Archives de catégorie : Appels à contributions

Dans cette sections sont repris tous les appels à contributions partagés par Modernum concernant des colloques, conférences, etc.

Appel – “The art of copying in early modern Europe” workshop

This interdisciplinary workshop is organized by The Medici Archive Project, and will take place at Palazzo Alberti in Florence on Friday, 21 January 2022.

The art of copying in Early Modern Europe

In recent years, attention has been directed towards copies, with a particular emphasis on their meaning, function, provenance, production, patronage, collecting and dating. The aesthetic and conceptual tenets underlying this corpus of scholarly research focused primarily on works of art. However, this impulse to recreate images has also been transferred to other artistic and intellectual media. As such, the copy carries within itself a great number of intrinsic nuances, depending on the cultural context and the historical moment. The organizers of this workshop (Maddalena Bellavitis and Alessio Assonitis) invite papers that address issues that can shed new light and provide new interdisciplinary research trajectories on the mechanisms that regulate the practice and reception of copies.

For this reason, we encourage submission for presentation proposals from disciplines such as book history, media history, history of science, history of medicine, history of food and history of diplomacy.

To be considered for participation, please provide a single document in Microsoft Word, consisting of a one-page proposal for a 20-minute presentation of unpublished work, followed by a short curriculum vitae. Presentations can be in Italian or English. Applications may be sent to education@medici.org by 1 October 2021 (participants will be notified in mid-October).

Appel – Le Bulletin de l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA)

Créé en 1958, le Bulletin de l’IRPA compte aujourd’hui parmi les revues les plus anciennes et les plus prestigieuses au niveau international dans les domaines de l’histoire de l’art et des sciences appliquées au patrimoine.

Dans le domaine de l’histoire de l’art, la revue publie des contributions originales consacrées à l’art flamand et belge – du Bas Moyen Âge au XIXe siècle – et à son rayonnement européen et international. La revue privilégie une approche monographique classique, « object-oriented » et des contributions présentant des problématiques innovantes dans le domaine du connoisseurship, pour autant qu’il fasse l’objet d’une mise en contexte sociologique, politique et/ou culturelle.

Dans le domaine du patrimoine, la revue publie des contributions originales sur la conservation-restauration et les sciences appliquées au patrimoine, en privilégiant les textes capables d’offrir de nouvelles perspectives à la recherche et aux techniques de restauration, notamment par des approches méthodologiques innovantes. Une approche interdisciplinaire est particulièrement appréciée.

Les articles sont soumis au système d’évaluation par peer-review. La revue accepte les articles en français, néerlandais ou anglais. Une attention particulière est apportée à la qualité des illustrations.

Les articles pour le Bulletin 37 doivent être remis pour le 10/01/2022.

Le comité scientifique évaluera la recevabilité de votre article puis, s’il est accepté, le soumettra au peer review. Vous serez ensuite averti des commentaires des referees et pourrez, le cas échéant, retravailler votre article.

Le Bulletin 37 paraîtra début 2023.

Plus d’infos ? Contactez Elisabeth Van Eyck (bulletin@kikirpa.be)

CFP – Savoirs en Prisme / Appel à contributions n° 17

Publier dans le n°17 de la revue Savoirs en Prisme qui portera sur la constitution d’une anthropologie à travers les Beaux-Arts aux XVIe-XVIIe siècles dans les territoires hispaniques.

Construction d’une anthropologie des arts et des savoirs dans la représentation (peinture, dessin, sculpture, et leur rapport à la littérature) dans le monde hispanique des XVIe et XVIIe siècles

Coordination par Florence Dumora et Florence Madelpuech Toucheron

Le présent numéro propose de réfléchir sur les représentations iconographiques en tant qu’elles reflètent / expriment une conscience historique, sociale et épistémique de la part de leurs auteurs, dans l’Espagne, l’Amérique coloniale, le Portugal et les Flandres, pendant les XVIe et XVIIe siècles. Cette interrogation visera à mettre en rapport le plus possible l’expression littéraire (textes théoriques ou réflexions artistiques présentes dans divers écrits) d’une telle conscience avec la production dans les Beaux-Arts.

L’on sait que la Renaissance (comprise avec ses prolongements) constitue une époque de réévaluation de la place de l’homme dans l’univers. La conscience de l’extension des capacités intellectuelles et spirituelles s’accroît alors à mesure que s’élaborent de nouveaux savoirs, autour d’objets, non pas nouveaux, mais sur lesquels la pensée se renouvelle. Dans cette même période, la peinture, le dessin, les plans et les cartes – quoique répondant à des motivations et à des buts très différents – se développent et sont théorisés ou bien sont issus de calculs et d’expériences exploratoires. Que disent-ils de ces nouveaux savoirs et comment le disent-ils, d’une aire géographique à l’autre du monde hispanique ? Que disent-ils de la société et de tout ce qui la structure ou, au contraire, la désorganise ? On pourra s’intéresser ainsi aux scènes de genre, aux métiers et corporations, aux jeux et aux fêtes incluant des figures de saints patrons à traiter d’un point de vue profane, désacralisé, eu égard à leur représentativité d’un lieu précis.

Si l’on se souvient que parmi les grands principes conceptuels qui régissent la pensée de l’époque figurent l’analogie et la concordia oppositorum mais aussi le perpetuum mobile et la transformation des êtres, on peut se demander dans quelle mesure ils ont influencé les arts iconographiques et ont été rendus visibles.

Axes d’étude

– le paysage, le paysage urbain y compris les cartes, plans, représentations emblématiques des villes

– arts du jardin

– la peinture historique (sauf les portraits des souverains en tant que tels)

– les métiers et les scènes de genre

– les portraits de bouffons

– les anges qui, par exemple, dans la peinture coloniale, présentent une identité de type analogique et les saints patrons (par exemple, restauration des saints patrons sculptés ou peints dans Peribáñez y el comendador de Ocaña, de Lope de Vega)

Bibliographie indicative

Ámbitos artísticos y literarios de sociabilidad en los Siglos de Oro, ed. Elena Martínez Carro y Alejandra Ulla Lorenzo, Kassel, Reichenberger, 2020, intro. p. 2

Baldassare Castiglione, El Cortesano, traduction par Joan Boscan de l’original en italien (1527), Madrid, Cátedra, 1994: pour la peinture voir p. 192-198.

Isabel Colón Calderón, Jardines y huertas en la novela corta del siglo XVII, Analecta Malacitana, 2014

Fernando Copello, «Marcos narrativos ajardinados en las colecciones de novelas cortas espanolas del siglo XVII», Actas del XVI Congreso de la AIH, Cervantes virtual: https://cvc.cervantes.es/literatura/aih/pdf/16/aih_16_2_062.pdf

Dominique de Courcelles (dir.), Nature et paysages. L’émergence d’une nouvelle subjectivité à la Renaissance, Publications de l’École nationale des Chartes, 2008 : https://books.openedition.org/enc/740

Craig Harbison, Renaissance dans les pays du Nord, Paris, Flammarion, coll. « Tout l’art », 1995 (titre original : The Art of the Modern Renaissance).

Geisler Eberhard (coord.), La Representación del espacio en la literatura española del Siglo de Oro, Barcelone, Anthropos, 2013

Christine Delfour et Joséphine Marie, Villes hispaniques et Paysages, n° 10, 2017 de L’Âge d’Or, https://journals.openedition.org/agedor/1309

Louis Marin, Études sémiologiques : écritures, peintures, Paris, Klincksieck, 1972

Louis Marin, De la représentation, Paris, Gallimard/ Le Seuil, 1994

Francisco Rico, El pequeño mundo del hombre, Barcelona, Ediciones Destino, 2005

Fernando Rodríguez de la Flor, Barroco. Representación e ideología en el mundo hispánico, Madrid, Cátedra, 2002

Francisco Calvo Serraller, La teoría de la pintura en el Siglo de Oro, Madrid, Cátedra, 1991

Jean-Michel Servet, « Au-delà des leçons de Gulliver et d’une anamorphose d’Holbein, penser les échelles en sciences sociales » dans Bernard Hubert et Nicole Mathieu (éds.), Interdisciplinarités entre natures et sociétés, actes du colloque de Cerisy, coll. Écopolis, vol. 26, Bruxelles, Peter Lang, 2016

Tzvetan Todorov, Eloge du quotidien, Paris, Le Seuil, coll. « Point », 1997 (édition originale, Paris, Adam Biro, 1993)

Tzvetan Todorov, Eloge de l’individu, Paris, Adam Biro, 2000

Gabrielle Van Zuylen, Tous les jardins du monde, Paris, Gallimard, 1994

Aspects pratique

Les propositions sont à remettre aux coordinatrices (ftoucheron.ulco@icloud.com et florence.dumora@univ-reims.fr) jusqu’au 30 novembre 2021 : (1) une proposition de 200 à 300 mots accompagnée nécessairement (2) d’une note bio-bibliographique n’excédant pas 10 lignes, (3) du laboratoire de rattachement et (4) de l’adresse mail de l’auteur ou autrice.

Les articles devront être envoyés fin mars 2022 accompagnés d’un résumé et de mots clefs en deux langues (français et anglais ou espagnol) et après évaluation seront renvoyés aux coordinatrices dans leur forme définitive pour le 15 novembre 2022 en vue d’une publication dans le courant du premier semestre 2023.

Les articles ne peuvent excéder 40 000 signes espaces comprises et les auteurs et autrices se tiendront aux normes typographiques indiquées sur le site de la revue https://savoirsenprisme.univ-reims.fr/index.php/sep/about/submissions

L’insertion de l’iconographie ne pourra excéder 3 documents. Il incombera aux auteurs et autrices de vérifier les droits de publication et de demander, si besoin est, un financement à leurs laboratoires respectifs. L’insertion de liens URL vers les sites des musées est une bonne solution, libre de droit et lisible.

Informations

CFP – (Ab)jurer sa parole: promettre la guerre et s’engager pour la paix pendant les crises de l’époque moderne (XVIe-XVIIe siècle)

Journées d’études, 17-18 février 2022, université de Genève

Arguments

A une époque qui voit l’information se multiplier tout en changeant de forme, il est nécessaire de s’interroger sur la question de la parole, depuis sa genèse moderne à sa profusion contemporaine, mais également à son impact. Le projet Anthropologie politique et religieuse de la parole (XVIe-XVIIIe siècle) vise à mettre en lumière l’importance de la problématique de la gestion de la parole dans les sociétés modernes. Dans un paradoxe tout à fait fascinant, la parole oscille entre abondance et rareté : le pouvoir qu’elle détient lui provient de cette dernière et son utilisation doit donc être parcimonieuse et, surtout, contrôlée. C’est ainsi que des stratégies communicationnelles et des acteurs institutionnels naissent ou se développent afin de maitriser la production, la diffusion et la réception de la parole politique. Cependant, ils ne sont pas seuls détenteurs du Verbe politique et les crises successives qui secouent la première modernité encouragent une amplification des discours : l’opposition se multiplie en même temps que les pôles de production, l’imprimerie rend la diffusion plus aisée mais plus incontrôlable, et le pouvoir sacré de la parole souveraine est mis à mal par de nouvelles concurrences. Dans la gestion politique des crises, la parole est alors à la fois problème et solution.

La première journée d’étude de ce projet sera organisée à l’université de Genève. Durant les différentes interventions, nous nous intéresserons à la parole promise et aux différentes formes que cet acte peut recouvrir (serment, charte, foi jurée, profession de foi, confession, menace, malédiction, etc.). S’interroger sur l’acte performatif qu’est le don de parole – comment jure-t-on et quelles sont les conséquences des mots prononcés ou signés ? −, c’est se questionner à la fois sur les modalités linguistiques, institutionnelles et rituelles qui sous-tendent cette pratique et, plus encore, repenser les liens de confiance et d’alliance, le capital symbolique mis en gage par les deux parties : qui jure, et pourquoi cette pratique revêt une telle importance dans la société d’Ancien Régime ?

Nous voulons interroger les éléments constitutifs de la parole jurée, en particulier son media (l’oral, l’écrit ou des formes hybrides) et son effectivité. Deux questions sont centrales : comment est construite la promesse ? Qu’est-ce qu’elle produit en termes d’impact sur le présent et le futur de la situation d’énonciation ? Il est alors nécessaire d’interroger la source de la valeur du serment, les gages donnés pour les parties, mais également les acteurs (producteurs et/ou détenteurs de la parole). Ces « jureurs » peuvent s’engager pour eux-mêmes, mais aussi pour une entité plus large, puisque jurer implique non seulement un gage personnel mais aussi communautaire, soit collectif et gouvernemental. De ce fait, peut-être faut-il envisager l’acte de jurer comme le symbole de la convergence de volontés plurielles. D’une parole jurée, on peut ainsi mettre en exergue les ressorts d’un dispositif politique et religieux largement utilisé et persistant, par une déconstruction minutieuse des contextes et des pratiques, afin d’observer sa pluralité en tant que discours et idées. Cela nous amènera à considérer l’économie de la parole dans son écriture, sa proclamation, sa conservation et ses changements.

Le champ de recherche couvre l’Europe occidentale de la première paix de Cappel jusqu’au traité de Westphalie. Un intérêt tout particulier sera consacré aux pensées transversales et interdisciplinaires capables d’apporter à la question de la parole des réponses à la fois historiques et issues d’autres sciences humaines, permettant donc de confronter différentes approches. Nous nous pencherons ainsi sur des sujets ciblés, afin de pouvoir rentrer dans le vif de cette parole juré, profuse et mystifiée : par exemple les préambules légaux et la manière dont ils introduisent les conjurés, les serments qui entourent les paix de religion, le règlement des conflits ou au contraire les déclarations de guerre, la promesse royale ou princière (qu’elle soit directe ou indirecte), les sermons de guerre, la traitrise et l’abjuration, les savoir-faire administratifs liés à l’acte du don de parole, la matérialité de cette pratique, la force perlocutoire des mots jurés, l’iconographie du serment, ses évolutions et ses permanences, etc.

Modalités de soumission

Toute suggestion qui rentrerait dans le sujet de la journée d’étude sera étudiée avec intérêt. Les propositions (titre provisoire, 10 lignes de texte, précisant clairement les objectifs / sources de la contribution et l’inscription dans la thématique) doivent être adressées conjointement à Paul-Alexis Mellet (Paul-Alexis.Mellet@unige.ch) et Jérémie Ferrer-Bartomeu (Jeremias.Ferrer-Bartomeu@unige.ch) avant le 15 octobre 2021.

Comité d’organisation

  • Paul-Alexis MELLET, Professeur ordinaire, université de Genève
  • Jérémie FERRER-BARTOMEU, Chargé d’enseignement, université de Genève
  • Matteo COLOMBO, auxiliaire de recherche et d’enseignement, université de Genève
  • Mélinda FLEURY, auxiliaire de recherche et d’enseignement, université de Genève

 

Les animaux comme matrices mnémotechniques et exégétiques de l’Antiquité au XVIe siècle

Ce colloque international se déroulera le 8 octobre 2021 à l’UCLouvain et le 15 décembre 2021 à l’Université de Lille

Résumé
Ce projet, qui s’articule autour de deux journées d’étude, croise l’histoire formelle et figurative des animaux, l’histoire de la modélisation de la pensée, l’histoire des arts de la mémoire et les études diagrammatologiques. Il vise à explorer la manière dont des formes empruntées à l’imaginaire zoologique servent de matrices exégétiques et mnémotechniques dans des textes, des images et/ou des objets iconotextuels de l’Antiquité au XVIe siècle. En se fondant sur des réflexions transversales et sur des études de cas, il s’agira de comprendre les raisons qui conduisent mnémotechniciens et exégètes à recourir aux animaux comme outils heuristiques et cognitifs, et de caractériser les occurrences de ce procédé en les replaçant dans leur contexte intellectuel, spirituel, épistémique, figuratif et littéraire.

Argumentaire
Durant les dernières décennies, l’histoire sociale, culturelle, épistémique, littéraire et figurative des animaux a fait l’objet d’études de plus en plus nombreuses, souvent interdisciplinaires, qui ont souligné le rôle majeur que l’imaginaire zoologique joue depuis l’Antiquité dans l’histoire des idées et de leur mode d’expression. Parallèlement, l’histoire de la pensée figurative, des diagrammes, des modèles de raisonnement, de même que l’iconologie, la sémiologie et les sciences cognitives se sont attachées aux notions de « structure » et de « matrice » afin de comprendre leur rôle dans la constitution des discours, des savoirs et des imaginaires. En revanche, aucune étude panoramique approfondie ne s’est concentrée sur l’interaction entre les deux. Afin de contribuer à une meilleure connaissance de cette interaction, les deux journées d’étude proposent d’envisager, dans une perspective diachronique qui s’étend de l’Antiquité au XVIe siècle, et de façon interdisciplinaire, le recours aux animaux et à l’imaginaire zoologique à des fins matricielles dans la composition mnémotechnique et/ou exégétique de productions verbales (écrites, lues, chantées ou encore écoutées), figuratives (toute sorte d’arts visuels, éventuellement dans leur rapport à l’architecture) et/ou iconotextuelles (toute sorte de figures, diagrammes ou graphes). Elles ne visent donc pas à s’interroger sur les animaux et l’imaginaire zoologique en tant que tels, mais sur la manière dont ils régissent, modélisent, matérialisent des progressions mentales, afin d’optimiser l’activité de la mémoire et de soutenir l’investigation exégétique. On entendra donc l’expression d’« animaux matriciels » à travers le sens que le CNRTL attribue au terme de « matrice », à savoir ce « qui est considéré comme étant à l’origine de quelque chose ». À la différence de la structure, qui organise une production de pensée, la matrice, susceptible d’être elle même structurée, régit la forme que prend cette production de pensée. Les deux journées d’étude s’intéresseront aux modalités selon lesquelles les animaux, par leur corporéité, leur variété ou encore leur capacité de transformation, pris dans leur globalité ou décomposés en fonction de leurs parties, ont pu servir de matrices mnémotechniques et exégétiques à des fins didactiques, spirituelles, parénétiques, axiologiques, épistémiques ou encore généalogiques. D’une part, en effet, les corps des animaux fournissent à qui veut se souvenir une structure solide et fiable pour localiser mentalement des idées sous la forme de textes et d’images, puis, selon le principe de l’art de la mémoire formulé dès l’Antiquité, les retrouver dans l’ordre dans lequel il les a mémorisées. D’autre part, et à l’appui de l’art de la mémoire, les corps des animaux disposent d’une efficacité symbolique et sociale considérables, qui en font des outils utiles aux exégètes pour examiner en profondeur des objets textuels et/ou visuels à des fins épistémiques ou spirituelles. L’objectif de ces journées sera de proposer des réflexions d’ordre général, d’examiner des études de cas et de s’interroger sur l’évolution de la manière dont les corps des animaux constituent des matrices mnémotechniques et/ou exégétiques, capables de produire ou de mettre au jour des réseaux de sens dans des textes, des images et/ou des iconotextes. Dans la prédication médiévale, il est fréquent, par exemple, que l’introduction d’un discours soit associée à la tête de l’animal, chaque partie de son développement à une ou plusieurs de ses pattes, et sa conclusion, à sa queue. De même, les nageoires, les ailes, les cornes, les bois ou encore la langue de certains animaux, mais aussi les vermines, les créatures aux extrémités serpentines, les gueules léonines et les animaux d’inspiration mythologique sont autant de modèles susceptibles de constituer des lieux et/ou des images de mémoire, comme dans le cas de figures animales associées à des constellations à des fins mnémotechniques dès l’Antiquité grecque. Les extrémités du corps de l’animal, ses particularités, mais aussi son hybridité constituent ainsi des réservoirs inépuisables d’astuces, de modèles, de symboles utiles aux mnémotechniciens et aux exégètes.

Axes et pistes de réflexions
Formes et figurations
En tant que matrice exégétique et mnémotechnique, l’animal revêt des formes et des figurations dont il s’agira de prendre en compte les caractéristiques et la diversité. Les animaux exercent-ils une fonction matricielle grâce à leur corps entier, ou à une ou certaines de ses parties ? Certaines de leurs caractéristiques anatomiques, voire physiologiques, ou encore symboliques, sont-elles ignorées ou privilégiées ? Dans quelle mesure leur forme et leur figuration sont-elles mimétiques, réimaginées, fantasmées ou seulement suggérées ? En quoi et comment les animaux exercent-ils une fonction matricielle dans des textes, et en quoi cette fonction contribue-t-elle à produire une image mentale chez le lecteur ? Les animaux sont-ils présents à travers leur identité nominale ou font-ils partie d’un ensemble anonyme ? Sur quels procédés – énumération, évocation de leurs parties, accumulation d’attributs… – repose leur fonction matricielle ?

Réciprocités des variations, des transformations et des adaptations          La fonction matricielle des animaux dans les textes, les images et les iconotextes se caractérise par des variations, des transformations et des adaptations des uns et/ou des autres. Quelles actions réciproques s’exercent entre les animaux d’une part, et les textes, les images et/ou les iconotextes d’autre part ? Les formes et les figurations animalières s’adaptent-elles, voire se modifient-elles pour se conformer au texte, à l’image et/ou à l’iconotexte ? Au contraire, ces derniers s’agencent-ils en fonction de la physionomie de l’animal, qui exerce alors pleinement une fonction de matrice ? Animaux, textes, images et/ou iconotextes subissent-ils tous des changements de forme et/ou de structure pour favoriser leur efficacité mnémotechnique et/ou exégétique ?

Corporéités animales ; corporalités textuelles, visuelles et iconotextuelles
Lorsqu’il sert de matrice exégétique ou mnémotechnique, l’animal, et plus particulièrement son corps, rencontre le corps du texte, de l’image et/ou de l’iconotexte lui-même. Le corps de ces derniers peut se définir par sa cohérence et son intégrité visuelle, sémique et/ou plastique. Par quels procédés – description, énumération, mise en page, syntaxe, jonction plastique, distinction de champs visuels… – s’opère le lien entre le corps de l’animal et le corps du texte, de l’image et/ou de l’iconotexte ? Le corps de l’animal, voire l’animal lui-même, conserve-t-il son intégrité, voire son identité, lorsqu’il est utilisé en tant que matrice mnémotechnique et/ou exégétique, par exemple dans le cas où il sert de modèle formel à un diagramme ? Recourir à l’animal comme matrice présuppose-t-il de détruire son corps, voire son essence même ?

La diversité et les catégories animalières à l’épreuve de l’exégèse et de la mnémotechnie                                                                                                                             Les animaux choisis pour exercer une fonction matricielle diffèrent selon le contexte exégétique et/ou mnémotechnique. Quelles raisons président au choix de tel ou tel animal ? Certains animaux sont-ils plus souvent utilisés que d’autres pour des raisons qui ne sont pas (ou pas seulement) symboliques ? L’insertion de l’animal dans une catégorie préexistante – épistémique, spirituelle, sociétale… – joue-t-elle un rôle dans leur élection comme matrice exégétique et/ou mnémotechnique ? Si oui, quelles oppositions sont à l’œuvre ? Celle, en grec, entre zôon et thèrion ? Celle, d’inspiration augustinienne, entre pecus et bestia ? Celle qui distingue les animaux indigènes des animaux exotiques ? Les animaux réels et les animaux imaginaires ou mythiques ? Les animaux purs et les animaux impurs selon, par exemple, les catégories du Lévitique ? Quelle est la place des animaux hybrides, voire des hybrides d’humains et d’animaux ou de divers animaux parmi les animaux matriciels exégétiques et mnémotechniques ?

Spécificités des matrices animales
Les animaux ne sont pas les seuls à inspirer formellement et figurativement les exégètes et les mnémotechniciens. D’autres éléments de la nature – comme les plantes, et plus spécifiquement les arbres – mais aussi produits de la main de l’homme – comme les architectures, les roues, les chandeliers – sont susceptibles de jouer des rôles matriciels dont l’opérativité exégétique et mnémotechnique est proche de celle des animaux. Dès lors, quelle est la spécificité des matrices animales ? Dans des contextes similaires, existent-elles concurremment à d’autres modèles formels et figuratifs ? Quelles raisons justifient de les privilégier, ou au contraire de les négliger, par rapport à d’autres ?

Comité d’organisation
Naïs Virenque – Université Catholique de Louvain
Raphaël Demès – Université de Lille
Angélique Ferrand – Université de Nantes
Antoine Paris – Sorbonne-Université/Université de Montréal

Modalités de soumission des propositions de communication
La date limite de soumission des propositions de communication est fixée au 31 mai 2021. Les propositions doivent contenir un titre, un résumé d’environ dix lignes en français ou en anglais, ainsi que les coordonnées institutionnelles de l’intervenant. Le comité d’organisation répartira les communications sur les deux journées d’étude en fonction de critères scientifiques, mais les intervenants sont invités à préciser s’ils préfèrent absolument intervenir dans l’une ou l’autre des journées.

Lieux
IRHiS, Université de Lille (Campus du Pont de Bois)
GEMCA, Université catholique de Louvain (Louvain-la-Neuve)

Informations

CFP – « De l’idée de la fille parfaite ». Les jésuites comme promoteurs de la sainteté des femmes des origines du christianisme à nos jours

Ce colloque est organisé par l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) et le Centre de recherches en histoire du droit et des institutions (Université Saint-Louis – Bruxelles). Il se tiendra le 4 février et le 4 mars 2022.

Argumentaire

La littérature hagiographique, souvent en tension avec l’écriture de l’histoire, s’est fait une place dans les sources de l’historien. Outre son intérêt en tant que récit témoignant de la vie et de la spiritualité des saints, elle rend lisibles les enjeux entourant l’origine des cultes, leur diffusion, l’évolution des dévotions, et, à partir de l’institutionnalisation des processus de béatification et de canonisation, les priorités et intérêts des promoteurs des Causes, mais aussi les objectifs des institutions romaines.

Qu’elle soit antérieure aux premières canonisations ou inscrite dans une politique ecclésiastique plus large d’établissement de normes religieuses, la sainteté des femmes s’appuie sur diverses figures, refaçonnées au cours des siècles, comme la sainte martyre des catacombes, la sainte reine dépositaire de la royauté de sa dynastie, la fondatrice d’abbaye au haut Moyen Âge, la veuve faisant le choix du couvent, la mystique à l’époque moderne, souffrante et malade pour expier les maux du monde, ou encore la fondatrice aux XIXe et XXe siècles, dans le sillage de l’essor des congrégations féminines. Pour les femmes, la voie la plus directe vers la sainteté est celle du modèle monastique – ce sont les religieuses qui sont canonisées. Les modèles hagiographiques ont évolué au fil du temps : l’émergence de saintes impliquées dans des œuvres caritatives ou éducatives en contexte industriel, après la suppression des ordres religieux, en constitue un exemple. Durant son pontificat, Jean-Paul II béatifie et canonise des femmes enseignant à d’autres le rôle d’épouse et de mère, en soutien à son discours sur la nature intrinsèque des femmes.

Les recherches sur la sainteté féminine se sont essentiellement articulées autour des récits hagiographiques, des (auto)biographies, des écrits spirituels, inédits ou non. Ces textes tendent à montrer la sainteté des femmes à chaque étape de leurs vies (davantage encore si elles ont été épouses ou mères) et à écarter toute accusation de fausse sainteté. Les études de genre ont apporté de nouveaux questionnements à ce champ consacré à la sainteté des femmes, notamment du point de vue des rapports de pouvoir, des représentations, des masculinités et des féminités incarnées. À partir de l’époque moderne, l’analyse du regard posé sur ces biographies spirituelles durant le processus de canonisation, ainsi que de leur mise en discussion, permet également d’appréhender les normes de genre défendues par les institutions romaines.

En raison de leur implication dans la littérature hagiographique comme auteurs des Vies ou comme promoteurs des Causes, les jésuites constituent une porte d’entrée privilégiée pour questionner la sainteté féminine depuis les débuts du christianisme – on pense à André Triquet et Aldegonde, Claude Chauchetière et Kateri Tekakwitha, Nazario Pérez et Cándida María de Jesús, etc. Malgré l’injonction de leurs Constitutions à ne pas se charger de la cura monialium, les jésuites s’inscrivent dans la promotion de figures saintes féminines ainsi que dans une longue pratique de fondation de congrégations féminines et de direction de femmes pieuses, religieuses, voire mystiques. Cette implication reste constante au fil des siècles. Dans quels but ont-ils encouragé des cultes, parfois déjà millénaires ? Comment ont-ils orienté leurs efforts pour porter leurs dirigées sur les autels ? Quel rôle ont-ils joué comme promoteurs ? Quels contours ont-ils tracé pour une sainteté féminine, et quelles ont été les répercussions de cette configuration des rapports de genre ?

Les communications pourront envisager la vision de la sainteté féminine chez les jésuites dans une perspective large. Et cela du point de vue chronologique – les saintes depuis les débuts du christianisme – mais aussi géographique : partout où la Compagnie s’est montrée active.

Axes pour les propositions de communications :

  • Quelles sont les motivations des jésuites dans la promotion de ces saintes, « anciennes » ou « nouvelles » ? Pourquoi continuer à investir les Vies de figures passées ? Peut-on saisir une stratégie plus large de l’ordre ou d’une province ?
  • Quelle place les jésuites font-ils aux femmes portées sur les autels par la ferveur populaire ? Quelles modifications et transformations opèrent-ils sur l’image de ces saintes anciennes ? Lesquelles rendent-ils accessibles et visibles ? Pour quelles saintes suscitent-ils des dévotions ? Cette vision de la sainteté médiévale est-elle la même que leur vision de la sainteté moderne et contemporaine ?
  • L’élaboration et la construction d’une sainteté féminine par les jésuites : quel rôle jouent-ils pour confirmer les visions et les intuitions religieuses des femmes de toutes époques ? Comment articulent-ils l’idée de la perfection religieuse à leur pratique de direction spirituelle, puis d’hagiographes ? Quelle place occupe le genre dans cette construction ?
  • Dans le cadre des Causes de béatification et de canonisation des femmes : 
    • Quelle est la teneur des dépositions des jésuites appelés comme témoins ? De quelles Causes acceptent-ils de se charger ?
    • Quel rôle jouent-ils au sein de la Congrégation des Rites et de la Congrégation pour la Cause des Saints ? Participent-ils au montage financier des Causes ? La Compagnie de Jésus en tant qu’ordre intervient-elle à un quelconque moment dans ces Causes ?
    • Quelles sont les normes de genre défendues par les uns et les autres ?
    • Comment les jésuites interprètent-ils les écrits éventuels des femmes proposées à la sainteté ? Comment les (ré)concilient-ils avec l’orthodoxie ?
    • Que devient l’activité d’écriture des jésuites après la canonisation ? Les Vies continuent-elles de s’écrire pour consolider une image, ou au contraire, la nuancer ?
  •  Les Vies écrites par les jésuites :
    • Qui sont les femmes dont les jésuites soutiennent le culte ou les Causes ? Sontelles des dévotes, des nobles, des beatas, des fondatrices, des religieuses ? À quelles époques ont-elles vécu ? Peut-on observer une géographie particulière dans le choix des candidates à la sainteté ?
    • Quels sont les aspects mis en avant, les lissages, les ajouts, les transformations effectuées d’une Vie à l’autre afin de tenir un discours convaincant sur, par exemple, la virginité et l’obéissance ?
    • Comment les jésuites abordent-ils la question du genre ? Doivent-ils le neutraliser, masculiniser une figure pour montrer son exceptionnalité, la féminiser afin de la conformer à un modèle particulier ? En d’autres termes, comment déterminer ce qui constitue la représentation adéquate du genre ?
    • Quel rôle se donnent les jésuites confesseurs dans les Vies qu’ils écrivent ?
    • Quelles sources, quels travaux, quels écrits théologiques sont utilisés par les jésuites dans leur travail d’écriture hagiographique ?
    • D’un point de vue diachronique, quelles différences peuvent être observées dans les Vies de saintes médiévales, modernes ou contemporaines ? Constate-t-on des évolutions lorsqu’une même « sainteté » est abordée à plusieurs époques différentes ? Comment évoluent les Causes plus anciennes, transformées à de nombreuses reprises ? Comment les jésuites s’emparent-ils des dévotions existantes ?
  • Comment se négocie la relation entre jésuites et congrégations féminines, dans le cadre d’une Cause de fondatrice, notamment dans la situation antérieure à 1983, où les femmes ne pouvaient devenir ni postulateur, ni vice-postulateur, ni acteur ?
  • La manière dont les modèles de sainteté féminine s’adaptent au cadre spécifique de la mission : dans le contexte colonial des missions, où les traditions de la Contre-Réforme sont suivies avec plus de souplesse, comment les jésuites redonnent-ils des motifs traditionnels à ces vies éloignées des règles romaines ?
  • Quel est l’usage des images ? Quelles sont les représentations produites et diffusées dans le cadre des publications hagiographiques ? Quelle place la sainteté féminine tient-elle au sein des édifices cultuels de la Compagnie ?
  • La manière dont les saintes ou les candidates à la sainteté sont mobilisées dans les Vies des jésuites qui les ont soutenues : quels enjeux entourent leurs apparitions dans ces Vies ? Quelle influence sur les configurations de genre défendues par ces jésuites auprès de leur ordre ou de l’Église ?
Modalités pratiques

La date de réception des propositions est fixée au 15 mars 2021. Les propositions de communication, d’environ 250 mots, accompagnées d’une courte présentation biographique, doivent être envoyées à sarah.barthelemy@usaintlouis.be, philippe.desmette@usaintlouis.be et pierre-antoine.fabre@ehess.fr. Les réponses seront envoyées fin mars 2021. Les jeunes chercheurs sont encouragés à envoyer une proposition.

Date et lieu

Université Saint-Louis – Bruxelles et École des Hautes Études en Sciences Sociales – Paris, 4 février et 4 mars 2022.

CFP – Dimensions and Aspects of Latin Literature of the Baroque Period

The Neo-Latin Society (Die Neulateinische Gesellschaft, DNG) organise un colloque intitulé « Dimensions and Aspects of Latin Literature of the Baroque Period », qui se tiendra du 10 au 12 février 2020 à Bonn. 

The Baroque is the last great epoch of Latin literature. It is also the epoch in which the entire early modern literature of Europe is finally characterized by bilingualism. The use and recognition of the vernacular or national language as a literary language had been postulated programmatically in Italy as early as the 14th century, and in France in the 16th century, and these demands were also successively implemented in practice, but such demands did not become established in the Dutch-German language area until the beginning of the 17th century (Daniel Heinsius 1616, Martin Opitz 1617) and laid the foundation for conceptually bilingual works there as well. In the Scandinavian and Baltic countries, the beginning of substantial competition between vernacular and Latin literature dates even later, i.e. in the later part of the 17th century.

The formation of territorial or national identity through a mother-tongue literature was thus contrasted with a pan-European Latin literature. However, these two constitutive poles of the literary culture of the Baroque period did not form opposites, but rather there were manifold interrelations between them, in the same way as between the vernacular/national language literatures themselves. Against the background of these Europe-wide interdependencies, it can be assumed that Latin literature of the Baroque, in addition to its still fundamental references to antiquity, had a special dynamic of experimentation with forms showing a creative development, going beyond the boundaries of Latin and its formal traditions. The focus of the planned conference will therefore be on relevant genres of Latin literature or individual texts or
works as their exempla. For example, it could be asked whether the fact that treatises on the theory of satire were presented at the beginning of the 17th century (Isaac Casaubon 1605, Daniel Heinsius 1612) was reflected in the production of satires in the 17th century; whether the numerous anthologies of Latin poetry of the 15th and 16th centuries, published in the second half of the 16th century and at the beginning of the 17th century, led to a shift of references from ancient to early modern authors and thus to changes in the poetry of the 17th century; whether or how vernacular patterns such as Petrarchism, singable poetry, and the like set changes in motion; whether and how epoch-making events, such as the Thirty Years’ War, influenced literature.

This leads to the question, not yet nearly discussed, whether distinct characteristics can be identified in the Latin literature of the 17th century that can be combined to form an epoch signature, and whether these can be called baroque analogously to the native literatures, resp. to what extent the same or similar characteristics as in other literatures and arts can be detected (e.g. confessionalism, mannerism, Ciceronianism, archaism, Lipsianism/Tacitism, conceptism/Argutia, importance of rhetoric, vanitas motifs). Complementary to this, it would then be necessary to discuss which chronological boundaries may be established in Latin literature for the Baroque period, since these boundaries are set quite differently depending on the language and literary area, insofar as the term Baroque is used at all.

The amount of preserved texts of Latin Baroque literature appears to be almost unmanageable, the state of research is disparate and mostly does not go beyond first approaches. There are selective and spotlight studies on individual authors and genres, but as a epoch of Latin literature of ist own right, the Baroque has not yet been studied. Nevertheless, the aim of a network on Baroque Latinity, which has its center at University College London, and which is funded by the Arts and Humanities Research Council and is scheduled to run from May 2019 to March 2022, is to provide an initial approach to the Latin language of the period. The planned conference is also intended as such a first step towards a more intensive study of the 17th century as a specific epoch of early modern Latin literature. The results of the conference are to be summarized and published in an anthology with the working title Studies of the Latin Literature of the Baroque Period.

The conference is organized by the DNG in cooperation with the Department of Greek and Latin Philology of the University of Bonn. For presentations of about 25 minutes, proposals for topics, especially on a genre, but also on an author as representative or a text as exemplum of a genre or the determination of baroque characteristics in individual texts, etc. (concerning the whole European area) – preferably as email attachment – are kindly requested until 31 March, 2021 to:

PD Dr. Beate Hintzen
University of Bonn
Department of Greek and Latin Philology
Am Hof 1 e, 53113 Bonn
Email: b.hintzen@uni-bonn.de

The topic formulation should be accompanied by a short synopsis (100-150 words).

CFP – Loyauté et trahison dans les pays bourguignons et voisins (XIVe -XVIe siècles)

Les 62e Rencontres du CEEB (Centre européen d’Études bourguignonnes) se dérouleront à l’Université de Bâle du 16 au 19 septembre prochains. Le thème portera sur « Loyauté et trahison dans les pays bourguignons et voisins (XIVe-XVIe siècles) ».

Le sujet sera envisagé dans une perspective très large, y compris interdisciplinaire. Il ouvre sur deux comportements contraires, dont l’un, la trahison, fascine des esprits enclins à une vision pessimiste de la nature humaine. Ils englobent les mobiles personnels tels que le désir ardent de réussite, la soif de pouvoir ou la cupidité autant que les émotions, dont l’amour, la haine, l’angoisse, la rancune ou la vengeance. Ils incluent également les convictions politiques et religieuses. L’éventail des cas de trahison et d’abus de confiance que l’on vise à étudier lors du colloque est donc assez large. Il s’étend de la grave infidélité en amour, donc de l’adultère, à la félonie, à la désertion ou au passage à l’ennemi. Mais le phénomène de la trahison doit être abordé aussi par rapport au comportement inverse qu’est la loyauté qui peut s’envisager dans des temps ordinaires, mais aussi dans un contexte troublé. Il est donc possible d’étudier par contraste l’image harmonieuse du couple, la loyauté au seigneur, au prince, à la ville, la fidélité indéfectible en tant de troubles, de guerre et de défaite.

L’Europe occidentale entre le XIVe et le XVIe siècle est un espace déchiré par de multiples conflits, dont la guerre des Cent Ans est certes l’un des plus marquants, mais loin d’être le seul. Les pays bourguignons, situés au cœur de cet espace, où une grande importance est attribuée à la chevalerie, à l’idée de service et à la fidélité au prince, et où, en même temps, se sont multipliées les intrigues privées ou publiques, les querelles intestines et les révoltes semblent être un champ d’observation prometteur pour aborder les différentes facettes du sujet. Plusieurs questions clés guideront les communications. Comment est valorisée et entretenue la loyauté ? Quels sont les liens créateurs de la fidélité ? Quelles tensions existent entre le devoir de loyauté et la tentation de la trahison ? De quelles manières les différents actes de trahisons se déroulent-ils ? Comment sont-ils mis en scène, respectivement par quels mots sont-ils décrits ? Et enfin : comment ces manquements au devoir de fidélité sont-ils jugés et, éventuellement, justifiés, en Bourgogne et ailleurs ?

Pour plus d’informations, contactez avant le 15 février : Alain Marchandisse, Secrétaire général (alain.marchandisse@uliege.be) et Gilles Docquier, Secrétaire général adjoint (gilles.docquier@musee-mariemont.be).

CFP – Workshop : Revisiting Revenge. New Perspectives for the Study of Revenge Tragedies (late 16th–early 18th century)

Les groupes GEMS (Group for Early Modern Studies) et THALIA (Interplay of Theatre, Literature & Media in Performance) lancent un appel à contribution pour le workshop « Revisiting Revenge. New Perspectives for the Study of Revenge Tragedies (late 16th–early 18th century) ».

Date et lieu : Université de Gand, 16-17/09/2021

Date limite de l’appel : 01/03/2021 

In the early modern period, revenge tragedies and related Senecan plays dealing with revenge flooded the European theatres, especially in England (The Spanish TragedyTitus AndronicusThe Revenger’s TragedyHamlet), but also in the Dutch Republic (Wraeckgierigers treur-spel, Aran en Titus, De veinzende TorquatusMedea) and Germany (Ermordete MajestätRache zu GibeonCleopatra). Because of the plays’ abundant display of horror, audiences flocked to them in large numbers, rendering the revenge tragedy the most popular dramatic genre of its time. Yet, revenge tragedies have for a long time only reluctantly been allowed to join the established canon of classical works, since they were considered gross, decadent, gratuitous, sensationalist and markedly commerce-oriented plays. Only in the past few decades, literary scholars have attempted to adjust this one-sided image of the genre by suggesting that revenge plays informed (aspects of) the cultural-historical force field that helped shape them.

Bearing this suggestion in mind, we would like to invite scholars working on the subject to submit case studies exploring the ways in which European revenge plays participate in contemporary political, religious, philosophical, legal, economic and gender discourses, in order to make clear the genre’s broader cultural relevance – both in terms of its historical moment and of our analysis of that moment. Possible topics include, but are not limited to :

  • The relationship between revenge plays and the Christian (Catholic/Protestant) discourse on revenge. How do revenge tragedies interrogate the biblical message not to take revenge yourself, but to leave it to the Lord? And more generally, how do these plays interrogate divine providence as such?
  • The political topicality of early modern revenge drama: how did English revenge plays help shape the discourse concerning e.g. the unstable dynastic position of the Tudors? How did Dutch ‘wraaktragedies’ participate in the fierce discussions about the position of the stadtholder in the Dutch Republic? And how do German revenge plays relate to Ferdinand II’s attempt to impose imperial absolutism?
  • The relationship between revenge plays and gender. Early modern revenge plays feature both male and female stage avengers. Are there substantial differences in how female stage revengers avenge themselves compared to their male counterparts? And how do these differences inform our understanding of early modern gender roles?
  • Revenge plays and their relation to the system of legal justice in early modern Europe. With most stage revengers taking recourse to ‘a kind of wild justice’ (Francis Bacon), in what way does revenge drama provide an interrogation of the legal system of its time?
  • The dramatic representation of revenge itself. How is revenge depicted in the early modern revenge play? And how does dramatic revenge relate to other depictions of revenge in related art forms, like the opera seria?

We also invite participants to reflect in their presentations more explicitly on the arbitrariness of the classification of the revenge tragedy as a genre as such. We look forward to receiving your abstracts, and to a productive meeting in September.

Practical :

  • The workshop will take place in Ghent on 16 and 17 September 2021 (precise location TBA).
  • Proposals for a twenty-minute presentation (given in English) are expected by March 1st, 2021 and should be sent to tom.laureys@ugent.be. Proposals should include your name, academic affiliation and a brief curriculum vitae.
  • Submissions are expected as Word documents (max. 300 words).
  • Notification of acceptance will be provided by April 1st, 2021.
  • The programme will be finalized by May 1st, 2021.
  • A selection of contributions will be published in a peer-reviewed volume to be submitted to an international publisher.
  • We hope that you will support our efforts by notifying your colleagues and students about the conference. You are most welcome to contact the organisers for further details.
  • All this information can also be found on our website: www.revisitingrevenge.ugent.be (which will soon be online).

 

CFP – Online Graduate Student Lightning Talks : « Expanding The Renaissance »

The Renaissance Society of America’s Graduate Student Advisory Committee is pleased to launch the Online Graduate Student Lightning Talk Series with its inaugural session on « Expanding the Renaissance ». 

As scholars and students of Renaissance Studies, we recognize that we, as the RSA Statement in Support of Social Justice states, “have structured a Western European world view that has excluded or abused people of color.” In acknowledgement of this and other elements of exclusion in Renaissance Studies, the RSA Student Community seeks to expand our understanding of the Renaissance (1300–1700) by hosting lightning talks that address topics, sources, or methodologies that are commonly excluded or overlooked from mainstream narratives. Lightning talks are concise oral presentations of five minutes, which may or may not include visual aids. Presentations could be based on:

  • An argument from your work (BA/MA thesis, dissertation, or article)
  • Initial findings from side projects, or work in progress
  • Archival findings
  • Pedagogical questions
  • Field/experience-based observations, and/or
  • Anything that stimulates discussion.

The talks will be followed by a brief discussion and Q&A. Graduate students of all stages are invited to apply. Please submit your name, proposed title, and a short description (max. 150 words) via the RSA Online Graduate Student Lightning Talk Series Application Form by Friday, October 30. Students will be notified of accepted submissions on Friday, November 13. The first online lightning talks session will take place on Thursday, December 3 at 12:00 p.m. ET.

For more information, please contact the RSA Graduate Student Advisory Committee (rsastudentcommunity@gmail.com).

CFP – Maintaining the Presence of the Prince: Management of Royal Geographies (XIVth -XIXth Centuries)

This international symposium is a collaboration between the Centre de recherche du château de Versailles (CRCV), the Universidad Rey Juan Carlos, Madrid (URJC), and the Universiteit Utrecht (UU).

In order to promote and consolidate their power, the European rulers have built and extended their presence through multiple “Royal Sites” from the end of the Middle Ages onwards. Nevertheless, if building and expanding the presence of the prince have been very important in the development and assertion of its sovereignty, what about preserving it through time?

The answer lies in the second part of the life of these places, when the time of construction is over and the time of use by the prince and his court begins. Maintenance is then a key to ensure the continuity of the demonstration of magnificence and stability of the regime, being these royal sites the embodiment of the power of the prince.

Whereas the design and construction of court architecture and royal sites has a long and extensive historiography, the way these royal sites were maintained has rarely been a subject of study in itself. Yet, the upkeep of royal sites was of great consequence, and knew its own particular and challenging dynamics. Maintenance has only recently attracted scholarly interest, and while the periods from Antiquity to the late Middle Ages and the 19th century until nowadays have been considered, the maintenance in the Early Modern Period is still an understudied field. However, it was in this period that new maintenance organizations evolved into independent and complex administrations, such as the “King’s works” in England, the “Surintendance in France” and the “Junta de Obras y Bosques” in Spain. These organizations form the roots of modern government departments. They were responsible for the vast “Royal Sites” which included all properties belonging to the ruling dynasty. They served as centers of power that helped shape early modern monarchies, especially in the seventeenth century, when different monarchs used them to address challenges to their authority. Such “royal geographies”, not only included residences where the ruler and other members of the dynasty resided, but also other things associated with the running of the court, such as forests, gardens, agricultural lands, factories and urban spaces. The administration was in some cases also responsible for royal monasteries and convents founded or supported by the royal family.

Following on the conference “Building the Presence of the Prince” held in Utrecht in November of 2019, this international symposium aims to reunite experts from different historiographical fields (History, Art History, Architectural History and Political Thought), with the objective of developing a comparative analysis on the way royal spaces were maintained from a transnational and diachronic (14th–19th century) perspective. The chronological framework of this symposium is consciously that of “long duration”, allowing thus the examination of issues dealing with maintenance from the birth of the royal geography and its developments until the 19th century when royal places and spaces have been transformed into national heritage sites, when as a consequence focus shifted to conservation and restorations.

Research themes and questions

We invite proposals for papers of 20 minutes, both case studies and synthesis studies, that reflect upon the following research themes and questions:

Concepts and designs

  • Definition: Has maintenance been theorized in the same way as building was theorized at the same time and if so, how? And what are the different facets of the maintenance? Are there any new aspects of maintenance that emerge or disappear between the 14th and 19th centuries?
  • Representation: To what extent did the condition of a place reflect the symbolic embodiment of the power of the prince? How and when was maintenance prioritized over new construction?
  • Temporality: Did maintenance only happen ad hoc or in recurring cycles? How did management differ between principal sites and those in the periphery? And what happened in periods of disaffection, when the prince no longer resides or uses a royal site (Versailles after 1643 and 1715, etc.)?
  • Technology: Were new designs and technologies developed to facilitate maintenance? Were costs of maintenance considered when designing and building new constructions or sites? Was there any exchange or transfer of knowledge with regard to the practice of maintenance?

Institutions and people

  • Managing the upkeep: How was maintenance managed, and which institution(s) were responsible for the upkeep? Was work organized by direct management of by contract?
  • The life of institutions: Following the intensity of works and means available, maintenance organizations fluctuated greatly in size and complexity over time. Yet, their development was also influenced by other factors. To what extent were they shaped by other royal institutions (such as Chamber of Accounts, the army,..), which experienced many comparable logistical difficulties (organizing large (work)forces, transportation of heavy goods etc.)? And was there an administrative memory, or was the wheel reinvented over and over again?
  • Officers and contractors: Who supervised the upkeep of royal sites? Are they the same who built palaces, gardens or fountains? And what was their background and social status, were they the crown’s officers or private entrepreneurs? Were they part of the sovereign’s court, or were they completely separated from it? Did their social position change with the different phases of the life of the buildings
  • XIXth century: How did the transition from dynastic heritage to national heritage affect the maintenance of these royal sites? How was maintenance influenced by emerging ideas on national heritage?

Finance

  • Costs: What is the cost of maintenance? How were budgets determined and managed? What kind of money-saving measures were employed by maintenance organizations? Did they concern improved management of labour, the procurement of materials (including reuse and recycling of materials) or the use of new technologies?
  • The choice to stop maintaining: What were the consequences for maintenance when the cost exceeded the sovereign’s budget? What policies were developed to cope with short- and long- term deficiencies?

To participate

Proposals, in French or in English, of about 3,000 characters (with spaces), must include the title and a summary of the paper, and be accompanied by a short biography (1,200 characters) and the applicant’s contact details. Proposals can be sent to José Eloy Hortal, Merlijn Hurx and Benjamin Ringot before November 23rd, 2020 at this email address : symposiumversailles2021@gmail.com. Applicants will be notified of their acceptance by December 18th, 2020. The organisation is pleased to cover the expenses of the accommodation (two nights) and of the meals during the symposium, but the participants will have to take care of their transportation themselves.

appel à financement – exposition « Habiller le culte. Les fastes du textile de la cathédrale de Tournai (XVIIIe SIècle) »

Dans le cadre de l’exposition qui aura lieu à TAMAT (Tournai) sur les vêtements liturgiques du XVIIIe siècle, un appel à financement est lancé pour la restauration des pièces avant leur présentation au public.

Dans un an, se tiendra au Musée de la tapisserie et des arts textiles de Tournai (TAMAT) une exposition sur des vêtements liturgiques somptueux datant du XVIIIe siècle. Autrefois endossés par le clergé pour célébrer la messe, ces vêtements finement brodés raviront les yeux des amateurs et des curieux. Leur aspect clinquant, la soie, l’or, l’argent, les pierres précieuses font certes écho à l’univers des strass et paillettes du star system, mais si ces vêtements nous parlent aujourd’hui, c’est surtout parce qu’ils répondent à un attrait – pour ne pas dire à un besoin – de la matière, du toucher, du poids ou de l’éclat dans un monde de plus en plus gagné par la dématérialisation du virtuel.

L’exposition, intitulée « Habiller le culte. Les fastes du textile de la cathédrale de Tournai » (11 septembre au 28 novembre 2021), permettra de dévoiler la beauté de ces pièces au grand public, tout en les resituant dans le contexte du culte dans lequel elles prennent tout leur sens.

Mais avant de pouvoir être exposées, ces pièces nécessitent d’être restaurées. Il s’agit d’un patrimoine exceptionnel pourtant en péril par manque de financement, une situation qui ne s’améliore guère avec les conditions actuelles. Avec l’équipe du musée, nous faisons donc un appel aux dons qui permettra de préserver ce patrimoine.

En un clic, vous trouverez une présentation du projet et le moyen de participer au financement via la plate-forme de crowdfunding. Sur Facebook, une page de présentation de l’exposition sera mise à jour régulièrement, n’hésitez pas à suivre l’événement FB !

CFP – Mysticism and the Visual Arts

Appel à communication pour la session « Mysticism and the Visual Arts », organisée par Ingrid Falque (FNRS – UCLouvain) et Elliott Wise (Brigham Young University) pour le prochain congrès de l’Association for Art History (AAH).

Mysticism – or the soul’s ascent towards transcendent unification with the divine – occupies an important, albeit often unstable, position in many religions. In Christianity, mysticism straddles a liminal space, blurring dichotomies of darkness and light, life and death, active and contemplative, clerical authority and revelation. Mysticism is often rooted in personal experience, and textually or visually recording it presents unique challenges. Sometimes, in fact, mysticism shuns pictorial images. At other times, it embraces them as instruments of purgation and illumination, didactic tools and ‘stepping-stones’ to exalted vision. Elaborate iconographies undergird mysticism in Tantric Buddhism, and even within less image-based faiths, such as Islam, Sufi mystics use calligraphic ‘pictures’ of words – or even the abstract beauty of a single letter – to meditate on Quranic truths. In Judaism, too, though generally image-averse, adherents of Kabbalah have tied mystical experience to biblical prototypes such as Ezekiel’s vision of God’s chariot (merkavah).

Given the varying degrees of dependence and hostility between mysticism and images, scholars have employed a range of methodologies to investigate mystical visual culture. Close studies of images alongside mystical texts have proved particularly fruitful. This session invites papers that consider the visual alongside the textual as tools of medieval and early modern mystical discourse. Among other things, topics could address visual exegesis through typology, parables and allegory; Christian images inspired by vernacular spiritual texts; mental images, such as depictions of sefirot in Kabbalah; creation and destruction, as in Tibetan mandalas; materiality; verbal image-making, such as ekphrasis; reformations of the soul; and aniconic vision.

Date limite de l’appel : 19 octobre 2020

Date et lieu de l’événement : du 14 au 17 avril 2021 à Birmingham

Plus d’informations ici

CFP – City Lights. Urban Space and Civic Identity in the Low Countries and Beyond

The Association for Low Countries Studies is delighted to announce its third postgraduate colloquium, “City Lights”. Proposals are invited from PhD candidates and early career researchers in the humanities and social sciences. The colloquium will bring together young scholars from the UK and internationally to explore urban space and civic identity in Benelux from an interdisciplinary perspective.

The Low Countries is one of the world’s most urbanised regions. Since the Middle Ages, advances in mercantilism, industry and land reclamation had spurred Bruges, Antwerp and Amsterdam toward exponential growth. Meanwhile, claims to political autonomy and religious freedom caused tension with the powers that be, erupting most violently during the Eighty Years’ War (1568–1648). Today, many Netherlandish cities retain a unique sense of identity, manifested in dialects, local legends and civic buildings.

Cities are the engines of culture for both their social connectivity and their inspiring topographies. Chambers of rhetoric were once a mainstay of burgerlijk culture, while civic guilds commissioned some of Rembrandt’s most celebrated works, not least the Night Watch. Entire sub-industries of painting capitalised upon the beauty of Amsterdam’s canals and Utrecht’s churches, and Amsterdam has continued to inspire writers and filmmakers, from Albert Camus to Paul Verhoeven. Are cities replete with utopian possibility, or are they moral and ecological miasmas? As Plato remarked in the Republic, ‘Any city, however small, is in fact divided into two, one the city of the poor, the other of the rich’. How does the countryside compare?

Proposals on this year’s theme are broadly welcome, but those covering cities and empire, as well as the phenomenology of urban space (including smell- and soundscapes), especially so.

Please send an abstract of no more than 300 words to Adam Sammut, c/o anws500@york.ac.uk, with “ALCS 2020” in the subject heading, together with a short biography. Bursaries will be available, with priority given to self-funded students. Please indicate should you wish to be considered. 

Date de l’événement : 9-10 juillet 2020

Date limite de l’appel à contribution : 31 mars 2020

Lieu : Senate House, University of London

Informations