Archives par mot-clé : musicologie

Colloque – 25-26/02/2016 – François Ier et les artistes du Nord (1515-1547)

François Ier et les artistes du Nord (1515-1547)

Lieu: Bruxelles
Date: 25 & 26 février 2016

Prolongeant les événements, commémorations et activités scientifiques qui célèbreront, en 2015, le 500e anniversaire de l’avènement de François Ier (1er janvier 1515) et celui de la victoire de Marignan (13 et 14 septembre 1515), la rencontre entend privilégier les liens entre le ‘grand roy Françoys’ et le Nord. En effet, si les échanges entre François Ier et l’Italie demeurent un sujet d’études particulièrement fécond, les relations que le roi a établies avec le Nord, spécialement avec les anciens Pays-Bas méridionaux, sont tout aussi riches et complexes. Pourtant, ces rapports n’ont pas encore donné lieu à une enquête d’envergure. Le colloque ‘François Ier et les artistes du Nord (1515-1547)’ entend combler cette lacune, en envisageant l’intérêt que le premier roi Valois a porté aux artistes, aux musiciens et aux œuvres des anciens Pays-Bas méridionaux.

Thursday, 25 February 2016

09:30 Registration & coffee

10:00 Opening session by Christina Ceulemans (Director-General of KIK-IRPA), Stéphane Demeter (President of the Royal Academy of Archaelogy of Belgium) & Ulrich Großmann (President of the CIHA)

10:50 Introduction to the colloquium by Laure Fagnart (F.R.S.-FNRS/Université de Liège) and Isabelle Lecocq (KIK-IRPA)

Morning session • Chairwoman: Natasja Peeters (Royal Museum of the Armed Forces and Military History)

11:00 Nicolas Le Roux (Université Paris 13/Sorbonne Paris Cité), Jeux de frontière. La diplomatie française et les anciens Pays-Bas méridionaux au temps de François Ier

11:30 Coffee

12:00 Benoist Pierre (Université François Rabelais, Tours/Centre d’Études Supérieures de la Renaissance), François Ier, son entourage et Érasme

12:30 Cécile Scailliérez (Musée du Louvre, Paris), L’art des Pays-Bas dans la France de François Ier : courants divers et personnalités éminentes. À propos de l’exposition programmée au Louvre en 2017

13:00 Lunch

Afternoon session • Chairwoman: Dominique Allart (Université de Liège)

14:00 Krista De Jonge (KU Leuven), Fontainebleau and the architecture of the Habsburg court. Models, exchanges, and representational battles 1530-1550

14:20 Claire Dumortier (Royal Academy of Archaelogy of Belgium), L’influence bellifontaine sur la majolique anversoise

14:40 Guy Delmarcel (KU Leuven), François Ier et ses tapisseries « flamandes »

15:00 Anne-Sophie Laruelle (Université de Liège), Des modèles héroïques et bibliques pour François Ier. Iconographie de quelques tentures remarquables de la collection royale

15:20 Discussion

15:40 Coffee

16:45 Museum of the City of Brussels (Maison du Roi, Grand Place – Broodhuis, Grote Markt, 1000 Brussels) Presentation of the conservation work in progress on the cartoon for the tapestry in the Life of Saint Paul (Pieter Coecke van Aelst and workshop, ca 1535), by Hélène Bartelloni, restauratrice d’œuvres d’art graphique, at the Museum of the City of Brussels

Reception at the Museum of the City of Brussels

Friday, 26 February 2016

09:00 Coffee

Morning session • Chairman: Joost Vander Auwera (Royal Museum of Fine Arts of Belgium)

9:30 Guy-Michel Leproux (École pratique des Hautes Études, Paris), Godefroy le Batave et Noël Bellemare, deux artistes anversois au service de François Ier et de son entourage

9:50 Cécile Oger (Université de Liège), Elizabeth L’Estrange (Universty of Birmingham), Bernard Gilbert (Université de Liège) & Helena Calvo del Castillo (Université de Liège), Un manuscrit de l’entourage de Noël Bellemare sous le microscope : analyse du ms. W 29 de l’Université de Liège

10:10 Pierre-Gilles Girault (Monastère royal de Brou, Bourg-en-Bresse), L’activité de Gauthier de Campes (le maître de saint Gilles ?) après 1500

10:30 Discussion

10:45 Coffee

11:15 Jamie A. Kwan (Princeton University), From Flanders to Fontainebleau: style and identity in the drawings of Léonard Thiry

11:35 Marie-Alexis Colin (Université libre de Bruxelles), Les relations entre François Ier et le Nord à travers les échanges musicaux

11:55 Isabel Monteiro & Hugo Sanches (Early Music Consort Il Dolcimelo Portugal, Lisbon-Oeiras), Music to Francis I. Vihuela Court Music

12:30 Discussion

13:00 Lunch

Afternoon session • Chairman : Ralph Dekoninck (Université catholique de Louvain)

14:00 Luisa Nieddu (Université de Genève), L’art du portrait dans l’œuvre de Jean Perréal et ses liens avec le Nord

14:20 Lisa Mansfield (University of Adelaide), Francis I and his Northern Image-Makers

14:40 Franciszek Skibinski (University N. Copernic, Torun), Between Fontainebleau, the Low Countries and the Balticum. An episode in the history of artistic migration

15:00 Discussion

15:15 Coffee

16:00 Ethan Matt Kavaler (University of Toronto), Conclusions and Perspectives of Research

16:30 Closing reception

Scientific Direction

Laure Fagnart, F.R.S.-FNRS/Université de Liège

Isabelle Lecocq, Institut royal du Patrimoine artistique, Bruxelles

F.R.S.-FNRS Contact Group ‘Modèles, échanges et réalisations artistiques (xve- xvie siècles)’

Contact

info@kikirpa.be

Registration

http://org.kikirpa.be/francois

Scientific Committee І Comité scientifique І Wetenschappelijk Comité

Dominique Allart, Université de Liège
Koen Brosens, Katholieke Universiteit Leuven
Marie-Alexis Colin, Université libre de Bruxelles
Krista De Jonge, Katholieke Universiteit Leuven
Claire Dumortier, Royal Academy of Archaelogy of Belgium
Laure Fagnart, F.R.S.-FNRS/Université de Liège
Koenraad Jonckheere, Universiteit Gent
Robert J. Knecht, University of Birmingham
Isabelle Lecocq, Institut royal du Patrimoine artistique
Guy Michel Leproux, École pratique des Hautes Études
Cécile Scailliérez, Musée du Louvre

Source : Kikirpa

CFP – Explorer la Renaissance

Explorer la Renaissance

Lieu : St. Louis (Missouri)
Dates : 24-26 mars 2016
Date limite de réponse à l’appel : 15 Décembre 2015

Nous vous souhaitons la bienvenue à la 65e réunion du colloque international de la Renaissance du Sud, Explorer la Renaissance,  du 24 au 26 mars 2016 à St. Louis, Missouri, au Parkway Hôtel.

Des communications (15-20 minutes) sont sollicitées sur tous les aspects des études de la Renaissance (histoire, histoire de l’art, littérature, musique, philosophie, science, théologie). Les résumés (400-500 mots, et un 100 mots court pour le résumé inclus dans le programme) doivent être soumis par courriel au plus tard le 15 Décembre 2015 au président du programme Christopher Baker (Christopher.Baker@armstrong.edu).

Les sujets possibles concernent :

  • L’intersection entre art et science à la Renaissance
  • Les influences européennes en musique et dans les arts
  • La peinture de la Renaissance du Nord
  • Shakespeare et les classiques
  • Les femmes écrivains de la Renaissance
  • La littérature et le contexte religieux de la Renaissance


Les sessions
doivent être proposées plus tard le 1er Novembre 2015 et envoyées par courrier électronique à la présidence de programme (lien donné dans les informations de contact ci-dessus).
 Les résumés des communications pour les sessions approuvées doivent être aussi envoyés par courriel à C. Baker. De plus amples informations sur le colloque 2016 sera disponible prochainement sur le site SCRC.
Les participants au programme sont tenus d’adhérer à la SCRC et sont invités à soumettre les versions longues pour publication  à la revue de la SCRC, Explorations in Renaissance Culture. Les articles plus courts (jusqu’à 3000 mots) pourront être publiés dans la newsletter de la SCRC, Discoveries (bientôt disponible sur le site web ).

Un nombre limité de bourses de voyage pour les étudiants est disponible ; les diplômés présentant une intervention au colloque peuvent demander au président du programme un financement pour le voyage (maximum 300 $). Les essais complets doivent être soumis électroniquement d’ici le 1er Février pour être admissible à l’examen. Merci d’envoyer les résumés à Christopher Baker (Christopher.Baker@armstrong.edu).

Gestion des locaux : Tim Moylan, St. Louis College of Pharmacy
Président du programme : Christopher Baker, Université d’État Armstrong
William B. Hunter Conférencier : Robert C. Evans, Université Auburn à Montgomery
Louis L. Martz Conférencier : M. Carlo Bajetta, Università della Valle d’Aosta, Italie
Conférencier Keynote : Sara van den Berg, Université de Saint-Louis

Sponsorisé par :
The South Central Renaissance Conference
The Queen Elizabeth I Society
The Marvell Society
The Society for Renaissance Art History

Site du colloque : http: www.scrc.us.com/archives/2016conference.shtml  

Colloque – 05-07/11/2015 – Les foyers artistiques à la fin du règne de Louis XIV (1682-1715). Musique et formes spectaculaires

Les foyers artistiques à la fin du règne de Louis XIV (1682-1715). Musique et formes spectaculaires

Colloque international – 5-7 novembre 2015, Salle des Colonnes, Grande Écurie du château de Versailles

Colloque organisé par le Centre de recherche du château de Versailles et le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (UMR 7323 du Centre national de la recherche scientifique et UFR de l’université François-Rabelais de Tours).

Inscription obligatoire

Ce colloque s’attachera à repérer l’émergence de foyers artistiques qui accueillirent du théâtre, de la musique et de la danse à Versailles et à Paris entre 1682 et 1715 et à analyser les mutations du goût qui en découlent. Il s’appuiera sur la notion de foyer, à une époque où la prépondérance du goût du souverain est remise en cause, en la déclinant selon trois axes :

  • les lieux dévolus à la musique, au théâtre, à la danse (Cour, ville de Versailles, Paris / château royal, hôtels particuliers, résidences non urbaines, académies),
  • les acteurs et les pratiques,
  • le goût.

Les dispositifs de la pratique musicale à la fin du règne de Louis XIV n’ont pas encore été étudiés dans leur globalité. Les tenir pour un ensemble de lieux à la fois complémentaires et concurrents conduit à décrire leur disposition dans l’espace, leur hiérarchie, les relations qu’ils entretiennent entre eux ou avec la cour et évidemment leur fonctionnement concret.
Le riche vocabulaire de l’« être ensemble » à une époque où l’on rencontre des termes aussi variés et polysémiques que “compagnie”, “assemblée”, “ruelle”, “société”, “académie”, “pratique”, ou “connaissance”, dénote une pluralité de formes et d’usages que seule une approche pluridisciplinaire devrait permettre de cerner.
Les foyers à analyser vont du quartier du Marais (où dominent les sociabilités féminines) aux pavillons de plaisance bâtis entre Versailles et Paris, en passant par les résidences de Philippe d’Orléans (au Palais-Royal et aux Tuileries), du duc et de la duchesse du Maine (à Sceaux), du Grand Dauphin (à Meudon) ou du roi d’Angleterre en exil (à Saint-Germain-en-Laye).
Ces lieux artistiques particulièrement dynamiques à la fin du règne de Louis XIV soulèvent un ensemble de questions qui concernent la figure de l’amateur, l’économie de la commande et de la protection, la nature des publics ou la naissance d’un espace public : autant de thèmes susceptibles de donner lieu à plusieurs études comparées.
Enfin le colloque permettra d’évaluer la capacité du modèle versaillais à imposer une norme artistique ou à laisser la place au développement de nouveaux foyers, de mesurer la faculté des musiciens provinciaux à s’insérer dans les divers foyers présents en Île-de-France, de cerner l’identité des médiateurs du goût et d’apprécier la perméabilité des foyers que nous aurons repérés aux courants théâtraux et musicaux venus des autres grandes métropoles européennes.

Voir le programme détaillé

CFP – Documents, méthodes et concepts – 3e Journées doctorales « Transitions » (ULg)

Deadline : 30 octobre 2015.

Depuis le Moyen Âge jusqu’aux bouleversements engendrés par la science galiléenne, l’Europe vit d’incessants questionnements qui remettent en cause ses équilibres politiques et leurs légitimations, qui ébranlent les fondements de l’unité confessionnelle et déplacent les limites du savoir et de la création. En tentant de transcender les clivages hérités d’une longue tradition historiographique, le Département de recherche (DR) Transitions (http://web.philo.ulg.ac.be/transitions/fr/) se penche sur ces incessantes mutations. Ouvert aux médiévistes et aux modernistes, il encourage la confrontation des pratiques de recherche, les collaborations inédites et le partage des résultats. L’objectif est d’élargir nos intérêts à la constellation des facteurs qui ont concouru à la construction des cadres sociaux et culturels dans lesquels nous nous définissons aujourd’hui encore, dans le monde occidental.

Dans le cadre de la formation doctorale des jeunes chercheurs intéressés par cette période – toutes disciplines confondues –, Transitions organisera les mardi 26 et mercredi 27 janvier 2016 deux journées de rencontre entre doctorants. Cette initiative a pour but de favoriser l’échange et la confrontation des idées et des méthodes de recherche entre étudiants, doctorants et chercheurs de différents pays qui s’intéressent à des questions d’histoire, d’histoire de l’art, d’archéologie, de musicologie, de philologie, de linguistique ou encore de littérature française ou italienne. Ces journées seront organisées autour des communications de doctorants qui pourraient être aussi bien en début qu’en fin de thèse. Ceux-ci seront invités à présenter les documents – entendus au sens large –, les méthodes et les concepts qui animent leurs recherches.

Les communications feront l’objet de discussions que l’on souhaite résolument transdisciplinaires. Elles n’excéderont pas vingt minutes et seront présentées en français ou en anglais. À l’issue de chacune des interventions, un court débat sera engagé avec les auditeurs.

Le comité organisateur attend les propositions des doctorants pour le vendredi 30 octobre 2015 au plus tard, sous forme d’un dossier à adresser au DR Transitions (transitions@ulg.ac.be) par courriel en fichier joint. Ce dossier comprendra les coordonnées personnelles du doctorant et celles du/des directeur/s de recherche, l’intitulé de la thèse, l’intitulé de la communication, l’année d’inscription en thèse et un résumé d’une quinzaine de lignes de la communication proposée, rédigé en français ou en anglais. Un avis d’acceptation ou de refus de la communication sera envoyé aux doctorants durant les derniers jours de novembre.

Chaque doctorant est invité à se renseigner auprès de son université sur la possibilité de valoriser sa participation aux journées dans le cadre de sa formation doctorale (attestation, obtention d’ECTS, etc.). Les organisateurs fourniront, à l’issue du séminaire, un document certifiant la participation active du doctorant.

Contact : transitions@ulg.ac.be

Comité d’organisation : Annick Delfosse, Renaud Adam, Cristiano Amendola, Aurore Drécourt, Jéromine François, Emmanuel Joly, Anne-Sophie Laruelle, Claudia Marconato, Charlotte Marique, Julien Régibeau, Alessandro Rizzo.

Comité scientifique : Dominique Allart, Annick Delfosse, Laure Fagnart, Marie-Élisabeth Henneau, Nadine Henrard, Alain Marchandisse, Nicola Morato, Paola Moreno, Benoît Van den Bossche.

CFP – Mineurs, minorités, marginalités au Grand Siècle

XIVe Colloque du CIR 17 – Centre International de Rencontres sur le 17e siècle

Mineurs, minorités, marginalités au Grand Siècle

Dates : 19-21 mai 2016

Lieu : Université de Coimbra (Portugal)

Deadline : 15 octobre 2015

Argumentaire :

Le sujet de ce Colloque envisage, de prime abord, d’évaluer les « frontières polémiques », voire les apories esthétiques, plus ou moins visibles, qui sous-tendent, tout au long du Grand Siècle, le dialogue conceptuel entre, d’une part, l’ordre, les règles et les lois et, d’autre part, les « désordres diffus et les incertitudes latentes » (J.-Ch. Darmon), en littérature et dans les arts (peinture, architecture, musique, etc.). La critique contemporaine ne cesse en effet de montrer la fragilité des définitions absolues de cette période (dont celle d’un absolu de la Littérature), en essayant d’exaucer les valeurs d’un Classicisme au pluriel, englobant les différentes « manières » de concevoir le naturel et le goût.

Les « querelles » qui traversent le siècle ainsi que l’« aporie de la crédibilité » (P. Pasquier), émanant des lectures et des pratiques asymétriques de la Poétiqued’Aristote, légitiment ainsi la mise en question d’une grille épistémique rigide d’analyse des formes, et par conséquent l’ouverture au pouvoir apparemment paradoxal des mineurs, des minorités, des marginalités. Re-contextualiser, dans ce cadre, les genres, les modalités de la pensée, les courants esthétiques au XVIIesiècle, réévaluer leur rapport au pouvoir absolu, revoir la tension intermittente entre « l’ordre et le chaos » (G. Spielmann) faisant de la notion de « frontière » un concept-clé de la dynamique littéraire, culturelle, sociale du siècle de Louis Le Grand, constituera le défi de ce colloque pluridisciplinaire.

L’appel au dialogue entre chercheurs, relevant de différentes disciplines, permettra ainsi d’établir, a priori, des axes thématiques diversifiés mais qui s’entrecroisent du point de vue épistémologique:

  1. genres « mineurs » dans les arts : littérature, musique, peinture, architecture, etc. ;
  2. la critique des « mineurs » aujourd’hui ;
  3. auteurs/artistes « mineurs » – frontières du canon ;
  4. art officiel/art marginal (ou déviant) ;
  5. la « manière » : le « bon goût » et l’« extravagant » ;
  6. le Classicisme/les Classicismes ;
  7. minorités de la pensée (sexes, races, religions, morale, etc.).

Seront donc engagés des débats autour de la centralité traditionnelle du XVIIe siècle, des lieux esthétiques et éthiques de la « raison » et de l’ «émerveillement » (R. Zuber), du sens de l’hybridisme des formes et des formules artistiques, partant d’un ensemble critique assez vaste qui, entre la fin du XXe siècle et le début du XXIesiècle, a mis en relief le pouvoir des « marges » dans l’analyse du Classicisme, voire des Classicismes du Grand Siècle.

Comité scientifique :

Marta Teixeira Anacleto, José Augusto Cardos Bernardes, Ofélia Paiva Monteiro (Univ. de Coimbra)

Buford Norman, Pierre Ronzeaud

Modalités de soumission :
Prière d’envoyer vos propositions de communication (250 mots maximum, pour une communication de 20 minutes), accompagnées de votre nom, de votre affiliation institutionnelle complète et d’un bref descriptif de vos travaux récents, à Marta Teixeira Anacleto (marta@fl.uc.pt), d’ici au 15 octobre 2015.

CFP – Fontenelle et l’Opéra

Fontenelle et l’Opéra

Lieu : Colloque international co-organisé par le CÉRÉdI (Université de Rouen) et l’EA. ELIRE (Université de Toulouse Le Mirail).
Dealine : Automne 2015

Argumentaire :

Philosophe, c’est-à-dire aussi homme de sciences, Fontenelle a trouvé dans l’esthétique de l’opéra français une métaphore restée fameuse : « Je me figure toujours que la nature est un grand spectacle qui ressemble à celui de l’Opéra ». Dans les Entretiens sur la pluralité des modes, l’effet merveilleux que produit l’envol du héros pour clore un des actes du Phaéton de Quinault et Lully fournit ainsi à la fois un objet poétique et le support d’un exercice critique.

Or Fontenelle fut aussi poète, et même poète d’opéra, auteur des livrets de plusieurs tragédies en musique marquantes après la mort de Lully : Thétis & Pélée (1689), Énée & Lavinie (1690). Plus tôt encore, il collabora dès les années 1670 avec Thomas Corneille pour remplacer provisoirement Quinault auprès de Lully : en témoignent Psyché (1678) et Bellérophon (1679). Non moins remarquable : Fontenelle a contribué à la vogue moderne de la « pastorale héroïque » avec un Endymion, mis au moins deux fois en musique (1713 et 1720), et précédé dans le même genre d’une Œnone inachevée.

Cet aspect parfois méconnu de l’œuvre de Fontenelle reste encore à scruter, nonobstant l’attention particulière que lui ont prêtée les travaux de Catherine Kintzler, Camille Guyon-Lecoq ou Laura Naudeix. L’intérêt de Fontenelle pour l’opéra intéresse le tout ensemble d’une production où s’assemblent examen philosophique, textes scientifiques, pratique et théorie de la poésie pastorale, critique littéraire. En cela, il n’est pas exclu que le rapport de Fontenelle à l’opéra occupe une place capitale dans ses écrits et dans sa pensée, comme dans sa réception : plusieurs vers de Thétis & Pélée ne se trouvent-ils pas cités et glosés sous la Régence dans des réflexions sur le style et sur l’ingéniosité ?

Simultanément, la part qu’a prise Fontenelle aux développements du théâtre lyrique de son temps s’inscrit, à maints égards, dans le contexte de la Querelle des Anciens et des Modernes. On sait que le genre de la tragédie en musique a été fortement en jeu dans les prodromes polémiques de la Querelle (dès 1674) comme dans ses suites sous la Régence. Se pencher sur Fontenelle et l’opéra, c’est donc ambitionner de mieux connaître des œuvres du théâtre lyrique parfois très négligées – en y incluant les réfections de ces livrets après 1750, en France comme en Italie ou en Suède –, mais c’est aussi se donner les chances d’examiner en quoi le cas singulier de Fontenelle nous éclaire sur un tournant, entre deux siècles, de l’histoire des idées comme de l’histoire des formes de l’art. C’est pourquoi le projet de ce colloque est aussi de décloisonner les approches d’un tel sujet en réunissant historiens de la littérature, musicologues et spécialistes du théâtre.

Les propositions sont à envoyer pour l’automne 2015

Contacts :

claudine.poulouin@univ-rouen.fr,
grosperr@univ-tlse2.fr
judith.leblanc@univ-rouen.fr

CFP – Le comique à l’Académie royale de musique (1669-1791) : genre, style, interprétation et rayonnement

Le comique à l’Académie royale de musique (1669-1791) : genre, style, interprétation et rayonnement

Organisé par Pauline Beaucé et Benoît Dratwicki

Date : 2-4 juin 2016
Lieu : Centre de musique baroque de Versailles
Deadline : 15 septembre 2015

Argumentaire :

Souvent contesté et marginalisé par les historiens de la musique et du spectacle, le comique occupe pourtant une place importante sur la scène de l’Académie royale de musique aux XVIIe et XVIIIe siècles. Des premières tragédies en musique de Quinault et Lully aux comédies lyriques de Grétry en passant par les entrées comiques de ballets ou les ballets d’action tirés d’opéras-comiques – pour ne citer que quelques exemples –, on ne peut qu’être frappé par la variété et l’originalité des créations incluant le comique ainsi que par la permanence de leur reprise. Cela sans compter les représentations ponctuelles d’œuvres appartenant à d’autres répertoires (pièces foraines, intermèdes italiens, etc.).

Ce colloque propose d’aborder les enjeux et les modalités de la présence du comique en interrogeant tout autant la question des genres et des styles littéraires, musicaux et chorégraphiques, que celle de l’interprétation et de la réception des œuvres concernées. Quelles sont les différentes formes d’expression du comique sur la scène de l’Opéra ? Quels en sont les modèles et les repoussoirs (opéras italiens, comédies-ballets, production foraine, Comédie-Italienne, Comédie-Française, spectacles de cour…) ? Quelle est la part de l’interprète dans l’élaboration du comique et sa transmission au public ? Quel est son environnement scénographique à l’Académie royale (costumes, décors, machines) ?

Afin de tenter de répondre à ces questions et de susciter des pistes d’analyses, nous privilégierons les aspects liés :

*à la chronologie des créations et des reprises ;

*à la confrontation des répertoires et à l’identification des modèles et des repoussoirs ;

*aux analyses génériques et terminologiques ;

*aux analyses techniques, stylistiques et esthétiques (texte, musique, danse, scénographie) ;

*aux études spécifiques de figures emblématiques (poètes, compositeurs, chorégraphes, chanteurs, danseurs) ;

*à l’interprétation du comique sur la scène de l’Académie royale de musique ;

*aux interactions avec d’autres espaces de création ou de représentation, et à la diffusion du répertoire concerné dans les provinces et à l’étranger.

*à la réception du comique ou au détournement comique du sérieux (potentialité comique, parodies, etc.)

Modalités de soumission  :

Les propositions de communication (titre et résumé d’un maximum de 3500 signes espaces compris) devront être adressées avant le 15 septembre 2015 par email à Pauline Beaucé (pauline.beauce@u-bordeaux-montaigne.fr) et à Benoît Dratwicki (bdratwicki@cmbv.com). Une publication électronique des communications est prévue à l’issue du colloque.

Contacts :
Pauline Beaucé (Université Bordeaux Montaigne) et Benoît Dratwicki (Centre de musique baroque de Versailles)

CFP – First Interdisciplinary Historical Fictions Research Network Conference

Call for Papers for the First Interdisciplinary Historical Fictions Research Network Conference

Keynote Speakers: Professor Ansgar Nünning of Universität Giessen (Literature & American Studies); Dr Debbie Challis, Audience Development Officer, Petrie Museum of Egyptian Archaeology, UCL.

At Anglia Ruskin University, Cambridge, 27th and 28th February 2016

Conference fee: £180; concession £140 (graduate students; or on proof of income below £10k). Accommodation: tbc

This is a key moment for the study of historical fictions: there is a rising critical recognition of the texts and the convergence of lines of theory in the philosophy of history, narratology, popular literature, historical narratives of national and cultural identity, and cross-disciplinary approaches to narrative constructions of the past.

Narrative constructions of the past constitute a powerful discursive system for the production of cognitive and ideological representations of identity, agency, and social function, and for the negotiation of conceptual relationships and charged tensions between the complexity of societies in time and the teleology of lived experience. The licences of fiction, especially in mass culture, define a space of thought in which the pursuit of narrative forms of meaning is permitted to slip the chains of sanctioned historical truths to explore the deep desires and dreams that lie beneath all constructions of the past. Historical fictions measure the gap between the pasts we are permitted to know and those we wish to know: the interaction of the meaning-making narrative drive with the narrative-resistant nature of the past.

Historical fictions can be understood as an expanded mode of historiography. Scholars in literary, visual, historical and museum/re-creation studies have long been interested in the construction of the fictive past, understanding it as a locus for ideological expression.

We welcome paper proposals from Literature, Media, Art History, Musicology, Reception Studies, Museum Studies, Recreation and others. We welcome paper proposals across historical periods, with ambitious, high-quality, inter-disciplinary approaches and new methodologies that will support research into larger trends and which will lead to more theoretically informed understandings of the mode across historical periods, cultures and languages.

We aim to create a disciplinary core, where researchers can engage in issues of philosophy and methodology and generate a collective discourse around historical fictions in a range of media and across period specialities.

Paper proposals consisting of a title and abstract of no more than 250 words should be submitted to: historicalfictionsresearch@gmail.com by 1st September 2015.

Candidature – Post-doctorat au Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie : environnement en Limousin

Post-doctorat au Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie : environnement en Limousin

Post-doc position at the Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie: the environment in the Limousin region

L’environnement au prisme de l’histoire

The environment through the prism of history

Période: de septembre 2015 à septembre 2016

Lieu: Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de l’Université de Limoges

Date limite de réponse à l’appel: 4 juin 2015

Le Projet Environnement en Limousin

L’environnement au prisme de l’histoire : dans le cadre d’un appel à projet thématique consacré à l’histoire de l’environnement en Limousin, il s’agit de tester l’hypothèse d’une apparition précoce et d’un renouvellement permanent depuis les XVIIIe et XIXe siècles et jusqu’au XXIe siècle des préoccupations environnementales en Limousin. Ce projet s’attachera à dégager les éléments de continuité, éventuellement de transmission, susceptibles de caractériser différentes phases ou cycles d’émergence, d’expression et de traductions (sociales, territoriales, politiques) de cette sensibilité aux questions environnementales.

L’approche locale permettra d’examiner la spécificité d’une région agricole et relativement préservée des principales menaces pesant sur l’environnement, de voir comment le développement des industries locales (porcelaine, ganterie, etc.) a joué ou non dans les premières mobilisations, d’interroger le rôle des acteurs (sociétés de pêche, de chasse, associations régionalistes et folkloristes)

Le repérage et l’analyse de sources variées (littérature, sources juridiques, factums, canards et presse, archives de police, administratives et d’association etc.) et du cadre législatif et juridique dans lesquelles elles ont été conçues permettront de circonscrire les conditions de l’éveil de ce souci de préservation d’un environnement bouleversé par le développement de l’industrie, de l’urbanisation et des communications (souci patrimonial et esthétique ou souci lié aux risques sanitaires ?).

Le projet est articulé sur trois axes

  1. Prises de consciences (des risques de pollution, des menaces sanitaires, des atteintes au patrimoine naturel ou à la biodiversité, etc.).
  2. Mobilisations, initiatives et innovations (individuelles, associatives, sociales)
  3. Engagements individuels et institutionnels et politiques publiques (en particulier les collectivités)

Un des intérêts de cette question est de l’aborder à partir de l’espace local et de ses terroirs, en partenariat avec le Parc Naturel Périgord-Limousin, le Conservatoire d’espaces naturels du Limousin, les associations (sociétés de chasse et de pêche, associations culturelles et patrimoniales, associations de protection de l’environnement), et la presse régionale en prenant en compte le cadre spécifique des cultures traditionnelles d’une part, celui de la culture politique spécifique au Limousin d’autre part et enfin celui de l’organisation pratique des activités locales (préservation des zones de pêche et de chasse, dynamisme du cadre associatif spécifique à l’environnement par exemple).

L’emploi post-doctoral proposé

Les activités du post doc seront encadrées par un comité de pilotage réunissant des enseignants chercheurs, des membres du service ingénierie-recherche de la FLSH ainsi que le cas échéant des représentants des partenaires extérieurs.

Sa mission sera triple :

1- assurer le lancement du  projet.

  • Faire un état des lieux des recherches universitaires en histoire, sur l’environnement en Limousin (publications, thèses, mémoires de master).
  • Recenser les fonds présents dans les différents fonds d’archives, particulièrement à partir de 1900.
  • Recenser les sources de presse susceptibles d’alimenter le projet.
  • Participer à la définition des thématiques prioritaires pour la publication.
  • Participer à la mise en place d’un site web de valorisation du projet.

2- Définir en accord avec le comité de pilotage un thème lui permettant de valoriser sa recherche. Il peut concerner, à titre indicatif :

  • La presse et la question environnementale depuis le XVIIIe siècle.
  • Les implantations industrielles (porcelaine, mégisserie, tannerie), l’exploitation des carrières, conséquences, problèmes et résistances.
  • La mise en service des usines d’extraction et de concentration d’uranium (Bessines, 1948 ; Jouac/le Bernardan, 1977), conséquences, problèmes et résistances.
  • L’histoire du congrès « l’arbre et l’eau » de la société Gay Lussac qui s’est tenu annuellement à Limoges entre 1907 et 1938.
  • La louvèterie et la destruction des « nuisibles ».
  • Les aménagements touristiques.
  • Sinistres et calamités.
  • L’histoire  du Parc Naturel Périgord-Limousin.

3- Participer à l’organisation d’un colloque clôturant cette année post-doctorale autour du thème retenu et traité.

Durée du post-doctorat

1 an, de septembre 2015 à septembre 2016.

Rémunération : 2 135 € brut / mois

Profil des candidats

Docteurs en histoire ayant, par leurs travaux, montré une sensibilité à l’histoire de l’environnement, du paysage, de la protection de la nature, de l’écologie, de l’hygiénisme, des risques industriels… ou à l’histoire rurale régionale.

Conditions de recevabilité des candidats

– N’avoir pas été doctorant financé à l’Université de Limoges

– Pouvoir faire valoir un excellent niveau scientifique

Dossier de candidature

  • CV en français détaillé incluant notamment :
    • État-civil (nom, prénom, âge, lieu de naissance, nationalité, situation familiale)
    • Formation universitaire (détail du parcours académique avec intitulé des diplômes obtenus, établissement et année d’obtention, mentions)
    • Titre et résumé de la thèse, doit être obligatoirement cité : date, lieu et mention de la soutenance
    • Liste de publications
    • Stages post-doctoraux éventuellement déjà réalisés et emplois précédemment occupés
    • Expérience d’enseignement
    • Situation du candidat entre la soutenance et la date prévue du recrutement
  • Rapport de soutenance
  • Lettre de recommandation
  • Copie de la pièce d’identité

Les dossiers de candidature  sont à adresser,

jusqu’au 4 juin 2015,

sous forme numérique exclusivement (fichier PDF) à : acambre@orange.fr

Localisation

EA 4270 CRIHAM – Faculté des Lettres et des Sciences Humaines de Limoges – 39E rue Camille Guérin 87036 LIMOGES Cedex

http://recherche.flsh.unilim.fr/criham/

Modalités pratiques d’évaluation des candidats

Les dossiers seront examinés par un comité scientifique composé des membres permanents du CRIHAM et présidé par Albrecht Burkardt (professeur d’histoire moderne) et Anne-Claude Ambroise-Rendu.

Contacts

  • Anne-Claude AMBROISE-RENDU (Responsable du projet) – acambre@orange.fr
  • Corinne SYLVESTRE (Responsable du service financier FLSH) – corinne.sylvestre@unilim.fr

Source: http://calenda.org/320438

Workshop – 6-7/02/2015 – The Global music culture of the Catholic Missions in the 17th-18th centuries

FRIDAY 6 & SATURDAY 7 FEBRUARY

THE GLOBAL MUSIC CULTURE OF THE CATHOLIC MISSIONS IN THE 17th-18th CENTURIES
for the BALZAN PROGRAMME IN MUSICOLOGY 2013-2016 “TOWARDS A GLOBAL HISTORY OF MUSIC”

King’s College London
Strand, LondonWC2R 2LS
Room SWB21

Convenors:
Tomasz Jez (University ofWarsaw);
Shubing Jia (Central Conservatory of Music, Beijing)

The first two sessions of the workshop will be dedicated to the missionaries’ activity in both Americas and Asia with particular focus on bilateral interchange. In the concluding session, the panel will address convergent/parallel forms of cultural institutions and the reverse impact of the overseas missions in Europe: its reception in the Old World.

Programme complet