Archives de catégorie : Appels à chercheurs

Dans cette catégorie on retrouvera les posts concernant les contrats et financements pour doctorats consacrés à la période moderne.

APPEL À CANDIDATURES – ERC Advanced grant 2020 AGRELITA – Trois postes de post-doctorants

Dans le cadre du Projet ERC Advanced Grant 2020 AGRELITA, « The reception of ancient Greece in pre-modern French literature and illustrations of manuscripts and printed books (1320-1550): how invented memories shaped the identity of European communities », dirigé par Prof. Catherine Gaullier-Bougassas (Principal Investigator), trois postes contractuels de post-doctorants à temps plein (100%) sont à pourvoir à compter du 01/09/2024.

AGRELITA est conduit à l’Université de Caen Normandie et se terminera le 30 septembre 2027.

Durée du contrat : 12 mois, renouvelable

PROJET

L’histoire de la réception de la Grèce antique (avant Alexandre le Grand) en Europe occidentale pré-moderne s’est concentrée jusqu’ici presque exclusivement sur la transmission des textes de l’Antiquité grecque. Pourtant, bien avant la renaissance de l’enseignement du grec, de nombreux ouvrages vernaculaires, souvent illustrés, contenaient des représentations élaborées de la Grèce antique. AGRELITA étudie un large corpus d’œuvres littéraires de langue française (historiques, romanesques, poétiques, didactiques) produites de 1320 à 1550 en France et en Europe, avant les premières traductions directes du grec au français, ainsi que les images offertes par leurs manuscrits et livres imprimés. L’examen de ces œuvres et de leurs illustrations (dialogue du texte et de l’image et pouvoirs spécifiques de chacun) permet d’analyser les représentations de la Grèce antique dans la perspective encore inexplorée de l’élaboration d’une nouvelle mémoire culturelle. Elles sont ainsi étudiées en lien avec leur contexte politique, social et culturel, ainsi qu’en lien avec les œuvres des littératures européennes proches et leurs illustrations. Se situant aux frontières des études littéraires, de l’histoire du livre et de l’histoire de l’art, des visual studies, de l’histoire culturelle et politique et des memory studies, AGRELITA propose une réévaluation du rôle joué par la Grèce antique dans les processus de formation des identités en Europe occidentale. Le projet vise également à contribuer à une réflexion générale sur la formation des mémoires, des héritages et des identités.

Le projet est présenté sur le site : https://agrelita.hypotheses.org/

MISSIONS

Les trois post-doctorants analyseront les textes et les images du corpus. Ils/Elles travailleront avec la Principal Investigator, le project manager, les chercheurs associés et les chercheurs invités.

Missions principales :

  • Le dépouillement d’un corpus déjà identifié de textes des XIVe, XVe et XVIe siècles et l’identification de nouveaux textes qui contiennent des représentations de la Grèce ancienne (textes disponibles sous forme d’éditions modernes ou à partir des manuscrits et des imprimés des XIVe -XVIe siècles)
  • La collecte de données et la rédaction de notices sur les textes, les auteurs, les artistes, les manuscrits, les imprimés, leurs données grecques
  • L’analyse des représentations textuelles et visuelles de la Grèce ancienne, des liens entre textes et images
  • La production d’articles scientifiques originaux, qui paraîtront dans les volumes collectifs d’AGRELITA et dans des revues spécialisées
  • La représentation du projet AGRELITA dans le cadre de colloques et journées d’études extérieurs, en France ou à l’étranger, et la publication des communications
  • La contribution à une anthologie de textes et d’images (en lien avec toute l’équipe)
  • La participation à toutes les activités d’AGRELITA
  • La contribution à l’organisation scientifique de ces séminaires, journées d’études, colloques ; l’identification de collègues à inviter, la prise de contact…
  • La contribution à l’accueil des chercheurs invités
  • La contribution à la mise en forme des volumes collectifs prévus (relecture, correction, mise en forme des manuscrits envoyés aux éditeurs)
  • La contribution à l’alimentation du site web et du blog
  • La contribution à la réflexion sur la mise en œuvre et le développement d’AGRELITA

 

QUALIFICATIONS ET COMPETENCES REQUISES

  • Doctorat en littérature française du Moyen Age et/ou de la Renaissance, en histoire de l’art du Moyen Age et/ou de la Renaissance (manuscrits et enluminures, premiers imprimés, peintures et gravures), en langues et littératures anciennes ou en histoire culturelle des XIVe- XVIe siècles.

Le/La candidate doit avoir obtenu sa thèse depuis moins de trois ans à la date du début du contrat.

  • Excellentes capacités d’analyse des textes et des images, ainsi que des relations entre textes et images
  • Excellente maîtrise du français moderne, écrit et oral
  • Maîtrise de l’écriture scientifique
  • Maîtrise du moyen français et du français de la Renaissance
  • Bonnes compétences en paléographie pour la lecture et la transcription de textes manuscrits et imprimés des XIVe- XVIe siècles
  • Des connaissances en latin et en grec ancien
  • Capacité à maîtriser un large corpus et à mener des études comparatives
  • Capacité et goût pour les études interdisciplinaires
  • rigueur, fiabilité, confidentialité
  • Expérience et/ou volonté de travailler en équipe
  • Sens de l’initiative
  • Capacité à alimenter un site web et son blog

ENVIRONNEMENT PROFESSIONNEL

Chacun des post-doctorants sera placé sous la responsabilité directe de la Principal Investigator du projet AGRELITA, Prof. Catherine Gaullier-Bougassas. Il travaillera aussi en équipe avec les autres post-doctorants et le project manager.

CONDITIONS ET MODALITES DE TRAVAIL

  • Lieu d’exercice : Université de Caen Normandie, Campus 1, Esplanade de la Paix. Les postes sont rattachés au centre de recherche Michel-de-Boüard / CRAHAM – UMR 6273 (UNICAEN/CNRS)

Les post-doctorants auront un bureau au Craham.

  • Employeur : Université de Caen
  • Nature du contrat : contrat de travail à durée déterminée
  • Durée du contrat : 12 mois renouvelable
  • Temps de travail : 100%
  • Date pressentie de début du contrat : 1er octobre 2024
  • Rémunération : environ 2800 € brut/mensuel
  • Régime de congés avantageux

Contact : catherine.gaullier-bougassas@unicaen.fr

PROCEDURE DE RECRUTEMENT

Dossier de candidature à envoyer au format numérique (pdf) au plus tard le 12 mai 2024 à l’adresse suivante : catherine.gaullier-bougassas@unicaen.fr

Le dossier devra être constitué de :

  • Un Curriculum Vitae (Formation, Expérience, Publications)
  • Une lettre de motivation, qui présente et explique l’intérêt pour la réception de l’Antiquité grecque dans la période considérée
  • Un pdf de la thèse et un pdf du rapport de thèse
  • Une proposition de projet d’article original (une page environ) sur un aspect de la réception de la Grèce ancienne (d’avant Alexandre le Grand) dans la littérature française pré-moderne (œuvres manuscrites ou imprimées, leurs illustrations)
  • Les noms et les coordonnées de deux personnes de référence, à la fin du fichier du CV. Merci de tout regrouper dans un seul fichier pdf.

Les candidats sélectionnés seront auditionnés fin mai/début juin 2024. Réponse courant juin.

L’annonce est aussi consultable sur les sites :

https://euraxess.ec.europa.eu/jobs/211233

Recrutement de personnels contractuels

 

APPEL À CANDIDATURES – ERC Advanced grant 2020 AGRELITA – PROJECT MANAGER

Dans le cadre du Projet ERC Advanced Grant 2020 AGRELITA, « The reception of ancient Greece in pre-modern French literature and illustrations of manuscripts and printed books (1320-1550): how invented memories shaped the identity of European communities », dirigé par Prof. Catherine Gaullier-Bougassas (Principal Investigator), un poste contractuel de Project Manager à temps plein (100%) est à pourvoir à compter du 01/09/2024.

AGRELITA est conduit à l’Université de Caen Normandie et se terminera le 30 septembre 2027.

Durée du contrat : 12 mois renouvelable

PROJET

Jusqu’à présent, l’histoire de la réception de la Grèce antique en Europe occidentale prémoderne s’est concentrée presque exclusivement sur la transmission des textes de l’Antiquité grecque. Pourtant, bien avant la renaissance de l’enseignement du grec, de nombreux ouvrages vernaculaires, souvent illustrés, contenaient des représentations élaborées de la Grèce antique.

AGRELITA étudie un large corpus d’œuvres littéraires de langue française produites de 1320 à 1550 en France et en Europe, ainsi que les images offertes par leurs manuscrits et livres imprimés.

MISSIONS

Le project manager vient en appui à la Principal Investigator du projet pour l’accompagner dans sa mise en œuvre :

  • organiser les activités scientifiques du projet
  • contribuer à son suivi scientifique et à la préparation des publications
  • se charger de la communication du projet
  • accompagner le suivi administratif et budgétaire du projet.

Il-Elle sera en communication avec de nombreux interlocuteurs scientifiques, administratifs et financiers, les membres du projet et les chercheurs invités, l’Université de Caen et l’ERC, les éditeurs, les traducteurs, les bibliothécaires…

Les missions les plus importantes du project manager seront ainsi :

Organisation logistique des activités scientifiques du projet :

  • Programmer les activités, déplacements en lien avec la Principal Investigator et les post-docs
  • Organiser la logistique des activités scientifiques du projet – réunions, séminaires, journées d’études, colloques (en présentiel comme en distanciel) : gérer les missions des membres de l’équipe et des chercheurs invités en lien avec les services de l’Université de Caen (hébergement, transport…)
  • Organiser les déplacements de la Principal Investigator et des post-docs.
  • Organiser l’accès aux services nécessaires pour le déroulement du projet : documentation, reproductions, traductions, liens avec les éditeurs…
  • Contribuer à l’accueil des chercheurs invités

Contribution au suivi scientifique du projet :

  • Participer à la rédaction des rapports d’activité
  • Participer au suivi des publications d’AGRELITA : contribuer à la préparation matérielle des publications, à la lecture et à la mise en conformité typographique des textes (règles de présentation des éditeurs), assurer le suivi des relations avec les éditeurs et traducteurs
  • Contribuer au suivi du plan de gestion des données

Communication du projet :

Développer et mettre en œuvre des stratégies pour assurer une communication et une diffusion efficaces et visibles du projet.

  • Gérer le carnet hypothèses Agrelita (https://agrelita.hypotheses.org/) et alimenter le contenu de ses différentes rubriques, en lien avec la Principal Investigator.
  • Gérer les comptes des réseaux sociaux du projet.
  • Annoncer sur les sites scientifiques spécialisés et les réseaux sociaux les activités du projet.
  • Développer d’autres stratégies de communication, notamment en lien avec la direction de la communication de l’Université de Caen.

Suivi administratif, budgétaire et financier du projet :

Assurer les liens avec les services administratifs et financiers de l’Université de Caen et de l’ERC.

En relation avec le laboratoire du Craham (Centre Michel de Boüard · UMR 6273, https://www.craham.cnrs.fr/), l’UFR Humanités et sciences sociales (https://ufr-hss.unicaen.fr/) et la Direction de la recherche et de l’innovation de l’Université de Caen, contribuer activement aux tâches suivantes :

  • Suivi de la consommation des crédits du projet en veillant à la bonne application des règles budgétaires et administratives de l’Université de Caen et de la Commission européenne
  • Préparation des rapports administratifs et financiers selon le calendrier prévu dans la convention de subvention, les réponses aux enquêtes, audits et évaluations notamment ceux relatifs à l’organisation et au budget du projet
  • Archivage des documents, notamment financiers, factures, ordres et rapports de mission…, en coordination avec les services internes de l’Université

QUALIFICATIONS ET COMPETENCES REQUISES

  • Master (Bac +5) ou doctorat
  • Expérience souhaitée dans la conduite de projets de recherche.

Une expérience préalable de gestion de projets et de budgets européens serait un avantage.

  • Goût pour les projets de recherche européens et la recherche en sciences humaines.
  • Très bonne maîtrise du français, aptitude à la relecture des textes, et connaissance des règles de l’écriture scientifique
  • Bonne maîtrise de l’anglais, pour la communication orale et écrite avec les chercheurs anglophones, la traduction d’appels à communication…
  • Rigueur, fiabilité
  • Sens de l’organisation
  • Autonomie, sens de l’initiative et des responsabilités, attitude réactive et flexible, capacité à gérer des situations diverses et à résoudre les difficultés
  • Esprit d’équipe et aptitude à travailler en réseau, avec des interlocuteurs aux préoccupations multiples, capacité d’écoute et d’adaptation
  • Très bon sens relationnel, confidentialité
  • Maîtrise des outils de bureautique
  • Expérience de l’édition web de base appréciée (formation possible)

ENVIRONNEMENT PROFESSIONNEL

Le project manager sera placé-e sous la responsabilité directe de la Principal Investigator du projet AGRELITA, Prof. Catherine Gaullier-Bougassas, et travaillera en étroite collaboration avec elle. Il-Elle sera en contact constant avec les post-doctorants et les autres membres du projet. Il-Elle devra travailler en équipe mais aussi de manière autonome, en respectant ses propres délais et plannings à long terme.

CONDITIONS

  • Lieu d’exercice : Université de Caen, centre de recherche Craham : Centre Michel de Boüard · UMR 6273, https://www.craham.cnrs.fr/

Le/la project manager aura un bureau dans les locaux du Craham.

  • Employeur : Université de Caen
  • Nature du contrat : contrat de travail à durée déterminée
  • Durée du contrat : 12 mois renouvelable
  • Temps de travail : 100%
  • Date pressentie de début du contrat : 01/09/2024
  • Rémunération : à partir de 2134€ brut mensuel et, à négocier en fonction du profil et de l’expérience
  • Régime de congés avantageux

Contact : catherine.gaullier-bougassas@unicaen.fr

PROCEDURE DE RECRUTEMENT

Dossier de candidature à envoyer au format numérique (pdf) au plus tard le 12 mai 2024 à l’adresse suivante : catherine.gaullier-bougassas@unicaen.fr

Le dossier devra être constitué de :

  • Un Curriculum Vitae
  • Une lettre de motivation
  • D’éventuels noms et coordonnées de personnes de références à contacter

Merci de tout regrouper dans un seul fichier pdf.

Les candidats sélectionnés seront auditionnés vers fin mai/début juin 2024. Réponse courant juin 2024.

L’annonce est aussi consultable sur les sites :

https://euraxess.ec.europa.eu/jobs/211233

Recrutement de personnels contractuels

https://agrelita.hypotheses.org/

Vacature promovendus – « Retoriek in de Republiek – Welsprekendheid in de vroegmoderne Nederlandse politiek »

 

PhD Retoriek in de Republiek. Welsprekendheid in de vroegmoderne Nederlandse politiek

Promovendus (1.0 fte)

Aan het Instituut van Geschiedenis van de Universiteit Leiden begint in 2024 het onderzoeksproject ‘Quiet Rebels? A Social History of Political Rhetoric’. Voor dit onderzoek zoekt het Instituut een promovendus (PhD-kandidaat).

Projectbeschrijving
Quiet Rebels? A Social History of Political Rhetoric
Mensen die radicale religieuze, sociale en politieke veranderingen voorstelden, bedreigden de bestaande orde, veiligheid en vrede. In ‘Quiet Rebels? A Social History of Political Rhetoric’ bestudeert een onderzoeksteam geleid door dr. Anne Heyer, dr. Jasper van der Steen en dr. Lauren Lauret, samen met een postdoc, promovendus en student-assistent, hoe de omgang met radicale ideeën de samenleving en politiek in Nederland en daarbuiten vormde. We kijken daarbij vooral naar speeches en speech acts, die altijd cruciaal zijn geweest in politiek debat. We analyseren de politieke gesprekken tussen zittende machthebbers en voorstanders van verandering. De werkhypothese is dat wat politieke elites als radicaal bespraken, in de praktijk vaak leidde tot—stille—overname van de opstandige agenda om aan de macht te blijven. Ons doel is om te laten zien hoe deze processen de politieke taal in de loop van de tijd veranderden. Het overdrijven of wegwuiven van potentiële gevaren ging enerzijds gepaard met emotioneel radicalisme en populisme, en anderzijds met een pragmatische en technocratische communicatiestijl. Deze combinatie is vandaag de dag nog steeds van belang voor de democratie.

Retoriek in de Republiek. Welsprekendheid in de vroegmoderne Nederlandse politiek
De promovendus in dit project zal zich richten op de Republiek der Verenigde Nederlanden (1588-1795). In de vroegmoderne Nederlandse politiek overheerste een pragmatische stijl van overleg die ‘persuasie’ werd genoemd.
De rol van toespraken en speech act in die overlegcultuur is door de wetenschap verwaarloosd. Dat is onbevredigend, want Nederlandse tijdgenoten vonden ze wel belangrijk. Ze waren goed thuis in klassieke retorica en hadden aantoonbaar belangstelling voor toespraken. Het staat ook in schril contrast met de aandacht voor welsprekendheid in andere Europese politieke systemen, zoals op de Britse Eilanden of de Nederlandse politiek na 1780. Dit onderzoek bouwt voort op die eerdere studies over (Nederlandse) parlementaire welsprekendheid en politieke retorica in vroegmodern Europa.
Het project waarvoor de promovendus wordt aangesteld, onderzoekt de politieke taal die vroegmoderne Nederlandse politici gebruikten, hoe hun toespraken invloed hadden op hun luisteraars, en hoe praktijken van welsprekendheid veranderden, speciaal onder invloed van radicale ideeën en vermeende radicale dreigingen.

Werkzaamheden
De commissie zoekt een kandidaat die de volgende werkzaamheden zal verrichten:

  • onderzoek naar politieke gesprekken en welsprekendheid in de vroegmoderne Republiek der Verenigde Nederlanden;
  • voltooiing van een dissertatie (met dr. Jasper van der Steen als dagelijks begeleider en prof. dr. Judith Pollmann als promotor);
  • samenwerken met de andere leden van het onderzoeksteam: dr. Anne Heyer, dr. Lauren Lauret, een postdoc en student-assistent;
  • presenteren op workshops en conferenties;
  • deelname aan de nationale onderzoeksschool;
  • beperkte onderwijstaken in het tweede en derde jaar;
  • co-organisatie van workshops en conferenties.


Selectiecriteria

  • een (Res)MA-graad in de historische wetenschap met goede resultaten (indien de graad nog niet is behaald vragen we een ondertekende verklaring van de scriptiebegeleider die bevestigt dat de scriptie tijdig afgerond zal zijn);
  • kennis van de vroegmoderne Nederlandse geschiedenis, bij voorkeur met belangstelling voor vroegmoderne politiek en retorica;
  • aantoonbare ervaring in archiefonderzoek en zo mogelijk ook met oud schrift (of bereid zijn zich daarin te bekwamen);
  • grondige passieve en actieve kennis van de Engelse taal. Leesvaardigheden in het Frans en/of Latijn zijn een pre;
  • vaardigheid om zowel zelfstandig als binnen een team te werken;
  • uitstekende schrijfvaardigheden.

Over onze organisatie
De Universiteit Leiden heeft sinds haar oprichting in 1575 een internationale reputatie opgebouwd op het gebied van excellent onderwijs en onderzoek. Met ruim 800 medewerkers verzorgt de Faculteit der Geesteswetenschappen 26 bachelor- en 27 masteropleidingen voor ruim 7200 studenten op locaties in de historische binnenstad van Leiden en in Den Haag. Het Instituut voor Geschiedenis is de thuisbasis van een levendige gemeenschap van onderzoekers en docenten. Alle onderzoekers van het Instituut voor Geschiedenis zijn verbonden aan een van de zes onderzoeksspecialisaties: The Unification of the Mediterranean World (400 BC – 400 AD), Collective Identities and Transnational Networks in Medieval and Early Modern Europe, 1000-1800, Political Culture and National Identities, Colonial and Global History, Cities, Migration and Global Interdependence and History and International Studies. Meer informatie staat op onze Engelstalige website:

https://www.universiteitleiden.nl/en/humanities/institute-for-history.

Wij bieden
Het betreft een aanstelling conform de cao Nederlandse Universiteiten in eerste instantie voor de duur van 1 jaar. Na een positieve evaluatie volgt een verlenging van drie jaar. Het salaris bedraagt €2770,- bruto per maand in het eerste jaar en loopt op tot €3529,- bruto per maand in het laatste jaar (salarisschaal P).

De Universiteit Leiden heeft een aantrekkelijk arbeidsvoorwaardenpakket, waaronder een arbeidsvoorwaardenkeuzemodel, een eindejaarsuitkering (8,3%) en vakantietoeslag (8%). Informatie hierover kun je nalezen op : 

www.werkenbij.leidenuniv.nl

Diversiteit en inclusie
Het Instituut voor Geschiedenis van de Universiteit Leiden hecht veel waarde aan diversiteit en zoekt kandidaten die bijdragen aan een werkomgeving waarin studenten en medewerkers van alle identiteiten en achtergronden zich gesteund voelen. We moedigen personen met een ondervertegenwoordigde en/of gemarginaliseerde achtergrond ten zeerste aan om te solliciteren.

Informatie
Nadere inlichtingen over deze functie en het onderzoeksproject zijn te verkrijgen bij dr. J.A. van der Steen, email:  j.a.van.der.steen@hum.leidenuniv.nl

Sollicitaties
Sollicitanten wordt gevraagd om behalve een bondige sollicitatiebrief met cv, cijferlijst en een digitale kopie van de scriptie (of indien die nog niet voltooid is een voorlopige versie ervan) ook een korte beschrijving te geven (max. 800 woorden) van de wijze waarop zij het onderzoek zouden willen aanpakken op basis van de volgende vijf vragen:

  1. Waarom wil je een PhD doen?
  2. Waarom heb je belangstelling voor dit project?
  3. Welke potentiële obstakels zie je voor het onderzoek naar politieke retoriek en welsprekendheid in de vroegmoderne Republiek en hoe zou je hiermee willen omgaan?
  4. Wat maakt jou de ideale kandidaat voor deze PhD-positie? Welke vaardigheden, competenties en ervaringen heb je die de ontwikkeling van het project zullen bevorderen en het projectteam zullen versterken?

Aan sollicitanten zal pas in een volgend stadium van de sollicitatieprocedure om de contactgegevens van twee referenten gevraagd worden.
Sollicitaties kun je indienen via de blauwe knop in onze sollicitatiesysteem onder vermelding van het vacaturenummer en als één pdf-bestand met als bestandsnaam ACHTERNAAM.
De deadline voor sollicitaties is 11 februari 2024. De gesprekken vinden plaats op 11 maart 2024.
De beoogde startdatum van deze functie is 1 mei 2024.

Informatie

Scholarship 2024 – Communicating the Law in Europe (1500-1750)

Two fully funded PhD studentships are available at the University of St Andrews to work as part of the ERC-selected/UKRI-funded project ‘Communicating the Law in Europe, 1500-1750’, under the supervision of the Principal Investigator, Dr Arthur der Weduwen. The project investigates how law was communicated in early modern Europe (c. 1500-1750), and what impact this had on European society.

The PhD studentships will begin in September 2024, will be based in the School of History at the University of St Andrews (with significant periods to be spent on research abroad), and will last for four years. 

These PhD studentships offer the successful applicants the exciting prospect of combining the pursuit of an independently researched thesis exploring a particular dimension of legal and political communication in early modern Europe with the opportunity to work collaboratively within a research team and to contribute to co-authored publications and the organisation of scholarly conferences.

The ‘Communicating the Law in Europe, 1500-1750’ project has been awarded a grant of €1.4 million by the European Research Council and is funded as part of the UKRI’s Frontier Research Guarantee scheme.  It will run for five years, from 1 January 2024 to 31 December 2028, and is led by the Principal Investigator, Dr Arthur der Weduwen.

The COMLAWEU project is the first to investigate comparatively how law was communicated to citizens and subjects by the authorities in early modern Europe (1500-1750). It pursues an original comparative study of the publication and circulation of municipal, regional and national law, encompassing oral communication, ceremonial proclamations and the employment of criers, as well as the affixing, distribution and sale of law texts, in manuscript and printed form.

Based on extensive archival research, this project will seek to establish for the first time to what extent the increasing body of law that was issued in early modern Europe was made publicly available, and in what forms.

The project seeks to add a new and much-needed perspective to the study of European politics in a critical era of state formation, framing the communication of law as an essential stabilising factor in an era of highly participatory but undemocratic politics.

This project will offer multiple comparative frameworks through which the communication of law will be studied, including Protestant and Catholic states, urban and rural areas, and empires, national kingdoms and city-states.

With the aid of such a comparative lens, it is an overarching aim of the project to analyse how the public dissemination of law shaped early modern civic society and influenced political participation and accountability.

The project team, led by the PI and comprising two postdoctoral research assistants and two PhD students, will work collaboratively, using a series of comparative case studies based on European regions to explore and reveal the complex ways in which European authorities communicated with their citizens and subjects.

Further details about this opportunity can be found on the School of History postgraduate funding page.

Offre d’emploi – Poste de post-doctorant (100%) – La Bibliothèque des Monarchomaques. Une archéologie des discours politiques protestants en France (XVIème siècle)

Entité organisationnelle : Institut d’Histoire de la Réformation, université de Genève

Fonction : Post-doctorant.e.

Taux d’activité : 100 %

Description du poste

Dans le cadre du projet La Bibliothèque des Monarchomaques. Une archéologie des discours politiques protestants en France (XVIème siècle) financé par le Fond National de la Recherche Scientifique (voir le résumé plus bas), il est mis au concours un poste de post doctorant.e à 100 %.

Le/la titulaire aura pour missions :

  • Conduire des recherches dans le cadre du projet (analyses, articles, etc.).
  • Contribuer aux activités collectives du groupe de recherche, notamment pour la plateforme numérique prévue (numérisation, encodage, traduction).
  • Participer à l’organisation des événements proposés par le groupe de recherche (colloques, conférences, articles, ouvrages collectifs, etc.).
  • Assurer la collaboration avec les partenaires scientifiques locaux et internationaux.
  • Participer aux activités scientifiques de l’IHR.

Résumé du projet de recherche :

L’objectif de ce projet est d’éclairer les sources de la pensée des Monarchomaques, ces juristes et théologiens calvinistes de la fin du XVIè siècle qui ont justifié la résistance armée. Il s’agit d’adopter une méthode originale : l’approche par les sources dont ils se sont inspirés. La réalisation principale est la création d’une Bibliothèque Digitale des Monarchomaques en open access, donnant accès à la fois à tous les textes monarchomaques (variantes comprises), y compris ceux minorés par l’historiographie, mais aussi à leurs critiques et leurs influences.

Titre et compétences exigés

  • Thèse soutenue en histoire générale, en littérature, en philosophie, en histoire des religions, en histoire du droit, en humanités numériques (les candidat.e.s peuvent se présenter si leur soutenance de thèse a lieu avant le 31 juillet 2024).
  • Des compétences en néo-latin, en humanités numériques, en histoire des idées politiques et religieuses, en histoire des imprimés ou des guerres de religion, constituent des atouts.

Entrée en fonction

A partir du 1er septembre 2024, à préciser (le mandat est prévu pour une durée de 4 ans). La résidence à Genève ou à proximité est requise.

Contact

Des renseignements complémentaires peuvent être obtenus auprès de Paul-Alexis Mellet. – paul-alexis.mellet@unige.ch

Informations complémentaires

Le dossier de candidature comprend :

  • Un curriculum vitae d’une page maximum.
  • Un projet de recherche d’une page maximum, en rapport avec le projet.

Informations

Offre d’emploi – Postes de doctorants (70% et 100%) – “La Bibliothèque des Monarchomaques. Une archéologie des discours politiques protestants en France (XVIe siècle)”.

Entité organisationnelle : Institut d’Histoire de la Réformation, université de Genève

Fonction : Doctorant.e.s.

Taux d’activité : 70 % et 100%

Description du poste

Dans le cadre du projet La Bibliothèque des Monarchomaques. Une archéologie des discours politiques protestants en France (XVIème siècle) financé par le Fond National de la Recherche Scientifique (voir le résumé plus bas), il est mis au concours deux postes de doctorant.e.s:  un à 70 % et un à 100%.

Le/la titulaire aura pour missions :

  • Mener à bien son doctorat.
  • Contribuer aux travaux du groupe de recherche, notamment pour la plateforme numérique.
  • Participer à l’organisation des événements proposés par le groupe de recherche (colloques, conférences, articles, ouvrages collectifs, etc.).
  • Participer aux activités scientifiques de l’IHR.

Résumé du projet de recherche :

L’objectif de ce projet est d’éclairer les sources de la pensée des Monarchomaques, ces juristes et théologiens calvinistes de la fin du XVIe siècle qui ont justifié la résistance armée. Il s’agit d’adopter une méthode originale : l’approche par les sources dont ils se sont inspirés. La réalisation principale est la création d’une Bibliothèque Digitale des Monarchomaques en open access, donnant accès à la fois à tous les textes monarchomaques (variantes comprises), y compris ceux minorés par l’historiographie, mais aussi à leurs critiques et leurs influences.

Titre et compétences exigés

Master soutenu en histoire générale, en littérature, en philosophie, en histoire des religions, en histoire du droit, en humanités numériques (les étudiant.e.s peuvent se présenter si leur soutenance de Master a lieu avant le 31 juillet 2024).

Des compétences en néo-latin, en histoire des idées politiques et religieuses, en histoire des imprimés ou des guerres de religion en France et en Europe, constituent des atouts.

Entrée en fonction

A partir du 1er septembre 2024, à préciser (les mandats sont prévus pour une durée de 4 ans). La résidence à Genève ou à proximité est requise.

Contact

Des renseignements complémentaires peuvent être obtenus auprès de Paul-Alexis Mellet. –  paul-alexis.mellet@unige.ch

Informations complémentaires

Le dossier de candidature comprend :

  • Un curriculum vitae d’une page maximum.
  • Un projet de doctorat d’une page maximum, en rapport avec le projet.

Informations

“Appel à lecteurs” – GEMS Reading Group: Machiavelli’s The Mandrake

Group for Early Modern Studies (GEMS) is convening a new Reading Group. This group welcomes BA students, MA students, doctoral students, postdocs, and colleagues from any field to read an early modern text together and discuss it. This year, for the very the first edition, we shall be reading Machiavelli’s play The Mandrake (La Mandragola).

We will meet biweekly in the spring semester (i.e. from February to May), most likely from 5-6.30pm on Thursdays. We will read the text aloud, stopping periodically to discuss in depth any aspect of the text participants like––all the while enjoying some drinks and snacks. We read in English and there is absolutely no background or prior knowledge of Machiavelli and/or Italian required.

Indeed, participants are expressly forbidden to do any reading in advance! In other words: this reading group does not require you to do any work or reading beyond what we do together in the sessions. You do not have to attend all sessions: participants will receive an email with what will be read each session, so that you can read up and re-join if you wish.

The GEMS Reading Group is thus a low-stakes, fun way of engaging with early modern texts you might otherwise never read; and of getting to know & learning from colleagues and students from other disciplines with fresh perspectives.

If this appeals to you, please send an email to geertje.bol@ugent.be to be added to the mailing list

Offre d’emploi au GEMCA – FED-tWiN Project “IOHANNES”

Dans le cadre du projet  FED-tWIN « IOHANNES – Early Netherlandish paintings in their original settings. Creating, viewing and using images in fifteenth-century southern Low Countries » (coord. Ingrid Falque et Bart Fransen), le GEMCA et le Centre d’études des Primitifs flamands (IRPA) engagent un·e chercheur·se postdoctoral·e en histoire de l’art, avec une spécialisation en histoire de la peinture des anciens Pays-Bas.

Le but de ce projet, financé pour une durée de 5 ans, est mener une recherche sur les peintures flamandes du XVe siècle de l’hôpital Saint-Jean à Bruges. Cette recherche sera publiée sous la forme d’un volume du corpus « Primitifs flamands ». La deadline pour introduire les candidatures est fixée au 31 décembre 2023. Les auditions des candidat·es pré-selectionné·es aura lieu le 23 janvier et le contrat débutera le 1er mars (pour une durée de 5 ans).

Deadline : 31 décembre 2023

Informations

Appel à chercheurs –  « Chercheurs invités » ERC AGRELITA 2024

reception of ancient Greece in pre-modern French literature and illustrations of manuscripts and printed books (1320-1550): how invented memories shaped the identity of European communities », dirigé par Prof. Catherine Gaullier-Bougassas (Principal Investigator), des résidences de chercheurs invités sont à pourvoir.

Le projet et son équipe sont présentés sur le carnet Hypothèses : https://agrelita.hypotheses.org/

Cet appel à candidature s’adresse à toute personne, française ou étrangère, titulaire d’un doctorat en lettres, histoire de l’art ou histoire, dont les travaux portent sur l’histoire du livre, l’histoire culturelle et politique, les visual studies ou encore les memory studies, et dont les compétences, enfin, sont complémentaires à celles de l’équipe. En effet, le but de ces résidences est d’ouvrir les réflexions menées par l’équipe, d’élargir son activité scientifique par une interaction avec d’autres chercheurs et d’autres universités. Les chercheurs invités auront quant à eux l’opportunité exceptionnelle de participer à un projet d’ampleur, de mener des activités au sein d’une équipe dynamique dont les activités sont très variées et au sein de l’Université de Lille et du laboratoire ALITHILA où exercent de nombreux spécialistes du Moyen Âge et de la Renaissance, et de publier dans un cadre prestigieux.

Le projet AGRELITA est basé à l’Université de Lille. Situé dans le nord de la France, Lille est une ville au cœur de l’Europe : 35 mn de Bruxelles, 1 h de Paris, 1 h 20 de Londres ou encore 2 h 40 d’Amsterdam et 2h30 d’Aix la Chapelle. Résider dans cette métropole offre la possibilité de découvrir le riche patrimoine médiéval des Flandres et d’effectuer des recherches dans les bibliothèques, musées et archives avoisinants, aux très riches fonds patrimoniaux (Lille, Saint-Omer, Valenciennes, Boulogne-sur-Mer, Cambrai, Arras, Bruxelles).

Projet ERC Advanced Grant AGRELITA

L’histoire de la réception de la Grèce antique en Europe occidentale pré-moderne s’est concentrée jusqu’ici presque exclusivement sur la transmission des textes de l’Antiquité grecque. Pourtant, bien avant la renaissance de l’enseignement du grec, de nombreux ouvrages vernaculaires, souvent illustrés, contenaient des représentations élaborées de la Grèce antique. AGRELITA étudie un large corpus d’œuvres littéraires de langue française (historiques, romanesques, poétiques, didactiques) produites de 1320 à 1550 en France et en Europe, avant les premières traductions directes du grec au français, ainsi que les images offertes par leurs manuscrits et livres imprimés. L’examen de ces œuvres et de leurs illustrations (dialogue du texte et de l’image et pouvoirs spécifiques de chacun) permet d’analyser les représentations de la Grèce antique dans la perspective encore inexplorée de l’élaboration d’une nouvelle mémoire culturelle. Elles sont ainsi étudiées en lien avec leur contexte politique, social et culturel, ainsi qu’en lien avec les œuvres des littératures européennes proches et leurs illustrations. Se situant aux frontières des études littéraires, de l’histoire du livre et de l’histoire de l’art, des visual studies, de l’histoire culturelle et politique et des memory studies, AGRELITA propose une réévaluation du rôle joué par la Grèce antique dans les processus de formation des identités en Europe occidentale. Le projet vise également à contribuer à une réflexion générale sur la formation des mémoires, des héritages et des identités.

Missions des chercheurs invités

Le projet ERC Advanced Grant AGRELITA est financé pour cinq ans (2021-2026) et dispose d’un budget dédié à l’accueil de chercheurs invités. Il est basé à l’Université de Lille, dans la faculté des Humanités (https://humanites.univ-lille.fr/) et le laboratoire ALITHILA (Analyses littéraires et histoire de la langue), domiciliés sur le campus Pont de Bois à Villeneuve d’Ascq. Les séjours peuvent être d’une durée de 4 à 6 semaines, et en 2024 pourront avoir lieu en mai-juin.

Les chercheurs invités travailleront avec la Principal Investigator et l’équipe AGRELITA.

Les chercheurs invités s’engageront à produire une recherche pour le projet. Il s’agira de :

  • rédiger un article de 50 000 signes qui paraîtra dans l’un des volumes ERC AGRELITA chez Brepols publishers, ou dans l’un des dossiers publiés en revues 
  • présenter le sujet de l’article ou un autre sujet lié à AGRELITA lors d’une séance du séminaire de l’équipe
  • contribuer à l’alimentation du carnet Hypothèses : https://agrelita.hypotheses.org/

Les axes de recherche du projet pour l’année 2024 sont « Inventions de mythes d’origine grecque », « Les nouvelles vies des divinités grecques (XIVe-XVIe siècles) » et « Violences et culture du viol dans la réception des mythes grecs (XIVe-XVIe siècles) ». (Argumentaires à venir dans la rubrique « Événements AGRELITA » du site du projet : https://agrelita.hypotheses.org/ )

Conditions de défraiement des frais de mission

Les chercheurs invités seront défrayés sous la forme de frais de mission, sur la base d’un montant forfaitaire de 2000 euros maximum par mois, pour les frais de résidence à Lille, à partir de leurs justificatifs (logement, repas et transport dans la région Nord). Un montant forfaitaire maximal de leurs frais de voyage entre la résidence d’origine et Lille (pour le voyage d’aller et de retour) s’ajoutera à ce forfait :

– 400 € pour un voyage depuis un pays européen (sur la base de justificatifs) ;

– 1200 € pour un voyage depuis un pays hors Europe (sur la base de justificatifs)

 Le défraiement se fera à l’issue de la mission. AGRELITA ne s’occupera pas des démarches de visas.

L’Université de Lille possède un partenariat permettant de louer des studios à la Résidence Universitaire Reeflex : https://reeflex.univ-lille.fr/chercheur ; ainsi qu’à la Maison Internationale des Chercheurs : https://www.crous-lille.fr/se-loger/je-cherche-un-logement/notre-offre-logement-courts-sejours/4883-2/ Les chercheurs invités peuvent en faire la demande et l’équipe AGRELITA se chargera de les aider pour la réservation, dans la limite des places disponibles.

Modalités pour candidater

Le dossier de candidature doit comporter les pièces suivantes :

  • Le formulaire de candidature, comportant les dates du séjour (durant la période indiquée plus haut)
  • Un projet de recherche (2 pages) en lien avec les thématiques des sujets traités par l’équipe AGRELITA durant ce séjour, à partir duquel le/la chercheur entend rédiger l’article demandé, à rendre à la fin du séjour. Le titre provisoire de l’article est exigé.

Nous vous prions d’envoyer votre candidature au format PDF aux adresses suivantes : catherine.bougassas@univ-lille.fr et erc-agrelita@univ-lille.fr Les dossiers peuvent être soumis avant le 1er février 2024.

Pour plus d’informations sur l’ERC AGRELITA, voir : https://agrelita.hypotheses.org/

Appel à communications – L’œuvre augmentée – entre passé et futur. Histoire de l’art, Sémiotique et Humanités numériques

PROJET. À l’ère de l’image digitale, l’ordinateur nous offre toujours plus d’images reproduites et  mises en réseaux, notamment par l’intelligence artificielle, alors que les médias portables  encourageant à leur manipulation sans limites. En même temps, notre époque semble animée par  l’exigence de renouveler son rapport aux œuvres d’art selon des formes d’appropriation à la fois  plus démocratiques et personnalisées, à l’encontre d’une tradition interprétative considérée comme  trop élitiste. Dès lors, l’étude de l’art ne doit-elle pas se relancer à partir de telles tendances : non  pas les subir ou les épouser, mais y voir l’occasion d’autant de problématisations précieuses ? C’est  en ce sens qu’on proposera de s’attaquer à ce qu’on appelle l’œuvre augmentée. Cette winter school veut  offrir par là une occasion de repenser l’œuvre d’art à l’ère du numérique : entre histoire de l’art et  sémiotique de l’image artistique, mais aussi entre pratiques d’exposition et modes de visualisation inédits, dans le développement d’une Digital Art History. 

Pour commencer, il faudra réinterroger la présence de l’image artistique, qui n’est pas une  évidence, ainsi que sa mise en scène, puisque l’œuvre est plus que jamais exposée, reproduite et  associée à d’autres images. Focalisée sur la peinture du XVe au XIXe siècles, l’école posera alors  au départ une question déjà ancienne : que faut-il voir dans une œuvre d’art pour mieux la  comprendre ? Comment faire face à sa singularité ? Comment analyser la manière dont elle  réinterroge son environnement culturel ? Or, si l’œuvre est une évidence paradoxale, car difficile  et jamais acquise, c’est parce qu’elle consiste en l’ensemble de ce qu’elle peut faire voir, de ce qu’elle  a pu faire voir et de ce qu’elle fera voir. Dans sa présence et son mode d’exposition, l’œuvre n’a  jamais été isolée. C’est pourquoi elle a toujours été en un sens augmentée. Il s’agira dès lors de  conjuguer une reconstruction des expériences des observateurs avec une réouverture de l’œuvre,  grâce à une multiplication des cadres herméneutiques. Pour éviter que l’œuvre ne soit ramenée à  une archive de données, son passé sera mis en relation avec son futur, sa philologie avec sa  puissance de dialogue avec d’autres œuvres. 

Mais il importera également de concevoir une pédagogie active et critique des médias  numériques, qui permettent d’analyser et générer des bases de données très importantes d’une part,  et de travailler sur les œuvres autrement d’autre part. Les médias aujourd’hui augmentent l’œuvre  d’art à nouveaux frais. Et ils n’entraînent pas forcément un oubli de la matérialité : au contraire,  ils peuvent permettre de maîtriser les couches d’organisation inhérentes à l’œuvre, y compris les  traces des altérations subies, et les modes de ses expositions, les liens de l’œuvre avec d’autres objets,  passés ou possibles. 

D’où un projet cohérent d’augmentation de l’œuvre d’art in situ, que l’école proposera dans une double  perspective : archéologique, qui restitue le tissu de relations constitutives de l’œuvre dans le temps ;  critique, qui offre un espace imposant l’œuvre comme une puissance d’organisation de notre regard.  L’œuvre sera éclairée par la proximité d’autres œuvres ou objets, sur place ou sur écran ; et elle  sera analysée par la stratification des gestes de son instauration et sa transmission, matérielles et  culturelles. L’objet d’art sera ainsi redéfini en lui-même – en sa poétique, son esthétique – comme en  ses tensions avec des dimensions plus vastes – sociales, historiques, technologiques – concernant  l’œuvre, l’image, la vision plus en général. Finalement, cette école sera l’occasion d’un effort conjoint de l’histoire de l’art et de la sémiotique visuelle pour faire des analyses de corpus profitant des avancées  des nouvelles technologies qui produisent des connaissances. 

À cet effet, l’école sera axée sur des ateliers expérimentaux en présence d’œuvres exposées.  L’objectif sera de décrire et d’expliquer les images par d’autres images, en les regroupant par  familles et en les connectant dans des rhizomes. La priorité sera donnée au montage et au  démontage visuel des images, en réduisant autant que possible sa présentation verbale. Ces activités,  encadrées par des conférences épistémologiques et animées par des discussions méthodologiques,  seront placées entièrement sous le signe de l’entraînement à l’analyse et de la confrontation, collective et plurielle. 

ÉQUIPE. Ateliers de méthodologie pour l’étude des œuvres d’art : Ralph Dekoninck, Bertrand Prévost et  Sophie Raux (histoire et théorie de l’art) ; Pierluigi Basso, Angela Mengoni et Gian Maria Tore (sémiotique des arts et des médias) ; Mathias Blanc, Floor Koeleman et Federico Nurra (art et  humanités numériques), entre autres. Expertise en traitement de la matière picturale et digitale : Alberto  Sangalli (restauration), Serge Miguet et Mihaela Scuturici (intelligence artificielle), Lars Wieneke (design numérique), entre autres. 

CALENDRIER PREVISIONNEL

15/1/24 à l’Academia Belgica. 13h30-18h Présentation du projet de recherche Augmented Artwork Analysis et de la winter school, organisation des travaux. 18h-19h30 Conférence  publique de Bertrand Prévost (spécialiste en histoire et théorie de l’art, Université Bordeaux Montaigne) : « Augmenter les images » 

16/1/24 à la Villa Medici. 9h-18 Cours et ateliers, avec visite de la Villa et échange  avec ses résidents. 18h-19h30 Conférence publique de Federico Nurra (Chef du Service numérique  de la recherche à l’Institut National d’Histoire de l’Art, Paris) : « Numérique en histoire de l’art ou  histoire de l’art en numérique ? » 

17 et 18/1/24 à l’Academia Belgica. 9h-12h30 Cours de méthodologie en histoire de  l’art, sémiotique et humanités numériques. 14h-17h30 Ateliers expérimentaux in situ par équipes.  17h30-19h Mise en commun des travaux d’équipes, avec experts en traitement de la matière. 

19/1/24 dans les lieux d’exposition des œuvres étudiées. 9h-17h30 Présentation et  discussions des résultats des ateliers de la winter school

ADMISSION. Est admise toute personne spécialisée dans le domaine de l’art : étudiantes et  étudiants en doctorat, chercheurs et chercheuses, professionnelles et professionnels. Niveau requis :  master. Modalités : envoi d’une lettre de motivation et d’un CV pour le 15/10/2023 ; notification  des candidatures retenues le 20/10 ; frais d’admission à régler pour le 15/11 : 350 € (incl. 3  déjeuners). Possibilité de logement à prix préférentiel. 

Informations et envois des candidatures : pierluigi.basso@univ-lyon2.fr et gian-maria.tore@uni.lu 

Appel à candidatures – post-doctorat Littérature française (Université de Gênes)

Le poste est à pourvoir au 01.11.2023 au Département de Lingue e Culture Moderne de l’Université de Gênes, au sein de la section de Français, chaire de Littérature française (prof.ssa Chiara Rolla) : 

Poste de post-doctorant.e  à durée déterminée (1 an) 

Date limite de candidature : 7.9.2023 

Début du recrutement : 01.11.2023 

Tâches :  

– Contribution scientifique à la recherche au sein du projet de recherche national (PRIN 2022). 

– Contribution à l’organisation de colloques, de journées d’études et d’événements au sein du projet de recherche national (PRIN 2022). 

Descriptif du projet de recherche (extrait de l’appel à candidature et traduit en français) : 

PROGRAMME DE RECHERCHE N° 51 

[omissis]  

Titre : L’écriture religieuse féminine à l’époque de la Contre-Réforme au sein de l’ordre de la Visitation. 

Description : Le projet de recherche s’inscrit dans le cadre du PRIN 2022 “Mettre en lumière un corpus féminin invisible : écritures religieuses dans le monde français et francophone à l’époque de la Contre-Réforme. Recensement et répertoire d’un nouveau corpus. Vers une réorganisation du canon dans une perspective de genre.” Il prévoit une enquête dans les archives des monastères visitandins italiens et français et vise à rassembler un corpus de textes autobiographiques féminins écrits pendant la période de la Contre-Réforme par des religieuses appartenant à cet ordre monastique. L’écriture religieuse féminine de cette période présentait en effet un dénominateur commun : elle était accordée uniquement sur demande des directeurs spirituels des religieuses et devait attester du caractère exceptionnel et de l’orthodoxie de la spiritualité de l’auteure. Le corpus identifié permettra d’explorer le statut de l’écriture religieuse féminine, les formes et les thèmes développés dans ces écrits autobiographiques et il intègrera une base de données interactive et interrogeable à partir d’une série d’indicateurs identifiés en collaboration avec les partenaires du PRIN 2022. 

Profil recherché:  

  • Docteur.e de recherche spécialiste en littérature/culture française du XVIIe siècle

Très bonne maîtrise de la langue française  

 

Appel à communications – “Peindre la matière, imiter la technique. Un dialogue entre les mediums à l’époque moderne”

Appel à communications pour la session organisée dans le cadre du 36e Congrès du Comité International d’Histoire de l’Art – CIHA (Lyon, 23-26 juin 2024) par Roxanne Loos (Université catholique de Louvain) et Valentina Hristova (Humboldt-Universität zu Berlin)

Si depuis Léonard, les débats sur le paragone s’articulent essentiellement autour d’une confrontation entre peinture et sculpture, la pratique artistique de la première modernité semble montrer que ce parallèle est loin de se limiter à la hiérarchie des arts. Comme le prouvent des travaux récents sur l’intermédialité (Oy-Marra 2018) et sur la couleur (Boudon-Machuel, Brock Charron 2012), la quête de mimesis ne peut être dissociée de la fantasia, ni d’une recherche d’effets fondée sur la manipulation habile, voire cohabitation, de matériaux et techniques variés. Les grisailles de Giotto à Padoue ou de Van Eyck au revers des retables constituent des exemples précoces de ce transfert de matérialité entre peinture et sculpture. Art de l’illusion par excellence, la peinture devient, à partir de la Renaissance, le lieu idéal d’une expérimentation sur le feint. Marbres, stucs, mosaïques dorées, pietra serena, bronzes, tapisseries et autres matériaux fictifs se côtoient dans les œuvres peintes des grands maîtres, de Mantegna aux Carrache, en passant par Raphaël. Si les études de cas abondent, les questions soulevées par ce phénomène de simulation dans son ensemble n’ont jusqu’à présent pas fait l’objet d’une réflexion transversale.

Que se cache-t-il derrière ce goût du matériau feint, particulièrement prégnant entre le XVe et le XVIIe siècle ? Faut-il y voir une simple démonstration de virtuosité technique prompte à légitimer la supériorité de la peinture au regard des autres arts ? Comme l’a démontré Didi-Huberman (1990) à propos des marbres peints par Fra Angelico, la réponse exige la nuance. Il en va de même des choix des médiums imités. Dans la mesure où chaque matériau et technique possèdent des caractéristiques et connotations propres, il convient de s’interroger sur les enjeux de leur représentation à l’aune de la matérialité et la médialité. À partir des travaux récents abordant ces deux concepts (Kiening, Stercken 2018 ; Anderson, Dunlop, Smith 2014 ; Weddigen 2011) et en repensant la résurgence de l’Antiquité dans sa dimension anachronique (Nagel, Wood 2010), le but de la session sera d’explorer ces irruptions fictives d’un matériau dans un autre – en l’occurrence la peinture – sous l’angle du transfert d’idées. Qu’elles soient d’ordre spirituel, idéologique, culturel, politique ou économique, ces idées vont de pair avec des préoccupations liées aux rapports entre surface peinte et espace réel. Jouant souvent le rôle de seuils, ces fausses matières sous-tendent différents niveaux de réalité qui interviennent tant dans l’articulation des récits que l’élaboration du message délivré par l’image. Mais elles sont aussi fréquemment le résultat d’une réflexion sur les apparences et la perception (lumière, texture, bi-/tridimensionnalité), voire une tentative de pérenniser le décor par une économie de moyens.

Au carrefour de facteurs économiques – le matériau feint était, par nature, moins coûteux que son homologue réel –, et d’enjeux plastiques, sémantiques et symboliques, il s’agira d’appréhender ce jeu de va-et-vient entre matériau feint et matière blanche, dorée ou colorée dans la multiplicité et la complexité de ses manifestations, du discours orchestré par le commanditaire et/ou l’artiste, jusqu’aux effets sensibles produits sur le spectateur.

Nous accueillons des communications de 20 minutes qui mobilisent ces approches interdisciplinaires ou en forgent de nouvelles, en considérant des peintures produites en Italie, en Flandre et dans d’autres régions au-delà de l’Europe occidentale. L’objectif est de construire une discussion transnationale sur la dialectique entre l’acte créatif et la performativité des médiums, en particulier lorsque ces médiums constituent précisément des trompe-l’œil picturaux.

> Abstract : 500 mots (fr./angl.)

> Soumission : sur la plateforme officielle du CIHA : https://www.cihalyon2024.fr/fr/appel-a-communications

> Deadline : 15/09/2023

Pour plus d’information, contacter :
– Roxanne Loos : roxanne.loos@uclouvain.be
– Valentina Hristova : valqhristova@yahoo.fr

Appel à communications – Writer’s Tongues. Shaping literary selves in eighteenth-century multilingual Europe

During the long eighteenth century, several changes in the conception of literary authorship took place. As previously underrepresented groups in Europe – such as women writers, migrant writers, and hack writers – increasingly found their way to pen, page and printing press, the perception and the actuality of the “Author” was no longer restricted to the classically-trained Man of leisure. Instead, the image of the author became more fluid: an enterprising, collaborating professional of any gender or background, whose eclectic oeuvre contained a variety of genres, forms, original works and translations (Griffin 2014; Havens 2019; Schellenberg 2019). While searching for a position in the literary field, these writers reflected on their intellectual, translational and authorial identities in their texts, often in dialogue with their readers and/or members from their broader networks. Their published and unpublished writings carry traces of this exploration, construction, fragmentation and (re)negotiation of their intellectual, authorial and authoritative self/ves (Meizoz 2007; Amossy 2010). These discursive selfrepresentations reflect, moreover, the writers’ stance on multilingualism. Recent scholarship has already demonstrated that early modern writers lived at the crossroads of different languages, dialects, vernaculars and classical languages alike (Burke 2004; Burke 2005; Fidecaro et al. 2009; Hayes, J.C. 2009; Bloemendal 2015; Frijhoff and Rjéoutski 2018; Bennet and Cattaneo 2022). The modes and processes in which those languages informed the intellectual and authorial self fashioning of eighteenth-century European writers remain, however, strikingly underexplored. This conference will approach the intellectual and authorial self-fashioning of eighteenthcentury European writers from a multilingual perspective: it seeks to understand the importance of the writers’ “tongues” to their self-representation and identity/ies. It inquires into the influence of language alternations (at the level of the (para)text or the oeuvre as a whole) and, more broadly, the influence of reflections on translation and multilingualism on processes of identity construction. How did early modern writers’ cultural, social, political… identity, their values, and relations affect their language decisions? To what extent did they utilize their “tongues” to comply with, contribute to, dissent from, subvert or manipulate behavioral patterns and power structures to forge their self-representation?
As Burke (2004) highlights, an individual’s language use is an ‘act of identity’, a performance depending on the situation; multilingualism and translation can therefore also be understood as tools which underscore the mutability, discordance and heterogeneity in the creation and the representation of the literary self.

The objective of this conference is to welcome and facilitate interaction between different methodological perspectives and knowledge bases. Conference participants are encouraged to reflect upon the theoretical concepts used in authorship , translation and literary multilingualism studies. The aim is to stimulate awareness of the importance of literary multilingualism and translation to eighteenth-century conceptions and realities of authorship, as well as and to inform and encourage conversation, during and after the conference, between scholars of different disciplines. The organisers welcome submissions on the following topics:

  • The role of language (literary multilingualism and translation) in the self-representation of eighteenth-century European writers;
  • The interplay between authority and literary languages (vernacular and classical languages alike);
  • The presence of multilingual authorship in the text, paratext, and/or translation;
  • Literary multilingualism and translation in the writer’s network;
  • Writers’ discourse, metadiscourse and debate on literary multilingualism/translation;
  • The multilingual writer and/or translator versus the emerging nationalist ideal of “one language, one people, one culture”;
  • Theoretical and methodological approaches to historical authorship, literary multilingualism and translation.

Confirmed keynote speaker: Professor Gillian Dow (University of Southampton)

Interested speakers are invited to submit a title and an abstract of 300 words for 20 minute presentations in English by 15 September 2023. Please send the abstracts, accompanied by a short bionote, to Amélie Jaques (amelie.jaques@kuleuven.be) and Merel Waeyaert (merel.waeyaert@kuleuven.be).

Notification of acceptance will be given by 1 November 2023.

Appel à communication – Antiquaires voyageurs (XVIe-XIXe siècles)

Du 26 au 28 juin 2024 à l’Academia Belgica et l’Ècole française de Rome.

Les propositions de communication (25 minutes) donneront un aperçu de la contribution envisagée (200-300 mots), accompagnées d’un titre, d’une courte bibliographie et d’une brève présentation biographique. Elles sont à faire parvenir d’ici le 31 juillet 2023 à haude.morvan@u-bordeaux-montaigne.fr et veronique.krings@univ-tlse2.fr.

Le comité scientifique sera sensible à la nature du dossier documentaire qui sera étudié : il privilégiera les dossiers complets et diversifiés permettant d’appréhender au mieux la « matérialité » du savoir et la gestion des données par l’antiquaire. Un retour sur la proposition sera donné pour le 30 septembre 2023.

Les récits de voyage suscitent l’intérêt continu d’une large communauté scientifique. Les sources viatiques documentent l’histoire du regard et de la constitution du goût, ainsi que celle des savoirs, des sciences naturelles à l’archéologie, en passant par l’ethnologie et l’histoire des textes. Elles constituent par ailleurs pour l’archéologue, l’historien de l’art et l’historien des témoignages sur des œuvres et des textes perdus, ainsi que des documents précieux sur la constitution des collections. Le colloque « Antiquaires voyageurs » entend focaliser le regard sur les liens entre les voyages d’antiquaires européens entre la Renaissance et le XIXe siècle, et la mise en forme de connaissances sur le passé antique et médiéval à travers ses vestiges matériels. Il s’agit ainsi d’interroger la pertinence d’une séparation qui est parfois établie entre « l’homme de cabinet » et « l’homme de terrain », et de réfléchir à l’insertion du voyage dans un horizon matériel, intellectuel, mais aussi imaginaire. Les relations entretenues par l’antiquaire avec le voyage sont diverses, qu’il prenne la route lui-même, qu’il fasse venir dans son cabinet des objets ayant voyagé, ou qu’il échange avec des correspondants lointains. La recherche et l’écriture constituent, en définitive, une forme de voyage mental dans le temps et dans l’espace.

Toutes les destinations retiendront l’attention, à l’exclusion des voyages à l’intérieur de la France qui s’inscrivent dans une perspective de naissance des institutions patrimoniales et des sociétés savantes. On interrogera à cet égard les notions de proximité et d’éloignement, voire l’articulation entre l’une et l’autre. En ce sens, les liens que les antiquaires entretiennent avec des correspondants à l’étranger pourront être prises en compte. La valeur attachée aux antiquités locales et lointaines, les méthodes appliquées selon les cas, l’élaboration et les mutations de normes artistiques, les ressemblances et différences entre l’antiquaire et l’amateur d’art retiendront l’attention. Les voyageurs devenus antiquaires, s’ils ne sont pas au cœur du propos, pourront être étudiés en miroir des antiquaires voyageurs.
La célébration en 2024 du tricentenaire de la parution du Supplément au livre de l’Antiquité expliquée et représentée en figures de Bernard de Montfaucon offre une invitation à réfléchir à la place des voyages dans la constitution des savoirs antiquaires. Montfaucon ne fut pas un grand voyageur, mais son séjour en Italie entre 1698 et 1701, motivé par la recherche de manuscrits pour l’édition des Pères grecs, eut un impact décisif sur ses publications ultérieures, et à coup sûr sur sa manière d’appréhender le passé.

Le terme d’« antiquaire » sera au cœur du propos. Comment les voyageurs érudits se définissent-ils eux-mêmes ? Comment conçoivent ils la complémentarité de l’enquête de terrain et du travail en cabinet ? Quelles « antiquités » recherchent-ils et regardent-ils ? Les communications pourront proposer un éclairage sur un antiquaire en particulier. Si plusieurs figures ont fait l’objet d’approches monographiques, de nombreuses personnalités restent encore à étudier. Elles pourront également s’intéresser à un groupe d’érudits, par exemple aux études antiquaires développées par certains ordres religieux (mauristes, jésuites…), considérant ainsi les conditions du travail érudit liées pour part à une appartenance. Les communicants sont également incités à s’intéresser à la réception d’un objet ou monument en particulier, au « voyage » d’un objet entre collections et publications, dans la veine des « biographies d’objet ». Si les organisateurs attendent des communications portant sur les voyages en Europe ou en dehors, la question de l’exotisme ne sera pas prise en compte en tant que telle. Le champ chronologique est limité aux XVIe-XIXe siècles, mais les phénomènes de continuité et de rupture entre les époques antérieures et postérieures pourront être abordés afin d’interroger justement la notion de « modernité ». Les organisateurs invitent les participants à réfléchir à trois axes en particulier :

1- Les conditions du voyage antiquaire. Les motivations du voyage, officielles ou non, parmi lesquelles l’érudition n’a pas nécessairement la première place, induisent des destinations, des itinéraires. Les érudits préparent leur voyage, notamment par la lecture de textes anciens ou modernes, parfois accompagnés d’illustrations, qui contribuent à forger leur imaginaire. À travers ces lectures, comment les antiquaires voyageurs s’inscrivent-ils dans les pas de leurs prédécesseurs, de Pausanias jusqu’à leurs contemporains ? Comment leur savoir se nourrit il des échanges avec des locaux, érudits ou non ? La documentation permet-elle de mettre en lumière les nombreux intermédiaires oubliés (ambassadeurs, interprètes, ouvriers, marchands de bazar, vendeurs, dessinateurs, etc.) ou encore le regard des autochtones sur ces antiquaires voyageurs ? Quels rapports entretiennent-ils avec les différentes échelles de pouvoir ? Dans quelles mesures ces voyages antiquaires sont-ils sources de légitimation et participent d’une forme de représentation, voire d’un soft power ?

2- Le rapport aux objets et aux monuments. Quelles caractéristiques des objets et monuments conditionnent l’intérêt de l’antiquaire ?  ’ancienneté ? La beauté ? Le caractère intègre ou l’état de ruines ? L’objet mobile est-il recherché pour sa valeur marchande, pour être emporté, collectionné, exposé dans un cabinet ou un musée ? Objets et monuments sont-ils contextualisés plus largement dans un paysage ? Quels techniques et instruments sont mis en œuvre sur le terrain (estampage pour les inscriptions, levés topographiques, calcul des distances et des mesures, croquis…) ? Comment passe-t-on des notes de terrain à la publication ?

3- Réseaux et carrières. Contrairement à l’image de l’érudit enfermé dans sa « tour d’ivoire », l’antiquaire n’évolue pas seul et doit donc être compris dans ses réseaux, à différentes échelles géographiques. Le terrain d’étude est le lieu de rencontres et de collaborations, mais aussi de rivalités et de concurrences. Il s’agira ainsi d’étudier le rôle des voyages dans les carrières et dans la constitution de réseaux. Comment l’antiquaire voyageur est-il perçu dans son milieu ? Comment est-il représenté (que l’on songe aux portraits, individuels ou de groupe, comme la Society of Dilettanti de Joshua Reynolds) ? 

 

APPEL A CHERCHEURS – CONTRAT DE RECHERCHE POSTDOCTORAL EN HISTOIRE MODERNE

Date limite d’introduction des candidatures : 31 mars 2023

Le poste est offert dans le cadre du Mandat d’Impulsion Scientifique (MIS) n° F.4544.23 attribué par le Fonds de la Recherche Scientifique (F.R.S.-FNRS) au Dr. Viktoria von Hoffmann (Principal Investigator, ci-après PI) pour diriger le projet « Les Femmes Anatomistes. Une perspective genrée de l’expertise sensorielle dans les villes de l’Italie du Nord (1550-1700) ».

L’Unité de Recherches Traverses de l’Université de Liège lance un appel à candidatures pour un poste de recherche postdoctoral à temps plein (un an, renouvelable) dans le domaine de l’histoire du moyen-âge tardif/époque moderne. L’Université de Liège est une institution de recherche complète au sein de laquelle plus de 3500 chercheurs et chercheuses et plus de 2000 doctorants et doctorantes sont actif·ve·s dans toutes les disciplines : sciences humaines et sociales, sciences de la vie, sciences de la santé et médecine. Au sein de l’ULiège, les chercheurs et chercheuses ont une multitude d’occasions d’étendre leurs réseaux et leurs relations via un environnement de recherche attractif. De plus, de nombreux chercheurs et chercheuses, nationaux et internationaux sont accueilli·e·s chaque année via le centre EURAXESS. L’ULiège s’efforce d’être une institution de recherche attractive en améliorant les conditions de travail des chercheurs et chercheuses grâce à la Stratégie RH pour les chercheurs (HRS4R), en créant un environnement de recherche inclusif et favorable, offrant une assistance gratuite aux chercheurs et chercheuses internationaux et à leurs familles ou encore en offrant des conditions de recrutement basées sur l’ouverture, la transparence et le mérite. Pour une liste plus exhaustive de ce que l’ULiège peut vous offrir en tant que chercheur et chercheuse veuillez consulter (https://www.recherche.uliege.be/cms/c_9263814/fr/hr-excellence-en-recherche-hrs4r) ou en tant que chercheur et chercheuse en mobilité, veuillez consulter (https://www.recherche.uliege.be/cms/c_9281209/en/mobilite-euraxess) ou contacter : euraxess@uliege.be.

CONDITIONS D’ENGAGEMENT

Type de contrat : Contrat à durée déterminée à temps plein (38 heures/semaine). Le salaire et le grade dépendent du niveau d’expérience. Sur base d’un dossier complet, l’Administration des Ressources Humaines de l’ULiège peut estimer la rémunération mensuelle brute (contacts : Muriel.Provoost@uliege.be et valerie.guillaume@uliege.be). Le chercheur ou la chercheuse engagé·e aura également la possibilité de recevoir un ordinateur portable et des fonds supplémentaires pour couvrir d’autres frais de recherche. Le remboursement complet de trajets domicile/lieu de travail effectués en transport en commun et l’accès à un panel de formations spécifiques pour les chercheurs ou les chercheuses sont possibles. Pour plus d’informations concernant les formations, voir : https://www.recherche.uliege.be/cms/c_12381524/fr/listing-des-formations-transversales.

Durée du contrat : 12 mois (renouvelable). Le contrat pourra être renouvelé (sous réserve de la disponibilité des fonds) suite à une évaluation réalisée 6 mois après l’engagement, conduisant à une extension de la période de service allant jusqu’à un total de 3,5 ans (première période comprise).

Entrée en fonction : 1er juillet 2023 (négociable).

Institution d’accueil : Université de Liège (Belgique), Unité de Recherches Traverses (https://www.traverses.uliege.be/cms/c_3948089/fr/traverses). Rassemblant 150 chercheurs et chercheuses provenant des disciplines les plus diverses, Traverses fédère 17 centres de recherche de la Faculté de Philosophie et Lettres, parmi lesquels figure le centre Cultures sensibles, porteur de ce projet.

FONCTION

Taches principales :

  • Réalisation d’une recherche archivistique et d’une collecte de données sous la direction de la PI. Cette tâche nécessitera la réalisation de deux séjours de recherche en Italie (durée estimée : 6 mois + 3 mois).
  • Création et partage d’une base de données prosopographique avec la PI
  • Réalisation d’un projet de recherches personnel associé permettant d’examiner des questions connexes d’intérêt pour le projet
  • Présentation des résultats lors de réunions scientifiques internes et de conférences académiques externes, de journées d’étude et de séminaires, en Belgique et à l’étranger.
  • Publication d’articles scientifiques de haute qualité dans des revues spécialisées pointues de niveau international, de manière indépendante et en collaboration avec la PI. Au moins un article co-écrit sur le projet sera publié avec la PI.
  • Co-organisation d’une journée d’étude ou d’un colloque international et co-édition d’un numéro thématique au sein d’une revue spécialisée ou d’un ouvrage collectif avec la PI.

QUALIFICATIONS ET EXPERIENCE

Essentiel :

  • Être titulaire d’un diplôme de Doctorat en Histoire du moyen-âge tardif ou de l’époque moderne (obtenu ou sur le point d’être obtenu)
  • Expérience archivistique avérée
  • Être capable de s’engager de manière approfondie dans l’étude de sources italiennes et latines, afin de produire une analyse heuristique solide des données recueillies sur la base de transcriptions précises
  • Être capable de travailler à la fois de manière indépendante et au sein d’une équipe
  • Excellentes compétences en matière de recherche, de rédaction et de communication
  • Publications de qualité élevée (à la lumière de l’expérience de recherche actuelle)

Souhaitable :

  • Bonne connaissance des domaines de l’histoire du genre, de l’histoire des femmes et/ou de l’histoire des sciences, de la médecine et des techniques
  • Expérience antérieure de recherches de nature prosopographique
  • Compétences informatiques (construction et gestion de bases de données, conception et gestion de sites web)
  • Expérience dans l’organisation d’événements scientifiques

Langues

  • Excellente connaissance de l’anglais et/ou du français (il sera plus facile de s’installer à Liège si le ou la candidat·e est capable de parler ou désireux·se d’apprendre le français)
  • Bonne connaissance et/ou excellente capacités de recherche en italien et en latin

INFORMATIONS SUR LE PROJET DE RECHERCHE

Directrice du projet : Dr. Viktoria von Hoffmann (Chercheuse qualifiée du Fonds de la Recherche Scientifique F.R.S.-FNRS / Professeure Associée, Université de Liège).

Détails du projet : Les Femmes Anatomistes. Une perspective genrée de l’expertise sensorielle dans les villes de l’Italie du Nord (1550-1700) Ce projet analyse l’expérience sensible des femmes impliquées dans les pratiques anatomiques des villes de l’Italie du Nord. Si l’histoire de la médecine a mis en lumière l’expertise des religieuses médiévales qui éviscéraient les corps saints pour les embaumer ainsi que celle déployée par Anna Morandi pour réaliser des modelages anatomiques en cire au XVIIIe siècle, on ignore si les femmes disséquaient dans l’intervalle. Bien que l’implication des femmes dans les pratiques médicales entre 1550 et 1700 soit démontrée, l’anatomie elle-même est considérée comme un domaine masculin. Prenant appui sur l’histoire du genre et des sciences qui a montré que le rôle joué par les femmes dans la production des savoirs a été négligé en raison de la nature fragmentée des archives permettant de le documenter, ce projet vise à identifier toutes les femmes convoquées comme témoins de dissections entre 1550 et 1700, en menant une étude systématique de fonds archives n’ayant jamais été examinés ensemble à ce jour. Une étude ciblée des femmes permettra de révéler des formes encore inexplorées de contacts féminins avec les corps disséqués, tout en proposant un nouveau cadre théorique qui se concentre sur les acteurs secondaires plutôt que sur les principaux protagonistes des performances anatomiques – les médecins universitaires. En interrogeant la nature, la forme et la portée de l’agentivité anatomique féminine, ce projet mettra en lumière les modalités d’interaction entre les savoirs profanes (féminins) du corps et les formes d’autorité académiques (masculines). Il s’inscrira ainsi dans la continuité de débats historiographiques actuels soulignant la porosité des frontières entre la théorie et la pratique, tout en développant les recherches relatives aux relations entre les sens et le genre.

COMMENT POSTULER? Veuillez envoyer les documents suivants en format pdf à Viktoria von Hoffmann (v.vonhoffmann@uliege.be) avant le 31 mars 2023 en mentionnant la référence “MIS – Application Female Anatomists / Les Femmes Anatomistes” en objet de votre courriel, pour l’envoi de votre candidature et pour toute correspondance relative à ce poste vacant :

  • Un Curriculum Vitae détaillé (CV)
  • Une lettre de motivation en français ou en anglais décrivant les recherches antérieures du ou de la candidat·e, leur adéquation avec les objectifs poursuivis par Les Femmes Anatomistes, l’expérience archivistique antérieure et les langues étrangères (y compris anciennes) maîtrisées.
  • Un projet de recherche personnel (1 page en français ou en anglais) que le ou la candidat·e propose de mener pour examiner des questions parallèles d’intérêt pour le projet
  • Deux articles ou chapitres représentatifs de la recherche antérieure (articles ou chapitres, publiés ou non)

Les noms et coordonnées de deux chercheurs ou chercheuses qui pourraient, sur demande, soumettre des lettres de recommandation à très court terme. Seul·e·s les référent·e·s soutenant les candidat·e·s présélectionné·e·s seront contacté·e·s, mais les candidat·e·s sont priés de prévenir leurs référent·e·s à l’avance. Date limite d’introduction des candidatures : vendredi 31 mars 2023.

Processus d’évaluation : Une première sélection des candidat·e·s sera réalisée sur base du CV et du dossier de candidature. Les chercheurs et chercheuses retenu·e·s seront invité·e·s à participer à un entretien, qui pourra être organisé en personne ou à distance. Il est prévu que l’interview pour ce poste ait lieu fin avril-début mai 2023 à l’Université de Liège. Ce poste est idéalement conçu pour des chercheurs ou chercheuses de niveau R2 ou R3. Cependant, un·e candidat·e de niveau R1 pourra être préféré·e en cas de complète adéquation du profil avec les objectifs du projet et de motivation avérée à le mener à bien.

RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES

Les demandes de précisions informelles concernant le projet de recherche sont les bienvenues. N’hésitez pas à prendre contact avec Viktoria von Hoffmann par courriel (v.vonhoffmann@uliege.be) ou par téléphone (+32 4 3665364). Pour les questions pratiques et administratives concernant la mobilité et les conditions de travail à l’Université de Liège, veuillez contacter euraxess@uliege.be ou consulter les sites suivants : https://www.uliege.be/cms/c_16476345/fr/uliege-welcome-on-board https://www.recherche.uliege.be/cms/c_9281209/fr/euraxess-mobility-center

Date de parution : 09/03/2023