Archives de catégorie : Publications

Dans cette section vous retrouverez toutes les annonces relatives à des publications scientifiques concernant la période moderne.

Parution – Le discret langage du pouvoir. Les mentions de chancellerie du Moyen Âge au XVIIe siècle

Titre : “Le discret langage du pouvoir. Les mentions de chancellerie du Moyen Âge au XVIIe siècle” (Canteaut O. (dir.))

Les chancelleries ont souvent apposé, au gré de leur travail, de brèves mentions dans les marges des actes qu’elles émettaient. Cet ouvrage démontre que ces notes, malgré leur sècheresse toute bureaucratique, sont au cœur d’enjeux juridiques et politiques essentiels pour les pouvoirs de la fin du Moyen Âge et de la première modernité.

Pour plus d’informations  : http://www.chartes.psl.eu/fr/publication/discret-langage-du-pouvoir

Parution – Les prisons de la foi. L’enfermement des minorités (XVIe -XVIIIe siècle)

Titre : Les prisons de la foi. L’enfermement des minorités (XVIe -XVIIIe siècle), de Natalia Muchnik

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, les prisons ont été des espaces d’autonomie, voire de liberté, pour les minorités religieuses clandestines des XVIe-XVIIIe siècles. Récusants catholiques dans l’Angleterre protestante, crypto-protestants français après la révocation de l’édit de Nantes, morisques et marranes qui pratiquaient l’islam ou le judaïsme dans l’Espagne inquisitoriale, en ont fait des lieux de résistance, de culte et de sociabilité. Ils y ont laissé des graffiti, rédigé des lettres ou des livres, propagé des rumeurs et dissimulé des objets. L’expérience de l’incarcération et la figure du détenu ont alors acquis une fonction centrale dans la construction de ces communautés, dont la résistance à la répression passait par le sentiment du sacré et l’usage du secret.
Natalia Muchnik propose à travers cette exploration vivante des prisons d’Ancien Régime, et du sort des minorités religieuses en leur sein, une étude novatrice des lieux d’enfermement.

Pour plus d’informations : https://www.puf.com/content/Les_prisons_de_la_foi

Parution – Njinga, histoire d’une reine guerrière (1582-1663)

Titre : Njinga, histoire d’une reine guerrière (1582-1663), de L. Heywood , traduit par Philippe Pignarre, Préface de Françoise Vergès

La Reine Njinga (1582-1663), si elle reste encore méconnue en Occident, continue d’inspirer, par son courage, sa ténacité et sa résistance, la diaspora africaine dans le monde. Grande femme africaine, chef d’État, résistante à l’emprise coloniale européenne, elle a profondément marqué l’histoire de l’Afrique. 

Pour plus d’informations : https://laviedesidees.fr/Reine-d-Afrique.html

Parution – Itinéraires du livre italien à la Renaissance Suisse romande, anciens Pays-Bas et Liège

Titre : Itinéraires du livre italien à la Renaissance Suisse romande, anciens Pays-Bas et Liège, sous la direction de Renaud Adam et Chiara Lastraioli

Ce volume explore les mécanismes sous-jacents de la diffusion de la Renaissance italienne aux confins de l’espace francophone (Suisse romande, anciens Pays-Bas et Principauté de Liège) par le prisme de la circulation et de la consommation de la littérature italienne, en langue originale ou en français.

Bon de commande ici : https://modernum.hypotheses.org/files/2019/08/CllMS01_publicite.pdf

Publication – « Es plantar un mundo nuevo ». Légiférer aux anciens Pays-Bas (XIIe-XVIIIe siècle)

Jean-Marie Cauchies, « Es plantar un mundo nuevo ». Légiférer aux anciens Pays-Bas (XIIe-XVIIIe siècle), Bruxelles : Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique, 2019

ISBN : 978-2-8031-0676-9

Toutes les informations sur le site de l’Académie royale de Belgique

Argumentaire :

Qu’est-ce que « la loi », qui « légifère » dans les anciens Pays-Bas ?
Les normes édictées par les princes territoriaux du Moyen Âge puis les souverains des Temps modernes répondent-elles à des besoins hic et nunc ou s’inscrivent-elles dans des programmes de gouvernement ? Quels individus et quelles institutions sont-ils associés à leur création, à leur interprétation, à leur diffusion ? Comment sont-elles portées à la connaissance des sujets auxquels elles s’appliquent ? Telles sont les questions encore très actuelles qu’aborde ce livre en balayant plus de six siècles d’histoire.

Publication – Jeux et enjeux du cadre dans les systèmes décoratifs de la première modernité (1500-1700)

Nicolas Cordon, Édouard Degans, Elli Doulkardidou-Ramantani et Caroline Heering (dir.), Jeux et enjeux du cadre dans les systèmes décoratifs de la première modernité (1500-1700), Rennes : PUR, 2019

ISBN: 978-2-7535-7740-4

Toutes les informations sur le site de l’éditeur.

Argumentaire

Les études réunies ici s’intéressent aux dispositifs d’encadrement, réels ou feints, imaginés par les artistes pour délimiter, articuler, transfigurer les différentes parties de leurs décors, tout en conditionnant l’expérience et la réception du message proposé aux sens. Trop souvent considéré par l’histoire de l’art comme un ornement accessoire destiné à embellir objets et images, le motif du cadre trouve dans les décors de la première modernité (1500-1700) un champ d’application aussi vaste que fécond, et permet de penser l’œuvre dans son ensemble comme un système unitaire organisant, parfois de façon étonnamment ludique, plusieurs niveaux de représentation et d’artifice.

Publication – Rubens et la musique

F. Guilloux, C. Drèze (eds.), Rubens et la musique, Turnhout : Brepols, 2019 (Epitome musical).

ISBN : 978-2-503-58456-0

Toutes les informations sur le site de l’éditeur.

Argumentaire :

Ouvrage collectif et interdisciplinaire interrogeant sous divers angles le rapport de Rubens et son œuvre à l’art musical

Quelle était la culture musicale de Pierre Paul Rubens (1577-1640) ? Les archives et les témoignages directs restent évasifs et laconiques sur la question. Son œuvre pictural comporte en revanche de nombreux éléments qui permettent non seulement de restituer l’univers sonore du peintre mais également d’apprécier sa haute maîtrise des codes iconographiques contemporains. Pour la première fois, cet ouvrage collectif jette un regard neuf sur la production du doctus pictor, ses sources d’inspirations, ses influences et ses dispositifs iconographiques en matière de musique et, plus largement, contribue à une meilleure connaissance de l’iconographie musicale des xvie et xviie siècles.

Publication – Poétique de l’extase France, 1601-1675

Clément Duyck, Poétique de l’extase. France, 1601-1675, (Lire le XVIIe siècle, 53), Paris, Classiques Garnier, 2019

ISBN: 978-2-406-08132-6

4ème de couverture :

Qu’y a-t-il de commun à l’extase des saints et des poètes, des sorciers et des prophètes, de la théologie et de la mélancolie, des philosophes et des illuminés qui vocifèrent leurs cantiques ? Un excès qui poétise les corps, les comportements, la langue et les savoirs, leur imprimant la marque d’une loi autre que celle dont ils sont jugés. Une défaillance du sens, qu’une littérature composée de récits (auto)biographiques, de traités de spiritualité et de poésie lyrique a voulu prendre en charge en France au XVIIe siècle, avant que l’extase ne soit définitivement reléguée aux franges des bienséances et de la religion.

 

Toutes les informations sur le site de l’éditeur.

Parution – Léonard de Vinci à la cour de France

Titre : Léonard de Vinci à la cour de France

Ouvrage publié par Laure Fagnart aux presses universitaires de Rennes

Rares sont ceux dont l’Histoire a retenu le nom plus de cinq cents ans après leur mort. Léonard de Vinci est de ceux-là. Son visage de vieillard barbu et pensif, comme celui de la Joconde, est connu de tous ou presque. Pour la plupart d’entre nous, il est l’incarnation du génie, un savant aux connaissances universelles, un inventeur de machines extraordinaires, un artiste qui a changé le cours de l’histoire de l’art. Il est également emblématique de la Renaissance, qu’elle soit italienne, française ou européenne.

Parmi les images que la postérité nous a laissées de Léonard de Vinci, celle de sa mort prétendue dans les bras du roi François Ier est l’une des plus marquantes. Pourtant, l’histoire des relations entre l’artiste et la France compte bien d’autres épisodes. Quels liens ont existé entre Léonard et les rois français ? Quels ont été ses engagements envers Louis XII dans le duché de Milan puis envers François Ier en Touraine ? Comment ses tableaux – assurément parmi les plus célèbres de la Renaissance – sont-ils entrés en possession des souverains français ? Sont-ils issus de commandes royales, ont-ils été saisis à l’occasion des guerres d’Italie, ont-ils été acquis auprès d’autres collectionneurs prestigieux du temps ? Quel a été leur parcours dans la collection royale française de peintures sous François Ier et sous ses successeurs, Henri IV et Louis XIV en tête ? Dans quelles conditions et dans quelles demeures royales ont-ils été conservés ? L’ouvrage Léonard de Vinci à la cour de France, publié à l’occasion du 500e anniversaire de la mort du maître italien, propose de répondre à ces questions et de restituer ainsi une tranche de l’histoire des rapports entre le maître italien et la France.

Publication – Une mer jalousée Contribution à l’histoire de la souveraineté (Méditerranée, XVIIe siècle)

Guillaume Calafat, Une mer jalousée 
Contribution à l’histoire de la souveraineté (Méditerranée, XVIIe siècle), Paris : Seuil, 2019

EAN : 9782021379365

Résumé :

Comment disait-on le droit sur les mers à l’époque moderne ? Par quels dispositifs les pouvoirs politiques dotés d’une façade maritime tentaient-ils de faire respecter un pouvoir de « juridiction », entendu comme un « droit de dire le droit », sur un espace liquide particulier ? Ces questions sur la liberté, la communauté et l’empire des mers ont donné lieu à une grande controverse juridique livrée à l’échelle du globe. Une mer jalousée propose d’en faire l’histoire à partir de l’observatoire méditerranéen. De la mer Adriatique aux mers du Levant, du golfe du Lion aux littoraux nord-africains, l’enquête décline à différentes échelles, depuis les bureaux des juristes jusqu’aux ponts des navires, un large éventail de conceptions concurrentes des limites maritimes et des eaux « territoriales ». Ce faisant, l’ouvrage revient, au carrefour de l’histoire, du droit et de la philosophie, sur des notions juridiques cardinales de la pensée politique moderne, telles que la « propriété », l’« occupation », la « possession » et la « souveraineté ». Guillaume Calafat les inscrit dans une généalogie de longue durée embrassant l’histoire antique et médiévale, les textes du droit romain et leurs commentaires médiévaux, les lois byzantines comme la normativité musulmane. Une mer jalousée s’appuie ainsi sur une centaine de textes imprimés à propos de la domination des mers, en les croisant avec des libelles manuscrits, des atlas, des cartes, des traités, des gravures, afin de brosser le portrait d’une mer au statut disputé et incertain.

Guillaume Calafat est maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Institut d’histoire moderne et contemporaine). Ses recherches portent sur la Méditerranée de l’époque moderne, et notamment sur les échanges marchands et maritimes entre Europe occidentale et monde ottoman.

Parution – La transmission du pouvoir monarchique, entre droits et devoirs. Du Moyen Âge à nos jours

Titre : La transmission du pouvoir monarchique, entre droits et devoirs. Du Moyen Âge à nos jours (collection de Standen en Landen/Anciens Pays et Assemblées d’Etats )

L’ouvrage est édité par Pierre-Olivier De Broux, Philippe Desmette, Sophie Glansdorff, Bérengère Piret et Nicolas Simon.

Il sera présenté à Bruxelles, au Coudenberg, le vendredi 24 mai 2019. Il sera également possible de visiter le musée ainsi que le site archéologique à la suite de la présentation du volume.

Pour plus d’informations : https://standenenlanden.blogspot.com/2019/03/save-date-presentation-douvrage.html