Archives de catégorie : Appels à contributions

Dans cette sections sont repris tous les appels à contributions partagés par Modernum concernant des colloques, conférences, etc.

Appel à communications – Journées d’études “Du formalisme à l’analyse morphologique”, 5 – 6 décembre 2024

Deux cents ans après la parution de l’ouvrage qui a fixé le genre de la monographie, le Über Hubert und Johan van Eyck de G. F. Waagen (1822), cent cinquante ans après la parution du Zeitschrift für bildende Kunst (1874) de Morelli, suivi près de vingt ans plus tard par les Stifragen (1893) de Riegl et enfin par les Principes fondamentaux en histoire de l’art (1917) de Wölfflin, ces journées se donnent pour objectif d’interroger l’actualité du formalisme et l’avenir de l’analyse morphologique dans la recherche en histoire de l’art.

L’étude de la forme et du style a constitué la source même de la discipline de l’histoire de l’art. Depuis les Vies de Vasari jusqu’aux études pionnières de la Kunstwissenschaft, elle a été l’objet fondamental de la discipline. La fameuse génération de la « science de l’art » germanique (Riegl, Wolfflin, Warburg, etc.) lui avait en effet donné un fondement objectif et analytique tout en l’intégrant au croisement d’une approche psychologique et philosophique. Pourtant, tout au long du xxe siècle, l’étude formelle n’a cessé d’être mise en concurrence et marginalisée au sein d’une histoire de l’art qui s’est constamment élargie à de nouvelles méthodes et disciplines. Ainsi, à la suite des études iconologiques de Panofsky, s’est lentement cristallisé un dualisme entre forme et signification qui a longtemps polarisé le monde de la recherche, dualisme qui avait réservé le signifié des images au domaine de l’iconologie, et les signifiants plastiques – le monde des formes – à celui du style. Par ailleurs, dans le cadre du « tournant paradigmatique » qui caractérise les sciences humaines depuis la fin du xxe siècle, l’ouverture et l’enrichissement de l’histoire de l’art à des approches interdisciplinaires – historiques, culturelles, sociales, anthropologiques, etc. –, a quant à elle contribué, comme l’a récemment montré Frédéric Elsig, à un autre clivage, creusant cette fois le fossé entre le monde universitaire, d’une part, et monde muséal et le marché de l’art, d’autre part. Si le monde universitaire s’est ouvert à l’interdisciplinarité et à une nouvelle quête du « sens » (une « volonté de faire “sens”, après avoir fait “signe” » pour reprendre les termes de François Dosse) – quête dont les maîtres mots sont désormais les notions de symptôme, de travail, de fonctionnement ou de performativité –, le marché de l’art poursuit sa quête de l’identification des auteurs des œuvres. Cependant, bien que le connoisseurship des débuts, réduit à la forme et au style, se soit ouvert à un intérêt réel pour la matière et la technique, il continue à souffrir d’une étiquette positiviste ou subjective dans les milieux universitaires. Même dans les milieux universitaires, la réalisation de monographie est souvent considérée comme une entreprise désuète, elle laisse la place à l’identification des réseaux d’artistes et de commanditaires, comme aussi à la réception des œuvres.

Face à cet horizon épistémologique, ces journées ambitionnent de faire le point sur l’état de la recherche en matière d’analyse morphologique, à travers trois axes distincts, mais intimement liés :

1) Axe méthodologique

Il s’agira de définir les enjeux et la méthode de l’analyse morphologique en éclaircissant les concepts qui la balisent, comme ceux d’expression, de style, de séquence formelle, de série, de réplique, d’invariants, de manière etc. On s’interrogera sur l’articulation de l’analyse morphologique avec la description – qui suppose l’adéquation entre le système de mots et le système des formes – ainsi que le comparatisme. À travers des études de cas ciblées sur la méthodologie, on s’intéressa aux lieux privilégiés de l’analyse morphologique, comme l’ornement, les draperies, ou les détails anatomiques.

2) Axe historiographique et épistémologique

Quelle est la pertinence de l’approche morphologique aujourd’hui au sein d’une histoire de l’art élargie à l’approche culturelle, anthropologique, sociale, mais aussi aux disciplines scientifiques de laboratoire, ou encore au sein du « material turn » qui s’est manifesté ces deux dernières décennies. Mais surtout, comment penser son articulation ou sa complémentarité avec ces approches ? Par ailleurs, si un large pan de l’historio¬graphie récente s’est attaché à élargir les frontières traditionnelles de l’analyse de l’image, dont la méthode iconologique avait jusqu’alors balisé le terrain, et s’est donc efforcée de ne pas réduire l’image à une affaire de message, il convient également de ne pas réduire les formes à une affaire de style, d’attribution ou de classification, et de comprendre comment elles peuvent faire sens dans un réseau d’acteurs multiples. Enfin, dans une perspective historiographique, on se demandera quelle est la postérité de l’école formaliste (Morelli, Wölfflin, Riegl, Worringer, Focillon, Kubler, etc.) aujourd’hui dans la recherche en histoire de l’art ?

3) Axe muséal

Si, dans sa genèse, l’histoire de l’art s’est professionnalisée au sein des musées par l’étude de la forme et du style (avec la question des attributions et l’élaboration des catalogues ou monographies), quelle est la place du formalisme aujourd’hui dans le monde muséal ? Quels sont les enjeux, les modalités et les bénéfices d’une approche formelle dans la scénographie et la mise en exposition des œuvres ou dans la médiation des publics ? Quelle est la pertinence de l’approche morphologique dans le cadre du tournant sensible qui caractérise la médiation muséale aujourd’hui ? Quelles relations entretient-elle avec le connoisseurship ?

MODALITÉS DE SOUMISSION

Les journées d’étude se tiendront les 5 et 6 décembre 2024 à l’Université de Namur et au Musée L, musée universitaire de Louvain (Louvain-la-Neuve, Belgique). Les propositions de communication ne devront pas excéder 500 mots en français ou en anglais. Elles seront accompagnées de quelques lignes biographiques. Le document est à envoyer pour le 1er juin 2024 à caroline.heering@uclouvain.be ; muriel.damien@uclouvain.be et michel. Lefftz@unamur.be Les interventions ne devront pas excéder 25 minutes.

BIBLIOGRAPHIE INDICATIVE

Marc BAYARD (dir.), L’histoire de l’art et le comparatisme. Les horizons du détour, Paris, Somogy, 2007.

Bernard BERENSON, Rudiments of Connoisseurship. Study and Criticism of Italian Art Study and criticism of Italian art, Schocken,1902.

Lara BONNEAU, « Formes et expressions. Heinrich Wölfflin et Aby Warburg », dans Danièle Cohn et Rémy Mermet (dir.), L’histoire de l’art et ses concepts. Autour de Heinrich Wölfflin, Paris, Edition Rue D’Ulm (Aesthetica), 2020.

Frédéric ELSIG, Connoisseurship et histoire de l’art. Considération sur la peinture des XVe et XVIe siècles, Genève, Droz, 2019.

Henri FOCILLON, La vie des formes, Paris, Ernest Leroux, 1934.

Georges KUBLER, The Shape of Time. Remarks on the history of things, Yale University Press, New Haven, 1962.

Carole MAIGNE (textes réunis par), Formalisme esthétique. Prague et Vienne au XIXe siècle, Paris, Vrin (Essai d’art et de philosophie), 2012.

Giovanni MORELLI, Zeitschrift für bildende Kunst, 1874.

Alois RIEGL, Questions de style. Fondements d’une histoire de l’ornementation, préface de Hubert DAMISCH, trad. de l’all. Par H.-A. Baatsch et F. Rolland, Paris, Hazan, 2002 [Stifragen, 1893].

Heinrich WÖLFFLIN, Principes fondamentaux en histoire de l’art [Kunstgeschicht-liche Grundbegriffe : das Problem der Stilentwickelung in der neueren Kunst, 1915]

Heinrich WÖLFFLIN, Prolégomènes à une psychologie de l’architecture, Grenoble, École d’architecture de Grenoble, 2005 [Prolegomena zu einer Psychologie der Architektur, 1886]

Henri ZERNER, Écrire l’histoire de l’art. Figures d’une discipline, Paris, 1997

COMITÉ ORGANISATEUR

Muriel Damien (UCLouvain/MuséeL)

Caroline Heering (UCLouvain)

Michel Lefftz (UNamur)

Appel à communications – Rome crossroad of Arts between the 17th and 20th centuries

Rome, Conservatoire de musique “Santa Cecilia” 14-16 mai 2024 (clôture de l’appel le 15 mars 2024)

The Conservatory “Santa Cecilia” in Rome, in partnership with Rome Academy of Fine Arts, the Rome National Dance Academy, Lisbon New University (INE-MD Institute de Etnomusicologia – Centro de Estudos em Musica e Dança), the Norwegian University of Science and Technology (NTNU), the University of Liège and the Sorbonne Nouvelle University (IRET, Insititut de recherche en études théâtrales) is organizing the International Conference Rome crossroad of Arts between the 17th and 20th centuries to be held from Tuesday 14 until Thursday 16 may 2024.

The conference wishes to study and explore the synergies among Music and various Art forms (painting, sculpture, architecture, theatre, film, dance) in Rome between the 17th and 20th centuries.

This little investigated topic requires an interdisciplinary perspective: the recent studies aim to regard music not as an independent phenomenon, but as part of a whole reality where many others Art forms converge. In Rome the mix of several artistic phenomena is rooted in a special humus, if not unique, and contributes to build a peculiar identity of the city. Many aspects of the topic of artistic crossing in the “Eternal City” need a complete study: how has music been influenced by other Arts (and vice versa)? How have music and other Arts contributed to shape the concept of Rome City? Which Arts have been “osmotized”, creating new forms?

The present conference aims to receive the results of in-depth targeted studies and encourages speeches and reflections within the following topics:

  • The “idea” of Rome in the convergence of theatrical, artistic, choreographic and film works;
  • Artistic and musical poetics related to Rome;
  • Relationship between patrons, musicians and artists in Rome;
  • Roman peculiarities in Music, Architecture, Performing arts relationship;
  • Connection between Music and Art in Roman churches;
  • Interactions between artists “in residence” in Rome;
  • Roman topics set to music;
  • Music and Audio-visual contents in the Roman production scene.

The deadline for submitting proposals is 15 March 2024. Please submit an abstract of no more than 1500 characters (spaces included) and a biography (maximum length 500 characters, spaces included) to 2024rca@conservatoriosantacecilia.it. Accepted proposals will be notified by 31 March 2024.

Paper accepted at the conference will be further subjected to a peer review selection in order to be published.

Scientific Committee

Roberta Albano (Accademia Nazionale di Danza)
Melania Bucciarelli (Norwegian University of Science and Technology)
Antonio Caroccia (Conservatorio di Musica “Santa Cecilia”)
Cecilia Casorati (Accademia di Belle Arti di Roma)
Teresa Chirico (Conservatorio di Musica “Santa Cecilia”)
Émilie Corswarem (Université de Liège)
Alessandro Di Profio (Université Sorbonne Nouvelle, IRET)
Roberto Giuliani (Conservatorio di Musica “Santa Cecilia”)
Cristina Fernandes (Universidade Nova de Lisboa, INET-md)

Informations

 

 

Call for papers – LECTIO-GEMCA 1425-2025

For the sixth centenary of their alma mater, the research institutes GEMCA at UCLouvain and LECTIO at KU Leuven are preparing a volume stemming from their joint research into the rich patrimony, history, and cultural heritage of the early modern University in Louvain (1425-1797). They invite junior and senior researchers from both universities to participate in this common endeavour.

Is there a manuscript, rare book, or artifact that you want to showcase in this volume, linking it to one of your research ‘discoveries’? We will particularly welcome contributions highlighting the texts and images contained in student notes of Louvain alumni, whether or not digitized through the Magister Dixit Portal. At the same time, we are also open to suggestions of other visually interesting pieces of the past of the University.

Format: Choose a codex, book, passage, emblem, drawing, doodle, marginalia, scribble, …, and share in no more than 400 words how it changed your view on the transmission of knowledge in the past, or it was the clue, smoking gun that you were waiting for. Also, provide one or two references in which these new research insights were shared.

An example is attached.

Text of submission : French, Dutch, or English (we will make translations)

We welcome your contributions no later than 15 April 2024 to violet.soen@kuleuven.be and marleen.reynders@kuleuven.be.

Academic committee: Ralph Dekoninck (UCLouvain), Wim Decock (UCLouvain), Gwendoline De Mûelenaere (UCLouvain), Marleen Reynders (KU Leuven), Violet Soen (KU Leuven)

Example

“Loemelius of the Order of Preachers—I have written this in Lille in the year 1575”

This note, squeezed onto the bottom of the final page of a student manuscript today held in University Library of Utrecht, reveals the identity of its scribe. It is barely discernible between the hastily added notes on Paul’s letter to the Romans and through the damage done to the folio by humid preservation conditions. Apart from a single mention in the enrolment registers of the Old University of Leuven, the notebook is the only trace left by a sixteenth-century Dominican student Jean de Lomme, a village in Walloon Flanders. Further material inspection of the manuscript, weathered by more than four hundred years of use by other Dominicans, reveals that the student meticulously crafted his notebook at Leuven’s Faculty of Theology. He likely lived as a novice in the Dominican convent located in the city center, on an island in the Dijle River, as suggested by the copy of a charter issued to this convent serving as the notebook’s back flyleaf.

During the 1560s, he attended lectures on the Bible taught by multiple professors, carefully taking notes on separate quire structures. Most of the commentaries in the notebook were taught by Michael Baius (1513-1589), Regius Professor for Sacred Scripture. This makes the notebook one of only two remaining manuscripts containing his famous lectures on the Sacred Scripture: Baius never published his biblical commentaries. Johannes Loemelensis was likely present in the professor’s lecture hall the day a papal bull condemning Baius’ ideas arrived in December of 1567. Remarkably, the Dominican student recorded these controversial ideas as they were uttered by his professor, not suspecting they would be cause for debate and scholarship until today.

At the end of his study period in Leuven, Johannes put his quires together in the right order and had his notebook bound. He added a table of contents to the first and final leaves, explaining to the friars that might use it after him a mistake he had made in ordering the notebook . He was sent to Lille by his order, where he probably used his notes to prepare for sermons during the religious turmoil. The Catholic faith region was threatened by Protestant preachers, and Loemelensis’ preaching was to keep the flock of faithful out of their hands. During these years, he copied even more notes into the already bound codex, having to write them the flyleaves and in the margins. As such, this codex is the materialization of a transmission of Biblical knowledge from the not-so-ivory tower in Leuven to the confessional frontier.

Further reading:

  • Van Der Biest, J. (2022). From the Lecture Hall to the Confessional Frontier: Student Notebook Production and the Transmission of Biblical Knowledge from Louvain. In: D. Facca (Eds.), The students and their books: early modern practices of teaching and learning. (Renaissance Mind, 2). De Gruyter.
  • Van Der Biest, J. (2021). Teaching Romans 7 after Trent: Michael Baius and his Lecture Hall on Concupiscence and Original Sin in Early Modern Louvain (1552–1589). Journal of Early Modern Christianity, 8 (2), 193-221. doi: 10.1515/jemc-2021-2012

Information

Appel à communications – Matérialité textile au Premier Âge moderne

Clôture de l’appel : 15 mars 2024

Journées d’étude : 26-27 septembre 2024 à l’UCL

Chatoyant ou mat, épais ou fin, opaque ou translucide, rigide ou souple, tendu ou plissé, texturé ou lisse, … Ce sont là quelques attributs sensibles du textile, irrémédiablement associés à sa matérialité. Exhibés sur les corps des princes et des prélats, enserrant quelque précieuse matière ou encore recouvrant murs et sols, les textiles traversent toute la culture matérielle de la première modernité (XVe–XVIIIe siècle). Ils occupaient alors un statut de premier plan, omniprésents depuis l’enveloppe des corps jusqu’à la parure de l’architecture et garants de la construction des identités sociales. Si la discipline de l’histoire de l’art s’est récemment emparée de cet objet d’étude longtemps relégué à la marge de l’histoire des arts, ses dimensions matérielle et sensible restent encore trop souvent négligées dans la recherche, au profit d’approches historique, iconographique ou encore anthropologique. Nécessitant des connaissances techniques spécifiques, l’étude de la matérialité des œuvres a longtemps été l’apanage des conservateurs-restaurateurs textiles et de quelques rares « textilologues » (Cardon 1999), avant que le material turn n’irrigue ces dernières années le champ de l’histoire de l’art et ne révèle l’importance d’un retour à l’objet-matière (comme le met en évidence le prochain congrès du CIHA consacré à la Matière/Matérialité).

Ainsi, l’objectif de ces deux journées d’étude est de faire se rencontrer ces différentes approches en faisant dialoguer les recherches consacrées à (l’histoire de) la technique et la conservation, ainsi que celles portant sur les propriétés médiales et les sens que revêt le textile lorsqu’il est exposé, porté ou manipulé. Pour ce faire, les propositions de communication pourront s’articuler autour de trois axes thématiques (non-exclusifs) proposés à la réflexion.

  • Axe 1- Histoire des techniques et de la conservation

Ce n’est sans doute pas un hasard si le terme grec technè, désignant la technique de fabrication et le verbe latin texere, signifiant « tisser », dérivent de la même racine (Mitchell 1997). C’est sur cette proximité étymologique, et plus encore ontologique, que permet d’insister le néologisme « textilité » (Mitchell 1997, Ingold 2009), qui renvoie à la matérialité du textile, non pas comme propriétés statiques mais en tant que processus relationnel. Aussi, cet axe s’intéresse-t-il à l’histoire des techniques, depuis la conception (modèle, patron, carton) jusqu’aux étapes de mise en œuvre (matières premières, coupe, tissage, montage, finitions, etc.). Ouvert aux recherches touchant à l’« archéologie expérimentale » et aux pratiques de patronage et de reconstitution, cet axe repose sur une observation matérielle des textiles en tant que source historique permettant de comprendre les techniques de confection, la généalogie des formes et de retracer la biographie de l’objet.

  • Axe 2- Représentation et réception

Si le textile, à travers le paradigme du vêtement, peut être envisagé au cours de la première modernité comme l’art de la représentation par excellence, ce domaine où la vie s’érige en spectacle, c’est en raison même de sa matérialité, comprise comme le type de rapport que l’homme entretient avec la matière (Picon), le textile jouant de sa force d’attraction optique et haptique. Or, comme objet porté, manipulé, suspendu, le textile est ancré dans un régime de réception éphémère (dont les affichages de tapisseries lors des festivités constituent sans doute le paroxysme). Cet axe thématique invite à explorer les phénomènes et les expériences sensibles liés à la matérialité du textile. Il entend aussi interroger la manière dont les textes et les images de l’époque rendent comptent de ces phénomènes sensibles par nature éphémère. Quels sont les procédés picturaux ou textuels qui pérennisent, à travers sa re-présentation, ce médium et ses qualités sensibles ?

  • Axe 3- Imitation et illusion

La troisième perspective de recherche se concentre enfin sur la simulation à l’œuvre dans et par le textile imitant d’autres techniques (peinture à l’aiguille, scènes brodées sur le tissu, mimétisme sur les orfrois, etc.), mais aussi par le biais d’autres médiums représentant des voiles, tentures, tapisseries et autres parures. En effet, depuis Pline l’Ancien et l’anecdote de Zeuxis trompé par la tenture illusionniste peinte par Parrhasios, le textile constitue l’expression paradigmatique du trompe-l’œil. À partir de la Renaissance, l’art de la tapisserie est en outre associé à celui de la peinture, qu’elle imite dans sa capacité à simuler la troisième dimension et ainsi transcender la planéité du support bidimensionnel, voire qu’elle copie directement en reproduisant certains tableaux sous la forme textile. Ce sont ces transpositions illusionnistes du tissu représenté par le biais d’autres médiums (peint, gravé, sculpté ou modelé), ouvrant sur des questions de paragone, qui sont ici questionnées au carrefour d’enjeux économiques, plastiques, sémantiques et symboliques.

Modalités de soumission

Les deux journées d’étude se tiendront du 26 au 27 septembre 2024 à l’UCLouvain (Louvain-la-Neuve, Belgique). Les propositions de communication ne devront pas excéder 500 mots en français ou en anglais. Elles seront accompagnées de quelques lignes biographiques. Le document est à envoyer pour le 15 mars 2024 à caroline.heering@uclouvain.be ; roxanne.loos@uclouvain.be et helene.malice@uclouvain.be Les interventions ne devront pas excéder 25 minutes.

Appel à communications – La culture du flacon. Usages et représentations visuelles des boissons alcooliques aux XVIIe et XVIIIe siècles

13 & 14 juin 2024

Salle Vasari – Galerie Colbert (Université Paris 1 / INHA)
2 rue Vivienne, 75002 Paris

Les propositions sont à renvoyer avant le 31 mars 2024 à l’adresse suivante : asso.grham@gmail.com

La thématique des boissons alcooliques (vins, bières, liqueurs…) à l’époque moderne a été prise en compte par le monde muséal qui y trouve un sujet de société plaisant et intrigant à même d’attirer les publics. Ces vingt dernières années, des historiens modernistes se sont aussi saisis du sujet avec des travaux importants sur l’ivresse (Lecoutre, 2007, 2011 & 2017) et sur le vin sur l’alcool (Figeac-Monthus & Lachaud-Martin, 2021).
Malgré tout, si le vin – et, dans une moindre mesure, la bière – ont donné lieu à des publications scientifiques, le cas des autres boissons alcooliques comme le cognac pour la France, le schnaps pour l’Empire germanique, le gin pour la Grande-Bretagne, ou encore le rhum et le saké pour des contrées plus lointaines reste sous-exploité. L’histoire de l’art a souvent multiplié les études sur les bacchanales, les bambochades hollandaises ou romaines et les œuvres des frères Le Nain, mais elle a négligé d’autres types de représentations ainsi que les objets associés à la consommation. Surtout, les lieux de l’alcool (terrains agricoles, chais,
brasseries, tavernes ou auberges, banquets…) sont les grands absents de cette historiographie.
Des études de cas mobilisant l’histoire culturelle, l’histoire de l’art et l’histoire matérielle sont donc attendues pour combler ces lacunes et ébaucher une grande synthèse sur la production, la consommation et la représentation des boissons alcooliques aux XVIIe et XVIIIe siècles.
En faisant dialoguer les chercheurs engagés dans l’exploration de ce thème enivrant et interdisciplinaire, le colloque annuel du GRHAM souhaite questionner la notion de « boisson alcoolique » en France, en Europe et dans le reste monde afin de mieux comprendre les modalités et les enjeux relatifs à sa représentation. Une approche globale des échanges et des consommations dans le monde pourrait éclairer un regard trop souvent centré sur l’Europe. D’autant plus que différents troubles (conflits armés, sécheresses, inondations…) bousculèrent
ponctuellement les habitudes des consommateurs européens. Le détour lexicographique est éclairant pour identifier la typologie des boissons et des consommateurs. Il permet aussi de mettre à distance une rhétorique parfois simplificatrice et teintée de connotations moralisatrices. Au XVIIIe siècle par exemple, l’Encyclopédie définit la « boisson » comme un « aliment liquide destiné à réparer nos forces » avant de distinguer l’eau froide (recommandée comme étant la plus saine) de « la bierre, [du] vin, & [des] autres liqueurs fortes [qu’il faudrait réserver] pour les occasions où il s’agit d’échauffer, de donner du mouvement, d’irriter, d’atténuer ». Le buveur est « un homme qui boit du vin, & qui en boit beaucoup », on dit d’une personne ivre qu’elle a le « cerveau troublé par les fumées & par les
vapeurs du vin, ou de quelque autre boisson », tandis que l’« ivrogne » est celui « qui a l’habitude de s’enivrer ou de boire avec excès » (Dictionnaire de l’Académie française, 1762).
On trouve aussi, dès l’édition de 1718, l’ivrognesse qui est une femme « sujette à s’enyvrer & à boire avec excés. C’est une yvrognesse. Une vieille yvrognesse ». On les oppose alors à l’individu « sobre », c’est-à-dire « Tempérant dans le boire & dans le manger, qui boit & qui mange peu » (Dictionnaire de l’Académie française, 1762). Qu’en est-il dans d’autres langues ?
Et dans d’autres cultures ? Quelles boissons plus ou moins communes et plus ou moins fortes buvait-on aux XVIIe et XVIIIe siècles ?
Marqueur de pratiques quotidiennes, souvent attachées à un espace géographique, l’alcool participe également à des dynamiques de distinction sociale et de consommation ostentatoire : la cohabitation des domestiques affairés et des maîtres joyeux qui s’agitent autour du Déjeuner d’huîtres en offrent une illustration riche d’enseignement. Contrairement au champagne effervescent, nous savons que la bière était une « boisson fort commune » élaborée avec du blé, de l’orge ou du houblon dans la France du XVIIIe siècle (Dictionnaire de l’Académie française, 1762). L’Encyclopédie ne consacre pourtant aucune entrée à cette boisson. En revanche, le vin donne lieu à une passionnante histoire du goût mettant en avant les caractéristiques de ce breuvage ainsi que les régions viticoles les plus importantes de l’époque.

Comment les discours et les images appréhendent-ils les boissons et les consommateurs (alcooliques ou sobres) dans la société des Temps modernes ? Quels sont les moments et les fonctions (festives, médicales, religieuses, etc.), les espaces et les objets (typologie des contenants à boire et à servir) associés à cette pratique ? Le premier axe de ce colloque souhaite analyser les pratiques et les sociabilités artistiques autour de l’alcool. Les tavernes sont un lieu de rencontre incontournable pour les artistes locaux et étrangers : quelle est la place de cet espace dans les sociabilités artistiques (rencontres professionnelles, amicales et affectives ; lieux de travail ; activités ludiques et commerciales…) ? Dans quelle mesure la rencontre autour d’un verre de bière a-t-elle dynamisé
ou bien nui à l’activité artistique ? Rappelons entre autres que les nouveaux membres des Bentvueghels à Rome étaient soumis à un rite d’initiation consistant à recevoir le baptême du vin. Des peintres tels que Valentin de Boulogne, Alexis Grimou, ou encore Gabriel de Saint-Aubin étaient connus pour leur consommation jugée excessive ; qu’en était-il d’architectes, de sculpteurs ou de graveurs moins connus ? Il n’est pas rare que l’inventaire après décès d’un artiste laisse entrevoir une cave bien fournie. L’alcool fut-il une source d’inspiration et/ou d’échec ? Fut-il aussi un facteur de sociabilité et/ou d’exclusion sociale ?
Le deuxième axe voudrait analyser l’iconographie des boissons alcooliques et des buveurs : comment les artistes ont-ils représenté le liquide alcoolique et son contenant dans leurs œuvres ? Le moralisme des écrits est-il aussi fort dans les représentations visuelles ? La représentation du liquide est un motif récurrent dans la nature morte, dans les scènes de genre nordiques et caravagesques ou encore dans les bambochades italiennes. Partant, ces thématiques se diffusèrent, notamment par la gravure, tout au long du XVIIIe siècle. L’alcool nourrit une iconographie variée qui alimente des thématiques festives, religieuses et politiques, avec souvent des dimensions morales ou provocatrices qu’il est utile de mettre en perspective.
L’ivresse, la fête, la fertilité, ainsi que la sexualité sont des notions intimement liées à la représentation de l’alcool : il suffit de penser aux images des bacchanales, des défilés carnavalesques, des banquets, des scènes dionysiaques ou des rendez-vous galants. À cet égard, l’ivresse peut servir de prétexte pour représenter un dépassement des normes imposées par la civilité. L’alcool est aussi traité comme un symbole important dans l’iconographie religieuse et politique. De ce point de vue, le vin est investi d’une forte dimension spirituelle et liturgique dans l’Europe chrétienne, tandis que la représentation des opposants (politiques, religieux, etc.) en buveurs devient un moyen de les discréditer, par exemple dans l’estampe contre-révolutionnaire. Inversement, une véritable scénographie de l’alcool peut marquer certaines réjouissances politiques : les édifications de fontaines à vin accompagnent régulièrement les succès militaires et les entrées royales. Des études plus fines pourraient également révéler d’autres significations en lien avec la représentation de l’alcool. Ainsi, l’allégorie de la joie est souvent associée au verre de vin, de même que les serments de loyauté ou bien, au contraire, de vengeance. Plus largement, on se demandera comment les représentations de l’alcool furent utilisées pour exprimer des commentaires sociaux et politiques. Furent-elles affectées par les réponses réglementaires et répressives apportées à la licence des mœurs et à la consommation déviante de l’alcool ? Enfin, les divers contenants des alcools (verres gravés, bouteilles, services, etc.) et les accessoires des amateurs de boisson, supports à toutes ces iconographiques, devront être interrogés : comment les artisans et les artistes-décorateurs interprétèrent et reprirent des motifs largement diffusés par la gravure ?

Le troisième et dernier axe souhaite se pencher sur la représentation du travail du brasseur, du viticulteur et des intermédiaires qui acheminent l’alcool jusqu’à la table du consommateur. En d’autres termes, comment ces images peuvent-elles renseigner sur la production, la commercialisation et le service des boissons alcooliques ? Il s’agira d’analyser l’illustration des champs de vignes et leur topographie, celle des instruments qui permettent la réalisation des boissons, ou encore d’étudier l’architecture des lieux de production, des magasins construits à Paris par les fournisseurs de la Cour de France, ou encore les outils
publicitaires des marchands (enseignes, affiches, étiquettes…).
Les participants sont encouragés à examiner les travaux existants, à identifier les lacunes dans la recherche actuelle, à discuter des approches méthodologiques et à en proposer de nouvelles (méthodes quantitatives, mobilisation des humanités numériques…). Nous accueillons des analyses critiques, des réflexions sur les méthodes de recherche, ainsi que des propositions novatrices pour la compréhension de la présence et de la signification de l’alcool dans l’art (et l’histoire) des XVIIe et XVIIIe siècles.

Comité organisateur:

Élisa Bérard (doctorante, Sorbonne Université), Maxime Bray (doctorant, Sorbonne Université), Justine Cardoletti (doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Florence Fesneau (docteure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Barbara Jouves-Hann (docteure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Alysée Le Druillenec (doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne & Université Catholique de Louvain), Maxime-Georges Métraux (doctorant, Sorbonne Université), Alice Ottazzi (post doctorante, Université Paris Nanterre), Marine Roberton (docteure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Maël TauzièdeEspariat (docteur, Université de Bourgogne), membres du bureau du Groupe de Recherche en Histoire de l’art moderne (GRHAM) avec Ludovic Jouvet (post-doctorant, Institut archéologique d’Autriche – Académie des Sciences d’Autriche).

Informations 

Appel à communication-  Colloque « Biblioclasmes ? Créations / destructions »

du 2 au 4 octobre 2024, Toulouse

Université Toulouse Jean-Jaurès/Bibliothèque municipale

Marine Le Bail, UT2J Plh, équipe Elh

Benoît Tane, UT2J LLA CREATIS

« Détruire les livres » ne saurait constituer pour nous un mot d’ordre. La question n’en est pas moins capitale si l’on admet que « [l]’attitude biblioclaste remonte à la nuit de l’écriture », pour reprendre le mot de l’historien du livre Lucien X. Polastron.

La destruction de livres a souvent été étudiée sous un angle idéologique ou historique, notamment en lien avec l’histoire de la censure : elle est la plupart du temps appréhendée comme un moyen mis au service d’une fin qui concerne les textes, les idées et les êtres vivants qui les expriment ou qui les lisent. Peut-on en dire plus, ou en dire autre chose ? Le geste biblioclaste en lui-même, loin d’être anodin, représente en effet un véritable tabou dans les cultures dites « du livre », un interdit suprême lesté d’évidentes implications symboliques.

Pourtant, le roman moderne ne s’ouvre-t-il pas sur la destruction de la bibliothèque de Don Quichotte ? La fin des livres ne hante-t-elle pas nombre de récits fictionnels, depuis le labyrinthe borgésien ou le Nom de la rose à l’univers dystopique de Fahrenheit 451, jusque dans le livre de jeunesse ? Le livre d’artiste n’est-il pas en partie fondé sur le paradoxe de « bibliophiles… biblioclastes », pour reprendre le titre d’un numéro de la revue L’Art vivant de 1974 ? Si le respect des livres, voire leur amour, sont supposés être au cœur de l’écriture et de la lecture, ils peuvent également donner lieu à des revirements contre eux. La bibliophilie et le biblioclasme engagent ainsi la question même de la création et de la confrontation entre ses idéaux et ses supports matériels.

Car c’est bien de la matérialité des supports qu’il est question, et de la difficulté de la prendre en compte. Cette difficulté tient d’une part à l’approche littéraire, qui tend à dématérialiser le texte au profit de l’œuvre, et d’autre part à l’idéologie technique actuelle qui associe de façon trompeuse la mutation numérique à une « dématérialisation » menaçante, suscitant en retour une célébration du livre-papier dans l’édition et donnant lieu à quantité de détournements sur les réseaux sociaux.

Sans relativiser ni minimiser d’aucune manière la dimension politique des biblioclasmes, c’est cette dualité entre destruction et création que le présent colloque souhaite interroger en mettant au cœur de sa réflexion la matérialité du livre, que ce soit sous un format papier ou numérique, autant que sa dimension symbolique.

À quelles conditions, selon quelles modalités et avec quelles implications la destruction de livres peut-elle se présenter comme un instrument paradoxal de création ?

Les enjeux et les formes de ces rapports paradoxaux et problématiques aux livres seront explorés dans le domaine littéraire et à travers ses relations avec d’autres arts, dans des aires géographiques et culturelles variées et à des périodes différentes.

Les communications pourront notamment, mais non exclusivement, s’inscrire dans les axes suivants, qui abordent les enjeux pratiques, historiques, mais aussi poétiques et symboliques de la destruction de livres :

Terminologie et enquête lexicale. Quels sont les termes en concurrence pour désigner ce phénomène (autodafé, biblioclasme, bibliolythie, destruction, fin du livre/des livres…) ? Les dictionnaires et manuels bibliophiliques du XIXe siècle témoignent d’un flou sémantique persistant entre certaines de ces notions, qui varient en outre selon les époques et les contextes. Dans quelle mesure le livre constitue-t-il à cet égard un cas particulier ?

Histoire et relectures historiques. L’histoire et l’historiographie des destructions sont complexes, mettant en évidence des événements moins connus que d’autres. Comment rendre compte des entrelacements des époques et des déplacements dans les pratiques artistiques (archaïsmes techniques des livres d’artistes depuis les années 1970, ambition anthropologique des performances contemporaines…) ?

-Typologies et variations des pratiques biblioclastes/ bibliophiles. Ces pratiques renvoient parfois à des métaphores mais aussi à des performances corporelles et, plus largement, à la prise en compte de la matérialité du medium livresque (brûler, déchirer/couper, démonter/délier, tacher/maculer, fermer/envelopper, manger/assimiler…). Le biblioclasme est-il toujours volontaire ? Est-il possible de décliner cette notion en prenant en compte des degrés d’atteinte matérielle ? La notion de biblioclasme peut-elle s’appliquer indifféremment à tout type de médium imprimé ? Les périodiques et autres ephemera (affiches, tracts, etc.), par exemple, en sont-ils exclus, comme ils sont exclus de la sphère des « vrais » livres ?

Publics concernés. Les productions variées engagent certes des réseaux de production et de réception différents. Mais faut-il les opposer (livres d’artistes contre éditions populaires, public adulte contre albums et littérature de jeunesse…) ou explorer les articulations entre ces mondes, à la faveur du rapport au livre ? Qu’en est-il de la place des avant-gardes ? Qu’en est-il des spécificités du traitement de ces pratiques dans les livres pour la jeunesse mais aussi lorsque des œuvres pour adultes sont transposées pour la jeunesse ?

Idéologie et art. La place des livres permet-elle d’explorer moins une opposition qu’une articulation entre ces domaines ? Quelle dénonciation des autodafés, condamnant les livres et leurs auteurs à une même destruction, par l’art ? Faut-il pour autant définir les biblioclasmes par leurs enjeux idéologiques ?

Arts et genres littéraires privilégiés. Les récits semblent majoritaires, mais en fonction de quels filtres et avec quelles concurrences ? Qu’en est-il du théâtre, mais aussi du cinéma et d’autres arts visuels (peinture, photographie, cinéma) ? Qu’en est-il des transpositions des romans dans les arts visuels (Fahrenheit 451 constituant ici un exemple capital mais non exclusif) ?

Un corpus biblioclaste. Si un certain nombre d’anthologies récemment publiées (Bibliomanies, 2010, ou Les Fous de livres, 2011) exploitent volontiers la veine de la bibliophilie et de l’ivresse sensuelle qu’elle procure, une forme de tabou persiste autour de son pendant, en dépit de la récente publication de La Fin du livre : il n’en finit pas de mourir (1841-1930) en 2022. Cependant, la mise en avant d’œuvres canoniques est une façon de faire disparaître nombre d’autres références, que le programme dans son ensemble et le colloque en particulier visent à mettre au jour, sinon à répertorier.

Comité scientifique : Anthony Glinoër (Université de Sherbrooke, Canada), Isabelle Krzywkowski (Université de Grenoble Alpes), Isabelle Pantin (ENS Paris), Louisa Torres (BnF / INHA), Hélène Védrine (Paris-Sorbonne, Cellf).

Calendrier et modalités de propositions de communication :

25 février 2024, Fin de l’appel à communications : adressez aux organisateurs une proposition écrite de 3000 caractères maximum et une notice bio-bibliographique (en français ou en anglais ;marine.le-bail@univ-tlse2.fr ; benoit.tane@univ-tlse2.fr)

Mars 2024, finalisation de la sélection par le comité scientifique, qui sera attentif en outre à la dimension internationale et interdisciplinaire du colloque (universitaires et professionnels du livre) et à la place donnée aux doctorant.e.s et jeunes docteur.e.s.

Ce colloque sera accompagné d’une série de manifestations :

Exposition à la Bibliothèque d’Etude et du Patrimoine (co-organisée avec Magali Vène, BEP)

Conférences :

Alberto Manguel

Lucien X. Polastron

Ecrivain invité : Fabien Clavel, auteur des Feuillets de cuivre (ActuSF, 2015)

Informations

Call for Papers – Yearbook for Dutch Book History 32 (2025)

The Yearbook for Dutch Book History publishes Open Access articles in the Dutch and English language on all aspects of the book history of the Low Countries. For the 32nd edition of 2025, they particularly welcome contributions within the theme of “Books across borders.”

American thrillers, Japanese manga and Kenyan novels: our current book world often transcends national and linguistic borders. Likewise, throughout history the Dutch book trade has always been connected – enthusiastically or reluctantly – with the world at large. With its 2025 thematic issue, “books across borders,” the Yearbook for Dutch Book History invites you to explore beyond the usual boundaries. Examples of topics include, but are not limited to, printed matter that highlights (or conversely, covers up) ties to colonial territories, pictographic, logographic or abugida scripts printed in the Low Countries, or books created in supranational cooperation.

They welcome articles related to:

  • (Post-)colonial books, their production and reception
  • Dutch printed matter produced elsewhere
  • Illustrations or techniques from other parts of the world, applied in the Low Countries
  • Different types of (non-Latin) typography, printed in the Low Countries
  • Multilingual publications
  • Supranational collaborations and transnational perspectives.

Please submit your proposal or abstract to the editors before April 1, 2024 (jaarboeknbv@gmail.com or via one of their editors). The deadline for submitting full articles is November 1, 2024.

Information

Appel à communications – 65e Rencontres du CEÉB: « Hôtels et vie de cour en pays bourguignons et voisins (XIVe -XVIe  siècles) »

Les soixante-cinquièmes Rencontres du Centre européen d’Études bourguignonnes se dérouleront du 12 au 15 septembre 2024 à l’Université de Lausanne. Elles auront pour thème « Hôtels et vie de cour en pays bourguignons et voisins (XIVe -XVIe  siècles) ». 
 
Les communications devront se situer dans le périmètre ici défini :   
Lieux de représentation sociopolitique et symbolique par excellence, les cours princières n’en demeuraient pas moins un espace de vie, dont l’hôtel était le cœur, le noyau organisationnel autour duquel elles gravitaient. Regroupant les services chargés de veiller aux besoins domestiques du prince, de sa famille, de son entourage, mais également des hôtes et ambassadeurs de passage, l’hôtel avait ainsi la charge de vêtir la famille princière, d’en organiser les déplacements, tant en chariot qu’à cheval, et de préparer les différents lieux de logement, qu’il s’agisse de palais, de résidences princières ou urbaines, voire même parfois d’auberges pour les nombreux serviteurs qui le suivaient. Les services de bouche, cuisine et bouteillerie, réunissaient, pour leur part, les denrées nécessaires à l’approvisionnement de la cour : vin, épices, viande et poissons variés, avant de les apprêter au quotidien, ou lors d’événements et de banquets plus solennels, au gré de l’itinérance de la cour. 

Les hôtels princiers ne se limitaient toutefois pas à leurs fonctions de service. Dès le XIIIe  siècle, ils assumèrent également un rôle politique fondamental, car c’est en leur sein que les princes choisissaient ceux dont ils s’entouraient pour exercer le pouvoir, notamment leurs conseillers, leurs ambassadeurs ou encore leurs chefs militaires. Composés d’hommes, de femmes et d’enfants, cette microsociété reposait sur des réseaux de solidarité et des alliances, qui pouvaient en favoriser l’accès, l’ascension, la migration d’un hôtel à un autre, voire la chute et l’exclusion, au gré des faveurs ou défaveurs princières. 

De même, l’hôtel participait pleinement de la mise en scène du pouvoir princier par sa participation in corpore aux cérémonies de cour, magnifiées par les œuvres des artistes qui y évoluaient et qui participaient au rayonnement de leur prince. 

Centrées sur la cour de Bourgogne, ces Rencontres adopteront une approche comparatiste, qui permettra une mise en perspective éclairant les spécificités des cours voisines, ainsi que les transferts et échanges institutionnels, cérémoniels et artistiques. 
 
Dès à présent et avant le 1er mars 2024, les propositions de communication sont à adresser au Secrétariat du Centre (alain.marchandisse@uliege.be).

 

Appel à communications – Les réceptions de la spiritualité médiévale des Pays-Bas et de la région rhénane en Europe à l’époque moderne. Héritages, circulations et réseaux

Louvain-la-Neuve, 27-29 novembre 2024

Ce colloque interdisciplinaire se propose d’aborder les réceptions en Europe à l’époque moderne des courants spirituels médiévaux des Pays-Bas et de la région rhénane sous toutes leurs formes (théologie, mystique, pastorale, ascétique). Dans le contexte de la Réforme, la chartreuse de Cologne est, sous l’influence de Pierre Blomevenna, Jean Lansperge et Laurent Surius, le lieu d’une entreprise importante de traduction et de publication de textes mystiques et ascétiques, comme ceux de Jan van Ruusbroec, Henri Suso, Johannes Tauler, Denys le Chartreux, ou de la Perle évangélique (Chaix 1981, Hoenen 2008, Fournier 2018, Wehrli-Johns 2018). D’autre part, l’influence, plus souterraine, d’auteurs de la Devotio Moderna tels que Geert Grote, Florens Radewijns, Gerard Zerbolt van Zutphen, Thomas a Kempis, Wessel Gansfort ou Jan Mombaer, sur les spiritualités modernes, dont celles d’Érasme et d’Ignace de Loyola, est bien connue (Watrigant 1897, Bataillon 1937, O’Reilly 2021). Divers courants de l’époque moderne portent ces héritages et suggèrent leurs interactions réciproques, comme en témoignent, en France au XVIIe siècle, le cercle de Richard Beaucousin autour duquel gravitent François de Sales, Barbe Acarie et Pierre de Bérulle (Bremond 1916-1936, Orcibal 1959, Cognet 1968), ainsi que les recueils de Maximilian Van der Sandt et de Pierre Poiret, qui connurent une diffusion à l’échelle européenne (Dekoninck-Guiderdoni 2019), pour ne citer que quelques exemples.

En distinguant « réception explicite » et « réception implicite » (Falque-Guiderdoni 2022), ce colloque envisage les processus historiques de cette transmission. Les travaux existants abordent des auteurs en particulier (Duval 1966, Gueullette 2012, Schepers et al. 2021, Schepers 2022), mais une perspective plus large sur cette question fait défaut à ce jour. Il s’agit aussi de dépasser la rupture entre les périodes médiévale et moderne (Ferrer et al. 2019-2021), encore souvent de mise dans les études d’histoire intellectuelle et culturelle, tout en soulignant les transformations spécifiques à la période considérée et qui affectent la circulation des doctrines, des textes, des images et des pratiques, au sein de et entre pays et ordres religieux. Nous invitons des contributions incluant, mais non limitées aux thèmes et disciplines suivants :

  • Héritages : histoire doctrinale et intellectuelle
  • Circulations : histoire de la littérature et des arts (discours, figures, images, citations, thèmes et genres littéraires)
  • Réseaux : histoire éditoriale (traduction, publication et diffusion des textes, du manuscrit à l’imprimé), institutionnelle et sociale (acteurs et actrices)

Le colloque se tiendra du 27 au 29 novembre 2024 à l’UCLouvain (Louvain-la-Neuve, Belgique). Les propositions (500 mots max.), accompagnées d’un court CV (1 page max.), sont à envoyer pour le 29 février 2024 à norihiromorimoto@gmail.com et à thor-oona.pignarre@uclouvain.be.

Les communications, en français et en anglais, devront durer 25 minutes au maximum. Une sélection d’articles issus de ces communications fera l’objet d’une publication.

Comité d’organisation :

  • Ingrid Falque (FNRS-UCLouvain)
  • Agnès Guiderdoni (UCLouvain)
  • Norihiro Morimoto (Université Rennes II)
  • Thor-Oona Pignarre-Altermatt (Université de Lille-UCLouvain)

Comité scientifique :

  • Xavier Hermand (Université de Namur)
  • Racha Kirakosian (Université de Fribourg-en-Brisgau)
  • Mariel Mazzocco (Université de Genève)
  • Kees Schepers (Université d’Anvers)
  • François Trémolières (Université Rennes II)

Appel à communications – 7e rencontres doctorales de l’Association des Doctorants du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (ADCESR) – Théorie(s) et pratique(s) à la Renaissance

29 mai 2024, CESR, Tours

L’Association des Doctorants du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance organise à Tours, pour la septième fois, ses rencontres doctorales, le 29 mai 2024, sur le thème « Théorie(s) et pratique(s) ».

L’époque de la première modernité en Europe voit foisonner, dans toutes les disciplines, les écrits théoriques, à travers traités, préfaces, methodi, institutiones, et autres commentarii. Loin de s’opposer, la théorie et la pratique se nourrissent mutuellement. En effet, des De duplici copia verborum ac rerum commentarii duo d’Érasme à l’Idée de l’Histoire accomplie de La Popelinière en passant par la véritable « somme » d’architecture de Sebastiano Serlio, ou encore les Dialogi et Discorsi du musicien Vincenzo Galilei, les théoriciens sont à cette période presque toujours des praticiens, et réciproquement. Mais quelle fidélité entre ces discours et leur mise en œuvre ? La pratique légitime-t-elle les écrits ou au contraire leurs principes sont-ils la forme idéalisée d’un aboutissement de pratiques antérieures ? Peut-on dire qu’à la Renaissance, plus peut-être qu’à toute autre époque, pour reprendre l’expression de Patrick Boucheron, « la pratique n’est pas le brouillon de la théorie mais au contraire sa valeur et sa sève » ? Il s’agira donc de considérer non pas les écrits théoriques en eux-mêmes, mais à la fois les traces qu’ils laissent dans les œuvres et les pratiques concrètes, et les façons dont la théorie s’approprie ces pratiques.

S’inscrivant dans l’axe de recherche « Faire et Savoir-faire » du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance, le colloque se veut résolument interdisciplinaire. Les communications concernant la littérature sous toutes ses formes, incluant la traduction, le commentaire ou l’histoire, ce dans toutes les langues européennes (y compris le néo-latin), les arts (peinture, sculpture, musique et architecture, mais aussi pourquoi pas les arts de la ponctuation, de la pédagogie, de la médecine ou de la politique), ou encore l’histoire des sciences et des techniques, seront examinées par le comité, sous réserve qu’elles concernent un domaine discuté et pratiqué à la Renaissance, sur une période allant de Pétrarque à Descartes.

Nous proposons les axes de réflexion suivants :

  • La théorie en pratique et la pratique en théorie

Quel écart existe entre ce qui est proclamé, voire défendu dans des contextes parfois polémiques, et les pratiques effectives ? Comment s’effectue, dans tous les domaines, le processus de réduction en art qui vise à rassembler, à mettre en ordre, à actualiser et à diffuser par l’écrit un ensemble de savoirs hérités des Anciens et des connaissances des praticiens ?

  • Quand les œuvres interrogent la théorie

Quels liens s’établissent entre théorie et pratique dans les passages méta-artistiques des œuvres, ou, s’agissant d’autres disciplines, les passages où la théorie se questionne sur elle-même ?

  • Influence sur les pratiques de théories extérieures à la discipline

Quels transferts peut-on mesurer sur les pratiques depuis les théories extérieures à l’art (anatomie, physiognomonie), ou depuis les théories d’autres disciplines que celle pratiquée (influence de la rhétorique sur l’architecture, de la théorie de la peinture sur la poésie, de la pensée médicale sur la philosophie politique, par exemple) ?

Modalités de soumission des propositions de communication

– Nous invitons les jeunes chercheurs et chercheuses (en cours de master ou de doctorat, ou deux ans après la soutenance de doctorat au plus tard) à communiquer sur une durée de vingt minutes qui seront suivies d’un temps de questions. Les propositions de communications (300 mots) devront être envoyées accompagnées d’un court CV à cynthia.rodrigues@univ-tours.fr avant le 31 janvier 2024. La réponse sera transmise le 23 février au plus tard. – Ces rencontres donneront lieu à une publication dans la collection « Travaux du Centre d’Études Supérieures de la Renaissance » chez Classiques Garnier (sous réserve).

– Les frais de déplacement et d’hébergement sont à la charge des intervenants ou de leur laboratoire de rattachement. Le déjeuner de la journée sera offert par le CESR.

– Pour les questions d’accessibilité PMR/PSH, n’hésitez pas à nous écrire.

Comité scientifique

Marie-Élisabeth Boutroue (Chargée de recherche CNRS, CESR), Colin Debuiche (Maître de conférences en histoire de l’art moderne, CESR), Philippe Canguilhem (Professeur de musicologie, Université de Tours, CESR)

Comité d’organisation

Marie Damond (doctorante en littérature française), Ugo Robert (doctorant en musicologie), Cynthia Rodrigues (doctorante en histoire de l’art)

Informations

Appel à communications – The Environmental Impacts of Early Modern Catholic Missions in the Atlantic Space

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 9 March 2024 

Université du Québec à Montréal , 18 March 2024 

These series of workshops aim to explore the role of the Catholic Church, through its missionary undertaken, in the global environmental upheavals and discoveries of the Early Modern period. Venturing wide and far beyond the familiar European sphere, early modern missionaries frequently used the rhetoric of Theatrum Mundi to reflect on their encounters with previously unknown cultures. What has escaped scholars’ attention, however, is how these rapidly evolving dramas of evangelization in turn shaped the seemingly timeless backstage setting of Nature. As the missionaries voyaged away and established new religious communities, they were not only faced with social and cultural challenges raised by the vastly different linguistic, political, and philosophical traditions, but they also had to adapt to unfamiliar geographical, climate, and material conditions as they sought to construct churches or realize liturgical rituals, not to mention the extensive agricultural and medical activities they had to pick up for personal survival in often severe natural conditions.  

We would like to ask and try to answer questions such as:  

– How did the missionaries adapt to local conditions of climate, sunlight, and building technologies when constructing churches?  

– How did the missionaries accommodate rituals and its theological implications (such as the presence of wine and bread in the Mass) in reaction to local natural resources?  

– How did early modern missionaries develop survival precautions over time to adapt to the dangers of these new natural environments? 

– To what extent were the early modern global missionary activities impacted by major environmental crisis of this period, such as the epidemics or the Little Ice Age?  

– How did the missionaries’ encounters with new geographical spaces and conditions stimulate knowledge creation and circulation, such as in the areas of cartography, botany, zoology, and medicine? 

These are a few of the many possible new questions we hope to explore in this workshop. One overarching method we want to propose is to think about early modern Catholicism in the plural term, as theorized by Simon Ditchfield. Studies on post-Tridentine missions tended to emphasize the central authoritative role of Rome, focusing especially on the role of the missionary as leader in the creating of new religiosity, new economical exchanges, or new societies. The new attention paid to missionaries’ interactions with local natural conditions will complexified our understanding of Rome as one of the few truly global institutions of the early modern period acting not only as a religious and evangelist force but also in the colonialist expansions. 

These two workshops will be consecrated to the missions in the Atlantic Space. It will be followed by a second series of workshop in 2025 to look over the Pacific space and will be concluded by an edited volume.  

Please send an title, a short abstract (300 words) and a one-page CV to: harvey.isabel@uqam.caAlysee.Le-Druillenec@univ-paris1.frwenjies@princeton.edu, before 31 December 2023.  

Organizers: Isabel Harvey (Université du Québec à Montréal), Alysée Le Druillenec (University of Paris 1 Pantheon-Sorbonne), Wenjie Su (Princeton University) 

 

Appel à communications – GEMS Young Researcher’s Days

GEMS (Group for Early Modern Studies) is hosting a work-in-progress session for MA students working on early modern (broadly defined) literature and cultural history. We want to create a low threshold and open setting for students to present their work and get feedback on it.

In this session, students will give a poster presentation (in English) on their current research. The presentation aims to help students fine-tune their research and is a great opportunity to get feedback from your peers in the field of early modern cultural history and literature. The presentation can be about a specific chapter or methodology in your research, or an outline of your thesis. We don’t expect your research to be in a finalized stage, feel free to come with drafts and invite your peers to think along with you.

The seminar will take place on Monday 22 April 2024. We aim for seven-minute presentations with ample time for questions. GEMS will finance the print costs for the posters. Refreshments (food and drinks) will be provided.

Please register your interest via this form by the 15th of December: https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeQtIe057ca-SrljkXnT28avmA-42RkJuVQQSuHZetL1pSX3g/viewform?usp=sharing

If you have any further questions, please contact Caroline.Baetens@UGent.be, Eru.Fevery@UGent.be, or Zoe.VanCauwenberg@UGent.be

Appel à communications – La somme des parties ? (Dé)faire et (re)penser collections et compilations entre Moyen Âge et Première Modernité

7es Journées doctorales internationales de Transitions

Université de Liège, 6-7 mai 2024

Les 6 et 7 mai 2024 se tiendra, à l’Université de Liège, la septième édition des Journées doctorales internationales de l’Unité de recherches Transitions. Organisé en partenariat avec le Centre for Medieval and Renaissance Studies (CeMaRS, Ruhr-Universität Bochum) et l’Institut d’histoire de la Réformation (IHR, Université de Genève), ce colloque aura pour thème les pratiques de collection et de compilation. Les bornes chronologiques prescrites pour le présent appel sont celles explorées par Transitions (Moyen Âge et Première Modernité).

Réunir et rassembler des éléments isolés constituent des pratiques qui ont traversé les périodes médiévale et moderne. On pense assez spontanément aux trésors d’objets précieux, aux galeries de gravures, de peintures et d’antiquités, aux cabinets de curiosités, aux bibliothèques, voire au remploi d’éléments architecturaux anciens. Citons également les recueils de lettres ou de documents officiels, les anthologies d’œuvres musicales, les florilèges de textes littéraires ou historiques, les recueils de lieux communs, mais aussi des regroupements textuels typologiquement plus divers, comme certains manuscrits composites ou recueils factices. Enfin, diverses pratiques de compilation s’observent dans toutes sortes de productions écrites, allant de la citation occasionnelle au discours intégralement construit sur la base d’extraits empruntés.

La collection ou la compilation est considérée par la recherche actuelle comme une production motivée et organisée, qui résulte de stratégies de consultation, de sélection et de réorganisation des pièces la composant. Tout matériau brut extrait de son contexte de création initial pour l’insérer dans un environnement inédit, au contact d’autres éléments isolés, acquiert dès lors un sens nouveau. La collection ou la compilation ainsi créée ne se confond pas avec ses composantes : elle constitue une production créative et originale qui doit être appréhendée dans son ensemble.

Alors que les collections et les compilations répondent en grande partie à des procédés et des stratégies de constitution comparables voire similaires, elles demeurent souvent étudiées séparément, selon le type de matériau rassemblé. Ces journées doctorales proposent de dépasser ces clivages afin d’interroger ces pratiques dans une perspective comparative et pluridisciplinaire. Il s’agira d’approfondir les approches méthodologiques autour des trois axes suivants.

Appréhender l’ensemble

Dans la mesure où l’acte de compiler ou de collectionner engendre une entité nouvelle, il représente en soi une activité créatrice. Le rassemblement de pièces, matérielles ou textuelles, constitue dès lors une production originale qui peut être appréhendée comme une œuvre à part entière. Celle-ci témoigne d’un programme dont la cohérence est fonction des motivations de son créateur. Parfois explicité (titre, préface, description des items rassemblés…), ce programme transparaît généralement à travers les modalités de la sélection et de l’ordonnancement des pièces, voire de leur réécriture ou reconfiguration.

Par ailleurs, la collection ne peut être appréhendée et interrogée en tant qu’œuvre sans prendre en considération l’individu ou le groupe qui a réuni les items. Quel est son statut ? Peut-on le qualifier d’auteur, d’artiste ou de compositeur au même titre que ceux qui ont produit la matière collectionnée ? Quel est son rapport aux sources ? Comment se les approprie-t-il ? Dans quelle mesure l’initiateur d’une collection en est-il le véritable créateur ?

Les étapes de la production

Une collection ou une compilation est le résultat de plusieurs étapes : l’accès au matériau brut, sa consultation, sa sélection, sa (ré)organisation et sa reproduction éventuelle. On peut tout d’abord interroger les modalités par lesquelles le collectionneur ou le compilateur y accède. Se fonde-t-il sur un ensemble déjà établi ? Quels types d’éléments sont pris en considération et selon quels critères (esthétiques, thématiques, chronologiques…) ? S’avèrent-ils typologiquement homogènes ?

Une fois sorties de leur contexte de départ, les pièces sont intégrées dans un nouvel environnement, ce qui soulève la question de leurs principes d’organisation et, en cas de reproduction, celle de la fidélité au modèle. La collection ou la compilation reste-t-elle figée au cours de sa transmission ou évolue-t-elle ? Dans ce dernier cas, comment cette transformation influence-t-elle sa réception ?

Enfin, quel sort subissent les éléments non intégrés ? La constitution d’une collection peut effectivement mener à l’atomisation d’un savoir et aboutir (volontairement ou non) à la destruction ou à l’oubli de tout ce qui n’est pas pris en compte.

Le retour aux parties

Le retour aux parties s’impose souvent, notamment lorsque les collections et compilations en constituent les seules voies de transmission. Nombre de projets éditoriaux ont eu tendance à ne pas tenir compte de l’organisation interne propre aux collections documentaires et ont imposé un ordre neuf à leurs items. L’édition peut ainsi participer à la création d’une nouvelle entité, qui brouille ou dissimule la tradition des documents parvenus jusqu’à nous.

Dans l’interprétation qu’il en livre, le chercheur ne peut faire abstraction du filtre appliqué par la collection ou la compilation. Ce troisième axe propose d’interroger les impasses et les possibilités générées par l’ensemble en vue de l’analyse de ses composantes : la collection est-elle une aubaine ou un obstacle pour le chercheur ?

Modalités pratiques

Les communications (max. 20 minutes) seront prononcées en français ou en anglais. Les propositions sont attendues pour le vendredi 19 janvier 2024 au plus tard, sous la forme d’un document PDF adressé par courriel à jd.transitions@uliege.be. Ce dossier comprendra les coordonnées (nom, prénom, Université) du/de la doctorant·e, le titre de sa thèse, l’intitulé de sa communication et un résumé de celle-ci de max. 300 mots en français ou en anglais. Les candidat·e·s seront informé·e·s des résultats de la sélection au plus tard le 16 février.

Une attestation de participation sera délivrée sur demande au terme de ces journées d’études.

Les repas de midi et les pauses café des deux journées seront offerts. Les frais relatifs au transport ou au logement pourront éventuellement être remboursés à hauteur de 100 euros par personne.

Comité organisateur

Aurélien Bourgaux, Émilie Corswarem, Mathilde Kaisin, Valérie Leyh, Romane Massart, Lionel Mira, Sandra Otte, André Rocco, Matthias Rozein, Emile Thonar.

Comité scientifique

Aurélien Bourgaux, Émilie Corswarem, Élise Franssen, Mathilde Kaisin, Stephan Köhli, Valérie Leyh, Romane Massart, Christophe Masson, Lionel Mira, Sandra Otte, André Rocco, Matthias Rozein, Emile Thonar.

À propos de Transitions

L’Unité de recherches (UR) Transitions de l’Université de Liège (http://www.transitions.uliege.be) a pour vocation de questionner les dynamiques qui ont marqué le Moyen Âge et la Première Modernité. De nombreux projets portés par ses membres encouragent la confrontation des pratiques de recherche selon une perspective interdisciplinaire, de même que le développement d’un réseau de collaborations à l’échelle nationale et internationale.

Les journées doctorales interuniversitaires de l’UR se tiennent tous les deux ans et sont ouvertes à des doctorant·e·s d’universités belges et étrangères, issu·e·s d’horizons de recherche variés tels que la philologie, la littérature, la linguistique, l’histoire, l’histoire de l’art ou la musicologie. Conçues comme un moment d’échanges autour d’une thématique commune, elles offrent aux jeunes chercheurs·euses la possibilité de partager leurs projets, mais aussi de confronter leurs méthodologies respectives avec celles de leurs pairs ou de collègues plus expérimenté·e·s.

Informations

Appel à communications – Anthropologie politique et religieuse de la parole

Le groupe de recherche international « Anthropologie politique et religieuse de la parole à l’époque moderne » est ravi d’annoncer la tenue de son deuxième atelier de lecture de sources. Après le premier atelier au CESR de Tours en octobre 2023 sur la parole diplomatique et le conseil politique, nous sommes heureux de poursuivre ces discussions enrichissantes sur la parole religieuse.

Date et Lieu : Le 19 avril 2024, de 9h à 17h, au campus des Lettres et sciences humaines de Nancy, salle A104.

Organisation : Julien Léonard, Jérémie Ferrer-Bartomeu, Paul-Alexis Mellet et Monique Weis.

Thème : Comme pour le premier atelier, il s’agira de lire en commun des sources éclairant les rapports complexes entre écrit et oralité dans le monde moderne, montrant des traces d’oralité ou la difficulté de la mise par écrit de paroles destinées à être dites. Dans le champ des études religieuses, ces documents peuvent donc être des sermons ou d’autres formes de prédication, des prières, des écrits de spiritualité, des confessions de foi, des déclarations de conversion, etc. Cette liste n’est bien entendu pas exhaustive : d’autres propositions sont possibles, notamment les sources iconographiques. L’objectif est de tenter de caractériser les paroles religieuses de la première modernité, leur efficacité et leur intensité, les espoirs qu’elles portent et les contestations ou les négociations qu’elles mettent en place. Il s’agit donc de contribuer à la réflexion collective du projet « Anthropologie politique et religieuse de la parole » en confrontant la parole religieuse en contexte de tension et la parole en général dans ses différentes expressions (diplomatie, conseil, serment, etc.).

 Modalités d’organisation de l’atelier :

*1. Sélection de la source : Les membres intéressés sont invités à choisir une source spécifique et bien identifiée, et à adresser leur proposition aux organisateurs.

*2. Transcription : Une fois acceptée, la source doit être retranscrite, en intégralité si possible (idéalement environ 6 000 signes). Sinon, de larges extraits significatifs peuvent être isolés.

*3. Présentation : Chaque participant dispose de 10 minutes pour présenter sa source, suivies de 50 minutes de discussion collective autour du document.

 

Informations pratiques :

– Le déjeuner et le dîner du 19 avril seront pris en charge.

– Ceux qui n’ont pas de financement propre peuvent nous contacter.

– Date limite pour les propositions : 31 janvier 2024.

– Date limite pour les transcriptions : 15 mars 2024.

– Les participants doivent fournir la transcription finalisée de leur source un mois avant la rencontre (15 mars). Ceci permettra de préparer un dossier documentaire distribué à tous les membres du projet, en particulier ceux présents à Nancy.

 

Contact : 

Pour toute proposition ou question, merci de contacter : 

– Julien LEONARD : julien.leonard@univ-lorraine.fr

– Paul-Alexis MELLET : paul-alexis.mellet@unige.ch

Appel à communication – Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe occidentale : Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle

L’ERC AGRELITA, dirigé par Catherine Gaullier-Bougassas, organise des journées d’étude intitulées “Les nouvelles vies des divinités grecques en Europe occidentale : Figurations textuelles et visuelles du XIVe au XVIe siècle”. La deadline est le 15 janvier 2024.

Dates :

  • Jeudi et vendredi 23-24 mai 2024, Lille
  • Mercredi 29 mai 2024, Bibliothèque de l’Arsenal, Paris

Dans son ouvrage célèbre, La survivance des dieux antiques, 1939, Jean Seznec a démontré que la connaissance des dieux grecs n’a pas disparu durant le Moyen Âge et ainsi mis en question l’opposition souvent tracée entre Moyen Âge et Renaissance : « L’Antiquité païenne, loin de “renaître” dans l’Italie du XVe siècle, avait survécu dans la culture et dans l’art médiéval ; les dieux eux-mêmes ne ressuscitent pas ; car jamais ils n’ont disparu de la mémoire et de l’imagination des hommes. » Il a étudié comment au Moyen Âge, les dieux grecs, qui portent alors souvent leurs noms latins, ont survécu grâce aux idées qu’ils ont incarnées et grâce à trois grandes lignes d’interprétation, en grande partie hérités de l’Antiquité – l’explication évhémériste, l’explication physique et astrologique, l’explication allégorique, morale et religieuse –. Il a aussi analysé comment, dans le même temps, leurs formes se sont transformées, avec des métamorphoses étonnantes, puis un retour à l’antique à la Renaissance. De nouveaux ouvrages mythographiques ont en effet été écrits du Ve au XIIIe siècle, à commencer par ceux de Fulgence et des trois mythographes du Vatican, et à partir du début du XIVe siècle, les évocations des divinités païennes se multiplient, tant dans des ouvrages latins, l’Africa de Pétrarque, les Genealogie deorum gentilium de Boccace ou le De formis figurisque deorum de Pierre Bersuire, que des œuvres écrites en langue française, à partir de l’Ovide moralisé, suivi de nombreux remaniements, dont certains contiennent des adaptations françaises du texte de Bersuire. Les divinités païennes grecques ou gréco-latines, peu présentes dans les premiers romans antiques et dans les premières histoires universelles françaises, entrent alors dans des univers textuels divers, des histoires universelles et des chroniques nombreuses, des œuvres historico-romanesques, des romans, des ouvrages didactiques au contenu divers, des œuvres poétiques, des épopées, de nouvelles traductions des textes antiques, des livres d’emblèmes, des traités mythographiques… Parmi ces derniers, de nouveaux ouvrages dédiés spécifiquement aux dieux antiques s’écrivent en grand nombre à la fin de la période que nous considérons. Enfin tout au long de cette période, l’exploitation de nouvelles sources, à partir du XVe siècle en langue française, contribue au renouvellement.

Les très nombreux textes où ces divinités apparaissent, avec les illustrations des manuscrits et des imprimés, leur donnent une nouvelle vie plus encore qu’une survie, ou plus exactement de nouvelles vies. Elles sont en effet représentées dans de multiples formes d’écritures et dans des univers tout aussi multiples, dont certains sont éloignés du monde antique. Les métamorphoses de leurs formes par rapport aux traditions antiques, très variées mais non toujours présentes, accompagnent leur intégration dans ces contextes divers. De nouvelles « aventures » leur sont parfois inventées, et même, certes exceptionnellement, de nouveaux dieux antiques sont imaginés. La composition de traités qui leur sont consacrés exclusivement révèle de nouvelles analyses.

À partir d’études de cas, sur une ou sur plusieurs divinités, les journées seront consacrées à des analyses sur les multiplicités des représentations, des interprétations et des exploitations de ces divinités antiques durant les trois siècles considérés, dans un mélange de permanences et de renouvellement, de répétition et de variation, de continuité et d’innovation. Elles permettront ainsi de prolonger les recherches sur les modalités et les raisons d’une présence démultipliée des divinités antiques : Pourquoi insuffler une nouvelle actualité à leur mémoire, pourquoi et comment leur redonner une telle présence, leur rendre vie ?

Les propositions, sur des œuvres écrites en latin, en français ou en italien, porteront sur les questions suivantes, qui n’épuisent pas le champ des possibles :

  • Les représentations textuelles des divinités grecques, les formes d’écriture – description, récit, commentaire – déployées à leur sujet
  • De la traduction et de la compilation à l’adaptation et à l’invention : reconfigurations d’un savoir hérité
  • Les contextes littéraires dans lesquels les auteurs élaborent ces images textuelles
  • Les contextes culturels, politiques, les débats dans lesquels les auteurs s’emparent de ces divinités
  • Les interprétations de ces divinités et les finalités diverses de leurs évocations – finalités politiques, éthiques, religieuses, scientifiques, poétiques,…
  • Les représentations visuelles de ces divinités dans les manuscrits puis les imprimés : leurs figurations et leurs significations, leurs liens avec les autres formes de représentations artistiques qui leur sont consacrées
  • Les liens entre textes et images dans les manuscrits et les imprimés
  • L’appropriation actualisante/anachronique ou au contraire le regard sur l’Antiquité et son altérité dont les images textuelles et visuelles de ces divinités témoignent
  • La circulation, la réception et la transformation de ces représentations du XIIe au XVIe siècle : la transmission et le renouvellement de la mémoire de ces divinités
  • La transposition de ces divinités dans de nouveaux univers

La journée du mercredi 29 mai 2024 sera consacrée en priorité à des communications en lien avec des ouvrages de la Bibliothèque de l’Arsenal.

Les propositions sont à adresser (titre et résumé de 200-300 mots) avant le 15 janvier 2024 à Catherine Gaullier-Bougassas aux deux adresses suivantes :

  • catherine-bougassas@orange.fr
  • catherine.bougassas@univ-lille.fr

Les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge selon les modalités de l’Université.

Les articles issus des contributions seront publiés chez Brepols dans la collection « Recherches sur les Réceptions de l’Antiquité » :  http://www.brepols.net/Pages/BrowseBySeries.aspx?TreeSeries=RRA.

Informations