PUBLICATION – Racine et les trois publics de l’amour

Delphine Calle, Racine et les trois publics de l’amour, Leiden, Brill, “Faux Titre”, 2021

225 pages – ISBN: 978-90-04-45887-1 – Français

Dans Racine et les trois publics de l’amour Delphine Calle analyse la séduction du théâtre racinien à partir des débats sur les passions du XVIIe siècle français. Concupiscence ou pur amour, amour-propre ou désir de plaire, l’amour est au cœur de la tragédie racinienne : moteur de l’action tragique, il émeut le public. Celui-ci est triple : le protagoniste amoureux est non seulement scruté par les spectateurs dans la salle, passionnés par la passion, il s’expose devant le personnage qu’il aime et paraît devant le tribunal de sa propre conscience. À l’instar des moralistes du XVIIe siècle, grands censeurs du théâtre, ce livre établit le parallèle entre les expériences amoureuse et théâtrale, pour mieux percer la dramaturgie de l’amour chez Racine. 

Information

 

Colloque – Renaissances. Mots, représentations et interprétations (XIIe-XVIIIe siècle)

Journée d’étude internationale organisée dans le cadre du projet « Renaissances. Mots et usages d’une catégorie historiographique » à l’Université Paris-Nanterre le 30 septembre et 1er octobre 2021.

Les deux journées seront accessibles en ligne aux liens suivants :

Programme

Séminaire – Renaissances contemporaines du Moyen-âge et du XVIe siècle

Organisation du séminaire Renaissances contemporaines par Nadia Cernogora (Paris-Nanterre) et Mireille Séguy (Paris 8). Les séances ont lieu les jeudis de 12h30 à 14h30 à l’Université Paris Nanterre.

Ce séminaire, qui s’inscrit dans le programme « Renaissances. Mots et usages d’une catégorie historiographique » de la ComUE « Paris Lumières » est conduit par deux enseignantes de ce programme (Mireille Séguy pour Paris 8 et Nadia Cernogora pour Paris-Nanterre). Il s’agit, dans le prolongement des réflexions amorcées en 2019-2020, d’explorer quelques-unes des manières dont la présence du Moyen Âge et du XVIe siècle se fait sentir, aujourd’hui, dans de nombreux domaines de la création et de la culture contemporaines. Par quelles voies, selon quels modes et pour quelles raisons ces époques passées font-elles retour aujourd’hui ? Le terme de « renaissances » proposé au XIXe siècle pour rendre compte du renouveau du savoir et des arts au XIIe et au XVIe siècles est-il pertinent pour définir ces reviviscences, ou doit-on plutôt parler de « revivals », de réinventions, de « revenances » (Hamel) ? Que disent enfin ces retours sur notre contemporain lui-même ?

À travers des exemples empruntés à la littérature, mais aussi à l’architecture, la peinture, le cinéma, les séries télévisées, la musique et la scène théâtrale, nous tenterons, avec plusieurs intervenants spécialistes de ces domaines, de mieux cerner les façons dont le passé continue à habiter notre présent, mais aussi, et peut-être surtout, celles par lesquelles le présent contribue à configurer le passé.

Programme du séminaire 2021-2022

Colloque – VILLE ET TERRITOIRE. LA PERCEPTION ET REPRÉSENTATION DE LA VILLE ET DU DUCHÉ EN BRABANT

Le XIXe colloque de « La Ville brabançonne » se déroulera à l’Université Saint-Louis le 15 et 16 octobre 2021.

Le colloque examine les espaces urbains et  princiers dans le duché de Brabant à la fin du  Moyen Âge et au début de l’époque moderne.  L’accent est mis sur la perception des  développements territoriaux dans les  différents milieux sociaux. Les élites urbaines,  le duc et son entourage avaient, en effet, des  opinions divergentes – mais parfois aussi  parallèles – à propos de l’identité du Brabant  et utilisaient divers médias pour  communiquer leurs idées à ce sujet. En  témoignent des sources administratives,  narratives et cartographiques, l’architecture,  la littérature et l’art.  

La Fondation belgo-néerlandaise La Ville brabançonne / De Brabantse Stad organise  tous les trois ans un colloque scientifique  international destiné à mieux comprendre  l’histoire des villes et du monde urbain dans  le territoire de l’ancien duché de Brabant. Le  colloque est ainsi organisé tour à tour dans  les provinces d’Anvers, du Brabant flamand,  du Brabant wallon, du Brabant septentrional  (Noord-Brabant, aux Pays-Bas) et en Région  de Bruxelles-Capitale.

Informations pratiques et programme

 

Publication – Protagonists of War

Raymond Fagel, Protagonist of war. Spanish army commanders and the revolt in the Low Countries, 2021 (Leuven University Press – Avisos de Flandes 18)

388 pages – 244 × 170 mm – ISBN: 9789462702875 – octobre 2021

A new vision on the Revolt of the Low Countries through the eyes of Spanish commanders

Julián Romero, Sancho Dávila, Cristóbal de Mondragón, and Francisco de Valdés were prominent Spanish military commanders during the first decade of the Revolt in the Low Countries (1567–1577). Occupying key positions in this conflict, they featured as central characters in various war narratives and episodical descriptions of the events they were involved in, ranging from chronicles, poems, theatre plays, engravings, and songs to news pamphlets. To this day, they still figure as protagonists of historical novels: brave heroes in some, cruel oppressors in others. Yet personal, first-hand accounts also exist. Archival research into the letters written by these commanders now makes it possible to include their perspectives and the way they describe their own experiences. Looking through the eyes of four Spanish commanders, Protagonists of War provides the reader with an alternative reading of the Revolt, contrasting the subjective experiences of these protagonists with fictionalised perceptions.

Ebook available in Open Access.
This publication is GPRC-labeled (Guaranteed Peer-Reviewed Content).

Information

Les animaux comme matrices mnémotechniques et exégétiques de l’Antiquité au XVIe siècle

La journée d’études se déroulera le 8 octobre 2021 à 9h00 dans la salle de séminaire de l’IRHIS (A1.152)— Université de Lille — Site du pont de bois — Villeneuve d’Ascq

Les deux journées d’étude s’intéresseront aux modalités selon lesquelles les animaux, par leur corporéité, leur variété ou encore leur capacité de transformation, pris dans leur globalité ou décomposés en fonction de leurs parties, ont pu servir de matrices mnémotechniques et exégétiques à des fins didactiques, spirituelles, parénétiques, axiologiques, épistémiques ou encore généalogiques. D’une part, en effet, les corps des animaux fournissent à qui veut se souvenir une structure solide et fiable pour localiser mentalement des idées sous la forme de textes et d’images, puis, selon le principe de l’art de la mémoire formulé dè l’Antiquité, les retrouver dans l’ordre dans lequel il les a mémorisées. D’autre part, et à l’appui de l’art de la mémoire, les corps des animaux disposent d’une efficacité symbolique et sociale considérables, qui en font des outils utiles aux exégètes pour examiner en profondeur des objets textuels et/ou visuels à des fins épistémiques ou spirituelles.

L’objectif de ces journées sera de proposer des réflexions d’ordre général, d’examiner des études de cas et de s’interroger sur l’évolution de la manière dont les corps des animaux constituent des matrices mnémotechniques et/ou exégétiques, capables de produire ou de mettre au jour des réseaux de sens dans des textes, des images et/ou des iconotextes. Dans la prédication médiévale, il est fréquent, par exemple, que l’introduction d’un discours soit associée à la tête de l’animal, chaque partie de son développement à une ou plusieurs de ses pattes, et sa conclusion, à sa queue. De même, les nageoires, les ailes, les cornes, les bois ou encore la langue de certains animaux, mais aussi les vermines, les créatures aux extrémités serpentines, les gueules léonines et les animaux d’inspiration mythologique sont autant de modèles susceptibles de constituer des lieux et/ou des images de mémoire, comme dans le cas de figures animales associées à des constellations à des fins mnémotechniques dès l’Antiquité grecque. Les extrémités du corps de l’animal, ses particularités, mais aussi son hybridité constituent ainsi des réservoirs inépuisables d’astuces, de modèles, de symboles utiles aux mnémotechniciens et aux exégètes.

La journée d’étude aura lieu au format hybride, en présentiel et en distanciel. Pour obtenir le lien de connexion, il est possible de s’inscrire librement, par mail, auprès de Christine Aubry (christine.aubry@univ-lille.fr).

 

 

Conférence – L’écrevisse et les salamandres. Pistes historiographiques sur le concept de ‘Renaissance’

Le 21 septembre de 14h à 16h, Joël Roucloux (INCAL/FIAL) donnera une conférence intitulée « L’écrevisse et les salamandres. Pistes historiographiques sur le concept de ‘Renaissance' »

La conférence se fera en co-modal : en présentiel dans l’auditoire Socrate 25 et en ligne via Teams (inscription obligatoire pour le distanciel). 

Information

Publication – A cultural Symbiosis

Klazina Botke and Henk H. T. van Veen (éds.), A cultural symbiosis. Patrician art patronage and Medicean cultural politics in Florence (1530-1610) (Leuven University Press), 2021

330 pages – 230 × 170 mm – ISBN : 9789462702967 – English – Décembre 2021

The prolonged influence of patricians on the cultural and artistic life in Florence. Contrary to general belief, the history of the Florentine patriciate did not end with the establishment of the State of Tuscany under de’ Medici in 1532. Proud and self-confident patricians did not become subservient courtiers overnight, but remained significantly influential for a long period. They retained their urban identity and longstanding family traditions, while acquiring noble titles, estates, and villas at the same time. The mark that these patricians continued to leave on the city’s cultural and artistic life was not ignored by the Medici grand dukes; on the contrary, they embraced these manifestations by incorporating them into their own visual expressions of power and prestige. A Cultural Symbiosis highlights these artistic expressions through eight specific case studies, focusing on the Valori, Pucci, Ridolfi, Vecchietti, Del Nero, Salviati, Guicciardini, and Niccolini families.

Contributors: Carla D’Arista (Columbia University), Klazina D. Botke (University of Groningen / Museum Boijmans Van Beuningen), Julia Dijkstra (Museum MORE), Sanne Roefs (Dutch Ministry of Education, Culture and Science in The Hague), Henk Th. van Veen (University of Groningen), Bouk Wierda (Classical Academy of Art in Groningen), Andrea Zagli (University of Siena)

This publication is GPRC-labeled (Guaranteed Peer-Reviewed Content).

Authors:

Henk Th. van Veen is professor emeritus in art history at the University of Groningen.
Klazina D. Botke holds a PhD in art history from the University of Groningen and is currently a Getty Paper Project Fellow at Museum Boijmans Van Beuningen in Rotterdam.

Information

Conférence – Digital lecture by Giulia Torello-Hill (University of New England, AUS) & Andrew Turner (University of Melbourne, AUS) on Judocus Badius’ (1462-1535) Lyon Terence

La conférence aura lieu le 7 octobre à 10h00.

The Lyon Terence, edited by the Fleming Jodocus Badius Ascensius in 1493, was the first printed edition of the plays of Terence to include a full cycle of woodcut illustrations. Illustrated manuscripts of Terence from the Middle Ages are well known and have been studied extensively, but the Lyon Terence has been unjustly overlooked.

This paper builds on the recently published The Lyon Terence: Its Tradition and Legacy (Brill 2020) to look closely at the interplay between woodcut illustrations and commentary. Although the identity of the artist who oversaw the design of the Lyon Terence’s iconographic plan is unknown, close correspondences between the commentary and the illustrations suggest a symbiotic dialogue between artist and editor.

Badius was already an authority on Terence—in 1491 he published an innovative edition of Terence and his late-antique commentator Donatus. Donatus’ brief notes on delivery of specific lines are usually taken as pedagogical advice on diction. Instead, this paper contends that, under the supervision of Badius, the artist of the Lyon Terence visually interpreted Donatus’ prescriptions as encompassing gestures, gaze orientation and bodily movement, following the consolidated tradition of Quintilian.

Arguably, the Lyon Terence could elicit in the Renaissance reader a different level of engagement, providing a detailed linguistic and cultural explanation of Terence’s text to the learned audience, while in turn offering a pictorial narrative to the leisured reader, who could see the plot unfolding before his very eyes.

Speakers

Dr. Giulia Torello-Hill is a Lecturer in Italian at the University of New England in Armidale, Australia. She specialises in the reception of classical drama in the Renaissance. Her research explores the interplay between exegesis of ancient texts, iconographic tradition and performance practice in Renaissance Italy. She has held fellowships from Villa I Tatti the Harvard University Centre for Italian Renaissance Studies in Florence (2015-16) and the Renaissance Society of America and Kress Foundation (2018). She has recently co-authored with Andrew Turner The Lyon Terence: Its Tradition and Legacy (Brill, 2020) and has embarked on a new collaborative project on drama, music and orality in Renaissance Ferrara.

Dr. Andrew Turner is a researcher at the University of Melbourne, where he lectures on Latin literature. His research focuses on the transmission of Latin texts in the Middle Ages, and in 2011-12 he was a visiting fellow at the Flemish Academic Centre in Brussels, where he undertook a study of classical literary scholarship in mediaeval Flanders. His most recent research has focused the commentary traditions on the classical dramatists Terence and Seneca; besides his extensive work with Giulia Torello-Hill, he currently is part of a major research project on the first mediaeval commentary on Seneca’s dramas by Nicholas Trevet.

Organisation

This digital lecture is organised by the Henri Pirenne Institute for Medieval Studies (HPIMS) and the Group for Early Modern Studies (GEMS) at Ghent University (BE). It open to all, but for digital security reasons we do ask registration with email by October 6th 2021 at the latest. For registration and info, simply get in touch with Dr. Stefan Meysman.

Informations

Conférence – “Johann Schreck Terrentius – His European network and the origins of the Jesuit Library in Peking”, presentation du livre de Noël Golvers (KU Leuven) publié par Brepols.

La conférence aura lieu le 23 septembre à 18:00 à l’ Academia Belgica. La présentation sera suivie d’une discussion entre Sabina Brevaglieri (Humboldt Universität zu Berlin) et Elisabetta Corsi (Sapienza Università di Roma).

Durant la mission jésuite en Chine au XVIIe siècle, les sciences et les livres occidentaux ont joué un grand rôle dans la « persuasion » de l’intelligentsia chinoise (les « Litterati »). Johann Schreck Terrentius (1575-1630), médecin, alchimiste, pharmacien, botaniste, mathématicien, linguiste et surtout « encyclopédiste » (dans la tradition lulliste et ramiste), est l’un des premiers jésuites du XVIIe siècle à avoir reçu une formation scientifique et à posséder des compétences multiples.  Il étudie en Allemagne, en France et en Italie, où il est diplômé de la Faculté de médecine de Padoue, faisant ainsi la connaissance de François Viète à Paris (après sa mort, il sera également le diffuseur des manuscrits de l’algébriste en Italie), de Galilée à Padoue, de Giovanni Faber et de Federico Cesi à Rome, en tant qu’Accademico Linceo, et de nombreux autres scientifiques en Europe (l’algébriste Johann Faulhaber, Christophorus Clavius, etc.) Il a effectué une « peregrinatio academica » de dix ans (vers 1600-1610), puis, en tant que « socius » du missionnaire Nicolas Trigault (1615-1618), il a parcouru l’Europe méridionale et centrale à la recherche de livres et de rencontres.

La conférence se tiendra en italien.

En raison des restrictions liées au Coronavirus, cet événement est accessible uniquement sur réservation et l’admission sera conditionnée à la présentation du EU digital Covid Certificate (Green Pass). À l’intérieur, le port du masque est obligatoire et visiteurs sont tenus de respecter en tout temps une distance d’au moins un mètre entre eux. La salle à une capacité réduite respectant la distance physique prévue afin d’assurer la sécurité des visiteurs.
Pour réserver, veuillez contacter info@academiabelgica.it

Il sera également possible de participer à cet évènement sur la plateforme en ligne Zoom en utilisant le lien suivant:
https://us06web.zoom.us/j/85995197948?pwd=Nm9FTVN4Sjdsb3dYUmtQZWdiVEZ2Zz09
ID riunione: 859 9519 7948
Passcode: UdxDa1

Informations 

Colloque – La cour des contes. Réminiscences des cours médiévales dans les contes modernes

Le colloque international « La cour des contes. Réminiscences des cours médiévales dans les contes modernes » est organisé par Thalia Brero (Université de Neuchâtel) et Gilles Lecuppre (UCLouvain). Il se déroulera le jeudi 30 septembre et vendredi 1er octobre 2021 à L’UCLouvain, Auditoire More 55.

Présentation : 

Amplement étudiés par les spécialistes de la littérature et les ethnologues, les contes n’ont jusqu’ici intéressé que marginalement les historien-ne-s. Ce colloque se propose de leur donner la parole, afin d’interroger sous un angle proprement historique l’ancrage médiéval de ces récits. Il se focalisera plus particulièrement sur la place qu’occupent dans ces textes les cours royales et princières. En effet, nombre de contes classiques se déroulent dans ce cadre et leurs ressorts narratifs s’articulent souvent autour d’éléments spécifiques au milieu curial – questions successorales, légitimité de l’héritier, alliances matrimoniales, tournois, etc.

Deux axes de réflexion seront privilégiés lors de cette rencontre. Le premier s’intéressera aux origines et à la circulation de ces textes : et si certaines de ces histoires de cours, attribuées souvent au folklore, étaient en fait nées dans l’espace curial qu’elles décrivent ? Comment ces motifs voyagent-ils à travers le temps et l’espace – en Europe et peut-être au-delà ?

La deuxième piste que nous explorerons portera sur la part éventuelle d’éléments historiques dans cet ensemble. Peut-on déceler la trace d’épisodes ou de personnages réels au sein de ces textes ? La folie, l’infertilité, l’adultère des gouvernants médiévaux imprègnent-ils toujours les contes modernes ?

Contact: gilles.lecuppre@uclouvain.be

Programme

Informations

 

Conférence – Waar is de kleur in de boekgeschiedenis ?

Afin de clôturer la Summer School History of the Book organisée en ligne par l’Allard Pierson Museum, Elizabeth Savage donnera une conférence intitulée « Waar is de kleur in de boekgeschiedenis ? ». Elle se tiendra le 10 septembre de 17h à 18h en ligne.

Let op: deze lezing is in het Engels 

Gedrukt erfgoed is niet uitsluitend zwart-wit; dat lijkt alleen maar zo. In de laatste tien jaar zijn er allerlei publicaties en tentoonstellingen verschenen die ons beeld van een wereld van zwart-witte boeken hebben omgegooid. We weten inmiddels dat gekleurde afbeeldingen in gedrukte boeken veel gebruikelijker waren dan we altijd dachten. Deze werden bijvoorbeeld gebruikt om ideeën te verspreiden, om wetenschap uit te leggen of om het belijden van een geloof kracht bij te zetten. 

Nieuw onderzoek laat zien dat de geschiedenis van drukken in kleur eigenlijk gaat over boeken, niet over kunstwerken. Academische conventies, verzamelgebruiken en catalogiseringsregels hebben de boekgeschiedenis ontdaan van kleur.  

In deze lezing roept Dr. Elizabeth Savage op om kleur terug te brengen in het verhaal van de geschiedenis van gedrukte boeken. En dan niet in de afbeeldingen, maar juist in de tekst. Door de rol van drukkers te onderzoeken en te kijken naar verschillende soorten inhoud die in boeken werd gedrukt, kunnen we een nieuw verhaal vertellen over de boekgeschiedenis van pre-industrieel Europa.  

 Spreker:

Dr. Elizabeth Savage is docent in boekgeschiedenis en communicatie in het Institute of English Studies, School of Advanced Study, University of Londen en Honourary Fellow, Centre for the Study of the Book, Bodleian Libraries, Oxford UniversityHaar onderzoek richt zich op pre-industriële  Europese druktechnieken in tekst en beeld, in het bijzonder in kleur. Ze heeft hiervoor meerdere prijzen gewonnen, bijvoorbeeld de 2020 Schulman and Bullard Article Prize. Haar nieuwste boek is Early Colour Printing: German Renaissance Woodcuts at the British Museum (2021)Ze werkt ook regelmatig aan tentoonstellingen, onlangs nog voor de Staatliche Kunsthalle Karlsruhe en Musée du Louvre. Ze geeft momenteel les aan de London Rare Books School.  

Informations

Conférence – de Kunstkamer

Lezing: Boordevol kunst en barstend van betekenis. De Kunstkamer van Cornelis van der Geest. 

Tijdens het cultuurweekend geeft directeur Ben van Beneden op zaterdag- en zondagvoormiddag een boeiende lezing over dit Vlaams topstuk waarin hij de laatste nieuwe ontdekkingen onthuld.

  • zaterdag 28 augustus 2021 van 11:00 tot 12:00
  • zondag 29 augustus 2021 van 11:00 tot 12:00

In Antwerpen ontstond in de vroege 17de eeuw een bijzonder genre in de schilderkunst: de kunstkamervoorstelling. Kunstkamers tonen interieurs waarin werkelijk bestaande of fictieve kunstverzamelingen zijn weergegeven. Het Rubenshuis bezit een van de zeldzame kunstkamerschilderijen van Willem van Haecht (1593-1637), een belangrijk grondlegger van het genre: De kunstkamer van Cornelis van der Geest uit 1628. Van Van Haecht bleven slechts drie ‘constcamers’ bewaard. Verbluffend knap geschilderd, boordevol kunst en barstend van betekenis behoren Van Haechts kunstkamers tot de hoogtepunten van het genre.

Het topstuk van het Rubenshuis werd recent gerestaureerd. Tegelijkertijd zijn er ook nieuwe inzichten over het schilderij aan het licht gekomen. De complexe restauratie en verrassende nieuwe gegevens worden belicht door Ben van Beneden.

Praktisch

  • Van 11 tot 12 uur
  • Prijs: 5 euro / -18 jaar: gratis/ Kansentarief: gratis
  • Beperkte plaatsen
  • Samenkomen aan de balie van het Rubenshuis. Vandaar wordt u begeleid naar de Burchardzaal in het Rubenianum, waar de lezing plaatsvindt.

Information & réservation

Appel – Le Bulletin de l’Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA)

Créé en 1958, le Bulletin de l’IRPA compte aujourd’hui parmi les revues les plus anciennes et les plus prestigieuses au niveau international dans les domaines de l’histoire de l’art et des sciences appliquées au patrimoine.

Dans le domaine de l’histoire de l’art, la revue publie des contributions originales consacrées à l’art flamand et belge – du Bas Moyen Âge au XIXe siècle – et à son rayonnement européen et international. La revue privilégie une approche monographique classique, « object-oriented » et des contributions présentant des problématiques innovantes dans le domaine du connoisseurship, pour autant qu’il fasse l’objet d’une mise en contexte sociologique, politique et/ou culturelle.

Dans le domaine du patrimoine, la revue publie des contributions originales sur la conservation-restauration et les sciences appliquées au patrimoine, en privilégiant les textes capables d’offrir de nouvelles perspectives à la recherche et aux techniques de restauration, notamment par des approches méthodologiques innovantes. Une approche interdisciplinaire est particulièrement appréciée.

Les articles sont soumis au système d’évaluation par peer-review. La revue accepte les articles en français, néerlandais ou anglais. Une attention particulière est apportée à la qualité des illustrations.

Les articles pour le Bulletin 37 doivent être remis pour le 10/01/2022.

Le comité scientifique évaluera la recevabilité de votre article puis, s’il est accepté, le soumettra au peer review. Vous serez ensuite averti des commentaires des referees et pourrez, le cas échéant, retravailler votre article.

Le Bulletin 37 paraîtra début 2023.

Plus d’infos ? Contactez Elisabeth Van Eyck (bulletin@kikirpa.be)

Conférence – The cultural dimension of Dutch overseas expansion

Le vendredi 27 août 2021 de 15h00 à 18h30 se tiendra en ligne la conférence annuelle «The Cultural dimension of Dutch overseas expansion» du Study Group Seventeenth Century

Presentation

It is only money and not knowledge that our people are seeking [in the East Indies], which is to be lamented”, complained the Amsterdam mayor and VOC governor, Nicolaes Witsen, in 1712. The Dutch trading companies may have been associated with various qualities, but an interest in culture was not one of them. None of the VOC officials even noted the presence of the world’s biggest Buddhist temple, the Borobudur, on the island of Java, leaving its re-discovery to the British in 1814. No Dutch writer tried to emulate the epic celebration of the Portuguese maritime empire by Luís de Camões. Dutch expansion had an obvious impact on the sciences and medicine, as demonstrated in Harold Cook’s Matters of Exchange: Commerce, Medicine, and Science in the Dutch Golden Age (2007). But what, if any, was its impact on culture and the humanities? This conference brings together historians of culture, art, books, and literature to arrive at a fuller picture of the cultural dimensions of Dutch overseas expansion.

Session A (English, chair: Thijs Weststeijn)

  • How did the culture of print affect the introduction of Chinese medicine in early modern Europe? – Trude Dijkstra (Warburg Institute)
  • Dutch representations of “Barbary” piracy and captivity during the early seventeenth century – Farah Bazzi (Stanford University)
  • “Invenit et fecit”: Remaking the world in mother-of-pearl – Cynthia Kok (Yale University)

Session B (Nederlands, voorzitter: Cora van de Poppe)

  • Banho, Sampo en Rumphius: Twee verhalen over Chinese helden in G.E. Rumphius’ D’Amboinsche Rariteitkamer (Amsterdam 1705) – Charlotte Kiessling (Universität zu Köln)
  • De avonturen van Andras Jelky in Batavia en het Hongaarse culturele geheugen – Gábor Pusztai (Universiteit Debrecen)
  • Reisbeschrijvingen en tekeningen van de Haarlemse chirurgijn Wouter Schouten – Marijke Barend-van Haeften (Universiteit van Amsterdam)
  • Linked Data en het onderzoek naar creatieve industrie en overzeese expansie in de zeventiende eeuw – Harm Nijboer (Universiteit van Amsterdam), Judith Brouwer (Huygens ING) en Marten Jan Bok (Universiteit van Amsterdam)

Session C (English, chair: Surekha Davies)

  • Depicting the enslaved in the Dutch periodical press – Esther Braakman (Universiteit Leiden)
  • Afro-Hollanders Relaxing in an Inn, a previously unknown subject in 17th-century Dutch art – Joaneath Ann Spicer (Walters Art Museum, Baltimore, USA)
  • Material matters: reassessing global objects in the cabinets of Amalia van Solms-Braunfels (1602-1675), Princess of Orange – Lauryn Smith (Case Western Reserve University/Cleveland Museum of Art)
  • Three recycled reincarnations: the Ten Avatars of Vishnu in Bernard and Picart’s Ceremonies et coutumes religieuses de tous les peuples du monde – Margaret Mansfield (University of California, Santa Barbara)

Programme

Informations et réservation

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search