Journée d’étude – 05/05/2017 – Le moderniste dans la cité

Le moderniste dans la cité

5 mai 2017, Archives Générales du Royaume (Bruxelles)
Inscription via le formulaire ci-dessous

Argumentaire

Le recul au cours des années 70 et 80 des grands paradigmes explicatifs, comme le marxisme, le structuralisme et la théorie des systèmes[1], a entraîné une part des sciences humaines et sociales – tout particulièrement les chercheurs qui ont fait du passé leur objet d’étude – à réinterroger leurs pratiques et le sens de leur travail, les conduisant à prendre ce qu’on a qualifié de « tournant critique » ; voire de « crise »[2]. Comme d’autres avant elle, cette « crise » a aussi été une opportunité ouvrant sur des champs d’investigation originaux, sur de nouveaux développements épistémologiques et sur un dialogue réactualisé avec la société[3]. Mais, comme le montre la parution récente de l’History Manifesto[4], cette « crise », accentuée par la remarquable transformation, ces vingt dernières années, des instances universitaires et du marché du travail des Humanités, a pu également être perçue comme néfaste. En effet, les deux auteurs de cet ouvrage, Jo Guldi et David Armitage, déplorant l’enfermement des historiens dans des recherches de plus en plus spécialisées qui les éloignerait de la société et des pouvoirs de décision, militent pour le retour d’une histoire de la longue durée sur le modèle de celle proposée par Fernand Braudel dans les années cinquante[5]. Ils considèrent ce retour comme à la fois nécessaire face à la multiplication des études de faible portée et réalisable grâce au développement sans précédent des big data.

Sans prendre part directement à la vaste polémique qu’a entraîné cette sollicitation[6] et qui, sous des allures semblables, se retrouve aussi dans d’autres disciplines telles que la littérature[7], nous aimerions saisir la perche tendue et profiter de cette nouvelle journée d’étude de ModerNum pour éclairer pragmatiquement la place qu’occupent aujourd’hui les modernistes dans notre société et la capacité de ces chercheurs à rendre le passé intelligible face aux défis du présent.

La question est d’une part épistémologique. La recherche n’a en effet pas attendu l’History Manifesto pour proposer de nouvelles manières d’interroger l’époque moderne à l’aune du monde contemporain[8]. Il serait intéressant de voir à quel point les modernistes francophones de Belgique participent aujourd’hui à ces questionnements. D’autre part, cette sollicitation concerne toute une série d’acteurs, dans et hors des institutions de recherche, chargés de faire le pont entre l’histoire savante en acte et la société. Nous pensons aux maisons des sciences de l’homme, aux médias généralistes ou à l’enseignement (tout particulièrement aux chercheurs-didacticiens qui réfléchissent aux programmes et aux modalités d’apprentissage). Nous pensons également à la promotion et à la préservation du patrimoine mobilier et immobilier ainsi qu’aux musées et bibliothèques, via notamment leurs services pédagogiques. Nous pensons enfin à la vulgarisation scientifiques plus large, dont les dispositifs concrets de mise en œuvre sont multiples : ouvrages généraux ou visant des publics spécifiques mais aussi manifestations culturelles (par exemple le théâtre), scientifiques (cellules de diffusion des sciences) et/ou citoyennes.

Les questionnements – comme les acteurs qui participent à leur élaboration – sont nombreux et couvrent de vastes domaines du champ social et scientifique. Ils présentent en outre des liens étroits entre plusieurs disciplines telles que l’histoire de l’art, l’histoire, la philosophie ou la littérature. Par son aspect résolument interdisciplinaire, cette rencontre nourrit donc le désir de participer à la formalisation d’un discours autocritique sur notre place, en tant que modernistes, dans l’élaboration du sens que la société d’aujourd’hui se donne. À l’heure où de nombreux gouvernements, institutions et groupes d’intérêts manifestent le désir de statuer motu proprio sur le destin de la recherche en science humaine et sociale, une telle démarche nous semble également bienvenue si nous désirons prendre part activement et de façon éclairée au devenir de nos professions.

Les différentes communications ne devraient pas excéder vingt minutes. À l’issue de chacune des interventions, une courte série de questions-réponses sera engagée avec les auditeurs.

[1] Lyotard J.-F., La condition postmoderne. Rapport sur le savoir, Paris, Les éditions de minuit, 1979.
[2] « Histoire et sciences sociales. Un tournant critique ? », in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, t. 43/2 (1988), p. 291‑293 ; Chartier R., Au bord de la falaise : l’histoire entre certitudes et inquiétude, Paris, A. Michel, 1998.
[3] Boutier J. et Julia D. (dirs.), Passés recomposés. Champs et chantiers de l’histoire, Paris, Ed. autrement, 1995.
[4] Guldi J. et Armitage D., The history manifesto, Cambridge, Cambridge University Press, 2014.
[5] Braudel F., « Histoire et sciences sociales : la longue durée », in Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, t. 13/4 (1958), p. 725‑753.
[6] Voir notamment Annales. Histoire, sciences sociales, La longue durée on débat, t. 70/2 (2015) ; Noiret S., Delafontaine R., Verreycken Q., Arnesen E., « « The History Manifesto » : a discussion », in Memoria e ricerca. Rivista di storia contemporanea, t. 51/1 (2016), p. 97-126.
[7] Voir notamment Schaeffer J.-M., Petite écologie des études littéraires. Pourquoi et comment étudier la littérature?, Vincennes, Thierry Marchaisse, 2011.
[8] Pensons à l’histoire culturelle et des représentations proposées par Roger Chartier ; pensons au boom de l’histoire connectée de Serge Gruzinski et Sanjay Subrahmanyam qui se fonde sur les XVe et XVIe siècles pour formuler un nouveau paradigme explicatif de l’histoire mondialisée (Gruzinski S., L’histoire, pour quoi faire ?, Paris, Fayard, 2015.) ; pensons aussi aux tentatives de Denis Crouzet et de Jean-Marie le Gall pour rendre le terrorisme islamiste intelligible à travers une lecture actualisée des guerres de religion (Crouzet D. et Le Gall J.-M., Au péril des guerres de religion. Réflexions de deux historiens sur notre temps, Paris, PUF, 2015.) ; pensons enfin à l’histoire de l’environnement, de la mémoire ou encore au développement des humanités numériques.

Programme

10h : Accueil

Panel 1 – Présidente de séance : Lise CONSTANT (F.R.S.-FNRS – UCL)

10h30 : Annick DELFOSSE (ULg) : Mots d’accueil
Julien RÉGIBEAU (F.R.S.-FNRS – ULg) : Introduction

11h00 : Quentin VERREYCKEN (F.R.S.-FNRS – UCL / USL-B) – Big data, longue durée et expertise de l’historien.ne : les enjeux soulevés par l’« History Manifesto »

11h20 : Anne STAQUET (UMons) – Détruire la tour d’ivoire du moderniste ou y inviter la foule ?

11h40 : Mathieu FERRAND (UCL) – Quand le chercheur se fait chef de troupe : retour sur le spectacle ‘Combats pour l’Humanisme : Deux revues latines de la Renaissance’

12h00 : Discussion

12h30 : Déjeuner

Panel 2 – Président de séance : Renaud ADAM (F.R.S.-FNRS – ULg)

14h00 : Dominique ALLART (ULg) et Rachel BRAHY (MSH – Liège) – Des Maisons des Sciences de l’Homme en Belgique francophone : des champs d’action pour les disciplines humanistes ?

14h20 : Hélène HAUG (Maison d’Érasme, Anderlecht) – Communiquer nos disciplines : l’université à l’épreuve du musée

14h40 : Discussion – Pause

15h30 : Eric BOUSMAR (Université Saint-Louis) – Histoire publique et public de l’histoire. Quelles places pour l’historien face aux usages ludiques, idéologiques ou mercantiles du passé?

15h50 : Un jour dans l’histoire ou l’histoire (moderne) dans les médias : une rencontre avec Laurent DEHOSSAY (RTBF – La Première)

16h10 : Discussion

16h30 : Conclusions – Valérie LEYH (F.R.S.-FNRS – ULg)

Formulaire d’inscription

Cet événement est organisé avec le soutien de l’ED4, du Laboratoire de Recherches Historiques (LaRHis) et des Archives Générales du Royaume.

Contact: modernum.info@gmail.com

Comité organisateur: R. Adam (F.R.S.-FNRS – ULg), L. Constant (F.R.S.-FNRS – UCL), A. Delfosse (ULg), V. Leyh (F.R.S.-FNRS – ULg) et J. Régibeau (F.R.S.-FNRS – ULg).

Comité scientifique: R. Adam (F.R.S.-FNRS – ULg), S. Barthélemy (F.R.S.-FNRS – UCL), T. Cambrelin (ULB), L. Constant (F.R.S.-FNRS – UCL), S. Guri (ULB), V. Leyh (F.R.S.-FNRS – ULg), R. Loos (UCL), J. Régibeau (F.R.S.-FNRS – ULg).

Conférence – 18/04/2017 – La lyre anthropomorphe C94 de Vienne. Un instrument emblématique de la Renaissance italienne

La lyre anthropomorphe C94 de Vienne. Un instrument emblématique de la Renaissance italienne

Lieu: ULg, Salle Wittert, 7, Place du XX Août, 4000 Liège

Date de l’événement: 18/04/2017, 18h

Conférence organisée avec la collaboration de la Société liégeoise de musicologie.
Source de l’info: ULg

Journées d’étude – 06-07/04/2017 – Religieuses et semi-religieuses entre Gênes et Bruxelles : des agents féminins du catholicisme romain aux frontières du protestantisme

Religieuses et semi-religieuses entre Gênes et Bruxelles : des agents féminins du catholicisme romain aux frontières du protestantisme

Lieu: Université de Franche-Comté. Faculté des Lettres. Grand salon 18, rue Chifflet. 25000 Besançon
Date de l’événement: 6-7 avril 2017

Argumentaire

René Taveneaux a révélé l’action de Rome, après le concile de Trente, pour contenir le flux protestant puis reconquérir les terres perdues, en concentrant ses efforts «autour d’un axe correspondant à l’ancien tracé carolingien qui, parti de l’Italie, prenait l’Europe en écharpe, par le Milanais et la Franche-Comté, atteignait les Pays-Bas et la mer du Nord».

  1. Maintes expériences de vie consacrée féminine ont eu pour terre de naissance et d’expérimentation certaines régions situées sur la «dorsale catholique» (chanoinesses du Saint-Sépulcre, chanoinesses de la Congrégation Notre-Dame, ursulines de Dole, tiercelines, bénédictines réformées de la Paix Notre-Dame, capucines de Flandre…). Mais c’est l’ordre de l’Annonciade céleste qui dessine de manière la plus évidente cette ligne de front avec des monastères établis du Nord de l’Italie aux Pays-Bas méridionaux comme autant de citadelles de prières face à la menace protestante. Le choix délibéré par les acteurs féminins, religieuses ou semi-religieuses, apostoliques ou contemplatives, de la «dorsale catholique» comme espace privilégié d’implantation et de développement d’une reconquête et d’une réforme spirituelles demeure toutefois à confirmer. Il sera éclairant d’interroger et de comparer les récits de fondations de l’ensemble des communautés évoquées ci-dessus pour y découvrir les raisons qui ont pu les déterminer à élire ce couloir pour y développer leurs projets et de repérer les traces d’une prise de conscience de missions communes et particulières à accomplir en fonction de cette situation aux portes du protestantisme. On se penchera évidemment sur le profil des figures de proue, fondatrices d’ordres ou de maisons comme Alix Le Clerc, Anne de Xainctonge et Claudine de Boisset, Marguerite Borrey et Cristina Madruzzo, Florence de Werquignoeul… On se demandera notamment quelles ont été leurs facultés d’adaptation à une réalité de terrain et leurs aptitudes à répondre aux besoins spécifiques d’une région. Les circonstances entourant le déploiement de ces communautés religieuses seront également analysées avec soin. Il conviendra notamment de préciser les types de stratégies mises en place par les intéressées pour s’intégrer à un «appareil défensif savant et méticuleusement agencé, des tiné à lutter contre toute infiltration s’exerçant aux frontières» (Taveneaux), et y porter un projet de réforme intérieure ou à destination de la société. Par ailleurs, on ne manquera pas de faire état des difficultés rencontrées et des échecs encourus, en analysant leurs causes et leurs effets. Seront non seulement prises en compte les oppositions ponctuelles à la fondation de certains couvents mais aussi les condamnations plus radicales de certains projets ambitieux comme celui de Mary Ward et de ses «jésuitesses». Cette zone d’entre-deux constituera ainsi un terrain d’observation des interactions entre ces mondes féminins et leurs entourages respectifs ainsi que de la circulation des personnes qui collaborent à leurs projets (ou les contrecarrent). On sera donc attentif au rôle de tous les acteurs/actrices impliqués dans ces processus de fondation (autorités civiles et religieuses, autres réguliers, bienfaiteurs/trices laïques, réseaux familiaux…), en s’interrogeant sur ce qui, dans leurs manières d’agir, pourrait éventuellement apparaître comme une spécificité de l’espace considéré. Si politique d’expansion spécifique de la part de certains ordres il y eut, il sera intéressant de la comparer avec celle d’autres ordres qui n’ont pas limité leurs fondations à cette zone (Carmel déchaussé, Visitation…). On ne saurait en effet ignorer que ce fut une grande partie de l’Europe qui se couvrit d’institutions nouvelles axées sur la participation active des femmes à l’effort de reconquête spirituelle voulue par l’Église Afin de confirmer ou  non l’hypothèse de stratégies d’implantation sur ce limes, l’on se demandera si leurs établissements y furent plus nombreux qu’ailleurs. Les individualités les plus dévotes et combatives n’étaient-elles pas tentées de s’y retrouver? On ne manquera pas non plus de rapprocher l’histoire de ces implantations avec celle de certains ordres masculins qui semblent eux-aussi y avoir été particulièrement présents.
  1. Dans le prolongement des enquêtes menées sur les spécificités de ce territoire en matière d’expériences religieuses, on s’intéressera en outre aux processus qui amènent des établissements installés de longue date sur ces terres à se positionner de manière originale en faveur ou en marge des réformes en cours (chapitres nobles, bénédictines, cisterciennes, franciscaines, chartreuses…). Les réformes entreprises y présentent-elles des caractéristiques particulières, propres aux régions envisagées? Y sont-elles reçues et appliquées de la même manière qu’ailleurs? La résistance de certaines communautés reposent-elles sur des arguments spécifiques? Portent-elles sur des points particuliers (clôture, rapport au monde, juridictions, régularité, dévotions…)? On se penchera notamment à nouveaux frais sur les chapitres nobles, eux aussi massés sur ces frontières et dont il faut reconsidérer de fond en comble l’histoire à l’époque de la Réforme catholique. Comment justifient-ils leur existence dans ce contexte et donc leur résistance à des tentatives brutales de réforme de leurs établissements (nécessaires adaptations aux contraintes sociales)?
  1. Enfin, on examinera également les processus de fondation et les modes de fonctionnement de congrégations ou de compagnies (Dames de la Charité, Dames de la Purification) qui permettent à des laïques de se mettre au service de la Réforme catholique tout en restant attachées aux différents devoirs de leurs états respectifs. On dressera ainsi un bilan des recherches menées en archives sur ces institutions féminines, qui devrait permettre, avec la collaboration d’autres chercheurs, de confirmer ou non l’hypothèse d’une stratégie d’implantation sur cette ligne de front et d’apprécier l’investissement spécifique de ces femmes dans les œuvres de la Réforme catholique.

Jeudi 6 avril

Présidence: Anne WAGNER (U. FRANCHE-COMTÉ)

14h Accueil

14h15-15h Introduction par Corinne MARCHAL et Marie-Élisabeth HENNEAU

15h-15h10 Mot d’accueil par Paul DIETSCHY, directeur du Centre L. Febvre

15h10-15h40 Bertrand MARCEAU (EFR) Une frontière politico-religieuse? Les cisterciennes de la Dorsale catholique au XVIIe siècle

15h40-16h10 Marie-Élisabeth HENNEAU (U. Liège) L’implantation des monastères féminins sur la Dorsale: un choix délibéré de «Contre-Réforme»?

16h10-1630 Pause

16h30-17h Andreas NIJENHUIS-BESCHER (U. Savoie-Mont-Blanc) Des femmes au front confessionnel. Les klopjes néerlandaises aux confins de la catholicité tridentine

17h-17h30 Jean-Marc LEJUSTE (U. Lorraine) La novice face à son choix de vie, l’engagement religieux dans les diocèses lorrains XVIe–XVIIIe s.

17h30-18h Discussions

Vendredi 7 avril

Présidence: Philippe MARTIN (U. Lyon 2)

9h-9h30 Odon HUREL (CNRS) Le parcours de Catherine de Bar sur la Dorsale catholique

9h30-10h Fabienne HENRYOT (Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne) Élisabeth de Brème, en religion Benoîte de la Passion

10h-10h15 Pause

10h15-10h45 Julie PIRONT (FNRS /U. Liège) Bastions de pierres et de prières aux marges de la catholicité: objectifs, méthode et premiers résultats de la comparaison architecturale de couvents féminins établis dans les villes frontalières (1597-1677)

10h45-11h15 Bénédicte GAULARD (U. Bourgogne) Contrer la Réforme par l’image. La décoration des couvents féminins comtois aux XVIIe et XVIIIe s.

11h15-11h35 Discussions

Déjeuner

Présidence: Christophe Leduc (U. Artois)

13h30-14h Céline Drèze (U.C.Louvain) Les pratiques liturgiques chez les bénédictines de la Paix Notre-Dame: le reflet d’une spécificité de la Dorsale catholique?

14h-14h30 Corinne MARCHAL (U. Franche-Comté): Les dames nobles de Franche-Comté confrontées à l’esprit de Trente (XVIIe-XVIIIe s.)

14h30-15h Discussions

15h-15h45 Conclusions par Odon HUREL et Hugues DAUSSY

Source de l’info: ULg

CFP – Saint(-)Hubert d’Ardenne, quoi de neuf?

“Saint(-)Hubert d’Ardenne, quoi de neuf?”
Colloque anniversaire 1967-2017

Lieu: Ancienne abbaye de Saint-Hubert
Date de l’événement: 24/11/2017
Date limite de réponse à l’appel : 30/06/2017

Argument:

En 2017, la société régionale d’histoire et d’archéologie Saint-Hubert d’Ardenne, fondée sous le nom de Terre et Abbaye de Saint-Hubert, fête ses 50 ans d’existence.

Depuis cinq décennies, la société développe les objectifs que lui ont donnés les membres fondateurs : l’étude, la mise en valeur la protection, la défense et la conservation du patrimoine historique, archéologique, folklorique, artistique, dialectal et naturel du pays de Saint-Hubert, avec son abbaye, ses possessions et tout ce qui s’y rapporte en Ardenne et ailleurs et au culte du saint (…).

Pendant le demi-siècle passé, Saint-Hubert d’Ardenne a mis à profit tous les moyens de communication disponibles  pour assurer la diffusion des connaissances acquises : publications, conférences, expositions, visites guidées, site Internet et présence sur les réseaux sociaux. En cette année anniversaire, elle organise un colloque au cours duquel les chercheurs, professionnels ou non, sont invités à faire état de leurs recherches, sur et autour des sujets portés par la société d’histoire Saint-Hubert d’Ardenne, face à un public d’amateurs d’histoire locale et régionale, d’histoire religieuse, d’histoire des mentalités, etc. Le colloque et les échanges seront pérennisés par la publication des actes dans un volume édité par la société d’histoire.

Thèmes: Le colloque fera l’état de la recherche historique actuelle sur les trois thèmes structurant le volume  VIII de Saint-Hubert d’Ardenne, Cahiers d’Histoire paru en 1991 :
– la ville de Saint-Hubert et sa région : histoire des lieux et des personnes ;
– l’abbaye de Saint-Hubert : le site, les religieux et l’institution des origines à 1797 ;
– saint Hubert : histoire, culte et dévotions, ici et ailleurs
Source de l’info: sha

Colloque – 30/03/2017-02/04/2017 – Annual Meeting of the RSA

Annual meeting of the RSA, Chicago
Sessions organisées par le GEMCA

Lieu: Chicago (USA)
Dates de l’évènement: 30/03/2017-02/04/2017

Sessions organisées par le GEMCA :

A Reassesment of the Impact of Scholasticism on Literature and the Arts
Agnès Guiderdoni : Emblematics in the Light of Scholasticism
Aline Smeesters : Natura between representation and theorization in Early Modern times
Ralph Dekoninck : Jesuit Art and Image Theory, Between Rhetoric and Philosophy

Heresy and Heterodoxy I: Visual Definitions

Birgit Ulrike Münch : Lutheranism as Heresy: Thomas Murner and Religious Polemic of the early 16th C.
Nicole Bensoussan : Heresy and the Theatrics of Subjugation in Late Renaissance Art
Walter S. Melion : “Haeretici typus, et descriptio”: Heretical and Anti-Heretical Imagemaking in Jan David S. J. ‘s Veridicus Christianus

Heresy and Heterodoxy II: Images

Ingrid Falque : The Afterlife of the iconographical programme of Henry Suso’s Exemplar in the 15th and 16th century
Morton Steen Hansen : Lotto’s Heresy
Tanya J. Tiffany : Divine Consecration or Demonic Possession:  Estefanía de la Encarnación and Miraculous Images in 17h-C. Spain

Heresy and Heterodoxy III: Topographies and Geographies

Bret L. Rothstein : Luca Pacioli’s Aesthetics of Error
Lee Palmer Wandel : Paths, Itineraries, and Descriptio of Creation
Ruth S. Noyes : Si scusano, che da Roma vengano le stampe: virtual geographies of the heterodox [im]prints c. 1600

Magnificence in the 17th century: the adaptation of a classical discourse

Alessandro Metlica : Theorizing the sublime or the magnificent? The debate on poetry in 1620’s and 1630’s France
Caroline Heering : Visible signs of piety: gift and magnificence in baroque Jesuit spectacle
Anne-Françoise Morel : Building for God, the patron or the devotee:  a religious interpretation of magnificence and decorum

Staging the gift-giving. Visual and textual representations of artistic donations in early modern period

Gwendoline de Mûelenaere : Images of power. Depictions of diplomatic donations of works of art in early modern Europe
Mathilde Bert : The ‘strange magnanimitie’ of artists : Gifts of works of art in early modern painting
Lise Constant : The gift of devotion. Representations of donations to and of miraculous statues of the Virgin

Source de l’info : GEMCA

Séminaire – 23/03/2017 – Enrico Zucchi – Corneille et Racine dans la théorie dramaturgique Italienne du XVIII siècle : le Paragone (1732) de Pietro Calepio entre aristotélisme et sensibilité moderne

Séminaire du GEMCA

Enrico Zucchi (Università di Padova), « Corneille et Racine dans la théorie dramaturgique Italienne du XVIII siècle : le Paragone (1732) de Pietro Calepio entre aristotélisme et sensibilité moderne »

Lieu : Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain, Collège Érasme – ERAS 57

Date de l’événement : 23/03/2017 (14h-16h)

Source de l’info : GEMCA

Journée d’étude – 16-17/03/2017 – Faire entendre le spectaculaire dans l’ancien comté de Hainaut

Journées d’étude CERMUS

Titre : « Faire entendre le spectaculaire dans l’ancien comté de Hainaut »

Lieu : Louvain-la-Neuve, Collège Mercier, salle Jean Ladrière (A124, conseil ISP)
Date de l’événement : 16-17/03/2017

Argument

En mettant en place des dispositifs de connaissance et de reconnaissance de revendications politiques, communautaires et/ou religieuses, la « culture du spectacle » constitue un vecteur de structuration sociale dont l’importance n’est sans doute plus à rappeler. Celle-ci se déploie bien au-delà des espaces scéniques.
Loin de rester cantonnée aux théâtres, elle envahit la rue, les foires, les salons, les églises, mais également les représentations intellectuelles. Or si les formes spectaculaires se donnent à voir, elles se donnent aussi bien souvent à entendre. Processions, ducasses, entrées, représentations théâtrales, sont autant d’événements dont l’objet visuel se double d’une nécessaire dimension sonore. En prenant l’ancien comté de Hainaut pour terrain d’observation, ces journées d’étude entendent tirer profit d’un territoire dont les caractéristiques socio-économiques se distinguent de celles des grands centres habituellement pris en considération. Faiblement urbanisé, largement dominé par une économie rurale, le Hainaut ne dispose d’aucune des institutions–princières, épiscopales, universitaires ou parlementaires –propices au développement de grands événements spectaculaires. Et pourtant, situé au croisement de grandes routes commerciales, occupant une place sensible dans l’échiquier religieux et géopolitique de l’Europe d’Ancien Régime, zone de contact entre le royaume de France et les Pays-Bas méridionaux, le Hainaut se présente comme un territoire où le spectacle revêt une importance cruciale puisque celui-ci permet d’affirmer la nature des changements et des résiliences opérés à chaque convulsion de son histoire mouvementée. Plus généralement, sa position aux marges de plusieurs centres politiques et culturels offre l’opportunité d’appréhender les conditions de formation du spectaculaire au sein d’une culture frontalière.
Ces journées sont organisées par le CERMUS (UCL) dans le cadre du projet de recherche « Musiques en Hainaut – XVIIe-XVIIIe siècles », en collaboration avec le projet inter-universitaire « La société du spectacle – la fête baroque entre Italie et anciens Pays-Bas, 1585-1685 ».

Source de l’info : GEMCA

Colloque – 15-16/05/2017 – Masculinités non-hégémoniques. Des configurations ambigües et plurielles

Masculinités non-hégémoniques
Des configurations ambigües et plurielles

Date : 15-16 mai 2017
Lieu : Louvain-la-Neuve, MONT 01 et LECL.93

Les recherches sur les masculinités, font partie d’un champ d’étude qui ne cesse de croître depuis une trentaine d’années partout dans le monde. S’insérant pleinement dans la lignée des études de genre et des études sur la sexualité, elles participent à l’enrichissement des réflexions sur les rapports sociaux de sexe. Si les études de genre ont démontré la multiplicité des formes de féminités et de masculinités, il faut néanmoins dépasser une approche essentiellement typologique afin de mieux comprendre la construction du genre en tant que dynamique sociale et processus relationnel (Connell, 1995). En ce sens, Raewyn Connell a développé depuis le début des années 1980 sa théorie sur la masculinité hégémonique et les différentes relations au sein des masculinités, soulevant la question des relations de pouvoir comme vecteur d’une dialectique constante au sein des relations de genre. Cette approche relationnelle permet de comprendre la complexité et l’ambigüité des processus en œuvre dans la formation des configurations de genre.

Que nous apporte encore aujourd’hui ce cadre théorique et comment est-il mobilisé et réapproprié par la communauté scientifique ? Sous l’intitulé Masculinités non-hégémoniques : des configurations plurielles et ambiguës, ce colloque se concentrera sur la question des différentes masculinités dans nos sociétés, en s’attachant principalement aux figures non-hégémoniques (subordonnées, complices et/ou marginales) et aux relations qu’elles entretiennent avec l’hégémonie. Si les masculinités peuvent également être utiles pour appréhender les expériences des « femmes », ce colloque se concentrera particulièrement sur les expériences des « hommes ». L’objectif sera de travailler sur les nouvelles perspectives proposées par des chercheur.e.s qui, au départ de différentes méthodologies, questionnent les représentations des masculinités et leurs expériences subjectives. Les masculinités ne posent pas les mêmes questions aux disciplines qui les interrogent ; quels sont les terrains d’entente et les constructions communes qui peuvent être trouvés ? Une approche interdisciplinaire sera privilégiée et chaque session sera composée d’intervenant.e.s provenant de disciplines variées (la sociologie, l’anthropologie, l’histoire et la psychologie sociale) afin d’encourager le dialogue et d’approfondir nos regards.

Le colloque débutera le 15 mai autour d’une présentation magistrale d’Eric Fassin intitulée : « Trouble dans l’hégémonie ». L’intervention sera suivie le lendemain par une journée composée d’une conférence abordant l’étude des masculinités depuis une approche intersectionnelle, ainsi que de trois sessions thématiques, privilégiant chacune un angle de vue lié à des questions centrales dans la construction genrée des individus dans nos sociétés contemporaines.

La première session, intitulée « Expériences du corps et de sexualité au-delà de l’hétéronormativité » se concentrera sur la matérialité avec laquelle se construisent nos pratiques et expériences sexuées. Pour Raewynn Connell l’idée qu’il existe une « masculinité réelle », à savoir une image de l’homme « naturel » hétérosexuel et profondément masculin qui est généralement comprise comme provenant du corps des « hommes », est fortement ancrée dans nos sociétés (Connell, 1995 : 45). Il s’agira de bousculer cette croyance hétéronormative en interrogeant l’expérience que les personnes ont de leur corps et de leur sexualité. La session mettra en avant leurs conceptions variées de la masculinité, et illustrera comment cette pluralité est articulée dans les relations au sein des différents types de masculinités.

La seconde session, « Pratiques de paternité/parentalité et normes de masculinité, exploration en marge » reviendra sur l’importance d’étudier les hommes et les masculinités dans leurs limites, ici la sphère domestique, espace traditionnellement associé au « féminin » (Hearn & Morgan, 2014; Morgan, 1992). Les quelques débats qui ont eu lieu sur le sujet ont porté sur la mise en perspective d’un type de pratiques de paternité, celles des hommes pourvoyeurs de soin, avec le modèle proposé par Connell : à quel type de masculinité faut-il les associer ? Ont-elles été absorbées par la masculinité hégémonique (Brandth & Kvande, 1998) ou sont-elles liées à la masculinité complice, parce que tout en revendiquant une parentalité égalitaire, ces pères ne se détachent pas complètement des modèles normatifs dominants (Plantin, Mansson, & Kearney, 2003)? D’autres défendent plutôt que les pères pourvoyeurs de soin voguent entre les différentes formes de masculinité et qu’il serait vain de chercher des associations univoques et définitives (Doucet, 2006). Cette session s’ancrera dans le prolongement de ces réflexions, partant d’autres types de pratiques de paternité/parentalité pour chercher à les situer par rapport aux différentes formes de masculinité.

Enfin, la dernière session « Idéaux religieux de masculinité » tentera de voir comment les masculinités sont ou ont été expérimentées au sein des religions. Indépendamment de la confession, comment les rôles et représentations des masculinités « religieuses » se réfèrent-ils au(x) modèle(s) de masculinité hégémonique qui domine(nt) dans la société séculière ? Le discours sur les rôles sexués constitue un enjeu primordial et constant pour la religion, considérée comme un des lieux clés où se défend et s’affronte l’inégale distribution du pouvoir (Woodhead, 2012). La construction d’une masculinité se révèle dès lors un moyen efficace pour établir ou contester l’autorité au sein des organisations religieuses (Delap & Morgan, 2013). Comment les hommes négocient-ils dans leurs pratiques la normalisation de leur identité religieuse, afin de contrer l’image « efféminée » des croyants (Werner, 2011) ? Y a-t-il un idéal à atteindre pour le croyant (qu’il soit père, mari, travailleur, prêtre) ? Est-ce que les masculinités se construisent sur des oppositions binaires (avec les femmes, avec les laïcs, avec les athées) ? Peut-on y retrouver des éléments de la masculinité hégémonique ? Il s’agira de pointer la coexistence et la succession dans le temps de diverses normes et pratiques des masculinités (Van Osselaer, 2009), dans un dialogue interdisciplinaire.

Références :

Brandth, B., & Kvande, E. (1998). Masculinity and child care: The reconstruction of fathering. The Sociological Review, 46 (2), 293-313.
Connell, R. (1995). Masculinities. Cambridge & Oxford: Polity Press & Blackwell Publishers.
Delap, L., & Morgan, S. (2013). Men, masculinities, and religious change in twentieth century Britain. New York: Palgrave Macmillan.
Doucet, A. (2006). Do men mother?: Fathering, care, and domestic responsibility. University of Toronto Press.
Hearn, J., & Morgan, D. H. J. (2014). Men, Masculinities and Social Theory (RLE Social Theory) (Vol. 46), Routledge.
Morgan, D. H. (1992). Discovering men (vol. 3). Taylor & Francis.
Plantin, L., Mansson, S.-A., & Kearney, J. (2003). Talking and doing fatherhood: On fatherhood and masculinity in Sweden and England. Fathering, 1 (1), 3.
Van Osselaer, T. (2009). Christening Masculinity? Catholic Action and Men in Interwar Belgium. Gender & History, 21 (2), 380–401.
Woodhead, L. (2012). Les différences de genre dans la pratique et la signification de la religion. in M. Della Sudda et G. Malochet (eds), Pouvoirs, genre et religions, 51-52.
Werner, Y. M. (2011). Christian masculinity: men and religion in Northern Europe in the 19th and 20th centuries. Louvain: Leuven University Press.

15 mai

20h00-22h00

Trouble dans l’hégémonie

Président de séance : Jacques Marquet (Sociologue, Cirfase, UCL)
Discutante : Mara Viveros Vigoya (Anthropologue, Universidad Nacional de Colombia)

Conférence inaugurale
Eric Fassin (Sociologue, Université Paris VIII)

 

16 mai

9h00
Accueil des participant.e.s et petit-déjeuner / café-thé

9h15-10h15
Introduction de la journée

Accueil par Matthieu de Nanteuil, Président de l’Institut d’analyse du changement dans l’histoire et les sociétés contemporaines

Mot d’introduction d’Aurore François (LaRHis & Cirfase, UCL) présentant le caractère interdisciplinaire du Colloque

Présentation de la journée par Sarah Barthélemy (LaRHis, UCL – CéSoR, EHESS), Mathilde Van Drooghenbroeck (Cirfase-Dvlp, UCL) et Grégory Dallemagne (Cirfase, UCL)

Diffusion d’une capsule/entrevue avec Raewynn Connell

10h15-11h
Les masculinités comme objet d’étude

Présidente de séance : Mathilde Van Drooghenbroeck (Sociologue, Cirfase-Dvlp, UCL)

Mara Viveros Vigoya (Anthropologue, Universidad Nacional de Colombia)
Les couleurs de la masculinité. Expériences et pratiques intersectionnelles

11h-11h15 : Pause-café

11h15-12h15
Expériences du corps et de sexualité au-delà de l’hétéronormativité

Présidente de séance : Sarah Smit (Sociologue, Cirfase, UCL)
Discutant : Jacques Marquet (Sociologue, Cirfase, UCL)

Christophe Broqua (Anthropologue, Université Paris Ouest)
Homme-femme ou homosexuel masculin ? Grandeur et misère du góor-jigéen au Sénégal

Arthur Vuattoux (Sociologue, INJEP / Paris 13)
Masculinités des jeunes suivis par la justice pénale en France : assignation à l’hégémonie et marginalisation

Françoise Van Haeperen (Historienne, UCL)
Ni hommes, ni femmes : les galles de la Mère des dieux dans le monde romain, revisités à la lumière des hijras de l’Inde contemporaine

Temps d’échange 12h15-12h50

12h50-14h : Lunch

14h-15h
Pratiques de paternité/parentalité et normes de masculinité, exploration en marge

Présidente de séance : Síle O’Dorchai (Economiste, ULB)
Discutante : Laura Merla (Sociologue, Cirfase, UCL)

Séverine Mayol (Sociologue, Université Paris Descartes)
Intervention sociale et paternité sans domicile : l’hégémonie masculine en pratique ?

Alain Ducousso-Lacaze (Psychanalyste et psychologue clinicien, Université de Poitiers)
Figures de paternités gays

Martine Gross (Sociologue, EHESS), Bérengère Rubio (Psychologue, IFSTTAR, Versailles) et Olivier Vecho (Psychologue, Université Paris Nanterre)
Devenir père par GPA : paternité, parentalité et lien biologique

Temps d’échange 15h-15h35

15h35 – 15h55 : Pause-café

15h55-16h55
Idéaux religieux de masculinité

Présidente de séance : Sarah Barthélemy (Historienne, LaRHis, UCL – CéSoR, EHESS)
Discutante : Silvia Mostaccio (Historienne, LaRHis, UCL)

Stefan Meysman et Jonas Roelens (Historiens, Université de Gand)
Masculinités, moralités et discursivités pré-modernes. Le modèle Connell face aux sources médiévales et modernes des Pays-Bas méridionaux

Béatrice de Gasquet (Sociologue, Université Paris Diderot)
Quelles masculinités produisent les synagogues ?

Maïté Maskens (Anthropologue, Université Libre de Bruxelles)
La production pentecôtiste de masculinités vertueuses à Bruxelles

Temps d’échange 16h55-17h30

17h30-18h00
Conclusions et clôture du colloque

Laura Merla (Sociologue, Cirfase, UCL) et Silvia Mostaccio (Historienne, LaRHis, UCL)

Inscription en ligne

Source : UCL

Conférence – 13/03/2017 – Dialogues avec la potence. Les testaments de mort à Paris au XVIIIe siècle

Pascal Bastien
“Dialogues avec la potence. Les testaments de mort à Paris au XVIIIe siècle”

Lieu: Louvain-la-Neuve, collège Érasme, local c.211
Date de l’événement: 13/03/2017 (16h30-18h30)

Argument: Conférence donnée par Pascal Bastien, professeur à l’Université du Québec à Montréal en résidence à l’Institut d’études avancées de Paris, dans le cadre du Séminaire d’histoire du droit et de la justice dirigé par Xavier Rousseaux à l’UCL.

Affiche de la conférence

Source de l’info : CHDJ – UCL

Appel à candidature – Prix Fonds Robert Beaujean

Prix Robert Beaujean – Appel à projets pour les individus

Clôture de l’appel : 21/09/2017
Soutien financier : 2.500€

Le prix attribué par le Fonds Robert Beaujean est géré par la Fondation Roi Baudouin. Ce prix récompense chaque année toute personne physique ou morale qui contribue à la recherche « dans le domaine de l’histoire ou de l’archéologie en région wallonne ».

Critères de sélection

Source : KBR

Journée d’étude – 28/04/2017 – Religieux, religieuses et marguilliers architectes : un métier et des oeuvres à redécouvrir (17e-18e s.)

Religieux, religieuses et marguilliers architectes : un métier et des œuvres à redécouvrir (17e-18e s.)

Lieu : Lyon, Institut des Sciences de l’Homme, salle Elise Rivet
Date de l’événement : 28/04/2017

Argument :

Journée organisée par Julie Piront et Adriana Sénard dans le cadre de l’atelier « Nouvelles recherches sur le catholicisme moderne » à l’ Institut des Sciences de l’Homme, Lyon 7e, salle Elise Rivet

Dans la continuité des recherches entreprises récemment sur les pratiques architecturales des ordres religieux en milieu urbain à l’époque moderne, cette journée se propose d’interroger l’activité des religieux(-ses) et marguilliers architectes à la lumière de sources restées majoritairement inédites. Soucieux de dépasser l’approche monographique et stylistique, les intervenants envisageront les différentes facettes de la profession ainsi que les œuvres de ces hommes et de ces femmes méconnus, sans oublier les questions méthodologiques que ce sujet soulève.

Source de l’info : LARHRA

Colloque – 17-18/03/2017 – Être parisienne sous l’Ancien Régime : des femmes dans la ville

Être parisienne sous l’Ancien Régime : des femmes dans la ville (Moyen Âge – XVIIIe s.)

Lieu : Paris, Reid Hall, 4 rue Chevreuse
Date de l’événement : 17-18/03/2017

Programme

Vendredi 17 mars 2017

9h30 Accueil des participants par Nathalie Grande (U. Nantes) et introduction par Arlette Farge (EHESS)

Les métiers des Parisiennes

Présidence : Nicole Pellegrin (IHMC/ENS)

10h00 Frédérique Le Nan (U. Angers)

“Escrivaines” et poétesses : écrire pour vivre au Moyen Âge dans les rues de Paris

10h30 Sylvain Leteux (Université Lille 3)

La triperie parisienne au XVIIIe siècle : un secteur réservé aux femmes ?

11h00 Pause

11h30 Aurélia Pouch (U. Paris-Sorbonne)

La place des femmes dans le Paris théâtral du XVIIe siècle

12h00 Brigitte Weltman-Aaron (University of Florida)

Le style, c’est la femme : la Parisienne au XVIIIe siècle

12h30 Déjeuner

Les Parisiennes engagées

Présidence : Nathalie Grande (U. Nantes)

14h00 Marie-Elisabeth Henneau et Julie Piront (U. Liège)

Le couvent de l’Annonciade céleste de la rue Couture Sainte-Catherine : un réseau de Parisiennes autour d’un édifice discret (XVIIe siècle)

14h30 Safia Hamdi (U. Tunis)

La querelle à l’hôpital ? Du conflit entre les religieuses Augustines de l’Hôtel-Dieu de Paris et les administrateurs laïques (1787)

15h00 Danielle Haase-Dubosc (Columbia University)

Madame de Miramion

15h30 Pause

Représentations littéraires des parisiennes I

Présidence : Rotraud von Kulessa (U. Augsbourg)

16h00 Andrea Grewe (U. Osnabrück)

Marie Mancini Colonna et la perception de la femme française en Europe

16h30 Laurence Sieuzac (U. Bordeaux)

Généalogie de la Parisienne dans les Lettres sur les habitants de Paris (1717) de Marivaux

17h00 Sabine Juratic (CNRS Paris)

Vivre fille dans le Paris des Lumières

17h30 Fin de la journée

Samedi 18 mars 2017

Représentations littéraires des parisiennes II

Présidence : Marie-Elisabeth Henneau (U. Liège)

9h00 Anna Loba (U. Adam-Mickiewicz, Poznań)

Le monde d’une petite ménagère parisienne au Moyen Âge : Le Mesnagier de Paris

9h30 Suzanne Duval (U. Strasbourg)

Urbanité des parisiennes dans le corpus des fictions narratives en prose de l’époque baroque (1600-1660)

10h00 Catherine Pascal (U. Montpellier)

De quelques plaisirs des Parisiennes à l’époque moderne

10h30 Pause

11h00 Isabelle Trivisani-Moreau (U. d’Angers)

La minoration de la Parisienne dans les Lettres historiques et galantes de Mme Du Noyer

11h30 Claudine Nédelec (U. Artois)

Les Parisiennes selon Furetière dans Le Roman bourgeois

12h00 Bénédicte Peralez-Peslier (U. Paris III-Sorbonne Nouvelle)

Quand l’Europe se « geoffrinise » : les muses parisiennes du XVIIIe siècle

12h30 Déjeuner

14h00 Assemblée générale de la siefar

15h00 Pause

Les parisiennes et le monde de la justice

Présidence : Eliane Viennot (U. Saint-Étienne)

15h30 Alison Vermelle (U. Paris-Ouest-Nanterre)

Les trésorières des prisons : une compagnie d’assistance féminine dans le Paris du XVIIIe siècle

16h00 Pierre-Benoît Roumagou (U. Paris-Sorbonne)

Femmes de Paris et femmes de banlieue au prisme de la criminalité

16h30 Discussion finale

17h00 Clôture du colloque

Source de l’info : SIEFAR

 

Summer School – Print Culture in 16th-century Europe

« Print Culture in 16th-century Europe »

Lieu : Anvers, University of Antwerp
Date de l’événement : 03-07/07/2017
Date limite de réponse à l’appel : 19/04/2017

Argument :

This summer school offers a thorough introduction into the world of the book in the 16th century, by expert speakers explaining how books were printed, published, distributed and read in those fascinating times.

Learn more about specific areas of publishing, such as bibles, literary fiction, or humanist text editions  and be part of an intellectual adventure in an exquisite ‘bookish’ environment, including the world-renowned Plantin-Moretus Museum.

Organization: Faculty of Arts, University Library and Ruusbroec Institute Library

Partners: Plantin-Moretus Museum and Hendrik Conscience Heritage Library

Source de l’info : UAntwerpen

Conférence – 21/03/2017 – Bibliothèques et publics, bibliothèques publiques dans l’Europe d’Ancien Régime (XVIe-XVIIIe siècle)

Bibliothèques et publics, bibliothèques publiques dans l’Europe d’Ancien Régime (XVIe-XVIIIe siècle)

Yann Sordet (Bibliothèque Mazarine)

Lieu : Liège, Université de Liège, Grand Physique (Bât. A1)
Date de l’événement : 21/03/2017 (18h)

Source de l’info : ULg