Wébinaire COLEX – Imprimés officiels à l’Époque Moderne

Organisées par le projet COLEX, les séances du wébinaire  « Imprimés officiels à l’époque moderne » visent à mettre en lumière les multiples usages de l’imprimé par les autorités politiques aux 16e et 17e siècles.

Aperçu de l’image

La première séance, intitulée « L’imprimé dans les pratiques de gouvernement urbain. L’exemple de Lyon au XVIe siècle », sera donnée par Gautier Mingous (U. Lyon II).  

Date : 27/10/2020, 12h30 à 14h

Le programme complet ainsi que le formulaire d’inscription sont accessibles sur le blog du projet COLEX organisateur de l’événement : https://colex.hypotheses.org/493

Appel – Postes d’archiviste et d’informatien·ne à l’Université de Liège

Gianluca Valenti (ULiège/Transitions), chercheur en philologie et linguistique italienne, recherche  un·e archiviste (4 mois : 01/12/2020 – 31/03/2021) et  un·e informaticien·ne (12 mois : 01/01/2021 – 31/12/2021), qui travailleront sur des textes renaissants. 

Informations : 

CFP – Online Graduate Student Lightning Talks : « Expanding The Renaissance »

The Renaissance Society of America’s Graduate Student Advisory Committee is pleased to launch the Online Graduate Student Lightning Talk Series with its inaugural session on « Expanding the Renaissance ». 

As scholars and students of Renaissance Studies, we recognize that we, as the RSA Statement in Support of Social Justice states, “have structured a Western European world view that has excluded or abused people of color.” In acknowledgement of this and other elements of exclusion in Renaissance Studies, the RSA Student Community seeks to expand our understanding of the Renaissance (1300–1700) by hosting lightning talks that address topics, sources, or methodologies that are commonly excluded or overlooked from mainstream narratives. Lightning talks are concise oral presentations of five minutes, which may or may not include visual aids. Presentations could be based on:

  • An argument from your work (BA/MA thesis, dissertation, or article)
  • Initial findings from side projects, or work in progress
  • Archival findings
  • Pedagogical questions
  • Field/experience-based observations, and/or
  • Anything that stimulates discussion.

The talks will be followed by a brief discussion and Q&A. Graduate students of all stages are invited to apply. Please submit your name, proposed title, and a short description (max. 150 words) via the RSA Online Graduate Student Lightning Talk Series Application Form by Friday, October 30. Students will be notified of accepted submissions on Friday, November 13. The first online lightning talks session will take place on Thursday, December 3 at 12:00 p.m. ET.

For more information, please contact the RSA Graduate Student Advisory Committee (rsastudentcommunity@gmail.com).

Colloque – Fictions morales à la fin du XVIIIe siècle: traduction, diffusion, réception à l’échelle européenne

Les communications se feront à partir de la plateforme Zoom de l’Université Toulouse Jean-Jaurès.

Le présent colloque, issu d’une collaboration entre l’Université Bordeaux Montaigne, l’Université de Namur et l’Université Toulouse Jean-Jaurès, est centré sur les fictions morales à la fin du XVIIIe siècle et vise à mettre à l’épreuve l’hypothèse suivante : la circulation, les modalités de diffusion, les traductions et les réécritures de ces fictions morales témoignent d’une vision européenne de l’éducation à cette époque. Il s’agira, entre autres, d’analyser la vision de l’éducation qui s’exprime dans ces textes et la manière dont la fiction a pu œuvrer au changement des mœurs et des mentalités dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle en Europe. Les questions abordées concerneront les transferts culturels, les aspects poétiques, génériques, idéologiques des textes ainsi que des problèmes traductologiques et de genre.

Dates: du 21 au 23 octobre 2020

Programme et informations généraleshttps://naltt.unamur.be/fictions-morales/fr/

Contact: Valérie Leyh – Valerie.Leyh@unamur.be

Séminaire COLEX – Images, politique et communication

Ce cycle de quatre séminaires, intitulé « Images, politique et communication », se tiendra en ligne via Teams.

L’objectif  est de proposer une réflexion multidisciplinaire consacrée à la communication politique et la médiatisation de l’information à l’époque moderne. Le wébinaire « Images, politique et communication » propose d’envisager la question de la communication politique et/ou religieuse par le prisme des images et de la théâtralisation, voire monumentalisation, que peut prendre cette communication. L’époque moderne a ouvert la voie à une reproductibilité techniquement maîtrisée des images par la gravure et, partant, a suscité une plus grande diffusion des images. Images et textes peuvent dorénavant s’adosser au sein d’un même dispositif visuel permettant d’être utilisé, par exemple, dans le cadre d’un discours pamphlétaire. La longue histoire du rapport à l’image comme instrument au service d’instances politique oblige, en outre, à dépasser la supposée exceptionnalité de l’ère des média de masse. Les images, avec les modèles figuratifs qu’elles peuvent déployer, sont de puissants outils de constructions d’imaginaire dont la rémanence peut encore s’observer au 21e siècle. Au-delà des images et des textes, la théâtralisation voire la monumentalisation de fêtes et spectacles à l’époque baroque témoigne du caractère politique et religieux de ces moments de communication. La création d’espaces-temps singuliers, extraordinaires, passe par des dispositifs éphémères qui appellent souvent à la mobilisation de tous les agents politiques d’une ville, par exemple.

Programme

22 octobre 2020 : Laure Fagnart (FNRS/ULiège) – La médiatisation de la Paix des Dames (1529)

5 novembre 2020 : Ralph Dekoninck (UCLouvain) – Horreur sacrée et sacrilège. Image, violence et religion (XVIe et XXIe siècles)

19 novembre 2020 : Jérémie Ferrer-Bartomeu (Universités de Genève et de Neuchâtel) – Iconographies du pouvoir de l’écrit dans les monarchies européennes (France, Espagne, 16e-17e s.)

février 2021 : Johann Petitjean (Université de Poitiers) – titre et date à déterminer

Informations pratiques

Dispositif : réunion en ligne via Microsoft Teams (il n’est pas nécessaire d’avoir un compte MS Teams préalablement)

Heure : 13h – 14h30

Inscription préalable obligatoire via ce formulaire.

Séminaire – Traces scolastiques dans la théorie des lettres et des arts à l’époque moderne : pour une anthologie

Un cycle de séminaires, intitulé « Traces scolastiques dans la théorie des lettres et des arts à l’époque moderne : pour une anthologie », est organisé dans le cadre de l’ARC Schol’Art (GEMCA), par Ralph Dekoninck, Agnès Guiderdoni, Aline Smeesters, Hélène Leblanc, Margaux Dusausoit, Elise Gérardy et Sophie Lenaerts, en collaboration avec Jacob Schmutz (ISP).

La première séance sera consacrée à l’hylémorphisme. 

Date : 15 octobre 2020, de 15h à 17h 

Lieu : ERAS 56, UCLouvain

Cet événement sera organisé en co-modalité, c’est-à-dire à la fois en présentiel et en visio-conférence sur Teams. Pour des raisons pratiques, l’inscription est indispensable, et cela que vous choisissiez l’option présentielle ou distancielle. Vous trouverez les formulaires d’inscription via ce lien.

CFP – Maintaining the Presence of the Prince: Management of Royal Geographies (XIVth -XIXth Centuries)

This international symposium is a collaboration between the Centre de recherche du château de Versailles (CRCV), the Universidad Rey Juan Carlos, Madrid (URJC), and the Universiteit Utrecht (UU).

In order to promote and consolidate their power, the European rulers have built and extended their presence through multiple “Royal Sites” from the end of the Middle Ages onwards. Nevertheless, if building and expanding the presence of the prince have been very important in the development and assertion of its sovereignty, what about preserving it through time?

The answer lies in the second part of the life of these places, when the time of construction is over and the time of use by the prince and his court begins. Maintenance is then a key to ensure the continuity of the demonstration of magnificence and stability of the regime, being these royal sites the embodiment of the power of the prince.

Whereas the design and construction of court architecture and royal sites has a long and extensive historiography, the way these royal sites were maintained has rarely been a subject of study in itself. Yet, the upkeep of royal sites was of great consequence, and knew its own particular and challenging dynamics. Maintenance has only recently attracted scholarly interest, and while the periods from Antiquity to the late Middle Ages and the 19th century until nowadays have been considered, the maintenance in the Early Modern Period is still an understudied field. However, it was in this period that new maintenance organizations evolved into independent and complex administrations, such as the “King’s works” in England, the “Surintendance in France” and the “Junta de Obras y Bosques” in Spain. These organizations form the roots of modern government departments. They were responsible for the vast “Royal Sites” which included all properties belonging to the ruling dynasty. They served as centers of power that helped shape early modern monarchies, especially in the seventeenth century, when different monarchs used them to address challenges to their authority. Such “royal geographies”, not only included residences where the ruler and other members of the dynasty resided, but also other things associated with the running of the court, such as forests, gardens, agricultural lands, factories and urban spaces. The administration was in some cases also responsible for royal monasteries and convents founded or supported by the royal family.

Following on the conference “Building the Presence of the Prince” held in Utrecht in November of 2019, this international symposium aims to reunite experts from different historiographical fields (History, Art History, Architectural History and Political Thought), with the objective of developing a comparative analysis on the way royal spaces were maintained from a transnational and diachronic (14th–19th century) perspective. The chronological framework of this symposium is consciously that of “long duration”, allowing thus the examination of issues dealing with maintenance from the birth of the royal geography and its developments until the 19th century when royal places and spaces have been transformed into national heritage sites, when as a consequence focus shifted to conservation and restorations.

Research themes and questions

We invite proposals for papers of 20 minutes, both case studies and synthesis studies, that reflect upon the following research themes and questions:

Concepts and designs

  • Definition: Has maintenance been theorized in the same way as building was theorized at the same time and if so, how? And what are the different facets of the maintenance? Are there any new aspects of maintenance that emerge or disappear between the 14th and 19th centuries?
  • Representation: To what extent did the condition of a place reflect the symbolic embodiment of the power of the prince? How and when was maintenance prioritized over new construction?
  • Temporality: Did maintenance only happen ad hoc or in recurring cycles? How did management differ between principal sites and those in the periphery? And what happened in periods of disaffection, when the prince no longer resides or uses a royal site (Versailles after 1643 and 1715, etc.)?
  • Technology: Were new designs and technologies developed to facilitate maintenance? Were costs of maintenance considered when designing and building new constructions or sites? Was there any exchange or transfer of knowledge with regard to the practice of maintenance?

Institutions and people

  • Managing the upkeep: How was maintenance managed, and which institution(s) were responsible for the upkeep? Was work organized by direct management of by contract?
  • The life of institutions: Following the intensity of works and means available, maintenance organizations fluctuated greatly in size and complexity over time. Yet, their development was also influenced by other factors. To what extent were they shaped by other royal institutions (such as Chamber of Accounts, the army,..), which experienced many comparable logistical difficulties (organizing large (work)forces, transportation of heavy goods etc.)? And was there an administrative memory, or was the wheel reinvented over and over again?
  • Officers and contractors: Who supervised the upkeep of royal sites? Are they the same who built palaces, gardens or fountains? And what was their background and social status, were they the crown’s officers or private entrepreneurs? Were they part of the sovereign’s court, or were they completely separated from it? Did their social position change with the different phases of the life of the buildings
  • XIXth century: How did the transition from dynastic heritage to national heritage affect the maintenance of these royal sites? How was maintenance influenced by emerging ideas on national heritage?

Finance

  • Costs: What is the cost of maintenance? How were budgets determined and managed? What kind of money-saving measures were employed by maintenance organizations? Did they concern improved management of labour, the procurement of materials (including reuse and recycling of materials) or the use of new technologies?
  • The choice to stop maintaining: What were the consequences for maintenance when the cost exceeded the sovereign’s budget? What policies were developed to cope with short- and long- term deficiencies?

To participate

Proposals, in French or in English, of about 3,000 characters (with spaces), must include the title and a summary of the paper, and be accompanied by a short biography (1,200 characters) and the applicant’s contact details. Proposals can be sent to José Eloy Hortal, Merlijn Hurx and Benjamin Ringot before November 23rd, 2020 at this email address : symposiumversailles2021@gmail.com. Applicants will be notified of their acceptance by December 18th, 2020. The organisation is pleased to cover the expenses of the accommodation (two nights) and of the meals during the symposium, but the participants will have to take care of their transportation themselves.

séminaire – Le roman comme laboratoire de transformations philosophiques : les paradoxes de la voie narrative dans « Alector », de Barthélémy Aneau

Dans le cadre des activités du GEMCA, Lucien Vinciguerra (Université de Lille) donnera un séminaire intitulé « Le roman comme laboratoire de transformations philosophiques : les paradoxes de la voie narrative dans Alector, de Barthélémy Aneau ».

Date : 16 octobre 2020, de 14h à 16h 

Lieu : Eras 70 (Collège Érasme), UCLouvain

Cet événement sera organisé en co-modalité, c’est-à-dire à la fois en présentiel (ERAS 70) et en visio-conférence sur Teams. Pour des raisons pratiques, l’inscription est indispensable. Vous trouverez les formulaires d’inscription via ce lien

conférences – Engaging Margins : Framing Imagery as Embodiment of Cognitive Processes

Les conférences internationales « Engaging Margins : Framing Imagery as Embodiment of Cognitive Processes » sont organisées par l’UCLouvain (GEMCA) et l’UGent. Il est possible d’y participer en personne ou en ligne (via Teams). L’inscription, ouverte jusqu’au 2 octobre 2020, est obligatoire. Pour s’inscrire, veuillez contacter Gwendoline.DeMuelenaere@UGent.be et Sophie.Suykens@Ugent.be, en indiquant votre nom, votre affiliation et de quelle manière vous souhaitez y assister. 

Date : 8 et 9 octobre 2020 

Lieu :  salle du Conseil du Collège Erasme (UCLouvain), Place Blaise Pascal, 1 – 1348 Louvain-la-Neuve

Informations : site de la conférence.

PROGRAMME DU 8 OCTOBRE  

– 9.30-9.50: Gwendoline de Mûelenaere (UGent) and Sophie Suykens (UGent), Welcome and introduction

– 9.50-10.45: Thierry Lenain (Université libre de Bruxelles), Cadrer / encadrer l’image fixe

Coffee break

Session 1: Theories and practices of framing – Chair: Elizabeth Vandeweghe (UGent)

– 11.15-11.45: Moe Furukawa (University of Tokyo): “Reliques of his own hand”: Vasari’s Libro de’ Disegni as a Reliquary Shrine (live-stream)

– 11.45-12.15: Maja-Lisa Müller (Universität Bielefeld): Mimetic Transgressions. The Frame as a Hybrid Operator

– 12.15-12.45: Steffen Zierholz (University of Bern): Framing Jesuit Imagery in Andrea Pozzo’s Corridor of Saint Ignatius

Lunch break

Session 2: Margins in manuscriptsChair: Aline Smeesters (UCLouvain)

– 14.00-14.30: Orsolya Mednyánszky (Johns Hopkins University): Framing Meditation: Marginalia and Miniatures in the Vita Christi

– 14.30-15.00: Ingrid Falque (UCLouvain): Image and Contemplation at the Charterhouse of Nieuwlicht: the ms 358 of the University Library of Utrecht

– 15.00-15.30: Elli Doulkaridou (Université Paris 1): Manipulating the Margins: Vincent Raymond in the Service of Paul III

 Coffee break

Session 3: Margins and geographical space – Chair: Abigail Newman (UGent)

– 16.00-16.30: Radu Leca (University of Heidelberg): Cannibals, Japan, and the Geographic Periphery of Early Modern European Cognition

– 16.30-17.00: Hayley Cotter (University of Massachusetts Amherst): Mare liberum, Mare clausum, and the Framing of Maritime Space (live-stream)

PROGRAMME DU 9 OCTOBRE  

Session 4: Margins and education – Chair: Agnès Guiderdoni (UCLouvain) 

– 10.00-10.30: Naïs Virenque (UCLouvain): Au-delà des catégories de la marginalité: La figure arborescente de la Logica parva (XIVe siècle), un outil cognitif rhizomatique?

– 10.30-11.30: Archives of the Université catholique de Louvain
Presentation of the collections
Gwendoline de Mûelenaere (UGent): Overview of illustrated lecture notebooks from the Old University of Louvain

Lunch break

Session 5: Framing and iconography – Chair: Ingrid Falque (UCLouvain)

– 13.30-14.00: Mateusz Kapustka (University of Zurich): Framed by Flesh. Pieter Aertsen’s Meat Stall as Anti-Idolatric Apology

– 14.00-14.30: Elizabeth Vandeweghe (UGent): Off the Table. The banquet as a framing device for cognitive processes in the Allegory of Taste by Peter Paul Rubens and Jan Brueghel

– 14.30-15.00: Caroline Heering (UCLouvain): Le cadre comme ornement et l’ornement du cadre dans l’œuvre du jésuite anversois Daniel Seghers

Coffee break

Session 6: Framing the body – Chair: Ralph Dekoninck (UCLouvain)

– 15.30-16.00: Felix Jäger (Warburg Institute): In the corner of the eye: Seeing the “Iron Duke” of Alba 

– 16.00-16.30: James Clifton (Sarah Campbell Blaffer Foundation): Vanitas and the Framing of the Ephemeral Image (live-stream)

– 16.30-17.00: Victor Stoichita (Université de Fribourg): Celebration and / or Protection. Bellini’s Portrait of Mehmed II (1481) (live-stream)

appel à financement – exposition « Habiller le culte. Les fastes du textile de la cathédrale de Tournai (XVIIIe SIècle) »

Dans le cadre de l’exposition qui aura lieu à TAMAT (Tournai) sur les vêtements liturgiques du XVIIIe siècle, un appel à financement est lancé pour la restauration des pièces avant leur présentation au public.

Dans un an, se tiendra au Musée de la tapisserie et des arts textiles de Tournai (TAMAT) une exposition sur des vêtements liturgiques somptueux datant du XVIIIe siècle. Autrefois endossés par le clergé pour célébrer la messe, ces vêtements finement brodés raviront les yeux des amateurs et des curieux. Leur aspect clinquant, la soie, l’or, l’argent, les pierres précieuses font certes écho à l’univers des strass et paillettes du star system, mais si ces vêtements nous parlent aujourd’hui, c’est surtout parce qu’ils répondent à un attrait – pour ne pas dire à un besoin – de la matière, du toucher, du poids ou de l’éclat dans un monde de plus en plus gagné par la dématérialisation du virtuel.

L’exposition, intitulée « Habiller le culte. Les fastes du textile de la cathédrale de Tournai » (11 septembre au 28 novembre 2021), permettra de dévoiler la beauté de ces pièces au grand public, tout en les resituant dans le contexte du culte dans lequel elles prennent tout leur sens.

Mais avant de pouvoir être exposées, ces pièces nécessitent d’être restaurées. Il s’agit d’un patrimoine exceptionnel pourtant en péril par manque de financement, une situation qui ne s’améliore guère avec les conditions actuelles. Avec l’équipe du musée, nous faisons donc un appel aux dons qui permettra de préserver ce patrimoine.

En un clic, vous trouverez une présentation du projet et le moyen de participer au financement via la plate-forme de crowdfunding. Sur Facebook, une page de présentation de l’exposition sera mise à jour régulièrement, n’hésitez pas à suivre l’événement FB !

conférence – Miraeus Lecture : De heropleving van hagiografisch drukwerk in de Nederlanden en het Prinsbisdom Luik, ca. 1520–1600

Dans le cadre des Miraeus Lectures, Alexander Soetaert (KULeuven) donnera en ligne une conférence intitulée « De heropleving van hagiografisch drukwerk in de Nederlanden en het Prinsbisdom Luik, ca. 1520–1600 ».

Cette conférence sera mise en ligne sur YouTube le 30 septembre 2020. Une séance de questions avec le conférencier aura lieu le 7 octobre de 20h à 21h (également en ligne).

Pour plus d’informations et s’inscrire à la séance de questions, cliquez-ici.

Publication – Le théâtre de la censure (16e et 21e siècles). De l’ère typographique à l’ère numérique

Adam Renaud, Le théâtre de la censure (XVIe et XXIe siècles). De l’ère typographique à l’ère numérique, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2020

Résumé

Cet essai porte sur la censure des livres et, plus spécifiquement, sur sa mise en scène. Il ambitionne d’apporter des éléments de compréhension à un phénomène résolument contemporain par une mise en perspective avec la situation du XVIe siècle. Loin de verser dans un comparatisme historique simpliste, la volonté est de proposer des pistes de réflexions sur la problématique de la censure au début de l’ère numérique à l’aune d’une grille de lecture élaborée pour le XVIe siècle, qui connut l’un des plus grands épisodes « biblioclastes » de l’histoire européenne.

Historien du livre de la première Modernité, Renaud Adam travaille pour la maison de vente Arenberg Auctions (Bruxelles). Ses travaux portent principalement sur l’économie du livre dans les anciens Pays-Bas (XVe-XVIIe siècle), avec une attention particulière aux questions d’ordre socioéconomique, aux transferts culturels et à la réception de la culture italienne. Il a abordé ces thématiques dans plusieurs livres, dont Vivre et imprimer dans les Pays-Bas méridionaux (des origines à la Réforme) (2018).

L’ouvrage peut être commandé sous différents formats directement à partir du site de l’Académie Royale.

Renaud Adam a présenté les lignes de faîte de cet ouvrage dans un cours-conférence du Collège Belgique que vous pouvez réécouter ici.

Appel – bourse de doctorat – projet « L’architecture et la magnificence : Donner forme à la grandeur à Anvers, Rouen et Strasbourg durant le 15e siècle »

Offre d’emploi pour le projet de recherche : « L’architecture et la magnificence : Donner forme à la grandeur à Anvers, Rouen et Strasbourg durant le quinzième siècle. »

Description du projet :

Le projet porte sur la réception du concept aristotélicien de « magnificentia » à Rouen, Anvers et Strasbourg durant le quinzième siècle, autant que sur les implications de cette réception pour les théories architecturales et la construction des résidences urbaines. Le projet a pour objectif d’élargir le corpus des textes dans lesquels les théories architecturales de la fin du Moyen Âge ont été formulées, et d’affiner notre connaissance de la fonction sociale et politique attribuée à la beauté, à l’ornement, à l’artisanat et à la matérialité des résidences urbaines. Continuer la lecture de Appel – bourse de doctorat – projet « L’architecture et la magnificence : Donner forme à la grandeur à Anvers, Rouen et Strasbourg durant le 15e siècle »

défense de thèse – L’homme et la ville par le prisme de la bête. L’animal comme marqueur identitaire et révélateur de la gestion, des activités et des espaces urbains (Pays-Bas méridionaux et principauté de Liège, XVIIe -XVIIIe siècles)

Dissertation doctorale portant sur « L’homme et la ville par le prisme de la bête. L’animal comme marqueur identitaire et révélateur de la gestion, des activités et des espaces urbains (Pays-Bas méridionaux et principauté de Liège, XVIIe -XVIIIe siècles) », par William Riguelle (UCLouvain), en vue de l’obtention du grade de Docteur en Histoire, histoire de l’art et archéologie sous la direction de Silvia Mostaccio (UCLouvain) et Isabelle Parmentier (UNamur).

Date : 2 septembre 2020 à 9H00 

Lieu : Socrate 11, UCLouvain

Inscription jusqu’au 28 août dans la limite des places disponibles : william.riguelle@uclouvain.be

CFP – Mysticism and the Visual Arts

Appel à communication pour la session « Mysticism and the Visual Arts », organisée par Ingrid Falque (FNRS – UCLouvain) et Elliott Wise (Brigham Young University) pour le prochain congrès de l’Association for Art History (AAH).

Mysticism – or the soul’s ascent towards transcendent unification with the divine – occupies an important, albeit often unstable, position in many religions. In Christianity, mysticism straddles a liminal space, blurring dichotomies of darkness and light, life and death, active and contemplative, clerical authority and revelation. Mysticism is often rooted in personal experience, and textually or visually recording it presents unique challenges. Sometimes, in fact, mysticism shuns pictorial images. At other times, it embraces them as instruments of purgation and illumination, didactic tools and ‘stepping-stones’ to exalted vision. Elaborate iconographies undergird mysticism in Tantric Buddhism, and even within less image-based faiths, such as Islam, Sufi mystics use calligraphic ‘pictures’ of words – or even the abstract beauty of a single letter – to meditate on Quranic truths. In Judaism, too, though generally image-averse, adherents of Kabbalah have tied mystical experience to biblical prototypes such as Ezekiel’s vision of God’s chariot (merkavah).

Given the varying degrees of dependence and hostility between mysticism and images, scholars have employed a range of methodologies to investigate mystical visual culture. Close studies of images alongside mystical texts have proved particularly fruitful. This session invites papers that consider the visual alongside the textual as tools of medieval and early modern mystical discourse. Among other things, topics could address visual exegesis through typology, parables and allegory; Christian images inspired by vernacular spiritual texts; mental images, such as depictions of sefirot in Kabbalah; creation and destruction, as in Tibetan mandalas; materiality; verbal image-making, such as ekphrasis; reformations of the soul; and aniconic vision.

Date limite de l’appel : 19 octobre 2020

Date et lieu de l’événement : du 14 au 17 avril 2021 à Birmingham

Plus d’informations ici

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search