Archives de catégorie : Publications

Dans cette section vous retrouverez toutes les annonces relatives à des publications scientifiques concernant la période moderne.

Publication – The Bruegel Success Story

 

C. Currie (ed.), The Bruegel Success Story. Papers Presented at Symposium XXI for the Study of Underdrawing and Technology in Painting, Brussels, 12-14 September 2018 (Underdrawing and Technology in Painting. Symposia, 21), Peeters Publishers Leuven, 2021 (550 p.)

ISBN 9789042943322

The Bruegel Success Story. This small phrase evokes the brand invented by the great Pieter Bruegel the Elder (c. 1526/7–69), which was capitalised on by his two sons and many followers. It was the natural theme for a symposium that brought together art historians, scientists and connoisseurs to celebrate the art of Pieter Bruegel and his indelible influence on the generations that followed.
The idea for The Bruegel Success Story Colloquium took root at the Royal Institute for Cultural Heritage in Brussels, where Bruegel’s most enigmatic painting, the Dulle Griet, was being restored in preparation for the great Bruegel exhibition at the Kunsthistorisches Museum in Vienna in 2018-19.
The papers presented at the symposium that now appear as beautifully illustrated essays in this book are the fruit of research by both renowned experts and relative newcomers, all of whom have been profoundly touched by the art of Pieter Bruegel and his progeny.

Informations

Publication – Théories sémiotiques à l’âge classique. Translatio signorum.

Hélène Leblanc, Théories sémiotiques à l’âge classique. Translatio signorum, Paris, Vrin (Bibliothèque d’Histoire de la Philosophie), 2021.

312 pages – 13,5 × 21,5 × 1,6 cm
ISBN 978-2-7116-2947-3 – février 2021

La scolastique tardive, au début du XVIIe siècle, est le théâtre d’un débat sur la définition du signe, qui se traduit par la division entre signum formale et signum instrumentale. Le premier est l’écho de la tendance médiévale à comprendre les concepts comme des signes. Le second correspond à une définition qui remonte à Augustin, selon laquelle le signe est une chose sensible qui doit être connue pour porter à la connaissance de quelque chose d’autre. Se démarquant de la voie qui avait fait de la seule Logique de Port-Royal le paradigme de la pensée sémiotique de l’Âge classique, cet ouvrage montre, à partir de ce débat scolastique, que le XVIIe siècle se caractérise globalement par une translatio, visible notamment chez Bayle, Gassendi et Hobbes, d’un modèle linguistico-psychologique à une sémiotique emblématique d’une mutation de la logique désormais ordonnée vers l’épistémologie.

Informations

Publication – Alimentation et maladie. Consultations à Padoue à l’aube des temps modernes

Daniel Droixhe (ULB-ULiège) a publié un ouvrage intitulé «Alimentation et maladie. Consultations à Padoue à l’aube des Temps modernes» dans la collection L’Académie en Poche + 152 p. 

L’ouvrage considère les rapports qu’entretiennent divers aliments et différentes maladies (AVC, épilepsie, hydropisie, hypocondrie, démence, etc.) dans les prescriptions publiées par des médecins de Padoue à la Renaissance. On prend en compte et on lie aux qualités des aliments tels qu’ils ont été définis par Galien les recommandations concernant le bœuf, le porc, le lièvre, la volaille, les oies et canards, les céréales, les légumes et herbes potagères, les produits laitiers, les œufs et le vin.

Daniel Droixhe a enseigné l’histoire de la langue française, la littérature wallonne et picarde à l’Université Libre de Bruxelles et à l’Université de Liège Il a créé la Société wallonne d’étude du XVIIIe siècle. Sa bibliographie compte environ 200 publications.

Informations

Conférence – Le dernier théologien ? Théophile Raynaud (v. 1583-1663), histoire d’une obsolescence

TH n°127 LE DERNIER THÉOLOGIEN ? Théophile Raynaud : Histoire d'une  obsolescence, Editions BEAUCHESNE

 

Jean-Pascal Gay (UCLouvain) animera le 31 mars entre 14h30 et 16h30 une rencontre sur Zoom autour de son livre Le dernier théologien ? Théophile Raynaud (v. 1583-1663), histoire d’une obsolescence (Paris : Beauchesne, 2018).

Après une présentation du livre par Agnès Guiderdoni, Silvia Mostaccio (UCLouvain) et Anne Régent (Paris 3) exposeront de quelle manière cette étude fait écho à leurs propres recherches.

Le formulaire d’inscription est accessible via ce lien.

 

Publication – Les saints anciens au temps de la Réforme catholique (Europe occidentale, XVIe-XVIIIe siècles). Déclin ou renouveau ?

Philippe Desmette (USL-B) et François De Vriendt (Société des Bollandistes) ont publié un ouvrage collectif intitulé « Les saints anciens au temps de la Réforme catholique (Europe occidentale, XVIe-XVIIIe siècles). Déclin ou renouveau ? » dans la collection Subsidia Hagiographica (vol. 98) de la Société des Bollandistes, XII + 284 p. 

Si tous les saints ont acquis valeur de témoins de la foi aux yeux des fidèles catholiques, leurs actes, leurs exemples et leurs messages ont été reçus de manière très diverse selon les époques. Les quatorze contributions de cet ouvrage envisagent l’évolution de la popularité des «vieux» saints médiévaux – premiers évêques, martyrs locaux, fondateurs et fondatrices d’abbayes, vierges inspirées, missionnaires antérieurs à l’an mil – à l’époque de la Réforme catholique, du XVI au XVIII siècle. Ces témoins des premiers siècles touchent-ils encore les cœurs et les âmes des fidèles, parfois plus d’un millénaire après leur disparition? Leurs miracles, leurs sanctuaires, leurs reliques suscitent-ils toujours l’adhésion? Leur ancienneté est-elle gage d’autorité ou désavantage par rapport aux saints modernes et à leurs valeurs ? Les réponses surgiront au détour de nombreux cas de figure choisis en France, dans les Pays-Bas habsbourgeois et le Saint-Empire. Celles-ci éclairent des domaines aussi variés que l’histoire intellectuelle et littéraire, les identités locales, les conceptions religieuses et les supports médiatiques offerts par l’imprimé, la gravure ou la peinture. À travers cette problématique, s’observe le dialogue entre deux âges d’or du catholicisme: celui des origines, à la geste souvent légendaire, et celui de la reconquête des esprits entreprise par l’Église, marqué par une efflorescence des arts et des rites, une volonté d’uniformisation de la liturgie et un essor de l’érudition.

Informations

Publication – Lepanto and Beyond. Images of Religious Alterity from Genoa and the Christian Mediterranean

L. Stagno, B. F. Llopis (eds), Lepanto and Beyond. Images of Religious Alterity from Genoa and the Christian Mediterranean, Leuven University Press, 2021 (325 p.)

ISBN 9789462702646

The Battle of Lepanto, celebrated as the greatest triumph of Christianity over its Ottoman enemy, was soon transformed into a powerful myth through a vast media campaign. The varied storytelling and the many visual representations that contributed to shape the perception of the battle in Christian Europe are the focus of this book. In broader terms, Lepanto and Beyond also sheds light on the construction of religious alterity in the early modern Mediterranean. It presents cross-disciplinary case studies  that explore the figure of the Muslim captive in historical documentation, artistic depictions, and literature. With a focus on the Republic of Genoa, the authors also aim to balance the historical scale and restore the important role of the Genoese in the general scholarly discussion of Lepanto and its images.

Informations

Publication – Flesh, Gold and Wood. The Saint-Denis altarpiece in Liège and the question of partial paint practices in the 16th Century. Proceedings of the Conference Held at the Royal Institute for Cultural Heritage in Brussels, 22-24 October 2015

E. Mercier, R. De Boodt, P.-Y. Kairis (eds.), Flesh, Gold and Wood. The Saint-Denis altarpiece in Liège and the question of partial paint practices in the 16th Century. Proceedings of the Conference Held at the Royal Institute for Cultural Heritage in Brussels, 22-24 October 2015, Institut royal du Patrimoine artistique, Scientia Artis 18, 2020 (483 pages)

ISBN 978-2-930054-40-7

Prix : 60 €

Le livre est en vente à l’accueil de l’IRPA et sur le site de Brepols.

L’imposant retable de l’église Saint-Denis à Liège constitue l’un des plus prestigieux mais aussi l’un des plus énigmatiques témoins de la riche production de retables brabançons à la fin du Moyen Âge. L’étude interdisciplinaire menée à l’occasion de sa restauration à l’Institut royal du Patrimoine artistique entre 2012 et 2014 a permis de résoudre certaines des questions et de proposer de nouvelles hypothèses vivifiantes. Son attribution à l’illustre atelier bruxellois des Borman a été affinée ainsi que sa datation au début des années 1530, au moment où les motifs de la Renaissance italienne commencent à envahir l’art des bords de la Meuse en parallèle avec un style gothique toujours bien ancré. Une large place a été accordée dans ce volume au caractère exceptionnel de la polychromie partielle du retable mis en exergue par l’étude conduite à l’IRPA et nourrie par de nombreuses réflexions comparatives. La restauration à l’IRPA, entre 2016 et 2019, d’une partie des panneaux peints qui ornaient les volets du retable a aussi permis une salutaire reconsidération de la participation du grand peintre liégeois Lambert Lombard et de l’un ou l’autre atelier local. Les études foisonnantes et diversifiées de spécialistes belges et étrangers rassemblées dans cet ouvrage présentent, à partir d’une œuvre étonnante, un pan important de l’activité artistique liégeoise revitalisée par le prince-évêque Érard de La Marck.

Table des matières

 

Publication – Connecteurs divins. Objets de dévotion dans l’Europe moderne (XVIe-XVIIe siècles)

F. Cousinié, J. Blanc, D. Solfaroli Camillocci, Connecteurs divins. Objets de dévotion dans l’Europe moderne (XVIe-XVIIe siècle), Paris, éd. 1 : 1., coll. ars, 2020, 304 pages (isbn : 979-10-97193-02-7).

L’histoire de l’art a depuis longtemps intégré l’importance du spectateur et du contexte à la fois perceptif, cognitif et prag-matique qui, dans un temps et un espace déterminés, organise son rapport spécifique à une œuvre. Certains éléments restent cependant sous-évalués sinon ignorés : ce sont les objets, « ap-pareils » et autres « prothèses » perceptives ou relationnelles qui, dans bien des cas, contribuent de façon décisive à l’appro-priation et à l’usage effectif des représentations. Si cet ensemble d’objets a pris une place déterminante à l’époque contempo-raine et a été reconnu par les historiens des médias, leur impor-tance n’est pas moins grande dans le passé, notamment dans le champ des représentations religieuses. Loin en effet d’un face à face que l’on imaginerait immédiat et exclusif entre les dévots chrétiens et les objets de leurs dévotions (représentations ico-niques, reliques, saint sacrement, etc.), nombre de pratiques spirituelles de l’époque moderne impliquent toute une série d’images de différents statuts qui sont articulées les unes aux autres (images mentales, gravures, peintures, sculptures), et un ensemble d’objets ou d’ « objets-images » (où l’inscription écrite a aussi parfois sa place) associés : chapelets, croix et cru-cifix, médailles, enseignes de pèlerinage, broches, bagues, pen-dants et camées avec motifs religieux, amulettes ou pendentifs reliquaires, agnus dei, scapulaires, manuels et ouvrages de dé-votion, mais aussi ex-voto, paperoles, reliques « domestiques » et autres supports et instruments mémoriels.

Informations complémentaires sur le site de l’éditeur

 

Publication – Christophe Plantin’s Correspondence

Dirk Imhof, Christophe Plantin’s Correspondence. Perspectives on Life and Work as a Publisher in 16th Century Europe, Ghent, Uitgeverij Academia Press, 2020. 252 pages

À l’occasion du 500ème anniversaire de l’éditeur humaniste Christophe Plantin, Dirk Imhof, conservateur au musée Plantin-Moretus d’Anvers, offre une nouvelle édition de sa correspondance.

In the sixteenth century, Antwerp was an important humanist center. It was the ideal environment for printer, publisher and book seller Christophe Plantin. Through his letters he kept in touch with a variety of correspondents: members of the Spanish court, book dealers, authors such as the scholar Justus Lipsius, the mapmaker Abraham Ortelius and the botanist Carolus Clusius, as well as his own daughters.

This book offers a selection of the letters that most capture the imagination and reveal the publisher annex businessman in full action: while recruiting authors, starting up a Bible edition, solving staff problems and much more. The collection of letters thus offers more insight into Plantin’s personal life as well as into the sixteenth-century zeitgeist, exploring themes that are still relevant today, such as international trade, war, censorship, reputation, father-daughter relationships…

Informations complémentaires sur le site de l’éditeur

Publication – Les Lettres médiévales à l’aube de l’ère typographique

R. Adam, J. Devaux, N. Henrard, M. Marchal, A. Velissariou (dir.), Les Lettres médiévales à l’aube de l’ère typographique, Paris, Classiques Garnier, 2020, coll. Rencontres, 451, série Civilisation médiévale, n° 38.

 

Résumé

Cet ouvrage vise à éclairer les mécanismes qui permirent aux lettres françaises de vivre la transition du Moyen Âge à la première Modernité. Il envisage tour à tour les conditions du glissement de ces textes vers l’imprimé et l’apport des imprimés anciens quant à l’élaboration des éditions modernes.

Table des matières
  1. LE PASSAGE DU MANUSCRIT À L’IMPRIMÉ
  • Paola Cifarelli, « Antoine Vérard, éditeur des Faits d’armes et de chevalerie de Christine de Pizan »
  • Paola Cifarelli, « Les Quinze Joies de Mariage, des manuscrits aux incunables »
  • Catherine Gaullier-Bougassas, « Des manuscrits aux imprimés du Roman de Philippe de Madien et du Roman de Florimont. Deux stratégies éditoriales »
  • Elisabetta Barale, « Le passage à l’imprimé des œuvres de Jean Miélot »
  • Danielle Quéruel, « Les Passages d’outremer de Sébastien Mamerot. Des manuscrits aux imprimés »
  1. LES LETTRES MÉDIÉVALES À L’AUBE DE L’ÈRE TYPOGRAPHIQUE. LA RÉCEPTION DES TEXTES MEDIÉVAUX PAR LES PREMIERS IMPRIMÉS
  • Maria Colombo Timelli, « Mises en prose et éditeurs « périphériques ». Quels titres pour quels lecteurs? »
  • Renaud Adam, « La réception imprimée de la littérature médiévale dans le comté de Hainaut (xve-xvie siècle) »
  • Muriel Ott, « La prose d’Ogier le Danois. Des trois premiers imprimés à deux éditions ultérieures »
  • Jonathan Dumont, « Au creuset des transitions littéraires et politiques. La tryumphante et solemnelle entree de Rémi Dupuis »
  • Christine Ferlampin-Acher, « L’édition de 1528 de Perceforest. « O magnifiques seigneurs […]. lisez et perlisez les chevaleureux gestes […] »
  • Marie-Madeleine Castellani, « Florimont dans l’imprimé lyonnais d’Olivier Arnoullet (1529) »
  • Sophie Lecomte, « Histoire éditoriale et réception de la mise en prose de Guy de Warwick au xvie siècle. Le cas de l’édition Bonfons »
  1. IMPRIMÉS ET TRADITION TEXTUELLE
  • Maria Colombo Timelli, « Les éditions d’Antoine Vérard, des témoins (pas) comme les autres? »
  • Adeline Desbois-Ientile et Anne Schoysman, « Éditer les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye de Jean Lemaire de Belges »
  • Laura-Maï Dourdy, « Variance dans la tradition imprimée. Étude de la stratégie éditoriale de deux imprimeurs-libraires, Michel Le Noir et Nicolas Chrestien »
  • Barbara Ferrari, « Le rôle des imprimés dans l’édition d’une mise en prose manuscrite. La belle Hélène de Constantinople »
  • Matthieu Marchal, « Réflexions sur le remaniement d’une chanson de geste connu uniquement par des imprimés. Le cas de Florent et Lyon, mise en prose d’Othevien »

Informations supplémentaires sur le site de l’éditeur.

Publication – Le théâtre de la censure (16e et 21e siècles). De l’ère typographique à l’ère numérique

Adam Renaud, Le théâtre de la censure (XVIe et XXIe siècles). De l’ère typographique à l’ère numérique, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2020

Résumé

Cet essai porte sur la censure des livres et, plus spécifiquement, sur sa mise en scène. Il ambitionne d’apporter des éléments de compréhension à un phénomène résolument contemporain par une mise en perspective avec la situation du XVIe siècle. Loin de verser dans un comparatisme historique simpliste, la volonté est de proposer des pistes de réflexions sur la problématique de la censure au début de l’ère numérique à l’aune d’une grille de lecture élaborée pour le XVIe siècle, qui connut l’un des plus grands épisodes « biblioclastes » de l’histoire européenne.

Historien du livre de la première Modernité, Renaud Adam travaille pour la maison de vente Arenberg Auctions (Bruxelles). Ses travaux portent principalement sur l’économie du livre dans les anciens Pays-Bas (XVe-XVIIe siècle), avec une attention particulière aux questions d’ordre socioéconomique, aux transferts culturels et à la réception de la culture italienne. Il a abordé ces thématiques dans plusieurs livres, dont Vivre et imprimer dans les Pays-Bas méridionaux (des origines à la Réforme) (2018).

L’ouvrage peut être commandé sous différents formats directement à partir du site de l’Académie Royale.

Renaud Adam a présenté les lignes de faîte de cet ouvrage dans un cours-conférence du Collège Belgique que vous pouvez réécouter ici.

PUBLICATION – Bâtir pour Dieu : l’œuvre des religieux et religieuses architectes (XVIIe-XVIIIe siècles)

Ouvrage publié sous la direction de Julie Piront et Adriana Sénard-Kiernan
 
Parution : 21/01/2020 
 

À partir de la seconde moitié du XVIe siècle, les ordres religieux, créations nouvelles ou réformes d’ordres anciens, se multiplient dans les villes de l’Europe catholique où ils bâtissent églises, collèges et monastères. Si l’apport des architectes laïcs à ces entreprises est bien connu, celui des religieux, et plus encore des religieuses, est resté au second plan de la production architecturale. Pourtant, ces hommes et ces femmes ont été les chevilles ouvrières de ces chantiers, concevant des projets, des plans ou des croquis d’architecture, surveillant les travaux et expertisant les édifices. Mettant leurs connaissances et leurs compétences au service de leur ordre – et parfois d’autres – ils et elles ont pleinement pris part à l’intense activité constructive qui caractérise les XVIIe et XVIIIe siècles.

Afin de réhabiliter les œuvres de ces hommes et de ces femmes, une journée d’étude s’est tenue en avril 2017 à l’Université de Lyon 3 dans le cadre de l’atelier « Nouvelles recherches sur le catholicisme moderne » du LARHRA. Richement illustrées, les contributions de ce volume interrogent le métier des religieux et religieuses architectes en France, dans les Pays-Bas méridionaux et la principauté de Liège. Si leurs formations restent pour la plupart méconnues, leurs talents sont attestés par l’étude de leurs carrières et de leurs réalisations (malheureusement fréquemment démolies ou transformées), mais aussi et surtout par les archives et les sources iconographiques. Éclairage complémentaire, la dernière contribution analyse le rôle des marguilliers dans la construction des églises paroissiales de Paris pour lesquelles les compétences des membres de la communauté ont également été mobilisées et mises à profit.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur : http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/node/6627

PUBLICATION – Au cœur de l’État. Parlement(s) et cours souveraines sous l’Ancien Régime

Ouvrage collectif dirigé par Isabelle Brancourt 

Date (prévisionnelle) de parution : 18/03/2020

En trois parties, les dix-huit chapitres de ces actes passent en revue cet objet complexe, du Moyen Âge à la Révolution, sous les angles divers des institutions autant que de la philosophie, du droit, de la religion ou de la société, pour en révéler le caractère de creuset d’une modernité politique.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur : https://classiques-garnier.com/au-coeur-de-l-etat-parlement-s-et-cours-souveraines-sous-l-ancien-regime.html

PUBLICATION – Conjurer la dissension religieuse. La justice du roi face à la Réforme (1555-1563)

Un ouvrage de Sylvie Daubresse 
 
Parution : mars 2020
 

Les années de la fin du règne de Henri II jusqu’à la fin de la première guerre de religion en mars 1563 voient s’accélérer la rupture religieuse entre catholiques et protestants. En témoignent les arrêts criminels rendus par le parlement de Paris, cour souveraine qui rend la justice au nom du roi. Ils sont un observatoire privilégié, sorte de caisse de résonance de leur époque. L’activité criminelle d’une haute cour de justice montre qu’en matière de religion, la politique royale est souvent hésitante, parfois volontariste, et qu’elle finit par se heurter à l’opposition des sujets, laquelle entraîne l’inapplication des lois et le développement de la violence. Cette étude révèle à quel point la Réforme protestante a ébranlé le royaume de France ainsi que la monarchie.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur : http://www.champ-vallon.com/sylvie-daubresse-conjurer-la-dissension-religieuse/