Archives de catégorie : Evénements scientifiques et culturels

Dans cette catégorie on retrouvera les posts concernant les colloques, conférences, journées d’étude et workshops abordant la période moderne.

Journée d’étude du GEMCA – L’INDÉTERMINÉ

Journée annuelle du GEMCA sur le thème de l’indéterminé. 

Date : 29 mai 2020

Lieu : UCLouvain, Salle du Conseil FIAL

Argumentaire : 

Si l’on dresse un inventaire des nombreux sujets et concepts abordés par les chercheurs et chercheuses du GEMCA ces dernières années, on constate qu’ils se rejoignent sur un point, à savoir la difficulté à les définir, ou plutôt, l’impossibilité à trouver une définition qui épuise leur sens et leur opérativité. En effet, si l’on reprend la liste de ces sujets, quelque chose échappe toujours de la figure, de la figurabilité, de l’expérience, du baroque, de l’idole, du cadre, de la
mystique, de la symbolique, du neutre etc. Plus encore, tenter absolument de les définir et, par là même, de leur donner une rationalité exhaustive, les vide de sens et annihile leur efficacité. Ils
semblent articuler une pensée en partie indéterminée dans laquelle réside cependant leur puissance herméneutique, s’appuyant sur un imaginaire ou sur des effets perceptifs. La difficulté à
laquelle nous confrontent ces concepts est ainsi double : non seulement ils échappent à notre compréhension rationnelle, mais ils nous imposent aussi de conserver leur part d’indétermination,
faute de quoi il devient impossible de les utiliser et leur opérativité nous échappe tout court. De cette manière, on a pu s’intéresser à ce
que l’on voit sans voir, à ce qui surgit des marges sans se donner tout à fait, à ce qui se définit toujours en creux par ce qui n’est
pas et qui n’existe que par le déni d’un discours, à des altérités paradoxales qui n’existent qu’en renversant ou inversant des
images, à ce qui se situe dans l’interstice des textes et des images, dans l’interstice des mots. La figure, qui a été le point de
départ de notre projet de centre, est certainement un des exemples les plus parlants, dans ses dimensions en apparence
contradictoires de conciliation de réalités ou de pôles en opposition. Dans son prolongement, la figurabilité tente de rendre compte de la part indicible et invisible des œuvres, qui est pourtant bien présente dans la saisie qu’on en fait. Les intervenant·e·s seront invité·e·s à faire réagir leurs objets de recherche avec cette notion d’indéterminé et à observer ce qui se découvre de nouveau, dans quelle mesure cette expérience permet une autre compréhension de ces objets.

colloque – Penser la coopétition à l’échelle de la monarchie hispanique (XVIe-XVIIe siècle)

Le projet COLEX entend investiguer les rapports de coopétition au sein des différents territoires de la monarchie espagnole durant l’époque moderne (XVIe-XVIIe siècle). Le concept de coopétition — capacité des agents à être en compétition et en coopération en même temps — doit nous permettre de prendre la mesure des interactions entre les différents niveaux juridictionnels propres à la Monarchie au moment de prendre la décision politique.

Réunissant pour la première fois les chercheurs qui composent le projet, cette journée vise à établir les bases historiographiques, problématiques et méthodologiques qui formeront le socle du projet.

Date : 3 février 2020, 10h00 – 18h00

Lieu : Casa de Velázquez 
C/ Paul Guinard, 3 – 28040 Madrid

Informations et programme

événement scientifique – Lancement du livre « Cartographie et pouvoir. L’ Atlas de Jacques de Deventer »

L’ Atlas de Jacques de Deventer

Dans la seconde moitié du XVIe siècle, Jacques de Deventer a réalisé, à la demande de Philippe II, les plans de plus de 250 villes des Pays-Bas espagnols. L’ouvrage expose en quoi cet atlas, généralement interprété comme document militaire, fut en réalité influencé par des questions d’ordre politique. Profil du cartographe, franchises urbaines et organisation politique des anciens Pays-Bas jouèrent un rôle essentiel dans la construction de cette cartographie urbaine. Les caractéristiques de ces plans sont également étudiées afin de mieux cerner la place qu’ils occupent au sein de l’histoire de la cartographie. Vision de la ville, perception de l’espace ou procédés de représentation sont autant d’aspects analysés. Ils permettent de comprendre que, malgré un résultat troublant de modernité, cette collection est largement tributaire des codes de son époque et relève plus du document politique que militaire.

Lancement du livre

Venez assister au lancement de l’ouvrage Cartographie et pouvoir au XVIe siècle : l’Atlas de Jacques de Deventer. Une interprétation novatrice de l’atlas de Jacques de Deventer, l’un des trésors de KBR.

Date : 18 février 2020, 17h30 – 20h00

Lieu : KBR, Salle de lecture Cartes et Plans 

Réservation obligatoire

exposition – The World of Bruegel in Black and White

Tout le monde connaît Bruegel en tant que peintre de renommée internationale, mais saviez-vous qu’à son époque, Bruegel était surtout connu grâce à ses estampes ? En 2019, vous aurez une occasion unique d’admirer de près les estampes de Bruegel. KBR conserve une collection complète, et sans équivalent connu, qui sera exposée à titre exclusif durant l’année Bruegel.

L’exposition “The World of Bruegel in Black and White” vous entraînera dans le monde imaginaire de ce maître flamand.

Dates  :  15 octobre 2019 – 16 février 2020 

Lieu : KBR, Mont des Arts 28
Bruxelles, 1000 Belgique

Prix : 9€ à 12€

Informations supplémentaires et tickets

SéMINAIRE : Is atomism atheism? A trial (Naples 1688-1697) and a controversy (Giovanni Battista De Benedictis vs. Francesco d’Andrea)

Séminaire de Leen Spruit (Radboud Universiteit)

From 1688 to 1697, Naples, capital of the Spanish kingdom in South Italy, provided the stage for a large-scale inquisitorial trial against a great number of persons accused of embracing atomism and therefore of subscribing to atheism. In the early 1670s, Naples’ ecclesiastical authorities had begun to warn against the spread of the mechanical philosophy and atomism. Notably the members of the Accademia degli Investiganti (1663-1670) had been much taken by these new ideas. After the official closure of the Academy, this circle enlarged, began to meet in less secluded places and discussed its ideas more openly, thereby attracting a new generation of intellectuals to the “new philosophy”. The Church responded to this situation with hitherto unseen determination. Prominent Church leaders delivered fiery sermons condemning a doctrine that, according to them, denied the existence of God, the immortality of the soul and the possibility of miracles.

In 1688, a certain Francesco Paolo Manuzzi presented himself “spontaneously” to the representative of the Holy Office in Naples to denounce a group of persons in Naples who endorsed the “philosophy of the atoms” and who had lost their faith. Manuzzi’s deposition contains a series of extraordinary claims purportedly made by the ‘atomist’ Neapolitans, concerning the existence of pre-Adamitic humans; errors and abuses of Christ and the pope; and the inexistence of God, hell, purgatory, paradise and the sacraments. None of these claims can be found in any other early-modern atomistic or corpuscular philosophy.
When the Roman Holy Office sought to involve the Neapolitan archbishop and the political authorities in both Naples and Madrid in its battle against atheism and atomism, the representatives of the nobility and the rising middle class reacted forcefully, organizing themselves in a “Permanent Deputation” that aimed to abolish the Inquisition in Naples and delegating two members to Rome to negotiate this matter with the cardinals and the pope.

The trial produced important texts: the fierce attack on modern philosophy by Jesuit Giovanni Battista de Benedictis (1694); the two replies to it by Francesco d’Andrea (ca. 1695-1697, both unpublished); and the extensive set of replies by Costantino Grimaldi (published in 1699-1703). A further important onslaught on modern philosophy is contained in the 1696 pamphlet Turris fortitudinis.

The mass of mostly unexamined documents of this trial and the books, manuscripts and pamphlets surrounding it offer a unique experimental garden for research into the broader cultural and political context of the spread of the corpuscular philosophy. Indeed, this trial seems an ideal case to confront the local with the international dimensions of the new philosophical and scientific currents involving atomistic and corpuscular notions, which were as difficult to delineate then as they are today.

Date : 30 janvier 2020, 14h-16h

Lieu : Simon Stevin Room (Plateaustraat 22, Gent)

conférence – Passages, exclusions, transgressions. A propos de la Porta Romana de Milan au XIIe siècle

À l’occasion des 5journées doctorales internationales de Transitions, Patrick Boucheron, professeur au Collège de France, prononcera une conférence intitulée « Passages, exclusions, transgressions. À propos de la Porta Romana de Milan au XIIe siècle ». Cet événement bénéficie de la labellisation « Année de la France » et sera introduit par M. le Recteur de l’Université de Liège.

L’entrée est libre et gratuite.

Date : 5 février 2020, 18h30 – 20h30

Lieu : Université de Liège, Salle académique (Place du XX Août, 4000 Liège).

Informations supplémentaires

Cycle de conférences – Séjour comme chercheur visiteur de Pierre Pellegrin (CNRS)

Cycle de quatre séminaires :

• 4 février 2020, 14h00-16h00 : « De quoi la métaphysique d’Aristote est-elle le nom ? » (local b. 140)
• 5 février 2020, 10h45-12h45 : « L’instrument logique » (local ERAS57)
• 6 février 2020, 14h00-16h00 : « La physique aristotélicienne » (local b. 140)
• 7 février 2020, 14h00-16h00 : « La biologie d’Aristote » (local b. 140)

Lieu : UCLouvain

Date :  4-7 février 2020

CONFÉRENCE – Le théâtre de la censure : purifier le corps social des écrits séditieux (XVIe et XXIe siècles)

Conférence de Renaud Adam.

Ce cours-conférence se propose de revenir sur la problématique de la censure des livres et, plus spécifiquement, sur celle de sa mise en scène. Elle aura pour cadre les anciens Pays-Bas du XVIe siècle. L’intervention sera centrée sur la réponse des autorités catholiques à la circulation de livres jugés hétérodoxes. Le conférencier souhaite plus particulièrement évoquer les mécanismes mis en place par le pouvoir central pour éradiquer les ouvrages interdits, ce qui revient à se pencher sur ce grand mouvement « biblioclaste » qui caractérisa les régions restées sous domination catholique au XVIe siècle. Pour ce faire, il conviendra d’évoquer la mise en scène de la censure, sa théâtralisation ; que l’on pourrait qualifier, selon l’expression de Michel Foucault, de théâtre de la terreur. Cette intervention débutera avec les premiers autodafés luthériens, pour se poursuivre avec une analyse de l’évolution de la législation répressive avant d’évoquer l’efficacité de ces mesures et leur impact sur la transmission des textes jusqu’à nos jours. Les pistes ainsi explorées offriront la possibilité de nourrir quelques réflexions sur l’état de la censure en ce début de XXIe siècle dans notre société.

Date : 18 février 2020, 17h00 – 19h00

Lieu : Palais des Académies (1, Rue Ducale, 1000 Bruxelles) 

Inscription

Conférence – Comparer les enfermements monastiques et carcéraux du Moyen Âge aux années 1930

Élisabeth LUSSET (CNRS-France) propose un bilan du programme de recherche « Enfermements » dans le cadre du cycle de conférences d’histoire et archéologie organisé par l’UR Transitions et l’Agence wallonne du Patrimoine, à l’occasion des 500 ans de l’installation officielle des frères cellites à Liège (1519-2019). PAF 5€

Date: Jeudi 9 janvier 2020, 20h

Lieu: Chapelle Saint-Roch, Rue Volière, 4000 Liège

Informations sur le site de Transitions

Colloque – Marges (XIe -XVIIe siècles)

Colloque des doctorants que l’U.R. de Transitions (ULiège) organise tous les deux ans. 

Transitions s’associe au CESCM (Centre d’études supérieures de civilisation médiévale) de l’Université de Poitiers et au CML (Centre for Medieval Literature) des universités de York et du Danemark du Sud (Odense) à l’occasion de rencontres doctorales en trois volets (2020-2021).
Mises en oeuvre par les doctorant·e·s de ces trois institutions, ces journées ont pour but de favoriser l’échange et les débats entre doctorant·e·s, jeunes chercheur·se·s et collègues expérimenté·e·s dans les domaines de l’histoire, de la philologie, de la linguistique, de l’histoire de l’art, de la littérature ou encore la musicologie.
Le premier volet de ces rencontres sera organisé à Liège les 5 et 6 février 2020, autour du thème « Marges (XIe-XVIIe siècles) ».

Programme : https://www.transitions.uliege.be/upload/docs/application/pdf/2019-12/marges_programmedefinitif.pdf