Archives par mot-clé : revue

Publication – Hedendaagse biografieën over vroegmoderne lieden

Judith Brouwer et Michael Limberger (red.), Hedendaagse biografieën over vroegmoderne lieden,  Nieuwe Tijdingen,  2018, n°2

Paru le : 8 novembre 2018

ISBN : 9789462701670

Table des matières :

Judith Brouwer & Michael Limberger • Schrijven over individuen en hun omstandigheden. Hedendaagse biografieën over vroegmoderne lieden
Craig Harline • De massa bespelen. Some reflections on writing biography
Gustaaf Janssens • Alva en de Nederlanden (16de – 21ste eeuw). Een biografische en historiografische benadering van een berucht historisch personage
Luc Duerloo • Groepsportret van een eenzaat. Omtrent een politieke biografie van Aartshertog Albrecht
Els Kloek  1001 Vrouwen en de ‘achterkant’ van de geschiedenis. Tien vuistregels voor de vroegmoderne biograaf
Arend van Essen • De ‘taaffel’ in de slaapkamer. De nalatenschap van Simon van Slingelandt (1664–1736) in handen van de biograaf
Peter Altena • ‘Hier hebje den Ontleeder’. Bij het schrijven van de biografieën van Jacob Campo Weyerman (1677–1747) en Gerrit Paape (1752–1803)

Publication – Sacrale ruimte in de vroegmoderne Nederlanden

Premier numéro de la revue “Nieuwe Tijdingen”:  Liesbeth Geevers, Violet Soen (red.), Sacrale ruimte in de vroegmoderne Nederlanden, 2017.

ISBN: 9789462701199

Date de publication: octobre 2017

Résumé:

Eerste nummer van het tijdschrift ‘Nieuwe Tijdingen’
Terwijl de tijd vervliegt, is ruimte weerbarstig. Dat bleek in het bijzonder in de Reformatietijd van de zestiende en zeventiende eeuw. Toen werd het religieuze landschap weliswaar grondig hertekend, maar ruimtes die van oudsher een sacrale status hadden (zoals kerken, koren en kerkhoven) bleven vaak ononderbroken in gebruik, al dan niet met een andere functie. Deze Nieuwe Tijdingen onderzoeken daarom het (her)gebruik van sacrale ruimtes in tijden van ingrijpende religieuze verandering, een thema dat vandaag een belangrijk onderzoeksobject is geworden in het vroegmodern onderzoek. Tegelijkertijd brengen ze onderzoek over de Noordelijke en de Zuidelijke Nederlanden samen. Zo blijken ruimtes te lezen als palimpsesten, met laag na laag vol betekenis. Ruimtes laten niet gemakkelijk los.

Table des matières:

Kort bericht aan de lezer

Sacrale ruimtes in de vroegmoderne Nederlanden: perspectieven en dwarsverbanden
Violet Soen & Anne-Laure Van Bruaene

Ter promotie der devotie. Materiële voorzieningen en offervaardigheid voor de Sint-Leonarduscultus in Zoutleeuw (1453–1505)
Ruben Suykerbuyk

Aan de rand van het graf. De transformatie van het funeraire leven en landschap in Antwerpen en Brugge tijdens de calvinistische republieken (1577/1578 – 1584/1585)
Tiffany Bousard

De storm doorstaan: Continuïteit en verandering in de protestantse inrichting van middeleeuwse kerken ten tijde van de Republiek
Justin E. A. Kroesen

Grensoverschrijdende katholieke claims. De grenzen tussen publieke en private ruimte voor sacrale doeleinden in de zeventiende-eeuwse Republiek
Carolina Lenarduzzi

Een herinnerd religieus landschap: vroegmodern Amsterdam
Joke Spaans

CFP – Early Modern Low Countries (new Open Access journal)

Early Modern Low Countries

In the spring of 2017, Early Modern Low Countries (EMLC) will publish its first issue. The new open access journal will appear in two installments every year, containing high-quality, original scholarship for an international readership on any aspect of the history and culture of the Low Countries between 1500 and 1800. The successor of two well-reputed Dutch-language journals (De Zeventiende Eeuw and De Achttiende Eeuw) EMLC aspires to publish papers by scholars from various disciplinary backgrounds working anywhere in the world.

During the early modern period, the Low Countries were major players on the world stage, and a hotbed of momentous cultural, economic, philosophical, religious and political changes and innovations. Flemish and Dutch artists, authors, and scholars made influential contributions to international cultural movements and the Scientific Revolution. As an international hub, the Low Countries connected cultures and networks from around the globe.

They were both the recipients and place of origin of numerous migrants, and merchants and entrepreneurs from these parts dominated world trade. Partly as a result of this, consumers in the urbanized Low Countries were among the first to embrace non-Western products. EMLC aspires to contribute to the study of this crucial region from multidisciplinary perspectives and within global contexts.

The editors invite scholars working in this rich field to submit a paper of 6-8,000 words. Both case studies and theoretical or programmatic articles will be considered for publication. Scholars who would like to qualify their paper for publication in EMLC’s first issue are warmly invited to submit before 1 November 2016.

For subsequent issues, EMLC has an ongoing submission policy. Please send your manuscript as a Word Document to F.M.Dietz@uu.nl or H.J.Helmers@uva.nl.

EMLC publishes all articles in Open Access, allowing authors to retain their rights and distribute their articles as they please. All articles will be rigorously peer-reviewed and edited. We do not charge Article Processing Fees (APCs).

EMLC is an initiative of the Study Group Seventeenth Century (founded in 1985) and the Dutch-Belgian Society for Eighteenth-Century Studies (founded in 1968), which both aim to stimulate interdisciplinary research on the cultural heritage of the early modern Low Countries and to promote contacts between researchers from different disciplines.

Editorial board
Maarten Prak (Utrecht University, editor-in-chief)
Brecht Deseure (Free University Brussels / University of Passau)
Feike Dietz (Utrecht University)
Helmer Helmers (University of Amsterdam)
Elmer Kolfin (University of Amsterdam)
Joris Oddens (Leiden University)
Anjana Singh (Groningen University)

Source : vnvng

CFP – Sorcières et sorciers. Figures d’un pouvoir clandestin (revue Muse Medusa)

Sorcières et sorciers. Figures d’un pouvoir clandestin (revue Muse Medusa)

Date : 2017
Deadline : 01/03/2017

Argumentaire :

Appel à contributions pour le 5e numéro de MuseMedusa

Sous la direction d’Alex Gagnon

Hantise intarissable et croque-mitaine légendaire, personnage multiséculaire et pourtant toujours actuel, la « sorcière », à la fois victime et assaillante, pourchassée mais en même temps hostile et menaçante, est une figure centrale de l’imaginaire social, dont l’identité et la signification se déclinent au pluriel. Ses visages, en effet, sont nombreux et variés. Historiquement, d’abord, parce que la sorcellerie en elle-même, plus ancienne que l’Occident chrétien, existait bien avant l’installation des bûchers à la fin du Moyen Âge et pendant la Renaissance. Culturellement, ensuite, parce que la sorcière, figure folklorique et littéraire, est vulnérable aux réinterprétations et aux resignifications : comme toute injure ou identité stigmatisée[1], elle peut faire l’objet d’une appropriation critique par les héritières de celles qui furent naguère les victimes directes et premières des grandes chasses aux sorcières.

Figures omniprésentes et ambivalentes, aux formes et aux significations historiquement changeantes (la magie est parfois noire, parfois blanche), les sorcières et sorciers courent à travers les siècles, peuplent notre culture contemporaine comme ils ont hanté, sur un autre mode sans doute, nos prédécesseurs. Ils passent d’une œuvre à une autre et défient, pour ainsi dire, les frontières nationales de même que celles, sociologiques, entre les champs de grande production et de production restreinte. On les a vus défiler, par exemple, dans l’univers hautement symbolique de l’œuvre d’Anne Hébert[2] ; on les a retrouvés aussitôt, le lendemain, dans des best-sellers qui, comme l’ont été par exemple les aventures de Harry Potter, ont suscité des fièvres médiatiques et emporté l’adhésion d’une génération entière. Si le cinéma n’a pas cessé d’exploiter, depuis le film Häxan de Benjamin Christensen en 1921[3], le thème de la sorcellerie, les séries télévisées ont elles aussi, depuis Bewitched dans les années 1960 et 1970, ratissé le terrain. Mais les sorciers et sorcières s’immiscent aussi dans nos vies quotidiennes, comme le rappellent ces rituelles et enfantines soirées de la fin d’octobre qui déversent dans nos rues décorées des flots de petites sorcières et de petits sorciers. Héritage imaginaire dont les racines historiques, de toute évidence, méritent d’être brièvement rappelées.

Selon l’historien Guy Bechtel, on peut distinguer deux types de sorcellerie. Une sorcellerie « classique », d’une part, présente dans l’Antiquité et associée à la petite magie-sorcellerie des philtres, de la voyance, de la divination et du contact avec les morts, dont se réclament encore de nos jours certaines « sorcières[4] » ; la sorcellerie « diabolique », d’autre part, liée au sabbat nocturne et au maître des enfers, invention proprement chrétienne datant des XIVe et XVe siècles[5] et, comme on le sait, fortement réprimée par le feu. Les victimes de ces brûlantes persécutions furent innombrables, au sens propre comme au figuré : c’est-à-dire plus qu’abondantes, très certainement, même si leur nombre ne peut être chiffré avec exactitude – plusieurs dizaines de milliers.

L’avènement de cette sorcellerie diabolique a été longuement étudié. « Sorcière » est le nom et le signe d’une altérité radicale, largement fantasmée, dont la stigmatisation s’enracine non seulement dans un climat de tensions engendré, à la fin du Moyen Âge, par des fléaux et catastrophes populationnelles[6] de même que par la Réforme protestante, mais aussi dans une peur du diable devenue oppressante et dans une misogynie entretenue, notamment, par l’Église. À l’époque où les dominicains Sprenger et Institoris font paraître leur Malleus Maleficarum(1487) – l’ouvrage connaîtra de nombreuses éditions jusqu’au XVIIe siècle –, la fièvre démonologique se répand en Europe. Le diable devient, dans l’imaginaire, cet être terrifiant qui règne sur des contrées infernales et qui, en même temps, est tapi, telle une constante tentation, dans les tréfonds de l’individu[7]. Dans ces conditions, la peur du diable tend à devenir un instrument de culpabilisation de l’individu et des femmes en particulier. Comme l’a d’ailleurs brillamment montré Silvia Federici dans Caliban et la Sorcière, les grandes chasses aux sorcières peuvent être comprises comme la campagne de terreur et de répression ayant accompagné, à une époque où la sexualité féminine entre dans le domaine public pour faire l’objet d’un contrôle régulateur accru (qui préfigure à sa manière le « bio-pouvoir[8] » dont a parlé Foucault), la disciplinarisation des forces de travail et brisé, en particulier, la potentielle résistance à la progression des rapports capitalistes[9].

Or cette figure de la sorcière, régulièrement revisitée, n’a pas cessé de faire l’objet de reprises, d’appropriations critiques et de réactualisations. D’abord repoussoir, elle a été placée, à l’époque romantique, au centre d’un nouvel héroïsme. De la sorcière, Michelet fut sans doute moins l’historien que le mythographe. Porté par une farouche compassion, le récit qu’il esquisse dans La sorcière (1862), où la verve narrative et polémique de l’idéologue l’emporte nettement sur la rigueur et la sobriété énonciative de l’historien, se porte à la défense du « peuple » souffrant, écrasé par la servitude qui le comprime mais dont il tire en même temps la force de se lever pour contester le pouvoir des maîtres : c’est de la misère et du désespoir du peuple que, selon Michelet, la sorcellerie du Moyen Âge tire son origine. On en vient à Satan « en désespoir de toute chose, sous la pression terrible des outrages et des misères[10] ». Les sorcières semblent figurer, sous la plume de Michelet, comme des étincelles, symboles d’un éveil, d’une lumière fragile dans l’obscurité de l’Occident chrétien[11]. C’est en ce sens que, selon l’expression de Roland Barthes, La sorcière, entre « Histoire et Roman », fonde une « mythologie historique[12] », présentant les parias du passé comme les martyrs d’un progrès civilisationnel chèrement payé, porte-étendards des « forces progressistes de l’histoire[13] ». Mais la sorcière, mobilisée dans les contes et légendes traditionnels – que l’on pense, au Québec par exemple, au célèbre cas de « la Corriveau[14] » –, a également fait l’objet de nombreuses appropriations littéraires. Dans la mesure où, comme le souligne Lori Saint-Martin, la « revalorisation de figures féminines […] dévalorisées par la culture masculine[15] » constitue une démarche fondamentale de la pensée féministe, la « sorcière » est aussi devenue, dans les dernières décennies du XXe siècle, un personnage marquant dans l’écriture des femmes.

Nombreux sont donc, dans les productions littéraires et culturelles modernes, les usages, les sens et les visages de la sorcière. Pour des raisons historiques évidentes, la sorcellerie a presque toujours été pensée et représentée au féminin, sa répression ayant, dans les faits, touché beaucoup plus durement les femmes que les hommes : on « appelle cette hérésie non des sorciers mais des sorcières, car le nom se prend du plus important », écrivent en 1487 Sprenger et Institoris[16]. Mais qu’en est-il de la figure du sorcier ? Comment les représentations de la sorcellerie croisent-elles et posent-elle la question de la « différence des sexes » ? Le sorcier est-il toujours, à l’instar du diable, celui qui possède la sorcière « possédée », bref qui joue le rôle actif de celui qui ensorcèle les passives ensorcelées ? L’étude des représentations du sorcier permettrait ainsi sans doute, en fonctionnant comme une sorte de contrepoint, de jeter une nouvelle lumière sur le phénomène de la sorcellerie, essentiellement associé au féminin.

Mais surtout, comment expliquer la remarquable durabilité et malléabilité de ces figures dans l’imaginaire social ? Quels sont les modulations, les points tournants ou les permanences dans l’évolution historique des représentations de la sorcière et/ou du sorcier ? Cette évolution est-elle, au-delà de l’éparpillement (dans l’espace et dans le temps), marquée par une cohérence globale ? Que deviennent sorcières et sorciers dans la littérature et les arts de la période moderne, du XIXe siècle à nos jours ? Y a-t-il un fil historique ou culturel qui relie les bûchers d’antan aux sorcières de Walt Disney ? De la folie dominicaine aux balais et chapeaux pointus qui défilent, en objets, sur les tablettes de nos centres commerciaux, y a-t-il une continuité ? Quel lien faut-il dessiner entre le sabbat des vieux démonologues et l’Halloween sucrée de nos quartiers résidentiels actuels ? C’est à l’exploration de ces questions que le présent dossier sera consacré.

Les contributions, qui veilleront à replacer l’analyse et l’histoire littéraires dans le cadre plus large d’une histoire culturelle, pourront privilégier tant les études de cas ou d’œuvres particulières que les perspectives historiques ou comparatives embrassant la longue durée. En français ou en anglais (maximum de 30 000 signes, espaces comprises), ces contributions doivent être accompagnées d’un résumé (français et anglais) ainsi que d’une notice biobibliographique et sont à envoyer à Alex Gagnon (alex.gagnon.1@umontreal.ca) et à MuseMedusa(revue@musemedusa.com) avant le 1er mars 2017. Prière de suivre les consignes précises du protocole de rédaction.

[1] C’est le mécanisme « performatif » si bien décrit par Judith Butler dans Le pouvoir des mots. Discours de haine et politique du performatif, traduction de Charlotte Nordmann et Jérôme Vidal, Paris, Éditions Amsterdam, 2004 [1997], p. 21-69.

[2] Tant dans Les Enfants du sabbat (1975) que, par exemple, dans Kamouraska(1970) et La Cage (1990).

[3] Alexandre Boza, « L’écran maléfique », Textes et documents pour la classe, dossier « Sorciers, sorcières », no 947, janvier 2008, p. 16-17.

[4] Ève Gaboury, « Enquête sur le monde des sorcières. De nouveaux voisinages pour l’imaginaire féminin », Recherches féministes, vol. 3, no 2, 1990, p. 133-147.

[5] Guy Bechtel, « La sorcière », dans Les quatre femmes de Dieu. La putain, la sorcière, la sainte & Bécassine, Paris, Plon, 2000, p. 120. Plusieurs langues, comme l’anglais (sorcery / witchcraft) distinguent ces deux types de sorcellerie ; en français, il n’existe cependant qu’un seul terme.

[6] Guy Bechtel, op. cit., p. 136.

[7] Robert Muchembled, Une histoire du diable (XIIe siècle – XXe siècle), Paris, Seuil, coll. « Points », 2000, p. 49.

[8] Michel Foucault, La volonté de savoir. Histoire de la sexualité I, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1976, p. 183-185.

[9] Silvia Federici, Caliban et la Sorcière. Femmes, corps et accumulation primitive, traduit par le collectif Senonevero et Julien Guazzini, Marseille, Genève et Paris, Entremonde et Senonevero, 2014 [2004].

[10] Jules Michelet, La sorcière [1862], Paris, Flammarion, coll. « GF », 1966, p. 70.

[11] Ibid., p. 285.

[12] Roland Barthes, « La Sorcière » [1959], dans Essais critiques, Paris, Seuil, coll. « Points », 1964, p. 116.

[13] Ibid., p. 118.

[14] On consultera notamment Catherine Ferland et Dave Corriveau, La Corriveau. De l’histoire à la légende, Québec, Les Éditions du Septentrion, 2014.

[15] Lori Saint-Martin, « Figures de la sorcière dans l’écriture des femmes au Québec », Contre-voix. Essais de critique au féminin, Québec, Nuit blanche éditeur, coll. « Essais critiques », 1997, p. 166.

[16] Cités par Christine Planté (dir.), « Préface », dans Sorcières et sorcelleries, Lyon, Presses universitaires de Lyon, coll. « Cahiers masculin/féminin », 2002, p. 5.

Responsable : Alex Gagnon

Sources : Muse Medusa

 

CFP – Les « studies » à l’étude : savoirs, trajectoires, politiques

Revue : Revue d’anthropologie des connaissances
Date limite de réponse à l’appel : 15 juin 2016

Argumentaire

Ce dossier de la Revue d’anthropologie des connaissances trouve son origine dans le développement, en France, de nombreux domaines émergents de recherche obéissant à une labellisation par leur objet, à l’instar des labels et formes de structuration scientifique anglo-saxonne autour des « studies ». Il vise à documenter les processus particuliers de formation des domaines d’études et des communautés scientifiques qui s’en revendiquent, et à interroger leurs différences et/ou similitudes avec les modalités de formation plus classique des champs scientifiques largement documentées par la littérature de sociologie et d’histoire de la connaissance scientifique (Lenoir 1997, Heilbron 2004).

Inscrites dans la logique ordinaire et les luttes internes à l’espace universitaire, les opérations de construction académique et discursive de domaines de la recherche en « études » reposent notamment sur des formes d’opposition tacite ou explicite entre « études » et « disciplines ». Pourtant, si les « études » paraissent d’emblée relever d’une construction thématique, force est de constater que nombre d’entre elles refusent ou échappent pourtant au cantonnement à des objets spécifiques. À l’inverse, elles revendiquent souvent leur aptitude à intervenir dans l’ensemble du champ des sciences humaines et sociales, sur la base d’un déplacement d’ordre conceptuel ou paradigmatique (études culturelles, études de genre, animal studies, environmental studies, etc.). Inversement, on notera que les disciplines instituées des sciences humaines et sociales n’échappent pas davantage, d’un certain point de vue, à une logique de constitution autour d’un objet, ou plutôt de concepts-objets (le « politique », le « social », l’ « individu », la « culture »).

Ce dossier s’intéressera tout particulièrement aux trajectoires d’institutionnalisation des « studies » et aux enjeux de pouvoir qui les accompagnent et les sous-tendent : il s’agira d’interroger la grande hétérogénéité des domaines de recherches concernés, tant en termes d’objets et d’orientations théoriques que de cohérence interne ou de structuration. Les contributions pourront ainsi aussi bien porter sur des domaines d’études reconnus dans le champ académique ou en voie d’institutionnalisation que sur des études émergentes ou bénéficiant d’une faible visibilité. De même, elles pourront se centrer sur un domaine d’études en particulier, ou mettre en œuvre une comparaison entre différents domaines d’ « études ». Pour aborder ces questionnements, nous proposons deux axes principaux :

Trajectoires, circulations et institutionnalisation : Il s’agit de rendre compte des trajectoires institutionnelles des différents domaines d’études, de la diffusion des savoirs qu’ils produisent, entre processus d’autonomisation et formes d’incorporation ou de maintien au sein des périmètres disciplinaires. Quel rôle jouent les (re)configurations des modes de financement et d’évaluation de la recherche, et plus généralement des rapports entre champ universitaire et champ politique, dans l’émergence, l’orientation ou l’institutionnalisation des « studies » ? Comment décrire les « cultures épistémiques » partagées en leur sein, et peut-on tracer les références partagées et les filiations qui structurent ces communautés de savoir ? Les propositions pourront porter sur la création ou l’histoire de centres d’enseignement et de recherche, de revues, d’événements scientifiques, mais aussi proposer des analyses basées sur la comparaison ou les relations entre domaines d’études. Les approches proposant une mise en perspective de certains cas issus de l’histoire ou de la sociologie des sciences feront l’objet d’un intérêt particulier, de même que les contributions centrées sur les circulations (et/ou la comparaison) entre différents espaces nationaux et champs universitaires.

Enjeux critiques des études : Nous proposons ici d’approfondir la réflexion contemporaine relative à l’horizon critique des « studies ». À l’instar de l’apport des recherches féministes à l’épistémologie et à la méthodologie des sciences sociales, à travers la critique de la notion d’objectivité et le renforcement des postures de réflexivité (Haraway 1988), quelles ont pu et quelles peuvent être les formes de contribution critique des « études » à la (re)définition des méthodes, objets, finalités, en somme au projet des sciences humaines et sociales ? Et comment le développement des études critiques contribue-t-il à transformer la figure ou les modalités d’intervention de l’ « intellectuel engagé », à remodeler les liens et antagonismes entre engagement et recherche, entre « études par » et « études sur » ? Dans le contexte de l’académisation de certaines causes et mouvements politiques, que penser aujourd’hui des effets de la reconnaissance académique de certaines études, comme de leur autonomisation plus ou moins forte vis-à-vis des mouvements sociaux auxquels elles sont liées, sur leur portée critique ? À l’inverse, de quelles façons l’orientation ou le développement récents de certains domaines d’études – voir par exemple l’émergence des terrorist studies – participent-t-ils de la (re)formation contemporaine des savoirs d’État et techniques de gouvernement, ou encore des logiques d’impérialisme adossées aux politiques de financement et d’exportation de la recherche en sciences sociales (Heilbron, Guilhot et Jeanpierre 2009) ?

Calendrier

Les articles devront être soumis en ligne à l’adresse signalée dans instructions aux auteurs avant le 15 juin 2016. La publication du dossier est prévue pour mars 2017.

Les articles doivent être déposés sur le site de la Revue d’Anthropologie des Connaissances en utilisant la feuille de style de la revue et en respectant les règles de rédaction et notamment l’anonymat pour permettre une évaluation “en aveugle”.

Source : Calenda

CFP – Théorie de la lumière et la théorie de la vision dans la pensée anglo-saxonne des XVIIe et XVIIIe siècles

Théorie de la lumière et la théorie de la vision dans la pensée anglo-saxonne des XVIIe et XVIIIe siècles

Présentation

Pour l’un de ses prochains numéros, la revue Philosophical Enquiries – Revue des philosophies anglophones (revue scientifique à comité de lecture) émet l’appel à contributions suivant : Pour un numéro thématique consacré aux « Théorie de la lumière et théorie de la vision dans le monde anglo-saxon aux 17e et 18e siècles ». La thématique inclut bien sûr tous les travaux portant sur les interactions entre la pensée anglo-saxonne et les travaux en optique et sur la théorie de la lumière développés en Europe à la même époque.

Conditions de soumission

Les contributions peuvent être publiés en anglais et en français.
Les propositions sont à envoyer, en format word, si possible accompagnées d’une version anonymée et d’un résumé, à l’adresse suivante : contributions@philosophicalenquiries.com avant le 30 juin 2016.

Pour plus de précisions sur la revue, nous vous invitons à vous rendre sur le site : www.philosophicalenquiries.com

Conditions d’évaluation

Les propositions de contribution feront l’objet d’une double expertise à l’aveugle.
Source : Calenda

CFP – Shakespeare et l’esthétique du romanesque (revue Romanesques)

Shakespeare et l’esthétique du romanesque (revue Romanesques)

Date : publication en 2017

Deadline : 23/04/2016

Argumentaire :

Prenant part aux célébrations consacrées à Shakespeare en 2014, le Centre d’Études sur le Roman et le Romanesque (CERR/CERCLL) a organisé, le 26 avril 2014, à l’invitation de la Société Française Shakespeare, un atelier intitulé « Shakespeare et le roman »[1]. Rassemblant des contributions qui étudiaient l’influence de l’esthétique shakespearienne sur le modèle romanesque français, voire sur d’autres genres littéraires qui se font l’écho de cette rencontre ou la préparent, l’atelier a permis de montrer l’importance de Shakespeare comme point focal d’une réflexion sur la porosité des genres littéraires ou leur irréductible séparation.

Il nous est donc rapidement apparu nécessaire d’élargir la perspective pour faire porter nos regards sur le romanesque envisagé comme catégorie transgénérique. Est considéré comme « romanesque » non seulement ce qui relève du roman, mais encore ce qui connote le roman hors du roman : des personnages, une intrigue, un style, des sentiments ou des idées, peuvent être qualifiés de « romanesques ». Sont également perçues comme romanesques des œuvres qui empruntent au roman certaines de ses caractéristiques archétypiques, comme la durée et l’organicité de l’univers construit. Le terme peut enfin prendre un sens péjoratif et disqualifier des systèmes de valeurs : est « romanesque » ce que l’on rejette dans le champ de l’extravagant, de l’invraisemblable ou de l’enflure propre à faire basculer dans un comique involontaire. Ainsi, la notion ne saurait-elle se limiter à un type de récit : elle engage au contraire une esthétique qui déborde largement sa terre d’élaboration pour toucher toutes les modalités de la vie des œuvres (lecture, écriture, critique et théorie littéraires).

Dès les premiers échos de ses pièces en France, au début du XVIIIe siècle[2], Shakespeare a été considéré comme un auteur dont les œuvres touchaient au romanesque. Voltaire et Prévost, les premiers écrivains d’envergure à discuter valablement des pièces de Shakespeare avant qu’elles ne soient à proprement parler diffusées en France[3], respectivement dans les Lettres philosophiques et dans Le Pour et Contre, partagent cette lecture. Voltaire remarque l’irrégularité[4] de ses pièces – caractéristique qui l’éloigne d’un théâtre français codifié pour le rapprocher du roman, qui se définit alors par la liberté formelle de sa composition. Les tragédies anglaises ont coutume, remarque encore Voltaire, « d’introduire de l’amour à tort et à travers dans les ouvrages dramatiques », ce qui les rapproche thématiquement du roman. Il tient même que le style « ampoulé » de Shakespeare n’est pas si éloigné qu’il pourrait paraître de la prose romanesque : à preuve, lorsqu’on tente de le traduire, « il est bien aisé de rapporter en prose les erreurs d’un poète[5] ». On notera cependant que l’inspiration shakespearienne de la Zaïrede Voltaire n’avait pas échappé à ses contemporains qui avaient, par ailleurs, pris sur la scène lyrique du goût pour un théâtre à la fois spectaculaire et romanesque bien éloigné de la rigueur d’un classicisme théâtral dont il ne faut pas exagérer la prévalence.

La connaissance précoce de certaines caractéristiques sinon du théâtre shakespearien, du moins de la tragédie anglaise, postérieure à Shakespeare mais héritée de lui, n’est pas douteuse. Invoqué par Dubos dans les Réflexions critiques sur la poésie et sur la peinture, ce modèle, jugé, certes, excessif, est cependant présenté comme propre à permettre de réfléchir de manière critique la sagesse outrée de la tragédie française. Prévost, pour sa part, défend le « délire admirable » de Shakespeare et ses « imaginations extraordinaires » : « si l’on en passe aux mœurs, aux caractères, aux ressorts des passions et à l’expression des sentiments[6] », se dégage, selon lui, des pièces de Shakespeare, une indéniable « beauté ». Sa capacité à jouer sur « l’imagination et le sentiment » le range à côté de romanciers comme Richardson selon Prévost qui, dans l’avertissement à sa traduction des Mémoires pour servir à l’histoire de la vertu, déplore que Voltaire n’ait pas écrit ses grandes tragédies sous forme de romans sensibles, allant jusqu’à promettre qu’elles auraient été « [lues et relues] cent fois[7] ». Voltaire tient, à l’inverse, que Prévost aurait bien dû écrire des tragédies, « le langage des passions » étant « sa langue naturelle ». Si Voltaire et Prévost s’accordent sur la nécessité de restituer les « sentiments naturels », ils ne s’entendent pas sur le genre — tragédie pour l’un, roman sensible pour l’autre— qui peut le mieux exprimer les passions. C’est bien une question d’esthétique que pose ici le débat sur Shakespeare : celle de l’adéquation du sentiment et de la forme.

La référence à Shakespeare est alors le moyen de négocier avec ce qui vient de l’étranger et qui trouble la répartition des genres dans le paysage littéraire français, en même temps qu’elle témoigne de la méfiance à l’encontre d’un genre romanesque qui n’est pas contraint par les modèles antiques[8], comme de l’attrait à son endroit pour cette raison même[9]. Les critiques qui s’élèvent en France contre l’esthétique shakespearienne font ainsi écho aux critiques qui égratignent ou lacèrent le roman à la même époque. Tout se passe comme si la référence à Shakespeare accompagnait le tremblement des modèles génériques. L’étude des références – explicites ou implicites – à Shakespeare permet alors de tracer l’itinéraire d’une histoire du roman, à mesure que sa forme se transmue dans le temps et l’espace.

De honteuse et dissimulée au XVIIIe siècle, parce qu’elle renvoie à une esthétique souvent décriée et toujours discutée, l’influence de Shakespeare devient, au XIXesiècle, sous l’impulsion décisive – quoique non exclusive – de l’Allemagne, un véritable étendard pour les nombreux partisans d’une rupture avec le classicisme. L’œuvre du dramaturge anglais devient accessible dans de véritables traductions, plus ou moins fidèles à l’original. Maints manifestes revendiquent Shakespeare comme le modèle d’une nouvelle esthétique fondée sur l’irrégularité et l’abrupt[10]. Les dramaturges romantiques s’inspirent alors explicitement du maître anglais pour fonder le genre du drame. Mais c’est aussi l’influence d’un roman qui est à l’œuvre : dans Kenilworth (1821), dont Hugo tirera Amy Robsart, Walter Scott revisite Othelloen même temps qu’il met en scène son auteur, dont il contribue grandement à faire l’inspirateur d’un renouveau artistique. Parallèlement, se développe dans le roman une vogue gothique qui emprunte également beaucoup – et de façon clairement revendiquée – à Shakespeare : à la variété et à la violence des passions qu’il met en scène avec exubérance, sans craindre le grotesque ou le surnaturel[11]. Les romanciers marqués par l’influence de Shakespeare deviennent alors légion : outre le passeur important que fut Nodier[12] pour la jeune génération romantique, on songera à Balzac, à Dumas, à Gautier, à George Sand, que suivront Flaubert, Huysmans, Proust, Gide, Aragon, Tournier et Yourcenar… Shakespeare et le romanesque se trouvent ainsi accéder conjointement à une authentique valeur et les références à Shakespeare, ainsi articulées entre elles, peuvent se lire comme la mise en roman de l’histoire des genres.

Ce numéro hors-série de la revue Romanesques entend donc engager à considérer Shakespeare comme nœud d’un débat souterrain qui permettra de saisir les esthétiques du romanesque dans leur labilité et d’envisager les phénomènes d’hybridation de différents genres littéraires.

À cet égard, toutes les contributions portant sur le contact des genres, des aires géographiques et des idées sont les bienvenues. Nous sollicitons des contributions de spécialistes de Shakespeare aussi bien que de spécialistes des questions d’esthétique ou de généricité (comparatistes, stylisticiens, etc.), sur une échelle qui s’étend du XVIIIe siècle au XXIe. Les contributions pourront s’inscrire, sans exclusive, dans les axes suivants :

1 – Romanesque shakespearien : réception, traductions et transpositions

La critique des œuvres de Shakespeare, de leurs représentations ou de leurs traductions, pourra constituer une première voie d’accès dans l’effort pour tracer les contours d’un romanesque shakespearien. On pourra se pencher sur les adaptions des pièces de Shakespeare en romans, voire en romans graphiques[13], aussi bien qu’étudier l’empreinte de ce modèle sur un corpus romanesque précis qui mettra en évidence la circulation des topoï (similarités des personnages ou des intrigues, convergence des tons, voire des styles, identité éventuelle des représentations morales, etc.). On interrogera le passage de ces éléments d’un genre théâtral au genre romanesque pour préciser les intentions et les modalités aussi bien que les effets de ce transfert. On pourra s’efforcer de préciser les relations qu’entretiennent théâtre shakespearien et roman en étudiant leur médiatisation par d’autres arts (l’opéra, la peinture ou le cinéma…) qui tantôt mettent en exergue, tantôt masquent, tantôt encore écartent résolument ce que la réception des œuvres du dramaturge anglais tient ou a tenu pour romanesque. On pourra, en étudiant des traductions de Shakespeare qui se veulent ou se prétendent fidèles, examiner en quoi elles recourent, intentionnellement ou non, à un style qu’il est permis de dire « romanesque »,  ou encore, en étudiant des traductions postérieures qui s’écartent sciemment des textes originaux, situer les choix de leurs auteurs relativement à une esthétique du romanesque dont on précisera les contours.

2 – Références à Shakespeare et réflexions sur le roman

Au-delà de ces jeux de reflets ou de transpositions, la référence métacritique à Shakespeare, qu’elle soit avouée voire appuyée ou, au contraire, masquée voire occultée, dessine un parcours dans des œuvres qui se situent, qu’elles soient ou non romanesques elles-mêmes, dans l’horizon du roman. On pourra à cet égard étudier ce que disent ou ne disent pas les référence à Shakespeare dans des paratextes ou dans des textes critiques (périodiques, journaux, etc.) qui interrogent, explicitement ou non, la définition des genres et l’idée même de généricité. Si la référence shakespearienne a été largement réclamée par le roman, c’est sans doute en raison de sa bâtardise originelle et de la dépréciation de son rang dans la hiérarchie des genres. L’extranéité de l’influence shakespearienne — nationale : de l’Angleterre à d’autres pays, ou générique : du théâtre à d’autres genres— servirait alors à dire l’impossible pureté des genres littéraires.

3 – Philosophie du théâtre, philosophie du roman : l’esthétique de la « nature »

Les débats dont l’esthétique shakespearienne est le centre concourent aussi à mettre sur la sellette des questions et des désaccords d’ordre philosophique. Détracteurs et défenseurs de Shakespeare s’affrontent, dès les années 1730, sur la question de savoir si le style de Shakespeare est « hors de la nature » ou s’il est propre, à l’inverse, à exprimer les sentiments naturels. Ces dissensions, parfois violentes, engagent une réflexion sur l’esthétique des genres littéraires et interrogent leurs contemporains comme elles nous interrogent sur l’idée même de cette « nature » dont le théâtre shakespearien est censée être le miroir, aussi bien que sur l’identité du genre — roman ou théâtre — qui doit et peut nous en représenter adéquatement l’image.

Les articles, qui devront comporter approximativement 35000 signes et être rendus au plus tard le 1er novembre 2016, constitueront, après examen des contributions par le comité lecture de la revue,  un numéro hors-série de Romanesques[14].

Les propositions de contribution, accompagnées d’un résumé succinct de l’article projeté ainsi que d’une brève auto-présentation, seront envoyées au plus tard le 23 avril 2016 aux trois adresses électroniques suivantes :< isahautbout@gmail.com>, > et < camille.guyon-lecoq@u-picardie.fr> .

[1]http://www.romanesques.fr/colloques-passes/2014-shakespeare-et-le-roman/

[2] Dès 1717, la Dissertation sur la poésie anglaise parue dans le Journal littéraireconsacre une dizaine de pages à Milton et autant à Shakespeare. Y apparaissent déjà la plupart des critères d’appréciation qui nourriront les critiques ultérieures.

[3] Si la diffusion proprement dite de Shakespeare en France, en dehors de quelques adaptations de Laplace, ne commence guère avant 1769 avec les imitations de Ducis et, surtout, avec le Shakespeare traduit de l’anglais de Le Tourneur paru en 1776, reste que Voltaire, par exemple, l’avait tôt admiré à Londres, même s’il faut admettre qu’il reviendra ensuite de son enthousiasme premier.

[4] Voltaire, Lettres philosophiques, éd. Olivier Ferret et Antony McKenna, dix-huitième lettre : « Sur la tragédie », Paris, Classiques Garnier, 2010, p. 138-142.

[5] Ibid., p. 139.

[6] Le Pour et Contre, t. XIV, nombre CXCIV, Paris, Didot, 1738, p. 33.

[7] Prévost, Œuvres de Prévost, dir. Jean Sgard, t. VII, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1985, « Avertissement des Mémoires pour servir à l’histoire de la vertu », p. 380.

[8] Germaine de Staël comme aussi Stendhal le feront valoir pour lui accorder une liberté formelle interdite au théâtre.

[9] Sans que, pour autant, cette liberté revendiquée soit forcément rapportée à l’absence de modèles antiques. On verra ainsi un certain nombre de Modernes s’autoriser du double modèle du roman grec de l’antiquité tardive d’une part, et de la satura latine, de l’autre, pour nourrir l’idée d’un romanesque en liberté. On verra les mêmes, et plus tard Voltaire soi-même, s’autoriser du modèle de la tragédie grecque conçue comme l’ancêtre lointain de l’opéra spectaculaire pour justifier au théâtre tragique une liberté bien éloignée d’un modèle classique jugé corseté et finalement très infidèle à l’antiquité.

[10] On pense aux écrits de Schlegel, Herder, Chateaubriand, de Staël, Nodier, Stendhal, Vigny, Hugo, Guizot…

[11] Ainsi, entre maints exemples, Le Château d’Otrante d’Horace Walpole (1764) est-il largement démarqué d’Hamlet et de Macbeth.

[12] On retiendra ici, conjointement, sa réflexion sur la légitimité d’un mélodrame conçu comme facteur de rénovation de l’art dramatique et la profondeur des analyses qu’il consacra à Shakespeare à l’orée du XIXe siècle.

[13] Les adaptations de Shakespeare en bande-dessinée sont légion, des comic books éducatifs aux romans graphiques en passant par les mangas. Reste à distinguer, dans ce qui constitue généralement une entreprise d’illustration et de vulgarisation, les œuvres qui opèrent un véritable transfert générique en exploitant les ressources propres à la bande dessinée pour transcrire les intrigues et les atmosphères shakespeariennes en un nouveau langage.

[14] http://www.romanesques.fr/collection/les-numeros/

Responsable :

Camille Guyon-Lecoq, Isabelle Hautbout, Audrey Faulot

Source : Romanesques

CFP – Ecrire sous la contrainte. Mystiques, contemplatifs et le spectre du juge. Pratiques et stratégies de discours. Espagne, Portugal, Amérique latine (XVe-XVIIIe siècle)

Ecrire sous la contrainte

Revue : Cahiers d’études des cultures ibériques et latino-américaines
Date limite de réponse à l’appel : 1er avril 2016

Argumentaire

Le discours mystique par sa nature insolite a rapidement suscité l’attention sourcilleuses des autorités face à ce qui était, avant tout, une “manière de parler”, une “pratique de la langue” pour reprendre les expressions de Michel de Certeau. Face à l’expérience  mystique, face au langage nouveau qu’elle induit pour rendre compte de ce ressenti du divin, où la vérité et la réalité  s’effacent au profit de la relation qui se fait jour entre l’élu et Dieu, l’Inquisition et, de façon plus large, les autorités ecclésiastiques montrèrent une réserve et une défiance certaine et entendirent contrôler et canaliser la diffusion de ces récits et narrations. Subversif par nature, le discours mystique, qui appelait à être aux côtés de la théologie scolastique l’une des sciences du divin et qui conduisait subsidiairement à amoindrir le rôle de la hiérarchie dans le salut, a fait l’objet d’encadrement et de surveillance. Et corollairement, dans leur écriture, mystiques, contemplatifs et auteurs ascétiques adoptèrent des stratégies discursives propres à déjouer les instances de censure, notamment à partir du moment où l’Inquisition castillane entendait encadrer les manifestations d’une mystique populaire — de laïcs et d’idiotas éclairés — à travers la répression de l’illuminisme. Si on se trouve, notamment dans les écrits de la mystique féminine,  face à un discours médiatisé et contrôlé par les directeurs de conscience et les confesseurs, ces récits durent trouver une légitimité qui ne leur était pas acquise. Ce discours, par sa nature, devint au cours du XVIe siècle et à l’âge de la déchirure confessionnelle, un des lieux privilégiés pour évoquer la majesté de la grâce et devint d’autant plus l’objet de lourdes suspicions que l’origine juive de nombre de contemplatifs interrogeait les juges de la foi.

Ce numéro des Cahiers d’études des cultures ibériques et latino-américaines CECIL invite ainsi à s’interroger à l’époque moderne sur les stratégies d’écriture, de réécriture et de construction du discours afin de  mystifier les censeurs de la fin du Moyen Âge et de la modernité. Par delà les pratiques d’écriture propres aux auteurs mystiques et ascétiques, les contribution d’études replaceront la médiatisation du texte ascétique dans son rapport à la norme juridique et canonique.

Langues : français, espagnol, portugais.

Aires : Espagne Portugal, Amérique latine.

Époques : XVe XVIe XVIIe XVIIIe s.

Conditions de soumission

Les propositions d’article devront avoir été envoyées pour le 1er avril 2016. Les articles auront une extension maximale de 40.000 caractères (avec espacements, notes comprises; soit en moyenne 11 pages, en caract. Times, 12, interl. 1). A la réception de la proposition d’article, une feuille de style détaillée sera transmise à l’auteur.

Contact : Michel Boeglin (Michel [dot] boeglin [at] univ-montp3 [dot] fr)

Date de soumission de l’article définitif: 28 avril 2016

Les articles seront soumis à une double évaluation externe des lecteurs, comme toutes les contributions à la revue.

Source : Calenda