Archives de catégorie : Publications

Dans cette section vous retrouverez toutes les annonces relatives à des publications scientifiques concernant la période moderne.

Publication – Connecteurs divins. Objets de dévotion dans l’Europe moderne (XVIe-XVIIe siècles)

F. Cousinié, J. Blanc, D. Solfaroli Camillocci, Connecteurs divins. Objets de dévotion dans l’Europe moderne (XVIe-XVIIe siècle), Paris, éd. 1 : 1., coll. ars, 2020, 304 pages (isbn : 979-10-97193-02-7).

L’histoire de l’art a depuis longtemps intégré l’importance du spectateur et du contexte à la fois perceptif, cognitif et prag-matique qui, dans un temps et un espace déterminés, organise son rapport spécifique à une œuvre. Certains éléments restent cependant sous-évalués sinon ignorés : ce sont les objets, « ap-pareils » et autres « prothèses » perceptives ou relationnelles qui, dans bien des cas, contribuent de façon décisive à l’appro-priation et à l’usage effectif des représentations. Si cet ensemble d’objets a pris une place déterminante à l’époque contempo-raine et a été reconnu par les historiens des médias, leur impor-tance n’est pas moins grande dans le passé, notamment dans le champ des représentations religieuses. Loin en effet d’un face à face que l’on imaginerait immédiat et exclusif entre les dévots chrétiens et les objets de leurs dévotions (représentations ico-niques, reliques, saint sacrement, etc.), nombre de pratiques spirituelles de l’époque moderne impliquent toute une série d’images de différents statuts qui sont articulées les unes aux autres (images mentales, gravures, peintures, sculptures), et un ensemble d’objets ou d’ « objets-images » (où l’inscription écrite a aussi parfois sa place) associés : chapelets, croix et cru-cifix, médailles, enseignes de pèlerinage, broches, bagues, pen-dants et camées avec motifs religieux, amulettes ou pendentifs reliquaires, agnus dei, scapulaires, manuels et ouvrages de dé-votion, mais aussi ex-voto, paperoles, reliques « domestiques » et autres supports et instruments mémoriels.

Informations complémentaires sur le site de l’éditeur

 

Publication – Christophe Plantin’s Correspondence

Dirk Imhof, Christophe Plantin’s Correspondence. Perspectives on Life and Work as a Publisher in 16th Century Europe, Ghent, Uitgeverij Academia Press, 2020. 252 pages

À l’occasion du 500ème anniversaire de l’éditeur humaniste Christophe Plantin, Dirk Imhof, conservateur au musée Plantin-Moretus d’Anvers, offre une nouvelle édition de sa correspondance.

In the sixteenth century, Antwerp was an important humanist center. It was the ideal environment for printer, publisher and book seller Christophe Plantin. Through his letters he kept in touch with a variety of correspondents: members of the Spanish court, book dealers, authors such as the scholar Justus Lipsius, the mapmaker Abraham Ortelius and the botanist Carolus Clusius, as well as his own daughters.

This book offers a selection of the letters that most capture the imagination and reveal the publisher annex businessman in full action: while recruiting authors, starting up a Bible edition, solving staff problems and much more. The collection of letters thus offers more insight into Plantin’s personal life as well as into the sixteenth-century zeitgeist, exploring themes that are still relevant today, such as international trade, war, censorship, reputation, father-daughter relationships…

Informations complémentaires sur le site de l’éditeur

Publication – Les Lettres médiévales à l’aube de l’ère typographique

R. Adam, J. Devaux, N. Henrard, M. Marchal, A. Velissariou (dir.), Les Lettres médiévales à l’aube de l’ère typographique, Paris, Classiques Garnier, 2020, coll. Rencontres, 451, série Civilisation médiévale, n° 38.

 

Résumé

Cet ouvrage vise à éclairer les mécanismes qui permirent aux lettres françaises de vivre la transition du Moyen Âge à la première Modernité. Il envisage tour à tour les conditions du glissement de ces textes vers l’imprimé et l’apport des imprimés anciens quant à l’élaboration des éditions modernes.

Table des matières
  1. LE PASSAGE DU MANUSCRIT À L’IMPRIMÉ
  • Paola Cifarelli, « Antoine Vérard, éditeur des Faits d’armes et de chevalerie de Christine de Pizan »
  • Paola Cifarelli, « Les Quinze Joies de Mariage, des manuscrits aux incunables »
  • Catherine Gaullier-Bougassas, « Des manuscrits aux imprimés du Roman de Philippe de Madien et du Roman de Florimont. Deux stratégies éditoriales »
  • Elisabetta Barale, « Le passage à l’imprimé des œuvres de Jean Miélot »
  • Danielle Quéruel, « Les Passages d’outremer de Sébastien Mamerot. Des manuscrits aux imprimés »
  1. LES LETTRES MÉDIÉVALES À L’AUBE DE L’ÈRE TYPOGRAPHIQUE. LA RÉCEPTION DES TEXTES MEDIÉVAUX PAR LES PREMIERS IMPRIMÉS
  • Maria Colombo Timelli, « Mises en prose et éditeurs « périphériques ». Quels titres pour quels lecteurs? »
  • Renaud Adam, « La réception imprimée de la littérature médiévale dans le comté de Hainaut (xve-xvie siècle) »
  • Muriel Ott, « La prose d’Ogier le Danois. Des trois premiers imprimés à deux éditions ultérieures »
  • Jonathan Dumont, « Au creuset des transitions littéraires et politiques. La tryumphante et solemnelle entree de Rémi Dupuis »
  • Christine Ferlampin-Acher, « L’édition de 1528 de Perceforest. « O magnifiques seigneurs […]. lisez et perlisez les chevaleureux gestes […] »
  • Marie-Madeleine Castellani, « Florimont dans l’imprimé lyonnais d’Olivier Arnoullet (1529) »
  • Sophie Lecomte, « Histoire éditoriale et réception de la mise en prose de Guy de Warwick au xvie siècle. Le cas de l’édition Bonfons »
  1. IMPRIMÉS ET TRADITION TEXTUELLE
  • Maria Colombo Timelli, « Les éditions d’Antoine Vérard, des témoins (pas) comme les autres? »
  • Adeline Desbois-Ientile et Anne Schoysman, « Éditer les Illustrations de Gaule et singularitez de Troye de Jean Lemaire de Belges »
  • Laura-Maï Dourdy, « Variance dans la tradition imprimée. Étude de la stratégie éditoriale de deux imprimeurs-libraires, Michel Le Noir et Nicolas Chrestien »
  • Barbara Ferrari, « Le rôle des imprimés dans l’édition d’une mise en prose manuscrite. La belle Hélène de Constantinople »
  • Matthieu Marchal, « Réflexions sur le remaniement d’une chanson de geste connu uniquement par des imprimés. Le cas de Florent et Lyon, mise en prose d’Othevien »

Informations supplémentaires sur le site de l’éditeur.

Publication – Le théâtre de la censure (16e et 21e siècles). De l’ère typographique à l’ère numérique

Adam Renaud, Le théâtre de la censure (XVIe et XXIe siècles). De l’ère typographique à l’ère numérique, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2020

Résumé

Cet essai porte sur la censure des livres et, plus spécifiquement, sur sa mise en scène. Il ambitionne d’apporter des éléments de compréhension à un phénomène résolument contemporain par une mise en perspective avec la situation du XVIe siècle. Loin de verser dans un comparatisme historique simpliste, la volonté est de proposer des pistes de réflexions sur la problématique de la censure au début de l’ère numérique à l’aune d’une grille de lecture élaborée pour le XVIe siècle, qui connut l’un des plus grands épisodes « biblioclastes » de l’histoire européenne.

Historien du livre de la première Modernité, Renaud Adam travaille pour la maison de vente Arenberg Auctions (Bruxelles). Ses travaux portent principalement sur l’économie du livre dans les anciens Pays-Bas (XVe-XVIIe siècle), avec une attention particulière aux questions d’ordre socioéconomique, aux transferts culturels et à la réception de la culture italienne. Il a abordé ces thématiques dans plusieurs livres, dont Vivre et imprimer dans les Pays-Bas méridionaux (des origines à la Réforme) (2018).

L’ouvrage peut être commandé sous différents formats directement à partir du site de l’Académie Royale.

Renaud Adam a présenté les lignes de faîte de cet ouvrage dans un cours-conférence du Collège Belgique que vous pouvez réécouter ici.

PUBLICATION – Bâtir pour Dieu : l’œuvre des religieux et religieuses architectes (XVIIe-XVIIIe siècles)

Ouvrage publié sous la direction de Julie Piront et Adriana Sénard-Kiernan
 
Parution : 21/01/2020 
 

À partir de la seconde moitié du XVIe siècle, les ordres religieux, créations nouvelles ou réformes d’ordres anciens, se multiplient dans les villes de l’Europe catholique où ils bâtissent églises, collèges et monastères. Si l’apport des architectes laïcs à ces entreprises est bien connu, celui des religieux, et plus encore des religieuses, est resté au second plan de la production architecturale. Pourtant, ces hommes et ces femmes ont été les chevilles ouvrières de ces chantiers, concevant des projets, des plans ou des croquis d’architecture, surveillant les travaux et expertisant les édifices. Mettant leurs connaissances et leurs compétences au service de leur ordre – et parfois d’autres – ils et elles ont pleinement pris part à l’intense activité constructive qui caractérise les XVIIe et XVIIIe siècles.

Afin de réhabiliter les œuvres de ces hommes et de ces femmes, une journée d’étude s’est tenue en avril 2017 à l’Université de Lyon 3 dans le cadre de l’atelier « Nouvelles recherches sur le catholicisme moderne » du LARHRA. Richement illustrées, les contributions de ce volume interrogent le métier des religieux et religieuses architectes en France, dans les Pays-Bas méridionaux et la principauté de Liège. Si leurs formations restent pour la plupart méconnues, leurs talents sont attestés par l’étude de leurs carrières et de leurs réalisations (malheureusement fréquemment démolies ou transformées), mais aussi et surtout par les archives et les sources iconographiques. Éclairage complémentaire, la dernière contribution analyse le rôle des marguilliers dans la construction des églises paroissiales de Paris pour lesquelles les compétences des membres de la communauté ont également été mobilisées et mises à profit.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur : http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/node/6627

PUBLICATION – Au cœur de l’État. Parlement(s) et cours souveraines sous l’Ancien Régime

Ouvrage collectif dirigé par Isabelle Brancourt 

Date (prévisionnelle) de parution : 18/03/2020

En trois parties, les dix-huit chapitres de ces actes passent en revue cet objet complexe, du Moyen Âge à la Révolution, sous les angles divers des institutions autant que de la philosophie, du droit, de la religion ou de la société, pour en révéler le caractère de creuset d’une modernité politique.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur : https://classiques-garnier.com/au-coeur-de-l-etat-parlement-s-et-cours-souveraines-sous-l-ancien-regime.html

PUBLICATION – Conjurer la dissension religieuse. La justice du roi face à la Réforme (1555-1563)

Un ouvrage de Sylvie Daubresse 
 
Parution : mars 2020
 

Les années de la fin du règne de Henri II jusqu’à la fin de la première guerre de religion en mars 1563 voient s’accélérer la rupture religieuse entre catholiques et protestants. En témoignent les arrêts criminels rendus par le parlement de Paris, cour souveraine qui rend la justice au nom du roi. Ils sont un observatoire privilégié, sorte de caisse de résonance de leur époque. L’activité criminelle d’une haute cour de justice montre qu’en matière de religion, la politique royale est souvent hésitante, parfois volontariste, et qu’elle finit par se heurter à l’opposition des sujets, laquelle entraîne l’inapplication des lois et le développement de la violence. Cette étude révèle à quel point la Réforme protestante a ébranlé le royaume de France ainsi que la monarchie.

Plus d’informations sur le site de l’éditeur : http://www.champ-vallon.com/sylvie-daubresse-conjurer-la-dissension-religieuse/

PUBLICATION – La police des Lumières. Ordre et désordre dans les villes au XVIIIᵉ siècle

Édition publiée sous la direction de Vincent DenisIsabelle Foucher et Vincent Milliot
 
Parution : 05-03-2020
 
 

PARUTION – Un discours comparatif sur les corps naturel et politique

Éditeur scientifique : Bernard Graciannette 

Résumé : Au temps de Jacques Ier Stuart, Edward Forset, défenseur la monarchie absolue, construit le modèle d’une société fascinée par la figure du prince souverain et rassemblée par une communauté d’intérêts matériels, où les troubles sont regardés comme des maladies et où les magistrats agissent comme des médecins.

Informations

PARUTION – Le Problème de la liberté dans le constitutionnalisme britannique

Un ouvrage de Céline Roynier.

Résumé : Comment expliquer la résistance du Royaume-Uni à la conception « continentale » des droits de l’homme ? Cet ouvrage répond à cette interrogation en suggérant que c’est dans la pensée juridique anglaise du XVIIe siècle que s’est fixée cette conception anglaise particulière de la liberté.

Informations

publication – The Survival of the Jesuits in the Low Countries, 1773-1850

Titre : « The Survival of the Jesuits in the Low Countries, 1773-1850 »

Edité par Leo Kenis et Marc Lindeijer

Résumé :

How the Jesuits re-emerged after forty years of suppression

In 1773, Pope Clement XIV suppressed the Society of Jesus. For the 823 Jesuits living in the Low Countries, it meant the end of their institutional religious life. In the Austrian Netherlands, the Jesuits were put under strict surveillance, but in the Dutch Republic they were able to continue their missionary work. It is this regional contrast and the opportunities it offered for the Order to survive that make the Low Countries an exceptional and interesting case in Jesuit history.

Just as in White Russia, former Jesuits and new Jesuits in the Low Countries prepared for the restoration of the Order, with the help of other religious, priests, and lay benefactors. In 1814, eight days before the restoration of the Society by Pope Pius VII, the novitiate near Ghent opened with eleven candidates from all over the United Netherlands. Barely twenty years later, the Order in the Low Countries – by then counting one hundred members – formed an independent Belgian Province. A separate Dutch Province followed in 1850. Obviously, the reestablishment, with new churches and new colleges, carried a heavy survival burden: in the face of their old enemies and the black legends they revived, the Jesuits had to retrieve their true identity, which had been suppressed for forty years.