Archives de catégorie : Expositions

Dans cette catégorie sont reprises toutes les expositions scientifiques sur la période moderne.

Exposition – En quête de justice

À l’occasion du festival OP.RECHT.MECHELEN, Museum Hof van Busleyden accueille l’exposition En quête de justice. L’art et le droit dans les Pays-Bas bourguignons, l’évènement d’ouverture du musée et de clôture du festival.

Titre : En quête de justice

Lieu : Museum Hof van Busleyden – Sint Janstraat 2a, Malines

Date : du 23.03.2018 au 24.06.2018

Plus d’information ici.

 

Exposition et Conférences – « Empreintes » et « Livre et Liège »

Exposition et cycle de conférences organisés par l’Université de Liège, en partenariat avec la Cité Miroir.

Exposition: « Empreintes. »

Dates: 21 avril – 20 juillet 2018

Lieu: Liège, Cité Miroir, Place Xavier Neujean

Argument:

Cette exposition, organisée en partenariat avec la Cité Miroir et mettant en valeur les collections des Bibliothèques de l’Université de Liège, revient sur le rôle de l’écrit dans notre société et dans l’Histoire. Si l’écrit a permis à l’homme de transmettre son savoir au fil des siècles, c’est aussi un acteur de l’histoire.

Les savoirs se construisent avec le temps, se modifient, se contredisent, s’appuient. Ils sont constitués de faits, mais aussi d’idées, d’opinions, de pensées. Ils sont le fruit de la réflexion ou des recherches d’un ou plusieurs homme(s), ou de femme(s), à une époque donnée. Etant humains par nature, ils ont été conçus dans un contexte donné et avec un objectif particulier. L’écrit, au fil des siècles, se veut le reflet de cette multiplicité, de ces évolutions.

Nos Bibliothèques ne sont pas qu’une vitrine des connaissances accumulées avec le temps, au travers d’œuvres précieusement conservées. A travers chaque écrit, elles ont capturé un fragment, une trace de chacune de ces circonstances uniques, particulières, où l’Homme a changé le cours de son histoire.

Dans un parcours vous emmenant à la découverte de pièces uniques des collections des Bibliothèques de l’ULiège, l’exposition aborde huit enjeux de l’écrit dans l’Histoire : quels sont ces savoirs qui ont franchi les siècles ? Comment l’Homme a-t-il conservé la mémoire de sa propre histoire ? Comment l’écrit a-t-il permis aux autorités de légitimer leur(s) pouvoir(s) ? Comment a-t-il aussi permis aux voix contradictoires de se faire entendre, de résister ? Comment la science s’est-elle construite par le biais de l’écrit ? Comment l’homme a-t-il mis par écrit son état de la connaissance du monde, au fil de ses explorations ? Quels apports mutuels entre l’Art et l’écrit ? Croyances, religions : quelles autres formes de savoirs ont ainsi été véhiculées par l’écrit ?

Cycle de conférences: « Livres et Liège »

Lieu: Liège, Cité Miroir, Place Xavier Neujean

Dates et programme:

Argument:

Cette exposition s’accompagne d’un cycle de conférences, intitulé « Livres & Liège ». Mis sur pied, à la Cité Miroir, en partenariat avec l’Unité de recherches sur le Moyen Âge et la première Modernité Transitions et avec la participation de membres de l’Unité de recherches Traverses, il ambitionne de revisiter l’histoire de Liège au travers de quatre grandes révolutions médiatiques : l’ère du manuscrit, l’apparition de l’imprimerie, l’avènement de la presse locale et l’édition contemporaine à l’heure du numérique.

Toutes les conférences ont lieu à 20h à la Cité Miroir, Place Xavier Neujean, 4000 Liège. Le prix d’entré est fixé à 5 €.

Exposition – Haute Lecture de Colard Mansion. Renouveau du texte et de l’image dans la Bruges médiévale

Titre : Haute Lecture de Colard Mansion. Renouveau du texte et de l’image dans la Bruges médiévale

Dates :  1er mars – 3 juin 2018

Lieu : Groeningemuseum, Bruges

Présentation :

Cette exposition vous plonge droit au coeur du Bruges du XVe siècle, la ville de Charles le Téméraire et de Hans Memling. À cette époque, Bruges, ville cosmopolite et dynamique, est célèbre pour sa production de livres. Les livres de luxe occupent une place centrale dans le commerce international et la culture bourguignonne.

Personnage incontournable de cet univers de livres : Colard Mansion, éditeur de livres de luxe. À l’origine homme de beaux manuscrits, il s’empare rapidement du tout nouveau média que constitue le livre imprimé. Mansion imprime les incunables les plus prestigieux de son époque, caractérisés par une typographie inédite et des illustrations particulières. Il imprime principalement des textes français qui n’avaient jamais été édités auparavant.

L’exposition fait la part belle à la beauté inégalée de l’œuvre imprimée de Mansion. Des exemplaires provenant de bibliothèques des quatre coins du monde côtoient les incunables de la Bibliothèque municipale de Bruges et de la Bibliothèque nationale de France. Jamais autant d’incunables de Mansion n’avaient été rassemblés au sein d’une même exposition.

L’œuvre de Colard Mansion marie tradition et innovation et se compose non seulement d’impressions, de manuscrits et de miniatures, mais aussi d’estampes. Pendant la visite de l’exposition, le visiteur se familiarisera avec les pratiques de l’atelier de Colard Mansion ainsi que celles des copistes, estampiers et autres artistes.

L’exposition jette un regardé clairant sur l’œuvre magistrale de Mansion. Mais l’homme derrière cette production artistique inégalée se montre plutôt réticent à livrer ses secrets. Nous ne disposons que de très peu d’éléments sur sa collaboration avec le premier imprimeur anglais, William Caxton. Et qu’advint-il de lui en 1484 ? Ici encore, le mystère reste entier. Il disparaîtra aussi soudainement qu’il est arrivé à Bruges. Personne ne sait d’où il venait ni où il a disparu. Ses livres permettront-ils d’élucider cette énigme?

L’exposition ‘Haute Lecture by Colard Mansion’ vous invite au voyage dans une ville du monde pleine d’effervescence, où se fabriquent de nouveaux livres pour un nouveau monde. Immergez-vous, le temps d’un après-midi, dans le Bruges du XVe siècle et repartez avec un trésor d’histoires.

Exposition – Spanish Still Life

Titre: Spanish Still Life. Velazquez, Goya, Picasso, Miro,…

Dates: 23 février – 27 mai 2018

Lieu: Bruxelles, Bozar/Palais des Beaux-Arts

Présentation:

Les natures mortes dans la peinture : un exercice d’imitation pour peintres manquant d’ambition ? Plus depuis que les artistes avant-gardistes se sont intéressés au genre pour introduire des changements radicaux dans le domaine de la peinture. Cette rétrospective dresse, pour la première fois, le portrait de quatre siècles de natures mortes et vous propose de découvrir les plus belles pièces : des premiers bodegónes du XVIIe siècle aux expérimentations formelles de Picasso, Dalí, Miró ou autres oeuvres plus récentes d’artistes espagnols en passant par les interprétations personnelles de Velázquez et de Goya.

Exposition – Une réforme, un livre : Luther et la bible palatine

Une réforme, un livre : Luther et la bible palatine

Lieu: Liège, Grand Curtius (Feronstrée 136)
Date de l’événement: Du 02/02/2017 au 30/04/2017

Commissariat scientifique assuré par Annick Delfosse (Transitions) et Cécile Oger (Réseau des Bibliothèques – Transitions)

Cette exposition a pour point de départ un très bel exemplaire de l’édition francfortoise de la traduction de la Bible par Luther (1561), connue sous le nom de Bible palatine, dont l’illustration a été confiée au graveur allemand Virgil Solis. Cet exemplaire sert de point de départ au développement de plusieurs thématiques en lien avec la réforme (les révision et traduction des textes bibliques, l’utilisation intensive par Martin Luther et de son entourage de l’imprimerie et de la gravure, le rapport complexe de Martin Luther à l’image et son recours à une production satyrique de plus en plus féroce, la production du graveur allemand Virgil Solis…). 

Source de l’info: Transitions

Exposition – Au prix de mes veilles. Le Nouveau Testament d’Érasme

Exposition

Titre : Au prix de mes veilles. Le Nouveau Testament d’Érasme

Lieu : Bruxelles, Maison d’Érasme

Date de l’événement : 07/12/2016 – 09/04/2017

« Au prix de veilles à peine croyables » : en ces quelques mots, Érasme évoque le travail colossal qu’il a fourni pour rafraîchir, rééditer et retraduire le texte du Nouveau Testament. Son édition critique en grec – et nouvelle traduction latine –, parue en 1516, constitue à ses yeux son œuvre la plus importante. Il fallait en effet de l’audace pour concurrencer le texte millénaire de la Vulgate. Il fallait même de la bravoure pour y joindre une série de notes critiques sur les cérémonies religieuses, la vie monastique, le culte des reliques, le mariage et autres institutions d’une société en mouvement.

Source de l’info : Erasmus House

 

Exposition numérique – Lectures italiennes de la première Modernité dans les collections de l’Université de Liège

Lectures italiennes de la première Modernité dans les collections de l’Université de Liège
Lorsque l’on évoque la littérature italienne de la Renaissance, les noms de ces figures incontournables que sont Dante, Pétrarque, l’Arioste, Baldassarre Castiglione, Machiavel ou encore le Tasse viennent immédiatement à l’esprit. Ces auteurs ont joui d’un grand prestige à leur époque et ont exercé une influence durable sur les lettres européennes. Les collections de la bibliothèque de l’Université de Liège font d’ailleurs écho du prestige de ces écrivains par l’accueil qui leur fut réservé au sein de ses rayonnages.

Cette exposition virtuelle a été réalisée par les étudiants de Master 1 et 2 en Histoire et Histoire de l’Art (HAA) de l’Université de Liège, dans le cadre du cours d’Histoire du livre à la Renaissance donné par Renaud Adam (F.R.S.-FNRS / Transitions). Elle s’inscrit dans un programme de recherches dédié à la diffusion de la littérature italienne à la première Modernité dans l’espace francophone (France, Suisse romane et Belgique) intitulé « L’édition italienne dans l’espace francophone à la première modernité » (EDITEF, Projet ANR-13-BSH3-0010-01), dirigé par Chiara Lastraioli (CESR – Tours) (http://editef.hypotheses.org).

Exposition – Héros d’argile et de papier

Héros d’argile et de papier

Dates : 21/05/2016 – 20/11/2016
Lieu : Musée Royal de Mariemont

En 2016, le Musée royal de Mariemont consacre plusieurs expositions au thème des mythologies. L’occasion idéale de présenter, en partenariat avec la Fondation Roi Baudouin, une sélection d’une soixantaine de pièces tirées de la collection Van Herck. En 1996-97, la Fondation Roi Baudouin a fait l’acquisition d’un riche ensemble de plus de 800 œuvres, patiemment constitué pendant près d’un demi-siècle par Charles Van Herck (1884-1955), issu d’une importante famille d’antiquaires anversois.

Hercule, Apollon, Vénus et Cupidon, Mars, Bacchus et ses bacchantes, Romulus et Rémus et bien d’autres héros, dieux et déesses du panthéon gréco-romain se déclinent dans des dessins, des essais et des modèles en terre cuite. Il s’agit d’œuvres préparatoires à des sculptures de commande destinées en grande partie à décorer des églises et des bâtiments religieux. S’étendant du XVIIe au XIXe siècle, l’ensemble présente un somptueux panorama de la période baroque et classique dans les anciens Pays-Bas méridionaux et sur le territoire de l’actuelle Belgique. Il apporte aussi un témoignage sur les processus de création en deux et trois dimensions et sur le goût pour l’antiquité qui prévalait à cette époque.

Les figures gréco-romaines se complètent dans l’exposition de scènes de l’iconographie chrétienne, avec notamment une crucifixion de saint Pierre.

L’exposition Héros d’argile et de papier est présentée jusqu’au 20 novembre 2016 dans la Salle Carrée du Musée royal de Mariemont, en même temps que deux autres expositions dédiées à la mythologie égyptienne. Elle fait également l’objet d’une publication éditée par le Fonds du Patrimoine de la Fondation Roi Baudouin.

Source : Fondation Roi Baudouin

Exposition – L’Art de guérir à la Renaissance

L’Art de guérir à la Renaissance

Dates : 01/06/2016 à 30/11/2016
Lieu : Musée de la Médecine

Du 1er juin au 30 novembre 2016, le Musée de la Médecine accueille une exposition sur L’Art de guérir à la Renaissance. Conçue dans le cadre du Carolus Festival, cette exposition retourne aux sources de la médecine du XVIe siècle et présente, au travers de plus de 80 objets et œuvres d’art, les changements idéologiques et méthodologiques qui incarnent les prémices de la médecine scientifique.

Partant des diverses sources antiques, médiévales et arabes qui ont nourri l’Art de guérir à la Renaissance, cette exposition invite à découvrir la richesse de la médecine au temps de Charles Quint. Les changements socio-politiques, géographiques et scientifiques qui se produisent en cette fin de Moyen Âge drainent avec eux une nouvelle mentalité, davantage tournée sur l’homme et le monde qui l’entoure. Plusieurs médecins et chirurgiens affirment une prise de distance vis-à-vis de l’enseignement scolastique des universités médiévales et par leur volonté de réviser les connaissances en se basant sur l’observation de la Nature. Vésale, le très célèbre médecin de Charles Quint, dissèque d’une main précise et d’un œil acéré les différentes couches du corps humain. Ambroise Paré, guidé par un geste chirurgical infaillible, incarne l’évolution de la chirurgie et plus particulièrement celle pratiquée sur les multiples champs de bataille des Guerres de religion. L’exceptionnel alchimiste et médecin Paracelse développe les bases de la chimie tandis que les premiers véritables pharmaciens classifient les plantes et quantifient de plus en plus précisément les substances médicinales à utiliser pour les remèdes. L’Art de guérir à la Renaissance revêt ainsi des formes variées, parfois contradictoires mais toujours fascinantes.

Infos pratiques :

Langue : français
Horaire : Du lundi au vendredi : 13h – 16h
Lieu : Salle Nobel (2e étage)
Musée de la Médecine
808 Route de Lennik
1070 – Bruxelles

Source : Musée de la Médecine

 

Exposition – La cartographie ou le miroir du monde. Mercator et Ortelius, deux géographes flamands

La cartographie ou le miroir du monde – Mercator et Ortelius, deux géographes flamands

Lieu : Musée de Flandre
Dates : 12 mars 2016 – 12 juin 2016

Argumentaire :

Gérard Mercator et Abraham Ortelius sont considérés comme les fondateurs de la géographie moderne. Tous deux originaires de Flandre, ils se rencontrent en 1554 et bien vite une amitié voit le jour. Leur travail va révolutionner la cartographie. À Mercator, on doit en 1569 la célèbre carte du monde : sur 21 feuilles gravées, la surface terrestre prend la forme d’un cylindre déroulé, ponctué de méridiens et de parallèles. Un an plus tard, Abraham Ortelius publie la première édition de son atlas, le Theatrum orbis terrarum, qui fera sa renommée, puisqu’il est considéré comme le premier atlas imprimé dans le sens moderne du mot. Jusqu’à présent, les cartes du monde n’avaient jamais été réunies dans un seul ouvrage. Au travers des découvertes de ces cartographes de génie, illustrées par une sélection d’ouvrages de références, de cartes anciennes, d’instruments de mesure, mais aussi de tableaux, l’exposition propose une immersion dans le XVIe siècle, période d’humanisme et d’ouverture à la connaissance.

La cartographie ou le miroir du monde bénéficie du concours exceptionnel de la Bibliothèque nationale de France.

POUR LES VISITEURS INDIVIDUELS : Visites guidées tous les week-end et tous les jours pendant les vacances scolaires. Voir l’agenda.

POUR LES GROUPES : Visite guidée (1h-1h30-2h) du mardi au dimanche sur réservation au +33 (0)3 59 73 45 59 / reservations.museedeflandre@lenord.fr

POUR LE PUBLIC SCOLAIRE (de la maternelle au lycée) : Visites guidées et atelier (2h) sur réservation au +33 (0)3 59 73 45 59 / reservations.museedeflandre@lenord.fr

Source : Musée de Flandre