Archives de catégorie : Publications

Dans cette section vous retrouverez toutes les annonces relatives à des publications scientifiques concernant la période moderne.

Publication – Appropriating Hobbes : Legacies in Political, Legal, and International Thought

David BOUCHER, Appropriating Hobbes : Legacies in Political, Legal, and International Thought, Oxford, Oxford University Press, 2018.

ISBN: 9780198817215

Date de publication: 15 mai 2018

Description:

This book explores how Hobbes’s political philosophy has occupied a pertinent place in different contexts, and how his interpreters see their own images reflected in him, or how they define themselves in contrast to him. Appropriating Hobbes argues that there is no Hobbes independent of the interpretations that arise from his appropriation in these various contexts and which serve to present him to the world. There is no one perfect context that enables us to get at what Hobbes ‘really meant’, despite the numerous claims to the contrary. He is almost indistinguishable from the context in which he is read.

This contention is justified with reference to hermeneutics, and particularly the theories of Gadamer, Koselleck, and Ricoeur, contending that through a process of ‘distanciation’ Hobbes’s writings have been appropriated and commandeered to do service in divergent contexts such as philosophical idealism; debates over the philosophical versus historical understanding of texts; as well as in ideological disputations, and emblematic characterisations of him by various disciplines such as law, politics, and international relations. This volume illustrates the capacity of a text to take on the colouration of its surroundings by exploring and explicating the importance of contexts in reading and understanding how and why particular interpretations of Hobbes have emerged, such as those of Carl Schmitt and Michael Oakeshott, or the international jurists of the seventeenth, eighteenth, and nineteenth centuries.

Publication – Het Narrenschip in de Lage Landen

Theo Janssen en Ann Marynissen, Het Narrenschip in de Lage Landen, Leuven, Universitaire Pers Leuven, 2018.

  • DEEL 1 : Josse Bade: Der zotten ende der narren scip – tekst en hertaling
  • DEEL 2: Het schip ingaan – inleiding en aantekeningen

Date de publication: mars 2018

ISBN: 9789072474988

Présentation:

Een juweeltje uit de Lage Landen:
een narrenschip vol zotten en dwazen, op weg naar hun ondergang

Sebastian Brants satire Dasz Narrenschyff (1494) maakte snel furore in de kring van de humanisten dankzij Jakob Lochers bewerking Stultifera Nauis (1497). Geïnspireerd op die bestsellers verscheen in 1500 een Vlaamse versie: Der zotten ende der narren scip, die toegeschreven wordt aan de Gentse humanist Josse Bade (1462-1535), een tijdlang bevriend met Desiderius Erasmus.

« Wie hoger wil bouwen dan hij kan,
krijgt als menige zot veel te klagen. »

Het boek is een vrome satire op zotten en dwazen op weg naar hun ondergang. Het bestaat uit 117 hoofdstukken met meestal eerst een motto, dan de hoofdtekst geïllustreerd met een houtsnede, waarna doorgaans een berijmde moraal volgt. De hoofdstukken lijken op columns over de mens, die geneigd is tot alle dwaasheid.

« De zot wil altijd naar eigen lust fluiten
en laat zich door geen wijzer mens corrigeren. »

Het Narrenschip in de Lage Landen is een heruitgave van Josse Bades boek, met een hertaling die ruim voorzien is van cultuurhistorische toelichtingen.

 

 

Publication – Art et Patrimoine en Wallonie des origines à 1789

Philippe George, Art et Patrimoine en Wallonie des
origines à 1789. Essai de synthèse à la lumière des
collections américaines et européennes (Dossiers, 23),
Namur, IPW, 2017.

Date de publication: 2017

Argument:

L’objectif de cet ouvrage est de tenter une histoire de l’art en Wallonie de la Préhistoire à 1789 par l’approche des œuvres « wallonnes » conservées dans les collections américaines, mais aussi européennes, et de les associer aux œuvres-phares de Wallonie, en adéquation avec le patrimoine immobilier, cadre originel de leur création. Richement illustré notamment grâce à de nombreux clichés inédits provenant des grandes institutions américaines et européennes, cet essai de synthèse est une véritable invitation à la découverte d’une production artistique diverse et majeure qui a fait les beaux jours de l’Art occidental.

Publication – Inventaire des archives du château de Mirwart : Série des cours scabinales : Haute cour et justice de Mirwart (1551-1795)

WEBER Jean-Pol, Inventaire des archives du château de Mirwart : Série des cours scabinales : Haute cour et justice de Mirwart (1551-1795), série Inventaires Archives de l’État à Saint-Hubert n°18, publ. 5823, Archives générales du Royaume, Bruxelles, 2018.

Date de publication: février 2018

Argument:

Publié en février 2018, l’inventaire des archives du greffe scabinal de Mirwart (1551-1795) a permis de faire ressurgir des documents dont l’existence demeurait jusqu’ici insoupçonnée. Issues de la haute cour et justice, ces archives étaient en effet mélangées avec les archives seigneuriales de Mirwart. Réalisé par un bénévole, l’inventaire comprend également un index des noms de personnes et de lieux.

Situé en province de Luxembourg, non loin de Saint-Hubert, le château de Mirwart date, à l’origine, de la fin du Xe siècle. En 1951, la bâtisse du XVIIIe siècle est achetée par la province de Luxembourg. L’extérieur et le rez-de-chaussée du château sont classés depuis 1978. En 1979, le château est cédé par bail emphytéotique à l’État belge. Il sera ensuite vendu par la province en mains privées. Autrefois, Mirwart possèdait également un tribunal, sa cour scabinale ou « haute cour et justice ».

A l’époque, le pouvoir du tribunal de Mirwart était très étendu allant des peines criminelles (mise à mort, fustigation, bannissement et confiscation) à la simple amende ou à la réprimande, à l’amende honorable ou au pèlerinage judiciaire, voire à l’acquitement. En plus de ses attributions de haute justice, la haute cour et justice de Mirwart avait les compétences d’une cour foncière, jugeant les contestations, recevant les « oeuvres de loi ». Elle percevait également les taxes et impôts, organisait les ventes publiques et s’immisçait même dans les plaids généraux. Les documents de la cour scabinale étaient déposés au greffe.

D’une cinquantaine de mètres linéaires, l’ensemble des archives du château de Mirwart est conservé aux Archives de l’État à Saint-Hubert. Un premier inventoriage, imparfait, a été réalisé en 1978. Les archives du greffe scabinal étaient ainsi mélangées aux archives seigneuriales de Mirwart.

En 2008, Jean-Pol Weber, bénévole encadré par l’archiviste des Archives de l’État à Saint-Hubert, entreprend le classement des archives du greffe scabinal de Mirwart. Le classement analytique de ces 2,35 mètres linéaires d’archives a permis de faire ressurgir des documents dont l’existence demeurait jusqu’ici insoupçonnée. La plus ancienne pièce conservée remonte au 10 octobre 1551. La plus récente date de 1795. Publié en 2018, l’inventaire des archives du greffe scabinal de Mirwart comprend également un index des noms de personnes et de lieux.

Jean-Pol Weber envisage de poursuivre le réinventoriage des archives du château de Mirwart, qui comprend plusieurs dizaines de milliers de pièces.

 

Publication – «Un pelago di scientia con amore». Le ‘Regole’ di Fortunio a cinquecento anni dalla stampa

Paola MORENO et Gianluca VALENTI, «Un pelago di scientia con amore». Le ‘Regole’ di Fortunio a cinquecento anni dalla stampa, Rome, Salerno Editrice (Studi e saggi, n° 61), 2017.

ISBN: 978-88-6973-265-2

Date de publication: 2017

Résumé:

È passato ormai mezzo millennio da quando Giovan Francesco Fortunio, giurista friulano appassionato di lettere, nonché attento filologo e lettore dei classici latini e volgari, pubblicò, a fine estate 1516 e a proprie spese, il primo esemplare di un genere librario del tutto nuovo, quello delle grammatiche del volgare. Naturalmente, Fortunio non poteva essere consapevole dell’enorme impatto che imprese come la sua avrebbero prodotto non solo sul pubblico a cui direttamente si rivolgeva, ma anche sulle generazioni successive di scriventi prima, di parlanti dell’italiano poi. Il cinquecentenario della pubblicazione delle Regole grammaticali della volgar lingua è stato cosí l’occasione per riflettere di nuovo su un testo che troppo spesso è stato ingiustamente considerato, dagli studiosi, solo nell’ottica di un confronto con il modello bembiano delle Prose della volgar lingua. In questo volume, che convoca alcuni fra i maggiori esperti della storia della lingua e della grammatica italiane, si è voluto mettere Fortunio al centro della discussione e lasciare che gli altri attori del dibattito grammaticale cinquecentesco gli ruotassero attorno. Ne emerge un ritratto in costante evoluzione, che viene progressivamente arricchito da nuovi dettagli, i quali affiorano dalla sovrapposizione di singole focalizzazioni su alcuni dei principali nodi irrisolti dell’ideazione, della scrittura e della ricezione delle Regole. Partendo dunque dallo studio delle interazioni con il Trissino, con il Bembo, con i teorici cortigiani e altri; dall’esame delle fonti, tanto letterarie quanto giuridiche e storiche dell’opera fortuniana; dall’analisi della sua ricezione nei decenni successivi alla prima stampa, si è avviata una riflessione comune su quei processi che condussero, nel XVI secolo, alla costituzione di una norma grammaticale accettata – seppure lentamente e certo non linearmente – da quasi tutti gli scriventi della Penisola.

 

Publication – Les Arts poétiques du XIIIe au XVIIe siècle Tensions et dialogue entre théorie et pratique

Gregory EMS et Mathieu MINET (eds), Les Arts poétiques du XIIIe au XVIIe siècle. Tensions et dialogue entre théorie et pratique, Turnhout, Brepols (Latinitates, 10), 2017.

ISBN: 978-2-503-52991-2

Date de publication: 2017

Résumé:

La notion d’« Art poétique » recouvre une réalité plurielle et protéiforme : les ouvrages ainsi qualifiés se proposent, selon les âges et les contextes, de catégoriser, de normaliser ou de canoniser les pratiques poétiques. Entre la pratique et la théorisation au sens large se jouent dès lors des rapports complexes, qu’interrogent les seize contributions regroupées dans ce volume, où cette problématique est envisagée selon un large spectre de périodes et de langues, mais également dans une perspective pluridisciplinaire.

Table des matières:

Grégory Ems & Mathieu Minet, Introduction

Lambert Isebaert, Discours inaugural

Olivier Delsaux, Défense et illustration des arts «poétiques» français de la fin du Moyen Âge

Elsa Marguin-Hamon, Entre conservatoire et espace de liberté. La poésie médiolatine et ses implications théoriques en question

Adrian Armstrong, Théorie et pratique, aller et retour. L’Art de rhétorique et la poésie de Jean Molinet dans deux recueils manuscrits

Jean-Charles Monferran, De l’anthologie et de l’art poétique français à la Renaissance

Michel Jourde, La poésie avant la poétique. Enjeux d’une antécédence chez Jacques Peletier du Mans et quelques auteurs du XVIe siècle

Annelyse Lemmens, Le frontispice, mise en scène de la poésie néo-latine. Étude de cas de la première moitié du XVIIe siècle

Jane H. M. Taylor, A Grammar of Legibility. Pierre Fabri’s Grant et vray art de pleine rhetorique and its mise en texte

Nathalie Hancisse, «I’ay mis la main au papier pour escrire / d’un different que i’ay voulu transcrire». Translation, politics and Mary Stuart’s poetical voice

Tom Deneire, Reconsidering Imitatio Auctorum. A dynamic-functionalist approach to imitation in neo-latin poetry

Ludmilla Evdokimova, L’art de la parole et la gradation des styles dans les poèmes lyriques de Deschamps

Michiel Verweij, La comédie scolaire néo-latine ou comment écrire des textes classiques sans modèle théorique?

Aline Smeesters, Le Genethliacon Salonini et le Genethliacon Lucani comme modèles pratiques (et théoriques?) du poème généthliatiques néo-latin

Virginie Leroux, Théorie et pratique de l’élégie latine au XVIe siècle

Perrine Galand, Jean Salmon Macrin éditeur et lecteur de l’art poétique de Jérôme Vida (1527)

Publication – Physicae et theologicae conclusiones

Otto van Veen, Physicae et theologicae conclusiones (1621), présenté sous la direction d’Aline Smeesters, Agnès Guiderdoni et Ralph Dekoninck, traduction par Aline Smeesters, Turnhout, Brepols (« Imago Figurata: Text and Editions », vol. 1), 2017

ISBN : 978-2-503-56966-6

Résumé :

Le peintre Otto Vaenius (Leyde 1556 – Bruxelles 1629) n’a longtemps été connu que comme le maître de Rubens. Depuis quelques décennies, le regain des études emblématiques a remis à l’honneur ses recueils d’emblèmes à succès. Mais certains de ses ouvrages plus confidentiels restent encore largement méconnus. Tel est le cas des Physicae et theologicae conclusiones (1621), un petit opuscule d’une vingtaine de pages publié dans des circonstances mystérieuses, qui se propose rien moins que de résoudre « par des notes et des figures » le problème de la prédestination et du libre arbitre. Mais l’intérêt de l’opuscule va bien au-delà de l’enjeu théologique : par l’invention d’un langage visuel inédit et déroutant (à mi-chemin entre le géométrique et le figuratif, entre le diagramme et l’emblème), l’ouvrage offre une étonnante clé de lecture à l’ensemble de l’œuvre de Vaenius, et constitue en même temps un témoignage frappant de la créativité d’une époque en pleine mutation épistémologique. La présente édition propose une reproduction en fac-similé de cet opuscule rarissime ainsi que, pour la première fois, une traduction intégrale en langue française. Le texte est précédé d’une introduction nourrie, fruit d’une collaboration entre cinq chercheurs croisant des approches historiques, littéraires, artistiques et sémiotiques. Les Conclusiones sont ainsi remises dans le contexte de leur époque, au cœur des querelles théologiques mais aussi au croisement de deux courants de pensée majeurs qui ont imprégné la réflexion de Vaenius, le néo-stoïcisme de Juste Lipse et l’alchimie de Paracelse.

Publication – Un laboratorio di carte. Il linguaggio della politica nel ‘carteggio’ di Francesco Guicciardini

Hélène MIESSE (ULiège/Transitions)Un laboratorio di carte. Il linguaggio della politica nel ‘carteggio’ di Francesco Guicciardini, Strasbourg, ÉLiPhi (coll. « TraLittRo – À l’aube de la modernité », 1), 2017.

ISBN: 978-2-37276-021-8

Date de publication: 2017

Résumé:

Ce volume interroge les rapports entre la correspondance du penseur politique florentin Francesco Guicciardini (1483-1540) et ses autres écrits (Ricordi, Considerazioni sui ‘Discorsi’ di Machiavelli, Storia d’Italia). Partant de l’analyse des termes prudenza, discrezione, esperienza, congettura et opinione, l’ouvrage montre que l’apport de Guicciardini à la langue politique moderne ne consiste pas tant en la création de termes neufs, qu’en la précision du sens de mots hérités de la tradition dans des contextes linguistiques, discursifs, historiques ou politiques définis. L’examen minutieux des occurrences des cinq mots, à la fois dans le ‘carteggio’ et dans les œuvres, révèle les ramifications de l’intertexte guichardinien, dans lequel des nœuds conceptuels – tels que l’importance de l’expérience récente comme source d’enseignement pour répondre aux questions du présent, ou la nécessité de mettre en relation imminence et importance d’un péril pour régler sa conduite – traversent les écrits sans distinction de genre. Suivre la trajectoire de tels concepts à partir de leur genèse, souvent identifiée dans les lettres, permet de mettre en lumière le rôle de la correspondance pour l’enregistrement « à chaud » des réflexions de l’homme d’état sur les temps troubles qu’il vit : les guerres d’Italie. Une telle méthode rend évidentes la fonction de la correspondance comme réservoir de faits et de formulations auquel puise l’auteur pour la rédaction des œuvres, et l’importance de l’écriture épistolaire comme moyen mnémonique perpétuant les idées d’un écrit à l’autre.

Publication – L’historien dans son atelier. Anthologie du document pour servir à l’histoire du pays de Liège du VIIIe au XVIIIe siècle

Marie-Guy BOUTIER et Paul BRUYÈRE (dir.), L’historien dans son atelier. Anthologie du document pour servir à l’histoire du pays de Liège du VIIIe au XVIIIe siècles, Liège, Société des Bibliophiles liégeois, Imprimerie SNEL, 2017.

avec des contributions des membres de Transitions (ULg): Renaud ADAM, Franz BIERLAIRE, Sébastien DAMOISEAUX, Jonathan DUMONT, Marie-Elisabeth HENNEAU,Isabelle LECOQ, Christophe MASSON, Cécile OGER et Pierre-François PIRLET

 

Date de publication: 2017

Résumé:

Une coédition de la Société des Bibliophiles liégeois et de l’Imprimerie SNEL avec l’aide du Fonds National de la Recherche Scientifique

Dans l’atelier de l’historien : une approche typologique du document

  • L’Anthologie du document rassemble les contributions de 36 spécialistes, qui partagent leur savoir et leur passion avec tous ceux qu’intéresse la démarche historique
  • Chacune des 82 notices qui composent le livre est dédiée à un type particulier de document.
  • Le cadre choisi est celui de l’histoire du pays de Liège, depuis le début de son existence jusqu’à la fin de l’Ancien Régime.

Un quadruple questionnement

Chaque notice vise un objectif unique par quatre questions :

  • Comment se définit tel type de document :qu’est-ce qu’il est ?
  • Comment l’historien interroge-t-il le document : que peut-on y chercher ?
  • Quel est le document choisi comme exemple : dans sa transmission, son contexte ? dans son exemplarité ou sa particulariré ?
  • Comment exposer l’apport de ce document à l’histoire du pays de Liège ?

Liste des notices

Une entrée au cœur du document

  • L’ouvrage, imprimé avec soin, est illustré en sorte de faire voir et comprendre le document.
  • Un extrait choisi est montré, transcrit ou exposé. Une traduction accompagne les textes latins.

Exemple de notice : Chronique monastique

Les auteurs, le public

  • Les contributeurs : de profils différents, ils sont historiens (du Moyen Âge, des Temps modernes), historiens de l’art et de la musique, historiens du droit et des institutions, philologues et linguistes. Le concours de ces différents regards fait de l’Anthologie un livre unique.
  • Le public visé : étudiants, chercheurs confirmés et en formation, passionnés d’histoire…

Liste des auteurs

 

Publication – Sculpture gothique aux confins du royaume de France. Les portails du XIIIe siècle de Thérouanne et de Saint-Omer

Benoît VAN DEN BOSSCHE et Ludovic NYS (dir.), Sculpture gothique aux confins du royaume de France. Les portails du XIIIe siècle de Thérouanne et de Saint-Omer, Lille, Université de Lille – Sciences humaines et sociales (Revue du Nord, hors série, coll. « Art et Archéologie », 25), 2017.

avec des contributions des membres de Transitions : Emmanuel JOLY, Marie LEKANE et Benoît VAN DEN BOSSCHE

ISBN: 

Date de publication: 2017

Résumé: 

En 1239 était rapportée processionnellement à Paris par saint Louis et son jeune frère Robert, mis en possession depuis peu du comté d’Artois, la sainte relique de la Couronne d’épines complète. Cet
événement majeur fut sans doute à l’origine du chantier du portail sud de la cathédrale de Thérouanne, démantelé en 1553 mais dont plusieurs éléments sculptés de grande qualité sont aujourd’hui
conservés à Saint-Omer, à Londres et aux États-Unis. Le célèbre Grand Dieu de Saint-Omer qui se trouvait sur le sommet de son couronnement, quoi qu’il en soit, est bel et bien le premier
exemple attesté d’un Christ du Jugement portant ladite Couronne. Ce chantier suscita lui-même une autre entreprise comparable vers 1250-1270 en l’espèce du portail sud de la collégiale audomaroise.
Les deux ensembles offrent un témoignage d’autant plus remarquable de la grande sculpture monumentale du XIIIe siècle qu’ils se situent à la pointe la plus septentrionale de l’aire de rayonnement de l’art gothique français à l’époque des Capétiens.

Sommaire

 

Publication – Des retables et des hommes

Brigitte D’Hainaut-Zveny, Des retables et des hommes, 2017.

ISBN: 978-2-8031-0625-7

Date de publication: décembre 2017

Résumé:

Ce livre est l’histoire d’une série d’objets investis pour matérialiser une présence du sacré dans les sanctuaires et pour donner aux fidèles les moyens d’avoir avec Celui-ci des relations nécessaires. C’est l’histoire des moyens investis, dans les sociétés médiévales et modernes, pour impliquer Dieu, le constituer, l’implorer et lui rendre grâce. 

Une histoire d’objets, de croyances, de pratiques et d’espaces qui ont contribué, par leurs interférences conjuguées, à constituer différentes manières de penser, de faire et d’être, emblématiques des systèmes religieux qui se sont succédé, et souvent superposés, en Occident entre le XIIIe et le XVIIe siècle. 

C’est une histoire « indisciplinaire » qui, prenant le parti d’enfreindre les limites balisées des disciplines académiques, entend considérer que ces retables sont tout à la fois d’histoire et d’histoire de l’art, de sociologie, d’anthropologie, de liturgie et d’imaginaires ; qu’ils sont, comme tout ce qui est, la résultant instable, multiple et complexe de l’irréductible diversité du réel. 

Une histoire des médiations créatives que les hommes surent aménager entre le réel et certains de leurs désirs, de leurs besoins et de leurs attentes toujours pressantes.

Brigitte D’Hainaut-Zveny est historienne et historienne de l’art, enseignante à l’Université libre de Bruxelles, vice-présidente de l’Académie royale d’Archéologie et co-directrice du Groupe d’Études sur le XVIIIe siècle.

 

 

Publication – Le patrimoine protestant de Wallonie. La mémoire d’une minorité.

DRUEZ Laurence et MAQUET Julien, Le patrimoine protestant de Wallonie. La mémoire d’une minorité, Institut du Patrimoine Wallon, 2017.

ISBN : 978-2-87522-196-4

Date de publication : 18/12/2017

Résumé :

Cette année a lieu le 500e anniversaire de la Réforme protestante. Fruit d’un partenariat entre les Archives générales du Royaume et l’Institut du Patrimoine wallon, un ouvrage sur le patrimoine protestant de Wallonie est en vente depuis ce 18 décembre 2017.

Il y a 500 ans, le 31 octobre 1517, Martin Luther publiait ses 95 thèses  contre les indulgences, qui marquent le début de la Réforme.

Basé sur des enquêtes de terrain et sur des dépouillements de nombreux fonds d’archives à ce jour peu exploités, le livre Le patrimoine protestant de Wallonie. La mémoire d’une minorité vise à faire connaître, dans toute leur diversité et dans leur contexte historique, les édifices les plus emblématiques du culte protestant – appelés communément temples – de Wallonie. À travers l’étude de leur conception, de leur construction, de leur aménagement, de leurs évolutions extérieures et intérieures, de leur environnement et de leurs multiples fonctions – pas seulement cultuelles –, le lecteur découvrira l’identité complexe d’une minorité religieuse discrète, mais vivante et largement méconnue, et ses mentalités, révélatrices d’un rapport à l’espace et au temps.

Fruit d’un partenariat entre les Archives générales du Royaume et l’Institut du Patrimoine wallon, cet ouvrage met également en valeur un patrimoine documentaire riche et unique – mais menacé – qui constitue la mémoire du protestantisme belge, cinq fois centenaire en cette année 2017, et contribue à une meilleure compréhension de son inscription dans notre société, marquée par le pluralisme religieux et philosophique.

Richement illustré, la publication a été rédigée par Laurence Druez, docteur en histoire de l’ULg et chef de travaux aux Archives de l’État de Liège, et Julien Maquet, docteur en histoire de l’ULg, directeur de l’Archéoforum de Liège et responsable des publications de l’Institut du Patrimoine wallon.

Plus d’informations ici.

 

Publication – Sacrale ruimte in de vroegmoderne Nederlanden

Premier numéro de la revue « Nieuwe Tijdingen »:  Liesbeth Geevers, Violet Soen (red.), Sacrale ruimte in de vroegmoderne Nederlanden, 2017.

ISBN: 9789462701199

Date de publication: octobre 2017

Résumé:

Eerste nummer van het tijdschrift ‘Nieuwe Tijdingen’
Terwijl de tijd vervliegt, is ruimte weerbarstig. Dat bleek in het bijzonder in de Reformatietijd van de zestiende en zeventiende eeuw. Toen werd het religieuze landschap weliswaar grondig hertekend, maar ruimtes die van oudsher een sacrale status hadden (zoals kerken, koren en kerkhoven) bleven vaak ononderbroken in gebruik, al dan niet met een andere functie. Deze Nieuwe Tijdingen onderzoeken daarom het (her)gebruik van sacrale ruimtes in tijden van ingrijpende religieuze verandering, een thema dat vandaag een belangrijk onderzoeksobject is geworden in het vroegmodern onderzoek. Tegelijkertijd brengen ze onderzoek over de Noordelijke en de Zuidelijke Nederlanden samen. Zo blijken ruimtes te lezen als palimpsesten, met laag na laag vol betekenis. Ruimtes laten niet gemakkelijk los.

Table des matières:

Kort bericht aan de lezer

Sacrale ruimtes in de vroegmoderne Nederlanden: perspectieven en dwarsverbanden
Violet Soen & Anne-Laure Van Bruaene

Ter promotie der devotie. Materiële voorzieningen en offervaardigheid voor de Sint-Leonarduscultus in Zoutleeuw (1453–1505)
Ruben Suykerbuyk

Aan de rand van het graf. De transformatie van het funeraire leven en landschap in Antwerpen en Brugge tijdens de calvinistische republieken (1577/1578 – 1584/1585)
Tiffany Bousard

De storm doorstaan: Continuïteit en verandering in de protestantse inrichting van middeleeuwse kerken ten tijde van de Republiek
Justin E. A. Kroesen

Grensoverschrijdende katholieke claims. De grenzen tussen publieke en private ruimte voor sacrale doeleinden in de zeventiende-eeuwse Republiek
Carolina Lenarduzzi

Een herinnerd religieus landschap: vroegmodern Amsterdam
Joke Spaans

Présentation d’une publication – Intrecci virtuosi. Letterati, artisti e accademie tra Cinque e Seicento

Présentation par Silvia Ginzburg et Emilio Russo, coordonnée par Renzo Bragantini, à l’Academia Belgica de Rome.

Titre: « Intrecci virtuosi. Letterati, artisti e accademie tra Cinque e Seicento« , édité par Carla Chiummo, Antonio Geremicca et Patrizia Tosini.

Date: 14 décembre 2017 (17h00)

Lieu: Rome, Academia Belgica, Via Omero 8