21/05/2024 – Du Web 2.0 à la Bibliothèque bleue. Les appropriations de l’histoire moderne par la culture populaire d’aujourd’hui et d’alors

Neuvième journée d’étude de ModerNum

21 mai 2024 Inscription via le formulaire en ligne

Argumentaire

Le constat est connu : depuis la fin des années 1980, les productions culturelles qui font de l’histoire leur matière première se développent à un rythme exponentiel. Ces deux dernières décennies, le développement des technologies numériques, l’accès que celles-ci offrent à la création de contenus et à leur consommation, a à la fois accrus le phénomène et modifié ses caractéristiques. Les appropriations du passé qui résultent de ces usages populaires de l’histoire constituent en soi un objet historique dont la recherche s’est progressivement emparée. Il y a en effet un intérêt pour le monde académique à analyser l’histoire comme une forme collective et ouverte du savoir, afin de comprendre comment les sociétés s’approprient, produisent et consomment des récits historiques, quels dialogues ces récits entretiennent ou non avec le travail universitaire, et, en retour, comment les chercheuses et chercheurs sont imprégnés des univers historiques que la culture populaire leur fait côtoyer quotidiennement. C’est à ces réflexions que ModerNum (Réseau des modernistes francophones de Belgique – Groupe de contact F.R.S.-FNRS) souhaite consacrer sa journée d’étude annuelle en 2024. L’objectif de cette neuvième rencontre est double. Premièrement, il s’agira de se demander comment et pourquoi la culture populaire contemporaine, celle du Web 2.0, investit l’époque moderne (fin du xve-fin du xviiie siècles), y puisant des récits multiples et malléables au service d’objectifs divers – sociaux, économiques, politiques, religieux, ludiques, etc. – eux-mêmes en perpétuelles reconfigurations. Deuxièmement il s’agira de porter notre regard sur la culture populaire de l’époque moderne, afin de voir comment les sociétés de ce temps font elles-mêmes usage de leur passé récent, fixant des interprétations et des temporalités historiques tantôt reprises par l’historiographie académique, tantôt réinvesties par la culture populaire contemporaine, tantôt disqualifiées ou oubliées.

Regards contemporains

Si la définition et la dénomination même de « culture populaire » a longtemps fait l’objet de débats, il est possible de poser un cadre lâche et opératoire qui envisage celle-ci comme « l’ensemble des représentations propres à une société en tant qu’elles sont mises à distance des élites » (Ory, 2011)[1]. Héritière de l’industrialisation culturelle, de la consommation de masse et de la civilisation des loisirs qui se développent tout particulièrement au cours des « Trente Glorieuses », la culture populaire du xxie siècle s’inscrit en outre dans le développement des nouvelles technologies informatiques. La multiplication récente des supports et des moyens de la communication (streaming, réseaux sociaux, podcasts, blogs, e-publications, piratage, etc.) favorise la dilatation de la production culturelle et des publics touchés, tout en augmentant tendanciellement les processus de légitimation culturelle. Les pratiques et les usages populaires qui sont fait aujourd’hui de l’époque modernes méritent d’être analysés dans leurs interactions avec ce contexte technique nouveau, afin d’en comprendre les répercussions matérielles, économiques ou politiques. Le foisonnement de l’offre et des mécanismes d’appropriation de l’histoire s’inscrit en effet dans les bouleversements induits par l’extension des domaines investis par le numérique (de Groot, 2009)[2]. Festivités, concerts, expositions universelles, championnats sportifs, théâtre et spectacles, re-enactment, jeux de rôle, films et séries, romans, récits de fantasy, bandes dessinées, jeux vidéo, graffiti, photographie, publicité, pornographie, réseaux sociaux, streaming, blogging, etc. : la liste des lieux possibles d’apparition de l’histoire moderne dans la culture populaire est proprement écrasante. Elle mérite toutefois d’être investie d’une seule pièce dans le cadre de cette journée, dans l’espoir de mieux saisir les mécanismes qui président aujourd’hui à l’appropriation publique de la modernité. Comment l’époque moderne se manifeste dans la société actuelle ? Quels sont les modes pratiques d’appropriation, de consommation et de réception de l’histoire moderne par tel ou tel artiste/tel ou tel groupe social ? Comment des récits historiques divers coexistent, se rencontrent, s’opposent, entrent en lutte, produisant des identités diverses et conflictuelles ? Comment l’historiographie académique est reçue, négociée, réappropriée par la culture populaire, notamment les perspectives récentes des études de genre, des études post-coloniales ou de l’histoire interconnectée ? Comment, enfin, des fictions historiques s’inspirant plus ou moins librement, plus ou moins ouvertement de l’époque moderne influencent les affects et les imaginaires collectifs, travaillant aussi les représentations culturelles qui sous-tendent la production des savoirs universitaires ?

Phénomènes modernes

L’appropriation de l’histoire par la culture populaire n’est pas un phénomène nouveau (Korte, Paletschnek, 2012)[3]. Les modernistes s’intéressent ainsi depuis plus d’une vingtaine d’années aux usages que les sociétés de l’époque moderne font du passé. Dans cette perspective, l’objectif de cette journée est aussi de voir comment les formes de culture faiblement légitimées et/ou dont la diffusion dépasse le cadre restreint des élites (carnaval, fête, théâtre, roman, conte, littérature de colportage, texte polémique, jeu de société, homélie, prédication, gravure, etc.) ont recours à la production et à l’invocation de récits historiques qui puisent dans le passé proche ou relativement proche, celui des xve-xviiie siècles. Entre invocation d’un âge d’or et conjuration du retour du danger, quand et pourquoi une production culturelle s’empare du passé récent ? Comment l’usage de formes historiques spécifiques donne une autorité ou un prestige à un propos, à une lutte, à un média ? Comment les productions culturelles faiblement légitimées interagissent avec les mémoires produites par les élites lettrées et les pouvoirs religieux ou politiques ? Quelles influences, enfin, les récits historiques qui en sont issus exercent sur l’historiographie académique des siècles successifs ? Et sur la culture populaire actuelle ?

[1] Pascal Ory, « « Culture populaire », « culture de masse » : une définition ou un préalable ? », in Évelyne Cohen, Pascale Goetschel, Laurent Martin et Pascal Ory (dir.), Dix ans d’histoire culturelle, Villeurbanne, Presses de l’enssib, 2011, p. 282-293. Sur ces discussions et cette définition, voir également : Jan Baetens, « La « culture populaire » des Cultural Studies », in Paul Rasse (dir.), La diversité culturelle, Paris, CNRS éditions, 2013, p. 61-74 (Les essentiels d’Hermès). – Dominique Kalifa, « Culture savante/culture populaire », in Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia et Nicolas Offenstadt (dir.), Historiographies. Concepts et débats, vol. 2, Paris, Gallimard, 2010, p. 994-999 (Folio Histoire).

[2] Jerome de Groot, Consuming History. Historians and heritage in contemporary popular culture, Londres et New York, Routledge, 2009.

[3] Barbara Korte et Sylvia Paletschek (dirs.), Popular History Now and Then. International Perspectives, Bielefeld, Transcript Verlag, 2012 (History in Popular Cultures, 6).

Programme

9h15 : Accueil

9h40 : Annick DELFOSSE (ULiège, présidente de ModerNum) et Julien RÉGIBEAU (ULiège) Mot d’accueil & Introduction à la journée

Session 1 :

Présidence de séance : Nicolas DURIAU (ULB)

10h00 Alexandre GODERNIAUX (ULiège, Transitions / Bibliothèque nationale de France) : « Plus jamais ça » ? Pratiques et enjeux de la mémoire des guerres de Religion dans une infralittérature politique imprimée sous Louis XIII

10h20 Aurore DRECOURT (Auteure et docteure en histoire) : D’historienne à écrivaine : quand l’histoire et le récit s’entremêlent. Partage d’expérience

10h40 Pierre KLEIN (ULB, Centre de droit international) : Parler de l’histoire du droit international en bandes dessinées : défis et enjeux

11h00 Discussion

Session 2 :

Présidence de séance : Léna BROGNON (ULB)

11h30 Pascal BRIOIST (Université de Tours) : Reconstituer une cérémonie de l’information Renaissance :  la fête d’Amboise de 1518

11h50 Julien WILMART (Sorbonne Université / UClouvain) : De l’Histoire au mythe, des archives au script : des vrais Mousquetaires aux héros idéalisés et magnifiés par le cinéma, entre réalité historique et déformation culturelle

12h10 Discussion

12h30 Lunch

Session 3 :

Présidence de séance : Jules DEJONCKHEERE (UCLouvain)

14h00 Silvia MOSTACCIO (UClouvain), Jean-Pascal GAY (UCLouvain) et Mathis GATELIER (UCLouvain) : Reacting to the Past : Jouer la Révolution française ? Paris, 1791. Echos d’un chantier pédagogique

14h20 Fanny BARNABE (UNamur, CRIDS/NaDI) et Julien RÉGIBEAU (ULiège, Transitions) : Commenter le passé en jouant : discours sur l’époque moderne dans le live-streaming de jeux vidéo

14h40 Discussion / pause

15h30 Caroline SAAL (Docteure en histoire) : Les jeux de société comme transmetteurs de savoir au XVIIe siècle en France

15h50 Bram DE RIDDER (Sunken Tower Games-KULeuven) : Prendre le passé en main : sujets, intérêts, et produits des jeux historiques 

16h10 Discussion

16h30 Fin

Informations pratiques

Lieu : KBR, salle Panorama (6e étage)

Date : 21 mai 2024

Inscription via le formulaire en ligne

Comité organisateur : Jules Dejonckheere, Colin Dupont, Laure Fagnart, Jérémie Ferrer-Bartomeu, Valérie Leyh, Julien Régibeau

Comité scientifique : Léna Brognon, Jules Dejonckheere, Annick Delfosse, Colin Dupont, Nicolas Duriau, Laure Fagnart, Jérémie Ferrer-Bartomeu, Mathilde Kaisin, Marie Kervyn de Meerendré, Valérie Leyh, Roxanne Loos, Julien Régibeau

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search