Archives par mot-clé : histoire

Séminaire – William Riguelle – Une dimension de la “nature urbaine” : contribution à l’étude de l’animal dans les villes de Bruxelles et Liège (17e-18e siècles)

Séminaire du GEMCA
Université catholique de Louvain

Orateur : William Riguelle, doctorant en histoire au Larhis (UCL)

Que la ville moderne ait fourmillé d’animaux est une certitude : hommes et « bestiaux » s’y côtoient dans une promiscuité toute particulière, faisant émerger le problème de leur cohabitation. C’est sur cette relation homme-animal que l’on se penche, ainsi que sur les conséquences et les motivations d’une telle proximité. Mobilisant des sources écrites et iconographiques, cette recherche se focalise sur la place et le rôle de la « bête » en ville, dans sa relation avec l’environnement urbain et les hommes qui y vivent : cet élément constitue une perspective enrichissante pour éclairer le rapport de l’homme à la nature.

Informations pratiques
Jeudi 26 février 2015
De 14h à 16h
Université catholique de Louvain
Le lieu précis sera communiqué ultérieurement

Source : GEMCA.

CFP – Art and Science in the Early Modern Low Countries

Art and Science in the Early Modern Low Countries

Anticipating plans for a future exhibition on Art and Science in the Early Modern Low Countries (ca 1550-1730), the Rijksmuseum and the Huygens Institute for the History of the Netherlands (Royal Dutch Academy of Arts and Sciences) organize a preliminary, two-day conference. This event will take place at the Rijksmuseum (September 17th) and the Trippenhuis (September 18th) in Amsterdam.

The Low Countries were flourishing in the early Modern Period, influenced by developments in Northern Italy and Southern Germany. First Antwerp and later Amsterdam emerged as centers of artistic and scientific innovation and creativity, and as nodal points in the exchange of goods, knowledge and skills. It is certainly no coincidence that a high level of artistic productivity in the Low Countries coincided with the so-called ‘Scientific Revolution’. Seen from a contemporary point of view, ars and scientia were complementary concepts, rather than opposites.

The aim of the conference is to explore the possibilities, prospects and also the pitfalls of the conjunction of ‘art and science’, and to contribute to the developing conversation between historians of art, historians of science and everyone interested in the visual and material culture of the sixteenth- and seventeenth-century Low Countries. The organizers look forward to receiving original submissions that address the relationships between art and science on both a material and a conceptual level.

Proposals which take objects, works of art, images, or illustrated texts as their point of departure are particularly welcomed. These may include ‘borderline’ topics – cross-overs between art and science, such as decorated shells, maps, models, pop-up books or anatomical preparations. Although the focus of the conference will be the Low Countries – both the South and the North – proposals which make reference to developments elsewhere shall certainly be considered, so long as the overall relevance for the main theme is clear.

Topics for discussion may include, but are not limited to:

  • the fluid borders between art and nature, both in theory and in practice ( eg life casting techniques, strategies of display),
  • the influence and use of new theories and instruments of visual representation ( eg the use of perspective, anatomical analysis, the telescope, microscope and camera obscura),
  • the processes and techniques that artists used for the visual representation of the increasing body of traditional and new knowledge, such as different print media and the use of color, multi-sheet and interactive prints.
  • the mediation of direct observation by visual conventions and the specific demands of illustrations concerned with the production of new knowledge (for instance with regard to previously unknown flora, fauna and peoples, and to anatomical and astronomical discoveries),
  • the emergence in visual materials of new conceptions of objectivity and trustworthiness (eg the meaning of ‘ ad vivum ‘ and its cognates; the character and use of illustrations in natural histories and ‘scientific’ treatises),
  • spaces where scholars, craftsmen and artists cooperated, discussed and produced new knowledge, such as cabinets of curiosities, the workshop, the anatomical theatre and the botanical garden,
  • the role of religion in the definition and construction of knowledge and its influence on the visualization of knowledge.

We invite proposals for 20-minute and 10-minute papers, presenting the results of new or ongoing research. A 300-word abstract (preferably including an image or reference to a work of art), together with a short curriculum vitae, should be sent to both :

Jan de Hond (j.de.hond@rijksmuseum.nl)
Eric Jorink (eric.jorink@huygens.knaw.nl)

Proposals should be submitted no later than April 15, 2015 .
The selection of proposals will take place during the following month.

Source : Achttiendeeuw.

CFP – Lutheran Confessional Cultures in Early Modern Germany and Scandinavia

Conference Background and Purpose

Since the 1980s the paradigm of confessionalisation has become a common basis of a lot of research in the ‘confessional age’ in European history. Especially the German historians Wolfgang Reinhard and Heinz Schilling have argued that a process ofconfessionalisation, following in the wake of the Reformation, was an important phase in the development of the modern state. Within all of the three dominant confessions of Germany, Lutheranism, the Reformed Church, and Roman Catholicism, the outcome of the process was confessional societies in which church and state worked closely together, and ecclesiastical and social discipline played an important role in making people think and behave like devoted Christians. In opposition to this view the German church historian Thomas Kaufmann has formulated an alternative concept, namely that of ‘confessional culture’,Konfessionskultur. With this concept he points to the fact that although Lutheran, Reformed and Catholic territories in the German Empire to a certain degree went through the same social and political development, there were substantial differences within the cultural sphere: Each confession developed its own distinct confessional culture.

The purpose of the conference in January 2016 is to compare the confessional cultures that developed in the early modern period in the Lutheran parts of the German Empire and in the Nordic countries. Up to now very often German Lutheran concepts of confessional identity have been used as normative models for Scandinavian Lutheranism as well. This ignores the fact that the cultural and political conditions were very different. There is no doubt that Lutheranism had a deep impact on the societies dominated by this version of the Christian religion, but although the forms and consequenses of Lutheranism in the different German territories and estates and in the Scandinavian countries might be similar, they are by no means identic. Above all there seems not to be a Scandinavian parallel for the theological struggles of German Lutheranism, something which might be the origin for many other developments. Seeing Germany and Scandinavia as specific, but interconnected types of a multifold Lutheran confessional culture, the conference aims to historically reconstruct Lutheranism in unity as well as diversity.

Call for papers

Invited speakers at the conference include Charlotte Appel (Roskilde), Otfried Czaika (Oslo), Scott Dixon (Belfast), Jan Harasimowicz (Wrocław), Sabine Holtz (Stuttgart), Thomas Kaufmann (Göttingen) and Tarald Rasmussen (Oslo). An additional number of speakers will be found through this open call for papers, in which the organizers invite scholars from Germany and Scandinavia as well as from other countries to send in proposals for papers.

All topics enabling to characterise the confessional profile of Lutheranism in the sixteenth and seventeenth centuries can be presented in papers for the conference, whether it is the way that special Lutheran characteristics came to expression in legal, institutional, educational, liturgical, doctrinal or devotional regards, or it is specific Lutheran types of mentality or life style more in general.

Papers are expected to present new research results built on empirical material that can, besides from books, manuscripts and other written texts, encompass also pictures, monuments and buildings as well as other material objects. As a consequence papers are welcome not only from the disciplines of history and church history, but also from neighbouring disciplines such as history of art, literature and music. Papers can treat either Germany or Scandinavia, or both of these areas, but to fulfil the conference purpose it will in all cases be necessary to apply a comparative approach.

Papers shall have a length of 35-40 minutes. After the conference a publication with a leading university press is planned. Before the publication the contributions will go through a normal academic process of peer revision and editing.

Paper proposals

Paper proposals for the conference must include a title and an abstract of approximately 300 words, indicating empirical basis as well as approach and results of the research to be presented. Based on the abstracts the organizers will select the papers to be included in the conference. Scholars whose papers are included will have travel expenses as well as accommodation paid for by the conference.

Proposals shall be sent to the organizers, using the e-mail addresses below, no later than 15 April 2015. Scholars will be informed of whether their paper proposals have been accepted by 15 May 2015.

Organizers

The conference is organized by Professor of Church History at Aarhus University  in Denmark Per Ingesman and Professor of Church History at the Georg-August-University Göttingen in Germany Thomas Kaufmann.

Source : The Reformation Research Consortium

CFP – Les châteaux, demeures princières et seigneuriales en Provence, du Moyen Âge à nos jours

Colloque « Les châteaux, demeures princières et seigneuriales en Provence, du Moyen Âge à nos jours »

Appels à contribution

La Provence possède un des plus beaux châteaux médiévaux de France presque intact, le château de Tarascon, symbole du pouvoir des comtes de Provence, rois de Sicile. Les comtes de Toulouse, comtes de Venaissin et marquis de Provence, les papes, souverains du Comtat et fixés en Avignon aux XIVe et XVe siècles, les comtes de Savoie, devenus comtes de Nice, ont aussi construit des demeures princières.

De récentes fouilles ont permis, notamment à travers les cas des mottes, de suivre la genèse des premières fortifications privées aux horizons de l’an mil. Les familles de la noblesse provençale ont ensuite tissé un réseau de châteaux, symboles de leur puissance, de leurs richesses ou de leurs prétentions. Beaucoup sont en ruines ou ont disparu, qui font parfois l’objet de fouilles, de restauration et de protection. Des évêques, prélats et clercs ont aussi été à l’origine de constructions remarquables et fortifiées (palais épiscopaux, châteaux, abbayes, livrées cardinalices). Les lignages aristocratiques ont érigé des résidences urbaines accompagnées de tour – selon un modèle développé en Italie – bien représentées dans des cités du Comtat. Si certaines de ces demeures ont déjà été étudiées, ainsi que l’attestent des travaux d’archéologues et d’historiens, beaucoup n’ont fait l’objet que de minces ou confidentielles publications déjà anciennes, et attendent un renouvellement des études.

À l’époque moderne les châteaux de la haute noblesse provençale de cour rivalisent de luxe et d’élégance avec ceux de la nouvelle noblesse parlementaire aixoise qui va prendre le relais ou des riches familles avignonnaises, arlésiennes ou marseillaises. Ces châteaux ne se distinguent parfois pas des bastides les plus luxueuses. Nombre de bastides, mas ou « maisons des champs », et châteaux de village sont des résidences de campagnes annexes de la maison de ville familiale. Les châteaux peuvent être des résidences d’été mais aussi le siège d’un pouvoir, le cadre d’une façon de vivre princière ou seigneuriale et surtout les témoins et les instruments d’une volonté de représentation qui va au-delà de l’agrément campagnard. Leur acquisition, leur construction – y compris choix de l’architecte – font partie de ces stratégies sociales et de ces ambitions.

Dans une période plus contemporaine, la construction de grandes demeures, à Marseille, Hyères, Cannes, Nice ou Saint-Raphaël peut apparaître comme participant d’une même dynamique.

Aussi, il paraît important aujourd’hui de faire le point sur les recherches entreprises sur ces demeures en intégrant aux travaux des historiens les apports de l’archéologie, de l’histoire de l’art, de l’ethnologie et de la sociologie afin de pouvoir envisager, selon divers critères, une typologie du château provençal.

Modalités de soumission

Les propositions de communication doivent parvenir au siège de la Fédération historique de Provence, 18, rue Mirés, BP 10099, 31330 Marseille Cédex 03, ou par courriel : buti(at)mmsh.univ-aix.fr ou frederic.dagay(at)wanadoo.fr avant le 30 avril 2015.

Elles se présenteront sous la forme d’un résumé de 1500 signes environ (espaces compris). Les études les plus solides – large synthèse ou étude de cas ‑ et les plus novatrices seront retenues par le comité scientifique en charge de l’organisation du congrès qui informera aussitôt les auteurs. Par ailleurs, la publication des textes, après communication au congrès, dans la revue Provence Historique sera soumise à un comité de lecture. Le congrès se tiendra les 9 et 10 octobre 2015 à Tarascon.

Comité scientifique

  • Frédéric d’Agay, docteur ès Lettres, secrétaire général de la  Fédération historique de Provence.
  • Yann Codou, maitre de conférences d’Archéologie médiévale, Université  de Nice.
  • Noël Coulet, professeur émérite d’Histoire médiévale, Aix-Marseille Université
  • Nicolas Faucherre, professeur d’Archéologie médiévale, Aix-Marseille  Université
  • Mireille Nys, maître de conférences d’Histoire de l’art moderne, Université d’Aix-Marseille.
  • Thierry Pécout, professeur d’Histoire médiévale, Université de Saint-Etienne.
  • Valérie Piétri, maître de conférences d’Histoire moderne, Université de Nice.

Source : APAHAU

CFP – Dire, (d)écrire, représenter la violence

Dire, (d)écrire, représenter la violence
Colloque international du Centre de Recherche Interdisciplinaire en Histoire, Histoire de l’Art et Musicologie (CRIHAM)

Limoges, 24-25 Septembre 2015

À regarder autour de nous, dans les journaux, les jeux vidéo, au cinéma, la violence semble aujourd’hui omniprésente, et faire partie de notre quotidien. Constat que fait d’ailleurs Robert Muchembled dans l’introduction de son Histoire de la violence. De la fin du Moyen Âge à nos jours. La notion de « violence » reste cependant difficile à définir car elle fait appel à un système de représentations, de normes propres à chaque société. Ainsi un comportement n’est violent que s’il apparaît comme transgressif, comme illégitime aux yeux de la société dans laquelle il est perpétré. Aussi, entendrons-nous la violence comme transgression de la norme, cette dernière pouvant être définie comme l’ensemble des règles, lois, coutumes… fixant les comportements attendus au sein d’une société donnée. De nos jours, souvent dénoncée par les politiques, prônée par des groupes extrémistes, la violence est parfois un moyen de contrôler et d’haranguer les foules. De même, la mise en discours ou en image de la violence peut être à l’origine d’une quête de légitimité de la part d’un groupe social, d’une institution. Par le biais de représentations, d’intensifications, de dramatisations, tout un chacun, à travers son discours ou son œuvre, participe à légitimer ou, au contraire, à dénoncer certaines formes de violence. Il s’agira alors d’identifier et d’analyser ces stratégies discursives et de les replacer dans leur contexte de production et de réception. En quoi cette « mise en scène » de la violence participe-t-elle de la construction ou, au contraire, de la contestation d’une définition de la violence ? Dans quelle mesure l’étude de la violence et de ses discours représente-t-elle une fenêtre ouverte sur les sociétés qui les façonnent ? Ces interrogations s’intègrent dans une réflexion plus large ouverte par Michel Nassiet sur l’influence de la littérature et des idées qu’elle véhicule sur les comportements.

La réflexion sur la relation entre le discours et l’histoire n’est pas une nouveauté. Elle est née de la rencontre de plusieurs courants de réflexions épistémologiques qui ont bouleversé le champ des sciences humaines. Dans les années 1980, lelinguistic turn, s’inspirant de la pensée philosophique, prône un retour au texte, résumé par la célèbre phrase de Jacques Derrida, « le texte, rien que le texte » et se définit par une phrase-programme : « toute réalité est médiatisée par le langage et les textes, donc toute recherche historique est dépendante de la réflexion sur le discours ». Ce tournant a donné lieu à de nombreux débats mais aussi à une certaine hostilité de la part des historiens. On retiendra ici la position de Roger Chartier, conciliant à la fois l’approche littéraire et la démarche historique en étudiant le texte comme un processus historique propre, mais appartenant à un contexte précis[6]. Aussi, une des questions sous-jacentes à cette journée d’étude pourrait être résumée ainsi : en prenant comme objet d’étude la violence, jusqu’à quel point l’étude des discours et des représentations peut-elle être un accès à la compréhension des phénomènes sociaux ?

Ainsi, l’idée de ce colloque n’est pas d’étudier la violence en elle-même, mais de voir comment, à travers les époques, cette notion a pu être utilisée, mise en scène, discutée et instrumentalisée. Dans quel(s) but(s) a-t-on recours au discours de la violence ? Il s’agira donc, en premier lieu, de mener une réflexion sur les stratégies discursives à l’œuvre dans les textes, que ce soit des œuvres historiographiques, des œuvres littéraires ou encore des articles de presse. Ce sera aussi l’occasion d’analyser les représentations figurées de la violence, ainsi « mises en images » à l’échelle des manuscrits ou dans les arts monumentaux, mais aussi à travers l’élaboration de rituels (visant par exemple à mimer des scènes de violence et de réconciliation, ou encore des rituels permettant la sortie de conflits). Enfin, il serait aussi très intéressant de s’interroger sur toutes les formes de représentation de la violence : peut-on par exemple cartographier la violence ? Ou encore, dans quelle mesure les statistiques sur la violence en sont-elles représentatives et comment sont-elles exploitées, pour ne pas dire instrumentalisées, à des fins politiques ?

De manière synthétique, il est possible de retenir trois grands axes de réflexion autour desquels s’organisera ce colloque :

  • La violence : discours et société. En quoi les discours et les représentations de la violence sont-ils révélateurs de la société dans laquelle ils voient le jour ?
  • Violence et média (le média est entendu dans un sens très large, c’est-à-dire tout procédé servant à la diffusion, à la communication). Cet axe entend s’interroger non seulement sur les aspects concrets, matériels, de la représentation de la violence, mais aussi sur la réception du message véhiculé.
  • Le discours/la représentation de la violence et les pouvoirs : entre légitimation et dénonciation. Comment la violence est-elle « instrumentalisée » par différents acteurs à des fins de légitimation ou, au contraire, de dénonciation de cette violence ? En quoi cet usage du concept de violence participe-t-il à sa redéfinition ?

Ce colloque a ainsi pour ambition de rassembler des chercheurs dans une approche pluridisciplinaire afin de réfléchir sur les enjeux de la représentation de la violence dans ses formes tant historiques que littéraires et artistiques. Nous espérons également susciter l’intérêt de chercheurs désirant s’intéresser plus particulièrement à des exemples régionaux. Cela se révèlerait particulièrement pertinent considérant l’actualité de cette problématique tant dans le milieu des recherches universitaires que dans la vie politique et sociétale.

Merci d’adresser les propositions (environ 3000 signes) accompagnées d’un court CV simultanément à Hélène Caillaud (helene.caillaud08@gmail.com) et Alexandra Roger (alexandra.roger@unilim.fr)

Date limite : 15 mars 2015

Organisateurs à Limoges :
Hélène Caillaud (CRIHAM, Université de Limoges) ; Alexandra Roger (CRIHAM, Université de Limoges)

Membres du Comité Scientifique :
Anne-Claude Ambroise-Rendu (CRIHAM, Université de Limoges) ; Nathalie Grande (L’AMo, Université de Nantes) ; Bertrand Haan (IRCOM, Université Paris IV Sorbonne) ; Éric Sparhubert (CRIHAM, Université de Limoges) ; Hélène Caillaud (CRIHAM, Université de Limoges) ; Alexandra Roger (CRIHAM, Université de Limoges).

Source : Fabula

Conférence – Daniel Roche, Amazones et cavalières. L’équitation et le genre

Daniel ROCHE, Amazones et cavalières. L’équitation et le genre

Daniel Roche est un des plus grands spécialistes des Lumières et de la France du XVIIIe s.

Orateur vibrant, passionné et passionnant, il a gagné une très grande réputation scientifique : Professeur honoraire au Collège de France et auparavant à l’Université de Paris-I Sorbonne, ancien Directeur d’Etudes à l’EHESS, il s’est fait connaître par ses travaux relatifs à l’Histoire culturelle, toujours envisagée dans ses rapports avec l’Histoire matérielle et sociale. Parmi beaucoup de sujets, il a travaillé sur les sociabilités provinciales : Le Siècle des Lumières en province : académies et académiciens provinciaux, 1689-1789, Paris, 1989 ; sur le vêtement :  La Culture des apparences : essai sur l’histoire du vêtement aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Fayard, 1989; la mobilité géographique sous l’Ancien Régime : Humeurs vagabondes : de la circulation des hommes et de l’utilité des voyages, Paris, Fayard, 2003, 1031 p, et récemment sur le rapport culturel au cheval La Culture équestre de l’Occident, XVIe ‑ XIXe siècle, L’ombre du cheval. La conférence présentera le dernier volet de cette enquête, actuellement sous presse.

Détails pratiques :

Vendredi 20 février, 18h15

Université Libre de Bruxelles, Campus du Solbosch, Bâtiment A, Porte Y, Local 108 (AY.2.108)

Organisation : Unité de Recherches SOCIAMM (Sociétés anciennes, médiévales et modernes), ULB et Groupe d’études du XVIIIe siècle (ULB)

Contact : Alexis Wilkin (awilkin(at)ulb.ac.be )

Entrée libre et gratuite

CFP – Voyages et voyageurs au Centre de la France : L’identité d’une région vue par ses visiteurs (XVIe-XXe s.)

Voyages et voyageurs au Centre de la France 
L’identité d’une région vue par ses visiteurs (XVIe-XXe s.)

15-16 octobre 2015, 
Orléans (Hôtel Dupanloup),
organisé par

L’EA 4710 POLEN (Pouvoirs-Lettres-Normes) / l’APR LocMem (Lieux de mémoire, savoir et pouvoir en Région Centre),
Université d’Orléans.

Appel à communications

Au moment où le législateur vient de réaffirmer l’existence de la région Centre en la rebaptisant « Centre-Val de Loire », ce colloque, organisé par le laboratoire orléanais POLEN, s’intéresse aux représentations de ce territoire véhiculées par des voyageurs – autant français qu’étrangers – depuis la fin du Moyen Âge, afin de déceler d’éventuelles continuités et ruptures, des motifs récurrents et des perspectives divergentes. Il s’agit d’apporter un éclairage nouveau sur la perception et la compréhension de cette région – Touraine, Berry, Orléanais, pays chartrain et blésois –, peu définie par sa géographie, si ce n’est par la proximité de la Loire, et par conséquent ouverte aux interprétations les plus variées.

Destination de voyage ou étape sur les routes qui lient le Nord au Sud du pays, le Centre de la France a accueilli au cours de son histoire les voyageurs les plus divers.Voyageurs en quête religieuse d’abord, puisque la région est traversée par deux chemins de Compostelle, la via Lemovicensis (la voie de Vézelay) et la via Turonensis (le chemin de Tours), et abrite un nombre important de sanctuaires qui attirent à eux seuls les pèlerins, tels Chartres ou Saint-Benoît-sur-Loire.Voyageurs à la recherche de savoir et voyages d’études ensuite : dès leur fondation, les universités d’Orléans, de Tours et de Bourges sont prisées par des étudiants et savants étrangers ou venus d’autres régions françaises. Des économistes et géographes font des études des conditions locales dès le XVIIesiècle. Le folklore berrichon, les croyances et coutumes, l’architecture rurale en Sologne sont répertoriés et examinés par des ethnographes qui effectuent des études de terrain dans la région au cours des deux siècles derniers. Voyageurs artistes, puisque les paysages de la Loire, les villes et les châteaux attirent des peintres, graveurs, photographes ou dessinateurs souvent originaires de contrées lointaines. Les projets architecturaux, les châteaux en Val de Loire amènent des artistes, notamment italiens à l’époque de la Renaissance, dont les œuvres seront étudiées par des générations de visiteurs à leur suite. Voyageurs en quête de loisirs également : en premier lieu la chasse à la tradition plusieurs fois séculaire, relancée par Napoléon III en Sologne et perpétuée entre autres par les présidents de la République et leurs hôtes internationaux au XXe siècle, mais un voyageur en quête aussi d’une certaine douceur et d’un art de vivre, y compris culinaire ; avec le développement du réseau routier et ferroviaire, le tourisme individuel ou organisé se concentre, dès la fin du XIXe siècle, sur la visite des villes et des monuments historiques.  Depuis l’an 2000, le classement du Val de Loire au patrimoine mondial de l’humanité en tant que « paysage culturel » consacre la région en tant que destination de touristes venus du monde entier. Des voyageurs marchands ont parcouru la région, notamment aux grandes heures de la marine de la Loire, à savoir le XVIIIe et la première moitié du XIXe siècle. Enfin, des voyages aux finalités politiques ont amené des dirigeants d’institutions diverses à tenir au cœur de la France des réunions fondatrices ou remarquées. On songera par exemple aux importants conciles depuis le Moyen Âge à Tours, Orléans et Bourges, à la visite de Jean-Paul II en 1996, aux Etats Généraux du Royaume de France réunis par Catherine de Médicis à Orléans en 1560, ou encore au congrès de Tours du Parti socialiste en 1920, sans oublier les visites régulières et toujours scrutées des présidents français aux fêtes johanniques.

Ce colloque orléanais se propose de recenser, et de réfléchir aux visions du patrimoine ligérien que transmettent les écrits de voyage – visions d’un patrimoine naturel, matériel et immatériel (littéraire, ethnographique et linguistique). Les communications s’appuieront sur des sources variées : correspondances, guides de voyage, carnets de route, récits de voyage, documents scientifiques, photographies ou dessins.

Les contributions soumises pour approbation pourront suivre des approches diverses (historique, littéraire, géographique) et chronologiquement transversales. Les propositions s’inscriront dans les perspectives suivantes :

I. Parcours ligériens : du Grand Tour aux guides de voyages

Il est envisageable d’interroger les sources de façon sérielle, en s’intéressant aux parcours typiques, voire modèles, qui s’en dégagent. Ainsi la Touraine et le Blésois constituaient souvent une étape obligatoire dans l’itinéraire des jeunes Britanniques adeptes du Grand Tour, étape consacrée à la préparation linguistique d’un séjour plus intimidant parmi la société parisienne. D’autres voyageurs se servent de leurs lectures scolaires ou personnelles en tant que fil conducteur, parcourant la région à la recherche de lieux et « types » d’habitants qui figurent dans l’œuvre de Rabelais, Ronsard, Balzac, George Sand ou Proust, voire de romanciers historiques étrangers comme Sir Walter Scott. Les guides de voyage suivent les voies de transport fluviales, ferroviaires, automobiles et cyclistes autant qu’ils prescrivent des itinéraires et imposent des manières de voir aux voyageurs qui les consultent. De quelle manière et pour quelles raisons peut-on observer une consolidation ou, au contraire, des changements dans les préférences paysagères et patrimoniales, les hiérarchies des sites à visiter, les pratiques spatiales des touristes en itinérance dans la région ? La standardisation des itinéraires et la description factuelle que proposent les guides de voyage, de plus en plus nombreux depuis le XIXe siècle, confèrent-elles en contrepartie une certaine liberté aux récits de voyages personnels, laissant une plus grande place à l’appréciation subjective des paysages et personnes rencontrés dans la région ?

II. Paysages de Loire : regards d’écrivains et d’artistes en mouvement

De Jean de la Fontaine à Georges Simenon et Julien Gracq en passant par Gustave Flaubert, des écrivains ont laissé des témoignages de leurs voyages en Touraine, Orléanais et Berry, la plupart du temps dans leurs correspondances, mais aussi dans une véritable littérature viatique. Souvent considérés comme appartenant à un genre mineur, dévalorisés par les auteurs eux-mêmes en tant que simples « notes informelles », « esquisses » ou « pages légères » à l’instar du Voyage en France de Henry James (1884), ces ouvrages ne contribuent-ils néanmoins pas à établir certaines perspectives esthétiques sur ce Centre de la France ?  Est-il possible de cerner l’influence de la vision artistique, de la création littéraire dans l’émergence d’une certaine identité poétique et visuelle de la région ? À ce titre, on prêtera une attention toute particulière aux textes illustrés et aux relations qui s’y nouent entre représentations écrite et iconographique des lieux évoqués. D’autre part, les Beaux-Arts ont à leur tour influencé les manières de percevoir les paysages de la région, à l’instar des scènes fluviales que William Turner dessina lors de son voyage de 1828. Le colloque sera l’occasion d’évaluer cet apport esthétique à l’imaginaire ligérien.

III. L’exploration scientifique : inventorier et comprendre

Les expéditions outre-mer ont attiré davantage l’attention des historiens que l’exploration intérieure de la France. Pourtant, les entreprises de classification et de description systématique sont nombreuses : des enquêtes économiques amènent l’agronome Arthur Young dans la région à la fin des années 1780 ; un siècle plus tard, Victor-Eugène Ardouin-Dumazet se réfère encore à ce précurseur britannique quand il décrit avec empathie les efforts de régénération de la Sologne. Dans les années 1830, Prosper Mérimée, inspecteur des Monuments historiques, parcourt la région dans un souci d’inventorier l’exceptionnel patrimoine bâti. Cette initiative est suivie par une mission héliographique vingt ans plus tard. Sous l’impulsion de Georges Henri Rivière, fondateur du Musée des Arts et Traditions populaires en 1937, des enquêtes ethnographiques ont lieu en Sologne. Pour chacune de ces entreprises, on se demandera quels savoirs sur la région elle a produits et dans quelle mesure elle a pu contribuer à façonner l’image du Centre-Val de Loire.

IV. Le Centre en politique : visites, discours et représentations

La démarche savante n’exclut pas une visée politique ; ainsi Ardouin-Dumazet conclut une bonne partie de ses observations en demandant une action de l’État en faveur de l’économie locale. Des auteurs engagés se servent des sites visités comme d’un écran sur lequel ils projettent leurs idées politiques, tel Joseph Lavallée qui, en 1793, se laisse emporter par une certaine ferveur révolutionnaire en condamnant tous les témoignages architecturaux de l’Ancien Régime, omniprésents dans la région. Des récits plus contemporains expriment une sensibilité écologique en retraçant des voyages le long du « dernier fleuve sauvage » en Europe. À ces messages enchâssés dans les écrits de voyageurs s’ajoutent des descriptions d’itinéraires des représentants du pouvoir eux-mêmes, ainsi que les discours qu’ils ont pu tenir lors d’un voyage dans les territoires qui correspondent à l’actuelle région Centre, véhiculant des images de ce pays qui restent à analyser. Un grand nombre d’écrits de voyage sont expliqués par la présence royale et les déplacements d’une cour itinérante, notamment à Blois et Chambord, au début de la période retenue pour le colloque. Mais on s’intéressera également aux techniques quotidiennes du pouvoir, telles les tournées préfectorales ou les visites pastorales des évêques dans leurs diocèses, qui produisent des rapports autrement plus fins sur les conditions de vie et l’aménagement du territoire dans la région.

Ce sont ces pistes et d’autres que le colloque se propose d’emprunter, en invitant historiens, géographes, littéraires, historiens de l’art, à se pencher sur la question de la représentation de l’actuelle région Centre dans les documents produits par et pour les voyageurs.

La langue privilégiée pour les communications est le français ; l’anglais est néanmoins bienvenu. Les communications dureront vingt minutes et seront suivies de dix minutes de discussion.

Les propositions de communication, accompagnées d’un argumentaire (au maximum, une page), sont à adresser à : Anne Delouis, anne.delouis@univ-orleans.fr au plus tard le 28 février 2015, délai de rigueur. Elles seront ensuite soumises au comité scientifique ; une réponse sera envoyée aux proposants dans les plus brefs délais.

La publication des actes est souhaitée.

Comité organisateur
Anne Delouis
Irène Jourd’heuil
Christophe Speroni

Comité scientifique 
Pierre Allorant
Anne Delouis
Geneviève Haroche-Bouzinac
Irène Jourd’heuil
Christiophe Speroni

CFP – William Shakespeare et la culture mondiale

Appel à communications

 William Shakespeare et la culture mondiale

Le Centre d’Études Supérieures de la Littérature lance un appel à communication sur « Shakespeare et la culture mondiale ». Le colloque international se déroulera du 21 au 23 avril 2015 à la salle de conférences de la Médiathèque de La Riche, place du Maréchal Leclerc. Shakespeare est un monument de la littérature mondiale. Une étude effectuée par le Cercle norvégien du livre, en 2002, recensa cent œuvres comme étant les meilleures de tous les temps. Une liste de 85 auteurs fut établie : 75 apparaissent une seule fois, 6 deux fois, 3 trois fois. Un seul couronne l’ensemble avec 4 apparitions. Fiodor Dostoïevski finit ainsi premier devant Shakespeare qui est deuxième, pour HamletLe Roi Lear et Othelloex aequo avec Franz Kafka et Léon Tolstoï. Par ailleurs, l’Index Translationum, géré par L’UNESCO, montre qu’il se place au troisième rang mondial des auteurs les plus traduits, juste derrière Agatha Christie et Jules Verne. La visée du colloque international est de rendre hommage au grand poète, dramaturge et écrivain anglais en 2015, date choisie en raison de sa position équidistante proche entre le 450e jubilé de sa naissance (1564-2014) et la 400ecommémoration de sa disparition (1616-2016).

Les savants, critiques, essayistes, chercheurs, universitaires, écrivains, journalistes, créateurs sélectionnés pour faire une communication discuteront non seulement de l’œuvre de Shakespeare, de l’homme, de ses sources d’inspirations, de la langue mais aussi de l’influence de ses œuvres sur les belles-lettres mondiales. Le thème « William Shakespeare et la culture mondiale » se veut ouvert, international. Il s’articule autour d’un contexte pluridisciplinaire selon les axes suivants : littérature du monde entier, art, poésie, histoire, philosophie, culture, linguistique, médecine, architecture, peinture, écologie, journalisme, cinéma, critique, etc. Toutes ces disciplines auront pour but d’éclairer le domaine des études shakespeariennes.

La publication des actes du colloque est prévue si un éditeur scientifique et universitaire accepte l’ensemble des articles. La langue officielle de travail est le français. Néanmoins, dans le cadre d’une volonté d’élargissement linguistique, toute personne parlant une autre langue pourra participer au colloque où, dans la mesure du possible, des traductions simultanées sont prévues.

Règlement

Pour proposer une communication puis un article dans le but de constituer un ouvrage de qualité, il est impératif, dans un premier temps, d’être agréé par le CESL. Les renseignements suivants doivent être envoyés par mail au cesl-2010@orange.fr :

Nom :

Prénom :

Date de naissance :

Lieu de naissance :

Nationalité(s) :

Profession, activités, lieu de travail, vos recherches, vos publications :

Adresse(s) personnelle(s) :

Pays :

Téléphone(s) fixe(s) :

Téléphone(s) portable(s) :

Courriel(s) :

Site(s) web :

Titre et résumé (1000 signes environ) de votre proposition de communication en fichier joint :

Le temps de parole est de 25 minutes maximum avec ou sans vidéo-projection. Les frais de voyage et d’hébergement sont à votre charge ou à celle de votre institution de recherche.

Instructions pour les résumés
Nous vous prions d’envoyer votre proposition d’intervention, titre et résumé (1000 signes espaces compris au maximum), avant le 28 février 2015, uniquement par courrier électronique et en fichier joint (au format Word) à l’adresse suivante : cesl-2010@orange.fr. Les personnes qui auront soumis un résumé seront averties de la décision du Directeur au plus tard entre le 1er et le 15 mars 2015 (uniquement par courrier électronique).

Instructions pour les lettres d’invitation et attestations de présence
Les personnes qui auront besoin d’un visa d’entrée en France recevront une lettre d’invitation officielle. Vous devrez prévenir Frédéric-Gaël Theuriau avant le 28 février 2015, en envoyant (par courrier électronique et en fichier joint) une copie de votre passeport qui doit être valable au moins six mois après les dates du colloque. Des attestations de présence et de participation à communiquer seront établies sur demande avant le 15 mars 2015 afin que les enseignants-chercheurs de tous horizons puissent obtenir de leur centre de recherche, université ou établissement scolaire, etc., un ordre de mission. Quant aux attestations de présence, elles ne peuvent être données qu’au moment ou à l’issue du Colloque.

Instructions pour la publication des textes de communication
Les textes des communications de 25 000 signes espaces compris (avec 2 ou 3 illustrations possibles) devront être envoyés par courrier électronique et pièce attachée (au format Word) entre le 24 avril et le 30 juin 2015 à l’adresse suivante : cesl-2010@orange.fr. Ils feront l’objet d’une sélection si besoin est en fonction de la qualité du travail. En principe, rares sont les articles écartés par le comité scientifique qui sera constitué d’ici là.

Les organisateurs : le C.E.S.L. : Frédéric-Gaël THEURIAU, la Municipalité et la Médiathèque de La Riche (contact : cesl-2010@orange.fr)

Source : Fabula.

CFP – Écritures et représentations du conflit dans la culture italienne du Moyen-âge à nos jours

SIES – Société des Italianistes de l’Enseignement Supérieur

Appel à communication – Journée jeunes chercheurs – 11 juin 2015

Écritures et représentations du conflit dans la culture italienne du Moyen-âge à nos jours 

En Italie, le conflit apparait souvent comme une forme de confrontation ancrée dans l’évolution historique et sociale nationale. Si le conflit consiste parfois en un affrontement direct, il peut également, et c’est la perspective que nous souhaitons développer, prendre la forme d’une « tenson », d’une joute verbale, d’un échange polémique. La discussion entendue comme débat dans lequel la parole de l’adversaire est aussi bien soupesée et soumise à vérification que tournée en dérision et dénaturée, s’exprime à travers des langages variés (littéraire, artistique, journalistique, etc.). Ces langages ont en commun la recherche d’un angle d’approche qui alimente à son tour la poursuite de l’échange et contribue parfois à sa virulence. Nous privilégierons les communications qui analyseront l’origine et le développement de ces conflits littéraires, sociaux, politiques. Cependant, la circulation et la réception du conflit pourront également être considérées à la lumière des prolongements, des inflexions et/ou des ruptures qu’ils suscitent.

Session Moyen Âge et Renaissance :
Cette session sera centrée sur les formes de l’échange polémique au sein des genres littéraires, de l’épître dédicatoire, à la préface, au pamphlet, etc. Les communications pourront analyser l’évolution du débat conflictuel à l’intérieur des genres qui l’hébergent et contribuent cependant à son développement. Alors que le conflit prend la forme du débat polémique au sein de l’humanisme italien, ses modalités sont multiples : « tenzone », « contrasto », l’« altercatio », mais aussi dialogue d’ascendance platonicienne, lettre dédicatoire, etc.

Session époque moderne et contemporaine :
On s’attachera dans le cadre de cette session à mettre au jour le rapport entre le conflit et l’évolution du rôle de l’intellectuel au sein de la culture et de la société italienne contemporaine. En effet, la fonction de l’intellectuel, souvent complexe et contradictoire, permet notamment aux conflits de trouver une expression à travers la presse d’opinion, les revues littéraires, les diverses écritures théâtrales, la littérature en général, le cinéma, les arts, etc.

 Comité scientifique :
Donatella Bisconti, Université Blaise Pascal-Clermont-Ferrand, Pérette-Cécile Buffaria, Université de Lorraine, Barbara Meazzi, Université de Nice-Sophia Antipolis, Flaviano Pisanelli, Université Paul-Valéry–Montpellier 3, Nicolas Violle, Université Blaise Pascal-Clermont-Ferrand.

Organisation, contact : irene.cacopardi(at)gmail.com

Les propositions de communication (assorties d’un titre, d’un résumé d’une quinzaine de lignes, d’une brève notice biographique, du nom du directeur de recherche et de l’indication du centre de recherche de rattachement) doivent parvenir avant le vendredi 21 Février 2015, délai de rigueur, aux adresses suivantes : irene.cacopardi(at)gmail.comflaviano.pisanelli(at)univ-montp3.fr

Les réponses du comité scientifique seront transmises aux intéressés le samedi 6 avril 2015. Seules seront prises en considération les propositions émanant de doctorants, ou de jeunes chercheurs ayant soutenu leur thèse moins d’un an avant cette journée des doctorants/ jeunes chercheurs, (soit avant juin 2014). Il est vivement conseillé aux doctorants de soumettre leur proposition à leur directrice/directeur de thèse avant de l’envoyer au comité scientifique de cette journée.

Source : Fabula.

Conférence – R. VERMEIR, L’ambition du pouvoir: la noblesse aux Pays-Bas espagnols (16e-17e siècle)

L’Institut des hautes études de Belgique (asbl) de l’Université libre de Bruxelles organise durant le mois de février un cycle de conférences transdisciplinaires.

Dans le cadre de ce cycle, le professeur René Vermeir prononcera une conférence le mercredi 11 février à 19h autour du thème:

« L’ambition du pouvoir : la noblesse aux Pays-Bas espagnols, 16e-17e siècle« .

Programme complet des conférences

Jeudi 5 février 2015 : Véronique VAN DER STEDE, chercheur Musées Royaux d’Art et d’Histoir – titre à déterminer.

Mardi 10 février 2015 : Françoise VAN HAEPEREN, professeur d’histoire romaine à l’UCL – Honorer Dieu ou les dieux dans le port de Rome, Ostie (4e-6e siècle).

Mercredi 11 février 2015 : René VERMEIR, professeur d’histoire moderne à l’UGent – L’ambition du pouvoir :  la noblesse aux Pays-Bas espagnols, 16e-17e siècles.

Lundi 16 février 2015 : François BOUGARD, professeur d’histoire du moyen âge à l’Université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense – Les peseurs du monde, image de la majesté divine et de la majesté royale du IXe au XIIe siècle.

Mercredi 18 février 2015 : Mark HUNYADI, professeur de philosophie morale et politique à l’UCL – La tragédie morale de notre temps.

Mardi 24 février 2015 : Laurent THOLBECQ – professeur-chaire d’archéologie provinces romaines à l’ULB – La Nabatene et la province romaine d’Arabie : recherches archéologiques récentes à Petra (Jordanie) et à Hegra (Arabie Saoudite).

Jeudi 26 février 2015 : Pascale JAMOULLE, anthropologue (UMons, UCL, SSM Le Méridien) – Non-dits et ruptures dans les parcours d’immigration.

Adresse & informations pratiques :

Toutes les conférences débutent à 19h.
Institut des Hautes Etudes de Belgique (asbl)
Avenue Jeanne 44 (rez-de-chaussée)
ULB – CP 124
1050 Bruxelles
Tél : +32-2-649-75-39 ou +32-2-650-33-43
Courriel : iheb(at)ulb.ac.be

Source : site de l’IHEB.

CFP – Max-Planck Summer Academy for Legal History

The Max-Planck Summer Academy for Legal History, offered by the Max Planck Institute for European Legal History (MPIeR), provides an in-depth introduction to methods and principles of research in legal history. Although its main focus is on European legal history, there is special emphasis on global perspectives on legal history. It addresses a selected group of highly motivated early-stage researchers, usually PhD candidates, working on a research project with an interest in the basic research of historical formation and transformations of law and other normative orders.

The academy consists of two modules and lasts two weeks; the first week provides an introduction to the study of sources, methodological principles, as well as theoretical models and controversial research debates on basic research fields of legal history (module 1). During the second week the participants discuss a special research theme and develop their own approach to the theme (module 2).

Déposer sa candidature :

Prerequisites for participation are an above-average university degree and a very good command of written and spoken English. Knowledge of German is not a prerequisite. Additionally, candidates are required to work on an individual research project in legal history or related disciplines.

A complete application contains the following documents:

  • CV
  • Project draft of approx. 10 pages reflecting and making reference to the special theme of the Summer Academy. The main research questions and outline of the project or doctoral thesis should be the focus of this draft.
  • Brief letter of motivation: Applicants should write a short statement of no more than two typed pages in English as to why they wish to take part in the summer academy and whether they have previously studied legal history.

Applications have to be submitted by March 1st, 2015 in electronically form only (max. 10 MB) to summeracademy(at)rg.mpg.de

Participants will be selected and notified by mid April 2015.

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir 

Colloque – 27/02/2015 – Saints au nord de l’Italie (XVe-XVIe siècles) I : Vies et lectures

Saints au nord de l’Italie (XVe-XVIe siècles) I : Vies et lectures

09h15 : Mot de bienvenue, Simone Albonico et Nicolas Bock

09h30 : Piero Majocchi (Université de Lausanne), « Saints à la mode, saints démodés : prétentions politiques et identité urbaine de l’hagiographie à Pavie au Bas Moyen Âge / Santi di moda, santi fuori moda: rivendicazioni politiche e identità urbana nell’agiografia pavese tardomedievale (secoli XIV-XV) » (it/fr/angl)

10h15 : Discussion

10h45 : Pause

11h00 : Pier Luigi Mulas (Université de Pavie), « Saints ambrosiens dans deux manuscrits milanais enluminés (XIVe-XVe siècle) / Santi ambrosiani in due manoscritti miniati milanesi (XIV-XV secolo) » (it/fr)

11h45 : Discussion

12h15 : Repas

13h45 : Raymund Wilhelm (Université de Klagenfurt), « La tradition de quelques poèmes hagiographiques en Lombardie au XVe siècle / La tradizione di alcuni poemi agiografici nella Lombardia del Quattrocento » (all/it/fr)

14h30 : Discussion

15h00 : Pause

15h15 : Simone Albonico (Université de Lausanne), « Vies de saints en « terza rima” à Milan entre Visconti et Sforza / Vite di santi in terza rima a Milano tra età Viscontea ed età sforzesca » (it/fr)

16h00 : Discussion finale.

Responsable : Nicolas Bock
Site internet de l’Université de Lausanne
Adresse du colloque : Université de Lausanne, Unithèque, salle 511

Publication – BIARD M., La liberté ou la mort. Mourir en député (1792-1795)

Michel Biard, La Liberté ou la mort. Mourir en député, 1792-1795, Paris, Tallandier,  2015.

Capture-d’écran-2015-01-13-à-10.48.33

Entre 1792 et 1795, 86 membres de la Convention nationale ont eu une mort non naturelle. Comment sont décédés ces hommes dont la devise était « La Liberté ou la mort » ? Sous le couperet de la guillotine ? Assassinés ? Suicidés ? En prison, en mission ou en déportation ? Pendant deux siècles, l’historiographie s’est emparée de cette question politiquement sensible, avec des visions partisanes : ici favorables aux Girondins, là aux Montagnards, parfois hostiles aux deux. Fondé sur des archives inédites, l’ouvrage présente les rouages juridiques qui ont permis ces éliminations politiques. Le Peletier et Marat sont aussi deux cas célèbres, assassinés en 1793, puis entrés au Panthéon. Mais qui connaît tous les autres itinéraires particuliers ? Plus complexes, ils sont révélés par les sources policières, judiciaires et médicales, et donnent chair au récit. Au fil des chapitres, Michel Biard s’interroge sur les origines et les conséquences de ces morts brutales. Il offre une vision neuve des luttes politiques et des épurations successives de la Convention au temps de la « Terreur ».

Genre : Essais historiques
Parution : 8 janvier 2015
PRIX public TTC : 23,90 €
Nombre de pages : 368 pages
ISBN : 9791021007314

Lien éditeur ici.

CFP – 5e Colloque RefoRC 2015 Louvain

The Fifth RefoRC Conference 2015 will be held May 7-9, 2015 and will hosted by the Katholieke Universiteit Leuven.

Short Papers and General Attendance

The conference is open to individual short paper presentations (20 minutes presentation, 10 minutes discussion) and to thematic sessions of two or three short papers. It is also possible to attend the conference without presenting a paper. While we encourage papers on the conference theme, papers can focus on all disciplines related to the 16th century reformations, such as arts, philosophy, law, history, theology etc., independent of the theme of the plenary papers.

Short Paper Submission and Registration

Short paper proposals and registrations can be submitted via the registration form. Short paper proposals are welcome beforeFebruary 15, 2015.

Theme of Plenary Papers

The theme of the plenary papers is: Crossing Borders: Transregional Reformations.

In recent decades, the field of transnational/transregional history has yielded novel insights: the constant movement of persons, goods, ideas, books and images across boundaries induced a transfer of culture and knowledge shaping the early modern world much more profoundly than previously thought. Although alert to the universal aspect of religion, theologians and (church) historians are only starting to apply this methodology to the study of religious reform in the sixteenth century.

The conference aims to emphasize the shift in the field of Reformation Studies to a cross-border and multi-confessional approach: How were religious exile, confessional identity and transregional transfers connected? What were the routes and networks of religious reform, along and across borders? How did the printing press support transregional exchange? In what ways did global, transregional and local dimensions of religious reform interact?

The Fifth RefoRC Conference Leuven explores transregional dimensions of the Catholic and Protestant Reformations in the early modern period.

Communication

General communication of the conference is in English, but also papers in French and German will be welcomed. Presenters who prefer to give their paper in French or German, are invited to provide the audience with an English summary of about 150-200 words.

Conference Volume

The conference volume will be published by Vandenhoeck & Ruprecht in the series Refo500 Academic Studies (R5AS) and contains all plenary papers and a selection of short papers. Another publication venue is the Journal of Early Modern Christianity (JEMC).

Manuscripts for the conference volume can be submitted to theRefoRC 2015 Organisation Team. All other manuscripts can be submitted to Tarald Rasmussen. Editors will decide on publication.

Source : The Reformation Research Consortium.

Financement doctorat histoire religieuse

The Faculty of Arts is seeking to fill a full-time (100%) vacancy for a doctoral student in the area of religious history.  This is one of two job openings within the ERC-funded project “Between saints and celebrities. The devotion and promotion of stigmatics in Europe, c. 1800-1950” of dr. Tine Van Osselaer at the Ruusbroec Institute of the University of Antwerp (starting date: 1 April 2015, 48 months). The project examines the popular perception of stigmatics and laymen’s use of the media in their devotion and promotion. More in particular, focus is on the response to the stigmatics reported in five European countries (France, Spain, Italy, Germany and Belgium) during the nineteenth and twentieth century.

Job description

  • You are involved in the research project “Between saints and celebrities” and prepare a doctoral thesis in the area of religious history (on the reception of Italian stigmatics and the Vatican response);
  • You contribute to teaching and research in the Ruusbroec Institute.

Profile and requirements

  • You hold a master degree in history, philology or another field of humanities/social sciences, and display a clear interest in religious, cultural and/or social history;
  • You can submit outstanding academic results;
  • The focus in your teaching corresponds to the educational vision of the university;
  • Your academic qualities comply with the requirements stipulated in the university’s policy;  
  • You are quality-oriented, conscientious, creative and cooperative;
  • You have a good command of Italian and Latin;
  • You are willing to spend time abroad.

We offer

  • A doctoral scholarship for a period of two years, with the possibility of renewal for a further two-year period after positive evaluation;
  • The start date of scholarship will be 1 April 2015;
  • A full time gross monthly salary ranging from € 2.167,88 – € 2.486,53;
  • A dynamic and stimulating work environment.

How to apply?

  • Applications may only be submitted online, until the closing date February 22, 2015;
  • Your application contains the following information: your cv including a list of marks/grades of bachelor and master studies, your letter of motivation, the contact information of two referees (including e-mail, phone number and a description of your relationship with the referees). Attach also one writing example (e.g. chapter of MA thesis);
  • A pre-selection will be made from amongst the submitted applications. The remainder of the selection procedure is specific to the position and will be determined by the selection panel;
  • The interviews of the candidates, preselected by a selection panel, will take place in the first week of March;
  • More information about the application form can be obtained from Ben Daems (Tel. +32 (0)3 265 31 51);
  • For questions about the profile and the description of duties, please contact dr. Tine Van Osselaer  tine.vanosselaer@uantwerpen.be ;

Lien vers la page de l’UA