Journées d’étude – 19-20/05/2016 – Que faire du genre quand on étudie la littérature et l’histoire ?

Silvia Mostaccio et Damien Zanone ont le plaisir de vous inviter à la double journée d’études doctorales organisée les 19 et 20 mai 2016 autour de la question : « Que faire du genre quand on étudie la littérature et l’Histoire ? ». Ces journées sont le résultat d’une collaboration entre le GREG (Groupe de Recherches en Études de Genre) et les centres de recherche CRI et LaRHis (la journée s’inscrit dans le programme d’activités de l’École doctorale « Langues, Lettres et Traductologie » ED3 et « histoire, histoire de l’art et archéologie » ED4). La journée du 19 mai, sur les liens entre genre et littérature, est coordonnée par Damien Zanone ; celle du 20 mai, sur les liens entre genre et histoire, par Silvia Mostaccio.

Deux conférences ouvrent ces journées :

  • Christine PLANTÉ, prof. de Littérature à l’Université Lyon 2 : « La littérature française du XIXe siècle, un champ propice à la réflexion du point de vue du genre ? » le 19/5/2016 de 9h15 à 10h15 au Collège Socrate, Salle Ladrière (UCL, Louvain-la-Neuve).
  • Xenia VON TIPPELSKIRCH, prof. d’Histoire à l’Université Humboldt (Berlin) : « Genre, intersectionnalité et histoire des différentes formes de domination à l’époque moderne et au delà » le 20/5/2016 de 9h15 à 10h15 au Sénat Académique, Halles Universitaires (UCL, Louvain-la-Neuve).

Inscriptions : si vous prévoyez de participer à une journée complète, merci de le signaler à Stéphanie Lorent pour le mardi 17 mai 2016, 12h.

Programme :

Jeudi 19 mai, 9h-17h30
La littérature française du XIXe siècle, un champ propice à la réflexion du point de vue du genre ?
Salle Jean Ladrière (Collège Socrate)

La journée du 19 mai 2016 est organisée comme une rencontre autour de Christine Planté, Professeure à l’Université Lyon 2, à l’occasion de la réédition de La Petite Sœur de Balzac. Essai sur la femme auteur (Éditions du Seuil, 1989 ; Presses universitaires de Lyon avec un nouvel encadrement critique, 2015). Dans la postface de cette réédition, Christine Planté constate que « l’on assiste, après la Révolution française, à une redéfinition simultanée de la littérature –dans ses limites, ses fonctions et ses hiérarchies– et des rôles et modèles sexués ». Cette remarque servira de point de départ à la réflexion. Le XIXe siècle littéraire français, longtemps considéré comme celui des « grands écrivains » au sens de « grands hommes » mythologisés par les manuels scolaires, oppose-t-il une résistance particulière à une interrogation du point de vue du genre ? Le romantisme, en même temps qu’il malmène les cadres anciens de séparation entre les genres littéraires, occasionne-t-il un renouvellement des représentations des rapports entre les sexes ? La démocratisation de la lecture conduit-elle à faire évoluer les discours sur le public en différenciant entre lecteurs et lectrices ? Y a-t-il des mécanismes repérables de négation des « grandes écrivaines » et de leur relégation à l’arrière-plan de la mémoire littéraire ? Ces questions et d’autres animeront les discussions.
Responsable : Damien ZANONE, Professeur à l’UCL (damien.zanone@uclouvain.be)

9h – 9h15 : accueil par Damien Zanone, organisateur de la journée et directeur du Centre de recherche sur l’Imaginaire et par Silvia Mostaccio, responsable du Groupe de Recherche en Études de Genre de l’UCL
9h15 – 10h15 : conférence de Christine Planté (Université Lyon 2) : La Petite Sœur de Balzac : une relecture du point de vue du genre
10h15 – 10h45 : pause
10h45 – 12h : table ronde animée par Audrey Lasserre (Univ. Paris 3). Discussion autour et à partir de La Petite Sœur de Balzac entre Christine Planté et des doctorant-e-s : Myriam Dreesen (UCL), Laetitia Hanin (UCL), Guillaume Milet (Univ. Lyon 2), Margherita Romengo (UCL), Marie-Pier Tardif (Univ. Lyon 2 et UQAM) et Maxime Triquenaux (Univ. Lyon 2).
12h – 13h30 : déjeuner
13h30 : Isabelle Matamoros (Université Lyon 2) : Entre études littéraires et histoire culturelle : la lecture des femmes au prisme du genre
14h : Damien Zanone (UCL) : Heurs et malheurs d’un être de papier : la “femme romanesque”
14h30-14h45 : pause
14h45 : Annette Keilhauer (Université Erlangen-Nürnberg) : L’écriture de soi au XIXe siècle : réflexion sur un genre genré, entre stéréotypes et tabous
15h15 : Lisa Rodrigues Suarez (Université Paris 4) : La création d’une féminité monstrueuse dans Le Jardin des supplices d’Octave Mirbeau
15h45-16h : pause
16h : Stéphane Gougelmann (Université de Saint-Étienne) : Identifier les personnages d’homosexuels dans les romans français du XIXe siècle
16h30 : Michael Rosenfeld (UCL et Université de Strasbourg) : Autobiographies et autofictions homosexuelles à la fin du XIXe siècle
17h : Yannick Chevalier (Université Lyon 2) : Représenter littérairement le genre dans un contexte militant : la politisation des identités

Vendredi 20 mai, 9h-17h30
Genre, « intersectionnalité » et histoire des différentes formes de domination à l’époque moderne et au-delà
Salle du Sénat académique (Halles Universitaires)

La journée doctorale du 20 mai 2016, est organisée autour de Xenia von Tippelskirch, Professeure d’Histoire à l’Université Humboldt de Berlin, qui interviendra sur Genre, « intersectionnalité » et histoire des différentes formes de domination à l’époque moderne et au-delà : il s’agira de s’interroger sur le dialogue possible entre la catégorie de l’intersectionnalité (proposée par Crenshaw) et l’historiographie plus ancienne sur l’époque moderne. Dans quels contextes pouvons-nous présupposer une prépondérance de la catégorie du genre ? Suivra la présentation d’une étude de cas qui permettra de montrer l’interrelation de catégories d’analyses différentes (genre, âge, religion, état, couche sociale) et de poser des questions théoriques sur le jeu d’interdépendances. La deuxième partie de la journée sera consacrée aux interventions de jeunes chercheurs autour d’un aspect spécifique de leur recherche en cours, qu’ils aimeraient présenter et discuter avec madame von Tippelskirch et les autres intervenants.
Responsable : Silvia MOSTACCIO, Professeure à l’UCL (silvia. mostaccio@uclouvain.be)

9h – 9h15 : Silvia Mostaccio et Damien Zanone, accueil et introduction à la journée
9h15 – 10h00 : conférence de Xenia von Tippelskirch (Université Humboldt de Berlin) : Genre, « intersectionnalité » et histoire des différentes formes de domination à l’époque moderne et au-delà
10h00-10h30 : questions/réponses
10h30 – 10h50 : pause
10h50 – 11h20 : Margherita Romengo (UCL) : Genre et accès à la publication imprimée au XVIe siècle
11h20-11h50 : Jasmina Cornut (Univ. de Lausanne) : Femmes d’officiers au service étranger : implications, enjeux et stratégies de l’absence en Suisse romande, XVIIe-XIXe siècles
11h50-12h20 : Sarah Barthélemy (UCL – EHESS) : Quels modèles sociaux pour des études historiques de genre et de religion ?
12h20 – 13h50 : déjeuner 13h50-14h20 : Caroline Muller (Univ. De Reims) : Hommes, masculinité et entrée en religion
14h20-14h50 : Charles Melebeck (UCL) : Scoutisme et patronages : masculinité, tolérance, intolérance dans la pédagogie catholique belge au XXe siècle
14h50-15h20 : Olivier Worré (UCL) : Les commissaires européens. Un regard genré
15h20-15h40 : pause
15h40-16h10 : Ghaliya Djelloul (UCL) : L’ordre moral urbain depuis l’enjeu de la mobilité de femmes résidant en périphérie d’Alger. Religion, politique et patriarcat dans l’Algérie contemporaine
16h10-16h40 : Yannicke de Stexhe (UCL) : Les dynamiques de reconnaissance et d’effacement révélées par et présentes au sein du mouvement social Black Lives Matter
16h40 : mémoires d’histoire UCL en cours (Marie-Eve Carton-Delcourt et Alexia Kruppa)
17h30 : fin des travaux

affiche journée genre et littérature et histoire 2016


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.