Archives par mot-clé : histoire de l’art

Colloque – 02-03/04/2015 – L’archéologie des guerres de siège sur la frontière France-anciens Pays-Bas (16e-18e siècles)

L’archéologie des guerres de siège sur la frontière France-anciens Pays-Bas (XVIe-XVIIIe siècles)

Jeudi 2 avril 2015 – Vendredi 3 avril 2015
Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis
Le Mont Houy – FLLASH – Bâtiment Matisse, Amphi 150

Jeudi 2 avril 2015

9h30 Accueil des participants
9h45 – Introduction aux journées d’études par les organisateurs
Présidence: Philippe Bragard (Université catholique de Louvain)
Avant la campagne : l’entraînement des troupes
10h00 – Samuel Guérin (INRAP Centre/Ile-de-France) : Les « camps de Compiègne »: découverte de vestiges de manoeuvres militaires à Margny-lès-Compiègne dans l’Oise, 1666-1847.
10h25 – Séverine Hurard (INRAP Ile-de-France) : Le fort Saint-Sébastien de Saint-Germain-en-Laye : la préparation des troupes de Louis XIV à la guerre de siège, vers 1669.
10h50 questions / pause
Archéologie des camps militaires
11h15 – Arnaud Tixador (Service Archéologique de Valenciennes), Michel Siebrand (Service Public de Wallonie, Namur), Marceline Denis (Service Public de Wallonie, Mons) : Vestiges de campements et de bivouacs militaires en Hainaut, Namur et Valenciennes, XVIe-XVIIIe siècles.
11h40 – Laurent Brou et Robert Wagner (CNRA, Luxembourg) : Des campements et aménagements du siège de 1684 par l’armée de Louis XIV : Une exceptionnelle découverte d’archéologie militaire.
12h05 – Pauline Lhommel (EVEHA) : Auxi-le-Chateau : exemple d’un espace funéraire atypique, XVIe-XVIIe siècles.
12h30 questions
13h00 Déjeuner

Présidence de l’après-midi : Philippe Beaussart (directeur du Service archéologique, Ville de Valenciennes)
Les dispositifs d’attaque
14h00 – Maxime Poulain (Université de Gand) : Une archéologie de la Guerre de Quatre-Vingts Ans (1568-1648): le siège d’Ostende et le fort Saint-Isabelle.
Le tissu urbain au prisme de la guerre de siège
14h25 – Mathieu Lançon (INRAP Villeneuve d’Ascq) : Contraction ou dilatation de l’espace urbain dans deux places fortes du Nord de la France : Les données archéologiques des villes de Béthune et Dunkerque (XVIe-XVIIIe siècles).
14h50 questions / pause
L’armement dans la guerre de siège
15h15 – Dominique Prévôt (Musée de l’Armée, Invalides, Paris) : L’armement portatif utilisé dans la guerre de siège entre 1650 et 1750.
15h40 – Christophe Pommier (Musée de l’Armée, Invalides, Paris) : Les batteries d’artillerie dans la guerre de siège : implantations, rôles et composition (guerre de Louis XIV).
16h05 questions

Vendredi 3 avril 2015

Présidence de la matinée : Stéphane Révillion (conservateur régional de l’archéologie)
La naissance de la place forte frontalière
9h00 – Jean-Denis Laffite (INRAP Metz) : La forteresse de Rodemack, « sentinelle de Luxembourg », archéologie des conflits entre le royaume de France et le duché de la fin du XVe au XVIIIe siècle (fouilles 2012-2014)
9h25 – Karine Berthier (EA 4284 – TRAME, Université de Picardie – Jules Verne) : Le système défensif de la porte Montrescu (Amiens) dans les conflits du XVIe siècle
9h50 – Wim Dijkman (Centre Céramique, Maastricht) : Maastricht vaut le détour : L’intérêt stratégique d’une ville mosane des anciens Pays-Bas (XVIe-XVIIIe siècle)
10h15 questions / pause
Nouvelles perspectives de recherche sur la guerre de siège
10h45 – Yann Lorin, Yves Créteur, Guillaume Pâques (INRAP Achicourt et Halma Ipel) : Les sièges de la place forte d’Aire sur la Lys au cours des XVIIe et XVIIIe siècles : contribution de l’archéologie préventive sur la ZAC Saint-Martin
11h10 – Alain Henton et Yves Créteur (INRAP Nord-Picardie) : La guerre de succession d’Espagne (1701-1714) vue…d’avion. Retranchements de sièges et de mouvements de troupes mis en évidence sur ortho-photographies aériennes de haute altitude en Nord-Pas-de-Calais. Nouvelles perspectives de recherche.
11h30 questions / conclusions des journées

Comité d’organisation :
Jacques Heude (UVHC)
Yves Junot (UVHC)
Jean-Christophe Largillière (Service archéologique, Ville de Valenciennes)
Arnaud Tixador (Service archéologique, Ville de Valenciennes)

Comité scientifique :
Philippe Beaussart (Service archéologique, Ville de Valenciennes),
Philippe Bragard (Université catholique de Louvain)

Contact : archeosiege2015@gmail.com ou Yves.Junot@univ-valenciennes.fr

Source : IRHiS

CFP – « Lumière(s) » – Journée d’études des doctorants de l’IRHiS

PROJET APPEL À CANDIDATURE
Journée d’études « Lumière(s) »

5 juin 2015

 à lUniversité Lille 3
dans la salle de s
éminaire de lIRHiS (salle A1.152)
de 9h30
à 17h30Logo-IRHiS-2014-200

Organisée par les doctorants de lIRHiS

Projet labellisé : 2015-Année de la Lumière en France (http://www.lumiere2015.fr/)
http://www.lumiere2015.fr/evenement/lumieres/

Élément fondamental de notre univers, phénomène physique, marqueur du temps et des saisons, critère esthétique… la « lumière » a été déclarée thématique de l’année 2015 par Les Nations-Unies.

À cette occasion, nous vous proposons donc de réfléchir ensemble dans le cadre d’une journée d’étude à la notion de « lumière » dans l’histoire et l’histoire de l’Art. De même, l’idée de “lumière(s)” appelle à s’interroger sur ses contraires, comme l’obscurité ou l’obscurantisme, etc.

Pour mieux saisir l’ampleur et la richesse de cette question, nous vous proposons d’articuler cette journée d’études autour de quatre axes, non restrictifs, à savoir, la lumière comme:

Élément physique, la lumière fait partie de la vie de l’humanité depuis ses origines. Qu’elle soit naturelle ou artificielle, son degré de domestication peut servir d’étalon pour mesurer le développement des civilisations. Sa maîtrise a contribué au développement des sociétés. Sa quête a guidé la création.

Élément esthétique, la lumière, ainsi maîtrisée par l’humanité, occupe une place centrale dans tous les arts. Capter, produire, reproduire, utiliser une « belle lumière » ou utiliser la lumière pour produire du beau, la lumière est à la fois un moyen et une fin. Bien utilisée, elle devient le signe du talent de l’artiste ou de la puissance du prince.

Élément symbolique, la lumière est souvent associée à la naissance et la vie dans les différentes cosmogonies. Toujours associée au bien dans les mythologies manichéennes, elle apparaît alors dans les représentations, comme le symbole de la divinité positive, céleste ou stellaire, face aux forces souterraines, associées aux ténèbres. Puis la lumière est associée à la Raison et au progrès.

Enfin, la lumière mise au pluriel devient les Lumières, ce courant philosophique européen du XVIIIe siècle qui a marqué la pensée occidentale, et dont Emmanuel Kant a sans doute produit la plus juste des définitions :

« Quest-ce que les Lumières ? La sortie de lhomme de sa minorité dont il est lui-même responsable. Minorité, cest-à-dire incapacité de se servir de son entendement (pouvoir de penser) sans la direction dautrui, minorité dont il est lui-même responsable (faute) puisque la cause en réside non dans un défaut de lentendement mais dans un manque de décision et de courage de sen servir sans la direction dautrui. Sapere aude ! (Ose penser) Aie le courage de te servir de ton propre entendement. Voilà la devise des Lumières. »
(Emmanuel Kant, Quest-ce que les Lumières ?, 1784)

Qu’est-ce que les Lumières ? Qu’est-ce qu’être éclairé ? Quelles différences entre l’illuminé et l’éclairé ? Autant de questions auxquelles nous vous proposons, non pas de répondre, mais d’apporter un éclaircissement.

Nous vous invitons donc à participer massivement à cette journée qui abordera la question de la lumière, vous l’aurez compris, sous tous ses aspects, dans l’histoire et dans l’histoire de l’art.

MERCI DENVOYER VOS PROPOSITIONS DINTERVENTION A LADRESSE SUIVANTE doctorants.irhis@gmail.com

AVANT LE 15 AVRIL 2015

EN 1 PAGE MAXIMUM, DONNEZ UN RÉSUMÉ DE VOTRE INTERVENTION AINSI QUUNE BRÈVE BIOGRAPHIE.

Le comité organisateur :
Benoît Carré (doctorant en Histoire)
Delphine Chambon (doctorante en Histoire de l’art)
Erika Dupont (doctorante en Histoire de l’art)
Kevin Troch (doctorant en Histoire)

Lien

Colloque – 01/04/2015 – Sous-entendre dans les œuvres d’art : pratiques et techniques

Argumentaire

Sous-entendre, c’est à la fois dire plus – que ce que le message semble dire – et dire moins – que ce que l’on donne à penser au récepteur du message. C’est donc, en toute logique, donner à entendre sous les signes apparents et non pas surinterpréter, saisir un sens sur ce qui est dit. D’emblée le récepteur est mis au premier rang de l’acte de sous-entendre : c’est bien parce que celui-ci entend que ce qui est « sous-dit » prend corps.

Cette prise en compte du récepteur est primordiale dans les définitions du sous-entendu. Ainsi comme l’écrit Catherine Kerbrat-Orecchioni : « La classe des sous-entendus englobe toutes les informations qui sont susceptibles d’être véhiculées par un énoncé donné, mais dont l’actualisation reste tributaire de certaines particularités du contexte énonciatif […] »1. Justement, qu’en est-il quand l’actualisation est retardée, reportée dans le temps et dans l’espace et quand le contexte énonciatif fait défaut ? Souvent étudié en contexte communicationnel et mis en regard avec l’acte de présupposer (Oswald Ducrot (1972) et Jean-Claude Anscombre (1988)), nous souhaitons, avec cette journée d’étude, interroger l’acte de sous-entendre plus spécifiquement dans les œuvres d’art, qu’elles soient plastiques, littéraires, théâtrales ou cinématographiques. Si les raisons qui motivent l’acte de sous-entendre sont multiples (déjouer la censure, cibler ou exclure un public, instaurer et mettre à l’épreuve une certaine complicité avec le destinataire…), nous souhaitons centrer les communications sur les techniques permettant d’amener un récepteur à percevoir un sens qui n’est pas explicite. La démarche est donc stylistique, c’est pourquoi nous privilégierons les études de cas (sur un extrait, autour d’une œuvre, d’un auteur, d’un style particulier…), analysant les moyens mis en œuvre pour que s’opère le calcul interprétatif nécessaire à la compréhension du sous-entendu. pour que ce dernier atteigne sa visée.

1Kerbrat-Orecchioni C., L’implicite, Paris, A. Colin, 1986,p. 39.

Programme

Lieu : MRSH, salle des thèses, université de Caen – Esplanade de la Paix, Caen, France (14000)

9H. Introduction : Charlotte Aumont

  • Philippe de Vita, Université d’Orléans : De la rhétorique de l’image à la signifiance de l’acteur : l’art de la suggestion dans deux adaptations filmiques de l’affaire Stanford White
  • Claire Chamiyé, Université Paris-Sorbonne : L’emprunt textuel et musical dans la chanson religieuse médiévale ou comment les relations intervocales restreintes participent au dénouement d’un sous-entendu

Pause : 10h15-10h30

  • Clément Hummel, Université Caen Basse-Normandie : De l’utopie à la satire : l’anticipation scientifique dans Le Vingtième Siècle (1883) d’Albert Robida
  • Valentin Guermond, Université d’Angers : Sous-entendre dans le cinéma de genre espagnol sous le franquisme tardif : l’exemple de La Noche del terror ciego d’Amando de Ossorio (1971)

Pause déjeuner : 12h-14h

  • Cécile Raulet, EHESS : Quel clin d’œil pratiquer ? Comment Roland Barthes fait entendre sous les mots
  • Benjamin Dang, Université Caen Basse-Normandie : Les fusées inouïes de Jean Tardieu

Pause : 15h15-15h30

  • Farah Stiti Haddad, Université de Tunis : Du sous-entendu dans les Nouvelles récréations et joyeux Devis de Bonaventure des Périers
  • Emmanuel Faure-Carricaburu, Université Paris VIII : Cuisinières de Chardin et Santerre : attendus et sous-entendus de la scène de genre 

16h45. Conclusion : Barthélémy Guillemet

Contact

Source : Calenda.

CFP – Voicing dissent in the long reformation

Voicing Dissent in the Long Reformation

Lieu : Universités Aix-Marseille et Montpellier
Date : 6-9 juillet 2016

The conference will concentrate on the expression and representation of Protestant Dissent, Nonconformity and Puritanism (1500–1800), with an emphasis on the relationship between written and oral cultures. Topics might include: preaching, singing and praying; public and private devotion; conferences and disputations; epistolary conversation; religion and politics; rumour and defamation; reading and publishing Dissent; the representation of emotions…

Papers on the works and reception of John Bunyan will be especially welcome, but papers need not be restricted to Bunyan.

Applicants are invited to send proposals for 30-minute papers or for panels (3 x 30-minute papers). Please include a title for the paper; a summary of no more than 300 words; a 100-word biographical outline; and a one-page CV.

Bursaries are available for doctoral students and young researchers. To apply, explain your need for support, your likely travel costs, and include a reference letter (from e.g. a supervisor).

Send all proposals and communications (Word documents only, no pdf) to: voicingdissentconference@gmail.com

Deadline: 31 May 2015
All answers by August 2015

Lien

CFP – Héraldique et papauté

Colloque international organisé par l’université du Havre à Rome, en partenariat avec l’École française, l’Académie de France, l’Association des historiens de l’art italien, les 19-21 mai 2016.

Modalités pratiques d’envoi des propositions
Propositions (fonction + bibliographie essentielle + résumé, le tout en une page) à envoyer pour le 1er juin 2015 à l’adresse suivante: yvan.loskoutoff@univ-lehavre.fr

Communications de 40 minutes.

Au Moyen Age comme à l’époque moderne, la papauté dispose d’imaginaires variés pour alimenter sa communication institutionnelle. On pense d’abord à l’Ecriture Sainte ou à l’hagiographie, à l’histoire, antique ou récente, à la mythologie, mais on aurait tort de négliger l’héraldique. Un nouveau pape apporte avec lui les images de son blason qui paraissent sur les monnaies, sur les sceaux, sur les médailles, sur la vaisselle et les ornements liturgiques, sur les reliures et les illustrations des livres, dans les armoriaux et dans la littérature de célébration ou de satire (pasquinades), sur les façades et les décors peints ou sculptés des bâtiments (succès dans la grotesque), dans les diverses fêtes et cérémonies, sur les monuments et les tombeaux, sans oublier les jardins, les fontaines, etc… Les cardinaux augmentent souvent leurs armoiries de celles du pape qui les a créés. Ce n’est pas un hasard si la Rome pontificale peut être considérée comme l’une des capitales les plus héraldiques du monde. Dans la peinture, cet imaginaire prend des formes allégoriques, depuis Raphaël et avant lui (Portrait de Léon X, ornement du fauteuil emprunté aux armes du portraituré, trait commun à de nombreux papes), jusqu’au Caravage et après lui (L’Amour triomphant, globe étoilé renvoyant aux armes des Aldobrandini). Les grands décors sont élaborés en programmes. Fritz Saxl avait ainsi étudié l’utilisation ‘hiéroglyphique’ du taureau des Borgia par Pinturicchio dans les appartements du Vatican. Michel Pastoureau s’est intéressé à l’emblématique des Farnèse, famille de Paul III. Carlo Ruffini a récemment consacré un livre à la symbolique héraldique de Grégoire XIII, Corinne Mandel puis Yvan Loskoutoff un à celle de Sixte-Quint.

Il reste encore beaucoup à dire. L’héraldique papale, dans ses différents emplois, n’a pas suscité tout l’intérêt qu’elle méritait. Vaste sujet, propre à stimuler historiens, historiens de la littérature et historiens de l’art.

Lien

CFP – Women in the Global Eighteenth Century

Women in the Global Eighteenth Century

Seton Hall University, South Orange, New Jersey,
Le colloque aura lieu au Grand Summit Hotel, à Summit, NJ les 5 et 6 novembre 2015.
Date limite de soumission des propositions :  15 mai 2015.
La conférence inaugurale sera dispensée par Dr. Lynn Festa, Associate Professor of English, Rutgers University.

In The Global Eighteenth Century , Felicity Nussbaum and her contributors urged scholars to see the eighteenth century as ‘wide’: a period with a geographical as well as temporal sweep.Such a perspective, Nussbaum contended, would require different, more complex narratives of the people, events, systems, and discourses of the age. In the spirit of our namesake Aphra Behn, whose poetry, drama, plays, and translations reflect a complex awareness of a widening world, The Aphra Behn Society for Women in the Arts, 1660–1830 takes up the challenge posed by The Global Eighteenth Century to invite papers exploring any aspect of women and the arts in this ‘global eighteenth century’. How does a wider, potentially global, lens change the view of people, places, and things both familiar and strange, domestic and imperial, Us and Other? How does gender affect those views?

The Aphra Behn Society for Women and the Arts invites papers addressing the intersection of gender and the global eighteenth century from a wide variety of disciplines, including but not limited to Literature, History, Art History, Music History, Modern Languages, Philosophy, Religious Studies, and Women and Gender Studies. We welcome papers on this topic from all sub-fields of these disciplines.

Lien

CFP – Dans l’ombre du roi-soleil

34e colloque annuel de la Société d’Etudes pluridisciplinaires du XVIIe siècle français (SE17)

Lieu : New Brunswick
Date(s) : 5-7 novembre 2015
Date limite de réponse à l’appel : 31 mars 2015
Les chercheurs de toutes disciplines sont invités à soumettre des propositions de communication (en français ou en anglais) relatives aux thèmes annoncés ci-dessous pour le 34e colloque annuel de la Société d’Etudes pluridisciplinaires du XVIIe siècle français :
1. Le Cabinet / The Cabinet
2. Cérémonies / Ceremonies
3. Pédagogie / Pedagogy
4. Réception du XVIIe siècle / Reception of XVIIth century
5. La violence / Violence
6. Voix libertines / Libertine Voices
7. Voyages et carrefours / Travels and Crossings

Lien

Summer School – 06-10/07/2015 – Printmaking in Italy and the “Flemish” Contribution (16th-17th)

Summer School: Printmaking in Italy and the “Flemish” Contribution (16th-17th) / Il mercato delle stampe in Italia e il contributo “fiammingo” (16°-17° secolo)

6-10 luglio 2015 (Academia Belgica / Koninklijk Nederlands Instituut)

Info: info@academiabelgica.it

Voir l’appel complet