes Etudes de Belgique « Marie-Thérèse et les Pays-Bas autrichiens : la souveraineté à distance » et exposition virtuelle.

Dates: 20-21 décembre 2017

Lieu: Bruxelles, Palais des Académies

Argument:

Le 13 mai 1717 naissait à Vienne Marie-Thérèse Walburge Amélie Christine de Habsbourg, la fille aînée de l’empereur Charles VI. Peu préparée à l’incroyable destin qui allait s’imposer à elle, la jeune archiduchesse fut appelée à régner sur un immense empire pendant près de quarante ans. Elle fut ainsi la souveraine de nos régions, les Pays-Bas autrichiens, qu’elle gouverna depuis Vienne, secondée dans sa tâche par son beaufrère le prince Charles de Lorraine en sa qualité de gouverneur général.

Désireux de promouvoir de nouvelles activités en relation avec sa vocation de transmission d’un savoir d’excellence, l’Institut des Hautes Etudes de Belgique organisera les 20 et 21 décembre prochains une manifestation scientifique internationale qui s’interrogera sur l’exercice de la souveraineté à distance. Comment l’impératrice se tenait-elle informée des affaires relatives aux « provinces belgiques », ces pays si éloignés du centre de la monarchie ? Comment les réformes furent-elles conduites sous son règne ? Comment la souveraine était-elle représentée dans les Pays-Bas ? Une collaboration étroite avec les archives de l’Académie Royale de Belgique, les Archives Générales du Royaume et la Bibliothèque Royale de Belgique nous permettra de mettre en avant les traces, sources et témoins laissés dans nos dépôts d’archives et dans l’espace public par ce pouvoir caractéristique des monarchies complexes d’Ancien Régime : la réalisation d’une exposition virtuelle, diffusée sur le site dédié à l’événement, permettra de renvoyer le public aux documents originaux conservés dans ces différentes institutions.

L’organisation de ces journées d’étude bénéficie de l’appui de l’IHEB, du FNRS, de l’ARB, du Centre de recherche SociAMM (et du Groupe d’Étude du XVIIIe siècle) au sein de la Faculté de Philosophie et Sciences sociales de l’Université libre de Bruxelles, et de l’Université de Namur.
Les exposés se feront dans le cadre prestigieux de l’Académie Royale de Belgique, lieu idéal pour comprendre l’insertion du pouvoir dans la Cité. Créée sous le règne de Marie-Thérèse -, les lettres patentes qui ordonnent sa fondation seront exposées au public – l’Académie s’inscrit encore aujourd’hui dans le quartier Royal construit à la même époque pour héberger les principales institutions gouvernementales et judiciaires de la capitale des Pays-Bas autrichiens.

Comité organisateur :
Valérie André
Michèle Galand,
Isabelle Parmentier

Comité scientifique :
Valérie André (FNRS-ULB, ARB),
Michèle Galand (ULB),
Marc Libert (AGR),
Christophe Loir (ULB),
Isabelle Parmentier (UNamur),
Claude Sorgeloos (KBR)

Exposition virtuelle :
«URL:http://www.mtpba.be»

Personne de contact :
Madame Valérie André
vandre@ulb.ac.be

PROGRAMME

20 décembre 2017

17h30
Accueil des participants

18h00
Introduction
Valérie André, FNRS-ULB, et Michèle Galand, ULB

L’Académie thérésienne : soutenir les lettres et les sciences
Hervé Hasquin, Secrétaire perpétuel de l’Académie Royale de Belgique

18h30
Conférence plénière
Impératrice et mère : Marie-Thérèse et Marie-Christine, gouvernante des Pays-Bas autrichiens
Catriona Seth (Université d’Oxford)

19h45
Réception

21 décembre 2017

9h30
Accueil des participants

Journée d’étude présidée par Isabelle Parmentier (UNamur)

L’inauguration de Marie-Thérèse dans les Pays-Bas autrichiens
Thomas Cambrelin (ULB)

Les correspondances diplomatiques
Jean-Charles Speeckaert (Paris IV Sorbonne-ULB)

Une réforme manquée : Marie Thérèse et le droit naturel à Louvain
Ivo Cerman (Université de Bohême de Sud)

Les réformes de la police à Bruxelles : impulsion de Vienne ou initiative locale ?
Catherine Denys (Université de Lille 3)

La représentation de Marie-Thérèse dans les villes des Pays-Bas
Klaas Van Gelder (Université de Vienne-U-Gent)

La scène viennoise et les comédiens et danseurs de Bruxelles
Jean-Philippe Van Aelbrouck (CFWB)

Publications autour de Marie-Thérèse dans les Pays-Bas autrichiens
Claude Sorgeloos (Bibliothèque Royale de Belgique)

Conclusions : Bruno Bernard (ULB)

Inscription souhaitée :

– Première journée

– Deuxième journée

 

Publication – Utopia & More. Thomas More, de Nederlanden en de utopische traditie

« Utopia & More. Thomas More, de Nederlanden en de utopische traditie »
Catalogus bij de tentoonstelling in de Leuvense Universiteitsbibliotheek, 20 oktober 2016 – 17 januari 2017, Louvain, Leuven University Press, 2016.

ISBN : 9789462700932

Date de publication : 10/2016

Direction de l’ouvrage/Auteur : Dirk Sacré – Erik De Bom – Demmy Verbeke – Gilbert Tournoy

Résumé :

Vijfhonderd jaar geleden legde Dirk Martens in Leuven Utopia ter perse. Om de verjaardag van dit meesterwerk van Thomas More (1477/78–1535) passend te vieren organiseert de Leuvense Universiteitsbibliotheek in het najaar van 2016 een tentoonstelling. Die biedt een portret van More als humanist, staatsman en polemist, belicht zijn contacten met de Nederlanden en staat stil bij zijn terechtstelling en postume faam. Daarnaast gaat de tentoonstelling uitgebreid in op Utopia zelf en tal van bekende en minder bekende utopische werken. Prikkelende essays over al deze onderwerpen en gedetailleerde beschrijvingen van de tentoongestelde objecten vindt de lezer in de bundel Utopia & More. Thomas More, de Nederlanden en de utopische traditie. En voor wie nóg meer wil, bevat het boek ook een aantal extra lemmata die de context schetsen en meer werken voorstellen.

Table des matières (si disponible) :

— Woord vooraf

— D. Sacré, Ephemerides Moricae

Deel I: Thomas More

— M. Laureys, Liefde voor de letteren, gedrevenheid voor de staat, overgave aan God. Het leven van Thomas More

— J. Papy, De twee pennen van kanselier-literator Thomas More. Humanistische literatuur en ‘New Learning’ in het

Engeland van Hendrik VIII

— J. Papy, De orthodox Thomas More in de polemische stormen van de Reformatie. Van religieuze pennenstrijd

tot schavot

— G. Latré, De Engelstalige werken van Thomas More

— G. Tournoy, Terechtstelling en postume faam van Thomas More

— Catalogusnotities 1 t.e.m. 48

Deel II: Thomas More en de Nederlanden

— D. Sacré, Thomas More en de Nederlanden

— Catalogusnotities 49 t.e.m. 88

Deel III: Utopia en de utopische traditie

— E. De Bom, Het ongrijpbare Utopia. Zoektocht naar de ideale samenleving van Nergensland

— E. De Bom – T. Van Houdt, Van atopie tot utopie, van eutopie tot dystopie. Enkele krachtlijnen van de utopische traditie

— Catalogusnotities 89 t.e.m. 120

— Afkortingen

— Literatuurlijst

— Index nominum

Source (site éditeur) : KULeuven

Exposition – Une réforme, un livre : Luther et la bible palatine

Une réforme, un livre : Luther et la bible palatine

Lieu: Liège, Grand Curtius (Feronstrée 136)
Date de l’événement: Du 02/02/2017 au 30/04/2017

Commissariat scientifique assuré par Annick Delfosse (Transitions) et Cécile Oger (Réseau des Bibliothèques – Transitions)

Cette exposition a pour point de départ un très bel exemplaire de l’édition francfortoise de la traduction de la Bible par Luther (1561), connue sous le nom de Bible palatine, dont l’illustration a été confiée au graveur allemand Virgil Solis. Cet exemplaire sert de point de départ au développement de plusieurs thématiques en lien avec la réforme (les révision et traduction des textes bibliques, l’utilisation intensive par Martin Luther et de son entourage de l’imprimerie et de la gravure, le rapport complexe de Martin Luther à l’image et son recours à une production satyrique de plus en plus féroce, la production du graveur allemand Virgil Solis…). 

Source de l’info: Transitions

Exposition – Au prix de mes veilles. Le Nouveau Testament d’Érasme

Exposition

Titre : Au prix de mes veilles. Le Nouveau Testament d’Érasme

Lieu : Bruxelles, Maison d’Érasme

Date de l’événement : 07/12/2016 – 09/04/2017

« Au prix de veilles à peine croyables » : en ces quelques mots, Érasme évoque le travail colossal qu’il a fourni pour rafraîchir, rééditer et retraduire le texte du Nouveau Testament. Son édition critique en grec – et nouvelle traduction latine –, parue en 1516, constitue à ses yeux son œuvre la plus importante. Il fallait en effet de l’audace pour concurrencer le texte millénaire de la Vulgate. Il fallait même de la bravoure pour y joindre une série de notes critiques sur les cérémonies religieuses, la vie monastique, le culte des reliques, le mariage et autres institutions d’une société en mouvement.

Source de l’info : Erasmus House

 

Exposition – Héros d’argile et de papier

Héros d’argile et de papier

Dates : 21/05/2016 – 20/11/2016
Lieu : Musée Royal de Mariemont

En 2016, le Musée royal de Mariemont consacre plusieurs expositions au thème des mythologies. L’occasion idéale de présenter, en partenariat avec la Fondation Roi Baudouin, une sélection d’une soixantaine de pièces tirées de la collection Van Herck. En 1996-97, la Fondation Roi Baudouin a fait l’acquisition d’un riche ensemble de plus de 800 œuvres, patiemment constitué pendant près d’un demi-siècle par Charles Van Herck (1884-1955), issu d’une importante famille d’antiquaires anversois.

Hercule, Apollon, Vénus et Cupidon, Mars, Bacchus et ses bacchantes, Romulus et Rémus et bien d’autres héros, dieux et déesses du panthéon gréco-romain se déclinent dans des dessins, des essais et des modèles en terre cuite. Il s’agit d’œuvres préparatoires à des sculptures de commande destinées en grande partie à décorer des églises et des bâtiments religieux. S’étendant du XVIIe au XIXe siècle, l’ensemble présente un somptueux panorama de la période baroque et classique dans les anciens Pays-Bas méridionaux et sur le territoire de l’actuelle Belgique. Il apporte aussi un témoignage sur les processus de création en deux et trois dimensions et sur le goût pour l’antiquité qui prévalait à cette époque.

Les figures gréco-romaines se complètent dans l’exposition de scènes de l’iconographie chrétienne, avec notamment une crucifixion de saint Pierre.

L’exposition Héros d’argile et de papier est présentée jusqu’au 20 novembre 2016 dans la Salle Carrée du Musée royal de Mariemont, en même temps que deux autres expositions dédiées à la mythologie égyptienne. Elle fait également l’objet d’une publication éditée par le Fonds du Patrimoine de la Fondation Roi Baudouin.

Source : Fondation Roi Baudouin

Exposition – L’Art de guérir à la Renaissance

L’Art de guérir à la Renaissance

Dates : 01/06/2016 à 30/11/2016
Lieu : Musée de la Médecine

Du 1er juin au 30 novembre 2016, le Musée de la Médecine accueille une exposition sur L’Art de guérir à la Renaissance. Conçue dans le cadre du Carolus Festival, cette exposition retourne aux sources de la médecine du XVIe siècle et présente, au travers de plus de 80 objets et œuvres d’art, les changements idéologiques et méthodologiques qui incarnent les prémices de la médecine scientifique.

Partant des diverses sources antiques, médiévales et arabes qui ont nourri l’Art de guérir à la Renaissance, cette exposition invite à découvrir la richesse de la médecine au temps de Charles Quint. Les changements socio-politiques, géographiques et scientifiques qui se produisent en cette fin de Moyen Âge drainent avec eux une nouvelle mentalité, davantage tournée sur l’homme et le monde qui l’entoure. Plusieurs médecins et chirurgiens affirment une prise de distance vis-à-vis de l’enseignement scolastique des universités médiévales et par leur volonté de réviser les connaissances en se basant sur l’observation de la Nature. Vésale, le très célèbre médecin de Charles Quint, dissèque d’une main précise et d’un œil acéré les différentes couches du corps humain. Ambroise Paré, guidé par un geste chirurgical infaillible, incarne l’évolution de la chirurgie et plus particulièrement celle pratiquée sur les multiples champs de bataille des Guerres de religion. L’exceptionnel alchimiste et médecin Paracelse développe les bases de la chimie tandis que les premiers véritables pharmaciens classifient les plantes et quantifient de plus en plus précisément les substances médicinales à utiliser pour les remèdes. L’Art de guérir à la Renaissance revêt ainsi des formes variées, parfois contradictoires mais toujours fascinantes.

Infos pratiques :

Langue : français
Horaire : Du lundi au vendredi : 13h – 16h
Lieu : Salle Nobel (2e étage)
Musée de la Médecine
808 Route de Lennik
1070 – Bruxelles

Source : Musée de la Médecine

 

Exposition – La cartographie ou le miroir du monde. Mercator et Ortelius, deux géographes flamands

La cartographie ou le miroir du monde – Mercator et Ortelius, deux géographes flamands

Lieu : Musée de Flandre
Dates : 12 mars 2016 – 12 juin 2016

Argumentaire :

Gérard Mercator et Abraham Ortelius sont considérés comme les fondateurs de la géographie moderne. Tous deux originaires de Flandre, ils se rencontrent en 1554 et bien vite une amitié voit le jour. Leur travail va révolutionner la cartographie. À Mercator, on doit en 1569 la célèbre carte du monde : sur 21 feuilles gravées, la surface terrestre prend la forme d’un cylindre déroulé, ponctué de méridiens et de parallèles. Un an plus tard, Abraham Ortelius publie la première édition de son atlas, le Theatrum orbis terrarum, qui fera sa renommée, puisqu’il est considéré comme le premier atlas imprimé dans le sens moderne du mot. Jusqu’à présent, les cartes du monde n’avaient jamais été réunies dans un seul ouvrage. Au travers des découvertes de ces cartographes de génie, illustrées par une sélection d’ouvrages de références, de cartes anciennes, d’instruments de mesure, mais aussi de tableaux, l’exposition propose une immersion dans le XVIe siècle, période d’humanisme et d’ouverture à la connaissance.

La cartographie ou le miroir du monde bénéficie du concours exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France.

POUR LES VISITEURS INDIVIDUELS : Visites guidées tous les week-end et tous les jours pendant les vacances scolaires. Voir l’agenda.

POUR LES GROUPES : Visite guidée (1h-1h30-2h) du mardi au dimanche sur réservation au +33 (0)3 59 73 45 59 / reservations.museedeflandre@lenord.fr

POUR LE PUBLIC SCOLAIRE (de la maternelle au lycée) : Visites guidées et atelier (2h) sur réservation au +33 (0)3 59 73 45 59 / reservations.museedeflandre@lenord.fr

Source : Musée de Flandre

Exposition – Magie et raison. Elisa von der Recke et l’affaire Cagliostro

Magie et raison. Elisa von der Recke et l’affaire Cagliostro

Lieu : Université de Liège – Place du 20-Août 7, 4000 Liège
Dates : 2-15/05/2016
Argumentaire :

A l’initiative du “Groupe d’étude du dix-huitième siècle et des révolutions” de l’ULg se tiendra, du 12 au 14 mai prochains, un colloque intitulé “Elisa von der Recke. Contextes et perspectives”. À l’image de sa protagoniste interdisciplinaire, il nous invite à (re)découvrir la vie fascinante et l’œuvre multiple de cette femme d’exception du siècle des Lumières. Vouant un intérêt particulier aux biographies de femmes, Vera Viehöver, chargée de cours en littérature allemande, a découvert l’autobiographie de l’écrivaine courlandaise du XVIIIe siècle, Elisa von der Recke. D’une sincérité poignante, les lettres de l’époque de son mariage infortuné témoignent des violences conjugales subies lors de sa vie matrimoniale avec le chambellan Georg Magnus von der Recke : il s’agit là d’une thématique complètement taboue à l’époque. Fascinée, la chercheuse s’étonne que cet ouvrage n’ait fait l’objet d’aucune édition critique.

FEMME D’AVANT-GARDE

C’est le point de départ d’un voyage littéraire et culturel au sein d’une œuvre foisonnante. En mai prochain, la chercheuse organisera un colloque et une exposition sur l’écrivaine et son œuvre, avec l’aide de Valérie Leyh, chargée de recherche FRS-FNRS, et de Adelheid Müller, chercheuse à l’Akademie der Wissenschaften de Mayence. Deux manifestations qui ont permis de renforcer et d’intensifier les collaborations de l’ULg avec l’Allemagne et les Pays baltes. « Avant d’être sous domination russe à partir de 1795, la couche sociale la plus élevée en Courlande (Lettonie actuelle) était germanophone. Cela explique qu’à l’heure actuelle beaucoup de chercheurs baltes s’intéressent à ce passé germanophone », souligne Vera Viehöver.

Il faut dire qu’Elisa von der Recke a laissé des traces indélébiles, redécouvertes aujourd’hui à leur juste valeur. Femme d’avant-garde, elle a véritablement marqué son époque tant et si bien qu’elle a su en capter les subtilités et les contradictions. « Le siècle des Lumières est un grand champ de batailles idéologiques : catholiques contre protestants, rationalistes contre irrationalistes, francs-maçons contre illuminés, relate Valérie Leyh. C’est d’ailleurs sa prise de position contre le comte de Cagliostro, adepte des pratiques occultes, dont elle dénonce les escroqueries, qui rendra célèbre Elisa von der Recke dans l’Europe entière. » S’en suivront toujours avec autant de succès des textes autobiographiques, des écrits poétiques, politiques, philosophiques, dramatiques, des échanges épistolaires avec des acteurs incontournables de son époque (Casanova, Goethe, Schiller) ainsi que des journaux de voyage. « Il est toutefois impossible de la cantonner à ses seules œuvres littéraires, poursuit la chercheuse. Elle marquera également l’histoire culturelle de son temps grâce à ses chants religieux ou encore à sa contribution à l’histoire de l’art et au culte de l’amitié. »

RÔLE POLITIQUE

Par ses interventions diplomatiques habiles, elle joue également un rôle politique : « Étant la demi-sœur de Dorothée de Courlande et Sémigalle, dernière régente de Courlande, Recke fréquente également les hautes sphères de la noblesse européenne et adopte des positions déterminantes sur la scène politique, positions dont la portée est encore à découvrir et qui s’inscrivent dans des configurations régionales (Courlande) mais aussi internationales (Prusse, Pologne, Russie). Cette vision non plus verticale (Nord-Sud, France-Italie) de l’Europe est très novatrice pour l’époque », complète Vera Viehöver. Ce sont d’ailleurs ces multiples facettes de sa vie et de son œuvre qui fascinent aujourd’hui encore.

Voir aussi le site www.culture.ulg.ac.be/Evdr

 

Colloque Elisa von der Recke.  Contextes et perspectives

Du 12 au 14 mai, à l’ULg.

Salle des professeurs et salle de l’horloge, place du 20-Août 7, 4000 Liège.

Informations sur http://web.philo.ulg.ac.be/gedhsr/actualite/

Exposition “Magie et raison. Elisa von der Recke et l’affaire Cagliostro”

Réalisée avec le concours du Minister für Bildung und wissenschaftliche Forschung der Deutschsprachigen Gemeinschaft Belgiens, le service de littérature allemande et le service de traduction, du 2 au 14 mai, dans le hall d’entrée de la place du 20-Août 7, 4000 Liège.

Source : ULg

Exposition – Louis-Auguste Brun, peintre de Marie-Antoinette. De Prangins à Versailles

Louis-Auguste Brun, peintre de Marie-Antoinette. De Prangins à Versailles

Lieu : Musée national suisse – Château de Prangins
Date : 4 mars – 10 juillet 2016

Description :

Habile dessinateur, excellent portraitiste, animalier et paysagiste, l’artiste suisse Louis-Auguste Brun (1758-1815) est aujourd’hui principalement connu pour les œuvres qu’il réalisa à la cour de France, et notamment deux portraits équestres de Marie- Antoinette. Cependant, sa production fut bien plus vaste.

Comment un jeune peintre originaire de Rolle, ayant fait son apprentissage auprès d’un artisan local, a-t-il pu goûter aux fastes de Versailles et se voir introduit auprès de la reine? Avec une centaine de peintures à l’huile et de dessins, l’exposition retrace cette trajectoire remarquable. Elle rappelle le rôle décisif qu’ont joué les rencontres faites par Brun à ses débuts au château de Prangins, haut lieu culturel en Pays de Vaud. Le talent de l’artiste fera le reste. Très à l’aise lorsqu’il s’agit de dépeindre les distractions et l’insouciance de la classe privilégiée, Brun multiplie dès son arrivée à Paris portraits, paysages, scènes de chasse ou de courses. L’exposition présente aussi les œuvres réalisées à son retour de France, sur les bords du Léman. Enfin, elle raconte les surprenantes dernières années de sa vie, entre activités de marchand d’art, de collectionneur et de patriote vaudois.

Du 4 mars au 10 juillet 2016, le Musée national suisse — Château de Prangins présente une exposition dédiée au parcours remarquable de L.-A. Brun, peintre célèbre pour ses portraits équestres de la reine Marie-Antoinette. Une centaine d’œuvres ainsi qu’un film résumant les surprenantes dernières années de sa vie permettront aux visiteurs de s’immerger dans la vie de ce personnage inclassable. Des visites guidées olfactives, ainsi qu’un menu d’inspiration « Marie-Antoinette » au Café du Château sollicitent tous les sens.

Commissaires de l’exposition : Martine Hart et Helen Bieri Thomson

Source : CRCV

Exposition – Les exemplaires des Giunta de la Bibliothèque Universitaire de Caen

Les exemplaires des Giunta de la Bibliothèque Universitaire de Caen

MRSH – Hall d’expositions du 29 mars 2016 au 8 avril 2016

Responsables scientifiques : S. Fabrizio-Costa – H. Soldini

Projet réalisé grâce à la collaboration de la Bibliothèque Universitaire Droit-Lettres, Fonds patrimoniaux (Mme J. Titon), du Centre de Documentation de la MRSH (Mme C. Chuiton) et du service infographie de la MRSH (Mme A. Lacherez).

Dans le cadre de la journée d’études : « Les livres des Giunta : de Venise et Florence à la Normandie», MRSH, 1er avril 2016.

Source : UniCaen