Exposition – Adrianus VI. De Leuvense paus

En août 2022, il y aura 500 ans que le pape Adrien VI (Adrien d’Utrecht) faisait son entrée à Rome après son élection en janvier de la même année. Son bref pontificat d’une année à peine est marqué par la montée du protestantisme et sa volonté de réformer l’Église. 
 
Du 15 juillet au 3 octobre, l’exposition intitulée Adrianus VI. De Leuvense paus à la bibliothèque Maurits Sabbe à la KU Leuven retrace le parcours de ce pape en se focalisant sur ses écrits, les questions religieuses et son attachement à la ville et à l’Université de Louvain dont il a été étudiant, professeur et recteur. Par testament, il y fondera même un collège qui a récemment ouvert à nouveau ses portes après rénovation.

Informations pratiques 
 
Hall d’entrée de la Bibliothèque Maurits Sabbe (KU Leuven)
De 9h à 18h en semaine et de 9h à 12h le samedi
Entrée libre
Guide du visiteur disponible en néerlandais, anglais et français.
Co-commissaires : Michiel Verweij (KBR – KU Leuven) et Nathalie Roland
 

Colloque – L’idée de réforme dans les pays bourguignons et les régions voisines (XIVe-XVIe siècles)

63e Rencontres du Centre européen d’études bourguignonnes à Lille, Hospice Comtesse / Maison européenne des Sciences de l’Homme et de la Société. Le 22-24 septembre 2022

Programme :

Jeudi 22 septembre – Hospice Comtesse (32 rue de la Monnaie)

10h00 Accueil des participants par M. Sébastien Desramaut, Conservateur de l’Hospice Comtesse

10h30 Mot de bienvenue par le Professeur Charles Mériaux, Directeur de l’Institut de recherches historiques du Septentrion (IRHiS)

Réponse au nom du CEÉB par S.A.S. le Duc Léopold d’Arenberg, Président du Centre

Communications (11h00-12h30)

  • David Bardey (Dijon), Incarner la réforme. Guillaume de Musigny, chambellan d’Eudes IV et enquêteur réformateur dans le duché de Bourgogne
  • Sylvie Bépoix (Besançon), De grandes réformations : les idées de réformes et leur application concrète dans le comté de Bourgogne sous Jean sans Peur et Philippe le Bon

Pause-déjeuner – reprise à 14h00

Communications (14h00-16h00)

  • Gisela Naegle (Giessen), Aux armes pour la réforme ? Rêves de réforme entre paix, guerre, révolte et croisade (France/Empire, XIVe-XVIe siècles)
  • Jean-Baptiste Santamaria (Lille), A nous appartient la correction des administrateurs et la réformation de nos villes. Le prince, réformateur des villes d’Artois
  • Élodie Lecuppre-Desjardin (Lille), Ordre et rigueur dans la ville. Lille, un laboratoire de réformes pour Charles le Téméraire ?

16h30                     Visite des collections de l’Hospice Comtesse, par Mme Pauline Triplet, médiatrice culturelle à l’Hospice Comtesse

(Repas libre)

Vendredi 23 septembre – Maison européenne des Sciences de l’Homme et de la Société         (2 rue des Canonniers)

Communications (10h00-11h30)

  • Hendrik Callewier (Louvain), La cour de Bourgogne et la réforme du clergé séculier dans le diocèse de Tournai
  • Pierre Fournier (Lyon), L’idée de réforme dans la Sporta fragmentorum de Gilles Charlier

Pause

Assemblée générale du CEÉB

Pause-déjeuner – reprise à 14h00

Communications (14h00-15h30)

  • Éric Bousmar (Bruxelles), Seigneurs, voulez-vous être damnés ? Le cordelier Olivier Maillard face à la cour de Philippe le Beau (Bruges, 1501 n. st.)
  • Emmanuel Falzone (Liège), Le droit au prisme de la Réforme luthérienne dans l’œuvre de Matthaeus van Wesembeke (Wesenbecius), de Louvain à Wittenberg (1531-1586)

16h30 Visite des collections médiévales du Musée des Beaux-Arts, par Mme Sophie Dutheillet de Lamothe, conservatrice du patrimoine

20h00 Repas officiel du CEÉB au restaurant L’Assiette du Marché (61 rue de la Monnaie)

Samedi 24 septembre

09h30 Visite guide du cœur historique de Lille, par Élodie Lecuppre-Desjardin et Bertrand Schnerb

Projet LOvaniensia – 2025 rare books for Louvain 2025

In 2025, it will be 600 years since a university was founded in Leuven, the forerunner of today’s KU Leuven. In anticipation to these festivities, KU Leuven Libraries, in collaboration with UCLouvain, is putting its academic collection in the spotlight. Thanks to the efforts of the past months and years, images of 2025 rare books published by Leuven professors have now been uploaded to the Lovaniensia platform. However, this enormous growth – in May 2020, about 400 works were available digitally – is not the only reason why it is worth surfing to this website. There are also extra pages with information about the Old University of Leuven (1425-1797) and its various faculties, and the professors’ page was supplemented with biographical descriptions of some 130 professors (with even more extensive records for each professor in ODIS). In addition, via the filters it is now clear which works have been digitised internally or externally. And last but not least, thanks to a collaboration with Google Books, all works from the Leuven collection are now provided with an ocr layer, so that each work on the platform is now textually searchable.

Toutes les informations sont sur le site : http://heron-net.be/lovaniensia/ 

Publication – Le 44e volume des C@hiers du CRHiDI. Histoire, droit, institutions, société : « Paroisses et pouvoir civil dans les anciens Pays-Bas sous l’Ancien Régime »

Le 44e volume des C@hiers du CRHiDI. Histoire, droit, institutions, société : « Paroisses et pouvoir civil dans les anciens Pays-Bas sous l’Ancien Régime » est désormais en ligne et accessible sur le portail de publications PoPuPS.

« Comment les paroisses d’Ancien Régime étaient-elles gérées et organisées ? Quels furent sous l’Ancien Régime les rapports entre la paroisse d’un côté et les autorités civiles de l’autre ? Quelle était la place de ces dernières dans ce domaine ? ». Ces questions sont abordées ici dans le cadre des anciens Pays-Bas et de la principauté de Liège, à travers des situations variées. Porté par le professeur Philippe Desmette, ce 44e volume permet de considérer à la fois des contingences diocésaines et civiles. Par ailleurs, sont envisagés tant le monde urbain que le monde rural, dont les spécificités institutionnelles peuvent influer sur le fonctionnement des institutions paroissiales. Le choix d’une perspective chronologique longue, du bas Moyen Âge à la fin de l’Ancien Régime, permet en outre de percevoir les évolutions au sein de ces différents cadres.

Publication – Early Modern Thesis Prints in the Southern Netherlands. An Iconological Analysis of the Relationships between Art, Science and Power par Gwendoline de Mûelenaere (UGent)

Gwendoline De Mûelenaere, Early Modern Thesis Prints in the Southern Netherlands. An Iconological Analysis of the Relationships between Art, Science and Power, Vol.60, Brill, 2021.
 
In Early Modern Thesis Prints in the Southern Netherlands, Gwendoline de Mûelenaere offers an account of the practice of producing illustrated thesis prints in the seventeenth-century Southern Low Countries. She argues that the evolution of the thesis print genre gave rise to the creation of a specific visual language combining efficiently various figurative registers of a historical and symbolic nature. The book offers a reflection on the representation of knowledge and its public recognition in the context of academic defenses.

Early Modern Thesis Prints makes a timely contribution to our understanding of early modern print culture and more specifically to the expanding field of study concerned with the role of visual materials in early modern thought.

Publications de LYSA Publishers – Pascasius Justus Turcq On Gambling par William M. Barton & Henry Estienne On Books par Jeroen De Keyser, Noreen Humble et Keith Sidwell

Pascasius Justus Turcq. On Gambling. Edited and translated by William M. Barton

Pascasius Justus Turcq from Eeklo became the mayor of Bergen-op-Zoom, where he worked as a physician and in 1582 helped saving the life of William the Silent. Alongside tales of gambling princes and perceptive accounts of the mental suffering experienced by problem gamblers, Pascasius’ De alea is remarkable for its singular insights into 16th-century medical science. It proposes a novel description of compulsive gambling as a psychological disorder and articulates a series of pioneering cures.

Henri Estienne. On Books. Edited and translated by Jeroen De Keyser, Noreen Humble & Keith Sidwell

Henri II Estienne (1531-98) published numerous Greek and Latin texts, as well as the Thesaurus linguae Graecae. His versatility as publisher, scholar, lexicographer and poet can be seen in the paratextual material in his many editions, and in his own original works.
This anthology presents a sample from his writings across his career and from different genres. They reveal him as a remarkable scholar with an astonishing grasp of Latin and Greek literature, while highlighting also his problems both as a publisher and as a scholar.

Appel – Plusieurs Bourses de recherche proposées par l’Academia Belgica

Stipendia Academiae Belgicae

Bourses de recherche d’un à trois mois

Grâce à l’aide du Fonds Wetenschappelijk Onderzoek (FWO) et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, l’Academia Belgica, Centre pour l’Histoire, les Arts et les Sciences à Rome, attribue chaque année des bourses de recherche pour un séjour d’un à trois mois à l’Academia Belgica à Rome à des chercheur.se.s travaillant prioritairement dans les domaines des sciences historiques, de l’histoire de l’art, de l’histoire de l’architecture et des lettres.

Voir conditions et avantages sur: Bourses

Comment déposer sa candidature?

Avant le 25 septembre 2022, les candidats de la bourse Stipendia Academiae Belgicae devront envoyer à l’adresse segreteria@academiabelgica.it les documents suivants:

  • le formulaire de candidature (en néerlandais ou en français en fonction de l’institution à laquelle le.a candidat.e est rattaché.e);
  • une lettre de recommandation d’un professeur enseignant dans une université ou une haute école belge.

Les résultats seront communiqués dans le courant du mois de novembre 2022

Bourses de recherche AB-FWO & AB-FNRS

Bourses de recherche postdoctorale de six mois

Grâce au soutien du Fonds Wetenschappelijk Onderzoek (FWO) et du Fonds de la Recherche Scientifique (FNRS), l’Academia Belgica octroie chaque année deux bourses de recherche pour un séjour de six mois à l’Academia Belgica à Rome à des chercheur.se.s en post-doctorat travaillant prioritairement dans les domaines des sciences historiques, de l’histoire de l’art, de l’histoire de l’architecture et des lettres.

Voir conditions et avantages sur: Bourses

Comment déposer sa candidature?

Avant le 25 septembre 2022, les candidats de la bourse FWO – FNRS devront envoyer à l’adresse segreteria@academiabelgica.it les documents suivants:

  • le formulaire de candidature complété (en néerlandais ou en français en fonction de l’institution à laquelle le.a candidat.e est rattaché.e);
  • une lettre de recommandation de de l’institution ou faculté à laquelle vous êtes rattaché.e.

Les résultats seront communiqués dans le courant du mois de novembre 2022

Symposium Academiae Belgicae

Colloque international

L’Academia Belgica offre annuellement la possibilité à un.e chercheur.se en post-doctorat d’organiser un colloque international dans ses murs. Le prochain colloque se tiendra à l’automne 2023.

Voir conditions et avantages sur: Symposium

Soumission des projets et procédure de sélection:

  • Le.a demandeur.esse principal.e introduit une proposition à l’aide du formulaire (en néerlandais ou en français en fonction de l’institution à laquelle le.a candidat.e est rattaché.e), accompagné d’une lettre de recommandation de deux professeur.e.s, dont un enseignant dans une université ou une haute école belge et l’autre dans une université ou haute école étrangère.
  • Le formulaire complété doit être envoyé à direttore@academiabelgica.it au plus tard le 31 octobre 2022.
  • La sélection du projet est assurée par le Conseil scientifique de l’Academia Belgica.

Les résultats seront communiqués dans le courant du mois de décembre 2022.

Appel – « Embellir & enrichir » : rôles de l’ornement dans les décors de la Renaissance, XVe -XVIe  siècles

« Embellir & enrichir » : rôles de l’ornement dans les décors de la Renaissance, XVe -XVIe  siècles

(Université de Lausanne, 9-10 décembre 2022)

Longtemps sous-estimé en raison du caractère purement décoratif qui lui a été prêté, l’ornement s’est imposé depuis une quinzaine d’années comme un champ d’étude à part entière au sein de l’histoire de l’art (Perspective, « Ornement/Ornemental », 2010). Le renouveau des recherches sur le décor s’est accompagné d’une multiplication des prises de positions méthodologiques et de l’apparition de nouveaux concepts. Témoignant de ce tournant historiographique, l’ornement renaissant est devenu un sujet de recherche fécond, susceptible d’enrichir notre connaissance des pratiques artistiques de la première modernité.

Situé au carrefour de techniques multiples, et donc propice aux avancées méthodologiques et aux échanges interdisciplinaires, l’ornement de la Renaissance a récemment été le thème de plusieurs colloques et journées d’études. Parmi eux, certains se sont intéressés à sa place dans le changement de goût vers les formes classiques (L’ornement, signe de modernité ?, 2009 ; La passion de l’ornement à la Renaissance, 2013), d’autres ont souligné son rôle dans l’apparition de nouveaux programmes architecturaux ou picturaux, et réaffirmé ses liens avec la rhétorique (Questions d’ornements, XVe-XVIIe  siècles, 2009-2012 ; Le metamorfosi dell’ornamento : nuove prospettive interpretative tra storie, arte e design, 2014 ; Éphémère et pérenne : l’ornementation végétale dans les décors de la Renaissance, 2014 ; Décor et architecture (XVIe-XVIIIe siècle) : entre union et séparation des arts, 2016-2017). Ses fonctions dans la mise en ordre de la représentation ont parallèlement été interrogées, en particulier lors des journées Jeux et enjeux du cadre dans les systèmes décoratifs à l’époque moderne en 2014, et Unir en divisant : le (s)partimento dans le décor de la Renaissance en 2019.

Dans le sillage de ces manifestations, le présent colloque a pour ambition d’approfondir les pistes de réflexion sur l’ornement à la Renaissance en interrogeant les différents rôles tenus par celui-ci dans les décors des XVe et XVIe  siècles en Europe. L’attention portée à des techniques et des supports variés (architecture, livres, céramique, orfèvrerie, tapisserie, vitrail, etc.) permettra d’appréhender les similitudes et les différences des usages, fonctions et sens de l’ornement selon les domaines artistiques. Les participants pourront orienter leur communication autour des pistes suivantes (auxquelles d’autres pourront néanmoins s’ajouter) :

  • La commande de l’ornement. L’ornement est très rarement mentionné dans les marchés alors même qu’il occupe une place substantielle dans les œuvres. Était-il l’objet de demandes précises et d’une surveillance soutenue de la part des commanditaires ? À quel stade de la réalisation intervenait sa commande ? Quelle liberté était accordée à l’exécutant ?
  • L’ornement et son support. Les relations entre l’ornement et son support doivent être conçues en termes dialectiques : de leur interaction résulte une tension et non une subordination. Se pose dès lors la question des liens entre une structure et son décor, et celle du rôle de l’ornement dans la conception d’une œuvre. Selon les domaines étudiés, les interrogations pourront porter sur l’adaptation des motifs au support et inversement, de même que sur les changements de composition entraînés par le nouveau répertoire ornemental, depuis les espaces hérités du gothique accueillant ces motifs jusqu’aux nouveaux champs décoratifs. La variété de l’ornement contribue en effet à l’esthétique de l’œuvre, à son « embellissement », et cette dernière lui offre en retour un cadre, à respecter ou à dépasser, entre contrainte et épanouissement.
  • L’ornement et son contexte. Dans le champ des études médiévales et modernes, des recherches récentes ont démontré que l’ornement peut répondre à des intentions figuratives précises, en accord avec le contexte dans lequel il s’inscrit (église, palais, mobilier, objet du quotidien) et en lien avec le cadre politique et spirituel de sa réalisation. De l’espace privé à l’environnement urbain ou religieux, autant pour le pérenne que l’éphémère, les pratiques décoratives de la Renaissance peuvent ainsi être reconsidérées à la lumière de la convenance entre des contextes singuliers et des thèmes iconographiques ou des motifs ornementaux a priori sériels.
  • Le statut de l’ornement. En règle générale, les motifs cessent d’être considérés comme des ornements dès qu’on leur attribue un sens iconographique ou symbolique (Grabar, 2010). Mais cette conception était-elle opérante aux XVe et XVIe siècles ? Existait-il une véritable distinction entre ornement et décor ? Comment ceux-ci étaient-ils considérés dans le contexte culturel européen de la Renaissance (littérature, théâtre, poésie, traités d’architecture) ? Dans quelle mesure ornement et image différaient, fusionnaient ou s’apparentaient l’un à l’autre ?
  • Les fonctions de l’ornement. Une place importante sera réservée à la question des fonctions de l’ornement. Celles-ci peuvent être formelles et/ou symboliques et donc relever de la signification, d’un « enrichissement » donnant plus de valeur par de multiples biais. Le décor pourra ainsi être envisagé comme un signe distinctif ou un médium éloquent visant à être remarqué et à délivrer un message, par exemple à travers des motifs voulus comme des supports de méditation dans les églises ou à travers l’image du commanditaire apposée sur sa demeure. Dans ce cadre, les communications sur le visage et le corps en tant qu’ornements s’inscriront dans le contexte-clef du développement d’un nouvel intérêt pour l’individu et pour sa projection dans les arts et la littérature des XVe et XVIe siècles.
Modalités pratiques

Les propositions de communication, d’une longueur de 300 mots, sont à envoyer avant le 20 août 2022 à Sarah Munoz (sarah.munoz@unil.ch) et Jean Beuvier (jean.beuvier@gmail.com).
Elles résumeront la communication et seront accompagnées d’un bref CV et d’une liste de publications. Elles seront soumises à l’évaluation du comité scientifique. Les communications, données en français, anglais, allemand, italien ou espagnol, dureront 30 minutes et pourront s’inscrire dans tous les domaines de l’art. Les présentations à plusieurs voix sont acceptées. L’Université de Lausanne prendra en charge les frais de déplacement et d’hébergement et le colloque donnera lieu à une publication.

Organisation scientifique 

– Sarah MUNOZ, Maître-Assistante en histoire de l’art moderne, Université de Lausanne
– Jean BEUVIER, Docteur en histoire de l’art, Université de Tours/Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR)

Comité scientifique

– Marion BOUDON-MACHUEL, Professeure d’histoire de l’art moderne (Université de Tours/Centre d’études supérieures de la Renaissance)
– Pascal JULIEN, Professeur d’histoire de l’art moderne (Université Toulouse-Jean Jaurès)
– Christian MICHEL, Professeur d’histoire de l’art moderne (Lausanne, Université de Lausanne)

APPEL – Journées de formation doctorale internationale du module Temps Modernes

Journées de formation doctorale internationale du module Temps Modernes

Ecole doctorale Langues, letttres et traductologie (ED3bis)
Ecole doctorale Histoire, histoire de l’art et archéologie (ED4)

Jacques Le Brun (1931-2020) : faire dialoguer histoire et littérature

25 novembre 2022, Louvain-la-Neuve

Organisation : Emilie Corswarem (ULg), Agnès Guiderdoni (UCLouvain) et Silvia Mostaccio (UCLouvain)

Le module « Temps Modernes » organise une journée de formation doctorale interdisciplinaire à destination des doctorant.es en littérature, en histoire et en histoire de l’art. Cette journée a pour objectif de montrer la fécondité méthodologique d’aborder des corpus d’étude, des objets d’enquête, des faits historiques, etc. au croisement de la littérature et de l’histoire. A cette fin, nous prendrons appui sur l’œuvre exemplaire de Jacques Le Brun, historien français de la première modernité religieuse dans ses dimensions littéraires, mystiques, féminines et institutionnelles. Les doctorant.es qui souhaitent participer activement à cette journée seront invité.es à mobiliser un texte, une notion, un mot-clé, utilisé par Jacques Le Brun, qui leur permettra d’interroger et d’éclairer leur recherche doctorale en cours. 

« Faire dialoguer histoire et littérature » a été en effet au cœur des travaux menés sur près de 70 ans par Jacques Le Brun, décédé en avril 2020. Débutant sa formation par une agrégation de lettres classiques, puis un doctorat sur Bossuet sous la direction de René Pintard, Jacques Le Brun suit également le séminaire d’histoire du catholicisme de Jean Orcibal à l’EPHE, auquel il succède en 1978, et ceux d’Henri Gouhier à l’Institut de Philosophie. Comme le formule François Trémolières, « J. Le
Brun allait apprendre son métier d’historien du “XVIIe siècle religieux”, dans une perspective […] nécessairement interdisciplinaire, et qui convenait sans doute à un esprit dès le départ rétif aux partages (et aux routines) académiques » (XVIIe siècle 290 (2021), p. 170). Reconnu à la fois par les chercheur·ses en littérature et en histoire, il s’impose pour les modernistes par sa démarche authentiquement historienne et son attention critique, voire philologique, aux textes, ainsi qu’à leurs conditions d’écriture. Ses travaux se présentent ainsi comme le lieu de rencontre privilégié d’un dialogue fécond entre littéraires et historien·nes.

Cette journée doctorale a pour objectif de mettre en évidence les apports des travaux de Jacques Le Brun aux disciplines relevant des deux écoles doctorales (ED3 et ED4).

A cette fin, trois parcours thématiques sont proposés, assorti chacun d’un choix restreint de textes tirés des œuvres de Le Brun, et mis à la disposition des doctorant·es qui souhaitent participer à la journée :
1. Expérience de l’écriture, écriture de l’expérience, au féminin
2. Histoire du catholicisme et institutions
3. Ecriture mystique, histoire littéraire, images

Les doctorant·es qui souhaiteraient faire une présentation sont invité.es à se manifester auprès des trois organisatrices pour le 10 septembre 2022 : agnes.guiderdoni@uclouvain.be,
silvia.mostaccio@uclouvain.be, e.corswarem@uliege.be.
Les portefeuilles de lecture leur seront alors envoyés. Chaque présentation sera suivie d’une intervention de la part d’un ou d’une des discutant·es.

Cette journée est également ouverte aux doctorant.es qui réalisent leur doctorat ailleurs qu’en Belgique francophone.

Conférencier·es invité·es : François Trémolières (Rennes 2) et Marie-Elisabeth Henneau (Ulg) 
Discutant·es : Emilie Corswarem (ULg), Jean-Pascal Gay (UCLouvain), Agnès Guiderdoni (UCLouvain), Silvia Mostaccio (UCLouvain), Fabrice Preyat (ULB), Monique Weis (Université du Luxembourg)

Séminaire – Traces scolastiques dans la théorie des lettres et des arts à l’époque moderne : pour une anthologie

Un cycle de séminaires, intitulé « Traces scolastiques dans la théorie des lettres et des arts à l’époque moderne : pour une anthologie », est organisé dans le cadre de l’ARC Schol’Art (GEMCA, Uclouvain).

La  treizième et dernière séance aura lieu le 23 juin de 14h30 à 16h30 en co-modalité (présentiel et distanciel). Elle sera consacrée à la représentation.

Vous trouverez toutes les informations et le formulaire d’inscription via  ce lien. Il est nécessaire de s’inscrire afin de recevoir le texte qui sera discuté lors du séminaire.

Exposition – Diableries !

Organisée dans le cadre du projet ‘The Circus we are !’, l’exposition ‘Diableries !’ propose une plongée dans l’univers captivant du Diable, figure emblématique de notre imaginaire collectif. Tantôt créature hideuse et terrifiante, tantôt tentateur séduisant et envoûtant, ce dernier effraie autant qu’il fascine depuis des siècles.

À travers une sélection d’œuvres exceptionnelles, provenant de collections privées et de grands musées, l’exposition met en lumière la place jadis accordée aux diables dans les arts plastiques, le théâtre et la musique. ‘Diableries !’ interroge l’homme sur ses rapports au Malin, au Moyen Âge et à l’Époque moderne. Un homme en quête de Salut qui cède pourtant à la tentation et s’adonne à des pratiques licencieuses, jugées diaboliques, telles que le jeu ou la danse.

L’exposition dresse aussi le portrait de ceux que l’on considérait autrefois comme des disciples du diable : les démons et les sorcières, mais aussi les saltimbanques, les escamoteurs et autres jongleurs.

Le commissariat scientifique est assuré par Gaylen Vankan (ULiège/Transitions) et Julien De Vos (conservateur au TreM.a).

Date : du 28 mai au 28 août 2022

Lieu : TreM.a (Musée provincial des arts anciens) – Rue de Fer 24, 5000 Namur

Tarifs

Tarif plein | 5€
Tarif réduit (étudiants, seniors, groupes) | 3€
Groupes scolaires en visite libre | 1€
<12 ans, art. 27, membres ICOM | Gratuit
Détenteurs du MuseumPassMusées | Gratuit

Informations

Conférence – Rubens recto/verso. Werken aan het corpusdeel over Rubens’ medicireeks

“Rubens recto/verso. Werken aan het corpusdeel over Rubens’ medicireeks”, een lezing door Prof. Dr. Nils Buttner (Staatliche Akademie der Bildenden Künste, Stuttgart)

Datum : 19 juni – 11:00

Locatie : Rubenianum, Kolveniersstraat 20, 2000 Antwerpen

Na zijn indrukwekkende Corpusdelen over Rubens’ allegorieën en genrestukken, legt Nils Büttner de laatste hand aan het deel over de monumentale cyclus die Rubens schilderde voor Maria de’ Medici, vandaag in het Louvre. In zijn lezing deelt Büttner enkele nieuwe inzichten over een van Rubens’ belangrijkste reeksen.  Bovendien zal hij stilstaan bij zijn werkwijze voor zo’n omvangrijke studie. Een unieke inkijk in de interne keuken van het Corpus Rubenianum

De deelnameprijs bedraagt € 5. Een aperitief dat na afloop van de lezing wordt aangeboden, is inbegrepen in de prijs.

Informations

Appel – Themadossier Jaarboek De Achttiende Eeuw 2023: Doof, Blind, Kreupel, Krank

In 2022 wijdt het Jaarboek De Achttiende Eeuw een themadossier aan achttiende-eeuwers met een beperking, met Ruben Verwaal (Durham University) als gastredacteur. 

Joshua Reynolds, Dubbelportret van Samuel Johnson en Joshua Reynolds als bijziend en hardhorend, 1775. Loren R. Rothchild & Tate.

In de achttiende eeuw veranderde de beeldvorming over beperkingen en mensen met een beperking aanzienlijk. Enerzijds namen filosofen doofheid en blindheid als uitgangspunt voor intellectuele overdenkingen over kennis en taal, specialiseerden medici zich in aangeboren afwijkingen en schreven auteurs over de geestelijke en morele waardigheid van personages met een beperking. Anderzijds geeft de toenemende populariteit van (auto)biografieën inzicht in de ervaringen en opvattingen van mensen zelf. Sommigen leden een openbaar leven, vertelden hun verhaal en zochten gerechtigheid voor henzelf en anderen die door armoede of sociale status werden gemarginaliseerd.

We nodigen auteurs uit bijdragen te leveren die ingaan op de achttiende-eeuwse lichamelijke of zintuiglijke beperkingen vanuit historisch, literair, artistiek of filosofisch perspectief. Mogelijke onderwerpen zijn atypische lichamen, mobiliteitsbeperking, chronische pijn en ziekte, blindheid, doofheid, taal- en leermoeilijkheden en verstandelijke beperking. Hoe werden dergelijke beperkingen beleefd, bekeken en beoordeeld door achttiende-eeuwers? In welke mate en waarom werden ze herzien en verbeeld in wetenschappelijke teksten, brieven, romans, juridische documenten en visuele cultuur? Teksten dienen de lange achttiende eeuw te behandelen (1670–1830), maar er is geen geografische beperking. Stuur dus uw bijdrage in en help mee om nieuw licht te werpen op disability in de achttiende eeuw!

Geïnteresseerden kunnen tot 1 augustus 2022 een kort abstract (max. 300 woorden) insturen naar ruben.e.verwaal@durham.ac.uk en jaarboek@18e-eeuw.nl. Voordien informeel aftoetsen wordt aangemoedigd. Van de geselecteerde voorstellen worden de volledige artikelen van maximaal 6.000 woorden verwacht tegen 1 februari 2023. De artikelen worden aan redactionele peer review onderworpen.

appel à contribution – revue Bien Dire et Bien Aprandre (N°38)

Héroïnes païennes de l’Antiquité dans les littératures romanes des XIIe – XVI e siècles : représentations textuelles et visuelles. Pour la Revue Bien Dire et Bien Aprandre n° 38, 2023. Numéro dirigé par Catherine Gaullier-Bougassas

Le numéro 38 de Bien Dire et Bien Aprandre (2023) proposera une réflexion sur les héroïnes païennes de l’Antiquité dans les littératures romanes du XIIe au XVIe siècle. Il s’agira de s’interroger sur les figures féminines païennes antiques (grecques, romaines, égyptiennes, celtes…) que sélectionnent des auteurs de plus en plus nombreux du XIIe siècle au XVIe siècle, sur leurs représentations textuelles et aussi sur les images visuelles qui leur sont souvent associées dans les manuscrits puis les imprimés.

Le numéro regroupera des études sur les questions principales suivantes :

  • Les formes d’écriture, les contextes textuels, culturels, politiques, dans lesquels les auteurs s’emparent de ces figures féminines.
  • Les formes de représentations visuelles de ces héroïnes dans les manuscrits puis les imprimés, leurs éventuelles adaptations pour d’autres objets d’art.
  • La transmission et le renouvellement de la mémoire de ces héroïnes païennes. Quels modèles textuels et visuels les auteurs et les artistes exploitent-ils, et quelles transformations apportent-ils ?
  • La circulation, la réception et la transformation des représentations textuelles et visuelles du XIIe au XVIe siècle.
  • La diversité des modes de compréhension et des usages de ces figures païennes. Quelles interprétations les auteurs et les artistes élaborent-ils, et à quelles fins ? De quelles interrogations leurs portraits et leurs biographies sont-ils le support ?  Quelles libertés donne la distance temporelle et culturelle qui sépare ces héroïnes païennes du temps des auteurs et des artistes ?
  • Le traitement de l’altérité de ces héroïnes païennes. Comment rendent-ils compte de leur altérité ou au contraire l’effacent-ils ? Dans le premier cas quelles formes d’altérité incarnent-ils en elles ? Cette altérité prend-elle son origine dans la seule appartenance au monde païen ou se décline-t-elle autrement ? Que permet d’exprimer cette altérité ? Dans le cas inverse, lorsque leur altérité est réduite, quelles formes d’assimilation à l’univers des auteurs et des artistes apparaissent et avec quelles interprétations ?
  • Les modalités de construction d’un héroïsme féminin ou d’héroïsmes féminins attachées à ces figures païennes. Quelles sont les formes de cet ou de ces héroïsmes féminins, quelles conceptions de l’exemplarité véhiculent-ils, quelles sont aussi leurs limites ? Quelles représentations nouvelles de ces héroïnes antiques païennes voient le jour dans les livres de défense et de promotion des femmes et se développent dans le contexte de la « Querelle des femmes » ?

Les projets d’article (entre 3000 et 5000 caractères, avec bibliographie primaire et secondaire indicative, 5-10 mots-clés, et un bref curriculum vitae (5-10 lignes)) sont à adresser en format word avant le 30 juillet 2022 à Catherine Gaullier-Bougassas, Professeur à l’Université de Lille, ERC AGRELITA : catherine.bougassas@univ-lille.fr

et aussi à l’adresse contact-revue-bdba@univ-lille.fr

La revue Bien Dire et Bien Aprandre, fondée en 1978 et publiée par le Centre d’Études médiévales et dialectales de l’Université de Lille et l’ULR ALITHILA, n’accueille que des contributions scientifiques originales (non encore publiées ou soumises à d’autres revues).

Bien Dire et Bien Aprandre est une revue mixte. Elle était jusqu’ici diffusée en version imprimée uniquement, elle le sera aussi bientôt en version numérique, en accès libre différé (après un délai de restriction d’un an). Son site internet sera accessible avant la fin de l’année 2022.

Procédure d’évaluation : évaluation par double expertise.

Les articles seront à envoyer dans un fichier word pour le texte, et des fichiers séparés (aux formats .jpeg, .tiff. ou .png) pour les illustrations (les images doivent être d’une résolution minimale de 300 dpi. L’obtention des droits de publication incombe aux auteurs).


Calendrier :

  • 30 juillet 2022 : réception des projets d’article
  • 15 octobre 2022 : notification des décisions d’acceptation ou de refus aux auteurs.
  • 1er mars 2023 : réception de la première version des articles, puis début de la double évaluation.
  • 15 juin 2023 : livraison des textes définitifs par les auteurs dont les articles ont été acceptés après les éventuelles corrections d’ordre scientifique ou de forme.
  • Octobre 2023 : publication du numéro de la revue

La revue contient également une section « Miscellanées » incluant des articles originaux de Varia, qui peuvent aussi être envoyés.

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search