Archives de catégorie : Appels à contributions

Dans cette sections sont repris tous les appels à contributions partagés par Modernum concernant des colloques, conférences, etc.

APPEL – Practices of Privacy : Vestiges of Dialogue and its Places

Dans le cadre du Symposium Academiae Belgicae 2022, nous vous invitons à nous soumettre une proposition au plus tard le 11 septembre 2022. Ce symposium hybride est organisé en collaboration avec le Center for Privacy Studies de l’Université de Copenhague, et aura lieu à Rome du 30 novembre au 2 décembre 2022, à l’Academia Belgica, l’Institut royal néerlandais à Rome (KNIR) et l’Académie du Danemark à Rome.

Le sujet du symposium est le recours au dialogue dans les domaines de l’art et de la science aux Temps Modernes. L’objectif est de tenter de développer une méthode permettant d’interroger les vestiges de dialogues passés sur la vie privée à cette époque.

Vous trouverez une description complète, ainsi que des instructions supplémentaires pour soumettre une proposition dans le lien suivant.

Appel – « Embellir & enrichir » : rôles de l’ornement dans les décors de la Renaissance, XVe -XVIe  siècles

« Embellir & enrichir » : rôles de l’ornement dans les décors de la Renaissance, XVe -XVIe  siècles

(Université de Lausanne, 9-10 décembre 2022)

Longtemps sous-estimé en raison du caractère purement décoratif qui lui a été prêté, l’ornement s’est imposé depuis une quinzaine d’années comme un champ d’étude à part entière au sein de l’histoire de l’art (Perspective, « Ornement/Ornemental », 2010). Le renouveau des recherches sur le décor s’est accompagné d’une multiplication des prises de positions méthodologiques et de l’apparition de nouveaux concepts. Témoignant de ce tournant historiographique, l’ornement renaissant est devenu un sujet de recherche fécond, susceptible d’enrichir notre connaissance des pratiques artistiques de la première modernité.

Situé au carrefour de techniques multiples, et donc propice aux avancées méthodologiques et aux échanges interdisciplinaires, l’ornement de la Renaissance a récemment été le thème de plusieurs colloques et journées d’études. Parmi eux, certains se sont intéressés à sa place dans le changement de goût vers les formes classiques (L’ornement, signe de modernité ?, 2009 ; La passion de l’ornement à la Renaissance, 2013), d’autres ont souligné son rôle dans l’apparition de nouveaux programmes architecturaux ou picturaux, et réaffirmé ses liens avec la rhétorique (Questions d’ornements, XVe-XVIIe  siècles, 2009-2012 ; Le metamorfosi dell’ornamento : nuove prospettive interpretative tra storie, arte e design, 2014 ; Éphémère et pérenne : l’ornementation végétale dans les décors de la Renaissance, 2014 ; Décor et architecture (XVIe-XVIIIe siècle) : entre union et séparation des arts, 2016-2017). Ses fonctions dans la mise en ordre de la représentation ont parallèlement été interrogées, en particulier lors des journées Jeux et enjeux du cadre dans les systèmes décoratifs à l’époque moderne en 2014, et Unir en divisant : le (s)partimento dans le décor de la Renaissance en 2019.

Dans le sillage de ces manifestations, le présent colloque a pour ambition d’approfondir les pistes de réflexion sur l’ornement à la Renaissance en interrogeant les différents rôles tenus par celui-ci dans les décors des XVe et XVIe  siècles en Europe. L’attention portée à des techniques et des supports variés (architecture, livres, céramique, orfèvrerie, tapisserie, vitrail, etc.) permettra d’appréhender les similitudes et les différences des usages, fonctions et sens de l’ornement selon les domaines artistiques. Les participants pourront orienter leur communication autour des pistes suivantes (auxquelles d’autres pourront néanmoins s’ajouter) :

  • La commande de l’ornement. L’ornement est très rarement mentionné dans les marchés alors même qu’il occupe une place substantielle dans les œuvres. Était-il l’objet de demandes précises et d’une surveillance soutenue de la part des commanditaires ? À quel stade de la réalisation intervenait sa commande ? Quelle liberté était accordée à l’exécutant ?
  • L’ornement et son support. Les relations entre l’ornement et son support doivent être conçues en termes dialectiques : de leur interaction résulte une tension et non une subordination. Se pose dès lors la question des liens entre une structure et son décor, et celle du rôle de l’ornement dans la conception d’une œuvre. Selon les domaines étudiés, les interrogations pourront porter sur l’adaptation des motifs au support et inversement, de même que sur les changements de composition entraînés par le nouveau répertoire ornemental, depuis les espaces hérités du gothique accueillant ces motifs jusqu’aux nouveaux champs décoratifs. La variété de l’ornement contribue en effet à l’esthétique de l’œuvre, à son « embellissement », et cette dernière lui offre en retour un cadre, à respecter ou à dépasser, entre contrainte et épanouissement.
  • L’ornement et son contexte. Dans le champ des études médiévales et modernes, des recherches récentes ont démontré que l’ornement peut répondre à des intentions figuratives précises, en accord avec le contexte dans lequel il s’inscrit (église, palais, mobilier, objet du quotidien) et en lien avec le cadre politique et spirituel de sa réalisation. De l’espace privé à l’environnement urbain ou religieux, autant pour le pérenne que l’éphémère, les pratiques décoratives de la Renaissance peuvent ainsi être reconsidérées à la lumière de la convenance entre des contextes singuliers et des thèmes iconographiques ou des motifs ornementaux a priori sériels.
  • Le statut de l’ornement. En règle générale, les motifs cessent d’être considérés comme des ornements dès qu’on leur attribue un sens iconographique ou symbolique (Grabar, 2010). Mais cette conception était-elle opérante aux XVe et XVIe siècles ? Existait-il une véritable distinction entre ornement et décor ? Comment ceux-ci étaient-ils considérés dans le contexte culturel européen de la Renaissance (littérature, théâtre, poésie, traités d’architecture) ? Dans quelle mesure ornement et image différaient, fusionnaient ou s’apparentaient l’un à l’autre ?
  • Les fonctions de l’ornement. Une place importante sera réservée à la question des fonctions de l’ornement. Celles-ci peuvent être formelles et/ou symboliques et donc relever de la signification, d’un « enrichissement » donnant plus de valeur par de multiples biais. Le décor pourra ainsi être envisagé comme un signe distinctif ou un médium éloquent visant à être remarqué et à délivrer un message, par exemple à travers des motifs voulus comme des supports de méditation dans les églises ou à travers l’image du commanditaire apposée sur sa demeure. Dans ce cadre, les communications sur le visage et le corps en tant qu’ornements s’inscriront dans le contexte-clef du développement d’un nouvel intérêt pour l’individu et pour sa projection dans les arts et la littérature des XVe et XVIe siècles.
Modalités pratiques

Les propositions de communication, d’une longueur de 300 mots, sont à envoyer avant le 20 août 2022 à Sarah Munoz (sarah.munoz@unil.ch) et Jean Beuvier (jean.beuvier@gmail.com).
Elles résumeront la communication et seront accompagnées d’un bref CV et d’une liste de publications. Elles seront soumises à l’évaluation du comité scientifique. Les communications, données en français, anglais, allemand, italien ou espagnol, dureront 30 minutes et pourront s’inscrire dans tous les domaines de l’art. Les présentations à plusieurs voix sont acceptées. L’Université de Lausanne prendra en charge les frais de déplacement et d’hébergement et le colloque donnera lieu à une publication.

Organisation scientifique 

– Sarah MUNOZ, Maître-Assistante en histoire de l’art moderne, Université de Lausanne
– Jean BEUVIER, Docteur en histoire de l’art, Université de Tours/Centre d’études supérieures de la Renaissance (CESR)

Comité scientifique

– Marion BOUDON-MACHUEL, Professeure d’histoire de l’art moderne (Université de Tours/Centre d’études supérieures de la Renaissance)
– Pascal JULIEN, Professeur d’histoire de l’art moderne (Université Toulouse-Jean Jaurès)
– Christian MICHEL, Professeur d’histoire de l’art moderne (Lausanne, Université de Lausanne)

APPEL – Journées de formation doctorale internationale du module Temps Modernes

Journées de formation doctorale internationale du module Temps Modernes

Ecole doctorale Langues, letttres et traductologie (ED3bis)
Ecole doctorale Histoire, histoire de l’art et archéologie (ED4)

Jacques Le Brun (1931-2020) : faire dialoguer histoire et littérature

25 novembre 2022, Louvain-la-Neuve

Organisation : Emilie Corswarem (ULg), Agnès Guiderdoni (UCLouvain) et Silvia Mostaccio (UCLouvain)

Le module « Temps Modernes » organise une journée de formation doctorale interdisciplinaire à destination des doctorant.es en littérature, en histoire et en histoire de l’art. Cette journée a pour objectif de montrer la fécondité méthodologique d’aborder des corpus d’étude, des objets d’enquête, des faits historiques, etc. au croisement de la littérature et de l’histoire. A cette fin, nous prendrons appui sur l’œuvre exemplaire de Jacques Le Brun, historien français de la première modernité religieuse dans ses dimensions littéraires, mystiques, féminines et institutionnelles. Les doctorant.es qui souhaitent participer activement à cette journée seront invité.es à mobiliser un texte, une notion, un mot-clé, utilisé par Jacques Le Brun, qui leur permettra d’interroger et d’éclairer leur recherche doctorale en cours. 

« Faire dialoguer histoire et littérature » a été en effet au cœur des travaux menés sur près de 70 ans par Jacques Le Brun, décédé en avril 2020. Débutant sa formation par une agrégation de lettres classiques, puis un doctorat sur Bossuet sous la direction de René Pintard, Jacques Le Brun suit également le séminaire d’histoire du catholicisme de Jean Orcibal à l’EPHE, auquel il succède en 1978, et ceux d’Henri Gouhier à l’Institut de Philosophie. Comme le formule François Trémolières, « J. Le
Brun allait apprendre son métier d’historien du “XVIIe siècle religieux”, dans une perspective […] nécessairement interdisciplinaire, et qui convenait sans doute à un esprit dès le départ rétif aux partages (et aux routines) académiques » (XVIIe siècle 290 (2021), p. 170). Reconnu à la fois par les chercheur·ses en littérature et en histoire, il s’impose pour les modernistes par sa démarche authentiquement historienne et son attention critique, voire philologique, aux textes, ainsi qu’à leurs conditions d’écriture. Ses travaux se présentent ainsi comme le lieu de rencontre privilégié d’un dialogue fécond entre littéraires et historien·nes.

Cette journée doctorale a pour objectif de mettre en évidence les apports des travaux de Jacques Le Brun aux disciplines relevant des deux écoles doctorales (ED3 et ED4).

A cette fin, trois parcours thématiques sont proposés, assorti chacun d’un choix restreint de textes tirés des œuvres de Le Brun, et mis à la disposition des doctorant·es qui souhaitent participer à la journée :
1. Expérience de l’écriture, écriture de l’expérience, au féminin
2. Histoire du catholicisme et institutions
3. Ecriture mystique, histoire littéraire, images

Les doctorant·es qui souhaiteraient faire une présentation sont invité.es à se manifester auprès des trois organisatrices pour le 10 septembre 2022 : agnes.guiderdoni@uclouvain.be,
silvia.mostaccio@uclouvain.be, e.corswarem@uliege.be.
Les portefeuilles de lecture leur seront alors envoyés. Chaque présentation sera suivie d’une intervention de la part d’un ou d’une des discutant·es.

Cette journée est également ouverte aux doctorant.es qui réalisent leur doctorat ailleurs qu’en Belgique francophone.

Conférencier·es invité·es : François Trémolières (Rennes 2) et Marie-Elisabeth Henneau (Ulg) 
Discutant·es : Emilie Corswarem (ULg), Jean-Pascal Gay (UCLouvain), Agnès Guiderdoni (UCLouvain), Silvia Mostaccio (UCLouvain), Fabrice Preyat (ULB), Monique Weis (Université du Luxembourg)

Appel – Themadossier Jaarboek De Achttiende Eeuw 2023: Doof, Blind, Kreupel, Krank

In 2022 wijdt het Jaarboek De Achttiende Eeuw een themadossier aan achttiende-eeuwers met een beperking, met Ruben Verwaal (Durham University) als gastredacteur. 

Joshua Reynolds, Dubbelportret van Samuel Johnson en Joshua Reynolds als bijziend en hardhorend, 1775. Loren R. Rothchild & Tate.

In de achttiende eeuw veranderde de beeldvorming over beperkingen en mensen met een beperking aanzienlijk. Enerzijds namen filosofen doofheid en blindheid als uitgangspunt voor intellectuele overdenkingen over kennis en taal, specialiseerden medici zich in aangeboren afwijkingen en schreven auteurs over de geestelijke en morele waardigheid van personages met een beperking. Anderzijds geeft de toenemende populariteit van (auto)biografieën inzicht in de ervaringen en opvattingen van mensen zelf. Sommigen leden een openbaar leven, vertelden hun verhaal en zochten gerechtigheid voor henzelf en anderen die door armoede of sociale status werden gemarginaliseerd.

We nodigen auteurs uit bijdragen te leveren die ingaan op de achttiende-eeuwse lichamelijke of zintuiglijke beperkingen vanuit historisch, literair, artistiek of filosofisch perspectief. Mogelijke onderwerpen zijn atypische lichamen, mobiliteitsbeperking, chronische pijn en ziekte, blindheid, doofheid, taal- en leermoeilijkheden en verstandelijke beperking. Hoe werden dergelijke beperkingen beleefd, bekeken en beoordeeld door achttiende-eeuwers? In welke mate en waarom werden ze herzien en verbeeld in wetenschappelijke teksten, brieven, romans, juridische documenten en visuele cultuur? Teksten dienen de lange achttiende eeuw te behandelen (1670–1830), maar er is geen geografische beperking. Stuur dus uw bijdrage in en help mee om nieuw licht te werpen op disability in de achttiende eeuw!

Geïnteresseerden kunnen tot 1 augustus 2022 een kort abstract (max. 300 woorden) insturen naar ruben.e.verwaal@durham.ac.uk en jaarboek@18e-eeuw.nl. Voordien informeel aftoetsen wordt aangemoedigd. Van de geselecteerde voorstellen worden de volledige artikelen van maximaal 6.000 woorden verwacht tegen 1 februari 2023. De artikelen worden aan redactionele peer review onderworpen.

appel à contribution – revue Bien Dire et Bien Aprandre (N°38)

Héroïnes païennes de l’Antiquité dans les littératures romanes des XIIe – XVI e siècles : représentations textuelles et visuelles. Pour la Revue Bien Dire et Bien Aprandre n° 38, 2023. Numéro dirigé par Catherine Gaullier-Bougassas

Le numéro 38 de Bien Dire et Bien Aprandre (2023) proposera une réflexion sur les héroïnes païennes de l’Antiquité dans les littératures romanes du XIIe au XVIe siècle. Il s’agira de s’interroger sur les figures féminines païennes antiques (grecques, romaines, égyptiennes, celtes…) que sélectionnent des auteurs de plus en plus nombreux du XIIe siècle au XVIe siècle, sur leurs représentations textuelles et aussi sur les images visuelles qui leur sont souvent associées dans les manuscrits puis les imprimés.

Le numéro regroupera des études sur les questions principales suivantes :

  • Les formes d’écriture, les contextes textuels, culturels, politiques, dans lesquels les auteurs s’emparent de ces figures féminines.
  • Les formes de représentations visuelles de ces héroïnes dans les manuscrits puis les imprimés, leurs éventuelles adaptations pour d’autres objets d’art.
  • La transmission et le renouvellement de la mémoire de ces héroïnes païennes. Quels modèles textuels et visuels les auteurs et les artistes exploitent-ils, et quelles transformations apportent-ils ?
  • La circulation, la réception et la transformation des représentations textuelles et visuelles du XIIe au XVIe siècle.
  • La diversité des modes de compréhension et des usages de ces figures païennes. Quelles interprétations les auteurs et les artistes élaborent-ils, et à quelles fins ? De quelles interrogations leurs portraits et leurs biographies sont-ils le support ?  Quelles libertés donne la distance temporelle et culturelle qui sépare ces héroïnes païennes du temps des auteurs et des artistes ?
  • Le traitement de l’altérité de ces héroïnes païennes. Comment rendent-ils compte de leur altérité ou au contraire l’effacent-ils ? Dans le premier cas quelles formes d’altérité incarnent-ils en elles ? Cette altérité prend-elle son origine dans la seule appartenance au monde païen ou se décline-t-elle autrement ? Que permet d’exprimer cette altérité ? Dans le cas inverse, lorsque leur altérité est réduite, quelles formes d’assimilation à l’univers des auteurs et des artistes apparaissent et avec quelles interprétations ?
  • Les modalités de construction d’un héroïsme féminin ou d’héroïsmes féminins attachées à ces figures païennes. Quelles sont les formes de cet ou de ces héroïsmes féminins, quelles conceptions de l’exemplarité véhiculent-ils, quelles sont aussi leurs limites ? Quelles représentations nouvelles de ces héroïnes antiques païennes voient le jour dans les livres de défense et de promotion des femmes et se développent dans le contexte de la « Querelle des femmes » ?

Les projets d’article (entre 3000 et 5000 caractères, avec bibliographie primaire et secondaire indicative, 5-10 mots-clés, et un bref curriculum vitae (5-10 lignes)) sont à adresser en format word avant le 30 juillet 2022 à Catherine Gaullier-Bougassas, Professeur à l’Université de Lille, ERC AGRELITA : catherine.bougassas@univ-lille.fr

et aussi à l’adresse contact-revue-bdba@univ-lille.fr

La revue Bien Dire et Bien Aprandre, fondée en 1978 et publiée par le Centre d’Études médiévales et dialectales de l’Université de Lille et l’ULR ALITHILA, n’accueille que des contributions scientifiques originales (non encore publiées ou soumises à d’autres revues).

Bien Dire et Bien Aprandre est une revue mixte. Elle était jusqu’ici diffusée en version imprimée uniquement, elle le sera aussi bientôt en version numérique, en accès libre différé (après un délai de restriction d’un an). Son site internet sera accessible avant la fin de l’année 2022.

Procédure d’évaluation : évaluation par double expertise.

Les articles seront à envoyer dans un fichier word pour le texte, et des fichiers séparés (aux formats .jpeg, .tiff. ou .png) pour les illustrations (les images doivent être d’une résolution minimale de 300 dpi. L’obtention des droits de publication incombe aux auteurs).


Calendrier :

  • 30 juillet 2022 : réception des projets d’article
  • 15 octobre 2022 : notification des décisions d’acceptation ou de refus aux auteurs.
  • 1er mars 2023 : réception de la première version des articles, puis début de la double évaluation.
  • 15 juin 2023 : livraison des textes définitifs par les auteurs dont les articles ont été acceptés après les éventuelles corrections d’ordre scientifique ou de forme.
  • Octobre 2023 : publication du numéro de la revue

La revue contient également une section « Miscellanées » incluant des articles originaux de Varia, qui peuvent aussi être envoyés.

 

Appel à communications: MÉTAMORPHOSES ET USAGES D’UN MÊME PASSÉ ET FORMATION DES IDENTITÉS EN EUROPE DU XIVE SIÈCLE JUSQU’AUX ANNÉES 1980 : PARTAGES, CONCURRENCES OU CONFLITS DES MÉMOIRES

Les propositions sont à adresser (titre et une dizaine de lignes de présentation accompagnés d’un rapide CV) avant le 15 septembre 2022 et le colloque se déroulera le 14 et 15 septembre 2023 à Lille au Palais des Beaux Arts. Organisation par Catherine Gaullier-Bougassas 

Argumentaire:

Le programme de recherche ERC AGRELITA (The Reception of Ancient Greece in pre-modern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books (1320-1550) : How invented memories shaped the identity of European communities) est un programme de recherche transdisciplinaire : littérature, histoire de l’art, histoire politique, culturelle et sociale, memory studiesEuropean studies. Il travaille sur les différents modes de réception de l’Antiquité grecque à l’ère prémoderne (1320-1550) et analyse comment la création de mémoires de la Grèce ancienne dans les cultures textuelle et visuelle a été exploitée pour conforter la formation d’identités politiques et culturelles à plusieurs niveaux (local, régional, (pré)-national, transnational et européen) dans l’Europe occidentale des années 1320 aux années 1550.

Avec le colloque de septembre 2023, AGRELITA souhaite élargir la réflexion sur cette question des usages d’un même passé recomposé/réinventé pour la formation d’identités politiques et culturelles à plusieurs niveaux, en l’ouvrant :

-à d’autres passés (antiques, médiévaux ou modernes)

-à une durée plus large de réception et d’exploitation de ces passés, du XIVe siècle jusqu’aux années 1980, et dans toute l’Europe.

Autrement dit, il s’agira d’explorer comment, à la même époque ou à des époques différentes, un même passé réinterprété voire réinventé peut servir à la formation de plusieurs identités politiques : un même passé peut être instrumentalisé pour renforcer l’identité d’une entité politique particulière, fédérer les éléments qui la composent, l’imposer face à d’autres pouvoirs politiques concurrents, ou bien pour unir plusieurs entités politiques, créer une mémoire partagée, supranationale et particulièrement européenne.

La périodisation choisie prend le XIVe siècle pour point de départ, car une exploitation de plus en plus soutenue du passé voit alors le jour dans les pratiques politiques et dans les lettres et les arts, et on assiste aussi à des affirmations plus fortes d’identités politiques et culturelles (tant locales, régionales que pré-nationales), ainsi qu’à de nouvelles expressions de l’idée d’Europe, particulièrement dans le contexte de la mobilisation contre les Ottomans.

Les années 1980 ont été choisies pour le terminus ad quem car elles voient l’émergence de nouveaux rapports au passé (le nouveau « régime d’historicité » du « présentisme », F. Hartog) et à la mémoire. Elles constituent le début d’une période marquée par la multiplication des lectures et des exploitations du passé par des acteurs de plus en plus divers, d’où la naissance de nouvelles formes de rivalités mémorielles et aussi de partages de mémoires. Elles précèdent l’élargissement à l’est de la construction européenne, un mouvement de réinterprétation de nombreuses histoires nationales et dans le même temps la mise en œuvre de politiques incitatives pour conforter la formation de mémoires transnationales et d’une mémoire européenne. Elles sont aussi le début de phénomènes de globalisation et de création d’une mémoire mondiale.

Les politiques et usages de la mémoire, qu’ils émanent de pouvoirs politiques, de communautés, d’associations et acteurs de plus en plus divers ont suscité et suscitent encore de nombreuses études relatives à l’histoire contemporaine, avec la question des interactions entre les identités politiques régionales, nationales et transnationales.

Les exploitations comme outils politiques du passé et de la mémoire que l’on s’en crée ont bien entendu existé depuis des siècles, avec des formes et des moyens qui ont connu de profondes variations, et de nombreuses études ont aussi été consacrées à l’élaboration de mémoires qui confortent les identités nationales en cours de construction à l’époque moderne, ainsi qu’aux expressions de l’idée européenne. La publication en six volumes dirigés par S. Berger et J. K. Olick, A Cultural History of Memory (2020) a récemment mis en lumière l’évolution des différentes formes de la mémoire de l’Antiquité jusqu’à nos jours.

Dans ces études sur la mémoire, les interactions entre identités régionales, nationales et transnationales sont un champ où des investigations nous semblent encore à mener, et cela particulièrement en lien avec la question précise que nous lui associons pour ce colloque : les métamorphoses et les usages de la mémoire d’un même passé par des acteurs différents, sur la longue durée qui va du XIVe siècle aux années 1980.

AGRELITA s’adresse ainsi à des chercheurs spécialistes de disciplines différentes (littérature, histoire, histoire de l’art, archéologie, géographie, philosophie, sociologie, sciences politiques, anthropologie, memory studies, European studies) et d’époques différentes sur toute l’aire géographique européenne ; AGRELITA espère, par cette approche pluridisciplinaire et par le croisement des analyses, des perspectives et des concepts, apporter une contribution nouvelle sur cette question.

Il s’agira donc de réfléchir sur :

-les dynamiques d’élaboration de mémoires plurielles d’un même passé et leurs liens avec la formation de plusieurs identités politiques et culturelles

Les instrumentalisations partagées, complémentaires, concurrentes ou conflictuelles d’un même passé par des acteurs divers, pour l’affirmation de plusieurs identités politiques et culturelles, révèlent des stratégies variées (mise en récits, en discours, en images, en spectacles, constitution de symboles, commémoration, patrimonialisation, muséification…) sur lesquelles on s’interrogera. On analysera les modalités de réception, de recomposition et de réinterprétation, parfois même d’imagination, qui sont elles aussi très diverses et qui manifestent les différentes valeurs attribuées au passé dans la mémoire.

les interactions entre des identités locales, régionales, (pré-)nationales et transnationales telles qu’elles s’affirment à travers les exploitations convergentes ou différenciées d’un même passé. Autrement dit, comment, confrontée à une mise en question des valeurs qu’on attribue au passé, la mémoire est modifiée par des acteurs et pour des publics divers, pour construire, affirmer, infléchir, renouveler des identités politiques et culturelles, comment les métamorphoses et les usages d’un même passé répondent à un renouvellement ou un changement identitaire.

On s’interrogera tant sur les mémoires concurrentes d’un même passé que sur l’essor, durant la période donnée, de mémoires et d’identités transnationales, sur la conciliation ou l’absence de conciliation de ces dernières avec les autres mémoires et identités. Ces mémoires transnationales s’affirment alors comme des mémoires partagées entre deux ou plusieurs communautés politiques (par exemple mémoires partagées d’un souverain ; mémoires de guerres : conflictuelles puis réconciliées) et/ou comme une mémoire européenne en lien avec l’affirmation de l’idée d’Europe.

les périodes historiques, les événements, les mouvements de pensée, les personnages, les lieux qui ont suscité des appropriations différenciées ou convergentes par deux ou plusieurs communautés politiques et culturelles : les enjeux mémoriels de périodes, événements, figures, lieux controversés ; les enjeux mémoriels aussi de périodes, événements, figures, lieux que plusieurs communautés s’approprient comme communes pour se forger une mémoire partagée et conforter des identités transnationales.

Les interventions porteront ainsi sur la pluralité des usages mémoriels d’un même passé à travers deux exemples ou plus, dans le but d’analyser comment les mémoires recomposées d’un même passé permettent d’inventer, de réinterpréter, de renforcer une et/ou des identité(s) particulière(s), et/ou de créer une mémoire transnationale et particulièrement européenne.

Comité scientifique :

Martine Benoît, Université de Lille

Stefan Berger, Ruhr-Universität Bochum

Hélène Casanova-Robin, Sorbonne Université

Gerard Delanty, University of Sussex

Sophie Duchesne, Sciences Po Bordeaux

François Hartog, École des hautes études en sciences sociales

Tuuli Lähdesmäki, University of Jyväskylä

Elena Musiani, Università degli Studi di Bologna

Cédric Passard, Sciences Po Lille, Université de Lille

Alain Schnapp, Université Panthéon-Sorbonne

Aline Sierp, University of Maastricht

Informations pratiques:

Les propositions sont à adresser (titre et une dizaine de lignes de présentation accompagnés d’un rapide CV) avant le 15 septembre 2022 à Catherine Gaullier-Bougassas aux adresses suivantes : catherine.bougassas@univ-lille.fr ; erc-agrelita@univ-lille.fr

Les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge selon les modalités de l’Université de Lille.

Les articles issus des contributions seront publiés. Les articles seront à rendre pour le 15 février 2024.

CFP – The Material Culture of Magnificence in Early Modern Cities

Annual Meeting of the RSA, The Material Culture of Magnificence in Early Modern Cities, 9-11 March 2023, San Juan. 

This session proposes to study the material culture of magnificence in early modern cities as a specific topic. Magnificentia, by its definition as a virtue, is very much concerned with the individual. By making appropriate expenditures to create grand works, the individual manifests his or her virtuousness, thus making it visible to a broader community. This manifestation occurs on multiple scales; in clothing, coachwork, tombs, city palaces, churches, as well as the design of urban space. Moreover, the virtue of magnificence necessarily requires an audience. This audience is needed to judge whether the expenditure is appropriate to the person, the object, and the circumstance in which it occurs, as well as to show admiration for the great works achieved.

The session departs from the hypothesis that the urban environment creates specific opportunities, but also imposes proper conditions and restrictions on the performance of magnificence. The community for which the virtue is externalized in a city is not only diverse in socio-economic position, but also in political affiliation. The performance of magnificence thus inscribes itself in a complex moral, social and political world, and one that is particularly dense and intense in an urban environment. What preconditions does this create for the performance of magnificence? How richly can (or should) one live in an environment where power struggles, economical rivalries, and personal disputes operate on a daily basis?

Moreover, the session specifically wishes to study how the material culture of magnificence functions in a daily context. The performance of magnificence in temporary events of social, political or religious importance, such as royal entries or religious ceremonies, has already been extensively studied. The particular nature of celebrations creates a temporal realm in which the virtue can be actualized, performed and recognized. But how does magnificence operate on an everyday basis? How does it function as a modus vivendi? And what traces does it leave in the material culture of the city?

We invite proposals that study the material culture of magnificence in early modern cities, and this at multiple scales and from multiple disciplines. Authors can focus on a specific type of object (such as clothing, coachwork, tombs, buildings…) or on the patronage of a specific (type of) patron. We invite proposals that focus on cities in early modern England, the Low Countries and Italy in specific, but are also open for papers that focus on other geographical areas. 

Proposals can be sent to nele.deraedt@uclouvain.be by 25 June 2022. The proposal should include a title, 150-word abstract, and one-paragraph biographical cv. The Annual Meeting of the RSA 2023 will take place in San Juan from 9-11 March 2023.

This session is organized by Anne-Françoise Morel (KU Leuven, Belgium) and Nele De Raedt (UCLouvain, Belgium) and is sponsored by the European Architectural History Network.

Appel – Practices of Copying & Imitation in Early Modern Architecture (1400-1700)

Working Group Proposal

Practices of Copying & Imitation in Early Modern Architecture (1400-1700)

Organizers

Nele De Raedt, Elizabeth Merrill

Concept

This research project takes as its premise the notion that practices of imitation and direct copying were integral to architectural design and production in early modern Europe. Architectural theory of the time posited that architecture was an art in constant evolution based on the practice of imitation. In such theories, the imitation of models, in order to create new designs, necessarily included an element of invention, which allowed architecture to evolve and perfect itself. Central to this discussion were questions such as the choice and number of models, and the license one could take adopting them. Yet how was imitation performed in practice? How were models studied, copied, used, and transformed in creating new designs? In other words, how did the practice of direct copying and imitation in both the workshop and on the building site shape the production of architecture in the early modern period?

By focusing on specific techniques and instances of copying and imitation, this research project critically expands upon the existing scholarship, in which extensive focus is granted to the Italian Renaissance, and specifically the conscious imitation of classical architecture, and the intellectual discussions surrounding the parallels between literary and architectural theory. Within this, the literary concepts of invenzione, capriccio, mescolanza, licenza, and decorum have been extensively studied in relation to contemporary thinking on architecture. By contrast, this research initiative directs attention to actual practices and material documentation of imitation in the workshop and on the building site, and how this evidence sheds new light on the production of architecture. The project hypothesizes that the strong focus on invention in the theoretical discussions on imitation has drawn attention away from more mundane and everyday practices of tracing, the casting of models, and the reproduction of ornamental details, which were often routine and direct, driven by needs of economy, efficiency, and scale. The project thus supposes that the rich and varied architectural culture of the period was undergird by the ties forged by direct replication and imitation. It aims to bring to the fore the very practice of copying and imitation as a driving force behind the production of architecture in the early modern period.

In terms of its approach and methodology, the project encourages research that extends the traditional boundaries of architectural history of the Early Modern period, granting attention to overlooked projects, places and archives, structures and designs of utilitarian nature, and material that is otherwise contained with the history of construction and technology.

Individual papers might address the following subjects/themes:

  • Workshop traditions, including the use of drawings, technical manuals and plastic models
  • Those aspects of architecture that are routinely studied, copied and imitated (for example: the architectural orders, building plans, ornamental details)
  • The relationship between imitation, building materials, and construction methods
  • The relationship between model and imitation; examples of specific buildings that were perceived as being conceived or built “in imitation of” another building
  • The organization of the building industry and degree to which the building industry contributed to architectural production based on copying and imitation 
Details & Organization

In terms of intellectual production, the project’s aims are twofold: the hosting of an international conference in Ghent or Brussels, scheduled for June 2023, and the publication of a peer-reviewed edited volume. The working group will include approximately 10-12 scholars active in the fields of Architectural History, Art History, and the History of Science and Technology.   

In November 2022, members of the group will meet via Zoom to introduce themselves and their projects, and exchange preliminary ideas for the conference and edited volume. In May 2023, participants will be asked to circulate complete drafts of their papers. The actual meeting of the group will take place over the course of two days in June 2023. The first day will be organized as an open conference, during which participants will present their papers. During the second day, the working group will meet alone, to further discuss the content of individual papers, the project’s major themes and the production of the publication. Participants will receive an allowance for travel expenses and accommodation.

Paper Proposals

Please submit abstracts of research papers (500-1000 words), along with paper title and C.V.  to Elizabeth Merrill  (elizabeth.merrill11@ugent.be) and Nele De Raedt (nele.deraedt@uclouvain.be).

Deadline for the submission of paper abstracts is 15 July 2022.

Preliminary Project Timeline
  • 15 July 2022: deadline for paper abstracts
  • 15 August 2022: confirmation of working group participants
  • early December 2022: virtual introductory meeting
  • May 2013: due-date for circulation of papers
  • June 2023: conference in Brussels or Ghent, venue TBD
  • August 2023: submission of book proposal
  • October 2023: (internal) due date for revised papers
  • Spring 2023: submission of manuscript to press
  • 2025: publication of edited volume

Informations

CFP – Slavery, Law and Religion in the Early Modern Period

Workshop “Slavery, Law and Religion in the Early Modern Period” UCLouvain, Louvain-la-Neuve, 8-9 March 2023

Colonial slavery and the global slave trade recently have received much attention in the historical disciplines. This interdisciplinary workshop seeks to bring together junior researchers – PhD candidates and early-stage postdocs – working on early modern colonial and Christian slavery in the fields of cultural, intellectual, religious and legal history.

Particularly regarding the 18th century, scholars have compared the transatlantic with the Indian ocean world. Researchers have also identified shifting attitudes to the institution of slavery as well as the extent to which sources reveal the agency and actions of enslaved human beings, and they have examined distinctions between various forms of dependency, servitude and slavery.

For example, European intellectuals at the time offered justifications as well as criticisms of enslavement and the slave trade, sometimes unquestioningly supporting the former, while rejecting the latter, sometimes rejecting colonial aspirations but not the enslavement that came with such endeavours. Furthermore, notions of an assumed self-evident nature of slavery that required no justification at all were articulated.

In the legal sphere, research has revolved, among further issues, around the legal status of not being able to own property, the agency of Europeans and non-Europeans in legal procedures, the role of contracts, and observable differences between theory and practice. The extent to which enslaved human beings claimed rights or took legal recourse has been a topic of research.

Besides the intellectual and legal dimensions, the cultural and political contexts of various governing entities such as trading companies, mission stations, and indigenous political powers have been analysed, including a range of motivations, from commercial interests to competing claims to political authority. Moreover, scholars increasingly have begun to turn to religious source material from Christian missions. For example, the extent to which slave holding pertained to religious settings of conversion, education and the membership in Christian communities has been reconstructed from the archival evidence.

The call for papers addresses researchers in the fields of cultural, intellectual, religious and legal history and is equally interested in methodical as well as empirically focused contributions. The aim is to address this topic by responding to a series of questions:

  • To what extent does slavery offer a perspective on the entanglement between trade, colonial rule, and Christian mission?
  • How did political culture motivate change in social formations that included slavery?
  • What narrative figures and discursive patterns did individuals employ in order to communicate about slavery and servitude? What specific terms did they use?
  • How did local colonial circumstances affect legal practices?
  • What was the impact of intellectual texts, such as scholastic tractates or theories of empire, war and peace, on social practices of enslavement and slave trading?
  • To what extent were the rules of natural law and classical Roman law, such as selling oneself or enslaving enemies, relevant in early modern colonial settings?
  • In how far was the enslavement of Christians different from that of non-Christians?
  • Did legal treatments coexist with supposedly scientific, anthropological assertions of inferiority, particularly of non-Europeans?
  • What role did the Christian confessional perspective play? Was there a difference particularly between Catholic and Protestant practices of slavery?
  • Can we consider a cross-confessional approach to early modern colonial slavery by way of a comparative analysis?

Proposal submissions
The workshop “Slavery, Law and Religion in the Early Modern Period” invites junior scholars studying for a PhD degree or having recently completed their dissertation to submit a proposal of 200-250 words for a 20-minute presentation by 31 July 2022 to Dr. Christoph HAAR via email (christoph.haar@uclouvain.be). The primary conference language will be English. Proposal submissions in French are also welcome.

Registration and accommodation
There is no registration fee. Travel and lodging will be paid for, as well as breakfast at the hotel, refreshments during the discussions and two conference gala lunches. A publication volume of revised papers represents the planned output of the conference. The conference and the publication are sponsored by UCLouvain, Institut Interdisciplinaire en Sciences Juridiques, and the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme under the Marie Skłodowska-Curie grant agreement number 101029867.

 

CFP – Eerste gezamenlijke Jaarcongres van de Werkgroepen Zeventiende Eeuw & Achttiende Eeuw

“Emoties hebben we allemaal en soms is er sprake van een conflict. Dat kan een conflict zijn tussen emoties of conflicten die emoties veroorzaken. In dit eerste gezamenlijke jaarcongres van de Werkgroep Zeventiende Eeuw en de Werkgroep Achttiende Eeuw op vrijdag 26 augustus 2022 willen we verkennen hoe mensen individueel of in groep in de vroegmoderne tijd omgingen met emoties, of dat nu conflicterende emoties waren of emoties in conflictsituaties.

Abstracts van circa 300 woorden kunnen worden ingestuurd tot 1 mei 2022 naar het algemene mailadres: jaarcongres.dze.dae@gmail.com. Lezingen duren 15 minuten zodat er voldoende tijd overblijft voor discussie. Het is ook mogelijk om een abstract voor een panel in te sturen. Bijdragen zijn bij voorkeur in het Nederlands, maar Engels is ook toegestaan.”

Information

CFP – L’invention d’origines grecques dans les cultures textuelles et visuelles de l’Europe pré-moderne (1100-1600)

Journées d’études le Jeudi 15 juin et le vendredi 16 juin 2023  à la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS –  Espace Baïetto) à Lille

Ces deux journées d’étude intitulées L’invention d’origines grecques dans les cultures textuelles et visuelles de l’Europe pré-moderne (1100-1600) s’inscrivent dans le cadre d’un ERC Advanced Grant AGRELITA Project (The Reception of Ancient Greece in pre-modern French Literature and Illustrations of Manuscripts and Printed Books (1320-1550) : How invented memories shaped the identity of European communities, 2021-2026) sous la direction de Catherine Gaullier-Bougassas. 

Argumentaire 

En 1176, Chrétien de Troyes exprime l’idée d’un héritage dont le berceau serait la Grèce, origine de la « chevalerie » et de la « clergie », dans le célèbre prologue du Cligès : « Ce nos ont nostre livre apris / qu’an Grece ot de chevalerie / le premier los et de clergie » (v. 28-30). Le but d’un tel discours est de s’appuyer sur des origines pour créer une continuité à travers le recours à la translatio imperii et studii, et ainsi légitimer et célébrer le pouvoir et le savoir contemporain à la lumière d’un passé grec. Mais Chrétien de Troyes ne donne pas de contenu précis à ces origines grecques. De nombreux auteurs de l’Europe pré-moderne s’attellent ensuite à leur représentation : ils s’approprient et/ou inventent des origines grecques, puisque ces dernières peuvent renvoyer à des données héritées et souvent réinterprétées, ou bien être fantasmées. En effet, entre 1100 et 1600, dans les lettres et les arts, le passé grec a permis de créer différents types d’origines. Un exemple est celui de la figure d’Hercule exploitée à travers une grande partie de l’Europe occidentale, dans les images comme dans les textes, pour diverses visées politiques, nationales et dynastiques, sociales et culturelles. Comme l’a souligné Claude-Gilbert Dubois dans l’introduction de son ouvrage, Récits et mythes de fondation dans l’imaginaire culturel occidental (Bordeaux, 2009), se tisse un réseau référentiel autour du triangle formé par le territoire, le personnage et la communauté qui recourent à une origine grecque. Des études sur les origines gentium dans le Haut Moyen Âge, notamment celles de Alheydis Plassman, Origo gentis. Identitäts- und Legitimitätsstiftung in früh- und hochmittelalterlichen Herkunftserzählungen (Berlin, 2006) et de Magali Coumert, Origines des peuples. Les récits du Haut Moyen Âge occidental (550-850) (Paris, 2007), ont porté sur les liens entre écriture de récits d’origines et création de sentiments d’appartenance à une communauté.
Si les origines grecques contribuent souvent à une justification politique, elles peuvent aussi poursuivre d’autres desseins, particulièrement dans les récits et les images d’invention ou d’instauration d’une donnée culturelle, artistique, scientifique ou sociale, d’une institution politique,
juridique ou intellectuelle. Pour donner quelques exemples, pensons à l’origine des arts libéraux, de la peinture, de la fable, des universités, des académies… Des liens étroits existent ainsi entre origine(s) et héritage, et invitent à interroger la notion d’origine / d’origines en la distinguant de
celle, plus générale, d’héritage, et en étudiant les sens qu’elle recouvre pour les auteurs et les artistes de l’Europe pré-moderne.

Ces journées d’études envisagent ainsi d’explorer les emplois, les fonctions et les finalités des discours sur les origines grecques et la polysémie de ce concept entre 1100 à 1600, dans les cultures textuelles, visuelles et matérielles européennes, autour des questions suivantes : comment la notion d’origine /d’origines est-elle alors pensée par les auteurs et les artistes ? Qu’est-ce qui à la fois l’unit et la distingue de l’héritage ? Pourquoi les Grecs ? Quelle(s) Grèce(s) sont pensées comme des origines ?  De qui et de quoi sont ces origines ? Quelles modalités de représentation et quels processus d’appropriation apparaissent ? Dans quels buts et pour quels publics ?

Thématiques

Afin de cerner ces enjeux, les propositions pourront s’inscrire dans un ou plusieurs des axes suivants, qui n’épuisent pas le champ des possibles :

  • Formations identitaires et légitimation de formes de gouvernement et d’institution : mythes d’origines de peuples, de villes, de communautés, de dynasties, d’organismes politiques, judiciaires,
    intellectuels, professionnels
  • Les origines grecques dans les inventions artistiques, scientifiques et techniques, les origines des langues et étymologies grecques, les origines grecques de formes et de genres littéraires,
  • La translatio imperii et la translatio studii, leur mise en scène et leurs interactions
  • Les représentations visuelles des origines, leurs commanditaires et leurs destinataires : peintures, sculptures, tapisseries, arts décoratifs, illustrations des manuscrits et imprimés, arts éphémères (tournois, fêtes, théâtre, processions, entrées royales et impériales…), héraldique,
  • Les relations et les oppositions entre processus de création ou récréation et actes archéologiques, à partir de témoignages matériels, traces écrites, inventions, imitations, « faux ».

Intéressé(e)? 

Les propositions sont à adresser (titre et dix lignes de présentation accompagnés d’un rapide CV) avant le 1 er juin 2022 à Catherine Gaullier-Bougassas à l’adresse suivante : catherine.bougassas@univ-lille.fr Les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge selon les modalités de l’Université de Lille.

Les articles issus des contributions seront publiés chez Brepols dans la collection « Recherches sur les Réceptions de l’Antiquité ». Les articles seront à rendre pour le 30 septembre 2023.

Présentation du projet : https://agrelita.hypotheses.org/

 

 

 

CFP – En parlant – en écrivant. Complémentarité, concurrence et hybridation entre écrit et oralité (Europe, 16e-17e s.)

Journées d’études à l’Université du Luxembourg (Institut d’histoire) à Belval (Esch-sur-Alzette), les 15 et 16 septembre 2022.

Ces journées d’études sont la deuxième rencontre organisée par le groupe international et transdisciplinaire Anthropologie politique et religieuse de la parole (16e-17e siècles). Elles poursuivent les interrogations des travaux entamés à Genève en février 2022 sur les éléments constitutifs de la promesse et son effectivité à l’époque moderne, tout en déclinant de nouveaux aspects de ce vaste domaine de recherches. Les rencontres de Genève et du Luxembourg visent à créer et consolider un groupe de recherche dont les activités se poursuivront selon des modalités qui restent à définir collectivement (ateliers, écoles d’été, publications diverses, etc.

Les journées d’études qui se tiendront à l’Université du Luxembourg porteront de manière plus spécifique sur les rapports complexes entre écrit et oralité dans l’Europe des 16e et 17e siècles. Les deux modalités d’expression et de communication font l’objet depuis quelques années d’un intérêt renouvelé. Beaucoup de travaux récents sont ainsi consacrés aux « pratiques de l’écrit » dans les chancelleries, secrétaireries et autres bureaux, dans les officines et comptoirs de divers types, ou encore dans les institutions religieuses des principales confessions chrétiennes. Les ressorts de l’oralité ont quant à eux été remis à l’honneur par de nouvelles approches des cérémonies politiques et judiciaires, par le renouveau de l’histoire diplomatique et par des études pionnières sur la prédication.

En revanche, les relations entre écrit et oralité ont été peu thématisées et analysées. Elles renvoient à des questions importantes liées à l’histoire de l’époque moderne et à ses sources. Comment s’articulaient les passages de l’oralité à l’écrit ? En situation de concurrence entre les deux modalités, comment se faisaient et s’expliquaient les choix ? Dans quels contextes l’oralité vient-elle dupliquer, conforter, compléter, modérer, voire concurrencer ou même contredire l’écrit? Lorsqu’il y eut davantage de complémentarité, quelles furent les influences réciproques, notamment mais pas uniquement du point de vue formel ?

Une attention particulière doit être accordée aux phénomènes d’hybridation entre l’écrit et l’oralité dans différents domaines, périodes et contextes. Ils peuvent être étudiés au moyen de documents variés, dans une approche qui ne sépare pas strictement l’histoire religieuse de l’histoire politique, mais qui mobilise des concepts inspirés par l’anthropologie historique, les études culturelles et littéraires ou encore l’analyse des discours. Enfin, quelles sont les traces de l’oralité dans les sources de l’époque moderne, quels sont ses marqueurs spécifiques, et comment les acteurs des 16e et 17e siècles en envisageaient-ils eux-mêmes la conservation ?

La notion de « performativité » est centrale pour les questions de recherche qui sous-tendent les journées d’études En parlant, en écrivant de septembre 2022 et qui irriguent tout le projet collectif sur l’Anthropologie politique et religieuse de la parole à l’époque moderne. Dans le sillage du « performative turn », beaucoup de travaux se sont penchés sur les rituels publics et leur mise en scène, sur le rôle clé des gestes et du corps, ainsi que sur les sources visuelles, bref sur des aspects non verbaux. Mais il ne faut pas négliger la place des mots, qu’ils soient dits ou écrits, dans les différents lieux et milieux sociaux de l’Europe pendant les 16e et 17e siècles. Aussi, les fonctions performatives de la parole seront-elles au centre des journées d’études En parlant, en écrivant. Cette approche, fortement tributaire des débats ayant suivi le «linguistic turn », permettra de questionner à nouveau frais les périmètres mouvants du dicible et de l’indicible, du pensable et de l’impensable, du nommable et de l’innommable aux 16e et 17e siècles, dans le processus de confessionnalisation comme dans les conflits politiques et géopolitiques qui scandent la première modernité.

Voici quelques thématiques plus restreintes qui pourront être abordées dans le cadre de sections cohérentes et pour lesquelles nous sollicitons des propositions :
* Dire, écrire et publier la loi et la Loi (politique et religieuse)
* Communiquer et informer, au sein de monarchies composites, déjouant les distances, les oppositions, à toutes les échelles des agencements de pouvoir (circulation des nouvelles, etc.)
* Organiser et mettre en pratique la « bonne gouvernance », par la parole et par l’écrit (cérémonies de l’information, spectacle du pouvoir, rituels politiques, etc.)
* Pratiques de l’oralité et pratiques de l’écrit dans la diplomatie (ambassades, correspondances, etc.)
* Prêcher et mettre par écrit la prédication
* Débattre par la dispute orale ou par l’écrit
* Prier à l’époque moderne : pratiques de l’oralité et pratiques de l’écrit (publiques et privées)

Les journées d’études En parlant, en écrivant seront probablement organisées en co-modalité (mode présentiel et Webex).

Merci d’envoyer vos propositions en français ou en anglais, avec un titre provisoire et un abstract de quelques lignes (expliquant comment votre communication répondra aux questions posées dans l’appel à communications), AVANT LE 15 AVRIL 2022 à l’adresse suivante : monique.weis@uni.lu (https://history.uni.lu/team-monique-weis/)

Organisation et comité scientifique :

  • Prof. Monique Weis, Université du Luxembourg
  • Lison Vercammen, doctorante, Université du Luxembourg et Université catholique de Louvain
  • Prof. Paul-Alexis Mellet, Université de Genève-IHR
  • Dr. Jérémie Ferrer-Bartomeu, Centre Jean-Mabillon (École nationale des Chartes) et Centre d’études supérieures de la Renaissance, Tours

Le programme définitif des journées d’études sera finalisé fin avril/début mai 2022.

Les participants retenus seront alors contactés dans les meilleurs délais. Les frais de logement seront pris en charge par les organisateurs. Il en sera de même pour les frais de voyage si les participants ne disposent pas de financements de la part de leurs laboratoires de recherche.

Pour le 1er septembre 2022, les participants enverront un document (de max. 5 pages) reprenant une source ou un ensemble de sources qu’ils utiliseront dans leur exposé. Le dossier complet sera envoyé à tous en amont des journées d’études afin de faciliter les échanges.

Informations

CFP – Sharp 2022 Power of the written word

The written word has immense power. Manuscripts, books, newspapers, pamphlets, internet and even graffiti can define and spread knowledge as well as form tools for emancipation and liberation. Yet it can also break down communities and fuel discontent. Some argue that new technologies and strategies have enhanced the power of the written word in a negative sense. Others answer that fake news, manipulation and ever-changing technologies have always played a role in history. Moreover, the power of the written word seems threatened by the preponderance of visual technologies in the spread of information. The conference theme explores how and to what extent the power of the written word has manifested itself in past, present and future. Scholars from a range of disciplines are invited to elaborate on the subject – from text creation, illumination and editing to dissemination and distribution of written and printed documents. Big data, digital humanities, codicology, history – whatever the method, we invite you to examine the theme from its beginnings in Sumeria and far into the future. What is the power of the written word? What has it achieved?

Suggested topics

  • The role of manuscripts, printed books, magazines, journals, newspapers, blogs, websites, or tweets in social movements (moral, intellectual, artistic, political, popular, religious)
  • The potentially emancipatory power of reading and writing, literacy
  • Books and manuscripts as material traces (i) of people and their interests (authors, publishers, readers), or (ii) of geopolitical policy (propaganda, diplomacy, granting programs, cultural industries)
  • Libraries, the role of the librarian today
  • Emerging and evolving figures in the book trade (e-publishers, e-pirates, agents, consultants, bloggers)
  • Disinformation, censorship and deceit through the ages
  • Clandestine presses
  • Art and oppression (e.g. Dada, the Russian structuralists)
  • Social media and visual communication in relation to the written word

Proposals on other aspects of print culture are also welcome. We also encourage proposals for lightning talks, posters, and digital project demonstrations. These must include a title and abstract (max. 250 words). Proposals and papers will be written in English. However, presenting a lightning paper (5 minutes) can be done in any language.

How to submit?

  1. Please create an account in the ConfTool.
  2. Submit your proposal. You will be guided by the menu that offers various options for presentations. These are explained in a separate document.
  3. You can only submit one individual presentation.
  4. Select Physical formats or Online formats.
  5. Click the topic that best fits your proposal.
  6. If you wish to submit your original 2020 proposal that was accepted at the time, please tick the box in the topic section. It will be accepted again.

For an overview of the on site and online conference options see the Info page.

Deadline for uploading your submission is: 15 January 2022.

A hybrid global conference is new for SHARP. Please understand that we may not be able to meet all needs and wishes. It is our intention to send an update about your submission around 15 February 2022.

Registration starts 1 March 2022.

Informations

 

CFP – L’objectivité en sciences humaines, un idéal régulateur ?

Appel à contributions – prolongation – 2nd Call for papers : « L’objectivité en sciences humaines, un idéal régulateur ? » par les C@hiers du CRHiDI. 

Portés par des juristes et des historiens de l’Université Saint-Louis – Bruxelles, les C@hiers du CRHiDI. Histoire, droit, institutions, société sont une revue scientifique peer-reviewed publiée en open access. Elle a vocation à s’inscrire dans une perspective transpériode et à explorer les interactions interdisciplinaires entre le droit, les institutions et la société. Elle est aussi ouverte à l’histoire des sociétés et à l’étude des enjeux théoriques, méthodologiques et historiographiques posés par l’histoire et par l’histoire du droit.

Nous attendons vos propositions de contributions (environ 500 mots). Elles sont à envoyer par mail à l’adresse crhidi@usaintlouis.be pour le 31 janvier 2022 au plus tard. Les propositions retenues seront communiquées à leurs auteurs au plus tard le 15 février 2022. 

La publication est prévue pour l’hiver 2022. 

Informations

CFP – European Society for the History of Science 2022

The Tenth Conference of the European Society for the History of Science (ESHS) will take place in Brussels (Belgium), from 7 to 10 September 2022. The theme will be Science Policy and the Politics of Science. The venue in and of itself supports the theme of the conference. Since the foundation of the Royal Academy of Science, Letters, and Fine Arts of Belgium in 1772, Brussels has been the home and venue of significant scientific institutions, from the Solvay Conferences in Physics and Chemistry to the European Commission and Research Council, which have shaped the present state of the sciences as well as their impact on our world. From a historiographical perspective, this will be an opportunity to showcase new histories of scientific institutions and modes of knowledge, networks, and nodes.

The National Committee for Logic, History and Philosophy of Science, the Université libre de Bruxelles, and the Vrije Universiteit Brussel are proud to announce the launch of the ESHS 2022 Conference in Brussels. The Belgian capital is a cosmopolitan city that plays a leading role as Europe’s political centre and hosts many international organisations. In addition, Brussels has a wealth of outstanding museums and is home to higher education and cultural heritage institutions that preserve collections of interest for the history of science.

We welcome proposals on all periods, geographic locations, and areas of specialisation, addressing topics including, but not limited to, the following:

  • Institutions, places, and spaces of scientific knowledge: centre and peripheries
  • Patronage and science funding: public and private interests
  • Theory and practice in scientific and technical expertise
  • Material, visual, and textual cultures in the institutionalisation of the sciences
  • Circulation and networks of scientific knowledge
  • Colonial histories and heritage in the sciences
  • Gender and ethnicity in scientific institutions and leadership
  • Trials and standardisation in science making
  • Openness and secrecy in the dissemination of scientific knowledge
  • Amateur scholarship, lay practice, and citizen science
  • Trust and authority in scientific discourse and policy
  • Scientific movements, ideologies, and related historiographical narratives

General Guidelines

We particularly encourage proposals that foster gender–equality and diversity, including researchers with various institutional affiliations, at diverse stages of their professional careers, with different geographical origins, and from underrepresented groups.

Participants may chair more than one symposium and speak or comment in one symposium and chair another. However, they may present a paper or comment in a symposium only once, unless they are plenary lecturers or prize-winners.

Call for Symposia

We invite symposium proposals according to the following template. Please send your proposal as an attached file by email with subject line: “ESHS 2022 Symposium Proposal” to eshsbrussels@gmail.com. The deadline for symposium proposals is 31 December 2021, 23:59 CET. Decisions on the symposium proposals will be communicated in early February 2022.

Call for Papers

We invite proposals for standalone papers according to the following template. Please send your proposal as an attached file by email with subject line: “ESHS 2022 Paper Proposal” to eshsbrussels@gmail.com. The deadline for paper proposals is 21 February 2022, 23:59 CET. Decisions on the paper proposals will be communicated in late March 2022.

Information