Tous les articles par modernum

Rencontres scientifiques – Alessandro Metlica (chercheur invité au GEMCA)

Le GEMCA a le plaisir d’accueillir Alessandro Metlica (Université de Padoue) comme chercheur invité du 21 au 29 mai 2024. Voici le programme de ses interventions.

  • Mercredi 22 mai, 10-12h, ERASME 57 : Présentation des trois volumes « Contending Representations » (Brepols)
  • Lundi 27 mai, 14h-16h, ERASME 57 : Conférence « Baroccamente. Le luxe à l’âge baroque dans la mise en scène du pouvoir selon Aby Warburg »
  • Mardi 28 mai, 14h-16h, ERASME 57 : Séminaire « Existe-t-il un livre de fête républicain ? La mise en texte du républicanisme à Venise (XVIIe siècle) »

Informations

Projet « Loup, qui es-tu ? »

Le projet « Loup, qui es-tu ? » mené au Département d’histoire de l’UNamur a pour le moment atteint 73 % de l’objectif de son financement participatif.

Découvrez le projet en vidéo et contribuez à atteindre les 100 %  d’ici fin juin en soutenant directement le projet ou en diffusant l’information aussi largement que possible ! 

Cette contribution permettra de réaliser des recherches inédites et novatrices, croisant les données paléogénétiques et historiques, de manière à écrire l’histoire du loup en Wallonie. Ces connaissances contribueront à une meilleure connaissance des caractéristiques et comportements de l’espèce sur la longue durée et à une appréhension fine de son retour dans nos régions à l’heure actuelle. 

Les dons à partir de 40 € sont déductibles fiscalement et donnent droit à une contrepartie. Faire un don par virement sur le compte UNamur BE92 3500 0000 0123 (Don Loup) ou en ligne  https://soutenir.unamur.be/fr-FR/project/loup-qui-es-tu?

Personnes de contact : julie.duchene@unamur.be et isabelle.parmentier@unamur.be

Séminaire mensuel du GEMCA – Ingrid Falque (UCLouvain/FNRS) & Naïs Virenque (UCLouvain)

Ingrid Falque (UCLouvain/FNRS) et Naïs Virenque (UCLouvain) présenteront leur projet Quelles images pour quels usages ? Images et pratiques méditatives dans les chartreuses des anciens Pays-Bas (c. 1300-1566). La session aura lieu le jeudi 30 mai 2024 de 14h à 16h au SOCRATE 26 (Place Cardinal Mercier, 1).

Séminaire mensuel du GEMCA – Michele Bordoni (Università degli Studi di Cagliari)

Michele Bordoni (Università degli Studi di Cagliari) présentera une communication intitulée « Tableaux d’une exposition. Une promenade intermédiale dans les devises de Il Rota de Scipione Ammirato (Naples, 1562) ».  La session aura lieu le mardi 28 mai 2024 de 16h15 à 17h30 à l’ERASME 57 (Place Cardinal Mercier, 31). 

VNVNG: Lezing – Francesca Trivellato

Op 13 juni zal Francesca Trivellato (IAS Princeton) voor de Vlaams-Nederlandse Vereniging voor Nieuwe Geschiedenis (VNVNG) een lezing geven over haar recente monografie The Promise and Peril of Credit: What a Forgotten Legend about Jews and Finance Tells Us about the Making of European Commercial Society (Princeton University Press, 2019). 

Historici Ramona Negrón (Leiden) en Wim De Winter (Leuven) zullen na de lezing reflecteren op het werk van Francesca Trivellato en de auteur interviewen. Wil je erbij zijn? Schrijf je dan in via deze link

Locatie 

De Grote Aula van het Maria-Theresiacollege (Sint-Michielsstraat 6 in Leuven) 

Programma op 13 juni 

15.45: Deuren open 

16.00: Welkom door Hans Cools 

16.05: Lezing Francesca Trivellato 

16.45: Reflectie en interview door Ramona Negrón en Wim De Winter 

17.15: Vragen uit het publiek 

17.30: Borrel 

Voor leden van de Vlaams-Nederlandse Vereniging voor Nieuwe Geschiedenis is dit event gratis toegankelijk. Niet-leden kunnen ofwel 5 euro deelnamegeld betalen of voor 30 euro lid worden van de Vlaams-Nederlandse Vereniging voor Nieuwe Geschiedenis.

We verzoeken deelnemers aan dit voorjaarsevent van de VNVNG om zich in te schrijven via deze link

 

Niet-leden of nieuwe leden kunnen het deelnamegeld van 5 euro of de contributie van 30 euro overmaken naar IBAN: BE 96 0682 3425 2805 ten name van de Vlaams-Nederlandse Vereniging voor Nieuwe Geschiedenis (BIC: GKCCBEBB) met vermelding van ‘Deelname 13 juni + [uw achternaam] ofwel ‘Nieuw lid + [uw achternaam].

Informatie

Ciné-Science – Pirates des Caraïbes. Histoire & Culture populaire

Date : 16 mai 2024 

Heure : 20h00

Lieu : Université de Liège – Campus du 20-Août – Bâtiment A1 – Salle Gothot

Gratuit

Dans le cadre de la journée d’étude “Du Web 2.0 à la Bibliothèque bleue” (ModerNum), (re)découvrez le film « Pirates des Caraïbes » de Gore Verbinski (2003) à travers le regard d’un chercheur en histoire (Julien RÉGIBEAU) et d’un spécialiste du cinéma de genre (Vinvent TOZZINI). En collaboration avec la BILA. 

Petite, Elizabeth Swann, la fille du gouverneur, a sauvé de la noyade Will Turner après le naufrage de son bateau. Les années ont passé, Will et Elizabeth ont grandi. Will est devenu forgeron à Port Royal, et Elizabeth se prépare à épouser le commodore Norrington. Cependant, la vie d’Elizabeth bascule lorsque le capitaine Barbossa et sa bande de pirates décident d’attaquer Port Royal et la prennent en otage. Malheureusement pour lui, Barbossa a commis deux erreurs…

La projection du film de Gore Verbinski sera précédée d’une rencontre avec un·e chercheur·e en Histoire & un spécialiste du cinéma de genre. 

Informations

Conférence – Le Capitole de Tholoze Naissance et représentations de la maison commune de Toulouse au début du XVIe siècle, par Géraldine Cazals (Université de Bordeaux)

Date : 17 mai 2024 – 12h30 à 14h

L’inscription au wébinaire (via Teams) est obligatoire sur simple demande à jeremie.ferrer-bartomeu@uliege.be

 

À Toulouse, au début du XVI siècle, c’est une importante mutation que connaît le corps de ville. Un changement sémantique suit à l’attester : celui opéré en 1524 sur les cœurs de la ville, Sigillum nobilium Capituli Tolosani, qui devient le Sigillum nobilis Capitolii Tolosani, suivant une interpolation appelée à faire date et qui reste encore aujourd’hui d’actualité. Loin d’être accidentelle, cette interpolation illustre l’intensité de la réflexion que mènent alors les magistrats municipaux de Toulouse sur leur propre administration, et leur volonté d’endéfendre les droits par le biais notamment de représentations textuelles et symboliques tout à fait inédites. La nomenclature nouvelle de la magistrature municipale (Le Capitole) l’illustre tout comme un certain nombre de réalisations historiographiques, architecturales et artistiques que la présente communication s’attachera à donner à voir et à analyser.

WÉBINAIRE

Le spectacle des arcanes : 

Le travail de l’administration sur elle-même (images, discours, corpus) Première modernité, Europe et premières colonies, XVIe-XVIIe siècles

17 mai 2024 – Géraldine Cazals, Université de Bordeaux

14 juin 2024 – Monique Weis, Université du Luxembourg

11 septembre 2024 – Maud Hagelstein, ULiège/FNRS

20 septembre 2024 – Paul-Alexis Mellet, IHR/Université de Genève

18 octobre 2024 – Géraud Poumarède, Université Bordeaux Montaigne

15 novembre 2024 – Guillaume Gaudin, Toulouse-II-Jean-Jaurès

13 décembre 2024 – Marjorie Meiss, Université de Lille

Informations

Journée d’étude du Collectif Trecento – Actualité de la recherche en France et perspectives

Informations pratiques :

Date : mardi 14 mai 2024, 9h15

Lieu : INHA (salle Jullian)

Actualités de la recherche en France et perspectives
Le nouveau collectif Trecento propose une journée d’études le mardi 14 mai à partir de 9h15 à l’INHA (salle Jullian) consacrée à l’actualité de la recherche sur l’art dans la péninsule italienne au XIVe siècle, dans une acception chronologique large. Le collectif Trecento, en cours de constitution, est né de l’intention de rassembler et de fédérer l’ensemble des spécialistes de l’étude de la production artistique italienne du XIVe siècle dispersés en France dans les musées, les bibliothèques, les centres de recherche, les universités et les laboratoires. La journée d’étude du 14 mai entend proposer un premier espace de discussion entre ces différents spécialistes et dresser un état des lieux des travaux réalisés en France.

Programme :
9h15 : accueil des intervenants
9h30 : présentation du Collectif Trecento
10h-12h : présentation des travaux de recherches (première session)
14h-15h30 : présentation des travaux de recherches (seconde session)
15h30 : table ronde


Contact :
Bertrand Cosnet (bertrand.cosnet@univ-lille.fr)
Anne-Laure Imbert (Anne-Laure.Imbert@univ-paris1.fr)
Naïs Virenque (nais.virenque@uclouvain.be)

Journée du GEMCA – “L’expérience du parcours à travers les paysages bâtis de la première modernité”

Informations pratiques :

Date : 24 mai 2024

Lieu : Maison des Langues (MDL A118), UCLouvain

Programme :

  • 11h : Alessandro Metlica,
    « Fête et rituel. L’entrée de Henri III à Venise en 1574 »
  • 11h40 : Thibaut Fontinari,
    « Cheminement vers la reconnaissance : marcher, s’attacher et poétiser chez les bergers du Karakoram (Pakistan) »

12h20 : Lunch

  • 13h30 : Présentation du projet Percursus
  • 14h : Nele de Raedt, Cécile Chanvillard, Renaud Pleitinx,
    « L’infrastructure de la solitude : Le désert de Marlagne à Namur »
  • 14h40 : Anne-Françoise Morel, « Privation dans le désert, délectation au paradis : les multiples facettes de l’expérience sensorielle dans le détachement spirituel »

15h20 : Pause

  • 15h40 : Ralph Dekoninck,
    « La Theoria des déserts carmélitains. Ou comment (re)construire visuellement et imaginairement un paysage idéalisé »
  • 16h20 : Agnès Guiderdoni,
    « La transfiguration du Désert de Marlagne en jardin d’Eden »

Une collaboration entre le GEMCA, le LAA et Super-Positions INCAL / LAB, UCLouvain

Inscriptions avant le 17 mai : ralph.dekoninck@uclouvain.be

Appel à communications – Journées d’études “Du formalisme à l’analyse morphologique”, 5 – 6 décembre 2024

Deux cents ans après la parution de l’ouvrage qui a fixé le genre de la monographie, le Über Hubert und Johan van Eyck de G. F. Waagen (1822), cent cinquante ans après la parution du Zeitschrift für bildende Kunst (1874) de Morelli, suivi près de vingt ans plus tard par les Stifragen (1893) de Riegl et enfin par les Principes fondamentaux en histoire de l’art (1917) de Wölfflin, ces journées se donnent pour objectif d’interroger l’actualité du formalisme et l’avenir de l’analyse morphologique dans la recherche en histoire de l’art.

L’étude de la forme et du style a constitué la source même de la discipline de l’histoire de l’art. Depuis les Vies de Vasari jusqu’aux études pionnières de la Kunstwissenschaft, elle a été l’objet fondamental de la discipline. La fameuse génération de la « science de l’art » germanique (Riegl, Wolfflin, Warburg, etc.) lui avait en effet donné un fondement objectif et analytique tout en l’intégrant au croisement d’une approche psychologique et philosophique. Pourtant, tout au long du xxe siècle, l’étude formelle n’a cessé d’être mise en concurrence et marginalisée au sein d’une histoire de l’art qui s’est constamment élargie à de nouvelles méthodes et disciplines. Ainsi, à la suite des études iconologiques de Panofsky, s’est lentement cristallisé un dualisme entre forme et signification qui a longtemps polarisé le monde de la recherche, dualisme qui avait réservé le signifié des images au domaine de l’iconologie, et les signifiants plastiques – le monde des formes – à celui du style. Par ailleurs, dans le cadre du « tournant paradigmatique » qui caractérise les sciences humaines depuis la fin du xxe siècle, l’ouverture et l’enrichissement de l’histoire de l’art à des approches interdisciplinaires – historiques, culturelles, sociales, anthropologiques, etc. –, a quant à elle contribué, comme l’a récemment montré Frédéric Elsig, à un autre clivage, creusant cette fois le fossé entre le monde universitaire, d’une part, et monde muséal et le marché de l’art, d’autre part. Si le monde universitaire s’est ouvert à l’interdisciplinarité et à une nouvelle quête du « sens » (une « volonté de faire “sens”, après avoir fait “signe” » pour reprendre les termes de François Dosse) – quête dont les maîtres mots sont désormais les notions de symptôme, de travail, de fonctionnement ou de performativité –, le marché de l’art poursuit sa quête de l’identification des auteurs des œuvres. Cependant, bien que le connoisseurship des débuts, réduit à la forme et au style, se soit ouvert à un intérêt réel pour la matière et la technique, il continue à souffrir d’une étiquette positiviste ou subjective dans les milieux universitaires. Même dans les milieux universitaires, la réalisation de monographie est souvent considérée comme une entreprise désuète, elle laisse la place à l’identification des réseaux d’artistes et de commanditaires, comme aussi à la réception des œuvres.

Face à cet horizon épistémologique, ces journées ambitionnent de faire le point sur l’état de la recherche en matière d’analyse morphologique, à travers trois axes distincts, mais intimement liés :

1) Axe méthodologique

Il s’agira de définir les enjeux et la méthode de l’analyse morphologique en éclaircissant les concepts qui la balisent, comme ceux d’expression, de style, de séquence formelle, de série, de réplique, d’invariants, de manière etc. On s’interrogera sur l’articulation de l’analyse morphologique avec la description – qui suppose l’adéquation entre le système de mots et le système des formes – ainsi que le comparatisme. À travers des études de cas ciblées sur la méthodologie, on s’intéressa aux lieux privilégiés de l’analyse morphologique, comme l’ornement, les draperies, ou les détails anatomiques.

2) Axe historiographique et épistémologique

Quelle est la pertinence de l’approche morphologique aujourd’hui au sein d’une histoire de l’art élargie à l’approche culturelle, anthropologique, sociale, mais aussi aux disciplines scientifiques de laboratoire, ou encore au sein du « material turn » qui s’est manifesté ces deux dernières décennies. Mais surtout, comment penser son articulation ou sa complémentarité avec ces approches ? Par ailleurs, si un large pan de l’historio¬graphie récente s’est attaché à élargir les frontières traditionnelles de l’analyse de l’image, dont la méthode iconologique avait jusqu’alors balisé le terrain, et s’est donc efforcée de ne pas réduire l’image à une affaire de message, il convient également de ne pas réduire les formes à une affaire de style, d’attribution ou de classification, et de comprendre comment elles peuvent faire sens dans un réseau d’acteurs multiples. Enfin, dans une perspective historiographique, on se demandera quelle est la postérité de l’école formaliste (Morelli, Wölfflin, Riegl, Worringer, Focillon, Kubler, etc.) aujourd’hui dans la recherche en histoire de l’art ?

3) Axe muséal

Si, dans sa genèse, l’histoire de l’art s’est professionnalisée au sein des musées par l’étude de la forme et du style (avec la question des attributions et l’élaboration des catalogues ou monographies), quelle est la place du formalisme aujourd’hui dans le monde muséal ? Quels sont les enjeux, les modalités et les bénéfices d’une approche formelle dans la scénographie et la mise en exposition des œuvres ou dans la médiation des publics ? Quelle est la pertinence de l’approche morphologique dans le cadre du tournant sensible qui caractérise la médiation muséale aujourd’hui ? Quelles relations entretient-elle avec le connoisseurship ?

MODALITÉS DE SOUMISSION

Les journées d’étude se tiendront les 5 et 6 décembre 2024 à l’Université de Namur et au Musée L, musée universitaire de Louvain (Louvain-la-Neuve, Belgique). Les propositions de communication ne devront pas excéder 500 mots en français ou en anglais. Elles seront accompagnées de quelques lignes biographiques. Le document est à envoyer pour le 1er juin 2024 à caroline.heering@uclouvain.be ; muriel.damien@uclouvain.be et michel. Lefftz@unamur.be Les interventions ne devront pas excéder 25 minutes.

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

Marc BAYARD (dir.), L’histoire de l’art et le comparatisme. Les horizons du détour, Paris, Somogy, 2007.

Bernard BERENSON, Rudiments of Connoisseurship. Study and Criticism of Italian Art Study and criticism of Italian art, Schocken,1902.

Lara BONNEAU, « Formes et expressions. Heinrich Wölfflin et Aby Warburg », dans Danièle Cohn et Rémy Mermet (dir.), L’histoire de l’art et ses concepts. Autour de Heinrich Wölfflin, Paris, Edition Rue D’Ulm (Aesthetica), 2020.

Frédéric ELSIG, Connoisseurship et histoire de l’art. Considération sur la peinture des XVe et XVIe siècles, Genève, Droz, 2019.

Henri FOCILLON, La vie des formes, Paris, Ernest Leroux, 1934.

Georges KUBLER, The Shape of Time. Remarks on the history of things, Yale University Press, New Haven, 1962.

Carole MAIGNE (textes réunis par), Formalisme esthétique. Prague et Vienne au XIXe siècle, Paris, Vrin (Essai d’art et de philosophie), 2012.

Giovanni MORELLI, Zeitschrift für bildende Kunst, 1874.

Alois RIEGL, Questions de style. Fondements d’une histoire de l’ornementation, préface de Hubert DAMISCH, trad. de l’all. Par H.-A. Baatsch et F. Rolland, Paris, Hazan, 2002 [Stifragen, 1893].

Heinrich WÖLFFLIN, Principes fondamentaux en histoire de l’art [Kunstgeschicht-liche Grundbegriffe : das Problem der Stilentwickelung in der neueren Kunst, 1915]

Heinrich WÖLFFLIN, Prolégomènes à une psychologie de l’architecture, Grenoble, École d’architecture de Grenoble, 2005 [Prolegomena zu einer Psychologie der Architektur, 1886]

Henri ZERNER, Écrire l’histoire de l’art. Figures d’une discipline, Paris, 1997

COMITÉ ORGANISATEUR

Muriel Damien (UCLouvain/MuséeL)

Caroline Heering (UCLouvain)

Michel Lefftz (UNamur)

Conférence – Méditerranées : Une histoire des mobilités humaines (1492-1750)

Quand ? 13 mai 2024, de 16h15 à 18h15 (mode hybride)

Où ? Maison des Langues, local A118; voie du Roman Pays 3A

Le Groupe de Recherches Historiques des Sociétés en Guerre lance la première conférence d’un nouveau cycle de communication : «Les séminaires braudéliens ».

Conférenciers : Guillaume Calafat, Maître de conférences en histoire moderne à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (IHMC); Mathieu Grenet Maître de conférences en histoire moderne à l’INU Champollion d’Albi (FRAMESPA).


Modérateur : Luca Lo Basso, professeur de l’Université de Gênes, NaV-Lab

Pour plus d’informations et pour s’inscrire à cette conférence, veuillez envoyer un mail à maxime.renard@student.uclouvain.be (objet du mail : «Cycle les séminaires braudéliens »).

Publication – E. Fransens, Les Papiers des Nuits. Étude historique et catalogue de filigranes des papiers des manuscrits de la recension égyptienne des Mille et une Nuits, Louvain, Peeters, 2024

Les Mille et une Nuits sont multiples, tant par leur forme que par leur contenu. Il s’agit d’histoires contées et de manuscrits, supports de la mémoire des conteurs. Comme dans toute tradition manuscrite pluriséculaire, des variantes sont observées, mais dans le cas des Nuits, les différences vont bien au-delà, puisqu’il existe bel et bien plusieurs versions des Nuits en circulation. La recension égyptienne des Mille et une Nuits est l’une d’elles ; elle a fait l’objet d’une étude détaillée et exhaustive. Dans cette première publication, les papiers sont au centre de nos préoccupations. Leur description matérielle, leur contextualisation critique, avec une attention particulière portée aux filigranes et contremarques qui les caractérisent, permettent d’améliorer notre connaissance de ce groupe de manuscrits : datation, conditions d’apparition et relation entre chacun des manuscrits de la recension en ressortent plus claires et plus précise.

Informations

 

Exposition – Chefs-d’oeuvre de Léonard de Vinci en gravure. Dans les collections de la Bibliothèque nationale de France

Du 1er  juin au 22 septembre 2024
Ouvert tous les jours de l’année de 9h00 à 19h00 (entrée libre)

Château royal d’Amboise (Montée de l’Emir Abd El Kader, 37400 Amboise, France)

L’exposition est présentée à l’occasion de la réouverture au public de la chapelle Saint-Hubert du château royal d’Amboise, où Léonard de Vinci est enterré. Elle propose d’explorer la relation – paradoxale – que le maître florentin a entretenue avec l’art de la gravure. Ses écrits montrent qu’il fut tenté de perfectionner la technique. Comme nous l’apprend Paolo Giovio, son ami et biographe, il songea aussi à illustrer de gravures un Traité d’anatomie. Plusieurs estampes portant son nom sont parvenues jusqu’à nous, certaines d’entre elles seront d’ailleurs exposées à Amboise. Mais, contrairement à Andrea Mantegna ou à Raphaël, Léonard ne semble pas avoir voulu contrôler la reproduction gravée de ses œuvres, ni même l’avoir encouragée. De son vivant, seule la Cène est traduite en gravure et quelques-uns de ses dessins font l’objet d’interprétations gravées vers 1500. Il faut attendre le XVIIe siècle pour que ses autres chefs-d’œuvre peints, comme la Sainte Anne ou le Saint Jean Baptiste, suscitent l’attention des graveurs. Raconter cette histoire complexe est le défi de l’exposition.

Le commissariat scientifique est assuré par Laure FAGNART (F.R.S.-FNRS/ULiège – Transitions), Stefania TULLIO CATALDO (ULiège – Transitions), Caroline VRAND (BnF) et Gennaro TOSCANO (BnF). La manifestation valorise un projet de recherche mené à l’ULiège et qui a fait l’objet d’un partenariat scientifique avec la BnF. Un ouvrage – intitulé Léonard de Vinci et l’art de la gravure. Traduction, interprétation & réception – paraîtra à l’occasion chez l’éditeur Liénart.

Informations

 

Conférence – Mille visages de Luca Giordano, protagoniste du Baroque européen (Par Elena Fumagalli)

Quand ? 14 mai 2024, de 18h00 à 20h00

Où ?   ULiège – Salle Wittert 

Conférence d’Elena FUMAGALLI (Università di Modena e Reggio-Emilia) dans le cadre du cycle de conférences annuel de Transitions.

Formé à Naples, dans l’atelier de l’espagnol José de Ribera, Luca Giordano (1634-1705) est actif à Rome, à Florence et à Venise. Sa vie et son œuvre feront l’objet d’une prochaine exposition qu’Elena FUMAGALLI (Università di Modena e Reggio-Emilia) nous présentera à l’occasion de cet exposé.

Informations

Conférence – Martin Schongauer. Sublimer la gravure à la fin du XVe siècle (par Aude Briau)

29 avril 2024, 16h30

Liège, Auditorium du Grand Curtius (Féronstrée, 136 à 4000 Liège)

5 euros / 2 euros pour les étudiants / gratuit pour Les Amis du Musée d’Art religieux et d’Art mosan

Organisée dans le cadre du Wittert Project, à l’initiative des Amis du Musée d’Art religieux et d’Art mosan, cette conférence abordera l’œuvre gravé de Martin Schongauer dont le Musée Wittert conserve de nombreuses estampes.

La gravure sur cuivre est une technique encore jeune lorsque au début des années 1470, Martin Schongauer (vers 1445/50-1491) – dit le Beau Martin – s’empare du burin. Peintre et orfèvre, il transforme radicalement le médium par l’entremise d’une centaine d’estampes d’une qualité formelle et technique inconnue jusqu’alors. Œuvres multiples, facilement diffusables, elles essaiment alors depuis Colmar à travers l’Europe entière, où elles surent inspirer de l’Italie aux Pays-Bas, de l’Espagne à la Bohème, les artistes les plus fameux (Albrecht Dürer, Michel-Ange, etc) comme des praticiens plus modestes.

À propos de la conférencière

Depuis 2020, Aude Briau est inscrite en doctorat à l’École Pratique des Hautes Études, Paris en cotutelle avec l’Université d’Heidelberg. Elle consacre ses recherches à la réception des gravures de Martin Schongauer dans l’image imprimée européenne autour de 1500, en s’intéressant plus particulièrement aux modalités de leur diffusion.

En 2023-2024, Aude Briau est attachée au Wittert Project (ULiège) dans le cadre duquel elle prépare une publication consacrée à Martin Schongauer et sa diffusion à partir des oeuvres de la collection du Musée Wittert, ainsi qu’une exposition dédiée à l’artiste qui sera présentée au musée en 2025.

Informations