Appel – « Embellir & enrichir » : rôles de l’ornement dans les décors de la Renaissance, XVe -XVIe  siècles

« Embellir & enrichir » : rôles de l’ornement dans les décors de la Renaissance, XVe -XVIe  siècles

(Université de Lausanne, 9-10 décembre 2022)

Longtemps sous-estimé en raison du caractère purement décoratif qui lui a été prêté, l’ornement s’est imposé depuis une quinzaine d’années comme un champ d’étude à part entière au sein de l’histoire de l’art (Perspective, « Ornement/Ornemental », 2010). Le renouveau des recherches sur le décor s’est accompagné d’une multiplication des prises de positions méthodologiques et de l’apparition de nouveaux concepts. Témoignant de ce tournant historiographique, l’ornement renaissant est devenu un sujet de recherche fécond, susceptible d’enrichir notre connaissance des pratiques artistiques de la première modernité.

Situé au carrefour de techniques multiples, et donc propice aux avancées méthodologiques et aux échanges interdisciplinaires, l’ornement de la Renaissance a récemment été le thème de plusieurs colloques et journées d’études. Parmi eux, certains se sont intéressés à sa place dans le changement de goût vers les formes classiques (L’ornement, signe de modernité ?, 2009 ; La passion de l’ornement à la Renaissance, 2013), d’autres ont souligné son rôle dans l’apparition de nouveaux programmes architecturaux ou picturaux, et réaffirmé ses liens avec la rhétorique (Questions d’ornements, XVe-XVIIe  siècles, 2009-2012 ; Le metamorfosi dell’ornamento : nuove prospettive interpretative tra storie, arte e design, 2014 ; Éphémère et pérenne : l’ornementation végétale dans les décors de la Renaissance, 2014 ; Décor et architecture (XVIe-XVIIIe siècle) : entre union et séparation des arts, 2016-2017). Ses fonctions dans la mise en ordre de la représentation ont parallèlement été interrogées, en particulier lors des journées Jeux et enjeux du cadre dans les systèmes décoratifs à l’époque moderne en 2014, et Unir en divisant : le (s)partimento dans le décor de la Renaissance en 2019.

Dans le sillage de ces manifestations, le présent colloque a pour ambition d’approfondir les pistes de réflexion sur l’ornement à la Renaissance en interrogeant les différents rôles tenus par celui-ci dans les décors des XVe et XVIe  siècles en Europe. L’attention portée à des techniques et des supports variés (architecture, livres, céramique, orfèvrerie, tapisserie, vitrail, etc.) permettra d’appréhender les similitudes et les différences des usages, fonctions et sens de l’ornement selon les domaines artistiques. Les participants pourront orienter leur communication autour des pistes suivantes (auxquelles d’autres pourront néanmoins s’ajouter) :

  • La commande de l’ornement. L’ornement est très rarement mentionné dans les marchés alors même qu’il occupe une place substantielle dans les œuvres. Était-il l’objet de demandes précises et d’une surveillance soutenue de la part des commanditaires ? À quel stade de la réalisation intervenait sa commande ? Quelle liberté était accordée à l’exécutant ?
  • L’ornement et son support. Les relations entre l’ornement et son support doivent être conçues en termes dialectiques : de leur interaction résulte une tension et non une subordination. Se pose dès lors la question des liens entre une structure et son décor, et celle du rôle de l’ornement dans la conception d’une œuvre. Selon les domaines étudiés, les interrogations pourront porter sur l’adaptation des motifs au support et inversement, de même que sur les changements de composition entraînés par le nouveau répertoire ornemental, depuis les espaces hérités du gothique accueillant ces motifs jusqu’aux nouveaux champs décoratifs. La variété de l’ornement contribue en effet à l’esthétique de l’œuvre, à son « embellissement », et cette dernière lui offre en retour un cadre, à respecter ou à dépasser, entre contrainte et épanouissement.
  • L’ornement et son contexte. Dans le champ des études médiévales et modernes, des recherches récentes ont démontré que l’ornement peut répondre à des intentions figuratives précises, en accord avec le contexte dans lequel il s’inscrit (église, palais, mobilier, objet du quotidien) et en lien avec le cadre politique et spirituel de sa réalisation. De l’espace privé à l’environnement urbain ou religieux, autant pour le pérenne que l’éphémère, les pratiques décoratives de la Renaissance peuvent ainsi être reconsidérées à la lumière de la convenance entre des contextes singuliers et des thèmes iconographiques ou des motifs ornementaux a priori sériels.
  • Le statut de l’ornement. En règle générale, les motifs cessent d’être considérés comme des ornements dès qu’on leur attribue un sens iconographique ou symbolique (Grabar, 2010). Mais cette conception était-elle opérante aux XVe et XVIe siècles ? Existait-il une véritable distinction entre ornement et décor ? Comment ceux-ci étaient-ils considérés dans le contexte culturel européen de la Renaissance (littérature, théâtre, poésie, traités d’architecture) ? Dans quelle mesure ornement et image différaient, fusionnaient ou s’apparentaient l’un à l’autre ?
  • Les fonctions de l’ornement. Une place importante sera réservée à la question des fonctions de l’ornement. Celles-ci peuvent être formelles et/ou symboliques et donc relever de la signification, d’un « enrichissement » donnant plus de valeur par de multiples biais. Le décor pourra ainsi être envisagé comme un signe distinctif ou un médium éloquent visant à être remarqué et à délivrer un message, par exemple à travers des motifs voulus comme des supports de méditation dans les églises ou à travers l’image du commanditaire apposée sur sa demeure. Dans ce cadre, les communications sur le visage et le corps en tant qu’ornements s’inscriront dans le contexte-clef du développement d’un nouvel intérêt pour l’individu et pour sa projection dans les arts et la littérature des XVe et XVIe siècles.
Modalités pratiques

Les propositions de communication, d’une longueur de 300 mots, sont à envoyer avant le 20 août 2022 à Sarah Munoz (sarah.munoz@unil.ch) et Jean Beuvier (jean.beuvier@gmail.com).
Elles résumeront la communication et seront accompagnées d’un bref CV et d’une liste de publications. Elles seront soumises à l’évaluation du comité scientifique. Les communications, données en français, anglais, allemand, italien ou espagnol, dureront 30 minutes et pourront s’inscrire dans tous les domaines de l’art. Les présentations à plusieurs voix sont acceptées. L’Université de Lausanne prendra en charge les frais de déplacement et d’hébergement et le colloque donnera lieu à une publication.

Organisation scientifique 

– Sarah MUNOZ, Maître-Assistante en histoire de l’art moderne, Université de Lausanne
– Jean BEUVIER, Docteur en histoire de l’art, Université de Tours/Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR)

Comité scientifique

– Marion BOUDON-MACHUEL, Professeure d’histoire de l’art moderne (Université de Tours/Centre d’études supérieures de la Renaissance)
– Pascal JULIEN, Professeur d’histoire de l’art moderne (Université Toulouse-Jean Jaurès)
– Christian MICHEL, Professeur d’histoire de l’art moderne (Lausanne, Université de Lausanne)

APPEL – Journées de formation doctorale internationale du module Temps Modernes

Journées de formation doctorale internationale du module Temps Modernes

Ecole doctorale Langues, letttres et traductologie (ED3bis)
Ecole doctorale Histoire, histoire de l’art et archéologie (ED4)

Jacques Le Brun (1931-2020) : faire dialoguer histoire et littérature

25 novembre 2022, Louvain-la-Neuve

Organisation : Emilie Corswarem (ULg), Agnès Guiderdoni (UCLouvain) et Silvia Mostaccio (UCLouvain)

Le module « Temps Modernes » organise une journée de formation doctorale interdisciplinaire à destination des doctorant.es en littérature, en histoire et en histoire de l’art. Cette journée a pour objectif de montrer la fécondité méthodologique d’aborder des corpus d’étude, des objets d’enquête, des faits historiques, etc. au croisement de la littérature et de l’histoire. A cette fin, nous prendrons appui sur l’œuvre exemplaire de Jacques Le Brun, historien français de la première modernité religieuse dans ses dimensions littéraires, mystiques, féminines et institutionnelles. Les doctorant.es qui souhaitent participer activement à cette journée seront invité.es à mobiliser un texte, une notion, un mot-clé, utilisé par Jacques Le Brun, qui leur permettra d’interroger et d’éclairer leur recherche doctorale en cours. 

« Faire dialoguer histoire et littérature » a été en effet au cœur des travaux menés sur près de 70 ans par Jacques Le Brun, décédé en avril 2020. Débutant sa formation par une agrégation de lettres classiques, puis un doctorat sur Bossuet sous la direction de René Pintard, Jacques Le Brun suit également le séminaire d’histoire du catholicisme de Jean Orcibal à l’EPHE, auquel il succède en 1978, et ceux d’Henri Gouhier à l’Institut de Philosophie. Comme le formule François Trémolières, « J. Le
Brun allait apprendre son métier d’historien du “XVIIe siècle religieux”, dans une perspective […] nécessairement interdisciplinaire, et qui convenait sans doute à un esprit dès le départ rétif aux partages (et aux routines) académiques » (XVIIe siècle 290 (2021), p. 170). Reconnu à la fois par les chercheur·ses en littérature et en histoire, il s’impose pour les modernistes par sa démarche authentiquement historienne et son attention critique, voire philologique, aux textes, ainsi qu’à leurs conditions d’écriture. Ses travaux se présentent ainsi comme le lieu de rencontre privilégié d’un dialogue fécond entre littéraires et historien·nes.

Cette journée doctorale a pour objectif de mettre en évidence les apports des travaux de Jacques Le Brun aux disciplines relevant des deux écoles doctorales (ED3 et ED4).

A cette fin, trois parcours thématiques sont proposés, assorti chacun d’un choix restreint de textes tirés des œuvres de Le Brun, et mis à la disposition des doctorant·es qui souhaitent participer à la journée :
1. Expérience de l’écriture, écriture de l’expérience, au féminin
2. Histoire du catholicisme et institutions
3. Ecriture mystique, histoire littéraire, images

Les doctorant·es qui souhaiteraient faire une présentation sont invité.es à se manifester auprès des trois organisatrices pour le 10 septembre 2022 : agnes.guiderdoni@uclouvain.be,
silvia.mostaccio@uclouvain.be, e.corswarem@uliege.be.
Les portefeuilles de lecture leur seront alors envoyés. Chaque présentation sera suivie d’une intervention de la part d’un ou d’une des discutant·es.

Cette journée est également ouverte aux doctorant.es qui réalisent leur doctorat ailleurs qu’en Belgique francophone.

Conférencier·es invité·es : François Trémolières (Rennes 2) et Marie-Elisabeth Henneau (Ulg) 
Discutant·es : Emilie Corswarem (ULg), Jean-Pascal Gay (UCLouvain), Agnès Guiderdoni (UCLouvain), Silvia Mostaccio (UCLouvain), Fabrice Preyat (ULB), Monique Weis (Université du Luxembourg)

Séminaire – Traces scolastiques dans la théorie des lettres et des arts à l’époque moderne : pour une anthologie

Un cycle de séminaires, intitulé « Traces scolastiques dans la théorie des lettres et des arts à l’époque moderne : pour une anthologie », est organisé dans le cadre de l’ARC Schol’Art (GEMCA, Uclouvain).

La  treizième et dernière séance aura lieu le 23 juin de 14h30 à 16h30 en co-modalité (présentiel et distanciel). Elle sera consacrée à la représentation.

Vous trouverez toutes les informations et le formulaire d’inscription via  ce lien. Il est nécessaire de s’inscrire afin de recevoir le texte qui sera discuté lors du séminaire.

Exposition – Diableries !

Organisée dans le cadre du projet ‘The Circus we are !’, l’exposition ‘Diableries !’ propose une plongée dans l’univers captivant du Diable, figure emblématique de notre imaginaire collectif. Tantôt créature hideuse et terrifiante, tantôt tentateur séduisant et envoûtant, ce dernier effraie autant qu’il fascine depuis des siècles.

À travers une sélection d’œuvres exceptionnelles, provenant de collections privées et de grands musées, l’exposition met en lumière la place jadis accordée aux diables dans les arts plastiques, le théâtre et la musique. ‘Diableries !’ interroge l’homme sur ses rapports au Malin, au Moyen Âge et à l’Époque moderne. Un homme en quête de Salut qui cède pourtant à la tentation et s’adonne à des pratiques licencieuses, jugées diaboliques, telles que le jeu ou la danse.

L’exposition dresse aussi le portrait de ceux que l’on considérait autrefois comme des disciples du diable : les démons et les sorcières, mais aussi les saltimbanques, les escamoteurs et autres jongleurs.

Le commissariat scientifique est assuré par Gaylen Vankan (ULiège/Transitions) et Julien De Vos (conservateur au TreM.a).

Date : du 28 mai au 28 août 2022

Lieu : TreM.a (Musée provincial des arts anciens) – Rue de Fer 24, 5000 Namur

Tarifs

Tarif plein | 5€
Tarif réduit (étudiants, seniors, groupes) | 3€
Groupes scolaires en visite libre | 1€
<12 ans, art. 27, membres ICOM | Gratuit
Détenteurs du MuseumPassMusées | Gratuit

Informations

Conférence – Rubens recto/verso. Werken aan het corpusdeel over Rubens’ medicireeks

“Rubens recto/verso. Werken aan het corpusdeel over Rubens’ medicireeks”, een lezing door Prof. Dr. Nils Buttner (Staatliche Akademie der Bildenden Künste, Stuttgart)

Datum : 19 juni – 11:00

Locatie : Rubenianum, Kolveniersstraat 20, 2000 Antwerpen

Na zijn indrukwekkende Corpusdelen over Rubens’ allegorieën en genrestukken, legt Nils Büttner de laatste hand aan het deel over de monumentale cyclus die Rubens schilderde voor Maria de’ Medici, vandaag in het Louvre. In zijn lezing deelt Büttner enkele nieuwe inzichten over een van Rubens’ belangrijkste reeksen.  Bovendien zal hij stilstaan bij zijn werkwijze voor zo’n omvangrijke studie. Een unieke inkijk in de interne keuken van het Corpus Rubenianum

De deelnameprijs bedraagt € 5. Een aperitief dat na afloop van de lezing wordt aangeboden, is inbegrepen in de prijs.

Informations

Appel – Themadossier Jaarboek De Achttiende Eeuw 2023: Doof, Blind, Kreupel, Krank

In 2022 wijdt het Jaarboek De Achttiende Eeuw een themadossier aan achttiende-eeuwers met een beperking, met Ruben Verwaal (Durham University) als gastredacteur. 

Joshua Reynolds, Dubbelportret van Samuel Johnson en Joshua Reynolds als bijziend en hardhorend, 1775. Loren R. Rothchild & Tate.

In de achttiende eeuw veranderde de beeldvorming over beperkingen en mensen met een beperking aanzienlijk. Enerzijds namen filosofen doofheid en blindheid als uitgangspunt voor intellectuele overdenkingen over kennis en taal, specialiseerden medici zich in aangeboren afwijkingen en schreven auteurs over de geestelijke en morele waardigheid van personages met een beperking. Anderzijds geeft de toenemende populariteit van (auto)biografieën inzicht in de ervaringen en opvattingen van mensen zelf. Sommigen leden een openbaar leven, vertelden hun verhaal en zochten gerechtigheid voor henzelf en anderen die door armoede of sociale status werden gemarginaliseerd.

We nodigen auteurs uit bijdragen te leveren die ingaan op de achttiende-eeuwse lichamelijke of zintuiglijke beperkingen vanuit historisch, literair, artistiek of filosofisch perspectief. Mogelijke onderwerpen zijn atypische lichamen, mobiliteitsbeperking, chronische pijn en ziekte, blindheid, doofheid, taal- en leermoeilijkheden en verstandelijke beperking. Hoe werden dergelijke beperkingen beleefd, bekeken en beoordeeld door achttiende-eeuwers? In welke mate en waarom werden ze herzien en verbeeld in wetenschappelijke teksten, brieven, romans, juridische documenten en visuele cultuur? Teksten dienen de lange achttiende eeuw te behandelen (1670–1830), maar er is geen geografische beperking. Stuur dus uw bijdrage in en help mee om nieuw licht te werpen op disability in de achttiende eeuw!

Geïnteresseerden kunnen tot 1 augustus 2022 een kort abstract (max. 300 woorden) insturen naar ruben.e.verwaal@durham.ac.uk en jaarboek@18e-eeuw.nl. Voordien informeel aftoetsen wordt aangemoedigd. Van de geselecteerde voorstellen worden de volledige artikelen van maximaal 6.000 woorden verwacht tegen 1 februari 2023. De artikelen worden aan redactionele peer review onderworpen.

appel à contribution – revue Bien Dire et Bien Aprandre (N°38)

Héroïnes païennes de l’Antiquité dans les littératures romanes des XIIe – XVI e siècles : représentations textuelles et visuelles. Pour la Revue Bien Dire et Bien Aprandre n° 38, 2023. Numéro dirigé par Catherine Gaullier-Bougassas

Le numéro 38 de Bien Dire et Bien Aprandre (2023) proposera une réflexion sur les héroïnes païennes de l’Antiquité dans les littératures romanes du XIIe au XVIe siècle. Il s’agira de s’interroger sur les figures féminines païennes antiques (grecques, romaines, égyptiennes, celtes…) que sélectionnent des auteurs de plus en plus nombreux du XIIe siècle au XVIe siècle, sur leurs représentations textuelles et aussi sur les images visuelles qui leur sont souvent associées dans les manuscrits puis les imprimés.

Le numéro regroupera des études sur les questions principales suivantes :

  • Les formes d’écriture, les contextes textuels, culturels, politiques, dans lesquels les auteurs s’emparent de ces figures féminines.
  • Les formes de représentations visuelles de ces héroïnes dans les manuscrits puis les imprimés, leurs éventuelles adaptations pour d’autres objets d’art.
  • La transmission et le renouvellement de la mémoire de ces héroïnes païennes. Quels modèles textuels et visuels les auteurs et les artistes exploitent-ils, et quelles transformations apportent-ils ?
  • La circulation, la réception et la transformation des représentations textuelles et visuelles du XIIe au XVIe siècle.
  • La diversité des modes de compréhension et des usages de ces figures païennes. Quelles interprétations les auteurs et les artistes élaborent-ils, et à quelles fins ? De quelles interrogations leurs portraits et leurs biographies sont-ils le support ?  Quelles libertés donne la distance temporelle et culturelle qui sépare ces héroïnes païennes du temps des auteurs et des artistes ?
  • Le traitement de l’altérité de ces héroïnes païennes. Comment rendent-ils compte de leur altérité ou au contraire l’effacent-ils ? Dans le premier cas quelles formes d’altérité incarnent-ils en elles ? Cette altérité prend-elle son origine dans la seule appartenance au monde païen ou se décline-t-elle autrement ? Que permet d’exprimer cette altérité ? Dans le cas inverse, lorsque leur altérité est réduite, quelles formes d’assimilation à l’univers des auteurs et des artistes apparaissent et avec quelles interprétations ?
  • Les modalités de construction d’un héroïsme féminin ou d’héroïsmes féminins attachées à ces figures païennes. Quelles sont les formes de cet ou de ces héroïsmes féminins, quelles conceptions de l’exemplarité véhiculent-ils, quelles sont aussi leurs limites ? Quelles représentations nouvelles de ces héroïnes antiques païennes voient le jour dans les livres de défense et de promotion des femmes et se développent dans le contexte de la « Querelle des femmes » ?

Les projets d’article (entre 3000 et 5000 caractères, avec bibliographie primaire et secondaire indicative, 5-10 mots-clés, et un bref curriculum vitae (5-10 lignes)) sont à adresser en format word avant le 30 juillet 2022 à Catherine Gaullier-Bougassas, Professeur à l’Université de Lille, ERC AGRELITA : catherine.bougassas@univ-lille.fr

et aussi à l’adresse contact-revue-bdba@univ-lille.fr

La revue Bien Dire et Bien Aprandre, fondée en 1978 et publiée par le Centre d’Études médiévales et dialectales de l’Université de Lille et l’ULR ALITHILA, n’accueille que des contributions scientifiques originales (non encore publiées ou soumises à d’autres revues).

Bien Dire et Bien Aprandre est une revue mixte. Elle était jusqu’ici diffusée en version imprimée uniquement, elle le sera aussi bientôt en version numérique, en accès libre différé (après un délai de restriction d’un an). Son site internet sera accessible avant la fin de l’année 2022.

Procédure d’évaluation : évaluation par double expertise.

Les articles seront à envoyer dans un fichier word pour le texte, et des fichiers séparés (aux formats .jpeg, .tiff. ou .png) pour les illustrations (les images doivent être d’une résolution minimale de 300 dpi. L’obtention des droits de publication incombe aux auteurs).


Calendrier :

  • 30 juillet 2022 : réception des projets d’article
  • 15 octobre 2022 : notification des décisions d’acceptation ou de refus aux auteurs.
  • 1er mars 2023 : réception de la première version des articles, puis début de la double évaluation.
  • 15 juin 2023 : livraison des textes définitifs par les auteurs dont les articles ont été acceptés après les éventuelles corrections d’ordre scientifique ou de forme.
  • Octobre 2023 : publication du numéro de la revue

La revue contient également une section « Miscellanées » incluant des articles originaux de Varia, qui peuvent aussi être envoyés.

 

SÉMINAIRE – QU’EST-CE QU’UN DIAGRAMME ? POUR UNE THÉORIE ICONOLOGIQUE, ESTHÉTIQUE ET SÉMIOTIQUE DES FIGURES DIAGRAMMATIQUES

Pour sa deuxième année consécutive, Naïs Virenque (GEMCA / UCL) propose une série de séminaire sur “Qu’est-ce qu’un diagramme ? Pour une théorie iconologique, esthétique et sémiotique des figures diagrammatiques”

Le cinquième séminaire de l’année académique 2021-2022 se tiendra le 9 juin 2022Il aura lieu exclusivement en mode distanciel, via Zoom. Pour recevoir le lien de connexion, inscription via ce formulaire.

Programme :

  • “Réflexions conclusives autour de la figure” d’Agnès Guiderdoni et Ralph Dekoninck (GEMCA, Université Catholique de Louvain)
  • Conclusion générale du séminaire par Naïs Virenque (GEMCA, Université Catholique de Louvain)
  • Discussion collective

Informations

Appel à communications: MÉTAMORPHOSES ET USAGES D’UN MÊME PASSÉ ET FORMATION DES IDENTITÉS EN EUROPE DU XIVE SIÈCLE JUSQU’AUX ANNÉES 1980 : PARTAGES, CONCURRENCES OU CONFLITS DES MÉMOIRES

Les propositions sont à adresser (titre et une dizaine de lignes de présentation accompagnés d’un rapide CV) avant le 15 septembre 2022 et le colloque se déroulera le 14 et 15 septembre 2023 à Lille au Palais des Beaux Arts. Organisation par Catherine Gaullier-Bougassas 

Argumentaire:

Le programme de recherche ERC AGRELITA (The Reception of Ancient Greece in pre-modern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books (1320-1550) : How invented memories shaped the identity of European communities) est un programme de recherche transdisciplinaire : littérature, histoire de l’art, histoire politique, culturelle et sociale, memory studiesEuropean studies. Il travaille sur les différents modes de réception de l’Antiquité grecque à l’ère prémoderne (1320-1550) et analyse comment la création de mémoires de la Grèce ancienne dans les cultures textuelle et visuelle a été exploitée pour conforter la formation d’identités politiques et culturelles à plusieurs niveaux (local, régional, (pré)-national, transnational et européen) dans l’Europe occidentale des années 1320 aux années 1550.

Avec le colloque de septembre 2023, AGRELITA souhaite élargir la réflexion sur cette question des usages d’un même passé recomposé/réinventé pour la formation d’identités politiques et culturelles à plusieurs niveaux, en l’ouvrant :

-à d’autres passés (antiques, médiévaux ou modernes)

-à une durée plus large de réception et d’exploitation de ces passés, du XIVe siècle jusqu’aux années 1980, et dans toute l’Europe.

Autrement dit, il s’agira d’explorer comment, à la même époque ou à des époques différentes, un même passé réinterprété voire réinventé peut servir à la formation de plusieurs identités politiques : un même passé peut être instrumentalisé pour renforcer l’identité d’une entité politique particulière, fédérer les éléments qui la composent, l’imposer face à d’autres pouvoirs politiques concurrents, ou bien pour unir plusieurs entités politiques, créer une mémoire partagée, supranationale et particulièrement européenne.

La périodisation choisie prend le XIVe siècle pour point de départ, car une exploitation de plus en plus soutenue du passé voit alors le jour dans les pratiques politiques et dans les lettres et les arts, et on assiste aussi à des affirmations plus fortes d’identités politiques et culturelles (tant locales, régionales que pré-nationales), ainsi qu’à de nouvelles expressions de l’idée d’Europe, particulièrement dans le contexte de la mobilisation contre les Ottomans.

Les années 1980 ont été choisies pour le terminus ad quem car elles voient l’émergence de nouveaux rapports au passé (le nouveau « régime d’historicité » du « présentisme », F. Hartog) et à la mémoire. Elles constituent le début d’une période marquée par la multiplication des lectures et des exploitations du passé par des acteurs de plus en plus divers, d’où la naissance de nouvelles formes de rivalités mémorielles et aussi de partages de mémoires. Elles précèdent l’élargissement à l’est de la construction européenne, un mouvement de réinterprétation de nombreuses histoires nationales et dans le même temps la mise en œuvre de politiques incitatives pour conforter la formation de mémoires transnationales et d’une mémoire européenne. Elles sont aussi le début de phénomènes de globalisation et de création d’une mémoire mondiale.

Les politiques et usages de la mémoire, qu’ils émanent de pouvoirs politiques, de communautés, d’associations et acteurs de plus en plus divers ont suscité et suscitent encore de nombreuses études relatives à l’histoire contemporaine, avec la question des interactions entre les identités politiques régionales, nationales et transnationales.

Les exploitations comme outils politiques du passé et de la mémoire que l’on s’en crée ont bien entendu existé depuis des siècles, avec des formes et des moyens qui ont connu de profondes variations, et de nombreuses études ont aussi été consacrées à l’élaboration de mémoires qui confortent les identités nationales en cours de construction à l’époque moderne, ainsi qu’aux expressions de l’idée européenne. La publication en six volumes dirigés par S. Berger et J. K. Olick, A Cultural History of Memory (2020) a récemment mis en lumière l’évolution des différentes formes de la mémoire de l’Antiquité jusqu’à nos jours.

Dans ces études sur la mémoire, les interactions entre identités régionales, nationales et transnationales sont un champ où des investigations nous semblent encore à mener, et cela particulièrement en lien avec la question précise que nous lui associons pour ce colloque : les métamorphoses et les usages de la mémoire d’un même passé par des acteurs différents, sur la longue durée qui va du XIVe siècle aux années 1980.

AGRELITA s’adresse ainsi à des chercheurs spécialistes de disciplines différentes (littérature, histoire, histoire de l’art, archéologie, géographie, philosophie, sociologie, sciences politiques, anthropologie, memory studies, European studies) et d’époques différentes sur toute l’aire géographique européenne ; AGRELITA espère, par cette approche pluridisciplinaire et par le croisement des analyses, des perspectives et des concepts, apporter une contribution nouvelle sur cette question.

Il s’agira donc de réfléchir sur :

-les dynamiques d’élaboration de mémoires plurielles d’un même passé et leurs liens avec la formation de plusieurs identités politiques et culturelles

Les instrumentalisations partagées, complémentaires, concurrentes ou conflictuelles d’un même passé par des acteurs divers, pour l’affirmation de plusieurs identités politiques et culturelles, révèlent des stratégies variées (mise en récits, en discours, en images, en spectacles, constitution de symboles, commémoration, patrimonialisation, muséification…) sur lesquelles on s’interrogera. On analysera les modalités de réception, de recomposition et de réinterprétation, parfois même d’imagination, qui sont elles aussi très diverses et qui manifestent les différentes valeurs attribuées au passé dans la mémoire.

les interactions entre des identités locales, régionales, (pré-)nationales et transnationales telles qu’elles s’affirment à travers les exploitations convergentes ou différenciées d’un même passé. Autrement dit, comment, confrontée à une mise en question des valeurs qu’on attribue au passé, la mémoire est modifiée par des acteurs et pour des publics divers, pour construire, affirmer, infléchir, renouveler des identités politiques et culturelles, comment les métamorphoses et les usages d’un même passé répondent à un renouvellement ou un changement identitaire.

On s’interrogera tant sur les mémoires concurrentes d’un même passé que sur l’essor, durant la période donnée, de mémoires et d’identités transnationales, sur la conciliation ou l’absence de conciliation de ces dernières avec les autres mémoires et identités. Ces mémoires transnationales s’affirment alors comme des mémoires partagées entre deux ou plusieurs communautés politiques (par exemple mémoires partagées d’un souverain ; mémoires de guerres : conflictuelles puis réconciliées) et/ou comme une mémoire européenne en lien avec l’affirmation de l’idée d’Europe.

les périodes historiques, les événements, les mouvements de pensée, les personnages, les lieux qui ont suscité des appropriations différenciées ou convergentes par deux ou plusieurs communautés politiques et culturelles : les enjeux mémoriels de périodes, événements, figures, lieux controversés ; les enjeux mémoriels aussi de périodes, événements, figures, lieux que plusieurs communautés s’approprient comme communes pour se forger une mémoire partagée et conforter des identités transnationales.

Les interventions porteront ainsi sur la pluralité des usages mémoriels d’un même passé à travers deux exemples ou plus, dans le but d’analyser comment les mémoires recomposées d’un même passé permettent d’inventer, de réinterpréter, de renforcer une et/ou des identité(s) particulière(s), et/ou de créer une mémoire transnationale et particulièrement européenne.

Comité scientifique :

Martine Benoît, Université de Lille

Stefan Berger, Ruhr-Universität Bochum

Hélène Casanova-Robin, Sorbonne Université

Gerard Delanty, University of Sussex

Sophie Duchesne, Sciences Po Bordeaux

François Hartog, École des hautes études en sciences sociales

Tuuli Lähdesmäki, University of Jyväskylä

Elena Musiani, Università degli Studi di Bologna

Cédric Passard, Sciences Po Lille, Université de Lille

Alain Schnapp, Université Panthéon-Sorbonne

Aline Sierp, University of Maastricht

Informations pratiques:

Les propositions sont à adresser (titre et une dizaine de lignes de présentation accompagnés d’un rapide CV) avant le 15 septembre 2022 à Catherine Gaullier-Bougassas aux adresses suivantes : catherine.bougassas@univ-lille.fr ; erc-agrelita@univ-lille.fr

Les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge selon les modalités de l’Université de Lille.

Les articles issus des contributions seront publiés. Les articles seront à rendre pour le 15 février 2024.

Colloque : Banning Books: The Antwerp Indexes of Plantin, 1569-1571

Le lundi 13 et mardi 14 juin au musée Plantin-Moretus à Anvers.

Programme :

Lundi 13 juin

10:00 IT WAS HAPPENING HERE par Benito Rial Costas (Complutense University of Madrid)

10:15 THE MEASURES OF THE DUKE OF ALBA AGAINST SUBVERSIVE AND HERETIC PRINTING IN THE NETHERLANDS. LEGISLATION, CONTROL OF BOOKSELLERS AND THE PREPARATION OF THE INDEX LIBRORUM PROHIBITORUM OF 1570 par Gustaaf Janssens (KU Leuven)

10:45 PRESSURE, PUNISHMENT AND REINTEGRATION: ROYAL PARDONS LETTERS FOR PRINTERS IN THE WAKE OF THE ANTWERP INDEXES, 1568-1590 par Hans Cools (KU Leuven) and Gert Gielis (Archives de l’État en Belgique)

11:15 NEW INSIGHTS INTO THE PRINTING HISTORY OF THE 1570 INDEX LIBRORUM PROHIBITORUM par Kristof Selleslach (Museum Plantin-Moretus)

11:45 THE SPREAD OF THE ANTWERP INDEXES OF PROHIBITED BOOKS, 1569-1571: A LONG-TIME STUDY par Renaud Adam (Arenberg Auctions)

12:15 Break

13:45 WHAT KIND OF DUTCH SECULAR BOOKS THE AUTHORITIES WERE AFRAID OF? par Hubert Meeus (University of Antwerp)

14:15 VERNACULAR BIBLE READING AND THE ANTWERP INDICES OF 1569, 1570, AND 1571 par Wim François (KU Leuven)

14:45 STOPPING THE ROT: RELIGIOUS CONVERTS IN THE PLANTIN INDEXES OF PROHIBITED BOOKS par Richard Kirwan (University of Limerick)

15:15 FRANCISCO DE ENZINAS, AUCTOR PRIMAE CLASSIS par Ignacio García Pinilla (University of Castilla-La Mancha)

15:45 PROSCRIBED PRESCRIPTIONS: THE CASE OF POMPEO DELLA BARBA AND HIS SECRETS OF NATURE par Folke Gernert (University of Trier)

Jeudi 14 juin

10:00 UNDERSTANDING THE CENSOR. A READING OF THE ANTWERP EXPURGATORY INDEX (1571) par María José Vega (Universitat Autònoma de Barcelona)

10:30 THE 1571 INDEX EXPURGATORIUS: ERASMUS EMASCULATED OR SUBLIMATED? par Alexandre Vanautgaerden (University of Warwick)

11:00 THE PLURALITY OF CATHOLIC CENSORSHIP: THE DIFFERENT EXPURGATIONS OF JOHANNES WILD (FERUS) AND THE ANTWERP INDEXES OF 1569, 1570 AND 1571 par Markus Müller (University of Wuppertal)

11:30 Closing remarks

Show and Tell

11:45 THE OFFICINA PLANTINIANA’S MATERIAL LEGACY EXHIBITED BY THE PRINTING OF JAN BAPTIST HOUWAERT’S PEGASIDES PLEYN (1582-1583) par Kristof Selleslach (Museum Plantin-Moretus)

conférence – Une vision politique (suite) : la complainte de la paix

Dans le cadre des rencontres “Les mercredis d’Érasme”, Monique Weis (Université du Luxembourg) donnera une conférence intitulée “Une vision politique (suite) : la complainte de la paix”.

Elle se déroulera le mercredi 01/06/2022 de 20h00 à 21h30 à la Maison d’Érasme et en ligne.
Allégorie de la Paix

Résumé

Érasme l’avocat de la paix… Érasme le pacifiste… Cette image flatteuse jalonne l’histoire de la réception du penseur humaniste et de ses idées depuis le XVIe siècle.

Le but de la conférence est d’en dégager les différentes strates, en parallèle aux lectures successives de la Querela Pacis (Plaidoyer pour la Paix). Elle s’attardera notamment sur les commémorations de 1936 et les tentatives de récupération au profit des politique d’appeasement. Elle s’interrogera aussi, en interaction avec le public, sur l’actualité des écrits érasmiens en défense de la paix.

Monique Weis est professeure en histoire moderne à l’Université du Luxembourg depuis 2021. Elle est chercheure qualifiée honoraire du Fonds national de la recherche scientifique (Belgique). Elle travaille surtout sur l’histoire politique et religieuse des XVI
e et XVIIe siècles, dans une approche transrégionale et supra-confessionnelle. Parmi ses centres d’intérêt figure aussi l’étude de la réception de la Renaissance à l’époque contemporaine. Elle est notamment la co-auteure d’une étude sur la mémoire érasmienne à Bâle et à Rotterdam.

Informations pratiques

Option 1 : la conférence sur place au musée. Réservation en ligne obligatoire.

Option 2 : la conférence via le livestream (Youtube).

Informations et réservation

Lancement du cycle de séminaires transpériodes Genre et guerre : première rencontre le lundi 23 mai 2022 avec Brian Sandberg

Le 23 mai 2022 à l’Agora 12 (UCLouvain) à partir de 15h et sur Teams

“Un Courage viril. Le genre et la violence en France pendant les Guerres de Religion” par Brian Sandberg

Beaucoup de femmes françaises, comme les résidentes féminines de La Rochelle qui ont exercé des « actes martiaux » pour défendre leur ville, participaient à la violence généralisée des Guerres de Religion (1559-1629). Mon projet du livre, Un courage viril : Le genre et la violence pendant les Guerres de Religion concerne la nature genrée de la violence et de la culture politique à la fin du seizième siècle et au début du dix-septième siècle. Un des buts de ce projet de recherche est d’insérer les femmes dans la narration des Guerres de Religion comme des actrices historiques qui participaient pleinement aux reformes confessionnelles, aux programmes politiques et aux guerres religieuses.

Brian Sandberg est professeur d’Histoire à la faculté de l’Université de l’Illinois du Nord, spécialiste de l’histoire de la religion, de la violence, du genre, et de la culture politique pendant les Guerres de Religion en France. Il a publié Warrior Pursuits: Noble Culture and Civil Conflict in Early Modern France (2010), War and Conflict in the Early Modern World, 1500-1700 (2016) et de nombreux articles et essais. Il est actuellement résident à l’IMéRA à Marseille.

Organisation : silvia.mostaccio@uclouvain.be et jules.dejonckheere@uclouvain.be

 

Appel – Bourse de doctorat DE LA FONDATION PÉRIER-D’IETEREN

La Fondation Périer-D’Ieteren attribue chaque année une bourse de doctorat pour réaliser une thèse à l’Université Libre de Bruxelles ou en co-tutelle, dans les domaines de l’art des Pays-Bas méridionaux (XIVe-XVIIIe siècles) et de l’histoire de la conservation-restauration.

Les candidatures pour l’année 2022 devront être rentrées au plus tard le 30 juin à minuit.

Information

CFP – The Material Culture of Magnificence in Early Modern Cities

Annual Meeting of the RSA, The Material Culture of Magnificence in Early Modern Cities, 9-11 March 2023, San Juan. 

This session proposes to study the material culture of magnificence in early modern cities as a specific topic. Magnificentia, by its definition as a virtue, is very much concerned with the individual. By making appropriate expenditures to create grand works, the individual manifests his or her virtuousness, thus making it visible to a broader community. This manifestation occurs on multiple scales; in clothing, coachwork, tombs, city palaces, churches, as well as the design of urban space. Moreover, the virtue of magnificence necessarily requires an audience. This audience is needed to judge whether the expenditure is appropriate to the person, the object, and the circumstance in which it occurs, as well as to show admiration for the great works achieved.

The session departs from the hypothesis that the urban environment creates specific opportunities, but also imposes proper conditions and restrictions on the performance of magnificence. The community for which the virtue is externalized in a city is not only diverse in socio-economic position, but also in political affiliation. The performance of magnificence thus inscribes itself in a complex moral, social and political world, and one that is particularly dense and intense in an urban environment. What preconditions does this create for the performance of magnificence? How richly can (or should) one live in an environment where power struggles, economical rivalries, and personal disputes operate on a daily basis?

Moreover, the session specifically wishes to study how the material culture of magnificence functions in a daily context. The performance of magnificence in temporary events of social, political or religious importance, such as royal entries or religious ceremonies, has already been extensively studied. The particular nature of celebrations creates a temporal realm in which the virtue can be actualized, performed and recognized. But how does magnificence operate on an everyday basis? How does it function as a modus vivendi? And what traces does it leave in the material culture of the city?

We invite proposals that study the material culture of magnificence in early modern cities, and this at multiple scales and from multiple disciplines. Authors can focus on a specific type of object (such as clothing, coachwork, tombs, buildings…) or on the patronage of a specific (type of) patron. We invite proposals that focus on cities in early modern England, the Low Countries and Italy in specific, but are also open for papers that focus on other geographical areas. 

Proposals can be sent to nele.deraedt@uclouvain.be by 25 June 2022. The proposal should include a title, 150-word abstract, and one-paragraph biographical cv. The Annual Meeting of the RSA 2023 will take place in San Juan from 9-11 March 2023.

This session is organized by Anne-Françoise Morel (KU Leuven, Belgium) and Nele De Raedt (UCLouvain, Belgium) and is sponsored by the European Architectural History Network.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search