Archives par mot-clé : transpériode

Publication – Horreur sacrée et sacrilège. Image, violence et religion (XVIe et XXIe siècles)

Ralph Dekoninck, Horreur sacrée et sacrilège. Image, violence et religion (XVIe et XXIe siècles), Bruxelles, Académie royale de Belgique, « L’Académie en Poche », 2018.

Date de publication : octobre 2018

ISBN:  978-2-8031-0655-4

Description:

Cet essai invite à un rapprochement entre les formes de médiatisation de la violence terroriste d’aujourd’hui et celles qui caractérisèrent les guerres de religion au XVIesiècle. Plutôt que s’engager sur la voie hasardeuse d’une comparatisme qui porterait sur les faits historiques, il s’agit de réfléchir à certaines modalités transhistoriques de représentation de la violence spectacularisée, et en particulier celle liée au martyre. Il n’est pas tant question de dégager des invariants anthropologiques que d’éclairer un certain nombre de modèles figuratifs qui constituent autant d’images-écran continuant à nourrir ou à contaminer notre imaginaire contemporain où se mélangent terreur et fascination face au spectacle de la violence médiatisée. Si le point de vue ici adopté est bien celui de l’Occident, l’objectif est également de montrer combien le djihadisme contemporain, parfaitement acculturé à la mondialisation, manipule délibérément les codes occidentaux.

Colloque – Lost in Renaissance

Colloque organisé par Renaud ADAM (LE STUDIUM/CESR/ULiège/Transitions) et Chiara LASTRAIOLI (CESR)

Titre: Lost in Renaissance

Dates:  20 au 21 septembre 2018

Lieu: Tours, Centre d’Études Supérieures de la Renaissance

Argument:

The debate about the concept of Renaissance is certainly old, but has met for some years now a certain revival with questions relating to its temporality, particularly in France, following questions from Patrick Boucheron on the duration of a “short long medieval period” beginning in the 12th-13th centuries and ending in the 16th century. One can also point to Jacques Le Goff’s essay entitled Faut-il vraiment découper l’histoire en tranches? (Paris, Seuil, 2014) who defended the thesis that the Renaissance would not represent a particular period, but that it would be the last rebirth of a long medieval period that would end in the mid-18th century. Regardless of whether or not one adheres to this demonstration, the great medievalist nevertheless has the merit of questioning the relevance of the concept of periodization of history and, more specifically, that of the Renaissance chrononym.

With the Lost in Renaissance symposium, we would like to explore this period by reversing the paradigm that defines it. Indeed, if the scientific community agrees to characterize the Renaissance as the time of rediscovery of Antiquity, we would like to explore it through the prism of disappearance. The aim is not to draw up a list of the different points of rupture with previous times, but rather to concentrate on the losses encountered by Europe’s intellectual, literary, artistic and material heritage during the 15th-17th centuries as a result of the great religious, political, cultural and technical upheavals that affected this territory. The angle of approach chosen for this colloquium is that of the book, considered in its materiality or for its content as a witness, victim or vector of the offenses made against the heritage during the Renaissance.

Information et inscriptions: http://www.lestudium-ias.com/event/lost-renaissance.

 

Publication – Life Inside the Cloister Understanding Monastic Architecture: Tradition, Reformation, Adaptive Reuse

Thomas Coomans, Life Inside the Cloister. Understanding Monastic Architecture: Tradition, Reformation, Adaptive Reuse, Leuven, Leuven University Press, 2018.

ISBN: 9789462701434

Date de publication: mai 2018

Description:

Sacred architecture as reality and metaphor in secularised Western society
Christian monasteries and convents, built throughout Europe for the best part of 1,500 years, are now at a crossroads. This study attempts to understand the sacred architecture of monasteries as a process of the tangible and symbolic organisation of space and time for religious communities. Despite the weight of seemingly immutable monastic tradition, architecture has contributed to developing specific religious identities and played a fundamental part in the reformation of different forms of religious life according to the changing needs of society. The cloister is the focal point of this book because it is both architecture, a physically built reality, and a metaphor for the religious life that takes place within it. Life Inside the Cloister also addresses the afterlife and heritagisation of monastic architecture in secularised Western society.

CFP – Central Governments and the Resolution of Maritime Conflicts, 1200–1600

Appel à contributions pour un colloque organisé par l’ Instituto de Estudos Medievais (IEM) de la FCSH-Nova University of Lisbon, dans le cadre du projet de recherche international “Maritime Conflict Management in Atlantic Europe, 1200-1600” (NWO, Vrije Universiteit Amsterdam, U. Leiden).

Titre: Central Governments and the Resolution of Maritime Conflicts, 1200–1600

Dates de l’événement: 25-26 octobre 2018

Date limite de l’appel: 15 juin 2018

Lieu: Portugal, Lisbonne

Argument:

In the Middle Ages, maritime conflict has developed hand in hand with international trade. Over time, specific institutions were established to address disputes arising from violence or mishap at sea and in coastal areas. Recent historiography emphasises that late-medieval merchants, together with consuetudinary law and common legal practices, relied on the legal autonomy of municipal governments to resolve maritime and commercial conflicts. For highly urbanised areas like the Low Countries, it has been argued that urban legal autonomy played a decisive role in inter-urban competition to attract foreign merchants, thus stimulating economic growth in the most successful cities.

However, in other regions of Europe, on the Iberian Peninsula and in England for instance, the situation was different. Certain cities – like Lisbon and London – rose to dominance without facing competition from other cities. Some of these cities were highly dependent, from a judicial standpoint, from the crown’s intricate bureaucracy. So, how were maritime conflicts resolved in port cities under the authority and control of central governments or the crown? And how to explain that places not involved in urban competition, which sometimes lacked autonomy in judicial matters, could economically expand? In addition, the role of central governments in highly urbanised regions, including the Italian city states and the Low Countries, will also be discussed from the perspective of maritime conflict management. This seminar on Central Governments and the Resolution of Maritime Conflicts, 1200–1600 aims at exploring these questions in a broad, comparative perspective, by looking at how disputes were managed and settled both in Atlantic Europe, more specifically in the Iberian Peninsula, and around the Mediterranean in the later Middle Ages. The seminar will include invited keynote presentations by European scholars. The full programme will soon be published online.

Appel à contributions:

We welcome paper proposals for a twenty-minute presentation on topics related to the call. We encourage papers related to merchant conflicts and their resolution in central courts, legal strategies, merchants and governments’ diplomatic exchanges, among other approaches.

Please submit your paper proposal (500 words) and a short curriculum (250 words) by 15 June 2018 to Flávio Miranda (F.Miranda@fcsh.unl.pt). While composing your message, please write ‘CGMC2018 application’ in the subject field. Please don’t forget to include your name, institution, current position (PhD candidate, post-doc, lecturer…), and e-mail address in your short cv.

There will be a registration fee of €45 to cover meals (lunch, dinner, and coffee-breaks). The participant should be able to cover his/her own travel expenses and accommodation.

Select speakers will be invited to join us in submitting their work for publication in an edited volume in a renowned academic publisher.

Cours-conférence – L’École des Annales et ses « marges »

Cours-conférence du Collège Belgique, par Vincent Genin, sous la responsabilité académique de Michel Dumoulin.

Titre: L’École des Annales et ses « marges »

Date: 25 avril 2018 (17h)

Lieu: Académie royale des Scienes, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, Palais provincial de Namur

Argument:

Depuis 1929 et la création des Annales d’histoire économique et sociale sous l’égide de Marc Bloch et de Lucien Febvre, cette revue, que l’on assimile depuis longtemps à une « École », occupe une place marquante dans les champs intellectuel et historique. Pourfendeurs de l’histoire dite « traditionnelle », favorables à la mise en exergue du « temps long » de Fernand Braudel, les Annales n’ont pas manqué de susciter le débat. Cela étant, les historiens des courants historiques en France ont surtout traité de cette École et non de ses « marges », souvent objets de ses critiques.

Ces « marges » sont constituées d’autres courants historiques (comme l’histoire des relations internationales, l’histoire politique etc.), présentant a priori une forme d’altérité intellectuelle. Il apparaît cependant que l’antagonisme entre les « Anciens » et les « Modernes » ne soit pas aussi manichéen que d’aucuns ne l’ont décrit.

La question est ouverte : quelle est la part de construction identitaire et de véritable contestation critique entre les Annales et ses « opposants » ?  Cette conférence tentera de répondre à cette interrogation.

Informations, programme et inscription

Conférences – Docteur.e.s Honoris Causa de l’Institut INCAL (UCL)

Activités scientifiques précédant la cérémonie décernant les insignes de Docteur.e.s Honoris Causa de l’Institut des Civilisations, Arts et Lettres de l’Université catholique de Louvain aux Professeur.e.s Arlette Farge et Yves Citton

Date: 2-3 mai 2018

Lieu: Louvain-la-Neuve, Sénat académique / Salle du Conseil FIAL / Auditoires Socrate

Programme détaillé

Argument:

L’Institut des Civilisations, Arts et Lettres (INCAL) rassemble des chercheurs dans le domaine de l’histoire, de l’histoire de l’art, de l’archéologie, des littératures classiques, médiévales, modernes et contemporaines. L’institut compte près de 300 chercheurs, tout statut confondu. Après une période de formation et de construction, l’institut a bâti sa cohérence en assumant et en valorisant sa diversité – diversité de méthodes, de corpus, de pratiques : un « unidivers » suivant le mot d’un écrivain français du 17e siècle.

Pour explorer et présenter cette « unidivers », le bureau de l’Institut a donc choisi d’honorer deux personnalités marquantes en leur décernant le titre de Docteur·e Honoris Causa Arlette Farge et Yves Citton. Cette cérémonie aura lieu le 3 mai 2018. La préférence a été accordée à des personnalités dont la démarche de recherche et l’engagement sont emblématiques des pratiques de la plupart des chercheurs·ses de l’Institut, des personnalités qui croisent les savoirs et réfléchissent sur la longue durée, par-delà les frontières disciplinaires et méthodologiques.

Les interrogations que portent Arlette Farge et Yves Citton, chacun à sa manière, à la fois sur leur démarche, sur leur engagement de chercheur·se et sur la pertinence de cette recherche en « humanities » dans nos sociétés contemporaines rencontrent celles qui sont soulevées de manière récurrente dans l’Institut et auxquelles sont confronté·es régulièrement notamment les jeunes chercheurs·ses. Leur ouverture au partage promet des échanges riches où chacun·e pourra trouver inspiration et encouragement.

Inscription aux activités

Exposition et Conférences – “Empreintes” et “Livre et Liège”

Exposition et cycle de conférences organisés par l’Université de Liège, en partenariat avec la Cité Miroir.

Exposition: Empreintes.

Dates: 21 avril – 20 juillet 2018

Lieu: Liège, Cité Miroir, Place Xavier Neujean

Argument:

Cette exposition, organisée en partenariat avec la Cité Miroir et mettant en valeur les collections des Bibliothèques de l’Université de Liège, revient sur le rôle de l’écrit dans notre société et dans l’Histoire. Si l’écrit a permis à l’homme de transmettre son savoir au fil des siècles, c’est aussi un acteur de l’histoire.

Les savoirs se construisent avec le temps, se modifient, se contredisent, s’appuient. Ils sont constitués de faits, mais aussi d’idées, d’opinions, de pensées. Ils sont le fruit de la réflexion ou des recherches d’un ou plusieurs homme(s), ou de femme(s), à une époque donnée. Etant humains par nature, ils ont été conçus dans un contexte donné et avec un objectif particulier. L’écrit, au fil des siècles, se veut le reflet de cette multiplicité, de ces évolutions.

Nos Bibliothèques ne sont pas qu’une vitrine des connaissances accumulées avec le temps, au travers d’œuvres précieusement conservées. A travers chaque écrit, elles ont capturé un fragment, une trace de chacune de ces circonstances uniques, particulières, où l’Homme a changé le cours de son histoire.

Dans un parcours vous emmenant à la découverte de pièces uniques des collections des Bibliothèques de l’ULiège, l’exposition aborde huit enjeux de l’écrit dans l’Histoire : quels sont ces savoirs qui ont franchi les siècles ? Comment l’Homme a-t-il conservé la mémoire de sa propre histoire ? Comment l’écrit a-t-il permis aux autorités de légitimer leur(s) pouvoir(s) ? Comment a-t-il aussi permis aux voix contradictoires de se faire entendre, de résister ? Comment la science s’est-elle construite par le biais de l’écrit ? Comment l’homme a-t-il mis par écrit son état de la connaissance du monde, au fil de ses explorations ? Quels apports mutuels entre l’Art et l’écrit ? Croyances, religions : quelles autres formes de savoirs ont ainsi été véhiculées par l’écrit ?

Cycle de conférences: Livres et Liège

Lieu: Liège, Cité Miroir, Place Xavier Neujean

Dates et programme:

Argument:

Cette exposition s’accompagne d’un cycle de conférences, intitulé « Livres & Liège ». Mis sur pied, à la Cité Miroir, en partenariat avec l’Unité de recherches sur le Moyen Âge et la première Modernité Transitions et avec la participation de membres de l’Unité de recherches Traverses, il ambitionne de revisiter l’histoire de Liège au travers de quatre grandes révolutions médiatiques : l’ère du manuscrit, l’apparition de l’imprimerie, l’avènement de la presse locale et l’édition contemporaine à l’heure du numérique.

Toutes les conférences ont lieu à 20h à la Cité Miroir, Place Xavier Neujean, 4000 Liège. Le prix d’entré est fixé à 5 €.

Publication – Les Arts poétiques du XIIIe au XVIIe siècle Tensions et dialogue entre théorie et pratique

Gregory EMS et Mathieu MINET (eds), Les Arts poétiques du XIIIe au XVIIe siècle. Tensions et dialogue entre théorie et pratique, Turnhout, Brepols (Latinitates, 10), 2017.

ISBN: 978-2-503-52991-2

Date de publication: 2017

Résumé:

La notion d’« Art poétique » recouvre une réalité plurielle et protéiforme : les ouvrages ainsi qualifiés se proposent, selon les âges et les contextes, de catégoriser, de normaliser ou de canoniser les pratiques poétiques. Entre la pratique et la théorisation au sens large se jouent dès lors des rapports complexes, qu’interrogent les seize contributions regroupées dans ce volume, où cette problématique est envisagée selon un large spectre de périodes et de langues, mais également dans une perspective pluridisciplinaire.

Table des matières:

Grégory Ems & Mathieu Minet, Introduction

Lambert Isebaert, Discours inaugural

Olivier Delsaux, Défense et illustration des arts «poétiques» français de la fin du Moyen Âge

Elsa Marguin-Hamon, Entre conservatoire et espace de liberté. La poésie médiolatine et ses implications théoriques en question

Adrian Armstrong, Théorie et pratique, aller et retour. L’Art de rhétorique et la poésie de Jean Molinet dans deux recueils manuscrits

Jean-Charles Monferran, De l’anthologie et de l’art poétique français à la Renaissance

Michel Jourde, La poésie avant la poétique. Enjeux d’une antécédence chez Jacques Peletier du Mans et quelques auteurs du XVIe siècle

Annelyse Lemmens, Le frontispice, mise en scène de la poésie néo-latine. Étude de cas de la première moitié du XVIIe siècle

Jane H. M. Taylor, A Grammar of Legibility. Pierre Fabri’s Grant et vray art de pleine rhetorique and its mise en texte

Nathalie Hancisse, «I’ay mis la main au papier pour escrire / d’un different que i’ay voulu transcrire». Translation, politics and Mary Stuart’s poetical voice

Tom Deneire, Reconsidering Imitatio Auctorum. A dynamic-functionalist approach to imitation in neo-latin poetry

Ludmilla Evdokimova, L’art de la parole et la gradation des styles dans les poèmes lyriques de Deschamps

Michiel Verweij, La comédie scolaire néo-latine ou comment écrire des textes classiques sans modèle théorique?

Aline Smeesters, Le Genethliacon Salonini et le Genethliacon Lucani comme modèles pratiques (et théoriques?) du poème généthliatiques néo-latin

Virginie Leroux, Théorie et pratique de l’élégie latine au XVIe siècle

Perrine Galand, Jean Salmon Macrin éditeur et lecteur de l’art poétique de Jérôme Vida (1527)

CFP – La participation populaire au maintien de l’ordre public en Europe (18e – 20e siècle)

Appel à communication – Colloque international “La participation populaire au maintien de l’ordre public en Europe (18e – 20e siècle) / Popular Policing in Europe (18th – 20th centurires)”

Date de l’événement: 30-31 mai 2018

Date limite de l’appel: 15 janvier 2018

Lieu: Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain

Appel en anglais et français: CFP – Popular Policing in Europe

 

CFP – Animaux aquatiques et monstres des mers septentrionales : imaginer, connaître, exploiter, de l’Antiquité à 1600

Animaux aquatiques et monstres des mers septentrionales : imaginer, connaître, exploiter, de l’Antiquité à 1600

Dates : 31 mai-3 juin 2017
Lieu : Cerisy-la-Salle (Manche)
Date limite de réponse à l’appel : 31 mai 2016

Le colloque est consacré à l’histoire des poissons, monstres et mammifères aquatiques des mers septentrionales (Manche, mer du Nord, mer Baltique, Mer de Norvège, Atlantique Nord), de l’Antiquité à 1600. Trois thèmes vont structurer le colloque : 

  1. Savoirs et transmission : savoirs thérapeutiques, savoirs zoologiques, descriptions, identifications
  2. Savoir-faire et exploitations : élevage, pêche, cuisine, médecine
  3. Imaginaires et explorations

Voir l’appel à communications détaillé : http://ichtya2017.sciencesconf.org/page/cfp

Soumettre une proposition de communication : http://ichtya2017.sciencesconf.org/user/submit

Le colloque est organisé par le laboratoire CRAHAM (UMR 6273) dans le cadre du programme ICHTYA et des travaux du GDRI Zoomathia. Cette rencontre prend place dans le cycle de colloques La Normandie Médiévale organisé en partenariat par l’Office Universitaire d’Études Normandes et le Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle. 

Source : ICHTYA

CFP – Histoire de la clandestinité

Histoire de la clandestinité

Concept, pratiques, usages politiques

RÉSUMÉ

Se cacher pour résister : la journée d’études doctorales du Centre de recherches historiques de l’Université Paris 8 qui se tiendra le 12 octobre 2015 interroge le passage à la clandestinité comme conséquence d’une résistance à l’autorité à travers les âges. Qu’est-ce qui rapproche ou sépare les pratiques de clandestinité dans l’Antiquité et les formes contemporaines de lutte clandestine ? Comment les contemporains parlent-ils des pratiques clandestines, des résistants qui choisissent l’illégalité de manière durable ? Comment la clandestinité donne-t-elle lieu à des formes originales de luttes et d’organisation ? Quels sont les discours de revendication qui justifient le passage hors de la légalité ? Enfin, comment une société peut-elle se recomposer après une division politique et idéologique totale comme l’est l’expérience de la lutte armée clandestine ?

Argumentaire

Se cacher pour résister. Que ce soit pour préserver des pratiques religieuses interdites ou pour former une opposition politique, le passage à la clandestinité apparaît comme la conséquence d’une résistance à l’autorité, et donc un choix individuel et collectif radical.

Par clandestinité, nous entendons le fait d’entrer dans l’illégalité et de s’y maintenir – en cela, elle implique une durée qui la distingue du simple acte illégal – que cette entrée se fasse volontairement ou sous la contrainte1. Elle suppose une dissimulation et une certaine forme de marginalité. La clandestinité est aussi lutte contre un pouvoir qui tend à réprimer ou persécuter ceux qui lui résistent. On doit cependant la distinguer de la guerre civile, car la clandestinité suppose un combat asymétrique entre une organisation aux moyens limités et un pouvoir qui lui est théoriquement supérieur.

Pendant des siècles, le refuge dans la clandestinité apparaît comme un moyen de se protéger des persécutions, en particulier religieuses (des premiers chrétiens aux protestants). Mais les actes clandestins sont aussi un moyen de contourner la censure (que l’on songe aux éditeurs, passeurs ou lecteurs de livres interdits, par exemple2), s’affirmant dans les périodes moderne et contemporaine comme le terme d’un processus de lutte politique rejetant ouvertement la légitimité de l’État.

Mais la clandestinité implique aussi des zones grises, car tous ses acteurs ne sont pas toujours clandestins et certains de ceux qui y concourent – en apportant une aide logistique, un soutien moral – ne sont pas à proprement parler des clandestins. Semblent ainsi émerger plusieurs degrés de clandestinité, depuis les acteurs perpétuellement cachés à ceux qui, insérés dans la société, se contentent de soutenir certaines actions.

En conséquence, se pose la question des relations entre les clandestins et la société dans laquelle ils évoluent, celle-ci pouvant être un appui ou un obstacle au développement du mouvement clandestin : climat de délation ou, au contraire, de soutien, permettant, selon la célèbre formule de Mao, au révolutionnaire d’être « dans le peuple comme un poisson dans l’eau ».

Le rapport de la lutte clandestine avec la violence et son lien avec les différentes cultures politiques, sur un temps long, apparaît une perspective stimulante et rarement abordée en tant que telle, tant en histoire que dans les autres sciences sociales3. Nous avons ainsi choisi d’étudier cette question sur une période très large afin d’interroger la pertinence d’un concept, il est vrai, essentiellement utilisé par l’histoire contemporaine4 mais qui semble pouvoir trouver des prolongements intéressants dans d’autres périodes.

Axes de recherche

  • Le concept de clandestinité dans un sens politique : est-il pertinent de parler de « clandestinité » à travers les âges, et comment définit-on dans les différentes périodes et dans les différents espaces ceux qui choisissent cette voie ? Qui en parle et avec quels mots ? Qu’est-ce qui rapproche ou sépare les pratiques de clandestinité dans l’Antiquité et les formes contemporaines de lutte clandestine ?

Existe-t-il une différence fondamentale entre la lutte clandestine contre une tyrannie et celles qui naissent en contexte démocratique ? La lutte clandestine prend-elle un caractère plus massif lorsqu’elle s’oppose à un État dans lequel les libertés politiques sont réduites, voire supprimées ? Par ailleurs, en démocratie, cadre théoriquement pacifié et voué à éviter toute violence par une résolution majoritaire des conflits, comment s’accommode-t-elle de l’apparent paradoxe que constitue la sortie de la légalité ?

  • Les pratiques : qu’est-ce qu’être clandestin et comment le devient-on ? Comment la clandestinité donne-t-elle lieu à des formes originales de luttes et d’organisation – réseaux, sociétés secrètes, conjurations ? Mais être clandestin, est-ce nécessairement se rattacher à une organisation et faire usage de la violence ?

Peut-on parler de « clandestinité partielle » à partir du moment où un individu s’investit dans des activités illicites dans une optique de résistance politique, tout en continuant par ailleurs à intervenir à visage découvert dans la vie publique ?

  • Les discours clandestins : quand la clandestinité est un acte politique, elle s’accompagne nécessairement d’un discours construit. Quels sont les références, les discours qui justifient le passage hors de la légalité ? Ce choix, nécessairement radical, produit une série de justifications théoriques : on n’entre pas en résistance sans références au passé, afin de construire une légitimité au combat. Celui-ci est en général revendiqué au nom d’un intérêt supérieur (la vraie religion, la démocratie, la Nation…), dans un combat symbolique de (dé)légitimation.

Par ailleurs, la clandestinité fait l’objet d’un discours, de la part du pouvoir, dont l’étude s’inscrit dans l’analyse des représentations, des mythes – voire des phantasmes – politiques mobilisés. Cette interrogation rejoint la réflexion autour d’un « ennemi intérieur » caché et menaçant, dont la peur peut être une ressource politique fort utile pour les détenteurs de l’autorité, qui peuvent largement l’utiliser5.

  • La sortie de la clandestinité : comment retourner à la normalité après un parcours clandestin ? Comment une société peut-elle recomposer son passé après une division politique et idéologique totale comme l’est l’expérience de la lutte armée clandestine, souvent vécue comme une guerre civile ? Cette question implique, là aussi, une réflexion sur la mémoire et le poids du passé dans les sociétés.

Notes

1 Comme dans le cas de persécutions qui obligent un groupe à se cacher et donc à enfreindre la légalité.2 Cf. la revue annuelle imprimée par les Presses Universitaires de la Sorbonne, La lettre clandestine, qui a pour objet la circulation des écrits clandestins des XVII et XVIIIème siècles, notamment dans la construction de la philosophie des Lumières.3 Signalons un numéro de la Revue de l’histoire des religions : « Religion, secret et autorité. Pratiques textuelles et cultuelles en clandestinité », 2011.4 Voir notamment Laurent Douzou, « L’entrée en résistance », Le mouvement social, n° 180, 1997, pp. 9-20.5 Que l’on pense au discours des gouvernements démocrates-chrétiens italiens de l’après-guerre à propos de l’armée clandestine du parti communiste et de son supposé Piano K destiné à s’emparer du pouvoir.

Modalités de soumission

Nous invitons les doctorants et jeunes docteurs intéressés à envoyer leurs propositions aux organisateurs avant le 15 juin 2015.

La durée des interventions est fixée à 25 minutes. Nous vous prions de noter que notre laboratoire ne pourra prendre en charge les frais de déplacement.

La journée d’études doctorales d’histoire aura lieu le 12 octobre 2015.

Comité d’organisation

  • Élodie CAPET (elodie.capet[at]yahoo.fr)
  • Virgile CIREFICE (virgile.cirefice[at]gmail.com)
  • Grégoire LE QUANG (glequang[at]gmail.com)
  • Charles RIONDET (charlesriondet[at]gmail.com)

Comité scientifique

  • Martin GRAVEL, maître de conférences, histoire médiévale.
  • Pierre KAPITANIAK, maître de conférences, études anglophones.
  • Marie-Anne MATARD-BONUCCI, professeure d’histoire contemporaine.
  • Claudia MOATTI, professeure d’histoire romaine.
  • Catherine SALIOU, professeure d’histoire romaine et directrice de l’EA 1571.

Lien