Archives par mot-clé : musicologie

Publication – Rubens et la musique

F. Guilloux, C. Drèze (eds.), Rubens et la musique, Turnhout : Brepols, 2019 (Epitome musical).

ISBN : 978-2-503-58456-0

Toutes les informations sur le site de l’éditeur.

Argumentaire :

Ouvrage collectif et interdisciplinaire interrogeant sous divers angles le rapport de Rubens et son œuvre à l’art musical

Quelle était la culture musicale de Pierre Paul Rubens (1577-1640) ? Les archives et les témoignages directs restent évasifs et laconiques sur la question. Son œuvre pictural comporte en revanche de nombreux éléments qui permettent non seulement de restituer l’univers sonore du peintre mais également d’apprécier sa haute maîtrise des codes iconographiques contemporains. Pour la première fois, cet ouvrage collectif jette un regard neuf sur la production du doctus pictor, ses sources d’inspirations, ses influences et ses dispositifs iconographiques en matière de musique et, plus largement, contribue à une meilleure connaissance de l’iconographie musicale des xvie et xviie siècles.

Conférence – Paradigmatic Prints and Particular Performances: Religious and musical identities in the liturgical books of the Cathedral of Our Lady and the Church of St. James, Antwerp

Paradigmatic Prints and Particular Performances: Religious and musical identities in the liturgical books of the Cathedral of Our Lady and the Church of St. James, Antwerp — Conférence par
Marianne C.E. Gillion (KU Leuven) dans le cadre des Miraeus Lectures.

Date : 27 mars 2019, 19h

Lieu : Nottebohmzaal, Bibliothèque Hendrik Conscience, place Hendrik Conscience, Anvers

Plus d’information sur la conférence.

Conférences – Docteur.e.s Honoris Causa de l’Institut INCAL (UCL)

Activités scientifiques précédant la cérémonie décernant les insignes de Docteur.e.s Honoris Causa de l’Institut des Civilisations, Arts et Lettres de l’Université catholique de Louvain aux Professeur.e.s Arlette Farge et Yves Citton

Date: 2-3 mai 2018

Lieu: Louvain-la-Neuve, Sénat académique / Salle du Conseil FIAL / Auditoires Socrate

Programme détaillé

Argument:

L’Institut des Civilisations, Arts et Lettres (INCAL) rassemble des chercheurs dans le domaine de l’histoire, de l’histoire de l’art, de l’archéologie, des littératures classiques, médiévales, modernes et contemporaines. L’institut compte près de 300 chercheurs, tout statut confondu. Après une période de formation et de construction, l’institut a bâti sa cohérence en assumant et en valorisant sa diversité – diversité de méthodes, de corpus, de pratiques : un « unidivers » suivant le mot d’un écrivain français du 17e siècle.

Pour explorer et présenter cette « unidivers », le bureau de l’Institut a donc choisi d’honorer deux personnalités marquantes en leur décernant le titre de Docteur·e Honoris Causa Arlette Farge et Yves Citton. Cette cérémonie aura lieu le 3 mai 2018. La préférence a été accordée à des personnalités dont la démarche de recherche et l’engagement sont emblématiques des pratiques de la plupart des chercheurs·ses de l’Institut, des personnalités qui croisent les savoirs et réfléchissent sur la longue durée, par-delà les frontières disciplinaires et méthodologiques.

Les interrogations que portent Arlette Farge et Yves Citton, chacun à sa manière, à la fois sur leur démarche, sur leur engagement de chercheur·se et sur la pertinence de cette recherche en « humanities » dans nos sociétés contemporaines rencontrent celles qui sont soulevées de manière récurrente dans l’Institut et auxquelles sont confronté·es régulièrement notamment les jeunes chercheurs·ses. Leur ouverture au partage promet des échanges riches où chacun·e pourra trouver inspiration et encouragement.

Inscription aux activités

Conférence – 18/04/2017 – La lyre anthropomorphe C94 de Vienne. Un instrument emblématique de la Renaissance italienne

La lyre anthropomorphe C94 de Vienne. Un instrument emblématique de la Renaissance italienne

Lieu: ULg, Salle Wittert, 7, Place du XX Août, 4000 Liège

Date de l’événement: 18/04/2017, 18h

Conférence organisée avec la collaboration de la Société liégeoise de musicologie.
Source de l’info: ULg

Journée d’étude – 16-17/03/2017 – Faire entendre le spectaculaire dans l’ancien comté de Hainaut

Journées d’étude CERMUS

Titre : « Faire entendre le spectaculaire dans l’ancien comté de Hainaut »

Lieu : Louvain-la-Neuve, Collège Mercier, salle Jean Ladrière (A124, conseil ISP)
Date de l’événement : 16-17/03/2017

Argument

En mettant en place des dispositifs de connaissance et de reconnaissance de revendications politiques, communautaires et/ou religieuses, la « culture du spectacle » constitue un vecteur de structuration sociale dont l’importance n’est sans doute plus à rappeler. Celle-ci se déploie bien au-delà des espaces scéniques.
Loin de rester cantonnée aux théâtres, elle envahit la rue, les foires, les salons, les églises, mais également les représentations intellectuelles. Or si les formes spectaculaires se donnent à voir, elles se donnent aussi bien souvent à entendre. Processions, ducasses, entrées, représentations théâtrales, sont autant d’événements dont l’objet visuel se double d’une nécessaire dimension sonore. En prenant l’ancien comté de Hainaut pour terrain d’observation, ces journées d’étude entendent tirer profit d’un territoire dont les caractéristiques socio-économiques se distinguent de celles des grands centres habituellement pris en considération. Faiblement urbanisé, largement dominé par une économie rurale, le Hainaut ne dispose d’aucune des institutions–princières, épiscopales, universitaires ou parlementaires –propices au développement de grands événements spectaculaires. Et pourtant, situé au croisement de grandes routes commerciales, occupant une place sensible dans l’échiquier religieux et géopolitique de l’Europe d’Ancien Régime, zone de contact entre le royaume de France et les Pays-Bas méridionaux, le Hainaut se présente comme un territoire où le spectacle revêt une importance cruciale puisque celui-ci permet d’affirmer la nature des changements et des résiliences opérés à chaque convulsion de son histoire mouvementée. Plus généralement, sa position aux marges de plusieurs centres politiques et culturels offre l’opportunité d’appréhender les conditions de formation du spectaculaire au sein d’une culture frontalière.
Ces journées sont organisées par le CERMUS (UCL) dans le cadre du projet de recherche « Musiques en Hainaut – XVIIe-XVIIIe siècles », en collaboration avec le projet inter-universitaire « La société du spectacle – la fête baroque entre Italie et anciens Pays-Bas, 1585-1685 ».

Source de l’info : GEMCA

Publication – Anne-Emmanuelle Ceulemans et Grégory Ems, Emblèmes musicaux dans les collèges jésuites. Bruxelles et Courtrai au XVIIe siècle, 2016

Anne-Emmanuelle Ceulemans, Grégory Ems, Emblèmes musicaux dans les collèges jésuites. Bruxelles et Courtrai au XVIIe siècle, Art et Société, Presses Universitaires de Rennes, 2016

ISBN : 978-2-7535-4858-9
Date de publication : 2016

Anne-Emmanuelle Ceulemans est professeur à l’Université catholique de Louvain et conservatrice des instruments à cordes au Musée des instruments de musique de Bruxelles.
Grégory Ems est docteur en langues et lettres de l’Université catholique de Louvain et spécialisé en littérature néolatine du XVIIe siècle.

Résumé :
Sous l’Ancien Régime, les professeurs de la Compagnie de Jésus mirent un point d’honneur à familiariser les jeunes gens dont ils assuraient l’instruction avec la culture la plus large et la plus diversifiée possible, incorporant dans leur enseignement des formes littéraires et artistiques nouvelles, tel l’emblème, une forme d’expression originale qui fait interagir intimement une image figurée et des parties textuelles et qui ressortit à un mode de pensée symbolique typique de la première modernité. En atteste l’abondante production emblématique des élèves des collèges de Bruxelles et de Courtrai tout au long du XVIIe siècle. Au sein de ces deux collections, la musique apparaît comme l’un des motifs iconographiques les mieux représentés. Pourtant, les thématiques musicales convoquées n’ont pas pour vocation de refléter fidèlement les réalités de leur époque : dans les emblèmes, en effet, la scène musicale renvoie toujours métaphoriquement à un contenu extramusical de nature conceptuelle. Il convient donc d’interroger l’intérêt de l’iconographie musicale en tant que médium sémiologique ainsi que les motivations qui sous-tendent le choix des élèves de ménager une large place aux scènes musicales et aux instruments de musique dans leurs emblèmes. Cette étude envisage différentes pistes pour expliquer les raisons de la présence prégnante de la musique comme motif figuratif dans les emblèmes des élèves des jésuites, en examinant les principales tendances à l’œuvre dans les corpus bruxellois et courtraisiens, en sondant les différents domaines à explorer pour comprendre la richesse des emblèmes, mais aussi les nombreuses potentialités qu’offre l’iconographie musicale. En examinant une multitude de cas de figure différents, appuyés par une sélection d’exemples représentatifs, accompagnée de traductions inédites et de reproductions originales, cette étude met en évidence le réseau complexe d’idées et d’influences diverses sur lequel reposent les compositions emblématiques des élèves des jésuites, et fait valoir le terrain particulièrement propice que constitue la métaphore musicale, qui – grâce à tout ce qu’elle charrie de sens, de connotations ou d’effets – est souvent apparue aux collégiens comme un motif privilégié pour exprimer leur pensée.

Table des matières (si disponible) :
Enjeux et défis de l’analyse iconographique des emblèmes musicaux
L’emblématique dans les collèges jésuites au XVIIe siècle
Mode de fonctionnement des emblèmes
Présence de la musique dans le corpus
Analyse du corpus : les grandes tendances
Conventions et connotations : respect ou subversion ?
Le bagage culturel des élèves
Goût pour le merveilleux et la curiosité
Quelques emblèmes inventifs
Source éditeur : PUR
Source : GEMCA

Séminaire – Charlotta Wolff – Opéra-comique et société en France et en Europe du Nord, 1760 – 1790

Séminaire d’histoire sociale des spectacles 2015-2016

Organisé par Marie Bouhaïk-Gironès (Centre Roland Mousnier, CNRS/Paris-Sorbonne), Olivier Spina (LARHRA, Lyon 2) et Mélanie Traversier (IRHiS, Lille 3/IUF)

Opéra-comique et société en France et en Europe du Nord, 1760 – 1790

Oratrice : Charlotta Wolff (Helsinki)

Le séminaire donné pour but d’interroger à nouveaux frais les processus d’élaboration des spectacles (commandes, décisions et actions, travaux d’écriture et de remaniement, mises en jeu, mises en texte, diffusion, circulation, conservation) à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne. L’histoire des spectacles ne doit donc plus se limiter à l’étude de la composition littéraire des textes, à l’écriture de la partition ou à la composition d’un ballet. Les quelques heures que dure l’évènement ne sont que la partie émergée d’un long processus de création et d’organisation en amont et d’un processus de diffusion et de mémorialisation (oral ou écrite) en aval. Une grande partie de la performativité et de la raison d’être du spectacle se trouve, ainsi, hors de lui-même, dans le processus institutionnel, social, économique, culturel et politique qui rend possible son organisation et son déroulement. Nous nous proposons donc d’étudier les pratiques spectaculaires d’une façon interdisciplinaire en portant une attention nouvelle aux archives qui permettent de mieux saisir le phénomène par nature éphémère qu’est un spectacle. Il s’agit également de s’affranchir de la coupure, académique mais largement artificielle, entre le Moyen Age et l’époque moderne afin de mieux dégager les problèmes et les questionnements diachroniques. Enfin, nous espérons dépasser les cadres nationaux de l’histoire du théâtre et leurs historiographies très caractérisées en faisant dialoguer historiens spécialistes de la France, de l’Italie, de l’Angleterre et d’autres espaces européens.

Informations pratiques
Vendredi 13 mai 2016
De 10h à 12h
Maison de la Recherche, Paris-Sorbonne
28 rue Serpente, 75 006 Paris, M° Odéon, salle D117

 

CFP – « Qui dit tradition dit faute ? ». La faute dans les corpus chantés du Moyen Âge et de la Renaissance

Ier Congrès international franco-italien « Philologie et musicologie » & Festival Musici Vagantes, Rencontres de musique médiévale

22-27 Mai 2017
Saint-Guilhem-le-Désert

Organisateurs :
Christelle Chaillou-Amadieu
Gisèle Clément
Federico Saviotti
Fabio Zinelli

Organismes partenaires :
Université Paul-Valéry – Montpellier 3
École pratique des hautes études/SAPRAT
Université de Pavie
Centre International de Musiques Médiévales – Du ciel aux marges (CIMM)
Centre d’Études Médiévales de Montpellier (CEMM, EA 4583)

Le Ier Congrès international franco-italien « Philologie et musicologie » prolonge deux rencontres tenues à Paris en 2013 et à Rome en 2015. Le premier colloque avait comme perspective de réunir musicologues et philologues autour de la question des sources de la poésie médiévale et de leur transmission (http://www.fabula.org/actualites/la-poesie-medievale-sources-et-transmissions-entre-philologie-et-musicologie_57026.php), et le second de rapprocher chercheurs et musiciens à propos de l’interprétation musicale des répertoires chantés du XIIe au XVIe siècle (https://www.fabula.org/actualites/documents/68376.pdf). La seconde manifestation a mis en place une formule inédite dans nos disciplines : toutes les communications résultèrent de collaborations entre philologues, musicologues ou musiciens.

La notion de « faute » soulève de sérieuses difficultés en philologie et en musicologie, mais aussi chez les interprètes. La connaissance des corpus chantés du Moyen Âge repose généralement sur des copies, que l’on imagine plus ou moins éloignées des mélodies et des textes tels qu’ils ont été composées ou interprétés en leur temps. Même si la plupart des pièces profanes écrites jusqu’au XIVe siècle sont attribuées, rien n’assure que les transcriptions ont été contrôlées par les auteurs. Au cours du XIVe siècle, le droit de regard des poètes sur l’écriture de leurs pièces se répand, mais la notation musicale en usage ne garantit pas encore une pleine conformité avec l’exécution musicale, voire avec l’intention des compositeurs. Les modalités de transmission de la tradition, orales ou écrites – performance, diffusion, circulation, transcription, réemploi… – des œuvres littéraires et musicales ont régulièrement introduit dans celles-ci des innovations formelles ou substantielles plus ou moins remarquables. Les fautes représentent la typologie sans doute la plus intéressante de ces modifications, car leur reconnaissance permet d’entrevoir un moment précis de la tradition et fournit aussi un point d’appui pour une éventuelle « reconstruction » de l’original.

En philologie et en musicologie, la « notion » de faute n’est pourtant pas abordée de la même manière et ne revêt pas non plus la même importance. Pour la critique textuelle, c’est sur les fautes évidentes et significatives que se fonde la possibilité de reconstruire la généalogie d’un texte. Cependant, la possibilité de reconnaître à coup sûr des fautes, dans une tradition qui se caractérise le plus souvent par des copistes actifs et compétents, a depuis longtemps fait débat. D’une part, dans la lignée de J. Bédier et de G. Contini, l’école néo-lachmannienne a commuté la notion de « faute » dans celle d’« innovation ». D’autre part, le courant de la « new-philology », en s’appuyant sur la réflexion de P. Zumthor et de B. Cerquiglini, a écarté de sa réflexion la notion au profit de celle de la « mouvance » ou de la « variance » de l’œuvre médiévale. Validée ou contestée, la faute a donc fait l’objet de plusieurs typologies et il reste toutefois aisé d’en délimiter certaines. La musicologie a bénéficié d’une semblable tentative de « reconstruction », entreprise notamment par Friedrich Gennrich mais initiée un siècle avant avec les premiers musicographes, tels que Fétis ou Perne. Or, contrairement à la philologie, la tentative s’avère assez marginale depuis quelques décennies : le musicologue lui préfère la notion de « variante », qui résulterait d’une intention créatrice différente. La multitude de fautes textuelles incontestables trouvées dans les manuscrits suggère cependant qu’il devait en être de même pour les mélodies. Aussi, bon nombre de musiciens considèrent-ils peu la véracité de la faute ; en la matière, perdure inconsciemment la conception romantique de l’intuition créatrice du musicien.

L’appréciation de la faute en poésie et en musique constitue donc un sujet pour lequel une réelle collaboration entre spécialistes des textes et musicologues s’impose comme une nécessité. Aussi, ajoutera-t-on la perspective diachronique et inter-corpus. La problématique pourra être traitée selon les axes suivants en mêlant philologie et musicologie ou plusieurs répertoires, en synchronie ou en diachronie :

1) Les typologies des fautes textuelles et musicales
2) Les correspondances entre faute musicale et faute textuelle
3) La notion de faute en philologie et en musicologie
4) La faute ou la notion de faute dans le temps et selon les répertoires

Les propositions d’interventions retenues résulteront d’une réelle collaboration entre philologue(s) et musicologue(s) (2 intervenants ou plus) sur un même cas d’espèce. Toutefois, il nous semble intéressant d’intégrer des communications ou bien textuelles ou bien musicales si elles s’inscrivent dans une vision diachronique (par exemple : du XIIe au XVe siècle, Moyen Âge et période contemporaine, Moyen Âge et Renaissance, etc.) ou si elles mêlent des corpus de traditions différentes (par exemple : trouvères et troubadours ; chant liturgique et chant en langue vernaculaire, etc.).

Les communications (de deux intervenants ou plus) se poursuivront par deux réponses brèves (ou plus) formulées à l’avance par les intervenants du congrès et seront suivies d’un débat. Pour la bonne tenue de la formule, les textes des communications, même sous une forme provisoire, devront être envoyés au plus tard le 15 avril 2017.

En parallèle, se tiendra à Saint-Guilhem-le-Désert le festival de musique ancienne Musici Vagantes en partenariat avec le Centre International de Musiques Médiévales – Du ciel aux marges (CIMM).

Les langues officielles du congrès sont le français, l’italien et l’anglais. Les propositions de communications sont à envoyer conjointement à Christelle Chaillou-Amadieu (chaillouchristelle@gmail.com), Gisèle Clément (giseleclementdumas@gmail.com) et Federico Saviotti (federico.saviotti@unipv.it) au plus tard le 20 juin 2016. Après examen du conseil scientifique, une réponse sera donnée au plus tard en septembre 2016. En outre, nous nous tenons à votre disposition pour susciter de nouvelles collaborations.

Source : RMBLF

CFP – L’État en scènes. Théâtres, opéras, salles de spectacles du XVIe au XIXes. : aspects historiques, politiques et juridiques

L’État en scènes. Théâtres, opéras, salles de spectacles du XVIe au XIXes. : aspects historiques, politiques et juridiques

Lieu : Amiens – Université de Picardie
Dates : 14, 15 et 16 juin 2017
Deadline : 01/06/2016

Argumentaire :

Le Pouvoir entretient une relation particulière avec le monde des spectacles. Souvent, les princes se sont mis en scène au travers de protocoles minutieux réglant et rythmant leur existence quotidienne et la vie officielle de leurs cours. Parfois, ils ont eux-mêmes été les acteurs de spectacles dans lesquels ils ont joué des rôles taillés sur mesure. Louis XIV, passionné de danse, a exprimé cet art spectaculaire de la scénographie royale, qu’il a cultivé tout au long de son règne et jusqu’à sa mort, dernier acte d’une vie de représentation dont il a orchestré les moindres détails. Louis XV, plus discret et plus réservé, n’apprécie guère cette vie de représentation mais il aime la comédie, les ballets et l’opéra. À Versailles, on lui doit la construction en 1770 de l’opéra royal pour servir de cadre au spectacle du mariage de l’héritier du Trône avec Marie-Antoinette d’Autriche. La jeune dauphine, devenue reine, fréquente assidûment l’opéra de Paris avant de donner aux spectacles royaux une autre dimension, plus intime et plus privée, à l’image d’une royauté fatiguée par une étiquette pesante, trop rigide et inadaptée au siècle des Lumières. À l’abri de son petit théâtre de Trianon, la reine se fait comédienne et joue pour et avec quelques courtisans triés sur le volet. Louis XVI, pourtant, a voulu respecter la pompe royale en donnant le dernier grand spectacle de la monarchie à l’occasion des États-Généraux, réunis avec un faste éblouissant dans le cadre suranné de la salle des Menus-Plaisirs, aménagée pour la circonstance. Quel curieux hasard que de voir la royauté jeter ses derniers feux à l’endroit même où elle rangeait les précieux décors de ses spectacles de cour !

Mais les spectacles ne se jouent pas seulement dans les résidences royales. Dès le XVIe siècle, les princes comprennent l’utilité politique des spectacles et des pièces de théâtre, qui peuvent servir à montrer leur puissance et à assurer leur propagande. Ils en mesurent l’utilité pédagogique, pour l’éducation des jeunes gens et la transmission de certaines valeurs morales ou civiques. Ils saisissent l’utilité sociale de ces divertissements, très appréciés et recherchés au sein des couches les plus aisées de la population. Les troupes de comédiens se multiplient alors. D’abord itinérantes, elles ont tendance à se fixer au XVIIe siècle dans les grandes villes, où elles trouvent la protection du souverain, de son représentant ou d’un puissant personnage qui les favorise, les subventionne et les entretient. Dès lors, les pouvoirs publics incitent à la construction de salles permanentes destinées à les accueillir, à recevoir un public plus nombreux et à satisfaire une demande toujours plus forte. C’est aussi un moyen de contrôler des saltimbanques dont la liberté de ton, parfois, fait trembler le pouvoir. À Paris, l’institution de la Comédie-Française par Louis XIV témoigne de cette volonté d’encadrer le monde des comédiens. L’impulsion est alors donnée et, au XVIIIe siècle, les théâtres publics fleurissent partout, encouragés par le gouvernement royal et les autorités municipales. Les grandes cités du royaume voudront leur salle de spectacle, considérée comme un signe visible de leur puissance politique, de leur vitalité économique et de leur attrait culturel. Les théâtres sont insérés dans des programmes architecturaux ambitieux, destinés à embellir les villes, à les faire entrer dans la modernité et à montrer leur fidélité au régime. Ce processus culturel s’adapte-t-il aux régimes qui se succèdent à partir de la Révolution ? L’Empire, voire la République, craignent-ils ou encouragent-ils les spectacles ?

La construction de ces salles, leur mode de financement, leurs règles de fonctionnement, leur économie, leur utilisation au plan politique concernent aussi bien le royaume de France que la plupart des États d’Europe et soulèvent une multitude de questions :

La construction des salles de spectacles déroge-t-elle aux règles communément observées dans le domaine des travaux publics ? Le pouvoir a-t-il suscité et encouragé une politique de construction à l’échelle du pays ? Les théâtres ont-ils été insérés dans des programmes d’embellissement officiels au même titre que les places? Le gouvernement a-t-il incité les grandes villes de l’Etat à édifier des salles publiques ? Quel a été le rôle des gouverneurs, des intendants, puis de préfets dans ce domaine ? Comment cette politique, si elle existe, a-t-elle été financée ?

Comment fonctionnent les salles de spectacle ? Sont-elles dotées de règlements de police particuliers ? Quelle est la technique juridique utilisée pour leur exploitation ? Qui les dirige ? Comment sont-elles financées ? Sont-elles subventionnées par le pouvoir central ou par les autorités municipales ? Ce dernier intervient-il dans leur administration intérieure ? Quel est le statut des employés et des comédiens ? L’État intervient-il dans le fonctionnement des salles privées ? Cherche-t-il à les contrôler ? Comment les surveille-t-il ? La nature du régime politique influence-t-il le contenu des divertissements ?

Les salles participent-elles de la propagande ? Comment s’y exerce la censure royale ? Le gouvernement intervient-il dans le choix des spectacles ? Quelles sont les représentations données dans les résidences du pouvoir ? Existe-t-il une programmation privée pour les souverains, distincte de la programmation officielle ? Les spectacles donnés pour le roi, l’empereur ou le président sont-ils diffusés en province ?  Par quel canal ? Quel est le pouvoir d’intervention des autorités de police dans ce domaine ? Qui fréquente les salles ? Sont-elles seulement réservées aux élites ?

Quel a été le rôle des salles de spectacles dans le processus révolutionnaire ? Quelle a été la programmation dans les dernières années de l’Ancien Régime et des régimes successifs au XIXe siècle ? Les idées des Lumières y transparaissent-elles ? Quelle a été l’influence des pièces écrites à l’étranger ? Quelle a été l’attitude du pouvoir à l’égard des salles de spectacles ? La proclamation de la liberté d’expression a-t-elle modifié les programmations ? La montée des oppositions au pouvoir de l’État y est-elle perceptible ?

Les organisateurs du colloque souhaitent que ces différentes questions soient abordées non seulement sous un angle comparatiste, les exemples offerts par les États européens étant les bienvenus, mais aussi sous un angle interdisciplinaire, afin de confronter la vision des juristes, des historiens du droit, des historiens de l’art, des historiens des lettres, des politistes, des sociologues, etc.

Programme pressenti :

Prologue

Acte I : La construction des salles

Acte II : Le fonctionnement des salles

Acte III : La programmation des salles

Acte IV : Tombée de rideau

Comité scientifique :

Christian Biet, Professeur des arts du spectacle, Université de Paris-Ouest-Nanterre-La-Défense
Robert Carvais, Directeur de recherche, CNRS, Université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense
Cédric Glineur, Professeur d’histoire du droit, Université de Picardie
Jean-Louis Halpérin, Professeur d’histoire du droit, École normale supérieure
Jean-Louis Harouel, Professeur d’histoire du droit, Université de Paris-II
Virginie Lemonnier-Lesage, Professeur d’histoire du droit, Université de Dijon
Hervé Leuwers, Professeur d’histoire moderne, Université de Lille-III
Anthony Mergey, Professeur d’histoire du droit, Université de Panthéon-Assas
François Ost, Professeur de droit, Université de Saint-Louis, Bruxelles
Daniel Rabreau, Professeur émérite d’histoire de l’art, Université Panthéon Sorbonne
Norbert Rouland, Professeur de droit, Université Paul Cézanne d’Aix-en Provence
Sophie Sedillot, Maître de Conférences d’histoire du droit, Université de Picardie
Philippe Sénéchal, Professeur d’histoire de l’art, Université de Picardie
Mathieu da Vinha, Directeur scientifique du Centre de recherches du Château de Versailles

Comité d’organisation :

Robert Carvais, Directeur de recherche, CNRS, Centre de théorie et analyse du droit, Université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense
Cédric Glineur, Professeur d’histoire du droit, Université de Picardie
Sophie Sedillot, Maître de Conférences d’histoire du droit, Université de Picardie

Contact :

Les projets de communications doivent être envoyés par mail avant le 1er juin 2016 aux membres du comité d’organisation : rcarvais@noos.fr ; cedricglineur@msn.com ; sased@wanadoo.fr

Joindre une présentation succincte de la communication envisagée avec indication des sources (2500 signes maximum espaces compris) avec son titre et un court curriculum vitae.

Publication des actes : Lextenso®

Responsables : Cédric Glineur, Robert Carvais, Sophie Sédillot

Source : Fabula
       

CFP – Identités dissimulées. Le voyage anonyme dans les sociétés anciennes et modernes

Identités dissimulées. Le voyage anonyme dans les sociétés anciennes et modernes

Lieu : Université de Limoges
Date : 24-25/11/2016
Deadline : 15/06/2016

Argumentaire :

Colloque international du Centre de recherches interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie (CRIHAM, Universités de Limoges et de Poitiers)

Le voyage anonyme constitue un topos bien répandu dans la littérature de voyage, dénotant une pratique qui a probablement existé à toutes les époques. Toujours est-il que cette dernière, de même que son « reflet » littéraire, n’ont guère fait l’objet d’une analyse systématique. Leur étude en vaudrait pourtant la peine. En dépassant le caractère anecdotique attaché trop facilement à cette thématique, il s’agirait d’interroger celle-ci sur tout ce qu’elle enseigne – dans les situations historiques les plus diverses – sur les pratiques itinérantes. On peut en effet penser que le voyage anonyme, dans son « extravagance » même, dans son caractère liminal, constitue un vecteur significatif des conditions du voyage et des façons de percevoir et d’apprivoiser celui-ci. Le changement de nom n’est pas la seule technique à prendre en considération à ce propos. Sous le terme de « voyage anonyme », nous entendons regrouper l’ensemble des cas de figure caractérisés par des voyageurs amenés à dissimuler, temporairement, et ne serait-ce que partiellement, leur identité. Si certaines de ces constellations semblent se reproduire « à l’identique » à travers les siècles, telle la voyageuse déguisée en homme, tel le prince dissimulant son statut, le travail consistera à les situer dans leur contexte historique précis. Lors du premier âge moderne, marqué par l’émergence de plusieurs confessions chrétiennes à l’intérieur de l’Europe, les voyageurs sont sans doute nombreux à dissimuler leur appartenance religieuse lorsqu’ils quittent les limites territoriales de la leur. À d’autres occasions, à d’autres époques, les origines sociales, professionnelles, ethniques ou nationales du voyageur peuvent faire l’objet de soucis analogues. Inutile de souligner, à l’heure de l’afflux massif de réfugiés immigrants, à quel point ces pratiques sont encore à l’ordre du jour.

Le colloque se fait dans le cadre d’une interrogation plus large, menée par le CRIHAM, qui a pour objet les modalités du contact établi par les voyageurs avec le pays qu’ils parcourent, ce qui conduit à s’interroger autant sur les conditions d’accueil que sur la capacité des voyageurs à s’adapter à « l’air du pays ». Plus concrètement, le colloque prend la suite d’une première rencontre scientifique organisée en décembre 2014 et consacrée aux « Médiateurs et instances de médiation dans l’histoire du voyage ». Dans ce colloque, il s’agissait d’étudier comment et à l’aide de quelles instances, les voyageurs parviennent à réduire, par avance ou en cours de route, les degrés de l’inconnu. Prendre pour objet d’analyse le voyage anonyme, c’est en quelque sorte inverser la perspective. Il s’agit de voir comment, par quels motifs et dans quelles circonstances le voyageur cherche à empêcher une pleine connaissance de son identité dans le pays qu’il parcourt. Naturellement, de telles analyses ne peuvent guère se faire sans une interrogation plus générale sur l’image que le voyageur tente de donner de lui-même – sur les stratégies du « self-fashioning », pour reprendre l’expression chère à Steven Greenblatt. Le colloque pourra donc prendre en considération non seulement la dissimulation d’identité au sens strict, certes au centre de l’interrogation, mais aussi d’autres formes d’une représentation sélective volontaire stimulée par le voyage. Phénomènes à analyser dans le contexte qui les produit, en étudiant autant les techniques employées (du travestissement jusqu’aux faux papiers) que les objectifs en jeu (de la protection de soi jusqu’à la fraude).

Le colloque cherchera à aborder ces terrains d’analyse dans la perspective d’une anthropologie historique du voyage, en rendant compte de la diversité des situations et des lieux, depuis l’Antiquité jusqu’au XXe siècle, à travers les sources les plus variées, saisies en série ou permettant l’analyse de cas particuliers. De même, l’interrogation est ouverte à d’autres disciplines, des Lettres jusqu’à l’ethnologie.

Les langues du colloque sont le français et l’anglais.

Comité scientifique :

Rainer Babel (Deutsches Historisches Institut, Paris)
Gilles Bertrand (Université de Grenoble 2)
Jean Boutier (EHESS, Marseille)
Alicia Ruiz Gutierrez (Universidad de Cantabria)
Rita Mazzei (Università di Firenze)
Dominique Valérian (Université de Lyon 2)
Sylvain Venayre (Université de Grenoble 2)

Organismes / Centres de recherche participant à l’organisation du colloque : Espaces Humains et Interactions Culturelles (E.A. 1087 EHIC), Université de Limoges ; Laboratoire Universitaire Histoire Cultures Europe Italie (LUHCIE, Université de Grenoble) ; Institut Universitaire de France (Gilles Bertrand)

Comité d’organisation :

François Brizay
Albrecht Burkardt (responsable)
Vincent Cousseau
Odile Richard-Pauchet

Merci d’adresser les propositions (d’environ 3000 signes, en anglais ou en français, accompagnées d’une fiche de présentation de l’auteur) jusqu’au 15 juin 2016 à l’ensemble des membres du comité d’organisation : francois.brizay@univ-poitiers.fr, albrecht.burkardt@unilim.fr, vincent.cousseau@unilim.fr, odile.pauchet@unilim.fr

Responsable : Albrecht Burkardt
Source : Unilim

CFP – La musique a-t-elle un genre ? Genre et discours sur la musique de l’Antiquité au XXIe siècle

La musique a-t-elle un genre ? Genre et discours sur la musique de l’Antiquité au XXIe siècle

Date : 21 et 22 octobre 2016
Lieu : Université Jean Monnet de Saint Etienne
Date limite de réponse : 15 mars 2016

Ce colloque s’inscrit comme un moment de réflexion à la suite de séminaires proposés par deux groupes de recherches, l’axe genre du LIRE (UMR 5611 Lyon/SaintÉtienne) et le Cercle de Recherche Interdisciplinaire sur les Musiciennes (CReIM) . P arallèlement puis de manière convergente, ces équipes de chercheuses et chercheurs ont entrepris de questionner l’histoire des discours sur la musique au prisme du genre.

En 1986, Joan Scott définissait le genre comme « un élément constitutif de rapports sociaux fondés sur des différences perçues entre les sexes » et comme « une façon première de signifier des rapports de pouvoir » . Que fait le genre à la théorie musicale et aux discours sur la musique et comment ces derniers fontils le genre ? Ces questionnements ont été au coeur des premiers travaux de la musicologie critique féministe étatsunienne qui, dans les années 1990, se sont focalisés principalement sur la première modernité italienne et les discours théoriques du XIX e siècle. Le présent colloque voudrait poursuivre et élargir cette réflexion en l’ouvrant sur une vaste période chronologique et sur un large éventail de genre et de styles musicaux de toute origine géographique (musiques classiques et contemporaines, musiques de tradition orale, jazz, pop, rock, rap, variété et toutes lesdites « musiques actuelles », etc.).

En effet, de la philosophie antique à la musicologie et l’ethnomusicologie du XXI e siècle, les discours sur la musique sont souvent marqués par l’utilisation d’une terminologie genrée qui, généralement, hiérarchise le masculin et le féminin. Ce colloque interrogera la présence et l’usage du genre dans les discours sur la musique, qu’ils s’attachent au matériau musical ou aux personnes qui pratiquent la musique.
Les thèmes du colloque s’articuleront autour de :

1. La théorie musicale

Utilisation d’une terminologie genrée ou « neutre » dans l’analyse des éléments du langage musical (intervalles, accords, cadences, périodes, rythmes, etc.) dans les écrits de théoriciennes, de compositeurs/trices et d’interprètes.

2. La critique musicale (dans les chroniques, la presse, les médias, les écrits du for privé, etc.)
Réception des œuvres musicales, des concerts, des interprètes et des enregistrements selon une grille d’analyse genrée et construction de la différence des sexes à travers la musique et les pratiques musicales.

3. Les travaux de recherche dans les sciences humaines et sociales, et notamment la musicologie et l’ethnomusicologie :
Analyse critique de travaux relatifs à la musique manifestant des approches genrées ; comparaison des méthodes et domaines de recherches sur la musique et le genre dans les différentes disciplines ou dans différents pays.

Comité d’organisation : Catherine Deutsch, Florence Launay, Raphaëlle Legrand, Théodora Psychoyou, Alban Ramaut, Mélanie Traversier.

Conseil scientifique : Catherine Deutsch, Caroline GironPanel, Sylvie Granger, Florence Launay, Raphaëlle Legrand, Christine Planté, Bertrand Porot, Cécile PrévostThomas, Théodora Psychoyou, Isabelle Ragnard, Alban Ramaut, Hyacinthe Ravet, Catherine Rudent, Mélanie Traversier, Eliane Viennot.

Contact : alban.ramaut@univstetienne.fr

Ce colloque est soutenu par les institutions suivantes :

  • LIRE (IHRIMUMR 5317 Lyon/SaintÉtienne)
  • IReMus (UMR 8223 CNRS — Université ParisSorbonne — Bibliothèque nationale de France — ministère de la Culture et de la Communication)
  • Palazzetto Bru Zane
  • IRHiSUMR
  • 8529 (Université de Lille 3)
  • IUF

Source : Institut du Genre

CFP – Être parisienne sous l’ancien régime : des femmes dans la ville (Moyen Âge- XVIIIe siècle)

Être parisienne sous l’ancien régime : des femmes dans la ville

(Moyen Âge- XVIIIe siècle)

Paris – 17 et 18 mars 2017

Dans un billet récent paru dans le Journal du CNRS, le géographe Yves Raibaud formule le constat que la ville du XXIe siècle est « une ville faite pour les garçons ». Si un regard genré sur l’espace urbain permet aujourd’hui d’interroger les pratiques et les politiques de la ville, que peut nous apprendre l’histoire sur la place, l’activité et les représentations des femmes dans la ville ? Notre colloque voudrait ainsi, à partir d’approches pluridisciplinaires, penser les liens entre femmes et ville du Moyen Âge à la fin du XVIIIe siècle. Paris, en tant que centre urbain majeur et ville capitale du royaume, mais aussi en tant que creuset privilégié des modèles sociaux et culturels français, apparaît comme un lieu à la fois exemplaire et singulier pour tenter cette approche.

Différents axes de réflexion peuvent être envisagés :

  • quels espaces, laïcs ou religieux, pour les femmes dans la ville de Paris ? quels modes de déplacements ? quels lieux leur sont réservés/interdits ? dans quels lieux parisiens les femmes sont-elles visibles ?
  • quel travail pour les femmes en ville ? quelles sont les corporations qui leur sont ouvertes ? à quelles conditions ? dans quels champs d’activité exercent-elles leurs compétences ? quel poids économique représente le travail féminin urbain ?
  • existe-t-il des instances représentatives des Parisiennes, des lieux ou des structures qui permettraient à des voix féminines de se faire entendre, y compris auprès de la municipalité ?
  • au-delà de l’évocation de grandes figures féminines de l’histoire de Paris, que doit l’actuelle ville de Paris à ses anciennes habitantes ? quelles traces ont-elles laissées dans la toponymie, dans les monuments, dans l’architecture et le tissu urbains ?
  • existe-t-il de réelles spécificités de la Parisienne par rapport aux femmes des autres cités du royaume, des autres grandes villes européennes ?
  • quelles représentations de la Parisienne sont diffusées, du Moyen Âge au XVIIIe siècle, par la littérature, les arts de la scène, la musique, l’iconographie ? peut-on faire l’hypothèse qu’existe alors une figure de « la Parisienne », et à quelle fin a-t-elle pu être utilisée en France et en Europe ?
  • au-delà du XVIIIe siècle, quelle est la réception de l’imaginaire de la Parisienne d’antan ?

Organisation

Société internationale pour l’étude des femmes de l’Ancien Régime (SIEFAR)

En partenariat avec :

  • Université Columbia à Paris – Centre Reid Hall
  • Université de Nantes – L’AMO EA 4276

Comité organisateur

  • Jeanne Chiron (U. Paris-Est/Siefar)
  • Nathalie Grande (U. Nantes/Siefar)
  • Ramona Herz-Garzeau (U. de Caen /Siefar)
  • Julie Piront (U. Louvain et U. Liège/Siefar)
  • Rotraud Von Kulessa (U. d’Augsbourg/Siefar)

Les propositions (titre et résumé en dix lignes, accompagnés d’une bio-bibliographie en cinq lignes) sont à envoyer pour le 1er juin 2016 à l’adresse suivante : parisiennes2017@gmail.com

CFP – Sacred Spaces, Secular Acts – Non-Religious Functions of Italian Church Buildings

Sixteenth-Century Society Conference

Lieu : Bruges
Date(s) : 18-20 août 2016
Date limite de réponse à l’appel : 1er février 2016

Argument
The Italian church interior in the early modern period witnessed far more than mere religious rite. As a venue for courtship rituals, dances, theatrical performances, political meetings, legal business and even sexual encounters, churches were versatile, multi-functional spaces which could change their purpose and ambience in response to distinct activities. Conservative ecclesiastics such as Archbishop Antoninus of Florence, San Bernardino da Siena and Fra Savonarola condemned such acts, indirectly confirming their widespread practice. Further evidence is provided by notarial documentation, which often specified the precise ecclesiastical location where legal or political meetings took place; other written records relating to specific non-religious events; and literary and visual sources. But despite this wealth of evidence describing secular activity, scholars still tend to interpret churches – and the images and objects they contained – largely for their religious functions. While the domestic sphere is increasingly considered for its devotional components, non-religious activities in church have been noted anecdotally but rarely for their own merits. This panel will place such activities at the centre of investigation, seeking to address diverse issues related to function, access and audience. How precisely were the church’s main and sub-spaces used for these events? Could the church building function in different ways at precise times of the day or year? What do these activities reveal about the potential for diverse members of society – in particular women – to access spaces normally reserved for clergy? Topics for papers could include, but are not limited to, analysis of:

•   New archival evidence on the types of non-religious activities which took place in church

•   Depictions or descriptions of non-religious activities in church

•   Complaints and exhortations against certain behaviours

•   How secular and sacred values intersected in the church interior

•   How these non-religious activities relate to issues of class, gender and status

•   Works of art, music, or literature which responded to this use of space

Please email 250-word paper proposals together with a curriculum vitae to Joanne Allen (jmallen@american.edu) by February 1st 2016.

Source : apahau