Archives de catégorie : Expositions

Dans cette catégorie sont reprises toutes les expositions scientifiques sur la période moderne.

Exposition – Chefs-d’oeuvre de Léonard de Vinci en gravure. Dans les collections de la Bibliothèque nationale de France

Du 1er  juin au 22 septembre 2024
Ouvert tous les jours de l’année de 9h00 à 19h00 (entrée libre)

Château royal d’Amboise (Montée de l’Emir Abd El Kader, 37400 Amboise, France)

L’exposition est présentée à l’occasion de la réouverture au public de la chapelle Saint-Hubert du château royal d’Amboise, où Léonard de Vinci est enterré. Elle propose d’explorer la relation – paradoxale – que le maître florentin a entretenue avec l’art de la gravure. Ses écrits montrent qu’il fut tenté de perfectionner la technique. Comme nous l’apprend Paolo Giovio, son ami et biographe, il songea aussi à illustrer de gravures un Traité d’anatomie. Plusieurs estampes portant son nom sont parvenues jusqu’à nous, certaines d’entre elles seront d’ailleurs exposées à Amboise. Mais, contrairement à Andrea Mantegna ou à Raphaël, Léonard ne semble pas avoir voulu contrôler la reproduction gravée de ses œuvres, ni même l’avoir encouragée. De son vivant, seule la Cène est traduite en gravure et quelques-uns de ses dessins font l’objet d’interprétations gravées vers 1500. Il faut attendre le XVIIe siècle pour que ses autres chefs-d’œuvre peints, comme la Sainte Anne ou le Saint Jean Baptiste, suscitent l’attention des graveurs. Raconter cette histoire complexe est le défi de l’exposition.

Le commissariat scientifique est assuré par Laure FAGNART (F.R.S.-FNRS/ULiège – Transitions), Stefania TULLIO CATALDO (ULiège – Transitions), Caroline VRAND (BnF) et Gennaro TOSCANO (BnF). La manifestation valorise un projet de recherche mené à l’ULiège et qui a fait l’objet d’un partenariat scientifique avec la BnF. Un ouvrage – intitulé Léonard de Vinci et l’art de la gravure. Traduction, interprétation & réception – paraîtra à l’occasion chez l’éditeur Liénart.

Informations

 

Exposition – Vers uit de tuin. Petrus Hondius’ dichterlijke wegwijzer door het zeventiende‑eeuwse landschap.

UGent & Museum Het Warenhuis (Axel), 12 april – 29 juni 2024

Bij verse oogst uit de tuin denk je waarschijnlijk in de eerste plaats aan wortels of komkommer. In de zeventiende eeuw oogstten tuinbezitters niet alleen groenten, maar ook dichterlijke verzen uit de Zeeuws-Vlaamse grond! Die gedichten geven een inkijkje in hoe het rijke tuinleven in de zeventiende eeuw werd ervaren. Een van de eersten die over dat leven in de tuin dichtte, was predikant Petrus Hondius. In 1621 bezingt hij in zijn dichtwerk, Dapes Inemptae, of De Moufe-schans, alles wat er te beleven valt in zijn tuin bij Terneuzen (de Moffenschans): van maaltijden met groenten van eigen bodem, tot de kweek van zeldzame bloemen en uitstapjes door de omliggende velden.

Van 12 april tot 29 juni 2024 kun je in Museum Het Warenhuis te Axel via Hondius’ wandelpaden zelf het zeventiende-eeuwse tuinleven verkennen in de expositie. Je bewandelt de gangen van de tuin via het dichtwerk en krijgt zo een uniek beeld van het tuinleven in de zeventiende eeuw. De tuin komt tot leven als een plek van gezellige samenkomsten, van plantwetenschap, van experiment met natuur en landschap, maar ook als een plaats waar je je kunt uitleven in het tuinieren. Wie weet herken je je eigen ervaringen wel in Hondius’ verzen of leiden zijn wandelpaden je tot nieuwe inzichten over de hedendaagse tuin!

Veel idealen uit Hondius’ poëzie zijn herkenbaar voor een hedendaagse lezer. Net zoals stedelingen vandaag aan de drukte trachten te ontsnappen in een tuin of park, zochten diegenen die daar de mogelijkheid toe hadden ook in de zeventiende eeuw de rust van het platteland op. De Terneuzense predikant geeft dan ook uitdrukking aan die herkenbare drang naar ontsnapping in een groen decor. Ook hedendaagse idealen van zelfvoorzienendheid of lokaal shoppen lijken al vroeg in die literatuur vorm te krijgen, want ook Hondius streeft naar ‘Ongekochte spijs’ of groenten van eigen bodem. Zijn verhaal schetst niet alleen een uniek beeld van het rijke tuinleven in de zeventiende eeuw, maar biedt dus ook een leidraad voor reflectie op onze bedrijvigheid in de tuin vandaag.

Als je het museum uit stapt, kun je de wandeling verderzetten en met een nieuwe blik het landschap rondom verkennen. Op een boogscheut van het museum vind je een laatnegentiende-eeuws landhuis dat nog steeds de naam ‘Moffenschans’ draagt, naar Hondius’ tuin die zich daar eeuwen eerder bevond. Te voet, te paard of te vloot bereist Hondius vandaaruit de polders, schorren, duinen en rivieren rondom zijn tuin. Hij treedt buiten de omheining en legt een breder beeld van het Zeeuws-Vlaamse landschap vast in woord. In de expositie leer je dus iets nieuws over de zeventiende-eeuwse beleving van de directe omgeving van de tuin en het hedendaagse museum.

Ontdek wat het Zeeuws-Vlaamse tuinleven in de zeventiende eeuw zo uniek en toch zo universeel maakt, van 12 april tot 29 juni 2024 in Museum Het Warenhuis (Markt 2, 4571 BG Axel).

Dit project is een samenwerking tussen Museum Het Warenhuis en de Vakgroep letterkunde aan de Universiteit Gent. De expositie kwam tot stand met de steun van de Faculteit Letteren en Wijsbegeerte van de Universiteit Gent, het Maatschappelijk Valorisatiefonds van de Universiteit Gent, het Fonds Wetenschappelijk Onderzoek – Vlaanderen en het Scheldemondfonds.

Informations

Tentoonstelling – VAN CRABBELINGE TOT CARTON. TEKENINGEN VAN BRUEGEL TOT RUBENS

Met de tentoonstelling Van crabbelinge tot carton. Tekeningen van Bruegel tot Rubens in het najaar van 2023, plaatst het Museum Plantin-Moretus zijn topstukken, en deze van collega-instellingen in Vlaanderen, internationaal in de kijker. Deze expo toont de 100 mooiste oude tekeningen uit Vlaamse collecties. Samen geven ze een verbluffend overzicht van wie, waarom en hoe men in de 16de en 17de eeuw in onze contreien tekende.

Het is een unieke gelegenheid om enkele bijzondere kleppers naast elkaar te zien, zoals het schetsboekje van de 12-jarige Rubens, het 10m lange Panorama van Zeeland van Anthonis van den Wijngaerde en de uiterst zeldzame Italië-schetsboekjes van de beeldhouwer Pieter Verbruggen. En naast grote namen als Pieter en Jan Bruegel, Anthony van Dyck, Jacob Jordaens of Pieter Coecke van Aelst, zijn de prachtige en zelden getoonde bladen van minder gekende tekenaars als Jan van Stinemolen, Cornelis de Vos, Jan Boeckhorst, Godfried Maes en Jan Erasmus Quellinus een verrassende ontdekking.

“De bezoeker wordt uitgedaagd om voorbij het afgebeelde onderwerp te kijken naar het doel dat de tekeningen dienden, en waarom de kunstenaar daarbij koos voor bepaalde materialen, technieken, formaat en afmetingen.”

– Virginie D’haene, curator van de expo

Topstukken

De kwaliteit van de tekeningen die in Vlaanderen bewaard worden, is bijzonder groot. De Vlaamse overheid plaatste in 2020 en 2021 een groot aantal 16de en 17de eeuwse prenten en tekeningen op de topstukkenlijst. Het gaat om zeldzame topstukken van Bruegel, Rubens, Van Dyck, Jordaens, Otto van Veen, Jan Fijt en andere kunstenaars. Stuk voor stuk zijn het buitengewone of onmisbare kunstwerken zoals de in 2019 ontdekte, zeldzame tekeningen van Paul Vredeman de Vries en werken van Frans Floris, Paul Bril en Johannes Stradanus.

Het museum grijpt deze topstuk-erkenning aan om haar unieke tekeningencollectie in de schijnwerpers te plaatsen. Ze pakt uit met een overzichtstentoonstelling die illustreert wie, waarom en hoe men in de 16de en 17de eeuw bij ons tekende.

“Met een collectie van meer dan 75.000 objecten behoort het prentenkabinet tot de top vijftig van ‘s werelds belangrijkste prentenkabinetten. De collectie is opgebouwd rond Antwerpse kunstenaars, van 1500 tot vandaag. In de depots liggen Rubens, Van Dyck, Ensor en Panamarenko zij aan zij. ”

– Iris Kockelbergh, directeur

100 mooiste tekeningen 

De eigen collectie vormt de basis van deze tentoonstelling, maar wordt aangevuld met complementaire topstukken uit andere Vlaamse openbare en privécollecties. Het is een unieke gelegenheid om enkele kleppers naast elkaar te zien, zoals het schetsboekje van de 12-jarige Rubens, het 10m lange Panorama van Zeeland van Antoon van den Wijngaerde en de uiterst zeldzame Italië-schetsboekjes van de beeldhouwer Pieter Verbruggen. De tentoonstelling zal begeleid worden door een publicatie die het overzicht van Vlaanderens mooiste tekeningen in een aantrekkelijke vormgeving visualiseert en contextualiseert.

Internationale erkenning

The Getty Foundation selecteerde recent de tentoonstelling Van crabbelinge tot carton. Tekenen van Bruegel tot Rubens voor de beurs The Paper Project: Prints and Drawings Curatorship in the 21st Century. Dit internationale programma steunt jonge curatoren van prenten en tekeningencollecties in hun professionele ontwikkeling en in het opbouwen van expertise van kunst op papier. De beurs ter waarde van 81.000 euro biedt de curator van de tentoonstelling, Virginie D’haene, conservator oude prenten en tekeningen van het Museum Plantin-Moretus, de mogelijkheid om wereldwijd onderzoek te doen naar tekeningen en bij de geplande tentoonstelling een wetenschappelijke publicatie te voorzien.

Praktisch 

  • Van 17 november 2023 tot 18 februari 2024
  • Open dinsdag t/m zondag, van 10 tot 17 uur. Met uitzondering van feestdagen

Informaties

Exposition – Theodoor Rombouts. Virtuoos van het Vlaamse caravaggisme – Museum voor Schone Kunsten Gent

Zaterdag 21 januari gaat ‘Theodoor Rombouts. Virtuoos van het Vlaamse caravaggisme’ van start! Dit wordt de eerste monografische tentoonstelling rond deze meester. Rombouts was ooit een vaste waarde in het Antwerpse kunstenaarsmilieu, maar werd gaandeweg uit het oog verloren. De tickets zijn vanaf nu beschikbaar. Boek je bezoek en maak kennis met deze virtuose Vlaamse caravaggist!

Tijdens de tentoonstelling maak je kennis met Theodoor Rombouts en zijn oeuvre. Wil je een echte kenner worden, volg dan zeker ook een rondleiding mee. We organiseren meerdere instaprondleidingen doorheen de tentoonstelling. Ontdek hier de verschillende data en leg je rondleiding vast.
Bezoek je ‘Theodoor Rombouts’ als groep? Boek dan hier je groepsrondleiding.

Exposition – Pieter Pourbus. Master of Maps au Groeningemuseum

En 1561, le Franc de Bruges (Brugse Vrije), la plus grande et la plus riche châtellenie du Comté de Flandre, confia à Pieter Pourbus la mission de dessiner une carte représentant tout son territoire, y compris les routes, cours d’eau, villages et villes. C’est ainsi que le peintre-cartographe livra 10 ans plus tard son magnum opus.

Découvrez la fameuse “Carte peinte du Franc de Bruges”, datant de 1571. Cette carte de Pourbus, qui se situe à la frontière entre la peinture et la cartographie, nous offre une vision détaillée et réaliste du paysage portuaire de la ville de Bruges à la fin du 16ème siècle. Pieter Pourbus l’a peinte à un moment charnière de l’histoire : juste avant que la Guerre de Quatre-Vingts Ans et ensuite l’industrialisation changent de manière définitive le paysage côtier. C’est la raison pour laquelle cette carte constitue un dernier et précieux témoignage du paysage médiéval autour de Bruges. Cette peinture se distingue également par la combinaison unique de son échelle, de ses dimensions et de la précision détaillée avec laquelle elle a été exécutée.

Cette carte peinte occupera une place centrale, littéralement et au figuré, dans l’exposition « Pieter Pourbus. Master of Maps ». Le paysage médiéval disparu renaîtra de ses cendres grâce à des découvertes archéologiques paysagères et la carte pourra être examinée dans les moindres détails et sous tous ses angles à travers des loupes et des écrans digitaux. Comment les alentours de Bruges se présentaient-ils à la fin du 16ème siècle ? Quels vestiges médiévaux en reste-t-il encore aujourd’hui?

Bien que la carte peinte de Pourbus ait souvent servi d’illustration, son contenu topographique a peu été étudié jusqu’à ce jour. “Pieter Pourbus. Master of Maps” met à l’honneur le travail cartographique du maître – connu surtout pour ses portraits – et examine pour la première aussi minutieusement sa grandiose “Carte peinte du Franc de Bruges”. Cette exposition s’inscrit dans le prolongement de la recherche postdoctorale de Jan Trachet de l’Université de Gand (UGent), dans laquelle il a étudié la carte selon une perspective paysagère historique et archéologique.

L’exposition, qui se déploiera à partir de la position centrale de la carte, retracera également le contexte historique et culturel dans lequel elle fut réalisée : la Bruges d’alors en tant qu’épicentre de la cartographie, le Franc de Bruges en tant que puissant et riche donneur d’ordre et Pourbus en tant que génial cartographe.

L’exposition se tiendra du 1er décembre 2022 au 16 avril 2023 dans la salle 10 du Musée Groeninge.

14 € / 12 € (y compris la collection permanente)

Conférence – Rubens a Genova, par Nils Büttner et Anna Orlando

Genova, Palazzo ducale, 24/11/22 – 18.00

Conférence organisée à l’occasion de l’exposition Rubens a Genova (06/10/2022-22/01/2023, Palazzo Ducale, Genova)

Programme:

  • Nils Büttner & Anna Orlando: Rubens a Genova. Una breve presentazione
  • Nils Büttner: The Corpus Rubenianum
  • Anna Orlando: La metodologia di ricerca per Rubens a Genova
  • Raffaella Morselli : Gli archivi Gonzaga

Informations

Exposition – Adrianus VI. De Leuvense paus

En août 2022, il y aura 500 ans que le pape Adrien VI (Adrien d’Utrecht) faisait son entrée à Rome après son élection en janvier de la même année. Son bref pontificat d’une année à peine est marqué par la montée du protestantisme et sa volonté de réformer l’Église. 
 
Du 15 juillet au 3 octobre, l’exposition intitulée Adrianus VI. De Leuvense paus à la bibliothèque Maurits Sabbe à la KU Leuven retrace le parcours de ce pape en se focalisant sur ses écrits, les questions religieuses et son attachement à la ville et à l’Université de Louvain dont il a été étudiant, professeur et recteur. Par testament, il y fondera même un collège qui a récemment ouvert à nouveau ses portes après rénovation.

Informations pratiques 
 
Hall d’entrée de la Bibliothèque Maurits Sabbe (KU Leuven)
De 9h à 18h en semaine et de 9h à 12h le samedi
Entrée libre
Guide du visiteur disponible en néerlandais, anglais et français.
Co-commissaires : Michiel Verweij (KBR – KU Leuven) et Nathalie Roland
 

Exposition – Diableries !

Organisée dans le cadre du projet ‘The Circus we are !’, l’exposition ‘Diableries !’ propose une plongée dans l’univers captivant du Diable, figure emblématique de notre imaginaire collectif. Tantôt créature hideuse et terrifiante, tantôt tentateur séduisant et envoûtant, ce dernier effraie autant qu’il fascine depuis des siècles.

À travers une sélection d’œuvres exceptionnelles, provenant de collections privées et de grands musées, l’exposition met en lumière la place jadis accordée aux diables dans les arts plastiques, le théâtre et la musique. ‘Diableries !’ interroge l’homme sur ses rapports au Malin, au Moyen Âge et à l’Époque moderne. Un homme en quête de Salut qui cède pourtant à la tentation et s’adonne à des pratiques licencieuses, jugées diaboliques, telles que le jeu ou la danse.

L’exposition dresse aussi le portrait de ceux que l’on considérait autrefois comme des disciples du diable : les démons et les sorcières, mais aussi les saltimbanques, les escamoteurs et autres jongleurs.

Le commissariat scientifique est assuré par Gaylen Vankan (ULiège/Transitions) et Julien De Vos (conservateur au TreM.a).

Date : du 28 mai au 28 août 2022

Lieu : TreM.a (Musée provincial des arts anciens) – Rue de Fer 24, 5000 Namur

Tarifs

Tarif plein | 5€
Tarif réduit (étudiants, seniors, groupes) | 3€
Groupes scolaires en visite libre | 1€
<12 ans, art. 27, membres ICOM | Gratuit
Détenteurs du MuseumPassMusées | Gratuit

Informations

Exposition – Les hiéroglyphes avant Champollion

L’ Exposition – Les hiéroglyphes avant Champollion  se tiendra du 5 mars au 22 mai 2022 au Grand Curtius à Liège en accès libre. 

Cet évènement est organisé par les Musées de la Ville de Liège, le service d’égyptologie de l’Université de Liège et le Pôle Muséal et Culturel de l’Université de Liège, sur une initiative du Pr Jean Winand, Premier Vice-Recteur de l’Université de Liège. 

Informations

 

Publication – Raphaël et la gravure. De Rome aux anciens Pays-Bas et à Liège

 

Un ouvrage de Dominique ALLART (ULiège/Transitions) et Antonio GEREMICCA (ULiège/Transitions), publié à l’occasion de l’exposition « Autour de Raphaël. Estampes du Musée Wittert au Grand Curtius (Liège, du 16 octobre 2021 au 16 janvier 2022) » à Liège, par les Collections artistiques de l’Université de Liège, octobre 2021 (coll. « La collection d’Arts graphiques anciens du Musée Wittert »), 144 pages, ISBN : 978-2-93093-001-5.


Raphaël était déjà devenu une figure de légende quand la maladie l’emporta le 6 avril 1520, le jour de son 37e anniversaire. Suite à sa disparition inopinée, le mythe qu’il incarnait prit encore de l’ampleur, d’autant que ses œuvres continuèrent d’exercer leur pouvoir de séduction sur les artistes et les amateurs d’art, non seulement en Italie mais aussi au Nord des Alpes.

En effet, les créations de Raphaël faisaient parler d’elles bien au-delà des lieux où l’on pouvait les voir. Dans une large mesure, c’est l’estampe qui fut l’instrument de ce succès. Raphaël avait compris le bénéfice qu’il pouvait tirer des techniques d’impression de l’image qui avaient commencé à se répandre au siècle précédent. Il fut le premier peintre à orchestrer la diffusion de ses inventiones par le biais de la gravure. Ses disciples et collaborateurs contribuèrent grandement au rayonnement d’un style qu’ils savaient parfaitement imiter et dont l’estampe assura la dissémination. Irriguant ainsi les principaux centres européens de production artistique, le raphaélisme bouleversa les traditions figuratives. Il devint le catalyseur d’une véritable révolution visuelle.

Ce fut particulièrement vrai dans les anciens Pays-Bas où, en 1516 déjà, l’arrivée de modèles conçus par Raphaël pour des tapisseries commandées au grand licier bruxellois Pieter van Aelst avaient fait sensation. L’inspiration italianisante trouva bientôt dans la florissante industrie de l’estampe anversoise un contexte particulièrement favorable à sa propagation, qui se traduisit notamment par l’essor d’une production artistique constellée d’échos raphaélesques.

La Principauté de Liège ne fut pas en reste. Lambert Lombard compte parmi ceux qui concoururent le plus significativement à l’élaboration et au triomphe d’un nouveau langage figuratif profondément imprégné par la rhétorique de Raphaël et de ses émules.

Cet ouvrage est le premier d’une série consacrée à la collection d’arts graphiques anciens du Musée Wittert de l’Université de Liège.

Vers la sortie de presse sur le site de Transitions

Conférence – Christophe Plantin (ca. 1520-1589) et l’âge d’or de l’imprimerie dans les anciens Pays-Bas

Dans le cadre de l’exposition Christophe Plantin. Un homme de caractère(s) , la Bibliothèque Universitaire Moretus Plantin a le plaisir de vous inviter à la conférence Christophe Plantin (ca. 1520-1589) et l’âge d’or de l’imprimerie dans les anciens Pays-Bas donnée par Renaud Adam. 

Elle se tiendra le 2 décembre à 18h à la Bibliothèque Universitaire Moretus Plantin.

Né il y a plus de 500 ans, Christophe Plantin est sans conteste l’une des figures majeures de l’économie du livre de la Renaissance. D’origine française, il arrive à Anvers vers 1549 et se lance dans le métier de relieur avant de fonder sa célèbre officine en 1555 ; elle fermera ses portes en 1876 ! Entrepreneur infatigable et typographe de talent, il aura réussi à hisser son atelier parmi les plus importants d’Europe, faisant fonctionner une quinzaine de presses et employant près de 160 ouvriers au plus fort sa production. Près de 2.500 impressions portent sa célèbre marque Au compas d’Or. Parmi ses plus belles réussites figurent sans conteste la fameuse Bible polyglotte exécutée à la demande du roi d’Espagne Philippe II ou encore l’atlas d’Ortelius. La vie de Plantin ne fut pas pour autant des plus calmes : entre faillites, fuites, exils, soupçons d’hérésie, rançons… il n’eut de cesse de dépenser son énergie et ruiner sa santé pour faire prospérer son entreprise. La conférence du 2 décembre prochain sera l’occasion de revenir sur cette figure exceptionnelle et d’évoquer le métier d’imprimeur au XVIe siècle.

Historien du livre de la première Modernité, Renaud Adam travaille pour la maison de vente Arenberg Auctions (Bruxelles) et est collaborateur scientifique du service d’Histoire moderne de l’ULiège. Il a publié plusieurs livres et de nombreux articles sur l’économie du livre dans les anciens Pays-Bas (XVe-XVIIe siècle) ainsi que sur la censure, dont Le théâtre de la censure (XVIet XXIe siècles). De l’ère typographique à l’ère numérique (Académie royale de Belgique, 2020).

La conférence sera suivie d’un drink et d’une visite guidée de l’exposition.

Les places étant limitées, merci de vous inscrire à la conférence en envoyant un mail à l’adresse communication.bump@unamur.be, pour le 22 novembre au plus tard.

Adresse de la Bibliothèque Universitaire Moretus Plantin: Rue Grandgagnage 19, B-5000 Namur.

Exposition – Raphaël et la gravure. De Rome aux anciens Pays-Bas et à Liège

Exposition – Autour de Raphaël, Estampes du Musée Wittert au Grand Curtius, événement organisé par Dominique ALLART (ULiège/Transitions) et Antonio GEREMICCA (ULiège/Transitions), coordonné par Marie REMACLE (Ville de Liège) et Édith MICHA (Musée Wittert) en partenariat avec le Musée Curtius et l’Accademia Raffaello de Urbino.

Cette exposition se tiendra du 16 octobre 2021 au 15 janvier 2022 au Musée Curtius en accès libre. 

Informations

Exposition – Christophe Plantin. Un homme de caractère(s)

La bibliothèque Universitaire Moretus Plantin organise une exposition intitulée « Christophe Plantin. Un homme de caractère(s) », qui se tiendra du 20/09/2021 au 17/12/2021.

L’exposition commémore le 500e anniversaire de la naissance du grand imprimeur de la Renaissance Christophe Plantin (1520-1589). En plus de trente ans de carrière, ce Français établi à Anvers imprima quelque 2500 ouvrages portant sur tous les domaines du savoir : édition de textes classiques et religieux, médecine, botanique, mathématiques, astronomie, géographie…

L’exposition présente une cinquantaine de ces ouvrages, dont certains rarissimes, ainsi qu’une lettre autographe inédite de Plantin. Ces documents, éclairés par des citations de la correspondance plantinienne, retracent le parcours exceptionnel de cet homme d’affaires et de culture qui fonda son entreprise sur un impressionnant réseau d’artisans du livre, de savants et de personnalités politiques. Bien que plongé dans la tourmente des guerres de religion, Plantin mit sur pied une officine typographique qui fut en son temps la plus importante au monde et qui se maintint pendant des siècles

Accès gratuit


Horaire : du lundi au vendredi de 10h à 18h et le samedi de 10h à 16h, jours fériés exceptés

Commissaires de l’exposition : Pierre Assenmaker (pierre.assenmaker@unamur.be) et Valérie Leyh (valerie.leyh@unamur.be)

Possibilité de réserver une visite guidée : patrimoine.bump@unamur.be

Une version en ligne de l’exposition est aussi disponible ici: https://neptun.unamur.be/s/Plantin/page/introduction

Informations

EXPOSITION – Médaillons. Miniatures sur verre

Le Musée Art & Histoire organise une exposition semi-permanente « Médaillons. Miniatures sur verre ».

Les Musées royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles conservent une belle collection de vitraux, constituée de plus de 350 œuvres datant du XIIIe au XXe siècle. Celle-ci demeurait peu étudiée et méconnue du grand public. Grâce au projet de recherche interdisciplinaire « FENESTRA. 800 ans d’histoire du fenestrage », démarré en 2017, cet ensemble qui constitue une ressource importante pour l’étude du « verre plat » dans les anciens Pays-Bas, est maintenant analysé, conservé dans de bonnes conditions, valorisé et en partie exposé.

Dès le mois de juillet 2021, une sélection de médaillons issus de cette collection sera exposée au Musée Art & Histoire. Ces petits panneaux de verre incolore sont généralement circulaires, d’où le nom de « médaillon » ou « rondel ». Ils sont rehaussés d’un décor peint. Bien qu’ils soient actuellement méconnus, ceux-ci ont eu un grand succès dans toute l’Europe dès le XVe siècle. Leur petit format était idéal pour les insérer dans une vitrerie ou un vitrail. Les rondels exposés datent des XVIe et XVIIe siècles, période pendant laquelle les arts verriers des Pays-Bas et de la principauté de Liège étaient en plein essor.

L’exposition retrace, dans un premier temps, l’évolution technologique et artistique du verre peint. La seconde partie de l’exposition s’attache aux thèmes représentés sur les rondels. Ceux-ci sont souvent délicatement peints de scènes religieuses illustrant les saints patrons ou les scènes bibliques ou encore de représentations profanes répondant aux goûts nouveaux de la clientèle aisée qui se développe à l’époque. Les rondels forment parfois des séries, illustrant différents épisodes d’un même récit. Ils sont souvent inspirés de copies de tableaux de peintres réputés circulant sous forme de dessins. L’essor de la gravure et l’invention de l’imprimerie permirent, par la suite, aux peintres-verriers d’avoir accès à de nouveaux modèles.

Enfin, l’exposition aborde la question des centres de production. Si, au cours des XVIe et XVIIe siècles, la production de rondels devient une industrie florissante dans les Pays-Bas, leur attribution à l’un ou l’autre atelier, est souvent difficile. Pour distinguer le travail des peintres-verriers actifs à Anvers, Bruges, Gand, Malines, Bruxelles, Louvain, Liège et ailleurs, il faut se baser sur l’iconographie, la technique utilisée et le style, ou encore la provenance des pièces.Longtemps « oubliée », la collection des MRAH est une véritable référence dans le domaine du vitrail en Belgique.

Les œuvres sont désormais consultables dans le catalogue en ligne du musée (Carmentis projet Fenestra). La collection de rondels fera également l’objet d’un prochain volume du Corpus Vitrearum qui enregistre tous les vitraux historiques en Europe et dans les musées américains et canadiens. Elle sera aussi étudiée par Mathilde Patin dans sa thèse de doctorat consacrée au jaune d’argent entre le XVe et le XVIIe siècle.

Le projet FENESTRA coordonné par le département de physique appliquée et de photonique de la Vrije Universiteit Brussel (VUB), réunit les Musées royaux d’Art et d’Histoire, l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA), avec la collaboration du University College London (UCL) et l’Institut de Recherche sur les Archéomatériaux (IRAMAT) d’Orléans (centre Ernest Babelon).

L’exposition est comprise dans le prix d’entrée au Musée Art & Histoire.

Informations

Exposition – Op reis met Plantijn. Onderweg in de 16de eeuw

Le Musée Plantin-Moretus organise une exposition intitulée “Op reis met Plantijn. Onderweg in de 16de eeuw”, qui se tiendra du 24/03/2021 au 01/08/2021.

Reizen naar het buitenland is momenteel niet vanzelfsprekend, maar essentiële reiziger Christoffel Plantijn neemt je graag mee in zijn kielzog.

Plantijn reisde veel, maar zelden voor zijn plezier. Zijn koffer stond altijd klaar voor weer een reis in het belang van zijn bedrijf. Trek mee op zakenreis naar Leiden, Parijs en Frankfurt.

Hoe reisden mensen in een tijd zonder autowegen, gps, smartphone of tripadvisor? In een tijd waarin verloren lopen de regel was, struikrovers klaarzaten om je te overvallen en het meest betrouwbare vervoermiddel je eigen voeten waren?

Fotograaf Cédric Raskin reisde 500 jaar later Plantijn achterna. Niet te paard maar met de vervoersmiddelen van nu en met in zijn koffer de vraag: “Kunnen we het verleden nog achterna?”

Informations et tickets